synfie
www.synfie.fr
Newsletter N°3
Juin 2015
Syndicat Français de l’Intelligence Économique
Newsletter N3
Juin 2015
 Ed...
Lettre d’information N°3
2ème Trimestre 2015
Page 2 sur 21www.synfie.fr
L
e SYNFIE poursuit sa mue : de nouveaux adhé-
ren...
Compte-rendu de l’Assemblée Générale 2015
L
’Assemblée Générale du SYNFIE qui s’est tenue
le 08 avril 2015 fut un moment i...
Pour 2015, le SYNFIE s’est fixé les
axes de développement suivant : Ani-
mation du réseau et événements
internes, Communic...
Secret des affaires : les raisons d'un échec et perspectives
8 avril 2015
A
lexandre MEDVEDOWSKY,
après avoir été confirmé...
rective sur la protection des secrets
d’affaires et des savoir-faire, rappelle
les grandes étapes du projet : étude
compar...
Nouveau « Collège des Enseignants et Chercheurs en
intelligence Economique »
Lettre d’information N°3
2ème Trimestre 2015
...
Nouveau « Collège des Enseignants et Chercheurs en
intelligence Economique »
Lettre d’information N°3
2ème Trimestre 2015
...
Par Sophie LICARI
L
e « buzz » est sous son aspect positif une tech-
nique marketing consistant à donner le plus de
retent...
Par Olivier CARDINI
L
es territoires comme les communes
n’échappent pas eux aux phénomè-
nes de haute compétitivité et de
...
Par Olivier de MAISON ROUGE
Avocat - Docteur en Droit
Membre du Comité d’éthique du Syndicat des professionnels de l’intel...
"Cachez cette IE que je ne saurais voir..."
L
’IE se présente généralement comme une dis-
cipline, par nature, proche des ...
Lettre d’information N°3
2ème Trimestre 2015
Page 13 sur 21www.synfie.fr
"Cachez cette IE que je ne saurais voir..."
des s...
De nouvelles sociétés nous ont rejoint ces derniers mois :
Ils ont rejoint le SYNFIE
BARZUN Jérôme, Avocat au Barreau de P...
Les rencontres du master VTI : l’information dans tous ses états
Représentation du SYNFIE
Les rencontres du master VTI :
l...
NOUVELLE CAMPAGNE DE RECRUTEMENT DU SYNFIE
Chaque membre du SYNFIE
est le représentant et
« l’Ambassadeur »
du Syndicat da...
EVENEMENT
Réservez votre soirée du 17 Juin 2015 pour participer au gala de L’IE organisé par l’EGE
Partenaire du Gala de l...
COMMUNAUTE SYNFIE EN LIGNE
 Discussion
 Echange d’information
 Communication interne au SYNFIE
 Opportunités de collab...
ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES
TIOS Group International recherche: un / une Associé(e).
TIOS Group I...
ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES
ESL & Network recherche: un / une CONSULTANT ET MANAGER du
Pôle Bruxe...
Contacter le SYNFIE
Rédaction, montage et diffusion par le SYNFIE, marque déposée.
Pour toute demande d’information ou pou...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

SYNFIE - Newsletter N3 - Juin 2015

90 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
90
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

SYNFIE - Newsletter N3 - Juin 2015

  1. 1. synfie www.synfie.fr Newsletter N°3 Juin 2015 Syndicat Français de l’Intelligence Économique Newsletter N3 Juin 2015  Edito du Président  Compte-rendu de l’AG 2015  Compte-rendu du débat  Ouverture du SYNFIE aux enseignants et chercheurs  Contributions des adhé- rents  Nouveaux adhérents  Recrutement  Annonces  Contacter le SYNFIE NOTRE MISSION Faire de l'intelligence économique un levier de croissance pour les entreprises et les territoires « L'éthique comme fonde- ment des métiers de l'intel- ligence économique » SYNFIE, 100 Avenue des Champs-Elysées 75008 Paris
  2. 2. Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 2 sur 21www.synfie.fr L e SYNFIE poursuit sa mue : de nouveaux adhé- rents, une maquette de lettre d'information relookée, une volonté de s'ouvrir aux institu- tions , aux membres de l'entreprise , des moda- lités d'expression tournées vers l'extérieur. L'un de nos objec- tifs prioritaires est d'affirmer la nécessité de développer la culture et l'usage de l'Intelligence Economique dans notre pays. Les incertitudes géopolitiques, une compétition interna- tionale de plus en plus vive, des combats entre les États qui ont de plus en plus recours au soft power (information, in- fluence, manipulation, bataille juridique) en lieu et place des armements conventionnels, nous laissent penser que le be- soin d'informations fiables, la maîtrise des circuits de déci- sion, les capacités d'action et d'influence, la maîtrise des nou- veaux outils numériques sont autant de pièces indispensables aux actions des chefs d'entreprise. C'est notre ambition que de représenter l'ensemble des professionnels qui agissent sur tous ces fronts dans notre pays. Rejoignez nous ! Alexandre MEDVEDOWKSKY, Président du SYNFIE. Edito du Président L’Assemblée Générale du SYN- FIE du 08/04/2015 a permis d’entériner la durée du man- dat de la Présidence du SYN- FIE à une période de 2 ans. Ainsi Alexandre MEDVE- DOWKSKY est reconduit dans ses fonctions de Président du SYNFIE pour l’année 2015.
