Changement climatique 
dans le monde et en Afrique 
Discours d’ouverture 
Jamal Saghir 
Directeur du développement durable...
2 
Au programme 
• Contexte et répercussions 
• Pourquoi s’en soucier? 
• Défis et principaux indicateurs associés au 
sys...
3 
Contexte 
: 
Le 
défi 
de 
notre 
généra0on 
World Bank Group 
Address Line 1 
Address Line 1 
City ABC 
State DEFG 
DA...
4 
Contexte 
et 
répercussions 
: 
les 
coûts 
énormes 
et 
croissants 
des 
phénomènes 
météorologiques 
extrêmes 
450 
4...
5 
Contexte 
et 
répercussions 
: 
Inves0ssements 
nécessaires 
et 
coûts 
supplémentaires 
pour 
limiter 
le 
réchauffeme...
6 
Contexte : La concentration atmosphérique de CO2 
n’a jamais été aussi forte en 650 000 ans. 
Concentra0on 
de 
CO2 
en...
7 
Contexte 
: 
Signes 
indéniables 
du 
réchauffement 
au 
cours 
des 
30 
dernières 
années 
Lorsqu’on ajuste les donnée...
8 
Contexte 
: 
La 
science 
s’intéresse 
depuis 
longtemps 
au 
lien 
entre 
le 
CO2 
et 
le 
réchauffement 
Un 
siècle 
...
9 
Pourquoi 
s’en 
soucier?... 
Parce 
que 
les 
conséquences 
sont 
immenses... 
0,8 °C 2 °C 4 °C 
De 
pe0tes 
varia0ons ...
10 
Les 
données 
témoignant 
du 
changement 
climaFque 
rapide 
sont 
accablantes 
• Température 
: 
hausse 
de 
0,8 
°C ...
11 
Défis : Principaux indicateurs de 
changement de système climatique 
Humidité 
Température au-dessus de la mer 
Tempér...
12 
Ensembles de données des indicateurs 
Température 
au-­‐dessus 
de 
Température 
de 
la 
surface 
de 
la 
mer 
Glace 
...
trois 
principales 
reconstruc0ons 
de 
la 
température 
mondiale 
révèlent 
13 
Hausse 
de 
la 
température 
mondiale 
• ...
14 
Mortalité 
durant 
la 
vague 
de 
chaleur 
de 
2003 
La 
chaleur 
pourrait 
avoir 
tué 
70 
000 
personnes 
cet 
été-­...
Vague de chaleur en Russie en 2010 
Source 
: 
NASA, 
Observatoire 
de 
la 
Terre 
15 
Températures 
au 
sol 
anormales, 
...
Rétrécissement des glaciers continentaux et des 
16 
glaciers de montagne 
8 
juillet 
2012 
12 
juillet 
2012 
Au 
Groenl...
17 
Élévation du niveau de la mer à la limite 
supérieure des projections 
Le 
niveau 
de 
la 
mer 
à 
l’échelle 
de 
la 
...
18 
Épisodes 
de 
chaleur 
extrêmes 
et 
prix 
des 
aliments 
dans 
le 
monde 
18 
Vague de chaleur aux É.----U. en 2012 
...
19 
Que réserve l’avenir? 
Projections du 
changement climatique 
0,8 °C 2 °C 4 °C
20 
À quoi s’attendre? Des étés plus chauds… 
Source 
: 
Na0onal 
Academies, 
Stabiliza0on 
Targets, 
2010
21 
Un réchauffement particulièrement 
ressenti sous les tropiques 
Un 
réchauffement 
de 
4 
°C 
n’aura 
pas 
la 
même 
i...
La 
producFvité 
agricole 
diminuera 
dans 
bien 
des 
régions 
et 
les 
pauvres 
en 
souffriront 
le 
plus. 
22 
3 
20 
8...
23 
En Europe, les températures caniculaires de 2003 
qui ont tué 35 000 personnes seront normales en 
2040 et sous la nor...
24 
L’incidence 
des 
feux 
incontrôlés 
augmentera 
avec 
le 
réchauffement 
Carte 
des 
varia0ons 
des 
secteurs 
brûlés...
25 
Une hausse de 1,5 °C entraînera la perte 
de la quasi-totalité des récifs coralliens 
Source: 
Frieler 
et 
coll., 
Na...
26 
Le changement climatique 
et l’Afrique
27 
Message 1 : 
Pour continuer de croître, l’Afrique 
doit relever de grands défis et 
s’attaquer au changement 
climatiq...
AugmentaFon 
des 
dépenses 
d’infrastructure 
28 
560 millions d’Africains de la région subsaharienne n’ont pas accès à l’...
29 
Se 
donner 
des 
moyens 
de 
résister 
aux 
chocs 
Prix des aliments (2000=100) 
5 
4 
3 
2 
1 
0 
AugmentaFon 
de 
la...
30 
Éliminer 
les 
conflits 
Pays 
fragiles 
Pays 
à 
revenu 
intermédiaire 
Pays 
à 
revenu 
faible 
à 
croissance 
rapid...
