SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  105
Télécharger pour lire hors ligne
ASPHYXIE - GAZ TOXIQUES
CONCENTRATIONS D'AGENTS CHIMIQUES DANS L'ATMOSPHÈRE DES
LIEUX DE TRAVAIL
o Valeurs limites d’exposition professionnelle
o Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm)
o Les lois physiques des gaz
mars 21
Une bonne qualité de l’air est essentielle ! Si l’Homme
est capable de rester 30 jours sans manger et 3 jours
sans boire, il peut difficilement passer plus de 3
minutes sans respirer !
Dr. François Parant
Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
CONCENTRATIONS D'AGENTS CHIMIQUES DANS L'ATMOSPHÈRE DES
LIEUX DE TRAVAIL
o Valeurs limites d’exposition professionnelle
o Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm)
o Les lois physiques des gaz
ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène
INTOXICATION par perturbation de l’oxygénation des tissus
o MONOXYDE DE CARBONE
o HYDROGÈNE SULFURÉ
CONCENTRATIONS D'AGENTS CHIMIQUES DANS L'ATMOSPHÈRE DES
LIEUX DE TRAVAIL
o Valeurs limites d’exposition professionnelle
o Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm)
o Les lois physiques des gaz
ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène
INTOXICATION par perturbation de l’oxygénation des tissus
o MONOXYDE DE CARBONE
o HYDROGÈNE SULFURÉ
QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOIN
Concentrations d'agents chimiques
dans l'atmosphère des lieux de travail
mars 21
Valeurs limites d’exposition professionnelle
Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm)
Les lois physiques des gaz
mars 21
… sont exprimées en :
o mg/m3
Pour les toxiques ne dégageant pas de vapeurs à
température et pression ambiante (métaux, sels, etc.)
o f/cm3 (fibres/cm3)
Par exemple, pour l’amiante
o ppm (parties par million) et mg/m3
Pour les gaz
VALEURS LIMITES D’EXPOSITION
PROFESSIONNELLE
mars 21
VALEURS LIMITES D’EXPOSITION
PROFESSIONNELLE
Aide-mémoire technique ED 984
« Valeurs limites d’exposition
professionnelle aux agents chimiques en
France », d’octobre 2016.
mars 21
Valeurs limites d'exposition
professionnelle (VLEP) :
• Valeurs limites sur 8
heures (VLEP8h) = valeur
limite de moyenne
d'exposition (VME)
• Valeur limite de courte
durée (VLCT)
Unités :
• ppm
• mg/m3
VALEURS LIMITES D’EXPOSITION
PROFESSIONNELLE
mars 21
VALEURS LIMITES D’EXPOSITION
PROFESSIONNELLE
Concentrations d'agents chimiques
dans l'atmosphère des lieux de travail
mars 21
Valeurs limites d’exposition professionnelle
Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm)
Les lois physiques des gaz
mars 21
Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm)
Mètre cube (m3) (unité)
1 m3 = 1 million de cm3
Pour 1 m3,
1 cm3 = 1 ppm
10 000 ppm = 1 %
mars 21
APPLICATION
Réchauffement climatique et dioxyde de carbone
o XIXème siècle : CO2 = 270 ppm
o Aujourd’hui : CO2 = 400 ppm
o Pour 1 m3 d’air  270 cm3 de CO2
o Pour 1 m3 d’air  400 cm3 de CO2
o donc 999 730 cm3 autres gaz
o donc 999 600 cm3 autres gaz
Dioxyde de carbone = gaz
peu abondant
L’air contient aujourd’hui
environ 0,04 % de CO2
Les concentrations atmosphériques en CO2 continuent d’augmenter : 414 ppm en mars 2020 ;
416 ppm en mars 2021
Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm)
mars 21
Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm)
Concentrations d'agents chimiques
dans l'atmosphère des lieux de travail
mars 21
Valeurs limites d’exposition professionnelle
Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm)
Les lois physiques des gaz
mars 21
LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ
mars 21
LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ
Mole (unité)
o La mole est la quantité de matière d'un système contenant autant d'entités
élémentaires qu'il y a d'atomes dans 12 grammes de carbone 12
o Une mole d’atomes contient environ 6,022 140 40 × 1023 atomes
Pour donner un ordre de grandeur, le même nombre de grains de pop-corn permettrait de recouvrir la surface des
États-Unis d'une couche uniforme d'une épaisseur d'environ 14 km
mars 21
Loi d'Avogadro
o Tous les gaz parfaits ont le même volume molaire (Vm) dans les
mêmes conditions de pression et de température
Le volume molaire d'un gaz parfait est de :
o 22,414 L/mol si T=0°C, P=1 atm
LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ
mars 21
Loi de Charles
o à pression constante, le volume molaire est
directement proportionnel à la température
(T en Kelvin)
Le volume molaire d'un gaz parfait est de :
o 22,414 L/mol si T=0°C, P=1 atm
o 24,055 L/mol si T=20°C, P=1 atm
o 24,467 L/mol si T=25°C, P=1 atm
22,414 x [273 + 20] / 273 = 24,055
V = K x T V1 = K x T1
<=> K = V1/T1
V2 = K x T2
<=> K = V2/T2
V1/T1 = V2/T2
<=> V1/V2 = T1/T2
LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ
V=K.T
mars 21
Loi de Gay-Lussac
o à volume constant, la pression est proportionnelle à
la température (T en Kelvin)
LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ
P=K’.T
mars 21
LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ
Loi des gaz
Loi de Boyle-Mariotte
P x V = constante à température constante
si, à P constante, V et T sont reliés (loi de Charles)
Et si, à V constant, P et T sont reliées (Gay-Lussac)
… alors P, V et T sont reliés
mars 21
Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm)
Comment convertir des ppm en mg/m3 ?
Masse molaire du C02 : 44,0095 g/mol 12 + [2 x 16]
Pour P = 1 atm et T= 20°C : 1 mol = 24,05 L
44,0095 g = 24,055 L
44,0095 g = 24,055 dm3
44,0095 mg = 24,055 cm3
1 cm3 = [44,0095 /24,055] mg
1 cm3 = 1,8295 mg
1 ppm de CO2 = 1,8295 mg
mars 21
Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm)
Acétate de 2-butoxyéthyle
Masse molaire : 160.2 g/mol
Valeur Moyenne d’Exposition : 10 ppm
 [160,2 / 24,055 ] x 10 = 66,5 mg/m3
C8H16O3
Si T° = 20°C
 [160,2 / 22,414 ] x 10 = 71,5 mg/m3
Si T° = 0°C
Les ppm permettent
d’exprimer des valeurs limites
d’exposition en milieu de
travail indépendamment de la
température
LES DANGERS DES GAZ
mars 21
mars 21
LES DANGERS DU GAZ
Selon le type de gaz
 FEU
 EXPLOSION
 ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène
 PERTURBATION DE L’OXYGÉNATION DES TISSUS
(exemple : monoxyde de carbone)
 Autres INTOXICATIONS
(exemple : gaz neurotoxiques)
mars 21
LES DANGERS DU GAZ
Autres dangers
 Gaz sous pression  Gaz liquéfiés
Les liquides cryogéniques et leurs
dangers
mars 21
MASQUES DE PROTECTION RESPIRATOIRE
Les dangers
 Les poussières
 Les gaz
 Le manque d’oxygène
Les masques
o Anti-poussières
o Anti-gaz
o Masques alimentés en air
mars 21
En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée
COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION
RESPIRATOIRE ?
FFP1
FFP3
Protection
Anti-poussières
Norme EN149
Comité Européen de Normalisation.
MASQUES ET FILTRES ANTI-POUSSIÈRES
FFP = Filtering FacePiece respirator
(pièce faciale filtrante)
MASQUES ANTI-GAZ
mars 21
En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée
COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION
RESPIRATOIRE ?
• Choix du filtre
• + choix du niveau de protection (1 à 3)
Ex : filtre A2B2E2K2
Code couleur et type de
filtre (lettre) = ce qui est
absorbé/filtré
Classe du filtre = capacité
d’absorption/filtration
mars 21
MASQUES ISOLANTS
‣ LES APPAREILS AUTONOMES : l’opérateur dispose
d’un apport d’air ou d’oxygène dans le masque par le
biais d’un tuyau et d’une source d’air comprimé qu’il
porte avec lui (bouteille). Pas besoin de filtre dans ce
cas. Le salarié peut se déplacer librement dans toute
la zone de travail mais est contraint par la durée
d’autonomie de sa bouteille.
‣ LES APPAREILS NON AUTONOMES : l’opérateur
reçoit l’air propre de l’extérieur du local pollué, par
l’intermédiaire d’un tuyau relié à un appareil à
adduction d’air comprimé (compresseur).
• Les appareils isolants sont des MASQUES ALIMENTÉS EN AIR OU EN OXYGÈNE depuis une
source non contaminée de sorte que l’opérateur est isolé de la zone polluée.
• Ces appareils sont adaptés lorsque l’on a à faire à un contaminant non filtrable, lorsque la
concentration du polluant est trop importante pour recourir à un masque filtrant ou lorsque la
concentration en oxygène est inférieure à 20 %
Janvier 2019 - Explosion rue de Trévise, dans le IXe arrondissement de Paris,
Pompiers équipés d’ARI (Appareil Respiratoire Isolant)
En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée
COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION
RESPIRATOIRE ?
mars 21
ASPHYXIE
par atmosphère appauvrie en oxygène
mars 21
TRAVAIL EN ESPACE CONFINÉ
LES DANGERS DU GAZ NATUREL
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène
21 % Taux normal en O2
19 % Seuil d’alarme
17 % Seuil de danger
Une concentration mesurée inférieure à
20,5 % traduit déjà une anomalie
dans l’atmosphère d’un espace confiné
mars 21
0 % À la 3ème inspiration : perte de
conscience – mort en quelques minutes
Diazote : 78%
Dioxygène : 21%
Gaz rares : 1%
(dont argon 0,93%)
ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène
mars 21
En cas de manque total d’oxygène, le sang perd son oxygène :
La teneur O2 dans le
sang stable
Condition normale
SANG ATMOSPHERE
O2
CO2
Sous-oxygénation brutale
SANG ATMOSPHERE
SANS O2
O2
CO2
La teneur O2 dans le
sang diminue
ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène
mars 21
L’asphyxie est un phénomène :
o SOURNOIS : l’organisme ne sait pas détecter une atmosphère
appauvrie en oxygène
o SOUDAIN : quelques minutes pour des atmosphères < à 17 %
o SANS APPEL : mise à jeu du pronostic vital ou risques
séquelles en l’absence d’intervention rapide
mars 21
ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène
AGENTS ASPHYXIANTS SIMPLES
 Les gaz inertes peuvent être responsables d’asphyxie par
déplacement de l’oxygène
mars 21
ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène
Notion de sur-accident :
… puis une 2ème personne
qui tente de le secourir est
également asphyxiée
50 % des décès touchent des salariés qui tentent de porter secours à leurs collègues
mars 21
Risques liés à l’atmosphère
o Atmosphère appauvrie en oxygène
o Atmosphère toxique
o Atmosphère explosive
TRAVAIL EN ESPACES CONFINÉS
Risques physiques
o Chutes
o Ensevelissement, coincement, écrasement
o Noyades, etc.
Risques biologiques
o Leptospirose (égoutiers)
mars 21
TRAVAIL EN ESPACES CONFINÉS
mars 21
TRAVAIL EN ESPACES CONFINÉS
mars 21
Système de ventilation
(illustration d’un système de ventilation
pour les réseaux d’assainissement)
Les réseaux d’assainissement
o atmosphère non
contrôlée
o mouvements d’air
aléatoires
INTERVENTIONS
DANS LES OUVRAGES ASSAINISSEMENT
mars 21
INTERVENTIONS
DANS LES OUVRAGES ASSAINISSEMENT
Détecteurs de gaz 4 fonctions :
o Oxygène
o Monoxyde de carbone
o Hydrogène sulfuré
o Pentane/Méthane
Contrôles atmosphériques
permanents avec détecteurs
individuels
mars 21
INTERVENTIONS
DANS LES OUVRAGES ASSAINISSEMENT
Équipement de secours :
o Masque auto-sauveteur à
recyclage
Le masque auto-sauveteur à génération chimique
d’oxygène est un masque d’évacuation d'urgence
qui permet au porteur de respirer aussi bien dans
les cas de déficience d’oxygène, qu’en présence de
substances toxiques dangereuses.
mars 21
INTERVENTIONS EN ESPACE CONFINÉ :
LES ÉQUIPEMENTS REQUIS
Principe de base : un
« surveillant » doit
toujours rester en
surface et en contact
(visuel, verbal ou
talkie-walkie)
ASPHYXIE
par atmosphère appauvrie en oxygène
mars 21
TRAVAIL EN ESPACE CONFINÉ
LES DANGERS DU GAZ NATUREL
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
Le GAZ de HOUILLE
mars 21
Historique
• Le GAZ DE HOUILLE est un gaz manufacturé, produit lors
de la transformation de la houille en coke. Le gaz de
houille fut utilisé comme gaz d'éclairage jusqu'à la fin
