SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  67
Télécharger pour lire hors ligne
Les	
  vivants	
  et	
  les	
  morts	
  
dans	
  la	
  civilisa0on	
  médiévale	
  
Mar0n	
  Aurell	
  
Université	
  de	
  Poi0ers	
  -­‐	
  CESCM	
  
Dis0nc0on	
  floue	
  entre	
  les	
  vivants	
  et	
  les	
  morts:	
  
un	
  tableau	
  pré-­‐raphaëlite;	
  la	
  con0nuité	
  du	
  thème	
  	
  
Avalon;	
  les	
  fées	
  aimantes;	
  le	
  Graal	
  et	
  l’ange	
  «	
  chré0en	
  »	
  
James	
  
Archer,	
  La	
  
Mort	
  
d’Arthur,	
  
huile	
  sur	
  
bois,	
  1860.	
  
43,2	
  x	
  50,9	
  
cm	
  
Manchester	
  
City	
  
Galleries.	
  
Le	
  débat	
  de	
  la	
  survie	
  d’Arthur	
  au	
  XIIe	
  s.	
  
•  Geoffroi	
  de	
  Monmouth,	
  clerc	
  d’Oxford,	
  en	
  la0n:	
  
–  Histoire	
  des	
  rois	
  de	
  Bretagne	
  (1136-­‐1137)	
  :	
  Prophé0e	
  de	
  Merlin	
  :	
  exitus	
  ejus	
  
dubius	
  erit,	
  §112	
  ;	
  à	
  la	
  bataille	
  de	
  Camlan,	
  «	
  Arthur	
  est	
  blessé	
  à	
  mort	
  et	
  
porté	
  sur	
  l’île	
  d’Avalon	
  pour	
  y	
  être	
  guéri	
  »,	
  §178.	
  Son	
  épée	
  Caliburn	
  avait	
  
été	
  forgée	
  au	
  même	
  endroit,	
  §147.	
  	
  
–  Vie	
  de	
  Merlin	
  (1149-­‐1151)	
  :	
  l’île	
  aux	
  Pommes	
  ou	
  île	
  Fortunée	
  que	
  neuf	
  
sœurs	
  gouvernent.	
  L’aînée,	
  Morgane	
  examine	
  aden0vement	
  sa	
  plaie	
  et	
  lui	
  
promet,	
  grâce	
  à	
  ses	
  herbes,	
  la	
  guérison,	
  pourvu	
  qu’il	
  reste	
  longtemps	
  sur	
  
l’île	
  et	
  qu’il	
  accepte	
  ses	
  remèdes.	
  	
  
•  	
  Le	
  Normand	
  Wace,	
  Roman	
  de	
  Brut	
  (1155),	
  en	
  français	
  :	
  
«	
  Arthur	
  est	
  encore	
  à	
  Avalon,	
  mais	
  les	
  Bretons	
  
l’adendent,	
  comme	
  ils	
  le	
  disent	
  et	
  ils	
  le	
  croient	
  ;	
  il	
  en	
  
reviendra	
  et	
  il	
  pourra	
  encore	
  vivre.	
  »	
  	
  	
  
•  L’Anglo-­‐Saxon	
  Guillaume	
  de	
  Newburgh	
  (1136-­‐1198),	
  
Histoire	
  des	
  affaires	
  anglaises	
  :	
  D’après	
  Geoffroi,	
  Arthur	
  
survit,	
  «	
  n’osant	
  pas	
  le	
  dire	
  mort	
  par	
  peur	
  de	
  ces	
  “brutes	
  
de	
  Bretons”	
  [Isidore	
  de	
  Séville]	
  qui	
  adendent	
  toujours	
  
son	
  retour	
  ».	
  	
  
•  Probléma0que	
  du	
  colloque:	
  «	
  Le	
  rapport	
  au	
  vivant	
  
n’est	
  pas	
  dénué	
  de	
  toute	
  dimension	
  imaginaire	
  et	
  
mythique.	
  »	
  Y	
  compris	
  de	
  nos	
  jours:	
  «	
  santé	
  
parfaite	
  »,	
  «	
  homme	
  bionique	
  »	
  à	
  la	
  longévité	
  
infinie…	
  
•  Le	
  Moyen	
  Âge,	
  d’autres	
  formes	
  de	
  percevoir	
  le	
  
vivant	
  (et	
  le	
  mort).	
  Peu	
  d’empirisme	
  (fausse	
  
accusa0on	
  portée	
  contre	
  Frédéric	
  II).	
  Reprise	
  
d’une	
  culture	
  orale	
  et	
  d’une	
  tradi0on	
  écrite.	
  
–  «	
  Pensée	
  sauvage	
  »	
  de	
  Claude	
  Lévi-­‐Strauss	
  ≠	
  
«	
  Mentalité	
  primi0ve	
  »	
  de	
  Lucien	
  Lévy-­‐Bruhl	
  
•  Nostalgie?	
  Non	
  pas,	
  même	
  si	
  certaines	
  dérives	
  de	
  
la	
  science	
  du	
  vivant	
  de	
  nos	
  sociétés	
  
«	
  hypertechnicisées	
  »	
  ont	
  de	
  quoi	
  inquiéter.	
  
	
  
«	
  Histoires	
  »,	
  thème	
  du	
  colloque	
  
•  Le	
  pourquoi	
  de	
  la	
  méthode	
  historique	
  
–  «	
  L’historien	
  sert	
  à	
  poser	
  des	
  problèmes	
  »,	
  Carlo	
  Ginzburg.	
  
–  «	
  Seule	
  la	
  théorie	
  décide	
  de	
  ce	
  qui	
  doit	
  être	
  observé	
  »,	
  
Albert	
  Einstein	
  
•  Histoire(s)	
  [History≠story]	
  et	
  récit	
  
–  «	
  On	
  peut	
  dire	
  que	
  la	
  fic0on	
  est	
  quasi-­‐historique,	
  tout	
  
autant	
  que	
  l’histoire	
  est	
  quasi-­‐fic0ve.	
  L’histoire	
  est	
  quasi-­‐
fic0ve	
  dès	
  lors	
  que	
  la	
  quasi-­‐présence	
  des	
  événements	
  
placés	
  “sous	
  les	
  yeux”	
  du	
  lecteur	
  par	
  un	
  récit	
  animé	
  
supplée,	
  par	
  son	
  intui0vité,	
  sa	
  vivacité,	
  au	
  caractère	
  élusif	
  
de	
  la	
  passéité	
  du	
  passé,	
  venant	
  raconter	
  les	
  événements	
  
comme	
  s’ils	
  s’étaient	
  produits	
  ainsi.	
  »,	
  Paul	
  Ricœur	
  
Sources	
  
d’inspira0on	
  
•  Dede	
  envers	
  l’école	
  
de	
  J.	
  Le	
  Goff	
  
(1924-­‐2014,	
  in	
  
memoriam)	
  à	
  l’EHESS:	
  
ses	
  propres	
  travaux	
  
sur	
  le	
  Purgatoire,	
  J.-­‐C.	
  
Schmid	
  et	
  revenants,	
  
J.	
  Baschet	
  sur	
  la	
  
dualité	
  âme-­‐corps.	
  
•  Vaste	
  bibliographie	
  
arthurienne.	
  
•  Plan	
  à	
  l’envers	
  (du	
  moins	
  pour	
  la	
  première	
  
par0e,	
  en	
  termes	
  de	
  «	
  progrès	
  »),	
  mais	
  les	
  
défini0ons	
  et	
  nos	
  représenta0ons	
  
contemporaines	
  viendront	
  ainsi	
  en	
  premier	
  pour	
  
la	
  clarté	
  de	
  l’exposé.	
  Trois	
  formes	
  de	
  savoir:	
  
– Théologie,	
  philosophie:	
  notre	
  percep0on	
  moderne,	
  
même	
  «	
  cartésienne	
  »,	
  en	
  est	
  condi0onnée.	
  	
  
– Mythe:	
  vieux	
  fond	
  païen,	
  préchré0en	
  
– Légende:	
  réinterpréta0on	
  chré0enne,	
  jusqu’à	
  nos	
  
jours.	
  
Théologie	
  
Exégèse	
  biblique	
  et	
  philosophie	
  scolas0que	
  
Connaissance	
  de	
  type	
  «	
  savant	
  »	
  
	
  
– En	
  la0n,	
  langue	
  cléricale	
  d’une	
  civilisa0on	
  
pres0gieuse	
  perdue;	
  de	
  la	
  Vulgate	
  et	
  de	
  la	
  liturgie	
  
aussi	
  
– 	
  Pensée	
  écrite	
  ou	
  prêchée	
  (parole	
  en	
  posi0on	
  
d’autorité)	
  
– Commentaire	
  de	
  la	
  Bible,	
  livre	
  révélé	
  
– Ou0ls	
  intellectuels	
  d’une	
  certaine	
  argumenta0on	
  
(fondée	
  sur	
  l’œuvre	
  logique	
  d’Aristote,	
  traduite	
  
par	
  Boèce).	
  
Vie	
  =	
  auto-­‐mo:on	
  =	
  anima:on	
  
Des	
  concepts	
  familiers,	
  	
  
usuels	
  dans	
  la	
  philosophie	
  occidentale	
  
•  Anima,	
  «	
  âme	
  »;	
  mort,	
  sépara0on	
  de	
  l’âme	
  et	
  du	
  
corps.	
  
