SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  67
Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016
République de Côte d’Ivoire
Union – Discipline – Travail
Le C2D, un partenariat au service du développement
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
PROJET FILIERES AGROALIMENTAIRES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI)
COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE
CONTROLE DES ALIMENTS
JUIN 2016
MANUEL DE PROCÉDURES DU FONDS
D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES
FILIERES AGROALIMENTAIRES
2
CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DU MANUEL........................................................... 7
1.1. OBJECTIFS DU MANUEL DE PROCEDURES......................................................................... 7
1.2. STRUCTURATION DU MANUEL............................................................................................. 7
1.3. MISE A JOUR DU MANUEL DE PROCEDURES..................................................................... 8
1.3.1 Modification des procédures ...................................................................................................... 8
1.3.2 Responsabilité de la mise à jour du manuel ............................................................................... 8
1.3.3 Méthodologie de la mise à jour du manuel ................................................................................ 9
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES
FILIERES AGROALIMENTAIRES .................................................................................................... 11
2.1 PRESENTATION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES ...................................................................................................................... 11
2.1.1 Cadre réglementaire du FAIFA .................................................................................................. 11
2.1.2 Ancrage institutionnel du FAIFA................................................................................................ 11
2.1.3 Objectif global du FAIFA............................................................................................................ 11
2.1.4 Caractéristiques du Fonds......................................................................................................... 12
2.1.4.1 Fonds de subvention aux projets d’appui aux investissements SSA......................................... 12
2.1.4.2 Fonds de garantie aux investissements SSA agricoles .............................................................. 12
2.1.5 Taux de garantie pour les bénéficiaires du Fonds de garantie ................................................. 13
2.1.6 Capital du FAIFA ........................................................................................................................ 13
2.1.7 Stratégie d’intervention du Fonds............................................................................................. 13
2.1.7.1 Stratégie d’intervention du Fonds de subvention..................................................................... 14
2.1.7.2 Stratégie d’intervention du Fonds de garantie ......................................................................... 14
2.1.7.2.1 Réalisation des opérations de garantie............................................................................... 14
2.1.7.2.2 Bonification du taux d’intérêt et rallongement de la durée du crédit................................ 14
2.1.8 Bénéficiaires du Fonds .............................................................................................................. 15
2.1.9 Domaine d’intervention du FAIFA............................................................................................. 15
2.1.10 Modalité d’intervention du FAIFA............................................................................................. 15
2.2 CRITERES D’ELIGIBILITE AU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES
FILIERES AGROALIMENTAIRES (FAIFA)..................................................................................... 16
2.2.1 Conditions liées aux bénéficiaires............................................................................................. 16
2.2.2 Conditions liées aux projets ...................................................................................................... 16
2.2.3 Délai de remboursement des prêts........................................................................................... 17
2.2.4 Critères de sélection des projets............................................................................................... 17
2.2.4.1 Compétences techniques et/ou managériale du porteur du projet......................................... 17
2.2.4.2 Faisabilité technique du projet ................................................................................................. 18
2.2.4.3 Viabilité économique et rentabilité financière ......................................................................... 18
2.2.5 Liste des pièces à fournir........................................................................................................... 18
2.3 CONTRACTUALISATION DU FONDS........................................................................................... 19
2.3.1 Champ d’intervention ............................................................................................................... 19
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
SOMMAIRE
3
2.3.2 Conditions d’octroi du Fonds .................................................................................................... 19
2.4 ORGANISATION ET GESTION DU FAIFA..................................................................................... 21
2.4.1 Organes de gestion.................................................................................................................... 21
2.4.1.1 Le Comité de Pilotage du Fonds (CP- FAIFA)............................................................................. 21
2.4.1.2 La Cellule Technique d’Examen des dossiers de demande d’appui du FAIFA (CTE-FAIFA)....... 21
2.4.1.3 Le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA).......................................................................... 22
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES .......................................... 24
3.1 PRINCIPES GENERAUX DE SELECTION ET DE FINANCEMENT DES PROJETS PAR LE FONDS...... 24
3.2 PROCEDURES OPERATIONNELLES............................................................................................. 25
3.2.2 Procédures d’accès au Fonds..................................................................................................... 25
3.2.2.1 OBJECTIFS DES PROCEDURES.................................................................................................. 25
3.2.2.2 PRINCIPAUX INTERVENANTS .................................................................................................. 25
3.2.2.3 Principaux documents utilisés................................................................................................... 26
3.2.2.4 Description des opérations ....................................................................................................... 26
3.2.2.5 Fiche de tâches.......................................................................................................................... 28
3.2.3 Procédures de décaissement des fonds...................................................................................... 30
3.2.3.1 Objectifs de la procédure.......................................................................................................... 30
3.2.3.2 Principaux intervenants............................................................................................................. 30
3.2.3.3 Principaux documents utilisés................................................................................................... 31
3.2.3.4 Description des opérations ....................................................................................................... 31
3.2.4 Procédures de suivi des projets financés ................................................................................... 31
3.2.5 Procédures d’appel à la garantie................................................................................................ 36
3.2.5.1 Objectifs des procédures........................................................................................................... 36
3.2.5.2 Principaux intervenants............................................................................................................. 36
3.2.5.4 Description des opérations ....................................................................................................... 36
3.2.5.5 Fiche de tâches.......................................................................................................................... 37
ANNEXES ............................................................................................................................................ 39
4
ABREVIATIONS SIGNIFICATIONS
AFD Agence Française de Développement
ANCSSA Agence Nationale de Contrôle de la Sécurité Sanitaire des Aliments
C2D Contrat de Désendettement et de Développement
CP-FAIFA
Comité de Pilotage du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières
Agroalimentaires
CTE-FAIFA
Cellule Technique d’Examen du Fonds d’Appui aux Investissements dans les
Filières Agroalimentaires
FADCI Filières Agroalimentaires Durables de Côte d’Ivoire
FAIFA Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires
FIRCA Fonds Inter professionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles
IMF Institutions de Micro- Finance
MINADER Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural
OP Organisation Professionnelle
SSA Sécurité Sanitaire des Aliments
ST-FAIFA
Service Technique du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières
Agroalimentaires
UCP - FADCI Unité de Coordination du Projet FADCI
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Glossaire des sigles et abréviations
5
Le présent manuel ne couvre que la période de mise en œuvre du Projet FADCI, volet 3.1 :
« Appui au Système National de Contrôle des Aliments », sous composante 3.1.2 « Appui aux
Filières Agricoles ».
Au terme du Projet, les différentes parties prenantes détermineront les modalités de gestion du
Fonds de Garantie du FAIFA.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
AVERTISSEMENT
6
CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE
DU MANUEL DE PROCÉDURES
7
1. PRÉSENTATION GENERALE DU MANUEL DE PROCÉDURES
1.1. OBJECTIFS DU MANUEL DE PROCEDURES
Le manuel de procédure du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières
Agroalimentaires formalise les principales procédures de gestion administrative, technique et
financière de ce fonds.
Il a pour objectifs de :
- décrire l’organisation du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières
Agroalimentaires ;
- fournir un cadre formel d’exécution des opérations d’appui aux investissements dans le
cadre de subventions ;
- fournir un cadre formel d’exécution des opérations d’octroi et de remboursement des
crédits ;
- décrire les méthodes de sélection des projets et les critères d’éligibilité au Fonds
d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires ;
- Mettre en place un contrôle interne efficace.
1.2. STRUCTURATION DU MANUEL
Pour une commodité de lecture et d'utilisation, les procédures sont classées par cycle
d’opérations homogènes. Cette option offre l’avantage de présenter un document cohérent et
facile d'accès pour les acteurs et les contrôleurs du processus.
La structuration par cycle d’opérations distingue :
- Les principes généraux du cycle qui détaillent les généralités, les procédures concernées ;
- Le traitement des procédures une à une qui comprend :
 l’objet de la procédure ;
 l’application de la procédure ;
 les règles de gestion particulières ;
 les étapes de la procédure.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE
DU MANUEL
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Objectifs, structuration et mise à jour du manuel
de procédures
8
Ce manuel comprend trois chapitres que sont:
Chapitre 1 : Présentation générale du manuel des procédures
Cette partie présente l’organisation du manuel. Ce manuel est structuré de manière à faciliter
son exploitation et sa mise à jour afin de l’adapter à l’évolution tant de la gestion du Fonds
d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires que des procédures
formalisées.
Chapitre 2 : Description du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières
Agroalimentaires
Cette partie présente le Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires
notamment, ses objectifs, les instruments du Fonds, ses organes de gestion, les bénéficiaires et
la liste des pièces à fournir ainsi que les conditions d’appui, d’octroi et de remboursement des
crédits.
Chapitre 3 : Procédures opérationnelles
Cette dernière partie décrit les différentes procédures relatives au fonctionnement du FAIFA
1.3. MISE A JOUR DU MANUEL DE PROCEDURES
1.3.1 Modification des procédures
La mise à jour du manuel est aussi importante que son élaboration. Une liste des détenteurs du
manuel sera tenue par la Direction Exécutive du FIRCA pour permettre la mise à jour de tous
les exemplaires chaque fois qu’une modification sera opérée.
La mise à jour peut être motivée par :
- des changements dans la structure ou les activités du Fonds ;
- des modifications des systèmes de procédures dans le but de les améliorer pour faire
face à des situations nouvelles.
1.3.2 Responsabilité de la mise à jour du manuel
La responsabilité de la mise à jour du manuel de procédures incombe à la Direction Exécutive
du FIRCA, sur instruction du Comité de Pilotage du Fonds.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE
DU MANUEL Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Objectifs, structuration et mise à jour du manuel
de procédures
9
1.3.3 Méthodologie de la mise à jour du manuel
Lorsque la décision de modification des procédures existantes est envisagée, le Président du
Comité de Pilotage convoque une réunion à laquelle doivent participer tous les membres. Cette
réunion doit débattre de l’opportunité de la modification proposée.
A l’issue de cette réunion, un procès-verbal est établi en indiquant les éléments suivants :
- les procédures devant être modifiées ;
- les raisons pour lesquelles les modifications sont demandées ;
- les principes et les termes des modifications à apporter ;
- la personne chargée de rédiger les nouvelles procédures à inclure au manuel.
Après adoption du texte définitif par le Comité de Pilotage, la Direction Exécutive du FIRCA
se charge d’intégrer les modifications apportées dans le manuel, de demander l’ANO de l’AFD
sur la nouvelle version du manuel et de mettre cette nouvelle version à la disposition des
détenteurs.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE
DU MANUEL Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Objectifs, structuration et mise à jour du manuel
de procédures
10
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS
D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES
FILIERES AGROALIMENTAIRES
11
2.1 PRESENTATION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES
FILIERES AGROALIMENTAIRES
2.1.1 Cadre réglementaire du FAIFA
Le FAIFA procède des actes ci-dessous :
- convention d’affectation AFD N° CCI 1434 01 F du 28 avril 2016
- convention N°…….. /FADCI-C2D/MINADER ;
2.1.2 Ancrage institutionnel du FAIFA
Au plan institutionnel, le fonds est sous la tutelle des Ministères en charge de l’Agriculture et
des Productions Animales.
2.1.3 Objectif global du FAIFA
L’objectif global du FAIFA est de permettre aux opérateurs agro-alimentaires d’intégrer la
Sécurité Sanitaire des Aliments (SSA) et de potentialiser leurs échanges commerciaux en
améliorant la crédibilité de l’origine Côte d’Ivoire.
De façon spécifique, il s’agira d’accompagner les opérateurs des Filières Agroalimentaires
ciblées (avicole, porcine, maïs, légumière/maraîchère) dans les investissements nécessaires à
une meilleure prise en compte de la SSA dans le processus de production, de transformation et
de commercialisation des produits1.
La mise en œuvre de ce Fonds permettra de promouvoir :
- L’appui pour la mise en conformité aux règlements SSA ou la mise aux normes
sanitaires dans la chaîne des valeurs des filières ciblées ;
- l’accès des acteurs des filières ciblées et leurs Organisations Professionnelles (OP) aux
crédits bancaires ;
- le partenariat entre les filières ciblées et le système bancaire et financier national, pour
la création de richesse et la lutte contre la pauvreté ;
- les activités de production, de transformation et de commercialisation des produits des
filières ciblées.
1
. Il s’agira concrètement d’accompagner des opérateurs dans la prise en compte, à la place qu’ils occupent
dans la chaîne agroalimentaire, de la production à la consommation, d’un ou de plusieurs dangers, ou encore
de facteurs aggravant où maintenant ce ou ces dangers à des niveaux de risques inacceptables pour la santé
du consommateur. Ceci dans l’objectif d’assurer préventivement, en maîtrisant les risques ou en les éliminant,
la sécurité sanitaire des denrées qu’ils produisent.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Présentation du fonds d’appui aux investissements dans
les Filières Agroalimentaires
12
2.1.4 Caractéristiques du Fonds
Le Fonds d’Appui aux Investissements dans les filières agroalimentaires délivre des
subventions, assujetties à l’octroi préalable de prêts qui ouvrent également l’accès à la
délivrance d’une garantie couvrant une partie du prêt consenti. Il est ainsi composé de deux
(02) instruments systématiquement liés :
- La subvention aux projets d’appui aux investissements agroalimentaires en matière de
SSA et
- La garantie à ces mêmes projets d’appui aux investissements agroalimentaires en
matière de SSA
2.1.4.1 Fonds de subvention aux projets d’appui aux investissements SSA
Il s’agit d’un fonds pour appuyer le financement des projets pour la conformité aux règlements
SSA ou la mise aux normes sanitaires alimentaires dans la chaîne des valeurs des quatre (04)
filières que sont la Filière Avicole, la Filière Porcine, la Filière Maïs et la Filière Légumes /
Maraîchers. La durée de mise en œuvre de ce Fonds est de cinq (05) ans.
Le taux de subvention sera compris entre 20% et 50% du coût total du projet soumis au FAIFA,
avec un plafond fixé à 100 millions de FCFA. Le taux de subvention accordée sera déterminé
en fonction de la nature du porteur (petite entreprise ou moyenne et grande entreprise) d’une
part, et du montant du prêt demandé, d’autre part. (Un barème d’affectation de ce taux devra
être élaboré à cet effet).
Son fonctionnement reposera uniquement sur des appels à projets.
2.1.4.2 Fonds de garantie aux investissements SSA agricoles
Il s’agit d’un fonds de garantie pour l’appui aux investissements dans le domaine de la SSA.
Le fonds de garantie est logé dans un établissement financier, qui assure la garantie auprès
d’établissements financiers (Banque Commerciale et Institutions de Microfinance (IMF), qui
assurent le financement des projets éligibles. Le fonds agira, pour chaque filière, comme une
ligne de cautionnement aux prêts consentis aux opérateurs de la filière concernée.
Dans ce cas, le fonds de garantie convient avec les établissements financiers de se porter garant
pour les bénéficiaires et fixe une série de critères (caractéristiques des emprunteurs, plafonds
de crédit, affectation du crédit, sélection et évaluation des demandes de crédit, accords
concernant le pourcentage garanti du montant emprunté, procédures de réalisation des garanties
et arbitrage des différends…) auxquels doivent répondre les clients et/ou les crédits.
Ainsi, tous les crédits qui répondent aux critères fixés sont automatiquement garantis à
concurrence du pourcentage déterminé et dans les limites du Fonds.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Présentation du fonds d’appui aux investissements
dans les Filières Agroalimentaires
13
Le taux de rémunération de ce Fonds sera fixé d’accord parties entre les différents partenaires,
de même que le taux d’intérêt annuel supporté par les bénéficiaires du crédit.
2.1.5 Taux de garantie pour les bénéficiaires du Fonds de garantie
Les garanties octroyées par le Fonds portent sur une fraction du principal des financements à
court et moyen terme. Elles portent sur les crédits d’équipements et investissements (durée
maximum à déterminer) et fonds de roulement (durée maximum à déterminer).
Le taux de garantie octroyé par le Fonds est de 50% du montant du crédit consenti, dans une
limite maximale de 100 millions de FCFA. La banque suspendra toute intervention en faveur
des bénéficiaires de crédits éligibles au Fonds de garantie en cas d’épuisement dudit Fonds.
2.1.6 Capital du FAIFA
Le capital du FAIFA d’un montant total de deux milliards quatre-vingt-quinze millions
(2.095.000.000) FCFA est constitué des ressources issues du Projet Filières Agroalimentaires
Durables de Côte d’Ivoire (FADCI), volet 3-1 « Appui au Système National de Contrôle des
Aliments», dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D).
Ce capital est réparti comme suit :
- Fonds de subvention : 670.500.000 FCFA, soit 32%
- Fonds de garantie : 1.424.500.000 FCFA, soit 68%
Le tableau ci-après illustre sa décomposition par filière.
Tableau de répartition du financement du FAIFA
FILIERES/
INSTRUMENTS
FONDS DE
SUBVENTION
(FCFA)
FONDS DE
GARANTIE (FCFA)
TOTAL
GENERAL
(FCFA)
Filière Avicole 325.000.000 700.000.000 1 025.000.000
Filière porcine 70.500.000 164.500.000 235.000.000
Filière Maïs 170.000.000 350.000.000 520.000.000
Filière Légumes/
Maraîchers
105.000.000 210.000.000 315.000.000
Total 670.500.000 1.424.500.000 2.095.000.000
2.1.7 Stratégie d’intervention du Fonds
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Présentation du fonds d’appui aux investissements
dans les filières agroalimentaires
14
Les interventions du Fonds seront axées sur les projets traitant des thématiques de SSA portant
sur l’hygiène, la gestion sanitaire et les mesures d’assurance qualité.
Ces projets devront concourir à l’amélioration de la sécurité sanitaire des aliments mis sur le
marché national et international.
Les fonds seront dédiés à des opérateurs porteurs de réels projets d’entreprise et qui
ambitionnent apporter une valeur ajoutée aux produits qu’ils mettent sur le marché par
l’amélioration de leur qualité.
2.1.7.1 Stratégie d’intervention du Fonds de subvention
Les interventions du Fonds de subvention portent sur les appels à projets sélectionnés suite à
des appels à soumission lancés deux fois par an par le FIRCA.
Les appels à projets suivent les étapes suivantes :
- Préparation de l’appel à projets
- Approbation et publication de l’appel à projets
- Remise du dossier d’appel à projets.
2.1.7.2 Stratégie d’intervention du Fonds de garantie
La stratégie d’intervention du fonds de garantie s’articule autour de la réalisation des opérations
de garantie, de la bonification de taux d’intérêt et de l’allongement de la durée de crédit.
2.1.7.2.1 Réalisation des opérations de garantie
La garantie couvrira les prêts destinés aux opérateurs privés pour le financement des
investissements de production, de transformation et de commercialisation dans les filières
ciblées, ainsi que des besoins en fonds de roulement.
2.1.7.2.2 Bonification du taux d’intérêt et rallongement de la durée du crédit
Un taux d’intérêt annuel ainsi qu’un délai de remboursement préférentiels seront négociés avec
les institutions de crédit.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Présentation du fonds d’appui aux investissements
dans les Filières Agroalimentaires
15
2.1.8 Bénéficiaires du Fonds
Les bénéficiaires du Fonds sont les acteurs (producteurs, transformateurs et commerçants) des
Filières Avicole, Porcine, Maïs et Légumes/Maraîchers.
2.1.9 Domaine d’intervention du FAIFA
Le Fonds a pour objet de contribuer au renforcement de la SSA en facilitant le financement des
investissements ainsi que des besoins en fonds de roulement nécessaires à l’amélioration de la
salubrité et de l’innocuité des produits alimentaires mis sur le marché dans les quatre (04)
filières retenues.
Cette action sera menée à travers :
- La subvention des investissements à valeur ajoutée
Les subventions devront permettre essentiellement de financer les investissements immatériels
notamment les formations, les conseils d’experts, les études de faisabilité de même que les
apports initiaux requis dans le cadre de demandes de prêts d’investissement en vue de la mise
en conformité aux règlements SSA ou aux normes sanitaires des entreprises et de leurs produits.
- La garantie des prêts à moyen ou long terme destinés au financement
d’investissements porteurs
La garantie couvrira les prêts sollicités pour le financement du volet investissement de même
que le financement de l’exploitation des projets présentés par les bénéficiaires du fonds de
subvention.
2.1.10 Modalité d’intervention du FAIFA
Les modalités de mise en œuvre des différentes opérations du Fonds seront précisées de
commun accord avec les parties prenantes à travers des protocoles d’accord.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Présentation du fonds d’appui aux investissements
dans les Filières Agroalimentaires
16
2.2 CRITERES D’ELIGIBILITE AU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS
DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES (FAIFA)
2.2.1 Conditions liées aux bénéficiaires
Les bénéficiaires sont les personnes physiques et morales (PTE, PME, PMI, GIE, sociétés
coopératives), opérant dans la chaîne des valeurs des Filières Avicole, Porcine, Maïs et
Légumes/ Maraîchers :
- exerçant leur activité dans le domaine de la production, de la transformation, de la
commercialisation (à l’exclusion des activités de simple négoce et des entreprises de
service) sur le territoire Ivoirien;
- dont le siège social est situé en Côte d’Ivoire ;
- La soumission de projet par les femmes ou les jeunes sera encouragée
2.2.2 Conditions liées aux projets
Le projet soumis au financement ne doit pas se limiter au simple descriptif d’un plan
d’investissement mais doit présenter une approche globale s’inscrivant dans une stratégie
d’ensemble visant à l’amélioration de la qualité sanitaire (hygiène et innocuité) des produits
issus des Filières Avicole, Porcine, Maïs, Légumes/Maraîchers et destinés à la consommation
humaine ou à la nutrition animale.
Le projet doit répondre à des critères de taille minimale d’investissement à savoir :
- ………. FCFA de dépenses éligibles lorsque le porteur du projet est une petite entreprise
ou une entreprise informelle
- ………. FCFA de dépenses éligibles pour les PME, PMI
L’ensemble des investissements concourant à la mise en œuvre du processus de production, de
stockage, de conditionnement, de transformation et de commercialisation peuvent bénéficier du
Fonds.
En particulier, les dépenses éligibles sont :
- Les dépenses de conseils liées à la préparation et à l’exécution du projet ;
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux Investissements
dans les Filières Agroalimentaires (FAIFA)
17
- Les dépenses liées aux formations et aux renforcements des capacités ;
- Les dépenses d’acquisitions de matériels et outillages neufs liés au projet ;
- L’acquisition et/ ou la réhabilitation de biens meubles et immeubles liés au projet ;
- Les dépenses liées à l’exploitation.
2.2.3 Délai de remboursement des prêts
Le délai de remboursement des prêts soutenus par le fonds de garantie sera fonction de la nature
de l’investissement à réaliser. Il sera déterminé d’accord parties entre les acteurs des filières
concernées et banques et établissements financiers partenaires.
2.2.4 Critères de sélection des projets
Des critères ont été définis pour la sélection des projets par le Comité de Pilotage du FAIFA.
Ces critères sont regroupés en trois (03) catégories à savoir :
- les compétences techniques et/ou managériales du porteur du projet ;
- la faisabilité technique du projet ;
- la viabilité économique et rentabilité financière.
Priorité sera donné, dans la mesure du possible aux porteur de projets jeunes, aux femmes et
aux TPE/PME – TPI/PMI
2.2.4.1 Compétences techniques et/ou managériale du porteur du projet
Ce critère vise à mettre en évidence les compétences techniques du porteur lorsqu’il s’agit d’une
personne physique ; s’agissant d’une personne morale, seront appréciées la capacité
managériale de l’équipe dirigeante et les compétences spécifiques de l’équipe technique.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux
Investissements dans les Filières Agroalimentaires
(FAIFA)
18
2.2.4.2 Faisabilité technique du projet
L’analyse de la faisabilité technique du projet portera sur :
- la pertinence des objectifs du projet, en rapport avec la nécessité d’améliorer la sécurité
sanitaire des denrées produites ou fabriquées ;
- l’adéquation des moyens techniques et organisationnels prévus pour la réalisation du
projet par rapport aux objectifs visés.
2.2.4.3 Viabilité économique et rentabilité financière
La viabilité économique du projet sera appréciée à travers sa capacité à :
- Améliorer notablement le niveau de qualité sanitaire des denrées produites, fabriquées
ou mises sur le marché ;
- Accéder et /ou se maintenir sur des marchés présentant des niveaux d’exigences en
matière de qualité plus élevés;
- Créer ou maintenir des emplois structurants (c’est –à-dire des ressources humaines
dont la contribution est essentielle pour le maintien du niveau de compétitivité de
l’activité ou de l’entreprise).
La rentabilité financière du projet sera évaluée principalement à travers :
- La capacité à créer de la richesse (Excédent Brut d’Exploitation) ;
- Le délai de récupération du capital
- Les principaux ratios financiers (Valeur Actuelle Nette, Taux de Rentabilité Interne etc.)
2.2.5 Liste des pièces à fournir
Le dossier du bénéficiaire doit comporter un ensemble d’éléments constitutifs listés ci-
dessous :
1- Une étude de faisabilité technique, économique et financière et son résumé2 (modèle
annexe 1 et 2) ;
2
l’élaboration de ces deux documents par les soumissionnaires sera assujettie à un niveau de sollicitation
financière prédéterminé ; en dessous, seul l’élaboration d’un résumé du projet correspondant au canevas en
annexe 2 sera demandé. Ce niveau reste à préciser à la validation finale du document.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux
Investissements dans les Filières Agroalimentaires
(FAIFA)
19
2- Une demande manuscrite d’éligibilité au FAIFA (adressée au Président du Comité de
Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ;