du XIXème siècle, époque à laquelle il fut détrôné par
l'électricité, et plus généralement comme gaz de ville,
jusqu'en 1950, époque où il fut remplacé par le gaz
naturel.
• Composé essentiellement
d’HYDROGÈNE, de MÉTHANE et de
MONOXYDE DE CARBONE (toxicité
+++) et des traces d’hydrogène sulfuré
(H2S)
Le GAZ NATUREL
mars 21
LE GAZ NATUREL
• Le gaz naturel, une fois débarrassé de composés annexes (CO2, H2S) parfois importants, est
une source d’énergie composée d’hydrocarbures : du MÉTHANE (CH4) à 95%, de l’ÉTHANE
(C2H6), du PROPANE (C3H8), du BUTANE (C4H10) et du PENTANE (C5H12)
De nos jours
• Incendie : le gaz naturel est un combustible. En présence d’oxygène et
d’une source de chaleur, il peut s’enflammer et exploser pour une
concentration de gaz naturel dans l’air comprise entre 5 et 15 %
LES RISQUES DU GAZ NATUREL
mars 21
• Explosion : pour qu’il y ait explosion, en cas d’inflammation d’un mélange
air/gaz, il faut que le milieu soit confiné. En milieu libre (non confiné), le
gaz naturel ne détonne pas car il se dilue rapidement dans l’atmosphère
• Asphyxie : à l’état libre, le gaz naturel est plus léger que l’air.
Par contre, en milieu confiné, le gaz naturel se substitue à l’oxygène de l’air
inhalé. Il agit alors comme un gaz asphyxiant par privation d’oxygène
N.B. Dans un lieu confiné et dans le cas d’une combustion en milieu appauvri en
oxygène, il y a production de monoxyde de carbone à partir du gaz naturel
ASPHYXIE par le gaz naturel
mars 21
PRÉVENTION : aération PRÉVENTION : ça sent le gaz !
Le nom chimique de ce gaz est "méthanethiol"
(formule CH3-SH)
• Le mercaptan était utilisé pour
"parfumer" le gaz naturel inodore, afin
de repérer les fuites et éviter ainsi les
accidents.
• En fait, le mercaptan n’est plus utilisé
aujourd’hui dans le gaz naturel. Il a été
remplacé par le tétrahydrothiophène ou
THT, un composé soufré cyclique.
ASPHYXIE
par atmosphère appauvrie en oxygène
mars 21
TRAVAIL EN ESPACE CONFINÉ
LES DANGERS DU GAZ NATUREL
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
mars 21
QU’EST-CE QU’UN LIQUIDE CRYOGÉNIQUE ?
o Les liquides cryogéniques sont des gaz liquéfiés
o Les points d'ébullition des liquides cryogéniques sont inférieurs à -150 °C
Pour comparaison:
La glace carbonique (CO2 à l'état solide) a une température de sublimation de −78,9 °C
Grand froid
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
mars 21
 Froid extrême
La peau non protégée peut adhérer à une surface métallique refroidie par un liquide cryogénique et se
déchirer si on tente de l'en retirer. Même le contact des surfaces non métalliques est dangereux aux très
basses températures.
De plus, l'inhalation d'air extrêmement froid peut causer des lésions pulmonaires.
LE RISQUE DE BRÛLURE CRYOGÉNIQUE : Les liquides cryogéniques peuvent
produire sur la peau des effets semblables à une brûlure thermique.
De brèves expositions à ceux-ci sans effet sur la peau du visage ou des
mains peuvent altérer des tissus fragiles comme ceux des yeux.
Une exposition prolongée de la peau ou le contact avec des surfaces
froides peut causer des gelures*. La peau a alors une couleur jaunâtre
et cireuse. L'absence de douleur initiale est suivie par des douleurs
intenses lors du dégel des tissus.
* Le froid provoque l'apparition de cristaux de glace dans les milieux extra et intra cellulaire, contribuant à la destruction de la cellule. Les dommages sont majorés par une ischémie
(défaut d'oxygénation des tissus) secondaire à une vasoconstriction importante.
Quels sont les DANGERS pour la santé des liquides cryogéniques ?
Grand froid
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
mars 21
Grand froid : quels moyens de PRÉVENTION ?
 EPI GANTS DE PROTECTION GRAND FROID
Grand froid
… + LUNETTES DE PROTECTION et
BLOUSE … car risque de projections
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
mars 21
Grand froid
Danger
Port des EPI
obligatoire
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
mars 21
Quels sont les DANGERS pour la santé des liquides cryogéniques ?
 Asphyxie
Lorsque des liquides cryogéniques libèrent des gaz, ces derniers sont très froids et
habituellement plus lourds que l'air. Ces gaz lourds et froids se dispersent mal et
peuvent s'accumuler au ras du sol.
De petites quantités de liquide qui s'évaporent peuvent former de grands volumes de gaz.
1 litre d'azote liquide vaporisé donne 695 litres d'azote gazeux à la température ambiante (21 °C)
RISQUE IMPORTANT D’ASPHYXIE PAR DÉPLACEMENT D’OXYGÈNE
Asphyxie
LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
mars 21
https://www.youtube.com/watch?v=zWIRXTSuioY
MONOXYDE DE CARBONE
 Les intoxications domestiques
mars 21
 Les intoxications en milieu professionnel :
…. un risque persistant
MONOXYDE DE CARBONE
mars 21
Attention : danger !
CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES
INTOXICATIONS AIGUËS
mars 21
- Gaz d’échappement des moteurs : intoxication des mécaniciens
automobiles, gardiens de parking etc..
20 % (8/41) des cas d’intoxication (Rhône – 2003)
- Incendies
46 % (19/41) des cas d’intoxication (Rhône – 2003)
- Appareils de chauffage* vétustes et/ou aérations obstruées
34 % (14/41) des cas d’intoxication (Rhône – 2003)
Combustion incomplète
Le CO apparaît lors de toute combustion incomplète de
substances organiques : C + ½ O2  CO
*chauffage gaz, bois, charbon, fuel, etc.
mars 21
CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES
INTOXICATIONS AIGUËS
mars 21
Nausée-Vomissement
Mauvais fonctionnement de la
chaudière
 Intoxications fréquentes
particulièrement lors des
vagues de froid.
 Intoxications souvent
collectives.
CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES
INTOXICATIONS AIGUËS
Décembre
mars 21
CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES
INTOXICATIONS AIGUËS
65 personnes hospitalisées après
une intoxication au monoxyde de
carbone
Lieu : concert dans une église
Origine : appareil de
chauffage au gaz défecteux
Janvier
mars 21
CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES
INTOXICATIONS AIGUËS
4 décès et plus de 100 personnes
hospitalisées après une intoxication au
monoxyde de carbone
Lieu : Région Sud-Ouest
Origine : Coupures d’électricité suite à une
tempête
 Groupes électrogènes
mal installés
Janvier
mars 21
Répartition hebdomadaire du nombre de signalements d'intoxication au
CO au 31 mars 2017 dans les Hauts-de-France
 Intoxications fréquentes en saison de chauffe
CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES
INTOXICATIONS AIGUËS
mars 21
 Les intoxications au monoxyde de carbone doivent être déclarées à l’Agence Régionale de
Santé (ARS)
CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES
INTOXICATIONS AIGUËS
Déclaration obligatoire
Intoxication au
monoxyde de carbone
mars 21
CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES
INTOXICATIONS AIGUËS
Auvergne-Rhône-Alpes
Du 01 oct. 2017 au 3 décembre 2017
(3 mois)
- 37 épisodes d’intoxication CO
- 147 personnes intoxiquées
- 74 personnes hospitalisées
- 1 décès
TABAC ET MONOXYDE DE CARBONE
mars 21
La fumée est un aérosol = particules solides et liquides (8 %)
en suspension dans un mélange gazeux (92 %)
Phase gazeuse
• Azote ; 10-15 % de gaz carbonique CO2
• 3-6 % de monoxyde de carbone CO
• acide cyanhydrique HCN
• Hydrocarbures aromatiques polycycliques, etc.
Composants de la fumée de tabac
 Plus de 4 000 substances chimiques
 Plus de 40 substances chimiques cancérigènes
* Cette phase correspond, après soustraction de l’eau qu’elle contient, au taux de goudron
Phase particulaire *
• Alcaloïdes (Nicotine – Harmane)
• Métaux (cadmium, polonium 210…)
• Radicaux libres
• Nitrosamines
• Hydrocarbures aromatiques polycycliques, etc.
Nitrosamines
Intoxications chroniques
Monoxyde de carbone
PROPRIÉTÉS PHYSICO-CHIMIQUES
mars 21
• Gaz INCOLORE, INODORE, très diffusible, de même densité que l’air.
• Il n’est pas fixé par les cartouches en charbon des masques à gaz
classiques (il faut des cartouches d’opcalite « oxydes métalliques »)
mars 21
Monoxyde de carbone
PROPRIÉTÉS TOXIQUES
L’hémoglobine a une affinité 210 fois plus forte pour le CO que pour
l’oxygène (formation préférentielle de carboxy-hémoglobine = HbCO)
mars 21
 Risque +++ pour le fœtus
Très forte affinité de
l’hémoglobine fœtale
pour le CO
Monoxyde de carbone
PROPRIÉTÉS TOXIQUES
Concentrations atmosphériques de CO (en ppm)
Pourcentages
sanguins
en
HbCO
mars 21
Monoxyde de carbone
SIGNES CLINIQUES d’une intoxication
Puis viennent les troubles plus évocateurs :
• Troubles neurologiques : coma
• Troubles respiratoires : hypercapnie, OAP, cyanoses
• Troubles végétatifs : hyperthermie
• Troubles cardiovasculaires : hypertension, tachycardie
• Troubles biologiques :
Augmentation des CPK et du K+ (rhabdomyolyse) / acidose
métabolique / hyperglycémie / augmentation des transaminases
Les signes cliniques de début sont non spécifiques :
- Céphalées
- Nausées
- Vomissement
- Fatigue
 Risques de séquelles
neurologiques
La mortalité est proche de 20 % dans le cas de
comas prolongés (intoxications sévères à
découverte tardive)
DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE :
Dosage sanguin du MONOXYDE DE CARBONE
mars 21
 L’expression des résultats :
 Soit en en mL de CO libéré à partir de 100 mL de sang
 Soit en pourcentage d’HbCO par rapport à l’hémoglobine totale
 Prélèvement sanguin :
sur sang hépariné si possible avant toute oxygénothérapie
Méthode la plus utilisée actuellement – Dosage réalisé sur les analyseurs « gaz du sang »
Elles sont basées sur l'évaluation directe du % d'HbCO : Ce sont principalement des
méthodes spectrophotométriques basées sur les propriétés de l'hémoglobine, de
l'oxyhémoglobine et de la carboxyhémoglobine qui présentent, dans la région visible, des
spectres d'absorption se distinguant par le nombre et les positions des maxima
d'absorption. L'hémoglobine ne présente qu'une seule bande d'absorption dont le
maximum est à 556 nm, l'oxyhémoglobine présente un spectre d'absorption à deux bandes
dont les maxima se situent à 540 et 576 nm et la carboxyhémoglobine se caractérise par
deux bandes avec des positions maximales à 538 et 570 nm
mars 21
1 mole d’Gb fixe 1 mole de CO
 16 700 g d’Gb fixent 24 467 mL de CO
 Conversion :
« X mL de CO pour 100 mL de sang » en « % d’HbCO »
1 mole de globine (Gb) : 16 700 g
1 mole de CO = 24 467 mL de CO à T° 25°C
Donc 1 g d’Gb fixe 1,47 mL de CO [24467/16700] = 1,47
X mL de CO pour 100 mL est donc fixé par [X/1,47] g de Gb  [X/1,47] g de HbCO pour 100 mL
Soit Hb, la concentration d’hémoglobine pour 100 mL de sang (=Hb en g% )
HbCO en % = [X mL de CO pour 100 mL de sang ] x 100
1,47 x Hb en g %
HbCO en % = HbCO pour 100 mL x 100
Hb en g %
DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE :
Dosage sanguin du MONOXYDE DE CARBONE
mars 21
Relation : concentration atmosphériques de CO et HbCO
Valeurs usuelles – toxiques (% HbCO sanguin)
o Non fumeur : 1-4 %
o Fumeur : 3-7 % (1 cigarette = 25 mL de CO)
o Chauffeur de taxi : 10 %
o Intoxication : > à 10 %
o Intoxication grave : > à 30 %
DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE :
Dosage sanguin du MONOXYDE DE CARBONE
Monoxyde de carbone
TRAITEMENT d’une intoxication
mars 21
- Soustraire l’intoxiqué de l’atmosphère toxique
- Oxygénothérapie normobare avec fraction inspirée
d’O2 (FiO2) de 100 %
- Oxygénothérapie hyperbare (Caisson hyperbare) en
cas de perte de connaissance, signes neurologiques,
grossesse → 45 minutes à 1 heure sous 2 à 3
atmosphères
Caisson hyperbare
À HEH sous-sol du pavillon N
- seul équipement à couvrir 18
départements
Élimination : temps de demi-vie
- en air ambiant : 4 heures
- sous oxygène normobare : 80 min
- sous oxygène à 3 atmosphères : 23 min
LES DÉTECTEURS DE MONOXYDE DE CARBONE
