Régions, des économies sont possibles

5 782 vues

Publié le

Alors que tout le monde s’interroge sur
les surcoûts inévitables liés aux fusions et
à la nouvelle répartition des compétences,
la Fondation iFRAP montre qu’il n’y a
pas de fatalité et que de réelles marges de
manoeuvre existent. Grâce à cette étude, on
constate qu’il est possible d’économiser :
▪ 2,99 milliards d’euros sur les dépenses de
fonctionnement ;
▪ 4,08 milliards d’euros sur les dépenses
d’investissement ;
▪ 2 237 ETP sur 80 000 agents en réduisant le
niveau de l’absentéisme (voir page 24).

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 782
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3 838
Actions
Partages
0
Téléchargements
19
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Régions, des économies sont possibles

  1. 1. Octobre2015-Numérospécial-8 € L E M E N S U E L D E L A F O N D AT I O N i F R A P E n q u ê t e r p o u r r é f o r m e r N °  161 S O C I É T É C I V I L E
  2. 2. ❙ Introduction Régions : des économies sont possibles �������������������������������������������������� p. 3 ❙Carte de France des économies potentielles avec les nouvelles régions����������������������������������������������������������������� p. 5 ❙ Région Alsace – Champagne-Ardenne – Lorraine ���������������������������������������� p. 6 ❙ Région Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes ���������������������������������������� p. 8 ❙ Région Bretagne et région Centre ������������������������������������������������������������������������ p. 10 ❙ Dépenses d’investissement �������������������������������������������������������������������������������������� p. 12 ❙ Région Auvergne – Rhône-Alpes �������������������������������������������������������������������������� p. 14 ❙ Région Bourgogne – Franche-Comté ������������������������������������������������������������������ p. 16 ❙ Région Île-de-France ����������������������������������������������������������������������������������������������������� p. 18 ❙ Région Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées ����������������������������������������� p. 20 ❙ Région Nord-Pas-de-Calais – Picardie �������������������������������������������������������������� p. 22 ❙ Absentéisme dans les conseils régionaux ������������������������������������������������������ p. 24 ❙ Région Normandie ��������������������������������������������������������������������������������������������������������� p. 26 ❙ Région Pays de la Loire et région Provence-Alpes-Côte d’Azur ������ p. 28 ❙Conclusion ��������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������� p. 30 ❙ L’iFRAP et les médias – Passages médias en septembre 2015 �������� p. 31 Sommaire Société Civile n° 161  ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 2
  3. 3. Les 6 et 13 décembre prochains, les électeurs vont élire leurs nouveaux conseils régionaux dans les 13 régions métropolitaines1 , en Guadeloupe et à la Réunion. La Guyane et la Martinique éliront leur collectivité territoriale qui cumule les com- pétences exercées par les conseils généraux et régionaux. Initialement prévues en mars 2015, ces élections ont été repoussées en décembre pour permettre la mise en place de la nouvelle carte des régions (loi MAPTAM) et d’achever le processus législatif concernant la nouvelle carte de compétences2 entre les différents échelons institutionnels (régions, départements, intercommunalités, communes) grâce à la loi NOTRe3 . Régions : des économies sont possibles 1 671 conseillers régionaux sont à élire : Cette nouvelle étape de décentralisation pré- sentée comme un moment majeur par le gou- vernement s’est faite après de nombreux sou- bresauts : quel périmètre définitif pour les nouvelles régions ? Quelles régions appelées à fusionner ? Quelle nouvelle capitale régio- nale ? De plus, le gouvernement s’est engagé sur 10 milliards d’euros d’économies à terme sur l’organisation publique locale Tout cela dans un contexte tendu puisque le parti de la majorité craint une déroute électorale. À la veille des élections régionales l’enjeu est double : comment les régions vont-elles faire face à la baisse des dotations aux collec- tivités locales qui va se poursuivre dans un contexte de compétences renforcées suite à la loi NOTRe ? Comment construire, pour les régions qui fusionnent, un ensemble cohé- rent qui n’ajoute pas aux doublons de com- pétences, l’éparpillement des centres d’exé- cution ? C’est l’objectif de cette étude de la Fondation iFRAP que de donner à chacun les moyens d’évaluer où se situent les économies potentielles et de réfléchir à une autre orga- nisation de l’action publique. La méthodologie que nous avons employée est simple : pour chaque indicateur (dépense de fonctionnement, dépense d’investis- 1. En Corse, il s’agit de l’élection de l’Assemblée de Corse. 2. Loi du 27 janvier 2014 de moder- nisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métro- poles. 3. Loi du 7 août 2015 portant nou- velle organisa- tion territoriale de la Répu- blique. ▪ Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine : 169 ; ▪ Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes : 183 ; ▪ Auvergne et Rhône-Alpes : 204 ; ▪ Bourgogne et Franche-Comté : 100 ; ▪ Bretagne : 83 ; ▪ Centre : 77 ; ▪ Île-de-France : 209 ; ▪ Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées : 158 ; ▪ Nord-Pas-de-Calais et Picardie : 170 ; ▪ Basse-Normandie et Haute-Normandie : 102 ; ▪ Pays de la Loire : 93 ; ▪ Provence-Alpes-Côte d’Azur : 123. Étude réalisée par Pierre-Andréa Pineau et l’équipe de la Fondation iFRAP. 3 Société Civile n° 161  ❚ Octobre 2015
  4. 4. sement, dépense de personnel, d’équi- pement, etc.) nous avons pris à partir des indicateurs de la Direction générale des collectivités locales (DGCL, chiffres 2013) le chiffre de la région la plus performante (chiffre exprimé en euros/habitant). Puis nous avons appliqué ce chiffre à la popula- tion de chaque région pour analyser les éco- nomies potentielles et sommé ces chiffres dans le cadre des régions fusionnées4 . Les chiffres de l’absentéisme et des économies potentielles en postes d’agents équivalent temps-plein sont tirés de notre classement de l’absentéisme des conseils régionaux sur la base du dépouillement des bilans sociaux produits par les régions elles-mêmes. Alors que tout le monde s’interroge sur les surcoûts inévitables liés aux fusions et à la nouvelle répartition des compétences, la Fondation  iFRAP montre qu’il n’y a pas de fatalité et que de réelles marges de manœuvre existent. Grâce à cette étude, on constate qu’il est possible d’économiser : ▪ 2,99 milliards d’euros sur les dépenses de fonctionnement ; ▪ 4,08  milliards d’euros sur les dépenses d’investissement ; ▪ 2 237 ETP sur 80 000 agents en réduisant le niveau de l’absentéisme (voir page 24). Toutes les régions sont menacées par un taux d’endettement qui frise les 100 % et qui va peser sur la poursuite des politiques d’investissement. On ne peut que regretter pour l’ins- tant qu’aucune réflexion globale n’ait été menée sur la façon d’intégrer les équipes, de mutualiser certaines directions comme l’informatique ou les ressources humaines. Cela suppose de revoir l’organisation du temps de travail dans les régions, de reve- nir aux 35 heures effectives (1 607 heures annuelles). Il faut aussi être vigilant sur l’alignement des régimes indemnitaires sur le mieux-disant lorsque deux régions fusionnent. Cette générosité pourrait coûter 50 millions d’euros aux finances