Chapitre	  4	  «	  Quelles	  sont	  les	  normes	  ?»	  	  Mes	  recommandations	  L’une	  des	  questions	  qui	  revient...
proviennent	  de	  deux	  sources	  :	  la	  littérature	  scientifique	  en	  général	  et	  l’expérience	  de	  l’auteur...
Cependant,	   elle	   doit	   être	   douce,	   non	   agressive	   et	   atraumatique.	   J’ai	   pu	   constater	   des	...
qui	  permet	  un	  acte	  sexuel	  harmonieux.	  Expliquer	  qu’avec	  le	  temps	  qui	  passe	  et	  le	  vieillissemen...
Au	   niveau	   des	   érections,	   la	   rareté	   des	   rapports,	   surtout	   quand	   elle	   n’est	   pas	   compe...
lequel	  on	  puisse	  agir,	  joue	  aussi	  un	  rôle	  important	  pour	  réduire	  la	  durée	  de	  la	  phase	  réfr...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

"Erection, mode d'emploi" Dr R. Virag / Quelles sont les normes ?

2 151 vues

Publié le

Ebook du Dr Ronald Virag.

Une partie du Chapitre 4, "Quelles sont les normes ? Voici les recommandations du Dr Virag" en libre accès sur Slideshare.
Pour continuer la lecture et acheter le livre sur vos tablettes (9,99 euros), rendez-vous sur les plateformes de téléchargement :

- Amazon
- en français : http://www.amazon.fr/Erection-mode-demploi-ebook/dp/B00CM1MO0Y/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1369931942&sr=1-1&keywords=erection
- en anglais : http://www.amazon.fr/Erection-the-users-guide-ebook/dp/B00CMDI30W/ref=sr_1_5?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1369931980&sr=1-5&keywords=erection

- Kobo
- en français : http://www.kobobooks.com/ebook/Erection-mode-demploi/book-DNvxJIDBSkavPZmpbPaI7Q/page1.html?s=w0eWYSxDmE-4ldkewk1Prw&r=1
- en anglais : http://www.kobobooks.com/ebook/Erection-the-users-guide/book-1oBa4OAHc0GdBaV3Cw43Pw/page1.html?s=hEdqpLVhfU2_RkK1MSHc_A&r=1

- Itunes
- en français : https://itunes.apple.com/fr/book/erection-mode-demploi/id645486207?mt=11
- en anglais : https://itunes.apple.com/fr/book/erection-the-users-guide/id645247610?mt=11

- Google Play
- en français : https://play.google.com/store/books/details/Ronald_Virag_Erection_mode_d_emploi?id=rOko5qOIuz4C&feature=search_result#?t=W251bGwsMSwyLDEsImJvb2stck9rbzVxT0l1ejRDIl0.
- en anglais : https://play.google.com/store/books/details/Ronald_Virag_Erection_the_user_s_guide?id=FNuis_sZ-lkC&feature=more_from_author#?t=W251bGwsMSwyLDEwMywiYm9vay1GTnVpc19zWi1sa0MiXQ..

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 151
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
8
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

"Erection, mode d'emploi" Dr R. Virag / Quelles sont les normes ?