Message 2 : 
Nombre de priorités de 
développement de l’Afrique sont 
étroitement liées à l’enjeu climatique 
31
L’Afrique a un immense potentiel (encore inexploité) 
de développement à faibles émissions de carbone… 
32
33 
… mais elle ne peut se contenter de 
mesures d’atténuation. 
33 
16.0 
14.0 
12.0 
10.0 
8.0 
6.0 
4.0 
2.0 
-­‐ 
Per ...
34 
Le maintien de la croissance passe par la 
maîtrise de la variabilité actuelle du climat…
35 
… et la préparation du continent aux 
changements à venir.
36 
Message 3 : 
Pour que le développement tienne 
compte des réalités climatiques, il 
faudra d’abord que les bailleurs d...
37 
La Banque mondiale et le changement climatique 
en Afrique 
Engagement 
régional 
: 
Stratégie 
de 
lu3e 
au 
changeme...
38 
Message 4 : 
Il faut organiser un vaste 
programme de recherche appliquée.
39 
Trois clés 
1. Intégrer toujours plus le climat dans les stratégies 
et programmes de développement (p. ex., les 
infr...
40 
Les récentes données scientifiques laissent 
supposer des effets plus importants et 
moins prévisibles 
• La températu...
41 
Nourrir 
la 
résilience 
des 
terres 
arides 
§ Les effets des chocs climatiques 
dans les régions arides ne 
cessent...
42 
Le temps d’agir : 
Que fait le Groupe de la Banque 
mondiale?
43 
Le GBM peut créer de la valeur par ses mesures de financement 
SFmulaFon 
des 
43 
MobilisaFon 
de 
ressources 
Aide f...
44 
Financer 
la 
luNe 
au 
changement 
clima0que 
Répondre 
à 
la 
demande 
des 
pays 
pauvres 
Analyse 
• Concilier 
le ...
45 
Mobilisa0on 
adéquate 
de 
la 
finance 
climat 
CLIMATE INVESTMENT FUNDS (CIF) $7.6 BILLION 
5,2 G$ 1,3 G$ 639 M$ 505 ...
46 
Croissante 
verte 
: 
harmonisa0on 
des 
besoins 
na0onaux 
et 
mondiaux 
World Bank Group 
Address Line 1 
Address Li...
47 
Établir 
le 
prix 
juste 
: 
créa0on 
d’un 
marché 
du 
carbone 
• Consensus autour de cette nécessité 
• Mécanisme 
M...
48 
Établir 
le 
juste 
prix 
: 
créa0on 
d’une 
poli0que 
commerciale 
et 
d’instruments 
économiques 
Le partenariat pou...
• Le GBM étudie différentes manières d’établir le signal de prix et la portée d’un 
marché mondial du carbone dans le cont...
Créa0on 
d’un 
ensemble 
complémentaire 
de 
poli0ques 
• Les mécanismes de fixation des prix du carbone politiquement pos...
51 
Établir 
le 
juste 
prix 
: 
réforme 
des 
programmes 
de 
subven0on 
rela0fs 
aux 
combus0bles 
fossiles 
• Un immens...
364 G$ versés à la lutte au 
réchauffement climatique en 
2011 
171 G$ en provenance des 
pays en développement 
52 
Ayrer...
• Les obligations vertes gagnent en popularité en raison de leur grande liquidité et de leur fonctionnement tout simple. C...
54 
Communication de l’information 
aux personnes vulnérables et aux 
populations locales : les défis
55 
Changement climatique et communication 
• Transmission de l’information sur le changement 
climatique : 
Ø aux scepti...
Sec0on 
IV. 
Opportuni0es 
for 
growth 
and 
climate 
ac0on 
56 
Mozambique 
Conclusion 
« Si l’on ne fait pas face aux me...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Changement climatique dans le monde et en Afrique

1 590 vues

Publié le

Jamal SAGHIR
Banque Mondiale
Changement climatique dans le monde et en Afrique

  • Soyez le premier à commenter

Changement climatique dans le monde et en Afrique

  1. 1. Changement climatique dans le monde et en Afrique Discours d’ouverture Jamal Saghir Directeur du développement durable Région de l’Afrique Banque mondiale Washington, D.C. 15 mai 2014 Montréal, Canada Strictly Confidential © 2013 1
  2. 2. 2 Au programme • Contexte et répercussions • Pourquoi s’en soucier? • Défis et principaux indicateurs associés au système climatique en changement • Que réserve l’avenir? • Le changement climatique et l’Afrique • Actions : que fait la Banque mondiale? • Le rôle des communications
  3. 3. 3 Contexte : Le défi de notre généra0on World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG DANS UN MONDE À +2 °C DANS UN MONDE À +4 °C Sans l’adoption de mesures ambitieuses par les grands émetteurs, le réchauffement pourrait atteindre 2 ºC en l’espace d’une génération. Un réchauffement de 4 ºC aurait des répercussions plus dramatiques sur les pauvres qu’une hausse de 2 ºC.