régionales. Ces fusions de régions devraient être avant tout une formidable occasion de rationali- ser l’organisation des services et de réduire les coûts. Pour ne prendre qu’un exemple sur lequel la Fondation iFRAP s’est penchée, on voit qu’un autre fonctionnement du transport ferroviaire est possible : en achetant leur bil- let, les voyageurs ne paient que 20 % du coût des trains express régionaux (TER). Pour équilibrer le budget de ces TER, les régions versent plus de 3 milliards d’euros par an à la SNCF. Les exemples étrangers et les offres des concurrents indiquent que l’ouverture à la concurrence réduirait le coût des TER de 30 %. Économie réalisable : un milliard d’euros par an. La fusion des régions ne suffira pas à en faire des régions plus puissantes face aux autres régions européennes, il faut aussi qu’elles renforcent leur compétitivité et leur attractivité. Les fusions ne doivent pas être des fusions de façade que pour main- tenir chacun des services dans son organi- sation actuelle, on ne touche à rien et que l’on chapeaute par une nouvelle direction. Dans ce cas on ne gagnerait pas en efficacité et cette nouvelle étape de la décentralisa- tion risquerait au final comme on l’a dit de coûter plus cher. On doit regretter aussi que la loi NOTRe n’ait pas fait des choix clairs dans les com- pétences des différents échelons. Cette loi publiée après un long parcours parlemen- taire fait de tricotage/détricotage entre l’Assemblée et le Sénat, devait officiel- lement clarifier l’organisation de l’action publique locale. Selon la nouvelle organi- sation, les régions s’occupent du dévelop- 4. Nous n’avons pas étudié le cas particulier de la Corse, qui est une col- lectivité terri- toriale à statut particulier. Précisément, la Corse présente des volumes budgétaires plus impor- tants lorsque les montants sont exprimés en euros par habitant. Société Civile n° 161  ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 4
  5. 5. ❙ Carte de France des économies potentielles avec les nouvelles régions Économies en fonctionnement en s'alignant sur la région la plus performante Nord-Pas-de-Calais Picardie Île-de-France Bourgogne Franche-Comté Auvergne Rhône-Alpes Alsace Champagne-Ardenne Lorraine 552,58 M€ 274,6 M€ 420,1 M€ 46,2 M€ 210,4 M€ 115,3 M€ 407 M€ 255,8 M€ 186,4 M€ 294,1 M€ 231,8 M€ Provence Alpes-Côte d’Azur Bretagne Normandie Pays de la Loire Aquitaine - Limousin Poitou-Charentes Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées Centre 0 M€ Nantes Rennes Rouen Orléans Bordeaux Toulouse Paris Lille Strasbourg Dijon Lyon Marseille pement économique, de l’aménagement du territoire, de la formation professionnelle, de la gestion des lycées et des transports hors agglomération (transport interurbain par car, transport scolaire, TER, etc�)� Mais comment expliquer qu’après cette réor- ganisation, les départements continuent de s’occuper des collèges, ou du transport sco- laire et des personnes handicapées� Par ail- leurs, les régions et les départements ont des compétences partagées en matière de culture, sport, tourisme et des langues régionales� Les services du ministère de la Réforme terri- toriale avaient pourtant chiffré les chevauche- ments de compétences entre régions et dépar- tements à 18 milliards d’euros, soit 18 % des budgets totaux� C’est contre-productif� Les nouvelles régions françaises nées sur le papier en 2015 et qui sortiront des urnes en fin d’année devront poursuivre leur mue si l’on veut que la réforme voulue par le gou- vernement porte ses fruits au niveau de la dépense locale et que les régions deviennent de vrais acteurs de l’attractivité économique� 5 Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015
  6. 6. Région Alsace – Champagne-Ardenne – Lorraine Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Alsace 112,9 75,2 188,1 Champagne-Ardenne 129,1 97,5 226,7 Lorraine 178,1 103,5 281,6 Total 420,1 276,3 696,3 ❙ Villes accueillant des services déconcentrés : Metz (Chambre régionale des comptes, Dreal*), Nancy (Rectorat, ARS**), Châlons-en-Champagne (Draaf***) ❙ Actuels présidents de région : Alsace : Philippe Richert (LR) ; Champagne-Ardenne : Jean-Paul Bachy (DVG) ; Lorraine : Jean-Pierre Masseret (PS) ; ❙ Population : 5,54 millions d’habitants ❙ Taux de chômage : 10 % ❙ PIB : 148 milliards d’euros Calculé pour chaque indicateur sur la base de la région la plus performante, Pays de la Loire pour dépenses de fonctionnement, Poitou-Charentes pour dépenses d’investissement. Source : DGCL 2013. ■ Alsace ■ Champagne-Ardenne ■ Lorraine Dépenses 2013 : 2 406 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € Lorraine Alsace Champagne-Ardenne 641,6 756,1 LorraineLorraineLorraineLorraineLorraineLorraineLorraine AlsaceAlsaceAlsaceAlsaceAlsaceAlsaceAlsaceAlsaceAlsace Champagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-ArdenneChampagne-Ardenne 756,1756,1756,1756,1756,1756,1756,1 507,8 248,3 417,7 224 683,5 324,9 1 008,3 ■ ■ ■ Dépenses de fonctionnement ■ ■ ■ Dépenses d’investissement Dépenses de fonctionnement / Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Alsace* Chiffres rapportés à la région Champagne-Ardenne* Chiffres rapportés à la région Lorraine* Chiffres rapportés à la future région* Dépenses potentielles 395 + 173 = 568 288,5 + 126,4 = 414,9 505,4 + 221,4 = 726,8 1 188,9 + 520,8 = 1 709,7 *Dreal : Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement **ARS : Agence régionale de santé ***Draaf : Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt Strasbourg 67 68 08 51 10 52 Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 6 57 54 55 88
  7. 7. Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab5 Chiffres réels dépenses totales 2013 64,6 128 69,6 19,2 48 7,5 74,9 Économies potentielles 261,7 Lycées Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab Chiffres réels dépenses totales 2013 130,5 180,5 116,6 178,5 427,6 Économies potentielles 33,9 70,1 74,6 Transport ferroviaire régional Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab Chiffres réels dépenses totales 2013 103 188 171,2 331,7 Économies potentielles 461,9 127,9 71 132 Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab 108,5 156,4 118,5 Chiffres réels dépenses totales 2013 44 43,3 30,1 117,4 Économies potentielles 383,5 Équipement brut Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab 44 41 45,1 130 Chiffres réels dépenses totales 2013 33,8 8,4 13,2 Économies potentielles Subventions Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab Chiffres réels dépenses totales 2013 76,9 202 146,7 22 106 71,5 199,3 Économies potentielles 425,8 Enmillionsd’eurosEnmillionsd’euros 5. Le fait que la ré- gion Île-de-France se classe comme région mieux-di- sante en matière de dépenses de personnel ne tient pas à sa taille, on note que la région Pays de Loire suit de très près avec 34 euros par habitant pour les dépenses de personnel. Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 La nouvelle région de l’Est, qui réunira l’Alsace, la Champagne-Ardenne et la Lorraine, présente une dépense par habitant légèrement supérieure à la moyenne nationale (420 € par habitant)� C’est en région Champagne-Ardenne que les dépenses par habitant sont les plus élevées parmi ces trois entités avec 467 €� Pour cette nouvelle région on arriverait à un total de près de 700 mil- lions d’euros d’économies sur les dépenses à la fois d’investissement et de fonctionnement� *Source : DGCL 2013. Économies possibles sur le poste investissement : voir les explications en page 13.
