SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  2
Télécharger pour lire hors ligne
"Connaître et anticiper" : une fonction stratégique centrale, mais un métier à la
peine faute de bases théoriques solides
Fort d’une longue expérience de l’exploitation du renseignement (centre d’exploitation du
renseignement militaire, puis DRM), le CV (R) Francis Beau plaide pour un rapprochement qu’il juge
indispensable entre une pratique de la fonction exploitation très affectée par un environnement
technico-opérationnel en pleine mutation, et une recherche universitaire qui s’intéresserait au
renseignement sous l’angle de l’organisation des connaissances au service de l’anticipation.
Alors que le Livre blanc a récemment confirmé la fonction connaissance et anticipation dans sa dimension
stratégique, le rôle central du renseignement et l'importance de sa fonction d'exploitation méritent d’être
soulignés. En effet, l’organisation des connaissances, condition sine qua non de la pertinence du
renseignement et de l’anticipation stratégique, devient un enjeu majeur pour des services submergés par des
flots d’information éphémères et parfois concurrencés par des médias à l’affût de sensationnel et contraints à
l’instantanéité. Pourtant aucune avancée théorique ou méthodologique susceptible de les soulager ne semble
se profiler sur un horizon toujours bien encombré par nombre de développements informatiques toujours
plus coûteux et aussi invariablement voués à l’échec que leurs prédécesseurs, faute du support conceptuel
que seule une véritable théorie scientifique de l’organisation des connaissances serait susceptible de leur
apporter.
Il ne peut y avoir de renseignement pertinent sans ce travail essentiel d'exploitation, qui anticipe en
transformant dans une mémoire organisée l'information en connaissance puis en savoir. L'information
recueillie y est associée à d'autres connaissances capitalisées, avec lesquelles elle doit être corrélée afin de
composer un savoir susceptible in fine d'être communiqué à un décideur dont le besoin aura été anticipé.
L’anticipation permet au stratège de devancer l’adversaire ou l'agresseur et d’arrêter en temps utile la
stratégie destinée à le contrer. Pour anticiper en matière de stratégie, il faut acquérir les connaissances utiles
avant que le besoin ne s’exprime, c’est-à-dire avant le déclenchement de la crise. Le renseignement est donc
une fonction stratégique centrale, condition nécessaire à l’anticipation et préalable indispensable au choix et
à la mise en œuvre des autres fonctions stratégiques (dissuasion, protection, prévention et intervention).
Mais si le renseignement permet au stratège d’anticiper, c’est néanmoins à la seule condition qu'il parvienne
lui-même à anticiper pour prévenir les besoins du stratège en les devançant, et être en mesure d’y répondre
en temps utile, c'est-à-dire la plupart du temps, avant même d’avoir été sollicité. Pour la fonction
renseignement, l’anticipation repose sur la capitalisation, opération au cours de laquelle se réalise le travail
de la mémoire, qui est le lieu d'élaboration des connaissances et du savoir qui en découle.
La connaissance, à condition d’être organisée pour permettre sa capitalisation et le fonctionnement d’une
mémoire, est au cœur des métiers de l'exploitation du renseignement. C'est l’organisation des connaissances
qui permet de garantir la pertinence de l'information et par là l'efficacité du renseignement en lieu et en
temps utile. À la différence de la simple information qui ne répond pas nécessairement à un besoin précis, le
renseignement ne vaut en effet que par sa pertinence, c'est-à-dire par son adéquation au besoin auquel il
répond. Dans un environnement caractérisé par l’incertitude, la forte implication des facteurs humains et la
versatilité des situations, sa fiabilité peut être faible, sa subjectivité est la plupart du temps inévitable, mais sa
pertinence est toujours essentielle. C'est elle qui exprime son adéquation au besoin qu'il a pour vocation
première de satisfaire en l’anticipant pour y répondre à temps.
La fonction connaissance et anticipation a été confirmée en 2013 dans le nouveau Livre blanc sur la
défense et la sécurité nationale, lequel précise que le renseignement joue un rôle central en irriguant
chacune des autres fonctions stratégiques. Dans ces conditions, il peut paraître étonnant que ces notions de
connaissance et d’anticipation soient si peu abordées dans les études théoriques de la fonction
renseignement. Ces dernières dont les Anglo-saxons se sont fait une spécialité sous le nom d’Intelligence
studies, se situent en effet au carrefour de nombreuses disciplines (histoire, sciences politiques, relations
internationales, criminologie, sociologie, psychologie, etc.), mais aucune théorie du renseignement, qui