•  Trois	
  sortes	
  d’âmes	
  ou	
  les	
  trois	
  niveaux	
  du	
  vivant:	
  
–  Âme	
  végéta0ve:	
  croître,	
  grandir,	
  se	
  reproduire.	
  
–  Âme	
  sensi0ve:	
  sen0r,	
  se	
  déplacer.	
  
–  Âme	
  ra0onnelle:	
  intelligence	
  et	
  volonté.	
  
•  Dans	
  l’aristotélisme,	
  qui	
  s’impose	
  au	
  XIIIe	
  s.,	
  l’âme	
  de	
  
l’homme	
  englobe	
  les	
  trois	
  autres	
  en	
  une	
  seule.	
  La	
  
connaissance	
  n’est	
  plus	
  celle	
  du	
  souvenir	
  platonicien,	
  
mais	
  elle	
  commence	
  par	
  l’âme	
  sensi0ve.	
  Dans	
  la	
  
scolas0que	
  la0ne	
  (≠	
  averroïsme),	
  l’âme	
  est	
  
individuelle.	
  
Exégèse	
  médiévale	
  d’un	
  texte	
  
fondateur:	
  Gn	
  2,7	
  
Dieu	
  insuffle	
  l’âme	
  
(enfant)	
  à	
  Adam:	
  
«	
  Yahweh	
  Dieu	
  
forma	
  l'homme	
  de	
  la	
  
poussière	
  du	
  sol,	
  et	
  il	
  
souffla	
  dans	
  ses	
  
narines	
  un	
  souffle	
  de	
  
vie,	
  et	
  l'homme	
  
devint	
  un	
  être	
  
vivant.	
  »	
   Mosaïque	
  de	
  la	
  Basilique	
  de	
  Saint-­‐
Marc	
  de	
  Venise	
  (XIIIe	
  siècle)	
  
La	
  descrip0on	
  
«	
  poé0que	
  »	
  ou	
  
«	
  métaphorique»	
  
d’Hildegarde	
  de	
  
Bingen	
  
	
  —	
  Inspira0on	
  
d’en	
  haut;	
  mise	
  en	
  
forme	
  masculine	
  
(tablede	
  de	
  cire	
  ≠	
  
version	
  sur	
  
parchemin)	
  
Livre	
  des	
  Œuvres	
  divines.	
  Biblioteca	
  statale,	
  Lucca	
  
(Toscane),	
  ms	
  1942,	
  fol	
  1v.	
  
«	
  Le	
  vent	
  vivant	
  qu’est	
  l’âme	
  entre	
  dans	
  l’embryon	
  
[...],	
  le	
  for0fie	
  et	
  se	
  répand	
  en	
  toutes	
  ses	
  par0es,	
  
comme	
  un	
  ver	
  qui	
  0sse	
  sa	
  soie	
  :	
  il	
  s’y	
  installe	
  et	
  s’y	
  
enferme	
  comme	
  dans	
  une	
  maison.	
  [...]	
  Il	
  emplit	
  de	
  
son	
  souffle	
  tout	
  cet	
  assemblage,	
  de	
  même	
  qu’une	
  
maison	
  tout	
  en0ère	
  est	
  illuminée	
  par	
  le	
  feu	
  qu’on	
  y	
  
fait	
  [...]	
  ;	
  l’âme	
  garde	
  la	
  chair,	
  grâce	
  au	
  flux	
  du	
  sang,	
  
dans	
  une	
  humidité	
  permanente,	
  de	
  même	
  que	
  les	
  
aliments,	
  grâce	
  au	
  feu,	
  cuisent	
  dans	
  la	
  marmite	
  ;	
  elle	
  
for0fie	
  les	
  os	
  et	
  les	
  fixe	
  dans	
  les	
  chairs,	
  de	
  façon	
  que	
  
ces	
  chairs	
  ne	
  s’effondrent	
  pas	
  :	
  tout	
  comme	
  un	
  
homme	
  bâ0t	
  sa	
  maison	
  avec	
  du	
  bois	
  pour	
  qu’elle	
  ne	
  
soit	
  pas	
  détruite	
  ».	
  
Hildegarde	
  de	
  Bingen,	
  Les	
  causes	
  et	
  les	
  remèdes,	
  
trad.	
  P.	
  Monat,	
  Paris,	
  Millon,	
  1997,	
  p.	
  81-­‐82.	
  
La	
  représenta0on	
  ternaire	
  	
  
(contre	
  les	
  dualismes	
  manichéens)	
  
•  «	
  Esprit,	
  âme,	
  corps	
  »,	
  I	
  Thes	
  5,	
  23.	
  Supériorité	
  de	
  
l’esprit	
  sur	
  l’âme:	
  «	
  C'est	
  pourquoi	
  il	
  est	
  écrit:	
  Le	
  
premier	
  homme,	
  Adam,	
  devint	
  une	
  âme	
  vivante.	
  Le	
  
dernier	
  Adam	
  est	
  devenu	
  un	
  esprit	
  vivifiant.	
  »,	
  1	
  Cor,	
  
15,	
  45.	
  
•  Trilogie	
  reprise	
  par	
  Augus0n	
  d’Hippone	
  (354-­‐430),	
  mais	
  
encore	
  au	
  XIIe	
  siècle	
  par	
  Hugues	
  de	
  Saint-­‐Victor.	
  	
  
–  L’âme	
  (anima,	
  ψυχή=	
  Nephesh, ַ‫ׁש‬ֶ‫פ‬ֶּ‫נ‬)	
  «	
  anime	
  »	
  le	
  corps	
  
des	
  animaux	
  et	
  des	
  hommes.	
  
–  L’esprit	
  (spiritus,	
  πνεῦμα),	
  appar0ent	
  à	
  l’homme	
  seul	
  qui	
  
peut	
  s’élever	
  par	
  lui	
  à	
  Dieu:	
  «	
  l’homme	
  spirituel	
  est	
  plus	
  
haut	
  que	
  l’homme	
  psychique	
  »	
  (I	
  Cor	
  15,	
  40-­‐50).	
  	
  
–  Le	
  corps	
  
Anima0on	
  et	
  hylémoprhisme:	
  	
  
deux	
  coprincipes	
  
«	
  Certains	
  ont	
  lu	
  dans	
  ce	
  texte	
  (Gn	
  2,	
  7)	
  que	
  le	
  corps	
  de	
  l’homme	
  
avait	
  été	
  formé	
  d’abord,	
  et	
  qu’ensuite,	
  à	
  ce	
  corps	
  déjà	
  formé,	
  Dieu	
  
avait	
  infusé	
  une	
  âme.	
  Mais	
  c’eût	
  été	
  contraire	
  à	
  la	
  perfec0on	
  de	
  la	
  
créa0on	
  ini0ale	
  des	
  choses,	
  si	
  Dieu	
  avait	
  fait	
  soit	
  le	
  corps	
  sans	
  l’âme,	
  
soit	
  l’âme	
  sans	
  le	
  corps,	
  puisque	
  l’un	
  et	
  l’autre	
  sont	
  une	
  par0e	
  de	
  la	
  
nature	
  humaine.	
  Et	
  cela	
  est	
  encore	
  plus	
  inexact	
  pour	
  le	
  corps,	
  qui	
  
dépend	
  de	
  l’âme,	
  que	
  pour	
  l’âme	
  elle-­‐même.	
  Aussi,	
  pour	
  exclure	
  
cede	
  interpréta0on,	
  certains	
  ont-­‐ils	
  soutenu	
  que	
  lorsque	
  le	
  texte	
  
dit	
  :	
  “Dieu	
  modela	
  l’homme”,	
  il	
  faut	
  entendre	
  la	
  produc0on	
  du	
  corps	
  
et	
  de	
  l’âme	
  tout	
  ensemble	
  [...].	
  Ainsi	
  donc,	
  par	
  “haleine	
  de	
  vie”	
  il	
  
faut	
  entendre	
  l’âme	
  ;	
  et	
  les	
  paroles	
  ;	
  “il	
  insuffla	
  sur	
  sa	
  face	
  une	
  
haleine	
  de	
  vie”	
  sont	
  comme	
  une	
  explica0on	
  de	
  ce	
  qui	
  précède,	
  car	
  
l’âme	
  est	
  la	
  forme	
  du	
  corps	
  »,	
  	
  
Thomas	
  d’Aquin,	
  Somme	
  théologique,	
  I,	
  91,	
  4.	
  
Créa:onisme	
  
Les	
  parents,	
  la	
  Trinité	
  
et	
  l’infusion	
  de	
  l’âme	
  
lors	
  de	
  la	
  concep0on	
  
de	
  l’enfant	
  (Paris,	
  
Bibliothèque	
  de	
  
l’Arsenal,	
  ms.	
  5206,	
  fol.	
  
174,	
  vers	
  1490).	
  
Triomphe	
  sur	
  la	
  
préexistence	
  de	
  l’âme	
  
(dans	
  le	
  plérôme)	
  ou	
  
sur	
  le	
  traducianisme	
  
(âme	
  dans	
  la	
  semence	
  
des	
  parents).	
  Augus0n	
  
admet	
  les	
  trois	
  thèses.	
  