  1. 1. Chapitre  4  «  Quelles  sont  les  normes  ?»    Mes  recommandations  L’une  des  questions  qui  revient  le  plus  fréquemment  est  :  «  Docteur  suis-­‐je  normal  ?  ».  Que   ce   soit   à   propos   des   dimensions   de   l’organe,   de   la   fréquence   des   rapports,   de   celle   de   la  masturbation  ou  de  telle  pratique  sexuelle.  Et  à  ce  sujet,  une  plaisante  histoire  m’aide  toujours  en  consultation  :  c’est  celle  de  cette  sexologue  qui  animait  le  début  de  ses  conférences  «  grand  public  »  en  questionnant  l’auditoire  sur  la  fréquence  de  son  activité  sexuelle.  «  Dites  moi,  quels  sont  ceux  qui  parmi  vous  font  l’amour  tous  les  jours  ?  »  Quelques  rares  bras  s’élèvent…  «  Alors,  quels  sont  ceux  qui  ont   deux   à   trois   rapports   par   semaine  ?  ».   Une   bonne   moitié   de   l’assistance   lève   le   bras.   Le  questionnement   continue   jusqu’à   une   dernière   demande  :   «  Et   quels   sont   les   malheureux   qui   ont  moins   d’un   rapport   par   mois  ?  »   Un   petit   vieux   hilare   se   lève   en   criant   moi  !   Moi  !   «Et   pourquoi  trouvez   vous   ça   si   drôle  ?  »   questionne   notre   spécialiste.   «  Parce   que   c’est   demain  »   répond-­‐il   en  redoublant  de  rires…  »    Qu’importe  si  vous  êtes  heureux  avec  ce  que  vous  avez.  En  matière  sexuelle,  l’important  c’est  l’harmonie  et  le  partage.  Dans  ce  domaine  très  particulier  dominé  par  le  ressenti  du  plaisir,  il  n’est  pas  toujours  facile  de  faire  la  part  de  ce  qui  est  considéré  comme  «  normal  »,  ce  qui  appartient  à  l’insatisfaction  ou  pire,  à  une  certaine  forme  d’addiction.  Vis-­‐à-­‐vis  du  pénis  en  général  et  de  l’érection  en  particulier  on  est  vite  confronté  aux  chiffres.  Les  hommes  savent  parfaitement  combien  leur  voiture  consomme  de  carburant,  quel  est  le  bon  régime  du  moteur,  quand  il  faut  la  porter  à  réviser…  De  son  corps  et  encore  moins  du  fonctionnement  de  son   pénis,   il   ne   sait   rien,   ou   presque.   Pourtant   c’est   l’objet   de   tous   ses   fantasmes   et   de   son  inquiétude...   Interrogations   saugrenues   pour   le   spécialiste,   insistantes   sur   telle   ou   telle   anomalie,  performance  ou  mensuration  jugée  médiocre.  A  une  période  tellement  normative,  il  faut  se  risquer  à  donner  des  chiffres.  Pour  le  lecteur,  ils  doivent  demeurer  des  repères  et  non  des  règles  absolues.  Ils  
  2. 2. proviennent  de  deux  sources  :  la  littérature  scientifique  en  général  et  l’expérience  de  l’auteur  qui  a  examiné   le   pénis   de   plus   de   15   000   patients   dont   il   a   recueilli   les   doléances   ou   simplement   le  questionnement.    CE  QU’IL  FAUT  SAVOIR  • Questions  /    Réponses  sur  la  dimension  du  pénis      Seules  des  verges  en  érection  d’une  longueur  inférieure  à  8  cm  peuvent  poser  des  problèmes  lors  de  l’acte   sexuel.   Aux   angoissés   de   la   longueur   je   pose   la   question   suivante  :   «  Connaissez   vous   la  distance   entre   l’orifice   vaginal   et   le   col   de   l’utérus  ?  »   La   réponse   est   presque   toujours  :   «  <euh  !  Non  »  ;  réponse  du  spécialiste  :    «  8  cm  ».  Puis-­‐je  vous  rassurer  en  indiquant  que  les  femmes  ne  se  plaignent  qu’exceptionnellement  d’un  manque  de  longueur  de  l’organe  viril  de  leur  partenaire1  ?  Si  gêne  ressentie  il  y  a,  c’est  vis-­‐à-­‐vis  de  la  circonférence  qu’elle  s’exercera.  Les  femmes  se  plaindront  d’une  gracilité  de  la  verge  empêchant  le  ressenti  lors  du  coït.  En  bref  on  est  en  droit  de  s’alarmer  si  la  longueur  de  la  verge  en  érection  et/ou  si  sa  circonférence  moyenne  sont  inférieurs  à  8  cm.    