SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  2
Télécharger pour lire hors ligne
atelier de
32
vre urbaine
aîtrise d’œu
m
mbre 2014
er au 26 septe
du 1
e

	TERRITORIALISER
LA TRANSITION
	ÉNERGÉTIQUE,
ÉCOLOGIQUE,
	URBAINE
ET RURALE

Modalités de l’appel à candidatures
L’atelier est ouvert à toutes les formations : artistes, urbanistes, designers,
architectes, sociologues, géographes,
économistes, ingénieurs, photographes,
paysagistes… ou autres : il s’adresse aux
jeunes professionnels, et aux étudiants
de niveau master minimum, de toutes
nationalités et disciplines.

Conditions pour postuler : Maîtrise de
l’anglais, disponibilité complète aux dates
de l’atelier, limite d’âge 30 ans, envoi
d’un dossier reprenant le sujet de l’atelier,
appliqué à un autre site, de préférence
dans le pays d’origine du candidat.
Date limite de candidature : avril 2014.
Plus d’informations sur le site

www.ateliers.org/transition

Les Ateliers Internationaux
de Maîtrise d’Œuvre Urbaine
Le Verger, rue de la Gare
BP 90047
95020 Cergy-Pontoise Cedex
+33 1 34 41 93 91
contact@ateliers.org

le sud
francilien
comme
laboratoire

ent
écessaire et urg
tendu : il est n
C’est en
initiatives, les
transition ! Les
Les
d’organiser la
nt sur le sujet.
ns se multiplie
ortants,
réflexio
gager sont imp
ngements à en
cha
ers –
jets les plus div
ion
touchent aux su
ion, la product
, la consommat
nos
l’alimentation
t l’évolution de
– et interrogen
d’énergie
s. Lors de cette
comme petite
nt
villes, grandes
rs vous propose
e session, les Atelie
itoire
32
t un grand terr
uré
lorer commen
d’exp
-France), struct
la région Île-de
ter et
(le sud de
cile, peut inven
nergie fossile fa
ous
par l’é
re transition. V
œuvre sa prop
os villes
mettre en
faire évoluer n
bres,
erez comment
imagin
rendre plus so
itoires pour les
ts.
et leurs terr
s et accueillan
, plus agréable
ts
plus intelligen
C’est entendu : il est nécessaire et urgent
d’organiser la transition ! Les initiatives, les réflexions se multiplient sur le sujet. Les changements à engager sont importants, touchent aux
sujets les plus divers – l’alimentation, la consommation, la production d’énergie – et interrogent
l’évolution de nos villes, grandes comme petites.
Lors de cette 32e session, les Ateliers vous proposent d’explorer comment un grand territoire
(le sud de la région Île-de-France), structuré par
l’énergie fossile facile, peut inventer et mettre
en œuvre sa propre transition. Vous imaginerez
comment faire évoluer nos villes et leurs territoires pour les rendre plus sobres, plus intelligents, plus agréables et accueillants.

Engager le changement en partant d’un territoire nécessite
de traduire localement les enjeux planétaires : on peut se baser
sur les émissions de CO2 des automobiles ou des logements par
exemple, mais aussi la distance domicile–travail, les kilowattheures utilisés pour le chauffage, la provenance de ce que l’on
mange. Il faut ainsi caractériser les flux concernant ce territoire,
qui forment son métabolisme : mouvements d’hommes et de
marchandises, de produits et de déchets, flux d’énergie, de gaz à
effet de serre, etc. La quantification de ces flux permet ainsi une
identification des leviers d’actions propre à ce territoire.
Mais il n’est possible d’engager une transformation qu’en
prenant également en compte la réalité humaine de ce territoire. Chaque acteur ou institution a ses contraintes, ses objectifs
propres : on pourra avoir affaire à des entreprises enfermées dans
des investissements à 20 ans qui leur « interdisent » tout changement de cap, à des associations disposant de peu de moyens
financiers mais de beaucoup d’énergie humaine… autant de
logiques, sociales, économiques et culturelles qui forment également le territoire. Passer à l’action nécessite de prendre en
compte cette réalité et de se baser sur cette diversité pour ajuster
les actions aux acteurs, d’identifier les points de leviers, de saisir
les mutations en cours, de créer des effets de réactions en chaîne.
De fait, le territoire est constellé de « transformations silencieuses », permettant de réaliser la transition (de la constitution
d’un réseau de parcs vélos adaptés à la reprise d’un bâtiment
logistique obsolète pour en faire un lieu de culture) qui méritent
d’être mises en lumière, d’être coordonnées et intégrées à une
stratégie territoriale de transition. Au-delà du constat (précédemment fait sur le Titanic) de « L’Iceberg à tribord » et de la nécessité
de changer de direction sans arrêter les machines, il est stratégique d’identifier les leviers sociaux, économiques, territoriaux.
Il est fondamental de rendre visibles les pionniers ordinaires de
la transition afin de catalyser les actions en interaction avec les
politiques publiques.

La transition : moins et mieux
L’exploitation massive des énergies fossiles, et avec elles
des minerais, le progrès technique, ont pu nous faire croire au
XXe siècle que tout était possible. L’allongement de la durée
de vie, l’élévation du niveau de vie et le confort ainsi procuré
ont été des moteurs de cette révolution énergétique sur une
planète apparemment infinie. Le changement climatique vient
nous rappeler également les conséquences négatives et l’envers
de la médaille de cette façon de vivre. Au regard de la finitude
des ressources naturelles et de la croissance du nombre d’êtres
humains (sept milliards aujourd’hui, bientôt neuf, pour moins de
deux milliards en 1900), nous (l’humanité) n’avons d’autre choix
pour mieux vivre que de vivre différemment, selon un fil rouge
bien identifié : « Moins d’énergies fossiles, moins de minerais…
et plus d’intelligence collective, dans un partage raisonné des
espaces et des ressources, selon un chemin économique et social
acceptable, dans le plaisir de vivre. »

Des bruissements à l’échelle de la planète

32e atelier de
maîtrise d’œuvre urbaine
du 1er au 26 septembre 2014

le sud
francilien
comme
laboratoire

Et l’ Île-de-France dans tout cela ? Comme toutes les grandes
agglomérations, elle a connu un développement – humain et
territorial – sans précédent au cours du XXe siècle sur la base
d’une recette bien éprouvée : développement d’infrastructures
et accroissement généralisé de la mobilité, urbanisation par
grands tenants et développement de zones mono fonctionnelles.
Pour répondre aux grands enjeux de la transition, l’accent est
aujourd’hui mis sur le développement de nouvelles infrastructures de transport en commun (le Réseau Grand Paris Express) et
sur la densification des territoires desservis par ces systèmes de
transport. Il s’agit ainsi de re-structurer la partie la plus centrale
de l’agglomération parisienne.
Nous proposons de travailler sur le Sud de l’ Île-de-France
qui couvre l’ensemble du département de l’Essonne ainsi qu’une
partie des départements des Yvelines et de la Seine-et-Marne.
Ce territoire est caractéristique de la croissance urbaine (et des
systèmes urbains) fondée sur les énergies fossiles et qui, dans
le même temps, dispose d’atouts forts pour organiser la transition. L’Essonne fait partie de ce que l’on appelle couramment la