  4. 4. 4 Contexte et répercussions : les coûts énormes et croissants des phénomènes météorologiques extrêmes 450 400 350 300 250 200 150 100 Toutes les catastrophes World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG Catastrophes naturelles mondiales (1980 – 2012) Pertes économiques causées par les catastrophes naturelles (milliards $ US, 2012) 50 0 Catastrophes imputables au climat 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 1200 1000 800 600 400 200 0 Toutes les catastrophes Catastrophes imputables au climat 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 74 % des pertes causées par les catastrophes naturelles sont imputables au climat 78 % des catastrophes naturelles sont imputables au climat Source : Estimation de la Banque mondiale fondée sur les données de Munich Re © 2013, à partir de janvier 2013.
  5. 5. 5 Contexte et répercussions : Inves0ssements nécessaires et coûts supplémentaires pour limiter le réchauffement à 2 °C • Besoins mondiaux : 5 000 G$/an en investissement traditionnel dans les infrastructures; besoin d’arrimer le renforcement de la résistance; investissement supplémentaire 700 G$/an pour contrer le changement climatique World Bank Group Address Line 1 • Besoins des pays en développement : de 1 200 à 1 Address 500 Line G $/1 an en financement de l’infrastructure; coût net supplémentaire de la lutte au changement climatique City ABC State DEFG de 175 G$/an • Financement public et privé total consacré à la lutte au changement climatique atteignant à peine 25 %- ou 30 % des besoins en 2012-2013 Source : Forum économique mondial (2013), Green Investment Report. Source : Ceres (2014). Investing in the Clean Trillion : Closing the Clean Energy Investment Gap.
  6. 6. 6 Contexte : La concentration atmosphérique de CO2 n’a jamais été aussi forte en 650 000 ans. Concentra0on de CO2 en décembre 2012 hNp://co2now.org/ 394 ppm
  7. 7. 7 Contexte : Signes indéniables du réchauffement au cours des 30 dernières années Lorsqu’on ajuste les données pour en éliminer les conséquences estimées de facteurs connus sur les variations de température à court terme (El Niño ou oscillation australe, aérosols volcaniques et variabilité de l’activité solaire), ce qui réduit l’interférence, les signes du réchauffement planétaire deviennent encore plus nets. (Source : Foster et Rahmstorf, 2011)
  8. 8. 8 Contexte : La science s’intéresse depuis longtemps au lien entre le CO2 et le réchauffement Un siècle de retard?
  9. 9. 9 Pourquoi s’en soucier?... Parce que les conséquences sont immenses... 0,8 °C 2 °C 4 °C De pe0tes varia0ons de la température planétaire peuvent bouleverser l’environnement.
  10. 10. 10 Les données témoignant du changement climaFque rapide sont accablantes • Température : hausse de 0,8 °C de la température planétaire médiane par rapport aux niveaux de l’ère préindustrielle • Fonte des glaces : accéléraFon sans précédent de la fonte des glaciers du Groenland et de l’ArcFque • ÉlévaFon du niveau de la mer : hausse de 15 à 20 cm par rapport au niveau de l’ère préindustrielle • Réchauffement océanique : réchauffement de 0,09 °C depuis les années 1950
  11. 11. 11 Défis : Principaux indicateurs de changement de système climatique Humidité Température au-dessus de la mer Température de la surface de la mer Glace de mer Acidité océanique Température de l’air près de la surface (troposphère) Niveau de la mer Contenu thermique de l’océan Enneigement Réflectance de la surface émergée (albédo) Température au-dessus du sol
  12. 12. 12 Ensembles de données des indicateurs Température au-­‐dessus de Température de la surface de la mer Glace de mer Température de l’air près de la surface (Troposphère) Niveau de la mer Glaciers (bilan massique) Enneigement (Mars et avril, hémisphère Nord) Air à la surface Température au-­‐dessus du sol 7 ensembles de données Contenu thermique de l'océan Humidité spécifique 4 ensembles de données 2 ensembles de données 5 ensembles de données 7 ensembles de données 3 ensembles de données 7 ensembles de données 5 ensembles de données de la mer 7 ensembles de données 3 ensembles de données 12
  13. 13. trois principales reconstruc0ons de la température mondiale révèlent 13 Hausse de la température mondiale • Les un réchauffement de la Terre depuis 1880. • Ce réchauffement s’est surtout produit depuis les années 1970. • Les 20 années les plus chaudes sont survenues depuis 1981. • Les 10 années les plus chaudes sont toutes survenues au cours des 12 dernières années De petites hausses de la température moyenne se traduisent par beaucoup de records de chaleur, surtout en milieu urbain Source : P. Duffy, 2009
  14. 14. 14 Mortalité durant la vague de chaleur de 2003 La chaleur pourrait avoir tué 70 000 personnes cet été-­‐là. (SREX, GIEC 2012)
  15. 15. Vague de chaleur en Russie en 2010 Source : NASA, Observatoire de la Terre 15 Températures au sol anormales, du 20 au 27 juillet Es0ma0on du nombre de décès : 55 000 Récoltes annuelles déficitaires d’environ 25 % Superficies brûlées surpassant un million d’hectares Pertes économiques es0mées à environ 15 G $US (~1 % du PIB)
  16. 16. Rétrécissement des glaciers continentaux et des 16 glaciers de montagne 8 juillet 2012 12 juillet 2012 Au Groenland, l’accéléra0on drama0que de la fonte entre le 8 et le 12 juillet 2012 a fait disparaître environ 97 % de la glace de surface.
