SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  137
Télécharger pour lire hors ligne
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Jeudi 10 mars 2022
Poussières / Particules fines / Fibres
Protéger les salariés du secteur du BTP
AST BTP de l’Ain
Jeudi 10 mars 2022
SUJETS ABORDÉS
DÉFINITIONS, VOIES DE PÉNÉTRATION DANS L’ORGANISME, TOXICOLOGIE
MOYENS DE PRÉVENTION SUR LE TERRAIN, RÉGLEMENTATION, VLEP et
MOYENS DE MESURAGE, SUIVI INDIVIDUEL PROFESSIONNEL (Examens
complémentaires)
LES DIFFÉRENTS RISQUES POUSSIÈRES/PARTICULES FINES/FIBRES
… RENCONTRÉS DANS LE BTP
FOCUS
- SUR LES SILICES CRISTALLINES ALVÉOLAIRES
- SUR LES MATÉRIAUX D’ISOLATION : LAINE DE VERRE, LAINE DE ROCHE, OUATE DE CELLULOSE
SOUFFLÉE. QUELLE DANGEROSITÉ À COURT ET LONG TERME ?
- SUR L‘AMIANTE
- SUR LES POUSSIÈRES DE BOIS
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
DÉFINITIONS, VOIES DE PÉNÉTRATION DANS
L’ORGANISME, TOXICOLOGIE
Poussières et particules fines
Poussières / Particules fines
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
DÉFINITIONS et CARACTÉRISTIQUES
Les poussières se définissent comme suit :
" toute particule solide dont le diamètre aérodynamique est au plus
égal à 100 micromètres ou dont la vitesse limite de chute, dans les
conditions normales de température, est au plus égale à 0,25 mètre
par seconde. Les poussières ainsi définies sont appelées "poussières
totales".
Les poussières se définissent comme suit :
" toute particule solide dont le diamètre aérodynamique est au plus
égal à 100 micromètres ou dont la vitesse limite de chute, dans les
conditions normales de température, est au plus égale à 0,25 mètre
par seconde. Les poussières ainsi définies sont appelées "poussières
totales".
Les poussières se définissent comme suit :
" toute particule solide dont le diamètre aérodynamique est au plus
égal à 100 micromètres ou dont la vitesse limite de chute, dans les
conditions normales de température, est au plus égale à 0,25 mètre
par seconde. Les poussières ainsi définies sont appelées "poussières
totales".
Poussières
DÉFINITIONS
mars 22
Poussières domestiques renferme toute
une variété de particules : cheveux, poils,
résidus de peau, de fibres synthétiques, de
microplastiques,
… et de nombreux allergènes provenant
des acariens, des moisissures, des poils
des animaux domestiques et des insectes
divers
mars 22
Poussières
= Phase dispersée
Air
= Phase dispersante
Aérosol solide
Poussières
Caractérisées par la faculté d’être dispersées dans l’air
mars 22
Poussières
Caractérisées par une faculté à être dispersées dans l’air
Un aérosol est un colloïde (phase dispersée + phase dispersante)
FUMÉE ?
Ensemble des gaz de combustion et des particules qu'ils entraînent (par extension, s’applique aussi aux gaz chargés de
particules provenant d’un processus chimique ou d’une opération métallurgique).
mars 22
Aérosols solides
Différentes origines
Minérales
• Silices
cristallines
• Fibres
d’amiante
• Graphite
• Gypse (sulfate
de calcium)
• Etc.
Métalliques
• Poussières qui
se forment
lors
d’opération
d’usinage
(Aluminium, Zinc,
Plomb, Nickel, Etc.)
• Fumées de
soudage (Cr6+)
Organiques
• Bois
• Farine
• Fibres de
coton
• Matières
plastiques
• Déjections des
poules,
pigeons, …
• Etc.
mars 22
Aérosols solides
Composition parfois complexe !
mars 22
Qualité de l’air
Métrologie des particules en suspension
… notées « PM » en anglais pour « Particulate matter »
La métrologie des PARTICULATE MATTERS (PM) fait appel dans le cas de la surveillance de la qualité de l'air à des méthodes
physiques très sophistiquées ; la référence métrologique étant la gravimétrie par filtration, mais qui a l'inconvénient d'être une
méthode discontinue ; pour déterminer les « PM » en continu, on utilise soit des micro-balances à quartz, soit des sondes à
rayons bêta.
Selon la taille des particules (diamètre aérodynamique), on distingue :
• PM10 particules en suspension dans l'air, d'un diamètre aérodynamique inférieur à
10 µm
• PM2,5 dont le diamètre est inférieur à 2,5 µm, appelées « particules fines »
• PM1 dont le diamètre est inférieur à 1,0 µm, appelées « particules très fines »
• PM0,1 dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre, appelées « particules
ultrafines » ou « nanoparticules »
Pour en savoir plus, consultez le lien Wikipedia « Diamètre aérodynamique »
Le diamètre aérodynamique (parfois appelé diamètre aéraulique) est défini comme le diamètre d'une sphère de densité unitaire ayant la même vitesse de
décantation (ou sédimentation, ou encore vitesse terminale de chute) que la particule dans un fluide au repos
mars 22
Qualité de l’air
Métrologie des particules en suspension
… notées « PM » en anglais pour « Particulate matter »
mars 22
 Risques d’incendie et d'explosion
 Effets sur la santé
Poussières
LES RISQUES
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
 Risques d’incendie et d'explosion
 Effets sur la santé
mars 22
Poussières
Risques d’incendie
Inflammation rapide d'un nuage de poussières de
bois, suite à une étincelle ou une élévation locale de
température trop importante
• POUSSIÈRES COMBUSTIBLES : farine,
sucre, bois, …
mars 22
Poussières
Risques d’explosion
• LES POUSSIÈRES COMBUSTIBLES (farine, sucre, bois, …) sont
susceptibles de former avec l’air des nuages EXPLOSIFS.
Pour en savoir plus, consultez le dossier web INRS "Explosion sur le lieu de travail".
• Pour qu’il y ait un risque d’explosion, il est
nécessaire que la concentration en poussières
dépasse une certaine valeur (>LIE et <LSE), en
général plusieurs dizaines de grammes par mètre
cube d’air.
• Des concentrations aussi élevées peuvent être
atteintes lors d’opérations courantes telle que le
déchargement de produits pulvérulents, le
décolmatage de filtre, etc.
mars 22
Poussières
Risques d’explosion
• Notions de LIE et LSE
Pour en savoir plus, consultez le dossier web INRS "Explosion sur le lieu de travail".
mars 22
La base de données ARIA (Analyse, Recherche et Information sur les Accidents) du Ministère de l'Écologie, du
Développement durable et de l'Énergie recense chaque année tous les incidents et accidents industriels
… un silo de 30 t de
farine explose !
Poussières
LES RISQUES
 Risques d'explosion
 Effets sur la santé
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
 Risques d’incendie et d'explosion
 Effets sur la santé
mars 22
Poussières
DE LA SOURCE AUX EFFETS NOCIFS
SOURCES
EMISSION CONCENTRATIONS
Phases toxicocinétique
et toxicodynamique
EFFETS NOCIFS
EXPOSITION
INHALATION
Différents effet nocifs des poussières/particules fines
TOXIQUES – CANCÉRIGÈNES - ALLERGIQUES
mars 22
** Contiennent des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP)
Silices cristallines
Fibres d’amiante
Poussières de bois
Particules Diesel**
Cancérigènes
Toxiques
Fibres d’amiante
Silices cristallines
Poussières de Pb
Bio-aérosols*
* Contaminés par des bactéries, des moisissures, etc.
Allergies
et dysimmunité
Farine
Bio-aérosols*
Silices cristallines
Poussières / Particules fines
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
VOIES DE PÉNÉTRATION DANS L’ORGANISME
TOXICOLOGIE
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
APPAREIL RESPIRATOIRE : rappels anatomiques
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
Les POUMONS
Le poumon droit est divisé en trois lobes
(supérieur, moyen et inférieur)
Le poumon gauche divisé en deux
(supérieur et inférieur)
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
L’ARBRE BRONCHIQUE
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
LES ALVÉOLES
Sac alvéolaire
Alvéole pulmonaire
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
LES ALVÉOLES
N.B. Diamètre d’un cheveux : 50-70 µm
Diamètre d’un globule rouge : 7 µm
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
Nous respirons
par jour :
20 000 litres
d’air L’important
volume d’air
auquel un adulte
est exposé
quotidiennement
La très grande surface
de contact pulmonaire
Les poumons sont particulièrement exposés
aux toxiques car :
L’extrême minceur de la
paroi alvéolaire
Absorption des toxiques au
niveau alvéolaire +++
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
DISTRIBUTION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
La taille des particules
… conditionne leurs comportements dans l’arbre
respiratoire
 Plus les particules sont fines, plus elles pénètrent profondément dans l’arbre respiratoire
 Par contre, la modélisation du dépôt des particules est complexe +++
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
PÉNÉTRATION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
 La fraction INHALABLE
Fraction des particules de l’aérosol ayant une
probabilité d’être inhalées par le nez ou par la
bouche (diamètre aérodynamique inférieur à 100
μm)
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
 La fraction THORACIQUE
Fraction des particules de l’aérosol qui sont
inhalées et qui pénètrent dans l’arbre
respiratoire au delà du LARYNX.
Les particules d’un diamètre aérodynamique
de 10 μm ont une probabilité de pénétration
de 50 %.
PÉNÉTRATION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
Probabilité
de
pénétration
(%)
PÉNÉTRATION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
10 μm
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
 La fraction ALVÉOLAIRE
Fraction des particules de l’aérosol qui
sont inhalées sont susceptibles
d’atteindre les alvéoles.
Les particules d’un diamètre
aérodynamique de 4 μm ont une
probabilité de pénétration de 50 %.
PÉNÉTRATION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
Probabilité
de
pénétration
(%)
PÉNÉTRATION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
4 μm
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
DÉPÔTS DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
Les particules qui pénètrent dans l’arbre se déposent (ou pas)
par divers mécanismes physiques
PHÉNOMÈNES COMPLEXES +++
Poussières
INHALATION DES POUSSIÈRES
DÉPÔTS DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
Ces calculs sont issus du modèle de la Commission Internationale de Protection Radiobiologique (CIPR Publication 66, 1994).
D’après ce modèle, les particules de diamètre compris entre 0,01 et 0,1 µm se déposent principalement dans les alvéoles, c’est-à-dire dans la partie la
plus profonde du poumon. Les particules de la taille du nanomètre, quant à elles, se déposent dans les voies aériennes supérieures (majoritairement
en extra-thoracique et en trachéo-bronchique). Les particules de 5 nanomètres se déposent quant à elles dans l’ensemble des voies respiratoires. On
peut remarquer que le dépôt des particules dans le système respiratoire est le plus faible autour de 0,3 µm environ
Exemple d’effet nocif
L’EMPHYSÈME PULMONAIRE DU FUMEUR
mars 22
Phase TOXICOCINÉTIQUE
Phase TOXICODYNAMIQUE
Poussières
MÉCANISMES DE DÉFENSE PULMONAIRES
Les SÉCRÉTIONS BRONCHIQUES
 Servent de filtre
 Composées de mucus (sécrétions visqueuses)
… et de protéines bactériostatiques (antitrypsine,
Immunoglobulines, lysozymes et de lactoferrine)
Poussières
MÉCANISMES DE DÉFENSE PULMONAIRES
 Ascenseur muco-ciliaire
 Ascenseur muco-ciliaire après phagocytose par les macrophages
MÉCHANISMES
o Clairance muco-ciliaire,
rapide : complète en 24-
48 heures
o Réaction spécifique dans certains cas :
- sensibilisation – allergies
- réaction inflammatoire – bronchoconstriction
(asthme)
soit dégluties
Bronches Carrefour aérodigestif (pharynx)
soit expectorées
Trachée
MIGRATION DES SÉCRÉTIONS BRONCHIQUES
Notion de CLAIRANCE (=épuration) trachéobronchique
des aérosols
Poussières
MÉCANISMES DE DÉFENSE PULMONAIRES
Poussières
MÉCANISMES DE DÉFENSE PULMONAIRES
Poussières
MÉCANISMES DE DÉFENSE PULMONAIRES
La TOUX
La toux est un moyen de défense des voies aériennes
C’est un mécanisme purement physiologique = reflexe défensif
• inspiration profonde,
• fermeture de la glotte (reflexe d’accolement des cordes vocales) - Phase de compression
gazeuse par la contraction violente des muscles intercostaux internes et abdominaux
avec augmentation de la pression intra thoracique et intra abdominale
• phase expulsive : ouverture brusque et incomplète de la glotte qui libère le gaz sous
pression et permet l’évacuation de la particule responsable de la toux : vitesse
maximale de 10 m/s
… et autres mécanismes de défense : métabolique, défenses enzymatiques,
macrophages, polynucléaires, etc.
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
LES DIFFÉRENTS RISQUES POUSSIÈRES/PARTICULES
FINES RENCONTRÉS DANS LE BTP
(SILICE, AMIANTE, POUSSIÈRES DE BOIS, PARTICULES FINES, …)
Connaitre et identifier les risques
Risques « Poussières » dans le BTP
UN RISQUE BIEN PRÉSENT
mars 22
De NOMBREUSES SITUATIONS de travail sur les chantiers ou en atelier(s)