  3. 3. Compte-rendu de l’Assemblée Générale 2015 L ’Assemblée Générale du SYNFIE qui s’est tenue le 08 avril 2015 fut un moment important dans la vie du Syndicat. Cet événement annuel est l’occasion de faire voter diverses questions administratives mais aussi de présenter d’une part les actions accomplies par le syndicat (quitus moral et qui- tus financier) et d’autre part les projets à venir (proposition de budget) en relation avec les axes de développement du SYNFIE. En outre, l’AG est un mo- ment privilégié d’échange entre les membres ainsi qu’une interaction directe avec les Administrateurs et le bureau du Syndicat. Au plan administratif, plusieurs points structurants ont été validés. Le siège du SYNFIE a été administrative- ment établi dans les locaux de la Société ESL & NET- WORK (France) SAS qui accepte de nous héberger. La création d’un nouveau Collège du SYNFIE dédié aux « Enseignants et Chercheurs en intelligence économi- que » a été validée. M. Thierry LAFON a été élu, à l’una- nimité, comme Représentant de ce nouveau Collège et membre du Conseil d’Administration. Enfin, le mandat du Président du SYN- FIE a été officielle- ment porté à 2 ans, ce qui maintient M. Alexandre MEDVE- DOWSKY à la prési- dence du Syndicat, une année supplé- mentaire. Le poste de Trésorier est occupé par Eric HANSEN. Le rapport moral est une présentation des réalisations du syndicat sur une période d’un an. Le SYNFIE a mis en œuvre ses actions de structuration du Syndicat et no- tamment la création du Comité d’Éthique (début 2014), la création du Collège des Enseignants et Chercheurs ainsi que le lancement d’une première antenne régio- nales en Aquitaine. Face à ses besoins internes d’orga- nisation, le bureau a créé également des postes de Chargés de Mission juridique, communication et opéra- tions. En termes de communication, plusieurs actions inter- nes et externes ont contribué à donner de la visibilité au syndicat. Citons, la lettre trimestrielle du SYNFIE, le nouvel annuaire des adhérents, sans oublier les élé- ments de communication digitale via la mise en place de notre page Wikipé- dia, la création d’un groupe de discussion sur LinkedIn réservé aux adhérents du SYN- FIE ainsi que la réacti- vation de notre comp- te Twitter. Fin 2014, le SYNFIE a organisé une première conférence-débat sur le projet de loi sur le secret des affaires, suivie par une seconde en date du 08 avril 2015. Naturellement, le Syndicat a poursuivi ses efforts de développement des relations avec D2IE et la CCI. Il a participé à différents événements de l’IE en France : Cogito 2014, Journée Nationale de l’IE à Palaiseau, Conférence à Troye… Le rapport financier fait état des revenus et dépenses du Syndicat ayant permis la réalisation de l’ensemble des projets constituant sa feuille de route pour 2014. Sur un plan comptable, l’année se traduit globalement par une insuffisance de 2 052 € en raison des dépenses (12 432 €) qui ont été supérieures au montant des coti- sations perçues (10 380 €). Cela correspond à une an- née d’investissement durant laquelle le SYNFIE conti- nue à se structurer et à gagner en visibilité. En termes de trésorerie, le Syndicat dispose d’un solde créditeur supérieur à 15 000 €. Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 3 sur 21www.synfie.fr « l’AG est un moment privi- légié d’échange entre les membres ainsi qu’une inte- raction directe avec les Ad- ministrateurs et le bureau du Syndicat »
  4. 4. Pour 2015, le SYNFIE s’est fixé les axes de développement suivant : Ani- mation du réseau et événements internes, Communication régionale, communication sur Twitter, nouvel- les conférences-débats sur l’IE et dé- veloppement de bonnes pratiques déontologiques. Pour réaliser ces actions le bureau a voté un budget d’environ 14 K€ permettant de cou- vrir l’ensemble des thèmes : anima- tion, communication, conférences- débats, frais de fonctionnement et frais incompressibles. Parallèlement, le Syndicat ambitionne d’intégrer une vingtaine de nouveaux membres ce qui porterait ainsi l’effectif du SYNFIE à 85 sociétés. A cet effet, le Secrétaire Général invite vigoureuse- ment l’ensemble des participants à promouvoir le SYNFIE dans leur en- tourage et à coopter leurs contacts susceptibles de constituer de nou- veaux candidats au SYNFIE. Suite au passage au vote, le rapport moral, le rapport financier ainsi que le budget 2015 ont été approuvés par l’ensemble des membres pré- sents ou représentés. L’Assemblée Générale se termine alors par une discussion ouverte ani- mée par Olivier De MAISON ROUGE sur le thème du « SYNFIE et la déon- tologie ». Ce dernier préconise la création d’un statut de « déontologue » au sein du SYNFIE qui serait, à l’instar de la profession de commissaire aux comptes, chargé d’une mission de « commissariat au droit & éthique ». Son rôle et sa mis- sion serait d’émettre des avis consul- tatifs, d’élaborer un guide pratique d’éthique, de contrôler les bonnes pratiques professionnelles et d’assu- rer le respect des engagements éthi- ques du syndicat. Il s’agirait d’intégrer cette fonction support au sein de la profession afin de renforcer sa dimension vertueuse en matière d’exemplarité, notam- ment à l’égard des pouvoirs publics. Cette proposition sera débattue pro- chainement au sein du Syndicat. L’Assemblée Générale 2015 fut suivie d’une conférence-débat sur le thème “Secret des affaires : les raisons d'un échec et perspectives” avec l’inter- vention de M. Alain JUILLET, de Mme Constance LE GRIP et de M. Yves THRÉARD. La conférence fut suivie d’un repas réservé aux membres du SYNFIE  Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 4 sur 21www.synfie.fr Compte-rendu de l’Assemblée Générale 2015 Projet Création d’un statut de « déontologue » au sein du SYNFIE qui serait, à l’instar de la profession de commis- saire aux comptes, chargé d’une mission de « commissariat au droit & éthique ».
