Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

LE MONDE VERS UNE NOUVELLE CRISE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE MONDIALE IRRÉVERSIBLE ET LE BRÉSIL.pdf

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Consultez-les par la suite

1 sur 7 Publicité

LE MONDE VERS UNE NOUVELLE CRISE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE MONDIALE IRRÉVERSIBLE ET LE BRÉSIL.pdf

Télécharger pour lire hors ligne

Cet article vise à démontrer que la crise économique et financière mondiale tend à s'aggraver avec : 1) l'escalade de la dette mondiale qui menace de mettre en échec le système capitaliste mondial face à l'éventualité d'une explosion de la bulle de la dette publique aux États-Unis et en Chine ; 2) le retournement brutal de l'économie aux États-Unis, en Chine et dans l'Union européenne, qui pourrait entrer en récession en 2023 ; et 3) la possibilité que deux banques mondiales géantes, Credit Suisse et Deutsche Bank, fassent faillite parce qu'elles sont sur le point de s'effondrer, déclenchant une nouvelle crise économique et financière mondiale similaire à la Grande Récession de 2008 et à la Dépression de 1929. Cet article soulève également la nécessité pour le gouvernement du président Lula d'adopter une politique économique qui rende le Brésil moins dépendant des marchés étrangers en termes de marchés d'exportation, de capitaux internationaux et de technologie étrangère et qui, par conséquent, donne la priorité au développement du marché intérieur.

Cet article vise à démontrer que la crise économique et financière mondiale tend à s'aggraver avec : 1) l'escalade de la dette mondiale qui menace de mettre en échec le système capitaliste mondial face à l'éventualité d'une explosion de la bulle de la dette publique aux États-Unis et en Chine ; 2) le retournement brutal de l'économie aux États-Unis, en Chine et dans l'Union européenne, qui pourrait entrer en récession en 2023 ; et 3) la possibilité que deux banques mondiales géantes, Credit Suisse et Deutsche Bank, fassent faillite parce qu'elles sont sur le point de s'effondrer, déclenchant une nouvelle crise économique et financière mondiale similaire à la Grande Récession de 2008 et à la Dépression de 1929. Cet article soulève également la nécessité pour le gouvernement du président Lula d'adopter une politique économique qui rende le Brésil moins dépendant des marchés étrangers en termes de marchés d'exportation, de capitaux internationaux et de technologie étrangère et qui, par conséquent, donne la priorité au développement du marché intérieur.

Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus par Faga1939 (20)

Plus récents (20)

Publicité

LE MONDE VERS UNE NOUVELLE CRISE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE MONDIALE IRRÉVERSIBLE ET LE BRÉSIL.pdf