exposent les salariés du BTP à des poussières composées de différents
éléments : sable, ciment, calcaire, métal, bois …
• Les travaux de démolition,
• Les découpes de briques, tuiles, parpaings, pierres, bordures,
• Le perçage de murs et de sols en béton,
• Le ponçage de plafonds, murs et sols,
• Le sciage de matériaux en bois,
• Le nettoyage des chantiers…
 Les différentes formes de silice
 Sources d’exposition
 Silices cristallines et santé
 Démarche de prévention
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
 Les différentes formes de silice
 Sources d’exposition
 Silices cristallines et santé
 Démarche de prévention
Focus sur
LES POUSSIÈRES DE SILICE
CRISTALLINE ALVÉOLAIRE
Silices
LES DIFFÉRENTES FORMES DE SILICE
La silice (dioxyde de silicium - SiO2) existe sous forme libre
ou combinée
o Silices amorphes = celles que l’on
trouvent au Sahara – dans le
verre : faible toxicité
= Silicates de calcium ou de
magnésium
Formes libres Formes combinées
 seule la silice cristalline présente des
dangers avérés pour la santé
o Silices cristallines
o Quartz
o Cristobalite
o Tridymite
Silices
LES DIFFÉRENTES FORMES DE SILICE
Pour 1 silicium Si : 4 liaisons oxygènes O
• 2 doubles liaisons si SiO2
• 4 simples liaisons si silices amorphes ou
cristallines
Silices amorphes
Silices cristallines
Ce qui différencie les
différentes formes de
silice cristalline, c’est
leurs structures 3D
• Verre
• Silices amorphes
synthétiques
• Quartz
• Cristobalite
• Tridymite
• …
Silices
LES DIFFÉRENTES FORMES DE SILICE
Les différentes formes de silice cristalline : structures 3D
 Les différentes formes de silice
 Sources d’exposition
 Silices cristallines et santé
 Démarche de prévention
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
LES POUSSIÈRES DE SILICE
CRISTALLINE ALVÉOLAIRE
Il est donc logique de la retrouver dans la majorité des matériaux naturels d'origine
minérale (presque toujours plus de 0,1 % du matériau et jusqu’à près de 100 % pour
les sables, silex, etc.).
À l’état naturel, la silice cristalline (et notamment le
quartz) est présente dans de nombreuses roches
Silices
LES SOURCES D’EXPOSITION
Les professionnels du BTP sont parmi les travailleurs les plus
exposés aux poussières de silice
L’usure de ces matériaux et plus encore leur sciage, ponçage ou meulage à sec sont
des sources d’exposition directe ou indirecte, immédiate ou différée à la silice
cristalline.
Silices
LES SOURCES D’EXPOSITION
Environ 295 000 salariés seraient exposés à la silice sous
ses diverses formes (selon l’enquête SUMER de 2010)
 Les différentes formes de silice
 Sources d’exposition
 Silices cristallines et santé
 Démarche de prévention
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
LES POUSSIÈRES DE SILICE
CRISTALLINE ALVÉOLAIRE
Silices
SILICES CRISTALLINES ET SANTÉ​
Pathologies aiguës ou chroniques graves
Silicose(1)
(1) Les poussières de silice cristalline peuvent induire une irritation des voies respiratoires, des bronchites chroniques et une
fibrose pulmonaire irréversible nommée silicose. Cette atteinte pulmonaire grave et invalidante n’apparaît en général qu’après
plusieurs années d’exposition et son évolution se poursuit même après cessation de l’exposition
Cancers(3)
(3) La silice cristalline joue également un rôle
certain dans le développement de cancers
bronchopulmonaires, chez l’homme.
Depuis le 1er janvier 2021, les travaux exposant à
la poussière de silice cristalline alvéolaire issue
de procédés de travail son classés comme agent
cancérigène.
Atteintes
auto-immunes(2)
(2) Association significative » entre
une exposition à la silice cristalline
et le risque de développer une
sclérodermie systémique, un lupus
érythémateux systémique ou une
polyarthrite rhumatoïde.
Atteintes
rénales
Silices
Les substances, mélanges et procédés cancérogènes​
Silices
SILICES CRISTALLINES ET SANTÉ​
Certaines pathologies provoquées par l’inhalation de poussières de silice cristalline
peuvent être reconnues comme MALADIE PROFESSIONNELLE au titre du tableau 25
des maladies professionnelles du régime général de la sécurité sociale.
Environ deux cents cas par an sont reconnus comme maladies professionnelles.
Focus sur
LES POUSSIÈRES DE SILICE
CRISTALLINE ALVÉOLAIRE
 Les différentes formes de silice
 Sources d’exposition
 Silices cristallines et santé
 Démarche de prévention
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
Le danger : sources d’émission de
silices cristallines alvéolaires
Le risque :
inhalation de silices
cristallines
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
1/ Identifier le danger - Évaluer les risques
L’évaluation des risques qu’est tenu de mener l’employeur doit
conduire à :
o Il convient ensuite d’identifier les conditions dans lesquelles
des salariés pourraient être exposés, puis d’évaluer les
niveaux d’exposition.
o Inventorier les matériaux ou procédés de travail
susceptibles d’émettre des poussières de silice cristalline
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
1/ Identifier le danger - Évaluer les risques
SOURCES
EMISSION
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
La prévention des risques liés à l’exposition aux poussières de silice cristalline repose
sur les RÈGLES GÉNÉRALES DE PRÉVENTION DU RISQUE CHIMIQUE
L’employeur doit en priorité chercher à substituer la silice cristalline ou le procédé en
générant par des produits ou procédés pas ou moins dangereux.
Par exemple de la farine de quartz présente dans un produit peut être remplacée par un
minéral moins dangereux
Substitution
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Dans de nombreux cas la silice cristalline est présente dans des
matériaux (granulats…) qui NE SONT PAS SUBSTITUABLES.
Dans ce cas, des MESURES DE PRÉVENTION ET DE
PROTECTION adaptées aux risques s’imposent.
Elles visent à RÉDUIRE AU MINIMUM LES EXPOSITIONS
PROFESSIONNELLES
Dans ce cas, des MESURES DE PRÉVENTION ET DE
PROTECTION adaptées aux risques s’imposent.
Elles visent à RÉDUIRE AU MINIMUM LES EXPOSITIONS
PROFESSIONNELLES
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
L’organisation du chantier
 Revoir l’organisation du chantier pour :
• limiter le TEMPS d’exposition
• … et le NOMBRE d’ouvriers exposés à ces poussières.
Cela passe notamment par le balisage des postes de travail polluants et les rotations de
postes
Les travaux exposant à de la silice cristalline sont interdits aux jeunes travailleurs de moins de 18
ans (des dérogations sont possibles sous conditions).
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Équipement de protection collective (EPC)
 Effectuer les opérations générant une exposition dans des SYSTÈMES CLOS mis en
dépression et aussi étanches que possible (par exemple des broyeurs et des bandes
transporteuses soigneusement capotés et mis en dépression dans les carrières).
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Équipement de protection collective (EPC)
 Installer une ASPIRATION À LA SOURCE, qui accompagne le matériel électro portatif tel que
les ponceuses, les perforateurs, les scies circulaires, etc.
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Équipement de protection collective (EPC)
 Adopter si possible des méthodes de travail ne générant pas ou que peu de poussières
comme le TRAVAIL À L’HUMIDE.
Dans le cas d’outils tournants comme les scies circulaires, le travail à l’humide permet de
diminuer les émissions de poussières mais pas de les supprimer et les expositions peuvent
rester significatives.
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Mettre en place le travail à l’humide qui permet de rabattre les poussières sur le sol (sauf
pour les poussières de bois).
se fait
• en arrosant les surfaces avant de raboter ou poncer,
• en installant des brumisateurs sur une zone à démolir
• ou en utilisant des outils avec apport d’eau (découpeuse, foreuse) par exemple
N.B. Dans le cas d’outils tournants comme les scies circulaires, le travail à l’humide permet de
diminuer les émissions de poussières mais pas de les supprimer et les expositions peuvent
rester significatives.
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
SOURCES
EMISSION CONCENTRATIONS ↘
EXPOSITION ↘
OBJECTIFS des mesures « réorganisation chantier + EPC »
… mais ces mesures ne suffisent
pas toujours à éliminer le risque
Autres mesures ?
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Équipement de protection individuelle (EPI)
 Appareil de protection respiratoire (en fonction de l’exposition attendue et de la
durée des travaux, il est conseillé d’utiliser un appareil filtrant à ventilation libre
ou assistée, équipé de filtre antiparticules de classe 3 ou un appareil isolant)
 Combinaison à capuche jetable de type 5
 Lunettes
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Équipement de protection individuelle (EPI)
Les masques respiratoires à ventilation assistée,
dits à pression positive, sont des masques
équipés d’un ventilateur motorisé permettant
d’augmenter le débit d’air respiré. Ils augmentent
le confort de l’utilisateur et assurent une
surpression à l’intérieur du masque qui permet de
chasser les polluants qui tentent de pénétrer par
le joint facial.
mars 22
MASQUES DE PROTECTION RESPIRATOIRE
Les dangers
 Les poussières
 Les gaz
 Le manque d’oxygène
Les masques
o Anti-poussières
o Anti-gaz
o Masques alimentés en air
mars 22
En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée
COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION
RESPIRATOIRE ?
FFP1
FFP3
Protection
Anti-poussières
Norme EN149
Comité Européen de Normalisation.
MASQUES ET FILTRES ANTI-POUSSIÈRES
FFP = Filtering FacePiece respirator
(pièce faciale filtrante)
MASQUES ANTI-GAZ
mars 22
En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée
COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION
RESPIRATOIRE ?
• Choix du filtre
• + choix du niveau de protection (1 à 3)
Ex : filtre A2B2E2K2
Code couleur et type de
filtre (lettre) = ce qui est
absorbé/filtré
Classe du filtre = capacité
d’absorption/filtration
mars 22
MASQUES ISOLANTS
‣ LES APPAREILS AUTONOMES : l’opérateur dispose
d’un apport d’air ou d’oxygène dans le masque par le
biais d’un tuyau et d’une source d’air comprimé qu’il
porte avec lui (bouteille). Pas besoin de filtre dans ce
cas. Le salarié peut se déplacer librement dans toute
la zone de travail mais est contraint par la durée
d’autonomie de sa bouteille.
‣ LES APPAREILS NON AUTONOMES : l’opérateur
reçoit l’air propre de l’extérieur du local pollué, par
l’intermédiaire d’un tuyau relié à un appareil à
adduction d’air comprimé (compresseur).
• Les appareils isolants sont des MASQUES ALIMENTÉS EN AIR OU EN OXYGÈNE depuis une
source non contaminée de sorte que l’opérateur est isolé de la zone polluée.
• Ces appareils sont adaptés lorsque l’on a à faire à un contaminant non filtrable, lorsque la
concentration du polluant est trop importante pour recourir à un masque filtrant ou lorsque la
concentration en oxygène est inférieure à 20 %
Janvier 2019 - Explosion rue de Trévise, dans le IXe arrondissement de Paris,
Pompiers équipés d’ARI (Appareil Respiratoire Isolant)
En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée
COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION
RESPIRATOIRE ?
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
SOURCES
EMISSION CONCENTRATIONS
EXPOSITION
OBJECTIFS des mesures « EPI »
INHALATION ↘
Que faut-il faire
d’autre ?
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Contrôle de l’empoussièrement de l’atmosphère de travail
 … afin de déterminer si les valeurs
limites VLEP sont respectées
 Fréquence :
o tous les ans (car CMR)
o Si changement de procédés
VLEP : Valeurs limites d'exposition professionnelle
?
INRS Liste des VLEP française
Silices
CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​
Comment se déroule l'évaluation de l'exposition professionnelle aux
poussières de silice ?
1. Visite de l’établissement et définition des Groupes d’Exposition Similaire ou Homogènes –
GES/H (travailleurs exposés de la même façon)
2. Élaboration de la stratégie de prélèvement, en collaboration avec la direction de
l’établissement et les acteurs de la prévention (CSE, médecin du travail…)
3. Les travailleurs sont équipés de pompes de prélèvement avec coupelles filtrantes, proches
de leurs voies respiratoires. Ces pompes aspirent l’air ambiant, la mousse piège les particules
en suspension.
Silices
CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​
4. Les prélèvements d’air sont effectués pendant toute une journée de travail habituelle. Pour
chaque groupe d’exposition similaire, on réalise au minimum 3 prélèvements