  5. 5. Secret des affaires : les raisons d'un échec et perspectives 8 avril 2015 A lexandre MEDVEDOWSKY, après avoir été confirmé dans son mandat de Prési- dent du SYNFIE à l'issue de l'Assemblée générale du même jour, a procédé à l’introduction du sujet et à la présentation des intervenants. A cette occasion, il a voulu inscrire cette conférence dans le prolongement de celle du 02/12/2014 à laquelle Claude REVEL, déléguée interminis- térielle à l’Intelligence éco- nomique, et Jean-Jacques URVOAS, député, Président de la commission des Lois, étaient venus présenter la proposition de loi française sur la protection du secret des affaires, depuis lors in- tégrée sous forme d’amen- dement au projet de loi pour la croissance et l’activité, puis retiré devant la fronde manifestée. Le débat du 8 avril devait permettre d’en tirer les leçons et de parvenir à sortir par le haut, depuis Bruxelles. Il a rap- pelé que le SYNFIE reste en première ligne sur le sujet du secret des affai- res, dont il est un artisan dès lors que le thème embrasse largement le souci de sécurité des intérêts stratégiques des entreprises. A son tour, Alain JUILLET, ancien Haut Responsable à l’Intelligence Economi- que a rappelé avoir initialement man- daté en 2008/2009 Claude MATHON, Procureur général à la Cour de cassa- tion, pour réfléchir et faire des propo- sitions sur le sujet. Ses conclusions inachevées ont ensuite été reprises par Bernard CARAYON, député, et enfin ont été pour partie intégrées par le député Jean-Jacques URVOAS. Alain JUILLET voit donc une continuité et une persistance dans la velléité de se doter du « confidentiel entrepri- se », mais aussi, malheureusement, dans l'échec français ; le dernier en date étant à imputer à certains politi- ques et ONG ayant pointé les caren- ces de la proposition URVOAS s'agis- sant de la protection des journalistes et des lanceurs d'alerte, conduisant au retrait de l'amendement au projet de loi MACRON. Pour autant, il insiste sur la nécessité d'un tel texte, face au pillage de l'éco- nomie française et se réjouit de l'ini- tiative européenne. Puis, Constance LE GRIPP, députée européenne, rapporteur au nom de la commission des affaires juridiques au Parlement européen du projet de di- Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 5 sur 21www.synfie.fr Compte-rendu du débat Alain JUILLET Ancien Haut responsable pour l’Intelligence Économique auprès du Pre- mier Ministre Yves THRÉARD Editorialiste Directeur adjoint de la ré- daction au Figaro Constance LE GRIP Députée européenne, mem- bre de la commission des Affaires juridiques en charge du projet de directive sur le secret des affaires
  6. 6. rective sur la protection des secrets d’affaires et des savoir-faire, rappelle les grandes étapes du projet : étude comparative, projet rendu public le 18/11/2013 et examen par la Commis- sion européenne. Il est désormais pen- dant devant le Parlement, dont l'euro- députée est en charge pour la com- mission des affaires juridiques. Elle souligne notamment, suite aux échecs ren- contrés en France, que le Parlement agit en toute transparence et tient na- turellement compte des objections et des avis ex- térieurs. Elle évoque les observations destinées à parvenir à un consensus, notamment eu égard au respect du contradictoire. Elle est confiante quant à son adop- tion avant la fin de l'année 2015 sauf imprévu. Yves THRÉARD, journaliste, éditorialis- te et directeur adjoint de la rédaction du Figaro rappelle que la vocation d'un journaliste est précisément de percer au grand jour les secrets et notam- ment ceux des entreprises. Aussi, pour lui, un tel texte n'arrêtera pas cette soif de vérité et doit donc nécessaire- ment intégrer des garanties démocra- tiques. Ainsi, il dessine en relief les exonérations pour les enquêtes jour- nalistiques. En revanche, il émet des réserves sur le statut de lanceur d'alerte que la loi ne définit pas. Pour conclure, avant les questions nourries avec la salle, Oliver DE MAI- SON ROUGE, avocat ayant été associé à divers projets législatifs sur le secret des affaires, a rappelé la difficulté de l'exercice à vouloir aujourd'hui créer une zone d'ombre au sein de l'entre- prise, à l'heure de la transparence. Citant le philosophe Roger POL-DROIT, il estime qu'il serait bon de se souvenir que « le secret à ses vertus ». Toute- fois, s'agissant du secret des affaires, il expose que deux visions s'opposent : l'une, ultra libérale, voulue par cer- tains afin de soustraire à la connais- sance des corps intermédiaires et des autorités légitimes des actes « délictueux » de l'entreprise, l'autre étant une conception née au nom du patriotisme économique où le secret des affaires n'est pas fait pour dissi- muler des informations illégitimes, mais pour participer à la légitime dé- fense des entreprises, de l'outil de tra- vail et des emplois. Il s'agit de préser- ver la compétitivité et les avantages concurrentiels. C’est dans ce sens que doit voir le jour une telle initiative  Une équipe de tournage de Canal+ a suivi Mme Constance LE GRIP durant un mois. Elle était présente à l’occasion de no- tre conférence. Retrouvez la séquence vidéo en ligne: « Secret des affaires - Bruxelles n'a pas dit son der- nier mot » (http:// www.canalplus.fr/c-emissions/c-la- nouvelle-edition/pid7023-les- reportages.html) Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 6 sur 21www.synfie.fr « ... la vocation d'un jour- naliste est précisément de percer au grand jour les secrets et notamment ceux des entreprises. »