  1. 1. 1 LE MONDE VERS UNE NOUVELLE CRISE ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE MONDIALE IRRÉVERSIBLE ET LE BRÉSIL Fernando Alcoforado* Cet article vise à démontrer que la crise économique et financière mondiale tend à s'aggraver avec : 1) l'escalade de la dette mondiale qui menace de mettre en échec le système capitaliste mondial face à l'éventualité d'une explosion de la bulle de la dette publique aux États-Unis et en Chine ; 2) le retournement brutal de l'économie aux États- Unis, en Chine et dans l'Union européenne, qui pourrait entrer en récession en 2023 ; et 3) la possibilité que deux banques mondiales géantes, Credit Suisse et Deutsche Bank, fassent faillite parce qu'elles sont sur le point de s'effondrer, déclenchant une nouvelle crise économique et financière mondiale similaire à la Grande Récession de 2008 et à la Dépression de 1929. Cet article soulève également la nécessité pour le gouvernement du président Lula d'adopter une politique économique qui rende le Brésil moins dépendant des marchés étrangers en termes de marchés d'exportation, de capitaux internationaux et de technologie étrangère et qui, par conséquent, donne la priorité au développement du marché intérieur. La crise mondiale de la dette résulte du fait que le monde a, en 2022, un record de 305 000 milliards de dollars américains de dettes impayables des gouvernements, des entreprises et des ménages, soit plus de trois fois le produit brut mondial (96 100 milliards de dollars américains). La figure 1 présente l'évolution de la dette mondiale de 2013 à 2020. La figure 2 montre la part des pays dans la dette mondiale en 2020. Les États-Unis et la Chine sont les plus gros débiteurs de la planète, représentant près de 40 % de la dette totale. La figure 3 présente en détail comment les dettes croissantes des ménages (household), des entreprises non financières (non-financial corporate), des gouvernements (government) et du secteur financier (financial) se répartissent dans la formation de la dette mondiale de 2003 à 2018. Toutes ces dettes montrent des montants croissants au fil du temps. Figure 1- Dette mondiale de 2013 à 2020 Source : https://www.intellinews.com/attack-of-the-debt-tsunami-global-debt-soars-to-a-new-all-time- high-196972/
  2. 2. 2 Figure 2- Participation des pays à la dette mondiale (%) Source : https://coinzodiac.com/get-rich-in-market-crash/how-much-world-debt/ Figure 3- Dette mondiale de 2003 à 2018 Source : https://www.ecodebate.com.br/2018/08/03/a-divida-global-atinge-usdollar-247-trilhoes-uma- bomba-prestes-a-explodir-artigo-de-jose-eustaquio-diniz-alves/
  3. 3. 3 Il y a la possibilité d'une explosion de la bulle de la dette publique aux États-Unis, qui correspondait à 30,01 billions de dollars, une valeur supérieure au PIB du pays (23 billions de dollars) en 2021, un record historique, qui pourrait atteindre 140% du PIB d'ici 2024. La dette totale des gouvernements et des consommateurs/ménages des entreprises a augmenté et les gouvernements des États et locaux sont au bord de la faillite. Le gouvernement américain dépense et achète au-delà de ses capacités en émettant des dollars et des bons du Trésor. Le risque de catastrophes majeures n'a pas disparu, mais s'est propagé dans le temps, au prix d'augmenter en proportion et d'exploser quand il le fait. Il convient de noter que la dette publique des États-Unis est fortement liée aux dépenses militaires. Cette dette monstrueuse est impayable. À son tour, la dette mondiale du gouvernement, des entreprises et des ménages de la Chine a atteint 285 % de son produit intérieur brut (PIB) en 2020. Cette dette a approché 310 % de son PIB en 2021, l'un des niveaux d'endettement les plus élevés parmi les économies émergentes, ce qui est une dette insoutenable pour leur économie. La crise financière mondiale a contraint la Chine à s'endetter. La dette mondiale de la Chine est largement insoutenable si elle continue à gérer son économie à ces niveaux d'endettement à l'avenir. Les États-Unis et la Chine sont les principaux moteurs de l'augmentation de la dette mondiale. Les deux représentaient 39,8 % de la dette mondiale en 2020. Les plus grandes économies mondiales sont donc des géants aux pieds d'argile. Comme les États-Unis, la Chine et la grande majorité des pays du monde ont des dettes qui dépassent de loin leurs PIB respectifs. Le monde se dirige actuellement vers une crise plus grave que celle enregistrée en 2008 avec une ampleur similaire ou pire que