La région île-de-France, qui pourrait s’appeler région Francilienne,
est centrée sur la ville de Paris et
se situe au coeur du bassin parisien. Le bassin parisien compte la
Picardie, le Centre, la Champagne
et la Normandie comme régions
mitoyennes de l’Île-de-France.
Des ville comme Reims, Amiens,
le Havre ou Orléans se trouvent à
moins de 2h de train de Paris.
légende
territoires urbanisés
forêt et milieux semi-naturels
territoires agricoles

100km

N

OISE

EURE

ise

VAL D’OISE

l’O

AISNE

eine

la S

la Marne

PARIS

YVELINES

Parc naturel régional
Chevreuse
Forêt de Rambouillet

Parc agricole
du Plateau
de Saclay
Parc agricole
du Triangle vert
et du Hurepoix

EVRY

Plaines agricoles
de la Brie

de la Beauce

PARIS

… Un laboratoire pour la transition
AUBE

ine

la Se

Parc agricole
du Plateau
de Saclay
YONNE

Parc agricole
du Triangle vert
et du Hurepoix

e

espace boisé
LOIRET

espace agricole

deuxième ou la grande couronne constitue une interface entre
la partie centrale et urbanisée de l’agglomération (délimitée
approximativement par l’A86) et les territoires ruraux du Bassin
Parisien.
Jusqu’au XIXe siècle, l’ensemble de ce territoire est majoritairement rural et forme le « grenier à blé » de Paris structuré
autour de villes historiques comme Corbeil et Arpajon. L’arrivée
du chemin de fer au XIXe siècle va entrainer un premier développement urbain, autour des gares. Au début du XXe siècle
et surtout dans l’entre-deux-guerres, c’est le lotissement des
grandes propriétés agricoles et la construction de pavillons pour
(et souvent par) les ouvriers et employés de Paris qui transforme
des hameaux et villages en villes de banlieue. Après la Seconde
Guerre Mondiale, c’est l’heure des grands ensembles, qu’il faut
construire vite pour répondre à la crise du logement. On utilise
les vides des tissus urbains mais aussi on urbanise désormais
les plateaux, loin des transports en commun souvent. Dans les
années 60, il faut organiser et structurer ces grandes extensions
urbaines du XXe siècle pour qu’elles ne soient pas uniquement
des banlieues « dortoirs » : la ville nouvelle d’Evry (préfecture
de l’Essonne) sort des champs. En parallèle, les infrastructures
routières et ferroviaires continuent à se développer et à organiser
ce territoire.
Depuis, le développement urbain s’est poursuivi, toujours
plus avant : la « frontière intérieure » se déplace désormais vers le
OISE
plateau de Vert-le-Grand ou au sud d’Arpajon. Il prend toujours
régulièrement la forme de zones commerciales ou logistiques
EURE
autour des principales routes, et de lotissements pavillonnaires
VAL D’OISE
ise
autour des hameaux existants. Depuis une vingtaine d’années
l’O
ont également émergé des opérations de renouvellement au sein
des tissus urbains existants. Le Nord Essonnien est ainsi caractéristique de cette ville du XXe siècle, avec son aspect « patchwork »
ine
dû au mélange ldeSe
a grandes zones d’activités, de lotissements mais
aussi d’espaces verts et d’espaces agricoles. Il est caractéristique
aussi par son métabolisme.

YVELINES

r

son

espace urbanisé

MARNE

MASSY

ESSONE
gé
olo
giq
Parc naturel
ue,
régional
Parc agricole
nat
Gâtinais
ure
du Gâtinais
Forêt de
l et
pays Fontainbleau
ager
Plaines agricoles

EURE-ET-LOIR

Parc agricole
du Plateau de
Vert le Grand

SEINE ET MARNE

l’Es

le sud de l’Île-de-France

Co
rri
do

Les Ateliers, association à but non lucratif créée en 1982 par les
urbanistes de la Ville Nouvelle de Cergy-Pontoise, organise en
France et à l’international des ateliers de production collective
au service du projet territorial, permettant de porter un regard
nouveau, varier les échelles, oublier les frontières administratives,
revisiter les territoires.
Au fil des ans, un réseau international s’est constitué autour des
deux mille personnes qui ont déjà participé à l’un de ces ateliers :
professionnels, universitaires et décideurs en matière d’aménagement urbain. La valeur ajoutée de ces ateliers réside d’une
part dans la production d’analyses et d’idées originales, que la
pression du quotidien et les rôles institutionnels ne permettent
pas toujours de faire émerger, et d’autre part dans les rencontres
et échanges entre les décideurs, acteurs et professionnels de
l’urbain qui jalonnent le déroulement des ateliers.
Un atelier est organisé en Île-de-France chaque année depuis
plus de 30 ans : cet atelier réunit pendant 4 semaines une
trentaine de participants de moins de 30 ans, qui travaillent en
équipes internationales et pluridisciplinaires, au croisement
de la planification et de l’architecture, en intégrant d’autres
disciplines : géographie, économie, paysage, sociologie, art,
ingénierie, environnement... Le travail collectif de production
est accompagné par des professionnels et rythmé par des rencontres et des forums d’échanges.
La conviction qui porte ces ateliers est que l’audace et l’inventivité des étudiants et jeunes professionnels peuvent directement
servir les décideurs, pour leurs orientations stratégiques autant
que pour les projets de développement de leur territoire, avec
des propositions finales présentées directement aux responsables du territoire.

L’Essonne urbaine et rurale…

L’humanité dispose aujourd’hui des moyens – humains,
matériels et immatériels – pour engager les changements nécessaires. La question est de savoir comment les mobiliser, et le plus
rapidement possible ? Engager ces changements nécessite que
tous s’engagent, chacun à son niveau : des citoyens aux gouvernements nationaux en passant par les instances inter ou supranationales. Au regard de l’ampleur et de l’urgence des enjeux,
la démultiplication des actions est fondamentale. Cependant,
le relatif insuccès des conférences internationales sur le climat
montrent que les solutions au changement climatique ne naîtront
sans doute pas d’une dynamique inter ou supra-gouvernementale.
Heureusement, des initiatives, locales, collectives se multiplient à l’échelle de la planète pour organiser la transition sur
un territoire. De proche en proche, ces initiatives s’additionnent,
de la commune jusqu’à la planète. C’est de ce bruissement que
peut donc émerger le monde à venir. C’est en partant des territoires que l’on peut sans doute trouver le chemin économique
et social de la transition énergétique, écologique, acceptable.
Nous sommes le problème, nous sommes la solution, là où nous
vivons, travaillons, nous distrayons.