3- Une photocopie de la carte nationale d’identité ou autre pièce justificative d’identité,
(pour les personnes physiques);
4- Une copie légalisée du registre de commerce (pour les personnes morales)
5- Un numéro de compte contribuable (pour les personnes morales)
6- Un Certificat de résidence (pour les personnes physiques);
7- Une Liste des équipements et matériels à soumettre au financement du Fonds appuyée
par les factures pro forma (sauf pour le fonds de roulement) ;
8- Une Copie du titre de propriété (certificat ou titre foncier, Attestation de Concession
Définitive) ou du contrat/convention de location du terrain concerné.
2.3 CONTRACTUALISATION DU FONDS
2.3.1 Champ d’intervention
Les crédits sont mis en place pour accompagner les opérateurs des Filières Agroalimentaires
ciblées (avicole, porcine, maïs, légumière/maraîchère) dans les investissements nécessaires à
une meilleure prise en compte de la SSA dans le processus de production, de transformation et
de commercialisation des denrées produites ou fabriquées.
Le Fonds apportera un appui à la réalisation de projets dans les domaines d’investissement
visant à l’amélioration de la qualité sanitaire (hygiène et innocuité) des produits issus des
Filières Avicole, Porcine, Maïs, Légumes/Maraîchers et destinés à la consommation humaine
ou à la nutrition animale.
2.3.2 Conditions d’octroi du Fonds
Le bénéfice du fonds de subvention et l’octroi du fonds de garantie sont indissociables. Tout
projet soumis comportera une part de subvention et une part de prêt lié à la garantie
Autrement dit, pour pouvoir bénéficier du fonds de garantie, tout porteur de projet doit au
préalable avoir obtenu l’avis favorable à l’octroi de la subvention. De même, la subvention ne
pourra être effectivement mobilisée que si le projet obtient l’accord de crédit des établissements
financiers (Banque et IMF) partenaires.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux
Investissements dans les Filières Agroalimentaires
(FAIFA)
20
Par conséquent, les conditions ci-dessous devront être remplies :
- la pertinence du projet ;
- l’avis favorable de l’octroi de la subvention ;
- la notification d’avis favorable de l’établissement financier partenaire, pour le fonds
de garantie.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux
Investissements dans les Filières Agroalimentaires
(FAIFA)
21
2.4 ORGANISATION ET GESTION DU FAIFA
2.4.1 Organes de gestion
Le Fonds d’Appui aux Investissement dans les Filières Agroalimentaires est doté des organes
de gestion suivants :
- le Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ;
- la Cellule Technique d’Examen (CTE-FAIFA) ;
- le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA).
2.4.1.1 Le Comité de Pilotage du Fonds (CP- FAIFA)
Le Comité de Pilotage est l’organe de supervision du Fonds. A ce titre, il définit et oriente la
politique du FAIFA. Il est composé :
- Du représentant du ministère en charge de l’Agriculture
- Du représentant du ministère en charge de la Production Animale
- Du représentant du Ministère en charge de l’Economie et des Finances ;
- Du représentant du Ministère en charge du Budget
- D’un représentant pour chacune des quatre (04) filières ciblées.
- Des représentants des banques et établissements financiers partenaires
- Du représentant de la Direction Exécutive du FIRCA
- Du représentant de l’UCP - FADCI
- Du représentant de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire des Aliments (ANSSA).
2.4.1.2 La Cellule Technique d’Examen des dossiers de demande d’appui du FAIFA
(CTE-FAIFA)
Elle assure l’examen des dossiers de demande de crédit. Elle est chargée de :
- analyser les dossiers qui lui sont soumis ;
- émettre des avis motivés pour l’octroi ou le rejet de la demande de la subvention.
La Cellule Technique d’Examen est composée de :
- un représentant du Ministère en charge de l’Agriculture
- un représentant du Ministère en charge des Productions Animales
- un représentant de l’agence nationale en charge de l’environnement
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Organisation et gestion du FAIFA
22
- un représentant de chacune des filières
- les deux responsables techniques du volet d’appui aux filières du projet FADCI-SSA.
2.4.1.3 Le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA).
Le Secrétariat Technique du Fonds est assuré par la Coordination du Projet FADCI-SSA, logée
au FIRCA. Il est chargé de :
- lancer les campagnes de soumission ;
- réceptionner et vérifier la composition technique des dossiers de demande de
financement ;
- transmettre les dossiers avec les avis motivés aux IMF partenaires ;
- assurer l’exécution des décisions adoptées ;
- suivre la mise en œuvre des projets financés ;
- assurer le secrétariat du Comité de Pilotage et de la Cellule Technique d’Examen ;
- établir les rapports trimestriels et annuels du FAIFA.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI
AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES
AGROALIMENTAIRES
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Organisation et gestion du FAIFA
23
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES
24
3.1 PRINCIPES GENERAUX DE SELECTION ET DE FINANCEMENT DES
PROJETS PAR LE FONDS
3.1.1 Principes de transparence
Le Fonds assure la transparence de ses activités et celles de ses bénéficiaires, ainsi que sa
responsabilité devant les parties prenantes, dans la production des résultats. Il est tenu de fournir
des informations de manière ouverte et transparente, des renseignements clairs en temps
opportun sur tous les aspects des processus de financement.
Les bénéficiaires des financements du Fonds sont tenus d’observer les normes déontologiques
les plus strictes dans la réalisation des activités que le Fonds subventionne ; de faire preuve de
la plus grande intégrité et d’apporter le plus grand soin dans la gestion, l’utilisation et
l’appropriation des fonds mis à disposition.
3.1.2 Principe d’équité
Tout(e) opérateur(trice) répondant aux critères de candidature doit avoir la possibilité de
présenter son dossier et d’accéder au financement du Fonds dans la limite des fonds disponibles.
3.1.3 Principe d’efficience et d’efficacité
Les différents organes de sélection (CP et CTE) doivent avoir comme préoccupation majeure
la recherche d’efficience et d’efficacité aussi bien dans l’accomplissement de leurs missions
que dans l’analyse des projets à sélectionner.
3.1.4 Principe de responsabilité sociale et de préservation de l’environnement
Le Fonds s’engage à promouvoir la responsabilité sociale et les mesures de sauvegarde de
l’environnement. Les projets éligibles au Fonds devront démontrer leurs capacités à respecter
ces principes.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES
Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Principes généraux de sélection et de financement des
projets par le Fonds
25
3.2 PROCEDURES OPERATIONNELLES
3.2.1 Dispositions générales
Les procédures opérationnelles concernent les personnes ou les structures qui interviendront à
un moment ou un autre dans le processus de fonctionnement du FAIFA.
Un canevas de projet sera remis aux candidats pour les guider dans la rédaction de leurs
documents projets.
Chaque procédure est traitée en indiquant l’enchaînement suivant :
 Principaux objectifs : ils rappellent les finalités d’application de la procédure.
 Principaux intervenants : cette rubrique indique l’ensemble des acteurs qui
interviennent dans la procédure.
 Principaux documents : la documentation utilisée dans le cadre de l’application de la
procédure.
 Description des opérations : cette partie du manuel décrit de façon narrative les
différentes tâches qui doivent être effectuées afin de respecter la procédure retenue par
le FAIFA.
 Fiche de tâches : elle présente comment s’enchaînent les étapes dans la procédure,
quels sont les intervenants et quels sont les documents utilisés.
3.2.2 Procédures d’accès au Fonds
3.2.2.1 Objectifs des procédures
Il s’agit de s’assurer que :
- les informations sur les conditions d’octroi du Fonds sont accessibles;
- les dossiers de demande d’accès au Fonds sont correctement montés ;
- les critères de sélection des dossiers sont observés.
3.2.2.2 Principaux intervenants
Les principaux intervenants sont :
- le porteur du projet
- le Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ;
- la Cellule Technique d’Examen (CTE-FAIFA) ;
- le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA) ;
- les établissements financiers partenaires (Banque et IMF) ;
- L’institution bancaire partenaire (Fonds de garantie).
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
26
3.2.2.3 Principaux documents utilisés
Les principaux documents utilisés sont :
- le dossier du porteur du projet;
- le bordereau de réception du dossier ;
- la grille de sélection des projets ;
- le rapport de l’état des lieux du projet établi par le ST-FAIFA, conformément aux
conclusions de la CTE-FAIFA ;
- la fiche de présentation du dossier comportant l’avis de décision de subvention ;
- le bordereau de transmission des dossiers traités aux IMF
- le courrier de mise en place du crédit.
3.2.2.4 Description des opérations
A. Information sur la politique du FAIFA
Le ST-FAIFA, par le biais des médias, informe les acteurs des filières concernés ainsi que le
grand public sur les interventions et les conditions d’accès au FAIFA.
Le ST-FAIFA mettra également à la disposition des usagers :
- des prospectus d’information sur le FAIFA ;
- un canevas de rédaction de l’étude de faisabilité des projets à soumettre au fonds ;
- une fiche des pièces à fournir.
B. Soumission des dossiers
Après l’appel à projet, lancé par le ST-FAIFA, les potentiels porteurs de projet retirent les
dossiers de soumission auprès du FIRCA.
Le porteur dépose au FIRCA son document de projet élaboré suivant le canevas établi.
C. Contrôle et transmission des dossiers
Le contrôle de la composition des dossiers de soumission se fera par le ST-FAIFA suivant la
liste des éléments constitutifs du dossier. Après contrôle, les dossiers sont classés en trois (03)
catégories :
- les dossiers complets, retenus par le ST-FAIFA pour passer à la phase d’analyse ;
- les dossiers incomplets, pour lesquels le ST-FAIFA invite le porteur de projet à
compléter son dossier en lui précisant les pièces manquantes. Il dispose d’un délai de
trente (30) jours calendaires, à compter de la date de notification, pour compléter le
dossier. Un autre contrôle s’en suivra et le dossier pourra être classé dans la catégorie
des dossiers complets, au cas où le contrôle est concluant. Dans le cas contraire ou si le
délai de trente (30) jours est consommé, le dossier sera, soit classé dans la catégorie des
dossiers rejetés, soit refusé ;
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
27
- les dossiers rejetés, pour lesquels le ST-FAIFA notifiera au porteur de projet les motifs
du rejet. Cependant, le porteur de projet peut introduire un nouveau dossier en vue de le
soumettre à la session suivante.
A l’issue du contrôle de la composition des dossiers par le ST-FAIFA, ce dernier :
- Etablit la liste des dossiers analysés par ordre d’enregistrement ;
- Commande l’attestation de visite visant à confirmer l’existence de l’activité ou la
matérialité du site prévu (pour les activités en création) auprès des services
déconcentrés de l’Agriculture ou des Ressources Animales ;
- Etablit la liste définitive des dossiers à soumettre à la CTE-FAIFA
- Transmets ladite liste ci-dessus et les dossiers complétés de leur rapport d’état des lieux
à la CTE-FAIFA.
D. Analyse des dossiers par la CTE-FAIFA
La CTE-FAIFA procède à l’analyse technique et économique des dossiers complets reçus du
ST -FAIFA et établit:
- la liste des projets éligibles aux financements du FAIFA ;
- l’avis favorable pour l’octroi de la subvention avec le taux de subvention accordé par
projet ;
- la liste des dossiers rejetés avec notification des motifs du rejet ;
­ le rapport de la session d’analyse
­ le courrier de transmission des dossiers éligibles aux établissements financiers (Banque
ou IMF) à soumettre à la signature du Président du CP- FAIFA.
Notons que, la mobilisation de la subvention est subordonnée au financement du projet par un
établissement financier.
E. Réception des notifications d’avis des établissements financiers (Banque ou
IMF)
Le CP-FAIFA reçoit des établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires les
notifications relatives à leurs avis favorables ou défavorables portant sur les projets qui leur ont
été soumis.
Cette notification doit comporter :
- la liste des dossiers reçus ;
- la liste des dossiers rejetés avec notification des motifs du rejet.
Le CP-FAIFA reçoit des établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires les avis de
crédit des projets approuvés.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
28
La mobilisation du crédit par les établissements financiers se fera dans un délai de quinze (15)
jours.
F. Mobilisation de la subvention
Le ST-FAIFA transmet un exemplaire original de chaque projet approuvé au FIRCA. Le
FIRCA procède à la mobilisation de la subvention selon ses procédures internes de
décaissement.
De fait, les paiements directs aux prestataires et fournisseurs seront privilégiés.
3.2.2.5 Fiche de tâches
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
Etapes Intervenants Description des tâches
Documents
&
Interface
1
Information sur la politique du FAIFA
ST-FAIFA
- informe les acteurs des filières concernées, par le biais des
média, ainsi que le grand public sur les interventions et les
conditions d’accès au FAIFA ;
- A la première rencontre avec les acteurs des filières
concernées, met à leur disposition:
 des prospectus d’information sur le FAIFA ;
 un canevas de rédaction de l’étude de faisabilité des
projets à soumettre au fonds ;
 une fiche des pièces à fournir.
Prospectus
d’information,
canevas de
rédaction,
fiche de
pièces à
fournir
2
ST- FAIFA
Soumission des dossiers
- lance les appels à projet,
- reçoit, contre bordereau de réception, le document projet
du porteur du projet,
- enregistre dans un fichier ou cahier les dossiers reçus
suivant un système de numérotation prédéfini
Dossier,
Bordereau de
réception,
Registre
29
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
Etapes Intervenants Description des tâches
Documents
&
Interface
3
ST-FAIFA
Contrôle des dossiers
- contrôle les dossiers pièce par pièce suivant la liste des
éléments constitutifs des dossiers.
Si le dossier est complet :
- accepte le dossier pour analyse
Si le dossier est incomplet :
- invite le porteur de projet à compléter son dossier en lui
précisant les pièces manquantes dans un délai de trente (30)
jours calendaires.
- Contrôle à nouveau le dossier et le classe dans la catégorie
des dossiers complets au cas où le contrôle est concluant ;
sinon rejette le dossier.
Si le dossier est rejeté :
- Notifie au porteur du projet les motifs du rejet.
Pour les dossiers retenus, commande l’attestation de visite
Dossiers de
soumission
4
CTE-FAIFA
Analyse des dossiers par la CTE-FAIFA
- procède à l’analyse technique et économique des dossiers
complets
- renseigne la liasse résultant de l’analyse des dossiers,
- rédige le rapport d’analyse,
- établit le courrier de transmission des résultats de
l’analyse aux établissements financiers (Banque ou IMF),
- soumet à la signature du président CP-FAIFA, le projet
de courrier de transmission des résultats de l’analyse aux
établissements financiers (Banque ou IMF)
- transmet le courrier signé par le Président du CP-FAIFA
accompagné du document de projet et de la liasse résultant
de l’analyse des projets retenus aux établissements
financiers partenaires (Banque ou IMF)
Le dossier de
soumission
complet,
La grille
d’analyse des
projets,
La
documentation
résultant de
l’analyse des
dossiers,
Les
bordereaux de
transmission
30
3.2.3 Procédures de décaissement des fonds
3.2.3.1 Objectifs de la procédure
La procédure vise à s’assurer que :
- les décaissements sont justifiés ;
- les décaissements sont effectués en toute sécurité ;
3.2.3.2 Principaux intervenants
Les principaux intervenants dans cette procédure sont :
- les porteurs de projet ;
- les établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires ;
- le ST-FAIFA ;
- le FIRCA
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
Etapes Intervenants Description des tâches
Documents
&
Interface
5
CP- FAIFA Réception de la notification d’avis des établissements
financiers (Banque ou IMF) partenaires
- reçoit les avis favorables et défavorables de notification
des établissements financiers relatifs aux projets soumis
- reçoit des établissements financiers partenaires les avis de
crédit des projets approuvés.
- confirme la mobilisation de la subvention et du fonds de
garantie. Dans le contraire, motive son avis
la liste des
dossiers reçus ;
la liste des
dossiers rejetés
avec
notification
des motifs du
rejet,
la liste des
projets
approuvés,
l’avis de crédit
6
FIRCA-
Coordination
FADCI-SSA
Mobilisation de la subvention
- Reçoit le dossier approuvé par le CP –FAIFA et entame
la mise en œuvre de la subvention suivant ses
procédures internes de décaissement.
Exemplaire du
projet
approuvé
31
3.2.3.3 Principaux documents utilisés
Les principaux documents utilisés au cours de cette procédure sont :
- les pièces justificatives remises par le porteur du projet (facture pro forma, facture,
devis) ;
- le rapport de suivi des activités par le ST-FAIFA.
3.2.3.4 Description des opérations
Dans le cadre de l’utilisation du fonds de garantie, le porteur du projet financé est à l’initiative
des décaissements. A chaque fois qu’il ressent le besoin, il s’adresse directement à
l’établissement financier, conformément à son plan de décaissement. L’établissement financier
exécute les décaissements selon ses procédures en conformité avec le protocole d’accord signé
avec le comité de pilotage du FAIFA.
L’établissement financier IMF informe périodiquement le ST-FAIFA des décaissements
effectués pour le porteur du projet.
Des missions périodiques de vérification de l’objet du crédit seront effectuées par le ST-FAIFA
et les établissements financiers en fonction de la spécificité des projets.
S’agissant du fonds de subvention, les décaissements seront effectués par le FIRCA, sur
présentation des pièces probantes, selon le plan d’exécution des activités ciblées.
3.2.4 Procédures de suivi des projets financés
3.2.4.1 Objectifs des procédures
Le suivi des projets vise à s’assurer que :
- la mise en place du projet se réalise telle qu’elle a été prévue dans l’étude de faisabilité ;
- les informations de gestion des projets sont fiables, disponibles et accessibles;
- le suivi des crédits octroyés permet un recouvrement optimal ;
- les procédures de recouvrement retenues d’accord parties sont respectées.
3.2.4.2 Principaux intervenants
Les principaux intervenants dans le suivi sont :
- le porteur du projet ;
- le Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ;
- le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA)
- les établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires ;
- le FIRCA
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
32
3.2.4.3 Principaux documents utilisés
Les principaux documents utilisés dans le cadre de ce suivi sont :
- Les études technico-financières des projets
- Les dossiers d’analyse des établissements financiers
- les Rapports d’activités du ST-FAIFA ;
- le Rapport de suivi du FIRCA ;
- le Rapport de supervision du CP-FAIFA.
3.2.4.4 Description des opérations
L’encadrement est l’une des conditions sine qua non pour conduire les projets au succès. Cet
encadrement passe d’une part, par un suivi interne qui comprend un suivi de la mise en œuvre
des projets, un suivi du remboursement des prêts, et d’autre part, par un suivi-évaluation
externe.
Les missions de suivi seront effectuées par le FIRCA en collaboration avec le ST-FAIFA.
A. Suivi-évaluation interne
a. Suivi de la mise en œuvre des projets
Le FIRCA suit périodiquement la réalisation des activités des projets financés et établit des
rapports d’avancement.
Les informations contenues dans chaque rapport portent principalement sur :
- les réalisations par rapport aux activités prévues ;
- la concordance entre les réalisations physiques et l’exécution financière;
- les résultats obtenus ;
- les écarts entre les objectifs et les résultats atteints ;
- les éléments explicatifs des écarts entre la planification et la réalisation ;
- les mesures correctives à prendre.
Un rapport des activités du FAIFA sera établi par le FIRCA, en collaboration avec le ST-FAIFA
chaque semestre et transmis au CP-FAIFA.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
33
b. Suivi du remboursement des prêts
 Remboursement normal des prêts
Le ST-FAIFA suit les remboursements des prêts à partir des relevés que les établissements
financiers (Banque ou IMF) lui transmettent chaque mois.
Le pointage des relevés permet :
- de suivre les remboursements ;
- d’appeler les porteurs de projet irréguliers à respecter leurs engagements.
Un rapport synthétique mensuel est établi pour faire la situation sur le dénouement des encours.
 Remboursement en cas d’impayés
En cas de non-respect des engagements contractuels, le ST-FAIFA convoque le porteur de
projet pour un entretien sanctionné par un rapport circonstancié.
Si les versements reprennent, le ST-FAIFA continue de conduire le suivi des remboursements
normaux.
Si le problème persiste, le ST-FAIFA informe le CP-FAIFA qui, quant à lui, adresse une lettre
de relance avec accusé de réception ou contre décharge au porteur de projet qui doit y répondre
dans un délai de deux (2) semaines à compter de la date effective de réception du courrier.
Si la régularisation est partielle, le ST-FAIFA adresse de nouveau un courrier de relance au
porteur de projet.
S’il n’y a pas de régularisation après deux impayés consécutifs et après avoir constaté
l’épuisement des voies de recours arrêtées d’accord partie avec les établissements financiers
(Banque ou IMF), le ST-FAIFA fait appel à la garantie.
Les établissements financiers (Banque ou IMF), en leur qualité de créancier direct, envisageront
d’utiliser d’autres moyens ou procédures prévues par la loi OHADA, pour le recouvrement de
ses créances.
B. Suivi-évaluation externe
Le suivi-évaluation externe du Projet sera assuré par le FIRCA selon ses procédures internes.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
34
3.2.4.5 Fiche de tâches
Etapes Intervenants Description des tâches
Documents
&
Interface
1
FIRCA
Suivi de la mise en œuvre des projets
- produit des rapports périodiques faisant état de
l’avancement des activités.
Les informations contenues dans chaque rapport porte sur :
- les activités réalisées ;
- les écarts entre les activités réalisées et les activités
prévues ;
- les réalisations financières ;
- les écarts entre les prévisions et les réalisations
financières ;
- les résultats obtenus ;
- les écarts entre les résultats obtenus et les résultats
escomptés ;
- les éléments explicatifs des écarts entre les réalisations et
les prévisions (techniques et financières) ;
- les mesures correctives à prendre.
- produit un rapport des activités du FAIFA en
collaboration avec le ST-FAIFA chaque semestre pour
le CP-FAIFA.
- transmet le rapport validé par le CP-FAIFA aux
parties prenantes.
Rapport
périodique de
suivi
Rapport
semestriel des
activités
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
35
Etapes Intervenants Description des tâches
Documents
&
Interface
2
ST-FAIFA
ST-FAIFA
CP- FAIFA
Suivi des remboursements des prêts
 Remboursement normal des prêts
- reçoit des établissements financiers (Banque ou IMF), un
rapport synthétique périodique relatif à la situation des
remboursements
Remboursement en cas d’impayés
- convoque le porteur de projet pour un entretien sanctionné
par un rapport circonstancié
- informe par courrier le CP-FAIFA sur la situation d’impayé
du porteur de projet, si le problème persiste
- adresse un courrier de relance au porteur de projet qui doit y
répondre dans un délai de deux (02) semaines, après réception
du courrier transmis par le ST-FAIFA
- A défaut, engage met en œuvre toutes les mesures en son
pouvoir en vue du règlement du contentieux
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
36
3.2.5 Procédures d’appel à la garantie
3.2.5.1 Objectifs des procédures
La procédure d’appel à la garantie vise à s’assurer que :
- les conditions de recours à la garantie sont respectées ;
- la non-régularisation des impayés est constatée ;
- le CP-FAIFA et le ST-FAIFA sont informés de toutes les dispositions prises par
l’établissement financier partenaire.
3.2.5.2 Principaux intervenants
Les principaux acteurs de cette procédure sont :
- L’institution bancaire partenaire ;
- les établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires;
- le Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ;
- le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA).
3.2.5.3 Principaux documents utilisés
Les principaux documents utilisés sont :
- Le courrier d’appel à la garantie ;
- Les pièces justificatives des impayés.
3.2.5.4 Description des opérations
L’établissement financier partenaire recourt à la garantie après les tentatives infructueuses de
recouvrement de deux (02) échéances consécutives de paiements.
Il transmet alors au CP-FAIFA, par le biais du ST-FAIFA, un courrier par lequel il sollicite la
mobilisation de la garantie, accompagnée des originaux de toutes les pièces justificatives des
impayés.
Le CP-FAIFA, après analyse et ayant jugé de la pertinence du recours, saisit par courrier,
l’institution bancaire partenaire, détentrice du fonds de garantie, pour activer le processus
d’utilisation de la garantie.
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
37
A l’issue de la mise en jeu de la garantie, le CP- FAIFA, subrogé de ce fait dans les droits et
actions de l’établissement financier pour les montants non recouvrés, envisagera d’utiliser
d’autres moyens ou procédures prévues par la loi OHADA, pour le recouvrement des fonds qui
ont été alloués au porteur de projet.
3.2.5.5 Fiche de tâches
Etapes Intervenants Description des tâches
Documents
&
Interface
Appel à la garantie
CP-FAIFA
- reçoit par le biais du ST- FAIFA, une lettre de
l’établissement financier (Banque ou IMF) accompagnée
des originaux de toutes les pièces justificatives des
impayés par laquelle elle fait appel à la garantie du fonds.
- analyse et juge de la pertinence du recours, et saisit par
courrier l’institution bancaire partenaire, détentrice du
fonds de garantie, pour activer le processus d’utilisation
de la garantie
- utilise d’autres moyens ou procédures offertes par la loi
OHADA, pour le recouvrement des fonds qui ont été
alloués au porteur de projet.
Courriers
d’appel à la
garantie
Pièces
justificatives
d’impayés
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES
OPERATIONNELLES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
Procédures opérationnelles
38
ANNEXES
39
ANNEXE 1 : Canevas d’élaboration des projets
ANNEXE 2 : Canevas de résumé de projet
ANNEXE 3 : Format de demande d’éligibilité au FAIFA
ANNEXE 4 : Format de demande de crédit à l’établissement financier (Banque ou IMF)
partenaire
ANNEXE 5 : Format de fiche individuelle de notation de projet
ANNEXE 6 : Concepts et définitions
FAIFA
MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0
ANNEXES Rédigé le :
Juin 2016
Révisé le :
40
Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016
République de Côte d’Ivoire
Union – Discipline – Travail
ANNEXE 1
Le C2D, un partenariat au service du développement
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI)
COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE
CONTROLE DES ALIMENTS
CANEVAS D’ELABORATION DES PROJETS
JUIN 2016
41
RESUME EXECUTIF (5 pages au maximum)
I- PRESENTATION DU PORTEUR DU PROJET
 Bénéficiaire
1.1- Situation actuelle
1.2- Formation
1.3- Expérience
1.4- Objectifs personnels
1.5- Fiche signalétique de l’entreprise individuelle
 Entreprise
II- PRESENTATION DU PROJET
2.1- Nature du projet
2.2- Contexte et justification du projet
2.3- Les objectifs
2.4- Site géographique et facteurs naturels
2.5- Stratégie d’intervention
2.5.1-L’organisation des activités
2.5.2- La politique d’achat
2.6- Antécédents du projet
2.6.1- Description de l’activité
2.6.2- Les moyens mis en œuvre
2.6.3- Les données financières
2.7- Forces et faiblesses
2.8- Chronogramme d’exécution du projet
III- ETUDE DU MARCHE
3.1- Environnement commercial
3.2- Clientèle
3.3- Concurrence
3.4- Opportunités et Menaces
3.5- Positionnement de l’entreprise
SOMMAIRE
42
IV- MOYENS NECESSAIRES AU PROJET/L’ORGANISATION DES MOYENS A
METTRE EN OEUVRE
4.1- Moyens commerciaux
4.1.1 Politique de produit
4.1.2 Politique de prix
4.1.3 Politique de distribution
4.1.4 Politique de communication
4.2- Les moyens techniques
4.2.1- Les moyens matériels
4.2.2- Les moyens humains
V- PREVISIONS FINANCIERES
5.1- La prévision de la production et du chiffre d’affaires
5.2- Le tableau des charges d’exploitation
5.3- Le compte d’exploitation
5.4- L’évaluation du fonds de roulement
5.5- Le coût global du projet
5.6- Le plan de financement de départ
5.7- Le plan de financement pluriannuel
5.8- Le plan de trésorerie mensuel
5.9- Le tableau des investissements
5.10-Le tableau d’amortissement financier
VI ANALYSE ECONOMIQUE (à compléter)
43
Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016
République de Côte d’Ivoire
Union – Discipline – Travail
ANNEXE 2
Le C2D, un partenariat au service du développement
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI)
COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE
CONTROLE DES ALIMENTS
CANEVAS DE RESUME DE PROJET
JUIN 2016
44
RESUME EXECUTIF (5 pages au maximum)
I- PRESENTATION DU PORTEUR
1.1 Formations ou qualifications
1.2 Expériences
1.3 Motivations
II- TECHNICITE DU PROJET
2.1 Objectifs spécifiques
2.2 Stratégie d’intervention
2.3 Chronogramme de mise en œuvre
III- ETUDE DE MARCHE
3.1 Sources et conditions d’approvisionnement
3.2 Clients et conditions de distribution
3.3 Circuit de distribution
3.4 Stratégie marketing
3.5 Concurrence et positionnement
IV- ANALYSE FINANCIERE
4.1 Financement des investissements
4.2 Financement du cycle d’exploitation
4.3 Compte d’exploitation
4.4 Plan de trésorerie
4.5 Plan de financement
4.6 Calcul des différents ratios (VAN, TER, TRI, DR) et explication
4.7 Taux de fonds propres
4.8 Taux de marge brute d’exploitation
4.9 Poids des frais financiers
4.10 Capacité dynamique de désendettement
45
V- ANALYSE ECONOMIQUE
5.1 Nombre d’emplois structurants créés
5.2 Niveau d’amélioration de la qualité du produit
5.3 Evolution du chiffre d’affaire réalisé sur des marchés présentant des niveaux d’exigence
en matière de qualité plus élevés.
Note explicative sur le résumé exécutif
I- PRESENTATION DU PORTEUR
 Personne physique
1.1 Situation actuelle
- Environnement familial :
Exemple : marié, divorcé, célibataire, nombre et âge des enfants, situation du conjoint…
- Situation actuelle :