la dépression de 1929. La dette des pays est si importante que les taux d'intérêt doivent être artificiellement négatifs, sinon le service de la dette serait très lourd pour les gouvernements. Même avec des taux d'intérêt négatifs, ou proches de zéro, cette dette a une probabilité très élevée de ne jamais être remboursée. Si les taux d'intérêt deviennent positifs, il n'y aura aucun moyen de les payer. C'est une bulle sur le point d'éclater. Cette situation n'est pas tenable à moyen et long terme. La crise actuelle de l'économie mondiale est un indicateur que toute cette dynamique touche à sa fin. Partout dans le monde, les gouvernements ont peu de marge de manœuvre budgétaire pour surmonter la crise économique et financière à laquelle ils sont confrontés en raison de la situation actuelle de la dette publique, étant donné qu'une grande partie de leurs budgets est destinée au paiement de la dette publique. Au Brésil, par exemple, près de 40 % du budget de l'État est utilisé pour payer les intérêts et amortir la dette publique. En raison de l'absence de ces stabilisateurs keynésiens traditionnels (augmentation des dépenses publiques, baisses d'impôts et de taux d'intérêt), la récession en cours dans la plupart des pays endettés tend à s'aggraver par rapport aux précédentes. Plusieurs signes indiquent un ralentissement économique prolongé. Les marchés financiers mondiaux prédisent ce qui semble être « l'Armageddon » de la récession mondiale. Que peut-on faire pour réduire les niveaux d'endettement mondiaux ? Favoriser la croissance économique des pays serait la principale stratégie de réduction de la dette, difficile à mettre en œuvre dans un environnement de récession mondiale. La croissance économique serait la principale stratégie de réduction de la dette. L'amélioration de l'activité économique devrait se faire avec le rôle proactif des gouvernements dans la réalisation des investissements, en particulier dans les infrastructures dans chacun des pays endettés, ce qui est assez difficile à réaliser dans les conditions actuelles car presque tous les pays adoptent le modèle néolibéral de non-
  4. 4. 4 intervention des le gouvernement le gouvernement dans l'économie. Une autre recette de base consiste pour le gouvernement à ne pas dépenser plus qu'il ne perçoit en impôts, ce qui est difficile à faire dans les conditions actuelles de demandes sociales accrues dans tous les pays du monde. Si les gouvernements réduisaient leurs dépenses et leurs déficits, il serait moins nécessaire d'émettre des obligations d'État qui génèrent de nouvelles dettes. Il est très difficile de mettre en pratique ce type de solution au problème de la dette compte tenu des revendications sociales croissantes des populations. L'équilibre budgétaire est considéré comme crucial pour ne pas augmenter la dette. Une autre mesure importante pour réduire le montant de la dette serait de générer de l'inflation. La plupart des prêts seraient consentis à des conditions nominales. Par conséquent, une augmentation des prix contribuerait à réduire la dette. Dans ce cas, cependant, il y a plusieurs problèmes. Une escalade galopante des prix pourrait forcer des hausses de taux d'intérêt plus rapides que souhaitables. Une inflation plus élevée ne serait utile que si elle résultait d'une hausse des salaires, ce qui est difficile à faire aujourd'hui. Si tel était le cas, la demande serait plus forte et le PIB nominal et les recettes fiscales augmenteraient. Toutes ces mesures pour la solution de la crise mondiale de la dette sont, cependant, des palliatifs. Les vraies solutions aux problèmes liés à la crise mondiale de la dette seraient difficiles à mettre en œuvre car les gouvernements devraient mettre en œuvre les mesures suivantes partout dans le monde : 1) l´annulation d'une bonne partie de la dette souveraine, considérée comme illégitime, ainsi qu'une bonne une partie de la dette intérieure ; 2) la mise en place d'un système financier international stable non subordonné au capital financier ; 3) l'adoption d'une fiscalité correcte des revenus financiers et du capital ; 4) le rétablissement d'un véritable contrôle public du système de crédit ; 5) effectuer un contrôle strict des flux de capitaux ; 6) la fin des paradis fiscaux ; et, 7) la constitution d'un gouvernement mondial visant une ordonnance et la stabilité économique et financière au niveau mondial. La Banque mondiale affirme que l'économie mondiale pourrait entrer en récession en 2023 face au