  17. 17. 17 Élévation du niveau de la mer à la limite supérieure des projections Le niveau de la mer à l’échelle de la planète a monté d’environ 17 cm (6,7 po) depuis une centaine d’années. Mais le taux de hausse des 20 dernières années est presque deux fois celui du siècle. Sources : Church et coll., 2008; Kemp et coll., 2011
  18. 18. 18 Épisodes de chaleur extrêmes et prix des aliments dans le monde 18 Vague de chaleur aux É.----U. en 2012 Anomalies de températures au sol, du 17 au 24 juin Source : NASA, www.nasa.gov/mission_pages/fires/main/usa/20120629-westernUS.html Source : Indice FAO des prix des denrées alimentaires en 2012 Selon les estimations préliminaires, la vague de chaleur en Russie en 2010 aurait entraîné 55 000 décès, une diminution d’environ 25 % des récoltes, la destruction par le feu d’un million d’hectares, des pertes économiques de quelque 15 milliards de dollars US (soit près de 1 % du PIB). (Barriopedro et coll., 2011)
  19. 19. 19 Que réserve l’avenir? Projections du changement climatique 0,8 °C 2 °C 4 °C
  20. 20. 20 À quoi s’attendre? Des étés plus chauds… Source : Na0onal Academies, Stabiliza0on Targets, 2010
  21. 21. 21 Un réchauffement particulièrement ressenti sous les tropiques Un réchauffement de 4 °C n’aura pas la même incidence partout. Des hausses de 6 °C ou plus de la température es0vale mensuelle moyenne pourraient frapper de vastes régions, notamment la Méditerranée, le Nord de l’Afrique, le Moyen-­‐-­‐Orient et le territoire con0nental des États-­‐Unis.
  22. 22. La producFvité agricole diminuera dans bien des régions et les pauvres en souffriront le plus. 22 3 20 80 Source : Rapport mondial sur le développement, 2010
  23. 23. 23 En Europe, les températures caniculaires de 2003 qui ont tué 35 000 personnes seront normales en 2040 et sous la normale en 2060 23. observations Projections HadCM3 (RSSE A2) 2003 2040 2060 Anomalies de température (par rapport à 1961-1990) °C Source : Scott et coll., Nature, no 432, p. 610-613
  24. 24. 24 L’incidence des feux incontrôlés augmentera avec le réchauffement Carte des varia0ons des secteurs brûlés pour chaque hausse de 1 °C de la température mondiale moyenne Objec0fs de stabilisa0on du climat, NRC 2010
  25. 25. 25 Une hausse de 1,5 °C entraînera la perte de la quasi-totalité des récifs coralliens Source: Frieler et coll., Nature Clima0c Change 2012 Environ 10 % des récifs coralliens pourront survivre si le réchauffement planétaire ne dépasse pas les niveaux de l’ère préindustrielle de plus de 1,5 °C.
  26. 26. 26 Le changement climatique et l’Afrique
  27. 27. 27 Message 1 : Pour continuer de croître, l’Afrique doit relever de grands défis et s’attaquer au changement climatique
  28. 28. AugmentaFon des dépenses d’infrastructure 28 560 millions d’Africains de la région subsaharienne n’ont pas accès à l’électricité
  29. 29. 29 Se donner des moyens de résister aux chocs Prix des aliments (2000=100) 5 4 3 2 1 0 AugmentaFon de la pauvreté par rapport au taux de référence (en points de pourcentage) imputable à la hausse de 25 % des prix des aliments Ghana Liberia Sierra Leone Togo DR Congo Guinea Gabon Mali Niger Nigeria VariaFon en point de pourcentage par rapport aux taux de référence Source : Wodon et coll. (2008). « PotenFal Impact of Higher Food Prices on Poverty: EsFmates from a Dozen West and Central African Countries », Policy Research Working Paper 4745.
  30. 30. 30 Éliminer les conflits Pays fragiles Pays à revenu intermédiaire Pays à revenu faible à croissance rapide et lente Pays à revenu intermédiaire, tranche inférieure, et pays à revenu intermédiaire, tranche supérieure
  31. 31. Message 2 : Nombre de priorités de développement de l’Afrique sont étroitement liées à l’enjeu climatique 31
  32. 32. L’Afrique a un immense potentiel (encore inexploité) de développement à faibles émissions de carbone… 32
  33. 33. 33 … mais elle ne peut se contenter de mesures d’atténuation. 33 16.0 14.0 12.0 10.0 8.0 6.0 4.0 2.0 -­‐ Per Capita emissions of GHG (excluding land use change) High-­‐income countries Developing Countries Africa
  34. 34. 34 Le maintien de la croissance passe par la maîtrise de la variabilité actuelle du climat…
  35. 35. 35 … et la préparation du continent aux changements à venir.
