SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  64
Télécharger pour lire hors ligne
PROTOCOLE FRAME RELAY
Mr
.OUZAOUIT 1
1.CONCEPTS FONDAMENT
AUX DU
PROTOCOLE FRAME RELAY
1.Présentation de Frame Relay
Mr
.OUZAOUIT 2
Frame Relay est devenu le protocole de réseau étendu le plus utilisé au
monde. Son succès dans les grandes entreprises, les gouvernements, les FAI
et les petites entreprises est essentiellement dû à son prix abordable et à sa
flexibilité.
Frame Relay permet de réduire le coût des réseaux par un niveau de
complexité moins élevé, par des exigences en équipement plus faibles et par
une mise en œuvre plus simple. En outre, sa bande passante, sa fiabilité et sa
résilience sont bien meilleures que celles des lignes privées ou louées.
 Le Relais de trames ou Frame Relay est défini pour la seule transmission
de données.
 Solution intermédiaire entreATM et X.25
 La technologie Frame Relay dispose des caractéristiques suivantes :
• Destinée pour des équipements numériques haut de gamme et à haut débit.
• Fonctionne au niveau des couches 1 et 2 du modèle OSI.
• Utilise des circuits virtuels dans un environnement commuté.
•Technologie à commutation de paquets,et à accès multiples.
• L’ETTD et l’ETCD sont respectivement généralement le routeur client et le
commutateur de l’opérateur.
• Remplace des réseaux point-à-point, trop coûteux.
• Se base sur l’encapsulation HDLC.
•Utilise le multiplexage pour partager labande passante totale du nuage Frame
Relay
.
 Cette technologie comporte quelques inconvénients,dont :
• Capacité de vérification des erreurs et fiabilité minime (laissées aux
protocoles de couches supérieures).
•Affecte le fonctionnement de certains aspects (Split Horizon, broadcasts,
etc.).
•Ne diffuse pas les broadcasts. Pour en effectuer
,il faut envoyer un paquet à
chaque destination du réseau.
Mr
.OUZAOUIT 3
Mr
.OUZAOUIT 4
Mr
.OUZAOUIT 5
2.Circuits virtuels
Mr
.OUZAOUIT 6
Le terme circuit virtuel désigne la connexion entre deux ETTD par un
réseau Frame Relay
. De tels circuits sont virtuels du fait qu’il n’existe aucune
liaison électrique directe entre leurs extrémités. La connexion est dite logique
et les données circulent d’une extrémité à l’autre sans circuit électrique les
reliant directement. Grâce aux circuits virtuels, Frame Relay partage la bande
passante entre plusieurs utilisateurs.
Les circuits virtuels peuvent s’établir de deux manières :
• les circuits virtuels commutés (SVC) sont établis de façon
dynamique par l’envoi de messages de signalisation au réseau.
•les circuits virtuels permanents (PVC) sont préconfigurés par
l’opérateur. Notez que dans certaines publications, les circuits virtuels
permanents sont appelés circuits virtuels privés.
La figure représente un circuit virtuel entre un nœud émetteur et un
nœud récepteur
. Ce circuit suit le chemin A, B, C et D. Frame Relay crée
un circuit virtuel en établissant la correspondance entre ports d’entrée et
ports de sortie dans la mémoire de chaque commutateur
. Les
commutateurs sont ainsi reliés les uns aux autres jusqu’à ce qu’ils forment
un chemin continu d’une extrémité à l’autre du circuit.
Mr
.OUZAOUIT 7
Les circuits virtuels permettent une communication bidirectionnelle entre les
équipements. Les circuits virtuels sont identifiés par des indicateurs de
connexion de liaison de données DLCI (Data Link Connection Identifier ).
Ces indicateurs DLCI sont généralement attribués par le fournisseur de
services Frame Relay (par exemple, la compagnie de téléphone). Les DLCI
Frame Relay ont une signification locale. En d’autres termes, ces valeurs ne sont
pas uniques dans le réseau étendu Frame Relay
.
Mr
.OUZAOUIT 8
Dans cet exemple, la trame utilise l’adresse DLCI 102. Elle quitte le routeur
(R1) par le port 0 et le circuit virtuel 102. Au commutateur A, elle quitte le
port 1 par le circuit virtuel 432. Ce processus de mappage des ports se
poursuit dans le réseau jusqu’à ce que la trame arrive à destination à l’adresse
DLCI 201, comme indiqué dans la figure. Le DLCI est stocké dans le champ
d’adresse de chaque trame transmise.
Mr
.OUZAOUIT 9
Circuits virtuels multiples
Mr
.OUZAOUIT 10
•Le réseau Frame Relay est statistiquement multiplexé. En d’autres termes, il
ne transmet qu’une trame à la fois, mais un grand nombre de connexions
logiques peuvent coexister sur une même ligne physique.
•Les différents circuits virtuels d’une même ligne physique sont distincts du
fait qu’ils sont identifiés par leur propre DLCI.
3.Encapsulation Frame Relay
La trame Frame Relay est un sous-ensemble du type de trame HDLC.
Le routeur CPE encapsule chaque paquet de couche 3 dans un en-tête et
une queue de bande Frame Relay avant de l’envoyer dans le circuit virtuel.
En particulier
, l’en-tête Frame Relay (champ d’adresse) contient ce qui
suit :
Mr
.OUZAOUIT 11
•DLCI : les 10 bits du DLCI constituent l’essentiel de l’en-tête Frame Relay
.
Cette valeur représente la connexion virtuelle entre l’équipement ETTD et
le commutateur
.
•Adresse étendue (EA) : si la valeur du champ EA est 1, l’octet courant est
défini par le dernier octet du DLCI.
•C/R :bit qui suit l’octet DLCI de poids fort dans le champ d’adresse.Le
bit C/R n’est pas défini actuellement.
•Contrôle d’encombrement : contient 3 bits qui contrôlent les mécanismes
de notification d’encombrement de Frame Relay
. Les bits FECN, BECN, et
DE sont les trois derniers bits du champ d’adresse.
Mr
.OUZAOUIT 12
4.Topologie Frame Relay
Topologie en étoile (Hub and Spoke)
La topologie laplus simple d’un réseau étendu est la topologie en étoile,
comme illustrée dans la figure.
Mr
.OUZAOUIT 13
Topologie à maillage global
Chaque extrémité est reliée par l’intermédiaire d’un PVC distinct vers chaque
autre destination.
Mr
.OUZAOUIT 14
Topologie à maillage partiel
Mr
.OUZAOUIT 15
•Dans le cas de grands réseaux, le maillage global est rarement abordable car le
nombre de liaisons augmente de manière considérable. Il ne s’agit pas d’un
problème de coût en matériel, mais bien de nombre de circuits virtuels dont la
limite théorique est de 1000 par liaison. En pratique, la limite est inférieure à
cette valeur théorique.
•C’est pour cette raison que les grands réseaux ont généralement une
topologie à maillage partiel. Dans le maillage partiel, le nombre
d’interconnexions est plus élevé que dans une disposition en étoile, mais moins
élevé que dans un maillage global. L’arrangement effectif dépend des besoins en
flux de données.
5.Mappage des adresses Frame Relay
Mr
.OUZAOUIT 16
•Pour qu’un routeur Cisco puisse transmettre des données par le protocole
Frame Relay
, la correspondance entre le DLCI local et l’adresse de couche 3
de destination doit être connue. Ce mappage entre adresse et DLCI peut être
réalisé de manière statique ou dynamique.
•Avant de définir ces deux méthodes on définit un protocole appeléARP
inverse qui est utilisé par le mappage dynamique:
ARP inverse
Le protocole de résolution d’adresse inverse (Inverse Address
Resolution Protocol, ARP) obtient les adresses de couche 3 d’autres
stations à partir des adresses de couche 2, comme le DLCI dans les
réseaux Frame Relay
. Ce protocole est principalement utilisé dans les
réseaux Frame Relay et ATM, où les adresses de couche 2 des circuits
virtuels sont parfois obtenues par la signalisation de couche 2.
Mappage dynamique
Le mappage d’adresse dynamique s’appuie sur l’ARP inverse pour
résoudre l’adresse de protocole réseau du saut suivant en une valeur DLCI
locale. Le routeur Frame Relay envoie des demandes d’ARP inverse sur son
circuit virtuel permanent pour détecter l’adresse de protocole du
périphérique distant connecté au réseau Frame Relay
.
Le routeur utilise les réponses obtenues pour compléter une table de
