SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  52
Télécharger pour lire hors ligne
1
>>>
Le magazine
de mon pharmacien Gipharmon pharmacien Giphar
#36Septembre-octobre 2017Bimestriel
36
N’ayez
plus
peur !
N’ayez
plus
N’ayez
plus
N’ayez
VACCIN
UNE RENTRÉE
EN PLEINE FORME
VENIN
Futur
médicament ?
POUX
COMMENT S’EN
DÉBARRASSER
GipharMAGAZINE
Valeur au numéro : 2,50 €
UNE RENTRÉE
Offert
par votre
pharmacien
peur !
N’ayez
VACCIN
33
GIPHAR MAGAZINE
Le magazine de mon pharmacien Giphar
N° 36 – Septembre Octobre - 2017 – bimestriel
Valeur au numéro : 2,50 €
Giphar Magazine est édité par la S.A.
SOGIPHAR, au capital de 6.075.888 €
ZI Route de Feuquières 60210 Grandvilliers.
Tél. : 03 44 46 43 80 Fax : 03 44 46 43 88
Internet : www.pharmaciengiphar.com
Formulaire de contact :
www.pharmaciengiphar.com/contact
Responsable de la publication : Philippe Becht
Comité de rédaction :
Pharmaciens Giphar : Florence Combal,
Jean-Michel Foiret, Anne Haie, Florence Jamet,
Caroline Mazet, Perle Miesen, Géraldine Noury-
Pépion, Catherine Paquier, Jeanine Pichard,
Sophie Ropiteaux, Mathieu Willaume
Sogiphar : Président du Directoire :
Philippe Becht
Directeur Marketing Enseigne
et Communication : Agnès Tirilly
Responsable communication clients :
Émilie Gonthier
Responsable du Giphar Magazine :
Perrine Loones
E-mail : perrine.loones@giphar.net
Relation presse : Karine Guerrier Mouri
E-mail : karine.guerriermouri@giphar.net
Réalisation et conception :
Rue Rodenbach 70 1190 Bruxelles –
Belgique Tél. : 0032-2/640 49 13
Internet : www.vivio.fr
E-mail : info@vivio.fr
Responsable scientifique :
Dr Nicolas Évrard
Coordination de la rédaction :
Élise Dubuisson
Secrétariat de rédaction :
Claudine De Kock
Ont participé à la rédaction :
Barbara Delbrouck, Élise Dubuisson, Lauranne
Garitte, Marion Garteiser, Candice Leblanc,
Kathleen Mentrop, Émilie Pommereau.
Photo de couverture : Gettyimages
Photos et illustrations : D.R., Gettyimages,
Madeleine Martin, Jan Smet
Maquette : Marie Bourgois
Mise en page : Jan Smet
Régie Publicitaire :
E-mail : vbesse@profil-1830.com
E-mail : egirouard@profil-1830.com
Impression : Valblor, 6 rue Louis Ampère
67400 Illkirch-Graffenstaden
Toute reproduction, même partielle, des articles et iconogra-
phies publiés dans GIPHAR Magazine sans l’accord écrit de la
société éditrice est interdite, conformément à la loi du 11 mars
1957 sur la propriété littéraire et artistique.
Les articles opinions, dessins et photos contenus dans Giphar
Magazine le sont sous la seule responsabilité de leurs auteurs.
Toute insertion publicitaire paraît sous la seule responsabilité
de l’annonceur.
N° ISSN : 2116-3669
N° ISSN électronique : 2117-2668
Dépôt légal à parution
Tirage : 335.000 exemplaires
E
t si cette année, vous envisagiez la rentrée
sous le signe de la détente ? Vous prendriez
le temps de vous habituer à vos nouveaux
horaires et vous éviteriez de vous mettre la
pression. Pour vous aider à atteindre cet
objectif, nous vous avons préparé un dossier complet qui
vous livre les clés pour une rentrée 100 % zen !
POUX ET BOUTONS N’AURONT PAS RAISON
DE VOUS
Et ce ne sont pas quelques poux qui entraveront cette zéni-
tude à toute épreuve. En effet, grâce aux conseils de votre
pharmacien, vous saurez comment vous en débarrasser en
un rien de temps. Il vous aidera aussi à bien conseiller votre
ado qui se bat contre les boutons disgracieux.
UN DÉPISTAGE PLUS EFFICACE DU CANCER
DU SEIN
Enfin, grâce à une campagne de prévention originale,
découvrez comment mieux détecter un cancer du sein.
Celle-ci met en scène des citrons qui illustrent à merveille
les signes qui doivent pousser les femmes à consulter.
MAIS AUSSI…
Comme dans chaque numéro du Giphar Magazine,
retrouvez des recettes savoureuses, vos jeux santé et des
exercices qui, cette fois, sont dédiés à celles et ceux qui
souffrent d’arthrose.
Caroline Mazet
Membre du comité de rédaction du Giphar Magazine
Giphar :un groupement de
1.700 pharmaciensà votre service
Bien plus qu’une enseigne, Gipharest avant tout une équipe depharmaciens professionnels qui,depuis 40 ans, mettent leur expé-rience au service de votre santé.Leurs priorités ?
Vous donner des conseils
personnalisés et adaptés à vosdemandes.
Vous expliquer votre ordon-nance.
Vous aider à adopter les bonsréflexes santé.
Vous proposer une large
gamme de produits au prix
juste.
Il y a forcément un pharmacienGiphar près de chez vous.Vous trouverez la liste sur le sitewww.pharmaciengiphar.com etdésormais aussi sur l’applicationmobile « Mon pharmacien Giphar ».
Objectif détente !
©D.R.
Agissez pour
le recyclage des
papiers avec
Giphar et Ecofolio.
Édito
06
#36MAGAZINE
Giphar
06 En image
Cancer du sein : quand faut-il consulter ?
08 News
10 Santé au quotidien
Comment se débarrasser des poux ?
14 Dossier
Rentrée : objectif détente !
20 Zoom
Le glaucome en 4 questions
22 Astuce santé
Testez vos connaissances sur l’acné
24 Médecine du futur
Le pouvoir extraordinaire des venins
28 Rencontre
Les maladies inflammatoires chroniques
de l’intestin : en avant la recherche !
Sommaire
10
ZOOM sur votre dossier
16 Une maison saine pour avoir la
pêche
19 Les vertus des loisirs créatifs
sur votre dossier 14
4 www.pharmaciengiphar.com
5
>>>
31 Mon pharmacien
Les vaccins en 5 questions
34 Psycho
Comment aider un ado timide ?
36 Santé des animaux
Et si c’était la gale ?
38 Cuisine
Yuka, l’application qui vous aide
à faire vos courses
39 Recettes
3 recettes végétariennes savoureuses
43 Forme
Arthrose : pensez à faire du sport
46 Jeux
Les jeux de la santé
48 Tendance
Ranger, une nouvelle
tendance bien-être
22
24
34
36 5
31
Retrouvez
votre magazine
en ligne !
Le magazine de votre
pharmacien Giphar
se trouve aussi sur internet.
Accédez à vos articles
préférés sur
www.pharmaciengiphar.com.
tendance bien-être
Retrouvez
votre magazine
votre magazine
votre magazine
Les jeux de la santé
Tendance
Ranger, une nouvelle
tendance bien-être
36
votre magazine
se trouve aussi sur internet.
se trouve aussi sur internet.
www.pharmaciengiphar.com.
tendance bien-être
votre magazine
En image
www.pharmaciengiphar.com6
Cancer
du sein :
SAVIEZ-VOUS QU’UNE MASSE DURE DANS LA POITRINE
N’EST PAS LE SEUL SIGNE QUI DOIT POUSSER UNE FEMME À CONSUL-
TER UN MÉDECIN ? LE CANCER DU SEIN PEUT EN EFFET SE MANIFES-
TER DIFFÉREMMENT. EXPLICATIONS.
Élise Dubuisson
Dépistage
E
n France, le cancer du sein est le can-
cer le plus fréquent chez les femmes.
Heureusement, il fait aussi partie des
cancers les mieux soignés ! En par-
ticulier quand le diagnostic est posé
précocement. Pourtant, le dépistage organisé avec
un professionnel de santé ne commence qu’à partir
de 50 ans… Le reste du temps, on compte surtout
sur les femmes et l’autopalpation pour déceler une
éventuelle anomalie. Sauf que nombreuses sont
celles qui ne savent pas à quoi faire attention.
DES CITRONS POUR MIEUX INFORMER
LES FEMMES
Consciente de cette problématique, Corrine Ellsworth
Beaumont, du « Worldwide Breast Cancer » a mis sur
pied une campagne de sensibilisation internationale
baptisée « Know your Lemons » (Ndlr : « Connaissez
vos citrons »). « La plupart des informations liées à
la santé passent par le biais de textes avec des mots
issus du monde médical et pas du grand public »,
explique-t-elle. « Et c’est encore plus vrai dans le
cas du cancer du sein puisque les photos de seins
sont généralement censurées sur internet, l’un des
médias qui a la plus large audience. »
quand faut-il
consulter ?
7
Palpation : à quoi faire attention ?
Afin d’aider les femmes à bien palper leurs seins,
Corrine Ellsworth Beaumont a également imaginé
un schéma leur permettant de mieux connaître
l’anatomie des seins.
www.worldwidebreastcancer.org
Plus d’infos ?
À QUELS SIGNES FAIRE ATTENTION ?
Corrine Ellsworth Beaumont a dès lors imaginé une
campagne de sensibilisation ludique où les seins sont
représentés par des citrons avec sur chacun d’eux les
manifestations qui peuvent être le signe d’un cancer :
une masse dense, dure,
un renfoncement,
une petite plaie,
une rougeur, une chaleur localisée,
un liquide inhabituel qui s’écoule du sein,
un léger enfoncement, comme une petite fossette,
une bosse visible ou cachée dans le sein,
une ou des veines plus grosses que d’habitude,
le téton qui s’enfonce,
un changement dans la forme ou la taille du sein,
une texture de « peau d’orange ».
Si vous observez l’un de ces signes, prenez rendez-
vous sans tarder avec votre médecin généraliste ou
votre gynécologue. Notez que la présence d’une
grosseur n’est pas forcément liée à un cancer. Mais
elle nécessite dans tous les cas de prendre l’avis
d’un professionnel. ]
©Photos:D.R.
News
www.pharmaciengiphar.com8
LA PEAU DES POISSONS
CONTRE LES BRÛLURES
Selon un essai clinique actuellement en cours au Brésil,
la peau de tilapia, un poisson exotique, n’aurait pas sa
pareille pour favoriser la cicatrisation des brûlures tant
superficielles que profondes. Mieux : elle protègerait éga-
lement la plaie des infections en adhérant parfaitement à
la peau.
Source : Institut José Frota (Brésil)
96 %des Français
pensent que le sport sur
ordonnance est une bonne
idée pour les personnes
atteintes de longue maladie
ou souffrant de séquelles
d’un accident.
Source : sondage TNS Sofres
1FRANÇAIS SUR 2ne suivrait pas ses prescriptions
médicales. En cause ?
Ú Le fait de ne pas aimer
prendre des médicaments
Ú Un traitement qui ne convient
pas au rythme de vie
Ú L’incompréhension
du traitement
Ú L’oubli et le déni
Source : Sondage Ifop pour Edelman et Mylan
©Photos:D.R.
2ne suivrait pas ses prescriptions
Un traitement qui ne convient
superficielles que profondes. Mieux : elle protègerait éga-
lement la plaie des infections en adhérant parfaitement à
la peau.
Source : Institut José Frota (Brésil)
96 %96 %96 %96 %
Source : Sondage Ifop pour Edelman et Mylan
SENIORS :
VIVE LES FRUITS
ET LÉGUMES !
Les caroténoïdes, les pigments responsables des
couleurs des fruits et légumes, boosteraient les
fonctions cognitives des seniors. Pour aboutir à
cette conclusion, des chercheurs de l’Université
de Géorgie (USA) ont demandé à des personnes
âgées de 65 à 86 ans d’apprendre plusieurs paires
de mots avant de passer une IRM durant laquelle
ils étaient invités à les répéter. Résultat : les plus
gros consommateurs de fruits et légumes n’ont
pas eu besoin de produire beaucoup d’efforts
pour se souvenir des mots alors que les autres
volontaires ont dû mobiliser beaucoup plus de
ressources cérébrales.
Source : Journal of the International Neuropsychological Society
Santé au quotidien
www.pharmaciengiphar.com10
Poux :comment s’en
C’EST LA RENTRÉE !
UN RETOUR À
L’ÉCOLE QUI S’AC-
COMPAGNE AUSSI
DE CELUI DE L’ENNEMI
JURÉ DE TOUS LES
PARENTS : LE POU.
QUAND IL DÉBARQUE,
IL N’EST JAMAIS SEUL...
MAIS PAS DE PANIQUE,
AVEC UNE BONNE DOSE
DE PATIENCE ET QUELQUES
PRODUITS ADAPTÉS, VOUS EN
VIENDREZ À BOUT.
Lauranne Garitte
V
otre aîné rentre de l’école en se grattant
le crâne. Et hier encore, vous avez eu
vent de la rumeur : il y aurait des poux
dans sa classe. « Catastrophe ! Il en a
sûrement attrapé ! » Inutile de s’affoler,
les poux de tête sont inoffensifs, bien que gênants.
Même si ces parasites sont hématophages, c’est-
à-dire qu’ils se nourrissent de sang en piquant, et
provoquent des démangeaisons, ils sont bénins !
DES LENTES OU DES POUX ?
Le pou est un insecte parasitaire adulte gris à
6 pattes qui mesure entre 2 et 4 mm de long. À la
différence de la lente, le pou se déplace en rampant
dans les cheveux, près du crâne pour garder son
corps à la bonne température. La lente, quant à elle,
est l’œuf pondu par le pou femelle. Mesurant moins
de 1 mm de diamètre et de couleur grisâtre, elle est
collée au cheveu et ne bouge pas. Environ 7 jours
après son apparition, la lente éclot et devient un pou
(d’abord à l’état de nymphe).
Enfants
Poux :comment s’en
Poux :comment s’en
Poux :
C’EST LA RENTRÉE !
L’ÉCOLE QUI S’AC-
COMPAGNE AUSSI
DE CELUI DE L’ENNEMI
JURÉ DE TOUS LES
PARENTS : LE POU.
QUAND IL DÉBARQUE,
IL N’EST JAMAIS SEUL...
MAIS PAS DE PANIQUE,
AVEC UNE BONNE DOSE
DE PATIENCE ET QUELQUES
PRODUITS ADAPTÉS, VOUS EN
VIENDREZ À BOUT.
Lauranne Garitte
otre aîné rentre de l’école en se grattant
le crâne. Et hier encore, vous avez eu
vent de la rumeur : il y aurait des poux
dans sa classe. « Catastrophe ! Il en a
sûrement attrapé ! » Inutile de s’affoler,
les poux de tête sont inoffensifs, bien que gênants.
Même si ces parasites sont hématophages, c’est-
à-dire qu’ils se nourrissent de sang en piquant, et
provoquent des démangeaisons, ils sont bénins !
OU DES POUX ?
Le pou est un insecte parasitaire adulte gris à
6 pattes qui mesure entre 2 et 4 mm de long. À la
différence de la lente, le pou se déplace en rampant
dans les cheveux, près du crâne pour garder son
corps à la bonne température. La lente, quant à elle,
est l’œuf pondu par le pou femelle. Mesurant moins
de 1 mm de diamètre et de couleur grisâtre, elle est
collée au cheveu et ne bouge pas. Environ 7 jours
après son apparition, la lente éclot et devient un pou
(d’abord à l’état de nymphe).
Poux :
Enfants
Poux :
Enfants
Poux :
11
>>>
débarrasser ?
MON ENFANT A-T-IL DES
POUX ?
Si les enfants sont plus concer-
nés par les poux, c’est parce qu’ils
ont davantage de contacts rappro-
chés (de tête à tête) que les adultes. Pour
savoir si votre enfant a des poux, examinez son cuir
chevelu, regardez près des racines si des poux circulent
ou si des lentes sont accrochées aux cheveux. Idéale-
ment, réalisez cet examen au-dessus d’une baignoire ou
d’un lavabo blanc afin de mieux distinguer les poux qui
tombent. Vous pouvez aussi vous équiper d’un peigne
fin, de préférence métallique, que vous passez de la
racine aux pointes sur plusieurs mèches. Il offre une
recherche plus minutieuse : en effet, parfois les poux ne
sont pas si visibles et les lentes peuvent se confondre
avec des pellicules.
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
Comment prévenir ?
Il existe des produits répulsifs spécifiques à base d’huiles
essentielles et d’agents empêchant la fixation des poux sur
les cheveux. Demandez conseil à votre pharmacien.
Appliquez une goutte d’huile essentielle de lavande sur le
peigne avant le coiffage.
Évitez les échanges de casques, bonnets, écharpes,
manteaux, pinces à cheveux, etc.
Attachez les cheveux de vos enfants s’ils sont longs.
Surveillez régulièrement leur chevelure.
Prévoyez une brosse à cheveux ou un peigne par enfant afin
qu’ils évitent de se contaminer.
débarrasser ?
MON ENFANT
POUX ?
Si les enfants sont plus concer-
nés par les poux, c’est parce qu’ils
ont davantage de contacts rappro-
chés (de tête à tête) que les adultes. Pour
savoir si votre enfant a des poux, examinez son cuir
chevelu, regardez près des racines si des poux circulent
ou si des lentes sont accrochées aux cheveux. Idéale-
ment, réalisez cet examen au-dessus d’une baignoire ou
d’un lavabo blanc afin de mieux distinguer les poux qui
tombent. Vous pouvez aussi vous équiper d’un peigne
fin, de préférence métallique, que vous passez de la
racine aux pointes sur plusieurs mèches. Il offre une
recherche plus minutieuse : en effet, parfois les poux ne
sont pas si visibles et les lentes peuvent se confondre
avec des pellicules.
débarrasser ?
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
Comment prévenir ?Comment prévenir ?
Il existe des produits répulsifs spécifiques à base d’huiles
Il existe des produits répulsifs spécifiques à base d’huiles
essentielles et d’agents empêchant la fixation des poux sur
essentielles et d’agents empêchant la fixation des poux sur
les cheveux. Demandez conseil à votre pharmacien.
Appliquez une goutte d’huile essentielle de lavande sur le
peigne avant le coiffage.
Évitez les échanges de casques, bonnets, écharpes,
manteaux, pinces à cheveux, etc.
Attachez les cheveux de vos enfants s’ils sont longs.
Surveillez régulièrement leur chevelure.
Prévoyez une brosse à cheveux ou un peigne par enfant afin
qu’ils évitent de se contaminer.
www.pharmaciengiphar.com12
>>> VOS ALLIÉS ?
LES INSECTICIDES !
Le diagnostic est sans
équivoque : votre enfant
a des poux. Comment
réagir ? Dès que possible,
signalez-le aux collecti-
vités telles que l’école,
le club de sport, etc.
Ensuite, filez en pharma-
cie vous procurer une
lotion antipoux. Le pre-
mier traitement externe
possible est l’insecticide
– à base de malathion
ou de pyréthrine – qui
provoque la mort rapide
des poux. Très efficaces
pour se débarrasser de
ces insectes, les lotions
n’exterminent pas les
lentes. Il est donc nécessaire de répéter le traitement
8 jours après la première application, lorsque les
lentes ont éclos et sont devenues des poux. Chaque
insecticide possède un mode d’application qui lui
est propre, mais il faut en moyenne laisser agir entre
10 minutes et 1 heure. Notez que les aérosols sont
contre-indiqués en cas d’asthme.
LE DIMÉTICONE POUR UNE ACTION
MÉCANIQUE
Depuis plusieurs années, les poux se montrent
de plus en plus résistants aux insecticides. Pour
pallier cette résistance, de nouveaux produits avec
un mode d’action mécanique sont arrivés sur le
marché et leur efficacité est démontrée chaque jour.
Le diméticone et les soins à base d’huile végétale
de noix de coco, en particulier, qui agissent en
étouffant les pous et les lentes. Ces traitements sans
produits chimiques représentent donc une bonne
alternative aux insecticides. Plusieurs applications
– environ deux à trois applications à 7 jours d’inter-
valle – sont toutefois
nécessaires pour
venir à bout des
poux. Quel que
soit le produit uti-
lisé, n’oubliez pas
de laver ensuite
les cheveux de
votre enfant avec
un shampooing
doux non traitant.
JAMAIS SANS SON PEIGNE
Une fois que les poux sont morts grâce au trai-
tement choisi, le travail n’est pas fini ! C’est le
moment d’élenter ! Et pour ce faire, le matériel
indispensable est un peigne à poux de bonne
qualité, avec des dents longues et très serrées. Après
chaque traitement, procédez à un élentage manuel
tous les 2 à 3 jours afin d’éliminer les œufs collés
aux cheveux. Décontaminez enfin le peigne, en le
trempant dans de l’eau chaude à 50 °C et ne l’utili-
sez pas pendant deux jours.
POUR UNE DÉCONTAMINATION COMPLÈTE
Avant-dernière étape de l’élimination définitive de
ces parasites : vérifier les têtes de toute la famille
ou de toutes les personnes ayant été en contact
avec votre enfant. Enfin, lavez à 60 °C minimum
en machine tous les textiles qui ont potentielle-
ment touché les cheveux de votre bambin. D’ici la
prochaine infestation, vous pourrez dire adieu à ces
petites bestioles pas bien méchantes ! ]
Santé au quotidien
valle – sont toutefois
– environ deux à trois applications à 7 jours d’inter-
valle – sont toutefoisvalle – sont toutefois
LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR
Essayez la congélation !
Le manteau de votre aîné ne se lave pas en machine ? Optez pour la congélation afin
d’éliminer les poux qui s’y seraient installés. Emballez le manteau et autres textiles
comme les doudous et peluches difficilement lavables dans un sac en plastique.
Placez-les pendant 24 heures dans le congélateur, le temps que les poux meurent.
Autre astuce : vaporiser un spray environnement qui tue les poux et les lentes sur
les tapis, les fauteuils et les sièges de la voiture.
Merci au Dr Élisabeth Lorier Roy, dermatologue et auteur pour le site dermato-info (http://dermato-info.fr/article/Les_poux).
©Photos:D.R.
PUR’ENERGIE
Changez
de vitamines,
passez au
100% Végétal !
Découvrez une nouvelle sensation de vitalité !Découvrez une nouvelle sensation de vitalité !Découvrez une nouvelle sensation de vitalité !
Dossier
www.pharmaciengiphar.com14
Rentrée :
objectif détente !
POUR DE NOMBREUSES
PERSONNES, LA RENTRÉE EST
SYNONYME DE STRESS ET DE
FATIGUE. OR, EN S’Y PRÉPARANT
À L’AVANCE, EN METTANT EN
PLACE DE BONNES HABITUDES
ET EN S’AIDANT DES TRÉSORS
DE LA NATURE, IL EST FACILE DE
REDÉMARRER DU BON PIED !
Candice Leblanc
S
e lever tôt, apprêter les enfants chaque
matin, revenir dans le rythme…, la
reprise de l’école et/ou du travail n’est
pas toujours évidente. La clé pour que
tout se passe bien ? S’y préparer ! Passé
la mi-août, il est temps de se poser quelques ques-
tions pratico-pratiques :
Est-ce que chaussures, vêtements, sacs et autres
cartables sont en bon état ? Manque-t-il des
boutons ? Fermetures éclair et lacets ne sont-ils
pas cassés ?
Avez-vous fait l’inventaire du matériel scolaire qui
reste de l’année précédente ? Histoire de ne pas
en racheter inutilement…
Un conseil : n’attendez pas le dernier moment pour
faire les courses. S’éviter la cohue dans les maga-
sins la veille du jour J, c’est déjà un (gros) stress
en moins !
En pharmacie
“ La clé d’une rentrée en pleine
forme ? S’y préparer à l’avance ! ”
faire les courses. S’éviter la cohue dans les maga-
sins la veille du jour J, c’est déjà un (gros) stress
en moins !
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
Vive le coussin à
mémoire de forme !
Si vous souffrez régulièrement de tensions dans
la nuque, voire de torticolis, essayez le coussin à
mémoire de forme. Il « force » votre tête à bien
se positionner pendant la nuit, dans le droit
prolongement de votre colonne vertébrale.
Résultat : les muscles de la nuque et des épaules
se détendent, vous dormez mieux et vous vous
réveillez en meilleure forme !
15
>>>
ALLEZ, HOP ! AU LIT !
La première chose à faire pour être en forme à la
rentrée, c’est d’abord et avant tout de bien dormir !
Pendant les vacances, les horaires de coucher et de
lever sont souvent un peu plus « cool ». Or, passé
le 22-23 août, il est temps que parents et enfants
recommencent à rejoindre leur lit plus tôt.
Si vous souffrez de troubles du sommeil,
pensez aux tisanes (voir encadré).
SE DÉTENDRE
Tant la rentrée scolaire que la reprise du travail
peuvent être stressantes. Là encore, certains produits
naturels peuvent aider à se détendre.
« La rhodiole en gélules ou en spray sublingual permet
de relâcher la pression », explique Sophie Ropiteaux.
« L’eschscholtzia (ou pavot de Californie), seule ou en
association avec des plantes comme l’aubépine ou
la passiflore, est aussi un bon relaxant. Et au rayon
homéopathie, le Gelsenium et l’Ignatia 9CH sont
de bons antistress. » À méditer… pour une rentrée
100 % zen !
Votre alliée ?
L’application AromaFiches !
Une question sur les huiles
essentielles ? N’hésitez pas
à demander conseil à votre
pharmacien ou à télécharger
l’application AromaFiches.
Gratuite, elle vous livre plé-
thore d’informations sur les
huiles essentielles et leurs
bienfaits. AromaFiches est
disponible sur l’App Store et
sur Google Play.
Des plantes pourbien dormir
Autant le café, le thé et autresboissons énergisantes sontà éviter après 17 h, autant
certaines tisanes favorisentl’endormissement. Plusieursplantes possèdent des vertusrelaxantes :
la camomille,
le tilleul,
la passiflore,
la valériane,
la fleur d’oranger.
Des plantes pourbien dormir
Autant le café, le thé et autresboissons énergisantes sontà éviter après 17 h, autant
certaines tisanes favorisentl’endormissement. Plusieursplantes possèdent des vertusrelaxantes :
boissons énergisantes sontà éviter après 17 h, autant
certaines tisanes favorisent
relaxantes :
peuvent être stressantes. Là encore, certains produits
« La rhodiole en gélules ou en spray sublingual permet
de relâcher la pression », explique Sophie Ropiteaux.
Dossier
www.pharmaciengiphar.com16
>>>
Une maison
pour avoir
DANS LE
SALON ET
LA SALLE
À MANGER
Rien de pire que les
désodorisants synthé-
tiques pour polluer l’air de
votre maison ou de votre appartement ! Idem avec
tout ce qui (se) brûle : cigarettes et cigares, bien
sûr, mais aussi encens, papier d’Arménie et autres
bougies parfumées. En effet, qui dit combustion, dit
composés toxiques…
Purifiez l’air en diffusant des huiles essentielles
(HE), elles agissent particulièrement en synergie,
utilisez-en donc plusieurs à la fois, sous forme de
spray ou de mélange pour diffuseur.
Aérez vos pièces 10 à 15 minutes par jour, tous
les jours, même en hiver et même en ville.
Certaines plantes (Aloe vera, cactus, lierre, azalée,
philodendron, etc.) auraient des vertus dépol-
luantes. En plus, elles embellissent l’espace !
DANS LE
SALON ET
LA SALLE
À MANGER
Rien de pire que les
désodorisants synthé-
tiques pour polluer l’air de
AU QUOTIDIEN,
CERTAINES PLANTES ET
HUILES ESSENTIELLES
RENDENT BIEN DES SERVICES
DANS LA MAISON ET CONTRI-
BUENT À EN FAIRE UN LIEU
DÉPOLLUÉ, PURIFIÉ, PROPICE
À LA RELAXATION ET À LA
BONNE SANTÉ DE TOUTE LA
FAMILLE. À CHAQUE PIÈCE
SES ASTUCES !
17
>>>
saine
la pêche !
Chat et HE ne font pas bon ménage
Les chats ne possèdent pas les enzymes nécessaires à la bonne digestion des huiles
essentielles. Une goutte peut les empoisonner ! Il ne faut donc jamais en vaporiser sur
leur pelage ou à proximité de leur gamelle. Par contre, la diffusion atmosphérique est
sans danger. Et si votre chat a la désagréable habitude de griffer vos meubles, rideaux
et autres canapés, appliquez-y quelques gouttes d’HE d’Eucalyptus radiata ou de citron :
les chats les ont en horreur…
DANS LA CUISINE
Si les effluves de la cuisine
mettent l’eau à la bouche
quand on a faim, les (mau-
vaises) odeurs qui persistent
des heures, voire des jours,
non merci ! Ici, votre meilleur
allié, c’est le citron.
Pour vous débarrasser des odeurs de cuisine, dif-
fusez 10 gouttes d’HE de citron avec, éventuelle-
ment, 2 gouttes d’HE de menthe poivrée pendant
maximum 15 minutes.
Un citron coupé en deux et piqué de quelques
clous de girofle désodorise efficacement un frigo
qui ne sent pas bon. De même qu’un ramequin
rempli de bicarbonate de soude que vous
« oublierez » dans un coin du réfrigérateur.
Comment diffuser les
huiles essentielles ?
Il existe plusieurs modes de diffusion des
huiles essentielles.
Le diffuseur par nébulisation est idéal
pour les grandes pièces : salon, salle à
manger, bureau en « open space », etc.
Le diffuseur par chaleur douce (maxi
40 °C pour ne pas altérer les HE) convient
aux plus petites pièces : chambre, bureau
individuel, etc.
Le brumisateur/humidificateur permet
en même temps d’humidifier les pièces où
l’air est trop sec à cause du chauffage ou
d’un air conditionné.
La prise électrique de diffusion est un
système de chaleur douce, pratique à
emporter en voyage, par exemple. Il existe
également des petits diffuseurs qui se
branchent sur des ports USB. Idéal au
bureau !
Les galets sont des pierres poreuses que
l’on peut disposer dans de petits espaces
clos (voiture, armoires, etc.).
Aucun diffuseur sous la main ? Versez
quelques gouttes d’HE sur un chiffon
ou dans une coupelle d’eau posée sur le
radiateur.
Comment diffuser les
Aromathérapie
Les chats ne possèdent pas les enzymes nécessaires à la bonne digestion des huiles
essentielles. Une goutte peut les empoisonner ! Il ne faut donc jamais en vaporiser sur
leur pelage ou à proximité de leur gamelle. Par contre, la diffusion atmosphérique est
sans danger. Et si votre chat a la désagréable habitude de griffer vos meubles, rideaux
et autres canapés, appliquez-y quelques gouttes d’HE d’Eucalyptus radiata ou de citron :
les chats les ont en horreur…
Dossier
www.pharmaciengiphar.com18
>>>
DANS LA SALLE DE BAIN
Chaude et humide, la salle de bain peut vite devenir
le paradis des bactéries et des moisissures ! Pensez
à l’aérer quotidiennement en ouvrant la fenêtre ou
la porte.
Pour nettoyer les parois des lavabos, cabines de
douche et autres baignoires, mélangez 4 gouttes
d’HE de pin sylvestre ou d’arbre à thé (« Tea tree »)
pour une cuillère à café de vinaigre blanc dans un
verre d’eau. Versez ce liquide dans un petit pulvé-
risateur et vaporisez.
De mauvaises odeurs
s’échappent de vos
canalisations ? Mélan-
gez 10 gouttes d’HE de
citron avec 3 cuillères
à soupe de bicarbonate
de soude et un verre de
vinaigre blanc. Versez
le tout dans l’évier, le
lavabo ou la baignoire.
DANS LA
CHAMBRE
À COUCHER
Une ou deux gouttes
d’HE de lavande
vraie, d’orange
douce ou de petit grain biga-
rade sur la taie d’oreiller favo-
rise la détente et aide à lutter
contre la déprime et l’anxiété.
Allergique aux acariens ? Dans
une boite, mélangez 20 gouttes
d’HE de pin sylvestre avec 100 g
de bicarbonate de soude.
Refermez-la et laissez reposer
une nuit. Ensuite, éparpillez
cette poudre sur votre matelas,
laissez agir un quart d’heure et
aspirez. À répéter une fois par
semaine.
Pour le linge, pensez à glisser
un petit sachet de lavande
ou de l’HE de lavande vraie
sur un galet dans la garde-
robe. Quelques gouttes sur
un chiffon dans le sèche-linge
insufflent également des airs de
Provence à vos vêtements !
AUX TOILETTES
Les blocs W.-C. désodorisants
sont une fausse bonne idée.
Non seulement ce sont des
nids à bactéries, mais leur par-
fum est rarement agréable…
Pour vous débarrasser des
odeurs, 2 gouttes d’HE de
lavande vraie ou d’eucalyptus
sur un galet de diffusion suf-
fisent. Ou alors, faites craquer
une allumette ; la combustion
du soufre modifie immédiate-
ment l’atmosphère. Essayez :
c’est magique !
Merci à Isabelle Pacchioni, cofondatrice du laboratoire Puressentiel.
douce ou de petit grain biga-
Dans « 100 réflexes air
pur anti-pollution »
Éd. Leduc.S, 2008,
127 p.
Isabelle Pacchioni livre
une foule de conseils
pour faire de votre mai-
son ou votre bureau un
endroit sain et agréable
à vivre.
Pourallerplusloin
19
Les vertus
des loisirs créatifs
ET SI VOUS PROFITIEZ DE LA RENTRÉE POUR (RE)COM-
MENCER LE TRICOT, LA COUTURE OU LE COLORIAGE ? CES HOBBIES
PEUVENT ÊTRE THÉRAPEUTIQUES ! RENCONTRE AVEC FRANÇOISE
DORN, PSYCHOTHÉRAPEUTE ET AUTEURE.
Pourquoi pratiquer un loisir créatif ?
Françoise Dorn : « Nous vivons une époque dématé-
rialisée où le virtuel nous accapare de plus en plus
et où le temps est morcelé. Nous nous éparpillons
entre mille et une tâches. Pratiquer un loisir créatif,
c’est se mettre sur " pause ", se recentrer, ici et