5. Analyse des coupelles filtrantes au laboratoire : on détermine la masse des poussières de
silice collectées, en pesant la mousse avant et après le prélèvement avec une balance de
précision.
6. Calcul des concentrations en poussières de silice, en mg/m³
… puis édition d’un rapport
Silices
CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​
VLEP pour chaque type de poussières (poussières alvéolaire non silicogène, quartz, cristobalite, trimydite)
+ VLEP pour le mélange
Avant 01/01/2022 : 5 mg/m3
Au 01/01/2022 : 3,5 mg/m3
Au 01/07/2023 : 0,9 mg/m3
Silices
CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​
PSES
CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​
Durcissement récent des VLEP pour les POUSSIÈRES DITES « SANS EFFET SPÉCIFIQUE » (PSES)
Un décret du 23 décembre 2021 abaisse
les niveaux des concentrations
moyennes en poussières totales et
alvéolaires inhalées par un travailleur dans
les locaux de travail à pollution spécifique
prévus à l'article R. 4222-10 du Code
du travail. Ces valeurs évaluées sur une
période de huit heures, ne doivent
désormais pas dépasser respectivement 7
et 3,5 mg/m3 (contre 10 et 5 mg/
m3 jusqu'au 31/12/2021). À compter du
1er juillet 2023, elles seront portées
respectivement à 4 et à 0,9 mg/m3.
Les différentes VLEP (s’y retrouver !)​
Si VLEP réglementaires (contraignantes ou indicatives)  même règles de suivi
La différence ?  règles différentes si dépassement !
Organisme
accrédité
Les différentes VLEP (s’y retrouver !)​
Les différentes VLEP (s’y retrouver !)​
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Que faire d’autre ?
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
La formation à la sécurité
 L'INFORMATION et la FORMATION des
salariés sur les risques et les techniques
sécuritaires (bonnes pratiques de
nettoyage, utilisation des appareils de
protection respiratoire et autres EPI...) est
absolument nécessaire pour diminuer de
façon pérenne le niveau de criticité du
travail exposant à la silice.
?
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
Que faire d’autre ?
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
La surveillance médico-professionnelle
 L'exposition à la silice impose une SURVEILLANCE PÉRIODIQUE des
travailleurs
o au moins une fois par an,
o instaurée par le médecin du travail,
o avec un suivi médical approprié (radiographies pulmonaires et
épreuves fonctionnelles respiratoires, scanner thoracique en cas
de signes radiologiques ou fonctionnels)
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
HAS Surveillance médicoprofessionnelle des travailleurs exposés ou ayant été
exposés à la silice cristalline
Silices cristallines
DÉMARCHE DE PRÉVENTION
HAS Surveillance médicoprofessionnelle des travailleurs exposés ou ayant été
exposés à la silice cristalline
Silices cristallines
PUBLICATIONS ET LIENS UTILES
INRS Silice cristalline - Fiche toxicologique n° 232
INRS Dossier Silice cristalline et santé au travail
Le guide sur les poussières réalisé rédigé par l’IRIS-ST en collaboration avec la
CAPEB, la CNATP, l’OPPBTP et Secimpac
Le webinar « Risque poussières : outils de sensibilisation et équipements
limitant l’émission des poussières » d’IRIS-ST
Silice cristalline. De la poussière à la maladie, il n'y a qu'un pas
INRS Liste des VLEP française
INRS Silice cristalline – Expositions professionnelles et surveillance médicale – SFMT 2021
Silices cristallines
PUBLICATIONS ET LIENS UTILES
POUSSIÈRES DE SILICE CHEZ LE MAÇON FINISSEUR Les actions de prévention
à mettre en place
THE : Très Haute Efficacité
Silices cristallines
PUBLICATIONS ET LIENS UTILES
HEPA : high-efficiency particulate air
 Risque chimique
 Le danger des fibres hors amiante
 Les bonnes pratiques de prévention
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
LES MATÉRIAUX D’ISOLATION
 Risque chimique
 Le danger des fibres hors amiante
 Les bonnes pratiques de prévention
Matériaux d’isolation
RISQUE CHIMIQUE
Adjuvants chimiques
• Substances ignifuges
• Antifongiques
• Insecticides
• Etc.
Potentiel
RISQUE CHIMIQUE
 Risque chimique
 Le danger des fibres hors amiante
 Les bonnes pratiques de prévention
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
LES MATÉRIAUX D’ISOLATION
Matériaux d’isolation
LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE
INRS – Fibres autres que l’amiante
Matériaux d’isolation
Les différentes fibres
Fibres
minérales
naturelles
Fibres
minérales
artificielles
• Wollastonite
• Sépiolite…
• Laine de
verre
• Laine de
roche
• Fibre
céramique
réfractaire
• Fibre
d’alumine…
Fibres
organiques
naturelles
Fibres
organiques
artificielles
• Cellulose
• Coton
• Lin
• Soie…
• Viscose
• Acétate de
cellulose…
Fibres
synthétiques
• Aramides
• Polyester…
Matériaux d’isolation
LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE
Selon les fibres …
Matériaux d’isolation
LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE
Fibres céramiques réfractaires (FRC)
Matériaux d’isolation
LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE
Laines minérales d’isolation
Matériaux d’isolation
LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE
Matériaux d’isolation
MÉTROLOGIE
En France, la valeur limite d'exposition professionnelle
(pondérée sur 8 heures) pour les laines de verre, de
roche et de laitier est de 1 fibre/cm3 (valeur non
règlementaire).
 Risque chimique
 Le danger des fibres hors amiante
 Les bonnes pratiques de prévention
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
LES MATÉRIAUX D’ISOLATION
Matériaux d’isolation
BONNES PRATIQUES DE PRÉVENTION
Matériaux d’isolation
BONNES PRATIQUES DE PRÉVENTION
Matériaux d’isolation
Fiches de BONNES PRATIQUES DE PRÉVENTION
Matériaux d’isolation
Fiches de BONNES PRATIQUES DE PRÉVENTION
Matériaux d’isolation
Fiches de BONNES PRATIQUES DE PRÉVENTION
Matériaux d’isolation
LIEN UTILE
Les isolants thermiques – IRISST
 L’amiante dans le BTP
 Les pathologies liées à l’amiante
 Les fibres d’amiante
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
L’AMIANTE
L’AMIANTE
L'amiante constitue un problème majeur de santé publique et de
santé au travail
o Interdit en France depuis 1997, il reste présent dans de nombreux
bâtiments et équipements
mars 22
Fibrociment à base d’amiante
Amiante friable
o Ce matériau s'est révélé hautement toxique et le nombre de cancers
qu'il a induit ne cesse d'augmenter
o Ce matériau aux multiples qualités - Il a été massivement utilisé
L’AMIANTE
mars 22
Matériaux Contenant
de l’Amiante (MCA)
RAAT : Repérage Amiante
Avant Travaux.
Le Repérage amiante
avant travaux s'impose
pour tous les édifices
construits avant le 1er
juillet 1997, et est devenu
obligatoire depuis le 19
juillet 2019
PATHOLOGIES
LIÉES À L’AMIANTE
mars 22
 Fibrose pulmonaire
interstitielle due à l’inhalation
d’amiante = Asbestose
Pathologies non cancéreuses
 Mésothéliome
 Cancers du poumon
 Cancers du larynx
 Cancers des ovaires
Pathologies cancéreuses
L'inhalation de fibres d'amiante peut provoquer des maladies graves
ASBESTOSE
Asbestose : fibrose pulmonaire interstitielle due à l’inhalation
d’amiante
mars 22
Conséquences : essoufflement progressif évoluant vers
l’insuffisance respiratoire chronique
PATHOLOGIES
CANCÉREUSES
Mésothéliome
Le MÉSOTHÉLIOME est une forme rare et virulente de
cancer des surfaces mésothéliales de la plèvre
La PLÈVRE : est une membrane séreuse délimitant un
espace virtuel (c'est-à-dire vide dans les situations
normales) situé entre les poumons en dedans et la paroi
thoracique en dehors
mars 22
Temps de latence d’environ 30 ans entre l’exposition à
l’amiante et la survenue du mésothéliome
Pronostic sombre !
Survie à 5 ans est de l’ordre de 7 %
Cancers broncho-pulmonaires
mars 22
PATHOLOGIES
CANCÉREUSES
Tabac + amiante : effet multiplicatif
MORTALITÉ
L'amiante va encore tuer des dizaines de
milliers de personnes en France (entre
68.000 et 100.000) d'ici à 2050, selon un
rapport du Haut Conseil de la Santé
Publique (HSCP).
mars 22
Le terme « AMIANTE » (nom masculin) ou « ASBESTE » recouvre une série de FIBRES
MINÉRALES NATURELLES, appartenant aux groupes minéralogiques des serpentines ou des
amphiboles.
mars 22
Le CHRYSOTILE ou amiante blanc est la variété la plus
courante, la seule du groupe des serpentines. Les gisements de
chrysotile les plus importants sont situés en Russie et au Canada. D’autres
gisements existent au Brésil, au Zimbabwe, en Chine et en Afrique du Sud. La mine
française de chrysotile située en Corse n’est plus exploitée depuis 1965.
Le groupe des amphiboles comprend cinq variétés : la
CROCIDOLITE (amiante bleu ou riebeckite), l’AMOSITE
(amiante brun), la trémolite, l’actinolite et l’anthophyllite.
Les amphiboles ayant donné lieu à exploitation industrielle sont l’amosite et la
crocidolite. Extraites en Afrique du Sud, elles ne représentent pas plus de 5 % de
la production mondiale d’amiante.
LES DIFFÉRENTES
AMIANTES
mars 22
Type de FIBRE DIAMETRE (µm)
Chrysotile BLANC 0,02
Crocidolite BLEU 0,08
Amosite BRUN 0,10
Laines de verre 0,2 – 25
Coton 20
Cheveu 75
Les fibres d’amiante sont:
très fines : < 1 µm de diamètre
 elles pénètrent dans les parties
les plus profondes des poumons.
Plus elles sont
• fines
• longues
• nombreuses
…. plus elles sont dangereuses
LES FIBRES D’AMIANTES
En santé et sécurité au travail, le terme « fibre » désigne une particule allongée dont la longueur est au
moins trois fois supérieure au diamètre.
MÉCANISMES TOXIQUES
des fibres d’amiantes
mars 22
Phagocytose des fibres par les macrophages
mars 22
Le stress oxydant, appelé aussi stress oxydatif est un type d'agression des constituants de la cellule
dû aux espèces réactives oxygénées (ROS, en anglais : reactive oxygen species) et aux espèces
réactives azotées (RONS, N pour nitrogen en anglais) oxydantes. Ces espèces peuvent être ou non
des radicaux. Les trois plus connues sont l'anion superoxyde (O2•–), le peroxyde d'hydrogène
(H2O2) et le radical hydroxyle (HO•)
Stress oxydant
Inflammation
chronique
Agression cellulaire
Mutation
Cancérisation
MÉCANISMES TOXIQUES
des fibres d’amiantes
 Études épidémiologiques
 Prévention
 Réglementation et VLEP
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
LES POUSSIÈRES DE BOIS
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
Méta-analyse
Une méta-analyse,
qu’est-ce que c’est ?
 Population étudiée :
travailleurs
 Facteur (risque) potentiel :
exposition aux poussières de
bois
 Maladie (observation) : cancer
mars 22
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
Méta-analyse
Technique statistique qui consiste à réunir les données provenant d'enquêtes différentes mais
portant toutes sur un même sujet pour en obtenir une vue synthétique donc plus fiable.
mars 22
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
mars 22
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
mars 22
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
workers exposed to wood dust
exhibited higher rates of nasal
adenocarcinoma than
other workers
Odds ratio = 10.28
Comment se calcul
un Odds ratio ?
mars 22
10x plus de chances de
développer un cancer
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
ODDS RATIO
mars 22
Tableau de contingence
Cote : nb de fois où un évènement s’est produit / nb de fois où il ne s’est pas produit
Cote « exposés » = a/c Cote « non exposés » = b/d
Rapport de cote (Odds ratio)
= cote « exposé » / cote « non exposé »
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
mars 22
Méta-analyse
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
mars 22
Odds ratio (OR) : 1,86364 / 0,038216 = 48,77
41 ont développés un cancer nasal
63-41 = 22 n’ont pas développés un cancer nasal
Cote « exposé » : 41/22 = 1,86364
63 travailleurs exposés
aux poussières de bois
12 ont développés un cancer nasal
326-12 = 314 n’ont pas développés un cancer nasal
Cote « non exposé » : 12/314 = 0,038216
326 travailleurs non exposés
aux poussières de bois
mars 22
o Toxicité intrinsèque
ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES
Les poussières de bois
o Concentration +++
o Fréquence +++
o Durée d'exposition +++
Concentration
Fréquence Durée
mais
Adénocarcinome nasale
 faible
 Études épidémiologiques
 Prévention
 Réglementation et VLEP
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
LES POUSSIÈRES DE BOIS
PRÉVENTION
Scie circulaire équipée d’une aspiration centralisée
mars 22
Système d’aspiration centralisée installé sur une machine
à bois chez un fabricant de parquet
mars 22
Formation
PRÉVENTION
 Études épidémiologiques
 Prévention
 Réglementation et VLEP
mars 22
François Parant
Pharmacien - Biologiste Médical
Praticien Hospitalier
francois.parant@chu-lyon.fr
Focus sur
LES POUSSIÈRES DE BOIS
mars 22
Réglementation et VLEP
Merci
de votre attention
mars 22