recul drastique de l'économie aux États-Unis, en Chine et dans l'Union européenne. Dans une nouvelle étude, la Banque mondiale met en garde contre le risque d'une récession mondiale en 2023 qui pourrait causer des dommages durables, non seulement aux pays capitalistes du noyau dur, mais aussi aux pays capitalistes périphériques et semi-périphériques, et que l'économie mondiale subira la ralentissement le plus prononcé depuis les années 1970. En 2022, les banques centrales du monde entier augmentent les taux d'intérêt avec une synchronisation sans précédent au cours des cinq dernières décennies afin de répondre à la hausse de l'inflation, qui a été entraînée par la pandémie de Covid-19 et la guerre de Russie contre l'Ukraine, notamment dans les secteurs de l'énergie et de l'alimentation. La hausse des taux d'intérêt pourrait pousser le taux d'inflation mondial à 5 % en 2023, soit près du double de la moyenne quinquennale avant la pandémie. L'économie se dirige vers un environnement orageux partout dans le monde.Pour ramener l'inflation mondiale à un taux correspondant à leurs objectifs, les banques doivent augmenter les taux d'intérêt, aggravant le processus de récession. Les pays devront adopter des politiques budgétaires restrictives en 2023, qui devraient atteindre un niveau supérieur à celui enregistré depuis le début des années 1990. La baisse de la croissance économique mondiale tend à aggraver les niveaux de pauvreté, de faim, de coût de la vie et d'insécurité alimentaire et énergique. Les gouvernements devront établir des politiques publiques et adopter des plans réalisables pour fournir une aide ciblée aux familles
  5. 5. 5 vulnérables, ramener les chômeurs sur le marché du travail, augmenter l'offre mondiale de produits de base, réduire et renforcer les réseaux commerciaux mondiaux afin de relancer la croissance économique dans le monde entier. Pour aggraver la situation grave représentée par l'explosion possible de la dette mondiale et la profonde récession de l'économie mondiale, deux banques mondiales géantes, comme le Credit Suisse et la Deutsche Bank, sont sur le point de s'effondrer, ce qui pourrait déclencher une nouvelle crise économique et financière similaire à la Grande Récession de 2008 et à la Dépression de 1929. Quant au Credit Suisse, la deuxième plus grande banque de Suisse et l'une des plus grandes au monde, son cours de bourse a chuté d'environ 75% depuis février 2021, ce qui pourrait avoir conséquences plus désastreuses que la faillite de Lehman Brothers qui a déclenché la Grande Récession mondiale de 2008. Le Credit Suisse a enregistré des pertes d'environ quatre milliards de francs suisses au cours des trois derniers trimestres. Deutsche Bank, la plus grande banque d'Allemagne, traverse sa plus grande crise en 149 ans. En 2021, Deutsche Bank a enregistré une baisse de 35,37% de ses actions négociées à la Bourse de New York et court également le risque de "casser". Deutsche Bank appartient à l'échelon supérieur des G-SIB (banques d'importance systémique mondiale), selon le Financial Stability Board (FSB). En 2018, Deutsche Bank était juste derrière JP Morgan Chase. La ruine de cette banque pourrait provoquer un véritable « effet domino », ruinant d'abord la Deutsche Bank, puis l'Allemagne, et consécutivement l'Union européenne avec la faillite de l'Italie, de la France et de l'Espagne (car leurs principales banques sont liées à la Deutsche Bank). Comme les deux banques sont « trop grandes pour faire faillite », les gouvernements suisse et allemand les sauveront de la faillite, probablement en payant leurs renflouements, respectivement, avec l'argent des contribuables suisses et allemands, tout en distribuant des bonus à leurs actionnaires et aux membres de leur conseil d'administration. Ce scénario catastrophique pour l'économie mondiale devrait servir d'avertissement au futur gouvernement Lula du Brésil pour qu'il adopte une politique économique qui rende le Brésil moins dépendant des marchés étrangers en termes de marchés d'exportation, de capitaux internationaux et de technologie étrangère et, par conséquent, donne la priorité à la développement du marché intérieur. Ce serait la décision la plus intelligente à mettre en œuvre dans la situation actuelle par le gouvernement Lula car il serait dommageable pour le Brésil de lier fortement l'économie brésilienne à l'économie mondiale comme cela se produit depuis 1990. Pour que le Brésil ne subisse pas les conséquences de l'explosion