maintenant, sur une activité concrète et plaisante,
rien que pour soi. »
En quoi est-ce
bénéfique ?
« D’abord, le loisir créatif
sollicite notre hémisphère
cérébral droit, celui de l’imagina-
tion et de la création. En y prenant
plaisir, notre cerveau sécrète des hor-
mones (endorphine, sérotonine, ocytocine,
etc.) qui favorisent la formation de nouvelles
connexions neuronales. C’est excellent pour
les personnes dépressives ou anxieuses, par
exemple.
Ensuite, en nous concentrant sur une tâche
qui sollicite nos sens (la vue, le toucher,
etc.), nous sortons des ruminations et
pensées négatives. Et arriver à un résultat
tangible (re)donne confiance en soi.
Enfin, s’adonner à un loisir créatif crée
du lien. C’est évident quand on le pra-
tique dans le cadre d’un atelier. Et si on
le pratique seul, on peut aussi offrir le
produit de notre " travail " ou le partager
avec autrui. »
Comment trouver et choisir une activité ?
« La première question à se poser, c’est : de quoi ai-je
envie ? Me remettre à une activité que j’ai pratiquée
jadis ou découvrir quelque chose de nouveau ? Il ne
faut pas hésiter à en essayer plusieurs. Deuxième
question : quelles activités sont proposées près
de chez moi ? Même à la campagne, il existe des
ateliers créatifs ! Internet permet aussi de trouver
facilement ce genre d’informations et regorge de
vidéos et de tutoriels sur les loisirs créatifs. » ]
Développement personnel
Des livres à
colorier qui
font du bien !
Françoise Dorn a écrit
plusieurs livres de déve-
loppement personnel.
Elle a notamment publié
« Le conte à colorier qui
rend heureux » (2015) et
« Mandalas bien-être.
Douceur et bien-
veillance » (2017)
aux éditions
Jouvence.
Françoise Dorn a écrit
plusieurs livres de déve-
loppement personnel.
Elle a notamment publié
« Le conte à colorier qui
rend heureux » (2015) et
« Mandalas bien-être.
Douceur et bien-
veillance » (2017)
aux éditions
Jouvence.
©Photos:GettyImage©Illustrations:D.R.
pause , se recentrer, ici et
maintenant, sur une activité concrète et plaisante,
« D’abord, le loisir créatif
sollicite notre hémisphère
cérébral droit, celui de l’imagina-
tion et de la création. En y prenant
plaisir, notre cerveau sécrète des hor-
mones (endorphine, sérotonine, ocytocine,
etc.) qui favorisent la formation de nouvelles
connexions neuronales. C’est excellent pour
les personnes dépressives ou anxieuses, par
Ensuite, en nous concentrant sur une tâche
qui sollicite nos sens (la vue, le toucher,
etc.), nous sortons des ruminations et
pensées négatives. Et arriver à un résultat
tangible (re)donne confiance en soi.
Enfin, s’adonner à un loisir créatif crée
du lien. C’est évident quand on le pra-
tique dans le cadre d’un atelier. Et si on
le pratique seul, on peut aussi offrir le
travail " ou le partager
question : quelles activités sont proposées près
de chez moi ? Même à la campagne, il existe des
ateliers créatifs ! Internet permet aussi de trouver
facilement ce genre d’informations et regorge de
vidéos et de tutoriels sur les loisirs créatifs. »
Des livres à
colorier qui
font du bien !
Françoise Dorn a écrit
plusieurs livres de déve-
loppement personnel.
Elle a notamment publié
« Le conte à colorier qui
rend heureux » (2015) et
« Mandalas bien-être.
Douceur et bien-
veillance » (2017)
aux éditions
Jouvence.
Zoom
www.pharmaciengiphar.com20
Le glaucome
en 4 questions
CARACTÉRISÉ PAR UNE AUGMENTATION DE LA TENSION DE
L’ŒIL, LE GLAUCOME S’INSTALLE SILENCIEUSEMENT. RAISON POUR
LAQUELLE IL EST IMPORTANT DE SE FAIRE DÉPISTER !
Élise Dubuisson
QU’EST-CE QUE LE GLAUCOME ?
Le glaucome est une maladie du nerf optique associée
à une augmentation anormale de la pression au sein de
l’œil. Or, lorsque le nerf optique est soumis à une pression
trop importante, les fibres nerveuses qui le composent
s’abîment de manière irréversible. Résultat : ce qu’on
regarde n’est plus transmis correctement au cerveau.
QUELLES SONT LES CONSÉ-
QUENCES DU GLAUCOME ?
La destruction du nerf optique se fait de manière pro-
gressive : dans un premier temps, c’est la vision latérale
qui est altérée, et sans traitement, la vision centrale sera
également touchée. Le glaucome est la première cause
de cécité absolue. L’évolution de la maladie étant très
lente, une personne qui souffre de glaucome ne s’en
rend généralement compte que lorsque les dégâts sont
déjà importants.
QUELS SONT LES TRAITEMENTS ?
Classiquement, le traitement du glaucome consiste
à faire baisser la pression oculaire à l’aide de gouttes
(collyre) à instiller dans l’œil une à deux fois par jour à
vie. Notez qu’il existe aussi un traitement chirurgical qui
consiste à placer un petit stent dans la paroi de l’œil,
mais il est plutôt envisagé lorsque le patient n’adhère
pas au traitement classique.
QUAND SE FAIRE DÉPISTER ?
Comme la pression oculaire augmente très progressi-
vement, une personne atteinte de glaucome ne ressent
généralement aucun symptôme. Il est donc conseillé
de se faire dépister de manière systématique dès l’âge
de 45 ans tous les deux ans. L’examen réalisé par un
ophtalmologiste consiste en une mesure de la tension
de l’œil et un examen du nerf optique. Ces deux tests
sont tout à fait indolores. ]
Œil
Merci au Pr Philippe Denis, ophtalmologiste et président de la Société Française du Glaucome.Merci au Pr Philippe Denis, ophtalmologiste et président de la Société Française du Glaucome.
Le glaucome aigu
Il existe une forme plus rare du glaucome bap-tisée glaucome aigu. Dans ce cas, la pressionoculaire monte brutalement et s’accompagned’une vive douleur, d’une rougeur oculaire,voire de nausées. Cette atteinte de l’œil est àprendre en charge très rapidement puisque lenerf optique ne peut supporter une telle pres-sion plus de 24 heures. Un simple traitementlaser permet de régler le problème.
1
2
3
4
ŒIL NORMAL
ŒIL AVEC GLAUCOME
PRESSION
NERF OPTIQUE
ENDOMMAGÉ
OPÉRATION
SUR L’ŒIL
©Illustrations:D.R.
JE DOIS NETTOYER MES
BOUTONS AVEC UN SAVON
DESSÉCHANT
La peau acnéique étant grasse, il est tentant
d’utiliser des produits desséchants
pour faire la peau aux boutons.
Mauvais calcul ! En effet, ces pro-
duits agressent la peau qui réagit en
augmentant sa production de sébum,
ce qui peut aggraver l’acné. On laisse
donc de côté les produits décapants à
base d’alcool et on se tourne vers un
gel lavant doux (ou un soin nettoyant
sans rinçage), sans savon et avec un
pH proche de celui de la peau.
Astuces santé
www.pharmaciengiphar.com22
ELLE EMPOISONNE LA VIE DE NOMBREUSES PER-
SONNES. SI ELLE EST COURANTE ET BIEN CONNUE, UNE MUL-
TITUDE D’IDÉES REÇUES CIRCULENT ENCORE SUR CETTE
AFFECTION DE LA PEAU. GIPHAR VOUS AIDE À DÉMÊLER LE
VRAI DU FAUX.
Kathleen Mentrop
L’ACNÉ NE TOUCHE PAS
QUE LES ADOLESCENTS
Très fréquente chez les adolescents, l’acné
touche aussi les adultes et principalement les
femmes. L’acné persiste parfois après l’adoles-
cence, mais il arrive aussi qu’elle réapparaisse
après une longue période sans lésion. Certaines
personnes présentent même des boutons d’acné
à l’âge adulte sans en avoir eu à la puberté.
LE SOLEIL FAIT
DISPARAÎTRE L’ACNÉ
Certaines personnes voient leur acné s’atté-
nuer comme par magie lors de leurs bains de
soleil estivaux. Mais le soleil est un faux ami
et cette amélioration de l’aspect de la peau
n’est que transitoire. En asséchant la peau – et
les boutons –, le soleil atténue en effet l’acné.
Mais les rayons UV épaississent la couche
superficielle de cette dernière : les pores se
bouchent et le sébum ne parvient plus à s’écouler,
entraînant alors un « effet rebond » quelque temps
plus tard. C’est pourquoi il est important d’appli-
quer sur votre peau une crème protectrice à indice
élevé lorsque vous vous exposez au soleil.
Percer ses boutons :
une mauvaise idée
Percer un bouton disgracieux pour le faire disparaître est très
tentant… Et pourtant, ce geste est à éviter. Quel est le risque ?
Aggraver l’inflammation
Étendre l’infection aux zones voisines
Créer des cicatrices
Mieux vaut donc faire preuve de patience et traiter son acné avec
des produits adaptés. Demandez conseil à votre pharmacien.
Vrai
Vrai et faux
Faux
Testez vos
connaissances
sur l’acné !
Boutons
JE DOIS NETTOYER MES
BOUTONS AVEC UN SAVON
DESSÉCHANT
La peau acnéique étant grasse, il est tentant
d’utiliser des produits desséchants
pour faire la peau aux boutons.
Mauvais calcul ! En effet, ces pro-
duits agressent la peau qui réagit en
augmentant sa production de sébum,
ce qui peut aggraver l’acné. On laisse
donc de côté les produits décapants à
base d’alcool et on se tourne vers un
gel lavant doux (ou un soin nettoyant
sans rinçage), sans savon et avec un
pH proche de celui de la peau.
ELLE EMPOISONNE LA VIE DE NOMBREUSES PER-
SONNES. SI ELLE EST COURANTE ET BIEN CONNUE, UNE MUL-
TITUDE D’IDÉES REÇUES CIRCULENT ENCORE SUR CETTE
AFFECTION DE LA PEAU. GIPHAR VOUS AIDE À DÉMÊLER LE
VRAI DU FAUX.
Kathleen Mentrop
L’ACNÉ NE TOUCHE PAS
QUE LES ADOLESCENTS
Très fréquente chez les adolescents, l’acné
touche aussi les adultes et principalement les
femmes. L’acné persiste parfois après l’adoles-
cence, mais il arrive aussi qu’elle réapparaisse
après une longue période sans lésion. Certaines
personnes présentent même des boutons d’acné
à l’âge adulte sans en avoir eu à la puberté.
LE SOLEIL FAIT
DISPARAÎTRE L’ACNÉ
Certaines personnes voient leur acné s’atté-
nuer comme par magie lors de leurs bains de
soleil estivaux. Mais le soleil est un faux ami
et cette amélioration de l’aspect de la peau
n’est que transitoire. En asséchant la peau – et
les boutons –, le soleil atténue en effet l’acné.
Mais les rayons UV épaississent la couche
superficielle de cette dernière : les pores se
bouchent et le sébum ne parvient plus à s’écouler,
entraînant alors un « effet rebond » quelque temps
plus tard. C’est pourquoi il est important d’appli-
quer sur votre peau une crème protectrice à indice
élevé lorsque vous vous exposez au soleil.
La peau acnéique étant grasse, il est tentant
Percer ses boutons :
une mauvaise idée
Percer un bouton disgracieux pour le faire disparaître est très
tentant… Et pourtant, ce geste est à éviter. Quel est le risque ?
Aggraver l’inflammation
Étendre l’infection aux zones voisines
Créer des cicatrices
Mieux vaut donc faire preuve de patience et traiter son acné avec
des produits adaptés. Demandez conseil à votre pharmacien.
Percer ses boutons :
Vrai
Vrai et fauxVrai et faux
FauxFaux
Testez vos
connaissances
sur l’acné !
Boutons
23
Merci au Dr Laurence Le Cleach, dermatologue à l’Hôpital Henri Mondor.
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
Bien choisir
son maquillage
Acné et maquillage ne sont pas incompatibles,à condition de choisir les bons produits ! Pourmasquer les imperfections, tournez-vous vers lestextures non grasses et portant la mention « noncomédogène ». N’appliquez pas une couche tropépaisse afin de laisser votre peau respirer et déma-quillez-vous impérativement à la fin de la journée !
IL N’EXISTE QUE DES
TRAITEMENTS LOCAUX
DE L’ACNÉ
Si les traitements locaux (crèmes, lotions…) sont
largement utilisés pour combattre l’acné, la prise
d’un traitement par voie orale s’avère parfois
nécessaire en complément du traitement local. Les
antibiotiques sont par exemple indiqués pour les
acnés importantes s’accompagnant de nombreuses
lésions inflammatoires.
Faux
J’AI LA PEAU GRASSE,
JE VAIS D’OFFICE AVOIR
DE L’ACNÉ
Les personnes souffrant d’acné ont une production
de sébum trop importante, qui donne à la peau un
aspect gras et luisant. L’acné s’accompagne donc
d’une peau grasse… mais pas l’inverse. En effet,
une peau grasse n’est pas forcément synonyme
d’acné, même si elle la favorise.
Faux
©Photo:D.R.
LE CONSEIL DE VOTRE
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHARPHARMACIEN GIPHAR
Bien choisirBien choisir
son maquillageson maquillage
Acné et maquillage ne sont pas incompatibles,
Acné et maquillage ne sont pas incompatibles,à condition de choisir les bons produits ! Pourmasquer les imperfections, tournez-vous vers lestextures non grasses et portant la mention « noncomédogène ». N’appliquez pas une couche tropépaisse afin de laisser votre peau respirer et déma-quillez-vous impérativement à la fin de la journée !
IL N’EXISTE QUE DES
TRAITEMENTS LOCAUX
DE L’ACNÉ
Si les traitements locaux (crèmes, lotions…) sont
largement utilisés pour combattre l’acné, la prise
d’un traitement par voie orale s’avère parfois
nécessaire en complément du traitement local. Les
antibiotiques sont par exemple indiqués pour les
acnés importantes s’accompagnant de nombreuses
lésions inflammatoires.
FauxFaux
J’AI LA PEAU GRASSE,
JE VAIS D’OFFICE AVOIR
DE L’ACNÉ
Les personnes souffrant d’acné ont une production
de sébum trop importante, qui donne à la peau un
aspect gras et luisant. L’acné s’accompagne donc
d’une peau grasse… mais pas l’inverse. En effet,
une peau grasse n’est pas forcément synonyme
d’acné, même si elle la favorise.
FauxFaux
Médecine du futur
www.pharmaciengiphar.com24
ALORS QUE NOUS SOMMES NOMBREUX À PRENDRE
LA POUDRE D’ESCAMPETTE LORSQUE NOUS CROISONS
UN ANIMAL RÉPUTÉ POUR SON VENIN, DES SCIENTIFIQUES
RECHERCHENT LEUR COMPAGNIE… LEUR BUT ? ÉLABORER
DE NOUVEAUX MÉDICAMENTS.
Élise Dubuisson
Le pouvoir
des venins !
Serpents et araignées
25
S
i la science des venins est relativement
récente en Europe, serpents, scorpions,
araignées et autres abeilles font, depuis
longtemps déjà, partie de l’arsenal théra-
peutique de la médecine traditionnelle
chinoise. « Le venin d’abeille est utilisé pour com-
battre les rhumatismes et celui de serpent pour les
problèmes de coagulation sanguine, par exemple »,
explique Aurélien Claeyssen, ingénieur en biotech-
nologie et cofondateur de Smartox Biotechnology,
une spin-off de l’Inserm spécialisée dans l’ana-
lyse des venins. Il n’est donc pas étonnant que
des chercheurs français aient décidé de s’intéres-
ser de plus près à ces substances.
ENTRE 200 ET 400 MOLÉCULES
INTÉRESSANTES PAR VENIN
Grâce à l’amélioration des techniques
d’analyse, nous sommes aujourd’hui
capables d’étudier plus finement les
venins. Chaque molécule composant
un venin peut ainsi être passée au
crible de manière à mieux connaître
sa structure et son intérêt thérapeu-
tique. « Le venin d’une espèce recèle
en moyenne 200 à 400 molécules
potentiellement intéressantes. Chez
Smartox Biotechnology, nous les étu-
dions une par une afin de comprendre
comment elles fonctionnent, sur quelle
partie de l’organisme elles agissent et en
quoi elles peuvent être innovantes d’un point de
vue santé. Par ailleurs, on sait avec une quasi-
certitude que tous les composés des venins
sont actifs pharmacologiquement, c’est dire leur
potentiel », poursuit Aurélien Claeyssen.
UNE ACTION TRÈS CIBLÉE
« L’avantage de ces molécules que l’on appelle
peptides est qu’elles ont une action très spécifique
et ciblée : elles agissent sur un mécanisme précis de
notre organisme et pas sur le reste. Par ailleurs, nous
avons remarqué que ces peptides avaient une très
haute affinité pour leur cible, il ne faut donc pas en
utiliser beaucoup pour qu’ils soient efficaces. » À la
clé : une production meilleur marché et un risque
d’effets secondaires plus faible.
Une pratiquesans risque ?
Reste la question que tout le monde sepose : n’est-il pas dangereux d’administrerun venin ? Bien sûr que si ! Sauf que dansce cas précis, il n’est pas question d’admi-nistrer le venin complet mais uniquementl’une ou l’autre de ses molécules ! « Unvenin se compose de centaines de molé-cules et c’est ce cocktail qui est potentiel-lement toxique et dangereux. Prises unepar une, ces molécules sont généralementsans danger. Pour donner un exempleplus parlant : on peut imaginer un venincomme un mélange de 200 à 400 médi-caments. Si une personne prend une tellequantité de médicaments en une fois, ily a fort à parier que ce sera dangereux.Alors que si elle prend ces médicamentsséparément, ils auront un effet bénéfiquesur elle. »
Des répliques de venins
Bien entendu, il n’est pas question d’élever
des scorpions, des serpents et autres arai-
gnées pour leur prélever chaque jour un peu
de venin à transformer en médicament. L’idée
est de reproduire chimiquement les molécules
ayant un effet thérapeutique avéré. >>>
extraordinaire
Médecine du futur
www.pharmaciengiphar.com26
>>>
Les venins,
actuels et futurs
médicaments ?
UNE ALTERNATIVE THÉRAPEUTIQUE CONTRE LA DOULEUR,
VOICI L’UNE DES PRINCIPALES PISTES EXPLORÉES PAR LES CHER-
CHEURS EN MATIÈRE DE VENIN. MAIS ELLE EST LOIN D’ÊTRE LA SEULE !
TOUR D’HORIZON DE CE QUI SE PRÉPARE…
B
ien que le potentiel thérapeutique des
venins soit encore largement méconnu,
il ne s’agit pas non plus de science-
fiction ! En effet, l’un des médicaments
utilisés régulièrement dans le traite-
ment de l’hypertension artérielle n’est autre qu’un
dérivé du venin du jararaca, un serpent de la famille
des crotales. Celui-ci aurait attiré l’attention d’un
pharmacologue brésilien grâce à l’utilisation qu’en
faisaient les indiens : ils imprégnaient leurs flèches
de venin afin d’immobiliser leurs proies en provo-
quant chez elles une chute brutale de la pression
artérielle. Autre exemple : un antidiabétique, conçu
à partir d’une molécule présente dans la salive veni-
meuse d’un lézard mexicain.
UN POTENTIEL IMPORTANT
CONTRE LA DOULEUR
« L’intérêt thérapeutique des venins est multiple !
Les premiers travaux montrent notamment un rôle
dans la lutte contre la douleur. En effet, en étu-
diant de plus près leur mode d’action, nous avons
remarqué que de nombreuses molécules issues
des venins agissent sur les mêmes cibles que des
médicaments antidouleurs bien connus », explique
Aurélien Claeyssen, ingénieur en biotechnologie et
cofondateur de Smartox Biotechnology, une spin-off
Serpents et araignées
Une aide au diagnostic ?
Dans un autre registre, Bertrand Blankert et
Charline Lenaerts, chercheurs au laboratoire
d’analyse pharmaceutique de l’Université de
Mons (Belgique) viennent de découvrir une
molécule, la marinobufagénine, présente
dans le venin du crapaud buffle, qui pourrait
permettre de diagnostiquer(1) le risque de pré-
éclampsie, une complication fréquente de la
grossesse, qui se caractérise par une hyper-
tension artérielle et l’apparition de protéines
dans les urines.
Cette molécule n’est pas uniquement pré-
sente chez cet animal, elle l’est aussi dans le
plasma humain. Et en quantité plus impor-
tante chez les femmes enceintes et, en parti-
culier, chez celles à risque de pré-éclampsie.
L’idée des chercheurs ? Mettre au point un
test de dépistage à l’aide de cette molécule
découverte chez le crapaud buffle.
UNE ALTERNATIVE THÉRAPEUTIQUE
VOICI L’UNE DES PRINCIPALES PISTES EXPLORÉES PAR LES CHER-
CHEURS EN MATIÈRE DE VENIN. MAIS ELLE EST LOIN D’ÊTRE LA SEULE !
TOUR D’HORIZON DE CE QUI SE PRÉPARE…
B
ien que le potentiel thérapeutique des
venins soit encore largement méconnu,
il ne s’agit pas non plus de science-
fiction ! En effet, l’un des médicaments
utilisés régulièrement dans le traite-
ment de l’hypertension artérielle n’est autre qu’un
dérivé du venin du jararaca, un serpent de la famille
des crotales. Celui-ci aurait attiré l’attention d’un
pharmacologue brésilien grâce à l’utilisation qu’en
faisaient les indiens : ils imprégnaient leurs flèches
de venin afin d’immobiliser leurs proies en provo-
quant chez elles une chute brutale de la pression
artérielle. Autre exemple : un antidiabétique, conçu
à partir d’une molécule présente dans la salive veni-
meuse d’un lézard mexicain.
UN POTENTIEL IMPORTANT
CONTRE LA DOULEUR
« L’intérêt thérapeutique des venins est multiple !
Les premiers travaux montrent notamment un rôle
dans la lutte contre la douleur. En effet, en étu-
27
de l’Inserm spécialisée dans l’analyse des venins.
« Mais ce n’est pas tout ! Tout porte à croire que ces
venins pourraient se révéler efficaces dans le cas de
maladies liées au système nerveux comme l’épilep-
sie ou les migraines. C’est très enthousiasmant ! »
LE VENIN DE SERPENT CONTRE
L’ÉPILEPSIE ET LA SCHIZOPHRÉNIE
Et Aurélien Claeyssen ne croit pas si bien dire ! Les
travaux d’une équipe de chercheurs qui a percé le
mystère du venin du serpent corail(2)
abondent en
ce sens. En mordant ses proies et en leur injectant
son venin, ce serpent activerait des cellules ner-
veuses responsables de crises d’épilepsie qui leur
seraient fatales. Plus précisément, les scientifiques
ont constaté que ce venin cible des récepteurs
GABA(A), des molécules de notre organisme
qui jouent un rôle important dans la
communication entre le cerveau et la
moelle épinière. Et quand elles ne
fonctionnent pas correctement,
elles sont à l’origine de l’épilepsie,
la schizophrénie et des douleurs
chroniques. ]
(1)
Étude publiée dans la revue Journal of
Maternal-Fetal & Neonatal Medicine
(2)
Étude publiée dans la revue scientifique
PNAS
Des molécules qui sedégradent peu
Les venins étant sélectionnés par la
nature pour que des animaux puissent
se défendre ou encore se nourrir, ils sont
particulièrement résistants une fois injec-
tés dans l’organisme. « Leurs molécules
sont solubles dans le sang et stables, ce
qui est très utile en pharmacologie ! La
solubilité les rend facilement injectables
et leur stabilité leur permet de rester effi-
caces plusieurs jours dans l’organisme.
Pas besoin donc de répéter la prise plu-
sieurs fois pour un effet longue durée. »
©Photos:GettyImage
Rencontre
www.pharmaciengiphar.com28
Maladies
inflammatoires
chroniques
de l’intestin :
en avant la recherche !
MAUX DE VENTRE, DIARRHÉES, CONSTIPATION…, DER-
RIÈRE CES SYMPTÔMES TABOUS SE CACHENT PARFOIS DES MALA-
DIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L’INTESTIN (MICI). DEPUIS
2008, LA FONDATION DIGESTSCIENCE LÈVE DES FONDS POUR FAIRE
AVANCER LA RECHERCHE. LES EXPLICATIONS DE STÉPHANIE LAGNY,
CHARGÉE DE COMMUNICATION À LA FONDATION.
Émilie Pommereau
Giphar Magazine : Quelles sont les maladies
inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) ?
Stéphanie Lagny : Les MICI regroupent la mala-
die de Crohn et la rectocolite hémorragique qui se
caractérisent toutes les deux par une inflammation
de la paroi digestive. Les MICI sont des maladies
que l’on soigne, mais que l’on ne guérit pas. C’est
pour cette raison qu’elles sont chroniques ; elles
sont présentes toute la vie. Elles fonctionnent par
poussées, où alternent périodes de crises et périodes
tranquilles.
G.M. : Qu’est-ce qui provoque les maladies inflam-
matoires chroniques de l’intestin ?
S.L. : Pour l’instant, les causes des MICI n’ont pas
été identifiées. Il existe une certaine sensibilité
génétique, même si elle n’en fait pas des maladies
génétiques pour autant. L’environnement semble
jouer un rôle important, puisque l’incidence de la
maladie tend à varier en fonction du temps et de
l’espace ; la région Hauts-de-France semble être
la plus touchée de notre territoire. L’âge moyen du
diagnostic de la maladie est situé entre 15 et 25 ans,
mais l’incidence chez les enfants entre 5 ans et
15 ans a explosé ces dernières années, sans que
l’on ne sache pourquoi.
G.M. : Pourquoi avoir créé la fondation
DigestScience ?
S.L. : Notre but est de mobiliser de nouvelles éner-
gies pour faire avancer la recherche et mettre au
point de nouveaux traitements pour enfin guérir
les malades. Actuellement, nous travaillons à
la mise en place d’une vaste étude épidémio-
logique pour mieux comprendre comment les
facteurs environnementaux influent sur les
maladies digestives. Les MICI représentent un
enjeu majeur pour la santé publique au regard
du nombre de personnes touchées :
200.000 personnes environ en France.
G.M. : Quels sont les traitements d’avenir ?
S.L. : Des études ont été menées sur les bacté-
riophages, des virus qui s’attaquent à certaines
bactéries du tube digestif afin de rétablir un
équilibre dans le microbiote. Concernant les
probiotiques, les résultats ont été très décevants
mais de nouveaux espoirs sont fondés sur de
nouveaux probiotiques à venir. ]
DigestScience
en avant la recherche !
DER-
RIÈRE CES SYMPTÔMES TABOUS SE CACHENT PARFOIS DES MALA-
DIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L’INTESTIN (MICI). DEPUIS
2008, LA FONDATION DIGESTSCIENCE LÈVE DES FONDS POUR FAIRE
AVANCER LA RECHERCHE. LES EXPLICATIONS DE STÉPHANIE LAGNY,
Émilie Pommereau
Notre but est de mobiliser de nouvelles éner-
gies pour faire avancer la recherche et mettre au
point de nouveaux traitements pour enfin guérir
logique pour mieux comprendre comment les
maladies digestives. Les MICI représentent un
enjeu majeur pour la santé publique au regard
Des études ont été menées sur les bacté-
riophages, des virus qui s’attaquent à certaines
probiotiques, les résultats ont été très décevants
29
Merci à Stéphanie Lagny, chargée de communication à la fondation DigestScience, et au Dr François Castex, gastro-entérologue et
hépatologue.
Maladie de Crohn
et rectocolite
hémorragique :
de quoi s’agit-il ?
La maladie de Crohn induit
une inflammation perma-
nente qui peut toucher
toutes les parties du tube
digestif, de la bouche à
l’anus, en passant par
l’intestin grêle et le côlon
qui sont les zones les plus
fréquemment atteintes.
Elle se manifeste le plus
souvent par des diarrhées,
des douleurs abdominales,
une perte de poids, de la
fièvre et de la fatigue. Les
patients atteints par la
maladie de Crohn res-
sentent également parfois
une certaine urgence à aller
aux toilettes.
La rectocolite hémorra-
gique se caractérise par
des lésions continues le
plus souvent superficielles
qui débutent dans le rec-
tum et peuvent s’étendre
sur l’ensemble du côlon. Le
symptôme le plus fréquent
est la présence de sang
dans les selles. Il peut s’ac-
compagner d’émissions
de glaires, de diarrhées, de
douleurs abdominales...
Les poussées sévères de
la maladie sont suscep-
tibles d’engendrer une
perte de poids, une fatigue
importante et de la fièvre.
Des manifestations extra-
intestinales (articulaires,
cutanées, hépatiques...) ne
sont pas à exclure.
©Photos:GettyImage
Maladie de Crohn
et rectocolite
hémorragique :
de quoi s’agit-il ?
hémorragique :
de quoi s’agit-il ?
hémorragique :
La maladie de Crohn
une inflammation perma-
nente qui peut toucher
toutes les parties du tube
digestif, de la bouche à
l’anus, en passant par
l’intestin grêle et le côlon
qui sont les zones les plus
fréquemment atteintes.
Elle se manifeste le plus
souvent par des diarrhées,
des douleurs abdominales,
une perte de poids, de la
fièvre et de la fatigue. Les
patients atteints par la
maladie de Crohn res-
sentent également parfois
une certaine urgence à aller
aux toilettes.
La rectocolite hémorra-
gique
des lésions continues le
plus souvent superficielles
qui débutent dans le rec-
tum et peuvent s’étendre
sur l’ensemble du côlon. Le
symptôme le plus fréquent
est la présence de sang
dans les selles. Il peut s’ac-
compagner d’émissions
de glaires, de diarrhées, de
douleurs abdominales...
Les poussées sévères de
la maladie sont suscep-
tibles d’engendrer une
perte de poids, une fatigue
importante et de la fièvre.
Des manifestations extra-
intestinales (articulaires,
cutanées, hépatiques...) ne
sont pas à exclure.
Sa mission:
combattre la diarrhée et
restaurer la flore intestinale
Demandez conseil à votre pharmacien.
Consultez votre médecin si les symptômes persistent plus de 2 jours. Lire attentivement la notice.
Visan°16/07/62989610/GP/001
SACCHAROMYCES BOULARDII CNCM I-745
OU OU
Traitement symptomatique d’appoint
de la diarrhée en complément de la réhydratation
À partir de 6 ans en automédication
>>>
31
Mon pharmacien
1 2COMMENT FONC-
TIONNE UN VACCIN ?
La vaccination consiste à administrer à
un individu en bonne santé une forme
atténuée ou inactivée d’un virus ou d’une
bactérie afin de déclencher une réaction
immunitaire. Celle-ci permet d’éviter une
contamination ultérieure. Plus préci-
sément, suite à cette administration, le
corps produit des cellules immunitaires
« mémoires », capables de reconnaître
immédiatement l’agent pathogène et de
le combattre. Et ce même des années
plus tard.
>>>
1 2COMMENT FONC-
TIONNE UN VACCIN ?
La vaccination consiste à administrer à
un individu en bonne santé une forme
atténuée ou inactivée d’un virus ou d’une
bactérie afin de déclencher une réaction
immunitaire. Celle-ci permet d’éviter une
contamination ultérieure. Plus préci-
sément, suite à cette administration, le
corps produit des cellules immunitaires
« mémoires », capables de reconnaître
immédiatement l’agent pathogène et de
le combattre. Et ce même des années
plus tard.
LES VACCINS SONT-
ILS SANS DANGER ?
Rassurez-vous, aucun vaccin ne peut être mis
sur le marché sans avoir passé avec succès
de nombreux tests de sécurité. Comme tous
les médicaments, ils font l’objet de nombreux
travaux en laboratoire, et sont étudiés chez
des milliers de volontaires afin de s’assurer
qu’ils sont sûrs pour la santé. Notez toutefois
que cela ne signifie pas qu’ils sont dénués de
risques. En effet, comme n’importe quel autre
médicament, un vaccin peut s’accompagner
d’effets secondaires : fièvre, douleurs au niveau
du site d’injection, rougeurs, etc. Des effets
indésirables qui restent cependant beaucoup
moins dangereux que les maladies contre
lesquelles ils protègent.
Vos vaccins
en 5 questions
ALORS QUE SEULEMENT UN FRANÇAIS SUR DEUX ESTIME
QUE LA VACCINATION APPORTE PLUS DE BÉNÉFICES QUE DE RISQUES,
LES VACCINS RESTENT ACTUELLEMENT LE MEILLEUR MOYEN DE SE
PROTÉGER DE BON NOMBRE DE MALADIES. VOTRE PHARMACIEN
GIPHAR RÉPOND AUX QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ SUR LE
SUJET.
Élise Dubuisson
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
N’oubliez pas
les rappels !
Si certains vaccins offrent une protection à vie,d’autres nécessitent des piqûres de rappel pourentretenir la mémoire immunitaire. C’est notammentle cas pour le vaccin contre le tétanos qui, aprèsles différentes injections indispensables durantl’enfance, nécessite des rappels à 25, 45 et 65 ans,puis ensuite tous les 10 ans. Un doute sur votrecouverture vaccinale ? Demandez conseil à votrepharmacien.