s’attaquerait à cette fonction stratégique de connaissance et d’anticipation, ne semble émerger. Les théories
issues de ce vaste carrefour disciplinaire qui se préoccupent d’exploitation abordent les problèmes
complexes d’analyse, de prévision et de fiabilité du renseignement, de biais cognitifs, de facteurs culturels et
organisationnels, la plupart du temps en se fondant sur l’analyse des échecs et sur des considérations
politiques ou éthiques. Mais aucune ne semble s’intéresser à la pertinence de l'information, à l’anticipation
qui en assure la communication en temps utile, à l’organisation des connaissances qui en est la condition sine
qua non et à une modélisation des processus d’exploitation de l’information qui prenne en compte de
manière réaliste tous ces aspects essentiels de l’élaboration d’un renseignement de qualité.
Pourtant, sans modélisation réaliste de ces processus, l’élaboration de méthodes de travail rigoureuses
comme leur adaptation à l’environnement numérique des outils de capitalisation et de diffusion (ordinateurs
et réseaux), demeure impossible. Les méthodes de travail de l’exploitation du renseignement sont en effet
impérativement tenues de s’adapter à la révolution numérique en cours, qui affecte autant l’environnement
technologique des métiers de l’information en général, que l’environnement opérationnel des activités
stratégiques. D'un côté, la rapidité des progrès d'une technologie prolifique rend ses traductions
méthodologiques difficiles à théoriser. De l'autre, l'accélération formidable des conditions de la décision
stratégique impose un rythme tel à l'élaboration des savoirs nécessaires à l'action que la fiabilité du travail
s'en trouve dangereusement diminuée faute de méthodes adaptées.
Face à un besoin méthodologique désormais criant, provoqué par cette révolution numérique, un sérieux
effort théorique s’avère indispensable. Ce dernier doit être solidement arrimé à l’expérience pratique d’un
métier souvent mal connu, et fermement attaché à l’exigence de résultats concrets. Dans un environnement
opérationnel plus attiré par les mirages d'une technologie de moins en moins maîtrisable, que par l'austérité
de travaux théoriques souvent jugés déconnectés des réalités pratiques, ces conditions sont en effet
nécessaires si l’on veut éviter de creuser encore le fossé qui sépare les intelligence studies, des exigences
pratiques d’un métier en grande difficulté.
Compte tenu de ces faiblesses théoriques qui affectent l’exploitation du renseignement dans notre
environnement désormais numérique, il ne semble en effet pas tout à fait surprenant que la fonction
"connaissance et anticipation" puisse être quelque peu malmenée dans la pratique. Submergés par un flux
d'information surabondante à un point tel qu'ils jugent impossible tout effort méthodologique susceptible
d'en faciliter l'exploitation collective en organisant les connaissances accumulées, nombreux sont en effet les
praticiens de l’exploitation du renseignement qui sont ainsi contraints de renoncer à capitaliser. Ils n'ont plus
alors qu'à attendre leur salut de leur seule mémoire ou d'une sorte de miracle technologique bien improbable
qui donnerait au seul calcul et à l'informatique le pouvoir de transformer des données enregistrées en
connaissances capitalisées.
Dans ces conditions, il apparaît important de réduire ce fossé qui sépare la fonction stratégique
"connaissance et anticipation" (le renseignement et sa fonction d’exploitation) de la recherche universitaire.
Une structure académique telle que l’IRSEM censée faire autorité en matière de recherche stratégique,
semblerait tout à fait indiquée, dans le cadre d’études françaises sur le renseignement dont elle souhaite
favoriser l’émergence (cf. Étude de l'IRSEM n°9 – 2011 : Étudier le renseignement, état de l’art et
perspectives de recherche), pour soutenir un tel rapprochement entre théorie et pratique. Le renseignement
militaire français pourrait en être le catalyseur tout en profitant largement des développements
méthodologiques qui ne manqueraient pas d’en résulter, à condition d’accorder à la modélisation théorique
de ses processus d’élaboration du renseignement toute l’attention qu’elle mérite. Malgré les difficultés
inhérentes à la mise en œuvre de toute démarche innovante en environnement opérationnel contraignant, la
DRM pourrait tirer avantage d’un tel rapprochement qui créerait ainsi ce lieu de rencontre tellement
nécessaire entre une théorie solide et une pratique réaliste. À partir de là pourrait se développer une véritable
"théorie du renseignement" susceptible de faire progresser la fonction "connaissance et anticipation" en
l’adaptant aux bouleversements technico-opérationnels induits par l’avènement des sociétés de l’information.
Francis BEAU
Capitaine de Vaisseau (R) - http://francis-beau.blogspot.fr