mappage d’adresse en DLCI sur le routeur Frame Relay ou sur le serveur
d’accès.
Sur les routeurs Cisco, l’ARP inverse est activé par défaut pour tous les
protocoles activés sur l’interface physique.
Mr
.OUZAOUIT 17
Mappage Statique
Mr
.OUZAOUIT 18
L’utilisateur peut décider de remplacer le protocole de résolution inverse
dynamique par un mappage manuel statique entre l’adresse de protocole du
saut suivant et un DLCI local.
 Utilisé dans des situations comme:
•un routeur situé de l’autre côté d’un réseau Frame Relay
, et qui ne prend
pas en charge la résolution dynamique inverse pour un protocole réseau
spécifique.
•un réseau Frame Relay dans une topologie en étoile: Le protocole de
résolution d’adresse inverse se base sur la présence d’une connexion directe
point à point entre deux extrémités,une chose qui n’est pas établie ici.
Pour associer une adresse de protocole de saut suivant à une adresse
de destination DLCI, utilisez la commande : frame-relay map protocol
adresse-protocole dlci [broadcast] [ietf] [cisco].
Utilisez le mot clé ietf si vous vous connectez à un routeur d’une marque
autre que Cisco.
Mr
.OUZAOUIT 19
Interface de supervision locale (LMI)
La LMI est essentiellement un mécanisme de test d’activité qui fournit des
informations sur les connexions Frame Relay entre le routeur (ETTD) et le
commutateur Frame Relay (DCE).
Environ toutes les 10 secondes, le périphérique final interroge le réseau
pour obtenir soit une simple séquence de réponses, soit des informations sur
l’état des canaux.
•Si le réseau ne fournit pas les informations demandées, le
périphérique utilisateur peut considérer que la connexion est coupée.
•Si le réseau fournit une réponse à la demande, cette réponse
comprend des informations d’état sur les DLCI attribués à la ligne en
question. Le périphérique final peut utiliser ces informations pour
déterminer si les connexions logiques sont capables de relayer les
données.
Mr
.OUZAOUIT 20
Mr
.OUZAOUIT 21
Extensions LMI
Mr
.OUZAOUIT 22
Il existe des extensions LMI,qui sont optionnelles :
•Messagesd’état descircuitsvirtuels (Extensionuniverselle):
Signalisation périodique sur les PVC (Nouveaux, supprimés, leur intégrité,
etc.).
•Diffusion multicast (Extension facultative) :Permet ladiffusion des
messages de protocole de routage etARP
,qui doivent être normalement
transmis à plusieurs destinataires.Cela utilise les DLCI 1019 à 1022.
•Adressage global (Extension facultative) :Portée globale des DLCI au
lieu d’être locale.Permet d’avoir un DLCI unique sur le réseau Frame Relay
.
•Contrôle de flux simple (Extension facultative) :Contrôle de flux de
type XON/XOFF, destiné aux unités dont les couches supérieures ne peuvent
pas utiliser les bits de notification de congestion, mais nécessitant un niveau
de contrôle de flux.
Identificateurs LMI
Mr
.OUZAOUIT 23
Le champ DLCI de 10 bits permet d’identifier 1024 circuits virtuels :de 0 à
1023.
Il existe plusieurs types d’interfaces LMI, toutes mutuellement
incompatibles. Le type de LMI configuré sur le routeur doit correspondre au
type utilisé par le fournisseur de services. Trois types d’interfaces LMI sont
pris en charge par les routeurs Cisco :
•Cisco :extension LMI d’origine ;
•Ansi (American National Standards Institute):correspondant à la norme ANSI
T1.617 annexe D ;
•q933a :correspondant à la norme ITU Q933 annexeA.
Depuis la version 11.2 du logiciel Cisco IOS, la fonction de détection de
LMI par défaut détecte le type de LMI pris en charge par le commutateur
Frame Relay directement connecté.
Si vous devez définir le type de LMI, utilisez la commande de configuration
d’interface frame-relay lmi-type [cisco |ansi |q933a].Le fait de configurer le
type d’interface LMI désactive la fonction de détection automatique.
Mr
.OUZAOUIT 24
Format des trames LMI
Mr
.OUZAOUIT 25
• DLCI LMI :DLCI pour les messages LMI.Il est fixé à 1023.
•Indicateur de protocole : Défini sur une valeur précisant
l’interface LMI.
• Type de message :Deux types ont été définis,qui permettent de
vérifier l’intégrité des liaisons logiques et physiques.
oMessage d’état : Emis en réponse à un message de demande
d’état. Message de veille ou message d’état sur chaque DLCI défini
pour la liaison.
o Message de demande d’état.
•Éléments d’information (IE) : Contient un ou plusieurs
éléments d’information d’1 octet chacun, et un ou plusieurs octets
de données.
Mr
.OUZAOUIT 26
Utilisation de l’interface LMI et de l’ARP inverse pour le mappage
des adresses
• lorsque R1 se connecte au réseau Frame Relay
, il envoie un message de
requête d’état LMI au réseau.
•Le réseau répond par un message d’état LMI contenant des informations
sur chaque circuit virtuel configuré sur la liaison d’accès.
• Le routeur répète régulièrement cette requête.
Mr
.OUZAOUIT 27
• Il envoie un message d’ARP inverse sur chaque circuit virtuel.
•La réponse d’ARP inverse permet au routeur d’inscrire les entrées
nécessaires dans sa table de mappage entre adresses et identificateurs DLCI.
Mr
.OUZAOUIT 28
PROTOCOLE FRAME RELAY
Mr
.OUZAOUIT 29
2.CONFIGURATION DE FRAME RELAY
1.Frame Relay de base
Mr
.OUZAOUIT 30
Étape 1.Définition de l’adresse IPsur l’interface
Étape 2.Configuration de l’encapsulation
encapsulation frame-relay [cisco |ietf] :
o Mode de configuration d’interface.
o Précise l’encapsulation des trames pour l’interface courante.
oLe paramètre cisco est la valeur par défaut,et est à utiliser si on est
raccordée à un autre équipement Cisco.
oLe paramètre ietf est utile pour se connecter à un dispositif non
Cisco.
Mr
.OUZAOUIT 31
Étape 4.Définition du type de LMI (facultatif)
• frame-relay lmi-type {ansi |cisco |q933a} :
o Mode de configuration d’interface.
o La valeur cisco est par défaut.
o Cette commande est àutiliser uniquement pour une version d’IOS
ancienne car
,avec les versions 11.2 et ultérieure, le type de LMI est
détecté automatiquement.
Mr
.OUZAOUIT 32
Étape 3.Définition de la bande passante
• bandwidth {bp} :
o Mode de configuration d’interface.
oPermet de spécifier la bande passante de la liaison sur un ETTD en Kbits/s,
àtitre d’information (Pour un protocole de routage).
Mr
.OUZAOUIT 33
2.Configuration des mappages statiques Frame Relay
• frame-relay map {protocole} {adresse} {dlci} [broadcast] :
o Mode de configuration d’interface.
o Permet de mapper localement une adresse de couche 3 distante avec le
DLCI local par lequel passer pour atteindre cette destination.
Mr
.OUZAOUIT 34
Remarque:Utilisation du mot clé « broadcast »
Les réseaux Frame Relay
, ATM et X.25 sont des réseaux à accès multiple
sans diffusion (NBMA, pour « non-broadcast multiple access » en anglais).
Les réseaux NBMA ne permettent le transfert de données que d’un
ordinateur à l’autre sur un circuit virtuel ou au travers d’un périphérique
de commutation. Les réseaux NBMA ne prennent pas en charge le trafic
de type diffusion ou multidiffusion. Un paquet ne peut donc pas atteindre
toutes les destinations. Cette restriction vous oblige à dupliquer les
paquets manuellement pour obtenir la diffusion.
Comme le NBMA ne prend pas en charge le trafic de diffusion, l’utilisation
du mot clé broadcast est une méthode simplifiée de transfert des mises à
jour du routage.
Mr
.OUZAOUIT 35
Mr
.OUZAOUIT 36
Mr
.OUZAOUIT 37
PROTOCOLE FRAME RELAY
Mr
.OUZAOUIT 38
3.CONCEPTS AV
ANCES DU PROTOCOLE
FRAME RELAY
1.Résolution desproblèmesd’accessibilité
Découpage d’horizon
Par défaut, un réseau Frame Relay fournit une connectivité de type NBMA
entre deux sites distants. Les nuages NBMA présentent généralement une
topologie en étoile appelée également « Hub and Spoke ».
Malheureusement, un routage élémentaire reposant sur le principe du
découpage d’horizon peut engendrer des problèmes d’accès sur un réseau