Ø A   l’attention   des   parents,   une   surveillance   des   organes   génitaux   du   petit   enfant   est  indispensable  car  c’est  avant  la  puberté  que  l’on  peut  agir  en  cas  de  micropénis.2    • Questions  /  Réponses  sur  l’érection  La   masturbation   est-­‐elle   dangereuse  ?   Non   mais…   Elle   est   naturelle   dans   les   deux   sexes,   on   en  convient  après  des  siècles  d’interdit  moral  puis  de  nocivité  alléguée.  Elle  peut  même  être  conseillée  pour  pallier  à  une  inactivité  sexuelle  circonstancielle  (absence  de  partenaire,  rupture,  veuvage  etc.).                                                                                                                            1  Dans  une  étude  faite  par  le  Kinsey  Institute,  il  est  intéressant  de  constater  que  les  hommes  sous  évaluaient  les  dimensions  du  pénis,  alors  que  les  femmes  les  surévaluaient  !  2  De   nombreuses   études   signalent   la   recrudescence   de   malformations   congénitales   des   organes   génitaux  externes,  spécialement  de  micropénis,  quand  les  mamans  sont  exposées  aux  pesticides  en  particulier.  
  3. 3. Cependant,   elle   doit   être   douce,   non   agressive   et   atraumatique.   J’ai   pu   constater   des   lésions   de  l’enveloppe   de   la   verge   (albuginée)   probablement   liées   à   un   auto-­‐érotisme   trop   violent.   (Voir   2°  Partie,   chapitres   5   et   6).   J’ai   le   souvenir   d’un   jeune   garçon   d’une   vingtaine   d’années,   venu   me  consulter,   accompagné   par   son   père,   pour   une   déformation   assez   importante   de   son   pénis.   Le  diagnostic   de   maladie   de   La   Peyronie   (un   épaississement   de   l’albuginée)   avait   été   porté   sans  identification  de  son  origine.  En  fait  le  garçon  tordait  violemment  sa  verge  rigide  pour  empêcher  le  sperme   de   souiller   vêtements   et   draps.   L’albuginée   s’était   rompue   partiellement   entraînant   la  déformation.  Une  opération  s’avéra  nécessaire  pour  redresser  la  situation.  La  masturbation  ne  doit  pas   être   compulsive   (plusieurs   fois   par   jour),   d’où   une   nécessaire   observation   des   ados   qui   s’y  adonnent.   L’un   de   ses   inconvénients   potentiels   serait   l’aggravation   d’une   tendance   naturelle   de  l’homme  à  l’éjaculation  rapide.  En  effet  la  recherche,  dans  le  jeune  âge,  d’un  plaisir  souvent  vécu  caché  et  dans  l’interdit  fixe  dans  le  schéma  cérébral  ce  réflexe  d’éjaculation  rapide  qu’il  sera  ensuite  difficile   de   ralentir   lors   d’une   activité   sexuelle   partagée.   On   s’inquiétera   aussi   d’une   distorsion  possible  entre  le  plaisir  plus  intense  pris  lors  de  la  masturbation  comparé  à  celui  ressenti  lors  des  rapports.  Il  s’agit  souvent  d’hommes  ayant  continué  de  se  masturber  aussi  fréquemment  qu’avant,  malgré  l’installation  d’une  vie  de  couple  et/ou  de  relations  suivies.  Toutes  les  études  montrent  que,  habituellement,   la   fréquence   de   la   masturbation   diminue   dès   la   survenue   d’une   vie   sexuelle  épanouie  avec  partenaire.  La  poursuite  d’une  activité  solitaire  dans  un  couple  souligne  l’insuffisance  ressenti  des  rapports,  quelle  qu’en  soit  la  cause.  • Questions  /  Réponses  sur  la  rigidité  La  crainte  de  ne  pas  être  assez  rigide  pour  pénétrer  amène  à  la  consultation  de  nombreux  hommes  même  s’ils  n’ont  pas  de  difficultés  particulières  avec  comme  simple  plainte  :  «  Docteur,  je  suis  inquiet  je   sens   que   je   ne   suis   pas   aussi   rigide   qu’avant.   Que   se   passe-­‐t-­‐il  ?  »   Après   avoir   vérifié   par   des  examens  précis  (voir  2ème  Partie  :  chapitre  7  «  Les  moyens  de  savoir  et  de  quantifier  »)  l’absence  de  toute  anomalie,  il  faut  rassurer  et  faire  de  la  pédagogie.  La  rigidité  nécessaire  et  suffisante  est  celle  