Contenu connexe

Tendances

Organisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soinsOrganisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soins
Jamal Ti
 

Tendances (20)

Boubaddara Youssef: Guide pour la mise en place d'un système HSE
Boubaddara Youssef: Guide pour la mise en place d'un système HSE Boubaddara Youssef: Guide pour la mise en place d'un système HSE
Boubaddara Youssef: Guide pour la mise en place d'un système HSE
 
ISO SME SMI HSE.pptx
ISO SME SMI  HSE.pptxISO SME SMI  HSE.pptx
ISO SME SMI HSE.pptx
 
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.pptCours gestion de dechets aujourdhui.ppt
Cours gestion de dechets aujourdhui.ppt
 
Gestes et postures 2019
Gestes et postures 2019Gestes et postures 2019
Gestes et postures 2019
 
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – QualitéIndustrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
Industrie Pharmaceutique - Médicament – Qualité
 
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demainHygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
Hygiène hospitalière enjeux_d'aujourd'hui_et_demain
 
Cours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risquesCours de Gestion des risques
Cours de Gestion des risques
 
La Responsabilité Sociale des Entreprises - RSE
La Responsabilité Sociale des Entreprises - RSELa Responsabilité Sociale des Entreprises - RSE
La Responsabilité Sociale des Entreprises - RSE
 
LES RISQUES DU BRUIT ET VIBRATION
LES RISQUES DU BRUIT ET VIBRATION LES RISQUES DU BRUIT ET VIBRATION
LES RISQUES DU BRUIT ET VIBRATION
 
management qualité
management qualitémanagement qualité
management qualité
 
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement Programme de surveillance de la grossesse accouchement
Programme de surveillance de la grossesse accouchement
 
Organisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soinsOrganisation des prestations de soins
Organisation des prestations de soins
 
L'impact des métaux lourds sur la santé et le bien-être et comment les éliminer
L'impact des métaux lourds sur la santé et le bien-être et comment les éliminerL'impact des métaux lourds sur la santé et le bien-être et comment les éliminer
L'impact des métaux lourds sur la santé et le bien-être et comment les éliminer
 
la pollution de industrie textile
 la pollution de industrie textile la pollution de industrie textile
la pollution de industrie textile
 
I NSTRUCTIONS HSE ACCIDENT DE TRAVAIL ET MALADIE PROFESSIONNELLES ISO 45001
I NSTRUCTIONS HSE  ACCIDENT DE TRAVAIL ET MALADIE PROFESSIONNELLES ISO 45001I NSTRUCTIONS HSE  ACCIDENT DE TRAVAIL ET MALADIE PROFESSIONNELLES ISO 45001
I NSTRUCTIONS HSE ACCIDENT DE TRAVAIL ET MALADIE PROFESSIONNELLES ISO 45001
 
Rapport de projet de fin d etude
Rapport de projet de fin d etude Rapport de projet de fin d etude
Rapport de projet de fin d etude
 
Management de la qualité
Management de la qualitéManagement de la qualité
Management de la qualité
 
La toxicité des métaux lourds
La toxicité des métaux lourdsLa toxicité des métaux lourds
La toxicité des métaux lourds
 
36 sms-et-mase1
36 sms-et-mase136 sms-et-mase1
36 sms-et-mase1
 
Le reseau hospitalier maroc et rih
Le reseau hospitalier maroc et rihLe reseau hospitalier maroc et rih
Le reseau hospitalier maroc et rih
 

Similaire à Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP

Tout savoir sur_la_qualite_de_lair_en_9_points_essentiels
Tout savoir sur_la_qualite_de_lair_en_9_points_essentielsTout savoir sur_la_qualite_de_lair_en_9_points_essentiels
Tout savoir sur_la_qualite_de_lair_en_9_points_essentiels
Entre Nous
 
Humidificateurs
HumidificateursHumidificateurs
Humidificateurs
Vincent PERRET
 
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
CitoyensCapteurs
 
Diapo présentation rd compressé compatible
Diapo présentation rd compressé compatibleDiapo présentation rd compressé compatible
Diapo présentation rd compressé compatible
rd35
 
Amiante information risques santé
Amiante  information risques santéAmiante  information risques santé
Amiante information risques santé
Vincent PERRET
 
Diapo rd sol
Diapo rd solDiapo rd sol
Diapo rd sol
rd35
 

Similaire à Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP (20)

Tout savoir sur_la_qualite_de_lair_en_9_points_essentiels
Tout savoir sur_la_qualite_de_lair_en_9_points_essentielsTout savoir sur_la_qualite_de_lair_en_9_points_essentiels
Tout savoir sur_la_qualite_de_lair_en_9_points_essentiels
 
Polluants physiques
Polluants physiques Polluants physiques
Polluants physiques
 
Pour un air plus pur
Pour un air plus purPour un air plus pur
Pour un air plus pur
 
Pollution de l'air - Particules en suspension
Pollution de l'air - Particules en suspensionPollution de l'air - Particules en suspension
Pollution de l'air - Particules en suspension
 
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industriels
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industrielsAnalyse physico-chimique des rejets atmosphériques industriels
Analyse physico-chimique des rejets atmosphériques industriels
 
[guide] Comment habiter une maison saine ?
[guide] Comment habiter une maison saine ?[guide] Comment habiter une maison saine ?
[guide] Comment habiter une maison saine ?
 
