MATCH TRAILS MONOS

YAMAHA TÉNÉRÉ ET BMW SERTÃO

-jour n

al.fr

3,20 €  N° 2080  9 JANVIER 2014  TOUS LES JEUDIS

24 H...
TEST TECHNIQUE POIGNÉE DE GAZ INOVELI
Par Jean-François Robert, photos Yud Pourdieu Le Coz et DR

LA POIGNÉE
DU FUTUR

Com...
TEST TECHNIQUE POIGNÉE DE GAZ INOVELI
Quand on nous propose de remplacer
notre poignée de gaz vénérée, on est
forcément su...
TEST TECHNIQUE POIGNÉE DE GAZ INOVELI
Avec de gros gants, la
conduite reste possible,
même si l’on perd
légèrement en
sens...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Article moto journal 13 01 2014

943 vues

Publié le

Publié dans : Technologie
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
943
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Article moto journal 13 01 2014

  1. 1. MATCH TRAILS MONOS YAMAHA TÉNÉRÉ ET BMW SERTÃO -jour n al.fr 3,20 €  N° 2080  9 JANVIER 2014  TOUS LES JEUDIS 24 H DU MANS M OTO LA SURPRISE GUY MARTIN SON EXPLOIT AVEC LES FRANÇAIS DE R2CL COMPARATIF ROADSTERS DUKE SUPER LA E FORT FRAPP DAKAR , Honda démarre fort 25 ans après Lalay 4_2080_couverture.indd 1 LE TRIUMPH SPEED TRIP R KTM 1290 SUPER DUKE KAWASAKI Z 1000 TECHNIQUE POIGNÉE DE GAZ EST OLUTIONNAIR!E RÉV ie CETTE On l’a testée, ça envo AND : 3,50 € - BEL : 3,70 € - DOM (avion) : 5 € - TOM (avion) : 1 300 XPF - TOM (surface) : 700 XPF CH : 7 FS - TUNISIE : 5 900 TND - CAN : 7,99 $ - Zone CFA (surface) : 2 900 CFA - Zone CFA (avion) : 3 200 CFA 13/01/14 15:14
  2. 2. TEST TECHNIQUE POIGNÉE DE GAZ INOVELI Par Jean-François Robert, photos Yud Pourdieu Le Coz et DR LA POIGNÉE DU FUTUR Comme la Metiss JBB dissocie suspension et direction, la commande de gaz Inoveli sépare la préhension du guidon et la commande des gaz. Elle libère les mouvements du pilote et autorise une tenue symétrique du guidon, avec moins d’effort. Une poignée de gaz, c’est tout bête et ça marche bien. Pourtant, Frédéric Vellutini pense qu’il est possible de faire mieux. Alors gadget ou véritable révolution ? MJ a testé la poignée Inoveli. Grâce à la sensibilité du pouce, le dosage des gaz devient à la fois plus précis et plus facile. Un avantage de plus avec une adhérence précaire, en l’absence de contrôle de motricité. 40 TEST TECHNIQUE 4_2080 technique.indd 41 TEST TECHNIQUE 41 13/01/14 15:13
  3. 3. TEST TECHNIQUE POIGNÉE DE GAZ INOVELI Quand on nous propose de remplacer notre poignée de gaz vénérée, on est forcément sur la défensive. Et pourtant… L e problème avec vous Amonbeaufils, c’est que vous faites toujours comme on fait tout le temps… » Et l’architecte véreux de répondre à Cléopâtre : « Ben oui, on a tout le temps fait comme ça… » La logique est implacable. Mais, à l’écouter, on aurait toujours des téléphones à cadran circulaire, des lève-vitres à manivelle dans nos bagnoles, et peut-être même des voitures à chevaux. Après tout, ça fonctionnait très bien ! Au début du XXe siècle, Henry Ford disait encore : « Si j’avais demandé à mes clients ce qu’ils voulaient, ils m’auraient dit des chevaux plus rapides. » Le progrès consiste à remettre les choses en cause… Encore faut-il que ce soit à bon escient. Milieu conservateur s’il en est, la moto regarde souvent les “inventions” d’un air goguenard. Voyez avec quel retard et quelles réticences nous avons adopté les freins à disque, les roues coulées, les pneus sans chambre, les ABS, les accélérateurs électroniques, les contrôles de motricité, pourtant bien utiles sur un engin à l’équilibre précaire, et présents sur les 4-roues depuis des lustres ! Bref, côté innovation, la moto est franchement à l’arrêt. Alors, quand on nous propose de remplacer notre poignée de gaz vénérée, on est sur la défensive… L’innovation en question En