SlideShare une entreprise Scribd logo

Mythes contemporains - LES VETEMENTS

Pourquoi portons-nous des vêtements ?

1  sur  9
Télécharger pour lire hors ligne
Mythes contemporains
LES VÊTEMENTS
Visuel : Publicité Jil Sander Navy Automne 2011
Elodie MARTEAU - 4ème Année International Marketing 3
Les	
   mythes	
   -­‐contemporains	
   ou	
   an2ques-­‐	
   sont	
   des	
   récits	
   collec2fs	
   créés	
   et	
   partagés	
   par	
   les	
  
Hommes	
  afin	
  d’expliquer	
  et	
  comprendre	
  des	
  situa2ons	
  qui	
  les	
  dépassent.	
  Ces	
  histoires,	
  d’abord	
  
transmises	
  de	
  façon	
  orale,	
  proposent	
  une	
  démonstra2on	
  d’un	
  phénomène	
  ainsi	
  qu’une	
  meilleure	
  
connaissance	
  de	
  nous-­‐même.	
   Contrairement	
   à	
  la	
  tendance	
  naturelle	
   du	
   monde	
   à	
  évoluer	
   de	
  
l’ordre	
  vers	
  le	
  désordre,	
  le	
  mythe	
  emprunte	
  le	
  chemin	
  inverse	
  en	
  proposant	
  une	
  restructura2on	
  
du	
  chaos.	
  Avec	
  les	
  mythes,	
  les	
  Hommes	
  comprennent	
  et	
  apprennent.	
  
L’usage	
  des	
  mythes	
  et	
  leur	
  popularité	
  varient	
  en	
  fonc2on	
  des	
  époques.	
  Un	
  même	
  récit	
  peut	
  être	
  
dormant	
   un	
  temps	
  puis	
  devenir	
   ac2f,	
   et	
   inversement.	
   En	
  revanche,	
   quelques	
  mythes	
  ne	
  nous	
  
quiIent	
  jamais.	
  Certains	
  évoluent	
  même	
  sur	
  nous	
  puisque	
  nous	
  les	
  portons	
  quo2diennement.	
  
Les	
  vêtements	
  sont	
  en	
  effet	
  des	
  objets	
  mythiques	
  dont	
  nous	
  nous	
  séparons	
  que	
  très	
  rarement.	
  
L’Homme	
  est	
  la	
  seule	
  espèce	
  animale	
  à	
  naitre	
  avec	
  un	
  corps	
  qui	
  ne	
  soit	
  pas	
  doté	
  de	
  protec2on.	
  Le	
  
philosophe	
  français	
  Jacques	
  Lacan	
  s’est	
  intéressé	
  au	
  moment	
  où	
  l’être	
  humain	
  perd	
  sa	
  première	
  
‘barrière’	
  naturelle.	
  Selon	
  lui,	
  la	
  naissance	
  ne	
  représente	
  pas	
  l’instant	
  de	
  sépara2on	
  entre	
  la	
  mère	
  
et	
  l’enfant	
  mais	
  celle	
  de	
  l’enfant	
  et	
  du	
  placenta.	
  L’Homme	
  nait	
  avec	
  un	
  cops	
  nu.
Les	
  êtres	
  humains	
  vivant	
  en	
  société	
  se	
  sont	
  appropriés	
  l’usage	
  des	
  vêtements,	
  objets	
  du	
  quo2dien	
  
dont	
  l’existence	
  est	
  parlante.	
  Comme	
  les	
  mythes,	
  les	
  habits	
  agissent	
  en	
  tant	
  que	
  parole	
  et	
  système	
  
sémiologique	
  où	
  la	
  lecture	
  de	
  la	
  forme	
  amène	
  au	
  déchiffrement	
  du	
  signifié.
A	
  par2r	
  de	
  ceIe	
  observa2on,	
  une	
  seule	
  et	
  unique	
  ques2on	
  semble	
  surgir	
  naturellement	
  :
POURQUOI PORTONS-NOUS DES VÊTEMENTS ?
	
  
Pour	
  y	
  répondre	
  et	
  traiter	
  ce	
  mythe	
  sous	
  tous	
  ces	
  aspects,	
  il	
  faudra	
  d’abord	
  comprendre	
  la	
  rela2on	
  
in2me	
  que	
  nous	
  entretenons	
  avec	
  les	
  vêtements,	
  celle	
  entre	
  le	
  corps	
  humain	
  et	
   l’objet.	
   Nous	
  
élargirons	
  notre	
  cadre	
  d’étude	
  en	
  considérant	
  la	
  façon	
  dont	
  l’habit	
  interagit	
  avec	
  la	
  société.	
  Enfin,	
  
nous	
  nous	
  recentrerons	
  sur	
  l’objet,	
  le	
  vêtement	
  et	
  ses	
  pouvoirs	
  intrinsèques.	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  	
  
En	
  tant	
   que	
  créature	
  ra2onnelle,	
   si	
  l’Homme	
  porte	
  des	
  vêtements	
  c’est	
   qu’il	
  y	
   trouve	
  une	
  ou	
  
plusieurs	
  fonc2ons	
  qu’il	
  s’est	
  approprié.	
  
Comme	
  nous	
  l’avons	
  évoqué	
  à	
  l’instant,	
  l’être	
  humain	
  qui	
  nait	
  quiIe	
  le	
  placenta	
  et	
  est	
  exposé	
  aux	
  
agressions	
  du	
  monde	
  extérieur.	
  La	
  protec7on	
  devient	
  un	
  besoin	
  primaire	
  pour	
  assurer	
  la	
  survie	
  de	
  
l’espèce	
  humaine.	
  
CeIe	
  fonc2on	
  se	
  retrouve	
  dans	
  l'étymologie	
  du	
  mot	
  «vêtement»	
  qui	
  désigne	
  dès	
  le	
  Xè	
  siècle	
  «tout	
  
ce	
  qui	
  sert	
  à	
  protéger	
  le	
  corps,	
  à	
  le	
  couvrir».	
  Les	
  habits	
  agissent	
  dans	
  ce	
  cas	
  comme	
  une	
  nouvelle	
  
couverture,	
  un	
  bouclier	
  du	
  corps	
  humain	
  en	
  remplacement	
  du	
  placenta.	
  Ils	
  sont	
  alors	
  une	
  seconde	
  
peau	
  qui	
  vient	
  compléter	
   notre	
  corps,	
   insuffisant.	
   Ce	
  rôle	
  du	
  vêtement	
  n’est	
   pas	
  contemporain	
  
puisque	
  déjà	
  les	
  Hommes	
  primi2fs	
  assuraient	
  leur	
  survie	
  en	
  portant	
  les	
  peaux	
  des	
  animaux	
  tués.	
  
S’ajoute	
   à	
  cela	
   le	
   besoin	
   de	
   pudeur	
   que	
   les	
  êtres	
   humains	
   éprouvent	
   afin	
   de	
   cacher	
   toute	
  
connota2on	
  sexuelle	
  de	
  leur	
   corps.	
  Il	
  s’agit	
   d’un	
   concept	
   la2n	
  d’adop2on	
  d’un	
  comportement	
  
culturellement	
  approprié	
  et	
  accepté.	
  Une	
  exposi2on	
  du	
  corps	
  nu	
  au	
  public	
   est	
   synonyme	
  d’une	
  
révéla2on	
  sexuelle	
  du	
  corps.	
  Grâce	
  aux	
  vêtements,	
  le	
  corps	
  est	
  sujet,	
  et	
  non	
  objet.	
  CeIe	
  fonc2on	
  
n’est	
   cependant	
   pas	
   universelle	
   puisque	
   certaines	
   tribus	
   d’Hommes	
   modifient	
   leur	
   corps	
  
(scarifica2ons,	
  tatouages,	
  piercings)	
  plutôt	
  que	
  de	
  cacher	
  leurs	
  sexes.	
  