La	
  mort	
  
L’âme	
  sort	
  du	
  corps	
  
(Leyde,	
  Bibliothèque	
  
Universitaire,	
  BPL	
  74,	
  
fol.	
  92,	
  Pèlerinage	
  de	
  
l’âme,	
  c.	
  1400-­‐1410).	
  
—	
  La	
  mort,	
  le	
  diable	
  et	
  
l’ange	
  autour	
  d’elle.	
  
Âme	
  au	
  paradis	
  
L’âme	
  sainte	
  de	
  Thomas	
  
d’Aquin	
  	
  élevée	
  jusqu’au	
  
ciel	
  par	
  saint	
  Pierre	
  et	
  
saint	
  Paul	
  (fresques	
  de	
  
l’église	
  Santa	
  Maria	
  in	
  
Piano	
  à	
  Loreto	
  Apru0no,	
  
Abruzzes,	
  vers	
  1420).	
  
Images	
  extraites	
  de	
  J.	
  
Baschet,	
  «	
  Âme	
  et	
  corps	
  
dans	
  l’Occident	
  
médiéval	
  :	
  une	
  dualité	
  
dynamique,	
  entre	
  
pluralité	
  et	
  dualisme	
  »,	
  
Archives	
  de	
  sciences	
  
sociales	
  des	
  religions,	
  
2000.	
  
«	
  Entrelacer	
  corps	
  et	
  âme	
  »	
  J.	
  Baschet	
  
La	
  résurrec0on	
  de	
  la	
  chair	
  au	
  
jugement	
  final	
  (Bourges)	
  
Conclusions	
  
•  Une	
  philosophie	
  élaborée	
  autour	
  de	
  la	
  dualité	
  et	
  
de	
  la	
  complémentarité	
  âme	
  et	
  corps.	
  L’âme	
  
supérieure	
  apporte	
  la	
  vie:	
  créée,	
  semi-­‐éternelle.	
  
•  La	
  mort	
  comme	
  sépara0on;	
  le	
  jugement	
  
par0culier	
  (de	
  l’âme)	
  et	
  le	
  jugement	
  final	
  (du	
  
corps	
  et	
  de	
  l’âme).	
  
•  Enfer,	
  purgatoire	
  (de	
  plus	
  en	
  plus	
  mis	
  en	
  avant	
  et	
  
«	
  spacialisé	
  »,	
  J.	
  Le	
  Goff),	
  ciel.	
  
•  Pas	
  de	
  place	
  au	
  monde	
  pour	
  l’âme	
  en	
  peine	
  ou	
  
pour	
  le	
  mort-­‐vivant?	
  C’est	
  aussi	
  complexe	
  et	
  
débadu	
  que	
  la	
  survie	
  d’Arthur	
  à	
  Avalon.	
  
Mythe	
  
Le	
  mort	
  en	
  double	
  du	
  vivant	
  et	
  
cohabitant	
  avec	
  lui	
  
Savoir	
  «	
  archétypal	
  »,	
  une	
  religion	
  
naturelle,	
  première	
  
•  Un	
  récit	
  offert	
  en	
  sacrifice	
  aux	
  dieux	
  pour	
  leur	
  
rappeler	
  leurs	
  exploits	
  et	
  obtenir	
  leurs	
  faveurs:	
  	
  
–  la	
  survie	
  d’Arth	
  («	
  ours	
  »),	
  gwr	
  («	
  homme	
  »)	
  et	
  les	
  cultes	
  
d’ursidés,	
  liés	
  à	
  la	
  fin	
  de	
  l’hiberna0on	
  et	
  au	
  retour	
  du	
  
printemps.	
  
•  Registre	
  non	
  pas	
  tant	
  de	
  l’argumenta0on	
  ou	
  de	
  la	
  
logique,	
  mais	
  de	
  la	
  narra0on,	
  des	
  «	
  histoires	
  »	
  sur	
  les	
  
vivants	
  et	
  les	
  morts.	
  
•  Un	
  système	
  cohérent	
  de	
  croyances	
  qui	
  se	
  perpétue	
  
au	
  Moyen	
  Âge	
  depuis	
  l’An0quité:	
  dans	
  les	
  marges	
  du	
  
chris0anisme	
  de	
  plus	
  en	
  plus	
  diffusé.	
  
Le	
  paganisme	
  romain	
  
•  Proximité	
  des	
  défunts	
  
– Lares:	
  divinités	
  domes0ques	
  d’origine	
  étrusque:	
  
ancêtres	
  déifiés	
  protégeant	
  le	
  foyer.	
  
– Lémures:	
  âmes	
  damnées	
  ayant	
  connu	
  une	
  fin	
  
tragique;	
  elles	
  hantent	
  les	
  vivants.	
  
•  L’Au-­‐delà	
  des	
  morts	
  
– Les	
  Enfers	
  avec	
  leurs	
  champs	
  Elysées	
  
«	
  mollement	
  »	
  paradisiaques;	
  la	
  catabase	
  très	
  
interpolée	
  de	
  l’Odyssée,	
  et	
  celle	
  de	
  l’Énéide.	
  
Les	
  plaques	
  peintes	
  de	
  Cerveteri	
  
(Louvre).	
  Génie	
  ailée	
  et	
  âme?	
  
La	
  survie	
  corporelle	
  du	
  guerrier	
  germanique	
  ou	
  
de	
  son	
  double	
  quasi-­‐physique	
  (draugar	
  )	
  	
  
≠	
  dualité	
  âme-­‐corps	
  chré:enne	
  
•  Asmund	
  se	
  fait	
  descendre	
  dans	
  la	
  tombe	
  de	
  
son	
  ami	
  Aswid,	
  qui	
  revient	
  toutes	
  les	
  nuits	
  à	
  la	
  
vie.	
  Il	
  a	
  dévoré	
  son	
  cheval	
  et	
  son	
  chien	
  et	
  il	
  
adaque	
  Asmund,	
  mangeant	
  son	
  oreille.	
  
Asmund	
  se	
  résout	
  à	
  lui	
  trancher	
  la	
  tête	
  et	
  à	
  lui	
  
planter	
  un	
  pieu	
  dans	
  le	
  corps	
  pour	
  
l’immobiliser.	
  
– Saxo	
  Gramma0cus	
  (1149-­‐1216),	
  Geste	
  des	
  Danois,	
  
éd.	
  Holder,	
  p.	
  162.	
  
Le	
  tombeau	
  de	
  Childéric	
  Ier	
  (457-­‐481)	
  
à	
  Tournai,	
  découvert	
  en	
  1653	
  
Les	
  300	
  abeilles	
  ou	
  cigales	
  du	
  manteau:	
  
métamorphose	
  et	
  immortalité	
  
Une	
  trentaine	
  de	
  chevaux	
  dans	
  les	
  
fosses	
  autour	
  
La	
  traversée	
  de	
  la	
  mer	
  ou	
  de	
  l’Au-­‐delà	
  
Bateau-­‐tombe	
  anglo-­‐
saxon	
  de	
  Sudon	
  Hoo	
  
(Suffolk):	
  chêne,	
  30	
  
m.,	
  début	
  VIIe	
  s.,	
  mis	
  
à	
  jour	
  en	
  1939.	
   	
  
	
   	
  	
  
Bouclier	
  et	
  heaume	
  de	
  Sudon	
  Hoo	
  
Recons0tu0on	
  
Retour	
  à	
  Avalon:	
  Immrama,	
  «	
  naviga0on	
  »	
  
•  L’Autre	
  Monde	
  cel0que,	
  pays	
  de	
  cocagne	
  situé	
  
au-­‐delà	
  des	
  mers,	
  qu’habitent	
  des	
  fées	
  aux	
  
pouvoirs	
  étendus	
  et	
  des	
  âmes	
  à	
  l’éternelle	
  
jeunesse,	
  suscep0bles	
  de	
  revenir	
  parmi	
  les	
  
mortels,	
  avec	
  lesquels	
  ils	
  n’ont	
  jamais	
  cessé	
  de	
  
communiquer.	
  On	
  y	
  trouve:	
  
–  Le	
  pommier	
  (aval,	
  apple)	
  nourrit	
  à	
  jamais	
  et	
  de	
  donner	
  
même	
  l’immortalité	
  
–  Le	
  forgeron,	
  fabriquant	
  les	
  armes	
  des	
  dieux	
  	
  
–  Le	
  chaudron	
  d’immoralité	
  
–  Des	
  prisonniers	
  (âmes	
  à	
  libérer;	
  à	
  faire	
  revenir	
  au	
  
monde	
  des	
  vivants;	
  la	
  mauvaise	
  fée	
  qui	
  les	
  re0ent)	
  
Bu'n	
  de	
  l’Autre	
  
Monde:	
  	
  
Preideu	
  Annwfyn	
  
Arthur	
  navigue	
  sur	
  Prydwenn	
  
pour	
  prendre	
  le	
  chaudron	
  
d’abondance,	
  dans	
  une	
  
forteresse,	
  carrée	
  et	
  en	
  
verre,	
  où	
  Gwair	
  est	
  
emprisonné.	
  Enigme	
  par	
  le	
  
por0er	
  et	
  lude	
  avec	
  6000	
  
guerriers.	
  Refrain:	
  «	
  Ils	
  
par0rent	
  sur	
  trois	
  bateaux,	
  
mais	
  seulement	
  sept	
  
survivants	
  revinrent.	
  »	
   60	
  vers,	
  moyen	
  gallois,	
  Livre	
  de	
  
Taliesin	
  (Aberystwyth,	
  NLW,	
  
Peniarth	
  MS	
  2,	
  1300-­‐1350)	
  
Le	
  registre	
  de	
  l’inquisiteur	
  Jacques	
  
Fournier	
  à	
  Montaillou	
  (1294-­‐1324)	
  
Persistance	
  des	
  croyances	
  païennes	
  	
  
– Les	
  armiers:	
  Arnaud	
  Gélis,	
  domes0que	
  d’un	
  
chanoine,	
  qui	
  rencontre	
  les	
  défunts	
  qui	
  lui	
  
demandent	
  des	
  messes;	
  une	
  défunte	
  le	
  charge	
  de	
  
réconcilier	
  sa	
  fille	
  et	
  son	
  gendre…	
  Chris0anisa0on.	
  
