Revue semestRielle de la diRection des Relations inteRnationale
Zoom numEro 1 - juin 2014
Edition SpécialE
37e
anniversair...
à
nos héros
tombés
au champ
d’honneur
s.e. m. ismaÏl omaR GuelleH, PRésident dela RéPuBliQue
s.e. m. Hassan daRaR HouFFaneH, ministRe de la déFense
Bulletin d’information de l’armée djiBoutienne Zoom n° 1 |
haut commandEmEnt
de l’armée djiboutienne
5
GénéRal de division...
le cHeF d’etat-majoR, GeneRal des aRmées
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |
l
’importance pour une nation de s’ou-
vrir sur...
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |
a
l’’heure ou l’évolution s’affirme
comme une exi...
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |
Poursuivant un objectif commun les présidents G...
Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale12
mission de la dRi
Relations avec les diffé-
re...
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |
Suite à ces événements qui ont
perturbé l’ordre...
Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale14
pourvoir aux besoins
au coeur des priorités
c...
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |15
lt/col idRiss omaR eleyeH
commandant le Riad
...
Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale16
Bien des choses on été accomplies, davantage ...
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |17
Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale18
e
n vue de raffermir les
liens d’amitiés et
co...
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |
partenariat avec l’osc (bureau de la sécurité
e...
Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale20
la France, un partenaire priviligié
la visite...
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |
assistance pour la participation
aux opérations...
Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale22
amiSom’smandateis tohelp the-
federal Governm...
revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |
the joint peacekeeping training
which the djibo...
Zoom magazine final
Zoom magazine final
Zoom magazine final
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Zoom magazine final

454 vues

Publié le

Mot du Ministre de la défense
M. HASSAN DARAR HOUFFANEH

0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
454
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Zoom magazine final

  1. 1. Revue semestRielle de la diRection des Relations inteRnationale Zoom numEro 1 - juin 2014 Edition SpécialE 37e anniversaire d’indépendance
  2. 2. à nos héros tombés au champ d’honneur
  3. 3. s.e. m. ismaÏl omaR GuelleH, PRésident dela RéPuBliQue
  4. 4. s.e. m. Hassan daRaR HouFFaneH, ministRe de la déFense
  5. 5. Bulletin d’information de l’armée djiBoutienne Zoom n° 1 | haut commandEmEnt de l’armée djiboutienne 5 GénéRal de division ZaKaRia cHeiKH iBRaHim cHeF d’etat-majoR, GeneRal des aRmées GénéRal de BRiGade osman nouR cHeF d’etat-majoR, de la déFense GénéRal de division Hassan ali cHeF d’etat-majoR, de la déFense (Pi) GénéRal de BRiGade taHeR ali sous/cHeF d’etat-majoR de la déFense
  6. 6. le cHeF d’etat-majoR, GeneRal des aRmées
  7. 7. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 | l ’importance pour une nation de s’ou- vrir sur les autres n’est plus à faire, telle est l’essence de toute richesse. C’est dans cet esprit que l’armée djiboutienne sur directives expresses du Chef Suprême des armées, a mise sur pied un ambitieux pro- gramme de renforcement des capacités des forces aussi bien en Hommes formés par les meilleurs, qu’en matériels afin d’assurer la dé- fense de notre Pays mais aussi de participer au maintien de la paix en Somalie. C’est dans le même esprit que la direction des relations internationales a été créée tradui- sant une évolution positive profonde dans la gestion de nos partenariats avec les armées étrangères mais également des intérêts mili- taires de notre pays à l’étranger. a ce titre, je remercie l’ensemble de nos par- tenaires étrangers, représentant les armées de leurs nations respectives, pour leur dévoue- ment et leur disponibilité mais aussi et surtout pour l’apport de leur vision et de leur diffé- rence au quotidien. j’ai une pensée particulière pour nos cama- rades martyrs tombés au Champ d’Honneur a doumeira et en Somalie ainsi que les blessés au combat. j’exprime mon profond respect et ma compas- sion a leurs familles ainsi qu’a