  4. 4. qui  permet  un  acte  sexuel  harmonieux.  Expliquer  qu’avec  le  temps  qui  passe  et  le  vieillissement  des  tissus  la  formidable  rigidité  de  la  verge  adolescente  diminue  peu  à  peu.  Et  puis  aussi  qu’elle  peut  se  révéler   variable   avec   les   circonstances,   les   stimuli   ou   même   le   remplissage   de   la   vessie   qui   la  renforce.   L’important   dans   ces   conditions   c’est   de   rassurer   en   raisonnant   l’inquiet.   L’humour  emporte  souvent  la  décision.  Et  plutôt  que  d’indiquer  sentencieusement  que  «  c’est  dans  la  tête»,  j’opine  dans  le  sens  de  la  plainte  :  «    Oui  c’est  possible  que  vous  le  ressentiez,  mais  vous  savez,  votre  outil  là,  ce  n’est  pas  fait  pour  percer  un  mur…  »  «  Oui  je  sais  mais  quand  même…  me  répondra-­‐t-­‐on,  ce   n’est   pas   comme   avant…  ».   «  Mais   votre   partenaire   s’en   est   aperçu  ?  »   «  Non   pas   du   tout  !  ».  «  Alors,  je  peux  vous  rassurer  :  érections  matinales  de  bonne  qualité  +  vie  sexuelle  normale  +  examens  strictement  normaux    =  je  ne  pense  pas  vous  revoir  avant  une  dizaine  d’années  et  encore  ».  On  peut  aussi  se  livrer  à  un  exercice  pédagogique  en  indiquant  la  pratique  d’une  sorte  de  «    gymnastique  érectile  »   destinée   à   renforcer   la   musculature   périnéale,   celle   qui   entoure   la   base   de   la   verge.  Contractée  lors  de  l’érection,  elle  permet  d’obtenir  un  surcroît  de  rigidité,  en  même  temps  qu’une  élévation  supplémentaire  de  l’organe.  Nombreux  sont  les  hommes  incapables  de  l’utiliser.  On  verra  aussi  quelle  utilisation  de  ces  muscles  peut  être  conseillée  pour  retarder  le  moment  de  l’éjaculation.  (Voir  ci-­‐dessous  «  éjaculation  et  érection  »).  • Questions  /  Réponses  sur  les  fréquences  des  rapports  sexuels  et  érections  La  moyenne  générale  est  de  deux  rapports  par  semaine3.  Là  encore  comme  toutes  les  statistiques  le  démontrent   et   comme   l’illustre   la   petite   histoire   relatée   au   début   de   chapitre   tout   est   relatif.  L’activité  sexuelle  est  d’une  extrême  variabilité,  suivant  les  individus  et  aussi  à  l’intérieur  d’un  même  couple.  Age  des  protagonistes,  âge  de  la  relation,  circonstances  etc.  Deux  paramètres  me  paraissent  fondamentaux  et   qui   sont   sources   de   problèmes  :   l’inadéquation   de   la   demande   à   l’intérieur   du  couple   et   la   trop   grande   rareté   des   rapports.   D’une   manière   générale,   pour   l’individu   c’est  l’insatisfaction  engendrée  par  une  trop  rare  activité  ;  pour  le  couple  c’est  une  rupture  de  l’harmonie.                                                                                                                            3  Quand  je  pose  la  question  de  la  fréquence  souhaitée  des  rapports,  la  réponse  dénote  une  attente  supérieure  :  «  3    à  4  fois  par  semaine  en  moyenne…  »  
  5. 5. Au   niveau   des   érections,   la   rareté   des   rapports,   surtout   quand   elle   n’est   pas   compensée   par   la  masturbation,  est  dommageable,  car  l’érection  provoquée  et  même  spontanée  se  raréfient.  «  Use  it  or  loose  it4  »  clament  les  anglo-­‐saxons.    Cela  est  surtout  vrai  après  la  cinquantaine.  • Questions  /  Réponses  sur  l’éjaculation  et  l’érection  :    Il  faut  s’astreindre  tôt  dans  la  vie  sexuelle  au  contrôle  du  moment  de  l’éjaculation  pour  éviter  une  débandade  trop  précoce  et  favoriser  l’harmonie  sexuelle.  Une  gymnastique  cérébrale  et  physique  est  indispensable,   car   plus   tard   peu   de   traitements   seront   efficaces   pour   remédier   à   cette   véritable  infirmité.   L’apprentissage   du   contrôle   de   l’éjaculation   demande   une   parfaite   stabilité   et   durée   de  l’érection.   