– Omniprésence	
  des	
  morts	
  qu’on	
  heurte	
  si	
  on	
  étend	
  
trop	
  brusquement	
  les	
  jambes	
  ou	
  les	
  pieds	
  en	
  
marchant.	
  
– Errance	
  des	
  revenants	
  proches	
  des	
  vivants,	
  propre	
  
au	
  «	
  folklore	
  horizontal	
  »	
  selon	
  Emmanuel	
  Le	
  Roy	
  
Ladurie,	
  par	
  opposi0on	
  à	
  la	
  «	
  ver0calité	
  »	
  de	
  la	
  
théologie.	
  
Survie	
  du	
  chamanisme?	
  
•  Une	
  cousine	
  d’Arnaud	
  
Gélis	
  part	
  régulièrement	
  
trois	
  ou	
  quatre	
  jours	
  chez	
  
les	
  morts	
  et	
  en	
  revient	
  
adristée	
  	
  
•  Modèle	
  chamanique	
  du	
  
voyage	
  astral	
  de	
  Carlo	
  
Ginzburg	
  et	
  BenandanP	
  
du	
  Frioul	
  au	
  XVIe	
  siècle,	
  
qui	
  ludent	
  contre	
  les	
  
sorciers	
  dans	
  leur	
  
sommeil	
  =	
  sabbat	
  des	
  
sorcières.	
  Grande	
  chasse	
  
de	
  l’époque	
  moderne.	
  
Conclusions	
  
•  Sur	
  le	
  plan	
  théorique,	
  incompa0bilité	
  avec	
  la	
  
théologie	
  chré0enne	
  (dualité	
  du	
  mort-­‐vivant	
  et	
  	
  
•  Pourtant,	
  no0on	
  de	
  «	
  Mythème	
  »	
  du	
  
structuralisme:	
  des	
  éléments	
  per0nents	
  d’un	
  
système	
  cohérent,	
  signifiant,	
  qui	
  perdent	
  sens	
  
séparés	
  de	
  celui-­‐ci.	
  
•  Des	
  «	
  mythèmes	
  »,	
  séparés,	
  ayant	
  perdu	
  leur	
  
sens,	
  du	
  moins	
  par0ellement,	
  mais	
  qui	
  survivent.	
  
Légende	
  
Hagiographie,	
  miracle,	
  exemplum	
  
A	
  la	
  confluence	
  de	
  la	
  théologie	
  la0ne	
  
et	
  du	
  mythe	
  oral,	
  païen	
  
•  Différence	
  :	
  «	
  Les	
  païens	
  prient	
  les	
  morts;	
  les	
  
chré0ens	
  prient	
  pour	
  les	
  morts	
  »,	
  Salomon	
  
Reinach.	
  
•  Le	
  savoir	
  de	
  la	
  légende:	
  un	
  amalgame.	
  
– Oralité	
  et	
  récit	
  en	
  vernaculaire	
  
– Ecriture	
  en	
  la0n	
  pour	
  être	
  lu:	
  le	
  gérondif	
  legenda	
  	
  
•  Aussi	
  bien	
  «	
  merveille	
  »	
  (mirabilia	
  et	
  défi	
  
naturel	
  de	
  l’ordre	
  du	
  monde)	
  que	
  «	
  miracle	
  »,	
  
voulu	
  par	
  Dieu.	
  
La	
  «	
  normalisa0on	
  »	
  ou	
  le	
  rejet	
  des	
  
morts	
  sauf	
  martyrs	
  et	
  saints	
  
•  As-­‐tu	
  mangé	
  des	
  idolothytes	
  [viandes	
  offertes	
  aux	
  idoles],	
  
c’est-­‐à-­‐dire	
  les	
  offrandes	
  qui	
  sont	
  faites	
  en	
  certains	
  lieux	
  près	
  
des	
  sépultures	
  des	
  morts,	
  ou	
  près	
  des	
  sources,	
  des	
  arbres,	
  des	
  
pierres	
  ou	
  aux	
  croisées	
  des	
  chemins;	
  as-­‐tu	
  amoncelé	
  des	
  
pierres,	
  ou	
  placé	
  des	
  rubans	
  de	
  coiffure	
  auprès	
  des	
  croix	
  
érigées	
  à	
  la	
  croisée	
  des	
  chemins?	
  «	
  As-­‐tu	
  fait	
  ou	
  as-­‐tu	
  
consen0	
  à	
  ces	
  vanités	
  que	
  des	
  femmes	
  stupides	
  ont	
  
l’habitude	
  de	
  faire:	
  pendant	
  que	
  le	
  cadavre	
  d’un	
  homme	
  mort	
  
se	
  trouve	
  encore	
  à	
  la	
  maison,	
  elles	
  courent	
  chercher	
  de	
  l’eau;	
  
elles	
  apportent	
  en	
  silence	
  un	
  récipient	
  d’eau	
  et	
  au	
  moment	
  
où	
  l’on	
  soulève	
  le	
  cadavre,	
  elles	
  répandent	
  l’eau	
  sous	
  le	
  
brancard;	
  et	
  pendant	
  que	
  l’on	
  porte	
  le	
  défunt	
  hors	
  de	
  la	
  
maison,	
  elles	
  observent	
  à	
  ce	
  qu’on	
  ne	
  le	
  soulève	
  pas	
  plus	
  haut	
  
que	
  la	
  hauteur	
  des	
  genoux;	
  et	
  elles	
  font	
  ceci	
  pour	
  une	
  
guérison?	
  »,	
  Burchard	
  de	
  Worms,	
  PénitenPel,	
  c.	
  1000	
  
Le	
  retour	
  d’un	
  damné	
  vénéré	
  par	
  erreur,	
  	
  
d’après	
  Sulpice	
  Sévère	
  (c.	
  397)	
  
«	
  L’évêque	
  Mar0n	
  de	
  Tours	
  s’y	
  rendit,	
  et,	
  se	
  tenant	
  sur	
  le	
  
sépulcre.	
  Il	
  pria	
  le	
  Seigneur	
  de	
  lui	
  faire	
  connaître	
  quel	
  
homme	
  avait	
  été	
  enterré	
  dans	
  ce	
  lieu,	
  et	
  quels	
  pouvaient	
  
être	
  ses	
  mérites.	
  Alors	
  il	
  voit	
  se	
  dresser	
  à	
  sa	
  gauche	
  un	
  
spectre	
  affreux	
  et	
  terrible.	
  Mar0n	
  lui	
  ordonne	
  de	
  déclarer	
  
qui	
  il	
  est	
  et	
  quels	
  sont	
  ses	
  mérites	
  devant	
  le	
  Seigneur	
  :	
  le	
  
spectre	
  se	
  nomme,	
  avoue	
  ses	
  crimes,	
  dit	
  qu’il	
  est	
  un	
  voleur,	
  
mis	
  à	
  mort	
  pour	
  ses	
  forfaits	
  et	
  honoré	
  par	
  une	
  erreur	
  
populaire	
  ;	
  qu’il	
  n’a	
  rien	
  de	
  commun	
  avec	
  les	
  martyrs,	
  qui	
  
sont	
  dans	
  la	
  gloire,	
  tandis	
  qu’il	
  est	
  dans	
  les	
  tourments.	
  Ceux	
  
qui	
  étaient	
  présents	
  entendirent	
  cede	
  voix	
  étrange	
  sans	
  
voir	
  personne.	
  »	
  On	
  détruit	
  son	
  autel.	
  
	
  —	
  «	
  Image	
  du	
  corps	
  »	
  selon	
  Augus0n	
  d’Hippone,	
  
«	
  ombre	
  »	
  ou	
  «	
  spectre	
  »	
  selon	
  Sulpice.	
  Pas	
  l’âme	
  à	
  
proprement	
  parler,	
  mais	
  son	
  reflet	
  voulu	
  par	
  Dieu.	
  
•  Nécromancie	
  =>	
  
Nigromancie.	
  Saül,	
  
Samuel	
  et	
  sorcière	
  
d’Endor	
  (I	
  Rois	
  28)	
  :	
  
diabolisa0on.	
  	