  8. 8. Région Aquitaine – Limousin – Poitou-Charentes ❙ Villes accueillant des services déconcentrés : Poitiers (Insee*, Dreal), Limoges (Draaf) ❙ Actuels présidents de région : Aquitaine : Alain Rousset (PS) ; Limousin : Gérard Vandenbroucke (PS) ; Poitou-Charentes : Jean-François Macaire (PS) ;  ❙ Population : 5,77 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 9,4 %  ❙ PIB : 157 milliards d’euros ■ Aquitaine ■ Limousin ■ Poitou-Charentes 747,2 167,8 450,6 101 299,1 587,8 Dépenses 2013 : 2 353,7 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € Poitou-Charentes Aquitaine Limousin 400,1 1335,1618,5 Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Aquitaine 49,8 282,3 332,1 Limousin 138,5 30,6 169,1 Poitou-Charentes 67,5 0 67,5 Total 255,8 321,9 568,7 Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Aquitaine* Chiffres rapportés à la région Limousin* Chiffres rapportés à la région Poitou-Charentes* Chiffres rapportés à la future région* Dépenses potentielles 1241,2 + 543,8 = 1784,9 383,1 + 167,8 = 551 160,6 + 70,4 = 231 Dépenses de fonctionnement / Dépenses d’investissement ■ ■ ■ Dépenses de fonctionnement ■ ■ ■ Dépenses d’investissement Bordeaux 697,4 + 305,5 = 1003 64 40 47 33 24 19 23 8716 17 86 79 *Insee : Institut national de la statistique et des études économiques Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 8
  9. 9. Équipement brut Subventions *Source : DGCL 2013. 29,8 32,8 73,1 172,2 Économies potentielles 65,8 119,2 229,2 413,5 Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab 21,4 47,4 166,1 234,9 134,4 8,4 16,4 109,6 Économies potentielles Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab 195,9 27,5 223,5 Économies potentielles 58,1 73 328,8 459,9 Enmillionsd’eurosEnmillionsd’euros 68,1 145,9 275,6 489,7 229,6 34,4 65,7 129,5 Économies potentielles Lycées Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab Chiffres réels dépenses totales 2013 310,8 79,6 42 189,3 62 112,9 174,9 Économies potentielles Transport ferroviaire régional Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 *Source : DGCL 2013. Le Sud-Ouest se verra doté de la plus grande région en termes de superficie (84,7 milliers de km²) avec le regroupement de l’Aquitaine, du Limousin et du Poitou-Charentes� On aura ainsi au sein de cette nouvelle région le meilleur élève en termes de dépenses d’investissement à savoir le Poitou (92 € par habitant) et le plus mauvais en ce qui concerne les dépenses de fonctionnement avec le Limousin (319 € par habitant alors que la moyenne natio- nale est de 262 €)� La fusion de ces régions per- mettrait avec nos recommandations d’économiser 568,7 millions d’euros pour cette nouvelle entité et de corriger des disparités importantes entre les trois territoires (surtout pour le Limousin)� Chiffres réels dépenses totales 2013 30,6 44 29,9 104,3 Économies potentielles 55,8 104 139,5 299,3 Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab
  10. 10. ❙ Actuel président de région : Pierrick Massiot (PS)  ❙ Population : 3,22 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 8,6 %  ❙ PIB : 83 milliards d’euros ❙ Actuel président de région : François Bonneau (PS)  ❙ Population : 2,56 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 9,3 %  ❙ PIB : 67 milliards d’euros Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Bretagne 46,2 204,7 250,9 Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Centre 115,3 104,8 220,1 Région Bretagne Région CentreRégion Centre Rennes Orléans En millions d’euros En millions d’euros 29 22 35 56 28 4541 37 36 18 Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 10 Lycées Transport ferroviaire régional Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab 244,3 132,1Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Économies potentielles Économies potentielles 99,1 56,1 Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab 138,7 29,7 Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab 112,6 26,2 Transport ferroviaire régional Sur la base du meilleur élève : Poitou-Charentes 23 €/hab 162,4 102,2 Lycées Sur la base du meilleur élève : Rhône-Alpes 44 €/hab 199,1 83,8
  11. 11. ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement ■ Dépenses d’investissement Dépenses 2013 : 1 248,1 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € Dépenses 2013 : 1 011,2 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € ■■■ DépensesDépensesDépensesDépensesDépensesDépensesDépensesDépensesDépenses 739,6 508,5 ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Bretagne* Dépenses potentielles 693,4 + 303,8 = 997,1 Chiffres rapportés à la région Centre* Dépenses potentielles 115,3 + 104,8 = 220,1 *Source : DGCL 2013. *Source : DGCL 2013. *Source : DGCL 2013.*Source : DGCL 2013. *Source : DGCL 2013. Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 Aucunefusionnichangement,laBretagne reste telle quelle et deviendra en matière de superficie la plus petite de toutes� Avec 1,2 milliard d’euros en 2013, ses dépenses peuvent tout de même être réduites d’un peu plus de 250  millions d’euros, en incluant les dépenses d’investissement� Ceci permettrait de descendre sous le milliardd’euros�Levoletsubventionpour- rait lui aussi être fortement raboté, il est en effet actuellement le plus offrant dans le domaine avec 113 € par habitant (voir p�13)� Il serait donc possible de réaliser 73 millions d’euros d’économies� Inchangée elle aussi, la région Centre sera l’une des régions qui pèsera le moins après la réorganisation du 1er  jan- vier 2016� En effet, avec la population la plus faible (2,56 millions d’habitants), la région Centre sera aussi la moins riche avec un PIB de 67 milliards d’eu- ros� De fait, le Centre peut alléger ses dépenses de plus de 20 %, en incluant les dépenses d’investissement� Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab 85,8 373,1221,2 29,7 24166 ■ Dépenses 665,4 345,8 Sur la base du meilleur élève : Lorraine 17 €/hab 73,3 28,8 Sur la base du meilleur élève : Poitou-Charentes 40 €/hab 212,2 107,4 Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève : Picardie 47 €/hab 186,6 65,5 Équipement brut Subventions Équipement brut Subventions
  12. 12. La dette des régions Régions Remboursement de la dette (en euros/hab.) Part du remboursement de la dette dans les dépenses d’investissement (en %) Encours de la dette/ recettes réelles de fonctionnement (en %) Alsace 29 22 119 Aquitaine 19 11 51,9 Auvergne 35 20 98,3 Bourgogne 28 24 84,4 Bretagne 10 6 41,8 Centre 20 15 66,9 Champagne-Ardenne 69 42 81,5 Franche-Comté 14 11 59,4 Languedoc-Roussillon 15 7 43,9 Limousin 20 15 106 Lorraine 19 14 68,2 Midi-Pyrénées 22 13 109,5 Nord-Pas-de-Calais 27 18 26,8 Basse-Normandie 31 17 127,5 Haute-Normandie 9 6 58,4 Pays de la Loire 28 15 34 Picardie 21 13 106,1 Poitou-Charentes 15 16 72,7 Provence-Alpes-Côte d’Azur 36 27 59,2 Rhône-Alpes 18 17 108,8 Île-de-France 52 27 134,1 Source : DGCL 2013. Il est important de bien distinguer au sein des dépenses d’investissement, les dépenses d’équipement brut et le remboursement de la dette. En se basant sur les chiffres de 2013, la moyenne nationale est de 29 euros à rembour- ser par habitant. La dette des régions est très hétérogène  ; ainsi pour la région Haute- Normandie,ellen’estquede9 eurosparhabitant alors qu’elle atteint 69 euros par habitant en Champagne-Ardenne.Leremboursementdela dette atteint également des niveaux importants en Île-de-France avec 52 euros par habitant. Lesdernièresdonnéesdisponiblesfourniespar l’Observatoire des finances locales indiquent que le taux d’endettement, qui augmentait chaque année de plus de trois points depuis 2010, progresse fortement en 2014 pour atteindre un taux d’endettement toutes régions de 97 %. Et en 2015, ce taux devrait continuer à croître sous le double effet d’une baisse des recettes de fonctionnement (baisse des dota- tions)etdumaintiendesdépensesdefonction- nement, diminuant la capacité d’épargne des régions et les obligeant à recourir à l’emprunt. On estime que le taux d’endettement devrait dépasser les 100 %. Société Civile n° 161  ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 12
  13. 13. Nous avons souhaité présenter à part les éco- nomies potentielles sur les dépenses d’équipe- ment brut et les subventions versées par les régions. D’une part, cette présentation des investissements par nature ne se cumule pas avec les investissements par fonction (lycées, transports, apprentissage…) présentés dans les autres tableaux. D’autre part, les dépenses d’équipement brut et les subventions versées représentent des postes très importants dans lesdépensesactuellesdesrégions(7,4 milliards pour la France métropolitaine soit 72 % du total, et un quart des dépenses totales). Si on suit la méthodologie qui consiste à s’aligner sur les régions les plus performantes6 , il y a un très fort potentiel d’économies, un peu plus de 4 mil- liards d’euros. De tels chiffres peuvent paraître élevés, surtout dans le contexte de grogne des collectivités locales contre la baisse des dotations de l’État. Face aux contraintes budgétaires qu’elles subissent, les collectivités mettent en avant les économies qu’elles doivent faire, au risque de sacrifier l’investissement local. Les dépenses d’investissement des collectivités locales constituent en effet en France l’un des moteurs principaux de l’investissement public (4,5 % du PIB).Avec45 milliardsd’eurosd’investissement à elles seules, les collectivités assurent près de 60 % de l’investissement des administrations. La Cour des comptes tempère cette analyse en soulignant que les collectivités doivent faire preuve de « discernement » dans leurs choix d’investissement. Citant une enquête de la Caissedes dépôts