La loi MORANGE
Depuis le 08 mars 2015, chaque habitation française doit comporter un détecteur de fumée.
Il est utile en cas d’incendie mais ne détecte pas le CO.
En clair, la loi Morange n’inclut pas de dispositif de détection de monoxyde de carbone. Vous
êtes libres d’en installer un ou pas.
mars 21
Norme Européenne EN50291
Durée d'autonomie et de garantie de l'appareil : 5 ans
Alarme de fin d'autonomie
Fonctionne de -10° à +40°C
Détecte : 50 ppm entre 60 et 90 mn
Détecte : 100 ppm entre 10 et 40 mn
Détecte : 300 ppm en moins de 3 mn
Alarmes sonore et visuelle intégrées
85 décibels à 3 m.
Détecteur de monoxyde de carbone
Le monoxyde de carbone
EN MILIEU DE TRAVAIL
mars 21
 Globalement, les intoxications au CO en
milieu professionnel représente moins de
10 % des cas d’intoxication à ce gaz
 Exemple de circonstance d’intoxication :
mécaniciens-réparateurs lors d’une
intervention au sein d’une cuve de
méthanier
• 8 ouvriers intoxiqués
• Atmosphère à 500 ppm
• HbCO compris entre 2 et 32 %
• Oxygénothérapie normobare précoce
- Le dégazage de navire consiste à évacuer les gaz issus
des hydrocarbures stagnant dans des espaces confinés
- Délivrance d’un certificat de dégazage
Le monoxyde de carbone
EN MILIEU DE TRAVAIL
mars 21
 Valeur limite d’exposition professionnelle 8-heures (VLEP-8h) : 20 ppm
 Valeur limite d’exposition professionnelle courte durée (VLCT) : 100 ppm
 Valeur plafond : 200 ppm
Il s’agit de la concentration dans l’air des lieux de travail qui ne doit
être dépassé à aucun moment de la journée
Utilisation du monoxyde de carbone
par l’INDUSTRIE
mars 21
Employée dans de nombreux procédés
industriels
Bouteille de monoxyde de carbone
ATTENTION : gaz extrêmement inflammable
Il forme des mélanges explosifs avec l'air dans
des limites très larges (10,9 à 76 % en volume)
C’est aussi un produit de base pour de nombreuses synthèses de produits de
base de l’industrie chimique : méthanol résultant de son hydrogénation ;
acide acétique, résultant de la carbonylation du méthanol ; aldéhydes,
résultant de l’hydroformylation d’alcènes, à commencer par le propylène pour
citer les plus importants
mars 21
HISTORIQUE
Des oiseaux dans les mines pour sauver les mineurs
o Durant longtemps, des canaris et des
pinsons ont « travaillé » dans les
mines de charbon.
o Ces oiseaux, plus sensibles que
l’homme, étaient utilisés pour donner
l'alarme quand les émanations de
monoxyde de carbone se faisaient
menaçantes.
o Au moindre malaise de l’oiseau, il
fallait évacuer le chantier
HYDROGÈNE SULFURÉ
mars 21
HYDROGÈNE SULFURÉ
mars 21
L’hydrogène sulfuré (H2S) est :
o un gaz incolore
o à odeur caractéristique d’œufs pourris
L’hydrogène sulfuré est un composant naturel du pétrole
Un dégagement d’H2S se produit :
o En présence de matières ou résidus organiques ou minéraux
o … sous l’effet d’une acidification (qui dépend du pH du milieu).
= sulfure d'hydrogène
o Étant plus lourd que l’air, il s’accumule dans les parties basses non
ventilées…
HYDROGÈNE SULFURÉ
mars 21
Les secteurs professionnels les plus à risques
= sulfure d'hydrogène
o Le personnel exposé à la fermentation du lisier dans les porcheries
industrielles (unité de fermentation méthanique des lisiers de
porcs)
o Les égoutiers, salariés des stations d’épuration (inspection visuelle
d’un réservoir, curage d’un caniveau, décolmatage d’un puits)
o Les ouvriers des raffineries lors des opérations de raffinage et de
craquage des pétroles riches en soufre (raffinage par effet de
chaleur)
HYDROGÈNE SULFURÉ
mars 21
Toxicodynamie (mécanismes d'action toxique)
= sulfure d'hydrogène
o Effet local : toxicité sur les voies respiratoires Le H2S est irritant
pour les muqueuses et les voies respiratoires. Il peut donc entraîner
un bronchospasme et, à plus forte concentration (700 ppm et plus),
un œdème pulmonaire et une dépression respiratoire
o Effet systémique …
Le H2S inhibe la respiration
mitochondriale de façon aussi
efficace que le cyanure
HYDROGÈNE SULFURÉ
mars 21
Le seuil de perception olfactive du H2S
= sulfure d'hydrogène
o odeur caractéristique d’œufs pourris
o odeur décelable à de très faibles concentrations (≈0.10 ppm)
o … mais s’atténue ou disparaît à forte concentration (anesthésie de
l’odorat au dessus de 100 ppm)
Effet de sidération olfactive
HYDROGÈNE SULFURÉ
mars 21
= sulfure d'hydrogène
D’où la nécessité de détecteurs d’H2S
QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX
ACCUEILLANT DES ENFANTS
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/qualite-lair-
interieur
mars 21
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Formaldéhyde
CO2
Benzène
… et autres composés
organiques volatils
(COVs)
Pollution de l’air intérieur
les sources potentielles de pollution dans les bâtiments sont en
effet nombreuses :
o appareils à combustion
o matériaux de construction
o produits de décoration (peinture, colles, vernis…),
o meubles
o activité humaine (tabagisme, produits d’entretien,
bricolage, cuisine...)
Outre les apports de l’air extérieur,
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Valeurs-guide pour l’air intérieur  Objectifs/Valeurs limites
Plus la concentration en CO2 est
élevée, plus l’air est confiné
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Meubles : sources d’émission de formaldéhyde
 Le formaldéhyde, c’est quoi ?
o Le formaldéhyde ou formol est un intermédiaire organique utilisé pour la fabrication d’un
très grand nombre de produits industriels.
o En ce qui concerne les meubles, on le retrouve dans les colles utilisées pour la fabrication
des panneaux en aggloméré
 Toxicité du formaldéhyde
o Irritant des voies respiratoires
o Agent mutagène (H341) et cancérogène (H350 – catégorie 1B)
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI)
Résultats de la campagne nationale 2009-2011
(300 écoles et crèches)
Constat 2009-2011
• Nombre d’établissements ont une mauvaise QAI !
• Nécessité d’une action
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
o Les décrets 2015-1000 du 17 août 2015 et 2015-1926 du 30 décembre 2015 :
imposent la mise en œuvre d’une démarche de prise en compte de la qualité de
l’air intérieur dans certains Établissements Recevant du Public (ERP).
Les crèches et les écoles sont les premiers établissements concernés, ils doivent être en conformité
avec cette réglementation au 1er janvier 2018
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Identifier les sources potentielles de pollution
Exemple du benzène
Source : Guide pratique pour une meilleure qualité de l’air dans les lieux accueillant des enfants - 2015
Gaz
d’échappement
Industries
Stockages
d’hydrocarbures
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Identifier les sources potentielles de pollution
Exemple du benzène
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Privilégier des produits de construction
et de décoration étiquetés A+
pour les travaux en cours ou à venir
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Mobilier :
privilégier des meubles peu émissifs
Maximum d’émission de formaldéhyde
au déballage des meubles
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Bonnes pratiques
Exemple des produits d’entretient
Identifier les opérations de nettoyage
nécessitent vraiment d’utiliser des
produits chimiques puissants ?
Minimum de produits différents
Privilégier des produits sans
pictogrammes de danger
Limiter l’usage de la javel
Privilégier des produits non parfumés
(sans terpènes)
mars 21
QUALITÉ DE L’AIR
DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS
Documents de référence
Document de référence COFRAC
EXIGENCES SPECIFIQUES POUR L'ACCREDITATION DES ORGANISMES PROCEDANT AUX MESURES DE
SURVEILLANCE DE LA QUALITE DE L'AIR INTERIEUR DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC. LAB
REF 30
GUIDE D’APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L’AIR DANS LES
ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT, D’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE ET D’ACCUEIL DE LOISIRS
2012. LCSQA-INERIS. 2012 (CSTB)
INDICE DE CONFINEMENT DE L’AIR INTÉRIEUR : DES ÉCOLES AUX LOGEMENTS
Jacques Ribéron, Olivier Ramalho, Mickaël Derbez, Bruno Berthineau, Guillaume Wyart, Séverine
Kirchner et Corinne Mandin
GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS
 ISOFLURANE, SÉVOFLURANE ET LE DESFLURANE
 Mélange équimolaire oxygène - protoxyde d'azote
(MEOPA)
mars 21
mars 21
GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS
 Les gaz anesthésiques pour inhalation tels que l’isoflurane, le sévoflurane
et le desflurane sont utilisés pour anesthésier les patients dans de
nombreux secteurs, et principalement dans celui des blocs opératoires
 Les quantités de gaz dans l’atmosphère d’un bloc opératoire sont certes
beaucoup plus faibles que celles inhalées par le patient, mais l’exposition
dure des années ou des décennies.
Exposition du personnel soignant
o Des symptômes non spécifiques, tels que fatigue et céphalées
sont bien connus.
o Des troubles plus sérieux ont été évoqués, comme des
altérations de la fertilité ou de la grossesse
mars 21
GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS
Système d’administration des gaz
mars 21
GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS
 Il est recommandé de prévoir au bloc opératoire un traitement de l’air
permettant, entre autres, de maîtriser la pollution chimique générée par
les activités chirurgicales, conformément aux disposition réglementaires
en vigueur
Cadre réglementaire
Prévention
 Techniques anesthésiques peu polluantes
 Système d'évacuation des gaz anesthésiques
 Renouvellement d’air de la salle d’opération : 15 volume/h
mars 21
GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS
Mesurages atmosphériques des gaz anesthésiques
Valeur limite d’exposition
professionnelle (VLEP) en
exposition moyenne (VME) :
• 25 ppm - protoxyde
d’azote
• 2 ppm - halogénés
Exposition du personnel soignant
au MEOPA
mars 21
• SITUATIONS D’EXPOSITION DU PERSONNEL SOIGNANT
• TOXICITÉ
• PISTES DE PRÉVENTION
mars 21
Le MEOPA, qu’est-ce que c’est ?
 MEOPA : Mélange Équimolaire d’Oxygène et de Protoxyde d’Azote
50% d’oxygène / 50% de protoxyde d’azote
 Protoxyde d’azote
Nom commercial : Kalinox®
Le mélange tire ses propriétés du protoxyde d’azote
 Effet équivalent à 10 ou 15 mg de Morphine
mars 21
INDICATIONS ET USAGES DU MEOPA
Très largement utilisé
par les unités de soins
(en ambulatoire ou en
hospitalisation)
o Prendre en charge rapidement la douleur : analgésie
o Autoriser avec moins de douleurs des gestes diagnostiques et
thérapeutiques
o Avoir un potentiel anxiolytique appréciable
o Diminuer le stress
o Prévenir l’apparition d’une phobie des soins
mars 21
INDICATIONS ET USAGES DU MEOPA
mars 21
EXPOSITION DU PERSONNEL SOIGNANT AU MEOPA
Niveau d’exposition
Les résultats des mesures d’exposition ont mis en évidence des situations
préoccupantes au N2O lors de l’utilisation du MEOPA
Toxicité en exposition chronique
o Diminution de la fertilité Taux de fécondité : 0,64 - Ahlborg G et al., 1996
o Avortements spontanés Odds Ratio : 2,6 - Rowland AS et al., 1995
o Nouveaux - nés : petit poids, prématurité OR : 1,8 - Bodin L et al., 1999
o Anomalies congénitales OR : 1,42 -Teschke K et al., 2011
o Céphalées - Asthénie -Nausées - Vertiges – Ralentissement sychomoteur
mars 21
PISTES DE PRÉVENTION
o Respect des bonnes pratiques d’utilisation du MEOPA
 Utilisation correct du tuyau évacuateur
 Pas plus d’un patient sous MEOPA par aide-soignante/infirmière
 Ventilation maxi et ouverture des issues, quelques minutes entre chaque patient
o Locaux
 Nécessité d’un système efficace d’extraction d’air
o Femmes enceintes
 Soustraire les femmes enceintes de cette activité