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
N’oubliez pas
les rappels !
Si certains vaccins offrent une protection à vie,
Mon pharmacien
>>>
Sources : INSERM, Étude IPSOS pour le Leem réalisée entre le 9 et le 16 juin 2016, Inpes.
www.pharmaciengiphar.com32
3 5
4
À QUOI SERT L’ALUMI-
NIUM PRÉSENT DANS
CERTAINS VACCINS ?
L’aluminium permet de stimuler ou d’amplifier la
réponse immunitaire et donc l’efficacité des vaccins.
Il est présent dans des vaccins depuis près d’un
siècle et ce partout dans le monde. Les différentes
études menées sur les vaccins contenant de l’alu-
minium n’ont pas permis de mettre en évidence un
lien de causalité entre ces derniers et des troubles
de la santé.
CERTAINS VACCINS ONT-
ILS PERMIS D’ÉLIMINER
DES MALADIES SUR LE
TERRITOIRE FRANÇAIS ?
Oui, notamment la variole. Le risque de diffusion
d’une maladie contagieuse est directement lié au
nombre de personnes susceptibles de la contrac-
ter. Par conséquent, plus le nombre de personnes
vaccinées contre une maladie est important, plus
le risque de transmission de cette maladie dimi-
nue. À tel point que lorsque ce nombre devient très
important, les personnes immunisées font barrage
entre les individus contagieux et les individus non
immunisés. L’agent infectieux responsable de ladite
maladie cesse alors de circuler dans la population
et la maladie est éradiquée.
POURQUOI LE VACCIN
CONTRE LA GRIPPE
DOIT-IL ÊTRE RÉINJECTÉ
CHAQUE ANNÉE ?
Parce qu’il existe de nombreuses souches de virus
responsables de la grippe et celles-ci varient d’une
année à l’autre. Pour permettre une vaccination
efficace, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS)
surveille les souches actives et détermine quelques
mois avant la saison de la grippe, les trois ou quatre
souches principales à intégrer au vaccin de l’année. ]
CALENDRIER SIMPLIFIÉ
DES VACCINATIONS
2017
©Photo:D.R.
Extrait du
calendrier des
vaccinations
2017 - tableau
synoptique.
Pour en savoir
plus : site du
Ministère des
Solidarités et
de la Santé.
Psycho
www.pharmaciengiphar.com34
Comment aider
un adoLA TIMIDITÉ N’EST PAS UNE MALADIE… ET POURTANT ELLE
SE SOIGNE ! MAIS IL FAUT S’Y PRENDRE AVEC DÉLICATESSE, SURTOUT
CHEZ LES JEUNES.
Marion Garteiser
U
n ado timide, rien de plus fréquent.
D’abord parce que la timidité en elle-
même n’a rien d’exceptionnel : c’est un
simple trait de caractère, qui fait que
certains d’entre nous ont tendance,
quand ils sont face à une situation ou une personne
inconnue, à se mettre en retrait et à observer avant
d’agir.
POURQUOI LES ADOLESCENTS ?
Certains enfants sont timides dès le début de leur
vie, mais à l’adolescence, la timidité recrute de
nouveaux adeptes. Les relations aux autres changent
profondément, y compris avec les parents, et le corps
lui-même évolue. Pas facile de retrouver une zone
de confort dans ces circonstances, même si l’on
n’est pas timide au départ. Ce qui pose problème le
plus souvent, c’est un nouveau regard des autres sur
eux, et inversement : « Chez les jeunes filles, c’est le
regard des autres, qui
véhicule le désir, qui va
être gênant. Pour les
garçons, la timidité est
plus souvent liée à la
peur de laisser trans-
paraître ses émotions,
notamment son désir »,
précise le Dr Gérard
Macqueron, psychiatre
et thérapeute.
FAIRE LES BONS CHOIX
La timidité n’est pas un problème en soi. Les
parents ont cependant intérêt à réagir si elle est mal
vécue par l’ado, explique le Dr Macqueron : « Il ne
faut pas s’attendre à ce que la timidité passe avec
l’âge, ou quand la puberté se termine. Ça arrive,
effectivement, mais c’est parce qu’entre-temps on a
fait quelque chose ! ». Il est important d’agir parce
que si la timidité est mal vécue, l’ado risque d’éviter
tout ce qui la déclenche… C’est-à-dire les nouvelles
rencontres, les découvertes, les défis. Non seulement
c’est une perte pour une personne en pleine décou-
verte du monde, mais cela l’empêche d’augmenter
le nombre de situations dans lesquelles elle se sent
à l’aise, à la suite de quoi sa confiance en soi risque
de souffrir et il ou elle deviendra encore plus timide.
Quand consulter ?
Certains signes doivent pousser à consulter :
l’ado est renfermé(e), travaille trop ;
il ou elle ne change pas, ne semble pas
grandir ;
il ou elle consomme des substances
– alcool, cannabis – pour se désinhiber.
La timidité n’est pas toujours en cause, il est
donc utile de faire le point avec un profession-
nel. Face aux troubles anxieux, les thérapies
cognitives comportementales sont efficaces,
mais d’autres solutions peuvent être mises
en place. Les thérapies de groupe sont, par
exemple, particulièrement utiles pour sur-
monter une timidité excessive.
de souffrir et il ou elle deviendra encore plus timide.
35
timide ?QUE PEUVENT FAIRE LES PARENTS ?
Pour éviter ce cercle vicieux qui peut mener à une
véritable angoisse, le Dr Macqueron recommande
certaines activités : « Les sports d’équipe sont
efficaces, mais aussi des sports individuels dans
lesquels on multiplie les défis et les occasions
de rencontres – tennis ou arts martiaux
par exemple. Le théâtre est aussi souvent
utilisé pour surmonter la timidité, parce
qu’il apprend aux adolescents à travailler
sur l’expression des émotions. Enfin,
le chant individuel ou en chorale fait
travailler la gestion de la voix en
rapport avec les émotions et c’est
aussi très bon pour les enfants
anxieux ou timides. » ]
Comment communiquer
avec un ado timide ?
Quels que soient les choix approuvés, il y a
quelques règles à respecter pour les parents :
faire confiance à son enfant et le valoriser ;
ne pas lui reprocher sa timidité ni forcer les
expériences. Le mettre en situation d’échec
serait contre-productif ;
le/la féliciter quand il/elle prend des risques ;
proposer des rencontres qui ont des chances
de bien fonctionner ;
montrer l’exemple en invitant régulièrement
des gens, en faisant des sorties en groupe, etc.
« La timidité, comment la surmonter »
Dr Gérard Macqueron et Stéphane Roy
éd. Odile Jacob.
Unlivre
©Photo:GettyImage
Animaux
www.pharmaciengiphar.com36
Médor
se gratte :
et si c’était la gale ?
DEPUIS QUELQUES JOURS, VOTRE CHIEN N’ARRÊTE PAS DE
SE GRATTER ? IL EST POSSIBLE QU’IL AIT LA GALE… CETTE MALADIE
QUI AVAIT PRESQUE DISPARU EST EN RECRUDESCENCE EN FRANCE.
Barbara Delbrouck
L
a gale sarcoptique du chien, aussi appe-
lée gale du corps, est liée à un acarien
qui creuse des tunnels dans l’épaisseur
de la peau et y pond ses œufs. À la clé,
des petits boutons rouges, généralement
sur le bord des oreilles, les coudes ou les jarrets.
Ceux-ci ne sont pas toujours faciles à repérer. C’est
plutôt le fait que votre chien se gratte compulsive-
ment qui doit vous mettre la puce à l’oreille…
OÙ A-T-IL ATTRAPÉ ÇA ?
Le parasite responsable de la gale pro-
vient souvent des animaux sauvages,
comme les renards… Suite à une
épidémie dans les années 80, le
gouvernement les avait traités,
ce qui a permis d’endiguer la
maladie. Mais depuis
quelques années, des
cas réapparaissent,
surtout dans la moi-
tié Est du pays. Comment
votre adorable boule de poils
a-t-elle pu entrer en contact
avec un animal sauvage ? Tout
simplement lors d’une balade.
Il suffit qu’un animal infesté
ait laissé sur son passage un
parasite, qui n’a pas hésité à grimper sur
votre toutou… Il peut aussi provenir
d’un chien contaminé.
COMMENT RÉAGIR ?
À force de se gratter jour et nuit, votre chien va
développer des abrasions cutanées qui peuvent s’in-
fecter. En outre, il s’épuise car il dort et s’alimente
moins bien. Il faut donc consulter votre vétérinaire
au plus tôt. Une fois le diagnostic posé, il suffit de
donner un acaricide sous forme de comprimés à
avaler ou d’une pipette à appliquer sur le pelage.
Le traitement, qui n’agit pas sur les œufs, doit être
renouvelé une ou deux fois pour éliminer les œufs
devenus adultes. Tous les chiens de la maison
(même asymptomatiques) doivent être traités, mais
pas les chats.
EST-CE CONTAGIEUX ?
Lors de vos câlins, votre toutou peut facilement
vous transmettre le parasite. Ensuite, de petit
boutons qui grattent sur les zones de contact,
comme les bras, peuvent apparaître. Toutefois,
cet acarien spécifique à l’animal ne pourra pas
pondre sur vous. Il disparaîtra donc
spontanément dès que votre chien
sera traité. ]
spontanément dès que votre chien
sera traité.
spontanément dès que votre chien
sera traité.
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
Pour éliminer lesparasites de la maison
Vaporisez un spray acaricide sur toutesles surfaces tapissées : panier, coussins,moquettes, couvertures dans la voiture…Pour les autres surfaces, comme le carre-lage, il suffit de laver à l’eau savonneuse.
Le parasite responsable de la gale pro-
vient souvent des animaux sauvages,
comme les renards… Suite à une
épidémie dans les années 80, le
gouvernement les avait traités,
ce qui a permis d’endiguer la
tié Est du pays. Comment
votre adorable boule de poils
a-t-elle pu entrer en contact
avec un animal sauvage ? Tout
simplement lors d’une balade.
Il suffit qu’un animal infesté
ait laissé sur son passage un
parasite, qui n’a pas hésité à grimper sur
votre toutou… Il peut aussi provenir
pas les chats.
EST-CE CONTAGIEUX ?
Lors de vos câlins, votre toutou peut facilement
vous transmettre le parasite. Ensuite, de petit
boutons qui grattent sur les zones de contact,
comme les bras, peuvent apparaître. Toutefois,
cet acarien spécifique à l’animal ne pourra pas
pondre sur vous. Il disparaîtra donc
Merci au Dr Émilie Vidémont-Drevon, vétérinaire spécialisée en
dermatologie, Centre Hospitalier Vétérinaire Saint-Martin
©Illustration:JanSmet
www.pharmaciengiphar.com38
Giphar Magazine : Qu’est-ce que
Yuka ?
Julie Chapon : Il s’agit d’une applica-
tion mobile qui scanne le code-barres
de vos produits et analyse leur impact
sur la santé. En quelques secondes,
elle déchiffre leurs étiquettes et vous
indique si ceux-ci sont conseillés ou
déconseillés. Si le produit est décon-
seillé, elle vous recommande des alternatives de
produits similaires plus sains. En outre, Yuka vous
explique l’évaluation de chaque produit dans une
fiche spécifique, vous accédez ainsi facilement aux
détails de la composition du produit pour com-
prendre son évaluation.
GM : Comment fonctionne l’application ?
JC : Yuka obtient son classement en réalisant une
évaluation basée sur 3 critères :
60 % de l’évaluation repose sur la qualité nutri-
tionnelle. Celle-ci prend en compte la quantité
d’énergie, de graisses saturées, de sucres, de sel,
de fruits et légumes, de fibres et de protéines du
produit.
30 % de l’évaluation repose sur la présence
d’additifs nocifs dans le produit.
10 % de l’évaluation repose sur la dimension
biologique du produit. Les produits considérés
comme biologiques sont ceux disposant du
label bio français (AB) et/ou du label bio euro-
péen (Eurofeuille).
Notre évaluation est tout à fait indépendante de
l’industrie agroalimentaire, c’était essentiel pour
nous !
GM : Pourquoi avoir développé
une telle application ?
JC : L’alimentation a un impact
important sur la santé, on sait tous
qu’il faut faire attention à ce qu’on
mange mais il n’est pas toujours
simple de savoir ce à quoi être vigi-
lant. D’autant plus que les firmes
agroalimentaires ne nous aident pas
avec leurs allégations santé auxquelles on ne peut
pas toujours se fier. Nous voulions développer une
aide au choix tout à fait indépendante du secteur.
GM : Quelles sont les améliorations prévues ?
JC : Nous aimerions intégrer dans les résultats des
indications sur la présence d’allergènes ou de pro-
duits sources d’intolérance comme les arachides, le
gluten, les produits laitiers, etc. C’est une demande
fréquente de nos utilisateurs et nous allons essayer
de le développer. Nous avons également pour projet
d’intégrer dans l’application l’analyse des produits
cosmétiques et d’hygiène. ]
Cuisine
Yuka, l’application
qui vous aide à faire
vos courses
Manger sain
de fruits et légumes, de fibres et de protéines du
cosmétiques et d’hygiène.
Pour télécharger l’application Yuka
et obtenir plus d’informations, une
seule adresse : www.yuka.io.
Plus d’infos ?
VOUS DÉSIREZ MANGER MIEUX MAIS VOUS AVEZ DU MAL
À DIFFÉRENCIER LES BONS PRODUITS DES MOINS BONS ? TÉLÉCHAR-
GEZ YUKA, UNE APPLICATION QUI VOUS INDIQUE QUELLES SONT
LES ALTERNATIVES LES PLUS SAINES. LES EXPLICATIONS DE JULIE
CHAPON, COCRÉATRICE DE YUKA.
Élise Dubuisson
39
>>>>>>
Velouté de carottes et granola salé
Pour le granola :
1 Préchauffer le four à 180 °C.
2 Dans un saladier, mélanger les flocons, le sarra-
sin, les graines et les pistaches. À l’aide d’une
fourchette, incorporer les autres ingrédients du
granola.
3 Émietter sur une plaque de cuisson.
4 Cuire à 180 °C pendant 15 à 20 minutes en surveil-
lant, le mélange peut brûler très vite. Remuer une
fois ou deux en cours de cuisson.
5 Une fois refroidi, conserver dans un bocal (jusqu’à
8 jours).
Velouté de carottes et granola salé
Ingrédients
pour 4 personnes
POUR LE VELOUTÉ
• 1 échalote
• 1 gousse d’ail
• 500 g de carottes
• 1 c. à soupe d’huile d’olive
• 1. c. à café de bouillon en poudre
• 200 ml de lait d’amande
POUR LE GRANOLA
• 50 g de petits flocons d’avoine
• 25 g de sarrasin décortiqué
• 10 g de graines de courge
• 10 g de graines de sésame
• 20 g de pistaches
• 1 c. à café de moutarde douce
• 1 c. à café arasée de miso brun
• 1 c. à soupe de purée de cajou
• 1 c. à soupe d’huile d’olive
• 1 c. à soupe de sirop d’agave
Apéro
Pour le velouté :
1 Peler et émincer l’écha-
lote. Éplucher les
carottes et couper en
morceaux.
2 Faire revenir dans un
fait-tout avec l’huile
d’olive. Ajouter 200 ml
d’eau et le bouillon,
porter à frémissement
et cuire pendant
20 minutes.
3 Mixer avec le lait
d’amande. Goûter, saler
si nécessaire.
4 Servir dans des mini bols
ou des petits bocaux,
avec une belle cuillerée
de granola.
Recettes
www.pharmaciengiphar.com40
>>>
1 Peler et émincer les champignons de Paris.
2 Peler, dégermer et émincer les échalotes.
3 Faire revenir le tout dans l’huile d’olive
jusqu’à ce que les champignons aient rendu
tout leur jus. Saler et poivrer en cours de
cuisson.
4 Mixer avec le tofu fumé, les châtaignes et
l’huile de noix.
5 Dans une petite casserole, verser le lait et
ajouter l’agar-agar en pluie. Porter à frémis-
sement et compter 15 secondes.
Recettes
Ingrédients
pour 6 personnes
• 175 g de champignons de Paris frais
• 2 échalotes
• 1 c. à soupe d’huile d’olive
• 100 g de tofu fumé
• 75 g de châtaignes cuites au naturel
• 2 c. à soupe d’huile de noix
• 120 ml de lait végétal nature
• 1 c. à café arasée d’agar-agar
• Sel et poivre
6 Mixer avec le reste des ingrédients.
7 Transférer le mélange dans un plat à ter-
rine, lisser la surface et laisser refroidir à
température ambiante.
8 Couvrir et placer au réfrigérateur pen-
dant au moins 1 heure.
9 Servir frais, avec des tartines de pain
grillé, des blinis ou des crackers de
sarrasin.
Pâté végétal forestier
Apéro
Recettes
41
©Photos:ÉmilieGaillet
Retrouvez ces 3 recettes et bien
d’autres dans le livre
Apéro Veggie, de Cléa.
Photographies : Émilie Gaillet
Éditions La Plage.
Àlire Green gaufres avocat et brocoli
Ingrédients
pour 8 mini gaufres
POUR LES GAUFRES
• 150 g de brocoli
• 150 g de lait de soja
• 1 c. à soupe de graines de chia
• 50 g de purée de noix de cajou
• 1 c. à soupe de pesto verde
• 100 g de farine d’épeautre blanche
POUR LA SAUCE
• 2 avocats mûrs
• 2 c. à soupe de jus de citron
• 3 c. à soupe de graines d’alfalfa
germées
• 1 c. à soupe de miso blanc
POUR SERVIR
• Pousses d’épinard ou graines germées
Ingrédients
1 Détailler le brocoli en bouquets et cuire à
l’étouffée pendant 20 minutes.
2 Mixer avec le lait de soja, les graines de
chia, la purée de noix de cajou et le pesto.
Incorporer la farine et laisser reposer
quelques minutes.
3 Faire chauffer le gaufrier, puis cuire de
petites gaufres une à une, 3 minutes
environ. Réserver sous un torchon pour
les garder au chaud.
4 Pour la sauce, mixer les ingrédients.
5 Garnir généreusement les gaufres et les
poser sur un plateau avant de servir. ]
Apéro
Je n’imaginais pas
être dépendante
du tabac à ce point.
Mon pharmacien
m’a permis de le
mesurer et de choisir
mon traitement.
Faites le test de Fagerström chez votre pharmacien
pour connaître votre dépendance à la nicotine.
C’est simple, rapide et efficace pour mieux
déterminer avec lui ou avec votre médecin quels
sont les meilleurs moyens de réussir l’arrêt du tabac.
Votre pharmacien peut également vous aider à
dépister l’asthme,l’hypertension artérielle ou le diabète.
EN SAVOIR PLUS SUR
pharmaciengiphar.com
Giphar est une association loi 1901 regroupant 1700 pharmaciens
«Moi & mon pharmacien»
43
Forme
Arthrose :
pensez à faire
du sport !
S
aviez-vous que le maintien d’une activité
physique peut considérablement influen-
cer l’évolution de l’arthrose et réduire la
douleur ? Et pour cause, faire bouger
une articulation nourrit le cartilage et
entraîne un renforcement des muscles. En outre,
petit à petit, le sport aide à augmenter l’amplitude
de vos mouvements.
QUEL SPORT ?
Bien entendu, tous les sports ne sont pas conseillés
en cas d’arthrose. Ainsi, il est préférable d’éviter les
activités où les articulations sont beaucoup sollicitées
et subissent des chocs répétés. C’est notamment le
cas du ski, du squash, de l’athlétisme ou du foot-
ball. En revanche, le vélo, la marche, la natation,
l’aquagym et le yoga ne posent généralement pas de
problème.
QUID DE LA DOULEUR ?
L’exercice permet d’éviter que les muscles et les liga-
ments ne s’ankylosent. En d’autres termes, qu’ils se
raidissent et soient moins mobiles. Or, c’est précisé-
ment ces caractéristiques qui les rendent douloureux.
Résultat : faire du sport est aussi un excellent moyen
de lutter contre la douleur. À noter toutefois que si
une articulation est douloureuse pendant une séance,
évitez de forcer. Si cette douleur persiste au quotidien
ou de séance en séance, consultez votre médecin.
Articulation
AFIN D’ÉVITER QUE VOS
ARTICULATIONS NE S’ANKYLOSENT,
IL EST VIVEMENT RECOMMANDÉ DE
LES MOBILISER RÉGULIÈREMENT.
À LA CLÉ ? UNE ARTHROSE QUI
PROGRESSE MOINS VITE.
Élise Dubuisson
pensez à faire
Qu’est-ce que l’arthrose ?L’arthrose est une maladie chronique qui touche
tout particulièrement le cartilage : celui-ci s’altère,
perd de sa souplesse et se détruit plus vite qu’il
ne se régénère. Suite à cette usure du cartilage,
les extrémités des os sont moins protégées, avec
le risque de frotter l’une contre l’autre, ce qui les
abîme.
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
Lutter contre la douleur
Lorsque vos articulations sont particulièrement
douloureuses, l’application locale de chaleur à l’aide
d’un coussin chauffant à base de grains de blé ou
de noyaux ou encore d’un bain peut être salvatrice.
Il en est de même pour l’application locale de froid
au moyen d’une poche de gel. Notez que certains
compléments alimentaires sont particulièrement
indiqués pour lutter contre les douleurs liées à
l’arthrose. Demandez conseil à votre pharmacien.
activités où les articulations sont beaucoup sollicitées
LE CONSEIL DE VOTRE
PHARMACIEN GIPHAR
Lutter contre la douleur
>>>
Forme
www.pharmaciengiphar.com44
>>> MOBILITÉ ET SOUPLESSE
DES ÉPAULES
1. Couchez-vous sur le dos, les mains derrière la nuque
et les coudes en avant.
2. Écartez les coudes et essayez de les amener au sol.
Une fois au sol, tenez la position pendant
3 secondes.
3. Revenez à la position initiale et recommencez
l’exercice 10 fois.
©Illustrations:MadeleineMartin
AMÉLIORER LA
DEXTÉRITÉ DIGITALE
1. Asseyez-vous à une table, les coudes au corps à
90° et les avant-bras en appui sur la table. Devant
vous : une boîte contenant des pinces à linge.
2. Saisissez une pince à linge après l’autre jusqu’à en
tenir 4 en main.
3. Tout en maintenant 3 pinces à l’intérieur de la
main, saisissez entre le pouce et l’index la qua-
trième pince.
4. Fixez-la sur le bord de la boîte.
5. Procédez de la même façon pour les autres
pinces.
6. Recommencez l’exercice avec l’autre main.
7. Effectuez l’exercice complet deux fois de suite. ]
DES ESCALIERS PLUS
FACILES À MONTER
1. Asseyez-vous sur une chaise et
formez un angle de 90° avec les
genoux (par rapport au sol).
2. Levez une jambe et tirez le pied
vers vous. Tenez la position
3 secondes.
3. Revenez à la position initiale et
recommencez l’exercice 10 fois.
Couchez-vous sur le dos, les mains derrière la nuque
Écartez les coudes et essayez de les amener au sol.
l’exercice 10 fois.
©Illustrations:MadeleineMartin
Asseyez-vous à une table, les coudes au corps à
90° et les avant-bras en appui sur la table. Devant
Saisissez une pince à linge après l’autre jusqu’à en
]
HORIZONTALEMENT
1. QUI ONT DES PROPRIÉTÉS CURATIVES. – 2. AFFAIBLISSEMENT. PAS BIEN PORTANT. – 3. BLESSA. OS
LONGS ET GRÊLES. – 4. AUTOUR DU CHEF. ORGANE PAIR DE LA VUE. APPELÉ. – 5. NOUVEL ANIMAL DE
COMPAGNIE. BON DORMEUR. SEGMENT D’ADN. – 6. D’UNE COULEUR NOIRE. SUJET VAGUE. UN CŒUR
QUI BAT. – 7. SE DRESSE SUR LA TÊTE. GAI PARTICIPE. TRANSPIRATIONS ABONDANTES. – 8. SEIN. OU
BIEN. DOULEUR. – 9. FUT TENU DE. ANCIENNEMENT, LANCE. CHAUSSURE D’INTÉRIEUR. – 10. COMME CER-
TAINES VOIES NATURELLES. – 11. ARBRE DONT LES RACINES ET LES GRAINES SONT UTILISÉES EN MÉDE-
CINE TRADITIONNELLE. SOUTIENT LA QUILLE. NOTE. – 12. POINT MARQUÉ AU TENNIS. CALME. – 13. TRISTE
ET FROID. DÉMONSTRATIF. – 14. BATTEMENT D’UN VAISSEAU SANGUIN. INFLAMMATION DE L’OREILLE. –
15. RETIRÉE. BEAU COUP. ON PEUT L’AVOIR DANS LA GORGE.
VERTICALEMENT
1. PERSONNE DONT L’ACUITÉ AUDITIVE EST DIMINUÉE. FLEUVE D’EUROPE. – 2. POIRE D’ORL. PAS BEAU-
COUP. POINTE OSSEUSE OU CORNÉE. – 3. ARTICLE. TAILLE. QUEUE DE MORUE. – 4. ANTIDÉPRESSEUR.
RELATIVE AU REIN. – 5. TAILLER FINEMENT. PRIS D’UN FOU RIRE. NON DITS. – 6. TRANCHE DE VIE. QUALIFIE
CERTAINES RADIATIONS. – 7. COURBE. ME PERMIS. TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF. – 8. ESPRIT
DE CORPS. MANIFESTATION NON VIOLENTE. EST ATTENDU PENDANT NEUF MOIS. – 9. TISSU ADIPEUX.
DÉPASSÉ. PREMIÈRE RÉACTION. – 10. REPOUSSE. POSSESSIF. QUAND ON NE DIT PAS TOUT. – 11. BON
ÉTAT GÉNÉRAL DE L’ORGANISME. TOUCHÉS. INTERJECTION. – 12. PROTÈGE DES PIQÛRES. QUI A RAPPORT
AU NEZ. PRIVÉ D’HUMIDITÉ. – 13. PARTIES CHARNUES. MÉGOTENT.
Mots croisésRéflexion
Les jeux de Monique Debray
©Illustration:JanSmet
Jeux
www.pharmaciengiphar.com46
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
12345678910111213
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
MEDICINALES–F
ANEMIE–MALADE
LESASPERONES
EM–OEIL–DIT–S
NAC–LOIR–GENE
T–EBENE–ON–AS
EPI–RI–SUEES–
NENE–SOIT–MAL
DUT–HAST–MULE
A–URINAIRES–S
NERE–TIN–S–SI
TRENTE--C–ZEN
-G–AUSTERE–CE
POULS–OTITE–N
OTEE–ACE–CHAT
Ne comptez pas sur le hasard
pour dépister votre DMLA*
.
*
Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age.
Faites le test dès à présent et régulièrement
en vous cachant un œil puis l’autre.
Une tache sombre immobile au centre de votre vision ?
Des lignes déformées ? C’est peut-être une DMLA*
.
Consultezdanslesmeilleursdélaisunophtalmologiste.
Lors de la prise de rendez-vous, pensez à bien évoquer
vos symptômes.
Pourplusd’informations,rendez-voussurwww.viaopta.fr
F65205–Juillet2017
Tendance
www.pharmaciengiphar.com48
Ranger,une nouvelle
tendance
bien-être !METTRE DE L’ORDRE DANS
SON INTÉRIEUR, MIEUX L’ORGANISER, SE
DÉFAIRE DES OBJETS FUTILES, VOILÀ DES
GESTES SIMPLES QUI PEUVENT CONSIDÉ-
RABLEMENT AMÉLIORER VOTRE VIE. COUP
D’ŒIL SUR LE RANGEMENT DÉTOX.
Élise Dubuisson
En ordre
Astuce
La « boîte à transit »
Vous avez du mal à vous défaire de
certains objets que vous n’utilisez
pourtant plus ? Placez-les dans une
« boîte à transit » à la cave ou au gre-
nier. Si au bout d’un mois vous n’êtes
pas allé les rechercher, c’est que vous
pouvez vous en séparer !
49
>>>
V
ous avez peut être déjà expérimenté
ce sentiment de plénitude après avoir
rangé, cette impression que tout est
possible et qu’il suffit de vous lancer…
Même sans être un maniaque de l’ordre,
ranger une pièce peut donner un nouveau souffle
et une folle envie de se lancer dans de nouveaux
projets. « C’est tout à fait logique : lorsqu’une pièce,
ou plus largement une maison, est rangée, le champ
visuel est dégagé, on peut alors se projeter, on res-
pire, on jette un regard neuf sur les lieux et sur soi »,
explique Alexandra Viragh, fondatrice du concept de
« psycho-décoration ».
POSER UN REGARD NEUF SUR CE QUI
NOUS ENTOURE
Lorsqu’on range, on fait un tri et on s’interroge sur
nos rapports aux objets qui nous entourent. « De
cette manière, on va mettre en avant ceux qui nous
font du bien et nous mettent de bonne humeur. Il
est toujours plus agréable de regarder une affiche
que l’on a choisie tranquillement, qu’une pile de
magazines qu’on ne trouve pas le temps de lire. »
Dans le même ordre d’idées, ranger peut aussi être
un moment idéal pour se défaire des objets syno-
nymes d’un sentiment négatif comme cette lampe
ébréchée lors d’une dispute.
49
>>>
Bien plusque du désordre ?Pour certains, l’évocation du mot rangement
induit des sueurs froides : ils ne parviennent
pas à se défaire de ce qui trône chez eux. Tout
leur semble important. Ils ont bien conscience
que le désordre règne dans leur maison mais
c’est plus fort qu’eux. Et ils ont beau ranger,
le désordre refait rapidement surface. Alors
pourquoi s’infliger une telle corvée ?!Quelles sont les causes ?« Parfois ranger ne suffit pas, il faut explorer
les causes du désordre : celui-ci peut rem-
plir un manque, un vide ou est la traduction
matérielle d’un stress. On observe notamment
cela chez les personnes dont des membres de
la famille ont été traumatisés par une guerre :
elles font des réserves au cas où l’Histoire se
répèterait. D’autres n’ayant que peu ou pas de
liens forts avec des personnes projettent ce lien
sur des objets dont ils ne peuvent imaginer se
défaire », précise Alexandra Viragh.
est toujours plus agréable de regarder une affiche
que l’on a choisie tranquillement, qu’une pile de
magazines qu’on ne trouve pas le temps de lire. »
Dans le même ordre d’idées, ranger peut aussi être
un moment idéal pour se défaire des objets syno-
nymes d’un sentiment négatif comme cette lampe
Tendance
www.pharmaciengiphar.com50
>>> DISSOCIER RANGEMENT ET STRESS
Détail important : pour que le rangement ait l’effet
escompté, il ne faut pas qu’il soit source d’anxiété.
« Le principe du rangement détox est que vous et
votre habitation soyez connectés positivement. Aussi,
plutôt que d’imaginer que
vous allez vous lancer dans
un travail monstrueux,
dites-vous que vous enta-
mez un projet positif d’une
maison où il fait bon vivre.
La pensée a une forte puis-
sance évocatrice. Allez-y en
douceur et vous verrez que,
petit à petit, le rangement
détox coule de source. »
Une astuce à appliquer en
famille pour donner une
dimension ludique au ran-
gement ? Consacrer tous les
jours 12 minutes au range-
ment. « Chaque membre de
la famille choisit une pièce,
une armoire ou un bureau
et range pendant
12 minutes. De cette
manière, tout le monde
participe et le côté quoti-
dien de ce rituel empêche le
désordre de se réinstaller. »
COMMENT RANGER ?
Il n’existe pas une seule manière de ranger, chacun
doit trouver celle qui lui correspond le mieux.
« Certains préféreront ranger leurs livres par cou-
leur, d’autres par ordre alphabétique. Quant aux
vêtements, ils peuvent être rangés par
catégorie, ensemble, couleur… À vous
de voir ! Trouvez vous même votre
logique de classement, elle n’en sera
que plus efficace. En revanche, ce
qui peut être salvateur chez tout le
monde, c’est de laisser constamment
20 % de l’espace – armoire, tiroir,
grenier, etc. – vide. Ainsi, il est plus
facile d’y ranger quelque chose, on
ne doit pas lui chercher une place.
Par ailleurs, l’espace reste aéré, ce qui
donne envie de ne pas le déranger. »
ÉVITER DE RÉ-ENCOMBRER
Une fois un grand rangement opéré,
il peut être intéressant de mettre en
place une nouvelle réflexion autour des
objets qui passent la porte. Sous peine
de devoir recommencer rapidement.
« Je conseille de se poser trois ques-
tions avant d’acquérir un nouvel objet :
Est-il utile pour moi ?
Est-il fonctionnel ?
Est-il beau ?
Me fait-il rêver ?
Si vous répondez non à l’une de ces
questions, attendez encore un peu
avant de l’acheter. Il est plus que
probable que d’ici quelques semaines
vous n’en n’aurez plus envie »,
conclut Alexandra Viragh. ]Ranger pour
une meilleure santé
Plus un intérieur est chargé, moins
l’air peut y circuler, les poussières
stagnent, la lumière ne peut inonder
complètement la pièce… Autant de
facteurs qui ne sont pas très bons
pour la santé et qui font la part belle
aux allergies et à la sédentarité.
Ranger, c’est donc aussi important
pour la santé.
12 minutes. De cette
manière, tout le monde
participe et le côté quoti-
dien de ce rituel empêche le
désordre de se réinstaller. »
« Rangement détox :
9 clés pour une maison
heureuse »
Alexandra Viragh
Solar Éditons
www.alexandraviragh.com
Unlivre
Je lui envoie
la photo de
mon ordonnance.
Mes médicaments
sont prêts
dès mon arrivée.
C’est génial.
«Moi & mon pharmacien»
L’application « mon pharmacien Giphar » vous simplifie
la vie en vous faisant gagner un temps précieux.
Il vous suffit d’envoyer la photo de votre ordonnance.
Dès votre arrivée, vos médicaments sont prêts :
votre pharmacien se consacre totalement aux
conseils dont vous avez besoin.
EN SAVOIR PLUS SUR
pharmaciengiphar.com
Giphar est une association loi 1901 regroupant 1700 pharmaciens
O S E Z L A L I B E R T É
www.libeoz.fr
VENTE ET LOCATION DE MATÉRIEL MÉDICAL
POUR L’AUTONOMIE ET LA MOBILITÉ
AMÉNAGEMENT DU DOMICILE
AIDE À LA PERSONNE
MOBILITÉ AUTONOMIE
CONFORT ET SANTÉ
MATÉRIEL MÉDICAL
ORTHOPÉDIE
Retrouvez toutes les offres et services Libeoz
dans l’un des 1 300 Points Conseils ou sur