Contenu connexe

Similaire à Connaître et anticiper

Alignement stratégique
Alignement stratégiqueAlignement stratégique
Alignement stratégiqueRené MANDEL
 
Osez expérimenter un véritable esprit de veille au sein de vos équipes ! Synf...
Osez expérimenter un véritable esprit de veille au sein de vos équipes ! Synf...Osez expérimenter un véritable esprit de veille au sein de vos équipes ! Synf...
Osez expérimenter un véritable esprit de veille au sein de vos équipes ! Synf...C.CONSULTING ASSISTANCE
 
Intelligence economique et_strategique_les_systemes_d_information_au_coeur_de...
Intelligence economique et_strategique_les_systemes_d_information_au_coeur_de...Intelligence economique et_strategique_les_systemes_d_information_au_coeur_de...
Intelligence economique et_strategique_les_systemes_d_information_au_coeur_de...Abderrahim Rafik
 
intelligence-economique-guide-integral.pdf
intelligence-economique-guide-integral.pdfintelligence-economique-guide-integral.pdf
intelligence-economique-guide-integral.pdfMohamedElAdnani6
 
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...espenel
 
Diemension stratégique si
Diemension stratégique siDiemension stratégique si
Diemension stratégique siYassir Zaaiter
 
Synthèse Solucom - Big data : une mine d'or pour l'Assurance
Synthèse Solucom - Big data : une mine d'or pour l'AssuranceSynthèse Solucom - Big data : une mine d'or pour l'Assurance
Synthèse Solucom - Big data : une mine d'or pour l'AssuranceWavestone
 
Intelligence Economique - Un guide pour débutant
Intelligence Economique - Un guide pour débutantIntelligence Economique - Un guide pour débutant
Intelligence Economique - Un guide pour débutantSynergie Media
 
2002 - Fracture numérique, fracture sociale ?
2002 - Fracture numérique, fracture sociale ?2002 - Fracture numérique, fracture sociale ?
2002 - Fracture numérique, fracture sociale ?Genève Lab
 
Sécurité informatique : un marché dynamisé par le Big Data @ITrustBlog
Sécurité informatique : un marché dynamisé par le Big Data @ITrustBlogSécurité informatique : un marché dynamisé par le Big Data @ITrustBlog
Sécurité informatique : un marché dynamisé par le Big Data @ITrustBlogITrust - Cybersecurity as a Service
 
Infocentre et système décisionnel
Infocentre et système décisionnelInfocentre et système décisionnel
Infocentre et système décisionnelMichel Bruley
 
Mise en place d'1 cellule de veille- BALI.ppt
Mise en place d'1 cellule de veille- BALI.pptMise en place d'1 cellule de veille- BALI.ppt
Mise en place d'1 cellule de veille- BALI.pptDalilaMech
 
Veille StratéGique,Cas Du Cabinet Dexpert C Omptable
Veille StratéGique,Cas Du Cabinet Dexpert C OmptableVeille StratéGique,Cas Du Cabinet Dexpert C Omptable
Veille StratéGique,Cas Du Cabinet Dexpert C OmptableTarek Abdellatif
 