Exemple : salarié (secteur public ou privé), demandeur d'emploi, retraité
1.2 Formation
Il s’agit de présenter :
- Votre formation initiale et continue ;
- Toute compétence complémentaire acquise et en relation avec votre projet ;
- Votre formation ou projet de formation en cours ;
1.3 Expérience
Décrivez en quelques lignes votre parcours professionnel jusqu’à ce jour en nous précisant si
l’expérience ou les connaissances acquises seront utilisables dans votre futur projet.
1.4 Objectifs personnels
Formalisez vos objectifs personnels que ce projet doit vous permettre d’atteindre. Exemple :
(Créer votre propre emploi, être votre propre patron et diriger une équipe, maîtriser votre
temps, organiser votre vie familiale et professionnelle, trouver un épanouissement personnel,
augmenter vos revenus, créer et développer votre patrimoine,…)
 Entreprise
- Présentez l’équipe dirigeante en ne retenant que les postes clés (un à deux postes) : titre,
nom et prénoms, description des principales tâches, qualification et expérience.
- Présentez la fiche signalétique de l’entité.
Indiquez :
46
- le nom (ou la raison sociale ou la dénomination sociale) ;
- la localisation ;
- la forme juridique ;
- le capital social et sa répartition (sauf pour une entreprise individuelle) ;
- la date et le lieu du dépôt de la demande d'immatriculation au Registre du Commerce
et des Sociétés et de la déclaration fiscale d’existence.
II- PRESENTATION DU PROJET
2.1 Nature du projet
- Donner la raison d’être du projet. Présentez les produits à offrir, le type de clientèle
visée et le territoire à desservir.
2.2 Contexte et justification du projet
C’est le lieu de décrire le contexte socio-économique qui crée la nécessité de la naissance du
projet :
- Présenter dans cette section les atouts et les freins que vous avez identifiés au lancement
et au développement de votre activité.
- Mettre en évidence également les avantages compétitifs de votre activité et de votre
marché.
- Préciser ce qui vous rend confiant dans la réussite de votre entreprise.
- Présenter dans quelle mesure ce projet se justifie-t-il ? Qu'est-ce qui vous pousse à
vouloir le réaliser?
2.3 Les objectifs
- Présenter les objectifs souhaités et les buts que vous vous êtes fixés en termes de
rentabilité, de développement, de croissance, de taille d’entreprise.
- N’hésitez pas à préciser vos éventuels projets futurs.
2.4 Site géographique et facteurs naturels
- Indiquer le lieu choisi. Les facteurs capables de favoriser la rentabilité du projet (réseau
routier, pluviométrie, etc.) en ce lieu.
2.5 Stratégie d’intervention
- Décrire la stratégie de mise en œuvre des activités en mettant en évidence les points
suivants :
2.5.1 L’organisation
Décrire le processus de production/transformation/commercialisation : différentes étapes,
programmation des activités, capacité de réalisation des activités, débouchés…
47
2.5.2 La politique d’achat
- Présenter les fournisseurs avec qui vous traitez ou comptez traiter et les conditions des
relations commerciales (prix pratiqués ou négociés, délais de livraison, quantité
commandée.
- Décrire le rythme d’approvisionnement en intrants ou marchandises.
2.6 Antécédents du projet
- Donner ici un aperçu général du projet depuis son démarrage jusqu’à ce jour, si l’activité
existait avant la rédaction de l’étude de faisabilité.
2.6.1 Description de l’activité
- Indiquer les types de produits, le système de
production/transformation/commercialisation, les quantités annuelles, les points forts et
points faibles de l’activité,…
2.6.2 Les moyens mis en œuvre
- Présenter :
 les moyens humains et structure d’organisation : indiquez l'effectif par fonction dont
vous disposez et le niveau de salaire actuel ;
 les moyens techniques : indiquez les différents moyens matériel et outillage dont
vous disposez pour assurer la conduite de votre activité (si nécessaire joignez une
liste en annexe) et précisez les dates d'acquisition, coûts et quantité ;
 les moyens commerciaux : décrivez les principaux éléments de votre politique
commerciale actuelle en termes de politique de produit (caractéristiques des produits
vendus), de politique de prix (niveau de prix de vos produits), de politique qualité
(gammes, etc.), de politique de distribution (type de canal (aux) de distribution
utilisé(s) – délais et modes de règlement), de politique de communication (actions
promotionnelles ou publicitaires).
2.6.3- Les données financières
- Présenter la situation financière des trois derniers exercices ou années d’activité en
s’appuyant sur les chiffres clés : chiffre d’affaires, résultat d’exploitation.
2.7 Forces et faiblesses
- Décrire les avantages inhérents au projet et listez les obstacles probables à rencontrer
dans la réalisation du projet au plan interne.
2.8 Chronogramme du projet
- Estimer le temps nécessaire à la réalisation de votre projet en tenant compte des étapes
nécessaires à sa mise en place.
48
III- ETUDE DU MARCHE
3.1 Environnement commercial
- Présenter la taille et les tendances du marché (indications sur le volume et l’évolution
de la demande ou consommation, caractéristiques de l’offre), les produits et
développements récents, les principaux acteurs, la cible et les perspectives d’évolution.
3.2 Clientèle
- Définir clairement votre marché : qui sont vos principaux clients ? Où sont-ils ?
Pourquoi achètent-ils?
- Etablir la liste des clients actuels ou des prospects et de leurs habitudes, leur niveau de
consommation moyen annuel.
3.3 Concurrence
- Présenter vos principaux concurrents : ancienneté, part de marché, caractéristiques de
leurs produits, réputation, politique commerciale.
- Présenter leurs forces et faiblesses. Etablir leur cartographie.
3.4 Opportunités et Menaces
- Décrire les avantages inhérents au projet et lister les obstacles probables à rencontrer
dans la réalisation du projet par rapport à votre marché et vos clients.
3.5 Positionnement de l’entreprise
- Présenter vos actions face aux stratégies de vos concurrents.
IV- MOYENS NECESSAIRES AU PROJET / L’ORGANISATION DES
MOYENS A METTRE EN OEUVRE
4.1 Moyens commerciaux
- Décrire les principaux éléments de la politique commerciale en phase avec le
développement du projet (le marketing-mix).
4.1.1 Politique de produit
- Donner les caractéristiques du produit développé dans le cadre du projet.
- Donner les aspects positifs et négatifs au regard des distributeurs, consommateurs
(présentation, performances, garantie, simplicité, qualité sanitaire …)
4.1.2 Politique de prix
- Donner le niveau de prix pratiqué, son niveau par rapport à la concurrence et la
justification de ce prix.
49
4.1.3 Politique de distribution
- Indiquer le(s) canal (aux) de distribution que vous comptez utiliser pour vos produits,
les contacts avec ces canaux et leurs délais et modes de règlement.
4.1.5 Politique de communication
- Définir vos actions promotionnelles ou publicitaires, le message à transmettre, les
moyens utilisés et le budget prévu.
4.2 Les moyens techniques et matériels
4.2.1- Les moyens Techniques
- Indiquer les technologies acquises et/ou à développer pour la conduite du projet de
manière optimale
4.2.2- Les moyens matériels
- Décrire les locaux et les équipements, les conditions d’acquisitions et d’exploitation
(achat ou location). Pour les achats, indiquer le montant des investissements annuels à
réaliser et le montant réel des amortissements annuels induits.
4.3 Les moyens humains
- Présenter ici votre future équipe (gérant, cogérant, vendeurs,…) et l’ensemble des
personnes qui vous entoure dans votre projet (cabinets d’études et de conseils,
spécialistes divers,…), permanentes ou occasionnelles.
- Estimer les rémunérations.
V- PREVISIONS FINANCIERES
- Indiquer le potentiel financier de votre projet et ses besoins de capitaux en traduisant en
termes financiers les différentes données présentées plus haut.
Pour cela, votre présentation devra se référer aux modèles de cadres suivants :
5.1 La prévision de la production et du chiffre d’affaires
5.2 La prévision des charges d’exploitation
5.3 Le compte d’exploitation
5.4 L’évaluation du fonds de roulement
- Présenter dans le détail l’évaluation du Besoin en Fonds de Roulement dans un tableau
5.5 Le coût global du projet et schéma de financement
50
RUBRIQUES
Coût total du
projet
Apport porteur
Besoins
sollicités
Montant % Montant % Montant %
Investissement initial
Immobilisations incorporelles
Immobilisations corporelles
Besoin en Fonds de Roulement
TOTAL du Financement
5.6 Le plan de financement de départ
EMPLOIS MONTANT RESSOURCES MONTANT
Investissement initial
Capital personnel
Charges immobilisées
Immobilisations corporelles Emprunt
Besoin en fonds de roulement
TOTAL TOTAL
5.7 Le plan de financement pluriannuel
Rubriques An0 An1 An2 An3 An4 An5
Emplois
Acquisition d'immobilisations
Remboursement emprunts
Variation du BFR
TOTAL 1
Ressources
Apport porteur
Capacité d'autofinancement
Emprunt
TOTAL 2
Variation de trésorerie
Solde de trésorerie
51
5.8 Le plan de trésorerie mensuel
Rubriques budget 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12
Encaissements
Fonds propre
Emprunt
Ventes de Production
Total encaissements
Décaissements
Dépenses d'investissement
Remboursement emprunt
Sous total 1
Achat
Autres achats
Frais de transport
Services extérieurs
Autres charges
Frais du personnel
Impôts et taxes
Sous total 2
Total décaissement
Solde de trésorerie
Trésorerie cumulée
5.9 Le tableau des investissements
 Le tableau de l’amortissement des immobilisations
5.10 Le tableau d’amortissement financier
Fonds sollicité -
Taux d'intérêt
Durée (année)
Années Capital à Intérêts Amortissement Annuité Capital
rembourser restant dû
An1
An2
An3
An4
An5
TOTAL
- Présenter par la suite certains éléments-clés de l’exploitation : VAN, TRI, TER (taux
d’enrichissement relatif = VAN/ Investissement), DR, Taux de marge brute
d’exploitation (EBE/ CA), Poids des frais financiers (charges financières/chiffre
d’affaires), Capacité dynamique de désendettement (Dette financière / CAF).
52
Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016
République de Côte d’Ivoire
Union – Discipline – Travail
ANNEXE 3
Le C2D, un partenariat au service du développement
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI)
COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE
CONTROLE DES ALIMENTS
FORMAT DE DEMANDE D’ELIGIBILITE AU FAIFA
JUIN 2016
53
Dénomination de la structure
Abidjan, le
Adresse
Objet : Demande d’éligibilité au fonds de subvention et au fonds de garantie
Monsieur le Président,
J’ai l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance l’obtention de mon éligibilité au
Fonds de subvention et au fonds de Garantie de la Filière (à préciser) en vue de la relance / de
la création de ………(préciser l’activité) située ……………….
Le coût total de mon projet est estimé à ……………….. (Avec un apport personnel de
…………… s’il y en a) et le montant sollicité est de …………………………
Je vous prie d’agréer Monsieur le Président, l’assurance de ma considération distinguée.
Signature
/-)
Monsieur le Président
du Comité de Pilotage du Fonds
d’Appui aux Investissements
dans les Filières Agricoles
– CP-FAIFA –
ABIDJAN
54
Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016
République de Côte d’Ivoire
Union – Discipline – Travail
ANNEXE 4
Le C2D, un partenariat au service du développement
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI)
COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE
CONTROLE DES ALIMENTS
FORMAT DE DEMANDE DE CREDIT A
L’ETABLISSEMENT FINANCIER PARTENAIRE
(BANQUE ou IMF)
JUIN 2016
55
Dénomination de la structure
Adresse Abidjan, le
Signature
Objet : Demande de prêt
Monsieur le Directeur Général,
J’ai l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance l’obtention d’un crédit auprès
de votre institution en vue de la relance / de la création ……(préciser l’activité) ……………….
Le coût total de mon projet est estimé à ……………….. (Avec un apport personnel de
…………………… s’il y en a) et le montant sollicité est de …………………………
Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur Général, l’assurance de ma considération
distinguée.
Signature
/-)
Monsieur le Directeur Général
de (Nom de la Banque ou de l’IMF
partenaire)
ABIDJAN
56
Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016
République de Côte d’Ivoire
Union – Discipline – Travail
ANNEXE 5
Le C2D, un partenariat au service du développement
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI)
COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE
CONTROLE DES ALIMENTS
FORMAT DE FICHE INDIVIDUELLE DE NOTATION DE
PROJET
JUIN 2016
57
GRILLE DE NOTATION DES PROJETS
Projet
I
COMPETENCES TECHNIQUES
DU PORTEUR / 15
Formations ou qualifications / 5 Identifiant:
Expériences / 5
Motivations / 5 Note définitive:
II TECHNICITE DU PROJET / 20
/ 120
Objectifs / 5
Stratégie d’intervention / 5
Chronogramme de mise en
œuvre / 5
III ETUDE DE MARCHE / 25
Sources et conditions
d'approvisionnement / 5
Clients et conditions de
distribution / 5
Circuit de distribution / 5
Stratégie marketing / 5
Concurrence et
positionnement / 5
IV ANALYSE FINANCIERE / 60
Financement des
investissements / 5
Financement du cycle
d'exploitation / 5
Compte d'exploitation / 5
Plan de trésorerie / 5 Evaluateur
Plan de financement / 5 Nom:
VAN / 1 Prénoms:
TER / 4
TRI / 5
DR / 5 Date et signature
Taux de fonds propres / 5
Taux de marge brute
d'exploitation / 5
Poids des frais financiers / 5
Capacité dynamique de
désendettement / 5
58
V
ANALYSE ECONOMIQUE / 25
Capacité à créer des emplois
structurants
/5
Création d’emplois
/5
Niveau d’amélioration de la
qualité du produit
/ 5
chiffre d’affaires réalisé sur
des marchés présentant des
niveaux d’exigence en
matière de qualité plus élevés.
/10
59
Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016
République de Côte d’Ivoire
Union – Discipline – Travail
ANNEXE 6
Le C2D, un partenariat au service du développement
MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL
PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI)
COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE
CONTROLE DES ALIMENTS
CONCEPTS ET DEFINITIONS
JUIN 2016
60
CONCEPTS ET DEFINITIONS DE SECURITE SANITAIRE DES
ALIMENTS
Additif : On entend par additif alimentaire toute substance qui n'est pas normalement
consommée en tant que denrée alimentaire en soi et n'est pas normalement utilisée comme
ingrédient caractéristique d'une denrée alimentaire, qu'elle ait ou non une valeur nutritive, et
dont l'addition intentionnelle à la denrée alimentaire, dans un but technologique ou
organoleptique, à une quelconque étape de la fabrication, de la transformation, de la
préparation, du traitement, du conditionnement, de l'emballage, du transport ou du stockage de
ladite denrée, entraîne ou peut entraîner (directement ou indirectement) son incorporation ou
celle de ses dérivés dans la denrée ou peut affecter d'une autre façon les caractéristiques de
ladite denrée. L'expression ne s'applique ni aux contaminants ni aux substances ajoutées aux
denrées alimentaires dans le but d'en maintenir ou améliorer les propriétés nutritives.
Les bonnes pratiques de fabrication dans l’emploi des additifs alimentaires signifient que la
quantité de l’additif ajouté n’excède pas la quantité raisonnablement requise pour accomplir
son effet physique nutritionnel ou un autre effet technique dans l’aliment; La quantité de
l’additif qui devient un composant de l’aliment en tant que résultat de son emploi dans le
processus de fabrication, de transformation ou d’emballage d’un aliment et qui n’est pas destiné
à accomplir aucun effet physique ou un autre effet technologique dans l’aliment même, est
réduit à la mesure raisonnablement possible. (CODEX - Manuel de procédures, 22ème Edition,
Analyse des risques : processus comportant trois volets : évaluation des risques, gestion des
risques et communication sur les risques (CODEX - Manuel de procédures 22ème Edition,
section IV, p. 128, Définitions AR)
(ii) Idem (Règlement UEMOA/Sécurité Sanitaire)
(iii)Démarche consistant à rassembler et à évaluer les données concernant les dangers et les
facteurs qui entraînent leur présence, afin de décider lesquels d’entre eux représentent une
menace pour la salubrité des aliments et, par conséquent, devraient être pris en compte dans le
plan HACCP. (CODEX CAC/RCP1-1969, Rev.3 1997 et 2003 et corrections éditoriales en
20113)
Approche intégrée : C’est Intégrer dans l’analyse du risque sanitaire les dangers susceptibles
d’être hébergés et transmis par les animaux et leurs produits, les végétaux et leurs produits, tout
au long de la chaîne, de la production à la consommation, dans l’objectif d’assurer
préventivement, en maîtrisant les risques ou en les éliminant, la sécurité sanitaire des aliments
et de réduire ainsi les maladies d ’origine alimentaire.
Auxiliaire Technologique : On entend par auxiliaire technologique toute substance ou matière,
à l'exclusion des appareils ou instruments, non consommée comme ingrédient alimentaire en
soi et volontairement utilisée dans la transformation des matières premières, des denrées
alimentaires ou de leurs ingrédients, pour répondre à un certain objectif technologique pendant
le traitement ou la transformation et pouvant avoir pour résultat la présence non intentionnelle
mais inévitable de résidus ou de dérivés dans le produit fini.
Contaminant : un contaminant désigne toute substance qui n’est pas intentionnellement ajoutée
à la denrée alimentaire ou à l’aliment pour animaux dont les produits sont destinés à la
3
Il s’agit ici d’une définition en relation avec la traduction de « hazard analysis » dans le cadre du HACCP et qui
correspondrait mieux à « analyse des dangers »
61
consommation humaine, qui est présent dans la denrée alimentaire ou l’aliment pour animaux
comme résidu de la production (y compris les traitements appliqués aux cultures et au bétail et
dans la pratique de la médecine vétérinaire), de la fabrication, de la transformation, de la
préparation, du traitement, du conditionnement, de l’emballage, du transport et du stockage de
la denrée alimentaire ou de l’aliment pour animaux, ou à la suite de la contamination par
l’environnement. Le terme ne comprend pas les débris d’insectes, poils de rongeurs et autres
substances étrangères.
On entend par Limite maximale Codex pour un contaminant dans un produit destiné à
l’alimentation humaine ou animale, la concentration maximale que la Commission du Codex
Alimentarius recommande d’autoriser officiellement dans ce produit
(Manuel de procédure 22ème Edition)
Danger : Agent biologique, chimique ou physique présent dans un aliment, ou état de cet
aliment pouvant avoir un effet adverse pour la santé. (Manuel de procédures, 22ème Edition)
Denrée alimentaire : toute substance traitée, partiellement traitée ou brute, destinée à
l’alimentation humaine, et englobant les boissons, le « chewing-gum » et toutes les substances
utilisées dans la fabrication, la préparation et le traitement des aliments, à l’exclusion des
substances employées uniquement sous forme de médicaments, de cosmétiques ou de tabac.
(CODEX Manuel de procédures - 22ème Edition)
(ii) Aliment, denrée ou Produit alimentaire : toute substance traitée, partiellement traitée ou
brute, destinée à l’alimentation humaine, et englobant les boissons, les gommes à mâcher et
toutes les substances utilisées dans la fabrication, la préparation et le traitement des aliments, à
l’exclusion des substances employées uniquement sous forme de médicaments, de cosmétiques
ou de tabac. (Règlement UEMOA/Sécurité Sanitaire)
Exigences spécifiées : critères fixés par les autorités compétentes en matière de commerce des
denrées alimentaires portant sur la santé publique, la protection du consommateur et la loyauté
des échanges. (CODEX)
Hygiène alimentaire : ensemble des conditions et mesures nécessaires pour assurer la sécurité
et la salubrité des aliments à toutes les étapes de la chaîne alimentaire. (CODEX CAC/RCP 1-
1969, Rév.4 2003)
(ii) Elle comprend les conditions et mesures nécessaires pour la production, l’élaboration,
l’emmagasinage et la distribution des denrées alimentaires afin d’obtenir des produits en bon
état, salubres, inoffensifs et convenables pour la consommation humaine. (CODEX Manuel de
procédures - 22ème Edition)
Loi et Règlement : Tous les textes officiels promulgués par les assemblées nationales et les
gouvernements relatifs
« Tout document qui énonce les caractéristiques d’un produit ou les procédés et méthodes de
production s’y rapportant, y compris les dispositions administratives qui s’y appliquent, dont
le respect est obligatoire.».
Médicament vétérinaire toute substance appliquée ou administrée à des animaux producteurs
de nourriture, tels que race de boucherie ou race laitière, volaille, poissons ou abeilles, qu'elle
soit utilisée dans un but thérapeutique, prophylactique ou diagnostique, ou en vue de modifier
des fonctions physiologiques ou le comportement.
L'expression résidus de médicaments vétérinaires désigne les substances mères et/ou leurs
métabolites présents dans toute portion comestible de produits d'origine animale, ainsi que les
résidus des impuretés associées aux médicaments vétérinaires considérés.
62
On entend par limite maximale Codex pour les résidus de médicaments vétérinaires
(LMRVD), la concentration maximale de résidu résultant de l'utilisation d'un médicament
vétérinaire (exprimée en mg/kg ou µg/kg sur la base du poids du produit frais) que la
Commission du Codex Alimentarius recommande d'autoriser légalement ou de reconnaître
comme admissible dans un ou sur un aliment. (CODEX Manuel de procédures, 22ème Edition)
On entend par bonnes pratiques d'utilisation des médicaments vétérinaires (BPMV) les
modalités d'emploi officiellement recommandées ou autorisées, y compris les périodes
d'attente, approuvées par les autorités nationales, des médicaments vétérinaires administrés
dans des conditions pratiques (CODEX - Manuel de procédure 22ème Edition)
Mesures Sanitaires et Phytosanitaires : Les mesures sanitaires ou phytosanitaires
comprennent toutes lois, tous décrets, toutes réglementations, toutes prescriptions et toutes
procédures pertinents, y compris, entre autres choses, les critères relatifs au produit final; les
procédés et méthodes de production; les procédures d'essai, d'inspection, de certification et
d'homologation; les régimes de quarantaine, y compris les prescriptions pertinentes liées au
transport d'animaux ou de végétaux ou aux matières nécessaires à leur survie pendant le
transport; les dispositions relatives aux méthodes statistiques, procédures d'échantillonnage et
méthodes d'évaluation des risques pertinentes; et les prescriptions en matière d'emballage et
d'étiquetage directement liées à l'innocuité des produits alimentaires. (Annexe A-Définitions,
Accord SPS)
Norme : document approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages communs
et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques pour des produits ou des
procédés et des méthodes de production connexes dont le respect n’est pas obligatoire. Il peut
aussi traiter en partie ou en totalité de terminologie, de symboles, de prescriptions en matière
d’emballage, de marquage ou d’étiquetage, pour un produit, un procédé ou une méthode de
production donnés. (Accord OTC/OMC)
Normes des Trois sœurs : Il s’agit des normes élaborées par le CODEX, l’OIE et la CIPV.
Ces organisations, où ne siègent que des Etats, ont vu leurs missions renforcées par la création
de l’OMC qui leur confère un rôle majeur en matière d’élaboration de normes régissant le
commerce international, un rôle de référence en ce qui concerne l’harmonisation des règlements
et normes au niveau des pays membres et de règlement des litiges. En matière d’aliments, le
CODEX gère à la fois les aspects SPS et OTC.
Les normes édictées par ces institutions pourraient être qualifiées de « normes
réglementaires » car elles ont un caractère contraignant du fait d’une part, qu’il s’agit de
références pour les échanges internationaux et d’autre part, que les pays devaient se déterminer,
relativement à elles : Transcription en droit national si nécessaire.
Pesticide : toute substance destinée à prévenir, détruire, attirer, repousser ou combattre tout
élément nuisible y compris toute espèce indésirable de plantes ou d'insectes pendant la
production, le stockage, le transport, la distribution et la préparation d'aliments, de denrées
agricoles ou de produits pour l'alimentation animale, ou pouvant être appliquée aux animaux
pour les débarrasser d'ectoparasites. Ce terme englobe les substances utilisées comme
régulateurs de la croissance végétale, défoliants, dessicants, agents d'ébourgeonnement ou
inhibiteurs de germination, ainsi que les substances appliquées aux cultures avant ou après la
récolte pour protéger le produit contre toute détérioration pendant l'entreposage et le transport.
Le terme exclut normalement les engrais, les éléments nutritifs destinés aux plantes et aux
animaux, les additifs alimentaires et les médicaments vétérinaires.
63
On entend par résidu de pesticide, toute substance déterminée présente dans les aliments, les
denrées agricoles ou les produits pour l'alimentation animale à la suite de l'utilisation d'un
pesticide. Ce terme englobe tous les dérivés d'un pesticide, tels que les produits de conversion
et de réaction, les métabolites et les impuretés que l'on considère comme ayant une importance
sur le plan toxicologique.
On entend par limite maximale Codex pour les résidus de pesticides (LMRP), la concentration
maximale du résidu d'un pesticide (exprimée en mg/kg) que la Commission du Codex
Alimentarius recommande d'autoriser officiellement dans ou sur des produits alimentaires ou
des aliments pour animaux. Les LMRP sont fondées sur des données concernant les BPA, et
les aliments obtenus à partir des produits qui répondent aux LMR applicables sont réputés
acceptables sur le plan toxicologique. (CODEX, Manuel de procédures - 22ème Edition)
On entend par bonnes pratiques agricoles en matière d'utilisation des pesticides (BPA), les
modalités d'emploi sans danger de ces produits nationalement autorisés dans les conditions
actuelles, nécessaires pour lutter de manière efficace et fiable contre les ravageurs. Ces
pratiques comprennent une gamme de niveaux d'emploi des pesticides qui ne doivent pas
dépasser la dose la plus élevée autorisée, appliqués de manière à laisser un résidu qui soit le
plus faible possible. (CODEX - Manuel de procédures, 22ème Edition)
Qualité : aptitude d’un ensemble de caractéristiques intrinsèques d’un produit, d’un système ou
d’un processus à satisfaire les exigences des clients et autres parties intéressées. (CODEX)
C’est l’ensemble des caractéristiques d’une entité qui lui confèrent l’aptitude à satisfaire des
besoins exprimés et implicites. (ISO)
Risque : Fonction de la probabilité d'un effet adverse pour la santé et de sa gravité, du fait de la
présence d'un (de) danger(s) dans un aliment. (CODEX, Manuel de procédures 22ème Edition)
Salubrité des Aliments : assurance que les aliments sont acceptables pour la consommation
humaine conformément à l’usage auquel ils sont destinés. (CODEX CAC/RCP 1-1969, Rév.4
2003)
Sécurité des Aliments : assurance que les aliments sont sans danger pour le consommateur
quand ils sont préparés et/ou consommés conformément à l’usage auquel ils sont destinés.
(CODEX CAC/RCP 1-1969, Rév.4 2003)
SNCA : Système National de Contrôle des Aliments
SSA : Sécurité Sanitaire des Aliments
SA : « La sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, la
possibilité physique, sociale et économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et
nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires pour mener une
vie saine et active. » Comité de la Sécurité Alimentaire Mondiale, S'entendre sur la
terminologie, CSA, 39ème session, 15-20 octobre 2012, 17 p.
Traçabilité / traçage des produits : la capacité à suivre le mouvement d’une denrée alimentaire
à travers une (des) étape(s) spécifiée(s) de la production, de la transformation et de la
distribution. (Manuel de procédure 22ème Edition)
64
CONCEPTS ET DEFINITIONS TECHNIQUES
Il s’agit de s’appuyer sur un certain nombre d’indicateurs pour s’assurer que le porteur du
projet maîtrise tous les aspects de son projet, aussi bien sur le plan technique, financier,
managérial que de la connaissance de son marché immédiat.
I- COMPETENCES TECHNIQUES DU PORTEUR DU PROJET
Cette catégorie de critères vise à s’assurer de l’adéquation entre le porteur et son projet. Chaque
projet doit être cohérent par rapport à la personnalité, au potentiel et aux compétences du
porteur. Il s’agit de savoir à qui on a affaire, tant sur le plan de la formation, de l’expérience
que de ses motivations.
Formations ou qualifications : il s’agira de s’assurer que le porteur a une formation de base
en dans l’activité embrassée. Le nombre de formations ou de qualifications reçu par ce dernier
et la qualité de celles-ci devraient orienter la notation.
Expériences : il s’agira d’apprécier son parcours tant dans le domaine qu’il embrasse que
dans le monde des affaires en général. Il s’agira surtout d’apprécier à travers ses expériences
passées, son aptitude à faire aboutir son projet.
Motivations : il s’agit d’apprécier la vision positive et optimiste que le porteur a de son affaire.
Il faudra apprécier comment le porteur est arrivé à envisager de monter, puis développer son
projet. Rattacher également à ce critère son appréciation des risques liés à son activité et cerner
comment il s’est préparé à leur apparition.
II- TECHNICITE DU PROJET
Il s’agit d’apprécier ici les paramètres de gestion technique du projet présenté par le porteur.
Pour cela, il sera fait un examen de ses objectifs, de sa stratégie d’intervention et de son
chronogramme de mise en œuvre des activités.
Objectifs : il s’agit d’apprécier les objectifs que poursuit le porteur à travers son projet. Un
objectif doit décrire une situation spécifique dans l’avenir, être mesurable, réalisable et limité
dans le temps. Il s’agira de s’assurer que le porteur, pour la définition de ses objectifs, utilise
des indicateurs qui lui paraissent représentatifs (chiffre d’affaire, part de marché, effectif,
capitaux propres, respect de…, de qualité de…, de mesure de…, niveau de…, …). Par ailleurs,
le porteur doit avoir défini des critères qui doivent être basés sur les objectifs et serviront à
comparer les résultats, afin de faciliter la prise de décision.
Stratégie d’intervention : il s’agit de tenir compte de l’organisation interne du projet, de la
description des procédés de production/commercialisation, des points forts et faibles de cette
organisation. Savoir si le porteur a recours à un encadrement technique. Présenter les
caractéristiques des produits, de même que les forces et faiblesses. Définir les évolutions
prévues en termes de produits.
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA
Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA

Contenu connexe

Tendances

Economie Informelle
Economie InformelleEconomie Informelle
Economie Informelle
guestae91f5
 
Stratégie Foncière et Plan Local d'Urbanisme : vers une approche intégrée de ...
Stratégie Foncière et Plan Local d'Urbanisme : vers une approche intégrée de ...Stratégie Foncière et Plan Local d'Urbanisme : vers une approche intégrée de ...
Stratégie Foncière et Plan Local d'Urbanisme : vers une approche intégrée de ...
Ambre Legrand
 
Presentation pfe 2012
Presentation pfe 2012Presentation pfe 2012
Presentation pfe 2012
Sellami Ahmed
 

Tendances (20)

Julien Langumier : La prévention des risques en france
Julien Langumier : La prévention des risques en franceJulien Langumier : La prévention des risques en france
Julien Langumier : La prévention des risques en france
 
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRETable des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
Table des matières - Mémoire Yann ALLEGRE
 
Economie Informelle
Economie InformelleEconomie Informelle
Economie Informelle
 
Stratégie Foncière et Plan Local d'Urbanisme : vers une approche intégrée de ...
Stratégie Foncière et Plan Local d'Urbanisme : vers une approche intégrée de ...Stratégie Foncière et Plan Local d'Urbanisme : vers une approche intégrée de ...
Stratégie Foncière et Plan Local d'Urbanisme : vers une approche intégrée de ...
 
Présentation expérience Tchad.pptx
Présentation expérience Tchad.pptxPrésentation expérience Tchad.pptx
Présentation expérience Tchad.pptx
 
Présentation soutenance
Présentation soutenancePrésentation soutenance
Présentation soutenance
 
Tdr séminaire gestion ac+ contrôles
Tdr séminaire gestion ac+ contrôlesTdr séminaire gestion ac+ contrôles
Tdr séminaire gestion ac+ contrôles
 
Manuel d'accompagnement Pré-création
Manuel d'accompagnement Pré-créationManuel d'accompagnement Pré-création
Manuel d'accompagnement Pré-création
 
Développement durable et responsabilité sociale
Développement durable et responsabilité socialeDéveloppement durable et responsabilité sociale
Développement durable et responsabilité sociale
 
Conception et developpement d'un site web pour la suggestion et notification ...
Conception et developpement d'un site web pour la suggestion et notification ...Conception et developpement d'un site web pour la suggestion et notification ...
Conception et developpement d'un site web pour la suggestion et notification ...
 
Comparaison entre les solutions IPBX et Centrex
Comparaison entre les solutions IPBX et CentrexComparaison entre les solutions IPBX et Centrex
Comparaison entre les solutions IPBX et Centrex
 
resume-cours-theorique-culture-et-technique-du-numerique-61574f6e0c5c0-1_2.pdf
resume-cours-theorique-culture-et-technique-du-numerique-61574f6e0c5c0-1_2.pdfresume-cours-theorique-culture-et-technique-du-numerique-61574f6e0c5c0-1_2.pdf
resume-cours-theorique-culture-et-technique-du-numerique-61574f6e0c5c0-1_2.pdf
 
le plan d'action de la commune
le plan d'action de la communele plan d'action de la commune
le plan d'action de la commune
 
Découvrir les objectifs de développement durable
Découvrir les objectifs de développement durableDécouvrir les objectifs de développement durable
Découvrir les objectifs de développement durable
 
Modélisation statistique pour la maitrise de procédé de carbonatation du jus ...
Modélisation statistique pour la maitrise de procédé de carbonatation du jus ...Modélisation statistique pour la maitrise de procédé de carbonatation du jus ...
Modélisation statistique pour la maitrise de procédé de carbonatation du jus ...
 
Guide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impactsGuide d’étude d'impacts
Guide d’étude d'impacts
 
Soutenance Elhadj Bah | Diplôme d'ingénieur de conception en Informatique | E...
Soutenance Elhadj Bah | Diplôme d'ingénieur de conception en Informatique | E...Soutenance Elhadj Bah | Diplôme d'ingénieur de conception en Informatique | E...
Soutenance Elhadj Bah | Diplôme d'ingénieur de conception en Informatique | E...
 