Contenu connexe

Similaire à Giphar Magazine n°36

Journal L'Hépatant N°51 Avril 2011
Journal L'Hépatant N°51 Avril 2011Journal L'Hépatant N°51 Avril 2011
Journal L'Hépatant N°51 Avril 2011
soshepatites
 
Etre hepatant N°02
Etre hepatant N°02Etre hepatant N°02
Etre hepatant N°02
soshepatites
 

Similaire à Giphar Magazine n°36 (20)

02 depliant cyclosporine 600x210mm
02 depliant cyclosporine 600x210mm02 depliant cyclosporine 600x210mm
02 depliant cyclosporine 600x210mm
 
03 acide mycophenoliqu questions réponses
03 acide mycophenoliqu   questions réponses03 acide mycophenoliqu   questions réponses
03 acide mycophenoliqu questions réponses
 
Bulletin Attadamoune 2010
Bulletin Attadamoune 2010Bulletin Attadamoune 2010
Bulletin Attadamoune 2010
 
Habitudes de vie et santé
Habitudes de vie et santéHabitudes de vie et santé
Habitudes de vie et santé
 
Journal L'Hépatant N°51 Avril 2011
Journal L'Hépatant N°51 Avril 2011Journal L'Hépatant N°51 Avril 2011
Journal L'Hépatant N°51 Avril 2011
 
Canal Santé Magazine - Édition Octobre 2013 - Québec
Canal Santé Magazine - Édition Octobre 2013 - QuébecCanal Santé Magazine - Édition Octobre 2013 - Québec
Canal Santé Magazine - Édition Octobre 2013 - Québec
 
“Les Français et les Campagnes «Santé»” Enquête Future Thinking / FNAIM - Fév...
“Les Français et les Campagnes «Santé»” Enquête Future Thinking / FNAIM - Fév...“Les Français et les Campagnes «Santé»” Enquête Future Thinking / FNAIM - Fév...
“Les Français et les Campagnes «Santé»” Enquête Future Thinking / FNAIM - Fév...
 