Guide : Habiter une maison saine - CAUE de la Sarthe
Guide : Habiter une maison saine - CAUE de la SartheGuide : Habiter une maison saine - CAUE de la Sarthe
Guide : Habiter une maison saine - CAUE de la Sarthe
 
20090716 nanos-wwf
20090716 nanos-wwf20090716 nanos-wwf
20090716 nanos-wwf
 
Humidificateurs
HumidificateursHumidificateurs
Humidificateurs
 
Document ressource remis aux participants à l'occasion du petit-déjeuner de l...
Document ressource remis aux participants à l'occasion du petit-déjeuner de l...Document ressource remis aux participants à l'occasion du petit-déjeuner de l...
Document ressource remis aux participants à l'occasion du petit-déjeuner de l...
 
Webinaire Risques Chimiques Pros du 17 mai 2021
Webinaire Risques Chimiques Pros du 17 mai 2021Webinaire Risques Chimiques Pros du 17 mai 2021
Webinaire Risques Chimiques Pros du 17 mai 2021
 
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
La présentation de Karine Leger d'Air Parif à la soirée Citoyens Capteurs de ...
 
Diapo présentation rd compressé compatible
Diapo présentation rd compressé compatibleDiapo présentation rd compressé compatible
Diapo présentation rd compressé compatible
 
Le Rôle des Aérosols dans le Changement Climatique.pdf
Le Rôle des Aérosols dans le Changement Climatique.pdfLe Rôle des Aérosols dans le Changement Climatique.pdf
Le Rôle des Aérosols dans le Changement Climatique.pdf
 
Presentation COV
Presentation COVPresentation COV
Presentation COV
 
Qualité de l’air intérieur
Qualité de l’air intérieurQualité de l’air intérieur
Qualité de l’air intérieur
 
Amiante information risques santé
Amiante  information risques santéAmiante  information risques santé
Amiante information risques santé
 
Déclenchement pics de pollution aux particules dans le BAB, à Lacq et Pau.231...
Déclenchement pics de pollution aux particules dans le BAB, à Lacq et Pau.231...Déclenchement pics de pollution aux particules dans le BAB, à Lacq et Pau.231...
Déclenchement pics de pollution aux particules dans le BAB, à Lacq et Pau.231...
 
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
 
Diapo rd sol
Diapo rd solDiapo rd sol
Diapo rd sol
 

Plus de François PARANT

Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorteRelargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
François PARANT
 

Plus de François PARANT (20)

Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic reviewClinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
Clinical Improvement after ESSURE® devices removal, a systematic review
 
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
Fluoroses médicamenteuses (voriconazole, gaz anesthésiants halogénés, ...)
 
Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”Étude “MicroCovAging”
Étude “MicroCovAging”
 
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH   bonnes pratiques de fabricationDirectives de l'ICH   bonnes pratiques de fabrication
Directives de l'ICH bonnes pratiques de fabrication
 
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirablesSuivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
Suivi Thérapeutique Pharmacologique et surveillance des effets indésirables
 
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicaleL’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
L’apport du triple quadrupôle à la biologie médicale
 
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
Patients contrôlés sous « anciens » traitements antirétroviraux : raisons d’u...
 
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
Pharmacocinétique des antirétroviraux au cours de la grossesse : bilan d’un l...
 
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
2021_11 JFN_Etude_MicroCovAging.pdf
 
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVsLe Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
Le Suivi Thérapeutique Pharmacologique (STP) des ARVs
 
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorteRelargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
Relargage de métaux du dispositif contraceptif ESSURE® : une étude de cohorte
 
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactionsPhytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
Phytothérapie et antirétroviraux - Herbal-Drug interactions
 
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les testsDépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
Dépistages toxicologiques - Tout savoir sur les tests
 
Système général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLPSystème général harmonisé - Règlement CLP
Système général harmonisé - Règlement CLP
 
06 pesticides
06 pesticides06 pesticides
06 pesticides
 
05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques05_Elements_Traces_Toxiques
05_Elements_Traces_Toxiques
 
04_Asphyxie-Gaz toxiques
04_Asphyxie-Gaz toxiques04_Asphyxie-Gaz toxiques
04_Asphyxie-Gaz toxiques
 
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiquesToxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
Toxicologie d'urgence - Analyses toxicologiques
 
03_Toxicodynamie – 2ème partie
03_Toxicodynamie – 2ème partie03_Toxicodynamie – 2ème partie
03_Toxicodynamie – 2ème partie
 
03_Toxicodynamie - 1ère partie
03_Toxicodynamie - 1ère partie03_Toxicodynamie - 1ère partie
03_Toxicodynamie - 1ère partie
 

Dernier

Dernier (7)

La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapieLa radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
 
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdfBiochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
 
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdfGuide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
Guide bonne pratique fabrication domaine pharmaceutique.pdf
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
 
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptxArtificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
 