Développement et mise en place module maintenance GMAO
Développement et mise en place module maintenance GMAO  Développement et mise en place module maintenance GMAO
Développement et mise en place module maintenance GMAO
 
Presentation pfe 2012
Presentation pfe 2012Presentation pfe 2012
Presentation pfe 2012
 
Pmi
PmiPmi
Pmi
 

Similaire à Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA

Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Silicon Village
 
Np fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf frNp fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf fr
hyazzi90
 
Les Groupements d'Employeurs en Bretagne
Les Groupements d'Employeurs en BretagneLes Groupements d'Employeurs en Bretagne
Les Groupements d'Employeurs en Bretagne
CCI Bretagne
 
Rapport 2006 _chiens_de_protection
Rapport 2006 _chiens_de_protectionRapport 2006 _chiens_de_protection
Rapport 2006 _chiens_de_protection
usbeck
 

Similaire à Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA (20)

Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016
Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016
Pss epa ht_ defis_repris-myl 21 juin 2016
 
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
Synthèse du Diagnostic Territorial Stratégique - Préparation des programmes 2...
 
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles2010 rapport cgiet  missions confiees aux poles
2010 rapport cgiet missions confiees aux poles
 
La strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunionLa strategie regionale d'innovation la reunion
La strategie regionale d'innovation la reunion
 
Strategie nationale pour le developpement de la riziculture en guinee
Strategie nationale pour le developpement de la riziculture en guineeStrategie nationale pour le developpement de la riziculture en guinee
Strategie nationale pour le developpement de la riziculture en guinee
 
Guide de mise en conformité
Guide de mise en conformitéGuide de mise en conformité
Guide de mise en conformité
 
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
Rapport d'information sur le CICE - Yves Blein - 02/10/2014
 
Assurance maladie : propositions pour 2020
Assurance maladie : propositions pour 2020Assurance maladie : propositions pour 2020
Assurance maladie : propositions pour 2020
 
Np fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf frNp fr vr.pdf fr
Np fr vr.pdf fr
 
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
AGAP rapport technique intermédiaire sur la Protection de la Biodiversité et ...
 
Guide cetmef lite2008
Guide cetmef lite2008Guide cetmef lite2008
Guide cetmef lite2008
 
Les Groupements d'Employeurs en Bretagne
Les Groupements d'Employeurs en BretagneLes Groupements d'Employeurs en Bretagne
Les Groupements d'Employeurs en Bretagne
 
Rapport 2015 du comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2015 du comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...Rapport 2015 du comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
Rapport 2015 du comité de suivi du Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'...
 
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
Rapport influence normative_strategique_pour_la_france_2013
 
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
En association avec le CEFRIO et HEC Montréal, le CIGREF délivre les résultat...
 
Pour une transition numérique écologique - Sénat
Pour une transition numérique écologique - SénatPour une transition numérique écologique - Sénat
Pour une transition numérique écologique - Sénat
 
Rapport 2006 _chiens_de_protection
Rapport 2006 _chiens_de_protectionRapport 2006 _chiens_de_protection
Rapport 2006 _chiens_de_protection
 
Compte personnel de formation : rapport 2018
Compte personnel de formation : rapport 2018Compte personnel de formation : rapport 2018
Compte personnel de formation : rapport 2018
 
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
PLF 2014 : rapport Alain Claeys Enseignement supérieur et Recherche (Assemblé...
 
France stratégie
France stratégieFrance stratégie
France stratégie
 

Plus de Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles

Plus de Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles (20)

Rapport atelier de formation filiere avicole atb resistance et residus
Rapport atelier de formation filiere avicole atb resistance et residusRapport atelier de formation filiere avicole atb resistance et residus
Rapport atelier de formation filiere avicole atb resistance et residus
 
Rapport atelier de formation filiere avicole atb resistance et residus
Rapport atelier de formation filiere avicole atb resistance et residusRapport atelier de formation filiere avicole atb resistance et residus
Rapport atelier de formation filiere avicole atb resistance et residus
 
Rapport atelier de formation filiere porcine principale gnrx d hygiene
Rapport atelier de formation filiere porcine principale gnrx d hygieneRapport atelier de formation filiere porcine principale gnrx d hygiene
Rapport atelier de formation filiere porcine principale gnrx d hygiene
 
Rapport atelier formation mais 13092017
Rapport atelier formation mais  13092017Rapport atelier formation mais  13092017
Rapport atelier formation mais 13092017
 
Rapport atelier formation filiere legumes maraichers
Rapport atelier formation filiere legumes maraichersRapport atelier formation filiere legumes maraichers
Rapport atelier formation filiere legumes maraichers
 
Arrete copil faifa
Arrete copil faifaArrete copil faifa
Arrete copil faifa
 
Arrete coplil signe
Arrete coplil signeArrete coplil signe
Arrete coplil signe
 
Presentation securite sanitaire et certification 26 sept 2017
Presentation securite sanitaire et certification 26 sept 2017Presentation securite sanitaire et certification 26 sept 2017
Presentation securite sanitaire et certification 26 sept 2017
 
Securite sanitaire des denrees avicoles jna 2016
Securite sanitaire des denrees avicoles jna 2016Securite sanitaire des denrees avicoles jna 2016
Securite sanitaire des denrees avicoles jna 2016
 
Seminaire sara
Seminaire saraSeminaire sara
Seminaire sara
 
Arrete copil faifa
Arrete copil faifaArrete copil faifa
Arrete copil faifa
 
Annexe 1 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 1 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSAAnnexe 1 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 1 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
 
Annexe 5 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 5 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSAAnnexe 5 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 5 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
 
Annexe 4 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 4 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSAAnnexe 4 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 4 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
 
Annexe 3 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 3 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSAAnnexe 3 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 3 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
 
Annexe 2 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 2 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSAAnnexe 2 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
Annexe 2 - Manuel de Procédure FAIFA | FADCI-SSA
 
Atelier de lancement - Présentation du projet FADCI/SSA
Atelier de lancement - Présentation du projet FADCI/SSAAtelier de lancement - Présentation du projet FADCI/SSA
Atelier de lancement - Présentation du projet FADCI/SSA
 
Sécurité sanitaire des denrées avicoles et d'origine avicole
Sécurité sanitaire des denrées avicoles et d'origine avicoleSécurité sanitaire des denrées avicoles et d'origine avicole
Sécurité sanitaire des denrées avicoles et d'origine avicole
 
Rapport atelier lancement filiere legumes maraichers
Rapport atelier lancement filiere legumes maraichersRapport atelier lancement filiere legumes maraichers
Rapport atelier lancement filiere legumes maraichers
 
Rapport atelier lancement consommateurs
Rapport atelier lancement  consommateursRapport atelier lancement  consommateurs
Rapport atelier lancement consommateurs
 