Frame Relay de type NBMA.
Mr
.OUZAOUIT 39
R1 est connecté à plusieurs circuits virtuels permanents par une même
interface physique. La règle de découpage d’horizon empêche donc R1 de
réacheminer les mises à jour du routage par la même interface physique vers
d’autres routeurs distants situés sur un rayon (R3).
Mr
.OUZAOUIT 40
Solutions:
Mr
.OUZAOUIT 41
•La désactivation du mécanisme de découpage d’horizon.T
outefois, seul le
protocole IP permet de désactiver le découpage d’horizon en plus il y a le
problème des boucles de routage.
•Utiliser une topologie à maillage global. En revanche, cette solution est
coûteuse car elle requiert un plus grand nombre de circuits virtuels
permanents.
• La meilleure solution consiste à utiliser des sous-interfaces.
Sous-interfaces Frame Relay
Une sous-interface est tout simplement une interface logique
directement associée à une interface physique. Il est donc possible de
configurer une sous-interface Frame Relay pour chaque circuit virtuel
permanent connecté à une interface physique série.
Les paquets reçus sur une interface physique peuvent alors être
réacheminés sur cette même interface, car ils passent par des circuits
virtuels connectés à des sous-interfaces différentes.
Mr
.OUZAOUIT 42
 Les sous-interfaces Frame Relay peuvent être configurées en mode point
à point ou multipoint :
sous-interfaces point-à-point
• Une sous-interface par PVC.
• Une attribution statique de DLCI par sous-interface.
• Chaque connexion point-à-point est son propre sous-réseau.
• Chaque interface possède un seul DLCI.
•Split horizon ne fonctionne pas comme on voudrait qu’il fonctionne
dans le principe, car il ne connaît pas le principe de sous-interface, ce
qui veut dire que les mises à jour de routage ne seront pas propagées
vers les autres sous-interfaces.
Mr
.OUZAOUIT 43
sous-interfaces multipoints
Mr
.OUZAOUIT 44
y a de PVC
• Une seule sous-interface pour établir plusieurs PVC.
•Autant d’attributions statiques de DLCI qu’il
(Destinataires).
• T
outes les interfaces font partie du même sous-réseau.
• Chaque interface possède son DLCI local.
• Split horizon fonctionne avec ce type de sous-interface.
2.Paiement de Frame Relay
Mr
.OUZAOUIT 45
Avant de considérer le mode de paiement des services Frame Relay
,il
convient cependant de connaître certains termes essentiels:
•Débit d’accès ou vitesse du port: est le débit auquel les circuits
accèdent au réseau Frame Relay
. Ces débits sont généralement de 56 Kbits/s,
de 1,536 Mbits/s (T1) ou d’un multiple de 56 Kbits/s ou 64 Kbits/s (T1
fractionnée). Les vitesses des ports sont cadencées sur le commutateur Frame
Relay
.
•Débit de données garanti (CIR ou Committed Information
Rate) : les clients négocient ce débit avec leurs fournisseurs de services
pour chaque circuit virtuel permanent. Le CIR est la quantité de données
que le réseau reçoit du circuit d’accès. Le fournisseur de services garantit
que le client peut envoyer des données au débit garanti. Toutes les trames
reçues à un débit égal ou inférieur au CIR sont acceptées.
 le client paie les trois éléments de coût Frame Relay suivants :
• Débit d’accès ou vitesse du port
• Circuit virtuel permanent
• Débit de données garanti (CIR)
Mr
.OUZAOUIT 46
Rafales
Mr
.OUZAOUIT 47
Comme les circuits physiques du réseau Frame Relay sont partagés entre
les abonnés, il arrive souvent qu’un surplus de bande passante soit
disponible. Frame Relay permet à des clients d’accéder de manière
dynamique à cette bande passante supplémentaire et d’envoyer gratuitement
des « rafales » de données supérieures à leur CIR.
La transmission en rafale permet à des périphériques d’emprunter, sans
frais supplémentaire, de la bande passante à d’autres qui n’en ont pas
besoin temporairement.
Différents termes sont utilisés pour décrire les débits de rafale, comme
le débit garanti en rafale (CBIR ou Committed Burst Information Rate)
et le débit garanti en excès (Be ou Excess Burst).
•BE : est utilisé pour décrire la bande passante disponible au-dessus du
CBIR jusqu’au débit d’accès de la liaison. Des trames peuvent être
transmises à ce débit, mais elles sont particulièrement susceptibles d’être
abandonnées.
Mr
.OUZAOUIT 48
•Le CBIR : est un débit négocié en plus du CIR que le client peut utiliser
pour transmettre de courtes rafales. Il permet d’augmenter le débit du trafic
lorsque la bande passante du réseau le permet. En revanche, il ne permet pas
de dépasser la vitesse du port de la liaison.
Les trames transmises à ce débit sont identifiées par le bit d’éligibilité à
la suppression (DE ou Discard Eligible) dans l’en-tête de trame,ce qui
indique qu’elles peuvent être abandonnées en cas d’encombrement ou de
bande passante insuffisante du réseau.
Mr
.OUZAOUIT 49
Mr
.OUZAOUIT 50
3.Contrôle de flux Frame Relay
Mr
.OUZAOUIT 51
Frame Relay réduit la charge de contrôle du réseau par la mise en
œuvre de mécanismes de notification d’encombrement simples plutôt
qu’un contrôle de flux explicite par circuit virtuel. Ces mécanismes de
notification d’encombrement sont:
•FECN (Notification explicite de congestion au destinataire) :
Bit défini dans une trame qui signale à l’unité réceptrice de lancer des
procédures de prévention de congestion.
•BECN (Notification explicite de congestion à la source) : Idem
mais pour l’unité source. Un routeur recevant cette notification réduira
le débit de transmission de 25%.
Mr
.OUZAOUIT 52
Mr
.OUZAOUIT 53
Mr
.OUZAOUIT 54
PROTOCOLE FRAME RELAY
Mr
.OUZAOUIT 55
4.CONFIGURATION AV
ANCÉE DU FRAME
RELAY
1.Configuration des sous-interfaces Frame Relay
Mr
.OUZAOUIT 56
• interface serial {numéro.sous-numéro} {multipoint |point-to-point} :
o Mode de configuration globale.
o Permet de passer dans le mode de configuration de la sous-interface
souhaitée.
oLe paramètre multipoint ou point-to-point définit le type de sous-interface
utilisée.
o Il faut utiliser multipoint si on veut que le routeur envoie les broadcast et les
mises à jour de routage qu’il reçoit.
• frame-relay interface-dlci {dlci} :
o Mode de configuration de sous-interface.
o Affecte un DLCI pour la sous-interface courante.
Mr
.OUZAOUIT 57
2.Vérification du fonctionnement Frame Relay
le type de LMI ;
le DLCI de la LMI ;
le type d’ETTD/DCE Frame Relay
.
Mr
.OUZAOUIT 58
Mr
.OUZAOUIT 59
Mr
.OUZAOUIT 60
• frame-relay inverse-arp {protocole} {dlci} :
o Mode de configuration d’interface.
oActive larésolution d’adresse inverse pour le protocole de couche 3
indiqué en paramètre.
o Cette résolution est active par défaut.
Utilisez la commande show frame-relay map pour afficher les entrées de
mappage actuelles,ainsi que des informations sur les connexions.
Mr
.OUZAOUIT 61
Pour supprimer les mappages Frame Relay créés de façon dynamique à
l’aide de la résolution d’adresse inverse,utilisez la commande
clear frame-relay-inarp.
Mr
.OUZAOUIT 62
3.Dépannage de configuration Frame Relay
Utilisez la commande debug frame-relay lmi pour déterminer si le
routeur et le commutateur Frame Relay envoient et reçoivent correctement
les paquets LMI.
Mr
.OUZAOUIT 63
Lorsqu’une ARP inverse est demandée, le routeur met à jour sa table de
mappage en utilisant trois états de connexion LMI possibles. Ces états sont :
« active »,« inactive » et « deleted ».
•L’état « ACTIVE » indique un circuit qui fonctionne de bout en bout (de
ETTD à ETTD).
•L’état « INACTIVE » indique une connexion au commutateur (ETTD ou
DCE) sans qu’un ETTD ait été détecté à l’autre extrémité du circuit virtuel
permanent. Cette situation peut se produire en cas de configuration
résiduelle ou incorrecte sur le commutateur
.
•L’état « DELETED » indique que l’ETTD est configuré pour un DLCI que le
commutateur ne reconnaît pas comme valide pour cette interface.
Mr
.OUZAOUIT 64