  7. 7. Nouveau « Collège des Enseignants et Chercheurs en intelligence Economique » Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 7 sur 21www.synfie.fr Une feuille de route pour le Collège « Enseignants & Chercheurs en IE » Le Conseil d’Administration du SYNFIE a décidé début 2015 la création d’un nouveau Collège « Enseignants & Chercheurs en IE » qui complète la palette des actions réalisées par les trois autres Collèges : « Prestataires », « Partenaires Stratégiques » et « Personnes Qualifiées ». L’Assemblée Gé- nérale du 8 avril 2015, a vu l’élection de son administra- teur, Thierry Lafon, 46 ans, un « jeune » doctorant à l’IRGO, laboratoire de l’IAE, rattaché à l’Ecole Doctorale de Bor- deaux Université et ensei- gnant en IE. Voici le programme de travail du Collège « Chercheurs et formateurs en IE » tel qu’il a été présenté en assemblée. Il comprend deux axes fondateurs: - Le premier projet est une publica- tion d’un état de l’art de l’offre de for- mation en IE proposée en France. Cette communication est destinée à accroître la visibilité de toutes ces formations et d’en déterminer leur caractère différen- ciant afin de faciliter la lisibilité par les étudiants et par les recruteurs. - Le second projet est d’offrir à la communauté scientifique et au monde professionnel, une meilleure connais- sance des recherches menées par les laboratoires et les chercheurs qui tra- vaillent sur des thématiques abordées en Intelligence Economique. Les premiers résultats de ces travaux devraient voir le jour au premier semes- tre 2016. Afin de faciliter la démarche proposée, voici une ébauche d’état de l’art des courants de la formation en Intelligence Economique française, réalisé à partir de publications disponibles en juin 2014. L’objectif est à la fois de disposer d’une première version-martyr mais aussi de conduire une réflexion sur l’im- portance de fluidifier la communication scientifique entre les chercheurs, les formateurs et le monde professionnel afin de disposer de bases communes. L’étude croisée des travaux de Smith & Kossou (2008), de Denécé (2009) et de la liste des formations en intelligence écono- mique proposées sur « Le Portail de l’IE » (en avril 2014) nous permettent de disposer de données sur les enseignements de l’IE en France. Nous étudierons le conte- nu de ces formations à partir de l’analyse syntaxique de leur libellé ainsi que du résu- mé de leur contenu pédagogique tel qu’il a été recueilli à cette date sur leur site inter- net. Un tableau de synthèse est disponible. Il ne prétend pas être exact ni exhaustif, mais il constitue une première étape du travail de recollement dans lequel les responsables des unités d’enseignement en IE, les ensei- gnants et les formateurs, sont conviés à apporter leur expertise. A partir des différents travaux cités ainsi que du tableau, nous constatons que se sont créées depuis 20 ans : 19 formations universitaires de niveau Licence & Master 2. Elles sont rattachées à l’enseignement des sciences de la communication, des sciences de gestion et des sciences de l’in- formation. 13 formations allant du diplôme privé au Master 2 sont proposées par des écoles de commerce & gestion et elles s’ar- ticulent soit autour du management, soit de la stratégie. Les écoles d’ingénieurs ne sont pas en reste car elles ont ouvert des formations spécialisées (6 en intelligence économique allant du diplôme privé au Master 2). Elles sont rattachées au domai- ne du traitement de l’information. « Les dirigeants des unités de formation en IE ainsi que les ensei- gnants et les forma- teurs qui les assurent sont conviés à partici- per à ces projets . » Les courants de la formation
  8. 8. Nouveau « Collège des Enseignants et Chercheurs en intelligence Economique » Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 8 sur 21www.synfie.fr Une analyse du contenu du libellé des formations et des résumés des programmes, fait ressortir les élé- ments suivants:  Le volet veille est intégré dans l’écrasante majorité des cursus (84,62%).  Dans près de la moitié des cursus de formation, sont enseignés les volets protection, influence ainsi que la stratégie.  Dans un tiers des cursus IE, sont étudiées les ma- tières telles que le management & la gestion ainsi que les sciences de l’information.  D’autres matières sont aussi proposées dans près de 20% des cas telles que les sciences de la com- munication, l’innovation, la justice & le droit ainsi que le marketing.  D’autres domaines d’enseignement connexes tels que le contrôle de gestion & la finance, la défense, l’intelligence territoriale, la gestion de crise sont présents dans 10% des cas. Il est alors possible de confronter ces éléments à quelques théories de l’IE et à plusieurs travaux de recherche. Si trois volets définissent l’IE selon Begin (2008), les volets protection et influence ne figurent pas dans plus de la moitié des cursus. Dans 15% des cursus, le volet veille n’est pas enseigné. Fig 1 Les 3 processus fondamentaux de l’IE Bégin (2008) Si le terme d’IES (Intelligence Economique et Stratégi- que) apparait en 2000 dans l’ouvrage de référence Bournois & Romani, « L'Intelligence économique et stratégique dans les entreprises françaises », s’il est communément employé, si l’enseignement de la straté- gie dépasse celui l’Influence en pourcentage : les modè- les proposés par plusieurs chercheurs tels que Bégin, déjà cité, ou Larrivet (2008) ne font pas apparaitre nom- mément la stratégie. Enfin et plus prosaïquement, certaines matières ne trouvent pas leur place dans la définition historique de l’IE publiée dans le rapport Martre (1994) ni dans celle proposée par Juillet (2006). Leur enseignement semble complémentaire à celui de l’IE. Conclusion Il nous apparait clairement que l’offre de formation est complexe et diversifiée. Le collège se propose donc de la rendre plus lisible pour qu’elle soit plus facilement retenue par les étudiants, mais aussi mieux appréciée par les recruteurs. Concernant la recherche, nous avons identifié des écarts entre la théorie, la modélisation par la recherche et le contenu pédagogique des formations. Il semble donc opportun au collège de faciliter la média- tisation des travaux de recherche afin d’améliorer leur visibilité, leur diffusion, les échanges entre les cher- cheurs et contribuer ainsi à une démarche d’améliora- tion continue partagée. Appel à contribution Nous remercions donc les responsables de formation, les enseignants, les formateurs, les chercheurs, mais aussi les étudiants à prendre contact avec le Collège Enseignant & Chercheurs pour contribuer à faire avan- cer le travail de recollement des formations et des re- cherches en Intelligence Economique. Naturellement, les membres du SYNFIE appartenant à ce Collège sont aussi conviés à contribuer à s’inscrire dans ce groupe de travail qui fera l’objet d’une publication collective au deuxième semestre 2015. Pour donner votre avis ou apporter votre contribution: Les contenus des formations college-enseignant-chercheur-synfie@laposte.net