nde

m

TERRITORIALISER
LA TRANSITION
ÉNERGÉTIQUE,
ÉCOLOGIQUE,
URBAINE
ET RURALE

Des flux et des hommes

aéroport

Parc naturel régional

Ce territoire représente une échelle intermédiaire entre :
Chevreuse
MASSY
Forêt de Rambouillet
› La commune qui est le premier échelon territorial gouverné ;
le conseil municipal, les services, les habitants et les entreprises,
EVRY
leurs associations et leurs syndicats y sont des décideurs de
Co
rr
premier rang, eni capacité d’agir ; le maire en est l’acteur clé.
do
Cependant, ce territoire est trop resserré pour agir sur les flux
r
ESSONE
gé
EURE-ET-LOIR
de matériaux, les éco-énergies, ou les éco-matériaux.
olo
Parc agricole
› La région Île-de-France qui permetgiq une plus grande prise
d’avoir
du Plateau de
ue qui
sur les Parc agricole
Vert le Grand flux de personnes et de matières et , n dispose d’atouts

atu
Gâtinais
rel
Forêt de
et p
Fontainbleau
aysa
Plaines agricoles
ge
Calendrier prévisionnel de rla session 2014

du Gâtinais

N

Le sud francilien se développe schématiquement depuis le pôle d’Orly (Aéroport international, Marché
d’Intérêt National) et Massy (gare TGV, opéra). Il se décompose :

le sud de l’Île-de-France
espace urbanisé
espace boisé
espace agricole
aéroport
10km

N

de la Beauce

Automne-hiver 2013 mobilisation des
partenaires de l’atelier au sein d’un comité
LOIRET
de suivi, avec les contributions d’un comité
scientifique.
Janvier 2014 publication du document
problématique et lancement de l’appel
à candidatures international

one

›	 L’axe stampien est un axe géologique mais
aussi un corridor écologique qui fait la richesse
paysagère du département de l’Essonne depuis la forêt de Fontainebleau (Seine et Marne)
jusqu’à la forêt de Rambouillet (Yvelines).
›	 Entre cet axe patrimonial et le territoire à
dominante urbaine se dégagent des espaces
ouverts à dominante agricole (des parcs agricoles) interrompus par des vallées urbanisées
et des infrastructures.

s
l’Es

›	 En une partie à dominante urbaine centrée sur le
tripôle Orly, Massy, Evry (ville nouvelle) et qui se prolonge le long de la vallée de la Seine jusque Melun.
›	 À l’Est de ce territoire, sur le département de la
Seine et Marne, s’ouvrent les grandes plaines agricoles de la Brie.
›	 Au Sud Ouest de ce territoire, au-delà de l’axe stampien, s’ouvrent les grandes plaines agricoles de la
Beauce (Essonne, Eure et Loir, Loiret).

légende

dans la transition (elle est aux trois quarts agricole et forestière)
tout en étant un pur produit de l’explosion démographique et de
l’émigration urbaine qui a résulté de la révolution énergétique).
Elle est cependant trop vaste pour que l’on puisse intégrer le
quotidien des citoyens.
Cette échelle coïncide ainsi avec l’organisation de la vie
quotidienne tout en permettant de réfléchir et d’organiser des
évolutions fortes vers la transition. L’articulation entre des tissus
urbains et des espaces agricoles peut ainsi permettre d’agir sur
les flux de matériaux, les éco-énergies, les éco-matériaux et
faire émerger des pistes d’action comme les boucles locales
alimentaires et énergétiques, l’économie circulaire (rappelons
le : les aliments poussent majoritairement à la campagne et
sont majoritairement utilisés en ville !). C’est à cette échelle, suffisamment large, que peuvent s’inscrire les actions multiples et
diverses du changement de métabolisme durable de la ville et
de la campagne.
Ce territoire a accueilli de nombreuses expérimentations
urbaines du XXe siècle (les lotissements, les grands ensembles,
une ville nouvelle, mais aussi le mouvement des castors autour
de l’auto-construction) : voilà un lieu idéal pour penser l’enjeu
du XXIe siècle ! La diversité de ces tissus urbains et l’importance
de ces infrastructures en font le lieu idoine pour organiser la
transition : comment faire muter cet existant issu de la révolution
énergétique précédente ? Comment rendre plus autonome ce
territoire, qui a souvent été vu uniquement comme une partie
d’un tout (le lieu d’habitat de personnes travaillant dans le centre
de l’agglomération, le lieu d’accueil des activités logistiques
nécessaires à l’ensemble de la région) ?
La fulgurance de la croissance urbaine a donné lieu à des
AISNE
tissus urbains qui banalisent quelque fois les paysages (voire
n’en tiennent pas compte) et qui souvent oublient les agréments
nécessaires à la vie en ville. Comment rendre ce tissu urbain
la Marne
plus accueillant, plus agréable ? Peut-on rendre plus proche
la ville et son territoire, la ville et le paysage qui l’accueille ?
Comment passer d’un métabolisme fossile à un métabolisme
renouvelable ? Comment poursuivre et prolonger l’histoire de
ce territoire depuis la révolution industrielle puis énergétique ?
Pour répondre aux enjeux de la transition, le sud francilien,
SEINE ET MARNE
près d’un million d’habitants, dispose de potentiels singuliers :
des infrastructures logistiques nombreuses, un tissu économique
diversifié (tertiaire,Plaines agricoles agriindustriel et logistique), des ressources
coles et de biomasse en quantité, un réseau universitaire et de
de la Brie
recherche de premier plan, des espaces naturels et paysager de
grande qualité, et des initiatives locales reconnues. L’espoir est
donc permis d’envisager ce Sud francilien comme un laboratoire
du changement, dans la mesure où il dispose d’atouts considéParc naturel
régional
rables pour inventer et mettre en œuvre sa propre transition.
ine

la Se

YONNE

Avril 2014 date limite pour candidater

Printemps 2014 élaboration du programme
détaillé de l’atelier et du document de contexte
(document de référence pour les participants)
1er au 26 septembre 2014 atelier d’étudiants et
de jeunes professionnels, sur quatre semaines

MARNE

AUBE

Contenu connexe

Tendances

Ville et développement durable centre urbain septembre 2011
Ville et développement durable centre urbain septembre 2011Ville et développement durable centre urbain septembre 2011
Ville et développement durable centre urbain septembre 2011Centre Urbain - Stadswinkel
 
Cour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanismeCour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanismeSami Sahli
 
LE Transport urbain et le développement durable (la mobilité urbaine)
LE Transport urbain  et le développement durable (la mobilité urbaine)   LE Transport urbain  et le développement durable (la mobilité urbaine)
LE Transport urbain et le développement durable (la mobilité urbaine) Sarra Achoura
 
Villedesirableconcourspourinternet
VilledesirableconcourspourinternetVilledesirableconcourspourinternet
Villedesirableconcourspourinternethurlu
 
