Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

BARBARIC APOCALYPSE

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 5 Publicité

BARBARIC APOCALYPSE

Télécharger pour lire hors ligne

Women are just not worse than men. They are just the same. Blacks, colored, minorities, gays, lesbians, and all others are just as bloody-minded as any satanic devil. Torturing is natural for all of them. Enslaving the other groups is the basic rule for anyone and there is no exception. Raping, dismembering, and killing in any way you can imagine, slowly and brutally is the acme of this series. The basic question is for any elite in this series: how can I impose my permanent rule and who must I kill or exterminate to be sure no one will dare to question my authority that has to be divine in a religious way or in political perversity?

Women are just not worse than men. They are just the same. Blacks, colored, minorities, gays, lesbians, and all others are just as bloody-minded as any satanic devil. Torturing is natural for all of them. Enslaving the other groups is the basic rule for anyone and there is no exception. Raping, dismembering, and killing in any way you can imagine, slowly and brutally is the acme of this series. The basic question is for any elite in this series: how can I impose my permanent rule and who must I kill or exterminate to be sure no one will dare to question my authority that has to be divine in a religious way or in political perversity?

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus par Editions La Dondaine (20)

Plus récents (20)

Publicité

BARBARIC APOCALYPSE

  1. 1. WARNER BROS – THE 100 – 2014-2020 ENGLISH FIRST – FRANÇAIS ENSUITE A very long series with absolutely the same message from beginning to end. A nuclear holocaust destroys the earth, officially entirely and with no survivors, except a few hundred people who managed to find some refuge on an important space station, thus proving the nuclear holocaust had been planned. The action starts when the surviving time for this space station, due to oxygen and water shortages, is reduced to a few months. They started eliminating fair chunks of their population, of themselves, to guarantee a longer survival period for the happy few who were not eliminated. But quite a few years have gone by, and they want to test the surface of the earth, and they decide to send down there one hundred young members of the community in the space station that have been classified delinquents for various offenses they have committed, like stealing some resources for their own consumption despite the rationing that is imposed onto the community. Not only do these 100 people sent back to earth to what could be their death find out the surface is livable, but that survivors have managed to escape the holocaust, at least two or more groups absolutely hostile against one another. The whole series is going to be the confrontation of these 100, and soon enough all those from the space station who will come down before dying due to the lack of oxygen, with these various groups. Then from one season to the next, another large group of people in another space station, the vast majority of them actually frozen in pods to be revived and brought back to life any time the few who are not frozen and thus are taking care of the space station deem it necessary. All these people are criminals from earth who have been expelled from the planet as some kind of imprisonment, exclusion from good society, and all that to escape the nuclear holocaust, by plotting or by pure accident. With the years the original people of the first space station, including the survivors of the 100 guineapigs sent to earth to verify if human life was still or already possible, will be the only survivors, but for what? When the full series has been watched, the 25,050 minutes of it all, the systematic idea is that the human species, or at times on other planets, the humanoid species can only do two things: first, develop some science, medicine, and technology to improve their way of life, and second and at the very same time, organize themselves spontaneously or circumstantially in communities that will fight against one another to control territories and resources. Some of these communities will develop some political organization, with a religious dimension or not, that will always be hierarchical with an elite, elected if such elections mean anything in such circumstances, or not, which will control the community and impose its rule that can be some kind of systematic use of violence, cruelty, torture, execution, gladiatorlike competitions and fights to the death, one against one, or one against several fighters for the entertainment of the rest of the community, and such circus games – to the death mind you – considered as some kind of justice or even some kind of political decision, each fighter representing one political side of a decision that has to be taken. The surviving fighter carries the decision that is then imposed on everyone. The series thus is nothing but a long list of possible variations on this basic frame of mental imagination. It is very fast becoming vastly boring, and the end is even worse because this ranting and raving vision has to come to an end one day. A small group of the original 100 guinea pigs escapes in some magical way the final holocaust of the final war. They are sterile and will not procreate any more members. But we could wonder if they are really alive. They survive with the resources they have mostly recuperated from the finally destroyed humanoid society or societies that destroyed the human species in all possible forms in this final war. But these survivors are doomed to die one day, and the human species is doomed to be eradicated from the whole cosmic universe. This perfect apocalypse proves over and over again that this apocalypse is the result of conspiracies, wars, and power struggles within the human species. The idea is that as soon as a few hundred humans are brought together one way or the other, some smaller groups will start plotting all sorts of