  9. 9. Par Sophie LICARI L e « buzz » est sous son aspect positif une tech- nique marketing consistant à donner le plus de retentissement possible à un produit, service, événement ; avec l’essor des réseaux sociaux, permettant une diffusion virale de l’information, elle est à présent naturellement associée à internet. Mais sous sa face négative, le « bad buzz » est de nos jours une expression courante pour désigner une vague de critiques visant une organisation (entreprise, associa- tion, administration,…) - voire un individu. Sur internet, espace de délibération interactive et per- manente, la sphère de l’information est décentralisée, ses acteurs et relais innombrables ; s’y succèdent des bulles d’attention collectives. Peu de choses échappent à la vigilance d’un public hyper connecté, assumant son désir d’influence. La réactivité du consommateur, usa- ger, citoyen, à ce qu’il considère comme un écart de conduire d’une organisation, est ainsi de plus en plus forte - on réagit en temps réel, à flux tendu. Dans ce contexte, la sensibilité de nombreux sujets s’est accrue. Le bad buzz peut survenir à l’occasion d’une prise de parole d’une organisa- tion on ou off line (communication, pub, interview…), ou être lié à ses activités. On peut considérer qu’on est face à un bad buzz dès lors que le rythme des mentions critiques, propre à chaque entité, est significativement plus im- portant que d’habitude. Tout bad buzz n’est cependant pas crise, loin de là : la crise est une situation menaçant tout ou partie d’une organisation notamment parce qu’elle peut conduire à une rupture partielle voire totale du lien avec ses par- ties prenantes stratégiques (clients, investisseurs,…), et avoir des conséquences très déstabilisantes (recul du titre en bourse, baisse du résultat, départ d’un mana- ger...). Mais si la crise ne se confond pas avec le bad buzz, elle peut en être le rejeton… Si la polémique qui atteint l’organisation fragilise ce lien avec les stakehol- ders, elle peut générer une crise, que le buzz ait ou non déjà franchi la barrière, de moins en moins étanche avec la digitalisation de la société, entre la toile et les médias off line. Certains ont tendance à minimiser l’impact des bad buzz, considérant que l’un chasse l’autre, voire même à estimer qu’au fond ce sont des opportunités pour faire parler de soi… Croyances risquées, qui peuvent condui- re à négliger le problème. Le bad buzz peut laisser des traces critiques, entachant l’e-réputation d’une organi- sation, et créer les conditions, s’il se reproduit, de l’é- mergence d’une crise. Il convient donc, sans le dramati- ser, de prendre le bad buzz au sérieux ; et pour une entreprise, de préserver sa réputation en élaborant une stratégie dimensionnée à son intensité et à sa criti- cité (actions, communications selon un timing, une lo- calisation et un contenu appropriés). Les process de décision de l’entreprise doivent donc être adaptés, notamment en conjuguant réactivité, culture du risque, et respect des règles implicites du web. Les divisions de la communication et du commu- nity management doivent travailler de concert. Mais on peut en outre agir en amont, par la prévention des ris- ques de bad buzz : en effectuant une veille attentive (dont il faut tirer tout enseignement stratégique utile), en réévaluant tous ses points de vulnérabilité réputa- tionnelle à la lumière des sujets sensibles qui suscitent les réactions des réseaux sociaux, en apportant les me- sures correctrices possibles, et en préparant des élé- ments et outils de communications digitaux à déployer en cas de bad buzz  Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 9 sur 21www.synfie.fr Le « bad buzz » : définition, enjeux, traitement Bibliographie : « Very Bad Buzz », de M. MUZARD (Ed. Eyrolles 2015) « Le bad buzz peut laisser des traces critiques, enta- chant l’e-réputation d’une organisation, et créer les conditions, s’il se repro- duit, de l’émergence d’une crise. »
  10. 10. Par Olivier CARDINI L es territoires comme les communes n’échappent pas eux aux phénomè- nes de haute compétitivité et de mondialisation des changes avec les risques et les opportunités qui en découlent. Cela entraine de nouvelles prérogatives pour les élus qui deviennent de véritables managers pour élaborer et mettre en œuvre des straté- gies locales. A cet effet la démarche d’intelligence économi- que constitue un outil primordial pour leur réussite. Elle impose de sortir des sentiers battus, d’identifier, d’exploiter et de valoriser toutes les richesses de la commune (humaine, écono- mique, culturelle, technologique, savoir-faire spécifique) et de son environnement en jouant sur la diversification des filières, des synergies entre les acteurs avec pour finali- té ... la compétitivité du territoire. De l’intelli- gence économique à l’intelligence de l’em- ploi ... il n’y a qu’un pas. En effet, une entreprise ne pourrait réussir dans sa démarche d’intelligence économique sans développer un état d’esprit collaboratif fondé sur le travail en équipe et la création collective des richesses. Il en est de même pour une commune ou une collectivité locale dans sa recherche de performance et de com- pétitivité. Ainsi, par exemple, en matière de communica- tion d’influence et de synergie public/privé : entreprise et commune ont un intérêt com- mun à l’installation de futurs clients et admi- nistrés sur leur territoire en le rendant le plus attractif possible. Plus généralement, une