Cystite interstitielle
Cystite interstitielleCystite interstitielle
Cystite interstitielle
 
infection urinaire homme
infection urinaire hommeinfection urinaire homme
infection urinaire homme
 
LE PARADOXE DE LA VACCINATION CHEZ L’ADULTE EN FRANCE
LE PARADOXE DE LA VACCINATION CHEZ L’ADULTE EN FRANCELE PARADOXE DE LA VACCINATION CHEZ L’ADULTE EN FRANCE
LE PARADOXE DE LA VACCINATION CHEZ L’ADULTE EN FRANCE
 
Les Français face au cancer
Les Français face au cancerLes Français face au cancer
Les Français face au cancer
 
Etre hepatant 02_2016
Etre hepatant 02_2016Etre hepatant 02_2016
Etre hepatant 02_2016
 
Cp partenariat ids sante et alerte jaune amfe
Cp partenariat ids sante et alerte jaune amfeCp partenariat ids sante et alerte jaune amfe
Cp partenariat ids sante et alerte jaune amfe
 
L'automédication responsable en France
L'automédication responsable en France L'automédication responsable en France
L'automédication responsable en France
 
Cystite femme
Cystite femmeCystite femme
Cystite femme
 
Verites sur les Regimes
Verites sur les RegimesVerites sur les Regimes
Verites sur les Regimes
 
Etre hepatant 04_2016
Etre hepatant 04_2016Etre hepatant 04_2016
Etre hepatant 04_2016
 
Etre hepatant N°02
Etre hepatant N°02Etre hepatant N°02
Etre hepatant N°02
 
Power point cancer fini
Power point cancer finiPower point cancer fini
Power point cancer fini
 
Newsletters cepla (ep) mai 2017
Newsletters cepla (ep) mai 2017Newsletters cepla (ep) mai 2017
Newsletters cepla (ep) mai 2017
 

Plus de ViVio SPRL

Plus de ViVio SPRL (8)

Jolimont Magazine n°7
Jolimont Magazine n°7Jolimont Magazine n°7
Jolimont Magazine n°7
 
Saint-Luc Magazine n°42
Saint-Luc Magazine n°42Saint-Luc Magazine n°42
Saint-Luc Magazine n°42
 
Saint-Luc Magazine tire sa révérence!
Saint-Luc Magazine tire sa révérence! Saint-Luc Magazine tire sa révérence!
Saint-Luc Magazine tire sa révérence!
 
Inovita fait peau neuve pour son la rentrée!
Inovita fait peau neuve pour son la rentrée!Inovita fait peau neuve pour son la rentrée!
Inovita fait peau neuve pour son la rentrée!
 
Epicura Mag n°11 Spécial anniversaire
Epicura Mag n°11 Spécial anniversaireEpicura Mag n°11 Spécial anniversaire
Epicura Mag n°11 Spécial anniversaire
 
Sages-femmes Magazine n°3
Sages-femmes Magazine n°3Sages-femmes Magazine n°3
Sages-femmes Magazine n°3
 
Osiris 45
Osiris 45Osiris 45
Osiris 45
 
Saint-Luc Magazine n°41
Saint-Luc Magazine n°41Saint-Luc Magazine n°41
Saint-Luc Magazine n°41
 