Innovations dans la défense : enseignements de ma thèse professionnelle
Innovations dans la défense : enseignements de ma thèse professionnelleInnovations dans la défense : enseignements de ma thèse professionnelle
Innovations dans la défense : enseignements de ma thèse professionnelleLauraline MANIGLIER
 

Similaire à Connaître et anticiper (20)

Veille prospective
Veille prospectiveVeille prospective
Veille prospective
 
Alignement stratégique
Alignement stratégiqueAlignement stratégique
Alignement stratégique
 
Osez expérimenter un véritable esprit de veille au sein de vos équipes ! Synf...
Osez expérimenter un véritable esprit de veille au sein de vos équipes ! Synf...Osez expérimenter un véritable esprit de veille au sein de vos équipes ! Synf...
Osez expérimenter un véritable esprit de veille au sein de vos équipes ! Synf...
 
Intelligence economique et_strategique_les_systemes_d_information_au_coeur_de...
Intelligence economique et_strategique_les_systemes_d_information_au_coeur_de...Intelligence economique et_strategique_les_systemes_d_information_au_coeur_de...
Intelligence economique et_strategique_les_systemes_d_information_au_coeur_de...
 
intelligence-economique-guide-integral.pdf
intelligence-economique-guide-integral.pdfintelligence-economique-guide-integral.pdf
intelligence-economique-guide-integral.pdf
 
Lesca caron-1995
Lesca caron-1995Lesca caron-1995
Lesca caron-1995
 
83830564
8383056483830564
83830564
 
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
Capitalisation d'expériences pour l'indexation et la recherche d'information ...
 
Diemension stratégique si
Diemension stratégique siDiemension stratégique si
Diemension stratégique si
 
Veille.pptx
Veille.pptxVeille.pptx
Veille.pptx
 
Veille.pptx
Veille.pptxVeille.pptx
Veille.pptx
 
Veille (1).pptx
Veille (1).pptxVeille (1).pptx
Veille (1).pptx
 
Synthèse Solucom - Big data : une mine d'or pour l'Assurance
Synthèse Solucom - Big data : une mine d'or pour l'AssuranceSynthèse Solucom - Big data : une mine d'or pour l'Assurance
Synthèse Solucom - Big data : une mine d'or pour l'Assurance
 
Intelligence Economique - Un guide pour débutant
Intelligence Economique - Un guide pour débutantIntelligence Economique - Un guide pour débutant
Intelligence Economique - Un guide pour débutant
 
2002 - Fracture numérique, fracture sociale ?
2002 - Fracture numérique, fracture sociale ?2002 - Fracture numérique, fracture sociale ?
2002 - Fracture numérique, fracture sociale ?
 
Sécurité informatique : un marché dynamisé par le Big Data @ITrustBlog
Sécurité informatique : un marché dynamisé par le Big Data @ITrustBlogSécurité informatique : un marché dynamisé par le Big Data @ITrustBlog
Sécurité informatique : un marché dynamisé par le Big Data @ITrustBlog
 
Infocentre et système décisionnel
Infocentre et système décisionnelInfocentre et système décisionnel
Infocentre et système décisionnel
 
Mise en place d'1 cellule de veille- BALI.ppt
Mise en place d'1 cellule de veille- BALI.pptMise en place d'1 cellule de veille- BALI.ppt
Mise en place d'1 cellule de veille- BALI.ppt
 
Veille StratéGique,Cas Du Cabinet Dexpert C Omptable
Veille StratéGique,Cas Du Cabinet Dexpert C OmptableVeille StratéGique,Cas Du Cabinet Dexpert C Omptable
Veille StratéGique,Cas Du Cabinet Dexpert C Omptable
 
Innovations dans la défense : enseignements de ma thèse professionnelle
Innovations dans la défense : enseignements de ma thèse professionnelleInnovations dans la défense : enseignements de ma thèse professionnelle
Innovations dans la défense : enseignements de ma thèse professionnelle
 