Manuel de Procédures FAIFA | FADCI-SSA

  • 1. Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016 République de Côte d’Ivoire Union – Discipline – Travail Le C2D, un partenariat au service du développement MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL PROJET FILIERES AGROALIMENTAIRES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI) COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE CONTROLE DES ALIMENTS JUIN 2016 MANUEL DE PROCÉDURES DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES
  • 2. 2 CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DU MANUEL........................................................... 7 1.1. OBJECTIFS DU MANUEL DE PROCEDURES......................................................................... 7 1.2. STRUCTURATION DU MANUEL............................................................................................. 7 1.3. MISE A JOUR DU MANUEL DE PROCEDURES..................................................................... 8 1.3.1 Modification des procédures ...................................................................................................... 8 1.3.2 Responsabilité de la mise à jour du manuel ............................................................................... 8 1.3.3 Méthodologie de la mise à jour du manuel ................................................................................ 9 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES .................................................................................................... 11 2.1 PRESENTATION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES ...................................................................................................................... 11 2.1.1 Cadre réglementaire du FAIFA .................................................................................................. 11 2.1.2 Ancrage institutionnel du FAIFA................................................................................................ 11 2.1.3 Objectif global du FAIFA............................................................................................................ 11 2.1.4 Caractéristiques du Fonds......................................................................................................... 12 2.1.4.1 Fonds de subvention aux projets d’appui aux investissements SSA......................................... 12 2.1.4.2 Fonds de garantie aux investissements SSA agricoles .............................................................. 12 2.1.5 Taux de garantie pour les bénéficiaires du Fonds de garantie ................................................. 13 2.1.6 Capital du FAIFA ........................................................................................................................ 13 2.1.7 Stratégie d’intervention du Fonds............................................................................................. 13 2.1.7.1 Stratégie d’intervention du Fonds de subvention..................................................................... 14 2.1.7.2 Stratégie d’intervention du Fonds de garantie ......................................................................... 14 2.1.7.2.1 Réalisation des opérations de garantie............................................................................... 14 2.1.7.2.2 Bonification du taux d’intérêt et rallongement de la durée du crédit................................ 14 2.1.8 Bénéficiaires du Fonds .............................................................................................................. 15 2.1.9 Domaine d’intervention du FAIFA............................................................................................. 15 2.1.10 Modalité d’intervention du FAIFA............................................................................................. 15 2.2 CRITERES D’ELIGIBILITE AU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES (FAIFA)..................................................................................... 16 2.2.1 Conditions liées aux bénéficiaires............................................................................................. 16 2.2.2 Conditions liées aux projets ...................................................................................................... 16 2.2.3 Délai de remboursement des prêts........................................................................................... 17 2.2.4 Critères de sélection des projets............................................................................................... 17 2.2.4.1 Compétences techniques et/ou managériale du porteur du projet......................................... 17 2.2.4.2 Faisabilité technique du projet ................................................................................................. 18 2.2.4.3 Viabilité économique et rentabilité financière ......................................................................... 18 2.2.5 Liste des pièces à fournir........................................................................................................... 18 2.3 CONTRACTUALISATION DU FONDS........................................................................................... 19 2.3.1 Champ d’intervention ............................................................................................................... 19 FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : SOMMAIRE
  • 3. 3 2.3.2 Conditions d’octroi du Fonds .................................................................................................... 19 2.4 ORGANISATION ET GESTION DU FAIFA..................................................................................... 21 2.4.1 Organes de gestion.................................................................................................................... 21 2.4.1.1 Le Comité de Pilotage du Fonds (CP- FAIFA)............................................................................. 21 2.4.1.2 La Cellule Technique d’Examen des dossiers de demande d’appui du FAIFA (CTE-FAIFA)....... 21 2.4.1.3 Le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA).......................................................................... 22 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES .......................................... 24 3.1 PRINCIPES GENERAUX DE SELECTION ET DE FINANCEMENT DES PROJETS PAR LE FONDS...... 24 3.2 PROCEDURES OPERATIONNELLES............................................................................................. 25 3.2.2 Procédures d’accès au Fonds..................................................................................................... 25 3.2.2.1 OBJECTIFS DES PROCEDURES.................................................................................................. 25 3.2.2.2 PRINCIPAUX INTERVENANTS .................................................................................................. 25 3.2.2.3 Principaux documents utilisés................................................................................................... 26 3.2.2.4 Description des opérations ....................................................................................................... 26 3.2.2.5 Fiche de tâches.......................................................................................................................... 28 3.2.3 Procédures de décaissement des fonds...................................................................................... 30 3.2.3.1 Objectifs de la procédure.......................................................................................................... 30 3.2.3.2 Principaux intervenants............................................................................................................. 30 3.2.3.3 Principaux documents utilisés................................................................................................... 31 3.2.3.4 Description des opérations ....................................................................................................... 31 3.2.4 Procédures de suivi des projets financés ................................................................................... 31 3.2.5 Procédures d’appel à la garantie................................................................................................ 36 3.2.5.1 Objectifs des procédures........................................................................................................... 36 3.2.5.2 Principaux intervenants............................................................................................................. 36 3.2.5.4 Description des opérations ....................................................................................................... 36 3.2.5.5 Fiche de tâches.......................................................................................................................... 37 ANNEXES ............................................................................................................................................ 39
  • 4. 4 ABREVIATIONS SIGNIFICATIONS AFD Agence Française de Développement ANCSSA Agence Nationale de Contrôle de la Sécurité Sanitaire des Aliments C2D Contrat de Désendettement et de Développement CP-FAIFA Comité de Pilotage du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires CTE-FAIFA Cellule Technique d’Examen du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires FADCI Filières Agroalimentaires Durables de Côte d’Ivoire FAIFA Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires FIRCA Fonds Inter professionnel pour la Recherche et le Conseil Agricoles IMF Institutions de Micro- Finance MINADER Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural OP Organisation Professionnelle SSA Sécurité Sanitaire des Aliments ST-FAIFA Service Technique du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires UCP - FADCI Unité de Coordination du Projet FADCI FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Glossaire des sigles et abréviations
  • 5. 5 Le présent manuel ne couvre que la période de mise en œuvre du Projet FADCI, volet 3.1 : « Appui au Système National de Contrôle des Aliments », sous composante 3.1.2 « Appui aux Filières Agricoles ». Au terme du Projet, les différentes parties prenantes détermineront les modalités de gestion du Fonds de Garantie du FAIFA. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : AVERTISSEMENT
  • 6. 6 CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DU MANUEL DE PROCÉDURES
  • 7. 7 1. PRÉSENTATION GENERALE DU MANUEL DE PROCÉDURES 1.1. OBJECTIFS DU MANUEL DE PROCEDURES Le manuel de procédure du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires formalise les principales procédures de gestion administrative, technique et financière de ce fonds. Il a pour objectifs de : - décrire l’organisation du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires ; - fournir un cadre formel d’exécution des opérations d’appui aux investissements dans le cadre de subventions ; - fournir un cadre formel d’exécution des opérations d’octroi et de remboursement des crédits ; - décrire les méthodes de sélection des projets et les critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires ; - Mettre en place un contrôle interne efficace. 1.2. STRUCTURATION DU MANUEL Pour une commodité de lecture et d'utilisation, les procédures sont classées par cycle d’opérations homogènes. Cette option offre l’avantage de présenter un document cohérent et facile d'accès pour les acteurs et les contrôleurs du processus. La structuration par cycle d’opérations distingue : - Les principes généraux du cycle qui détaillent les généralités, les procédures concernées ; - Le traitement des procédures une à une qui comprend :  l’objet de la procédure ;  l’application de la procédure ;  les règles de gestion particulières ;  les étapes de la procédure. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DU MANUEL Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Objectifs, structuration et mise à jour du manuel de procédures
  • 8. 8 Ce manuel comprend trois chapitres que sont: Chapitre 1 : Présentation générale du manuel des procédures Cette partie présente l’organisation du manuel. Ce manuel est structuré de manière à faciliter son exploitation et sa mise à jour afin de l’adapter à l’évolution tant de la gestion du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires que des procédures formalisées. Chapitre 2 : Description du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires Cette partie présente le Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires notamment, ses objectifs, les instruments du Fonds, ses organes de gestion, les bénéficiaires et la liste des pièces à fournir ainsi que les conditions d’appui, d’octroi et de remboursement des crédits. Chapitre 3 : Procédures opérationnelles Cette dernière partie décrit les différentes procédures relatives au fonctionnement du FAIFA 1.3. MISE A JOUR DU MANUEL DE PROCEDURES 1.3.1 Modification des procédures La mise à jour du manuel est aussi importante que son élaboration. Une liste des détenteurs du manuel sera tenue par la Direction Exécutive du FIRCA pour permettre la mise à jour de tous les exemplaires chaque fois qu’une modification sera opérée. La mise à jour peut être motivée par : - des changements dans la structure ou les activités du Fonds ; - des modifications des systèmes de procédures dans le but de les améliorer pour faire face à des situations nouvelles. 1.3.2 Responsabilité de la mise à jour du manuel La responsabilité de la mise à jour du manuel de procédures incombe à la Direction Exécutive du FIRCA, sur instruction du Comité de Pilotage du Fonds. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DU MANUEL Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Objectifs, structuration et mise à jour du manuel de procédures
  • 9. 9 1.3.3 Méthodologie de la mise à jour du manuel Lorsque la décision de modification des procédures existantes est envisagée, le Président du Comité de Pilotage convoque une réunion à laquelle doivent participer tous les membres. Cette réunion doit débattre de l’opportunité de la modification proposée. A l’issue de cette réunion, un procès-verbal est établi en indiquant les éléments suivants : - les procédures devant être modifiées ; - les raisons pour lesquelles les modifications sont demandées ; - les principes et les termes des modifications à apporter ; - la personne chargée de rédiger les nouvelles procédures à inclure au manuel. Après adoption du texte définitif par le Comité de Pilotage, la Direction Exécutive du FIRCA se charge d’intégrer les modifications apportées dans le manuel, de demander l’ANO de l’AFD sur la nouvelle version du manuel et de mettre cette nouvelle version à la disposition des détenteurs. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 1 : PRESENTATION GENERALE DU MANUEL Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Objectifs, structuration et mise à jour du manuel de procédures
  • 10. 10 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES
  • 11. 11 2.1 PRESENTATION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES 2.1.1 Cadre réglementaire du FAIFA Le FAIFA procède des actes ci-dessous : - convention d’affectation AFD N° CCI 1434 01 F du 28 avril 2016 - convention N°…….. /FADCI-C2D/MINADER ; 2.1.2 Ancrage institutionnel du FAIFA Au plan institutionnel, le fonds est sous la tutelle des Ministères en charge de l’Agriculture et des Productions Animales. 2.1.3 Objectif global du FAIFA L’objectif global du FAIFA est de permettre aux opérateurs agro-alimentaires d’intégrer la Sécurité Sanitaire des Aliments (SSA) et de potentialiser leurs échanges commerciaux en améliorant la crédibilité de l’origine Côte d’Ivoire. De façon spécifique, il s’agira d’accompagner les opérateurs des Filières Agroalimentaires ciblées (avicole, porcine, maïs, légumière/maraîchère) dans les investissements nécessaires à une meilleure prise en compte de la SSA dans le processus de production, de transformation et de commercialisation des produits1. La mise en œuvre de ce Fonds permettra de promouvoir : - L’appui pour la mise en conformité aux règlements SSA ou la mise aux normes sanitaires dans la chaîne des valeurs des filières ciblées ; - l’accès des acteurs des filières ciblées et leurs Organisations Professionnelles (OP) aux crédits bancaires ; - le partenariat entre les filières ciblées et le système bancaire et financier national, pour la création de richesse et la lutte contre la pauvreté ; - les activités de production, de transformation et de commercialisation des produits des filières ciblées. 1 . Il s’agira concrètement d’accompagner des opérateurs dans la prise en compte, à la place qu’ils occupent dans la chaîne agroalimentaire, de la production à la consommation, d’un ou de plusieurs dangers, ou encore de facteurs aggravant où maintenant ce ou ces dangers à des niveaux de risques inacceptables pour la santé du consommateur. Ceci dans l’objectif d’assurer préventivement, en maîtrisant les risques ou en les éliminant, la sécurité sanitaire des denrées qu’ils produisent. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Présentation du fonds d’appui aux investissements dans les Filières Agroalimentaires
  • 12. 12 2.1.4 Caractéristiques du Fonds Le Fonds d’Appui aux Investissements dans les filières agroalimentaires délivre des subventions, assujetties à l’octroi préalable de prêts qui ouvrent également l’accès à la délivrance d’une garantie couvrant une partie du prêt consenti. Il est ainsi composé de deux (02) instruments systématiquement liés : - La subvention aux projets d’appui aux investissements agroalimentaires en matière de SSA et - La garantie à ces mêmes projets d’appui aux investissements agroalimentaires en matière de SSA 2.1.4.1 Fonds de subvention aux projets d’appui aux investissements SSA Il s’agit d’un fonds pour appuyer le financement des projets pour la conformité aux règlements SSA ou la mise aux normes sanitaires alimentaires dans la chaîne des valeurs des quatre (04) filières que sont la Filière Avicole, la Filière Porcine, la Filière Maïs et la Filière Légumes / Maraîchers. La durée de mise en œuvre de ce Fonds est de cinq (05) ans. Le taux de subvention sera compris entre 20% et 50% du coût total du projet soumis au FAIFA, avec un plafond fixé à 100 millions de FCFA. Le taux de subvention accordée sera déterminé en fonction de la nature du porteur (petite entreprise ou moyenne et grande entreprise) d’une part, et du montant du prêt demandé, d’autre part. (Un barème d’affectation de ce taux devra être élaboré à cet effet). Son fonctionnement reposera uniquement sur des appels à projets. 2.1.4.2 Fonds de garantie aux investissements SSA agricoles Il s’agit d’un fonds de garantie pour l’appui aux investissements dans le domaine de la SSA. Le fonds de garantie est logé dans un établissement financier, qui assure la garantie auprès d’établissements financiers (Banque Commerciale et Institutions de Microfinance (IMF), qui assurent le financement des projets éligibles. Le fonds agira, pour chaque filière, comme une ligne de cautionnement aux prêts consentis aux opérateurs de la filière concernée. Dans ce cas, le fonds de garantie convient avec les établissements financiers de se porter garant pour les bénéficiaires et fixe une série de critères (caractéristiques des emprunteurs, plafonds de crédit, affectation du crédit, sélection et évaluation des demandes de crédit, accords concernant le pourcentage garanti du montant emprunté, procédures de réalisation des garanties et arbitrage des différends…) auxquels doivent répondre les clients et/ou les crédits. Ainsi, tous les crédits qui répondent aux critères fixés sont automatiquement garantis à concurrence du pourcentage déterminé et dans les limites du Fonds. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Présentation du fonds d’appui aux investissements dans les Filières Agroalimentaires
  • 13. 13 Le taux de rémunération de ce Fonds sera fixé d’accord parties entre les différents partenaires, de même que le taux d’intérêt annuel supporté par les bénéficiaires du crédit. 2.1.5 Taux de garantie pour les bénéficiaires du Fonds de garantie Les garanties octroyées par le Fonds portent sur une fraction du principal des financements à court et moyen terme. Elles portent sur les crédits d’équipements et investissements (durée maximum à déterminer) et fonds de roulement (durée maximum à déterminer). Le taux de garantie octroyé par le Fonds est de 50% du montant du crédit consenti, dans une limite maximale de 100 millions de FCFA. La banque suspendra toute intervention en faveur des bénéficiaires de crédits éligibles au Fonds de garantie en cas d’épuisement dudit Fonds. 2.1.6 Capital du FAIFA Le capital du FAIFA d’un montant total de deux milliards quatre-vingt-quinze millions (2.095.000.000) FCFA est constitué des ressources issues du Projet Filières Agroalimentaires Durables de Côte d’Ivoire (FADCI), volet 3-1 « Appui au Système National de Contrôle des Aliments», dans le cadre du Contrat de Désendettement et de Développement (C2D). Ce capital est réparti comme suit : - Fonds de subvention : 670.500.000 FCFA, soit 32% - Fonds de garantie : 1.424.500.000 FCFA, soit 68% Le tableau ci-après illustre sa décomposition par filière. Tableau de répartition du financement du FAIFA FILIERES/ INSTRUMENTS FONDS DE SUBVENTION (FCFA) FONDS DE GARANTIE (FCFA) TOTAL GENERAL (FCFA) Filière Avicole 325.000.000 700.000.000 1 025.000.000 Filière porcine 70.500.000 164.500.000 235.000.000 Filière Maïs 170.000.000 350.000.000 520.000.000 Filière Légumes/ Maraîchers 105.000.000 210.000.000 315.000.000 Total 670.500.000 1.424.500.000 2.095.000.000 2.1.7 Stratégie d’intervention du Fonds FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Présentation du fonds d’appui aux investissements dans les filières agroalimentaires
  • 14. 14 Les interventions du Fonds seront axées sur les projets traitant des thématiques de SSA portant sur l’hygiène, la gestion sanitaire et les mesures d’assurance qualité. Ces projets devront concourir à l’amélioration de la sécurité sanitaire des aliments mis sur le marché national et international. Les fonds seront dédiés à des opérateurs porteurs de réels projets d’entreprise et qui ambitionnent apporter une valeur ajoutée aux produits qu’ils mettent sur le marché par l’amélioration de leur qualité. 2.1.7.1 Stratégie d’intervention du Fonds de subvention Les interventions du Fonds de subvention portent sur les appels à projets sélectionnés suite à des appels à soumission lancés deux fois par an par le FIRCA. Les appels à projets suivent les étapes suivantes : - Préparation de l’appel à projets - Approbation et publication de l’appel à projets - Remise du dossier d’appel à projets. 2.1.7.2 Stratégie d’intervention du Fonds de garantie La stratégie d’intervention du fonds de garantie s’articule autour de la réalisation des opérations de garantie, de la bonification de taux d’intérêt et de l’allongement de la durée de crédit. 2.1.7.2.1 Réalisation des opérations de garantie La garantie couvrira les prêts destinés aux opérateurs privés pour le financement des investissements de production, de transformation et de commercialisation dans les filières ciblées, ainsi que des besoins en fonds de roulement. 2.1.7.2.2 Bonification du taux d’intérêt et rallongement de la durée du crédit Un taux d’intérêt annuel ainsi qu’un délai de remboursement préférentiels seront négociés avec les institutions de crédit. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Présentation du fonds d’appui aux investissements dans les Filières Agroalimentaires
  • 15. 15 2.1.8 Bénéficiaires du Fonds Les bénéficiaires du Fonds sont les acteurs (producteurs, transformateurs et commerçants) des Filières Avicole, Porcine, Maïs et Légumes/Maraîchers. 2.1.9 Domaine d’intervention du FAIFA Le Fonds a pour objet de contribuer au renforcement de la SSA en facilitant le financement des investissements ainsi que des besoins en fonds de roulement nécessaires à l’amélioration de la salubrité et de l’innocuité des produits alimentaires mis sur le marché dans les quatre (04) filières retenues. Cette action sera menée à travers : - La subvention des investissements à valeur ajoutée Les subventions devront permettre essentiellement de financer les investissements immatériels notamment les formations, les conseils d’experts, les études de faisabilité de même que les apports initiaux requis dans le cadre de demandes de prêts d’investissement en vue de la mise en conformité aux règlements SSA ou aux normes sanitaires des entreprises et de leurs produits. - La garantie des prêts à moyen ou long terme destinés au financement d’investissements porteurs La garantie couvrira les prêts sollicités pour le financement du volet investissement de même que le financement de l’exploitation des projets présentés par les bénéficiaires du fonds de subvention. 2.1.10 Modalité d’intervention du FAIFA Les modalités de mise en œuvre des différentes opérations du Fonds seront précisées de commun accord avec les parties prenantes à travers des protocoles d’accord. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Présentation du fonds d’appui aux investissements dans les Filières Agroalimentaires
  • 16. 16 2.2 CRITERES D’ELIGIBILITE AU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES (FAIFA) 2.2.1 Conditions liées aux bénéficiaires Les bénéficiaires sont les personnes physiques et morales (PTE, PME, PMI, GIE, sociétés coopératives), opérant dans la chaîne des valeurs des Filières Avicole, Porcine, Maïs et Légumes/ Maraîchers : - exerçant leur activité dans le domaine de la production, de la transformation, de la commercialisation (à l’exclusion des activités de simple négoce et des entreprises de service) sur le territoire Ivoirien; - dont le siège social est situé en Côte d’Ivoire ; - La soumission de projet par les femmes ou les jeunes sera encouragée 2.2.2 Conditions liées aux projets Le projet soumis au financement ne doit pas se limiter au simple descriptif d’un plan d’investissement mais doit présenter une approche globale s’inscrivant dans une stratégie d’ensemble visant à l’amélioration de la qualité sanitaire (hygiène et innocuité) des produits issus des Filières Avicole, Porcine, Maïs, Légumes/Maraîchers et destinés à la consommation humaine ou à la nutrition animale. Le projet doit répondre à des critères de taille minimale d’investissement à savoir : - ………. FCFA de dépenses éligibles lorsque le porteur du projet est une petite entreprise ou une entreprise informelle - ………. FCFA de dépenses éligibles pour les PME, PMI L’ensemble des investissements concourant à la mise en œuvre du processus de production, de stockage, de conditionnement, de transformation et de commercialisation peuvent bénéficier du Fonds. En particulier, les dépenses éligibles sont : - Les dépenses de conseils liées à la préparation et à l’exécution du projet ; FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires (FAIFA)
  • 17. 17 - Les dépenses liées aux formations et aux renforcements des capacités ; - Les dépenses d’acquisitions de matériels et outillages neufs liés au projet ; - L’acquisition et/ ou la réhabilitation de biens meubles et immeubles liés au projet ; - Les dépenses liées à l’exploitation. 2.2.3 Délai de remboursement des prêts Le délai de remboursement des prêts soutenus par le fonds de garantie sera fonction de la nature de l’investissement à réaliser. Il sera déterminé d’accord parties entre les acteurs des filières concernées et banques et établissements financiers partenaires. 2.2.4 Critères de sélection des projets Des critères ont été définis pour la sélection des projets par le Comité de Pilotage du FAIFA. Ces critères sont regroupés en trois (03) catégories à savoir : - les compétences techniques et/ou managériales du porteur du projet ; - la faisabilité technique du projet ; - la viabilité économique et rentabilité financière. Priorité sera donné, dans la mesure du possible aux porteur de projets jeunes, aux femmes et aux TPE/PME – TPI/PMI 2.2.4.1 Compétences techniques et/ou managériale du porteur du projet Ce critère vise à mettre en évidence les compétences techniques du porteur lorsqu’il s’agit d’une personne physique ; s’agissant d’une personne morale, seront appréciées la capacité managériale de l’équipe dirigeante et les compétences spécifiques de l’équipe technique. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires (FAIFA)
  • 18. 18 2.2.4.2 Faisabilité technique du projet L’analyse de la faisabilité technique du projet portera sur : - la pertinence des objectifs du projet, en rapport avec la nécessité d’améliorer la sécurité sanitaire des denrées produites ou fabriquées ; - l’adéquation des moyens techniques et organisationnels prévus pour la réalisation du projet par rapport aux objectifs visés. 2.2.4.3 Viabilité économique et rentabilité financière La viabilité économique du projet sera appréciée à travers sa capacité à : - Améliorer notablement le niveau de qualité sanitaire des denrées produites, fabriquées ou mises sur le marché ; - Accéder et /ou se maintenir sur des marchés présentant des niveaux d’exigences en matière de qualité plus élevés; - Créer ou maintenir des emplois structurants (c’est –à-dire des ressources humaines dont la contribution est essentielle pour le maintien du niveau de compétitivité de l’activité ou de l’entreprise). La rentabilité financière du projet sera évaluée principalement à travers : - La capacité à créer de la richesse (Excédent Brut d’Exploitation) ; - Le délai de récupération du capital - Les principaux ratios financiers (Valeur Actuelle Nette, Taux de Rentabilité Interne etc.) 2.2.5 Liste des pièces à fournir Le dossier du bénéficiaire doit comporter un ensemble d’éléments constitutifs listés ci- dessous : 1- Une étude de faisabilité technique, économique et financière et son résumé2 (modèle annexe 1 et 2) ; 2 l’élaboration de ces deux documents par les soumissionnaires sera assujettie à un niveau de sollicitation financière prédéterminé ; en dessous, seul l’élaboration d’un résumé du projet correspondant au canevas en annexe 2 sera demandé. Ce niveau reste à préciser à la validation finale du document. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires (FAIFA)