approche d’intelligen- ce économique per- mettra de fédérer tous les acteurs lo- caux, d’organiser et de provoquer leur coopération, de favo- riser la circulation et l’échange d’informa- tions au plan local. Comme les entrepri- ses, les communes doivent développer de plus en plus, au- jourd’hui de vérita- bles stratégies de marque. A l’instar, de l’en- treprise ou les salariés peuvent être les « acteurs d’influence » de la marque, les habi- tants peuvent être les « acteurs d’influence » de leur commune, en termes d’image et d’at- trait, à l’intérieur comme à l’extérieur auprès de leurs contacts et de leurs relations  L’intelligence économique au service du développe- ment d’une commune « Comme les entrepri- ses, les communes doi- vent développer de plus en plus, aujourd’hui de véritables stratégies de marque. » « A l’instar, de l’entreprise ou les salariés peuvent être les « acteurs d’influence » de la marque, les habitants peuvent être les « acteurs d’influence » de leur com- mune, en termes d’image et d’attrait, à l’intérieur comme à l’extérieur auprès de leurs contacts et de leurs relations. » Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 10 sur 21www.synfie.fr
  11. 11. Par Olivier de MAISON ROUGE Avocat - Docteur en Droit Membre du Comité d’éthique du Syndicat des professionnels de l’intelli- gence économique (SYNFIE). Auteur du livre « Le Droit de l’intelligence économique » Editions Lamy U ne éthique professionnelle n’a aucune va- leur sans une autorité indépendante char- gée de veiller à son application et à son strict respect. A défaut, de tels engage- ments restent à l’état de vœux pieux, inopposables en cas d’incident ou de crise. Dans cet esprit, nous avons toujours soutenu que l’In- telligence Economique (IE) – qui est une démarche or- ganisée visant à la compétitivité de l’entreprise, par la maîtrise et la protection de l’information stratégique – ne pouvait que renvoyer à des comportements juridi- quement admis et responsables, regroupés autour de ce que l’on peut désigner comme étant un code de bonne conduite. Ce faisant, le droit, qui demeure une composante essentielle de l’IE, en fixe très précisément les contours, tout en rappelant les actes pénalement répréhensibles. Au-delà, dans cette démarche empirique de normalisa- tion de la profession, nous préconisons de manière complémentaire, la création d’un statut de « déontologue » au sein de SYNFIE qui serait, à l’instar de la profession de commissaire aux comptes, chargé d’une mission de « commissariat au droit & éthique ». Son rôle et sa mission serait d’émettre des avis consul- tatifs, d’élaborer un guide pratique d’éthique, de contrôler les bonnes pratiques professionnelles et d’as- surer le respect des engagements éthiques du syndicat. Il s’agirait d’intégrer cette fonction support au sein de la profession afin de renforcer sa dimension vertueuse en matière d’exemplarité, notamment à l’égard des pouvoirs publics. Afin de lever toute ambigüité et éluder toute résistance sur une telle initiative, il faut préciser qu’une telle mis- sion n’aurait pas pour objet de juger du travail des pra- ticiens de l’IE, lesquels ont d’ailleurs vu leurs missions largement évoluer techniquement, notamment en ma- tière de conseil, prérogatives, compétence et avis. Il s’agirait davantage d’une addition de compétences et une complémentarité fonctionnelle, au profit de la per- formance des métiers de l’IE, dans un souci de certifica- tion professionnelle. L’objectif affirmé d’une telle mesure, serait d’offrir un cadre référent déontologique conforme et sécurisé pour tous les professionnels de l’IE et d’afficher la ma- turité du syndicat et plus largement de la profession  Plaidoyer pour une dimension vertueuse et responsa- ble de l’intelligence économique Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 11 sur 21www.synfie.fr
  12. 12. "Cachez cette IE que je ne saurais voir..." L ’IE se présente généralement comme une dis- cipline, par nature, proche des centres de dé- cision et des directions générales d’entrepri- ses. Certains spécialistes n’hésitent d’ailleurs pas à considérer le conseil en intelligence économique comme partie intégrante du conseil en stratégie d’en- treprise. Paradoxalement, le marché du conseil en stratégie est légèrement en croissance alors que celui du conseil en intelligence économique peine à se déve- lopper depuis des années. On peut, dès lors, s’interro- ger sur les raisons d’un tel décalage. N’y aurait-il pas un problème de terminologie que les entreprises fran- çaises auraient des difficultés à appréhender ? L'IE ne décolle pas en France avec un marché limité à quelques 300 à 400 millions d'euros si l’on consolide les chiffres d’affaires des principaux cabinets d’IE en France. Pour quelles raisons ?  Manque de visibilité de cette discipline en France ?  Amalgame qui perdure entre IE et espionnage éco- nomique ?  Mythe de nombreuses entreprises qui rêvent tou- jours du "tout-gratuit" : informations, outils et com- pétences en gestion stratégique de l'information ?  Offre de services des cabinets d'IE qui semblent quelques fois l’apanage des grandes sociétés ?  Rareté des structures d'IE capables d'accompagner leurs clients sur des projets internationaux com- plexes qui requièrent de multiples expertises de haut niveau ?  