leur proches et je fais la promesse de perpétuer la mémoire de ces Soldats qui ont fait le sacrifice de leur vie pour notre Pays. Qui dit relations internationales ne peut et ne doit pas faire abstraction de la primauté de dé- finir et d’élaborer en amont un cadre relation- nel à même de garantir et de sauvegarder les intérêts de chaque partie et ce faisant, poser les bases d’une doctrine claire et solide. le défi est éminent, la tâche ardue, les mis- sions dévolues complexes et multiformes dans un monde en perpétuel changement. Canali- ser ces évolutions nées de la globalisation, les assimiler et les transposer à l’échelle de l’ar- mée djiboutienne doivent définir les maîtres mots d’une gestion des affaires internationales pertinente et en phase avec son époque. Charge donc à tout militaire, à tous les ni- veaux, de faire sien cet état d’esprit fondé sur l’ouverture au monde, le partage et la mise en commun dans le cadre des règles édictées mais aussi et surtout de brandir haut, en tout temps et en tout lieu, la bannière de notre na- tion et le prestige de notre armée. le GénéRal de division ZaKaRia cHeiKH iBRaHim mot du Général dE diviSion ZaKaria cheiKh ibrahim 7
  8. 8. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 | a l’’heure ou l’évolution s’affirme comme une exigence, dans un monde post 11 Septembre aux contours altérés et aux équilibres ébranlés, la république de djibouti a décidé d’assumer pleinement son rôle et de ne pas être en reste sur l’Histoire. en effet, le Président de la république, Chef Suprême des armées, son excellence ismael omar Guelleh, demeure un partisan acharné d’une paix durable en Somalie Ses directives à l’armée djiboutienne ont été claires : participer à la force amiSom et épauler les pays frères présents sur le théâtre d’opérations. en effet, le Président de la république, Chef suprême des armées, promoteur actif et in- fatigable d’une paix durable chez nos frères somaliens, a décidé de mettre à contribution nos forces de défense et de sécurité au sein de la force amiSom aux côtés de nos parte- naires africains déjà sur zone. C’est dans cette optique qu’un bataillon in- terarmes a été mis sur pied par l’armée dji- boutienne et déployé sur le sol somalien afin de répondre à ces directives. Parallèlement, l’armée djiboutienne a saisi l’importance de créer, à son niveau, un outil de suivi de la question : la direction des re- lations internationales. instituée par décret présidentiel à la date du 13 octobre 2009, la direction des relations internationales est chargée d’assister le Chef d’etat-major Général des armées dans la ges- tion des relations avec les armées étrangères et le traitement du volet coopération mili- taire. Pleinement gravée dans l’architecture cen- trale du commandement, elle constitue de- rechef, dans son domaine de compétence, le maillon incontournable dans le processus de prise de décision et contribue également au soutien des troupes déployées sur le théâtre somalien. de la gestion des relations avec les ministères ou encore avec les ambassades, de l’élabora- tion des chartes de coopération en passant par l’acquisition de matériels militaires, le panel des tâches est aussi large qu’hétéro- clite. tant au niveau régional qu’à l’échelle inter- nationale avec l’arrivée d’un contingent amé- ricain ou de la présence des partenaires traditionnels tels que la france, le directeur des relations internationales en la personne du Capitaine iBraHim ZaKaria CHeiKH, a su instaurer depuis sa prise de fonction une mé- canique de travail fluide à même de fournir un rendement optimum au profit des forces. reposant sur une structure et un squelette solide, elle se fonde sur plusieurs cellules of- ficiant par objectifs et par zone géographique cependant toutes réunies sous la mission première de défendre les intérêts des armées et délivrer un service efficace, efficient et de qualité à l’endroit de l’ensemble de l’institu- tion. Que de choses accomplies depuis sa créa- tion! en tout temps, les missions n’ont jamais tari, les défis encore moins, leur portée et leur éminence en décuplant souvent la te- neur. tour d’horizon. le directeur éditorial 9