Giphar Magazine n°36

  • 1. 1 >>> Le magazine de mon pharmacien Gipharmon pharmacien Giphar #36Septembre-octobre 2017Bimestriel 36 N’ayez plus peur ! N’ayez plus N’ayez plus N’ayez VACCIN UNE RENTRÉE EN PLEINE FORME VENIN Futur médicament ? POUX COMMENT S’EN DÉBARRASSER GipharMAGAZINE Valeur au numéro : 2,50 € UNE RENTRÉE Offert par votre pharmacien peur ! N’ayez VACCIN
  • 2.
  • 3. 33 GIPHAR MAGAZINE Le magazine de mon pharmacien Giphar N° 36 – Septembre Octobre - 2017 – bimestriel Valeur au numéro : 2,50 € Giphar Magazine est édité par la S.A. SOGIPHAR, au capital de 6.075.888 € ZI Route de Feuquières 60210 Grandvilliers. Tél. : 03 44 46 43 80 Fax : 03 44 46 43 88 Internet : www.pharmaciengiphar.com Formulaire de contact : www.pharmaciengiphar.com/contact Responsable de la publication : Philippe Becht Comité de rédaction : Pharmaciens Giphar : Florence Combal, Jean-Michel Foiret, Anne Haie, Florence Jamet, Caroline Mazet, Perle Miesen, Géraldine Noury- Pépion, Catherine Paquier, Jeanine Pichard, Sophie Ropiteaux, Mathieu Willaume Sogiphar : Président du Directoire : Philippe Becht Directeur Marketing Enseigne et Communication : Agnès Tirilly Responsable communication clients : Émilie Gonthier Responsable du Giphar Magazine : Perrine Loones E-mail : perrine.loones@giphar.net Relation presse : Karine Guerrier Mouri E-mail : karine.guerriermouri@giphar.net Réalisation et conception : Rue Rodenbach 70 1190 Bruxelles – Belgique Tél. : 0032-2/640 49 13 Internet : www.vivio.fr E-mail : info@vivio.fr Responsable scientifique : Dr Nicolas Évrard Coordination de la rédaction : Élise Dubuisson Secrétariat de rédaction : Claudine De Kock Ont participé à la rédaction : Barbara Delbrouck, Élise Dubuisson, Lauranne Garitte, Marion Garteiser, Candice Leblanc, Kathleen Mentrop, Émilie Pommereau. Photo de couverture : Gettyimages Photos et illustrations : D.R., Gettyimages, Madeleine Martin, Jan Smet Maquette : Marie Bourgois Mise en page : Jan Smet Régie Publicitaire : E-mail : vbesse@profil-1830.com E-mail : egirouard@profil-1830.com Impression : Valblor, 6 rue Louis Ampère 67400 Illkirch-Graffenstaden Toute reproduction, même partielle, des articles et iconogra- phies publiés dans GIPHAR Magazine sans l’accord écrit de la société éditrice est interdite, conformément à la loi du 11 mars 1957 sur la propriété littéraire et artistique. Les articles opinions, dessins et photos contenus dans Giphar Magazine le sont sous la seule responsabilité de leurs auteurs. Toute insertion publicitaire paraît sous la seule responsabilité de l’annonceur. N° ISSN : 2116-3669 N° ISSN électronique : 2117-2668 Dépôt légal à parution Tirage : 335.000 exemplaires E t si cette année, vous envisagiez la rentrée sous le signe de la détente ? Vous prendriez le temps de vous habituer à vos nouveaux horaires et vous éviteriez de vous mettre la pression. Pour vous aider à atteindre cet objectif, nous vous avons préparé un dossier complet qui vous livre les clés pour une rentrée 100 % zen ! POUX ET BOUTONS N’AURONT PAS RAISON DE VOUS Et ce ne sont pas quelques poux qui entraveront cette zéni- tude à toute épreuve. En effet, grâce aux conseils de votre pharmacien, vous saurez comment vous en débarrasser en un rien de temps. Il vous aidera aussi à bien conseiller votre ado qui se bat contre les boutons disgracieux. UN DÉPISTAGE PLUS EFFICACE DU CANCER DU SEIN Enfin, grâce à une campagne de prévention originale, découvrez comment mieux détecter un cancer du sein. Celle-ci met en scène des citrons qui illustrent à merveille les signes qui doivent pousser les femmes à consulter. MAIS AUSSI… Comme dans chaque numéro du Giphar Magazine, retrouvez des recettes savoureuses, vos jeux santé et des exercices qui, cette fois, sont dédiés à celles et ceux qui souffrent d’arthrose. Caroline Mazet Membre du comité de rédaction du Giphar Magazine Giphar :un groupement de 1.700 pharmaciensà votre service Bien plus qu’une enseigne, Gipharest avant tout une équipe depharmaciens professionnels qui,depuis 40 ans, mettent leur expé-rience au service de votre santé.Leurs priorités ? Vous donner des conseils personnalisés et adaptés à vosdemandes. Vous expliquer votre ordon-nance. Vous aider à adopter les bonsréflexes santé. Vous proposer une large gamme de produits au prix juste. Il y a forcément un pharmacienGiphar près de chez vous.Vous trouverez la liste sur le sitewww.pharmaciengiphar.com etdésormais aussi sur l’applicationmobile « Mon pharmacien Giphar ». Objectif détente ! ©D.R. Agissez pour le recyclage des papiers avec Giphar et Ecofolio. Édito
  • 4. 06 #36MAGAZINE Giphar 06 En image Cancer du sein : quand faut-il consulter ? 08 News 10 Santé au quotidien Comment se débarrasser des poux ? 14 Dossier Rentrée : objectif détente ! 20 Zoom Le glaucome en 4 questions 22 Astuce santé Testez vos connaissances sur l’acné 24 Médecine du futur Le pouvoir extraordinaire des venins 28 Rencontre Les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin : en avant la recherche ! Sommaire 10 ZOOM sur votre dossier 16 Une maison saine pour avoir la pêche 19 Les vertus des loisirs créatifs sur votre dossier 14 4 www.pharmaciengiphar.com
  • 5. 5 >>> 31 Mon pharmacien Les vaccins en 5 questions 34 Psycho Comment aider un ado timide ? 36 Santé des animaux Et si c’était la gale ? 38 Cuisine Yuka, l’application qui vous aide à faire vos courses 39 Recettes 3 recettes végétariennes savoureuses 43 Forme Arthrose : pensez à faire du sport 46 Jeux Les jeux de la santé 48 Tendance Ranger, une nouvelle tendance bien-être 22 24 34 36 5 31 Retrouvez votre magazine en ligne ! Le magazine de votre pharmacien Giphar se trouve aussi sur internet. Accédez à vos articles préférés sur www.pharmaciengiphar.com. tendance bien-être Retrouvez votre magazine votre magazine votre magazine Les jeux de la santé Tendance Ranger, une nouvelle tendance bien-être 36 votre magazine se trouve aussi sur internet. se trouve aussi sur internet. www.pharmaciengiphar.com. tendance bien-être votre magazine
  • 6. En image www.pharmaciengiphar.com6 Cancer du sein : SAVIEZ-VOUS QU’UNE MASSE DURE DANS LA POITRINE N’EST PAS LE SEUL SIGNE QUI DOIT POUSSER UNE FEMME À CONSUL- TER UN MÉDECIN ? LE CANCER DU SEIN PEUT EN EFFET SE MANIFES- TER DIFFÉREMMENT. EXPLICATIONS. Élise Dubuisson Dépistage E n France, le cancer du sein est le can- cer le plus fréquent chez les femmes. Heureusement, il fait aussi partie des cancers les mieux soignés ! En par- ticulier quand le diagnostic est posé précocement. Pourtant, le dépistage organisé avec un professionnel de santé ne commence qu’à partir de 50 ans… Le reste du temps, on compte surtout sur les femmes et l’autopalpation pour déceler une éventuelle anomalie. Sauf que nombreuses sont celles qui ne savent pas à quoi faire attention. DES CITRONS POUR MIEUX INFORMER LES FEMMES Consciente de cette problématique, Corrine Ellsworth Beaumont, du « Worldwide Breast Cancer » a mis sur pied une campagne de sensibilisation internationale baptisée « Know your Lemons » (Ndlr : « Connaissez vos citrons »). « La plupart des informations liées à la santé passent par le biais de textes avec des mots issus du monde médical et pas du grand public », explique-t-elle. « Et c’est encore plus vrai dans le cas du cancer du sein puisque les photos de seins sont généralement censurées sur internet, l’un des médias qui a la plus large audience. » quand faut-il consulter ?
  • 7. 7 Palpation : à quoi faire attention ? Afin d’aider les femmes à bien palper leurs seins, Corrine Ellsworth Beaumont a également imaginé un schéma leur permettant de mieux connaître l’anatomie des seins. www.worldwidebreastcancer.org Plus d’infos ? À QUELS SIGNES FAIRE ATTENTION ? Corrine Ellsworth Beaumont a dès lors imaginé une campagne de sensibilisation ludique où les seins sont représentés par des citrons avec sur chacun d’eux les manifestations qui peuvent être le signe d’un cancer : une masse dense, dure, un renfoncement, une petite plaie, une rougeur, une chaleur localisée, un liquide inhabituel qui s’écoule du sein, un léger enfoncement, comme une petite fossette, une bosse visible ou cachée dans le sein, une ou des veines plus grosses que d’habitude, le téton qui s’enfonce, un changement dans la forme ou la taille du sein, une texture de « peau d’orange ». Si vous observez l’un de ces signes, prenez rendez- vous sans tarder avec votre médecin généraliste ou votre gynécologue. Notez que la présence d’une grosseur n’est pas forcément liée à un cancer. Mais elle nécessite dans tous les cas de prendre l’avis d’un professionnel. ] ©Photos:D.R.
  • 8. News www.pharmaciengiphar.com8 LA PEAU DES POISSONS CONTRE LES BRÛLURES Selon un essai clinique actuellement en cours au Brésil, la peau de tilapia, un poisson exotique, n’aurait pas sa pareille pour favoriser la cicatrisation des brûlures tant superficielles que profondes. Mieux : elle protègerait éga- lement la plaie des infections en adhérant parfaitement à la peau. Source : Institut José Frota (Brésil) 96 %des Français pensent que le sport sur ordonnance est une bonne idée pour les personnes atteintes de longue maladie ou souffrant de séquelles d’un accident. Source : sondage TNS Sofres 1FRANÇAIS SUR 2ne suivrait pas ses prescriptions médicales. En cause ? Ú Le fait de ne pas aimer prendre des médicaments Ú Un traitement qui ne convient pas au rythme de vie Ú L’incompréhension du traitement Ú L’oubli et le déni Source : Sondage Ifop pour Edelman et Mylan ©Photos:D.R. 2ne suivrait pas ses prescriptions Un traitement qui ne convient superficielles que profondes. Mieux : elle protègerait éga- lement la plaie des infections en adhérant parfaitement à la peau. Source : Institut José Frota (Brésil) 96 %96 %96 %96 % Source : Sondage Ifop pour Edelman et Mylan SENIORS : VIVE LES FRUITS ET LÉGUMES ! Les caroténoïdes, les pigments responsables des couleurs des fruits et légumes, boosteraient les fonctions cognitives des seniors. Pour aboutir à cette conclusion, des chercheurs de l’Université de Géorgie (USA) ont demandé à des personnes âgées de 65 à 86 ans d’apprendre plusieurs paires de mots avant de passer une IRM durant laquelle ils étaient invités à les répéter. Résultat : les plus gros consommateurs de fruits et légumes n’ont pas eu besoin de produire beaucoup d’efforts pour se souvenir des mots alors que les autres volontaires ont dû mobiliser beaucoup plus de ressources cérébrales. Source : Journal of the International Neuropsychological Society
  • 9.
  • 10. Santé au quotidien www.pharmaciengiphar.com10 Poux :comment s’en C’EST LA RENTRÉE ! UN RETOUR À L’ÉCOLE QUI S’AC- COMPAGNE AUSSI DE CELUI DE L’ENNEMI JURÉ DE TOUS LES PARENTS : LE POU. QUAND IL DÉBARQUE, IL N’EST JAMAIS SEUL... MAIS PAS DE PANIQUE, AVEC UNE BONNE DOSE DE PATIENCE ET QUELQUES PRODUITS ADAPTÉS, VOUS EN VIENDREZ À BOUT. Lauranne Garitte V otre aîné rentre de l’école en se grattant le crâne. Et hier encore, vous avez eu vent de la rumeur : il y aurait des poux dans sa classe. « Catastrophe ! Il en a sûrement attrapé ! » Inutile de s’affoler, les poux de tête sont inoffensifs, bien que gênants. Même si ces parasites sont hématophages, c’est- à-dire qu’ils se nourrissent de sang en piquant, et provoquent des démangeaisons, ils sont bénins ! DES LENTES OU DES POUX ? Le pou est un insecte parasitaire adulte gris à 6 pattes qui mesure entre 2 et 4 mm de long. À la différence de la lente, le pou se déplace en rampant dans les cheveux, près du crâne pour garder son corps à la bonne température. La lente, quant à elle, est l’œuf pondu par le pou femelle. Mesurant moins de 1 mm de diamètre et de couleur grisâtre, elle est collée au cheveu et ne bouge pas. Environ 7 jours après son apparition, la lente éclot et devient un pou (d’abord à l’état de nymphe). Enfants Poux :comment s’en Poux :comment s’en Poux : C’EST LA RENTRÉE ! L’ÉCOLE QUI S’AC- COMPAGNE AUSSI DE CELUI DE L’ENNEMI JURÉ DE TOUS LES PARENTS : LE POU. QUAND IL DÉBARQUE, IL N’EST JAMAIS SEUL... MAIS PAS DE PANIQUE, AVEC UNE BONNE DOSE DE PATIENCE ET QUELQUES PRODUITS ADAPTÉS, VOUS EN VIENDREZ À BOUT. Lauranne Garitte otre aîné rentre de l’école en se grattant le crâne. Et hier encore, vous avez eu vent de la rumeur : il y aurait des poux dans sa classe. « Catastrophe ! Il en a sûrement attrapé ! » Inutile de s’affoler, les poux de tête sont inoffensifs, bien que gênants. Même si ces parasites sont hématophages, c’est- à-dire qu’ils se nourrissent de sang en piquant, et provoquent des démangeaisons, ils sont bénins ! OU DES POUX ? Le pou est un insecte parasitaire adulte gris à 6 pattes qui mesure entre 2 et 4 mm de long. À la différence de la lente, le pou se déplace en rampant dans les cheveux, près du crâne pour garder son corps à la bonne température. La lente, quant à elle, est l’œuf pondu par le pou femelle. Mesurant moins de 1 mm de diamètre et de couleur grisâtre, elle est collée au cheveu et ne bouge pas. Environ 7 jours après son apparition, la lente éclot et devient un pou (d’abord à l’état de nymphe). Poux : Enfants Poux : Enfants Poux :
  • 11. 11 >>> débarrasser ? MON ENFANT A-T-IL DES POUX ? Si les enfants sont plus concer- nés par les poux, c’est parce qu’ils ont davantage de contacts rappro- chés (de tête à tête) que les adultes. Pour savoir si votre enfant a des poux, examinez son cuir chevelu, regardez près des racines si des poux circulent ou si des lentes sont accrochées aux cheveux. Idéale- ment, réalisez cet examen au-dessus d’une baignoire ou d’un lavabo blanc afin de mieux distinguer les poux qui tombent. Vous pouvez aussi vous équiper d’un peigne fin, de préférence métallique, que vous passez de la racine aux pointes sur plusieurs mèches. Il offre une recherche plus minutieuse : en effet, parfois les poux ne sont pas si visibles et les lentes peuvent se confondre avec des pellicules. LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR Comment prévenir ? Il existe des produits répulsifs spécifiques à base d’huiles essentielles et d’agents empêchant la fixation des poux sur les cheveux. Demandez conseil à votre pharmacien. Appliquez une goutte d’huile essentielle de lavande sur le peigne avant le coiffage. Évitez les échanges de casques, bonnets, écharpes, manteaux, pinces à cheveux, etc. Attachez les cheveux de vos enfants s’ils sont longs. Surveillez régulièrement leur chevelure. Prévoyez une brosse à cheveux ou un peigne par enfant afin qu’ils évitent de se contaminer. débarrasser ? MON ENFANT POUX ? Si les enfants sont plus concer- nés par les poux, c’est parce qu’ils ont davantage de contacts rappro- chés (de tête à tête) que les adultes. Pour savoir si votre enfant a des poux, examinez son cuir chevelu, regardez près des racines si des poux circulent ou si des lentes sont accrochées aux cheveux. Idéale- ment, réalisez cet examen au-dessus d’une baignoire ou d’un lavabo blanc afin de mieux distinguer les poux qui tombent. Vous pouvez aussi vous équiper d’un peigne fin, de préférence métallique, que vous passez de la racine aux pointes sur plusieurs mèches. Il offre une recherche plus minutieuse : en effet, parfois les poux ne sont pas si visibles et les lentes peuvent se confondre avec des pellicules. débarrasser ? LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR Comment prévenir ?Comment prévenir ? Il existe des produits répulsifs spécifiques à base d’huiles Il existe des produits répulsifs spécifiques à base d’huiles essentielles et d’agents empêchant la fixation des poux sur essentielles et d’agents empêchant la fixation des poux sur les cheveux. Demandez conseil à votre pharmacien. Appliquez une goutte d’huile essentielle de lavande sur le peigne avant le coiffage. Évitez les échanges de casques, bonnets, écharpes, manteaux, pinces à cheveux, etc. Attachez les cheveux de vos enfants s’ils sont longs. Surveillez régulièrement leur chevelure. Prévoyez une brosse à cheveux ou un peigne par enfant afin qu’ils évitent de se contaminer.
  • 12. www.pharmaciengiphar.com12 >>> VOS ALLIÉS ? LES INSECTICIDES ! Le diagnostic est sans équivoque : votre enfant a des poux. Comment réagir ? Dès que possible, signalez-le aux collecti- vités telles que l’école, le club de sport, etc. Ensuite, filez en pharma- cie vous procurer une lotion antipoux. Le pre- mier traitement externe possible est l’insecticide – à base de malathion ou de pyréthrine – qui provoque la mort rapide des poux. Très efficaces pour se débarrasser de ces insectes, les lotions n’exterminent pas les lentes. Il est donc nécessaire de répéter le traitement 8 jours après la première application, lorsque les lentes ont éclos et sont devenues des poux. Chaque insecticide possède un mode d’application qui lui est propre, mais il faut en moyenne laisser agir entre 10 minutes et 1 heure. Notez que les aérosols sont contre-indiqués en cas d’asthme. LE DIMÉTICONE POUR UNE ACTION MÉCANIQUE Depuis plusieurs années, les poux se montrent de plus en plus résistants aux insecticides. Pour pallier cette résistance, de nouveaux produits avec un mode d’action mécanique sont arrivés sur le marché et leur efficacité est démontrée chaque jour. Le diméticone et les soins à base d’huile végétale de noix de coco, en particulier, qui agissent en étouffant les pous et les lentes. Ces traitements sans produits chimiques représentent donc une bonne alternative aux insecticides. Plusieurs applications – environ deux à trois applications à 7 jours d’inter- valle – sont toutefois nécessaires pour venir à bout des poux. Quel que soit le produit uti- lisé, n’oubliez pas de laver ensuite les cheveux de votre enfant avec un shampooing doux non traitant. JAMAIS SANS SON PEIGNE Une fois que les poux sont morts grâce au trai- tement choisi, le travail n’est pas fini ! C’est le moment d’élenter ! Et pour ce faire, le matériel indispensable est un peigne à poux de bonne qualité, avec des dents longues et très serrées. Après chaque traitement, procédez à un élentage manuel tous les 2 à 3 jours afin d’éliminer les œufs collés aux cheveux. Décontaminez enfin le peigne, en le trempant dans de l’eau chaude à 50 °C et ne l’utili- sez pas pendant deux jours. POUR UNE DÉCONTAMINATION COMPLÈTE Avant-dernière étape de l’élimination définitive de ces parasites : vérifier les têtes de toute la famille ou de toutes les personnes ayant été en contact avec votre enfant. Enfin, lavez à 60 °C minimum en machine tous les textiles qui ont potentielle- ment touché les cheveux de votre bambin. D’ici la prochaine infestation, vous pourrez dire adieu à ces petites bestioles pas bien méchantes ! ] Santé au quotidien valle – sont toutefois – environ deux à trois applications à 7 jours d’inter- valle – sont toutefoisvalle – sont toutefois LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR Essayez la congélation ! Le manteau de votre aîné ne se lave pas en machine ? Optez pour la congélation afin d’éliminer les poux qui s’y seraient installés. Emballez le manteau et autres textiles comme les doudous et peluches difficilement lavables dans un sac en plastique. Placez-les pendant 24 heures dans le congélateur, le temps que les poux meurent. Autre astuce : vaporiser un spray environnement qui tue les poux et les lentes sur les tapis, les fauteuils et les sièges de la voiture. Merci au Dr Élisabeth Lorier Roy, dermatologue et auteur pour le site dermato-info (http://dermato-info.fr/article/Les_poux). ©Photos:D.R.
  • 13. PUR’ENERGIE Changez de vitamines, passez au 100% Végétal ! Découvrez une nouvelle sensation de vitalité !Découvrez une nouvelle sensation de vitalité !Découvrez une nouvelle sensation de vitalité !
  • 14. Dossier www.pharmaciengiphar.com14 Rentrée : objectif détente ! POUR DE NOMBREUSES PERSONNES, LA RENTRÉE EST SYNONYME DE STRESS ET DE FATIGUE. OR, EN S’Y PRÉPARANT À L’AVANCE, EN METTANT EN PLACE DE BONNES HABITUDES ET EN S’AIDANT DES TRÉSORS DE LA NATURE, IL EST FACILE DE REDÉMARRER DU BON PIED ! Candice Leblanc S e lever tôt, apprêter les enfants chaque matin, revenir dans le rythme…, la reprise de l’école et/ou du travail n’est pas toujours évidente. La clé pour que tout se passe bien ? S’y préparer ! Passé la mi-août, il est temps de se poser quelques ques- tions pratico-pratiques : Est-ce que chaussures, vêtements, sacs et autres cartables sont en bon état ? Manque-t-il des boutons ? Fermetures éclair et lacets ne sont-ils pas cassés ? Avez-vous fait l’inventaire du matériel scolaire qui reste de l’année précédente ? Histoire de ne pas en racheter inutilement… Un conseil : n’attendez pas le dernier moment pour faire les courses. S’éviter la cohue dans les maga- sins la veille du jour J, c’est déjà un (gros) stress en moins ! En pharmacie “ La clé d’une rentrée en pleine forme ? S’y préparer à l’avance ! ” faire les courses. S’éviter la cohue dans les maga- sins la veille du jour J, c’est déjà un (gros) stress en moins ! LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR Vive le coussin à mémoire de forme ! Si vous souffrez régulièrement de tensions dans la nuque, voire de torticolis, essayez le coussin à mémoire de forme. Il « force » votre tête à bien se positionner pendant la nuit, dans le droit prolongement de votre colonne vertébrale. Résultat : les muscles de la nuque et des épaules se détendent, vous dormez mieux et vous vous réveillez en meilleure forme !
  • 15. 15 >>> ALLEZ, HOP ! AU LIT ! La première chose à faire pour être en forme à la rentrée, c’est d’abord et avant tout de bien dormir ! Pendant les vacances, les horaires de coucher et de lever sont souvent un peu plus « cool ». Or, passé le 22-23 août, il est temps que parents et enfants recommencent à rejoindre leur lit plus tôt. Si vous souffrez de troubles du sommeil, pensez aux tisanes (voir encadré). SE DÉTENDRE Tant la rentrée scolaire que la reprise du travail peuvent être stressantes. Là encore, certains produits naturels peuvent aider à se détendre. « La rhodiole en gélules ou en spray sublingual permet de relâcher la pression », explique Sophie Ropiteaux. « L’eschscholtzia (ou pavot de Californie), seule ou en association avec des plantes comme l’aubépine ou la passiflore, est aussi un bon relaxant. Et au rayon homéopathie, le Gelsenium et l’Ignatia 9CH sont de bons antistress. » À méditer… pour une rentrée 100 % zen ! Votre alliée ? L’application AromaFiches ! Une question sur les huiles essentielles ? N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien ou à télécharger l’application AromaFiches. Gratuite, elle vous livre plé- thore d’informations sur les huiles essentielles et leurs bienfaits. AromaFiches est disponible sur l’App Store et sur Google Play. Des plantes pourbien dormir Autant le café, le thé et autresboissons énergisantes sontà éviter après 17 h, autant certaines tisanes favorisentl’endormissement. Plusieursplantes possèdent des vertusrelaxantes : la camomille, le tilleul, la passiflore, la valériane, la fleur d’oranger. Des plantes pourbien dormir Autant le café, le thé et autresboissons énergisantes sontà éviter après 17 h, autant certaines tisanes favorisentl’endormissement. Plusieursplantes possèdent des vertusrelaxantes : boissons énergisantes sontà éviter après 17 h, autant certaines tisanes favorisent relaxantes : peuvent être stressantes. Là encore, certains produits « La rhodiole en gélules ou en spray sublingual permet de relâcher la pression », explique Sophie Ropiteaux.
  • 16. Dossier www.pharmaciengiphar.com16 >>> Une maison pour avoir DANS LE SALON ET LA SALLE À MANGER Rien de pire que les désodorisants synthé- tiques pour polluer l’air de votre maison ou de votre appartement ! Idem avec tout ce qui (se) brûle : cigarettes et cigares, bien sûr, mais aussi encens, papier d’Arménie et autres bougies parfumées. En effet, qui dit combustion, dit composés toxiques… Purifiez l’air en diffusant des huiles essentielles (HE), elles agissent particulièrement en synergie, utilisez-en donc plusieurs à la fois, sous forme de spray ou de mélange pour diffuseur. Aérez vos pièces 10 à 15 minutes par jour, tous les jours, même en hiver et même en ville. Certaines plantes (Aloe vera, cactus, lierre, azalée, philodendron, etc.) auraient des vertus dépol- luantes. En plus, elles embellissent l’espace ! DANS LE SALON ET LA SALLE À MANGER Rien de pire que les désodorisants synthé- tiques pour polluer l’air de AU QUOTIDIEN, CERTAINES PLANTES ET HUILES ESSENTIELLES RENDENT BIEN DES SERVICES DANS LA MAISON ET CONTRI- BUENT À EN FAIRE UN LIEU DÉPOLLUÉ, PURIFIÉ, PROPICE À LA RELAXATION ET À LA BONNE SANTÉ DE TOUTE LA FAMILLE. À CHAQUE PIÈCE SES ASTUCES !
  • 17. 17 >>> saine la pêche ! Chat et HE ne font pas bon ménage Les chats ne possèdent pas les enzymes nécessaires à la bonne digestion des huiles essentielles. Une goutte peut les empoisonner ! Il ne faut donc jamais en vaporiser sur leur pelage ou à proximité de leur gamelle. Par contre, la diffusion atmosphérique est sans danger. Et si votre chat a la désagréable habitude de griffer vos meubles, rideaux et autres canapés, appliquez-y quelques gouttes d’HE d’Eucalyptus radiata ou de citron : les chats les ont en horreur… DANS LA CUISINE Si les effluves de la cuisine mettent l’eau à la bouche quand on a faim, les (mau- vaises) odeurs qui persistent des heures, voire des jours, non merci ! Ici, votre meilleur allié, c’est le citron. Pour vous débarrasser des odeurs de cuisine, dif- fusez 10 gouttes d’HE de citron avec, éventuelle- ment, 2 gouttes d’HE de menthe poivrée pendant maximum 15 minutes. Un citron coupé en deux et piqué de quelques clous de girofle désodorise efficacement un frigo qui ne sent pas bon. De même qu’un ramequin rempli de bicarbonate de soude que vous « oublierez » dans un coin du réfrigérateur. Comment diffuser les huiles essentielles ? Il existe plusieurs modes de diffusion des huiles essentielles. Le diffuseur par nébulisation est idéal pour les grandes pièces : salon, salle à manger, bureau en « open space », etc. Le diffuseur par chaleur douce (maxi 40 °C pour ne pas altérer les HE) convient aux plus petites pièces : chambre, bureau individuel, etc. Le brumisateur/humidificateur permet en même temps d’humidifier les pièces où l’air est trop sec à cause du chauffage ou d’un air conditionné. La prise électrique de diffusion est un système de chaleur douce, pratique à emporter en voyage, par exemple. Il existe également des petits diffuseurs qui se branchent sur des ports USB. Idéal au bureau ! Les galets sont des pierres poreuses que l’on peut disposer dans de petits espaces clos (voiture, armoires, etc.). Aucun diffuseur sous la main ? Versez quelques gouttes d’HE sur un chiffon ou dans une coupelle d’eau posée sur le radiateur. Comment diffuser les Aromathérapie Les chats ne possèdent pas les enzymes nécessaires à la bonne digestion des huiles essentielles. Une goutte peut les empoisonner ! Il ne faut donc jamais en vaporiser sur leur pelage ou à proximité de leur gamelle. Par contre, la diffusion atmosphérique est sans danger. Et si votre chat a la désagréable habitude de griffer vos meubles, rideaux et autres canapés, appliquez-y quelques gouttes d’HE d’Eucalyptus radiata ou de citron : les chats les ont en horreur…
  • 18. Dossier www.pharmaciengiphar.com18 >>> DANS LA SALLE DE BAIN Chaude et humide, la salle de bain peut vite devenir le paradis des bactéries et des moisissures ! Pensez à l’aérer quotidiennement en ouvrant la fenêtre ou la porte. Pour nettoyer les parois des lavabos, cabines de douche et autres baignoires, mélangez 4 gouttes d’HE de pin sylvestre ou d’arbre à thé (« Tea tree ») pour une cuillère à café de vinaigre blanc dans un verre d’eau. Versez ce liquide dans un petit pulvé- risateur et vaporisez. De mauvaises odeurs s’échappent de vos canalisations ? Mélan- gez 10 gouttes d’HE de citron avec 3 cuillères à soupe de bicarbonate de soude et un verre de vinaigre blanc. Versez le tout dans l’évier, le lavabo ou la baignoire. DANS LA CHAMBRE À COUCHER Une ou deux gouttes d’HE de lavande vraie, d’orange douce ou de petit grain biga- rade sur la taie d’oreiller favo- rise la détente et aide à lutter contre la déprime et l’anxiété. Allergique aux acariens ? Dans une boite, mélangez 20 gouttes d’HE de pin sylvestre avec 100 g de bicarbonate de soude. Refermez-la et laissez reposer une nuit. Ensuite, éparpillez cette poudre sur votre matelas, laissez agir un quart d’heure et aspirez. À répéter une fois par semaine. Pour le linge, pensez à glisser un petit sachet de lavande ou de l’HE de lavande vraie sur un galet dans la garde- robe. Quelques gouttes sur un chiffon dans le sèche-linge insufflent également des airs de Provence à vos vêtements ! AUX TOILETTES Les blocs W.-C. désodorisants sont une fausse bonne idée. Non seulement ce sont des nids à bactéries, mais leur par- fum est rarement agréable… Pour vous débarrasser des odeurs, 2 gouttes d’HE de lavande vraie ou d’eucalyptus sur un galet de diffusion suf- fisent. Ou alors, faites craquer une allumette ; la combustion du soufre modifie immédiate- ment l’atmosphère. Essayez : c’est magique ! Merci à Isabelle Pacchioni, cofondatrice du laboratoire Puressentiel. douce ou de petit grain biga- Dans « 100 réflexes air pur anti-pollution » Éd. Leduc.S, 2008, 127 p. Isabelle Pacchioni livre une foule de conseils pour faire de votre mai- son ou votre bureau un endroit sain et agréable à vivre. Pourallerplusloin