Contenu connexe

Tendances

LTE Presentation [French]
LTE Presentation [French] LTE Presentation [French]
LTE Presentation [French] Assia Mounir
 
IoT Toulouse : introduction à mqtt
IoT Toulouse : introduction à mqttIoT Toulouse : introduction à mqtt
IoT Toulouse : introduction à mqttJulien Vermillard
 
Securite informatique
Securite informatiqueSecurite informatique
Securite informatiqueSouhaib El
 
Td gsm iit
Td gsm iitTd gsm iit
Td gsm iitTECOS
 
chap6 supports_de_transmissiom
chap6 supports_de_transmissiomchap6 supports_de_transmissiom
chap6 supports_de_transmissiomBAKKOURY Jamila
 
Présentation etherchannel
Présentation etherchannelPrésentation etherchannel
Présentation etherchannelLechoco Kado
 
Mise en place d’un système de détection
Mise en place d’un système de détectionMise en place d’un système de détection
Mise en place d’un système de détectionManassé Achim kpaya
 
mémoire de projet de fin d'études
mémoire de projet de fin d'études mémoire de projet de fin d'études
mémoire de projet de fin d'études MortadhaBouallagui
 
Metasploit et Metasploitable2 : exploiter VSFTPD v2.3.4
Metasploit et Metasploitable2 : exploiter VSFTPD v2.3.4 Metasploit et Metasploitable2 : exploiter VSFTPD v2.3.4
Metasploit et Metasploitable2 : exploiter VSFTPD v2.3.4 Khalid EDAIG
 
Architecture d'un réseau GSM 2G (Téléphonie Mobile)
Architecture d'un réseau GSM 2G (Téléphonie Mobile)Architecture d'un réseau GSM 2G (Téléphonie Mobile)
Architecture d'un réseau GSM 2G (Téléphonie Mobile)Assia Mounir
 
Cours réseaux chap3et4
Cours réseaux chap3et4Cours réseaux chap3et4
Cours réseaux chap3et4Amel Morchdi
 
Mise en place d'un vpn site à site avec pfsense
Mise en place d'un vpn site à site avec pfsenseMise en place d'un vpn site à site avec pfsense
Mise en place d'un vpn site à site avec pfsensePape Moussa SONKO
 
Architecture voip (1)
Architecture voip (1)Architecture voip (1)
Architecture voip (1)kenane toufik
 
Introduction aux réseaux locaux
 Introduction aux réseaux locaux Introduction aux réseaux locaux
Introduction aux réseaux locauxInes Kechiche
 
RADIUS ET TACACS+.pptx
RADIUS ET TACACS+.pptxRADIUS ET TACACS+.pptx
RADIUS ET TACACS+.pptxZokomElie
 

Tendances (20)

LTE Presentation [French]
LTE Presentation [French] LTE Presentation [French]
LTE Presentation [French]
 
IoT Toulouse : introduction à mqtt
IoT Toulouse : introduction à mqttIoT Toulouse : introduction à mqtt
IoT Toulouse : introduction à mqtt
 
Securite informatique
Securite informatiqueSecurite informatique
Securite informatique
 
CCNA.pptx
CCNA.pptxCCNA.pptx
CCNA.pptx
 
Td gsm iit
Td gsm iitTd gsm iit
Td gsm iit
 
chap6 supports_de_transmissiom
chap6 supports_de_transmissiomchap6 supports_de_transmissiom
chap6 supports_de_transmissiom
 
Présentation etherchannel
Présentation etherchannelPrésentation etherchannel
Présentation etherchannel
 
Mise en place d’un système de détection
Mise en place d’un système de détectionMise en place d’un système de détection
Mise en place d’un système de détection
 
mémoire de projet de fin d'études
mémoire de projet de fin d'études mémoire de projet de fin d'études
mémoire de projet de fin d'études
 
Metasploit et Metasploitable2 : exploiter VSFTPD v2.3.4
Metasploit et Metasploitable2 : exploiter VSFTPD v2.3.4 Metasploit et Metasploitable2 : exploiter VSFTPD v2.3.4
Metasploit et Metasploitable2 : exploiter VSFTPD v2.3.4
 