Contenu connexe

Tendances

7 decret 02-427 formation
7  decret 02-427 formation7  decret 02-427 formation
7 decret 02-427 formationhammani bachir
 
EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICR...
EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICR...EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICR...
EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICR...Pasteur_Tunis
 
Formation Produits Chimiques.pptx
Formation Produits Chimiques.pptxFormation Produits Chimiques.pptx
Formation Produits Chimiques.pptxSatab1
 
fORMATION Travaux en hauteur
fORMATION Travaux en hauteur fORMATION Travaux en hauteur
fORMATION Travaux en hauteur hammani bachir
 
Webinaire : prévention des risques liés aux poussières de silice cristalline ...
Webinaire : prévention des risques liés aux poussières de silice cristalline ...Webinaire : prévention des risques liés aux poussières de silice cristalline ...
Webinaire : prévention des risques liés aux poussières de silice cristalline ...CRAMIF
 
THEME INDUCTION HSE .pptx
THEME  INDUCTION HSE   .pptxTHEME  INDUCTION HSE   .pptx
THEME INDUCTION HSE .pptxhammani bachir
 
Veille réglementaire HSE/SST / HAMMANI BACHIR FORMATEUR HSE 0670255402
Veille réglementaire HSE/SST / HAMMANI BACHIR FORMATEUR HSE 0670255402Veille réglementaire HSE/SST / HAMMANI BACHIR FORMATEUR HSE 0670255402
Veille réglementaire HSE/SST / HAMMANI BACHIR FORMATEUR HSE 0670255402hammani bachir
 
Cadre législatif et réglementaire HSE
Cadre législatif  et réglementaire HSE Cadre législatif  et réglementaire HSE
Cadre législatif et réglementaire HSE hammani bachir
 
Hse hammani / document hammani
Hse hammani  /  document hammaniHse hammani  /  document hammani
Hse hammani / document hammanihammani bachir
 
Anesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiquesAnesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiquesMehdi Razzok
 
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIENOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIEkristinacraft1
 
evaluation des risque chimiques sur les lieux de travail.ppt
evaluation des risque chimiques sur les lieux de travail.pptevaluation des risque chimiques sur les lieux de travail.ppt
evaluation des risque chimiques sur les lieux de travail.pptbrinsisami
 
Les maladies professionnelles
Les maladies professionnellesLes maladies professionnelles
Les maladies professionnellesAbdeldjalil Gadra
 
SST MEDECINE DE TRAVAIL HAMMANI.pptx
SST MEDECINE DE TRAVAIL   HAMMANI.pptxSST MEDECINE DE TRAVAIL   HAMMANI.pptx
SST MEDECINE DE TRAVAIL HAMMANI.pptxhammani bachir
 
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiquesToxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiquesFrançois PARANT
 
Prévention des risques chimiques
Prévention des  risques chimiques   Prévention des  risques chimiques
Prévention des risques chimiques hammani bachir
 

Tendances (20)

7 decret 02-427 formation
7  decret 02-427 formation7  decret 02-427 formation
7 decret 02-427 formation
 
EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICR...
EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICR...EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICR...
EVALUATION ET PREVENTION DES RISQUES INFECTIEUX DANS LES LABORATOIRES DE MICR...
 
Support de cours évacuation
Support de cours évacuationSupport de cours évacuation
Support de cours évacuation
 
Formation Produits Chimiques.pptx
Formation Produits Chimiques.pptxFormation Produits Chimiques.pptx
Formation Produits Chimiques.pptx
 
06 pesticides
06 pesticides06 pesticides
06 pesticides
 
Medecine hyperbare
Medecine hyperbare Medecine hyperbare
Medecine hyperbare
 
fORMATION Travaux en hauteur
fORMATION Travaux en hauteur fORMATION Travaux en hauteur
fORMATION Travaux en hauteur
 
Webinaire : prévention des risques liés aux poussières de silice cristalline ...
Webinaire : prévention des risques liés aux poussières de silice cristalline ...Webinaire : prévention des risques liés aux poussières de silice cristalline ...
Webinaire : prévention des risques liés aux poussières de silice cristalline ...
 
habilitations 2009
 habilitations 2009 habilitations 2009
habilitations 2009
 
THEME INDUCTION HSE .pptx
THEME  INDUCTION HSE   .pptxTHEME  INDUCTION HSE   .pptx
THEME INDUCTION HSE .pptx
 
Veille réglementaire HSE/SST / HAMMANI BACHIR FORMATEUR HSE 0670255402
Veille réglementaire HSE/SST / HAMMANI BACHIR FORMATEUR HSE 0670255402Veille réglementaire HSE/SST / HAMMANI BACHIR FORMATEUR HSE 0670255402
Veille réglementaire HSE/SST / HAMMANI BACHIR FORMATEUR HSE 0670255402
 
Cadre législatif et réglementaire HSE
Cadre législatif  et réglementaire HSE Cadre législatif  et réglementaire HSE
Cadre législatif et réglementaire HSE
 
Hse hammani / document hammani
Hse hammani  /  document hammaniHse hammani  /  document hammani
Hse hammani / document hammani
 
Anesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiquesAnesthesie et anesthesiques
Anesthesie et anesthesiques
 
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIENOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
NOTIONS DE BASE EN TOXICOLOGIE
 
evaluation des risque chimiques sur les lieux de travail.ppt
evaluation des risque chimiques sur les lieux de travail.pptevaluation des risque chimiques sur les lieux de travail.ppt
evaluation des risque chimiques sur les lieux de travail.ppt
 
Les maladies professionnelles
Les maladies professionnellesLes maladies professionnelles
Les maladies professionnelles
 
SST MEDECINE DE TRAVAIL HAMMANI.pptx
SST MEDECINE DE TRAVAIL   HAMMANI.pptxSST MEDECINE DE TRAVAIL   HAMMANI.pptx
SST MEDECINE DE TRAVAIL HAMMANI.pptx
 
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiquesToxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
 
Prévention des risques chimiques
Prévention des  risques chimiques   Prévention des  risques chimiques
Prévention des risques chimiques
 

Similaire à 04_Asphyxie-Gaz toxiques

1 mbc 2008-f28a à f28c -gaz parfaits_
1 mbc 2008-f28a à f28c  -gaz parfaits_1 mbc 2008-f28a à f28c  -gaz parfaits_
1 mbc 2008-f28a à f28c -gaz parfaits_clairerichoz
 
DragerSensor XS 2 CO - Operating Instructions
DragerSensor XS 2 CO - Operating InstructionsDragerSensor XS 2 CO - Operating Instructions
DragerSensor XS 2 CO - Operating InstructionsThorne & Derrick UK
 
04 j-cousin-gsma ifremer-27-06-2012-v4
04   j-cousin-gsma ifremer-27-06-2012-v404   j-cousin-gsma ifremer-27-06-2012-v4
04 j-cousin-gsma ifremer-27-06-2012-v4Yann Dieulangard
 
Exercices corrigés chap1 : Lois des gaz parfaits et réels
Exercices corrigés chap1 : Lois des gaz parfaits et réelsExercices corrigés chap1 : Lois des gaz parfaits et réels
Exercices corrigés chap1 : Lois des gaz parfaits et réelsOmar Benchiheub
 