etconsignations,qui indique qu’entre 70 % et 75 % des collectivités n’ont mis en place aucun dispositif de suivi de leurs investissements, la Cour rappelle aussi qu’une pratique plus systématique d’évaluation pour- rait permettre d’intégrer les conséquences en fonctionnement des projets d’investissement, « dont la mesure est parfois insuffisante ». Un articledelaloiNOTRearécemmentétéintroduit pour rendre plus systématique cette pratique. Mais il faut aller plus loin. Dans le cas des régions, la Cour rappelle que l’investissement a progressé de 3,4 % en 2014, prenant la forme de subventions d’équipement, pour 64 % de leurs dépenses, les équipements en propre représentent seulement 31 %. S’agissant des subventions, elles concernent essentiellement le secteur ferroviaire, et RFF et SNCF en sont bénéficiaires pour 30 %, 20 % des subventions allant aux communes et aux structures intercommunales. Sur la question de l’investissement ferroviaire, la Fondation iFRAP a déjà eu l’occasion de le souligner, une autre approche est possible. Les régions se sont lancées dans de lourds inves- tissements avec la SNCF pour développer à grands frais une flotte de TER aux couleurs de la région. Les trains ne sont pas propriété des régions et aujourd’hui les régions s’interrogent sur l’impact qu’aura la libéralisation des auto- cars sur les TER. Doit-on poursuivre cette poli- tique plus longtemps sans remettre en cause l’organisation du transport régional et notam- ment ouvrir à la concurrence les lignes régio- nales, perspective aujourd’hui reculée à 2026 ? Par ailleurs, dans sa réponse à la Cour, l’Asso- ciation des régions de France attire l’attention sur une croissance non soutenable de son endettement pour maintenir son investisse- ment. Cependant, est-il nécessaire de s’en- detter pour poursuivre une politique d’inves- tissement qui consiste (pour 21 % des subventions) à cofinancer des investissements portés par le bloc communal ? Alors même que celui-ci, également frappé par la baisse des dotations, va sans doute remettre en question une partie de ces investissements ? Il est nécessaire désormais de mener une réflexion intégrée sur l’investissement plutôt que de multiplier les flux financiers entre les strates. Il faut aussi prioriser les choix d’inves- tissement. La loi NOTRe ne devait-elle pas renforcer cette obligation en clarifiant la com- pétence de chaque strate ? Enfin, il est néces- saire de remettre les choses dans l’ordre et proposer aux régions de couper dans leurs dépenses de fonctionnement pour conserver leurs capacités d’investissement. 6. Lorraine avec 17 €/ habitant pour les dépenses d’équipement brut et Poitou- Charentes avec 40 €/ha- bitant pour les subventions versées. Faut-il sauver l’investissement local à tout prix ? 13 Société Civile n° 161  ❚ Octobre 2015
  14. 14. Région Auvergne – Rhône-Alpes ■ Auvergne ■ Rhône-Alpes ❙ Ville accueillant des services déconcentrés : Clermont-Ferrand (Draaf) ❙ Actuels présidents de région : Auvergne : René Souchon (PS) ; Rhône-Alpes : Jean-Jack Queyranne (PS) ; ❙ Population : 7,63 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 8,6 %  ❙ PIB : 231 milliards d’euros 398,6 244,4 1640,9 695,9Dépenses 2013 : 2 979,8 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € Auvergne 643 Rhône-Alpes 2336,8 Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Auvergne 106,9 116,7 223,6 Rhône-Alpes 300,1 108,5 408,6 Total 407 225,2 632,2 ■ ■ Dépenses de fonctionnement ■ ■ Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Auvergne* Chiffres rapportés à la région Rhône-Alpes* Chiffres rapportés à la future région* Dépenses potentielles 1632,5 + 715,17 = 2347,6 1340,8 + 587,4 = 1928,2 291,6 + 127,8 = 419,4 Dépenses de fonctionnement / Dépenses d’investissement Lyon 73 7401 69 42 38 2607 03 63 4315 Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 14
  15. 15. Équipement brut Subventions Enmillionsd’eurosEnmillionsd’euros Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Lycées Transport ferroviaire régional Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab 280,9 109,7 390,6 48,6 48,6 Économies potentielles 504 113,9 618,3 439,5 81,9 358 Économies potentielles 370,3 84,7 455 89,6 19,4 70,3 Économies potentielles Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab 172,4 86,1 258,5 126,3 63,8 62,5 Économies potentielles 41,7 147 188,5 Économies potentielles 402 97,2 499,5 26 19,4 45 Économies potentielles 236 65,3 301,5 Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 La région, qui réunira l’Auvergne et le Rhône- Alpes, formera la région (hormis Île-de-France) la plus peuplée avec 7,63 millions d’habitants� Avec des dépenses totales par habitant qui s’élevaient en 2013 à 463 € pour les Auvergnats et à 366 € pour les Rhônalpins, des économies sont là aus- si possibles et peuvent se chiffrer à 632 millions d’euros, au total� *Source : DGCL 2013.
  16. 16. ❙ Ville accueillant des services déconcentrés : Besançon (Dreal, Insee, Direccte*, Rectorat)  ❙ Actuels présidents de région : Bourgogne : François Patriat (PS) ; Franche-Comté : Marie-Guite Dufay (PS) ; ❙ Population : 2,82 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 9 %  ❙ PIB : 71 milliards d’euros ■ Bourgogne ■ Franche-Comté Région Bourgogne – Franche-Comté Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Bourgogne 127 45,7 172,8 Franche-Comté 83,4 43,5 126,9 Total 210,4 89,2 299,6 ■ ■ Dépenses de fonctionnement ■ ■ Dépenses d’investissement ■■■ ■■ de fonctionnementde fonctionnementde fonctionnementde fonctionnementde fonctionnement 482,7 201,6 337,1 154,7 Dépenses 2013 : 1 175,8 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € Bourgogne 684,3 Franche-Comté 491,5 Dépenses de fonctionnement / Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Bourgogne* Chiffres rapportés à la région Franche-Comté* Chiffres rapportés à la future région* Dépenses potentielles 355,7 + 155,8 = 511,5 253,7 + 112,2 = 364,9 609,4 + 267 = 876,4 Dijon 89 21 58 71 70 25 90 39 *Direccte : Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 16
  17. 17. Équipement brut Subventions Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab 35,6 17,2 52,8 65,5 103,3 168,8 Lycées Transport ferroviaire régional Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Chiffres réels dépenses totales 2013 Enmillionsd’eurosEnmillionsd’euros Économies potentielles Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab 84,6 130,4 215 87,3 55,9 31,4 Économies potentielles 82 138,9 221 154,3 99,9 54 Économies potentielles 82,2 106,7 188,9 52,5 27,1 25,4 Économies potentielles Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab 58 44 102 52,7 37,5 15,2 Économies potentielles Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab 28 23,7 51,5 Économies potentielles 68 79,6 147,3 Malgré la réunion de la Bourgogne et de la Franche- Comté, cette nouvelle région restera l’une des plus petites en termes de population avec 2,82 millions d’habitants pour une superficie de 47 800 km²� Les dépenses par habitant étant également inférieures à la moyenne nationale, les économies possibles sont plus limitées que pour d’autres régions et repré- sentent un peu moins de 300 millions d’euros� *Source : DGCL 2013.
  18. 18. ❙ Villes accueillant des services déconcentrés : Créteil (Rectorat), Versailles (Rectorat) ❙ Actuel président de région : Jean-Paul Huchon (PS) ❙ Population : 11,85 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 8,6 % ❙ PIB : 612 milliards d’euros Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Île-de-France 274,6 1205,8 1480,4 Région Île-de-France Chiffres réels dépenses totales 2013 Économies potentielles Paris En millions d’euros Grand Paris : vers une coquille vide La métropole du Grand Paris doit voir le jour le 1er  janvier 2016, mais pour l’instant l’organisation et les compétences restent mal définies. La meilleure option serait d’étendre le périmètre de la métropole à la région Île-de-France en supprimant de concert les huit départements franciliens. Cette option est défendue de longue date par la Fondation iFRAP et a été reprise par les deux principaux candidats à la région Île-de-France, Valérie Pécresse (LR) et Claude Bartolone (PS). La loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles prévoyait que la future métro- pole du Grand Paris (MGP) dispose de compétences élar- gies pour mener à bien différentes missions essentielles pour l’avenir du territoire. À l’origine, la MGP devait répondre à l’objectif « d’améliorer la vie des habitants, de réduire les inégalités territoriales et de développer un modèle urbain social et économique durable ». La MGP doit exercer les compétences suivantes : ❙ l’aménagement de l’espace métropolitain ; ❙ le développement et l’aménagement économique, social et culturel ; ❙ le logement et la politique locale de l’habitat ; ❙ la politique de la ville ; ❙ la protection de l’environnement et du cadre de vie. Le périmètre de la métropole se concentre sur la petite couronne avec Paris et trois départements : Hauts-de- Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne, 7 millions d’ha- bitants sont concernés. Actuellement, ces territoires repré- sentent 30 000 élus. La gouvernance de la métropole devrait s’organiser autour d’un conseil métropolitain (organe délibérant) constitué de 220 conseillers (un conseiller par commune et un conseiller supplémentaire par commune et par tranche supplémentaire de 25 000 habitants, alors que -rappelons-le- le Grand Londres ne compte que 25 conseillers). Ce conseil sera présidé par une personnalité élue par les conseillers métropolitains à la majorité absolue. La métropole devrait être découpée en territoires (intégrant les intercommunalités), comprenant au minimum 300 000 habitants. 77 91 78 95 93 94 92 75 Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 18 Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab 394 0 Transport ferroviaire régional Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab 441,7 167,1 Lycées Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab 811,8 286,5