  36. 36. 36 Message 3 : Pour que le développement tienne compte des réalités climatiques, il faudra d’abord que les bailleurs de fonds y soient sensibilisés
  37. 37. 37 La Banque mondiale et le changement climatique en Afrique Engagement régional : Stratégie de lu3e au changement clima5que en Afrique subsaharienne Les quatre points d’appui : 1. Inscrire l’adaptation au changement climatique et la gestion du risque climatique au coeur du développement 2. Exploiter les occasions d’atténuer les risques 3. Renforcer le développement des connaissances et des capacités 4. Accroître le financement
  38. 38. 38 Message 4 : Il faut organiser un vaste programme de recherche appliquée.
  39. 39. 39 Trois clés 1. Intégrer toujours plus le climat dans les stratégies et programmes de développement (p. ex., les infrastructures) 2. Redoubler d’efforts dans les régions très vulnérables (p. ex., les terres arides) 3. Faire de la faible empreinte carbonique un principe commun du programme énergétique africain Pour chacune de ces clés, la collaboration avec les organisations dédiées à la science et à la recherche appliquée sera essentielle.
  40. 40. 40 Les récentes données scientifiques laissent supposer des effets plus importants et moins prévisibles • La température annuelle moyenne augmentera de 2 à 4 °C dans la seconde moitié du siècle. • Les épisodes climatiques extrêmes gagneront en fréquence et en violence d’ici 2050. • La Banque mondiale a commandé une nouvelle étude phare sur le réchauffement de 4 °C : – L’Afrique se démarque par sa vulnérabilité. L’agriculture ne sera plus viable dans les régions les plus arides. Source : 4e rapport d’évaluation du GIEC
  41. 41. 41 Nourrir la résilience des terres arides § Les effets des chocs climatiques dans les régions arides ne cessent de s’amplifier. § Plus de 2 M de personnes touchées : de 20 % des gens (années 1970) à 90 % (années 2000). § À la vulnérabilité s’ajoute la dégradation des terres. § Le PIB agricole de l’Afrique s’érode de 3 % par an (l’équivalent de 9 G $US), en raison des pertes en sol et en nutriments. § La pauvreté et les pertes de revenus exacerbent les conflits sociaux. Source : UNEP/ISRIC,Global Assessment of Human-induced Soil Degradation (GLASOD), 1990.
  42. 42. 42 Le temps d’agir : Que fait le Groupe de la Banque mondiale?
  43. 43. 43 Le GBM peut créer de la valeur par ses mesures de financement SFmulaFon des 43 MobilisaFon de ressources Aide financière novatrice assortie de conditions pour éviter la fragmentation ü 7,6 G$ versé au Fonds d’investissement pour le climat (FIC) Accès au financement pour le climat (p. ex. finance carbone, FIC, FEM, Protocole de Montréal, fonds bilatéraux) ü 1 G$ annuellement pour les exercices 2012 et 2013 (BM) ü 126 M$ pour l’exercice 2013 (FIC) Marché des capitaux et investisseurs ü $4 G$ en obligations vertes de la BM ü 2,2 G$ en obligations vertes de l’IFC ü 347 M$ en dans le fonds Catalyst IFC (l’un de ses six fonds sous gestion) Renforcement des préparaFfs Programmes politiques et institutionnels ü 4,8 G$ pour les activités entourant la politique de développement de la BM pour les exercices 2011 à 2013 ü Dépenses publiques pour le climat et examens institutionnels au Maroc, aux Philippines et au Vietnam Nouveaux instruments en préparation ü 260 M$, 36 pays participants au Fonds de partenariat pour le carbone forestier ü 120 M$, 16 pays participants au Partenariat pour le développement des marchés Projets et programmes admissibles à un concours bancaire ü ESMAP, FIC marchés Étendre la portée et le champ d’application des marchés du carbone ü 3,4 G$ dans 15 fonds et services de la BM ü Soutien de 150 projets dans 65 pays pour une réduction de 181 M tonnes Mise à l’essai de méthodes axées sur rendement Produits et services-conseils novateurs en financement de la gestion du risque de catastrophe ü 24 gouvernements couverts par les opérations de la BM depuis 2005 ü 1 M de fermiers et d’éleveurs bénéficient des projets du GBM Déploiement de Finance climat Actions de Finance climat ü Prêts annuel de la BM de 5,9 à 10,2 G$ depuis 2011, soit 20-30 % des engagements ü 2,5 G$ pour l’atténuation versés à l’IFC pour l’exercice 2013 (14 % des engagements), soit une augmentation de 50 % rapport à 2012 ü 1 G$ en nouvelles garanties sur les mesures d’atténuation pour l’exercice 2013 versés à MIGA Mesures et instruments à effet de levier (p. ex., atténuation du risque, réformes politiques et institut., renforcement des capacités) ü 3-6 fois pour produits aux conditions du marché ü 5 fois pour garanties commerciales ü > 8-15 fois pour aide financière assortie de conditions
