1Paroisse Saint-Jeanne-Elisabeth(Le Blanc ; Bélâbre ; Chalais ;Concremiers ; Douadic ; Mauvières ; Pouligny Saint-Pierre ;...
2(…) Ensuite, un parcours deredécouverte de la Foi a été imaginé pourles parents d’enfants catéchisés en 1èreannée. Il s’a...
3Pour cela, les deux Conseil Pastoraux se sont réunis ces dernièressemaines, pour formaliser 5 aspects qui redisent l’actu...
44. Un appel qui jaillit de la Pastorale de la santé. De fait, nosterritoires sont en situation de désertification médical...
5La vie consacrée est un signe pour le monde, à traverslaquelle Dieu s’adresse à l’humanité et le Christ s’incarneaujourd’...
6(…) 319 chapelet donc ? Faisons un peu de comptabilité … spirituelle !Si les moines de Fontgombault sont 70, et qu’ils s’...
7Mardi 2 juillet : Espace St Génitour 17h 30, Réunion des bénévolesdu Secours CatholiqueMardi 4 : Presbytère de Tournon St...
8Action de grâce !C’est officiel depuis le 27 avril : la congrégation des sœurs de Jeanne Delanoue va quitter leBlanc. En ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bulletin paroissial n°6

1 264 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 264
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
114
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bulletin paroissial n°6

  1. 1. 1Paroisse Saint-Jeanne-Elisabeth(Le Blanc ; Bélâbre ; Chalais ;Concremiers ; Douadic ; Mauvières ; Pouligny Saint-Pierre ; Ruffec-le-Château ; Saint-Aigny ; Saint-Hilaire-sur-Benaise)Paroisse de Tournon St Martin(Fontgombault ; Ingrandes, Lurais ; Lureuil ; Mérigny ; Néons-Sur-Creuse ; Preuilly-la-Ville ; Sauzelles , Tournon-Saint-Martin)Bulletin Inter-Paroissial n° 6Juin – Juillet 2013Projet Catéchétique diocésain et Année de la FoiL’an passé, notre Archevêque promulguait le « Projet CatéchétiqueDiocésain (PCD) », qui invitait chacune de nos paroisses à mettre en œuvrelocalement les orientations nationales pour la catéchèse. Dès la rentrée, leConseil Pastoral du Blanc choisissait d’engager la Paroisse dans l’Année de laFoi, voyant en cette proposition du Pape Benoit XVI une continuitépermettant d’approfondir le PCD.Fort de ces orientations pastorales, beaucoup d’entre nous ont suivi laformation biblique et théologique proposée en Septembre-Octobre, à proposde « l’initiation chrétienne » et plusieurs équipes se sont mises au travail. Desprojets pédagogiques ont été élaborés qui permettent de renouveler l’une oul’autre de nos activités.Tout d’abord, la préparation au baptême des petits enfants a étérepensée. Un parcours sera désormais proposé aux parents. Il permettra unaccompagnement plus long des familles et nous l’espérons, une plus grandequalité de réflexion et d’expérience spirituelle à cette occasion.Ce parcours comprend 5 étapes (ilfaudra donc prendre l’habitude de faireune demande de baptême au moins 4mois à l’avance), dont deux réunionscollectives, pour réfléchir au sens de ceSacrement et à ce qu’il implique commeresponsabilité d’éducateurs. La réflexion etle dialogue avec les parents y tiennent uneplace certaine. Des temps de catéchèsebiblique ont été rajoutés, ainsi que desmoments de prière. (…)(TSVP)
