Appétits et appétences dans
Sex and the City :
un art de la consommation ou de la
consumation?

Elodie Chazalon
Maître de ...


Modes alimentaires et vestimentaires sont des indicateurs sociogénériques : statut social et marital, appartenance au
g...
PREMIERE PARTIE
Dis-moi ce que/comment tu
manges, je te dirai qui tu es
A.

L’être à soi et au monde

B.

Nourriture et ge...
A. L’ « être » à soi et au monde
La table: lieu de connivence et de transcendance
http://www.youtube.com/watch?v=ys-G2lI4rD0
Se nourrir vs. nourrir ses angoisses
”The beauty of living in New York city is that
you don’t have to sugar coat your feelings. But,
have New York women settle...
Carrie Bradshaw: l’épicurienne


Une « goûte-à-tout » : rapport arbitraire à la
nourriture  prédilection pour la rencontre au hasard



La nourriture ...
Miranda Hobbes: comfort food


Comfort
food
:
prédilection
pour
les
aliments
sucrés,
gras,
consistants
(gâteaux,
chocolat,
cookies,
beignets,
crèmes
é...
http://www.youtube.com/watch?v=xfk5iseN87k
Samantha Jones: maneater


Prédilection pour l’élément liquide : vin, cocktails alcoolisés



Une « picoreuse » : nourriture saine, légère (alime...
http://www.youtube.com/watch?v=XtFbBnLwITY
Charlotte York: feeding mom


Don (de nourriture, de soi) vs. ingestion



Rapport affectif à la nourriture : cuisine des gâteaux pour
réconforter, ...
B. Nourriture et genre/genre(s) de nourriture
http://www.youtube.com/watch?v=CYSsHEdWhi4
Mr Big aux fourneaux
La masculinité mise en bouteille
DEUXIEME PARTIE
Food is fun
A.

Du lien social au liant de l’intrigue : la
nourriture comme jeu (méta)narratif

B.

Mythol...
A. La nourriture comme liant de l’intrigue
B. Mythologie(s) américaine(s):
« mangeur hypermoderne »

éloge

du

•

Ambition holistique et « cosmopolite » de la série...
Une valse au McDonald’s (junk/USA/Occident) en robe Oscar de La Renta
(haute couture/Rep. Dominicaine) avec un sculpteur r...
DRESSING…


Dressing  manière de se vêtir, habillement
(variété
des
boutiques,
des
garderobes, mélange des genres et mat...
Sex and the city slideshow2
Sex and the city slideshow2
Sex and the city slideshow2
Sex and the city slideshow2
Sex and the city slideshow2
Sex and the city slideshow2
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Sex and the city slideshow2

948 vues

Publié le

This slideshow will be presented during the seminar "Se Vêtir, se nourrir" that will take place on February 25-26 2014 in Lyon (Université de la Mode, Lyon 2)

The talk will explore the impacts of consumer habits and practice (namely fashion and food choices) in the urban space and the construction of American mythologies.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
948
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Sex and the city slideshow2