  19. 19. ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement Dépenses 2013 : 5 085,9 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Île-de-France* Dépenses potentielles 2507,1 + 1098,4 = 3605,5 La région la plus puissante économi- quement avec un PIB de 612 milliards d’euros a présenté en 2013 une dépense totale de 5,085 milliards d’euros� Avec une population de 11,6 millions d’ha- bitants, les dépenses totales par habi- tant (420 € France métropolitaine) ne sont que légèrement supérieures à la moyenne nationale avec 426 €� Il sera également important pour la région Île- de-France de revoir sa gouvernance, dans le cadre du Grand Paris� *Source : DGCL 2013. Que reste-il du projet initial ? Le projet a été réduit à peau de chagrin et ressemble désormais de plus en plus à une coquille vide. Ainsi, une nouvelle strate semble se rajouter sans aucune compétence précise et en 2016, on comptera l’État, la région, la métropole, les territoires et les communes. Par exemple, le logement devait appartenir au champ de com- pétences de la MGP, mais le Plan local d’urbanisme (PLU) au niveau de la métropole a été supprimé par Manuel Valls. Le plan local se fera donc au niveau des territoires, avec la possibilité pour les maires de contester ce PLU. Ceci est fort dommageable puisque c’était la grande priorité du Grand Paris avec les transports. Le projet financier semble lui aussi des plus hasardeux et selon les simulations financières, les futurs territoires de la MGP ne disposeraient pas des ressources nécessaires à leur fonctionnement. Dès 2021, les territoires ne seront plus des établissements à fiscalité propre. On se dirige donc vers une multitude d’échelons aux capacités finan- cières floues. Pour bon nombre d’économistes et d’urbanistes, les enjeux et problématiques de la future métropole restent les suivants : * développement économique et place de Paris dans le monde ; * aménagement et qualité de vie. Au sujet du développement économique, on constate que tous les départements qui composeront la future métropole ne sont pas dans la même situation, que l’on parle des Hauts-de-Seine ou de Paris avec un chômage à 8 % ou de la Seine-Saint-Denis avec un chômage à 13 %. Le 93 compte pourtant de nombreuses zones franches urbaines (ZFU) où plus de 8 000 entreprises sont installées et deux incubateurs de start-up (Bond’Innov et Incub’13). Mais tous ces efforts ne sont pas suffisants. La construction du système de transport Grand Paris Express (GPE) permettra également de répondre à l’objec- tif d’aménagement. Bien qu’encore très loin d’être mis en service, il est pour l’instant le seul projet concret de la future métropole. Sur le plan du développement économique enfin, la question du périmètre peut se poser. Comment parler de rayonnement international si on ne prend pas en compte le principal aéroport du Grand Paris Roissy Charles de Gaulle dans le périmètre de la métropole ? On voit bien que c’est le périmètre régional qui peut jouer un rôle important dans l’aménagement de la région. Cette solution serait la meil- leure pour être efficace en récupérant les compétences de la région et des départements. On aurait ainsi une vraie métropole de dimension internationale de 12 millions d’ha- bitants. Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ■■ DépensesDépensesDépensesDépensesDépensesDépensesDépensesDépensesDépenses 2781,72304,2 Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab 405,9 203 Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab 1 253,6 776 Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab 620,8 59,7 Équipement brut Subventions
  20. 20. ❙ Ville accueillant des services déconcentrés : Montpellier (ARS, Chambre régionale des comptes, Drac, Rectorat, DRJSCS*) ❙ Actuels présidents de région : Midi-Pyrénées : Martin Malvy (PS) ; Languedoc-Roussillon : Damien Alary (PS) ; ❙ Population : 5,57 millions d’habitants ❙ Taux de chômage : 11,8 % ❙ PIB : 150 milliards d’euros ■ Midi-Pyrénées ■ Languedoc-Roussillon Région Languedoc-Roussillon – Midi-Pyrénées Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Languedoc-Roussillon 91,6 272 363,6 Midi-Pyrénées 94,9 213,4 308,3 Total 186,4 485,5 671,9 ■ ■ Dépenses de fonctionnement ■ ■ Dépenses d’investissement 337,1 154,7 337,1 154,7 Dépenses 2013 : 2 200,5 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € Languedoc- Roussillon 1 177 Midi-Pyrénées 1 203,5 Dépenses de fonctionnement / Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Languedoc-Roussillon* Chiffres rapportés à la région Midi-Pyrénées* Chiffres rapportés à la future région* Dépenses potentielles 565,6 + 247,8 = 813,4 622,5 + 272,7 = 895,2 1188,1 + 520,5 = 1708,6 ■■■ ■■ 337,1337,1337,1337,1337,1337,1 154,7154,7154,7154,7154,7154,7154,7 337,1337,1337,1337,1337,1337,1 154,7154,7154,7154,7154,7154,7 Languedoc-Languedoc-657,2 519,8 717,4 486,1 Toulouse 65 32 82 46 12 81 31 09 66 11 34 30 48 *DRJSCS : Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 20
  21. 21. Équipement brut Subventions Nouvelle région à fort impact économique, elle sera composée des régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon� Pour cette dernière, c’est la plus dépensière en termes de dépenses d’investissement (193 € par habitant), ainsi que pour les dépenses d’équipement brut et de lycées� Pour autant, la dette pour la région Languedoc ne représente que 7 % des dépenses d’investissement et la situation est donc à nuan- cer� Dans cette nouvelle région, les économies potentielles totales s’élèveraient à 671,9 mil- lions d’euros� *Source : DGCL 2013. Dépenses de personnel Lycées Transport ferroviaire régional Formation professionnelle et apprentissage Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab Enmillionsd’euros 243,1 280,1 523,2 Chiffres réels dépenses totales 2013 274,2 161,6 112,6 Économies potentielles 213 113,1 326,5 Chiffres réels dépenses totales 2013 196,4 51,2 145 Économies potentielles 180,8 177,8 358,6 Chiffres réels dépenses totales 2013 92,7 51,2 41,5 Économies potentielles Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab 109,7 207,4 317,1 Chiffres réels dépenses totales 2013 Enmillionsd’euros 220,9 59,3 161,6 Économies potentielles Chiffres réels dépenses totales 2013 130,8 187 317,8 Économies potentielles 305 238,5 543,5 Chiffres réels dépenses totales 2013 33 26,9 59,5 Économies potentielles 130 115,8 246,2
  22. 22. ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 22 Région Nord-Pas-de-Calais - Picardie ❙ Villes accueillant des services déconcentrés : Arras (Chambre régionale des comptes), Amiens (Draaf, DRJSCS)  ❙ Actuels présidents de région : Nord-Pas-de-Calais : Daniel Percheron (PS) ; Picardie : Claude Gewerc (PS) ; ❙ Population : 5,96 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 12,4 %  ❙ PIB : 151 milliards d’euros ■ Picardie ■ Nord-Pas-de-Calais Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Nord-Pas-de-Calais 366,1 246,74 612,84 Picardie 186,45 137,38 323,83 Total 552,58 384,12 936,67 Dépenses de fonctionnement / Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Nord-Pas-de-Calais* Chiffres rapportés à la région Picardie* Chiffres rapportés à la future région* Dépenses potentielles 862,5 + 377,86 = 1240,36 412,05 + 180,52 = 592,57 1274,55 + 558,38 = 1832,93 ■ ■ Dépenses de fonctionnement ■ ■ Dépenses d’investissement Dépenses 2013 : 2 769,3 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € Nord-Pas- de-Calais 1853,2 Picardie 916,4 ■■■ ■■■■ DépensesDépenses de fonctionnementde fonctionnementde fonctionnementde fonctionnementde fonctionnementde fonctionnementde fonctionnement Nord-Pas-Nord-Pas-Nord-Pas- de-Calaisde-Calaisde-Calais PicardiePicardiePicardiePicardie 916,4916,4916,4916,4 1228,6 624,6 598,5 317,9 Lille 62 59 80 60 02
  23. 23. Équipement brut Subventions Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab 47,5 168 215,5 Chiffres réels dépenses totales 2013 Enmillionsd’euros 112,3 14,2 98,1 Économies potentielles Dépenses de personnel Lycées Transport ferroviaire régional Formation professionnelle et apprentissage Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 La nouvelle région du Nord de la France, où les conditions économiques sont difficiles avec un chômage supérieur à 12 %, a énormément de marge pour des efforts de réduction des dépenses� On pourrait ainsi atteindre une dépense totale de 1,240 milliard d’euros pour la région Nord- Pas-de-Calais et de 592,57  millions d’euros pour la région Picardie� Ceci nous fait pour les deux  régions une dépense de 1,833  milliard d’euros, et représenterait une économie totale de 936,67 millions d’euros (dont plus de 550 mil- lions d’euros sur les dépenses de fonctionnement)� Pas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’eurosPas-de-Calais et de 592,57  millions d’euros Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab Enmillionsd’euros 144,3 362,5 506,8 Chiffres réels dépenses totales 2013 239,7 181,8 57,9 Économies potentielles 244,6 289,1 533,6 Chiffres réels dépenses totales 2013 394 194,6 199,4 Économies potentielles 92,2 279 371,3 Chiffres réels dépenses totales 2013 86 86 Économies potentielles Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab Chiffres réels dépenses totales 2013 161,7 128,8 290,5Économies potentielles 207,3 326 533,3 Chiffres réels dépenses totales 2013 39,2 106,8 146 Économies potentielles 103,9 242,3 346,3 *Source : DGCL 2013.