  2. 2. 2(…) Ensuite, un parcours deredécouverte de la Foi a été imaginé pourles parents d’enfants catéchisés en 1èreannée. Il s’agit de 4 soirées de réflexion,avec témoignages, discussions à partir detextes bibliques, enseignements et tempsde prière. Là encore, il s’agit de proposerla Foi en mettant en place desopportunités de (re)initiation chrétienne.Enfin, une équipe d’accompagnement des familles en deuil a été constituée.Ses membres s’efforceront de cheminer avec ceux qui sont confrontés à la mortpour offrir et re-offrir sans cesse l’espérance chrétienne en la résurrection. Ils’agit d’aller au-delà d’une prestation de service limité à la célébration d’un culte,pour accompagner les personnes sur un plus long terme. Une manière d’offrir lacompassion du Christ à nos contemporains, de proposer la prière lors desévènements douloureux de l’existence.Dans le même esprit, un Conseil Pastoral a été constitué au Collège SteAnne. Ce groupe a commencé à travailler sur un renouvellement de laproposition de la Foi dans cet établissement scolaire. En parallèle, une petiteéquipe s’est également constituée à l’école Ste Thérèse qui travaille sur le thèmesuivant : de l’éveil à la Foi des enfants au réveil de la Foi des Parents.Il y aura donc des nouveautés à la rentrée de septembre, mais aussi desprojets qui doivent encore être menés à leur terme, ainsi qu’un ou deux chantiersà ouvrir (pour travailler notamment à un nouveau parcours de préparation aumariage).Dans tous les cas, il s’agit d’offrir au plus grand nombre l’opportunité d’uneréelle initiation chrétienne intégrant l’ensemble des ingrédients que cela suppose :Témoignages, Prières, Sacrements, Enseignements, Lectures bibliques. Le tout enCommunauté et dans la durée.A l’invitation de nos évêques,que tous nous nous sentionsresponsables et partie prenante del’annonce de la Foi à noscontemporains !Père Patrick Guinnepain, curé.
  3. 3. 3Pour cela, les deux Conseil Pastoraux se sont réunis ces dernièressemaines, pour formaliser 5 aspects qui redisent l’actualité de la vie religieusepour nos communautés locales :1. La vie communautaire reste une forme de vie évangélique trèsactuelle et nécessaire pour l’Eglise. Choisir la vie commune donneun témoignage de fraternité à contre-courant des tendancesindividualistes repérables dans notre société.2. La vie religieuse, comme anticipation du Royaume de Dieuconstitue également un témoignage pertinent pour notre temps. Eneffet, dans une société désormais déchristianisée, la perte de la Foise traduit notamment par un déficit d’espérance particulièrementperceptible chez les personnes en deuil. Or, la vie consacrée, parcequ’elle trouve sa raison d’être dans l’Espérance du Royaume àvenir, est signe que l’existence a un sens et s’ouvre sur uneperspective d’avenir au-delà de nos existences terrestres.3. La vie religieuse, parce qu’elle est institutionnellement régulée etrythmée par la prière liturgique, constitue aussi un témoignagenécessaire aujourd’hui. L’exemple offert par la vie posée et régléed’une communauté religieuse résonne comme un appel pour noscontemporains, parfois malmenés par des vies agitées.L’Avenir de la vie consacrée dans nos territoiresA l’occasion du départ de la Communauté desSœurs de Jeanne Delanoue, les CommunautésParoissiales du Blanc et de Tournon Saint Martins’inquiètent de la disparition de la vie religieuse surleur territoire. En cela, elles partagent les inquiétudesdu diocèse, déjà engagé dans une réflexion du ConseilEpiscopal, et veulent contribuer à discerner quelsappels peuvent retentir sur leur terrain à destinationéventuelle d’une Congrégation religieuse (ou de touteautre forme de vie consacrée).A ces trois aspects de la vocationreligieuse, qui semblent fondamentaux etnécessaires aujourd’hui, s’ajoutent deuxparticularités locales qui, elles aussi, peuventconstituer un appel :