Analyse Du Projet De Plu HéLèNe Bauchet 06 02 2010
Analyse Du Projet De Plu   HéLèNe Bauchet 06 02 2010Analyse Du Projet De Plu   HéLèNe Bauchet 06 02 2010
Analyse Du Projet De Plu HéLèNe Bauchet 06 02 2010dnvblog
 
Fort De France, Ville Capitale De L Outre Mer
Fort De France, Ville Capitale De L Outre MerFort De France, Ville Capitale De L Outre Mer
Fort De France, Ville Capitale De L Outre Merlafontaine
 
Presentation débat projet urbain Conseil Municipal 16/12/13
Presentation débat projet urbain Conseil Municipal 16/12/13Presentation débat projet urbain Conseil Municipal 16/12/13
Presentation débat projet urbain Conseil Municipal 16/12/13Mairie de Montpellier
 
Le Pilotage De La Rénovation Urbaine à Fort De France
Le Pilotage De La Rénovation Urbaine à Fort De FranceLe Pilotage De La Rénovation Urbaine à Fort De France
Le Pilotage De La Rénovation Urbaine à Fort De Francelafontaine
 
Chapitre "Introduction à la ville" - Licence Génie Civil/Génie Urbain, Polyt...
Chapitre "Introduction à la ville" - Licence Génie Civil/Génie Urbain, Polyt...Chapitre "Introduction à la ville" - Licence Génie Civil/Génie Urbain, Polyt...
Chapitre "Introduction à la ville" - Licence Génie Civil/Génie Urbain, Polyt...Isam Shahrour
 
Guide urbanisme durable
Guide urbanisme durableGuide urbanisme durable
Guide urbanisme durableHala Sassane
 
MoBiLiTy
MoBiLiTyMoBiLiTy
MoBiLiTylyesdz
 
Les outils de renouvellement urbain dans les tissus constitués
Les outils de renouvellement urbain dans les tissus constitués Les outils de renouvellement urbain dans les tissus constitués
Les outils de renouvellement urbain dans les tissus constitués legaysabine
 
Contexte et enjeux, par Agnes Charousset
Contexte et enjeux, par Agnes CharoussetContexte et enjeux, par Agnes Charousset
Contexte et enjeux, par Agnes CharoussetCAUE85
 
Qu'est-ce qu'un schéma d'aménagement et de développement
Qu'est-ce qu'un schéma d'aménagement et de développementQu'est-ce qu'un schéma d'aménagement et de développement
Qu'est-ce qu'un schéma d'aménagement et de développementVille de Laval
 

Tendances (20)

Ville et développement durable centre urbain septembre 2011
Ville et développement durable centre urbain septembre 2011Ville et développement durable centre urbain septembre 2011
Ville et développement durable centre urbain septembre 2011
 
Quartiers sud du Havre - Réinventer l'interface ville-port
Quartiers sud du Havre - Réinventer l'interface ville-portQuartiers sud du Havre - Réinventer l'interface ville-port
Quartiers sud du Havre - Réinventer l'interface ville-port
 
Cour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanismeCour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanisme
 
Diagnostic stratégique pré atlas
Diagnostic stratégique pré atlasDiagnostic stratégique pré atlas
Diagnostic stratégique pré atlas
 
LE Transport urbain et le développement durable (la mobilité urbaine)
LE Transport urbain  et le développement durable (la mobilité urbaine)   LE Transport urbain  et le développement durable (la mobilité urbaine)
LE Transport urbain et le développement durable (la mobilité urbaine)
 
e Havre Seine Métropole - Portrait de la communauté urbaine - Mars 2019
e Havre Seine Métropole - Portrait de la communauté urbaine - Mars 2019e Havre Seine Métropole - Portrait de la communauté urbaine - Mars 2019
e Havre Seine Métropole - Portrait de la communauté urbaine - Mars 2019
 
Villedesirableconcourspourinternet
VilledesirableconcourspourinternetVilledesirableconcourspourinternet
Villedesirableconcourspourinternet
 
Analyse Du Projet De Plu HéLèNe Bauchet 06 02 2010
Analyse Du Projet De Plu   HéLèNe Bauchet 06 02 2010Analyse Du Projet De Plu   HéLèNe Bauchet 06 02 2010
Analyse Du Projet De Plu HéLèNe Bauchet 06 02 2010
 
Fort De France, Ville Capitale De L Outre Mer
Fort De France, Ville Capitale De L Outre MerFort De France, Ville Capitale De L Outre Mer
Fort De France, Ville Capitale De L Outre Mer
 
quelle stratégie pour garantir un report modal en Poitou Charente ?
quelle stratégie pour garantir un report modal en Poitou Charente ?quelle stratégie pour garantir un report modal en Poitou Charente ?
quelle stratégie pour garantir un report modal en Poitou Charente ?
 
Presentation débat projet urbain Conseil Municipal 16/12/13
Presentation débat projet urbain Conseil Municipal 16/12/13Presentation débat projet urbain Conseil Municipal 16/12/13
Presentation débat projet urbain Conseil Municipal 16/12/13
 
Urbanisme
UrbanismeUrbanisme
Urbanisme
 
Urbain
UrbainUrbain
Urbain
 
Le Pilotage De La Rénovation Urbaine à Fort De France
Le Pilotage De La Rénovation Urbaine à Fort De FranceLe Pilotage De La Rénovation Urbaine à Fort De France
Le Pilotage De La Rénovation Urbaine à Fort De France
 
Chapitre "Introduction à la ville" - Licence Génie Civil/Génie Urbain, Polyt...
Chapitre "Introduction à la ville" - Licence Génie Civil/Génie Urbain, Polyt...Chapitre "Introduction à la ville" - Licence Génie Civil/Génie Urbain, Polyt...
Chapitre "Introduction à la ville" - Licence Génie Civil/Génie Urbain, Polyt...
 
Guide urbanisme durable
Guide urbanisme durableGuide urbanisme durable
Guide urbanisme durable
 
MoBiLiTy
MoBiLiTyMoBiLiTy
MoBiLiTy
 
Les outils de renouvellement urbain dans les tissus constitués
Les outils de renouvellement urbain dans les tissus constitués Les outils de renouvellement urbain dans les tissus constitués
Les outils de renouvellement urbain dans les tissus constitués
 
Contexte et enjeux, par Agnes Charousset
Contexte et enjeux, par Agnes CharoussetContexte et enjeux, par Agnes Charousset
Contexte et enjeux, par Agnes Charousset
 
Qu'est-ce qu'un schéma d'aménagement et de développement
Qu'est-ce qu'un schéma d'aménagement et de développementQu'est-ce qu'un schéma d'aménagement et de développement
Qu'est-ce qu'un schéma d'aménagement et de développement
 

En vedette

10 Insightful Quotes On Designing A Better Customer Experience
10 Insightful Quotes On Designing A Better Customer Experience10 Insightful Quotes On Designing A Better Customer Experience
10 Insightful Quotes On Designing A Better Customer ExperienceYuan Wang
 