  2. 2. conspirational actions to seize power, monopolize resources, eliminate the other groups and enslave most members in every group or community to be able to survive and increase their communal life expectancy, a concept only valid for the elite of course. All other members of the community just have a death expectancy that has to be early but after they have produced the added value necessary for the elite to prosper. In other words, humanity is doomed because humans are basically evil and cannot live in any sort of peace. So, the final survival of an extremely small group of absolutely sterile human beings is the final extinction of Homo Sapiens who are thus demonstrated as not being in any way able to think of their own future without weapons, wars, and bloody cruel extermination of groups that are declared unacceptable, especially those who do not want to submit to the enslavement to which they are confronted. Enjoy the series but to your own risks, perils, and hazards: you may come out of this experience convinced that first, the world is only North America, or even the USA, and the future can only be conquered by the violent action of a leading elite driving its own populace into wars against exactly the same hierarchical dictatorship of another elite in another community, and if there are more than two communities, then alliances will be necessary but these alliances will be betrayed as soon as some kind of opportunity will appear. This is nothing but the worst fascism or even nazism imaginable as the driving dynamics of the human species seen as an animal species that cannot survive but by being cruel, plotting power struggles, and killing as many members of their own species as possible. In many ways, this makes the human species unique since even the worst communities of wolves will not attack other wolf communities or start killing members of their own communities. Man is a wolf to man, as is well-known. But I humbly beg to disagree and to believe there is some hope if we accept to see humanity as a complex network of various cultures and societies that are all different and try to find ways to survive together within the acceptance of these differences. Diversity is the key word to this optimism of mine, but also the only answer to those who want to see a world entirely under the control of one philosophy, religion, or political organization, unified in such homogenized conformity that creativity would be banned from the universe. Dr. Jacques COULARDEAU VERSION FRANÇAISE Une très longue série avec absolument le même message du début à la fin. Un holocauste nucléaire détruit la terre, officiellement entièrement et sans aucun survivant, à l'exception de quelques centaines de personnes qui ont réussi à trouver refuge dans une importante station spatiale, prouvant ainsi que l'holocauste nucléaire avait été planifié. L'action commence lorsque le temps de survie à bord de cette station spatiale, en raison du manque d'oxygène et d'eau, est réduit à quelques mois. Ils ont commencé à éliminer une bonne partie de leur population, d'eux- mêmes, afin de garantir une plus longue période de survie aux quelques heureux élus qui n'ont pas été éliminés. Mais quelques années ont passé, et ils veulent tester la surface de la terre, et ils décident d'y envoyer cent jeunes membres de la communauté de la station spatiale qui ont été classés délinquants pour divers délits qu'ils ont commis, comme le vol de certaines ressources pour leur propre consommation malgré le rationnement qui est imposé à la communauté. Non seulement ces 100 personnes renvoyées sur terre vers ce qui pourrait être leur mort découvrent que la surface est vivable, mais que des survivants ont réussi à échapper à l'holocauste, au moins deux ou plusieurs groupes absolument hostiles les uns aux autres. Toute la série va être la confrontation de ces 100, et bientôt de tous ceux de la station spatiale qui descendront avant de mourir par manque d'oxygène, avec ces différents groupes. Puis d'une saison à l'autre, un autre grand groupe de personnes dans une autre station spatiale, la grande majorité d'entre eux étant en fait congelés dans des capsules pour être réanimés et ramenés à la vie quand les quelques personnes qui ne sont pas congelées et qui s'occupent donc de la station spatiale le jugent nécessaire. Tous ces gens sont des criminels de la terre qui ont été expulsés de la planète comme une sorte d'emprisonnement, d'exclusion de la bonne société, et