Poussières et particules fines - Protéger les salariés du secteur du BTP

  • 1. François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Jeudi 10 mars 2022 Poussières / Particules fines / Fibres Protéger les salariés du secteur du BTP AST BTP de l’Ain
  • 2. Jeudi 10 mars 2022 SUJETS ABORDÉS DÉFINITIONS, VOIES DE PÉNÉTRATION DANS L’ORGANISME, TOXICOLOGIE MOYENS DE PRÉVENTION SUR LE TERRAIN, RÉGLEMENTATION, VLEP et MOYENS DE MESURAGE, SUIVI INDIVIDUEL PROFESSIONNEL (Examens complémentaires) LES DIFFÉRENTS RISQUES POUSSIÈRES/PARTICULES FINES/FIBRES … RENCONTRÉS DANS LE BTP FOCUS - SUR LES SILICES CRISTALLINES ALVÉOLAIRES - SUR LES MATÉRIAUX D’ISOLATION : LAINE DE VERRE, LAINE DE ROCHE, OUATE DE CELLULOSE SOUFFLÉE. QUELLE DANGEROSITÉ À COURT ET LONG TERME ? - SUR L‘AMIANTE - SUR LES POUSSIÈRES DE BOIS
  • 3. mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr DÉFINITIONS, VOIES DE PÉNÉTRATION DANS L’ORGANISME, TOXICOLOGIE Poussières et particules fines
  • 4. Poussières / Particules fines mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr DÉFINITIONS et CARACTÉRISTIQUES
  • 5. Les poussières se définissent comme suit : " toute particule solide dont le diamètre aérodynamique est au plus égal à 100 micromètres ou dont la vitesse limite de chute, dans les conditions normales de température, est au plus égale à 0,25 mètre par seconde. Les poussières ainsi définies sont appelées "poussières totales". Les poussières se définissent comme suit : " toute particule solide dont le diamètre aérodynamique est au plus égal à 100 micromètres ou dont la vitesse limite de chute, dans les conditions normales de température, est au plus égale à 0,25 mètre par seconde. Les poussières ainsi définies sont appelées "poussières totales". Les poussières se définissent comme suit : " toute particule solide dont le diamètre aérodynamique est au plus égal à 100 micromètres ou dont la vitesse limite de chute, dans les conditions normales de température, est au plus égale à 0,25 mètre par seconde. Les poussières ainsi définies sont appelées "poussières totales". Poussières DÉFINITIONS mars 22 Poussières domestiques renferme toute une variété de particules : cheveux, poils, résidus de peau, de fibres synthétiques, de microplastiques, … et de nombreux allergènes provenant des acariens, des moisissures, des poils des animaux domestiques et des insectes divers
  • 6. mars 22 Poussières = Phase dispersée Air = Phase dispersante Aérosol solide Poussières Caractérisées par la faculté d’être dispersées dans l’air
  • 7. mars 22 Poussières Caractérisées par une faculté à être dispersées dans l’air Un aérosol est un colloïde (phase dispersée + phase dispersante) FUMÉE ? Ensemble des gaz de combustion et des particules qu'ils entraînent (par extension, s’applique aussi aux gaz chargés de particules provenant d’un processus chimique ou d’une opération métallurgique).
  • 8. mars 22 Aérosols solides Différentes origines Minérales • Silices cristallines • Fibres d’amiante • Graphite • Gypse (sulfate de calcium) • Etc. Métalliques • Poussières qui se forment lors d’opération d’usinage (Aluminium, Zinc, Plomb, Nickel, Etc.) • Fumées de soudage (Cr6+) Organiques • Bois • Farine • Fibres de coton • Matières plastiques • Déjections des poules, pigeons, … • Etc.
  • 10. mars 22 Qualité de l’air Métrologie des particules en suspension … notées « PM » en anglais pour « Particulate matter » La métrologie des PARTICULATE MATTERS (PM) fait appel dans le cas de la surveillance de la qualité de l'air à des méthodes physiques très sophistiquées ; la référence métrologique étant la gravimétrie par filtration, mais qui a l'inconvénient d'être une méthode discontinue ; pour déterminer les « PM » en continu, on utilise soit des micro-balances à quartz, soit des sondes à rayons bêta. Selon la taille des particules (diamètre aérodynamique), on distingue : • PM10 particules en suspension dans l'air, d'un diamètre aérodynamique inférieur à 10 µm • PM2,5 dont le diamètre est inférieur à 2,5 µm, appelées « particules fines » • PM1 dont le diamètre est inférieur à 1,0 µm, appelées « particules très fines » • PM0,1 dont le diamètre est inférieur à 0,1 micromètre, appelées « particules ultrafines » ou « nanoparticules » Pour en savoir plus, consultez le lien Wikipedia « Diamètre aérodynamique » Le diamètre aérodynamique (parfois appelé diamètre aéraulique) est défini comme le diamètre d'une sphère de densité unitaire ayant la même vitesse de décantation (ou sédimentation, ou encore vitesse terminale de chute) que la particule dans un fluide au repos
  • 11. mars 22 Qualité de l’air Métrologie des particules en suspension … notées « PM » en anglais pour « Particulate matter »
  • 13.  Risques d’incendie et d'explosion  Effets sur la santé Poussières LES RISQUES mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr  Risques d’incendie et d'explosion  Effets sur la santé
  • 14. mars 22 Poussières Risques d’incendie Inflammation rapide d'un nuage de poussières de bois, suite à une étincelle ou une élévation locale de température trop importante • POUSSIÈRES COMBUSTIBLES : farine, sucre, bois, …
  • 15. mars 22 Poussières Risques d’explosion • LES POUSSIÈRES COMBUSTIBLES (farine, sucre, bois, …) sont susceptibles de former avec l’air des nuages EXPLOSIFS. Pour en savoir plus, consultez le dossier web INRS "Explosion sur le lieu de travail". • Pour qu’il y ait un risque d’explosion, il est nécessaire que la concentration en poussières dépasse une certaine valeur (>LIE et <LSE), en général plusieurs dizaines de grammes par mètre cube d’air. • Des concentrations aussi élevées peuvent être atteintes lors d’opérations courantes telle que le déchargement de produits pulvérulents, le décolmatage de filtre, etc.
  • 16. mars 22 Poussières Risques d’explosion • Notions de LIE et LSE Pour en savoir plus, consultez le dossier web INRS "Explosion sur le lieu de travail".
  • 17. mars 22 La base de données ARIA (Analyse, Recherche et Information sur les Accidents) du Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie recense chaque année tous les incidents et accidents industriels … un silo de 30 t de farine explose !
  • 18. Poussières LES RISQUES  Risques d'explosion  Effets sur la santé mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr  Risques d’incendie et d'explosion  Effets sur la santé
  • 19. mars 22 Poussières DE LA SOURCE AUX EFFETS NOCIFS SOURCES EMISSION CONCENTRATIONS Phases toxicocinétique et toxicodynamique EFFETS NOCIFS EXPOSITION INHALATION
  • 20. Différents effet nocifs des poussières/particules fines TOXIQUES – CANCÉRIGÈNES - ALLERGIQUES mars 22 ** Contiennent des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) Silices cristallines Fibres d’amiante Poussières de bois Particules Diesel** Cancérigènes Toxiques Fibres d’amiante Silices cristallines Poussières de Pb Bio-aérosols* * Contaminés par des bactéries, des moisissures, etc. Allergies et dysimmunité Farine Bio-aérosols* Silices cristallines
  • 21. Poussières / Particules fines mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr VOIES DE PÉNÉTRATION DANS L’ORGANISME TOXICOLOGIE
  • 22. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES APPAREIL RESPIRATOIRE : rappels anatomiques
  • 23. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES Les POUMONS Le poumon droit est divisé en trois lobes (supérieur, moyen et inférieur) Le poumon gauche divisé en deux (supérieur et inférieur)
  • 25. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES LES ALVÉOLES Sac alvéolaire Alvéole pulmonaire
  • 26. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES LES ALVÉOLES N.B. Diamètre d’un cheveux : 50-70 µm Diamètre d’un globule rouge : 7 µm
  • 27. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES Nous respirons par jour : 20 000 litres d’air L’important volume d’air auquel un adulte est exposé quotidiennement La très grande surface de contact pulmonaire Les poumons sont particulièrement exposés aux toxiques car : L’extrême minceur de la paroi alvéolaire Absorption des toxiques au niveau alvéolaire +++
  • 28. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES DISTRIBUTION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE La taille des particules … conditionne leurs comportements dans l’arbre respiratoire  Plus les particules sont fines, plus elles pénètrent profondément dans l’arbre respiratoire  Par contre, la modélisation du dépôt des particules est complexe +++
  • 29. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES PÉNÉTRATION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE  La fraction INHALABLE Fraction des particules de l’aérosol ayant une probabilité d’être inhalées par le nez ou par la bouche (diamètre aérodynamique inférieur à 100 μm)
  • 30. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES  La fraction THORACIQUE Fraction des particules de l’aérosol qui sont inhalées et qui pénètrent dans l’arbre respiratoire au delà du LARYNX. Les particules d’un diamètre aérodynamique de 10 μm ont une probabilité de pénétration de 50 %. PÉNÉTRATION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
  • 32. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES  La fraction ALVÉOLAIRE Fraction des particules de l’aérosol qui sont inhalées sont susceptibles d’atteindre les alvéoles. Les particules d’un diamètre aérodynamique de 4 μm ont une probabilité de pénétration de 50 %. PÉNÉTRATION DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE
  • 34. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES DÉPÔTS DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE Les particules qui pénètrent dans l’arbre se déposent (ou pas) par divers mécanismes physiques PHÉNOMÈNES COMPLEXES +++
  • 35. Poussières INHALATION DES POUSSIÈRES DÉPÔTS DES AÉROSOLS DANS L'ARBRE RESPIRATOIRE Ces calculs sont issus du modèle de la Commission Internationale de Protection Radiobiologique (CIPR Publication 66, 1994). D’après ce modèle, les particules de diamètre compris entre 0,01 et 0,1 µm se déposent principalement dans les alvéoles, c’est-à-dire dans la partie la plus profonde du poumon. Les particules de la taille du nanomètre, quant à elles, se déposent dans les voies aériennes supérieures (majoritairement en extra-thoracique et en trachéo-bronchique). Les particules de 5 nanomètres se déposent quant à elles dans l’ensemble des voies respiratoires. On peut remarquer que le dépôt des particules dans le système respiratoire est le plus faible autour de 0,3 µm environ
  • 36. Exemple d’effet nocif L’EMPHYSÈME PULMONAIRE DU FUMEUR mars 22 Phase TOXICOCINÉTIQUE Phase TOXICODYNAMIQUE
  • 37. Poussières MÉCANISMES DE DÉFENSE PULMONAIRES Les SÉCRÉTIONS BRONCHIQUES  Servent de filtre  Composées de mucus (sécrétions visqueuses) … et de protéines bactériostatiques (antitrypsine, Immunoglobulines, lysozymes et de lactoferrine)
  • 38. Poussières MÉCANISMES DE DÉFENSE PULMONAIRES  Ascenseur muco-ciliaire  Ascenseur muco-ciliaire après phagocytose par les macrophages MÉCHANISMES o Clairance muco-ciliaire, rapide : complète en 24- 48 heures o Réaction spécifique dans certains cas : - sensibilisation – allergies - réaction inflammatoire – bronchoconstriction (asthme) soit dégluties Bronches Carrefour aérodigestif (pharynx) soit expectorées Trachée MIGRATION DES SÉCRÉTIONS BRONCHIQUES Notion de CLAIRANCE (=épuration) trachéobronchique des aérosols
  • 41. Poussières MÉCANISMES DE DÉFENSE PULMONAIRES La TOUX La toux est un moyen de défense des voies aériennes C’est un mécanisme purement physiologique = reflexe défensif • inspiration profonde, • fermeture de la glotte (reflexe d’accolement des cordes vocales) - Phase de compression gazeuse par la contraction violente des muscles intercostaux internes et abdominaux avec augmentation de la pression intra thoracique et intra abdominale • phase expulsive : ouverture brusque et incomplète de la glotte qui libère le gaz sous pression et permet l’évacuation de la particule responsable de la toux : vitesse maximale de 10 m/s … et autres mécanismes de défense : métabolique, défenses enzymatiques, macrophages, polynucléaires, etc.
  • 42. mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr LES DIFFÉRENTS RISQUES POUSSIÈRES/PARTICULES FINES RENCONTRÉS DANS LE BTP (SILICE, AMIANTE, POUSSIÈRES DE BOIS, PARTICULES FINES, …) Connaitre et identifier les risques
  • 43. Risques « Poussières » dans le BTP UN RISQUE BIEN PRÉSENT mars 22 De NOMBREUSES SITUATIONS de travail sur les chantiers ou en atelier(s) exposent les salariés du BTP à des poussières composées de différents éléments : sable, ciment, calcaire, métal, bois … • Les travaux de démolition, • Les découpes de briques, tuiles, parpaings, pierres, bordures, • Le perçage de murs et de sols en béton, • Le ponçage de plafonds, murs et sols, • Le sciage de matériaux en bois, • Le nettoyage des chantiers…