  4. 4. 44. Un appel qui jaillit de la Pastorale de la santé. De fait, nosterritoires sont en situation de désertification médicale, tandis que lesétablissements de soins et les lieux d’accueil pour personnes âgées sontconfrontés à des difficultés variées. Le champ d’activité et d’apostolat estvaste : Visite aux personnes âgées et malades isolées, accompagnement desfamilles ayant un enfant handicapé, accompagnement du SEM et aumôneriede l’hôpital, ainsi que des personnes en fin de vie….. cela pourraitrenouveler et actualiser la vocation d’une congrégation religieuse« soignante ».5. Un appel qui jaillit de la situation paroissiale. Dans le contexteactuel, les fidèles sont souvent marqués par une inquiétude grandissantequant à l’avenir de nos communautés paroissiales, ce qui nous fait courir lerisque de nous replier sur nous-mêmes. Dans cette perspective, l’existenced’une Communauté religieuse, sans référence immédiate aux institutionsparoissiales, pourrait être un signe et un appel aux Communautésparoissiales à se décentrer d’elles-mêmes.Pour toutes sces raisons, et d’autres encore, nos deux paroisses travaillentdésormais, en lien avec notre Archevêque, à tenter de transmettre cet appel dansl’Eglise, en espérant qu’il soit entendu et qu’une réponse soit proposée. Et s’il estencore trop tôt pour en parler, il semblerait déjà que deux projets valent le coupd’être étudiés. Alors, sans nous emballer, prions Dieu de susciter les vocationsdont nous avons besoin, et prions-le par l’intercession de celle qui a su dire « oui »sans hésitation !A cet effet, chacun de nous est invité à s’engager dans un grand mouvementde prière à ces intentions.Père Patrick Guinnepain, curé.Petite Soeur CamilleAyant demandé à entrer dansl’Institut des Petiotes Sœurs Disciples de l’AgneauFera sa prise d’habits le samedi 06 juin prochain après midiAu prieuréLes amis de la communauté et nos paroisses se réjouissent de cet évènementAssurent les sœurs de leurs prières.
  5. 5. 5La vie consacrée est un signe pour le monde, à traverslaquelle Dieu s’adresse à l’humanité et le Christ s’incarneaujourd’hui comme serviteur des Hommes. Qu’elle soitreligieuse, monastique, ou qu’elle se réalise dans d’autres formesd’existence, toute vie consacrée s’adresse à quelques-uns en vuedu bien de tous.Discerner quels appels peuvent jaillir de nos paroissespour une forme de vie consacrée ou une autre, c’est donscréfléchir à ce qui est nécessaire comme témoignage et serviceévangélique pour les habitants d’un territoire. Cela revient àdemander à Dieu de susciter ce qui est nécessaire pour tous etchacun, c’est-à-dire à prier pour l’ensemble d’une population etchacun de ses membres.Or, d’après les chiffres en notre possession, les paroisses de Tournon etLe Blanc regroupent 15 936 habitants. C’est donc au service de 15 936personnes que nous sommes invités à prier, ce qui fait donc…. 15 936 prières àfaire !De plus, lorsqu’on parle de vie consacrée, il est bon d’évoquer la ViergeMarie. De la Crèche à la Croix, de Nazareth au Cénacle, elle a toujours su êtreprésente, d’une manière ou d’une autre. Parfois dans un 1er rôle, parfois defaçon bien plus discrète et cachée, mais toujours à sa juste place. La ViergeMarie se révèle à nous comme celle qui sait comment être présente, dans une vieconsacrée à son Fils, avec ses compagnons, au service des hommes.S’il nous faut discerner comment être présent aujourd’hui dans ce monde,et pour cela nous laisser inspirer par l’Esprit de Dieu, peut-être est-il pertinentde solliciter l’intercession de celle qui, la première, su se laisser « couvrir parl’ombre de l’Esprit », pour que le Fils de Dieu advienne au cœur de ce monde.Une chaîne de Prière pour l’avenir de la vie consacrée : Comment ?C’est donc par l’intercessionde la Vierge Marie que nouspouvons adresser nos 15 936prières au Dieu de Jésus-Christ.Et concrètement,15 936 « Je vous salue Marie »,cela fait 319 chapelets(on arrondit au dessus !)(…)