  44. 44. 44 Financer la luNe au changement clima0que Répondre à la demande des pays pauvres Analyse • Concilier le climat et la ges0on du risque de catastrophe dans une analyse des défis et des priorités des pays en développement • Examiner les interven0ons à long et à court terme de luNe au changement clima0que et de ges0on du risque de catastrophe • Trouver et perfec0onner les données, les ou0ls et les ressources nécessaires Mesure • Réunir et exploiter les subven0ons et les crédits offerts par les donateurs bilatéraux • Encourager les interven0ons sélec0ves à l’ini0a0ve du secteur privé • Soutenir la mise en oeuvre • Encadrer le suivi et l’évalua0on pour mesurer les résultats Planif. • Épauler les pays dans la prépara0on de plans et d’inves0ssements en luNe au changement clima0que et en ges0on du risque de catastrophe • Élaborer et appliquer une poli0que de résultats durables • MeNre en place des mécanismes de coordina0on ins0tu0onnelle mul0sectorielle 44
  45. 45. 45 Mobilisa0on adéquate de la finance climat CLIMATE INVESTMENT FUNDS (CIF) $7.6 BILLION 5,2 G$ 1,3 G$ 639 M$ 505 M$ 16 plans d’investissement participant au FTP Chili Colombie Égypte Inde Indonésie Kazakhstan Mexique Maroc Nigeria Philippines Afrique du Sud Thaïlande Turquie Ukraine Vietnam Moyen-Orient et Nord de l’Afrique (Égypte, Jordanie, Maroc et Tunisie) Intégration de la résilience aux chocs climatiques dans la planification et la mise en oeuvre du développement 11 PPRCC Bangladesh Bolivie Cambodge Mozambique Népal Niger Tadjikistan Yémen Zambie Antilles (Dominique, Grenade, Haïti, Jamaïque, Ste--Lucie, St-Vincent et les Grenadines) Îles du Pacifique (Papouasie- Nouvelle-Guinée, Samoa, Tonga) Réduction des émissions découlant de la déforestation et de la dégradation des forêts, gestion durable des ressources forestières et augmentation des réserves de carbone forestier 8 pilotes du PIF Brésil Burkina Faso RD Congo Ghana Indonésie Laos Mexique Pérou Démonstration de la viabilité économique, sociale et environnementale du développement à faible intensité de carbone du secteur énergétique des pays à faible revenu 8 pilotes SREP Éthiopie Honduras Kenya Liberia Maldives Mali Népal Tanzanie FONDS STRATÉGIQUE POUR LE CLIMAT (FSC) 2,4 G$ Démonstration, déploiement et transfert de technologies à faible intensité de carbone et de moyens de transport propres à grande échelle et visant d’ambitieux objectifs 45
  46. 46. 46 Croissante verte : harmonisa0on des besoins na0onaux et mondiaux World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG • Le partage des richesses et des efforts de réduc0on de la pauvreté s’appuie sur la croissance soutenue et inclusive. • Les sources d’inefficacité de nos économies recèlent des occasions de croissance rapide et plus respectueuse de l’environnement. • La priorité est accordée aux mesures profitables localement et sur-­‐le-­‐ champ, par exemple : Ø Ges0on rigoureuse des ressources naturelles pour la prospérité et la résilience : Amazonie brésilienne (bourse verte), Chine (plateau de Loess), Éthiopie Ø Transport urbain pour accroître la produc0vité et améliorer la santé publique : réseau de transport en commun rapide au Brésil, au Chili, au Mexique, en Inde, en Chine et, depuis peu, en Afrique du Sud, en Tanzanie, en Ouganda… Ø Énergie renouvelable pour réduire la dépendance aux importa0ons : produc0on d’hydroélectricité en Afrique et en Inde • Il faut prévenir la dépendance et les conséquences irréversibles, par exemple : Ø Aménagement urbain – L’empreinte des villes chinoises grandit plus vite que la popula0on
  47. 47. 47 Établir le prix juste : créa0on d’un marché du carbone • Consensus autour de cette nécessité • Mécanisme Méthode pragmatique : tous les moyens pouvant être adoptés (taxe ou système de plafond-échange World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG de droits d’émission) • Fixation des prix Ø Coût social du carbone : suivre l’idéal économique qui consiste à fixer un prix équivalant aux effets externes. Or la modélisation révèle que le coût social du carbone fluctue en fonction du taux de réduction choisi et, par conséquent, que le prix d’une tonne de carbone varie de nul à 300 $, même sans tenir compte de plusieurs processus et impacts cruciaux. Ø Scénario d’un réchauffement de 2 °C : suivre la méthode pragmatique et déterminer ce qu’il faut pour redresser la situation. Selon les estimations raisonnables, le prix de la tonne de carbone pourrait varier de 20 $ à 80 $ d’ici 2020 et croître au fil du temps. • Bénéfices Toujours le pragmatisme : assouplir l’économie politique, amortir les chocs de la hausse des prix du carbone et resserrer les normes et les règles.