Dernier

MÉMOIRE DE MASTER EN DIAGNOSTIC DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES
MÉMOIRE DE MASTER EN DIAGNOSTIC DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUESMÉMOIRE DE MASTER EN DIAGNOSTIC DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES
MÉMOIRE DE MASTER EN DIAGNOSTIC DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUESMejdiAbassi1
 
RAPPORT PFE Projet urbain: -«El-Hamma d'un quartier à une ville» -«La créat...
RAPPORT  PFE Projet urbain: -«El-Hamma d'un quartier à une ville»  -«La créat...RAPPORT  PFE Projet urbain: -«El-Hamma d'un quartier à une ville»  -«La créat...
RAPPORT PFE Projet urbain: -«El-Hamma d'un quartier à une ville» -«La créat...MassinissaDjender
 
La face cachée des jeux vidéo - Conférence de 15/05 2024
La face cachée des jeux vidéo - Conférence de 15/05 2024La face cachée des jeux vidéo - Conférence de 15/05 2024
La face cachée des jeux vidéo - Conférence de 15/05 2024Boris Krywicki
 
La constellation d'Andromède.présentation.pptx
La constellation d'Andromède.présentation.pptxLa constellation d'Andromède.présentation.pptx
La constellation d'Andromède.présentation.pptxirinahirbea
 
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024melodiefaury
 
rapport de stage Organisme d’accueil Centre National d'Etudes & de Recherche...
rapport de stage Organisme d’accueil  Centre National d'Etudes & de Recherche...rapport de stage Organisme d’accueil  Centre National d'Etudes & de Recherche...
rapport de stage Organisme d’accueil Centre National d'Etudes & de Recherche...MassinissaDjender
 

Dernier (6)

MÉMOIRE DE MASTER EN DIAGNOSTIC DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES
MÉMOIRE DE MASTER EN DIAGNOSTIC DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUESMÉMOIRE DE MASTER EN DIAGNOSTIC DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES
MÉMOIRE DE MASTER EN DIAGNOSTIC DES SYSTÈMES ÉNERGÉTIQUES
 
RAPPORT PFE Projet urbain: -«El-Hamma d'un quartier à une ville» -«La créat...
RAPPORT  PFE Projet urbain: -«El-Hamma d'un quartier à une ville»  -«La créat...RAPPORT  PFE Projet urbain: -«El-Hamma d'un quartier à une ville»  -«La créat...
RAPPORT PFE Projet urbain: -«El-Hamma d'un quartier à une ville» -«La créat...
 
La face cachée des jeux vidéo - Conférence de 15/05 2024
La face cachée des jeux vidéo - Conférence de 15/05 2024La face cachée des jeux vidéo - Conférence de 15/05 2024
La face cachée des jeux vidéo - Conférence de 15/05 2024
 
La constellation d'Andromède.présentation.pptx
La constellation d'Andromède.présentation.pptxLa constellation d'Andromède.présentation.pptx
La constellation d'Andromède.présentation.pptx
 
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
Intervention dans le cadre de la journée SOUND du 26 avril 2024
 
rapport de stage Organisme d’accueil Centre National d'Etudes & de Recherche...
rapport de stage Organisme d’accueil  Centre National d'Etudes & de Recherche...rapport de stage Organisme d’accueil  Centre National d'Etudes & de Recherche...
rapport de stage Organisme d’accueil Centre National d'Etudes & de Recherche...
 