Routage statique
Routage statiqueRoutage statique
Routage statique
 
Architecture d'un réseau GSM 2G (Téléphonie Mobile)
Architecture d'un réseau GSM 2G (Téléphonie Mobile)Architecture d'un réseau GSM 2G (Téléphonie Mobile)
Architecture d'un réseau GSM 2G (Téléphonie Mobile)
 
Les Vpn
Les VpnLes Vpn
Les Vpn
 
Cours réseaux chap3et4
Cours réseaux chap3et4Cours réseaux chap3et4
Cours réseaux chap3et4
 
Mise en place d'un vpn site à site avec pfsense
Mise en place d'un vpn site à site avec pfsenseMise en place d'un vpn site à site avec pfsense
Mise en place d'un vpn site à site avec pfsense
 
Architecture voip (1)
Architecture voip (1)Architecture voip (1)
Architecture voip (1)
 
Introduction aux réseaux locaux
 Introduction aux réseaux locaux Introduction aux réseaux locaux
Introduction aux réseaux locaux
 
RADIUS ET TACACS+.pptx
RADIUS ET TACACS+.pptxRADIUS ET TACACS+.pptx
RADIUS ET TACACS+.pptx
 
Linux Network Stack
Linux Network StackLinux Network Stack
Linux Network Stack
 
Dpdk performance
Dpdk performanceDpdk performance
Dpdk performance
 

Similaire à 204081791-Protocole-Frame-Relay.pptx

un pdf bien detaillé a propos du frame relay
un pdf bien detaillé a propos du frame relayun pdf bien detaillé a propos du frame relay
un pdf bien detaillé a propos du frame relayOthmane88
 
ccna 4 frame relay exposée.docx
ccna 4 frame relay exposée.docxccna 4 frame relay exposée.docx
ccna 4 frame relay exposée.docxAlexLissom
 
Introduction_Reseau.ppt
Introduction_Reseau.pptIntroduction_Reseau.ppt
Introduction_Reseau.pptAmalHadri2
 
Routage dans les réseaux ad hoc
Routage dans les réseaux ad hocRoutage dans les réseaux ad hoc
Routage dans les réseaux ad hochamouze
 
1254851542chap1 interconnexion routage
1254851542chap1 interconnexion routage1254851542chap1 interconnexion routage
1254851542chap1 interconnexion routageSimo Qb
 
عرض تقديمي1.pptx
عرض تقديمي1.pptxعرض تقديمي1.pptx
عرض تقديمي1.pptxChamsAissaoui
 
administration réseaux.pdf
administration réseaux.pdfadministration réseaux.pdf
administration réseaux.pdfharizi riadh
 
SDH technology
SDH technologySDH technology
SDH technologymarwan23
 
Reseau Ad hoc - Bachar Haydar
Reseau Ad hoc - Bachar HaydarReseau Ad hoc - Bachar Haydar
Reseau Ad hoc - Bachar HaydarBashar Haidar
 
res_mobiles_ch4.pdf
res_mobiles_ch4.pdfres_mobiles_ch4.pdf
res_mobiles_ch4.pdfkohay75604
 

Similaire à 204081791-Protocole-Frame-Relay.pptx (20)

un pdf bien detaillé a propos du frame relay
un pdf bien detaillé a propos du frame relayun pdf bien detaillé a propos du frame relay
un pdf bien detaillé a propos du frame relay
 
ccna 4 frame relay exposée.docx
ccna 4 frame relay exposée.docxccna 4 frame relay exposée.docx
ccna 4 frame relay exposée.docx
 
Examen1
Examen1Examen1
Examen1
 
Cours reseaux lan
Cours reseaux lanCours reseaux lan
Cours reseaux lan
 
chapitre1.ppt
chapitre1.pptchapitre1.ppt
chapitre1.ppt
 
Chap5 wan
Chap5 wanChap5 wan
Chap5 wan
 
Media
MediaMedia
Media
 
Introduction_Reseau.ppt
Introduction_Reseau.pptIntroduction_Reseau.ppt
Introduction_Reseau.ppt
 
Routage dans les réseaux ad hoc
Routage dans les réseaux ad hocRoutage dans les réseaux ad hoc
Routage dans les réseaux ad hoc
 
1254851542chap1 interconnexion routage
1254851542chap1 interconnexion routage1254851542chap1 interconnexion routage
1254851542chap1 interconnexion routage
 
Général réseau typologie et architecture
Général réseau typologie et architecture Général réseau typologie et architecture
Général réseau typologie et architecture
 
عرض تقديمي1.pptx
عرض تقديمي1.pptxعرض تقديمي1.pptx
عرض تقديمي1.pptx
 
assiter AR.pdf
assiter AR.pdfassiter AR.pdf
assiter AR.pdf
 
administration réseaux.pdf
administration réseaux.pdfadministration réseaux.pdf
administration réseaux.pdf
 
SDH technology
SDH technologySDH technology
SDH technology
 
SDH
SDHSDH
SDH
 
Reseau Ad hoc - Bachar Haydar
Reseau Ad hoc - Bachar HaydarReseau Ad hoc - Bachar Haydar
Reseau Ad hoc - Bachar Haydar
 