  6. 6. 6(…) 319 chapelet donc ? Faisons un peu de comptabilité … spirituelle !Si les moines de Fontgombault sont 70, et qu’ils s’engagent à dire unchapelet chacun, cela ne fait plus que 249 chapelets à réciter. Puisque 1/3 deshabitants du territoire résident sur la paroisse de Tournon, les fidèlespourraient s’engager à prendre en charge 1/3 de la prière, soit 83 chapelets !Ceux de la paroisse du Blanc assumeront donc les 166 chapelets restants !Tous peuvent participer bien sûr : uneéquipe de catéchisme, une équipe liturgique, un groupe du rosaire, etnaturellement, chacune des personnes à titre personnel. A cet effet, une feuilled’inscription est à votre disposition à la porte des églises, sur laquelle vouspourrez vous inscrire afin de participer. Evidemment, chacun aura comprisque l’objectif de 319 chapelets n’est qu’une manière (ludique ?) de déclenchercette chaîne de prière. Mais on ne saurait comptabiliser, ni la prière, ni la grâce,si ce n’est pour manifester à Dieu l’intensité de notre désir. Si l’on prie bien au-delà de ce chiffre, cela n’est pas grave !?!?!Intention de prière :(à dire avant chaque dizaine de chapelet)Seigneur,nous te confions nos territoires paroissiaux,sur lesquels tes fidèlesse sentent parfois seuls, isolés et dispersés.Envoie ton Esprit-Saint,sur chacun des habitants de nos Communes,afin qu’à la mesure et au gré de ta grâce,nous sachions mener une existencequi soit signe de ton amouret conduise à ton Royaume.Suscite au milieu de nousdes formes et des foyersde vie évangéliquequi se consacrent à ton servicepour que ta parole retentisseet que ta grâce se diffuse.Amen
  7. 7. 7Mardi 2 juillet : Espace St Génitour 17h 30, Réunion des bénévolesdu Secours CatholiqueMardi 4 : Presbytère de Tournon St Martin 10h30, préparation de lacélébration de la Profession de FoiEspace St Génitour 17h 30, réunion des bénévolesDu Secours CatholiqueMercredi 5 : 18h00, messe puis réunion des catéchistes au presbytère du Blanc:Jeudi 6 : Presbytère de Tournon St Martin 20h 30,Inscriptions CatéchismeSamedi 08 : 14h30 : église St Génitour, messe et onction des malades.Samedi 8 : Eglise de Tournon St Martin 9h 30, AumônerieDes 1èreAnnéeEglise St Génitour 15 H, Messe des malades,Suivi d’un goûter à l’espace St GénitourMardi 11 : 10h00, Commission Paroissiale d’Art Sacré à l’église St GénitourJeudi 12 : 10h00, presbytère du Blanc, Conseil EconomiqueJeudi 13 : Eglise de Tournon St Martin 18h 30, Confession des enfantsDe 1èreCommunion et Profession de FoiSamedi 15 : Eglise de Tournon St Martin 10 H, Répétition de la célébrationde Profession de FoiDimanche 16 : Eglise de Tournon St Martin 10h 30, Profession de FoiMercredi 19 : 20h15, presbytère du Blanc : réunion de l’équipe « catéchèse des parents »Mercredi 20 : 15h30, église St Génitour, célébration de fin d’année du collège St AnneDimanche 23 : Au-revoir aux Sœur de Jeanne Delanoue : 10h30, messe présidée par MgrMaillard, puis verre de l’amitié et repas à l’espace St Génitour.Mercredi 27 : 19h30, EAP de la paroisse du Blanc, au presbytèreDimanche 30 : 10h30 1° communion à Tournon16h00, Cathédrale de Bourges :ordination sacerdotale de Charles de Vaugelasordination diaconale d’Emmanuel SoulyAgenda de Juin