trente cinq années passées sur et à côté des motos, j’ai pu constater des comportements négatifs liés au principe même de la poignée de gaz. Ainsi, le grand Wayne Rainey avait-il interdiction absolue de mettre des coups gaz au rétrogradage lorsqu’il freinait, car l’acquisition de CE QUI RESTE EN SUSPENS… SI LE PRINCIPE DE DISSOCIER la commande et la préhension est incontestablement prometteur, son adaptation se heurte à quelques difficultés pratiques sur des motos existantes. La principale reste la raideur d’une commande traditionnelle, volontairement durcie (de 1,5 à 3 kg d’effort) pour compenser le couple naturel provoqué par le poids de 42 TEST TECHNIQUE 4_2080 technique.indd 42-43 données révélait que ce geste lui faisait automatiquement relâcher les freins, allongeant ainsi son freinage. Il est donc impossible de manœuvrer gaz et freins de façon totalement indépendante et simultanée. En clair, il faut relâcher complètement les gaz, avant de commencer à aller chercher le levier de frein pour initier un freinage. Donc en termes d’efficacité pure, comme de sécurité sur un freinage d’urgence, c’est une sérieuse perte de temps… Autre expérience étonnante, réalisée en essayant un shifter pour la première fois. Gaz en grand, en ne bougeant que l’extrémité du pied gauche pour monter les vitesses, j’ai avalé une série de courbes à une vitesse qui me semblait totalement hallucinante. La raison ? Le shifter ! En l’absence d’un ample mouvement du poignet pour couper les gaz, je n’introduisais pas de perturbation dans la direction de la moto et je tenais au mieux ma trajectoire. Moralité, la commande des gaz n’est pas sans effet sur la conduite… Alors, il existe peut-être mieux. C’est aussi ce pense Frédéric Vellutini, 44 ans, ingénieur en systèmes électroniques. Frédéric a bien sûr poussé son étude bien au-delà de ces simples constats. Pour lui, la commande tournante induit une dissymétrie des efforts du pilote, qui tient beaucoup mieux le guidon gauche, puisque le poignet droit doit rester libre pour tourner. Un poignet “cassé” qui perd ainsi de la force. Par ailleurs, l’amplitude de la rotation du poignet n’est guère précise, car cette zone de notre corps est peu innervée, donc peu sensible. Enfin, la préhension d’un tube n’a rien de naturel, sauf pour un Playmobil. Un simple moulage d’un poing refermé révèle une forme beaucoup plus aplatie. l’avant-bras. Or, il est impossible de gérer un tel effort avec le pouce ! De fait, il faut réduire la raideur du ou des ressorts de rappel, ce qui n’est pas toujours possible (sur une Triumph Speed Triple par exemple). Avec la généralisation des commandes ride by wire, en revanche, c’est plus soft. Autre écueil, l’encombrement de la commande, qui pose parfois problème en présence de commodo côté droit. Il peut être déplacé faute d’accessibilité, comme sur le Tmax, par exemple. Deux problèmes qui n’en seraient pas sur la plupart des motos de course (dénuées de rétros), et si les constructeurs ᕣ ᕡ ᕢ ᕡ Sur certains modèles, comme ici le Tmax, la commande est un peu dure et il faut obligatoirement déplacer le commodo droit. Le procédé Inoveli gagnerait à être intégré en première monte. ᕢ La course maxi de la poignée est de 55°. Différents pignons permettent de la réduire à volonté. Grâce à une zone neuronale dédiée, le dosage du pouce est très précis. ᕣ La finition est superbe, à la hauteur des investissements. Les moules d’injection des poignées ergonomiques ont coûté à eux seuls 75 000 € ! ᕤ L’articulation, coaxiale à celle de la première phalange du pouce, rend la commande très naturelle et beaucoup plus précise que sur un quad. Des voies d’améliorations existent. Têtu, il est allé au bout