  9. 9. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 | Poursuivant un objectif commun les présidents Guelleh et obama ont eu des discussions sur le renforcement de la coopération militaire entre les deux pays. dans le rôle stratégique de la guerre contre le terrorisme, le président obama a mis l’accent sur l’importante contribution de la ré- publique de djibouti pour la sécurisation de la région, notamment en so- malie et son désir de renforcer les moyens consécutifs dans le cadres des opérations de maintien de la paix. un univers StratégiquE c o m m u n 11
  10. 10. Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale12 mission de la dRi Relations avec les diffé- rents ministères la dri sert d’interface entre le haut commandement de l’ar- mée djiboutienne et les diffé- rents ministères et c’est au vue d’étudier tout document à ca- ractère militaire. afin de valo- riser les actions civilo- militaire initié entre autres par les pays amis, la dri est chargé d’assu- rer la liaison entre le haut com- mandement militaire et les différents ministères. Représentation étrangère a djibouti la direction traite es différents dossier dans le cadre de la coo- pération avec l’ensemble des attachées de défense présents sur le sol national. acquisition d’armement et d’équipements militaires visant a améliorer le potentiel militaire de nos forces, la dri travaille en étroite collabora- tion avec la division logistique pour l’acquisition réception des matériels et des équipement de l’armée djiboutienne. coopération régionale. les multiples situations de crise sur le continent africain ont amené les dirigeants africains à envisager, afin de remédier à cette situation, la mise en place d’organisation régionale. l’exemple le plus précis la mise en place d’une force africaine permettant ainsi de participer aux opérations de maintien de la paix. coopération internationale développer, raffermir les pro- jets de coopération en partena- riat avec les forces étrangères elaboration des chartes de coopération vis-à-vis des coali- tions étrangères. Quid du contexte GéoPolitiQue actuel le monde après le 11 Septem- bre 2001 a engendré un contexte mondial totalement différent dans le monde entier. en plus des guerres civiles et des coups d’état et des géno- cides, une nouvelle menace dite terrorisme a fait son appa- rition. avec l’avènement des nouvelles menaces dites asymétriques (le terrorisme, la piraterie la proli- fération des armes de destruc- tion massive), l’établissement d’un cordon intergouverne- mental en matière de lutte contre le terrorisme dans toutes ses formes devenait quasi vital. ainsi c’est dans cet élan, que des programmes tels que, le combine joint task force (cjtf- hoa) enduring freedom, mis- sion atalante, nestor, ont vu le jour et sont pleinement actif sur le sol djiboutien. une direction des relations internationales a été créée au sein de l’etat-major Général de l’armée djiboutienne, à la suite d’un décret présidentiel. le directeur des relations internationales assiste le chef d’etat-major Général des armées, pour les relations militaires bilatérales multilatérales avec les armées étrangères. de ce fait, la direction des relations internationales sert toujours d’interlocuteur et de courroie de transmission, entre le chef d’etat- major général des armées, et les armées étrangères. création dE la direction relations internationales
  11. 11. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 | Suite à ces événements qui ont perturbé l’ordre mondial, la ré- publique de djibouti fut un des premiers pays engagé dans la lutte contre le terrorisme. la république de djibouti qui par sa position éminemment stratégique est devenu un point d’appui idéal pour la lutte contre le terrorisme et la pira- terie. djiBouti et les Bases étRanGèRes la france disposant à djibouti de sa plus grande base militaire à l’étranger, est de loin la base la plus ancienne. Pour la france, djibouti est à la fois une base de projection ses forces aériennes et navales et un terrain d’entrainement. depuis les attentats du 11 Sep- tembre 2001, la république de djibouti est devenue l’unique base américaine du territoire africain et le point idéal pour la lutte contre le terrorisme dans la corne de l’afrique et la pé- ninsule arabique. djibouti accueille aussi les forces européennes de l’opéra- tion atalante (france, alle- magne, espagne, la Grèce, la Suède, les Pays-Bas, la Bel- gique, le royaume –uni, la fin- lande, le luxembourg, le Portugal, etc.…, au total ce sont près de 2000 militaires qui sont engagés dans cette opération. 