De	
   façon	
   contradictoire,	
   les	
   vêtements 	
   cachent	
   mais	
   révèlent	
   également	
   en	
   envoyant	
   des	
  
messages	
  sexuels.	
  Ils	
  ont	
  en	
  effet	
  un	
  pouvoir	
  et	
   une	
  fonc2on	
  de	
  séduc7on.	
  Freud	
  parle	
  de	
  «la	
  
charge	
  éro2que	
  des	
  vêtements»	
  qui	
  provient	
  selon	
  lui	
  de	
  la	
  possibilité	
  de	
  sugges2on	
  du	
  pénis.	
  Ce	
  
propos	
  s’illustre	
  tout	
   à	
  fait	
   dans	
  notre	
  monde	
  contemporain,	
  notamment	
  avec	
  l’exemple	
  de	
  la	
  
cravate	
  considérée	
  comme	
  un	
   symbole	
  de	
  pouvoir	
   de	
  par	
   sa	
  forme	
  phallique.	
   Les	
  vêtements	
  
répondent	
   à	
  la	
  fois	
  à	
  un	
   besoin	
   de	
  modes2e	
  et	
   d’exhibi2on	
   :	
   on	
  exhibe	
  le	
  corps	
  tout	
   en	
   le	
  
couvrant.	
  
Les	
  trois	
  fonc2ons	
  précédemment	
  citées	
  (protec2on,	
  pudeur,	
  séduc2on)	
  répondent	
  à	
  des	
  besoins	
  
anthropologiques	
  puisqu’elles	
  sont	
  étroitement	
  liées	
  avec	
  le	
  corps	
  humain.	
  
Une	
  quatrième	
  fonc2on	
  se	
  rapporte	
  à	
  la	
  société	
  et	
  se	
  rapproche	
  de	
  la	
  significa2on	
  étymologique	
  
du	
  verbe	
  «s’habiller»,	
  à	
  savoir	
  «se	
  préparer,	
  s’apprêter».	
  Les	
  vêtements	
  délivrent	
   des	
  messages	
  
sur	
   l’iden2té	
   et	
   la	
   personnalité	
   de	
   leurs	
   porteurs.	
   Ils	
   sont	
   alors	
   employés	
   comme	
   ou2l	
   de	
  
communica7on	
   visibles,	
  agissant	
  entre	
  notre	
  intériorité	
  et	
  la	
  société	
  qui	
  nous	
  entoure.	
  Le	
  corps	
  
est	
  ainsi	
  préparé,	
  apprêté	
  pour	
  être	
  révélé	
  à	
  la	
  face	
  du	
  monde.	
  
En	
  soi,	
  chaque	
  être	
  humain	
  portant	
  un	
  vêtement	
  reçoit	
  sa	
  prothèse	
  d’iden7té	
  pour	
  se	
  sen2r	
  enfin	
  
soi.	
  Le	
  vêtement	
   agit	
  comme	
  un	
  prolongement	
   du	
  corps	
  humain	
  ainsi	
  qu’une	
  projec2on	
  d’une	
  
intériorité.	
   L’Homme	
  nu	
  apparait	
   incomplet	
   sans	
  ceIe	
  protec2on	
  qui	
  le	
  cache,	
   le	
  révèle	
  et	
   le	
  
connecte	
  à	
  ses	
  semblables.	
  
La	
  dernière	
  fonc2on	
  du	
  vêtement	
  que	
  nous	
  avons	
  évoqué	
  -­‐l’habit	
  comme	
  ou2l	
  de	
  communica2on-­‐	
  
admet	
  une	
  connexion	
  entre	
  ce	
  que	
  nous	
  portons	
  et	
  la	
  société	
  dans	
  laquelle	
  nous	
  vivons.	
  Notre	
  
iden2té	
  est	
  construite	
  en	
  par2e	
  par	
   notre	
  environnement	
   social	
  et	
   nos	
  décisions	
  adaptées	
  en	
  
fonc2on.	
  L’individu	
  est	
  ce	
  qu’il	
  est	
  mais	
  aussi	
  ce	
  que	
  la	
  société	
  veut	
  qu’il	
  soit.	
  
CeIe	
   observa2on	
   nous	
   ramène	
  à	
   la	
  significa2on	
   du	
   verbe	
  «s’habiller»	
   que	
   nous	
  avons	
   déjà	
  
iden2fié	
  -­‐«se	
  préparer,	
  s’apprêter»-­‐.	
  Il	
  parait	
  évident	
  que	
  le	
  fait	
  de	
  paraitre	
  nu	
  en	
  public	
  n’est	
  pas	
  
un	
  comportement	
  adapté	
  à	
  notre	
  vie	
  en	
  société.	
  De	
  plus,	
  la	
  nudité	
  est	
  l’illustra2on	
  la	
  plus	
  parlante	
  
des	
  racines	
  animales	
  de	
  l’Homme.	
  Le	
  vêtement	
  est	
  ce	
  qui	
  nous	
  permet	
  de	
  nous	
  préparer	
  pour	
  la	
  
vie	
  sociale,	
   de	
  façonner	
   notre	
  corps	
  avant	
  de	
  le	
  montrer	
   en	
  public.	
   Il	
  permet	
   de	
  répondre	
  au	
  
besoin	
  primaire	
  social	
  de	
  tout	
  individu	
  vivant	
  en	
  vie	
  collec2ve	
  organisée.	
  
Ainsi,	
  le	
  vêtement	
  agit	
  comme	
  une	
  barrière	
  entre	
  un	
   état	
  de	
  nature	
  et	
  la	
  vie	
  en	
  communauté.	
  
L’anthropologiste	
  Mary	
   Douglas	
  dis2ngue	
  le	
  corps	
  physique	
  apparenté	
  à	
  l’état	
  de	
  nature	
  ini2al	
  
des	
  êtres	
  humains	
  du	
  corps	
  social,	
  transformé	
  par	
  la	
  culture,	
  la	
  morale	
  et	
  les	
  lois	
  sociales.	
  CeIe	
  
observa2on	
  est	
  reprise	
  par	
  Claude	
  Lévi-­‐Strauss	
  qui	
  2tre	
  Le	
  cru	
  et	
  le	
  cuit,	
  l’un	
  des	
  volumes	
  de	
  sa	
  
série	
   Mythologiques.	
   Les	
   vêtements	
   par2cipent	
   au	
   façonnage	
   du	
   corps	
   social	
   ou	
   corps	
  cuit	
  
puisqu’ils	
  sont	
  portés	
  selon	
  les	
  convenances	
  sociales.	
  
Ce	
  besoin	
  de	
  paraitre	
  ‘comme	
  il	
  faut’	
  en	
  société	
  provient	
  de	
  la	
  nature	
  dualiste	
  des	
  Hommes.	
  D’un	
  
côté	
  les	
  êtres	
  humains	
  tendent	
   vers	
  l’uniformité	
   dans	
  un	
  soucis	
  d’adapta2on,	
   et	
   de	
  l’autre	
  ils	
  
aspirent	
   à	
  une	
  individualité	
   permeIant	
   l’expression	
  d’un	
   soi	
  unique.	
   Ce	
   contraste	
  naturel	
  se	
  
retrouve	
   dans	
   l’essence	
   même	
   de	
   notre	
   humanité	
   :	
   nous	
   sommes	
   biologiquement	
   faits	
   de	
  
caractères	
  héréditaires,	
  mais	
  qui	
  peuvent	
  varier	
  selon	
  notre	
  environnement.	
  