  • 19. 19 2- Une demande manuscrite d’éligibilité au FAIFA (adressée au Président du Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ; 3- Une photocopie de la carte nationale d’identité ou autre pièce justificative d’identité, (pour les personnes physiques); 4- Une copie légalisée du registre de commerce (pour les personnes morales) 5- Un numéro de compte contribuable (pour les personnes morales) 6- Un Certificat de résidence (pour les personnes physiques); 7- Une Liste des équipements et matériels à soumettre au financement du Fonds appuyée par les factures pro forma (sauf pour le fonds de roulement) ; 8- Une Copie du titre de propriété (certificat ou titre foncier, Attestation de Concession Définitive) ou du contrat/convention de location du terrain concerné. 2.3 CONTRACTUALISATION DU FONDS 2.3.1 Champ d’intervention Les crédits sont mis en place pour accompagner les opérateurs des Filières Agroalimentaires ciblées (avicole, porcine, maïs, légumière/maraîchère) dans les investissements nécessaires à une meilleure prise en compte de la SSA dans le processus de production, de transformation et de commercialisation des denrées produites ou fabriquées. Le Fonds apportera un appui à la réalisation de projets dans les domaines d’investissement visant à l’amélioration de la qualité sanitaire (hygiène et innocuité) des produits issus des Filières Avicole, Porcine, Maïs, Légumes/Maraîchers et destinés à la consommation humaine ou à la nutrition animale. 2.3.2 Conditions d’octroi du Fonds Le bénéfice du fonds de subvention et l’octroi du fonds de garantie sont indissociables. Tout projet soumis comportera une part de subvention et une part de prêt lié à la garantie Autrement dit, pour pouvoir bénéficier du fonds de garantie, tout porteur de projet doit au préalable avoir obtenu l’avis favorable à l’octroi de la subvention. De même, la subvention ne pourra être effectivement mobilisée que si le projet obtient l’accord de crédit des établissements financiers (Banque et IMF) partenaires. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires (FAIFA)
  • 20. 20 Par conséquent, les conditions ci-dessous devront être remplies : - la pertinence du projet ; - l’avis favorable de l’octroi de la subvention ; - la notification d’avis favorable de l’établissement financier partenaire, pour le fonds de garantie. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Critères d’éligibilité au Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agroalimentaires (FAIFA)
  • 21. 21 2.4 ORGANISATION ET GESTION DU FAIFA 2.4.1 Organes de gestion Le Fonds d’Appui aux Investissement dans les Filières Agroalimentaires est doté des organes de gestion suivants : - le Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ; - la Cellule Technique d’Examen (CTE-FAIFA) ; - le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA). 2.4.1.1 Le Comité de Pilotage du Fonds (CP- FAIFA) Le Comité de Pilotage est l’organe de supervision du Fonds. A ce titre, il définit et oriente la politique du FAIFA. Il est composé : - Du représentant du ministère en charge de l’Agriculture - Du représentant du ministère en charge de la Production Animale - Du représentant du Ministère en charge de l’Economie et des Finances ; - Du représentant du Ministère en charge du Budget - D’un représentant pour chacune des quatre (04) filières ciblées. - Des représentants des banques et établissements financiers partenaires - Du représentant de la Direction Exécutive du FIRCA - Du représentant de l’UCP - FADCI - Du représentant de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire des Aliments (ANSSA). 2.4.1.2 La Cellule Technique d’Examen des dossiers de demande d’appui du FAIFA (CTE-FAIFA) Elle assure l’examen des dossiers de demande de crédit. Elle est chargée de : - analyser les dossiers qui lui sont soumis ; - émettre des avis motivés pour l’octroi ou le rejet de la demande de la subvention. La Cellule Technique d’Examen est composée de : - un représentant du Ministère en charge de l’Agriculture - un représentant du Ministère en charge des Productions Animales - un représentant de l’agence nationale en charge de l’environnement FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Organisation et gestion du FAIFA
  • 22. 22 - un représentant de chacune des filières - les deux responsables techniques du volet d’appui aux filières du projet FADCI-SSA. 2.4.1.3 Le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA). Le Secrétariat Technique du Fonds est assuré par la Coordination du Projet FADCI-SSA, logée au FIRCA. Il est chargé de : - lancer les campagnes de soumission ; - réceptionner et vérifier la composition technique des dossiers de demande de financement ; - transmettre les dossiers avec les avis motivés aux IMF partenaires ; - assurer l’exécution des décisions adoptées ; - suivre la mise en œuvre des projets financés ; - assurer le secrétariat du Comité de Pilotage et de la Cellule Technique d’Examen ; - établir les rapports trimestriels et annuels du FAIFA. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 2 : DESCRIPTION DU FONDS D’APPUI AUX INVESTISSEMENTS DANS LES FILIERES AGROALIMENTAIRES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Organisation et gestion du FAIFA
  • 23. 23 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES
  • 24. 24 3.1 PRINCIPES GENERAUX DE SELECTION ET DE FINANCEMENT DES PROJETS PAR LE FONDS 3.1.1 Principes de transparence Le Fonds assure la transparence de ses activités et celles de ses bénéficiaires, ainsi que sa responsabilité devant les parties prenantes, dans la production des résultats. Il est tenu de fournir des informations de manière ouverte et transparente, des renseignements clairs en temps opportun sur tous les aspects des processus de financement. Les bénéficiaires des financements du Fonds sont tenus d’observer les normes déontologiques les plus strictes dans la réalisation des activités que le Fonds subventionne ; de faire preuve de la plus grande intégrité et d’apporter le plus grand soin dans la gestion, l’utilisation et l’appropriation des fonds mis à disposition. 3.1.2 Principe d’équité Tout(e) opérateur(trice) répondant aux critères de candidature doit avoir la possibilité de présenter son dossier et d’accéder au financement du Fonds dans la limite des fonds disponibles. 3.1.3 Principe d’efficience et d’efficacité Les différents organes de sélection (CP et CTE) doivent avoir comme préoccupation majeure la recherche d’efficience et d’efficacité aussi bien dans l’accomplissement de leurs missions que dans l’analyse des projets à sélectionner. 3.1.4 Principe de responsabilité sociale et de préservation de l’environnement Le Fonds s’engage à promouvoir la responsabilité sociale et les mesures de sauvegarde de l’environnement. Les projets éligibles au Fonds devront démontrer leurs capacités à respecter ces principes. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Principes généraux de sélection et de financement des projets par le Fonds
  • 25. 25 3.2 PROCEDURES OPERATIONNELLES 3.2.1 Dispositions générales Les procédures opérationnelles concernent les personnes ou les structures qui interviendront à un moment ou un autre dans le processus de fonctionnement du FAIFA. Un canevas de projet sera remis aux candidats pour les guider dans la rédaction de leurs documents projets. Chaque procédure est traitée en indiquant l’enchaînement suivant :  Principaux objectifs : ils rappellent les finalités d’application de la procédure.  Principaux intervenants : cette rubrique indique l’ensemble des acteurs qui interviennent dans la procédure.  Principaux documents : la documentation utilisée dans le cadre de l’application de la procédure.  Description des opérations : cette partie du manuel décrit de façon narrative les différentes tâches qui doivent être effectuées afin de respecter la procédure retenue par le FAIFA.  Fiche de tâches : elle présente comment s’enchaînent les étapes dans la procédure, quels sont les intervenants et quels sont les documents utilisés. 3.2.2 Procédures d’accès au Fonds 3.2.2.1 Objectifs des procédures Il s’agit de s’assurer que : - les informations sur les conditions d’octroi du Fonds sont accessibles; - les dossiers de demande d’accès au Fonds sont correctement montés ; - les critères de sélection des dossiers sont observés. 3.2.2.2 Principaux intervenants Les principaux intervenants sont : - le porteur du projet - le Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ; - la Cellule Technique d’Examen (CTE-FAIFA) ; - le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA) ; - les établissements financiers partenaires (Banque et IMF) ; - L’institution bancaire partenaire (Fonds de garantie). FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 26. 26 3.2.2.3 Principaux documents utilisés Les principaux documents utilisés sont : - le dossier du porteur du projet; - le bordereau de réception du dossier ; - la grille de sélection des projets ; - le rapport de l’état des lieux du projet établi par le ST-FAIFA, conformément aux conclusions de la CTE-FAIFA ; - la fiche de présentation du dossier comportant l’avis de décision de subvention ; - le bordereau de transmission des dossiers traités aux IMF - le courrier de mise en place du crédit. 3.2.2.4 Description des opérations A. Information sur la politique du FAIFA Le ST-FAIFA, par le biais des médias, informe les acteurs des filières concernés ainsi que le grand public sur les interventions et les conditions d’accès au FAIFA. Le ST-FAIFA mettra également à la disposition des usagers : - des prospectus d’information sur le FAIFA ; - un canevas de rédaction de l’étude de faisabilité des projets à soumettre au fonds ; - une fiche des pièces à fournir. B. Soumission des dossiers Après l’appel à projet, lancé par le ST-FAIFA, les potentiels porteurs de projet retirent les dossiers de soumission auprès du FIRCA. Le porteur dépose au FIRCA son document de projet élaboré suivant le canevas établi. C. Contrôle et transmission des dossiers Le contrôle de la composition des dossiers de soumission se fera par le ST-FAIFA suivant la liste des éléments constitutifs du dossier. Après contrôle, les dossiers sont classés en trois (03) catégories : - les dossiers complets, retenus par le ST-FAIFA pour passer à la phase d’analyse ; - les dossiers incomplets, pour lesquels le ST-FAIFA invite le porteur de projet à compléter son dossier en lui précisant les pièces manquantes. Il dispose d’un délai de trente (30) jours calendaires, à compter de la date de notification, pour compléter le dossier. Un autre contrôle s’en suivra et le dossier pourra être classé dans la catégorie des dossiers complets, au cas où le contrôle est concluant. Dans le cas contraire ou si le délai de trente (30) jours est consommé, le dossier sera, soit classé dans la catégorie des dossiers rejetés, soit refusé ; FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 27. 27 - les dossiers rejetés, pour lesquels le ST-FAIFA notifiera au porteur de projet les motifs du rejet. Cependant, le porteur de projet peut introduire un nouveau dossier en vue de le soumettre à la session suivante. A l’issue du contrôle de la composition des dossiers par le ST-FAIFA, ce dernier : - Etablit la liste des dossiers analysés par ordre d’enregistrement ; - Commande l’attestation de visite visant à confirmer l’existence de l’activité ou la matérialité du site prévu (pour les activités en création) auprès des services déconcentrés de l’Agriculture ou des Ressources Animales ; - Etablit la liste définitive des dossiers à soumettre à la CTE-FAIFA - Transmets ladite liste ci-dessus et les dossiers complétés de leur rapport d’état des lieux à la CTE-FAIFA. D. Analyse des dossiers par la CTE-FAIFA La CTE-FAIFA procède à l’analyse technique et économique des dossiers complets reçus du ST -FAIFA et établit: - la liste des projets éligibles aux financements du FAIFA ; - l’avis favorable pour l’octroi de la subvention avec le taux de subvention accordé par projet ; - la liste des dossiers rejetés avec notification des motifs du rejet ; ­ le rapport de la session d’analyse ­ le courrier de transmission des dossiers éligibles aux établissements financiers (Banque ou IMF) à soumettre à la signature du Président du CP- FAIFA. Notons que, la mobilisation de la subvention est subordonnée au financement du projet par un établissement financier. E. Réception des notifications d’avis des établissements financiers (Banque ou IMF) Le CP-FAIFA reçoit des établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires les notifications relatives à leurs avis favorables ou défavorables portant sur les projets qui leur ont été soumis. Cette notification doit comporter : - la liste des dossiers reçus ; - la liste des dossiers rejetés avec notification des motifs du rejet. Le CP-FAIFA reçoit des établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires les avis de crédit des projets approuvés. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 28. 28 La mobilisation du crédit par les établissements financiers se fera dans un délai de quinze (15) jours. F. Mobilisation de la subvention Le ST-FAIFA transmet un exemplaire original de chaque projet approuvé au FIRCA. Le FIRCA procède à la mobilisation de la subvention selon ses procédures internes de décaissement. De fait, les paiements directs aux prestataires et fournisseurs seront privilégiés. 3.2.2.5 Fiche de tâches FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles Etapes Intervenants Description des tâches Documents & Interface 1 Information sur la politique du FAIFA ST-FAIFA - informe les acteurs des filières concernées, par le biais des média, ainsi que le grand public sur les interventions et les conditions d’accès au FAIFA ; - A la première rencontre avec les acteurs des filières concernées, met à leur disposition:  des prospectus d’information sur le FAIFA ;  un canevas de rédaction de l’étude de faisabilité des projets à soumettre au fonds ;  une fiche des pièces à fournir. Prospectus d’information, canevas de rédaction, fiche de pièces à fournir 2 ST- FAIFA Soumission des dossiers - lance les appels à projet, - reçoit, contre bordereau de réception, le document projet du porteur du projet, - enregistre dans un fichier ou cahier les dossiers reçus suivant un système de numérotation prédéfini Dossier, Bordereau de réception, Registre
  • 29. 29 FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles Etapes Intervenants Description des tâches Documents & Interface 3 ST-FAIFA Contrôle des dossiers - contrôle les dossiers pièce par pièce suivant la liste des éléments constitutifs des dossiers. Si le dossier est complet : - accepte le dossier pour analyse Si le dossier est incomplet : - invite le porteur de projet à compléter son dossier en lui précisant les pièces manquantes dans un délai de trente (30) jours calendaires. - Contrôle à nouveau le dossier et le classe dans la catégorie des dossiers complets au cas où le contrôle est concluant ; sinon rejette le dossier. Si le dossier est rejeté : - Notifie au porteur du projet les motifs du rejet. Pour les dossiers retenus, commande l’attestation de visite Dossiers de soumission 4 CTE-FAIFA Analyse des dossiers par la CTE-FAIFA - procède à l’analyse technique et économique des dossiers complets - renseigne la liasse résultant de l’analyse des dossiers, - rédige le rapport d’analyse, - établit le courrier de transmission des résultats de l’analyse aux établissements financiers (Banque ou IMF), - soumet à la signature du président CP-FAIFA, le projet de courrier de transmission des résultats de l’analyse aux établissements financiers (Banque ou IMF) - transmet le courrier signé par le Président du CP-FAIFA accompagné du document de projet et de la liasse résultant de l’analyse des projets retenus aux établissements financiers partenaires (Banque ou IMF) Le dossier de soumission complet, La grille d’analyse des projets, La documentation résultant de l’analyse des dossiers, Les bordereaux de transmission
  • 30. 30 3.2.3 Procédures de décaissement des fonds 3.2.3.1 Objectifs de la procédure La procédure vise à s’assurer que : - les décaissements sont justifiés ; - les décaissements sont effectués en toute sécurité ; 3.2.3.2 Principaux intervenants Les principaux intervenants dans cette procédure sont : - les porteurs de projet ; - les établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires ; - le ST-FAIFA ; - le FIRCA FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles Etapes Intervenants Description des tâches Documents & Interface 5 CP- FAIFA Réception de la notification d’avis des établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires - reçoit les avis favorables et défavorables de notification des établissements financiers relatifs aux projets soumis - reçoit des établissements financiers partenaires les avis de crédit des projets approuvés. - confirme la mobilisation de la subvention et du fonds de garantie. Dans le contraire, motive son avis la liste des dossiers reçus ; la liste des dossiers rejetés avec notification des motifs du rejet, la liste des projets approuvés, l’avis de crédit 6 FIRCA- Coordination FADCI-SSA Mobilisation de la subvention - Reçoit le dossier approuvé par le CP –FAIFA et entame la mise en œuvre de la subvention suivant ses procédures internes de décaissement. Exemplaire du projet approuvé
  • 31. 31 3.2.3.3 Principaux documents utilisés Les principaux documents utilisés au cours de cette procédure sont : - les pièces justificatives remises par le porteur du projet (facture pro forma, facture, devis) ; - le rapport de suivi des activités par le ST-FAIFA. 3.2.3.4 Description des opérations Dans le cadre de l’utilisation du fonds de garantie, le porteur du projet financé est à l’initiative des décaissements. A chaque fois qu’il ressent le besoin, il s’adresse directement à l’établissement financier, conformément à son plan de décaissement. L’établissement financier exécute les décaissements selon ses procédures en conformité avec le protocole d’accord signé avec le comité de pilotage du FAIFA. L’établissement financier IMF informe périodiquement le ST-FAIFA des décaissements effectués pour le porteur du projet. Des missions périodiques de vérification de l’objet du crédit seront effectuées par le ST-FAIFA et les établissements financiers en fonction de la spécificité des projets. S’agissant du fonds de subvention, les décaissements seront effectués par le FIRCA, sur présentation des pièces probantes, selon le plan d’exécution des activités ciblées. 3.2.4 Procédures de suivi des projets financés 3.2.4.1 Objectifs des procédures Le suivi des projets vise à s’assurer que : - la mise en place du projet se réalise telle qu’elle a été prévue dans l’étude de faisabilité ; - les informations de gestion des projets sont fiables, disponibles et accessibles; - le suivi des crédits octroyés permet un recouvrement optimal ; - les procédures de recouvrement retenues d’accord parties sont respectées. 3.2.4.2 Principaux intervenants Les principaux intervenants dans le suivi sont : - le porteur du projet ; - le Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ; - le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA) - les établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires ; - le FIRCA FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 32. 32 3.2.4.3 Principaux documents utilisés Les principaux documents utilisés dans le cadre de ce suivi sont : - Les études technico-financières des projets - Les dossiers d’analyse des établissements financiers - les Rapports d’activités du ST-FAIFA ; - le Rapport de suivi du FIRCA ; - le Rapport de supervision du CP-FAIFA. 3.2.4.4 Description des opérations L’encadrement est l’une des conditions sine qua non pour conduire les projets au succès. Cet encadrement passe d’une part, par un suivi interne qui comprend un suivi de la mise en œuvre des projets, un suivi du remboursement des prêts, et d’autre part, par un suivi-évaluation externe. Les missions de suivi seront effectuées par le FIRCA en collaboration avec le ST-FAIFA. A. Suivi-évaluation interne a. Suivi de la mise en œuvre des projets Le FIRCA suit périodiquement la réalisation des activités des projets financés et établit des rapports d’avancement. Les informations contenues dans chaque rapport portent principalement sur : - les réalisations par rapport aux activités prévues ; - la concordance entre les réalisations physiques et l’exécution financière; - les résultats obtenus ; - les écarts entre les objectifs et les résultats atteints ; - les éléments explicatifs des écarts entre la planification et la réalisation ; - les mesures correctives à prendre. Un rapport des activités du FAIFA sera établi par le FIRCA, en collaboration avec le ST-FAIFA chaque semestre et transmis au CP-FAIFA. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 33. 33 b. Suivi du remboursement des prêts  Remboursement normal des prêts Le ST-FAIFA suit les remboursements des prêts à partir des relevés que les établissements financiers (Banque ou IMF) lui transmettent chaque mois. Le pointage des relevés permet : - de suivre les remboursements ; - d’appeler les porteurs de projet irréguliers à respecter leurs engagements. Un rapport synthétique mensuel est établi pour faire la situation sur le dénouement des encours.  Remboursement en cas d’impayés En cas de non-respect des engagements contractuels, le ST-FAIFA convoque le porteur de projet pour un entretien sanctionné par un rapport circonstancié. Si les versements reprennent, le ST-FAIFA continue de conduire le suivi des remboursements normaux. Si le problème persiste, le ST-FAIFA informe le CP-FAIFA qui, quant à lui, adresse une lettre de relance avec accusé de réception ou contre décharge au porteur de projet qui doit y répondre dans un délai de deux (2) semaines à compter de la date effective de réception du courrier. Si la régularisation est partielle, le ST-FAIFA adresse de nouveau un courrier de relance au porteur de projet. S’il n’y a pas de régularisation après deux impayés consécutifs et après avoir constaté l’épuisement des voies de recours arrêtées d’accord partie avec les établissements financiers (Banque ou IMF), le ST-FAIFA fait appel à la garantie. Les établissements financiers (Banque ou IMF), en leur qualité de créancier direct, envisageront d’utiliser d’autres moyens ou procédures prévues par la loi OHADA, pour le recouvrement de ses créances. B. Suivi-évaluation externe Le suivi-évaluation externe du Projet sera assuré par le FIRCA selon ses procédures internes. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 34. 34 3.2.4.5 Fiche de tâches Etapes Intervenants Description des tâches Documents & Interface 1 FIRCA Suivi de la mise en œuvre des projets - produit des rapports périodiques faisant état de l’avancement des activités. Les informations contenues dans chaque rapport porte sur : - les activités réalisées ; - les écarts entre les activités réalisées et les activités prévues ; - les réalisations financières ; - les écarts entre les prévisions et les réalisations financières ; - les résultats obtenus ; - les écarts entre les résultats obtenus et les résultats escomptés ; - les éléments explicatifs des écarts entre les réalisations et les prévisions (techniques et financières) ; - les mesures correctives à prendre. - produit un rapport des activités du FAIFA en collaboration avec le ST-FAIFA chaque semestre pour le CP-FAIFA. - transmet le rapport validé par le CP-FAIFA aux parties prenantes. Rapport périodique de suivi Rapport semestriel des activités FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 35. 35 Etapes Intervenants Description des tâches Documents & Interface 2 ST-FAIFA ST-FAIFA CP- FAIFA Suivi des remboursements des prêts  Remboursement normal des prêts - reçoit des établissements financiers (Banque ou IMF), un rapport synthétique périodique relatif à la situation des remboursements Remboursement en cas d’impayés - convoque le porteur de projet pour un entretien sanctionné par un rapport circonstancié - informe par courrier le CP-FAIFA sur la situation d’impayé du porteur de projet, si le problème persiste - adresse un courrier de relance au porteur de projet qui doit y répondre dans un délai de deux (02) semaines, après réception du courrier transmis par le ST-FAIFA - A défaut, engage met en œuvre toutes les mesures en son pouvoir en vue du règlement du contentieux FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 36. 36 3.2.5 Procédures d’appel à la garantie 3.2.5.1 Objectifs des procédures La procédure d’appel à la garantie vise à s’assurer que : - les conditions de recours à la garantie sont respectées ; - la non-régularisation des impayés est constatée ; - le CP-FAIFA et le ST-FAIFA sont informés de toutes les dispositions prises par l’établissement financier partenaire. 3.2.5.2 Principaux intervenants Les principaux acteurs de cette procédure sont : - L’institution bancaire partenaire ; - les établissements financiers (Banque ou IMF) partenaires; - le Comité de Pilotage du Fonds (CP-FAIFA) ; - le Secrétariat Technique du Fonds (ST-FAIFA). 3.2.5.3 Principaux documents utilisés Les principaux documents utilisés sont : - Le courrier d’appel à la garantie ; - Les pièces justificatives des impayés. 3.2.5.4 Description des opérations L’établissement financier partenaire recourt à la garantie après les tentatives infructueuses de recouvrement de deux (02) échéances consécutives de paiements. Il transmet alors au CP-FAIFA, par le biais du ST-FAIFA, un courrier par lequel il sollicite la mobilisation de la garantie, accompagnée des originaux de toutes les pièces justificatives des impayés. Le CP-FAIFA, après analyse et ayant jugé de la pertinence du recours, saisit par courrier, l’institution bancaire partenaire, détentrice du fonds de garantie, pour activer le processus d’utilisation de la garantie. FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 37. 37 A l’issue de la mise en jeu de la garantie, le CP- FAIFA, subrogé de ce fait dans les droits et actions de l’établissement financier pour les montants non recouvrés, envisagera d’utiliser d’autres moyens ou procédures prévues par la loi OHADA, pour le recouvrement des fonds qui ont été alloués au porteur de projet. 3.2.5.5 Fiche de tâches Etapes Intervenants Description des tâches Documents & Interface Appel à la garantie CP-FAIFA - reçoit par le biais du ST- FAIFA, une lettre de l’établissement financier (Banque ou IMF) accompagnée des originaux de toutes les pièces justificatives des impayés par laquelle elle fait appel à la garantie du fonds. - analyse et juge de la pertinence du recours, et saisit par courrier l’institution bancaire partenaire, détentrice du fonds de garantie, pour activer le processus d’utilisation de la garantie - utilise d’autres moyens ou procédures offertes par la loi OHADA, pour le recouvrement des fonds qui ont été alloués au porteur de projet. Courriers d’appel à la garantie Pièces justificatives d’impayés FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 CHAPITRE 3 : PRINCIPES ET PROCEDURES OPERATIONNELLES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le : Procédures opérationnelles
  • 39. 39 ANNEXE 1 : Canevas d’élaboration des projets ANNEXE 2 : Canevas de résumé de projet ANNEXE 3 : Format de demande d’éligibilité au FAIFA ANNEXE 4 : Format de demande de crédit à l’établissement financier (Banque ou IMF) partenaire ANNEXE 5 : Format de fiche individuelle de notation de projet ANNEXE 6 : Concepts et définitions FAIFA MANUEL DES PROCEDURES Réf : version 0 ANNEXES Rédigé le : Juin 2016 Révisé le :
  • 40. 40 Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016 République de Côte d’Ivoire Union – Discipline – Travail ANNEXE 1 Le C2D, un partenariat au service du développement MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI) COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE CONTROLE DES ALIMENTS CANEVAS D’ELABORATION DES PROJETS JUIN 2016
  • 41. 41 RESUME EXECUTIF (5 pages au maximum) I- PRESENTATION DU PORTEUR DU PROJET  Bénéficiaire 1.1- Situation actuelle 1.2- Formation 1.3- Expérience 1.4- Objectifs personnels 1.5- Fiche signalétique de l’entreprise individuelle  Entreprise II- PRESENTATION DU PROJET 2.1- Nature du projet 2.2- Contexte et justification du projet 2.3- Les objectifs 2.4- Site géographique et facteurs naturels 2.5- Stratégie d’intervention 2.5.1-L’organisation des activités 2.5.2- La politique d’achat 2.6- Antécédents du projet 2.6.1- Description de l’activité 2.6.2- Les moyens mis en œuvre 2.6.3- Les données financières 2.7- Forces et faiblesses 2.8- Chronogramme d’exécution du projet III- ETUDE DU MARCHE 3.1- Environnement commercial 3.2- Clientèle 3.3- Concurrence 3.4- Opportunités et Menaces 3.5- Positionnement de l’entreprise SOMMAIRE
  • 42. 42 IV- MOYENS NECESSAIRES AU PROJET/L’ORGANISATION DES MOYENS A METTRE EN OEUVRE 4.1- Moyens commerciaux 4.1.1 Politique de produit 4.1.2 Politique de prix 4.1.3 Politique de distribution 4.1.4 Politique de communication 4.2- Les moyens techniques 4.2.1- Les moyens matériels 4.2.2- Les moyens humains V- PREVISIONS FINANCIERES 5.1- La prévision de la production et du chiffre d’affaires 5.2- Le tableau des charges d’exploitation 5.3- Le compte d’exploitation 5.4- L’évaluation du fonds de roulement 5.5- Le coût global du projet 5.6- Le plan de financement de départ 5.7- Le plan de financement pluriannuel 5.8- Le plan de trésorerie mensuel 5.9- Le tableau des investissements 5.10-Le tableau d’amortissement financier VI ANALYSE ECONOMIQUE (à compléter)
  • 43. 43 Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016 République de Côte d’Ivoire Union – Discipline – Travail ANNEXE 2 Le C2D, un partenariat au service du développement MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI) COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE CONTROLE DES ALIMENTS CANEVAS DE RESUME DE PROJET JUIN 2016
  • 44. 44 RESUME EXECUTIF (5 pages au maximum) I- PRESENTATION DU PORTEUR 1.1 Formations ou qualifications 1.2 Expériences 1.3 Motivations II- TECHNICITE DU PROJET 2.1 Objectifs spécifiques 2.2 Stratégie d’intervention 2.3 Chronogramme de mise en œuvre III- ETUDE DE MARCHE 3.1 Sources et conditions d’approvisionnement 3.2 Clients et conditions de distribution 3.3 Circuit de distribution 3.4 Stratégie marketing 3.5 Concurrence et positionnement IV- ANALYSE FINANCIERE 4.1 Financement des investissements 4.2 Financement du cycle d’exploitation 4.3 Compte d’exploitation 4.4 Plan de trésorerie 4.5 Plan de financement 4.6 Calcul des différents ratios (VAN, TER, TRI, DR) et explication 4.7 Taux de fonds propres 4.8 Taux de marge brute d’exploitation 4.9 Poids des frais financiers 4.10 Capacité dynamique de désendettement