  
ü  Bible	
  historiale	
  de	
  
Guyart	
  des	
  Moulins,	
  
Morgan	
  Library,	
  ms	
  
394,	
  f.	
  82v	
  (1400-­‐1425)	
  
Mais	
  souplesse:	
  pas	
  
toujours	
  de	
  
«	
  diabolisa0on	
  »	
  :	
  
Samuel	
  en	
  spectre	
  ou	
  
«	
  fantôme	
  »:	
  le	
  drap	
  
blanc	
  (suaire)	
  qui	
  
deviendra	
  
transparence	
  
spectrale	
  jusqu’aux	
  
représenta0ons	
  
contemporaines.	
  
Kayserchronik,	
  
1375-­‐1380,	
  Morgan	
  
Library	
  
La	
  Mesnie	
  Hellequin	
  (Heer,	
  «	
  armée	
  »,	
  Thing,	
  
«	
  assemblée	
  »)	
  selon	
  Orderic	
  Vital	
  (1075-­‐1142)	
  
•  Vision	
  de	
  Walchelin,	
  prêtre	
  de	
  Bonneval,	
  la	
  nuit	
  
du	
  1er	
  janvier	
  1091	
  [sols0ce,	
  crépuscule,	
  mais	
  
état	
  de	
  veille	
  du	
  passeur	
  ou	
  médiateur].	
  
•  L’armée	
  d’âmes	
  damnées,	
  marchant	
  selon	
  le	
  
schéma	
  des	
  trois	
  ordres	
  (péchés	
  professionnels,	
  
sermones	
  ad	
  status).	
  	
  
•  Impossibilité	
  de	
  descendre	
  de	
  cheval,	
  dont	
  les	
  
selles	
  sont	
  atrocement	
  brûlantes	
  et	
  d’autres	
  
tourments.	
  [Cheval	
  et	
  cauchemar].	
  
•  Demandes	
  de	
  suffrages.	
  
La	
  condamna0on	
  du	
  tournoi	
  par	
  
l’exemplum	
  
«	
  Cede	
  même	
  année	
  1223,	
  un	
  prêtre	
  d’Hesbaye,	
  qui	
  voyageait	
  la	
  nuit	
  
d’un	
  village	
  à	
  un	
  autre,	
  a	
  vu,	
  au	
  crépuscule,	
  dans	
  un	
  champ	
  près	
  du	
  
château	
  du	
  comte	
  de	
  Looz,	
  un	
  immense	
  tournoi	
  de	
  morts	
  qui	
  
appelaient	
  fortement	
  :	
  «	
  Sire	
  Gau0er	
  de	
  Milene,	
  Sire	
  Gau0er	
  de	
  
Milene	
  !	
  »	
  Ce	
  Gau0er,	
  renommé	
  en	
  chevalerie,	
  venait	
  à	
  peine	
  de	
  
mourir.	
  Le	
  prêtre	
  ayant	
  compris	
  que	
  ces	
  morts	
  avaient	
  par0cipé	
  aux	
  
foires	
  détestables	
  de	
  chevaliers,	
  il	
  se	
  protégea	
  en	
  traçant	
  un	
  cercle	
  
autour	
  de	
  lui.	
  La	
  vision	
  cessait,	
  puis	
  revenait,	
  et	
  il	
  fit	
  de	
  même,	
  
souffrant	
  jusqu’à	
  l’aube.	
  Ces	
  deux	
  visions	
  m’ont	
  été	
  racontés	
  par	
  
Wigier,	
  moine	
  de	
  Villiers.	
  »	
  Césaire	
  de	
  Heisterbach	
  (1180-­‐1240),	
  
Dialogue	
  autour	
  des	
  miracles,	
  	
  XII,	
  17.	
  
–  Nundinæ	
  execrabiles,	
  repris	
  de	
  la	
  condamna0on	
  du	
  concile	
  de	
  
Clermont	
  de	
  1130	
  selon	
  le	
  Digeste	
  de	
  Gra0en.	
  
–  La	
  vision	
  précédente	
  parle	
  d’un	
  tournoi	
  de	
  démons	
  au	
  lieu	
  où	
  un	
  autre	
  
chevalier	
  a	
  été	
  tué.	
  
–  Le	
  cercle	
  iden0que	
  dans	
  le	
  procès	
  de	
  Gilles	
  de	
  Rais	
  (1440).	
  
Le	
  tournoi	
  du	
  Perlesvaus	
  (l.	
  5071-­‐5088),	
  
roman	
  arthurien	
  «	
  chré0en	
  »	
  
Des	
  âmes	
  en	
  peine	
  de	
  ceux	
  qui	
  ont	
  été	
  tués	
  au	
  
combat	
  sans	
  avoir	
  pu	
  se	
  repen0r.	
  Elles	
  prennent	
  
l’apparence	
  de	
  guerriers	
  noirs	
  qui	
  se	
  badent	
  
entre	
  eux	
  avec	
  leurs	
  glaives	
  en	
  flammes.	
  Elles	
  se	
  
trouvent	
  aux	
  alentours	
  de	
  l’Aître	
  Périlleux	
  où,	
  en	
  
raison	
  de	
  sa	
  bénédic0on	
  par	
  saint	
  André,	
  elles	
  
ne	
  pourront	
  jamais	
  pénétrer	
  afin	
  de	
  s’y	
  reposer.	
  
La	
  mort	
  violente	
  leur	
  a	
  ainsi	
  fermé	
  les	
  portes	
  du	
  
paradis.	
  	
  
Arthur	
  chevauchant	
  un	
  bouc,	
  
cathédrale	
  d’Otrante,	
  Pouilles,	
  1165	
  
Dessin	
  avant	
  la	
  restaura0on	
  	
  
(absence	
  de	
  couronne)	
  
Arthur	
  à	
  Otrante:	
  	
  
diabolique	
  ou	
  chris0que?	
  
•  Nain	
  venu	
  des	
  
profondeurs	
  de	
  la	
  
terre?	
  
•  Âme	
  damnée	
  de	
  la	
  
chevauchée	
  
fantas0que,	
  de	
  la	
  
Mesnie	
  Hellequin?	
  
•  Christ	
  ludant	
  contre	
  le	
  
diable,	
  le	
  Chapalu?	
  
Même	
  ambiguïté	
  à	
  la	
  cathédrale	
  de	
  Modène	
  
(Emilie):	
  archivolte	
  du	
  portail	
  de	
  la	
  Pescheria	
  
(1100-­‐1150)	
  
L’adaque	
  de	
  la	
  forteresse	
  
Guenièvre	
  (Wingolee)	
  séquestrée	
  
Artus	
  de	
  Bretania	
  à	
  sa	
  rescousse	
  
Vie	
  de	
  saint	
  Gildas	
  (ca.	
  1130)	
  par	
  
Caradog,	
  moine	
  gallois	
  de	
  Llancarfan	
  
Il	
  la	
  rédige	
  au	
  
service	
  du	
  
monastère	
  anglais	
  
de	
  Glastonbury	
  
(Somerset,	
  sud-­‐
ouest	
  de	
  
l’Angleterre),	
  qui	
  
veut	
  a“rer	
  des	
  
pèlerins.	
  
Gildas	
  de	
  Rhuys	
  en	
  pacificateur	
  
•  Caradog	
  raconte	
  l’histoire	
  du	
  rapt	
  de	
  
Gwenhwyfar	
  par	
  Melwas,	
  roi	
  du	
  Somerset,	
  qui	
  
l’amène	
  à	
  Glastonbury	
  (dont	
  il	
  dit	
  
l’étymologie:	
  «	
  Ville	
  de	
  verre	
  »).	
  Glastonbury	
  
protégé	
  par	
  les	
  rivières	
  et	
  les	
  marécages.	
  
•  Arthur	
  l’assiège	
  et	
  Gildas	
  et	
  l’abbé	
  
s’interposent	
  et	
  parviennent	
  à	
  imposer	
  un	
  
accord	
  aux	
  belligérants	
  (Guenièvre	
  remise	
  à	
  
Arthur).	
  
Une	
  histoire	
  «	
  païenne	
  »	
  
•  Gwenhwyfar	
  («	
  Blanche	
  fée	
  »)	
  séquestrée	
  par	
  
Melwas	
  en	
  vers	
  cymriques	
  (tradi0on	
  orale?)	
  
•  Significa0on	
  proche	
  de	
  l’Immrama	
  (eau,	
  
verre).	
  
– 	
  Une	
  catabase?	
  Le	
  mari	
  qui	
  récupère	
  sa	
  femme	
  
des	
  profondeurs	
  de	
  la	
  terre	
  (Orphée	
  et	
  Eurycide).	
  	
  
– Un	
  mythe	
  des	
  origines	
  sur	
  les	
  saisons,	
  le	
  retour	
  de	
  
la	
  reverdie	
  après	
  que	
  la	
  végéta0on	
  a	
  été	
  anéan0e	
  
par	
  une	
  divinité	
  maléfique,	
  hivernale,	
  de	
  l’Autre-­‐
Monde	
  
La	
  tombe	
  d’Arthur	
  à	
  Glastonbury	
  
•  Elle	
  est	
  «	
  inventé	
  »,	
  
au	
  sens	
  médiéval	
  
du	
  terme,	
  en	
  1191	
  
(un	
  monastère	
  
coutumier	
  du	
  fait:	
  
même	
  reliques	
  de	
  
Patrick)	
  
–  Fin	
  de	
  l’«	
  espoir	
  
breton	
  »,	
  gênant	
  
théologiquement	
  
pour	
  le	
  clergé.	
  