  48. 48. 48 Établir le juste prix : créa0on d’une poli0que commerciale et d’instruments économiques Le partenariat pour le développement des marchés du carbone de la Banque mondiale (PMR) appuie les efforts de 16 pays émergents pour la conception et l’application d’une approche de marché, d’une taxe sur le carbone et d’autres instruments d’atténuation rentables afin d’atteindre leurs propres objectifs de lutte au changement climatique. Par exemple : World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG • Mécanismes d’échange de droits d’émission à l’échelle na0onale – Chine, Kazakhstan, Chili (pilotage d’un programme d’échange de droits d’émission dans le secteur énergé0que) et Corée du Sud • Taxes sur le carbone – Afrique du Sud et Mexique (crédits compensatoires), Colombie (analyse des répercussions) • Programme de crédits propor0onnels aux émissions (industrie, énergie, ges0on des déchets, transports) – Mexique, Pérou, Maroc, Jordanie, Vietnam, Colombie, Indonésie • Mécanismes na0onaux de crédits compensatoires – Costa Rica, Inde, Indonésie, Chine, Mexique, Corée du Sud, Thaïlande • Programme d’économie d’énergie (transi0on vers le programme na0onal d’échange de droits d’émission) – Thaïlande • Phase préparatoire – Brésil, Inde (ges0on des données), Turquie (MRV)
  49. 49. • Le GBM étudie différentes manières d’établir le signal de prix et la portée d’un marché mondial du carbone dans le contexte de marchés hétérogènes ascendants. • Cette architecture s’ajouterait au Partenariat pour le développement des marchés du carbone et s’appuierait notamment les éléments suivants : des autorités nationales, les banques nationales ou régionales afin de prévenir les fortes fluctuations de prix. La Banque mondiale du carbone pourrait fixer le taux de change en fonction de son propre taux et de celui de chaque banque du carbone 49 Établir le juste prix : réseau mondial des marchés du carbone – une approche axée sur le risque pour fixer la valeur des crédits de carbone assortis aux mesures d’atténuation du changement climatique dans l’ensemble des marchés – une Banque mondiale du carbone pouvant soutenir, au besoin et à la demande – une plateforme d’accords transfrontaliers pour suivre les échanges et les avoirs World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG transfrontaliers • Nous poursuivons les consultations auprès des : – décideurs d’Europe, d’Amérique du Sud et d’Asie – organisations internationales (ADB, EC, KfW et UNFCCC) – États non souverains (Californie et Québec) – chefs de file des secteurs industriels (par l’intermédiaire de l’IETA et CMIA) • Nous publierons sous peu le rapport de la récente rencontre à Paris.
  50. 50. Créa0on d’un ensemble complémentaire de poli0ques • Les mécanismes de fixation des prix du carbone politiquement possibles fonctionneront dans plusieurs secteurs, mais ils ne provoqueront pas de changements suffisants dans tous les secteurs en raison : – de certains comportements et du manque de marchés; – des besoins de technologies radicalement nouvelles et de transfert de connaissances; – de l’horizon de placement à long terme des investissements en immobilisation et en infrastructure • Il est possible d’assortir à la politique de fixation des prix du carbone des instruments d’investissement direct, par exemple : – subventions à l’investissement ou frais d’investissement semblable aux instruments déjà en place 50 de luNe au changement clima0que • Objectif à long terme : la carboneutralité. Celle-ci nécessite un virage technologique et une transformation en profondeur des modèles d’investissement dans plusieurs secteurs (production d’électricité, transports publics, etc.) et le manque de fiabilité du signal de prix du carbone à long terme. pour les automobiles ou des prêts spéciaux pour l’investissement en efficacité énergétique; – normes de rendement, sur le modèle de la CAFE, et autres normes de construction et de World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG fabrication d’électroménagers. • Ce type d’instruments d’investissement oriente les investissements privés vers les technologies d’efficacité énergétique et la recherche et le développement. • Un ensemble complet de politiques de lutte au changement climatique doit comporter des instruments compensatoires pour les secteurs et les travailleurs qui seront désavantagés durant la transition (p. ex., les secteurs énergivores) sous forme notamment d’aide au transfert de technologie et à la rétention des effectifs.