  • 44.  Les différentes formes de silice  Sources d’exposition  Silices cristallines et santé  Démarche de prévention mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr  Les différentes formes de silice  Sources d’exposition  Silices cristallines et santé  Démarche de prévention Focus sur LES POUSSIÈRES DE SILICE CRISTALLINE ALVÉOLAIRE
  • 45. Silices LES DIFFÉRENTES FORMES DE SILICE La silice (dioxyde de silicium - SiO2) existe sous forme libre ou combinée o Silices amorphes = celles que l’on trouvent au Sahara – dans le verre : faible toxicité = Silicates de calcium ou de magnésium Formes libres Formes combinées  seule la silice cristalline présente des dangers avérés pour la santé o Silices cristallines o Quartz o Cristobalite o Tridymite
  • 46. Silices LES DIFFÉRENTES FORMES DE SILICE Pour 1 silicium Si : 4 liaisons oxygènes O • 2 doubles liaisons si SiO2 • 4 simples liaisons si silices amorphes ou cristallines Silices amorphes Silices cristallines Ce qui différencie les différentes formes de silice cristalline, c’est leurs structures 3D • Verre • Silices amorphes synthétiques • Quartz • Cristobalite • Tridymite • …
  • 47. Silices LES DIFFÉRENTES FORMES DE SILICE Les différentes formes de silice cristalline : structures 3D
  • 48.  Les différentes formes de silice  Sources d’exposition  Silices cristallines et santé  Démarche de prévention mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur LES POUSSIÈRES DE SILICE CRISTALLINE ALVÉOLAIRE
  • 49. Il est donc logique de la retrouver dans la majorité des matériaux naturels d'origine minérale (presque toujours plus de 0,1 % du matériau et jusqu’à près de 100 % pour les sables, silex, etc.). À l’état naturel, la silice cristalline (et notamment le quartz) est présente dans de nombreuses roches Silices LES SOURCES D’EXPOSITION Les professionnels du BTP sont parmi les travailleurs les plus exposés aux poussières de silice L’usure de ces matériaux et plus encore leur sciage, ponçage ou meulage à sec sont des sources d’exposition directe ou indirecte, immédiate ou différée à la silice cristalline.
  • 50. Silices LES SOURCES D’EXPOSITION Environ 295 000 salariés seraient exposés à la silice sous ses diverses formes (selon l’enquête SUMER de 2010)
  • 51.  Les différentes formes de silice  Sources d’exposition  Silices cristallines et santé  Démarche de prévention mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur LES POUSSIÈRES DE SILICE CRISTALLINE ALVÉOLAIRE
  • 52. Silices SILICES CRISTALLINES ET SANTÉ​ Pathologies aiguës ou chroniques graves Silicose(1) (1) Les poussières de silice cristalline peuvent induire une irritation des voies respiratoires, des bronchites chroniques et une fibrose pulmonaire irréversible nommée silicose. Cette atteinte pulmonaire grave et invalidante n’apparaît en général qu’après plusieurs années d’exposition et son évolution se poursuit même après cessation de l’exposition Cancers(3) (3) La silice cristalline joue également un rôle certain dans le développement de cancers bronchopulmonaires, chez l’homme. Depuis le 1er janvier 2021, les travaux exposant à la poussière de silice cristalline alvéolaire issue de procédés de travail son classés comme agent cancérigène. Atteintes auto-immunes(2) (2) Association significative » entre une exposition à la silice cristalline et le risque de développer une sclérodermie systémique, un lupus érythémateux systémique ou une polyarthrite rhumatoïde. Atteintes rénales
  • 53. Silices Les substances, mélanges et procédés cancérogènes​
  • 54. Silices SILICES CRISTALLINES ET SANTÉ​ Certaines pathologies provoquées par l’inhalation de poussières de silice cristalline peuvent être reconnues comme MALADIE PROFESSIONNELLE au titre du tableau 25 des maladies professionnelles du régime général de la sécurité sociale. Environ deux cents cas par an sont reconnus comme maladies professionnelles.
  • 55. Focus sur LES POUSSIÈRES DE SILICE CRISTALLINE ALVÉOLAIRE  Les différentes formes de silice  Sources d’exposition  Silices cristallines et santé  Démarche de prévention mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr
  • 56. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION Le danger : sources d’émission de silices cristallines alvéolaires Le risque : inhalation de silices cristallines
  • 57. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 1/ Identifier le danger - Évaluer les risques L’évaluation des risques qu’est tenu de mener l’employeur doit conduire à : o Il convient ensuite d’identifier les conditions dans lesquelles des salariés pourraient être exposés, puis d’évaluer les niveaux d’exposition. o Inventorier les matériaux ou procédés de travail susceptibles d’émettre des poussières de silice cristalline
  • 58. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 1/ Identifier le danger - Évaluer les risques SOURCES EMISSION
  • 59. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice La prévention des risques liés à l’exposition aux poussières de silice cristalline repose sur les RÈGLES GÉNÉRALES DE PRÉVENTION DU RISQUE CHIMIQUE L’employeur doit en priorité chercher à substituer la silice cristalline ou le procédé en générant par des produits ou procédés pas ou moins dangereux. Par exemple de la farine de quartz présente dans un produit peut être remplacée par un minéral moins dangereux Substitution
  • 60. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice
  • 61. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Dans de nombreux cas la silice cristalline est présente dans des matériaux (granulats…) qui NE SONT PAS SUBSTITUABLES. Dans ce cas, des MESURES DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION adaptées aux risques s’imposent. Elles visent à RÉDUIRE AU MINIMUM LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES Dans ce cas, des MESURES DE PRÉVENTION ET DE PROTECTION adaptées aux risques s’imposent. Elles visent à RÉDUIRE AU MINIMUM LES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES
  • 62. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice L’organisation du chantier  Revoir l’organisation du chantier pour : • limiter le TEMPS d’exposition • … et le NOMBRE d’ouvriers exposés à ces poussières. Cela passe notamment par le balisage des postes de travail polluants et les rotations de postes Les travaux exposant à de la silice cristalline sont interdits aux jeunes travailleurs de moins de 18 ans (des dérogations sont possibles sous conditions).
  • 63. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Équipement de protection collective (EPC)  Effectuer les opérations générant une exposition dans des SYSTÈMES CLOS mis en dépression et aussi étanches que possible (par exemple des broyeurs et des bandes transporteuses soigneusement capotés et mis en dépression dans les carrières).
  • 64. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Équipement de protection collective (EPC)  Installer une ASPIRATION À LA SOURCE, qui accompagne le matériel électro portatif tel que les ponceuses, les perforateurs, les scies circulaires, etc.
  • 65. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Équipement de protection collective (EPC)  Adopter si possible des méthodes de travail ne générant pas ou que peu de poussières comme le TRAVAIL À L’HUMIDE. Dans le cas d’outils tournants comme les scies circulaires, le travail à l’humide permet de diminuer les émissions de poussières mais pas de les supprimer et les expositions peuvent rester significatives.
  • 66. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Mettre en place le travail à l’humide qui permet de rabattre les poussières sur le sol (sauf pour les poussières de bois). se fait • en arrosant les surfaces avant de raboter ou poncer, • en installant des brumisateurs sur une zone à démolir • ou en utilisant des outils avec apport d’eau (découpeuse, foreuse) par exemple N.B. Dans le cas d’outils tournants comme les scies circulaires, le travail à l’humide permet de diminuer les émissions de poussières mais pas de les supprimer et les expositions peuvent rester significatives.
  • 67. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION SOURCES EMISSION CONCENTRATIONS ↘ EXPOSITION ↘ OBJECTIFS des mesures « réorganisation chantier + EPC » … mais ces mesures ne suffisent pas toujours à éliminer le risque Autres mesures ?
  • 68. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Équipement de protection individuelle (EPI)  Appareil de protection respiratoire (en fonction de l’exposition attendue et de la durée des travaux, il est conseillé d’utiliser un appareil filtrant à ventilation libre ou assistée, équipé de filtre antiparticules de classe 3 ou un appareil isolant)  Combinaison à capuche jetable de type 5  Lunettes
  • 69. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Équipement de protection individuelle (EPI) Les masques respiratoires à ventilation assistée, dits à pression positive, sont des masques équipés d’un ventilateur motorisé permettant d’augmenter le débit d’air respiré. Ils augmentent le confort de l’utilisateur et assurent une surpression à l’intérieur du masque qui permet de chasser les polluants qui tentent de pénétrer par le joint facial.
  • 70. mars 22 MASQUES DE PROTECTION RESPIRATOIRE Les dangers  Les poussières  Les gaz  Le manque d’oxygène Les masques o Anti-poussières o Anti-gaz o Masques alimentés en air
  • 71. mars 22 En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION RESPIRATOIRE ? FFP1 FFP3 Protection Anti-poussières Norme EN149 Comité Européen de Normalisation. MASQUES ET FILTRES ANTI-POUSSIÈRES FFP = Filtering FacePiece respirator (pièce faciale filtrante)
  • 72. MASQUES ANTI-GAZ mars 22 En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION RESPIRATOIRE ? • Choix du filtre • + choix du niveau de protection (1 à 3) Ex : filtre A2B2E2K2 Code couleur et type de filtre (lettre) = ce qui est absorbé/filtré Classe du filtre = capacité d’absorption/filtration
  • 73. mars 22 MASQUES ISOLANTS ‣ LES APPAREILS AUTONOMES : l’opérateur dispose d’un apport d’air ou d’oxygène dans le masque par le biais d’un tuyau et d’une source d’air comprimé qu’il porte avec lui (bouteille). Pas besoin de filtre dans ce cas. Le salarié peut se déplacer librement dans toute la zone de travail mais est contraint par la durée d’autonomie de sa bouteille. ‣ LES APPAREILS NON AUTONOMES : l’opérateur reçoit l’air propre de l’extérieur du local pollué, par l’intermédiaire d’un tuyau relié à un appareil à adduction d’air comprimé (compresseur). • Les appareils isolants sont des MASQUES ALIMENTÉS EN AIR OU EN OXYGÈNE depuis une source non contaminée de sorte que l’opérateur est isolé de la zone polluée. • Ces appareils sont adaptés lorsque l’on a à faire à un contaminant non filtrable, lorsque la concentration du polluant est trop importante pour recourir à un masque filtrant ou lorsque la concentration en oxygène est inférieure à 20 % Janvier 2019 - Explosion rue de Trévise, dans le IXe arrondissement de Paris, Pompiers équipés d’ARI (Appareil Respiratoire Isolant) En fonction de la nature du danger et du niveau de protection recherchée COMMENT CHOISIR SON MASQUE DE PROTECTION RESPIRATOIRE ?
  • 74. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION SOURCES EMISSION CONCENTRATIONS EXPOSITION OBJECTIFS des mesures « EPI » INHALATION ↘ Que faut-il faire d’autre ?
  • 75. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Contrôle de l’empoussièrement de l’atmosphère de travail  … afin de déterminer si les valeurs limites VLEP sont respectées  Fréquence : o tous les ans (car CMR) o Si changement de procédés VLEP : Valeurs limites d'exposition professionnelle ? INRS Liste des VLEP française
  • 76. Silices CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​ Comment se déroule l'évaluation de l'exposition professionnelle aux poussières de silice ? 1. Visite de l’établissement et définition des Groupes d’Exposition Similaire ou Homogènes – GES/H (travailleurs exposés de la même façon) 2. Élaboration de la stratégie de prélèvement, en collaboration avec la direction de l’établissement et les acteurs de la prévention (CSE, médecin du travail…) 3. Les travailleurs sont équipés de pompes de prélèvement avec coupelles filtrantes, proches de leurs voies respiratoires. Ces pompes aspirent l’air ambiant, la mousse piège les particules en suspension.