L’intérêt	
  poli0que	
  des	
  rois	
  angevins	
  
d’Angleterre	
  
•  «	
  Les	
  Gallois	
  se	
  sont	
  bien	
  vengés.	
  Ils	
  ont	
  
massacré	
  beaucoup	
  de	
  nos	
  Français.	
  Ils	
  ont	
  
pris	
  quelques-­‐uns	
  de	
  nos	
  châteaux.	
  C’est	
  avec	
  
fierté	
  qu’ils	
  nous	
  ont	
  menacés.	
  Ils	
  disent	
  
partout	
  ouvertement	
  qu’à	
  la	
  fin	
  ils	
  
posséderont	
  tout.	
  C’est	
  grâce	
  à	
  Arthur	
  qu’ils	
  
reprendront	
  tout	
  le	
  territoire	
  et	
  qu’ils	
  
l’appelleront	
  Bretagne	
  à	
  nouveau.	
  »	
  	
  	
  
– DescripPon	
  d’Angleterre	
  (vers	
  1140)	
  
Avatars	
  courtoises	
  de	
  l’histoire:	
  	
  
les	
  amours	
  consen0es	
  de	
  	
  
Guenièvre	
  pour	
  Lancelot	
  
Le	
  premier	
  baiser	
  
(Lancelot	
  du	
  Lac,	
  Ms	
  
Fr	
  118),	
  1400-­‐1415	
  
Le	
  Pont	
  de	
  l’épée	
  
Lancelot	
  le	
  traverse	
  
pour	
  libérer	
  
Guenièvre	
  et	
  les	
  
autres	
  cap0fs	
  de	
  
Maleageant	
  
(Melwas).	
  
BNF,	
  fr	
  115,	
  f.	
  367v	
  
Ses	
  plaies	
  aux	
  mains	
  
et	
  aux	
  pieds	
  et	
  aux	
  
genoux	
  sont	
  
pansées	
  par	
  
l’onguent	
  des	
  trois	
  
Maries,	
  Chré0en	
  
de	
  Troyes,	
  Les	
  
Chevalier	
  de	
  la	
  
charree,	
  v.	
  3112.	
  
Le	
  Pont	
  de	
  l’épée	
  et	
  la	
  prédica0on:	
  	
  
la	
  mort	
  de	
  la	
  martyre	
  
•  Sermon	
  du	
  XIIIe	
  
siècle	
  sur	
  le	
  
martyre	
  de	
  
sainte	
  Agnès:	
  
«	
  Ce	
  fut	
  Agnès	
  
qui	
  traversa	
  le	
  
Pont	
  de	
  l’Epée	
  
avec	
  Lancelot	
  du	
  
Lac	
  »,	
  cité	
  par	
  
Zink,	
  La	
  
PrédicaPon…,	
  p.	
  
378.	
  
Sculpture	
  de	
  l’église	
  Saint-­‐Pierre	
  de	
  Caen,	
  
XIIIe	
  s.	
  
Conclusions	
  
•  Les	
  mul0ples	
  u0lisa0ons	
  d’une	
  histoire	
  entre	
  le	
  
paganisme,	
  la	
  courtoisie	
  et	
  le	
  chris0anisme	
  
–  Le	
  rapt	
  de	
  la	
  fée	
  blanche	
  libérée	
  par	
  la	
  catabase	
  de	
  
l’homme	
  ours:	
  un	
  mythe	
  de	
  l’éternel	
  retour	
  de	
  la	
  
végéta0on	
  au	
  printemps.	
  
–  L’histoire	
  est	
  associée	
  aux	
  guerres	
  pour	
  les	
  femmes,	
  
détentrices	
  de	
  la	
  souveraineté,	
  et	
  à	
  leur	
  rapt	
  chez	
  les	
  
celtes	
  à	
  tendance	
  matrilinéaire.	
  
–  L’histoire	
  «	
  courtoise	
  »,	
  autour	
  de	
  la	
  fin’amour	
  de	
  
Lancelot	
  et	
  Guenièvre	
  
–  L’exemplum	
  chré0en	
  de	
  la	
  martyre	
  Agnès	
  mourant	
  
pour	
  sa	
  foi	
  et	
  pour	
  le	
  salut	
  des	
  âmes.	
  
Conclusion	
  générale	
  
•  Je	
  n’oserais	
  pas	
  m’aventurer	
  dans	
  l’analyse	
  
sociologique	
  du	
  succès	
  des	
  morts	
  vivants	
  dans	
  la	
  
fic0on	
  actuelle.	
  
•  Les	
  avatars	
  de	
  la	
  Mesnie	
  Hellequin	
  =>	
  Armée	
  des	
  
morts	
  de	
  Tolkien	
  
Le	
  Hollandais	
  volant	
  de	
  Wagner	
  aux	
  Pirates	
  des	
  
Caraïbes,	
  en	
  passant	
  par	
  Pandora	
  
Ra0onalité	
  contemporaine?	
  
•  Un	
  polard	
  
récent	
  où	
  
l’assassin	
  profite	
  
de	
  la	
  crédulité	
  
générale	
  de	
  son	
  
village	
  en	
  la	
  
Mesnie	
  
Hellequin	
  pour	
  
sévir.	
  
Plaidoyer	
  pro	
  domo	
  au	
  terme	
  d’un	
  parcours	
  
broyant	
  les	
  fron:ères	
  entre	
  le	
  vivant	
  et	
  le	
  mort	
  
•  Quand	
  ils	
  écoutent	
  une	
  histoire,	
  la	
  plupart	
  des	
  
médiévaux	
  savent	
  parfaitement	
  faire	
  la	
  
différence	
  entre	
  
– Le	
  contrat	
  référen0el	
  de	
  l’historien	
  au	
  sens	
  
posi0viste	
  du	
  terme	
  
– Le	
  contrat	
  fic0onnel	
  du	
  conteur	
  ou	
  romancier	
  
Ne	
  tut	
  mençunge,	
  ne	
  tut	
  veir,	
  	
  
Tut	
  folie	
  ne	
  tut	
  saveir	
  
•  «	
  Je	
  vous	
  parle	
  d’une	
  longue	
  période	
  de	
  paix	
  :	
  je	
  
ne	
  sais	
  pas	
  si	
  vous	
  en	
  avez	
  entendu	
  parler.	
  C’est	
  
là	
  que	
  furent	
  prouvées	
  les	
  merveilles	
  et	
  trouvées	
  
les	
  aventures,	
  si	
  souvent	
  racontées	
  d’Arthur,	
  
qu’elles	
  ont	
  été	
  tournées	
  en	
  fables	
  :	
  tout	
  n’est	
  ni	
  
mensonge,	
  ni	
  vérité,	
  ni	
  folie,	
  ni	
  savoir.	
  Les	
  
narrateurs	
  les	
  ont	
  tellement	
  racontées	
  et	
  les	
  
conteurs	
  en	
  ont	
  fait	
  tant	
  des	
  fables	
  pour	
  embellir	
  
les	
  contes,	
  que	
  tout	
  semble	
  désormais	
  de	
  la	
  
fable.	
  »	
  
–  Wace,	
  Roman	
  de	
  Brut.	
  
•  Les	
  médiévaux	
  savent	
  faire	
  la	
  différence	
  entre	
  
le	
  vivant	
  et	
  le	
  mort,	
  entre	
  l’Histoire	
  (history)	
  et	
  
les	
  histoires	
  (histories).	
  
•  Veulent-­‐ils	
  l’accepter?	
  Ils	
  considèrent	
  
assurément	
  qu’une	
  ra0onalité	
  excessive	
  
appauvrit	
  la	
  percep0on	
  du	
  réel,	
  qui	
  con0ent	
  
toujours	
  une	
  part	
  insaisissable	
  de	
  mystère.	
  

Contenu connexe

Similaire à Les vivants et les morts dans la civilisation médiévale Martin Aurell

Diaporama renaissance-humanisme
Diaporama renaissance-humanismeDiaporama renaissance-humanisme
Diaporama renaissance-humanismeDuretC
 
La nature mythique du Graal dans 'Le Conte du Graal' de Chrétien de Troyes.pdf
La nature mythique du Graal dans 'Le Conte du Graal' de Chrétien de Troyes.pdfLa nature mythique du Graal dans 'Le Conte du Graal' de Chrétien de Troyes.pdf
La nature mythique du Graal dans 'Le Conte du Graal' de Chrétien de Troyes.pdfUniversidad Complutense de Madrid
 
Mythe et transcendance dans la littérature française du xxe siècle
Mythe et transcendance dans la littérature française du xxe siècleMythe et transcendance dans la littérature française du xxe siècle
Mythe et transcendance dans la littérature française du xxe siècleUniversidad Complutense de Madrid
 
Apollonius de tyane le nuctemeron
Apollonius de tyane le nuctemeronApollonius de tyane le nuctemeron
Apollonius de tyane le nuctemeronBlair Crash
 
Webinaire 3 - Les Libertins
Webinaire 3 - Les LibertinsWebinaire 3 - Les Libertins
Webinaire 3 - Les LibertinsDavid CORDINA
 
Tè Ra : Quand l’Histoire dépasse la fiction
Tè Ra : Quand l’Histoire dépasse la fictionTè Ra : Quand l’Histoire dépasse la fiction
Tè Ra : Quand l’Histoire dépasse la fictionHervé Cariou
 