How to Build a Dynamic Social Media Plan
How to Build a Dynamic Social Media PlanHow to Build a Dynamic Social Media Plan
How to Build a Dynamic Social Media PlanPost Planner
 
Learn BEM: CSS Naming Convention
Learn BEM: CSS Naming ConventionLearn BEM: CSS Naming Convention
Learn BEM: CSS Naming ConventionIn a Rocket
 
SEO: Getting Personal
SEO: Getting PersonalSEO: Getting Personal
SEO: Getting PersonalKirsty Hulse
 

En vedette (10)

SF4 Vincent LEROUX
SF4 Vincent LEROUXSF4 Vincent LEROUX
SF4 Vincent LEROUX
 
RG3 Edward CHURCH
RG3 Edward CHURCHRG3 Edward CHURCH
RG3 Edward CHURCH
 
EG2 M. MARTY
EG2 M. MARTYEG2 M. MARTY
EG2 M. MARTY
 
RD1 Aline Delatte
RD1 Aline DelatteRD1 Aline Delatte
RD1 Aline Delatte
 
EP1 Marc BARRA
EP1 Marc BARRAEP1 Marc BARRA
EP1 Marc BARRA
 
TP5 Nicolas URIEN
TP5 Nicolas URIENTP5 Nicolas URIEN
TP5 Nicolas URIEN
 
10 Insightful Quotes On Designing A Better Customer Experience
10 Insightful Quotes On Designing A Better Customer Experience10 Insightful Quotes On Designing A Better Customer Experience
10 Insightful Quotes On Designing A Better Customer Experience
 
How to Build a Dynamic Social Media Plan
How to Build a Dynamic Social Media PlanHow to Build a Dynamic Social Media Plan
How to Build a Dynamic Social Media Plan
 
Learn BEM: CSS Naming Convention
Learn BEM: CSS Naming ConventionLearn BEM: CSS Naming Convention
Learn BEM: CSS Naming Convention
 
SEO: Getting Personal
SEO: Getting PersonalSEO: Getting Personal
SEO: Getting Personal
 

Similaire à EP4 Jean Michel VINCENT

Boismenu - Urban foresight - 15-09-2011
Boismenu - Urban foresight - 15-09-2011Boismenu - Urban foresight - 15-09-2011
Boismenu - Urban foresight - 15-09-2011pablocornide
 
Synthèse du débat 130718 modif-v5
Synthèse du débat 130718 modif-v5Synthèse du débat 130718 modif-v5
Synthèse du débat 130718 modif-v5am_kopanski
 
Synthese des travaux du debat national sur la transition energetique de la Fr...
Synthese des travaux du debat national sur la transition energetique de la Fr...Synthese des travaux du debat national sur la transition energetique de la Fr...
Synthese des travaux du debat national sur la transition energetique de la Fr...Pôle Réseaux de Chaleur - Cerema
 
urbanisme durable , développement durable
urbanisme durable , développement durableurbanisme durable , développement durable
urbanisme durable , développement durableMȉss ArćhiťeĉtuƦā
 
Plaquette institutionnelle de l'IAU île-de-France
Plaquette institutionnelle de l'IAU île-de-FrancePlaquette institutionnelle de l'IAU île-de-France
Plaquette institutionnelle de l'IAU île-de-FranceL'Institut Paris Region
 
"La décennie décisive" • Building Beyond 2021
"La décennie décisive" • Building Beyond 2021"La décennie décisive" • Building Beyond 2021
"La décennie décisive" • Building Beyond 2021Leonard
 
Propositions MR pour faire "sauter les bouchons"
Propositions MR pour faire "sauter les bouchons"Propositions MR pour faire "sauter les bouchons"
Propositions MR pour faire "sauter les bouchons"Michel Péters
 
La rénovation urbaine
La rénovation urbaineLa rénovation urbaine
La rénovation urbaineYazid B
 
Planification urbaine 04
Planification urbaine 04Planification urbaine 04
Planification urbaine 04Sami Sahli
 
Planification urbaine
Planification urbainePlanification urbaine
Planification urbaineSami Sahli
 
DCM n°394 2016 annexe 1
DCM n°394   2016 annexe 1DCM n°394   2016 annexe 1
DCM n°394 2016 annexe 1rennesmetropole
 
Présentation exploration Sharitories - Le Lab
Présentation exploration Sharitories - Le LabPrésentation exploration Sharitories - Le Lab
Présentation exploration Sharitories - Le LabLe Lab OuiShare x Chronos
 
20140220 pays de loire 2040, une vision et trois axes stratégiques comme poin...
20140220 pays de loire 2040, une vision et trois axes stratégiques comme poin...20140220 pays de loire 2040, une vision et trois axes stratégiques comme poin...
20140220 pays de loire 2040, une vision et trois axes stratégiques comme poin...Véronique SEEL (Michaut)
 
Vers une plus grande attractivité
Vers une plus grande attractivitéVers une plus grande attractivité
Vers une plus grande attractivitéSCoT-LHPCE
 

Similaire à EP4 Jean Michel VINCENT (20)

Boismenu - Urban foresight - 15-09-2011
Boismenu - Urban foresight - 15-09-2011Boismenu - Urban foresight - 15-09-2011
Boismenu - Urban foresight - 15-09-2011
 
Synthèse du débat 130718 modif-v5
Synthèse du débat 130718 modif-v5Synthèse du débat 130718 modif-v5
Synthèse du débat 130718 modif-v5
 
Synthese des travaux du debat national sur la transition energetique de la Fr...
Synthese des travaux du debat national sur la transition energetique de la Fr...Synthese des travaux du debat national sur la transition energetique de la Fr...
Synthese des travaux du debat national sur la transition energetique de la Fr...
 
Setec juin 09
Setec juin 09 Setec juin 09
Setec juin 09
 
urbanisme durable , développement durable
urbanisme durable , développement durableurbanisme durable , développement durable
urbanisme durable , développement durable
 
Grand Lyon
Grand Lyon Grand Lyon
Grand Lyon
 
Plaquette institutionnelle de l'IAU île-de-France
Plaquette institutionnelle de l'IAU île-de-FrancePlaquette institutionnelle de l'IAU île-de-France
Plaquette institutionnelle de l'IAU île-de-France
 
Géographie urbaine
Géographie urbaineGéographie urbaine
Géographie urbaine
 
"La décennie décisive" • Building Beyond 2021
"La décennie décisive" • Building Beyond 2021"La décennie décisive" • Building Beyond 2021
"La décennie décisive" • Building Beyond 2021
 
Propositions MR pour faire "sauter les bouchons"
Propositions MR pour faire "sauter les bouchons"Propositions MR pour faire "sauter les bouchons"
Propositions MR pour faire "sauter les bouchons"
 
La rénovation urbaine
La rénovation urbaineLa rénovation urbaine
La rénovation urbaine
 
Géographie urbainea
Géographie urbaineaGéographie urbainea
Géographie urbainea
 
cours
courscours
cours
 
cours
courscours
cours
 
Planification urbaine 04
Planification urbaine 04Planification urbaine 04
Planification urbaine 04
 
Planification urbaine
Planification urbainePlanification urbaine
Planification urbaine
 
DCM n°394 2016 annexe 1
DCM n°394   2016 annexe 1DCM n°394   2016 annexe 1
DCM n°394 2016 annexe 1
 
Présentation exploration Sharitories - Le Lab
Présentation exploration Sharitories - Le LabPrésentation exploration Sharitories - Le Lab
Présentation exploration Sharitories - Le Lab
 
20140220 pays de loire 2040, une vision et trois axes stratégiques comme poin...
20140220 pays de loire 2040, une vision et trois axes stratégiques comme poin...20140220 pays de loire 2040, une vision et trois axes stratégiques comme poin...
20140220 pays de loire 2040, une vision et trois axes stratégiques comme poin...
 