Ainsi,	
   les	
  vêtements	
   deviennent	
   l’objet	
   d’un	
   phénomène	
   d’imita2on.	
   L’Homme	
   n’est	
   sa2sfait	
  
qu’en	
  étant	
  (r)assuré	
  de	
  n’être	
  pas	
  seul,	
  isolé	
  dans	
  ses	
  ac2ons.	
  D’ailleurs,	
  un	
  individu	
  n’est	
  autre	
  
qu’un	
  élément	
  d’un	
  groupe.	
  Le	
  philosophe	
  et	
  sociologue	
  allemand	
  Georg	
  Simmel	
  s’est	
  intéressé	
  à	
  
ce	
  phénomène	
   d’imita2on	
  dans	
  son	
  essai	
  Fashion.	
   Il	
  a	
  établi	
  un	
   système	
  démontrant	
   qu’une	
  
tendance	
  est	
   d’abord	
  ini2ée	
  par	
   une	
  élite.	
   Dès	
  lors	
  que	
   celle-­‐ci	
  est	
   copiée	
   par	
   le	
  plus	
  grand	
  
nombre,	
  l’élite	
  l’abandonne	
  et	
   en	
  crée	
  une	
  nouvelle.	
  Ce	
  processus	
  de	
  diffusion	
  d’une	
  façon	
  de	
  
faire	
  dans	
  la	
  société	
  parait	
  assurer	
  l’uniformité	
  des	
  êtres	
  qui	
  la	
  cons2tue.	
  Cependant,	
  le	
  principe	
  
d’imita2on	
  est	
  responsable	
  d’une	
  situa2on	
  de	
  ségréga2on	
  puisqu’il	
  y	
   a	
  une	
  sépara2on	
  entre	
  les	
  
ini2ateurs	
  et	
  les	
  imitateurs.	
  
Dans	
  notre	
  monde	
  contemporain	
  la	
  diffusion	
  des	
  tendances	
  ves2mentaires	
  ne	
  suit	
  pas	
  forcément	
  
le	
  schéma	
  de	
  Simmel.	
  Il	
  arrive	
  maintenant	
  qu’une	
  tendance	
  émerge	
  des	
  masses	
  pour	
  aIeindre	
  les	
  
élites	
  -­‐par	
  exemple,	
  Michelle	
  Obama	
  qui	
  apparait	
  à	
  des	
  cérémonies	
  officielles	
  vêtue	
  d’H&M-­‐.	
  
Les	
  convenances	
  sociales,	
  elles	
  aussi,	
  ne	
  sont	
  pas	
  figées	
  dans	
  le	
  temps	
  puisque	
  la	
  société	
  évolue.	
  
Les	
  vêtements	
  s’adaptent	
  selon	
  ces	
  changements	
  et	
  con2nuent	
  de	
  refléter	
  les	
  Hommes	
  de	
  leurs	
  
époques.	
   Ils	
   portent	
   même	
   les	
  messages	
   des	
   généra2ons	
  qui	
  se	
   succèdent.	
   Pour	
   preuve,	
   la	
  
dernière	
   contre-­‐culture	
   en	
   date,	
   le	
   mouvement	
   Punk	
   s’est	
   illustrée	
   à	
   travers	
   ses	
   tenues	
  
ves2mentaires.	
  Vivienne	
  Westwood	
  a	
  d’ailleurs	
  ouvert	
  la	
  bou2que	
  Sex	
  à	
  Londres	
  en	
  1974	
  afin	
  de	
  
vendre	
  des	
  vêtements	
  brisant	
  tous	
  les	
  tabous	
  sociaux.	
  Les	
  images	
  pornographiques	
  arborées	
  sur	
  
les	
  habits	
  étaient	
  un	
  moyen	
  d’aller	
  contre	
  la	
  fausse	
  modes2e	
  de	
  la	
  société	
  et	
  le	
  besoin	
  d’imita2on	
  
des	
  masses.	
  
Les	
  tenues	
  ves2mentaires	
  fonc2onnent	
   avec	
   la	
  société	
  qui	
  les	
  porte	
  comme	
  une	
  syntaxe.	
   Les	
  
vêtements	
  sont	
  alors	
  des	
  éléments	
  gorgés	
  de	
  sens	
  social.	
  
Il	
  semble	
  alors	
  que	
  les	
  habits	
  ont	
  des	
  sortes	
  de	
  pouvoirs	
  (anthropologiques	
  et	
  sociaux)	
  qui	
  vont	
  au-­‐
delà	
   du	
   caractère	
   physique	
   de	
   l’objet.	
   Les	
   signaux	
   qu’ils	
   envoient	
   sont	
   en	
   effet	
   liés	
   à	
   une	
  
dimension	
  symbolique	
  et	
  non	
  à	
  leur	
  apparence	
  physique.	
  Ils	
  agissent	
  comme	
  des	
  enveloppes	
  dont	
  
le	
  contenu	
  est	
  façonné	
  par	
  l’Homme.	
  
En	
  réalité	
  les	
  vêtements	
  sont	
   des	
  fé7ches.	
  Ce	
  mot	
   provenant	
   du	
  portugais	
  fei7ço	
   désigne	
  des	
  
objets	
  qui	
  résultent	
  d’une	
  modifica2on	
  spirituelle	
  par	
  l’Homme.	
  CeIe	
  no2on	
  est	
  liée	
  à	
  l'animisme	
  
qui	
  croit	
   en	
  la	
  présence	
  d’esprits	
  contrôlant	
   notre	
  environnement.	
   Dans	
  le	
  cas	
  du	
  fé2chisme	
  il	
  
s’agit	
  de	
  forces	
  supérieures	
  résidant	
  dans	
  les	
  objets,	
  comme	
  les	
  vêtements.	
  
CeIe	
  croyance	
  peut	
  même	
  aller	
  au-­‐delà	
  et	
  relever	
  du	
  totémisme.	
  Des	
  clans	
  ou	
  tribus	
  d’Hommes	
  
se	
   rassemblent	
   alors	
   autour	
   d’un	
   objet	
   considéré	
   comme	
   totem,	
   symbole	
   du	
   groupe.	
   Les	
  
vêtements	
  peuvent	
  toucher	
  du	
  doigt	
  ce	
  rôle.	
  Le	
  sociologue	
  Michel	
  Maffesoli	
  évoque	
  une	
  situa2on	
  
de	
   néotribalisme	
   pour	
   décrire	
   la	
   société	
   contemporaine.	
   Les	
   êtres	
   humains	
   se	
   rassemblent	
  
naturellement	
  en	
  groupes	
  partageant	
  les	
  mêmes	
  valeurs	
  pour	
  former	
  une	
  version	
  moderne	
  de	
  la	
  
tribu.	
  Les	
  habits	
  des	
  membres	
  d’un	
  clan	
  sont	
  naturellement	
   coordonnés	
  selon	
  leurs	
  croyances	
  
partagées.	
  D’ailleurs,	
  ce	
  n’est	
  pas	
  un	
  hasard	
  si	
  la	
  maison	
  française	
  de	
  mode	
  Kenzo	
  vient	
  de	
  sor2r	
  
un	
  parfum	
  appelé	
  Totem	
  !
Pour	
  comprendre	
  l’u2lisa2on	
  d’objets	
  tels	
  que	
  les	
  vêtements	
  comme	
  des	
  fé2ches,	
  rappelons-­‐nous	
  
que	
  l’être	
  humain	
  nait	
  dans	
  un	
  état	
  de	
  servitude.	
  C’est	
  le	
  cordon	
  ombilicale	
  dont	
  il	
  est	
  dépendant	
  
qui	
  lui	
  apporte	
  dans	
  un	
  premier	
  temps	
  toute	
  sa	
  vitalité.	
  La	
  sépara2on	
  du	
  bébé	
  avec	
  le	
  cordon	
  est	
  
vécue	
  inconsciemment	
  comme	
  une	
  véritable	
  perte	
  et	
  crée	
  une	
  certaine	
  anxiété	
  face	
  à	
  la	
  vie.	
  Les	
  