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2Patou Conrath
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfsimmsos
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfsimmsos
 
Chimie 2016-17 : gaz et loi de Henry - cours 3
Chimie 2016-17 : gaz et loi de Henry - cours 3Chimie 2016-17 : gaz et loi de Henry - cours 3
Chimie 2016-17 : gaz et loi de Henry - cours 3Jean-Philippe Lehoux
 
Attsu chaudières à vapeur industrielles bas NOx
Attsu chaudières à vapeur industrielles bas NOxAttsu chaudières à vapeur industrielles bas NOx
Attsu chaudières à vapeur industrielles bas NOxATTSU
 
Tp6f transport bouteille
Tp6f transport bouteilleTp6f transport bouteille
Tp6f transport bouteilleKhadijaEL23
 
Présentation Lycée Episcopal Saint-Etienne - Equipe 1
Présentation Lycée Episcopal Saint-Etienne - Equipe 1Présentation Lycée Episcopal Saint-Etienne - Equipe 1
Présentation Lycée Episcopal Saint-Etienne - Equipe 1chainreactionfr
 
Deep oxidation of heterogeneous VOCs: practice and feedback
Deep oxidation of heterogeneous VOCs: practice and feedbackDeep oxidation of heterogeneous VOCs: practice and feedback
Deep oxidation of heterogeneous VOCs: practice and feedbackSerge Vigneron
 
projet de traitement des eaux usées.Note de calculs.pdf
projet de traitement des eaux usées.Note de calculs.pdfprojet de traitement des eaux usées.Note de calculs.pdf
projet de traitement des eaux usées.Note de calculs.pdfsofyannsofyann
 
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...CitoyensCapteurs
 
N3_-_02_-_Decompression.pptx
N3_-_02_-_Decompression.pptxN3_-_02_-_Decompression.pptx
N3_-_02_-_Decompression.pptxPhilippe Jourdren
 

Similaire à 04_Asphyxie-Gaz toxiques (20)

1 mbc 2008-f28a à f28c -gaz parfaits_
1 mbc 2008-f28a à f28c  -gaz parfaits_1 mbc 2008-f28a à f28c  -gaz parfaits_
1 mbc 2008-f28a à f28c -gaz parfaits_
 
DragerSensor XS 2 CO - Operating Instructions
DragerSensor XS 2 CO - Operating InstructionsDragerSensor XS 2 CO - Operating Instructions
DragerSensor XS 2 CO - Operating Instructions
 
Capnographie(1).pptx
Capnographie(1).pptxCapnographie(1).pptx
Capnographie(1).pptx
 
04 j-cousin-gsma ifremer-27-06-2012-v4
04   j-cousin-gsma ifremer-27-06-2012-v404   j-cousin-gsma ifremer-27-06-2012-v4
04 j-cousin-gsma ifremer-27-06-2012-v4
 
Exercices corrigés chap1 : Lois des gaz parfaits et réels
Exercices corrigés chap1 : Lois des gaz parfaits et réelsExercices corrigés chap1 : Lois des gaz parfaits et réels
Exercices corrigés chap1 : Lois des gaz parfaits et réels
 
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
Rea respi rea det respi3 2-1 echanges gazeux 2
 
COMBUSTION
COMBUSTIONCOMBUSTION
COMBUSTION
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
 
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdfSupport_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
Support_Centrales_de_traitement_d’air.pdf
 
Qpa2002 fiche produit_fr
Qpa2002 fiche produit_frQpa2002 fiche produit_fr
Qpa2002 fiche produit_fr
 
cinetique chimique
cinetique chimiquecinetique chimique
cinetique chimique
 
Chimie 2016-17 : gaz et loi de Henry - cours 3
Chimie 2016-17 : gaz et loi de Henry - cours 3Chimie 2016-17 : gaz et loi de Henry - cours 3
Chimie 2016-17 : gaz et loi de Henry - cours 3
 
Attsu chaudières à vapeur industrielles bas NOx
Attsu chaudières à vapeur industrielles bas NOxAttsu chaudières à vapeur industrielles bas NOx
Attsu chaudières à vapeur industrielles bas NOx
 
Tp6f transport bouteille
Tp6f transport bouteilleTp6f transport bouteille
Tp6f transport bouteille
 
Combustion
CombustionCombustion
Combustion
 
Présentation Lycée Episcopal Saint-Etienne - Equipe 1
Présentation Lycée Episcopal Saint-Etienne - Equipe 1Présentation Lycée Episcopal Saint-Etienne - Equipe 1
Présentation Lycée Episcopal Saint-Etienne - Equipe 1
 
Deep oxidation of heterogeneous VOCs: practice and feedback
Deep oxidation of heterogeneous VOCs: practice and feedbackDeep oxidation of heterogeneous VOCs: practice and feedback
Deep oxidation of heterogeneous VOCs: practice and feedback
 
projet de traitement des eaux usées.Note de calculs.pdf
projet de traitement des eaux usées.Note de calculs.pdfprojet de traitement des eaux usées.Note de calculs.pdf
projet de traitement des eaux usées.Note de calculs.pdf
 
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
 
N3_-_02_-_Decompression.pptx
N3_-_02_-_Decompression.pptxN3_-_02_-_Decompression.pptx
N3_-_02_-_Decompression.pptx
 

Plus de François PARANT

Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic reviewClinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic reviewFrançois PARANT
 
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)François PARANT
 
Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”François PARANT
 
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH   bonnes pratiques de fabricationDirectives de l'ICH   bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabricationFrançois PARANT
 
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – QualitéIndustrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – QualitéFrançois PARANT
 
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirablesSuivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirablesFrançois PARANT
 
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicaleL’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicaleFrançois PARANT
 
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...François PARANT
 
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...François PARANT
 
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdfFrançois PARANT
 
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVsLe Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVsFrançois PARANT
 
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorteRelargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorteFrançois PARANT
 
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactionsPhytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactionsFrançois PARANT
 
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les testsDépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les testsFrançois PARANT
 
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTPPoussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTPFrançois PARANT
 
Système général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLPSystème général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLPFrançois PARANT
 
05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_ToxiquesFrançois PARANT
 
03_Toxicodynamie – 2ème partie
03_Toxicodynamie – 2ème partie03_Toxicodynamie – 2ème partie
03_Toxicodynamie – 2ème partieFrançois PARANT
 
03_Toxicodynamie - 1ère partie
03_Toxicodynamie - 1ère partie03_Toxicodynamie - 1ère partie
03_Toxicodynamie - 1ère partieFrançois PARANT
 
02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie
02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie
02_Éléments de toxicocinétique 2ème partieFrançois PARANT
 

Plus de François PARANT (20)

Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic reviewClinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
 
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
 
Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”
 
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH   bonnes pratiques de fabricationDirectives de l'ICH   bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
 
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – QualitéIndustrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
 
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirablesSuivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
 
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicaleL’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
 
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
 
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
 
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
 
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVsLe Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
 
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorteRelargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
 
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactionsPhytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
 
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les testsDépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
 
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTPPoussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP
 
Système général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLPSystème général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLP
 
05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques
 
03_Toxicodynamie – 2ème partie
03_Toxicodynamie – 2ème partie03_Toxicodynamie – 2ème partie
03_Toxicodynamie – 2ème partie
 
03_Toxicodynamie - 1ère partie
03_Toxicodynamie - 1ère partie03_Toxicodynamie - 1ère partie
03_Toxicodynamie - 1ère partie
 
02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie
02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie
02_Éléments de toxicocinétique 2ème partie
 