Vers une plus grande attractivité
Vers une plus grande attractivitéVers une plus grande attractivité
Vers une plus grande attractivité
 

Plus de Emmanuelle Helsens

Plus de Emmanuelle Helsens (6)

OG5 Adrien LABAEYE
OG5 Adrien LABAEYEOG5 Adrien LABAEYE
OG5 Adrien LABAEYE
 
OP4 Mathieu Baisez
OP4 Mathieu BaisezOP4 Mathieu Baisez
OP4 Mathieu Baisez
 
ED4 Hortense SERRET
ED4 Hortense SERRETED4 Hortense SERRET
ED4 Hortense SERRET
 
SF4-Nolwenn BERTRAND
SF4-Nolwenn BERTRANDSF4-Nolwenn BERTRAND
SF4-Nolwenn BERTRAND
 
RG5-Chris ROORDA
RG5-Chris ROORDARG5-Chris ROORDA
RG5-Chris ROORDA
 
OG3-Madeleine NOEUVEGLISE
OG3-Madeleine NOEUVEGLISEOG3-Madeleine NOEUVEGLISE
OG3-Madeleine NOEUVEGLISE
 

EP4 Jean Michel VINCENT

  • 1. atelier de 32 vre urbaine aîtrise d’œu m mbre 2014 er au 26 septe du 1 e TERRITORIALISER LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, ÉCOLOGIQUE, URBAINE ET RURALE Modalités de l’appel à candidatures L’atelier est ouvert à toutes les formations : artistes, urbanistes, designers, architectes, sociologues, géographes, économistes, ingénieurs, photographes, paysagistes… ou autres : il s’adresse aux jeunes professionnels, et aux étudiants de niveau master minimum, de toutes nationalités et disciplines. Conditions pour postuler : Maîtrise de l’anglais, disponibilité complète aux dates de l’atelier, limite d’âge 30 ans, envoi d’un dossier reprenant le sujet de l’atelier, appliqué à un autre site, de préférence dans le pays d’origine du candidat. Date limite de candidature : avril 2014. Plus d’informations sur le site www.ateliers.org/transition Les Ateliers Internationaux de Maîtrise d’Œuvre Urbaine Le Verger, rue de la Gare BP 90047 95020 Cergy-Pontoise Cedex +33 1 34 41 93 91 contact@ateliers.org le sud francilien comme laboratoire ent écessaire et urg tendu : il est n C’est en initiatives, les transition ! Les Les d’organiser la nt sur le sujet. ns se multiplie ortants, réflexio gager sont imp ngements à en cha ers – jets les plus div ion touchent aux su ion, la product , la consommat nos l’alimentation t l’évolution de – et interrogen d’énergie s. Lors de cette comme petite nt villes, grandes rs vous propose e session, les Atelie itoire 32 t un grand terr uré lorer commen d’exp -France), struct la région Île-de ter et (le sud de cile, peut inven nergie fossile fa ous par l’é re transition. V œuvre sa prop os villes mettre en faire évoluer n bres, erez comment imagin rendre plus so itoires pour les ts. et leurs terr s et accueillan , plus agréable ts plus intelligen
  • 2. C’est entendu : il est nécessaire et urgent d’organiser la transition ! Les initiatives, les réflexions se multiplient sur le sujet. Les changements à engager sont importants, touchent aux sujets les plus divers – l’alimentation, la consommation, la production d’énergie – et interrogent l’évolution de nos villes, grandes comme petites. Lors de cette 32e session, les Ateliers vous proposent d’explorer comment un grand territoire (le sud de la région Île-de-France), structuré par l’énergie fossile facile, peut inventer et mettre en œuvre sa propre transition. Vous imaginerez comment faire évoluer nos villes et leurs territoires pour les rendre plus sobres, plus intelligents, plus agréables et accueillants. Engager le changement en partant d’un territoire nécessite de traduire localement les enjeux planétaires : on peut se baser sur les émissions de CO2 des automobiles ou des logements par exemple, mais aussi la distance domicile–travail, les kilowattheures utilisés pour le chauffage, la provenance de ce que l’on mange. Il faut ainsi caractériser les flux concernant ce territoire, qui forment son métabolisme : mouvements d’hommes et de marchandises, de produits et de déchets, flux d’énergie, de gaz à effet de serre, etc. La quantification de ces flux permet ainsi une identification des leviers d’actions propre à ce territoire. Mais il n’est possible d’engager une transformation qu’en prenant également en compte la réalité humaine de ce territoire. Chaque acteur ou institution a ses contraintes, ses objectifs propres : on pourra avoir affaire à des entreprises enfermées dans des investissements à 20 ans qui leur « interdisent » tout changement de cap, à des associations disposant de peu de moyens financiers mais de beaucoup d’énergie humaine… autant de logiques, sociales, économiques et culturelles qui forment également le territoire. Passer à l’action nécessite de prendre en compte cette réalité et de se baser sur cette diversité pour ajuster les actions aux acteurs, d’identifier les points de leviers, de saisir les mutations en cours, de créer des effets de réactions en chaîne. De fait, le territoire est constellé de « transformations silencieuses », permettant de réaliser la transition (de la constitution d’un réseau de parcs vélos adaptés à la reprise d’un bâtiment logistique obsolète pour en faire un lieu de culture) qui méritent d’être mises en lumière, d’être coordonnées et intégrées à une stratégie territoriale de transition. Au-delà du constat (précédemment fait sur le Titanic) de « L’Iceberg à tribord » et de la nécessité de changer de direction sans arrêter les machines, il est stratégique d’identifier les leviers sociaux, économiques, territoriaux. Il est fondamental de rendre visibles les pionniers ordinaires de la transition afin de catalyser les actions en interaction avec les politiques publiques. La transition : moins et mieux L’exploitation massive des énergies fossiles, et avec elles des minerais, le progrès technique, ont pu nous faire croire au XXe siècle que tout était possible. L’allongement de la durée de vie, l’élévation du niveau de vie et le confort ainsi procuré ont été des moteurs de cette révolution énergétique sur une planète apparemment infinie. Le changement climatique vient nous rappeler également les conséquences négatives et l’envers de la médaille de cette façon de vivre. Au regard de la finitude des ressources naturelles et de la croissance du nombre d’êtres humains (sept milliards aujourd’hui, bientôt neuf, pour moins de deux milliards en 1900), nous (l’humanité) n’avons d’autre choix pour mieux vivre que de vivre différemment, selon un fil rouge bien identifié : « Moins d’énergies fossiles, moins de minerais… et plus d’intelligence collective, dans un partage raisonné des espaces et des ressources, selon un chemin économique et social acceptable, dans le plaisir de vivre. » Des bruissements à l’échelle de la planète 32e atelier de maîtrise d’œuvre urbaine du 1er au 26 septembre 2014 le sud francilien comme laboratoire Et l’ Île-de-France dans tout cela ? Comme