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdfSAILLYLaurent
 
Crise Comenius - Expressions latines
Crise Comenius - Expressions latinesCrise Comenius - Expressions latines
Crise Comenius - Expressions latinesSimone Petrucci
 
Une petite histoire du théâtre [enregistrement automatique]
Une petite histoire du théâtre [enregistrement automatique]Une petite histoire du théâtre [enregistrement automatique]
Une petite histoire du théâtre [enregistrement automatique]Jeff Laroumagne
 
ppt_Leonard_de_Vinci_corr1.ppt
ppt_Leonard_de_Vinci_corr1.pptppt_Leonard_de_Vinci_corr1.ppt
ppt_Leonard_de_Vinci_corr1.pptYann Lefebvre
 
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978Francis Batt
 
Grenouilles et crapauds dans la peinture occidentale
Grenouilles et crapauds dans la peinture occidentaleGrenouilles et crapauds dans la peinture occidentale
Grenouilles et crapauds dans la peinture occidentaleguimera
 
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUSTBEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUSTEditions La Dondaine
 

Similaire à Les vivants et les morts dans la civilisation médiévale Martin Aurell (20)

Diaporama renaissance-humanisme
Diaporama renaissance-humanismeDiaporama renaissance-humanisme
Diaporama renaissance-humanisme
 
La nature mythique du Graal dans 'Le Conte du Graal' de Chrétien de Troyes.pdf
La nature mythique du Graal dans 'Le Conte du Graal' de Chrétien de Troyes.pdfLa nature mythique du Graal dans 'Le Conte du Graal' de Chrétien de Troyes.pdf
La nature mythique du Graal dans 'Le Conte du Graal' de Chrétien de Troyes.pdf
 
Mythe et transcendance dans la littérature française du xxe siècle
Mythe et transcendance dans la littérature française du xxe siècleMythe et transcendance dans la littérature française du xxe siècle
Mythe et transcendance dans la littérature française du xxe siècle
 
Apollonius de tyane le nuctemeron
Apollonius de tyane le nuctemeronApollonius de tyane le nuctemeron
Apollonius de tyane le nuctemeron
 
Webinaire 3 - Les Libertins
Webinaire 3 - Les LibertinsWebinaire 3 - Les Libertins
Webinaire 3 - Les Libertins
 
Littérature et philosophie: le règne de Descartes
Littérature et philosophie: le règne de DescartesLittérature et philosophie: le règne de Descartes
Littérature et philosophie: le règne de Descartes
 
José Manuel Losada: Mythe et transcendance
José Manuel Losada: Mythe et transcendanceJosé Manuel Losada: Mythe et transcendance
José Manuel Losada: Mythe et transcendance
 
Tè Ra : Quand l’Histoire dépasse la fiction
Tè Ra : Quand l’Histoire dépasse la fictionTè Ra : Quand l’Histoire dépasse la fiction
Tè Ra : Quand l’Histoire dépasse la fiction
 
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
Chercheurs de sens. — 06. De 1600 à 1749
 
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
01. Les origines du christianisme [Lecture Confort].pdf
 
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
Chercheurs de sens. — 09. De 1876 à 1887
 
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
Chercheurs de sens. — 02. Préhistoire et antiquité jusqu’à J.-C.
 
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
Chercheurs de sens. — 08. De 1850 à 1875
 
Crise Comenius - Expressions latines
Crise Comenius - Expressions latinesCrise Comenius - Expressions latines
Crise Comenius - Expressions latines
 
Chercheurs de sens. — 04. De J.-C. à 1199
Chercheurs de sens. — 04. De J.-C. à 1199Chercheurs de sens. — 04. De J.-C. à 1199
Chercheurs de sens. — 04. De J.-C. à 1199
 
Une petite histoire du théâtre [enregistrement automatique]
Une petite histoire du théâtre [enregistrement automatique]Une petite histoire du théâtre [enregistrement automatique]
Une petite histoire du théâtre [enregistrement automatique]
 
ppt_Leonard_de_Vinci_corr1.ppt
ppt_Leonard_de_Vinci_corr1.pptppt_Leonard_de_Vinci_corr1.ppt
ppt_Leonard_de_Vinci_corr1.ppt
 
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
Maurice-Clavel-DEUX-SIECLES-CHEZ-LUCIFER-Paris-Seuil-1978
 
Grenouilles et crapauds dans la peinture occidentale
Grenouilles et crapauds dans la peinture occidentaleGrenouilles et crapauds dans la peinture occidentale
Grenouilles et crapauds dans la peinture occidentale
 
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUSTBEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
BEAUTY FOR THOSE WHO SERVE – SALVATION FOR THE JUST
 

Plus de Georges Bertin

la crise contemporaine de la culture
 la crise contemporaine de la culture la crise contemporaine de la culture
la crise contemporaine de la cultureGeorges Bertin
 
Apparitions disparitions
Apparitions disparitionsApparitions disparitions
Apparitions disparitionsGeorges Bertin
 
Société transculturelle et vivre ensemble
Société transculturelle et vivre ensembleSociété transculturelle et vivre ensemble
Société transculturelle et vivre ensembleGeorges Bertin
 
Sorcières et chamanes
Sorcières et chamanesSorcières et chamanes
Sorcières et chamanesGeorges Bertin
 
Le roi arthur et la société celtique
Le roi arthur et la société celtiqueLe roi arthur et la société celtique
Le roi arthur et la société celtiqueGeorges Bertin
 
Otr aujourdhui 2017 (2)
Otr aujourdhui 2017 (2)Otr aujourdhui 2017 (2)
Otr aujourdhui 2017 (2)Georges Bertin
 
Sorcières et chamanes
Sorcières et chamanesSorcières et chamanes
Sorcières et chamanesGeorges Bertin
 
La formation aujourd’hui(2)
La formation aujourd’hui(2)La formation aujourd’hui(2)
La formation aujourd’hui(2)Georges Bertin
 
Imaginaire et formation rabat 2010
Imaginaire et formation rabat 2010Imaginaire et formation rabat 2010
Imaginaire et formation rabat 2010Georges Bertin
 
Legende arthurienne et Brocéliande en marche
Legende arthurienne et Brocéliande en marcheLegende arthurienne et Brocéliande en marche
Legende arthurienne et Brocéliande en marcheGeorges Bertin
 
Les enfants du graal de Peter Berling présentation
Les enfants du graal de Peter Berling présentationLes enfants du graal de Peter Berling présentation
Les enfants du graal de Peter Berling présentationGeorges Bertin
 
Entre caverne et lumière, essai sur l'Imaginaire en loge de francs-maçons
Entre caverne et lumière, essai sur l'Imaginaire en loge de francs-maçonsEntre caverne et lumière, essai sur l'Imaginaire en loge de francs-maçons
Entre caverne et lumière, essai sur l'Imaginaire en loge de francs-maçonsGeorges Bertin
 
Animation, imaginaires et territoires
Animation, imaginaires et territoiresAnimation, imaginaires et territoires
Animation, imaginaires et territoiresGeorges Bertin
 
La culture carnavalesque et populaire chez Rabelais,
La culture carnavalesque et populaire chez Rabelais,La culture carnavalesque et populaire chez Rabelais,
La culture carnavalesque et populaire chez Rabelais,Georges Bertin
 
Les pédagogies à l’ère digitale entre legein et 2
Les pédagogies à l’ère digitale entre legein et 2Les pédagogies à l’ère digitale entre legein et 2
Les pédagogies à l’ère digitale entre legein et 2Georges Bertin
 
Imaginaire et communication
Imaginaire et communicationImaginaire et communication
Imaginaire et communicationGeorges Bertin
 

Plus de Georges Bertin (20)

la crise contemporaine de la culture
 la crise contemporaine de la culture la crise contemporaine de la culture
la crise contemporaine de la culture
 
Apparitions disparitions
Apparitions disparitionsApparitions disparitions
Apparitions disparitions
 
La légende du graal
La légende du graalLa légende du graal
La légende du graal
 
Société transculturelle et vivre ensemble
Société transculturelle et vivre ensembleSociété transculturelle et vivre ensemble
Société transculturelle et vivre ensemble
 
René Bansard
 René Bansard René Bansard
René Bansard
 
Sorcières et chamanes
Sorcières et chamanesSorcières et chamanes
Sorcières et chamanes
 
Le roi arthur et la société celtique
Le roi arthur et la société celtiqueLe roi arthur et la société celtique
Le roi arthur et la société celtique
 
Otr aujourdhui 2017 (2)
Otr aujourdhui 2017 (2)Otr aujourdhui 2017 (2)
Otr aujourdhui 2017 (2)
 
Sorcières et chamanes
Sorcières et chamanesSorcières et chamanes
Sorcières et chamanes
 
La formation aujourd’hui(2)
La formation aujourd’hui(2)La formation aujourd’hui(2)
La formation aujourd’hui(2)
 
Banniere cena arthur
Banniere cena arthurBanniere cena arthur
Banniere cena arthur
 
Imaginaire et formation rabat 2010
Imaginaire et formation rabat 2010Imaginaire et formation rabat 2010
Imaginaire et formation rabat 2010
 