Connaître et anticiper

  • 1. "Connaître et anticiper" : une fonction stratégique centrale, mais un métier à la peine faute de bases théoriques solides Fort d’une longue expérience de l’exploitation du renseignement (centre d’exploitation du renseignement militaire, puis DRM), le CV (R) Francis Beau plaide pour un rapprochement qu’il juge indispensable entre une pratique de la fonction exploitation très affectée par un environnement technico-opérationnel en pleine mutation, et une recherche universitaire qui s’intéresserait au renseignement sous l’angle de l’organisation des connaissances au service de l’anticipation. Alors que le Livre blanc a récemment confirmé la fonction connaissance et anticipation dans sa dimension stratégique, le rôle central du renseignement et l'importance de sa fonction d'exploitation méritent d’être soulignés. En effet, l’organisation des connaissances, condition sine qua non de la pertinence du renseignement et de l’anticipation stratégique, devient un enjeu majeur pour des services submergés par des flots d’information éphémères et parfois concurrencés par des médias à l’affût de sensationnel et contraints à l’instantanéité. Pourtant aucune avancée théorique ou méthodologique susceptible de les soulager ne semble se profiler sur un horizon toujours bien encombré par nombre de développements informatiques toujours plus coûteux et aussi invariablement voués à l’échec que leurs prédécesseurs, faute du support conceptuel que seule une véritable théorie scientifique de l’organisation des connaissances serait susceptible de leur apporter. Il ne peut y avoir de renseignement pertinent sans ce travail essentiel d'exploitation, qui anticipe en transformant dans une mémoire organisée l'information en connaissance puis en savoir. L'information recueillie y est associée à d'autres connaissances capitalisées, avec lesquelles elle doit être corrélée afin de composer un savoir susceptible in fine d'être communiqué à un décideur dont le besoin aura été anticipé. L’anticipation permet au stratège de devancer l’adversaire ou l'agresseur et d’arrêter en temps utile la stratégie destinée à le contrer. Pour anticiper en matière de stratégie, il faut acquérir les connaissances utiles avant que le besoin ne s’exprime, c’est-à-dire avant le déclenchement de la crise. Le renseignement est donc une fonction stratégique centrale, condition nécessaire à l’anticipation et préalable indispensable au choix et à la mise en œuvre des autres fonctions stratégiques (dissuasion, protection, prévention et intervention). Mais si le renseignement permet au stratège d’anticiper, c’est néanmoins à la seule condition qu'il parvienne lui-même à anticiper pour prévenir les besoins du stratège en les devançant, et être en mesure d’y répondre en temps utile, c'est-à-dire la plupart du temps, avant même d’avoir été sollicité. Pour la fonction renseignement, l’anticipation repose sur la capitalisation, opération au cours de laquelle se réalise le travail de la mémoire, qui est le lieu d'élaboration des connaissances et du savoir qui en découle. La connaissance, à condition d’être organisée pour permettre sa capitalisation et le fonctionnement d’une mémoire, est au cœur des métiers de l'exploitation du renseignement. C'est l’organisation des connaissances qui permet de garantir la pertinence de l'information et par là l'efficacité du renseignement en lieu et en temps utile. À la différence de la simple information qui ne répond pas nécessairement à un besoin précis, le renseignement ne vaut en effet que par sa pertinence, c'est-à-dire par son adéquation au besoin auquel il répond. Dans un environnement caractérisé par l’incertitude, la forte implication des facteurs humains et la versatilité des situations, sa fiabilité peut être faible, sa subjectivité est la plupart du temps inévitable, mais sa pertinence est toujours essentielle. C'est elle qui exprime son adéquation au besoin qu'il a pour vocation première de satisfaire en l’anticipant pour y répondre à temps. La fonction connaissance et anticipation a été confirmée en 2013 dans le nouveau Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale, lequel précise que le renseignement joue un rôle central en irriguant chacune des autres fonctions stratégiques. Dans ces conditions, il peut paraître étonnant que ces notions de connaissance et d’anticipation soient si peu abordées dans les études théoriques de la fonction renseignement. Ces dernières dont les Anglo-saxons se sont fait une spécialité sous le nom d’Intelligence studies, se situent en effet au carrefour de nombreuses disciplines (histoire, sciences politiques, relations internationales, criminologie, sociologie, psychologie, etc.), mais aucune théorie du renseignement, qui s’attaquerait à cette fonction stratégique de connaissance et d’anticipation, ne semble émerger. Les théories issues de ce vaste carrefour disciplinaire qui se préoccupent d’exploitation abordent les problèmes complexes d’analyse, de prévision et de fiabilité du renseignement, de biais cognitifs, de facteurs culturels et