  • 19. 19 Les vertus des loisirs créatifs ET SI VOUS PROFITIEZ DE LA RENTRÉE POUR (RE)COM- MENCER LE TRICOT, LA COUTURE OU LE COLORIAGE ? CES HOBBIES PEUVENT ÊTRE THÉRAPEUTIQUES ! RENCONTRE AVEC FRANÇOISE DORN, PSYCHOTHÉRAPEUTE ET AUTEURE. Pourquoi pratiquer un loisir créatif ? Françoise Dorn : « Nous vivons une époque dématé- rialisée où le virtuel nous accapare de plus en plus et où le temps est morcelé. Nous nous éparpillons entre mille et une tâches. Pratiquer un loisir créatif, c’est se mettre sur " pause ", se recentrer, ici et maintenant, sur une activité concrète et plaisante, rien que pour soi. » En quoi est-ce bénéfique ? « D’abord, le loisir créatif sollicite notre hémisphère cérébral droit, celui de l’imagina- tion et de la création. En y prenant plaisir, notre cerveau sécrète des hor- mones (endorphine, sérotonine, ocytocine, etc.) qui favorisent la formation de nouvelles connexions neuronales. C’est excellent pour les personnes dépressives ou anxieuses, par exemple. Ensuite, en nous concentrant sur une tâche qui sollicite nos sens (la vue, le toucher, etc.), nous sortons des ruminations et pensées négatives. Et arriver à un résultat tangible (re)donne confiance en soi. Enfin, s’adonner à un loisir créatif crée du lien. C’est évident quand on le pra- tique dans le cadre d’un atelier. Et si on le pratique seul, on peut aussi offrir le produit de notre " travail " ou le partager avec autrui. » Comment trouver et choisir une activité ? « La première question à se poser, c’est : de quoi ai-je envie ? Me remettre à une activité que j’ai pratiquée jadis ou découvrir quelque chose de nouveau ? Il ne faut pas hésiter à en essayer plusieurs. Deuxième question : quelles activités sont proposées près de chez moi ? Même à la campagne, il existe des ateliers créatifs ! Internet permet aussi de trouver facilement ce genre d’informations et regorge de vidéos et de tutoriels sur les loisirs créatifs. » ] Développement personnel Des livres à colorier qui font du bien ! Françoise Dorn a écrit plusieurs livres de déve- loppement personnel. Elle a notamment publié « Le conte à colorier qui rend heureux » (2015) et « Mandalas bien-être. Douceur et bien- veillance » (2017) aux éditions Jouvence. Françoise Dorn a écrit plusieurs livres de déve- loppement personnel. Elle a notamment publié « Le conte à colorier qui rend heureux » (2015) et « Mandalas bien-être. Douceur et bien- veillance » (2017) aux éditions Jouvence. ©Photos:GettyImage©Illustrations:D.R. pause , se recentrer, ici et maintenant, sur une activité concrète et plaisante, « D’abord, le loisir créatif sollicite notre hémisphère cérébral droit, celui de l’imagina- tion et de la création. En y prenant plaisir, notre cerveau sécrète des hor- mones (endorphine, sérotonine, ocytocine, etc.) qui favorisent la formation de nouvelles connexions neuronales. C’est excellent pour les personnes dépressives ou anxieuses, par Ensuite, en nous concentrant sur une tâche qui sollicite nos sens (la vue, le toucher, etc.), nous sortons des ruminations et pensées négatives. Et arriver à un résultat tangible (re)donne confiance en soi. Enfin, s’adonner à un loisir créatif crée du lien. C’est évident quand on le pra- tique dans le cadre d’un atelier. Et si on le pratique seul, on peut aussi offrir le travail " ou le partager question : quelles activités sont proposées près de chez moi ? Même à la campagne, il existe des ateliers créatifs ! Internet permet aussi de trouver facilement ce genre d’informations et regorge de vidéos et de tutoriels sur les loisirs créatifs. » Des livres à colorier qui font du bien ! Françoise Dorn a écrit plusieurs livres de déve- loppement personnel. Elle a notamment publié « Le conte à colorier qui rend heureux » (2015) et « Mandalas bien-être. Douceur et bien- veillance » (2017) aux éditions Jouvence.
  • 20. Zoom www.pharmaciengiphar.com20 Le glaucome en 4 questions CARACTÉRISÉ PAR UNE AUGMENTATION DE LA TENSION DE L’ŒIL, LE GLAUCOME S’INSTALLE SILENCIEUSEMENT. RAISON POUR LAQUELLE IL EST IMPORTANT DE SE FAIRE DÉPISTER ! Élise Dubuisson QU’EST-CE QUE LE GLAUCOME ? Le glaucome est une maladie du nerf optique associée à une augmentation anormale de la pression au sein de l’œil. Or, lorsque le nerf optique est soumis à une pression trop importante, les fibres nerveuses qui le composent s’abîment de manière irréversible. Résultat : ce qu’on regarde n’est plus transmis correctement au cerveau. QUELLES SONT LES CONSÉ- QUENCES DU GLAUCOME ? La destruction du nerf optique se fait de manière pro- gressive : dans un premier temps, c’est la vision latérale qui est altérée, et sans traitement, la vision centrale sera également touchée. Le glaucome est la première cause de cécité absolue. L’évolution de la maladie étant très lente, une personne qui souffre de glaucome ne s’en rend généralement compte que lorsque les dégâts sont déjà importants. QUELS SONT LES TRAITEMENTS ? Classiquement, le traitement du glaucome consiste à faire baisser la pression oculaire à l’aide de gouttes (collyre) à instiller dans l’œil une à deux fois par jour à vie. Notez qu’il existe aussi un traitement chirurgical qui consiste à placer un petit stent dans la paroi de l’œil, mais il est plutôt envisagé lorsque le patient n’adhère pas au traitement classique. QUAND SE FAIRE DÉPISTER ? Comme la pression oculaire augmente très progressi- vement, une personne atteinte de glaucome ne ressent généralement aucun symptôme. Il est donc conseillé de se faire dépister de manière systématique dès l’âge de 45 ans tous les deux ans. L’examen réalisé par un ophtalmologiste consiste en une mesure de la tension de l’œil et un examen du nerf optique. Ces deux tests sont tout à fait indolores. ] Œil Merci au Pr Philippe Denis, ophtalmologiste et président de la Société Française du Glaucome.Merci au Pr Philippe Denis, ophtalmologiste et président de la Société Française du Glaucome. Le glaucome aigu Il existe une forme plus rare du glaucome bap-tisée glaucome aigu. Dans ce cas, la pressionoculaire monte brutalement et s’accompagned’une vive douleur, d’une rougeur oculaire,voire de nausées. Cette atteinte de l’œil est àprendre en charge très rapidement puisque lenerf optique ne peut supporter une telle pres-sion plus de 24 heures. Un simple traitementlaser permet de régler le problème. 1 2 3 4 ŒIL NORMAL ŒIL AVEC GLAUCOME PRESSION NERF OPTIQUE ENDOMMAGÉ OPÉRATION SUR L’ŒIL ©Illustrations:D.R.
  • 21.
  • 22. JE DOIS NETTOYER MES BOUTONS AVEC UN SAVON DESSÉCHANT La peau acnéique étant grasse, il est tentant d’utiliser des produits desséchants pour faire la peau aux boutons. Mauvais calcul ! En effet, ces pro- duits agressent la peau qui réagit en augmentant sa production de sébum, ce qui peut aggraver l’acné. On laisse donc de côté les produits décapants à base d’alcool et on se tourne vers un gel lavant doux (ou un soin nettoyant sans rinçage), sans savon et avec un pH proche de celui de la peau. Astuces santé www.pharmaciengiphar.com22 ELLE EMPOISONNE LA VIE DE NOMBREUSES PER- SONNES. SI ELLE EST COURANTE ET BIEN CONNUE, UNE MUL- TITUDE D’IDÉES REÇUES CIRCULENT ENCORE SUR CETTE AFFECTION DE LA PEAU. GIPHAR VOUS AIDE À DÉMÊLER LE VRAI DU FAUX. Kathleen Mentrop L’ACNÉ NE TOUCHE PAS QUE LES ADOLESCENTS Très fréquente chez les adolescents, l’acné touche aussi les adultes et principalement les femmes. L’acné persiste parfois après l’adoles- cence, mais il arrive aussi qu’elle réapparaisse après une longue période sans lésion. Certaines personnes présentent même des boutons d’acné à l’âge adulte sans en avoir eu à la puberté. LE SOLEIL FAIT DISPARAÎTRE L’ACNÉ Certaines personnes voient leur acné s’atté- nuer comme par magie lors de leurs bains de soleil estivaux. Mais le soleil est un faux ami et cette amélioration de l’aspect de la peau n’est que transitoire. En asséchant la peau – et les boutons –, le soleil atténue en effet l’acné. Mais les rayons UV épaississent la couche superficielle de cette dernière : les pores se bouchent et le sébum ne parvient plus à s’écouler, entraînant alors un « effet rebond » quelque temps plus tard. C’est pourquoi il est important d’appli- quer sur votre peau une crème protectrice à indice élevé lorsque vous vous exposez au soleil. Percer ses boutons : une mauvaise idée Percer un bouton disgracieux pour le faire disparaître est très tentant… Et pourtant, ce geste est à éviter. Quel est le risque ? Aggraver l’inflammation Étendre l’infection aux zones voisines Créer des cicatrices Mieux vaut donc faire preuve de patience et traiter son acné avec des produits adaptés. Demandez conseil à votre pharmacien. Vrai Vrai et faux Faux Testez vos connaissances sur l’acné ! Boutons JE DOIS NETTOYER MES BOUTONS AVEC UN SAVON DESSÉCHANT La peau acnéique étant grasse, il est tentant d’utiliser des produits desséchants pour faire la peau aux boutons. Mauvais calcul ! En effet, ces pro- duits agressent la peau qui réagit en augmentant sa production de sébum, ce qui peut aggraver l’acné. On laisse donc de côté les produits décapants à base d’alcool et on se tourne vers un gel lavant doux (ou un soin nettoyant sans rinçage), sans savon et avec un pH proche de celui de la peau. ELLE EMPOISONNE LA VIE DE NOMBREUSES PER- SONNES. SI ELLE EST COURANTE ET BIEN CONNUE, UNE MUL- TITUDE D’IDÉES REÇUES CIRCULENT ENCORE SUR CETTE AFFECTION DE LA PEAU. GIPHAR VOUS AIDE À DÉMÊLER LE VRAI DU FAUX. Kathleen Mentrop L’ACNÉ NE TOUCHE PAS QUE LES ADOLESCENTS Très fréquente chez les adolescents, l’acné touche aussi les adultes et principalement les femmes. L’acné persiste parfois après l’adoles- cence, mais il arrive aussi qu’elle réapparaisse après une longue période sans lésion. Certaines personnes présentent même des boutons d’acné à l’âge adulte sans en avoir eu à la puberté. LE SOLEIL FAIT DISPARAÎTRE L’ACNÉ Certaines personnes voient leur acné s’atté- nuer comme par magie lors de leurs bains de soleil estivaux. Mais le soleil est un faux ami et cette amélioration de l’aspect de la peau n’est que transitoire. En asséchant la peau – et les boutons –, le soleil atténue en effet l’acné. Mais les rayons UV épaississent la couche superficielle de cette dernière : les pores se bouchent et le sébum ne parvient plus à s’écouler, entraînant alors un « effet rebond » quelque temps plus tard. C’est pourquoi il est important d’appli- quer sur votre peau une crème protectrice à indice élevé lorsque vous vous exposez au soleil. La peau acnéique étant grasse, il est tentant Percer ses boutons : une mauvaise idée Percer un bouton disgracieux pour le faire disparaître est très tentant… Et pourtant, ce geste est à éviter. Quel est le risque ? Aggraver l’inflammation Étendre l’infection aux zones voisines Créer des cicatrices Mieux vaut donc faire preuve de patience et traiter son acné avec des produits adaptés. Demandez conseil à votre pharmacien. Percer ses boutons : Vrai Vrai et fauxVrai et faux FauxFaux Testez vos connaissances sur l’acné ! Boutons
  • 23. 23 Merci au Dr Laurence Le Cleach, dermatologue à l’Hôpital Henri Mondor. LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR Bien choisir son maquillage Acné et maquillage ne sont pas incompatibles,à condition de choisir les bons produits ! Pourmasquer les imperfections, tournez-vous vers lestextures non grasses et portant la mention « noncomédogène ». N’appliquez pas une couche tropépaisse afin de laisser votre peau respirer et déma-quillez-vous impérativement à la fin de la journée ! IL N’EXISTE QUE DES TRAITEMENTS LOCAUX DE L’ACNÉ Si les traitements locaux (crèmes, lotions…) sont largement utilisés pour combattre l’acné, la prise d’un traitement par voie orale s’avère parfois nécessaire en complément du traitement local. Les antibiotiques sont par exemple indiqués pour les acnés importantes s’accompagnant de nombreuses lésions inflammatoires. Faux J’AI LA PEAU GRASSE, JE VAIS D’OFFICE AVOIR DE L’ACNÉ Les personnes souffrant d’acné ont une production de sébum trop importante, qui donne à la peau un aspect gras et luisant. L’acné s’accompagne donc d’une peau grasse… mais pas l’inverse. En effet, une peau grasse n’est pas forcément synonyme d’acné, même si elle la favorise. Faux ©Photo:D.R. LE CONSEIL DE VOTRE LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHARPHARMACIEN GIPHAR Bien choisirBien choisir son maquillageson maquillage Acné et maquillage ne sont pas incompatibles, Acné et maquillage ne sont pas incompatibles,à condition de choisir les bons produits ! Pourmasquer les imperfections, tournez-vous vers lestextures non grasses et portant la mention « noncomédogène ». N’appliquez pas une couche tropépaisse afin de laisser votre peau respirer et déma-quillez-vous impérativement à la fin de la journée ! IL N’EXISTE QUE DES TRAITEMENTS LOCAUX DE L’ACNÉ Si les traitements locaux (crèmes, lotions…) sont largement utilisés pour combattre l’acné, la prise d’un traitement par voie orale s’avère parfois nécessaire en complément du traitement local. Les antibiotiques sont par exemple indiqués pour les acnés importantes s’accompagnant de nombreuses lésions inflammatoires. FauxFaux J’AI LA PEAU GRASSE, JE VAIS D’OFFICE AVOIR DE L’ACNÉ Les personnes souffrant d’acné ont une production de sébum trop importante, qui donne à la peau un aspect gras et luisant. L’acné s’accompagne donc d’une peau grasse… mais pas l’inverse. En effet, une peau grasse n’est pas forcément synonyme d’acné, même si elle la favorise. FauxFaux
  • 24. Médecine du futur www.pharmaciengiphar.com24 ALORS QUE NOUS SOMMES NOMBREUX À PRENDRE LA POUDRE D’ESCAMPETTE LORSQUE NOUS CROISONS UN ANIMAL RÉPUTÉ POUR SON VENIN, DES SCIENTIFIQUES RECHERCHENT LEUR COMPAGNIE… LEUR BUT ? ÉLABORER DE NOUVEAUX MÉDICAMENTS. Élise Dubuisson Le pouvoir des venins ! Serpents et araignées
  • 25. 25 S i la science des venins est relativement récente en Europe, serpents, scorpions, araignées et autres abeilles font, depuis longtemps déjà, partie de l’arsenal théra- peutique de la médecine traditionnelle chinoise. « Le venin d’abeille est utilisé pour com- battre les rhumatismes et celui de serpent pour les problèmes de coagulation sanguine, par exemple », explique Aurélien Claeyssen, ingénieur en biotech- nologie et cofondateur de Smartox Biotechnology, une spin-off de l’Inserm spécialisée dans l’ana- lyse des venins. Il n’est donc pas étonnant que des chercheurs français aient décidé de s’intéres- ser de plus près à ces substances. ENTRE 200 ET 400 MOLÉCULES INTÉRESSANTES PAR VENIN Grâce à l’amélioration des techniques d’analyse, nous sommes aujourd’hui capables d’étudier plus finement les venins. Chaque molécule composant un venin peut ainsi être passée au crible de manière à mieux connaître sa structure et son intérêt thérapeu- tique. « Le venin d’une espèce recèle en moyenne 200 à 400 molécules potentiellement intéressantes. Chez Smartox Biotechnology, nous les étu- dions une par une afin de comprendre comment elles fonctionnent, sur quelle partie de l’organisme elles agissent et en quoi elles peuvent être innovantes d’un point de vue santé. Par ailleurs, on sait avec une quasi- certitude que tous les composés des venins sont actifs pharmacologiquement, c’est dire leur potentiel », poursuit Aurélien Claeyssen. UNE ACTION TRÈS CIBLÉE « L’avantage de ces molécules que l’on appelle peptides est qu’elles ont une action très spécifique et ciblée : elles agissent sur un mécanisme précis de notre organisme et pas sur le reste. Par ailleurs, nous avons remarqué que ces peptides avaient une très haute affinité pour leur cible, il ne faut donc pas en utiliser beaucoup pour qu’ils soient efficaces. » À la clé : une production meilleur marché et un risque d’effets secondaires plus faible. Une pratiquesans risque ? Reste la question que tout le monde sepose : n’est-il pas dangereux d’administrerun venin ? Bien sûr que si ! Sauf que dansce cas précis, il n’est pas question d’admi-nistrer le venin complet mais uniquementl’une ou l’autre de ses molécules ! « Unvenin se compose de centaines de molé-cules et c’est ce cocktail qui est potentiel-lement toxique et dangereux. Prises unepar une, ces molécules sont généralementsans danger. Pour donner un exempleplus parlant : on peut imaginer un venincomme un mélange de 200 à 400 médi-caments. Si une personne prend une tellequantité de médicaments en une fois, ily a fort à parier que ce sera dangereux.Alors que si elle prend ces médicamentsséparément, ils auront un effet bénéfiquesur elle. » Des répliques de venins Bien entendu, il n’est pas question d’élever des scorpions, des serpents et autres arai- gnées pour leur prélever chaque jour un peu de venin à transformer en médicament. L’idée est de reproduire chimiquement les molécules ayant un effet thérapeutique avéré. >>> extraordinaire
  • 26. Médecine du futur www.pharmaciengiphar.com26 >>> Les venins, actuels et futurs médicaments ? UNE ALTERNATIVE THÉRAPEUTIQUE CONTRE LA DOULEUR, VOICI L’UNE DES PRINCIPALES PISTES EXPLORÉES PAR LES CHER- CHEURS EN MATIÈRE DE VENIN. MAIS ELLE EST LOIN D’ÊTRE LA SEULE ! TOUR D’HORIZON DE CE QUI SE PRÉPARE… B ien que le potentiel thérapeutique des venins soit encore largement méconnu, il ne s’agit pas non plus de science- fiction ! En effet, l’un des médicaments utilisés régulièrement dans le traite- ment de l’hypertension artérielle n’est autre qu’un dérivé du venin du jararaca, un serpent de la famille des crotales. Celui-ci aurait attiré l’attention d’un pharmacologue brésilien grâce à l’utilisation qu’en faisaient les indiens : ils imprégnaient leurs flèches de venin afin d’immobiliser leurs proies en provo- quant chez elles une chute brutale de la pression artérielle. Autre exemple : un antidiabétique, conçu à partir d’une molécule présente dans la salive veni- meuse d’un lézard mexicain. UN POTENTIEL IMPORTANT CONTRE LA DOULEUR « L’intérêt thérapeutique des venins est multiple ! Les premiers travaux montrent notamment un rôle dans la lutte contre la douleur. En effet, en étu- diant de plus près leur mode d’action, nous avons remarqué que de nombreuses molécules issues des venins agissent sur les mêmes cibles que des médicaments antidouleurs bien connus », explique Aurélien Claeyssen, ingénieur en biotechnologie et cofondateur de Smartox Biotechnology, une spin-off Serpents et araignées Une aide au diagnostic ? Dans un autre registre, Bertrand Blankert et Charline Lenaerts, chercheurs au laboratoire d’analyse pharmaceutique de l’Université de Mons (Belgique) viennent de découvrir une molécule, la marinobufagénine, présente dans le venin du crapaud buffle, qui pourrait permettre de diagnostiquer(1) le risque de pré- éclampsie, une complication fréquente de la grossesse, qui se caractérise par une hyper- tension artérielle et l’apparition de protéines dans les urines. Cette molécule n’est pas uniquement pré- sente chez cet animal, elle l’est aussi dans le plasma humain. Et en quantité plus impor- tante chez les femmes enceintes et, en parti- culier, chez celles à risque de pré-éclampsie. L’idée des chercheurs ? Mettre au point un test de dépistage à l’aide de cette molécule découverte chez le crapaud buffle. UNE ALTERNATIVE THÉRAPEUTIQUE VOICI L’UNE DES PRINCIPALES PISTES EXPLORÉES PAR LES CHER- CHEURS EN MATIÈRE DE VENIN. MAIS ELLE EST LOIN D’ÊTRE LA SEULE ! TOUR D’HORIZON DE CE QUI SE PRÉPARE… B ien que le potentiel thérapeutique des venins soit encore largement méconnu, il ne s’agit pas non plus de science- fiction ! En effet, l’un des médicaments utilisés régulièrement dans le traite- ment de l’hypertension artérielle n’est autre qu’un dérivé du venin du jararaca, un serpent de la famille des crotales. Celui-ci aurait attiré l’attention d’un pharmacologue brésilien grâce à l’utilisation qu’en faisaient les indiens : ils imprégnaient leurs flèches de venin afin d’immobiliser leurs proies en provo- quant chez elles une chute brutale de la pression artérielle. Autre exemple : un antidiabétique, conçu à partir d’une molécule présente dans la salive veni- meuse d’un lézard mexicain. UN POTENTIEL IMPORTANT CONTRE LA DOULEUR « L’intérêt thérapeutique des venins est multiple ! Les premiers travaux montrent notamment un rôle dans la lutte contre la douleur. En effet, en étu-
  • 27. 27 de l’Inserm spécialisée dans l’analyse des venins. « Mais ce n’est pas tout ! Tout porte à croire que ces venins pourraient se révéler efficaces dans le cas de maladies liées au système nerveux comme l’épilep- sie ou les migraines. C’est très enthousiasmant ! » LE VENIN DE SERPENT CONTRE L’ÉPILEPSIE ET LA SCHIZOPHRÉNIE Et Aurélien Claeyssen ne croit pas si bien dire ! Les travaux d’une équipe de chercheurs qui a percé le mystère du venin du serpent corail(2) abondent en ce sens. En mordant ses proies et en leur injectant son venin, ce serpent activerait des cellules ner- veuses responsables de crises d’épilepsie qui leur seraient fatales. Plus précisément, les scientifiques ont constaté que ce venin cible des récepteurs GABA(A), des molécules de notre organisme qui jouent un rôle important dans la communication entre le cerveau et la moelle épinière. Et quand elles ne fonctionnent pas correctement, elles sont à l’origine de l’épilepsie, la schizophrénie et des douleurs chroniques. ] (1) Étude publiée dans la revue Journal of Maternal-Fetal & Neonatal Medicine (2) Étude publiée dans la revue scientifique PNAS Des molécules qui sedégradent peu Les venins étant sélectionnés par la nature pour que des animaux puissent se défendre ou encore se nourrir, ils sont particulièrement résistants une fois injec- tés dans l’organisme. « Leurs molécules sont solubles dans le sang et stables, ce qui est très utile en pharmacologie ! La solubilité les rend facilement injectables et leur stabilité leur permet de rester effi- caces plusieurs jours dans l’organisme. Pas besoin donc de répéter la prise plu- sieurs fois pour un effet longue durée. » ©Photos:GettyImage
  • 28. Rencontre www.pharmaciengiphar.com28 Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin : en avant la recherche ! MAUX DE VENTRE, DIARRHÉES, CONSTIPATION…, DER- RIÈRE CES SYMPTÔMES TABOUS SE CACHENT PARFOIS DES MALA- DIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L’INTESTIN (MICI). DEPUIS 2008, LA FONDATION DIGESTSCIENCE LÈVE DES FONDS POUR FAIRE AVANCER LA RECHERCHE. LES EXPLICATIONS DE STÉPHANIE LAGNY, CHARGÉE DE COMMUNICATION À LA FONDATION. Émilie Pommereau Giphar Magazine : Quelles sont les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI) ? Stéphanie Lagny : Les MICI regroupent la mala- die de Crohn et la rectocolite hémorragique qui se caractérisent toutes les deux par une inflammation de la paroi digestive. Les MICI sont des maladies que l’on soigne, mais que l’on ne guérit pas. C’est pour cette raison qu’elles sont chroniques ; elles sont présentes toute la vie. Elles fonctionnent par poussées, où alternent périodes de crises et périodes tranquilles. G.M. : Qu’est-ce qui provoque les maladies inflam- matoires chroniques de l’intestin ? S.L. : Pour l’instant, les causes des MICI n’ont pas été identifiées. Il existe une certaine sensibilité génétique, même si elle n’en fait pas des maladies génétiques pour autant. L’environnement semble jouer un rôle important, puisque l’incidence de la maladie tend à varier en fonction du temps et de l’espace ; la région Hauts-de-France semble être la plus touchée de notre territoire. L’âge moyen du diagnostic de la maladie est situé entre 15 et 25 ans, mais l’incidence chez les enfants entre 5 ans et 15 ans a explosé ces dernières années, sans que l’on ne sache pourquoi. G.M. : Pourquoi avoir créé la fondation DigestScience ? S.L. : Notre but est de mobiliser de nouvelles éner- gies pour faire avancer la recherche et mettre au point de nouveaux traitements pour enfin guérir les malades. Actuellement, nous travaillons à la mise en place d’une vaste étude épidémio- logique pour mieux comprendre comment les facteurs environnementaux influent sur les maladies digestives. Les MICI représentent un enjeu majeur pour la santé publique au regard du nombre de personnes touchées : 200.000 personnes environ en France. G.M. : Quels sont les traitements d’avenir ? S.L. : Des études ont été menées sur les bacté- riophages, des virus qui s’attaquent à certaines bactéries du tube digestif afin de rétablir un équilibre dans le microbiote. Concernant les probiotiques, les résultats ont été très décevants mais de nouveaux espoirs sont fondés sur de nouveaux probiotiques à venir. ] DigestScience en avant la recherche ! DER- RIÈRE CES SYMPTÔMES TABOUS SE CACHENT PARFOIS DES MALA- DIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L’INTESTIN (MICI). DEPUIS 2008, LA FONDATION DIGESTSCIENCE LÈVE DES FONDS POUR FAIRE AVANCER LA RECHERCHE. LES EXPLICATIONS DE STÉPHANIE LAGNY, Émilie Pommereau Notre but est de mobiliser de nouvelles éner- gies pour faire avancer la recherche et mettre au point de nouveaux traitements pour enfin guérir logique pour mieux comprendre comment les maladies digestives. Les MICI représentent un enjeu majeur pour la santé publique au regard Des études ont été menées sur les bacté- riophages, des virus qui s’attaquent à certaines probiotiques, les résultats ont été très décevants
  • 29. 29 Merci à Stéphanie Lagny, chargée de communication à la fondation DigestScience, et au Dr François Castex, gastro-entérologue et hépatologue. Maladie de Crohn et rectocolite hémorragique : de quoi s’agit-il ? La maladie de Crohn induit une inflammation perma- nente qui peut toucher toutes les parties du tube digestif, de la bouche à l’anus, en passant par l’intestin grêle et le côlon qui sont les zones les plus fréquemment atteintes. Elle se manifeste le plus souvent par des diarrhées, des douleurs abdominales, une perte de poids, de la fièvre et de la fatigue. Les patients atteints par la maladie de Crohn res- sentent également parfois une certaine urgence à aller aux toilettes. La rectocolite hémorra- gique se caractérise par des lésions continues le plus souvent superficielles qui débutent dans le rec- tum et peuvent s’étendre sur l’ensemble du côlon. Le symptôme le plus fréquent est la présence de sang dans les selles. Il peut s’ac- compagner d’émissions de glaires, de diarrhées, de douleurs abdominales... Les poussées sévères de la maladie sont suscep- tibles d’engendrer une perte de poids, une fatigue importante et de la fièvre. Des manifestations extra- intestinales (articulaires, cutanées, hépatiques...) ne sont pas à exclure. ©Photos:GettyImage Maladie de Crohn et rectocolite hémorragique : de quoi s’agit-il ? hémorragique : de quoi s’agit-il ? hémorragique : La maladie de Crohn une inflammation perma- nente qui peut toucher toutes les parties du tube digestif, de la bouche à l’anus, en passant par l’intestin grêle et le côlon qui sont les zones les plus fréquemment atteintes. Elle se manifeste le plus souvent par des diarrhées, des douleurs abdominales, une perte de poids, de la fièvre et de la fatigue. Les patients atteints par la maladie de Crohn res- sentent également parfois une certaine urgence à aller aux toilettes. La rectocolite hémorra- gique des lésions continues le plus souvent superficielles qui débutent dans le rec- tum et peuvent s’étendre sur l’ensemble du côlon. Le symptôme le plus fréquent est la présence de sang dans les selles. Il peut s’ac- compagner d’émissions de glaires, de diarrhées, de douleurs abdominales... Les poussées sévères de la maladie sont suscep- tibles d’engendrer une perte de poids, une fatigue importante et de la fièvre. Des manifestations extra- intestinales (articulaires, cutanées, hépatiques...) ne sont pas à exclure.
  • 30. Sa mission: combattre la diarrhée et restaurer la flore intestinale Demandez conseil à votre pharmacien. Consultez votre médecin si les symptômes persistent plus de 2 jours. Lire attentivement la notice. Visan°16/07/62989610/GP/001 SACCHAROMYCES BOULARDII CNCM I-745 OU OU Traitement symptomatique d’appoint de la diarrhée en complément de la réhydratation À partir de 6 ans en automédication
  • 31. >>> 31 Mon pharmacien 1 2COMMENT FONC- TIONNE UN VACCIN ? La vaccination consiste à administrer à un individu en bonne santé une forme atténuée ou inactivée d’un virus ou d’une bactérie afin de déclencher une réaction immunitaire. Celle-ci permet d’éviter une contamination ultérieure. Plus préci- sément, suite à cette administration, le corps produit des cellules immunitaires « mémoires », capables de reconnaître immédiatement l’agent pathogène et de le combattre. Et ce même des années plus tard. >>> 1 2COMMENT FONC- TIONNE UN VACCIN ? La vaccination consiste à administrer à un individu en bonne santé une forme atténuée ou inactivée d’un virus ou d’une bactérie afin de déclencher une réaction immunitaire. Celle-ci permet d’éviter une contamination ultérieure. Plus préci- sément, suite à cette administration, le corps produit des cellules immunitaires « mémoires », capables de reconnaître immédiatement l’agent pathogène et de le combattre. Et ce même des années plus tard. LES VACCINS SONT- ILS SANS DANGER ? Rassurez-vous, aucun vaccin ne peut être mis sur le marché sans avoir passé avec succès de nombreux tests de sécurité. Comme tous les médicaments, ils font l’objet de nombreux travaux en laboratoire, et sont étudiés chez des milliers de volontaires afin de s’assurer qu’ils sont sûrs pour la santé. Notez toutefois que cela ne signifie pas qu’ils sont dénués de risques. En effet, comme n’importe quel autre médicament, un vaccin peut s’accompagner d’effets secondaires : fièvre, douleurs au niveau du site d’injection, rougeurs, etc. Des effets indésirables qui restent cependant beaucoup moins dangereux que les maladies contre lesquelles ils protègent. Vos vaccins en 5 questions ALORS QUE SEULEMENT UN FRANÇAIS SUR DEUX ESTIME QUE LA VACCINATION APPORTE PLUS DE BÉNÉFICES QUE DE RISQUES, LES VACCINS RESTENT ACTUELLEMENT LE MEILLEUR MOYEN DE SE PROTÉGER DE BON NOMBRE DE MALADIES. VOTRE PHARMACIEN GIPHAR RÉPOND AUX QUESTIONS QUE VOUS VOUS POSEZ SUR LE SUJET. Élise Dubuisson