de son idée… Gâchette ? Non : “poignée à commande sensible” intégraient ce système dès la conception du modèle de série, en lieu et place de la poignée de gaz. En attendant, il faudra aussi vérifier la fatigue éventuelle du pouce sur un long trajet ou une course d’Endurance, avec une dureté du rappel bien calibrée. Par ailleurs, quid de la capacité à doser son mouvement quand un vrai pilote est totalement déhanché à côté de sa moto ? Nous n’avons testé que sur route, et accessoirement, je ne suis pas pilote. Ceci dit, la rotation d’une poignée de gaz et le maintien du pilote en position totalement déhanchée n’ont rien de vraiment naturel non plus… ᕤ Pour tous ceux qui ont essayé un quad et sa maudite gâchette, le système rotatif ne vaut pas un coup de cidre. Cependant, il diffère fondamentalement de l’invention de Frédéric. En effet, à l’inverse d’une gâchette de quad, qui possède une articulation éloignée du pouce, la commande Inoveli a son articulation à la verticale de la première phalange. Conséquence, la trajectoire du levier de gaz suit naturellement celle de notre pouce quand il se ferme. Celle du quad étant à l’opposé, on assiste au croisement de deux cercles, alors qu’ici, les cercles sont superposés. C’est beaucoup plus précis. Par ailleurs, notre pouce bénéficie quant à lui d’un bon gros paquet de neurones pour le commander. Il est donc très apte à doser ses mouvements, bien plus que le poignet. Enfin, Frédéric a réalisé une poignée ergonomique qui assure une excellente préhension du guidon. Pour faire une comparaison, il y a là autant de différence d’effort et d’efficacité qu’entre un écrou six pans qu’on desserre avec une clé plate, et un écrou arrondi qui impose d’utiliser une pince, qu’il faut fermer en serrant comme un bœuf pour éviter qu’elle ne tourne autour de l’écrou. Comparée au tube de la poignée classique, la poignée ergonomique Inoveli offre une préhension naturelle et ferme, sans effort. A tel point qu’elle doit être fixée solidement au guidon par un perçage, pour ne pas tourner justement… Fini les ampoules aux mains pour les pilotes d’Endurance ! Après la théorie, la pratique. Le premier contact est très naturel, ce qui est bon signe. Il suffit de caler ses mains avec la commissure du pouce bien en appui contre la poignée pour avoir une bonne préhension du guidon. En effet, c’est cette zone, celle de la première phalange, qui assure le maintien du guidon, et non les deux suivantes qui restent libres pour accélérer. Un petit tour sur le parking suffit pour se rassurer. On est immédiatement prêt à prendre la route ! C’est parti dans le flot de circulation pour sortir d’Ajaccio au guidon d’une Ducati 796 Monster, prêtée par Moto Prestige. Totalement absorbé par le fonctionnement du compteur, je tripote les boutons et j’en oublie la circulation… jusqu’à ce que la voiture qui me précède pile brutalement ! Oups. Des mauvaises langues, sur les forums et dans les couloirs du Salon de la Moto, m’avaient annoncé la misère. « Avec la peur, c’est naturel, tu te crispes sur le guidon et accélère à fond ! » Eh bien non, on relâche naturellement les gaz, et mieux, on freine plus court, car on roule déjà avec les doigts sur les freins. Le temps de réaction est effectivement réduit et on s’arrête plus vite. Ensuite arrivent les virages. La conduite est toujours aussi naturelle, on ne se concentre absolument pas sur le procédé. Au contraire, on tient mieux le guidon, on est plus relax et le plus sympa ce sont les entrées de courbes, sur les freins, avec de petits coups de gâchette au rétrogradage, sans lâcher les freins ! Vraiment fun, Wayne Rainey aurait adoré ! Après une journée de roulage avec la Monster, un 