  24. 24. Absentéisme dans les conseils régionaux : quel enseignement en tirer ? On compte en moyenne 27,7 jours d’absence7 dans les conseils régionaux, dont 14,6 jours au titre de la maladie dite ordinaire. Parmi les mieux placés : la Basse-Normandie, la Champagne-Ardenne et la Bretagne avec respectivement 20,8, 22,6 et 22,7 jours d’absence par agent au total. En queue de peloton : Nord-Pas-de-Calais, Aquitaine et Provence-Alpes-Côte d’Azur avec plus de 33 jours d’absence. Une situation sur laquelle il est urgent d’agir. Comme le montre notre étude, ce sont à la clé des postes sur lesquels il est possible d’économiser. Le graphique ci-contre montre une dis- persion importante des résultats selon les régions, avec un rapport de presque un à deux (1,8) en ce qui concerne les absences pour maladie ordinaire. Une telle dispersion n’est pas sans consé- quence sur le budget des conseils régio- naux concernés. Dans le document intitulé « Synthèse nationale des bilans sociaux » de 2011 de la DGCL, on peut lire : « Globalement, le coût annuel direct des absences pour maladie ordinaire des titulaires de la fonction publique ter- ritoriale peut être estimé à 1,2 milliard d’euros. » La Cour des comptes a de nombreuses fois rappelé que prévenir l’absentéisme faisait partie des mesures à mettre en œuvre pour se redonner des marges sur les dépenses de personnel. « Les collectivités locales disposent de leviers multiples pour contrôler les dépenses de personnel. Les effectifs constituent un élément déterminant de l’évolution de la masse salariale, mais de nombreuses autres décisions des assemblées délibérantes influent sur cette dépense, notamment celles concernant les rémunérations (déroule- ments de carrière et régimes indemni- taires). Les marges d’inflexion restent significatives s’agissant du temps de travail, des régimes indemnitaires ou de la prévention de certaines absences pour raisons de santé. L’optimisation de l’organisation peut aussi fournir des pistes d’économies. » Basse-Normandie (2012) Champagne-Ardenne (2011) Bretagne (2011) Limousin (2011) Centre (2012) Bourgogne (2012) Pays de la Loire (2012) Poitou-Charentes (2013) Franche-Comté (2012) Alsace (2012) Picardie (2013) Assemblée de Corse (2011) Midi-Pyrénées (2013) Lorraine (2013) Île-de-France (2011) Languedoc-Roussillon (2013) Rhône-Alpes (2011) Auvergne (2013) Haute-Normandie (2013) Aquitaine (2012) Paca (2011) Nord-Pas-de-Calais (2013) 20,76 22,66 22,70 22,71 23,13 23,15 24,11 25,11 25,29 25,57 25,72 25,93 26,09 28 28,44 28,69 29,24 29,81 30,35 33,21 33,25 33,36 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII14,16 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII12,10 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII11,70 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII12,76 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII12,19 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII11,96 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII11,77 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII14,52 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII12,93 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII10,41 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII12,48 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII11,86 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII16,59 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII14,32 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII15,93 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII17,54 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII12,52 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII14,63 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII14,65 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII18,53 IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII19,37 Des études de l’assureur Dexia-Sofcap menées auprès d’un grand nombre de col- lectivités enseignent « que la taille de la col- lectivité est le premier facteur explicatif des niveaux d’absence : plus l’effectif s’accroît, plus le taux d’absentéisme de la collectivité Nombre de jours d’absence toutes causes par agent. Nombre de jours d’absence pour maladie ordinaire par agent.IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII 7. Hors paren- talité.. IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII10,57 Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 24
  25. 25. est important », explication donnée par la région Aquitaine dans son bilan social 2012. Dès lors, on ne peut que s’inquiéter de la réforme territoriale, qui vise justement par des régions fusionnées à donner des ensembles encore plus importants. Les principaux enseignements de cette enquête : Nousavonssouhaitéappliquernotreméthode des économies potentielles pour chaque région sur la base de la région la plus perfor- mante en matière d’absentéisme (calculé comme le nombre de jours d’absence toute cause par agent hors parentalité). Il s’agit en l’occurrence de la Basse-Normandie qui compte 21 jours d’absence par agent et par an. Ainsi il est possible de réduire de 2 237 postes d’agents en ETP sur 80 000 : ❙ Alsace, Champagne-Ardenne et Lorraine : 171 ; ❙ Aquitaine, Limousin et Poitou-Charentes : 255 ; ❙ Auvergne et Rhône-Alpes : 335 ; ❙ Bourgogne et Franche-Comté : 54 ; ❙ Bretagne : 61 ; ❙ Centre : 28 ; ❙ Île-de-France : 350 ; ❙ Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées : 199 ; ❙ Nord-Pas-de-Calais et Picardie : 392 ; ❙ Basse-Normandie et Haute-Normandie : 91 ; ❙ Pays de la Loire : 41 ; ❙ Provence-Alpes-Côte d’Azur : 288. D’autres enseignements peuvent être tirés de la lecture des bilans sociaux. D’une part, on voit tout de suite que les agents du siège sont bien moins absents que ceux des lycées, ce qui veut dire que l’indicateur régional peut être affecté par le ratio « agents du siège/agents des lycées ». Dans le cadre de la fusion des régions, le ratio agents du siège/agents des lycées ne devrait pas être modifié (environ 30 %) mais cela signifie que les efforts en matière de gestion du person- nel devront être renforcés sur cette catégo- rie de personnel. Une gestion rendue com- pliquée par la double tutelle des régions sur les agents techniques et de l’État sur les personnels de l’Éducation nationale. Par ailleurs, il existe également une nette diffé- rence d’absentéisme entre les titulaires et les non titulaires comme nous le constatons dans le document DGCL sur les bilans sociaux 2011, qui, pour les régions présente les résultats suivants : Répartition du personnel Absences maladie ordinaire en jours Absences toutes causes en jours Titulaires 86,1 % 18,1 34,2 Non-titulaires (contractuels, vacataires,...) 13,9 % 6,1 8,9 Quand on constate une telle différence, comment ne pas penser que le surcoût de produc- tion de nos services publics et le dérapage de la masse salariale publique des dernières années viennent aussi du statut ? La proposition de la Fondation iFRAP La Fondation iFRAP, qui avait été à l’origine de la mise en place du jour de carence, propose qu’à défaut, soit appliquée la règle en vigueur dans la convention collective des banques, qui prend en charge les trois jours de carence (en vigueur dans le privé) pour deux arrêts maximum sur une période de 12 mois glissants. Absentéisme dans les conseils régionaux *Source : Synthèse nationale des bilans sociaux. 25 Société Civile n° 161  ❚ Octobre 2015
  26. 26. *Drac : Direction régionale des affaires culturelles Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 26 Région Normandie *Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles*Drac : Direction régionale des affaires culturelles ❙ Ville accueillant des services déconcentrés : Caen (ARS, Drac*, Rectorat, Insee, Dreal)  ❙ Actuels présidents de région : Basse-Normandie : Laurent Beauvais (PS) ; Haute-Normandie : Nicolas Mayer-Rossignol (PS) ; ❙ Population : 3,31 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 10 %  ❙ PIB : 86 milliards d’euros ■ Haute-Normandie ■ Basse-Normandie Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Basse-Normandie 107,8 132,1 239,9 Haute-Normandie 124 95,8 219,9 Total 231,8 227,9 459,7 Dépenses 2013 : 1 485,7 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € ■ ■ Dépenses de fonctionnement ■ ■ Dépenses d’investissement 426,6 271,7 268,7 518,6 Basse-Normandie 698,3 Haute-Normandie 787,4 Dépenses de fonctionnement / Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Basse-Normandie* Chiffres rapportés à la région Haute-Normandie* Chiffres rapportés à la future région* Dépenses potentielles 318,8 + 139,7 = 458,5 394,6 + 172,9 = 567,5 713,4 + 312,5 = 1026 Rouen 76 2750 14 61
  27. 27. Équipement brut Subventions Lycées Transport ferroviaire régional Formation professionnelle et apprentissage Dépenses de personnel Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 La future région Normandie, qui réunira à la fois la Basse et la Haute-Normandie, formera une région de 3,31 millions d’habitants� Avec des dépenses par habitant plus importantes en Basse-Normandie qu’en Haute-Normandie (460 € contre 419 €), la fusion pourrait permettre de limiter les dépenses et d’économiser jusqu’à 459,7 millions d’euros sur la base de l’année 2013� Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab Enmillionsd’euros 171 130,6 301,6 Chiffres réels dépenses totales 2013 152,1 63,8 88,3 Économies potentielles 81 94,1 174,9 Chiffres réels dépenses totales 2013 96,8 59,2 38 Économies potentielles 146,6 123 269,5 Chiffres réels dépenses totales 2013 109,9 51,6 58,3 Économies potentielles Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab 69,5 50,1 119,6 Chiffres réels dépenses totales 2013 Enmillionsd’euros 61,9 37,6 24,3 Économies potentielles Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab Chiffres réels dépenses totales 2013 75,9 90 166,1 Économies potentielles 165 136,6 302 Chiffres réels dépenses totales 2013 47 22,8 69,8 Économies potentielles 109 72,9 181,9 *Source : DGCL 2013.