Smi5 cours partie2
Smi5 cours partie2Smi5 cours partie2
Smi5 cours partie2
 
res_mobiles_ch4.pdf
res_mobiles_ch4.pdfres_mobiles_ch4.pdf
res_mobiles_ch4.pdf
 
Le protocole stp
Le protocole stpLe protocole stp
Le protocole stp
 

204081791-Protocole-Frame-Relay.pptx

  • 1. PROTOCOLE FRAME RELAY Mr .OUZAOUIT 1 1.CONCEPTS FONDAMENT AUX DU PROTOCOLE FRAME RELAY
  • 2. 1.Présentation de Frame Relay Mr .OUZAOUIT 2 Frame Relay est devenu le protocole de réseau étendu le plus utilisé au monde. Son succès dans les grandes entreprises, les gouvernements, les FAI et les petites entreprises est essentiellement dû à son prix abordable et à sa flexibilité. Frame Relay permet de réduire le coût des réseaux par un niveau de complexité moins élevé, par des exigences en équipement plus faibles et par une mise en œuvre plus simple. En outre, sa bande passante, sa fiabilité et sa résilience sont bien meilleures que celles des lignes privées ou louées.  Le Relais de trames ou Frame Relay est défini pour la seule transmission de données.  Solution intermédiaire entreATM et X.25
  • 3.  La technologie Frame Relay dispose des caractéristiques suivantes : • Destinée pour des équipements numériques haut de gamme et à haut débit. • Fonctionne au niveau des couches 1 et 2 du modèle OSI. • Utilise des circuits virtuels dans un environnement commuté. •Technologie à commutation de paquets,et à accès multiples. • L’ETTD et l’ETCD sont respectivement généralement le routeur client et le commutateur de l’opérateur. • Remplace des réseaux point-à-point, trop coûteux. • Se base sur l’encapsulation HDLC. •Utilise le multiplexage pour partager labande passante totale du nuage Frame Relay .  Cette technologie comporte quelques inconvénients,dont : • Capacité de vérification des erreurs et fiabilité minime (laissées aux protocoles de couches supérieures). •Affecte le fonctionnement de certains aspects (Split Horizon, broadcasts, etc.). •Ne diffuse pas les broadcasts. Pour en effectuer ,il faut envoyer un paquet à chaque destination du réseau. Mr .OUZAOUIT 3
  • 6. 2.Circuits virtuels Mr .OUZAOUIT 6 Le terme circuit virtuel désigne la connexion entre deux ETTD par un réseau Frame Relay . De tels circuits sont virtuels du fait qu’il n’existe aucune liaison électrique directe entre leurs extrémités. La connexion est dite logique et les données circulent d’une extrémité à l’autre sans circuit électrique les reliant directement. Grâce aux circuits virtuels, Frame Relay partage la bande passante entre plusieurs utilisateurs. Les circuits virtuels peuvent s’établir de deux manières : • les circuits virtuels commutés (SVC) sont établis de façon dynamique par l’envoi de messages de signalisation au réseau. •les circuits virtuels permanents (PVC) sont préconfigurés par l’opérateur. Notez que dans certaines publications, les circuits virtuels permanents sont appelés circuits virtuels privés.
  • 7. La figure représente un circuit virtuel entre un nœud émetteur et un nœud récepteur . Ce circuit suit le chemin A, B, C et D. Frame Relay crée un circuit virtuel en établissant la correspondance entre ports d’entrée et ports de sortie dans la mémoire de chaque commutateur . Les commutateurs sont ainsi reliés les uns aux autres jusqu’à ce qu’ils forment un chemin continu d’une extrémité à l’autre du circuit. Mr .OUZAOUIT 7
  • 8. Les circuits virtuels permettent une communication bidirectionnelle entre les équipements. Les circuits virtuels sont identifiés par des indicateurs de connexion de liaison de données DLCI (Data Link Connection Identifier ). Ces indicateurs DLCI sont généralement attribués par le fournisseur de services Frame Relay (par exemple, la compagnie de téléphone). Les DLCI Frame Relay ont une signification locale. En d’autres termes, ces valeurs ne sont pas uniques dans le réseau étendu Frame Relay . Mr .OUZAOUIT 8
  • 9. Dans cet exemple, la trame utilise l’adresse DLCI 102. Elle quitte le routeur (R1) par le port 0 et le circuit virtuel 102. Au commutateur A, elle quitte le port 1 par le circuit virtuel 432. Ce processus de mappage des ports se poursuit dans le réseau jusqu’à ce que la trame arrive à destination à l’adresse DLCI 201, comme indiqué dans la figure. Le DLCI est stocké dans le champ d’adresse de chaque trame transmise. Mr .OUZAOUIT 9
  • 10. Circuits virtuels multiples Mr .OUZAOUIT 10 •Le réseau Frame Relay est statistiquement multiplexé. En d’autres termes, il ne transmet qu’une trame à la fois, mais un grand nombre de connexions logiques peuvent coexister sur une même ligne physique. •Les différents circuits virtuels d’une même ligne physique sont distincts du fait qu’ils sont identifiés par leur propre DLCI.
  • 11. 3.Encapsulation Frame Relay La trame Frame Relay est un sous-ensemble du type de trame HDLC. Le routeur CPE encapsule chaque paquet de couche 3 dans un en-tête et une queue de bande Frame Relay avant de l’envoyer dans le circuit virtuel. En particulier , l’en-tête Frame Relay (champ d’adresse) contient ce qui suit : Mr .OUZAOUIT 11
  • 12. •DLCI : les 10 bits du DLCI constituent l’essentiel de l’en-tête Frame Relay . Cette valeur représente la connexion virtuelle entre l’équipement ETTD et le commutateur . •Adresse étendue (EA) : si la valeur du champ EA est 1, l’octet courant est défini par le dernier octet du DLCI. •C/R :bit qui suit l’octet DLCI de poids fort dans le champ d’adresse.Le bit C/R n’est pas défini actuellement. •Contrôle d’encombrement : contient 3 bits qui contrôlent les mécanismes de notification d’encombrement de Frame Relay . Les bits FECN, BECN, et DE sont les trois derniers bits du champ d’adresse. Mr .OUZAOUIT 12
  • 13. 4.Topologie Frame Relay Topologie en étoile (Hub and Spoke) La topologie laplus simple d’un réseau étendu est la topologie en étoile, comme illustrée dans la figure. Mr .OUZAOUIT 13
  • 14. Topologie à maillage global Chaque extrémité est reliée par l’intermédiaire d’un PVC distinct vers chaque autre destination. Mr .OUZAOUIT 14
  • 15. Topologie à maillage partiel Mr .OUZAOUIT 15 •Dans le cas de grands réseaux, le maillage global est rarement abordable car le nombre de liaisons augmente de manière considérable. Il ne s’agit pas d’un problème de coût en matériel, mais bien de nombre de circuits virtuels dont la limite théorique est de 1000 par liaison. En pratique, la limite est inférieure à cette valeur théorique. •C’est pour cette raison que les grands réseaux ont généralement une topologie à maillage partiel. Dans le maillage partiel, le nombre d’interconnexions est plus élevé que dans une disposition en étoile, mais moins élevé que dans un maillage global. L’arrangement effectif dépend des besoins en flux de données.
  • 16. 5.Mappage des adresses Frame Relay Mr .OUZAOUIT 16 •Pour qu’un routeur Cisco puisse transmettre des données par le protocole Frame Relay , la correspondance entre le DLCI local et l’adresse de couche 3 de destination doit être connue. Ce mappage entre adresse et DLCI peut être réalisé de manière statique ou dynamique. •Avant de définir ces deux méthodes on définit un protocole appeléARP inverse qui est utilisé par le mappage dynamique: ARP inverse Le protocole de résolution d’adresse inverse (Inverse Address Resolution Protocol, ARP) obtient les adresses de couche 3 d’autres stations à partir des adresses de couche 2, comme le DLCI dans les réseaux Frame Relay . Ce protocole est principalement utilisé dans les réseaux Frame Relay et ATM, où les adresses de couche 2 des circuits virtuels sont parfois obtenues par la signalisation de couche 2.