Hommes	
   se	
   reposent	
   naturellement	
   sur	
   les	
   objets	
   les	
   plus	
   proches,	
   comme	
   les	
   vêtements,	
  
auxquels	
  ils	
  accordent	
  une	
  dimension	
  supérieure.
Les	
  fé2ches	
  permeIent	
  ainsi	
  une	
  valorisa2on	
  des	
  individus	
  grâce	
  à	
  la	
  projec2on	
  de	
  valeurs.	
  L’acte	
  
de	
  s’habiller,	
  de	
  se	
  couvrir	
   de	
  vêtements,	
   répond	
  à	
  ceIe	
  logique.	
   Comme	
  nous	
  le	
  savons,	
   les	
  
talons	
  hauts	
  par	
  exemple	
  donnent	
  de	
  l’assurance	
  aux	
  femmes	
  qui	
  les	
  portent	
  :	
  «Donnez	
  à	
  une	
  
femme	
  les	
  bonnes	
  chaussures,	
  et	
  elle	
  pourra	
  conquérir	
  le	
  monde»	
  disait	
  Marylin	
  Monroe,	
  figure	
  
mythique	
   du	
   glamour	
   féminin.	
   Quant	
   aux	
   hommes,	
   le	
   port	
   d’un	
   costume	
   leur	
   procure	
   un	
  
sen2ment	
  de	
  pouvoir.	
  
Si	
  les	
  vêtements	
  fonc2onnent	
  comme	
  des	
  objets	
  magiques,	
  il	
  ne	
  faut	
  pas	
  perdre	
  de	
  vue	
  qu’ils	
  sont	
  
un	
  mythes	
  contemporains.	
  Or,	
  les	
  récits	
  mythiques	
  ont	
  pour	
  but	
  de	
  dompter	
  les	
  peurs	
  qui	
  les	
  ont	
  
inspirées.	
  Alors	
  les	
  habits	
  seraient	
  aussi	
  un	
  moyen	
  d’aller	
  contre	
  les	
  peurs	
  des	
  époques.	
  
Le	
  XXIè	
  siècle	
  a	
  débuté	
  dans	
  la	
  peur	
  et	
  le	
  terrorisme,	
  soit	
  un	
  sen2ment	
  d’insécurité;	
  l’anxiété	
  de	
  la	
  
vie	
  n’a	
  jamais	
  été	
  aussi	
  grande.	
  Plus	
  que	
  jamais	
  les	
  vêtements	
  et	
  les	
  marques	
  que	
  nous	
  portons	
  
sont	
   des	
   fé2ches.	
   Ils	
   n’ont	
   pas	
   de	
   réelle	
   valeur	
   d’échange	
   en	
   soi	
   mais	
   plutôt	
   des	
   valeurs	
  
intrinsèques,	
  qu’elles	
  soient	
  sociales	
  ou	
  individuelles.	
  La	
  qualité	
  des	
  habits	
  ne	
  se	
  limite	
  plus	
  à	
  leur	
  
matérialité	
  et	
  gagne	
  en	
  immatérialité	
  en	
  s’adaptant	
  aux	
  désirs	
  du	
  porteur.	
  
Pour	
   preuve,	
   intéressons-­‐nous	
  à	
  une	
  peur	
   contemporaine	
  grandissante.	
   Dans	
  un	
  monde	
  où	
  la	
  
connexion	
   est	
   désormais	
  sans	
  fil	
  (en	
   référence	
   à	
  l’essai	
  Le	
   wifi	
   d’Alain	
   Mabanckou	
  dans	
  Les	
  
nouvelles	
  mythologies),	
  la	
  solitude	
  des	
  êtres	
  est	
  le	
  nouveau	
  mal	
  du	
  siècle.	
  Le	
  vêtement	
  de	
  demain	
  
sera	
   connecté,	
   hyper-­‐connecté	
   même,	
   pour	
   contrer	
   ceIe	
   angoisse	
   d’être	
   seul.	
   L’entreprise	
  
montante	
  CuteCircuit	
  développe	
  ainsi	
  des	
  ‘technologies	
  portables’	
  (wearable	
  technologies)	
  telle	
  
que	
  la	
  robe	
  TwiIer,	
  le	
  sac	
  miroir,	
  les	
  bornes	
  pailletées,	
  tous	
  hyper-­‐connectés	
  et	
  interac2fs.
Bien	
   sûre,	
   les	
  ac2vités	
  du	
  marke2ng	
   moderne	
  comme	
  la	
  publicité,	
   le	
  ‘branding’,	
   le	
  marke2ng	
  
émo2onnel,	
   etc.	
   sou2ennent	
   ceIe	
  nouvelle	
  force	
   des	
  vêtements	
  et	
   change	
  totalement	
   notre	
  
rela2on	
  à	
  l’objet.	
   Notre	
  (sur)consomma2on	
   se	
   base	
   de	
  plus	
  en	
   plus	
  sur	
   le	
  pouvoir	
   que	
  nous	
  
conférons	
  aux	
  fé2ches	
  ves2mentaires.	
  
Au	
  même	
  2tre	
  que	
  L’Odyssée	
  d’Ulysse,	
  les	
  contes	
  pour	
  enfants,	
  les	
  mythes	
  grecs	
  de	
  créa2on	
  ou	
  
encore	
  la	
  figure	
  du	
  super-­‐héros,	
  les	
  vêtements	
  sont	
   de	
  véritables	
  mythes	
  contemporains.	
   Leur	
  
existence	
  ne	
   se	
  limite	
   pas	
  à	
  celle	
  d’un	
  objet	
   sta2que	
  et	
   muet.	
   Les	
  fonc2ons	
  et	
   la	
  dimension	
  
symbolique	
  que	
  nous	
  leurs	
  accordons	
  leurs	
  permeIent	
   d’être	
  ce	
   qu’ils	
  sont,	
   au-­‐delà	
  de	
  leurs	
  
caractéris2ques	
  physiques.	
  
Nous	
  avons	
  vu	
  en	
  effet	
  que	
  le	
  port	
  d’habits	
  rempli	
  un	
  certain	
  nombre	
  de	
  rôles	
  primordiaux	
  dans 	
  la	
  
vie	
  de	
  tout	
  individu	
  civilisé,	
  à	
  savoir	
  une	
  protec2on	
  qui	
  couvre,	
  séduit	
  et	
  communique,	
  un	
  ou2l	
  
d’iden2fica2on	
  à	
  un	
  groupe	
  et	
  de	
  construc2on	
  d’une	
  iden2té,	
  ainsi	
  qu’un	
  fé2che	
  spirituel.	
  CeIe	
  
liste	
   d’u2lités	
   tangibles	
   et	
   intangibles	
   jus2fie	
   notre	
   adop2on	
   du	
   vêtement	
   comme	
   objet	
  
indispensable	
  du	
  quo2dien.	
  C’est	
  un	
  mythe	
  qui	
  nous	
  colle	
  liIéralement	
  à	
  la	
  peau	
  et	
  dont	
  nous	
  ne	
  
sommes	
  pas	
  prêts	
  de	
  nous	
  séparer.	
  
Les	
  vêtements	
  ne	
  sont	
  pas	
  qu’un	
  morceau	
  de	
  laine,	
  de	
  lin,	
  de	
  soie,	
  de	
  coton,	
  d’acrylique,	
   2ssé,	
  
tricoté,	
  coloré,	
  imprimé,	
  stylisé,	
  industrialisé,	
  exposé	
  en	
  rayon,	
  affiché	
  sur	
  Internet,	
  vendu,	
  acheté,	
  
livré,	
  stocké	
  dans	
  une	
  armoire,	
  porté,	
  lavé,	
  repassé,	
  etc.
Ils	
  sont	
   la	
  matérialisa2on	
  de	
  ce	
  que	
  nous	
  sommes	
  incapables	
  de	
  faire	
  nous-­‐mêmes,	
   puisqu’ils	
  
endossent	
   un	
   rôle	
   maternel,	
   protecteur,	
   rassurant	
   et	
   viennent	
   compléter	
   notre	
   existence	
  
physique.	
  Les	
  habits	
  signifient	
  donc	
  la	
  présence	
  d’un	
  Homme	
  et	
  donne	
  un	
  sens	
  à	
  son	
  corps	
  nu.	
  