500 Tmax (merci à Vincent Pradona qui nous a accompagnés toute la journée) et l’Aprilia Shiver de Frédéric, nous retournons chez Moto Prestige. Là, Willy nous attend avec sa Shiver standard, entendez équipée d’une poignée tournante. Nous repartons ensemble, lui avec la gâchette, moi sur sa moto. Le bougre n’a jamais essayé la poignée Inoveli, mais n’a pas besoin de leçon pour trouver le mode d’emploi ! Instantanément, il me colle aux basques sur cette petite route qu’il connaît comme sa poche. Moi je reste sur ma faim… Reprendre une moto “normale”, c’est moins fun et même moins TEST TECHNIQUE 43 13/01/14 15:13
  4. 4. TEST TECHNIQUE POIGNÉE DE GAZ INOVELI Avec de gros gants, la conduite reste possible, même si l’on perd légèrement en sensibilité. Les gants d’hiver renforcés avec des coques pourraient poser problème. A essayer. Rien à voir avec la maudite gâchette que l’on connaît sur les quads, la commande est ergonomique et précise efficace ! En effet, après une nouvelle inversion des motos, il semble que celui qui roule avec la gâchette est légèrement plus rapide. La gâchette conférerait donc un petit plus au pilote, même sur route ! Un avantage inattendu Willy l’explique : « En montant sur la Shiver Inoveli, j’ai eu l’impression qu’elle avait 25 ch de plus que la mienne ! » En fait, c’est le tirage très court de la commande et la vitesse d’action du seul pouce (qui a moins d’inertie qu’un poignet) qui assurent une DERRIÈRE LE MIROIR AVANT D’INVESTIR 5 ANNÉES D’ÉTUDES et plusieurs centaines de milliers d’euros dans sa commande sensible, Frédéric Vellutini a travaillé dans la compétition automobile chez Peugeot Sport et chez Mitsubishi, en championnat du monde des rallyes, puis en F1, chez Jaguar, qui deviendra ensuite Red Bull Racing. Il y officiait comme ingénieur en systèmes électroniques. Autant dire que ce n’est pas un illuminé et que son système remise des gaz à fond beaucoup plus rapide… Willy ressent aussi un meilleur maintien du guidon qui lui permet d’accélérer plus tôt en sortie de virage. Ça confirme ce que je voyais dans mon rétro ! Pilotes et les constructeurs devraient très vite essayer ce truc pour vérifier, chrono et acquisition de données à l’appui, s’il permet effectivement de freiner et d’accélérer plus vite, et si, dans un pif-paf, le fait de mieux tenir le guidon fait gagner du temps. Quand on voit à combien se joue la pole en Moto2, on se dit que quelques millièmes grappillés à chaque virage, ça peut faire des centièmes, voire un petit dixième à chaque tour… Enorme ! D’ailleurs, on en connaît déjà qui vont faire le test et on vous en reparle dès que possible. Sur la route aussi, c’est bien de réduire sa distance d’arrêt ! Messieurs les constructeurs, pourquoi donc faites-vous la sourde oreille, c’est si compliqué d’essayer une poignée de gaz ? Sinon, avant le sélecteur au pied, on avait le levier de vitesses sur le réservoir. Ça marchait très bien, et on avait toujours fait comme ça aussi… ● est le fruit d’une longue et mûre réflexion. Il a d’ailleurs été lauréat du concours du ministère de la Recherche en 2009, une sérieuse référence ! Frédéric cherche à développer et faire connaître son système aux constructeurs. La compétition, qui fait partie de son ADN, peut l’y aider. Compétiteurs, concessionnaires de tous horizons, n’hésitez pas à le contacter si vous souhaitez essayer ou distribuer le produit ! L’équipement d’une moto coûte 229,90 €, hors câble de gaz et ressort (si nécessaire) et hors montage. C’est compatible avec des accélérateurs classiques ou électroniques. Cerise sur le gâteau, c’est français ! Plus d’infos sur www.inoveli.com 44 TEST TECHNIQUE 4_2080 technique.indd 44 13/01/14 15:13

×