Divers préjugés entourant l’IE qui apparaît comme « trop éloignée » des problématiques opérationnel- les des entreprises… Alors que le marché du conseil en stratégie et manage- ment d'entreprises représente environ 5 milliards d'euros en France(1) , on peut s'étonner du faible attrait des entreprises françaises pour l'intelligence économi- que. … Et si l'IE cherchait encore son positionnement ? La définition officielle de l'IE de la D2IE(2) aurait-elle pour conséquence d'englober au sein des entreprises un grand nombre de métiers différents qui entrent tous sous la thématique « Veille/Analyse – Protection – Influence». Cela engendre peut-être une dilution du concept même d'IE qui se voit ainsi "distribué" sur de multiples fonctions de l'entreprise. Par conséquent, chaque employé a « l'impression de pratiquer l'IE », ce qui est peut-être le cas, d'ailleurs ! Ainsi répartie dans l'entreprise, les dirigeants ne voient alors plus l'intérêt de recourir à un professionnel dédié à l'intelligence économique ! Cela sans parler des questions de termi- nologies qui « minent » régulièrement l’intelligence économique. En effet, l'IE semble souffrir d'une double difficulté: Certains termes anglo-saxons sont traduits de manière équivoque et créent la confusion. Ci- tons, par exemple, l'expression générique "business intelligence" qui se traduit par intelligence économique par les professionnels de l'IE et par infor- matique décisionnelle par les informaticiens. Dans son acception française, l'intelligence économique est ainsi souvent maladroitement transcrite par BI, Corporate Intelligence ou Strategic Intelligence, alors que sa tra- duction "la moins fausse" est peut-être "Business War- fare" qui incarne la notion de méthodes de renseigne- ments appliquées au monde des affaires, mais dans un cadre légal (excluant de facto toute opération clandes- tine). L'IE possède également sa propre terminologie, quelques fois héritée des milieux militaires ou du monde du renseignement et qui n'est pas encore véritablement entrée dans les grilles de lecture Par Eric HANSEN Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 12 sur 21www.synfie.fr
  13. 13. Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 13 sur 21www.synfie.fr "Cachez cette IE que je ne saurais voir..." des sociétés françaises. Si le vocable décrivant la veille et l'analyse semble communément admis, peu d'entrepri- ses ont intégré les concepts « les plus offensifs » de l'intelligence économique. Ainsi parler d'échiquiers de modéli- sation, de rapports de forces asymétriques, de théâtres d'opérations, de dispositifs d'influence ou de technique d'élicitation risque de nos jours d'effrayer bon nombre d'entreprises pourtant en proie avec les affres de la guerre économique ! En conséquence, plusieurs conclusions semblent s'imposer aux professionnels de l'intelligence économique: Privilégier, autant que possible, un vocabulaire et des descripteurs en français pour éviter toute ambiguïté malencontreuse et faciliter la compréhension des commanditaires des mis- sions d'IE. Réserver la terminologie « spécifique » de l'IE aux discussions entre professionnels de l'IE. Les organisations et les sociétés consommatrices de prestations en IE sont davantage à l'aise avec le vocable traditionnel du monde des affaires et notamment les descripteurs proches de leurs métiers et de leurs processus. Tout cela constitue alors une impérative nécessité des consultants en IE à toujours vulgari- ser leurs expertises et en démontrant davantage la valeur ajoutée qu’apporte l’intelligence économique à leurs clients…  (1) Cette donnée est tirée de l'étude d'activité annuelle 2013-14 réalisée par SYNTEC Conseil en Management auprès d'un panel de 120 cabinets représentatifs du secteur, publiée en juin 2014 http://www.syntec-management.com/7-syntec-conseil-en-management/155- enseignants-etudiants/188-le-conseil-en-quelques-chiffres.aspx) (2) Définition de la D2IE : « L’intelligence économique (IE) est un mode de gouvernance fondé sur la maîtrise et l’exploitation de l’informa- tion stratégique pour créer de la valeur durable dans une organisation. Elle se décline en veille/anticipation, maîtrise des risques (sécurité économique) et action proactive sur l’environnement (influence). » [http://www.intelligence-economique.gouv.fr]
  14. 14. De nouvelles sociétés nous ont rejoint ces derniers mois : Ils ont rejoint le SYNFIE BARZUN Jérôme, Avocat au Barreau de Paris, AYACHE SALAMA BOUCHENAK Zohra, Indépendante, CABINET BOUCHENAK ZOHRA GUGLIELMO Julien, Gérant, KOFRAM MAZET Laetitia, Consultante Stratégie et Management, ELAEMA DE MONTABERT Géraud , VP Strategic Intelligence, SCHNEIDER ELECTRIC QUINTARD Pierre, CEO, INVOXIS Bienvenue au SYNFIE ! Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 14 sur 21www.synfie.fr VIALA Bertrand, Strategic Advisor - Turkey & KRG, BEECHWOOD INTERNATIONAL
  15. 15. Les rencontres du master VTI : l’information dans tous ses états Représentation du SYNFIE Les rencontres du master VTI : l’information dans tous ses états La conférence du Master VTI (Veille Technologique & Innova- tion) qui s'est déroulée du 22 au 24 avril à l'Université Aix- Marseille, a accueilli des anciens du CRRM et du Master, pour témoigner de leur parcours et leurs métiers actuels autour de l'Intelligence économique depuis 20 ans. Ouvert à près de 50 participants de tout horizon (étudiants, entreprises, cher- cheurs et administrations), la conférence a montré une diver- sité des activités liées à l'intelligence économique et des po- tentialités offertes, notamment auprès des étudiants poursui- vant un cycle scientifique à l'Université (double compétence, spécialisation en formation initiale ou continue). A cette occa- sion, Alain BARONI, ancien du CRRM, dirigeant de la SA FRA- MATECH, Professeur Associé au Master et membre-fondateur et administrateur du SYNFIE a présenté les missions du SYN- FIE, son organisation, son actualité récente et a pu répondre aux nombreuses questions de l'auditoire. Le Master VTI est la première formation à distance, en Intelli- gence économique, ouverte en 2004, en France. Contact : Va- lérie LEVEILLE, Responsable du Master. Site web : www.master-vti.fr Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 15 sur 21www.synfie.fr