S’habiller	
   c’est	
   rendre	
   possible	
   l’expérience	
   de	
   soi	
   en	
   façonnant	
   une	
   enveloppe	
   corporelle	
  
d’origine	
  animale	
  pour	
  se	
  posi2onner	
  à	
  la	
  place	
  comme	
  membre	
  affirmé	
  d’une	
  société	
  d’Hommes.	
  
Je	
  m’habille	
  donc	
  je	
  suis.	
  
Visuel : «Slime project» par le designer Bart Hess, célèbre pour son travail sur le corps humain et ses
transformations. La matière noire et visqueuse créée par Bart Hess enveloppe le corps humain
comme une deuxième peau.

Recommandé

Mnemotechniques psy-ecn aesp
Mnemotechniques psy-ecn aespMnemotechniques psy-ecn aesp
Mnemotechniques psy-ecn aesptfovet
 
Les visages
Les visagesLes visages
Les visagesdrabir4
 
211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_def211021 focus bio_séance1_def
211021 focus bio_séance1_defmfaury
 
Pastoralia 04 (dossier)
Pastoralia 04 (dossier)Pastoralia 04 (dossier)
Pastoralia 04 (dossier)cathobruxelles
 
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...Amar LAKEL, PhD
 
Analyse+d$27ouvrage le+moi peau-guy+lesoeurs
Analyse+d$27ouvrage le+moi peau-guy+lesoeursAnalyse+d$27ouvrage le+moi peau-guy+lesoeurs
Analyse+d$27ouvrage le+moi peau-guy+lesoeursElsa von Licy
 
X manzano hommme femme...
X manzano hommme femme...X manzano hommme femme...
X manzano hommme femme...icm13
 

Contenu connexe

Similaire à Mythes contemporains - LES VETEMENTS

Histoire de l’éducation en 3 volets, par Philippe Clauzard
Histoire de l’éducation en 3 volets, par Philippe ClauzardHistoire de l’éducation en 3 volets, par Philippe Clauzard
Histoire de l’éducation en 3 volets, par Philippe Clauzardphilip61
 
Révision bac philosophie
Révision bac philosophieRévision bac philosophie
Révision bac philosophieFlorence Comte
 
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'huiLa place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'huihauzay
 
Etude Philosophique - Jean-Jacques Rousseau
Etude Philosophique - Jean-Jacques RousseauEtude Philosophique - Jean-Jacques Rousseau
Etude Philosophique - Jean-Jacques RousseauRaphaëlle Sleurs
 
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdfLes personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdfRebeccaHARRYFORRESTE
 
Récit initiatique et manga
Récit initiatique et mangaRécit initiatique et manga
Récit initiatique et manga7JUICE
 
Une Declaration Universelle des Droits de l’Humanite !
Une Declaration Universelle des Droits de l’Humanite !Une Declaration Universelle des Droits de l’Humanite !
Une Declaration Universelle des Droits de l’Humanite !Eric LEGER
 
Le concept de_l_humanité_dans_la_sf
Le concept de_l_humanité_dans_la_sfLe concept de_l_humanité_dans_la_sf
Le concept de_l_humanité_dans_la_sffrizzole
 
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...Jean-Pierre Poulain
 
Totem et Tabou de Sigmund Freud
Totem et Tabou de Sigmund Freud Totem et Tabou de Sigmund Freud
Totem et Tabou de Sigmund Freud Dina Guebbas
 

Similaire à Mythes contemporains - LES VETEMENTS (20)

Histoire de l’éducation en 3 volets, par Philippe Clauzard
Histoire de l’éducation en 3 volets, par Philippe ClauzardHistoire de l’éducation en 3 volets, par Philippe Clauzard
Histoire de l’éducation en 3 volets, par Philippe Clauzard
 
Cours chapitre 8 lien social
Cours chapitre 8 lien socialCours chapitre 8 lien social
Cours chapitre 8 lien social
 
Cours chapitre 8 lien social
Cours chapitre 8 lien socialCours chapitre 8 lien social
Cours chapitre 8 lien social
 
Le corps sensible : quelle place dans la recherche en formation
Le corps sensible : quelle place dans la recherche en formationLe corps sensible : quelle place dans la recherche en formation
Le corps sensible : quelle place dans la recherche en formation
 
Révision bac philosophie
Révision bac philosophieRévision bac philosophie
Révision bac philosophie
 
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'huiLa place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
 
Etude Philosophique - Jean-Jacques Rousseau
Etude Philosophique - Jean-Jacques RousseauEtude Philosophique - Jean-Jacques Rousseau
Etude Philosophique - Jean-Jacques Rousseau
 
Sm127 des mots
Sm127 des motsSm127 des mots
Sm127 des mots
 
Anzieu moi peau
Anzieu moi peauAnzieu moi peau
Anzieu moi peau
 
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdfLes personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
Les personnalités pathologiques (Quentin Debray Daniel Nollet).pdf
 
Récit initiatique et manga
Récit initiatique et mangaRécit initiatique et manga
Récit initiatique et manga
 
Une Declaration Universelle des Droits de l’Humanite !
Une Declaration Universelle des Droits de l’Humanite !Une Declaration Universelle des Droits de l’Humanite !
Une Declaration Universelle des Droits de l’Humanite !
 
Chercheurs de sens. — 16b. 1935, Bernard Froussart
Chercheurs de sens. — 16b. 1935, Bernard FroussartChercheurs de sens. — 16b. 1935, Bernard Froussart
Chercheurs de sens. — 16b. 1935, Bernard Froussart
 
Le concept de_l_humanité_dans_la_sf
Le concept de_l_humanité_dans_la_sfLe concept de_l_humanité_dans_la_sf
Le concept de_l_humanité_dans_la_sf
 
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
Sociologie de l'alimentation: L'espace social alimentaire : un concept pour é...
 
Le moi-peau (1)
Le moi-peau (1)Le moi-peau (1)
Le moi-peau (1)
 
Totem et Tabou de Sigmund Freud
Totem et Tabou de Sigmund Freud Totem et Tabou de Sigmund Freud
Totem et Tabou de Sigmund Freud
 
Cours chapitre 8 lien social 2018
Cours chapitre 8 lien social 2018Cours chapitre 8 lien social 2018
Cours chapitre 8 lien social 2018
 
Socio1
Socio1Socio1
Socio1
 
La theorie pragmatiste_de_l_action_collective
La theorie pragmatiste_de_l_action_collectiveLa theorie pragmatiste_de_l_action_collective
La theorie pragmatiste_de_l_action_collective
 

Plus de Elodie Marteau

Analyse d'une tendance - Le minimalisme
Analyse d'une tendance - Le minimalismeAnalyse d'une tendance - Le minimalisme
Analyse d'une tendance - Le minimalismeElodie Marteau
 
Analysing the French fashion market
Analysing the French fashion marketAnalysing the French fashion market
Analysing the French fashion marketElodie Marteau
 
German Culture - Final Exam
German Culture - Final ExamGerman Culture - Final Exam
German Culture - Final ExamElodie Marteau
 

Plus de Elodie Marteau (6)

Resume_Elodie Marteau
Resume_Elodie MarteauResume_Elodie Marteau
Resume_Elodie Marteau
 