de la dette mondiale, qu'il ne soit pas contaminé par la récession mondiale et qu'il ne soit pas impacté par la faillite de deux gigantesques banques mondiales, Credit Suisse et Deutsche Bank, le gouvernement Lula devrait adopter le modèle économique national développementaliste d'ouverture sélective de l'économie brésilienne qui permettre au Brésil de suivre le cours de son destin, contrairement au modèle économique néolibéral qui fait que l'avenir du pays est dicté par les forces du marché, toutes engagées dans le capital international. On peut conclure, sur la base de ce qui précède, que la crise économique et financière mondiale est irréversible, c'est pourquoi les pays périphériques et semi-périphériques, comme le Brésil, qui dépendent fortement des marchés mondiaux pour l'exportation de leurs produits, capitaux et technologie étrangère, devraient adopter des stratégies de développement qui contribuent à réduire ces dépendances afin de minimiser l'impact de la crise mondiale sur leurs économies. Le futur gouvernement brésilien du président Lula devra promouvoir le développement national, en cherchant non seulement à surmonter la
  6. 6. 6 récession économique qui secoue le pays depuis 2014, mais aussi à doter le Brésil de stratégies qui prévient la irréversible crise économique et financière mondiale apporte des conséquences désastreuses pour le Brésil d'un point de vue politique, économique et social. Pour gagner en gouvernabilité, répondre aux revendications sociales de l'ensemble de la population brésilienne et éviter le retour au pouvoir du néo-fascisme au Brésil, le gouvernement Lula devra favoriser le développement du pays avec la réactivation de l'économie brésilienne sur des bases diamétralement opposées à ceux qui ont prévalu dans le passé depuis 1990, date à laquelle il a adopté le modèle économique néolibéral qui a dévasté économiquement et socialement le pays. Afin de réactiver l'économie brésilienne pour surmonter la récession, le gouvernement Lula doit réaliser 7 000 travaux publics qui se sont arrêtés, construire un grand nombre de nouveaux travaux publics, en mettant l'accent sur les infrastructures économiques (énergie, transports et communications) et les infrastructures sociales (éducation, santé, logement et assainissement de base), adopter la politique de substitution des importations et utiliser la capacité inutilisée de l'industrie nationale pour mettre fin immédiatement au chômage existant au Brésil. En plus de réactiver l'économie pour éliminer le chômage, le gouvernement brésilien devrait encourager le développement de l'économie sociale et solidaire, qui est une alternative importante pour l'inclusion des travailleurs sur le marché du travail, en leur donnant une nouvelle opportunité de travailler d'une nouvelle manière de la production dans laquelle le profit n'est plus l'objectif principal, mais la création d'emplois, et le développement de l'économie créative, qui est l'un des moyens les plus efficaces de générer de nouveaux emplois liés à l'économie de la connaissance en stimulant le travail basé sur les traditions culturelles de chaque région et crédit aux secteurs créatifs de l'économie tels que la mode, l'art, les médias numériques, la publicité, le journalisme, la photographie et l'architecture. Pour éliminer la pauvreté au Brésil, la première action à mettre en œuvre consiste à éliminer le chômage avec les stratégies décrites ci-dessus, complétées par l'adoption de la stratégie de transfert de revenu de base ou revenu minimum universel pour la population pauvre à travers le programme restructuré Bolsa Família. Il n'y aura pas de paix sociale au Brésil si le chômage n'est pas éliminé et si une politique de revenu de base pour la population pauvre n'est pas adoptée. Afin d'éliminer l'inflation au Brésil, des stratégies doivent être adoptées pour éliminer l'inflation de la demande et l'inflation des coûts de production, qui sont présentes dans l'économie brésilienne. L'inflation de la demande résulte de l'insuffisance de la production nationale pour répondre à la demande intérieure et l'inflation des coûts de production résulte de l'augmentation vertigineuse des coûts de ses composantes telles que les salaires, les matières premières, les intrants et les impôts. Pour éliminer l'inflation de la demande, le gouvernement Lula devrait planifier annuellement l'économie nationale avec la participation du secteur productif afin que la production nationale ait la capacité de