04_Asphyxie-Gaz toxiques

  • 1. ASPHYXIE - GAZ TOXIQUES CONCENTRATIONS D'AGENTS CHIMIQUES DANS L'ATMOSPHÈRE DES LIEUX DE TRAVAIL o Valeurs limites d’exposition professionnelle o Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm) o Les lois physiques des gaz mars 21 Une bonne qualité de l’air est essentielle ! Si l’Homme est capable de rester 30 jours sans manger et 3 jours sans boire, il peut difficilement passer plus de 3 minutes sans respirer ! Dr. François Parant Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr CONCENTRATIONS D'AGENTS CHIMIQUES DANS L'ATMOSPHÈRE DES LIEUX DE TRAVAIL o Valeurs limites d’exposition professionnelle o Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm) o Les lois physiques des gaz ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène INTOXICATION par perturbation de l’oxygénation des tissus o MONOXYDE DE CARBONE o HYDROGÈNE SULFURÉ CONCENTRATIONS D'AGENTS CHIMIQUES DANS L'ATMOSPHÈRE DES LIEUX DE TRAVAIL o Valeurs limites d’exposition professionnelle o Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm) o Les lois physiques des gaz ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène INTOXICATION par perturbation de l’oxygénation des tissus o MONOXYDE DE CARBONE o HYDROGÈNE SULFURÉ QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOIN
  • 2. Concentrations d'agents chimiques dans l'atmosphère des lieux de travail mars 21 Valeurs limites d’exposition professionnelle Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm) Les lois physiques des gaz
  • 3. mars 21 … sont exprimées en : o mg/m3 Pour les toxiques ne dégageant pas de vapeurs à température et pression ambiante (métaux, sels, etc.) o f/cm3 (fibres/cm3) Par exemple, pour l’amiante o ppm (parties par million) et mg/m3 Pour les gaz VALEURS LIMITES D’EXPOSITION PROFESSIONNELLE
  • 4. mars 21 VALEURS LIMITES D’EXPOSITION PROFESSIONNELLE Aide-mémoire technique ED 984 « Valeurs limites d’exposition professionnelle aux agents chimiques en France », d’octobre 2016.
  • 5. mars 21 Valeurs limites d'exposition professionnelle (VLEP) : • Valeurs limites sur 8 heures (VLEP8h) = valeur limite de moyenne d'exposition (VME) • Valeur limite de courte durée (VLCT) Unités : • ppm • mg/m3 VALEURS LIMITES D’EXPOSITION PROFESSIONNELLE
  • 6. mars 21 VALEURS LIMITES D’EXPOSITION PROFESSIONNELLE
  • 7. Concentrations d'agents chimiques dans l'atmosphère des lieux de travail mars 21 Valeurs limites d’exposition professionnelle Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm) Les lois physiques des gaz
  • 8. mars 21 Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm) Mètre cube (m3) (unité) 1 m3 = 1 million de cm3 Pour 1 m3, 1 cm3 = 1 ppm 10 000 ppm = 1 %
  • 9. mars 21 APPLICATION Réchauffement climatique et dioxyde de carbone o XIXème siècle : CO2 = 270 ppm o Aujourd’hui : CO2 = 400 ppm o Pour 1 m3 d’air  270 cm3 de CO2 o Pour 1 m3 d’air  400 cm3 de CO2 o donc 999 730 cm3 autres gaz o donc 999 600 cm3 autres gaz Dioxyde de carbone = gaz peu abondant L’air contient aujourd’hui environ 0,04 % de CO2 Les concentrations atmosphériques en CO2 continuent d’augmenter : 414 ppm en mars 2020 ; 416 ppm en mars 2021 Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm)
  • 10. mars 21 Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm)
  • 11. Concentrations d'agents chimiques dans l'atmosphère des lieux de travail mars 21 Valeurs limites d’exposition professionnelle Unité : PARTIES PAR MILLION (ppm) Les lois physiques des gaz
  • 12. mars 21 LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ
  • 13. mars 21 LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ Mole (unité) o La mole est la quantité de matière d'un système contenant autant d'entités élémentaires qu'il y a d'atomes dans 12 grammes de carbone 12 o Une mole d’atomes contient environ 6,022 140 40 × 1023 atomes Pour donner un ordre de grandeur, le même nombre de grains de pop-corn permettrait de recouvrir la surface des États-Unis d'une couche uniforme d'une épaisseur d'environ 14 km
  • 14. mars 21 Loi d'Avogadro o Tous les gaz parfaits ont le même volume molaire (Vm) dans les mêmes conditions de pression et de température Le volume molaire d'un gaz parfait est de : o 22,414 L/mol si T=0°C, P=1 atm LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ
  • 15. mars 21 Loi de Charles o à pression constante, le volume molaire est directement proportionnel à la température (T en Kelvin) Le volume molaire d'un gaz parfait est de : o 22,414 L/mol si T=0°C, P=1 atm o 24,055 L/mol si T=20°C, P=1 atm o 24,467 L/mol si T=25°C, P=1 atm 22,414 x [273 + 20] / 273 = 24,055 V = K x T V1 = K x T1 <=> K = V1/T1 V2 = K x T2 <=> K = V2/T2 V1/T1 = V2/T2 <=> V1/V2 = T1/T2 LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ V=K.T
  • 16. mars 21 Loi de Gay-Lussac o à volume constant, la pression est proportionnelle à la température (T en Kelvin) LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ P=K’.T
  • 17. mars 21 LES LOIS PHYSIQUES DES GAZ Loi des gaz Loi de Boyle-Mariotte P x V = constante à température constante si, à P constante, V et T sont reliés (loi de Charles) Et si, à V constant, P et T sont reliées (Gay-Lussac) … alors P, V et T sont reliés
  • 18. mars 21 Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm) Comment convertir des ppm en mg/m3 ? Masse molaire du C02 : 44,0095 g/mol 12 + [2 x 16] Pour P = 1 atm et T= 20°C : 1 mol = 24,05 L 44,0095 g = 24,055 L 44,0095 g = 24,055 dm3 44,0095 mg = 24,055 cm3 1 cm3 = [44,0095 /24,055] mg 1 cm3 = 1,8295 mg 1 ppm de CO2 = 1,8295 mg
  • 19. mars 21 Unités : PARTIES PAR MILLION (ppm) Acétate de 2-butoxyéthyle Masse molaire : 160.2 g/mol Valeur Moyenne d’Exposition : 10 ppm  [160,2 / 24,055 ] x 10 = 66,5 mg/m3 C8H16O3 Si T° = 20°C  [160,2 / 22,414 ] x 10 = 71,5 mg/m3 Si T° = 0°C Les ppm permettent d’exprimer des valeurs limites d’exposition en milieu de travail indépendamment de la température
  • 20. LES DANGERS DES GAZ mars 21
  • 21. mars 21 LES DANGERS DU GAZ Selon le type de gaz  FEU  EXPLOSION  ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène  PERTURBATION DE L’OXYGÉNATION DES TISSUS (exemple : monoxyde de carbone)  Autres INTOXICATIONS (exemple : gaz neurotoxiques)
  • 22. mars 21 LES DANGERS DU GAZ Autres dangers  Gaz sous pression  Gaz liquéfiés Les liquides cryogéniques et leurs dangers
  • 23. mars 21 MASQUES DE PROTECTION RESPIRATOIRE Les dangers  Les poussières  Les gaz  Le manque d’oxygène Les masques o Anti-poussières o Anti-gaz o Masques alimentés en air
  • 24. mars 21 En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION RESPIRATOIRE ? FFP1 FFP3 Protection Anti-poussières Norme EN149 Comité Européen de Normalisation. MASQUES ET FILTRES ANTI-POUSSIÈRES FFP = Filtering FacePiece respirator (pièce faciale filtrante)
  • 25. MASQUES ANTI-GAZ mars 21 En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION RESPIRATOIRE ? • Choix du filtre • + choix du niveau de protection (1 à 3) Ex : filtre A2B2E2K2 Code couleur et type de filtre (lettre) = ce qui est absorbé/filtré Classe du filtre = capacité d’absorption/filtration
  • 26. mars 21 MASQUES ISOLANTS ‣ LES APPAREILS AUTONOMES : l’opérateur dispose d’un apport d’air ou d’oxygène dans le masque par le biais d’un tuyau et d’une source d’air comprimé qu’il porte avec lui (bouteille). Pas besoin de filtre dans ce cas. Le salarié peut se déplacer librement dans toute la zone de travail mais est contraint par la durée d’autonomie de sa bouteille. ‣ LES APPAREILS NON AUTONOMES : l’opérateur reçoit l’air propre de l’extérieur du local pollué, par l’intermédiaire d’un tuyau relié à un appareil à adduction d’air comprimé (compresseur). • Les appareils isolants sont des MASQUES ALIMENTÉS EN AIR OU EN OXYGÈNE depuis une source non contaminée de sorte que l’opérateur est isolé de la zone polluée. • Ces appareils sont adaptés lorsque l’on a à faire à un contaminant non filtrable, lorsque la concentration du polluant est trop importante pour recourir à un masque filtrant ou lorsque la concentration en oxygène est inférieure à 20 % Janvier 2019 - Explosion rue de Trévise, dans le IXe arrondissement de Paris, Pompiers équipés d’ARI (Appareil Respiratoire Isolant) En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION RESPIRATOIRE ?
  • 28. ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène mars 21 TRAVAIL EN ESPACE CONFINÉ LES DANGERS DU GAZ NATUREL LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
  • 29. ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène 21 % Taux normal en O2 19 % Seuil d’alarme 17 % Seuil de danger Une concentration mesurée inférieure à 20,5 % traduit déjà une anomalie dans l’atmosphère d’un espace confiné mars 21 0 % À la 3ème inspiration : perte de conscience – mort en quelques minutes Diazote : 78% Dioxygène : 21% Gaz rares : 1% (dont argon 0,93%)
  • 30. ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène mars 21 En cas de manque total d’oxygène, le sang perd son oxygène : La teneur O2 dans le sang stable Condition normale SANG ATMOSPHERE O2 CO2 Sous-oxygénation brutale SANG ATMOSPHERE SANS O2 O2 CO2 La teneur O2 dans le sang diminue
  • 31. ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène mars 21 L’asphyxie est un phénomène : o SOURNOIS : l’organisme ne sait pas détecter une atmosphère appauvrie en oxygène o SOUDAIN : quelques minutes pour des atmosphères < à 17 % o SANS APPEL : mise à jeu du pronostic vital ou risques séquelles en l’absence d’intervention rapide
  • 32. mars 21 ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène AGENTS ASPHYXIANTS SIMPLES  Les gaz inertes peuvent être responsables d’asphyxie par déplacement de l’oxygène
  • 33. mars 21 ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène Notion de sur-accident : … puis une 2ème personne qui tente de le secourir est également asphyxiée 50 % des décès touchent des salariés qui tentent de porter secours à leurs collègues
  • 34. mars 21 Risques liés à l’atmosphère o Atmosphère appauvrie en oxygène o Atmosphère toxique o Atmosphère explosive TRAVAIL EN ESPACES CONFINÉS Risques physiques o Chutes o Ensevelissement, coincement, écrasement o Noyades, etc. Risques biologiques o Leptospirose (égoutiers)
  • 35. mars 21 TRAVAIL EN ESPACES CONFINÉS
  • 36. mars 21 TRAVAIL EN ESPACES CONFINÉS
  • 37. mars 21 Système de ventilation (illustration d’un système de ventilation pour les réseaux d’assainissement) Les réseaux d’assainissement o atmosphère non contrôlée o mouvements d’air aléatoires INTERVENTIONS DANS LES OUVRAGES ASSAINISSEMENT
  • 38. mars 21 INTERVENTIONS DANS LES OUVRAGES ASSAINISSEMENT Détecteurs de gaz 4 fonctions : o Oxygène o Monoxyde de carbone o Hydrogène sulfuré o Pentane/Méthane Contrôles atmosphériques permanents avec détecteurs individuels
  • 39. mars 21 INTERVENTIONS DANS LES OUVRAGES ASSAINISSEMENT Équipement de secours : o Masque auto-sauveteur à recyclage Le masque auto-sauveteur à génération chimique d’oxygène est un masque d’évacuation d'urgence qui permet au porteur de respirer aussi bien dans les cas de déficience d’oxygène, qu’en présence de substances toxiques dangereuses.
  • 40. mars 21 INTERVENTIONS EN ESPACE CONFINÉ : LES ÉQUIPEMENTS REQUIS Principe de base : un « surveillant » doit toujours rester en surface et en contact (visuel, verbal ou talkie-walkie)
  • 41. ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène mars 21 TRAVAIL EN ESPACE CONFINÉ LES DANGERS DU GAZ NATUREL LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
  • 42. Le GAZ de HOUILLE mars 21 Historique • Le GAZ DE HOUILLE est un gaz manufacturé, produit lors de la transformation de la houille en coke. Le gaz de houille fut utilisé comme gaz d'éclairage jusqu'à la fin du XIXème siècle, époque à laquelle il fut détrôné par l'électricité, et plus généralement comme gaz de ville, jusqu'en 1950, époque où il fut remplacé par le gaz naturel. • Composé essentiellement d’HYDROGÈNE, de MÉTHANE et de MONOXYDE DE CARBONE (toxicité +++) et des traces d’hydrogène sulfuré (H2S)