  • 2. organisationnels, la plupart du temps en se fondant sur l’analyse des échecs et sur des considérations politiques ou éthiques. Mais aucune ne semble s’intéresser à la pertinence de l'information, à l’anticipation qui en assure la communication en temps utile, à l’organisation des connaissances qui en est la condition sine qua non et à une modélisation des processus d’exploitation de l’information qui prenne en compte de manière réaliste tous ces aspects essentiels de l’élaboration d’un renseignement de qualité. Pourtant, sans modélisation réaliste de ces processus, l’élaboration de méthodes de travail rigoureuses comme leur adaptation à l’environnement numérique des outils de capitalisation et de diffusion (ordinateurs et réseaux), demeure impossible. Les méthodes de travail de l’exploitation du renseignement sont en effet impérativement tenues de s’adapter à la révolution numérique en cours, qui affecte autant l’environnement technologique des métiers de l’information en général, que l’environnement opérationnel des activités stratégiques. D'un côté, la rapidité des progrès d'une technologie prolifique rend ses traductions méthodologiques difficiles à théoriser. De l'autre, l'accélération formidable des conditions de la décision stratégique impose un rythme tel à l'élaboration des savoirs nécessaires à l'action que la fiabilité du travail s'en trouve dangereusement diminuée faute de méthodes adaptées. Face à un besoin méthodologique désormais criant, provoqué par cette révolution numérique, un sérieux effort théorique s’avère indispensable. Ce dernier doit être solidement arrimé à l’expérience pratique d’un métier souvent mal connu, et fermement attaché à l’exigence de résultats concrets. Dans un environnement opérationnel plus attiré par les mirages d'une technologie de moins en moins maîtrisable, que par l'austérité de travaux théoriques souvent jugés déconnectés des réalités pratiques, ces conditions sont en effet nécessaires si l’on veut éviter de creuser encore le fossé qui sépare les intelligence studies, des exigences pratiques d’un métier en grande difficulté. Compte tenu de ces faiblesses théoriques qui affectent l’exploitation du renseignement dans notre environnement désormais numérique, il ne semble en effet pas tout à fait surprenant que la fonction "connaissance et anticipation" puisse être quelque peu malmenée dans la pratique. Submergés par un flux d'information surabondante à un point tel qu'ils jugent impossible tout effort méthodologique susceptible d'en faciliter l'exploitation collective en organisant les connaissances accumulées, nombreux sont en effet les praticiens de l’exploitation du renseignement qui sont ainsi contraints de renoncer à capitaliser. Ils n'ont plus alors qu'à attendre leur salut de leur seule mémoire ou d'une sorte de miracle technologique bien improbable qui donnerait au seul calcul et à l'informatique le pouvoir de transformer des données enregistrées en connaissances capitalisées. Dans ces conditions, il apparaît important de réduire ce fossé qui sépare la fonction stratégique "connaissance et anticipation" (le renseignement et sa fonction d’exploitation) de la recherche universitaire. Une structure académique telle que l’IRSEM censée faire autorité en matière de recherche stratégique, semblerait tout à fait indiquée, dans le cadre d’études françaises sur le renseignement dont elle souhaite favoriser l’émergence (cf. Étude de l'IRSEM n°9 – 2011 : Étudier le renseignement, état de l’art et perspectives de recherche), pour soutenir un tel rapprochement entre théorie et pratique. Le renseignement militaire français pourrait en être le catalyseur tout en profitant largement des développements méthodologiques qui ne manqueraient pas d’en résulter, à condition d’accorder à la modélisation théorique de ses processus d’élaboration du renseignement toute l’attention qu’elle mérite. Malgré les difficultés inhérentes à la mise en œuvre de toute démarche innovante en environnement opérationnel contraignant, la DRM pourrait tirer avantage d’un tel rapprochement qui créerait ainsi ce lieu de rencontre tellement nécessaire entre une théorie solide et une pratique réaliste. À partir de là pourrait se développer une véritable "théorie du renseignement" susceptible de faire progresser la fonction "connaissance et anticipation" en l’adaptant aux bouleversements technico-opérationnels induits par l’avènement des sociétés de l’information. Francis BEAU Capitaine de Vaisseau (R) - http://francis-beau.blogspot.fr