1ère opération maritime euro- péenne pour la sécurisation des navires et la défense contre les actes de piraterie aux larges des eaux territoriales et les côtes somaliennes. afin de sécuriser ses routes de ravitaillement (un dixième des 20 000 bateaux qui franchis- sent chaque année le détroit de Bab el mandeb, au large de dji- bouti, de la Somalie et du Yémen naviguent sous pavillon japonais) le japon dispose pour la 1ère fois dans un pays étran- ger et ce depuis 1945 une base à djibouti. Plusieurs autres armées sont déployés , espagnole, alle- mande et italienne sont pré- sentes, pour contrer la piraterie. orGaniGramme dirEction rElationS intErnationalES 13 chef d’etat-major Général des armées (cemGa) directeur Relations internationales (assistant du cemGa en relations avec les armées étrangères et du partenariat avec les société étatiques) cellule acquisition des matériels cellule Représenta- tions étrangères à djibouti cellule Protocole cellule monde afrique onu,asie,euRoPe ameRiQue Proche et moyen orient
  12. 12. Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale14 pourvoir aux besoins au coeur des priorités chefs de corps col. moHamed ali oBsieH diRecteuR de l’amia lt/col waHiB moussa KalinleH commandant la FoRce aéRienne col. moHamed elmi HaBaneH commandant le 2eme RGt/RaR une direction des relations internationales a été créée au sein de l’etat-major Général de l’armée djiboutienne, à la suite d’un décret présidentiel. le directeur des relations internationales assiste le chef d’etat-major Général des armées, pour les relations militaires bila- térales multilatérales avec les armées étrangères. de ce fait, la direction des rela- tions internationales sert toujours d’inter- locuteur et de courroie de transmission, entre le chef d’etat-major général des armées, et les armées étrangères. col. aBdouRaHman aden cHeR commandant la maRine nationale
  13. 13. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |15 lt/col idRiss omaR eleyeH commandant le Riad lt/col Fouad elmi wais commandant la dcmad lt/col waGdi djama moussa commandant le RQG lt/col. aBdouwassa Ben moHamed commandant le Biaas lt/col aHmed said Guedi commandant le RGt/Bl lt/col moHamed HeRsi omaR commandant le RGt/aRt. lt/col omaR ali Guedi commandant l’ecomil lt/col aden Hassan GalaB commandant le Riao cdt ali cHeHem daoud commandant le Riat
  14. 14. Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale16 Bien des choses on été accomplies, davantage reste à réaliser. a partir des ma- tériels en excédent cédés par l’armée américaine, l’armée djiboutienne est en phase d’acquérir des véhicules de tout type dans tous les domaines et pour tout type d’engagement. des véhicules blindés aux avions de transport de troupe en passant par les patrouilleurs, les perspectives s’affinent et se font plus claires. a terme, au-delà de l’aspect matériel pur, ces agencements consti- tuent une valeur ajoutée indéniable pour l’ensemble des forces, toutes armées confondues, répondant à des besoins plus spécifiques de jour en jour, à des menaces de moins en moins conventionnelles, et ce faisant posant les bases de l’armée de demain. bilans et réalisations
  15. 15. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 |17
  16. 16. Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale18 e n vue de raffermir les liens d’amitiés et consolider les relations de coopération mili- taire, la république de djibouti et la république fédérale démo- cratique d’ethiopie ont mis en place un comité de défense au niveau ministériel et au niveau des deux etats-majors respec- tifs. Partageant un objectif com- mun, particulièrement dans les opérations de maintien de la paix, une réunion du comité entre les hauts militaires des pays respectifs est organisée tous les 6 mois. face aux nouveaux enjeux sé- curitaires internationaux, les di- rigeants des deux armées ont adopté une stratégie militaire commune dans le domaine de la défense et de la sécurité. une coopération réGionale rEnforcéE