  • 43. Le GAZ NATUREL mars 21 LE GAZ NATUREL • Le gaz naturel, une fois débarrassé de composés annexes (CO2, H2S) parfois importants, est une source d’énergie composée d’hydrocarbures : du MÉTHANE (CH4) à 95%, de l’ÉTHANE (C2H6), du PROPANE (C3H8), du BUTANE (C4H10) et du PENTANE (C5H12) De nos jours
  • 44. • Incendie : le gaz naturel est un combustible. En présence d’oxygène et d’une source de chaleur, il peut s’enflammer et exploser pour une concentration de gaz naturel dans l’air comprise entre 5 et 15 % LES RISQUES DU GAZ NATUREL mars 21 • Explosion : pour qu’il y ait explosion, en cas d’inflammation d’un mélange air/gaz, il faut que le milieu soit confiné. En milieu libre (non confiné), le gaz naturel ne détonne pas car il se dilue rapidement dans l’atmosphère • Asphyxie : à l’état libre, le gaz naturel est plus léger que l’air. Par contre, en milieu confiné, le gaz naturel se substitue à l’oxygène de l’air inhalé. Il agit alors comme un gaz asphyxiant par privation d’oxygène N.B. Dans un lieu confiné et dans le cas d’une combustion en milieu appauvri en oxygène, il y a production de monoxyde de carbone à partir du gaz naturel
  • 45. ASPHYXIE par le gaz naturel mars 21 PRÉVENTION : aération PRÉVENTION : ça sent le gaz ! Le nom chimique de ce gaz est "méthanethiol" (formule CH3-SH) • Le mercaptan était utilisé pour "parfumer" le gaz naturel inodore, afin de repérer les fuites et éviter ainsi les accidents. • En fait, le mercaptan n’est plus utilisé aujourd’hui dans le gaz naturel. Il a été remplacé par le tétrahydrothiophène ou THT, un composé soufré cyclique.
  • 46. ASPHYXIE par atmosphère appauvrie en oxygène mars 21 TRAVAIL EN ESPACE CONFINÉ LES DANGERS DU GAZ NATUREL LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS
  • 47. LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS mars 21 QU’EST-CE QU’UN LIQUIDE CRYOGÉNIQUE ? o Les liquides cryogéniques sont des gaz liquéfiés o Les points d'ébullition des liquides cryogéniques sont inférieurs à -150 °C Pour comparaison: La glace carbonique (CO2 à l'état solide) a une température de sublimation de −78,9 °C Grand froid
  • 48. LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS mars 21  Froid extrême La peau non protégée peut adhérer à une surface métallique refroidie par un liquide cryogénique et se déchirer si on tente de l'en retirer. Même le contact des surfaces non métalliques est dangereux aux très basses températures. De plus, l'inhalation d'air extrêmement froid peut causer des lésions pulmonaires. LE RISQUE DE BRÛLURE CRYOGÉNIQUE : Les liquides cryogéniques peuvent produire sur la peau des effets semblables à une brûlure thermique. De brèves expositions à ceux-ci sans effet sur la peau du visage ou des mains peuvent altérer des tissus fragiles comme ceux des yeux. Une exposition prolongée de la peau ou le contact avec des surfaces froides peut causer des gelures*. La peau a alors une couleur jaunâtre et cireuse. L'absence de douleur initiale est suivie par des douleurs intenses lors du dégel des tissus. * Le froid provoque l'apparition de cristaux de glace dans les milieux extra et intra cellulaire, contribuant à la destruction de la cellule. Les dommages sont majorés par une ischémie (défaut d'oxygénation des tissus) secondaire à une vasoconstriction importante. Quels sont les DANGERS pour la santé des liquides cryogéniques ? Grand froid
  • 49. LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS mars 21 Grand froid : quels moyens de PRÉVENTION ?  EPI GANTS DE PROTECTION GRAND FROID Grand froid … + LUNETTES DE PROTECTION et BLOUSE … car risque de projections
  • 50. LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS mars 21 Grand froid Danger Port des EPI obligatoire
  • 51. LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS mars 21 Quels sont les DANGERS pour la santé des liquides cryogéniques ?  Asphyxie Lorsque des liquides cryogéniques libèrent des gaz, ces derniers sont très froids et habituellement plus lourds que l'air. Ces gaz lourds et froids se dispersent mal et peuvent s'accumuler au ras du sol. De petites quantités de liquide qui s'évaporent peuvent former de grands volumes de gaz. 1 litre d'azote liquide vaporisé donne 695 litres d'azote gazeux à la température ambiante (21 °C) RISQUE IMPORTANT D’ASPHYXIE PAR DÉPLACEMENT D’OXYGÈNE Asphyxie
  • 52. LES LIQUIDES CRYOGÉNIQUES ET LEURS DANGERS mars 21 https://www.youtube.com/watch?v=zWIRXTSuioY
  • 53. MONOXYDE DE CARBONE  Les intoxications domestiques mars 21  Les intoxications en milieu professionnel : …. un risque persistant
  • 54. MONOXYDE DE CARBONE mars 21 Attention : danger !
  • 55. CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES INTOXICATIONS AIGUËS mars 21 - Gaz d’échappement des moteurs : intoxication des mécaniciens automobiles, gardiens de parking etc.. 20 % (8/41) des cas d’intoxication (Rhône – 2003) - Incendies 46 % (19/41) des cas d’intoxication (Rhône – 2003) - Appareils de chauffage* vétustes et/ou aérations obstruées 34 % (14/41) des cas d’intoxication (Rhône – 2003) Combustion incomplète Le CO apparaît lors de toute combustion incomplète de substances organiques : C + ½ O2  CO *chauffage gaz, bois, charbon, fuel, etc.
  • 56. mars 21 CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES INTOXICATIONS AIGUËS
  • 57. mars 21 Nausée-Vomissement Mauvais fonctionnement de la chaudière  Intoxications fréquentes particulièrement lors des vagues de froid.  Intoxications souvent collectives. CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES INTOXICATIONS AIGUËS Décembre
  • 58. mars 21 CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES INTOXICATIONS AIGUËS 65 personnes hospitalisées après une intoxication au monoxyde de carbone Lieu : concert dans une église Origine : appareil de chauffage au gaz défecteux Janvier
  • 59. mars 21 CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES INTOXICATIONS AIGUËS 4 décès et plus de 100 personnes hospitalisées après une intoxication au monoxyde de carbone Lieu : Région Sud-Ouest Origine : Coupures d’électricité suite à une tempête  Groupes électrogènes mal installés Janvier
  • 60. mars 21 Répartition hebdomadaire du nombre de signalements d'intoxication au CO au 31 mars 2017 dans les Hauts-de-France  Intoxications fréquentes en saison de chauffe CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES INTOXICATIONS AIGUËS
  • 61. mars 21  Les intoxications au monoxyde de carbone doivent être déclarées à l’Agence Régionale de Santé (ARS) CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES INTOXICATIONS AIGUËS Déclaration obligatoire Intoxication au monoxyde de carbone
  • 62. mars 21 CIRCONSTANCES DE SURVENUE DES INTOXICATIONS AIGUËS Auvergne-Rhône-Alpes Du 01 oct. 2017 au 3 décembre 2017 (3 mois) - 37 épisodes d’intoxication CO - 147 personnes intoxiquées - 74 personnes hospitalisées - 1 décès
  • 63. TABAC ET MONOXYDE DE CARBONE mars 21 La fumée est un aérosol = particules solides et liquides (8 %) en suspension dans un mélange gazeux (92 %) Phase gazeuse • Azote ; 10-15 % de gaz carbonique CO2 • 3-6 % de monoxyde de carbone CO • acide cyanhydrique HCN • Hydrocarbures aromatiques polycycliques, etc. Composants de la fumée de tabac  Plus de 4 000 substances chimiques  Plus de 40 substances chimiques cancérigènes * Cette phase correspond, après soustraction de l’eau qu’elle contient, au taux de goudron Phase particulaire * • Alcaloïdes (Nicotine – Harmane) • Métaux (cadmium, polonium 210…) • Radicaux libres • Nitrosamines • Hydrocarbures aromatiques polycycliques, etc. Nitrosamines Intoxications chroniques
  • 64. Monoxyde de carbone PROPRIÉTÉS PHYSICO-CHIMIQUES mars 21 • Gaz INCOLORE, INODORE, très diffusible, de même densité que l’air. • Il n’est pas fixé par les cartouches en charbon des masques à gaz classiques (il faut des cartouches d’opcalite « oxydes métalliques »)
  • 65. mars 21 Monoxyde de carbone PROPRIÉTÉS TOXIQUES L’hémoglobine a une affinité 210 fois plus forte pour le CO que pour l’oxygène (formation préférentielle de carboxy-hémoglobine = HbCO)
  • 66. mars 21  Risque +++ pour le fœtus Très forte affinité de l’hémoglobine fœtale pour le CO Monoxyde de carbone PROPRIÉTÉS TOXIQUES Concentrations atmosphériques de CO (en ppm) Pourcentages sanguins en HbCO
  • 67. mars 21 Monoxyde de carbone SIGNES CLINIQUES d’une intoxication Puis viennent les troubles plus évocateurs : • Troubles neurologiques : coma • Troubles respiratoires : hypercapnie, OAP, cyanoses • Troubles végétatifs : hyperthermie • Troubles cardiovasculaires : hypertension, tachycardie • Troubles biologiques : Augmentation des CPK et du K+ (rhabdomyolyse) / acidose métabolique / hyperglycémie / augmentation des transaminases Les signes cliniques de début sont non spécifiques : - Céphalées - Nausées - Vomissement - Fatigue  Risques de séquelles neurologiques La mortalité est proche de 20 % dans le cas de comas prolongés (intoxications sévères à découverte tardive)
  • 68. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE : Dosage sanguin du MONOXYDE DE CARBONE mars 21  L’expression des résultats :  Soit en en mL de CO libéré à partir de 100 mL de sang  Soit en pourcentage d’HbCO par rapport à l’hémoglobine totale  Prélèvement sanguin : sur sang hépariné si possible avant toute oxygénothérapie Méthode la plus utilisée actuellement – Dosage réalisé sur les analyseurs « gaz du sang » Elles sont basées sur l'évaluation directe du % d'HbCO : Ce sont principalement des méthodes spectrophotométriques basées sur les propriétés de l'hémoglobine, de l'oxyhémoglobine et de la carboxyhémoglobine qui présentent, dans la région visible, des spectres d'absorption se distinguant par le nombre et les positions des maxima d'absorption. L'hémoglobine ne présente qu'une seule bande d'absorption dont le maximum est à 556 nm, l'oxyhémoglobine présente un spectre d'absorption à deux bandes dont les maxima se situent à 540 et 576 nm et la carboxyhémoglobine se caractérise par deux bandes avec des positions maximales à 538 et 570 nm
  • 69. mars 21 1 mole d’Gb fixe 1 mole de CO  16 700 g d’Gb fixent 24 467 mL de CO  Conversion : « X mL de CO pour 100 mL de sang » en « % d’HbCO » 1 mole de globine (Gb) : 16 700 g 1 mole de CO = 24 467 mL de CO à T° 25°C Donc 1 g d’Gb fixe 1,47 mL de CO [24467/16700] = 1,47 X mL de CO pour 100 mL est donc fixé par [X/1,47] g de Gb  [X/1,47] g de HbCO pour 100 mL Soit Hb, la concentration d’hémoglobine pour 100 mL de sang (=Hb en g% ) HbCO en % = [X mL de CO pour 100 mL de sang ] x 100 1,47 x Hb en g % HbCO en % = HbCO pour 100 mL x 100 Hb en g % DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE : Dosage sanguin du MONOXYDE DE CARBONE
  • 70. mars 21 Relation : concentration atmosphériques de CO et HbCO Valeurs usuelles – toxiques (% HbCO sanguin) o Non fumeur : 1-4 % o Fumeur : 3-7 % (1 cigarette = 25 mL de CO) o Chauffeur de taxi : 10 % o Intoxication : > à 10 % o Intoxication grave : > à 30 % DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE : Dosage sanguin du MONOXYDE DE CARBONE
  • 71. Monoxyde de carbone TRAITEMENT d’une intoxication mars 21 - Soustraire l’intoxiqué de l’atmosphère toxique - Oxygénothérapie normobare avec fraction inspirée d’O2 (FiO2) de 100 % - Oxygénothérapie hyperbare (Caisson hyperbare) en cas de perte de connaissance, signes neurologiques, grossesse → 45 minutes à 1 heure sous 2 à 3 atmosphères Caisson hyperbare À HEH sous-sol du pavillon N - seul équipement à couvrir 18 départements Élimination : temps de demi-vie - en air ambiant : 4 heures - sous oxygène normobare : 80 min - sous oxygène à 3 atmosphères : 23 min