  51. 51. 51 Établir le juste prix : réforme des programmes de subven0on rela0fs aux combus0bles fossiles • Un immense gaspillage de ressources… - Quelque 500 G$ de subventions directes chaque année - Sans compter les impôts non payés et les subventions versées aux producteurs • Cette situation crée un biais en faveur des combustibles fossiles • En plus d’être très inéquitable : - Dans les pays à faible revenu et les pays à revenu intermédiaire, en moyenne, les subventions aux produits du pétrole bénéficient six fois plus au cinquième des ménages les plus riches qu’au cinquième des ménages les plus pauvres. • La mise en oeuvre des réformes est ardue : - Intérêts particuliers: avantages peu évidents et coûts immédiats World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG • Mais pas impossible : - Le FMI a examiné 21 réformes touchant le carburant et le charbon : six avaient réussi et 11 avaient eu un succès partiel (p. ex., réduction considérable des subventions) - Exemples de réussites : Turquie, Brésil, Chili, Philippines, Afrique du Sud • Clé du succès : volonté et moyens politiques, saine gestion de la politique économique, compensation des perdants (Iran)…
  52. 52. 364 G$ versés à la lutte au réchauffement climatique en 2011 171 G$ en provenance des pays en développement 52 Ayrer les capitaux : des besoins en milliers de milliards de dollars Changement de modèle : puiser où se trouvent les fonds • 17 000 G$ placés dans des comptes d’épargne – en tout temps World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG • 7 700 G$ en revenu na0onal dans les pays en développement • 800 milliards $ en IDE versé aux pays en développement en 2014 • 80 milliards $ d’aide privée en 2010 – croissance con0nue • 12-­‐15 milliards $ d’aide condi0onnelle versée par les pays émergents aux pays à faible revenu en 2011 • 128 milliards $ en APD en 2012 – un recul de 6 % par rapport à 2009 • 1 300 G$ nécessaires annuellement jusqu’en 2020 pour renforcer la résistance aux chocs clima0ques et construire l’infrastructure à faible émission de carbone Penser autrement : soyons plus futés • Financement de la lutte au changement climatique inadéquat et insuffisant • Avantages du pouvoir catalyseur du financement : il est impératif d’investir mieux et plus efficacement • Présence indispensable d’institutions saines et de politiques ciblées et fondées sur des données factuelles Utilisation optimale des revenus nationaux • Règles et normes, taxes, réformes des programmes de subventions Essor du secteur privé • Mise en oeuvre de politiques et d’un cadre réglementaire solide pour faciliter l’accès au financement Exploitation du financement privé externe • Innovation, obligations, fonds verticaux, marchés du carbone
  53. 53. • Les obligations vertes gagnent en popularité en raison de leur grande liquidité et de leur fonctionnement tout simple. Ces instruments 53 Ayrer les capitaux : les obliga0ons vertes constituent des placements intéressants en plus d’offrir la possibilité de participer au financement de projets de lutte au changement climatique. - HSBC estime à 11,4 G$ la valeur totale des obligations émises en 2013, par rapport au marché obligataire mondial qui vaut environ World Bank Group Address Line 1 Address Line 1 City ABC State DEFG 80 000 G$. • En janvier, 13 banques d’investissement ont lancé les Principes sur les obligations vertes, définissant un cadre de nomination, divulgation, gestion et notification en la matière. - Processus privilégiant l’utilité du financement d’actifs écologiques et non les activités commerciales. • À Davos, en janvier 2014, le président du GBM, Jim Kim, a insisté sur l’importance de maintenir la forte croissance des obligations. - Leur valeur ayant presque doublé pour atteindre les 20 G$ en sept. 2014 devrait totaliser 50 G$ d’ici la conférence de Paris (COP21) en déc. 2015. • Cette situation a provoqué un regain d’intérêt parmi les émetteurs potentiels. - Selon les données sur le marché, les résultats excéderont ses attentes. Les prévisions actuelles laissent présager un gain de 25 G$ en 2014 et le dépassement du cap des 50 G$ en 2015. - Nous anticipons la diversification des émetteurs, de nouvelles modalités de prêts et l’augmentation de l’offre de services des fournisseurs. - Pour l’instant, la plupart des obligations émises proviennent de l’Amérique du Nord, de l’Europe et de l’Australie. • Les obligations vertes mettront à la disposition des investisseurs et des émetteurs (des secteurs public et privé) de nouvelles sources de capitaux pour s’attaquer aux émissions de carbone. • Elles présentent un potentiel de pénétration supérieur à tout autre produit de placement. - À échelle suffisamment grande, les obligations finissent par s’intégrer aux indices boursiers et, par conséquent, à devenir accessibles aux investisseurs non qualifiés. - La poursuite d’émissions modèles (petite échelle) est essentielle avant d’entreprendre l'expansion vers les investisseurs passifs. • Le rôle du GBM consiste à favoriser le développement. - Poursuivre l’émission d’obligations selon les Principes sur les obligations vertes. - Épauler l’émission d’obligation des secteurs public et privé des pays émergents. Le GBM reçoit fréquemment des demandes d’aide de la part d’émetteurs potentiels pour la création de leurs programmes ou de la part de fournisseurs de services qui souhaitent offrir ces titres à leurs clients. - Il est impératif de préserver l’intégrité de cette toute récente catégorie d’actifs. Nous devons servir d’intermédiaires entre les investisseurs et les acteurs du changement climatique puisque nous faisons partie de ces deux groupes.
  54. 54. 54 Communication de l’information aux personnes vulnérables et aux populations locales : les défis
  55. 55. 55 Changement climatique et communication • Transmission de l’information sur le changement climatique : Ø aux sceptiques Ø aux scientifiques et aux universitaires • Traitement du message : l’importance du cadre et du pouvoir médiatique • Recours aux médias sociaux pour communiquer l’information sur le changement climatique • Sondages périodiques • Gestion du risque entourant la communication : discours sur le changement climatique en science, en politique et dans les médias de masse
  56. 56. Sec0on IV. Opportuni0es for growth and climate ac0on 56 Mozambique Conclusion « Si l’on ne fait pas face aux menaces du changement climatique, on ne mettra pas fin à la pauvreté. » -Jim Yong Kim, juin 2013

×