  17. 17. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 | partenariat avec l’osc (bureau de la sécurité et de coopération) le chef du bureau de la sécurité et de la coopération auprès de l’am- bassade des etats-unis à djibouti est chargé, en étroite collaboration avec la direction relation internationale, de renforcer les relations mi- litaires entre les deux pays. dans le cadre de la coopération militaire entre le gouvernement américain et le gouvernement djiboutien, un programme d’assistance sécuritaire initié par les etats-unis d’amé- rique a été mis sur pied et ce au profit de l’armée djiboutienne. assistance SécuritairE uS au profit de l’armée djiboutienne 19 partenariat avec l’osc (bureau de la sécurité et de coopération) extension des laboratoires de la lanGue anGlaise Situé au Camp Cheikh osman le laboratoire de la langue anglaise a été inauguré en 1986. l’objectif est d’enseigner la langue anglaise à nos mili- taires, afin de pouvoir suivre les formations militaires et universitaires octroyés par le gouvernement américain au profit de l’armée djiboutienne. depuis, plus de 700 soldat et officiers ont été formé au centre d’instruction de la langue anglaise. egalement, afin d’améliorer l’environne- ment de l’enseignement de la langue anglaise, l’ambas- sade des etats-unis d’amérique par le biais du bureau de la coopération et de la sécurité a accordé un financement pour la création des nouveaux laboratoires de la langue anglaise.nouveaux laboratoires seront opérationnels d’ici la fin de l’année 2014.. renforcement du partenariat militaire entre les deux nations Sur invitation du command de l’afriCom le général david m.rodriGueZ, le chef d’etat-major Général des armées, le Général de division Zakaria Cheik ibrahim a effectué une visite de travail au centre du Commandement pour l’afrique (afriCom) à Stuttgart en allemagne en mai 2014. lors de cette visite, les deux Généraux ont discuté de la poursuite des programmes de coopération, dans le domaine de la sécurité et du renforcement des capacités de l’armée djiboutienne, notamment dans les opérations de maintien de la paix et de la lutte contre le terrorisme. la visite chef d’état-major général de l’armée djiboutienne au centre de commandement de l’afri- com (17 au 23 mai 2014) coïncidant avec la visite récente du président Guelleh à Washington a marqué un nouvel élan dans les relations militaires entre les deux nations.
  18. 18. Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale20 la France, un partenaire priviligié la visite du chef d’etat-major des armées, l’amiral Guillaud courant décem- bre 2013, s’inscrit dans le cadre du raffermissement des relations séculaires entre djibouti et la France. c’est dans cet esprit que l’officier général a pu ren- contrer le Président de la République, chef suprême des armées, ainsi que le chef d’etat-major Général des armées djiboutien. ont été passés en revue les grands chantiers finalisés témoignant de l’excellence des relations franco-dji- boutiennes mais figurait également à l’ordre du jour les accords de défense dans un format actualisé et mis à jour. coopération francE/arméE djiboutiEnnE
  19. 19. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 | assistance pour la participation aux opérations de maintien de la paix située dans une zone géographiquement tourmentée, djibouti, en dépit de ses ressources limitées, fait partie des pays contributeurs de troupes dans les opérations de maintien de la Paix. la France, au travers du programme RecamP, a joué un rôle crucial quant au renforcement des capacités opéra- tionnelles des bataillons djiboutiens en somalie puisque des cessions ont été opérées au profit de l’armée djioutienne, cessions portant sur les matériels spécifiques aux troupes déployées en opération extérieure. 21
  20. 20. Zoom n°1 | revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale22 amiSom’smandateis tohelp the- federal Government ofSomalia toestablish and maintaina sa- feandsecureenvironmentwithinw- hich the peopleof Somaliacan rebuildasecure,stable, peaceful andprosperous Somalia. thiswill- bebasedonrespectfortraditional Somali culture, valuesandwayo- flife,whereconflictsareresolved peacefullyandcitizens’ safetyisgua- ranteed. amiSomwillcontinue toworka- longside,mentor,train,and enhan- cethecapacityof theSomali Policeforceand theSomali natio- nal armyto enable them to ta- keonthefullresponsibilityfor national defense,securityandpu- blic orderinorder toenforceand en- hancetherule of law. djibouti as a nation and armymotivations: Historical and cultural ties bet- ween Somalia and the republic of djibouti have existed since ancient times. in fact, djibouti involve- ment in Somalia is an evident but also,an