  28. 28. ❙ Ville accueillant des services déconcentrés : Aix-en-Provence (Drac, rectorat)  ❙ Actuel président de région : Michel Vauzelle (PS)  ❙ Population : 4,92 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 11,3 %  ❙ PIB : 142 milliards d’euros Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Paca 294,1 204,3 498,4 Région Provence-Alpes-Côte d’Azur Chiffres réels dépenses totales 2013 Économies potentielles En millions d’euros En millions d’euros Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 28 En millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’euros 28282828282828 En millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’eurosEn millions d’euros ❙ Ville accueillant des services déconcentrés : Laval (ARS)  ❙ Actuel président de région : Jacques Auxiette (PS)  ❙ Population : 3,6 millions d’habitants  ❙ Taux de chômage : 8,6 %  ❙ PIB : 101 milliards d’euros Économies sur les dépenses de fonctionnement Économies sur les dépenses d’investissement Économies totales Pays de la Loire 0 349,3 349,3 Région Pays de la Loire Chiffres réels dépenses totales 2013 Économies potentielles Région Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la LoireRégion Pays de la Loire Nantes Marseille Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab 234,3 69,8 Transport ferroviaire régional Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab 294,1 179,4 Lycées Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab 368,8 149,5 Dépenses de personnel Sur la base du meilleur élève* : Île-de-France 33 €/hab 125 3,7 Transport ferroviaire régional Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 23 €/hab 158,1 73,5 Lycées Sur la base du meilleur élève* : Rhône-Alpes 44 €/hab 341,9 180,2 85 53 72 49 44 05 04 0684 13 83
  29. 29. ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement Dépenses 2013 : 2 003,6 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab. Chiffres rapportés à la région Paca* Dépenses potentielles 1046,7 + 458,5 = 1505,2 Pas de changement pour la région du sud-est de la France qui conserve son territoire tel quel� Avec une popu- lation de 4,92  millions d’habitants, les dépenses en 2013 s’élevaient à 402 € par habitant, soit inférieures à la moyenne nationale� Des écono- mies restent pour le moins possibles puisqu’on peut les évaluer grâce à notre méthode à 498,4 millions d’euros� ■ 1340,7 662,9 *Source : DGCL 2013. Société Civile n° 161 ❚ Octobre 2015 Équipement brut Subventions ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement Dépenses 2013 : 1 459,6 M€ Source : DGCL 2013. Dépenses en millions € ■ Dépenses de fonctionnement ■ Dépenses d’investissement Source : DGCL 2013. *En millions d’euros. Sur la base du meilleur élève calculé en euros/hab.Chiffres rapportés à la région Pays de la Loire* Dépenses potentielles 772,1 + 338,2 = 1110,3 La région Pays de la Loire n’a finalement pas été découpée aux régions voisines� Une bonne chose pour une région qui fonctionne plutôt bien, notamment sur le plan économique (croissance de 0,5 % entre 2008 et 2011) et de la gouvernance� Par ailleurs, la région présentait en 2013 les dépenses de fonctionnement les plus faibles par habitant� En revanche, les dépenses d’investissement étaient en 2013 supérieures à la moyenne nationale de 37 € par habitant� Les économies potentielles sont plus faibles que pour d’autres régions mais restent tout de même de 349,3 millions d’euros sur l’investissement� 772,1 687,5 Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab 144,5 59,8 Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab 333,9 134,6 Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab 274,1 39,9 Formation professionnelle et apprentissage Sur la base du meilleur élève* : Picardie 47 €/hab 279,4 106,6 Équipement brut Subventions *Source : DGCL 2013. Sur la base du meilleur élève* : Lorraine 17 €/hab 235,3 172,8 Sur la base du meilleur élève* : Poitou-Charentes 40 €/hab 312,5 165,4
  30. 30. Conclusion À l’occasion du dernier rapport de la Cour des comptes sur les finances locales, Didier Migaud l’a répété : « Les collectivités devront systématiquement mettre en œuvre des plans d’économies en fonctionne- ment. » Et les solutions sont connues : action sur le temps de travail des agents et les effectifs, rationa- lisation des doublons, sont des leviers pour conte- nir l’évolution des finances et dégager des marges de manœuvrepourinvestir.SurtouscessujetslaFonda- tion iFRAP a depuis longtemps fait des propositions et souligné l’urgence des mesures à mettre en œuvre. Les régions n’échappent pas à la règle. Dans cette étude, nous montrons qu’il existe un potentiel d’économies important de 2,9 milliards d’euros sur le fonctionnement, de 2 237 postes en équiva- lent temps plein en s’alignant sur la région la mieux- disante en matière d’absentéisme. Par ailleurs, dans un précédent rapport, la Cour avait souligné que le tempsdetravailmoyendanslescollectivitéss’établis- sait à 1 567 heures au lieu des 1 607 heures légales. Appliqué aux régions, le retour à la normale signi- fierait qu’un potentiel de 1 990 postes ETP pourrait être économisé. Au total, avec les économies grâce à la lutte contre l’absentéisme, les régions pourraient à terme baisser de 5 % leurs effectifs. Il est intéressant de rapprocher ces chiffres des départs en retraite des effectifs régionaux (2 400 par an en moyenne sur la période 2015-2018). Toutes ces solutions devront doncêtreimpérativementétudiéesparlesfutursexé- cutifsrégionaux,enplusd’uneréflexionsurlapriorité desinvestissementspourassurerleursnouvellescom- pétences, et cela sans continuer à s’endetter. Cette voie exigeante implique que la fusion des régions ne soit pas une fusion de façade et de rompre avec certaines pratiques : ainsi en est-il de la promesse gouvernementale de conserver des direc- tions régionales aux administrations d’État (Insee, Drac, rectorat…) dans les villes qui n’ont pas été retenues comme capitales régionales pour assurer une répartition équitable de l’emploi public. Ou encore de la création du poste de président délégué pour les présidents de régions fusionnées. C’est une autre organisation de l’administration et de l’action locale qui doit être imaginée. Comment nos nouvelles régions pourront-elles créer des écosystèmes attractifs dans les territoires pour les entreprises ? En s’appuyant sur des poli- tiques régionales rénovées. Par exemple : ▪ formation professionnelle : faire des régions la collectivité pilote de la formation, elles qui gèrent déjà en partie l’apprentissage et la formation des jeunes. Associées à une régionalisation de Pôle emploi, les régions auraient alors la compétence de gérer la politique de l’emploi sur leur territoire ; ▪ éducation : revenir sur le partage de compé- tences établi par la loi NOTRe entre collèges et lycées respectivement aux départements et aux régions, pour permettre des mutualisations et des gains d’efficacité sur l’investissement et l’entre- tien des établissements, la gestion des personnels techniques. Aller plus loin en déléguant progres- sivement la politique d’éducation aux régions qui assureraient, en lien avec les communes, la gestion des personnels enseignants et des établissements. Cette étape supplémentaire vers plus de décen- tralisation ne pourra se faire que si les régions démontrent leur capacité à être de bons gestion- naires, à réaliser des économies sur le fonctionne- ment et l’investissement et à participer à la maîtrise de la dépense publique. Dès lors, les ratios à atteindre pour les régions sont : ● 340 € par habitant pour les dépenses totales ● 210  € par habitant pour les dépenses de fonctionnement ● 33 € par habitant pour les dépenses de personnel Ces ratios peuvent servir comme objectifs de moyen terme (2020) à atteindre et être la base d’une contractualisation des dotations versées par l’État aux régions, comme l’ont fait en Italie les collectivi- tés territoriales et l’État. Société Civile n° 161  ❚ Octobre 2015 ❚ ÉTUDE iFRAP : LES NOUVELLES RÉGIONS 30