  1. 1. Appétits et appétences dans Sex and the City : un art de la consommation ou de la consumation? Elodie Chazalon Maître de Conférences, Université de La Rochelle
  2. 2.  Modes alimentaires et vestimentaires sont des indicateurs sociogénériques : statut social et marital, appartenance au genre, orientation sexuelle…  Le motif alimentaire est sous-tendu par un réseau de dichotomies reliant bon/mauvais, sucré/salé/épicé, dur/mou, amer/doux, cuit/cru, pl ein/vide, solide/liquide, ingestion/rejet, goût/dégoût (mauvais goût), ordre et désordre (sentimental et alimentaire) et masculin/féminin  Le motif alimentaire fait le pont entre éthique et esthétique : télescopages cuisine conceptuelle, raffinée, et junk/street food ont pour corollaire le mélange haute-couture/modes de rue, high culture et culture(s) populaire(s)  Mots clefs : consommation, nourriture, mode, identité(s), power dressing/power lunching, éthique/esthétique, postmodernité, hypermodernité
  3. 3. PREMIERE PARTIE Dis-moi ce que/comment tu manges, je te dirai qui tu es A. L’être à soi et au monde B. Nourriture et genre / Genre(s) de nourriture
  4. 4. A. L’ « être » à soi et au monde
  5. 5. La table: lieu de connivence et de transcendance
  6. 6. http://www.youtube.com/watch?v=ys-G2lI4rD0
  7. 7. Se nourrir vs. nourrir ses angoisses
  8. 8. ”The beauty of living in New York city is that you don’t have to sugar coat your feelings. But, have New York women settled for a sugar-free existence as well? We accept Tasti D-Lite instead of real ice cream, emails instead of love songs, jokes instead of poetry. It is no wonder that when faced with the real thing, we can’t stomach it. Is it something we can learn to digest or have we become romance intolerant?” Carrie Bradshaw, S6 E14, « The Ick Factor » http://www.youtube.com/watch?v=kIZX61_fhc8
  9. 9. Carrie Bradshaw: l’épicurienne
  10. 10.  Une « goûte-à-tout » : rapport arbitraire à la nourriture  prédilection pour la rencontre au hasard  La nourriture comme « mise en scène » du moi : Carrie Bradshaw mange avec les doigts, dans le lit, parle la bouche pleine, « empotée » (nourriture au coin des lèvres, goinfrerie), nourriture comme jeu et enjeu  Rapport au corps : pas de complexes avéré, pas de désordre alimentaire apparent  épicurisme, appétit de vie  Corollaire : « bricolage » et jeux vestimentaire(s) food and fashion for fun
  11. 11. Miranda Hobbes: comfort food
  12. 12.  Comfort food : prédilection pour les aliments sucrés, gras, consistants (gâteaux, chocolat, cookies, beignets, crèmes épaisses, etc.) et industriels (Betty Crocker, Krispy Kreme, glaçage en bombe)  Troubles alimentaires : hyperphagie compensatoire), culpabilité, dégoût du corps  Comportement alimentaire : goinfrerie, besoin de « remplissage », addiction au sucre (vs. désert sexuel), ingestion rapide de nourriture, monotonie alimentaire  Corollaire : « laisser aller » vestimentaire dans la sphère privée (jogging, tee-shirts larges, casual wear), mode de vie effréné  comfort food / vêtements confortables (rôle
  13. 13. http://www.youtube.com/watch?v=xfk5iseN87k
  14. 14. Samantha Jones: maneater
  15. 15.  Prédilection pour l’élément liquide : vin, cocktails alcoolisés  Une « picoreuse » : nourriture saine, légère (aliments biologiques, salades de fruits), adepte de la nourriture et des restaurants « dernier cri »  Rapport au corps : obsession pour la plastique parfaite, peur de déformer son corps, de grossir, et du corps vieillissant (chair flétrie vs. chair ferme), nourriture comme élément du jeu sexuel  Substitue les hommes à la nourriture  Corollaire vestimentaire : attirail de la vamp (décolletés plongeants, matières transparentes, fluides, moulantes, imprimés zèbre, léopard, couleurs criardes, dorures, accessoires voyants)  Samantha  croqueuse d’hommes (maneater)
  16. 16. http://www.youtube.com/watch?v=XtFbBnLwITY
  17. 17. Charlotte York: feeding mom
  18. 18.  Don (de nourriture, de soi) vs. ingestion  Rapport affectif à la nourriture : cuisine des gâteaux pour réconforter, un repas de Shabbat pour se faire admirer, offre de la nourriture pour se faire pardonner  L’ « exploit culinaire » comme compensation à l’infécondité féminine : ventre plein vs. ventre (maternel) vide  Corollaire vestimentaire: look « preppy », vêtements classiques et féminins, couleurs pastel et poudrées  Charlotte  la « mère nourricière », cuisine/romantisme
  19. 19. B. Nourriture et genre/genre(s) de nourriture http://www.youtube.com/watch?v=CYSsHEdWhi4
  20. 20. Mr Big aux fourneaux
  21. 21. La masculinité mise en bouteille
  22. 22. DEUXIEME PARTIE Food is fun A. Du lien social au liant de l’intrigue : la nourriture comme jeu (méta)narratif B. Mythologie(s) américaine(s): Sex and the City ou l’éloge de l’hypermodernité
  23. 23. A. La nourriture comme liant de l’intrigue
  24. 24. B. Mythologie(s) américaine(s): « mangeur hypermoderne » éloge du • Ambition holistique et « cosmopolite » de la série : multiculturalisme culinaire et vestimentaire (Manhattan comme microcosme) • Télescopages entre cuisines raffinées et industrie agroalimentaire (junk/street food), entre haute couture, prêt-àporter et modes de rue, arts majeurs et arts mineurs • Comme les boutiques représentées, les restaurants participent d’une cartographie de l’intime et contribuent à l’américanité de la série • Mythologie américaine : les USA comme Pastorale et terre d’abondance
  25. 25. Une valse au McDonald’s (junk/USA/Occident) en robe Oscar de La Renta (haute couture/Rep. Dominicaine) avec un sculpteur russe (art noble/Orient)
  26. 26. DRESSING…  Dressing  manière de se vêtir, habillement (variété des boutiques, des garderobes, mélange des genres et matières)  Dressing  assaisonnement, sauce (variété des textures, des saveurs, des couleurs, des lieux de restauration, « piquant » de la série)  Dressing  pansement (la nourriture et la vêture comme nouveaux territoires du moi)

×