toutes les grandes agglomérations, elle a connu un développement – humain et territorial – sans précédent au cours du XXe siècle sur la base d’une recette bien éprouvée : développement d’infrastructures et accroissement généralisé de la mobilité, urbanisation par grands tenants et développement de zones mono fonctionnelles. Pour répondre aux grands enjeux de la transition, l’accent est aujourd’hui mis sur le développement de nouvelles infrastructures de transport en commun (le Réseau Grand Paris Express) et sur la densification des territoires desservis par ces systèmes de transport. Il s’agit ainsi de re-structurer la partie la plus centrale de l’agglomération parisienne. Nous proposons de travailler sur le Sud de l’ Île-de-France qui couvre l’ensemble du département de l’Essonne ainsi qu’une partie des départements des Yvelines et de la Seine-et-Marne. Ce territoire est caractéristique de la croissance urbaine (et des systèmes urbains) fondée sur les énergies fossiles et qui, dans le même temps, dispose d’atouts forts pour organiser la transition. L’Essonne fait partie de ce que l’on appelle couramment la La région île-de-France, qui pourrait s’appeler région Francilienne, est centrée sur la ville de Paris et se situe au coeur du bassin parisien. Le bassin parisien compte la Picardie, le Centre, la Champagne et la Normandie comme régions mitoyennes de l’Île-de-France. Des ville comme Reims, Amiens, le Havre ou Orléans se trouvent à moins de 2h de train de Paris. légende territoires urbanisés forêt et milieux semi-naturels territoires agricoles 100km N OISE EURE ise VAL D’OISE l’O AISNE eine la S la Marne PARIS YVELINES Parc naturel régional Chevreuse Forêt de Rambouillet Parc agricole du Plateau de Saclay Parc agricole du Triangle vert et du Hurepoix EVRY Plaines agricoles de la Brie de la Beauce PARIS … Un laboratoire pour la transition AUBE ine la Se Parc agricole du Plateau de Saclay YONNE Parc agricole du Triangle vert et du Hurepoix e espace boisé LOIRET espace agricole deuxième ou la grande couronne constitue une interface entre la partie centrale et urbanisée de l’agglomération (délimitée approximativement par l’A86) et les territoires ruraux du Bassin Parisien. Jusqu’au XIXe siècle, l’ensemble de ce territoire est majoritairement rural et forme le « grenier à blé » de Paris structuré autour de villes historiques comme Corbeil et Arpajon. L’arrivée du chemin de fer au XIXe siècle va entrainer un premier développement urbain, autour des gares. Au début du XXe siècle et surtout dans l’entre-deux-guerres, c’est le lotissement des grandes propriétés agricoles et la construction de pavillons pour (et souvent par) les ouvriers et employés de Paris qui transforme des hameaux et villages en villes de banlieue. Après la Seconde Guerre Mondiale, c’est l’heure des grands ensembles, qu’il faut construire vite pour répondre à la crise du logement. On utilise les vides des tissus urbains mais aussi on urbanise désormais les plateaux, loin des transports en commun souvent. Dans les années 60, il faut organiser et structurer ces grandes extensions urbaines du XXe siècle pour qu’elles ne soient pas uniquement des banlieues « dortoirs » : la ville nouvelle d’Evry (préfecture de l’Essonne) sort des champs. En parallèle, les infrastructures routières et ferroviaires continuent à se développer et à organiser ce territoire. Depuis, le développement urbain s’est poursuivi, toujours plus avant : la « frontière intérieure » se déplace désormais vers le OISE plateau de Vert-le-Grand ou au sud d’Arpajon. Il prend toujours régulièrement la forme de zones commerciales ou logistiques EURE autour des principales routes, et de lotissements pavillonnaires VAL D’OISE ise autour des hameaux existants. Depuis une vingtaine d’années l’O ont également émergé des opérations de renouvellement au sein des tissus urbains existants. Le Nord Essonnien est ainsi caractéristique de cette ville du XXe siècle, avec son aspect « patchwork » ine dû au mélange ldeSe a grandes zones d’activités, de lotissements mais aussi d’espaces verts et d’espaces agricoles. Il est caractéristique aussi par son métabolisme. YVELINES r son espace urbanisé MARNE MASSY ESSONE gé olo giq Parc naturel ue, régional Parc agricole nat Gâtinais ure du Gâtinais Forêt de l et pays Fontainbleau ager Plaines agricoles EURE-ET-LOIR Parc agricole du Plateau de Vert le Grand SEINE ET MARNE l’Es le sud de l’Île-de-France Co rri do Les Ateliers, association à but non lucratif créée en 1982 par les urbanistes de la Ville Nouvelle de Cergy-Pontoise, organise en France et à l’international des ateliers de production collective au service du projet territorial, permettant de porter un regard nouveau, varier les échelles, oublier les frontières administratives, revisiter les territoires. Au fil des ans, un réseau international s’est constitué autour des deux mille personnes qui ont déjà participé à l’un de ces ateliers : professionnels, universitaires et décideurs en matière d’aménagement urbain. La valeur ajoutée de ces ateliers réside d’une part dans la production d’analyses et d’idées originales, que la pression du quotidien et les rôles institutionnels ne permettent pas toujours de faire émerger, et d’autre part dans les rencontres et échanges entre les décideurs, acteurs et professionnels de l’urbain qui jalonnent le déroulement des ateliers. Un atelier est organisé en Île-de-France chaque année depuis plus de 30 ans : cet atelier réunit pendant 4 semaines une trentaine de participants de moins de 30 ans, qui travaillent en équipes internationales et pluridisciplinaires, au croisement de la planification et de l’architecture, en intégrant d’autres disciplines : géographie, économie, paysage, sociologie, art, ingénierie, environnement... Le travail collectif de production est accompagné par des professionnels et rythmé par des rencontres et des forums d’échanges. La conviction qui porte ces ateliers est que l’audace et l’inventivité des étudiants et jeunes professionnels peuvent directement servir les décideurs, pour leurs orientations stratégiques autant que pour les projets de développement de leur territoire, avec des propositions finales présentées directement aux responsables du territoire. L’Essonne urbaine et rurale… L’humanité dispose aujourd’hui des moyens – humains, matériels et immatériels – pour engager les changements nécessaires. La question est de savoir comment les mobiliser, et le plus rapidement possible ? Engager ces changements nécessite que tous s’engagent, chacun à son niveau : des citoyens aux gouvernements nationaux en passant par