  • 32. LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR N’oubliez pas les rappels ! Si certains vaccins offrent une protection à vie,d’autres nécessitent des piqûres de rappel pourentretenir la mémoire immunitaire. C’est notammentle cas pour le vaccin contre le tétanos qui, aprèsles différentes injections indispensables durantl’enfance, nécessite des rappels à 25, 45 et 65 ans,puis ensuite tous les 10 ans. Un doute sur votrecouverture vaccinale ? Demandez conseil à votrepharmacien. LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR N’oubliez pas les rappels ! Si certains vaccins offrent une protection à vie, Mon pharmacien >>> Sources : INSERM, Étude IPSOS pour le Leem réalisée entre le 9 et le 16 juin 2016, Inpes. www.pharmaciengiphar.com32 3 5 4 À QUOI SERT L’ALUMI- NIUM PRÉSENT DANS CERTAINS VACCINS ? L’aluminium permet de stimuler ou d’amplifier la réponse immunitaire et donc l’efficacité des vaccins. Il est présent dans des vaccins depuis près d’un siècle et ce partout dans le monde. Les différentes études menées sur les vaccins contenant de l’alu- minium n’ont pas permis de mettre en évidence un lien de causalité entre ces derniers et des troubles de la santé. CERTAINS VACCINS ONT- ILS PERMIS D’ÉLIMINER DES MALADIES SUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS ? Oui, notamment la variole. Le risque de diffusion d’une maladie contagieuse est directement lié au nombre de personnes susceptibles de la contrac- ter. Par conséquent, plus le nombre de personnes vaccinées contre une maladie est important, plus le risque de transmission de cette maladie dimi- nue. À tel point que lorsque ce nombre devient très important, les personnes immunisées font barrage entre les individus contagieux et les individus non immunisés. L’agent infectieux responsable de ladite maladie cesse alors de circuler dans la population et la maladie est éradiquée. POURQUOI LE VACCIN CONTRE LA GRIPPE DOIT-IL ÊTRE RÉINJECTÉ CHAQUE ANNÉE ? Parce qu’il existe de nombreuses souches de virus responsables de la grippe et celles-ci varient d’une année à l’autre. Pour permettre une vaccination efficace, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) surveille les souches actives et détermine quelques mois avant la saison de la grippe, les trois ou quatre souches principales à intégrer au vaccin de l’année. ] CALENDRIER SIMPLIFIÉ DES VACCINATIONS 2017 ©Photo:D.R. Extrait du calendrier des vaccinations 2017 - tableau synoptique. Pour en savoir plus : site du Ministère des Solidarités et de la Santé.
  • 33.
  • 34. Psycho www.pharmaciengiphar.com34 Comment aider un adoLA TIMIDITÉ N’EST PAS UNE MALADIE… ET POURTANT ELLE SE SOIGNE ! MAIS IL FAUT S’Y PRENDRE AVEC DÉLICATESSE, SURTOUT CHEZ LES JEUNES. Marion Garteiser U n ado timide, rien de plus fréquent. D’abord parce que la timidité en elle- même n’a rien d’exceptionnel : c’est un simple trait de caractère, qui fait que certains d’entre nous ont tendance, quand ils sont face à une situation ou une personne inconnue, à se mettre en retrait et à observer avant d’agir. POURQUOI LES ADOLESCENTS ? Certains enfants sont timides dès le début de leur vie, mais à l’adolescence, la timidité recrute de nouveaux adeptes. Les relations aux autres changent profondément, y compris avec les parents, et le corps lui-même évolue. Pas facile de retrouver une zone de confort dans ces circonstances, même si l’on n’est pas timide au départ. Ce qui pose problème le plus souvent, c’est un nouveau regard des autres sur eux, et inversement : « Chez les jeunes filles, c’est le regard des autres, qui véhicule le désir, qui va être gênant. Pour les garçons, la timidité est plus souvent liée à la peur de laisser trans- paraître ses émotions, notamment son désir », précise le Dr Gérard Macqueron, psychiatre et thérapeute. FAIRE LES BONS CHOIX La timidité n’est pas un problème en soi. Les parents ont cependant intérêt à réagir si elle est mal vécue par l’ado, explique le Dr Macqueron : « Il ne faut pas s’attendre à ce que la timidité passe avec l’âge, ou quand la puberté se termine. Ça arrive, effectivement, mais c’est parce qu’entre-temps on a fait quelque chose ! ». Il est important d’agir parce que si la timidité est mal vécue, l’ado risque d’éviter tout ce qui la déclenche… C’est-à-dire les nouvelles rencontres, les découvertes, les défis. Non seulement c’est une perte pour une personne en pleine décou- verte du monde, mais cela l’empêche d’augmenter le nombre de situations dans lesquelles elle se sent à l’aise, à la suite de quoi sa confiance en soi risque de souffrir et il ou elle deviendra encore plus timide. Quand consulter ? Certains signes doivent pousser à consulter : l’ado est renfermé(e), travaille trop ; il ou elle ne change pas, ne semble pas grandir ; il ou elle consomme des substances – alcool, cannabis – pour se désinhiber. La timidité n’est pas toujours en cause, il est donc utile de faire le point avec un profession- nel. Face aux troubles anxieux, les thérapies cognitives comportementales sont efficaces, mais d’autres solutions peuvent être mises en place. Les thérapies de groupe sont, par exemple, particulièrement utiles pour sur- monter une timidité excessive. de souffrir et il ou elle deviendra encore plus timide.
  • 35. 35 timide ?QUE PEUVENT FAIRE LES PARENTS ? Pour éviter ce cercle vicieux qui peut mener à une véritable angoisse, le Dr Macqueron recommande certaines activités : « Les sports d’équipe sont efficaces, mais aussi des sports individuels dans lesquels on multiplie les défis et les occasions de rencontres – tennis ou arts martiaux par exemple. Le théâtre est aussi souvent utilisé pour surmonter la timidité, parce qu’il apprend aux adolescents à travailler sur l’expression des émotions. Enfin, le chant individuel ou en chorale fait travailler la gestion de la voix en rapport avec les émotions et c’est aussi très bon pour les enfants anxieux ou timides. » ] Comment communiquer avec un ado timide ? Quels que soient les choix approuvés, il y a quelques règles à respecter pour les parents : faire confiance à son enfant et le valoriser ; ne pas lui reprocher sa timidité ni forcer les expériences. Le mettre en situation d’échec serait contre-productif ; le/la féliciter quand il/elle prend des risques ; proposer des rencontres qui ont des chances de bien fonctionner ; montrer l’exemple en invitant régulièrement des gens, en faisant des sorties en groupe, etc. « La timidité, comment la surmonter » Dr Gérard Macqueron et Stéphane Roy éd. Odile Jacob. Unlivre ©Photo:GettyImage
  • 36. Animaux www.pharmaciengiphar.com36 Médor se gratte : et si c’était la gale ? DEPUIS QUELQUES JOURS, VOTRE CHIEN N’ARRÊTE PAS DE SE GRATTER ? IL EST POSSIBLE QU’IL AIT LA GALE… CETTE MALADIE QUI AVAIT PRESQUE DISPARU EST EN RECRUDESCENCE EN FRANCE. Barbara Delbrouck L a gale sarcoptique du chien, aussi appe- lée gale du corps, est liée à un acarien qui creuse des tunnels dans l’épaisseur de la peau et y pond ses œufs. À la clé, des petits boutons rouges, généralement sur le bord des oreilles, les coudes ou les jarrets. Ceux-ci ne sont pas toujours faciles à repérer. C’est plutôt le fait que votre chien se gratte compulsive- ment qui doit vous mettre la puce à l’oreille… OÙ A-T-IL ATTRAPÉ ÇA ? Le parasite responsable de la gale pro- vient souvent des animaux sauvages, comme les renards… Suite à une épidémie dans les années 80, le gouvernement les avait traités, ce qui a permis d’endiguer la maladie. Mais depuis quelques années, des cas réapparaissent, surtout dans la moi- tié Est du pays. Comment votre adorable boule de poils a-t-elle pu entrer en contact avec un animal sauvage ? Tout simplement lors d’une balade. Il suffit qu’un animal infesté ait laissé sur son passage un parasite, qui n’a pas hésité à grimper sur votre toutou… Il peut aussi provenir d’un chien contaminé. COMMENT RÉAGIR ? À force de se gratter jour et nuit, votre chien va développer des abrasions cutanées qui peuvent s’in- fecter. En outre, il s’épuise car il dort et s’alimente moins bien. Il faut donc consulter votre vétérinaire au plus tôt. Une fois le diagnostic posé, il suffit de donner un acaricide sous forme de comprimés à avaler ou d’une pipette à appliquer sur le pelage. Le traitement, qui n’agit pas sur les œufs, doit être renouvelé une ou deux fois pour éliminer les œufs devenus adultes. Tous les chiens de la maison (même asymptomatiques) doivent être traités, mais pas les chats. EST-CE CONTAGIEUX ? Lors de vos câlins, votre toutou peut facilement vous transmettre le parasite. Ensuite, de petit boutons qui grattent sur les zones de contact, comme les bras, peuvent apparaître. Toutefois, cet acarien spécifique à l’animal ne pourra pas pondre sur vous. Il disparaîtra donc spontanément dès que votre chien sera traité. ] spontanément dès que votre chien sera traité. spontanément dès que votre chien sera traité. LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR Pour éliminer lesparasites de la maison Vaporisez un spray acaricide sur toutesles surfaces tapissées : panier, coussins,moquettes, couvertures dans la voiture…Pour les autres surfaces, comme le carre-lage, il suffit de laver à l’eau savonneuse. Le parasite responsable de la gale pro- vient souvent des animaux sauvages, comme les renards… Suite à une épidémie dans les années 80, le gouvernement les avait traités, ce qui a permis d’endiguer la tié Est du pays. Comment votre adorable boule de poils a-t-elle pu entrer en contact avec un animal sauvage ? Tout simplement lors d’une balade. Il suffit qu’un animal infesté ait laissé sur son passage un parasite, qui n’a pas hésité à grimper sur votre toutou… Il peut aussi provenir pas les chats. EST-CE CONTAGIEUX ? Lors de vos câlins, votre toutou peut facilement vous transmettre le parasite. Ensuite, de petit boutons qui grattent sur les zones de contact, comme les bras, peuvent apparaître. Toutefois, cet acarien spécifique à l’animal ne pourra pas pondre sur vous. Il disparaîtra donc Merci au Dr Émilie Vidémont-Drevon, vétérinaire spécialisée en dermatologie, Centre Hospitalier Vétérinaire Saint-Martin ©Illustration:JanSmet
  • 37.
  • 38. www.pharmaciengiphar.com38 Giphar Magazine : Qu’est-ce que Yuka ? Julie Chapon : Il s’agit d’une applica- tion mobile qui scanne le code-barres de vos produits et analyse leur impact sur la santé. En quelques secondes, elle déchiffre leurs étiquettes et vous indique si ceux-ci sont conseillés ou déconseillés. Si le produit est décon- seillé, elle vous recommande des alternatives de produits similaires plus sains. En outre, Yuka vous explique l’évaluation de chaque produit dans une fiche spécifique, vous accédez ainsi facilement aux détails de la composition du produit pour com- prendre son évaluation. GM : Comment fonctionne l’application ? JC : Yuka obtient son classement en réalisant une évaluation basée sur 3 critères : 60 % de l’évaluation repose sur la qualité nutri- tionnelle. Celle-ci prend en compte la quantité d’énergie, de graisses saturées, de sucres, de sel, de fruits et légumes, de fibres et de protéines du produit. 30 % de l’évaluation repose sur la présence d’additifs nocifs dans le produit. 10 % de l’évaluation repose sur la dimension biologique du produit. Les produits considérés comme biologiques sont ceux disposant du label bio français (AB) et/ou du label bio euro- péen (Eurofeuille). Notre évaluation est tout à fait indépendante de l’industrie agroalimentaire, c’était essentiel pour nous ! GM : Pourquoi avoir développé une telle application ? JC : L’alimentation a un impact important sur la santé, on sait tous qu’il faut faire attention à ce qu’on mange mais il n’est pas toujours simple de savoir ce à quoi être vigi- lant. D’autant plus que les firmes agroalimentaires ne nous aident pas avec leurs allégations santé auxquelles on ne peut pas toujours se fier. Nous voulions développer une aide au choix tout à fait indépendante du secteur. GM : Quelles sont les améliorations prévues ? JC : Nous aimerions intégrer dans les résultats des indications sur la présence d’allergènes ou de pro- duits sources d’intolérance comme les arachides, le gluten, les produits laitiers, etc. C’est une demande fréquente de nos utilisateurs et nous allons essayer de le développer. Nous avons également pour projet d’intégrer dans l’application l’analyse des produits cosmétiques et d’hygiène. ] Cuisine Yuka, l’application qui vous aide à faire vos courses Manger sain de fruits et légumes, de fibres et de protéines du cosmétiques et d’hygiène. Pour télécharger l’application Yuka et obtenir plus d’informations, une seule adresse : www.yuka.io. Plus d’infos ? VOUS DÉSIREZ MANGER MIEUX MAIS VOUS AVEZ DU MAL À DIFFÉRENCIER LES BONS PRODUITS DES MOINS BONS ? TÉLÉCHAR- GEZ YUKA, UNE APPLICATION QUI VOUS INDIQUE QUELLES SONT LES ALTERNATIVES LES PLUS SAINES. LES EXPLICATIONS DE JULIE CHAPON, COCRÉATRICE DE YUKA. Élise Dubuisson
  • 39. 39 >>>>>> Velouté de carottes et granola salé Pour le granola : 1 Préchauffer le four à 180 °C. 2 Dans un saladier, mélanger les flocons, le sarra- sin, les graines et les pistaches. À l’aide d’une fourchette, incorporer les autres ingrédients du granola. 3 Émietter sur une plaque de cuisson. 4 Cuire à 180 °C pendant 15 à 20 minutes en surveil- lant, le mélange peut brûler très vite. Remuer une fois ou deux en cours de cuisson. 5 Une fois refroidi, conserver dans un bocal (jusqu’à 8 jours). Velouté de carottes et granola salé Ingrédients pour 4 personnes POUR LE VELOUTÉ • 1 échalote • 1 gousse d’ail • 500 g de carottes • 1 c. à soupe d’huile d’olive • 1. c. à café de bouillon en poudre • 200 ml de lait d’amande POUR LE GRANOLA • 50 g de petits flocons d’avoine • 25 g de sarrasin décortiqué • 10 g de graines de courge • 10 g de graines de sésame • 20 g de pistaches • 1 c. à café de moutarde douce • 1 c. à café arasée de miso brun • 1 c. à soupe de purée de cajou • 1 c. à soupe d’huile d’olive • 1 c. à soupe de sirop d’agave Apéro Pour le velouté : 1 Peler et émincer l’écha- lote. Éplucher les carottes et couper en morceaux. 2 Faire revenir dans un fait-tout avec l’huile d’olive. Ajouter 200 ml d’eau et le bouillon, porter à frémissement et cuire pendant 20 minutes. 3 Mixer avec le lait d’amande. Goûter, saler si nécessaire. 4 Servir dans des mini bols ou des petits bocaux, avec une belle cuillerée de granola. Recettes
  • 40. www.pharmaciengiphar.com40 >>> 1 Peler et émincer les champignons de Paris. 2 Peler, dégermer et émincer les échalotes. 3 Faire revenir le tout dans l’huile d’olive jusqu’à ce que les champignons aient rendu tout leur jus. Saler et poivrer en cours de cuisson. 4 Mixer avec le tofu fumé, les châtaignes et l’huile de noix. 5 Dans une petite casserole, verser le lait et ajouter l’agar-agar en pluie. Porter à frémis- sement et compter 15 secondes. Recettes Ingrédients pour 6 personnes • 175 g de champignons de Paris frais • 2 échalotes • 1 c. à soupe d’huile d’olive • 100 g de tofu fumé • 75 g de châtaignes cuites au naturel • 2 c. à soupe d’huile de noix • 120 ml de lait végétal nature • 1 c. à café arasée d’agar-agar • Sel et poivre 6 Mixer avec le reste des ingrédients. 7 Transférer le mélange dans un plat à ter- rine, lisser la surface et laisser refroidir à température ambiante. 8 Couvrir et placer au réfrigérateur pen- dant au moins 1 heure. 9 Servir frais, avec des tartines de pain grillé, des blinis ou des crackers de sarrasin. Pâté végétal forestier Apéro
  • 41. Recettes 41 ©Photos:ÉmilieGaillet Retrouvez ces 3 recettes et bien d’autres dans le livre Apéro Veggie, de Cléa. Photographies : Émilie Gaillet Éditions La Plage. Àlire Green gaufres avocat et brocoli Ingrédients pour 8 mini gaufres POUR LES GAUFRES • 150 g de brocoli • 150 g de lait de soja • 1 c. à soupe de graines de chia • 50 g de purée de noix de cajou • 1 c. à soupe de pesto verde • 100 g de farine d’épeautre blanche POUR LA SAUCE • 2 avocats mûrs • 2 c. à soupe de jus de citron • 3 c. à soupe de graines d’alfalfa germées • 1 c. à soupe de miso blanc POUR SERVIR • Pousses d’épinard ou graines germées Ingrédients 1 Détailler le brocoli en bouquets et cuire à l’étouffée pendant 20 minutes. 2 Mixer avec le lait de soja, les graines de chia, la purée de noix de cajou et le pesto. Incorporer la farine et laisser reposer quelques minutes. 3 Faire chauffer le gaufrier, puis cuire de petites gaufres une à une, 3 minutes environ. Réserver sous un torchon pour les garder au chaud. 4 Pour la sauce, mixer les ingrédients. 5 Garnir généreusement les gaufres et les poser sur un plateau avant de servir. ] Apéro
  • 42. Je n’imaginais pas être dépendante du tabac à ce point. Mon pharmacien m’a permis de le mesurer et de choisir mon traitement. Faites le test de Fagerström chez votre pharmacien pour connaître votre dépendance à la nicotine. C’est simple, rapide et efficace pour mieux déterminer avec lui ou avec votre médecin quels sont les meilleurs moyens de réussir l’arrêt du tabac. Votre pharmacien peut également vous aider à dépister l’asthme,l’hypertension artérielle ou le diabète. EN SAVOIR PLUS SUR pharmaciengiphar.com Giphar est une association loi 1901 regroupant 1700 pharmaciens «Moi & mon pharmacien»
  • 43. 43 Forme Arthrose : pensez à faire du sport ! S aviez-vous que le maintien d’une activité physique peut considérablement influen- cer l’évolution de l’arthrose et réduire la douleur ? Et pour cause, faire bouger une articulation nourrit le cartilage et entraîne un renforcement des muscles. En outre, petit à petit, le sport aide à augmenter l’amplitude de vos mouvements. QUEL SPORT ? Bien entendu, tous les sports ne sont pas conseillés en cas d’arthrose. Ainsi, il est préférable d’éviter les activités où les articulations sont beaucoup sollicitées et subissent des chocs répétés. C’est notamment le cas du ski, du squash, de l’athlétisme ou du foot- ball. En revanche, le vélo, la marche, la natation, l’aquagym et le yoga ne posent généralement pas de problème. QUID DE LA DOULEUR ? L’exercice permet d’éviter que les muscles et les liga- ments ne s’ankylosent. En d’autres termes, qu’ils se raidissent et soient moins mobiles. Or, c’est précisé- ment ces caractéristiques qui les rendent douloureux. Résultat : faire du sport est aussi un excellent moyen de lutter contre la douleur. À noter toutefois que si une articulation est douloureuse pendant une séance, évitez de forcer. Si cette douleur persiste au quotidien ou de séance en séance, consultez votre médecin. Articulation AFIN D’ÉVITER QUE VOS ARTICULATIONS NE S’ANKYLOSENT, IL EST VIVEMENT RECOMMANDÉ DE LES MOBILISER RÉGULIÈREMENT. À LA CLÉ ? UNE ARTHROSE QUI PROGRESSE MOINS VITE. Élise Dubuisson pensez à faire Qu’est-ce que l’arthrose ?L’arthrose est une maladie chronique qui touche tout particulièrement le cartilage : celui-ci s’altère, perd de sa souplesse et se détruit plus vite qu’il ne se régénère. Suite à cette usure du cartilage, les extrémités des os sont moins protégées, avec le risque de frotter l’une contre l’autre, ce qui les abîme. LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR Lutter contre la douleur Lorsque vos articulations sont particulièrement douloureuses, l’application locale de chaleur à l’aide d’un coussin chauffant à base de grains de blé ou de noyaux ou encore d’un bain peut être salvatrice. Il en est de même pour l’application locale de froid au moyen d’une poche de gel. Notez que certains compléments alimentaires sont particulièrement indiqués pour lutter contre les douleurs liées à l’arthrose. Demandez conseil à votre pharmacien. activités où les articulations sont beaucoup sollicitées LE CONSEIL DE VOTRE PHARMACIEN GIPHAR Lutter contre la douleur >>>
  • 44. Forme www.pharmaciengiphar.com44 >>> MOBILITÉ ET SOUPLESSE DES ÉPAULES 1. Couchez-vous sur le dos, les mains derrière la nuque et les coudes en avant. 2. Écartez les coudes et essayez de les amener au sol. Une fois au sol, tenez la position pendant 3 secondes. 3. Revenez à la position initiale et recommencez l’exercice 10 fois. ©Illustrations:MadeleineMartin AMÉLIORER LA DEXTÉRITÉ DIGITALE 1. Asseyez-vous à une table, les coudes au corps à 90° et les avant-bras en appui sur la table. Devant vous : une boîte contenant des pinces à linge. 2. Saisissez une pince à linge après l’autre jusqu’à en tenir 4 en main. 3. Tout en maintenant 3 pinces à l’intérieur de la main, saisissez entre le pouce et l’index la qua- trième pince. 4. Fixez-la sur le bord de la boîte. 5. Procédez de la même façon pour les autres pinces. 6. Recommencez l’exercice avec l’autre main. 7. Effectuez l’exercice complet deux fois de suite. ] DES ESCALIERS PLUS FACILES À MONTER 1. Asseyez-vous sur une chaise et formez un angle de 90° avec les genoux (par rapport au sol). 2. Levez une jambe et tirez le pied vers vous. Tenez la position 3 secondes. 3. Revenez à la position initiale et recommencez l’exercice 10 fois. Couchez-vous sur le dos, les mains derrière la nuque Écartez les coudes et essayez de les amener au sol. l’exercice 10 fois. ©Illustrations:MadeleineMartin Asseyez-vous à une table, les coudes au corps à 90° et les avant-bras en appui sur la table. Devant Saisissez une pince à linge après l’autre jusqu’à en ]
  • 45.
  • 46. HORIZONTALEMENT 1. QUI ONT DES PROPRIÉTÉS CURATIVES. – 2. AFFAIBLISSEMENT. PAS BIEN PORTANT. – 3. BLESSA. OS LONGS ET GRÊLES. – 4. AUTOUR DU CHEF. ORGANE PAIR DE LA VUE. APPELÉ. – 5. NOUVEL ANIMAL DE COMPAGNIE. BON DORMEUR. SEGMENT D’ADN. – 6. D’UNE COULEUR NOIRE. SUJET VAGUE. UN CŒUR QUI BAT. – 7. SE DRESSE SUR LA TÊTE. GAI PARTICIPE. TRANSPIRATIONS ABONDANTES. – 8. SEIN. OU BIEN. DOULEUR. – 9. FUT TENU DE. ANCIENNEMENT, LANCE. CHAUSSURE D’INTÉRIEUR. – 10. COMME CER- TAINES VOIES NATURELLES. – 11. ARBRE DONT LES RACINES ET LES GRAINES SONT UTILISÉES EN MÉDE- CINE TRADITIONNELLE. SOUTIENT LA QUILLE. NOTE. – 12. POINT MARQUÉ AU TENNIS. CALME. – 13. TRISTE ET FROID. DÉMONSTRATIF. – 14. BATTEMENT D’UN VAISSEAU SANGUIN. INFLAMMATION DE L’OREILLE. – 15. RETIRÉE. BEAU COUP. ON PEUT L’AVOIR DANS LA GORGE. VERTICALEMENT 1. PERSONNE DONT L’ACUITÉ AUDITIVE EST DIMINUÉE. FLEUVE D’EUROPE. – 2. POIRE D’ORL. PAS BEAU- COUP. POINTE OSSEUSE OU CORNÉE. – 3. ARTICLE. TAILLE. QUEUE DE MORUE. – 4. ANTIDÉPRESSEUR. RELATIVE AU REIN. – 5. TAILLER FINEMENT. PRIS D’UN FOU RIRE. NON DITS. – 6. TRANCHE DE VIE. QUALIFIE CERTAINES RADIATIONS. – 7. COURBE. ME PERMIS. TROUBLE OBSESSIONNEL COMPULSIF. – 8. ESPRIT DE CORPS. MANIFESTATION NON VIOLENTE. EST ATTENDU PENDANT NEUF MOIS. – 9. TISSU ADIPEUX. DÉPASSÉ. PREMIÈRE RÉACTION. – 10. REPOUSSE. POSSESSIF. QUAND ON NE DIT PAS TOUT. – 11. BON ÉTAT GÉNÉRAL DE L’ORGANISME. TOUCHÉS. INTERJECTION. – 12. PROTÈGE DES PIQÛRES. QUI A RAPPORT AU NEZ. PRIVÉ D’HUMIDITÉ. – 13. PARTIES CHARNUES. MÉGOTENT. Mots croisésRéflexion Les jeux de Monique Debray ©Illustration:JanSmet Jeux www.pharmaciengiphar.com46 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 12345678910111213 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 MEDICINALES–F ANEMIE–MALADE LESASPERONES EM–OEIL–DIT–S NAC–LOIR–GENE T–EBENE–ON–AS EPI–RI–SUEES– NENE–SOIT–MAL DUT–HAST–MULE A–URINAIRES–S NERE–TIN–S–SI TRENTE--C–ZEN -G–AUSTERE–CE POULS–OTITE–N OTEE–ACE–CHAT
  • 47. Ne comptez pas sur le hasard pour dépister votre DMLA* . * Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age. Faites le test dès à présent et régulièrement en vous cachant un œil puis l’autre. Une tache sombre immobile au centre de votre vision ? Des lignes déformées ? C’est peut-être une DMLA* . Consultezdanslesmeilleursdélaisunophtalmologiste. Lors de la prise de rendez-vous, pensez à bien évoquer vos symptômes. Pourplusd’informations,rendez-voussurwww.viaopta.fr F65205–Juillet2017
  • 48. Tendance www.pharmaciengiphar.com48 Ranger,une nouvelle tendance bien-être !METTRE DE L’ORDRE DANS SON INTÉRIEUR, MIEUX L’ORGANISER, SE DÉFAIRE DES OBJETS FUTILES, VOILÀ DES GESTES SIMPLES QUI PEUVENT CONSIDÉ- RABLEMENT AMÉLIORER VOTRE VIE. COUP D’ŒIL SUR LE RANGEMENT DÉTOX. Élise Dubuisson En ordre Astuce La « boîte à transit » Vous avez du mal à vous défaire de certains objets que vous n’utilisez pourtant plus ? Placez-les dans une « boîte à transit » à la cave ou au gre- nier. Si au bout d’un mois vous n’êtes pas allé les rechercher, c’est que vous pouvez vous en séparer !
  • 49. 49 >>> V ous avez peut être déjà expérimenté ce sentiment de plénitude après avoir rangé, cette impression que tout est possible et qu’il suffit de vous lancer… Même sans être un maniaque de l’ordre, ranger une pièce peut donner un nouveau souffle et une folle envie de se lancer dans de nouveaux projets. « C’est tout à fait logique : lorsqu’une pièce, ou plus largement une maison, est rangée, le champ visuel est dégagé, on peut alors se projeter, on res- pire, on jette un regard neuf sur les lieux et sur soi », explique Alexandra Viragh, fondatrice du concept de « psycho-décoration ». POSER UN REGARD NEUF SUR CE QUI NOUS ENTOURE Lorsqu’on range, on fait un tri et on s’interroge sur nos rapports aux objets qui nous entourent. « De cette manière, on va mettre en avant ceux qui nous font du bien et nous mettent de bonne humeur. Il est toujours plus agréable de regarder une affiche que l’on a choisie tranquillement, qu’une pile de magazines qu’on ne trouve pas le temps de lire. » Dans le même ordre d’idées, ranger peut aussi être un moment idéal pour se défaire des objets syno- nymes d’un sentiment négatif comme cette lampe ébréchée lors d’une dispute. 49 >>> Bien plusque du désordre ?Pour certains, l’évocation du mot rangement induit des sueurs froides : ils ne parviennent pas à se défaire de ce qui trône chez eux. Tout leur semble important. Ils ont bien conscience que le désordre règne dans leur maison mais c’est plus fort qu’eux. Et ils ont beau ranger, le désordre refait rapidement surface. Alors pourquoi s’infliger une telle corvée ?!Quelles sont les causes ?« Parfois ranger ne suffit pas, il faut explorer les causes du désordre : celui-ci peut rem- plir un manque, un vide ou est la traduction matérielle d’un stress. On observe notamment cela chez les personnes dont des membres de la famille ont été traumatisés par une guerre : elles font des réserves au cas où l’Histoire se répèterait. D’autres n’ayant que peu ou pas de liens forts avec des personnes projettent ce lien sur des objets dont ils ne peuvent imaginer se défaire », précise Alexandra Viragh. est toujours plus agréable de regarder une affiche que l’on a choisie tranquillement, qu’une pile de magazines qu’on ne trouve pas le temps de lire. » Dans le même ordre d’idées, ranger peut aussi être un moment idéal pour se défaire des objets syno- nymes d’un sentiment négatif comme cette lampe
  • 50. Tendance www.pharmaciengiphar.com50 >>> DISSOCIER RANGEMENT ET STRESS Détail important : pour que le rangement ait l’effet escompté, il ne faut pas qu’il soit source d’anxiété. « Le principe du rangement détox est que vous et votre habitation soyez connectés positivement. Aussi, plutôt que d’imaginer que vous allez vous lancer dans un travail monstrueux, dites-vous que vous enta- mez un projet positif d’une maison où il fait bon vivre. La pensée a une forte puis- sance évocatrice. Allez-y en douceur et vous verrez que, petit à petit, le rangement détox coule de source. » Une astuce à appliquer en famille pour donner une dimension ludique au ran- gement ? Consacrer tous les jours 12 minutes au range- ment. « Chaque membre de la famille choisit une pièce, une armoire ou un bureau et range pendant 12 minutes. De cette manière, tout le monde participe et le côté quoti- dien de ce rituel empêche le désordre de se réinstaller. » COMMENT RANGER ? Il n’existe pas une seule manière de ranger, chacun doit trouver celle qui lui correspond le mieux. « Certains préféreront ranger leurs livres par cou- leur, d’autres par ordre alphabétique. Quant aux vêtements, ils peuvent être rangés par catégorie, ensemble, couleur… À vous de voir ! Trouvez vous même votre logique de classement, elle n’en sera que plus efficace. En revanche, ce qui peut être salvateur chez tout le monde, c’est de laisser constamment 20 % de l’espace – armoire, tiroir, grenier, etc. – vide. Ainsi, il est plus facile d’y ranger quelque chose, on ne doit pas lui chercher une place. Par ailleurs, l’espace reste aéré, ce qui donne envie de ne pas le déranger. » ÉVITER DE RÉ-ENCOMBRER Une fois un grand rangement opéré, il peut être intéressant de mettre en place une nouvelle réflexion autour des objets qui passent la porte. Sous peine de devoir recommencer rapidement. « Je conseille de se poser trois ques- tions avant d’acquérir un nouvel objet : Est-il utile pour moi ? Est-il fonctionnel ? Est-il beau ? Me fait-il rêver ? Si vous répondez non à l’une de ces questions, attendez encore un peu avant de l’acheter. Il est plus que probable que d’ici quelques semaines vous n’en n’aurez plus envie », conclut Alexandra Viragh. ]Ranger pour une meilleure santé Plus un intérieur est chargé, moins l’air peut y circuler, les poussières stagnent, la lumière ne peut inonder complètement la pièce… Autant de facteurs qui ne sont pas très bons pour la santé et qui font la part belle aux allergies et à la sédentarité. Ranger, c’est donc aussi important pour la santé. 12 minutes. De cette manière, tout le monde participe et le côté quoti- dien de ce rituel empêche le désordre de se réinstaller. » « Rangement détox : 9 clés pour une maison heureuse » Alexandra Viragh Solar Éditons www.alexandraviragh.com Unlivre
  • 51. Je lui envoie la photo de mon ordonnance. Mes médicaments sont prêts dès mon arrivée. C’est génial. «Moi & mon pharmacien» L’application « mon pharmacien Giphar » vous simplifie la vie en vous faisant gagner un temps précieux. Il vous suffit d’envoyer la photo de votre ordonnance. Dès votre arrivée, vos médicaments sont prêts : votre pharmacien se consacre totalement aux conseils dont vous avez besoin. EN SAVOIR PLUS SUR pharmaciengiphar.com Giphar est une association loi 1901 regroupant 1700 pharmaciens
  • 52. O S E Z L A L I B E R T É www.libeoz.fr VENTE ET LOCATION DE MATÉRIEL MÉDICAL POUR L’AUTONOMIE ET LA MOBILITÉ AMÉNAGEMENT DU DOMICILE AIDE À LA PERSONNE MOBILITÉ AUTONOMIE CONFORT ET SANTÉ MATÉRIEL MÉDICAL ORTHOPÉDIE Retrouvez toutes les offres et services Libeoz dans l’un des 1 300 Points Conseils ou sur