extremely important factor in the stability of the horn of africa. Since becoming a sovereign nation in june 1977, djibouti’s national security and economic develop- ment has been greatly affected by conflict in this area, not least by the constant flow of displaced re- fugees from neighboring coun- tries. djiboutian commitment to this ob- jective has been driven, not only by the political leadership, but also by the people themselves, focu- sing along with the international community in finding solutions to the Somali crisis. the djiboutian Head of State was amongst the first to address the united nations Peace and Security Council in new York. even earlier, the djibouti So- mali reconciliation Conference of 2000, in arta town, was also a well known step in this process. in 2011, djibouti’s interest in ex- panding its involvement in peace- keeping operations bore fruit; in particular, being invited to play an important role in Somalia. this was demonstrated by the esta- blishment of a training facility set up in partnership with the united States of america, through aCota program. the african union(au),of which somalia is a member state, seeks to find an african solution to an african problem. it created amisom to provide a chan- nel of three components; civilian, Police and military through which the somalis could solvetheir own problems.the mission was mandated by the au Peace and security council and endorsed by theun security council in the spirit of complementarity and subsidiarity. amisom
  21. 21. revue SemeStrielle de la direCtion deS relationS internationale Zoom n°1 | the joint peacekeeping training which the djibouti army delivered was to strengthen djibouti’s capa- city to contribute efficiently to peace and stability efforts on the continent, particularly in Somalia. By including djibouti, as the third of the african troop Contributing Countries (tCCs) in amiSom, the impact of the djiboutian contin- gent will be far greater than just the number (a battalion of 900) of soldiers deploying; our history, language and culture shared with the people of Somalia means we have an affinity with them as kin. this is an incredibly valuable asset, something that no other tCC can offer. notwithstanding that, we djibou- tian recognize and applaud the outstanding efforts, courage and sacrifice uganda and Burundi, who stepped up to face these diffi- cult challenges from the beginning of the campaign. in addition, djiboutian could not just stand back and admire all that has been achieved already: it is more an obligation for them to participate with the international community and help their Somali sisters and brothers. therefore, our deployment into Somalia should not be seen as me- rely bolstering djiboutian national interests, but more as a genuine integration into this african drive to stabilize Somalia. djiboutian troops’ contribution will further consolidate current amiSom troops’ achievements on the ground through the following: 1. as the interface between ami- Som troops and the Somali peo- ple, enhancing trust and the spirit of co-operation (e.g. political ne- gotiations, humanitarian corridor facilitation etc.) 2. assisting amiSom in delivering expertise and building an effective Somali national Security force 3. fighting under the authority of the amiSom force Commander against aoG’s and deny any op- portunity to those spoilers who seek to destabilize Somalis secu- rity, stability and reconstruction as the amisom Force spokesperson • Being the first point of contact for the media and a direct com- munication link between the mis- sion, the Somali people and other target audiences. • Having the opportunity to inter- act with the public regularly, en- sure to establishing relationship built on trust and familiarity. • Speaking Somali will bring a dee- per understanding and engage- ment with the people of the country (because more and well acquainted with the culture, reli- gion, etc...). moreover with the essential assis- tance of the Public information Center team, my personal input to the success of this mainly african coalition effort will be to enhance the mission overall picture by dis- seminating comprehensive mes- sages to the media and different stakeholders, furthering the gains that have been reached so far by my colleagues and predecessors in this same function. 23

×