La   maîtrise   du   réflexe   implique   une   bonne   connaissance   des   degrés   de   l’excitation  sexuelle  et  en  particulier  la  perception  de  ce  que  l’on  appelle  le  «  point  de  non  retour  »,  le  moment  précis  où  le  réflexe  se  déclenche.  La  maîtrise  exige  de  contrôler  son  excitation  en  utilisant  à  la  fois  son  cerveau,  les  muscles  autour  du  pénis  et  sa  respiration  pour  ne  pas  dépasser  ce  «  point  de  non-­‐retour  »,  au-­‐delà  duquel  l’éjaculation  puis  la  perte  de  l’érection  surviennent  inexorablement5.    • Questions  /  Réponses  sur  la  durée  de  «  la  période  réfractaire  »  Encore   une   préoccupation   fréquente.   «  Redoubler  »,   «  remettre   le   couvert  »…   Une   préoccupation  fréquente  avec  deux  plaintes  :  «  Pour  ça  je  n’ai  jamais  pu,  de  ma  vie,  recommencer  après  un  premier  rapport  »    ou  bien  associé  bien  souvent  à  une  dégradation  de  l’érection  :  «  En  plus,  maintenant  il  me  faut  de  plus  en  plus  de  temps  avant  de  pouvoir  bander  de  nouveau…  »  Suivant  l’âge  et  les  individus,  la  durée  de  cette  période  de  repos  érectile  va  de  quelques  instants  à  plusieurs  heures  ou  jours.  Nous  avons  peu  de  données  scientifiques  sur  ce  phénomène.  Il  est  sans  doute  lié  à  un  ensemble  de  mécanismes  biologiques  à  la  fois  au  niveau  cérébral  et  pénien.  On  a  vu  l’influence  «  calmante  »  des  neurotransmetteurs  émis  lors  de  l’orgasme,  puis  celle  excitatrice  de  la  sensation   de   «  manque  »   lorsque   leur   effet   s’épuise.   Le   taux   de   testostérone,   l’un   des   seuls   sur                                                                                                                            4  «  Utilise-­‐le  ou  perds-­‐le  ».  5  B.  Kessling,  Comment  faire  l’amour  toute  la  nuit,  Ed.  Albin  Michel,  Paris,  1996.  
  6. 6. lequel  on  puisse  agir,  joue  aussi  un  rôle  important  pour  réduire  la  durée  de  la  phase  réfractaire.  On  sait  aussi  que  de  nombreux  médicaments  antidépresseurs  et  les  anti  androgènes  sont  néfastes.  • Questions  /  Réponses  sur  l’attraction  sexuelle  et  l’érection    «  Quand  je  pense  à  Fernande,  je  bande…  quand  je  pense  à  Félicie  je  bande  aussi,  quand  je  pense  à  Léonore  mon  Dieu  je  bande  encore  mais  quand  je  pense  à  Lulu,  là  je  ne  bande  plus  ».  «  La  bandaison  Papa,   ça   ne   se   commande   pas   …  »   chante   Georges   Brassens   avec   une   justesse   correspondant  parfaitement   à   la   réalité   physiologique.   L’attraction   sexuelle   pour   l’autre   sexe   est   majoritaire   et  universelle  pour  neuf  individus  sur  dix.  L’érection  sera  provoquée  pour  et  par  le  sexe  opposé,  dans  la  réalité  comme  dans  les  rêves  et  les  fantasmes.  Cela  est  inné  et  univoque  :  «  quand  je  pense  à  Lulu,  là  je   ne   bande   plus  ».   Une   petite   minorité   (5%)   d’hommes   est   soit   bissexuel   soit   homosexuel.  L’attraction  vers  l’un  ou  l’autre  sexe  est  évidente  dès  le  plus  jeune  âge,  sans  doute  déterminée  par  des  facteurs  plus  physiologiques  que  psychologiques6.  Il  n’y  a  pas  de  réel  choix  au  sens  philosophique  du   terme.   Dans   ce   contexte   pas   d’équivoque  :   l’acceptation   des   individus   minoritaires   va   de   soi.  Quelle   que   soit   l’orientation   sexuelle,   les   données   et   les   problèmes   posés   par   l’érection   sont  identiques,   voir   même   exacerbés   dans   la   communauté   homosexuelle   qui   est   plus   exigeante   et  encore  plus  sensible  à  la  moindre  dégradation  de  sa  masculinité.    • Questions  /  Réponses  sur  l’âge,  pénis  et  érection                                                                                                                                6  Le  sexe  de  l’Homme,  op.cit.  pp.  301-­‐321.  

×