répondre à la demande interne de biens et de services. La priorité de la production nationale est de répondre à la demande intérieure. Ce n'est que lorsqu'il y a des excédents de production qu'ils seront exportés. Afin d'éliminer l'inflation des coûts de production, le gouvernement brésilien devrait surveiller l'évolution des salaires, des prix des matières premières et des intrants, ainsi que des impôts fédéraux, étatiques et municipaux, afin d'adopter des mesures qui contribuent à empêcher leur croissance avec l'adoption d'incitations pour augmenter la productivité. Pour financer toutes les actions nécessaires à l'exécution du plan du gouvernement Lula, il faut adopter deux stratégies ; 1) suspendre pour une période de 4 ans le paiement des
  7. 7. 7 intérêts et l'amortissement de la dette publique intérieure qui correspondait à 39,8% du budget de l'État fédéral en 2020 ou renégocier avec ses créanciers afin d'allonger son paiement pour réduire les coûts avec le paiement de la dette publique afin que le gouvernement dispose des ressources nécessaires aux investissements publics nécessaires à la reprise du développement et à la lutte contre le chômage et la pauvreté ; et, alternativement, 2) utiliser les réserves internationales de 296,40 milliards de dollars US disponibles en 2022, si nécessaire, pour compléter les ressources allouées aux investissements publics visant à relancer l'économie et à lutter contre le chômage et la pauvreté. Sans l'adoption de ces stratégies, le Brésil ne reprendra pas son développement, subira les conséquences de la crise économique et financière mondiale et sera inévitablement conduit à la ruine politique, économique et sociale. * Fernando Alcoforado, 82, a reçoit la Médaille du Mérite en Ingénierie du Système CONFEA / CREA, membre de l'Académie de l'Education de Bahia, de la SBPC - Société Brésilienne pour le Progrès des Sciences et l'IPB - Institut Polytechnique de Bahia, ingénieur et docteur en Planification du Territoire et Développement Régional de l'Université de Barcelone, professeur d'université (Ingénierie, Économie et Administration) et consultant dans les domaines de la planification stratégique, de la planification d'entreprise, planification du territoire et urbanisme, systèmes énergétiques, a été Conseiller du Vice- Président Ingénierie et Technologie chez LIGHT S.A. Entreprise de distribution d'énergie électrique de Rio de Janeiro, coordinatrice de la planification stratégique du CEPED - Centre de recherche et de développement de Bahia, sous-secrétaire à l'énergie de l'État de Bahia, secrétaire à la planification de Salvador, il est l'auteur de ouvrages Globalização (Editora Nobel, São Paulo, 1997), De Collor a FHC- O Brasil e a Nova (Des)ordem Mundial (Editora Nobel, São Paulo, 1998), Um Projeto para o Brasil (Editora Nobel, São Paulo, 2000), Os condicionantes do desenvolvimento do Estado da Bahia (Tese de doutorado. Universidade de Barcelona,http://www.tesisenred.net/handle/10803/1944, 2003), Globalização e Desenvolvimento (Editora Nobel, São Paulo, 2006), Bahia- Desenvolvimento do Século XVI ao Século XX e Objetivos Estratégicos na Era Contemporânea (EGBA, Salvador, 2008), The Necessary Conditions of the Economic and Social Development- The Case of the State of Bahia (VDM Verlag Dr. Müller Aktiengesellschaft & Co. KG, Saarbrücken, Germany, 2010), Aquecimento Global e Catástrofe Planetária (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2010), Amazônia Sustentável- Para o progresso do Brasil e combate ao aquecimento global (Viena- Editora e Gráfica, Santa Cruz do Rio Pardo, São Paulo, 2011), Os Fatores Condicionantes do Desenvolvimento Econômico e Social (Editora CRV, Curitiba, 2012), Energia no Mundo e no Brasil- Energia e Mudança Climática Catastrófica no Século XXI (Editora CRV, Curitiba, 2015), As Grandes Revoluções Científicas, Econômicas e Sociais que Mudaram o Mundo (Editora CRV, Curitiba, 2016), A Invenção de um novo Brasil (Editora CRV, Curitiba, 2017), Esquerda x Direita e a sua convergência (Associação Baiana de Imprensa, Salvador, 2018), Como inventar o futuro para mudar o mundo (Editora CRV, Curitiba, 2019), A humanidade ameaçada e as estratégias para sua sobrevivência (Editora Dialética, São Paulo, 2021), A escalada da ciência e da tecnologia e sua contribuição ao progresso e à sobrevivência da humanidade (Editora CRV, Curitiba, 2022) et est l'auteur d'un chapitre du livre Flood Handbook (CRC Press, Boca Raton, Floride, États-Unis, 2022).

×