  • 17. Mappage dynamique Le mappage d’adresse dynamique s’appuie sur l’ARP inverse pour résoudre l’adresse de protocole réseau du saut suivant en une valeur DLCI locale. Le routeur Frame Relay envoie des demandes d’ARP inverse sur son circuit virtuel permanent pour détecter l’adresse de protocole du périphérique distant connecté au réseau Frame Relay . Le routeur utilise les réponses obtenues pour compléter une table de mappage d’adresse en DLCI sur le routeur Frame Relay ou sur le serveur d’accès. Sur les routeurs Cisco, l’ARP inverse est activé par défaut pour tous les protocoles activés sur l’interface physique. Mr .OUZAOUIT 17
  • 18. Mappage Statique Mr .OUZAOUIT 18 L’utilisateur peut décider de remplacer le protocole de résolution inverse dynamique par un mappage manuel statique entre l’adresse de protocole du saut suivant et un DLCI local.  Utilisé dans des situations comme: •un routeur situé de l’autre côté d’un réseau Frame Relay , et qui ne prend pas en charge la résolution dynamique inverse pour un protocole réseau spécifique. •un réseau Frame Relay dans une topologie en étoile: Le protocole de résolution d’adresse inverse se base sur la présence d’une connexion directe point à point entre deux extrémités,une chose qui n’est pas établie ici. Pour associer une adresse de protocole de saut suivant à une adresse de destination DLCI, utilisez la commande : frame-relay map protocol adresse-protocole dlci [broadcast] [ietf] [cisco]. Utilisez le mot clé ietf si vous vous connectez à un routeur d’une marque autre que Cisco.
  • 20. Interface de supervision locale (LMI) La LMI est essentiellement un mécanisme de test d’activité qui fournit des informations sur les connexions Frame Relay entre le routeur (ETTD) et le commutateur Frame Relay (DCE). Environ toutes les 10 secondes, le périphérique final interroge le réseau pour obtenir soit une simple séquence de réponses, soit des informations sur l’état des canaux. •Si le réseau ne fournit pas les informations demandées, le périphérique utilisateur peut considérer que la connexion est coupée. •Si le réseau fournit une réponse à la demande, cette réponse comprend des informations d’état sur les DLCI attribués à la ligne en question. Le périphérique final peut utiliser ces informations pour déterminer si les connexions logiques sont capables de relayer les données. Mr .OUZAOUIT 20
  • 22. Extensions LMI Mr .OUZAOUIT 22 Il existe des extensions LMI,qui sont optionnelles : •Messagesd’état descircuitsvirtuels (Extensionuniverselle): Signalisation périodique sur les PVC (Nouveaux, supprimés, leur intégrité, etc.). •Diffusion multicast (Extension facultative) :Permet ladiffusion des messages de protocole de routage etARP ,qui doivent être normalement transmis à plusieurs destinataires.Cela utilise les DLCI 1019 à 1022. •Adressage global (Extension facultative) :Portée globale des DLCI au lieu d’être locale.Permet d’avoir un DLCI unique sur le réseau Frame Relay . •Contrôle de flux simple (Extension facultative) :Contrôle de flux de type XON/XOFF, destiné aux unités dont les couches supérieures ne peuvent pas utiliser les bits de notification de congestion, mais nécessitant un niveau de contrôle de flux.
  • 23. Identificateurs LMI Mr .OUZAOUIT 23 Le champ DLCI de 10 bits permet d’identifier 1024 circuits virtuels :de 0 à 1023. Il existe plusieurs types d’interfaces LMI, toutes mutuellement incompatibles. Le type de LMI configuré sur le routeur doit correspondre au type utilisé par le fournisseur de services. Trois types d’interfaces LMI sont pris en charge par les routeurs Cisco : •Cisco :extension LMI d’origine ; •Ansi (American National Standards Institute):correspondant à la norme ANSI T1.617 annexe D ; •q933a :correspondant à la norme ITU Q933 annexeA. Depuis la version 11.2 du logiciel Cisco IOS, la fonction de détection de LMI par défaut détecte le type de LMI pris en charge par le commutateur Frame Relay directement connecté. Si vous devez définir le type de LMI, utilisez la commande de configuration d’interface frame-relay lmi-type [cisco |ansi |q933a].Le fait de configurer le type d’interface LMI désactive la fonction de détection automatique.
  • 25. Format des trames LMI Mr .OUZAOUIT 25
  • 26. • DLCI LMI :DLCI pour les messages LMI.Il est fixé à 1023. •Indicateur de protocole : Défini sur une valeur précisant l’interface LMI. • Type de message :Deux types ont été définis,qui permettent de vérifier l’intégrité des liaisons logiques et physiques. oMessage d’état : Emis en réponse à un message de demande d’état. Message de veille ou message d’état sur chaque DLCI défini pour la liaison. o Message de demande d’état. •Éléments d’information (IE) : Contient un ou plusieurs éléments d’information d’1 octet chacun, et un ou plusieurs octets de données. Mr .OUZAOUIT 26
  • 27. Utilisation de l’interface LMI et de l’ARP inverse pour le mappage des adresses • lorsque R1 se connecte au réseau Frame Relay , il envoie un message de requête d’état LMI au réseau. •Le réseau répond par un message d’état LMI contenant des informations sur chaque circuit virtuel configuré sur la liaison d’accès. • Le routeur répète régulièrement cette requête. Mr .OUZAOUIT 27
  • 28. • Il envoie un message d’ARP inverse sur chaque circuit virtuel. •La réponse d’ARP inverse permet au routeur d’inscrire les entrées nécessaires dans sa table de mappage entre adresses et identificateurs DLCI. Mr .OUZAOUIT 28
  • 29. PROTOCOLE FRAME RELAY Mr .OUZAOUIT 29 2.CONFIGURATION DE FRAME RELAY
  • 30. 1.Frame Relay de base Mr .OUZAOUIT 30
  • 31. Étape 1.Définition de l’adresse IPsur l’interface Étape 2.Configuration de l’encapsulation encapsulation frame-relay [cisco |ietf] : o Mode de configuration d’interface. o Précise l’encapsulation des trames pour l’interface courante. oLe paramètre cisco est la valeur par défaut,et est à utiliser si on est raccordée à un autre équipement Cisco. oLe paramètre ietf est utile pour se connecter à un dispositif non Cisco. Mr .OUZAOUIT 31
  • 32. Étape 4.Définition du type de LMI (facultatif) • frame-relay lmi-type {ansi |cisco |q933a} : o Mode de configuration d’interface. o La valeur cisco est par défaut. o Cette commande est àutiliser uniquement pour une version d’IOS ancienne car ,avec les versions 11.2 et ultérieure, le type de LMI est détecté automatiquement. Mr .OUZAOUIT 32 Étape 3.Définition de la bande passante • bandwidth {bp} : o Mode de configuration d’interface. oPermet de spécifier la bande passante de la liaison sur un ETTD en Kbits/s, àtitre d’information (Pour un protocole de routage).
  • 34. 2.Configuration des mappages statiques Frame Relay • frame-relay map {protocole} {adresse} {dlci} [broadcast] : o Mode de configuration d’interface. o Permet de mapper localement une adresse de couche 3 distante avec le DLCI local par lequel passer pour atteindre cette destination. Mr .OUZAOUIT 34
  • 35. Remarque:Utilisation du mot clé « broadcast » Les réseaux Frame Relay , ATM et X.25 sont des réseaux à accès multiple sans diffusion (NBMA, pour « non-broadcast multiple access » en anglais). Les réseaux NBMA ne permettent le transfert de données que d’un ordinateur à l’autre sur un circuit virtuel ou au travers d’un périphérique de commutation. Les réseaux NBMA ne prennent pas en charge le trafic de type diffusion ou multidiffusion. Un paquet ne peut donc pas atteindre toutes les destinations. Cette restriction vous oblige à dupliquer les paquets manuellement pour obtenir la diffusion. Comme le NBMA ne prend pas en charge le trafic de diffusion, l’utilisation du mot clé broadcast est une méthode simplifiée de transfert des mises à jour du routage. Mr .OUZAOUIT 35
  • 38. PROTOCOLE FRAME RELAY Mr .OUZAOUIT 38 3.CONCEPTS AV ANCES DU PROTOCOLE FRAME RELAY
  • 39. 1.Résolution desproblèmesd’accessibilité Découpage d’horizon Par défaut, un réseau Frame Relay fournit une connectivité de type NBMA entre deux sites distants. Les nuages NBMA présentent généralement une topologie en étoile appelée également « Hub and Spoke ». Malheureusement, un routage élémentaire reposant sur le principe du découpage d’horizon peut engendrer des problèmes d’accès sur un réseau Frame Relay de type NBMA. Mr .OUZAOUIT 39