CV_Elodie Marteau
CV_Elodie MarteauCV_Elodie Marteau
CV_Elodie Marteau
 
Analyse d'une tendance - Le minimalisme
Analyse d'une tendance - Le minimalismeAnalyse d'une tendance - Le minimalisme
Analyse d'une tendance - Le minimalisme
 
Trend Forecasting
Trend ForecastingTrend Forecasting
Trend Forecasting
 
Analysing the French fashion market
Analysing the French fashion marketAnalysing the French fashion market
Analysing the French fashion market
 
German Culture - Final Exam
German Culture - Final ExamGerman Culture - Final Exam
German Culture - Final Exam
 

Mythes contemporains - LES VETEMENTS

  • 1. Mythes contemporains LES VÊTEMENTS Visuel : Publicité Jil Sander Navy Automne 2011 Elodie MARTEAU - 4ème Année International Marketing 3
  • 2. Les   mythes   -­‐contemporains   ou   an2ques-­‐   sont   des   récits   collec2fs   créés   et   partagés   par   les   Hommes  afin  d’expliquer  et  comprendre  des  situa2ons  qui  les  dépassent.  Ces  histoires,  d’abord   transmises  de  façon  orale,  proposent  une  démonstra2on  d’un  phénomène  ainsi  qu’une  meilleure   connaissance  de  nous-­‐même.   Contrairement   à  la  tendance  naturelle   du   monde   à  évoluer   de   l’ordre  vers  le  désordre,  le  mythe  emprunte  le  chemin  inverse  en  proposant  une  restructura2on   du  chaos.  Avec  les  mythes,  les  Hommes  comprennent  et  apprennent.   L’usage  des  mythes  et  leur  popularité  varient  en  fonc2on  des  époques.  Un  même  récit  peut  être   dormant   un  temps  puis  devenir   ac2f,   et   inversement.   En  revanche,   quelques  mythes  ne  nous   quiIent  jamais.  Certains  évoluent  même  sur  nous  puisque  nous  les  portons  quo2diennement.   Les  vêtements  sont  en  effet  des  objets  mythiques  dont  nous  nous  séparons  que  très  rarement.   L’Homme  est  la  seule  espèce  animale  à  naitre  avec  un  corps  qui  ne  soit  pas  doté  de  protec2on.  Le   philosophe  français  Jacques  Lacan  s’est  intéressé  au  moment  où  l’être  humain  perd  sa  première   ‘barrière’  naturelle.  Selon  lui,  la  naissance  ne  représente  pas  l’instant  de  sépara2on  entre  la  mère   et  l’enfant  mais  celle  de  l’enfant  et  du  placenta.  L’Homme  nait  avec  un  cops  nu. Les  êtres  humains  vivant  en  société  se  sont  appropriés  l’usage  des  vêtements,  objets  du  quo2dien   dont  l’existence  est  parlante.  Comme  les  mythes,  les  habits  agissent  en  tant  que  parole  et  système   sémiologique  où  la  lecture  de  la  forme  amène  au  déchiffrement  du  signifié. A  par2r  de  ceIe  observa2on,  une  seule  et  unique  ques2on  semble  surgir  naturellement  : POURQUOI PORTONS-NOUS DES VÊTEMENTS ?   Pour  y  répondre  et  traiter  ce  mythe  sous  tous  ces  aspects,  il  faudra  d’abord  comprendre  la  rela2on   in2me  que  nous  entretenons  avec  les  vêtements,  celle  entre  le  corps  humain  et   l’objet.   Nous   élargirons  notre  cadre  d’étude  en  considérant  la  façon  dont  l’habit  interagit  avec  la  société.  Enfin,   nous  nous  recentrerons  sur  l’objet,  le  vêtement  et  ses  pouvoirs  intrinsèques.                                               En  tant   que  créature  ra2onnelle,   si  l’Homme  porte  des  vêtements  c’est   qu’il  y   trouve  une  ou   plusieurs  fonc2ons  qu’il  s’est  approprié.   Comme  nous  l’avons  évoqué  à  l’instant,  l’être  humain  qui  nait  quiIe  le  placenta  et  est  exposé  aux   agressions  du  monde  extérieur.  La  protec7on  devient  un  besoin  primaire  pour  assurer  la  survie  de   l’espèce  humaine.   CeIe  fonc2on  se  retrouve  dans  l'étymologie  du  mot  «vêtement»  qui  désigne  dès  le  Xè  siècle  «tout   ce  qui  sert  à  protéger  le  corps,  à  le  couvrir».  Les  habits  agissent  dans  ce  cas  comme  une  nouvelle   couverture,  un  bouclier  du  corps  humain  en  remplacement  du  placenta.  Ils  sont  alors  une  seconde   peau  qui  vient  compléter   notre  corps,   insuffisant.   Ce  rôle  du  vêtement  n’est   pas  contemporain   puisque  déjà  les  Hommes  primi2fs  assuraient  leur  survie  en  portant  les  peaux  des  animaux  tués.   S’ajoute   à  cela   le   besoin   de   pudeur   que   les  êtres   humains   éprouvent   afin   de   cacher   toute   connota2on  sexuelle  de  leur   corps.  Il  s’agit   d’un   concept   la2n  d’adop2on  d’un  comportement   culturellement  approprié  et  accepté.  Une  exposi2on  du  corps  nu  au  public   est   synonyme  d’une   révéla2on  sexuelle  du  corps.  Grâce  aux  vêtements,  le  corps  est  sujet,  et  non  objet.  CeIe  fonc2on   n’est   cependant   pas   universelle   puisque   certaines   tribus   d’Hommes   modifient   leur   corps   (scarifica2ons,  tatouages,  piercings)  plutôt  que  de  cacher  leurs  sexes.  
  • 3. De   façon   contradictoire,   les   vêtements   cachent   mais   révèlent   également   en   envoyant   des   messages  sexuels.  Ils  ont  en  effet  un  pouvoir  et   une  fonc2on  de  séduc7on.  Freud  parle  de  «la   charge  éro2que  des  vêtements»  qui  provient  selon  lui  de  la  possibilité  de  sugges2on  du  pénis.  Ce   propos  s’illustre  tout   à  fait   dans  notre  monde  contemporain,  notamment  avec  l’exemple  de  la   cravate  considérée  comme  un   symbole  de  pouvoir   de  par   sa  forme  phallique.   Les  vêtements   répondent   à  la  fois  à  un   besoin   de  modes2e  et   d’exhibi2on   :   on  exhibe  le  corps  tout   en   le   couvrant.   Les  trois  fonc2ons  précédemment  citées  (protec2on,  pudeur,  séduc2on)  répondent  à  des  besoins   anthropologiques  puisqu’elles  sont  étroitement  liées  avec  le  corps  humain.   Une  quatrième  fonc2on  se  rapporte  à  la  société  et  se  rapproche  de  la  significa2on  étymologique   du  verbe  «s’habiller»,  à  savoir  «se  préparer,  s’apprêter».  Les  vêtements  délivrent   des  messages   sur   l’iden2té   et   la   personnalité   de   leurs   porteurs.   Ils   sont   alors   employés   comme   ou2l   de   communica7on   visibles,  agissant  entre  notre  intériorité  et  la  société  qui  nous  entoure.  Le  corps   est  ainsi  préparé,  apprêté  pour  être  révélé  à  la  face  du  monde.   En  soi,  chaque  être  humain  portant  un  vêtement  reçoit  sa  prothèse  d’iden7té  pour  se  sen2r  enfin   soi.  Le  vêtement   agit  comme  un  prolongement   du  corps  humain  ainsi  qu’une  projec2on  d’une   intériorité.   L’Homme  nu  apparait   incomplet   sans  ceIe  protec2on  qui  le  cache,   le  révèle  et   le   connecte  à  ses  semblables.   