  8. 8. 8Action de grâce !C’est officiel depuis le 27 avril : la congrégation des sœurs de Jeanne Delanoue va quitter leBlanc. En attendant de leur dire au-revoir, petit rappel historique :En 1713, les notables du Blanc, se souciant du bien public, achetèrent un corps de logisdans le faubourg Saint Lazare, au profit d’un hôpital. Le curé Jean-Marie Grasset fit alors unerequête près des Sœurs de la Providence à Saumur pour confier l’œuvre à des religieuses.Et, en 1728, Sainte Jeanne Delanoue, la fondatrice, conduisit elle-même deux sœurs ayantpour mission de soigner les malades et de donner quelques leçons aux enfants alors souventillettrés. C’est ce que firent les filles de Jeanne tout au long de ces 285 ans. Il leur fallut subir biendes épreuves : celle de la Révolution, où après bien des hésitations, elles prêtèrent serment, afin decontinuer leur mission. Bien plus tard, au moment des lois de 1902-1905, elles furent arrêtées etjugées pour avoir poursuivi illégalement leur enseignement avec l’habit religieux.Tout au cours de l’histoire du Blanc, les sœurs ont ainsi dû faire face à diverses situations etbesoins : Agrandissement de l’hôpital : service d’aliénés – hôpital militaire – chirurgie – maternité –écoles d’aides-soignantes et d’infirmières. Elles affrontèrent avec courage différentes épidémies : choléra, typhoïde et surtout la célèbreépidémie de variole en 1908, cela au risque de leur vie (une est décédée de la typhoïde et deuxeurent la variole). Leur dévouement sans faille leur valut une reconnaissance officielle trèsremarquable en ces temps de déni de la religion. Toujours sur le « pont » pendant les guerres, elles soignèrent sans compter les blessés d’oùqu’ils viennent, n’ayant qu’un but : les sauver de la mort. Les sœurs firent aussi face en matière d’éducation, en accueillant les enfants abandonnés « autour » après les lois de Napoléon. Elles éduquèrent ces enfants de leur mieux ouvrant maternelleset classes à l’intérieur de l’hôpital. Elles fondèrent même un ouvroir très prisé des employeurs pourl’insertion par le travail les jeunes dont elles s’occupaient, mais aussi formant des jeunes filles dela ville. En 1874, une école fut ouverte en « Ville Haute ». En 1880, quand il fut demandé de séparerl’enseignement de l’hôpital, elles développèrent avec l’aide de « bienfaiteurs » l’école de la rue deRuffec (primaire et collège) - aujourd’hui collège Sainte Anne - un asile (maternelle), un courscommercial… Pour les loisirs des jeunes, elles participèrent à des patronages, des mouvements d’ActionCatholique et même organisèrent des colonies de vacances. Depuis une trentaine d’années, les sœurs se sont tournées vers des activités autres, plusdiscrètes, mais toujours au service de la population : I.M.E. – Aide-ménagères – visites auxmalades et aux handicapés, dans les hôpitaux comme à domicile – Service aux plus démunis :Secours catholique – Gens du Voyage – Emmaüs. Enfin, dans le cadre d’une vie plus associatives qu’institutionnelle, les sœurs ont fondél’antenne départementale du mouvement « Foi et lumière », pour accompagner les famillesd’enfant handicapé.Ainsi 341 sœurs ont été envoyées au service des Blancois et plusieurs y ont laissé leur vie.Oui, la congrégation des Sœurs de Jeanne Delanoue peut s’enorgueillir d’avoir tissé avectous les Blancois, et pour eux, une belle tranche d’histoire qui continuera à s’embellir au fil desjours par l’apport des uns et des autres, car maintenant cela devient l’affaire de tous.Sœur Michèle Morin

×