  • 72. LES DÉTECTEURS DE MONOXYDE DE CARBONE La loi MORANGE Depuis le 08 mars 2015, chaque habitation française doit comporter un détecteur de fumée. Il est utile en cas d’incendie mais ne détecte pas le CO. En clair, la loi Morange n’inclut pas de dispositif de détection de monoxyde de carbone. Vous êtes libres d’en installer un ou pas. mars 21 Norme Européenne EN50291 Durée d'autonomie et de garantie de l'appareil : 5 ans Alarme de fin d'autonomie Fonctionne de -10° à +40°C Détecte : 50 ppm entre 60 et 90 mn Détecte : 100 ppm entre 10 et 40 mn Détecte : 300 ppm en moins de 3 mn Alarmes sonore et visuelle intégrées 85 décibels à 3 m. Détecteur de monoxyde de carbone
  • 73. Le monoxyde de carbone EN MILIEU DE TRAVAIL mars 21  Globalement, les intoxications au CO en milieu professionnel représente moins de 10 % des cas d’intoxication à ce gaz  Exemple de circonstance d’intoxication : mécaniciens-réparateurs lors d’une intervention au sein d’une cuve de méthanier • 8 ouvriers intoxiqués • Atmosphère à 500 ppm • HbCO compris entre 2 et 32 % • Oxygénothérapie normobare précoce - Le dégazage de navire consiste à évacuer les gaz issus des hydrocarbures stagnant dans des espaces confinés - Délivrance d’un certificat de dégazage
  • 74. Le monoxyde de carbone EN MILIEU DE TRAVAIL mars 21  Valeur limite d’exposition professionnelle 8-heures (VLEP-8h) : 20 ppm  Valeur limite d’exposition professionnelle courte durée (VLCT) : 100 ppm  Valeur plafond : 200 ppm Il s’agit de la concentration dans l’air des lieux de travail qui ne doit être dépassé à aucun moment de la journée
  • 75. Utilisation du monoxyde de carbone par l’INDUSTRIE mars 21 Employée dans de nombreux procédés industriels Bouteille de monoxyde de carbone ATTENTION : gaz extrêmement inflammable Il forme des mélanges explosifs avec l'air dans des limites très larges (10,9 à 76 % en volume) C’est aussi un produit de base pour de nombreuses synthèses de produits de base de l’industrie chimique : méthanol résultant de son hydrogénation ; acide acétique, résultant de la carbonylation du méthanol ; aldéhydes, résultant de l’hydroformylation d’alcènes, à commencer par le propylène pour citer les plus importants
  • 76. mars 21 HISTORIQUE Des oiseaux dans les mines pour sauver les mineurs o Durant longtemps, des canaris et des pinsons ont « travaillé » dans les mines de charbon. o Ces oiseaux, plus sensibles que l’homme, étaient utilisés pour donner l'alarme quand les émanations de monoxyde de carbone se faisaient menaçantes. o Au moindre malaise de l’oiseau, il fallait évacuer le chantier
  • 78. HYDROGÈNE SULFURÉ mars 21 L’hydrogène sulfuré (H2S) est : o un gaz incolore o à odeur caractéristique d’œufs pourris L’hydrogène sulfuré est un composant naturel du pétrole Un dégagement d’H2S se produit : o En présence de matières ou résidus organiques ou minéraux o … sous l’effet d’une acidification (qui dépend du pH du milieu). = sulfure d'hydrogène o Étant plus lourd que l’air, il s’accumule dans les parties basses non ventilées…
  • 79. HYDROGÈNE SULFURÉ mars 21 Les secteurs professionnels les plus à risques = sulfure d'hydrogène o Le personnel exposé à la fermentation du lisier dans les porcheries industrielles (unité de fermentation méthanique des lisiers de porcs) o Les égoutiers, salariés des stations d’épuration (inspection visuelle d’un réservoir, curage d’un caniveau, décolmatage d’un puits) o Les ouvriers des raffineries lors des opérations de raffinage et de craquage des pétroles riches en soufre (raffinage par effet de chaleur)
  • 80. HYDROGÈNE SULFURÉ mars 21 Toxicodynamie (mécanismes d'action toxique) = sulfure d'hydrogène o Effet local : toxicité sur les voies respiratoires Le H2S est irritant pour les muqueuses et les voies respiratoires. Il peut donc entraîner un bronchospasme et, à plus forte concentration (700 ppm et plus), un œdème pulmonaire et une dépression respiratoire o Effet systémique … Le H2S inhibe la respiration mitochondriale de façon aussi efficace que le cyanure
  • 81. HYDROGÈNE SULFURÉ mars 21 Le seuil de perception olfactive du H2S = sulfure d'hydrogène o odeur caractéristique d’œufs pourris o odeur décelable à de très faibles concentrations (≈0.10 ppm) o … mais s’atténue ou disparaît à forte concentration (anesthésie de l’odorat au dessus de 100 ppm) Effet de sidération olfactive
  • 82. HYDROGÈNE SULFURÉ mars 21 = sulfure d'hydrogène D’où la nécessité de détecteurs d’H2S
  • 83. QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/qualite-lair- interieur mars 21
  • 84. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Formaldéhyde CO2 Benzène … et autres composés organiques volatils (COVs) Pollution de l’air intérieur les sources potentielles de pollution dans les bâtiments sont en effet nombreuses : o appareils à combustion o matériaux de construction o produits de décoration (peinture, colles, vernis…), o meubles o activité humaine (tabagisme, produits d’entretien, bricolage, cuisine...) Outre les apports de l’air extérieur,
  • 85. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Valeurs-guide pour l’air intérieur  Objectifs/Valeurs limites Plus la concentration en CO2 est élevée, plus l’air est confiné
  • 86. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Meubles : sources d’émission de formaldéhyde  Le formaldéhyde, c’est quoi ? o Le formaldéhyde ou formol est un intermédiaire organique utilisé pour la fabrication d’un très grand nombre de produits industriels. o En ce qui concerne les meubles, on le retrouve dans les colles utilisées pour la fabrication des panneaux en aggloméré  Toxicité du formaldéhyde o Irritant des voies respiratoires o Agent mutagène (H341) et cancérogène (H350 – catégorie 1B)
  • 87. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur (OQAI) Résultats de la campagne nationale 2009-2011 (300 écoles et crèches) Constat 2009-2011 • Nombre d’établissements ont une mauvaise QAI ! • Nécessité d’une action
  • 88. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS o Les décrets 2015-1000 du 17 août 2015 et 2015-1926 du 30 décembre 2015 : imposent la mise en œuvre d’une démarche de prise en compte de la qualité de l’air intérieur dans certains Établissements Recevant du Public (ERP). Les crèches et les écoles sont les premiers établissements concernés, ils doivent être en conformité avec cette réglementation au 1er janvier 2018
  • 89. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Identifier les sources potentielles de pollution Exemple du benzène Source : Guide pratique pour une meilleure qualité de l’air dans les lieux accueillant des enfants - 2015 Gaz d’échappement Industries Stockages d’hydrocarbures
  • 90. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Identifier les sources potentielles de pollution Exemple du benzène
  • 91. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Privilégier des produits de construction et de décoration étiquetés A+ pour les travaux en cours ou à venir
  • 92. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Mobilier : privilégier des meubles peu émissifs Maximum d’émission de formaldéhyde au déballage des meubles
  • 93. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Bonnes pratiques Exemple des produits d’entretient Identifier les opérations de nettoyage nécessitent vraiment d’utiliser des produits chimiques puissants ? Minimum de produits différents Privilégier des produits sans pictogrammes de danger Limiter l’usage de la javel Privilégier des produits non parfumés (sans terpènes)
  • 94. mars 21 QUALITÉ DE L’AIR DANS LES LIEUX ACCUEILLANT DES ENFANTS Documents de référence Document de référence COFRAC EXIGENCES SPECIFIQUES POUR L'ACCREDITATION DES ORGANISMES PROCEDANT AUX MESURES DE SURVEILLANCE DE LA QUALITE DE L'AIR INTERIEUR DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC. LAB REF 30 GUIDE D’APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L’AIR DANS LES ETABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT, D’ACCUEIL DE LA PETITE ENFANCE ET D’ACCUEIL DE LOISIRS 2012. LCSQA-INERIS. 2012 (CSTB) INDICE DE CONFINEMENT DE L’AIR INTÉRIEUR : DES ÉCOLES AUX LOGEMENTS Jacques Ribéron, Olivier Ramalho, Mickaël Derbez, Bruno Berthineau, Guillaume Wyart, Séverine Kirchner et Corinne Mandin
  • 95. GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS  ISOFLURANE, SÉVOFLURANE ET LE DESFLURANE  Mélange équimolaire oxygène - protoxyde d'azote (MEOPA) mars 21
  • 96. mars 21 GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS  Les gaz anesthésiques pour inhalation tels que l’isoflurane, le sévoflurane et le desflurane sont utilisés pour anesthésier les patients dans de nombreux secteurs, et principalement dans celui des blocs opératoires  Les quantités de gaz dans l’atmosphère d’un bloc opératoire sont certes beaucoup plus faibles que celles inhalées par le patient, mais l’exposition dure des années ou des décennies. Exposition du personnel soignant o Des symptômes non spécifiques, tels que fatigue et céphalées sont bien connus. o Des troubles plus sérieux ont été évoqués, comme des altérations de la fertilité ou de la grossesse
  • 97. mars 21 GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS Système d’administration des gaz
  • 98. mars 21 GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS  Il est recommandé de prévoir au bloc opératoire un traitement de l’air permettant, entre autres, de maîtriser la pollution chimique générée par les activités chirurgicales, conformément aux disposition réglementaires en vigueur Cadre réglementaire Prévention  Techniques anesthésiques peu polluantes  Système d'évacuation des gaz anesthésiques  Renouvellement d’air de la salle d’opération : 15 volume/h
  • 99. mars 21 GAZ ANESTHÉSIANTS EN MILIEU DE SOINS Mesurages atmosphériques des gaz anesthésiques Valeur limite d’exposition professionnelle (VLEP) en exposition moyenne (VME) : • 25 ppm - protoxyde d’azote • 2 ppm - halogénés
  • 100. Exposition du personnel soignant au MEOPA mars 21 • SITUATIONS D’EXPOSITION DU PERSONNEL SOIGNANT • TOXICITÉ • PISTES DE PRÉVENTION
  • 101. mars 21 Le MEOPA, qu’est-ce que c’est ?  MEOPA : Mélange Équimolaire d’Oxygène et de Protoxyde d’Azote 50% d’oxygène / 50% de protoxyde d’azote  Protoxyde d’azote Nom commercial : Kalinox® Le mélange tire ses propriétés du protoxyde d’azote  Effet équivalent à 10 ou 15 mg de Morphine
  • 102. mars 21 INDICATIONS ET USAGES DU MEOPA Très largement utilisé par les unités de soins (en ambulatoire ou en hospitalisation) o Prendre en charge rapidement la douleur : analgésie o Autoriser avec moins de douleurs des gestes diagnostiques et thérapeutiques o Avoir un potentiel anxiolytique appréciable o Diminuer le stress o Prévenir l’apparition d’une phobie des soins
  • 103. mars 21 INDICATIONS ET USAGES DU MEOPA
  • 104. mars 21 EXPOSITION DU PERSONNEL SOIGNANT AU MEOPA Niveau d’exposition Les résultats des mesures d’exposition ont mis en évidence des situations préoccupantes au N2O lors de l’utilisation du MEOPA Toxicité en exposition chronique o Diminution de la fertilité Taux de fécondité : 0,64 - Ahlborg G et al., 1996 o Avortements spontanés Odds Ratio : 2,6 - Rowland AS et al., 1995 o Nouveaux - nés : petit poids, prématurité OR : 1,8 - Bodin L et al., 1999 o Anomalies congénitales OR : 1,42 -Teschke K et al., 2011 o Céphalées - Asthénie -Nausées - Vertiges – Ralentissement sychomoteur
  • 105. mars 21 PISTES DE PRÉVENTION o Respect des bonnes pratiques d’utilisation du MEOPA  Utilisation correct du tuyau évacuateur  Pas plus d’un patient sous MEOPA par aide-soignante/infirmière  Ventilation maxi et ouverture des issues, quelques minutes entre chaque patient o Locaux  Nécessité d’un système efficace d’extraction d’air o Femmes enceintes  Soustraire les femmes enceintes de cette activité