  3. 3. tout cela pour échapper à l'holocauste nucléaire, par complot ou par pur accident. Avec les années, les personnes originaires de la première station spatiale, y compris les survivants des 100 cobayes envoyés sur terre pour vérifier si la vie humaine était encore ou déjà possible, seront les seuls survivants, mais pour quoi faire ? Après avoir visionné l'intégralité de la série, soit 25 050 minutes, l'idée systématique est que l'espèce humaine, ou parfois sur d'autres planètes, les espèces humanoïdes, ne peuvent faire que deux choses : premièrement, développer une certaine science, médecine et technologie pour améliorer son mode de vie, et deuxièmement, et en même temps, s'organiser spontanément ou circonstanciellement en communautés qui se battront les unes contre les autres pour contrôler des territoires et des ressources. Certaines de ces communautés développeront une organisation politique, avec une dimension religieuse ou non, qui sera toujours hiérarchisée avec une élite, élue si de telles élections ont un sens dans de telles circonstances, ou non, qui contrôlera la communauté et imposera sa règle qui peut être une sorte d'utilisation systématique de la violence, de la cruauté, de la torture, de l'exécution, des compétitions de type gladiatorial et des combats à mort, un contre un, ou un contre plusieurs combattants pour le divertissement du reste de la communauté, et de tels jeux de cirque – jusqu’à la mort de tous les combattants sauf un – sont considérés comme une sorte de justice ou même une sorte de décision politique, chaque combattant représentant un côté politique d'une décision qui doit être prise. Le combattant survivant porte la décision qui est ensuite imposée à tous. La série n'est donc rien d'autre qu'une longue liste de variations possibles dans ce cadre de base de l'imagination mentale des producteurs. Cela devient très vite très ennuyeux, et la fin est encore pire car cette vision délirante doit bien sûr un jour prendre fin. Un petit groupe des 100 cobayes d'origine échappe par magie à l'holocauste final de la dernière guerre. Ils sont stériles et ne procréeront plus de membres. Mais on peut se demander s'ils sont vraiment vivants. Ils survivent avec les ressources qu'ils ont pour la plupart récupérées de la ou des sociétés humanoïdes finalement détruites et qui ont exterminé l'espèce humaine sous toutes les formes possibles dans cette dernière guerre. Mais ces survivants sont condamnés à mourir un jour, et l'espèce humaine est condamnée à être éradiquée de tout l'univers cosmique. Cette apocalypse parfaite prouve à l'envie que cette apocalypse est le résultat de complots, de guerres et de luttes de pouvoir au sein de l'espèce humaine. L'idée est que dès que quelques centaines d'humains sont réunis d'une manière ou d'une autre, certains petits groupes vont commencer à comploter toutes sortes d'actions conspiratrices pour prendre le pouvoir, monopoliser les ressources, éliminer les autres groupes et asservir la plupart des membres de chaque groupe ou communauté pour pouvoir survivre et augmenter leur espérance de vie commune, un concept uniquement valable pour l'élite bien sûr. Tous les autres membres de la communauté ont simplement une espérance de mort qui doit être précoce mais après qu'ils aient produit la valeur ajoutée nécessaire à la prospérité de l'élite. En d'autres termes, l'humanité est condamnée parce que les humains sont fondamentalement mauvais et ne peuvent vivre dans une quelconque paix. Ainsi, la survie finale d'un groupe extrêmement réduit d'êtres humains absolument stériles est l'extinction finale d'Homo Sapiens qui est ainsi démontré comme n'étant en aucune façon capable de penser son propre avenir sans armes, sans guerres, sans extermination sanglante et cruelle des groupes déclarés inacceptables, surtout de ceux qui ne veulent pas se soumettre à l'asservissement auquel ils sont confrontés. Profitez de la série, mais à vos risques et périls : vous pouvez sortir de cette expérience en étant convaincu que, premièrement, le monde n'est que l'Amérique du Nord, ou même les États-Unis, et que l'avenir ne peut être conquis que par l'action violente d'une élite dirigeante poussant sa propre population à faire la guerre contre exactement la même dictature hiérarchique d'une autre élite dans une autre communauté, et s'il y a plus de deux communautés, alors des alliances seront nécessaires, mais ces alliances seront trahies dès qu'une opportunité quelconque se présentera. Ce n'est rien d'autre que le pire fascisme ou même le pire nazisme imaginable, la dynamique motrice de l'espèce humaine faisant de cette espèce humaine une espèce animale qui
  4. 4. ne peut survivre qu'en étant cruelle, en complotant des luttes de pouvoir et en tuant autant de membres de sa propre espèce que possible. À bien des égards, cela rend l'espèce humaine unique puisque même les pires communautés de loups n'attaqueront pas d'autres communautés de loups ou ne commenceront pas à tuer des membres de leur propre communauté. L'homme est un loup pour l'homme, c'est bien connu. Mais je me permettrai humblement de ne pas être d'accord et de croire qu'il y a de l'espoir si nous acceptons de voir l'humanité comme un réseau complexe de diverses cultures et sociétés qui sont toutes différentes et qui essaient de trouver les moyens de survivre ensemble en acceptant ces différences. La diversité est le mot clé de mon optimisme, mais aussi la seule réponse à ceux qui veulent voir un monde entièrement sous le contrôle d'une philosophie, d'une religion ou d'une organisation politique, unifié dans une conformité si homogène que la créativité serait bannie de l'univers. Dr Jacques COULARDEAU

×