  31. 31. 9 septembre Baisse des dotations de l’État. Agnès Verdier-Moli- nié, directeur de la Fondation iFRAP, et Samuel-Fré- déric Servière, responsable des études budgétaires et fiscales, étaient auditionnés à l’Assemblée nationale, devant la Commission d’enquête visant à évaluer les conséquences sur l’investissement public et les services publics de proximité de la baisse des dotations de l’État aux communes et aux EPCI� 10 septembre Arrangements. L’hebdomadaire L’Express citait la publication de l’étude de la Fondation iFRAP sur le programme de stabilité� « L’iFRAP estime que les hypo- thèses de croissance potentielle sont très optimistes tout comme celles de freinage sur la dépense. Bercy sous-esti- merait de 29 à 46 milliards d’euros les économies struc- turelles qu’il faudrait réaliser, de 2015 à 2018, pour se conformer aux règles européennes. » 10 septembre Journal de 7 h. Agnès Verdier-Molinié répondait aux questions de la matinale de Radio Classique sur la publication du dernier rapport de la Cour des comptes sur la gestion de la fonction publique� 18 septembre Maires : le spectre des impôts locaux. Agnès Verdier- Molinié, en plateau, et Samuel-Frédéric Servière, spé- cialiste des questions fiscales à la Fondation, en entre- tien dans le 2e  reportage de l’émission, participaient à l’émission C dans l’air sur France 5 sur la baisse des dotations de l’État aux communes, la hausse de la fis- calité locale et la gronde des maires qui manifestaient à Paris� 19 septembre Fonctionnaires : question sur un statut. Agnès Ver- dier-Molinié répondait aux questions de France 2 sur une réforme du statut de la fonction publique dans le Journal de 20 h� 20 septembre Réforme territoriale : « Le risque sera de conserver les doublons. » Agnès Verdier-Molinié répondait aux ques- tions du Parisien sur la nouvelle carte des régions� « Ces fusions devraient être avant tout une formidable occasion de rationaliser l’organisation des services et de réduire les coûts. Or, aucune réflexion globale n’a été menée sur la façon d’intégrer les équipes, de mutualiser certaines direc- tions comme l’informatique ou les ressources humaines. » 21 septembre « Le statut de fonctionnaire a vécu. » Agnès Verdier- Molinié était l’invitée de RTL Midi suite aux déclara- tions d’Emmanuel Macron sur le statut de la fonction publique� 24 septembre Mais que reproche-t-on au juste au statut des fonction- naires ? La version en ligne de L’Obs interrogeait Agnès Verdier-Molinié sur les propos d’Emmanuel Macron et le statut de la fonction publique� 25 septembre Il faut libérer les fonctionnaires de leur statut trop rigide. Agnès Verdier-Molinié signait une tribune pour Les Échos sur les propos d’Emmanuel Macron et le sta- tut de la fonction publique� 27 septembre Chômage en hausse, pauvreté en baisse : comment expliquer le paradoxe ? Agnès Verdier-Molinié et Éric Heyer, économiste à l’OFCE débattaient sur Europe 1 de la relation entre-temps de travail et richesse� ❚ Suivez au jour le jour l’actualité de la Fondation iFRAP dans les médias sur www.ifrap.org,rubrique « Médias ». Directeur de la publication: Agnès Verdier-Molinié. Directrice de la rédaction: Sandrine Gorreri. Rédactrice en chef: Agnès Verdier-Molinié (institutions, santé, syndicats). Équipe de rédaction: Christian Arnault, Philippe François (retraites, santé), Manon Meistermann (éducation), Samuel Servière (fiscalité). Conseil éditorial : Bertrand Nouel. Responsable du service abonnements: Monique Olivet. Conception éditoriale et graphique, secrétariat de rédaction: (0387691801). Mise en page, correction-révision: Pixel Image. Impression: Socosprint Imprimeurs,36 route d’Archettes, 88000 Épinal. Dépôt légal: octobre 2015. ISSN: 1299-6734. CPPAP: 0120 G 82410. est une publication de la Fondation iFRAP. Fondation reconnue d'utilité publique. Mensuel. Prix au numéro : 8 €. Abonnement annuel : 65 €. 5 rue Cadet, 75009 Paris. Tél. 01 42 33 29 15. contact@ifrap.org. Site Internet : www.ifrap.org S O C I É T É C I V I L ENuméro spécial SEPTEMBRE 2015 L'IFRAP ET LES MÉDIAS ❚
  32. 32. AVANTAGE FISCAL* Vous êtes une personne morale: réduction d’impôt de 60 % à imputer directement sur l’impôt sur les sociétés, dans la limite de 5 ‰ du chiffre d’affaires HT (report possible durant 5 ans). Vous êtes une personne physique: au titre de l’impôt sur le revenu, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt de 66 % de vos versements, dans la limite de 20 % du revenu imposable; au titre de l’ISF, vous bénéficiez d’une réduction d’impôt, dans la limite de 45000 euros, de 75 % de vos dons versés. * Seuls les dons donnent droit à déduction fiscale. SC161 ❏ OUI, je soutiens la Fondation iFRAP et fais un don de ......................... € que je règle par chèque*, libellé à l’ordre de la Fondation iFRAP S O U T E N I R L A F O N D A T I O N i FR A P ❏ M. ❏ Mme ❏ Mlle Nom.................................................................................. Prénom ............................................................................. Organisme......................................................................... Adresse............................................................................. Code postal....................................................................... Localité.............................................................................. E-mail................................................................................ En application de la loi Informatique et liberté du 06/01/1978, vous disposez d’un droit d’accès et de rectification des informations vous concernant. Ces données pourront être échangées avec d’autres organismes. Vous pouvez vous y opposer en cochant cette case ❏ ❏ OUI, je m’abonne à Société Civile pour 1 an, soit 65 € au lieu de 88 € que je règle par chèque*, libellé à l’ordre de la Fondation iFRAP au lieu de 88 €au lieu de 88 €au lieu de 88 Bulletin à retourner à: Fondation iFRAP 5 rue Cadet 75009 Paris - Tél.: 0142332915 - E-mail: contact@ifrap.org Une mission La Fondation iFRAP est une fondation d’utilité publique, reconnue par décret en Conseil d’État paru au Journal officiel le 19 novembre 2009. Fondation unique à la fois par son objet: « Effectuer des études et des recherches scientifiques sur l’effica- cité des politiques publiques, notamment celles visant la recherche du plein-emploi et le développement économique, faire connaître le fruit de ces études à l’opinion publique, proposer des mesures d’amélio- ration et mener toutes les actions en vue de la mise en œuvre par le gouvernement et le Parlement des mesures proposées » et par son financement exclusivement privé. Elle est le résultat de 30 années de recherches et de publications visant la performance des dépenses publiques. Une équipe La Fondation iFRAP est dirigée par un conseil d’administration. Bernard Zimmern est président d’honneur et Agnès Verdier-Molinié est le directeur. L’équipe de chercheurs réalise un travail d’investigation, s’appuyant sur des faits et chiffres objectifs, fruits de recherches économiques et économétriques, publiés dans sa revue mensuelle Société Civile. L’équipe de la Fondation est également présente au quotidien auprès des médias et des décideurs. Des résultats Nombre de propositions de l’iFRAP sont d’ores et déjà devenues réalité dans la législation. ❚ La création d’un Comité d’évaluation et de contrôle des politiques publiques à l’Assemblée nationale ; ❚ L’inscription de l’obligation de transpa- rence pour le financement des syndicats dans la loi ; ❚ La déduction d’ISF pour les investisse- ments dans les PME ; ❚ Les sociétés de capitaux à transparence fiscale (SCT) ; ❚ L’ouverture du recrutement des directeurs d’hôpitaux publics aux diplômés du privé. Juin2015-8 € L E M E N S U E L D E L A F O N D AT I O N i F R A P E n q u ê t e r p o u r r é f o r m e r N °  158 S O C I É T É C I V I L E DELA FONDATION IFRAP PÉNITENTIAIRE LE PLAN CHOC Juin2015-8 € Juillet2015-8 € L E M E N S U E L D E L A F O N D AT I O N i F R A P E n q u ê t e r p o u r r é f o r m e r N °  159 S O C I É T É C I V I L E LA GESTION DU GRAND LYON Juillet2015-8 € S O C I Septem bre2015-8 € L E M E N S U E L D E L A F O N D AT I O N i F R A P E n q u ê t e r p o u r r é f o r m e r N °  160 S O C I É T É C I V I L E PIB MARCHAND ET PRÉLÈVEMENTS OBLIGATOIRES LE GRAND DÉCALAGE

×