  • 40. R1 est connecté à plusieurs circuits virtuels permanents par une même interface physique. La règle de découpage d’horizon empêche donc R1 de réacheminer les mises à jour du routage par la même interface physique vers d’autres routeurs distants situés sur un rayon (R3). Mr .OUZAOUIT 40
  • 41. Solutions: Mr .OUZAOUIT 41 •La désactivation du mécanisme de découpage d’horizon.T outefois, seul le protocole IP permet de désactiver le découpage d’horizon en plus il y a le problème des boucles de routage. •Utiliser une topologie à maillage global. En revanche, cette solution est coûteuse car elle requiert un plus grand nombre de circuits virtuels permanents. • La meilleure solution consiste à utiliser des sous-interfaces.
  • 42. Sous-interfaces Frame Relay Une sous-interface est tout simplement une interface logique directement associée à une interface physique. Il est donc possible de configurer une sous-interface Frame Relay pour chaque circuit virtuel permanent connecté à une interface physique série. Les paquets reçus sur une interface physique peuvent alors être réacheminés sur cette même interface, car ils passent par des circuits virtuels connectés à des sous-interfaces différentes. Mr .OUZAOUIT 42
  • 43.  Les sous-interfaces Frame Relay peuvent être configurées en mode point à point ou multipoint : sous-interfaces point-à-point • Une sous-interface par PVC. • Une attribution statique de DLCI par sous-interface. • Chaque connexion point-à-point est son propre sous-réseau. • Chaque interface possède un seul DLCI. •Split horizon ne fonctionne pas comme on voudrait qu’il fonctionne dans le principe, car il ne connaît pas le principe de sous-interface, ce qui veut dire que les mises à jour de routage ne seront pas propagées vers les autres sous-interfaces. Mr .OUZAOUIT 43
  • 44. sous-interfaces multipoints Mr .OUZAOUIT 44 y a de PVC • Une seule sous-interface pour établir plusieurs PVC. •Autant d’attributions statiques de DLCI qu’il (Destinataires). • T outes les interfaces font partie du même sous-réseau. • Chaque interface possède son DLCI local. • Split horizon fonctionne avec ce type de sous-interface.
  • 45. 2.Paiement de Frame Relay Mr .OUZAOUIT 45 Avant de considérer le mode de paiement des services Frame Relay ,il convient cependant de connaître certains termes essentiels: •Débit d’accès ou vitesse du port: est le débit auquel les circuits accèdent au réseau Frame Relay . Ces débits sont généralement de 56 Kbits/s, de 1,536 Mbits/s (T1) ou d’un multiple de 56 Kbits/s ou 64 Kbits/s (T1 fractionnée). Les vitesses des ports sont cadencées sur le commutateur Frame Relay . •Débit de données garanti (CIR ou Committed Information Rate) : les clients négocient ce débit avec leurs fournisseurs de services pour chaque circuit virtuel permanent. Le CIR est la quantité de données que le réseau reçoit du circuit d’accès. Le fournisseur de services garantit que le client peut envoyer des données au débit garanti. Toutes les trames reçues à un débit égal ou inférieur au CIR sont acceptées.
  • 46.  le client paie les trois éléments de coût Frame Relay suivants : • Débit d’accès ou vitesse du port • Circuit virtuel permanent • Débit de données garanti (CIR) Mr .OUZAOUIT 46
  • 47. Rafales Mr .OUZAOUIT 47 Comme les circuits physiques du réseau Frame Relay sont partagés entre les abonnés, il arrive souvent qu’un surplus de bande passante soit disponible. Frame Relay permet à des clients d’accéder de manière dynamique à cette bande passante supplémentaire et d’envoyer gratuitement des « rafales » de données supérieures à leur CIR. La transmission en rafale permet à des périphériques d’emprunter, sans frais supplémentaire, de la bande passante à d’autres qui n’en ont pas besoin temporairement. Différents termes sont utilisés pour décrire les débits de rafale, comme le débit garanti en rafale (CBIR ou Committed Burst Information Rate) et le débit garanti en excès (Be ou Excess Burst).
  • 48. •BE : est utilisé pour décrire la bande passante disponible au-dessus du CBIR jusqu’au débit d’accès de la liaison. Des trames peuvent être transmises à ce débit, mais elles sont particulièrement susceptibles d’être abandonnées. Mr .OUZAOUIT 48 •Le CBIR : est un débit négocié en plus du CIR que le client peut utiliser pour transmettre de courtes rafales. Il permet d’augmenter le débit du trafic lorsque la bande passante du réseau le permet. En revanche, il ne permet pas de dépasser la vitesse du port de la liaison. Les trames transmises à ce débit sont identifiées par le bit d’éligibilité à la suppression (DE ou Discard Eligible) dans l’en-tête de trame,ce qui indique qu’elles peuvent être abandonnées en cas d’encombrement ou de bande passante insuffisante du réseau.
  • 51. 3.Contrôle de flux Frame Relay Mr .OUZAOUIT 51 Frame Relay réduit la charge de contrôle du réseau par la mise en œuvre de mécanismes de notification d’encombrement simples plutôt qu’un contrôle de flux explicite par circuit virtuel. Ces mécanismes de notification d’encombrement sont: •FECN (Notification explicite de congestion au destinataire) : Bit défini dans une trame qui signale à l’unité réceptrice de lancer des procédures de prévention de congestion. •BECN (Notification explicite de congestion à la source) : Idem mais pour l’unité source. Un routeur recevant cette notification réduira le débit de transmission de 25%.
  • 55. PROTOCOLE FRAME RELAY Mr .OUZAOUIT 55 4.CONFIGURATION AV ANCÉE DU FRAME RELAY
  • 56. 1.Configuration des sous-interfaces Frame Relay Mr .OUZAOUIT 56 • interface serial {numéro.sous-numéro} {multipoint |point-to-point} : o Mode de configuration globale. o Permet de passer dans le mode de configuration de la sous-interface souhaitée. oLe paramètre multipoint ou point-to-point définit le type de sous-interface utilisée. o Il faut utiliser multipoint si on veut que le routeur envoie les broadcast et les mises à jour de routage qu’il reçoit. • frame-relay interface-dlci {dlci} : o Mode de configuration de sous-interface. o Affecte un DLCI pour la sous-interface courante.
  • 58. 2.Vérification du fonctionnement Frame Relay le type de LMI ; le DLCI de la LMI ; le type d’ETTD/DCE Frame Relay . Mr .OUZAOUIT 58
  • 61. • frame-relay inverse-arp {protocole} {dlci} : o Mode de configuration d’interface. oActive larésolution d’adresse inverse pour le protocole de couche 3 indiqué en paramètre. o Cette résolution est active par défaut. Utilisez la commande show frame-relay map pour afficher les entrées de mappage actuelles,ainsi que des informations sur les connexions. Mr .OUZAOUIT 61
  • 62. Pour supprimer les mappages Frame Relay créés de façon dynamique à l’aide de la résolution d’adresse inverse,utilisez la commande clear frame-relay-inarp. Mr .OUZAOUIT 62
  • 63. 3.Dépannage de configuration Frame Relay Utilisez la commande debug frame-relay lmi pour déterminer si le routeur et le commutateur Frame Relay envoient et reçoivent correctement les paquets LMI. Mr .OUZAOUIT 63
  • 64. Lorsqu’une ARP inverse est demandée, le routeur met à jour sa table de mappage en utilisant trois états de connexion LMI possibles. Ces états sont : « active »,« inactive » et « deleted ». •L’état « ACTIVE » indique un circuit qui fonctionne de bout en bout (de ETTD à ETTD). •L’état « INACTIVE » indique une connexion au commutateur (ETTD ou DCE) sans qu’un ETTD ait été détecté à l’autre extrémité du circuit virtuel permanent. Cette situation peut se produire en cas de configuration résiduelle ou incorrecte sur le commutateur . •L’état « DELETED » indique que l’ETTD est configuré pour un DLCI que le commutateur ne reconnaît pas comme valide pour cette interface. Mr .OUZAOUIT 64