La  dernière  fonc2on  du  vêtement  que  nous  avons  évoqué  -­‐l’habit  comme  ou2l  de  communica2on-­‐   admet  une  connexion  entre  ce  que  nous  portons  et  la  société  dans  laquelle  nous  vivons.  Notre   iden2té  est  construite  en  par2e  par   notre  environnement   social  et   nos  décisions  adaptées  en   fonc2on.  L’individu  est  ce  qu’il  est  mais  aussi  ce  que  la  société  veut  qu’il  soit.   CeIe   observa2on   nous   ramène  à   la  significa2on   du   verbe  «s’habiller»   que   nous  avons   déjà   iden2fié  -­‐«se  préparer,  s’apprêter»-­‐.  Il  parait  évident  que  le  fait  de  paraitre  nu  en  public  n’est  pas   un  comportement  adapté  à  notre  vie  en  société.  De  plus,  la  nudité  est  l’illustra2on  la  plus  parlante   des  racines  animales  de  l’Homme.  Le  vêtement  est  ce  qui  nous  permet  de  nous  préparer  pour  la   vie  sociale,   de  façonner   notre  corps  avant  de  le  montrer   en  public.   Il  permet   de  répondre  au   besoin  primaire  social  de  tout  individu  vivant  en  vie  collec2ve  organisée.   Ainsi,  le  vêtement  agit  comme  une  barrière  entre  un   état  de  nature  et  la  vie  en  communauté.   L’anthropologiste  Mary   Douglas  dis2ngue  le  corps  physique  apparenté  à  l’état  de  nature  ini2al   des  êtres  humains  du  corps  social,  transformé  par  la  culture,  la  morale  et  les  lois  sociales.  CeIe   observa2on  est  reprise  par  Claude  Lévi-­‐Strauss  qui  2tre  Le  cru  et  le  cuit,  l’un  des  volumes  de  sa   série   Mythologiques.   Les   vêtements   par2cipent   au   façonnage   du   corps   social   ou   corps  cuit   puisqu’ils  sont  portés  selon  les  convenances  sociales.   Ce  besoin  de  paraitre  ‘comme  il  faut’  en  société  provient  de  la  nature  dualiste  des  Hommes.  D’un   côté  les  êtres  humains  tendent   vers  l’uniformité   dans  un  soucis  d’adapta2on,   et   de  l’autre  ils   aspirent   à  une  individualité   permeIant   l’expression  d’un   soi  unique.   Ce   contraste  naturel  se   retrouve   dans   l’essence   même   de   notre   humanité   :   nous   sommes   biologiquement   faits   de   caractères  héréditaires,  mais  qui  peuvent  varier  selon  notre  environnement.   Ainsi,   les  vêtements   deviennent   l’objet   d’un   phénomène   d’imita2on.   L’Homme   n’est   sa2sfait   qu’en  étant  (r)assuré  de  n’être  pas  seul,  isolé  dans  ses  ac2ons.  D’ailleurs,  un  individu  n’est  autre   qu’un  élément  d’un  groupe.  Le  philosophe  et  sociologue  allemand  Georg  Simmel  s’est  intéressé  à   ce  phénomène   d’imita2on  dans  son  essai  Fashion.   Il  a  établi  un   système  démontrant   qu’une   tendance  est   d’abord  ini2ée  par   une  élite.   Dès  lors  que   celle-­‐ci  est   copiée   par   le  plus  grand   nombre,  l’élite  l’abandonne  et   en  crée  une  nouvelle.  Ce  processus  de  diffusion  d’une  façon  de  
  • 4. faire  dans  la  société  parait  assurer  l’uniformité  des  êtres  qui  la  cons2tue.  Cependant,  le  principe   d’imita2on  est  responsable  d’une  situa2on  de  ségréga2on  puisqu’il  y   a  une  sépara2on  entre  les   ini2ateurs  et  les  imitateurs.   Dans  notre  monde  contemporain  la  diffusion  des  tendances  ves2mentaires  ne  suit  pas  forcément   le  schéma  de  Simmel.  Il  arrive  maintenant  qu’une  tendance  émerge  des  masses  pour  aIeindre  les   élites  -­‐par  exemple,  Michelle  Obama  qui  apparait  à  des  cérémonies  officielles  vêtue  d’H&M-­‐.   Les  convenances  sociales,  elles  aussi,  ne  sont  pas  figées  dans  le  temps  puisque  la  société  évolue.   Les  vêtements  s’adaptent  selon  ces  changements  et  con2nuent  de  refléter  les  Hommes  de  leurs   époques.   Ils   portent   même   les  messages   des   généra2ons  qui  se   succèdent.   Pour   preuve,   la   dernière   contre-­‐culture   en   date,   le   mouvement   Punk   s’est   illustrée   à   travers   ses   tenues   ves2mentaires.  Vivienne  Westwood  a  d’ailleurs  ouvert  la  bou2que  Sex  à  Londres  en  1974  afin  de   vendre  des  vêtements  brisant  tous  les  tabous  sociaux.  Les  images  pornographiques  arborées  sur   les  habits  étaient  un  moyen  d’aller  contre  la  fausse  modes2e  de  la  société  et  le  besoin  d’imita2on   des  masses.   Les  tenues  ves2mentaires  fonc2onnent   avec   la  société  qui  les  porte  comme  une  syntaxe.   Les   vêtements  sont  alors  des  éléments  gorgés  de  sens  social.   Il  semble  alors  que  les  habits  ont  des  sortes  de  pouvoirs  (anthropologiques  et  sociaux)  qui  vont  au-­‐ delà   du   caractère   physique   de   l’objet.   Les   signaux   qu’ils   envoient   sont   en   effet   liés   à   une   dimension  symbolique  et  non  à  leur  apparence  physique.  Ils  agissent  comme  des  enveloppes  dont   le  contenu  est  façonné  par  l’Homme.   En  réalité  les  vêtements  sont   des  fé7ches.  Ce  mot   provenant   du  portugais  fei7ço   désigne  des   objets  qui  résultent  d’une  modifica2on  spirituelle  par  l’Homme.  CeIe  no2on  est  liée  à  l'animisme   qui  croit   en  la  présence  d’esprits  contrôlant   notre  environnement.   Dans  le  cas  du  fé2chisme  il   s’agit  de  forces  supérieures  résidant  dans  les  objets,  comme  les  vêtements.   CeIe  croyance  peut  même  aller  au-­‐delà  et  relever  du  totémisme.  Des  clans  ou  tribus  d’Hommes   se   rassemblent   alors   autour   d’un   objet   considéré   comme   totem,   symbole   du   groupe.   Les   vêtements  peuvent  toucher  du  doigt  ce  rôle.  Le  sociologue  Michel  Maffesoli  évoque  une  situa2on   de   néotribalisme   pour   décrire   la   société   contemporaine.   Les   êtres   humains   se   rassemblent   naturellement  en  groupes  partageant  les  mêmes  valeurs  pour  former  une  version  moderne  de  la   tribu.  Les  habits  des  membres  d’un  clan  sont  naturellement   coordonnés  selon  leurs  croyances   partagées.  D’ailleurs,  ce  n’est  pas  un  hasard  si  la  maison  française  de  mode  Kenzo  vient  de  sor2r   un  parfum  appelé  Totem  ! Pour  comprendre  l’u2lisa2on  d’objets  tels  que  les  vêtements  comme  des  fé2ches,  rappelons-­‐nous   que  l’être  humain  nait  dans  un  état  de  servitude.  C’est  le  cordon  ombilicale  dont  il  est  dépendant   qui  lui  apporte  dans  un  premier  temps  toute  sa  vitalité.  La  sépara2on  du  bébé  avec  le  cordon  est   vécue  inconsciemment  comme  une  véritable  perte  et  crée  une  certaine  anxiété  face  à  la  vie.  Les   Hommes   se   reposent   naturellement   sur   les   objets   les   plus   proches,   comme   les   vêtements,   auxquels  ils  accordent  une  dimension  supérieure. Les  fé2ches  permeIent  ainsi  une  valorisa2on  des  individus  grâce  à  la  projec2on  de  valeurs.  L’acte   de  s’habiller,  de  se  couvrir   de  vêtements,   répond  à  ceIe  logique.   Comme  nous  le  savons,   les   talons  hauts  par  exemple  donnent  de  l’assurance  aux  femmes  qui  les  portent  :  «Donnez  à  une   femme  les  bonnes  chaussures,  et  elle  pourra  conquérir  le  monde»  disait  Marylin  Monroe,  figure   mythique   du   glamour   féminin.   Quant   aux   hommes,   le   port   d’un   costume   leur   procure   un   sen2ment  de  pouvoir.  