  • 45. 45 V- ANALYSE ECONOMIQUE 5.1 Nombre d’emplois structurants créés 5.2 Niveau d’amélioration de la qualité du produit 5.3 Evolution du chiffre d’affaire réalisé sur des marchés présentant des niveaux d’exigence en matière de qualité plus élevés. Note explicative sur le résumé exécutif I- PRESENTATION DU PORTEUR  Personne physique 1.1 Situation actuelle - Environnement familial : Exemple : marié, divorcé, célibataire, nombre et âge des enfants, situation du conjoint… - Situation actuelle : Exemple : salarié (secteur public ou privé), demandeur d'emploi, retraité 1.2 Formation Il s’agit de présenter : - Votre formation initiale et continue ; - Toute compétence complémentaire acquise et en relation avec votre projet ; - Votre formation ou projet de formation en cours ; 1.3 Expérience Décrivez en quelques lignes votre parcours professionnel jusqu’à ce jour en nous précisant si l’expérience ou les connaissances acquises seront utilisables dans votre futur projet. 1.4 Objectifs personnels Formalisez vos objectifs personnels que ce projet doit vous permettre d’atteindre. Exemple : (Créer votre propre emploi, être votre propre patron et diriger une équipe, maîtriser votre temps, organiser votre vie familiale et professionnelle, trouver un épanouissement personnel, augmenter vos revenus, créer et développer votre patrimoine,…)  Entreprise - Présentez l’équipe dirigeante en ne retenant que les postes clés (un à deux postes) : titre, nom et prénoms, description des principales tâches, qualification et expérience. - Présentez la fiche signalétique de l’entité. Indiquez :
  • 46. 46 - le nom (ou la raison sociale ou la dénomination sociale) ; - la localisation ; - la forme juridique ; - le capital social et sa répartition (sauf pour une entreprise individuelle) ; - la date et le lieu du dépôt de la demande d'immatriculation au Registre du Commerce et des Sociétés et de la déclaration fiscale d’existence. II- PRESENTATION DU PROJET 2.1 Nature du projet - Donner la raison d’être du projet. Présentez les produits à offrir, le type de clientèle visée et le territoire à desservir. 2.2 Contexte et justification du projet C’est le lieu de décrire le contexte socio-économique qui crée la nécessité de la naissance du projet : - Présenter dans cette section les atouts et les freins que vous avez identifiés au lancement et au développement de votre activité. - Mettre en évidence également les avantages compétitifs de votre activité et de votre marché. - Préciser ce qui vous rend confiant dans la réussite de votre entreprise. - Présenter dans quelle mesure ce projet se justifie-t-il ? Qu'est-ce qui vous pousse à vouloir le réaliser? 2.3 Les objectifs - Présenter les objectifs souhaités et les buts que vous vous êtes fixés en termes de rentabilité, de développement, de croissance, de taille d’entreprise. - N’hésitez pas à préciser vos éventuels projets futurs. 2.4 Site géographique et facteurs naturels - Indiquer le lieu choisi. Les facteurs capables de favoriser la rentabilité du projet (réseau routier, pluviométrie, etc.) en ce lieu. 2.5 Stratégie d’intervention - Décrire la stratégie de mise en œuvre des activités en mettant en évidence les points suivants : 2.5.1 L’organisation Décrire le processus de production/transformation/commercialisation : différentes étapes, programmation des activités, capacité de réalisation des activités, débouchés…
  • 47. 47 2.5.2 La politique d’achat - Présenter les fournisseurs avec qui vous traitez ou comptez traiter et les conditions des relations commerciales (prix pratiqués ou négociés, délais de livraison, quantité commandée. - Décrire le rythme d’approvisionnement en intrants ou marchandises. 2.6 Antécédents du projet - Donner ici un aperçu général du projet depuis son démarrage jusqu’à ce jour, si l’activité existait avant la rédaction de l’étude de faisabilité. 2.6.1 Description de l’activité - Indiquer les types de produits, le système de production/transformation/commercialisation, les quantités annuelles, les points forts et points faibles de l’activité,… 2.6.2 Les moyens mis en œuvre - Présenter :  les moyens humains et structure d’organisation : indiquez l'effectif par fonction dont vous disposez et le niveau de salaire actuel ;  les moyens techniques : indiquez les différents moyens matériel et outillage dont vous disposez pour assurer la conduite de votre activité (si nécessaire joignez une liste en annexe) et précisez les dates d'acquisition, coûts et quantité ;  les moyens commerciaux : décrivez les principaux éléments de votre politique commerciale actuelle en termes de politique de produit (caractéristiques des produits vendus), de politique de prix (niveau de prix de vos produits), de politique qualité (gammes, etc.), de politique de distribution (type de canal (aux) de distribution utilisé(s) – délais et modes de règlement), de politique de communication (actions promotionnelles ou publicitaires). 2.6.3- Les données financières - Présenter la situation financière des trois derniers exercices ou années d’activité en s’appuyant sur les chiffres clés : chiffre d’affaires, résultat d’exploitation. 2.7 Forces et faiblesses - Décrire les avantages inhérents au projet et listez les obstacles probables à rencontrer dans la réalisation du projet au plan interne. 2.8 Chronogramme du projet - Estimer le temps nécessaire à la réalisation de votre projet en tenant compte des étapes nécessaires à sa mise en place.
  • 48. 48 III- ETUDE DU MARCHE 3.1 Environnement commercial - Présenter la taille et les tendances du marché (indications sur le volume et l’évolution de la demande ou consommation, caractéristiques de l’offre), les produits et développements récents, les principaux acteurs, la cible et les perspectives d’évolution. 3.2 Clientèle - Définir clairement votre marché : qui sont vos principaux clients ? Où sont-ils ? Pourquoi achètent-ils? - Etablir la liste des clients actuels ou des prospects et de leurs habitudes, leur niveau de consommation moyen annuel. 3.3 Concurrence - Présenter vos principaux concurrents : ancienneté, part de marché, caractéristiques de leurs produits, réputation, politique commerciale. - Présenter leurs forces et faiblesses. Etablir leur cartographie. 3.4 Opportunités et Menaces - Décrire les avantages inhérents au projet et lister les obstacles probables à rencontrer dans la réalisation du projet par rapport à votre marché et vos clients. 3.5 Positionnement de l’entreprise - Présenter vos actions face aux stratégies de vos concurrents. IV- MOYENS NECESSAIRES AU PROJET / L’ORGANISATION DES MOYENS A METTRE EN OEUVRE 4.1 Moyens commerciaux - Décrire les principaux éléments de la politique commerciale en phase avec le développement du projet (le marketing-mix). 4.1.1 Politique de produit - Donner les caractéristiques du produit développé dans le cadre du projet. - Donner les aspects positifs et négatifs au regard des distributeurs, consommateurs (présentation, performances, garantie, simplicité, qualité sanitaire …) 4.1.2 Politique de prix - Donner le niveau de prix pratiqué, son niveau par rapport à la concurrence et la justification de ce prix.
  • 49. 49 4.1.3 Politique de distribution - Indiquer le(s) canal (aux) de distribution que vous comptez utiliser pour vos produits, les contacts avec ces canaux et leurs délais et modes de règlement. 4.1.5 Politique de communication - Définir vos actions promotionnelles ou publicitaires, le message à transmettre, les moyens utilisés et le budget prévu. 4.2 Les moyens techniques et matériels 4.2.1- Les moyens Techniques - Indiquer les technologies acquises et/ou à développer pour la conduite du projet de manière optimale 4.2.2- Les moyens matériels - Décrire les locaux et les équipements, les conditions d’acquisitions et d’exploitation (achat ou location). Pour les achats, indiquer le montant des investissements annuels à réaliser et le montant réel des amortissements annuels induits. 4.3 Les moyens humains - Présenter ici votre future équipe (gérant, cogérant, vendeurs,…) et l’ensemble des personnes qui vous entoure dans votre projet (cabinets d’études et de conseils, spécialistes divers,…), permanentes ou occasionnelles. - Estimer les rémunérations. V- PREVISIONS FINANCIERES - Indiquer le potentiel financier de votre projet et ses besoins de capitaux en traduisant en termes financiers les différentes données présentées plus haut. Pour cela, votre présentation devra se référer aux modèles de cadres suivants : 5.1 La prévision de la production et du chiffre d’affaires 5.2 La prévision des charges d’exploitation 5.3 Le compte d’exploitation 5.4 L’évaluation du fonds de roulement - Présenter dans le détail l’évaluation du Besoin en Fonds de Roulement dans un tableau 5.5 Le coût global du projet et schéma de financement
  • 50. 50 RUBRIQUES Coût total du projet Apport porteur Besoins sollicités Montant % Montant % Montant % Investissement initial Immobilisations incorporelles Immobilisations corporelles Besoin en Fonds de Roulement TOTAL du Financement 5.6 Le plan de financement de départ EMPLOIS MONTANT RESSOURCES MONTANT Investissement initial Capital personnel Charges immobilisées Immobilisations corporelles Emprunt Besoin en fonds de roulement TOTAL TOTAL 5.7 Le plan de financement pluriannuel Rubriques An0 An1 An2 An3 An4 An5 Emplois Acquisition d'immobilisations Remboursement emprunts Variation du BFR TOTAL 1 Ressources Apport porteur Capacité d'autofinancement Emprunt TOTAL 2 Variation de trésorerie Solde de trésorerie
  • 51. 51 5.8 Le plan de trésorerie mensuel Rubriques budget 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Encaissements Fonds propre Emprunt Ventes de Production Total encaissements Décaissements Dépenses d'investissement Remboursement emprunt Sous total 1 Achat Autres achats Frais de transport Services extérieurs Autres charges Frais du personnel Impôts et taxes Sous total 2 Total décaissement Solde de trésorerie Trésorerie cumulée 5.9 Le tableau des investissements  Le tableau de l’amortissement des immobilisations 5.10 Le tableau d’amortissement financier Fonds sollicité - Taux d'intérêt Durée (année) Années Capital à Intérêts Amortissement Annuité Capital rembourser restant dû An1 An2 An3 An4 An5 TOTAL - Présenter par la suite certains éléments-clés de l’exploitation : VAN, TRI, TER (taux d’enrichissement relatif = VAN/ Investissement), DR, Taux de marge brute d’exploitation (EBE/ CA), Poids des frais financiers (charges financières/chiffre d’affaires), Capacité dynamique de désendettement (Dette financière / CAF).
  • 52. 52 Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016 République de Côte d’Ivoire Union – Discipline – Travail ANNEXE 3 Le C2D, un partenariat au service du développement MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI) COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE CONTROLE DES ALIMENTS FORMAT DE DEMANDE D’ELIGIBILITE AU FAIFA JUIN 2016
  • 53. 53 Dénomination de la structure Abidjan, le Adresse Objet : Demande d’éligibilité au fonds de subvention et au fonds de garantie Monsieur le Président, J’ai l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance l’obtention de mon éligibilité au Fonds de subvention et au fonds de Garantie de la Filière (à préciser) en vue de la relance / de la création de ………(préciser l’activité) située ………………. Le coût total de mon projet est estimé à ……………….. (Avec un apport personnel de …………… s’il y en a) et le montant sollicité est de ………………………… Je vous prie d’agréer Monsieur le Président, l’assurance de ma considération distinguée. Signature /-) Monsieur le Président du Comité de Pilotage du Fonds d’Appui aux Investissements dans les Filières Agricoles – CP-FAIFA – ABIDJAN
  • 54. 54 Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016 République de Côte d’Ivoire Union – Discipline – Travail ANNEXE 4 Le C2D, un partenariat au service du développement MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI) COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE CONTROLE DES ALIMENTS FORMAT DE DEMANDE DE CREDIT A L’ETABLISSEMENT FINANCIER PARTENAIRE (BANQUE ou IMF) JUIN 2016
  • 55. 55 Dénomination de la structure Adresse Abidjan, le Signature Objet : Demande de prêt Monsieur le Directeur Général, J’ai l’honneur de solliciter de votre haute bienveillance l’obtention d’un crédit auprès de votre institution en vue de la relance / de la création ……(préciser l’activité) ………………. Le coût total de mon projet est estimé à ……………….. (Avec un apport personnel de …………………… s’il y en a) et le montant sollicité est de ………………………… Je vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur Général, l’assurance de ma considération distinguée. Signature /-) Monsieur le Directeur Général de (Nom de la Banque ou de l’IMF partenaire) ABIDJAN
  • 56. 56 Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016 République de Côte d’Ivoire Union – Discipline – Travail ANNEXE 5 Le C2D, un partenariat au service du développement MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI) COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE CONTROLE DES ALIMENTS FORMAT DE FICHE INDIVIDUELLE DE NOTATION DE PROJET JUIN 2016
  • 57. 57 GRILLE DE NOTATION DES PROJETS Projet I COMPETENCES TECHNIQUES DU PORTEUR / 15 Formations ou qualifications / 5 Identifiant: Expériences / 5 Motivations / 5 Note définitive: II TECHNICITE DU PROJET / 20 / 120 Objectifs / 5 Stratégie d’intervention / 5 Chronogramme de mise en œuvre / 5 III ETUDE DE MARCHE / 25 Sources et conditions d'approvisionnement / 5 Clients et conditions de distribution / 5 Circuit de distribution / 5 Stratégie marketing / 5 Concurrence et positionnement / 5 IV ANALYSE FINANCIERE / 60 Financement des investissements / 5 Financement du cycle d'exploitation / 5 Compte d'exploitation / 5 Plan de trésorerie / 5 Evaluateur Plan de financement / 5 Nom: VAN / 1 Prénoms: TER / 4 TRI / 5 DR / 5 Date et signature Taux de fonds propres / 5 Taux de marge brute d'exploitation / 5 Poids des frais financiers / 5 Capacité dynamique de désendettement / 5
  • 58. 58 V ANALYSE ECONOMIQUE / 25 Capacité à créer des emplois structurants /5 Création d’emplois /5 Niveau d’amélioration de la qualité du produit / 5 chiffre d’affaires réalisé sur des marchés présentant des niveaux d’exigence en matière de qualité plus élevés. /10
  • 59. 59 Convention d’affectation AFD n° CCI 1434 01 F – FADCI du 28 avril 2016 République de Côte d’Ivoire Union – Discipline – Travail ANNEXE 6 Le C2D, un partenariat au service du développement MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL PROJET FILIERES AGRICOLES DURABLES DE COTE D’IVOIRE (FADCI) COMPOSANTE 3.1 : APPUI AU SYSTEME NATIONAL DE CONTROLE DES ALIMENTS CONCEPTS ET DEFINITIONS JUIN 2016
  • 60. 60 CONCEPTS ET DEFINITIONS DE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Additif : On entend par additif alimentaire toute substance qui n'est pas normalement consommée en tant que denrée alimentaire en soi et n'est pas normalement utilisée comme ingrédient caractéristique d'une denrée alimentaire, qu'elle ait ou non une valeur nutritive, et dont l'addition intentionnelle à la denrée alimentaire, dans un but technologique ou organoleptique, à une quelconque étape de la fabrication, de la transformation, de la préparation, du traitement, du conditionnement, de l'emballage, du transport ou du stockage de ladite denrée, entraîne ou peut entraîner (directement ou indirectement) son incorporation ou celle de ses dérivés dans la denrée ou peut affecter d'une autre façon les caractéristiques de ladite denrée. L'expression ne s'applique ni aux contaminants ni aux substances ajoutées aux denrées alimentaires dans le but d'en maintenir ou améliorer les propriétés nutritives. Les bonnes pratiques de fabrication dans l’emploi des additifs alimentaires signifient que la quantité de l’additif ajouté n’excède pas la quantité raisonnablement requise pour accomplir son effet physique nutritionnel ou un autre effet technique dans l’aliment; La quantité de l’additif qui devient un composant de l’aliment en tant que résultat de son emploi dans le processus de fabrication, de transformation ou d’emballage d’un aliment et qui n’est pas destiné à accomplir aucun effet physique ou un autre effet technologique dans l’aliment même, est réduit à la mesure raisonnablement possible. (CODEX - Manuel de procédures, 22ème Edition, Analyse des risques : processus comportant trois volets : évaluation des risques, gestion des risques et communication sur les risques (CODEX - Manuel de procédures 22ème Edition, section IV, p. 128, Définitions AR) (ii) Idem (Règlement UEMOA/Sécurité Sanitaire) (iii)Démarche consistant à rassembler et à évaluer les données concernant les dangers et les facteurs qui entraînent leur présence, afin de décider lesquels d’entre eux représentent une menace pour la salubrité des aliments et, par conséquent, devraient être pris en compte dans le plan HACCP. (CODEX CAC/RCP1-1969, Rev.3 1997 et 2003 et corrections éditoriales en 20113) Approche intégrée : C’est Intégrer dans l’analyse du risque sanitaire les dangers susceptibles d’être hébergés et transmis par les animaux et leurs produits, les végétaux et leurs produits, tout au long de la chaîne, de la production à la consommation, dans l’objectif d’assurer préventivement, en maîtrisant les risques ou en les éliminant, la sécurité sanitaire des aliments et de réduire ainsi les maladies d ’origine alimentaire. Auxiliaire Technologique : On entend par auxiliaire technologique toute substance ou matière, à l'exclusion des appareils ou instruments, non consommée comme ingrédient alimentaire en soi et volontairement utilisée dans la transformation des matières premières, des denrées alimentaires ou de leurs ingrédients, pour répondre à un certain objectif technologique pendant le traitement ou la transformation et pouvant avoir pour résultat la présence non intentionnelle mais inévitable de résidus ou de dérivés dans le produit fini. Contaminant : un contaminant désigne toute substance qui n’est pas intentionnellement ajoutée à la denrée alimentaire ou à l’aliment pour animaux dont les produits sont destinés à la 3 Il s’agit ici d’une définition en relation avec la traduction de « hazard analysis » dans le cadre du HACCP et qui correspondrait mieux à « analyse des dangers »
  • 61. 61 consommation humaine, qui est présent dans la denrée alimentaire ou l’aliment pour animaux comme résidu de la production (y compris les traitements appliqués aux cultures et au bétail et dans la pratique de la médecine vétérinaire), de la fabrication, de la transformation, de la préparation, du traitement, du conditionnement, de l’emballage, du transport et du stockage de la denrée alimentaire ou de l’aliment pour animaux, ou à la suite de la contamination par l’environnement. Le terme ne comprend pas les débris d’insectes, poils de rongeurs et autres substances étrangères. On entend par Limite maximale Codex pour un contaminant dans un produit destiné à l’alimentation humaine ou animale, la concentration maximale que la Commission du Codex Alimentarius recommande d’autoriser officiellement dans ce produit (Manuel de procédure 22ème Edition) Danger : Agent biologique, chimique ou physique présent dans un aliment, ou état de cet aliment pouvant avoir un effet adverse pour la santé. (Manuel de procédures, 22ème Edition) Denrée alimentaire : toute substance traitée, partiellement traitée ou brute, destinée à l’alimentation humaine, et englobant les boissons, le « chewing-gum » et toutes les substances utilisées dans la fabrication, la préparation et le traitement des aliments, à l’exclusion des substances employées uniquement sous forme de médicaments, de cosmétiques ou de tabac. (CODEX Manuel de procédures - 22ème Edition) (ii) Aliment, denrée ou Produit alimentaire : toute substance traitée, partiellement traitée ou brute, destinée à l’alimentation humaine, et englobant les boissons, les gommes à mâcher et toutes les substances utilisées dans la fabrication, la préparation et le traitement des aliments, à l’exclusion des substances employées uniquement sous forme de médicaments, de cosmétiques ou de tabac. (Règlement UEMOA/Sécurité Sanitaire) Exigences spécifiées : critères fixés par les autorités compétentes en matière de commerce des denrées alimentaires portant sur la santé publique, la protection du consommateur et la loyauté des échanges. (CODEX) Hygiène alimentaire : ensemble des conditions et mesures nécessaires pour assurer la sécurité et la salubrité des aliments à toutes les étapes de la chaîne alimentaire. (CODEX CAC/RCP 1- 1969, Rév.4 2003) (ii) Elle comprend les conditions et mesures nécessaires pour la production, l’élaboration, l’emmagasinage et la distribution des denrées alimentaires afin d’obtenir des produits en bon état, salubres, inoffensifs et convenables pour la consommation humaine. (CODEX Manuel de procédures - 22ème Edition) Loi et Règlement : Tous les textes officiels promulgués par les assemblées nationales et les gouvernements relatifs « Tout document qui énonce les caractéristiques d’un produit ou les procédés et méthodes de production s’y rapportant, y compris les dispositions administratives qui s’y appliquent, dont le respect est obligatoire.». Médicament vétérinaire toute substance appliquée ou administrée à des animaux producteurs de nourriture, tels que race de boucherie ou race laitière, volaille, poissons ou abeilles, qu'elle soit utilisée dans un but thérapeutique, prophylactique ou diagnostique, ou en vue de modifier des fonctions physiologiques ou le comportement. L'expression résidus de médicaments vétérinaires désigne les substances mères et/ou leurs métabolites présents dans toute portion comestible de produits d'origine animale, ainsi que les résidus des impuretés associées aux médicaments vétérinaires considérés.
  • 62. 62 On entend par limite maximale Codex pour les résidus de médicaments vétérinaires (LMRVD), la concentration maximale de résidu résultant de l'utilisation d'un médicament vétérinaire (exprimée en mg/kg ou µg/kg sur la base du poids du produit frais) que la Commission du Codex Alimentarius recommande d'autoriser légalement ou de reconnaître comme admissible dans un ou sur un aliment. (CODEX Manuel de procédures, 22ème Edition) On entend par bonnes pratiques d'utilisation des médicaments vétérinaires (BPMV) les modalités d'emploi officiellement recommandées ou autorisées, y compris les périodes d'attente, approuvées par les autorités nationales, des médicaments vétérinaires administrés dans des conditions pratiques (CODEX - Manuel de procédure 22ème Edition) Mesures Sanitaires et Phytosanitaires : Les mesures sanitaires ou phytosanitaires comprennent toutes lois, tous décrets, toutes réglementations, toutes prescriptions et toutes procédures pertinents, y compris, entre autres choses, les critères relatifs au produit final; les procédés et méthodes de production; les procédures d'essai, d'inspection, de certification et d'homologation; les régimes de quarantaine, y compris les prescriptions pertinentes liées au transport d'animaux ou de végétaux ou aux matières nécessaires à leur survie pendant le transport; les dispositions relatives aux méthodes statistiques, procédures d'échantillonnage et méthodes d'évaluation des risques pertinentes; et les prescriptions en matière d'emballage et d'étiquetage directement liées à l'innocuité des produits alimentaires. (Annexe A-Définitions, Accord SPS) Norme : document approuvé par un organisme reconnu, qui fournit, pour des usages communs et répétés, des règles, des lignes directrices ou des caractéristiques pour des produits ou des procédés et des méthodes de production connexes dont le respect n’est pas obligatoire. Il peut aussi traiter en partie ou en totalité de terminologie, de symboles, de prescriptions en matière d’emballage, de marquage ou d’étiquetage, pour un produit, un procédé ou une méthode de production donnés. (Accord OTC/OMC) Normes des Trois sœurs : Il s’agit des normes élaborées par le CODEX, l’OIE et la CIPV. Ces organisations, où ne siègent que des Etats, ont vu leurs missions renforcées par la création de l’OMC qui leur confère un rôle majeur en matière d’élaboration de normes régissant le commerce international, un rôle de référence en ce qui concerne l’harmonisation des règlements et normes au niveau des pays membres et de règlement des litiges. En matière d’aliments, le CODEX gère à la fois les aspects SPS et OTC. Les normes édictées par ces institutions pourraient être qualifiées de « normes réglementaires » car elles ont un caractère contraignant du fait d’une part, qu’il s’agit de références pour les échanges internationaux et d’autre part, que les pays devaient se déterminer, relativement à elles : Transcription en droit national si nécessaire. Pesticide : toute substance destinée à prévenir, détruire, attirer, repousser ou combattre tout élément nuisible y compris toute espèce indésirable de plantes ou d'insectes pendant la production, le stockage, le transport, la distribution et la préparation d'aliments, de denrées agricoles ou de produits pour l'alimentation animale, ou pouvant être appliquée aux animaux pour les débarrasser d'ectoparasites. Ce terme englobe les substances utilisées comme régulateurs de la croissance végétale, défoliants, dessicants, agents d'ébourgeonnement ou inhibiteurs de germination, ainsi que les substances appliquées aux cultures avant ou après la récolte pour protéger le produit contre toute détérioration pendant l'entreposage et le transport. Le terme exclut normalement les engrais, les éléments nutritifs destinés aux plantes et aux animaux, les additifs alimentaires et les médicaments vétérinaires.
  • 63. 63 On entend par résidu de pesticide, toute substance déterminée présente dans les aliments, les denrées agricoles ou les produits pour l'alimentation animale à la suite de l'utilisation d'un pesticide. Ce terme englobe tous les dérivés d'un pesticide, tels que les produits de conversion et de réaction, les métabolites et les impuretés que l'on considère comme ayant une importance sur le plan toxicologique. On entend par limite maximale Codex pour les résidus de pesticides (LMRP), la concentration maximale du résidu d'un pesticide (exprimée en mg/kg) que la Commission du Codex Alimentarius recommande d'autoriser officiellement dans ou sur des produits alimentaires ou des aliments pour animaux. Les LMRP sont fondées sur des données concernant les BPA, et les aliments obtenus à partir des produits qui répondent aux LMR applicables sont réputés acceptables sur le plan toxicologique. (CODEX, Manuel de procédures - 22ème Edition) On entend par bonnes pratiques agricoles en matière d'utilisation des pesticides (BPA), les modalités d'emploi sans danger de ces produits nationalement autorisés dans les conditions actuelles, nécessaires pour lutter de manière efficace et fiable contre les ravageurs. Ces pratiques comprennent une gamme de niveaux d'emploi des pesticides qui ne doivent pas dépasser la dose la plus élevée autorisée, appliqués de manière à laisser un résidu qui soit le plus faible possible. (CODEX - Manuel de procédures, 22ème Edition) Qualité : aptitude d’un ensemble de caractéristiques intrinsèques d’un produit, d’un système ou d’un processus à satisfaire les exigences des clients et autres parties intéressées. (CODEX) C’est l’ensemble des caractéristiques d’une entité qui lui confèrent l’aptitude à satisfaire des besoins exprimés et implicites. (ISO) Risque : Fonction de la probabilité d'un effet adverse pour la santé et de sa gravité, du fait de la présence d'un (de) danger(s) dans un aliment. (CODEX, Manuel de procédures 22ème Edition) Salubrité des Aliments : assurance que les aliments sont acceptables pour la consommation humaine conformément à l’usage auquel ils sont destinés. (CODEX CAC/RCP 1-1969, Rév.4 2003) Sécurité des Aliments : assurance que les aliments sont sans danger pour le consommateur quand ils sont préparés et/ou consommés conformément à l’usage auquel ils sont destinés. (CODEX CAC/RCP 1-1969, Rév.4 2003) SNCA : Système National de Contrôle des Aliments SSA : Sécurité Sanitaire des Aliments SA : « La sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, la possibilité physique, sociale et économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires pour mener une vie saine et active. » Comité de la Sécurité Alimentaire Mondiale, S'entendre sur la terminologie, CSA, 39ème session, 15-20 octobre 2012, 17 p. Traçabilité / traçage des produits : la capacité à suivre le mouvement d’une denrée alimentaire à travers une (des) étape(s) spécifiée(s) de la production, de la transformation et de la distribution. (Manuel de procédure 22ème Edition)
  • 64. 64 CONCEPTS ET DEFINITIONS TECHNIQUES Il s’agit de s’appuyer sur un certain nombre d’indicateurs pour s’assurer que le porteur du projet maîtrise tous les aspects de son projet, aussi bien sur le plan technique, financier, managérial que de la connaissance de son marché immédiat. I- COMPETENCES TECHNIQUES DU PORTEUR DU PROJET Cette catégorie de critères vise à s’assurer de l’adéquation entre le porteur et son projet. Chaque projet doit être cohérent par rapport à la personnalité, au potentiel et aux compétences du porteur. Il s’agit de savoir à qui on a affaire, tant sur le plan de la formation, de l’expérience que de ses motivations. Formations ou qualifications : il s’agira de s’assurer que le porteur a une formation de base en dans l’activité embrassée. Le nombre de formations ou de qualifications reçu par ce dernier et la qualité de celles-ci devraient orienter la notation. Expériences : il s’agira d’apprécier son parcours tant dans le domaine qu’il embrasse que dans le monde des affaires en général. Il s’agira surtout d’apprécier à travers ses expériences passées, son aptitude à faire aboutir son projet. Motivations : il s’agit d’apprécier la vision positive et optimiste que le porteur a de son affaire. Il faudra apprécier comment le porteur est arrivé à envisager de monter, puis développer son projet. Rattacher également à ce critère son appréciation des risques liés à son activité et cerner comment il s’est préparé à leur apparition. II- TECHNICITE DU PROJET Il s’agit d’apprécier ici les paramètres de gestion technique du projet présenté par le porteur. Pour cela, il sera fait un examen de ses objectifs, de sa stratégie d’intervention et de son chronogramme de mise en œuvre des activités. Objectifs : il s’agit d’apprécier les objectifs que poursuit le porteur à travers son projet. Un objectif doit décrire une situation spécifique dans l’avenir, être mesurable, réalisable et limité dans le temps. Il s’agira de s’assurer que le porteur, pour la définition de ses objectifs, utilise des indicateurs qui lui paraissent représentatifs (chiffre d’affaire, part de marché, effectif, capitaux propres, respect de…, de qualité de…, de mesure de…, niveau de…, …). Par ailleurs, le porteur doit avoir défini des critères qui doivent être basés sur les objectifs et serviront à comparer les résultats, afin de faciliter la prise de décision. Stratégie d’intervention : il s’agit de tenir compte de l’organisation interne du projet, de la description des procédés de production/commercialisation, des points forts et faibles de cette organisation. Savoir si le porteur a recours à un encadrement technique. Présenter les caractéristiques des produits, de même que les forces et faiblesses. Définir les évolutions prévues en termes de produits.