  • 77. Silices CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​ 4. Les prélèvements d’air sont effectués pendant toute une journée de travail habituelle. Pour chaque groupe d’exposition similaire, on réalise au minimum 3 prélèvements 5. Analyse des coupelles filtrantes au laboratoire : on détermine la masse des poussières de silice collectées, en pesant la mousse avant et après le prélèvement avec une balance de précision. 6. Calcul des concentrations en poussières de silice, en mg/m³ … puis édition d’un rapport
  • 78. Silices CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​ VLEP pour chaque type de poussières (poussières alvéolaire non silicogène, quartz, cristobalite, trimydite) + VLEP pour le mélange Avant 01/01/2022 : 5 mg/m3 Au 01/01/2022 : 3,5 mg/m3 Au 01/07/2023 : 0,9 mg/m3
  • 79. Silices CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​
  • 80. PSES CAMPAGNE DE MESURAGES ATLMOSPHÉRIQUES​ Durcissement récent des VLEP pour les POUSSIÈRES DITES « SANS EFFET SPÉCIFIQUE » (PSES) Un décret du 23 décembre 2021 abaisse les niveaux des concentrations moyennes en poussières totales et alvéolaires inhalées par un travailleur dans les locaux de travail à pollution spécifique prévus à l'article R. 4222-10 du Code du travail. Ces valeurs évaluées sur une période de huit heures, ne doivent désormais pas dépasser respectivement 7 et 3,5 mg/m3 (contre 10 et 5 mg/ m3 jusqu'au 31/12/2021). À compter du 1er juillet 2023, elles seront portées respectivement à 4 et à 0,9 mg/m3.
  • 81. Les différentes VLEP (s’y retrouver !)​
  • 82. Si VLEP réglementaires (contraignantes ou indicatives)  même règles de suivi La différence ?  règles différentes si dépassement ! Organisme accrédité Les différentes VLEP (s’y retrouver !)​
  • 83. Les différentes VLEP (s’y retrouver !)​
  • 84. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Que faire d’autre ?
  • 85. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice La formation à la sécurité  L'INFORMATION et la FORMATION des salariés sur les risques et les techniques sécuritaires (bonnes pratiques de nettoyage, utilisation des appareils de protection respiratoire et autres EPI...) est absolument nécessaire pour diminuer de façon pérenne le niveau de criticité du travail exposant à la silice. ?
  • 86. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice Que faire d’autre ?
  • 87. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION 2/ Prévenir les risques liés aux poussières de silice La surveillance médico-professionnelle  L'exposition à la silice impose une SURVEILLANCE PÉRIODIQUE des travailleurs o au moins une fois par an, o instaurée par le médecin du travail, o avec un suivi médical approprié (radiographies pulmonaires et épreuves fonctionnelles respiratoires, scanner thoracique en cas de signes radiologiques ou fonctionnels)
  • 88. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION HAS Surveillance médicoprofessionnelle des travailleurs exposés ou ayant été exposés à la silice cristalline
  • 89. Silices cristallines DÉMARCHE DE PRÉVENTION HAS Surveillance médicoprofessionnelle des travailleurs exposés ou ayant été exposés à la silice cristalline
  • 90. Silices cristallines PUBLICATIONS ET LIENS UTILES INRS Silice cristalline - Fiche toxicologique n° 232 INRS Dossier Silice cristalline et santé au travail Le guide sur les poussières réalisé rédigé par l’IRIS-ST en collaboration avec la CAPEB, la CNATP, l’OPPBTP et Secimpac Le webinar « Risque poussières : outils de sensibilisation et équipements limitant l’émission des poussières » d’IRIS-ST Silice cristalline. De la poussière à la maladie, il n'y a qu'un pas INRS Liste des VLEP française INRS Silice cristalline – Expositions professionnelles et surveillance médicale – SFMT 2021
  • 91. Silices cristallines PUBLICATIONS ET LIENS UTILES POUSSIÈRES DE SILICE CHEZ LE MAÇON FINISSEUR Les actions de prévention à mettre en place THE : Très Haute Efficacité
  • 92. Silices cristallines PUBLICATIONS ET LIENS UTILES HEPA : high-efficiency particulate air
  • 93.  Risque chimique  Le danger des fibres hors amiante  Les bonnes pratiques de prévention mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur LES MATÉRIAUX D’ISOLATION  Risque chimique  Le danger des fibres hors amiante  Les bonnes pratiques de prévention
  • 94. Matériaux d’isolation RISQUE CHIMIQUE Adjuvants chimiques • Substances ignifuges • Antifongiques • Insecticides • Etc. Potentiel RISQUE CHIMIQUE
  • 95.  Risque chimique  Le danger des fibres hors amiante  Les bonnes pratiques de prévention mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur LES MATÉRIAUX D’ISOLATION
  • 96. Matériaux d’isolation LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE INRS – Fibres autres que l’amiante
  • 97. Matériaux d’isolation Les différentes fibres Fibres minérales naturelles Fibres minérales artificielles • Wollastonite • Sépiolite… • Laine de verre • Laine de roche • Fibre céramique réfractaire • Fibre d’alumine… Fibres organiques naturelles Fibres organiques artificielles • Cellulose • Coton • Lin • Soie… • Viscose • Acétate de cellulose… Fibres synthétiques • Aramides • Polyester…
  • 98. Matériaux d’isolation LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE Selon les fibres …
  • 99. Matériaux d’isolation LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE Fibres céramiques réfractaires (FRC)
  • 100. Matériaux d’isolation LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE Laines minérales d’isolation
  • 101. Matériaux d’isolation LE DANGER DES FIBRES HORS AMIANTE
  • 102. Matériaux d’isolation MÉTROLOGIE En France, la valeur limite d'exposition professionnelle (pondérée sur 8 heures) pour les laines de verre, de roche et de laitier est de 1 fibre/cm3 (valeur non règlementaire).
  • 103.  Risque chimique  Le danger des fibres hors amiante  Les bonnes pratiques de prévention mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur LES MATÉRIAUX D’ISOLATION
  • 106. Matériaux d’isolation Fiches de BONNES PRATIQUES DE PRÉVENTION
  • 107. Matériaux d’isolation Fiches de BONNES PRATIQUES DE PRÉVENTION
  • 108. Matériaux d’isolation Fiches de BONNES PRATIQUES DE PRÉVENTION
  • 109. Matériaux d’isolation LIEN UTILE Les isolants thermiques – IRISST
  • 110.  L’amiante dans le BTP  Les pathologies liées à l’amiante  Les fibres d’amiante mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur L’AMIANTE
  • 111. L’AMIANTE L'amiante constitue un problème majeur de santé publique et de santé au travail o Interdit en France depuis 1997, il reste présent dans de nombreux bâtiments et équipements mars 22 Fibrociment à base d’amiante Amiante friable o Ce matériau s'est révélé hautement toxique et le nombre de cancers qu'il a induit ne cesse d'augmenter o Ce matériau aux multiples qualités - Il a été massivement utilisé
  • 112. L’AMIANTE mars 22 Matériaux Contenant de l’Amiante (MCA) RAAT : Repérage Amiante Avant Travaux. Le Repérage amiante avant travaux s'impose pour tous les édifices construits avant le 1er juillet 1997, et est devenu obligatoire depuis le 19 juillet 2019
  • 113. PATHOLOGIES LIÉES À L’AMIANTE mars 22  Fibrose pulmonaire interstitielle due à l’inhalation d’amiante = Asbestose Pathologies non cancéreuses  Mésothéliome  Cancers du poumon  Cancers du larynx  Cancers des ovaires Pathologies cancéreuses L'inhalation de fibres d'amiante peut provoquer des maladies graves
  • 114. ASBESTOSE Asbestose : fibrose pulmonaire interstitielle due à l’inhalation d’amiante mars 22 Conséquences : essoufflement progressif évoluant vers l’insuffisance respiratoire chronique
  • 115. PATHOLOGIES CANCÉREUSES Mésothéliome Le MÉSOTHÉLIOME est une forme rare et virulente de cancer des surfaces mésothéliales de la plèvre La PLÈVRE : est une membrane séreuse délimitant un espace virtuel (c'est-à-dire vide dans les situations normales) situé entre les poumons en dedans et la paroi thoracique en dehors mars 22 Temps de latence d’environ 30 ans entre l’exposition à l’amiante et la survenue du mésothéliome Pronostic sombre ! Survie à 5 ans est de l’ordre de 7 %
  • 117. MORTALITÉ L'amiante va encore tuer des dizaines de milliers de personnes en France (entre 68.000 et 100.000) d'ici à 2050, selon un rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (HSCP). mars 22
  • 118. Le terme « AMIANTE » (nom masculin) ou « ASBESTE » recouvre une série de FIBRES MINÉRALES NATURELLES, appartenant aux groupes minéralogiques des serpentines ou des amphiboles. mars 22 Le CHRYSOTILE ou amiante blanc est la variété la plus courante, la seule du groupe des serpentines. Les gisements de chrysotile les plus importants sont situés en Russie et au Canada. D’autres gisements existent au Brésil, au Zimbabwe, en Chine et en Afrique du Sud. La mine française de chrysotile située en Corse n’est plus exploitée depuis 1965. Le groupe des amphiboles comprend cinq variétés : la CROCIDOLITE (amiante bleu ou riebeckite), l’AMOSITE (amiante brun), la trémolite, l’actinolite et l’anthophyllite. Les amphiboles ayant donné lieu à exploitation industrielle sont l’amosite et la crocidolite. Extraites en Afrique du Sud, elles ne représentent pas plus de 5 % de la production mondiale d’amiante. LES DIFFÉRENTES AMIANTES
  • 119. mars 22 Type de FIBRE DIAMETRE (µm) Chrysotile BLANC 0,02 Crocidolite BLEU 0,08 Amosite BRUN 0,10 Laines de verre 0,2 – 25 Coton 20 Cheveu 75 Les fibres d’amiante sont: très fines : < 1 µm de diamètre  elles pénètrent dans les parties les plus profondes des poumons. Plus elles sont • fines • longues • nombreuses …. plus elles sont dangereuses LES FIBRES D’AMIANTES En santé et sécurité au travail, le terme « fibre » désigne une particule allongée dont la longueur est au moins trois fois supérieure au diamètre.
  • 120. MÉCANISMES TOXIQUES des fibres d’amiantes mars 22 Phagocytose des fibres par les macrophages
  • 121. mars 22 Le stress oxydant, appelé aussi stress oxydatif est un type d'agression des constituants de la cellule dû aux espèces réactives oxygénées (ROS, en anglais : reactive oxygen species) et aux espèces réactives azotées (RONS, N pour nitrogen en anglais) oxydantes. Ces espèces peuvent être ou non des radicaux. Les trois plus connues sont l'anion superoxyde (O2•–), le peroxyde d'hydrogène (H2O2) et le radical hydroxyle (HO•) Stress oxydant Inflammation chronique Agression cellulaire Mutation Cancérisation MÉCANISMES TOXIQUES des fibres d’amiantes
  • 122.  Études épidémiologiques  Prévention  Réglementation et VLEP mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur LES POUSSIÈRES DE BOIS
  • 123. ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES Méta-analyse Une méta-analyse, qu’est-ce que c’est ?  Population étudiée : travailleurs  Facteur (risque) potentiel : exposition aux poussières de bois  Maladie (observation) : cancer mars 22
  • 124. ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES Méta-analyse Technique statistique qui consiste à réunir les données provenant d'enquêtes différentes mais portant toutes sur un même sujet pour en obtenir une vue synthétique donc plus fiable. mars 22
  • 127. ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES workers exposed to wood dust exhibited higher rates of nasal adenocarcinoma than other workers Odds ratio = 10.28 Comment se calcul un Odds ratio ? mars 22 10x plus de chances de développer un cancer
  • 128. ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES ODDS RATIO mars 22 Tableau de contingence Cote : nb de fois où un évènement s’est produit / nb de fois où il ne s’est pas produit Cote « exposés » = a/c Cote « non exposés » = b/d Rapport de cote (Odds ratio) = cote « exposé » / cote « non exposé »
  • 130. ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES mars 22 Odds ratio (OR) : 1,86364 / 0,038216 = 48,77 41 ont développés un cancer nasal 63-41 = 22 n’ont pas développés un cancer nasal Cote « exposé » : 41/22 = 1,86364 63 travailleurs exposés aux poussières de bois 12 ont développés un cancer nasal 326-12 = 314 n’ont pas développés un cancer nasal Cote « non exposé » : 12/314 = 0,038216 326 travailleurs non exposés aux poussières de bois
  • 131. mars 22 o Toxicité intrinsèque ÉTUDES ÉPIDÉMIOLOGIQUES Les poussières de bois o Concentration +++ o Fréquence +++ o Durée d'exposition +++ Concentration Fréquence Durée mais Adénocarcinome nasale  faible
  • 132.  Études épidémiologiques  Prévention  Réglementation et VLEP mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur LES POUSSIÈRES DE BOIS
  • 133. PRÉVENTION Scie circulaire équipée d’une aspiration centralisée mars 22 Système d’aspiration centralisée installé sur une machine à bois chez un fabricant de parquet
  • 135.  Études épidémiologiques  Prévention  Réglementation et VLEP mars 22 François Parant Pharmacien - Biologiste Médical Praticien Hospitalier francois.parant@chu-lyon.fr Focus sur LES POUSSIÈRES DE BOIS