  • 5. Si  les  vêtements  fonc2onnent  comme  des  objets  magiques,  il  ne  faut  pas  perdre  de  vue  qu’ils  sont   un  mythes  contemporains.  Or,  les  récits  mythiques  ont  pour  but  de  dompter  les  peurs  qui  les  ont   inspirées.  Alors  les  habits  seraient  aussi  un  moyen  d’aller  contre  les  peurs  des  époques.   Le  XXIè  siècle  a  débuté  dans  la  peur  et  le  terrorisme,  soit  un  sen2ment  d’insécurité;  l’anxiété  de  la   vie  n’a  jamais  été  aussi  grande.  Plus  que  jamais  les  vêtements  et  les  marques  que  nous  portons   sont   des   fé2ches.   Ils   n’ont   pas   de   réelle   valeur   d’échange   en   soi   mais   plutôt   des   valeurs   intrinsèques,  qu’elles  soient  sociales  ou  individuelles.  La  qualité  des  habits  ne  se  limite  plus  à  leur   matérialité  et  gagne  en  immatérialité  en  s’adaptant  aux  désirs  du  porteur.   Pour   preuve,   intéressons-­‐nous  à  une  peur   contemporaine  grandissante.   Dans  un  monde  où  la   connexion   est   désormais  sans  fil  (en   référence   à  l’essai  Le   wifi   d’Alain   Mabanckou  dans  Les   nouvelles  mythologies),  la  solitude  des  êtres  est  le  nouveau  mal  du  siècle.  Le  vêtement  de  demain   sera   connecté,   hyper-­‐connecté   même,   pour   contrer   ceIe   angoisse   d’être   seul.   L’entreprise   montante  CuteCircuit  développe  ainsi  des  ‘technologies  portables’  (wearable  technologies)  telle   que  la  robe  TwiIer,  le  sac  miroir,  les  bornes  pailletées,  tous  hyper-­‐connectés  et  interac2fs. Bien   sûre,   les  ac2vités  du  marke2ng   moderne  comme  la  publicité,   le  ‘branding’,   le  marke2ng   émo2onnel,   etc.   sou2ennent   ceIe  nouvelle  force   des  vêtements  et   change  totalement   notre   rela2on  à  l’objet.   Notre  (sur)consomma2on   se   base   de  plus  en   plus  sur   le  pouvoir   que  nous   conférons  aux  fé2ches  ves2mentaires.   Au  même  2tre  que  L’Odyssée  d’Ulysse,  les  contes  pour  enfants,  les  mythes  grecs  de  créa2on  ou   encore  la  figure  du  super-­‐héros,  les  vêtements  sont   de  véritables  mythes  contemporains.   Leur   existence  ne   se  limite   pas  à  celle  d’un  objet   sta2que  et   muet.   Les  fonc2ons  et   la  dimension   symbolique  que  nous  leurs  accordons  leurs  permeIent   d’être  ce   qu’ils  sont,   au-­‐delà  de  leurs   caractéris2ques  physiques.   Nous  avons  vu  en  effet  que  le  port  d’habits  rempli  un  certain  nombre  de  rôles  primordiaux  dans  la   vie  de  tout  individu  civilisé,  à  savoir  une  protec2on  qui  couvre,  séduit  et  communique,  un  ou2l   d’iden2fica2on  à  un  groupe  et  de  construc2on  d’une  iden2té,  ainsi  qu’un  fé2che  spirituel.  CeIe   liste   d’u2lités   tangibles   et   intangibles   jus2fie   notre   adop2on   du   vêtement   comme   objet   indispensable  du  quo2dien.  C’est  un  mythe  qui  nous  colle  liIéralement  à  la  peau  et  dont  nous  ne   sommes  pas  prêts  de  nous  séparer.   Les  vêtements  ne  sont  pas  qu’un  morceau  de  laine,  de  lin,  de  soie,  de  coton,  d’acrylique,   2ssé,   tricoté,  coloré,  imprimé,  stylisé,  industrialisé,  exposé  en  rayon,  affiché  sur  Internet,  vendu,  acheté,   livré,  stocké  dans  une  armoire,  porté,  lavé,  repassé,  etc. Ils  sont   la  matérialisa2on  de  ce  que  nous  sommes  incapables  de  faire  nous-­‐mêmes,   puisqu’ils   endossent   un   rôle   maternel,   protecteur,   rassurant   et   viennent   compléter   notre   existence   physique.  Les  habits  signifient  donc  la  présence  d’un  Homme  et  donne  un  sens  à  son  corps  nu.   S’habiller   c’est   rendre   possible   l’expérience   de   soi   en   façonnant   une   enveloppe   corporelle   d’origine  animale  pour  se  posi2onner  à  la  place  comme  membre  affirmé  d’une  société  d’Hommes.   Je  m’habille  donc  je  suis.  
  • 6. Visuel : «Slime project» par le designer Bart Hess, célèbre pour son travail sur le corps humain et ses transformations. La matière noire et visqueuse créée par Bart Hess enveloppe le corps humain comme une deuxième peau.
  • 7. Visuel : Défilé Rick Owens de 2015 où les mannequins hommes ont tous défilé avec leurs sexes visibles aux yeux du public
  • 8. Visuel : Modèle de chaussures crée par Aoi Kotsuhiroi, artiste et créateur de mode spécialisé dans les accessoires autour du corps
  • 9. REFERENCES • Cours  Sociology   of   the   imaginary   dispensé  par   Silvia  Tolaro  à  l’école  Polimoda  Interna2onal   Ins2tute  de  Florence  en  Juillet  2015 •  Cours  Les  mythes  contemporains  dispensé  par  Olivier  Jacquemond  à  l’école  ESCE  Interna2onal   Business  School  de  Paris  en  Sept/Oct  2015 •  Essai  L’Angoisse  de  Jacques  Lacan  extrait  de  l’ouvrage  Le  séminaire  livre  X •  Projet  Slime  et  autres  travaux  du  designer  Bart  Hess •  Essai  The  psychologie  of  clothes  de  John  Flugel •  Livre  Fashion  theory  de  Malcom  Barnard •  Collec2on  Sphinx  de  Rick  Owens  Automne  2015 •  Livre  Purity  and  dangers  de  Mary  Douglas •  Livre  Natural  Symbols  de  Mary  Douglas •  Essai  Le  cru  et  le  cuit  de  Claude  Lévi-­‐Strauss  extrait  de  la  série  Mythologiques •  Essai  Fashion  de  Georg  Simmel •  Travaux  du  créateur  de  mode  Aoi  Kotsuhiroi •  Essai  Primi7ve  cultures  de  Edward  BurneI  Tylor •  Livre  Fe7chism  in  fashion  de  Lidewij  Edelkoort •  Livre  Le  temps  des  tribus  de  Michel  Maffesoli   •  Livre  Mythologies  de  Roland  Barthes •  Recueil  d’essais  Nouvelles  Mythologies  sous  la  direc2on  de  Jérome  Garcin