  16. 16. NOUVELLE CAMPAGNE DE RECRUTEMENT DU SYNFIE Chaque membre du SYNFIE est le représentant et « l’Ambassadeur » du Syndicat dans sa région et dans son réseau. C omme chaque année, le SYNFIE souhaite intégrer de nouvelles Sociétés afin de représenter toujours davantage les valeurs et l’éthique de l’Intelli- gence Economique en France. Ce développement ne saurait être porté uniquement par le Bureau du Syndicat. Chaque membre du SYNFIE est le représentant et « l’Ambassadeur » du Syndicat dans sa région et dans son réseau. Ainsi, sur le principe de la cooptation, chaque membre est invité à recommander les profes- sionnels en intelligence économique de son entourage dans lesquels il reconnaît les va- leurs, l’éthique et la posture du SYNFIE. Rappelons que le SYNFIE est organisé en Col- lèges pour permettre de réunir des profes- sionnels de tous horizons: Cabinets de conseil, Praticiens en entreprises, Enseignants et Chercheurs, Personnes qualifiées ainsi que des Représentants à l’Etranger. En tant que Parrain, vous trouverez toutes les informa- tions utiles pour présenter le SYNFIE à vos filleuls sur no- tre site internet. Vous pouvez naturellement demander au Bureau (Trésorier, Secrétaire Général, VP, Président) d’entrer en contact avec les candidats au SYNFIE. Le SYNFIE met alors en œuvre son processus de valida- tion des candidatures (vérification du dossier, entretien préalable et délibération en réunion du bureau). Si plusieurs candidats se présentent à la même pé- riode, le Syndicat peut éga- lement organiser une ré- union de présentation de ses activités et de son fonc- tionnement. Merci pour l’engagement et l’action de chacun d’entre vous ! Le Bureau RECRUTEMENT Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 16 sur 21www.synfie.fr
  17. 17. EVENEMENT Réservez votre soirée du 17 Juin 2015 pour participer au gala de L’IE organisé par l’EGE Partenaire du Gala de l’EGE, le SYNFIE donne rendez-vous à l’ensemble de ses membres ainsi qu’à leurs amis, pour partager ce moment unique de l’intelligence économique en France Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 17 sur 21www.synfie.fr
  18. 18. COMMUNAUTE SYNFIE EN LIGNE  Discussion  Echange d’information  Communication interne au SYNFIE  Opportunités de collaboration  Annonces Membres du SYNFIE, rejoignez notre groupe privé sur LinkedIn Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 18 sur 21www.synfie.fr
  19. 19. ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES TIOS Group International recherche: un / une Associé(e). TIOS Group International Créée en 2010, TIOS a pour objectif la promotion et le développement des sociétés Françaises à l'international. Nous sommes spécialistes sur la ré- gion ASEAN (Thaïlande, Malaisie, Philippines, Birmanie, Cam- bodge, Myanmar, Brunei, Viet Nam, Indonésie, Laos), et nos compétences sont les études et analyses stratégiques, et l'ana- lyse de circuits de décisions dans ces pays. Nous travaillons également sur les pays d’ Afrique de l’Ouest. TIOS est également en charge du développement et de la gestion de l’ Alliance Eu- ropéenne d’Intelligence Stratégique pour l’ADIT depuis 2012. TIOS Group International recherche: un / une Associé(e). Compétences: intelligence économique, développement international, diplômée grande école, expérience internationale, et compétences gestion grands comptes, anglais bilingue, une langue supplémentaire idéal, au minimum 5 ans d’expérience. Contactez Mme Caroline COURONNE. Caroline COURONNE Dirigeante TIOS Group International Carolinecouronne@ipfa-group.com TIOS Group International 102 Avenue des Champs Elysées - PARIS Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 19 sur 21www.synfie.fr
  20. 20. ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES  ANNONCES ESL & Network recherche: un / une CONSULTANT ET MANAGER du Pôle Bruxellois (Poste basé à Bruxelles) ESL & Network Pionnier de l’intelligence économique, ESL & Network, installé à Paris, Bruxelles, Doha et Dubaï, met à la disposition de ses clients son expertise et son ré- seau international pour recueillir l’information permettant de prendre leurs décisions stratégiques. Le groupe est aussi spécialisé dans l’organisation de conférences et forums inter- nationaux, et d’événements grand public. Ses 6 grands métiers : Monitoring, Public affairs/ lobbying, Business development/funding, Strategic communication, Events et Coaching/business events. Le groupe compte plus de 100 collaborateurs pour un chiffre d’affaires agrégé en 2014 de 20.790 k€. ESL & Network recherche: un / une CONSULTANT ET MANAGER du Pôle Bruxellois Profil & Compétences:  Excellente connaissance du fonctionnement des institutions européennes  (5 à 10 ans à Bruxelles)  Formation et expérience ayant permis de se construire un réseau de très haut niveau à Bruxelles  Management d’une équipe d’une quinzaine de personnes  Grande capacité de développement  Solide expérience de gestion d’un centre de profits  Capacité de prospecter et de gérer des relations avec des clients  Bonne connaissance des techniques de lobbying  Anglais, français et idéalement autre langue européenne Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 20 sur 21www.synfie.fr Organisation du Poste: POSITIONNEMENT DANS LA GOUVERNANCE • Administrateur délégué du pôle bruxellois. • Participation à toutes les instances des sociétés belges du groupe ESL : Conseils, Assemblées • Après période probatoire, nomination au Directoire du groupe  Rend compte directement au Président du Directoire TYPE DE CONTRAT • Le responsable du pôle est en convention de consultant avec avance d’honoraires basée sur un engagement de réalisation d’un chiffre d’affaires.  Il est également incité aux résultats du pôle. Contact:  Secrétariat de M. Alexandre MEDVEDOWSKY , +33 (0)1 40 73 14 07
  21. 21. Contacter le SYNFIE Rédaction, montage et diffusion par le SYNFIE, marque déposée. Pour toute demande d’information ou pour nous rejoindre, n’hésitez pas à nous contacter en laissant un message sur notre portail internet : http://www.synfie.fr ou par courrier postal POUR NOUS CONTACTER SYNFIE Syndicat Français de l'Intelligence Économique 100 Avenue des Champs-Elysées 75008 PARIS https://www.linkedin.com/groups? mostRecent=&gid=4910934&trk=my_groups-tile- flipgrp (à venir) PARTICIPATION EN LIGNE AVANT D'IMPRIMER, PENSEZ À L'ENVIRONNEMENT! Lettre d’information N°3 2ème Trimestre 2015 Page 21 sur 21www.synfie.fr

×