les instances inter ou supranationales. Au regard de l’ampleur et de l’urgence des enjeux, la démultiplication des actions est fondamentale. Cependant, le relatif insuccès des conférences internationales sur le climat montrent que les solutions au changement climatique ne naîtront sans doute pas d’une dynamique inter ou supra-gouvernementale. Heureusement, des initiatives, locales, collectives se multiplient à l’échelle de la planète pour organiser la transition sur un territoire. De proche en proche, ces initiatives s’additionnent, de la commune jusqu’à la planète. C’est de ce bruissement que peut donc émerger le monde à venir. C’est en partant des territoires que l’on peut sans doute trouver le chemin économique et social de la transition énergétique, écologique, acceptable. Nous sommes le problème, nous sommes la solution, là où nous vivons, travaillons, nous distrayons. nde m TERRITORIALISER LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE, ÉCOLOGIQUE, URBAINE ET RURALE Des flux et des hommes aéroport Parc naturel régional Ce territoire représente une échelle intermédiaire entre : Chevreuse MASSY Forêt de Rambouillet › La commune qui est le premier échelon territorial gouverné ; le conseil municipal, les services, les habitants et les entreprises, EVRY leurs associations et leurs syndicats y sont des décideurs de Co rr premier rang, eni capacité d’agir ; le maire en est l’acteur clé. do Cependant, ce territoire est trop resserré pour agir sur les flux r ESSONE gé EURE-ET-LOIR de matériaux, les éco-énergies, ou les éco-matériaux. olo Parc agricole › La région Île-de-France qui permetgiq une plus grande prise d’avoir du Plateau de ue qui sur les Parc agricole Vert le Grand flux de personnes et de matières et , n dispose d’atouts atu Gâtinais rel Forêt de et p Fontainbleau aysa Plaines agricoles ge Calendrier prévisionnel de rla session 2014 du Gâtinais N Le sud francilien se développe schématiquement depuis le pôle d’Orly (Aéroport international, Marché d’Intérêt National) et Massy (gare TGV, opéra). Il se décompose : le sud de l’Île-de-France espace urbanisé espace boisé espace agricole aéroport 10km N de la Beauce Automne-hiver 2013 mobilisation des partenaires de l’atelier au sein d’un comité LOIRET de suivi, avec les contributions d’un comité scientifique. Janvier 2014 publication du document problématique et lancement de l’appel à candidatures international one › L’axe stampien est un axe géologique mais aussi un corridor écologique qui fait la richesse paysagère du département de l’Essonne depuis la forêt de Fontainebleau (Seine et Marne) jusqu’à la forêt de Rambouillet (Yvelines). › Entre cet axe patrimonial et le territoire à dominante urbaine se dégagent des espaces ouverts à dominante agricole (des parcs agricoles) interrompus par des vallées urbanisées et des infrastructures. s l’Es › En une partie à dominante urbaine centrée sur le tripôle Orly, Massy, Evry (ville nouvelle) et qui se prolonge le long de la vallée de la Seine jusque Melun. › À l’Est de ce territoire, sur le département de la Seine et Marne, s’ouvrent les grandes plaines agricoles de la Brie. › Au Sud Ouest de ce territoire, au-delà de l’axe stampien, s’ouvrent les grandes plaines agricoles de la Beauce (Essonne, Eure et Loir, Loiret). légende dans la transition (elle est aux trois quarts agricole et forestière) tout en étant un pur produit de l’explosion démographique et de l’émigration urbaine qui a résulté de la révolution énergétique). Elle est cependant trop vaste pour que l’on puisse intégrer le quotidien des citoyens. Cette échelle coïncide ainsi avec l’organisation de la vie quotidienne tout en permettant de réfléchir et d’organiser des évolutions fortes vers la transition. L’articulation entre des tissus urbains et des espaces agricoles peut ainsi permettre d’agir sur les flux de matériaux, les éco-énergies, les éco-matériaux et faire émerger des pistes d’action comme les boucles locales alimentaires et énergétiques, l’économie circulaire (rappelons le : les aliments poussent majoritairement à la campagne et sont majoritairement utilisés en ville !). C’est à cette échelle, suffisamment large, que peuvent s’inscrire les actions multiples et diverses du changement de métabolisme durable de la ville et de la campagne. Ce territoire a accueilli de nombreuses expérimentations urbaines du XXe siècle (les lotissements, les grands ensembles, une ville nouvelle, mais aussi le mouvement des castors autour de l’auto-construction) : voilà un lieu idéal pour penser l’enjeu du XXIe siècle ! La diversité de ces tissus urbains et l’importance de ces infrastructures en font le lieu idoine pour organiser la transition : comment faire muter cet existant issu de la révolution énergétique précédente ? Comment rendre plus autonome ce territoire, qui a souvent été vu uniquement comme une partie d’un tout (le lieu d’habitat de personnes travaillant dans le centre de l’agglomération, le lieu d’accueil des activités logistiques nécessaires à l’ensemble de la région) ? La fulgurance de la croissance urbaine a donné lieu à des AISNE tissus urbains qui banalisent quelque fois les paysages (voire n’en tiennent pas compte) et qui souvent oublient les agréments nécessaires à la vie en ville. Comment rendre ce tissu urbain la Marne plus accueillant, plus agréable ? Peut-on rendre plus proche la ville et son territoire, la ville et le paysage qui l’accueille ? Comment passer d’un métabolisme fossile à un métabolisme renouvelable ? Comment poursuivre et prolonger l’histoire de ce territoire depuis la révolution industrielle puis énergétique ? Pour répondre aux enjeux de la transition, le sud francilien, SEINE ET MARNE près d’un million d’habitants, dispose de potentiels singuliers : des infrastructures logistiques nombreuses, un tissu économique diversifié (tertiaire,Plaines agricoles agriindustriel et logistique), des ressources coles et de biomasse en quantité, un réseau universitaire et de de la Brie recherche de premier plan, des espaces naturels et paysager de grande qualité, et des initiatives locales reconnues. L’espoir est donc permis d’envisager ce Sud francilien comme un laboratoire du changement, dans la mesure où il dispose d’atouts considéParc naturel régional rables pour inventer et mettre en œuvre sa propre transition. ine la Se YONNE Avril 2014 date limite pour candidater Printemps 2014 élaboration du programme détaillé de l’atelier et du document de contexte (document de référence pour les participants) 1er au 26 septembre 2014 atelier d’étudiants et de jeunes professionnels, sur quatre semaines MARNE AUBE