Legende arthurienne et Brocéliande en marche
Legende arthurienne et Brocéliande en marcheLegende arthurienne et Brocéliande en marche
Legende arthurienne et Brocéliande en marche
 
Les enfants du graal de Peter Berling présentation
Les enfants du graal de Peter Berling présentationLes enfants du graal de Peter Berling présentation
Les enfants du graal de Peter Berling présentation
 
Entre caverne et lumière, essai sur l'Imaginaire en loge de francs-maçons
Entre caverne et lumière, essai sur l'Imaginaire en loge de francs-maçonsEntre caverne et lumière, essai sur l'Imaginaire en loge de francs-maçons
Entre caverne et lumière, essai sur l'Imaginaire en loge de francs-maçons
 
Animation, imaginaires et territoires
Animation, imaginaires et territoiresAnimation, imaginaires et territoires
Animation, imaginaires et territoires
 
Le mal absolu
Le mal absoluLe mal absolu
Le mal absolu
 
La culture carnavalesque et populaire chez Rabelais,
La culture carnavalesque et populaire chez Rabelais,La culture carnavalesque et populaire chez Rabelais,
La culture carnavalesque et populaire chez Rabelais,
 
Les pédagogies à l’ère digitale entre legein et 2
Les pédagogies à l’ère digitale entre legein et 2Les pédagogies à l’ère digitale entre legein et 2
Les pédagogies à l’ère digitale entre legein et 2
 
Imaginaire et communication
Imaginaire et communicationImaginaire et communication
Imaginaire et communication
 

Les vivants et les morts dans la civilisation médiévale Martin Aurell

  • 1. Les  vivants  et  les  morts   dans  la  civilisa0on  médiévale   Mar0n  Aurell   Université  de  Poi0ers  -­‐  CESCM  
  • 2. Dis0nc0on  floue  entre  les  vivants  et  les  morts:   un  tableau  pré-­‐raphaëlite;  la  con0nuité  du  thème     Avalon;  les  fées  aimantes;  le  Graal  et  l’ange  «  chré0en  »   James   Archer,  La   Mort   d’Arthur,   huile  sur   bois,  1860.   43,2  x  50,9   cm   Manchester   City   Galleries.  
  • 3. Le  débat  de  la  survie  d’Arthur  au  XIIe  s.   •  Geoffroi  de  Monmouth,  clerc  d’Oxford,  en  la0n:   –  Histoire  des  rois  de  Bretagne  (1136-­‐1137)  :  Prophé0e  de  Merlin  :  exitus  ejus   dubius  erit,  §112  ;  à  la  bataille  de  Camlan,  «  Arthur  est  blessé  à  mort  et   porté  sur  l’île  d’Avalon  pour  y  être  guéri  »,  §178.  Son  épée  Caliburn  avait   été  forgée  au  même  endroit,  §147.     –  Vie  de  Merlin  (1149-­‐1151)  :  l’île  aux  Pommes  ou  île  Fortunée  que  neuf   sœurs  gouvernent.  L’aînée,  Morgane  examine  aden0vement  sa  plaie  et  lui   promet,  grâce  à  ses  herbes,  la  guérison,  pourvu  qu’il  reste  longtemps  sur   l’île  et  qu’il  accepte  ses  remèdes.     •   Le  Normand  Wace,  Roman  de  Brut  (1155),  en  français  :   «  Arthur  est  encore  à  Avalon,  mais  les  Bretons   l’adendent,  comme  ils  le  disent  et  ils  le  croient  ;  il  en   reviendra  et  il  pourra  encore  vivre.  »       •  L’Anglo-­‐Saxon  Guillaume  de  Newburgh  (1136-­‐1198),   Histoire  des  affaires  anglaises  :  D’après  Geoffroi,  Arthur   survit,  «  n’osant  pas  le  dire  mort  par  peur  de  ces  “brutes   de  Bretons”  [Isidore  de  Séville]  qui  adendent  toujours   son  retour  ».    
  • 4. •  Probléma0que  du  colloque:  «  Le  rapport  au  vivant   n’est  pas  dénué  de  toute  dimension  imaginaire  et   mythique.  »  Y  compris  de  nos  jours:  «  santé   parfaite  »,  «  homme  bionique  »  à  la  longévité   infinie…   •  Le  Moyen  Âge,  d’autres  formes  de  percevoir  le   vivant  (et  le  mort).  Peu  d’empirisme  (fausse   accusa0on  portée  contre  Frédéric  II).  Reprise   d’une  culture  orale  et  d’une  tradi0on  écrite.   –  «  Pensée  sauvage  »  de  Claude  Lévi-­‐Strauss  ≠   «  Mentalité  primi0ve  »  de  Lucien  Lévy-­‐Bruhl   •  Nostalgie?  Non  pas,  même  si  certaines  dérives  de   la  science  du  vivant  de  nos  sociétés   «  hypertechnicisées  »  ont  de  quoi  inquiéter.    
  • 5. «  Histoires  »,  thème  du  colloque   •  Le  pourquoi  de  la  méthode  historique   –  «  L’historien  sert  à  poser  des  problèmes  »,  Carlo  Ginzburg.   –  «  Seule  la  théorie  décide  de  ce  qui  doit  être  observé  »,   Albert  Einstein   •  Histoire(s)  [History≠story]  et  récit   –  «  On  peut  dire  que  la  fic0on  est  quasi-­‐historique,  tout   autant  que  l’histoire  est  quasi-­‐fic0ve.  L’histoire  est  quasi-­‐ fic0ve  dès  lors  que  la  quasi-­‐présence  des  événements   placés  “sous  les  yeux”  du  lecteur  par  un  récit  animé   supplée,  par  son  intui0vité,  sa  vivacité,  au  caractère  élusif   de  la  passéité  du  passé,  venant  raconter  les  événements   comme  s’ils  s’étaient  produits  ainsi.  »,  Paul  Ricœur  
  • 6. Sources   d’inspira0on   •  Dede  envers  l’école   de  J.  Le  Goff   (1924-­‐2014,  in   memoriam)  à  l’EHESS:   ses  propres  travaux   sur  le  Purgatoire,  J.-­‐C.   Schmid  et  revenants,   J.  Baschet  sur  la   dualité  âme-­‐corps.   •  Vaste  bibliographie   arthurienne.  
  • 7. •  Plan  à  l’envers  (du  moins  pour  la  première   par0e,  en  termes  de  «  progrès  »),  mais  les   défini0ons  et  nos  représenta0ons   contemporaines  viendront  ainsi  en  premier  pour   la  clarté  de  l’exposé.  Trois  formes  de  savoir:   – Théologie,  philosophie:  notre  percep0on  moderne,   même  «  cartésienne  »,  en  est  condi0onnée.     – Mythe:  vieux  fond  païen,  préchré0en   – Légende:  réinterpréta0on  chré0enne,  jusqu’à  nos   jours.  
  • 8. Théologie   Exégèse  biblique  et  philosophie  scolas0que  
  • 9. Connaissance  de  type  «  savant  »     – En  la0n,  langue  cléricale  d’une  civilisa0on   pres0gieuse  perdue;  de  la  Vulgate  et  de  la  liturgie   aussi   –   Pensée  écrite  ou  prêchée  (parole  en  posi0on   d’autorité)   – Commentaire  de  la  Bible,  livre  révélé   – Ou0ls  intellectuels  d’une  certaine  argumenta0on   (fondée  sur  l’œuvre  logique  d’Aristote,  traduite   par  Boèce).  
  • 10. Vie  =  auto-­‐mo:on  =  anima:on   Des  concepts  familiers,     usuels  dans  la  philosophie  occidentale   •  Anima,  «  âme  »;  mort,  sépara0on  de  l’âme  et  du   corps.   •  Trois  sortes  d’âmes  ou  les  trois  niveaux  du  vivant:   –  Âme  végéta0ve:  croître,  grandir,  se  reproduire.   –  Âme  sensi0ve:  sen0r,  se  déplacer.   –  Âme  ra0onnelle:  intelligence  et  volonté.   •  Dans  l’aristotélisme,  qui  s’impose  au  XIIIe  s.,  l’âme  de   l’homme  englobe  les  trois  autres  en  une  seule.  La   connaissance  n’est  plus  celle  du  souvenir  platonicien,   mais  elle  commence  par  l’âme  sensi0ve.  Dans  la   scolas0que  la0ne  (≠  averroïsme),  l’âme  est   individuelle.  
  • 11. Exégèse  médiévale  d’un  texte   fondateur:  Gn  2,7   Dieu  insuffle  l’âme   (enfant)  à  Adam:   «  Yahweh  Dieu   forma  l'homme  de  la   poussière  du  sol,  et  il   souffla  dans  ses   narines  un  souffle  de   vie,  et  l'homme   devint  un  être   vivant.  »   Mosaïque  de  la  Basilique  de  Saint-­‐ Marc  de  Venise  (XIIIe  siècle)  
  • 12. La  descrip0on   «  poé0que  »  ou   «  métaphorique»   d’Hildegarde  de   Bingen    —  Inspira0on   d’en  haut;  mise  en   forme  masculine   (tablede  de  cire  ≠   version  sur   parchemin)   Livre  des  Œuvres  divines.  Biblioteca  statale,  Lucca   (Toscane),  ms  1942,  fol  1v.  
  • 13. «  Le  vent  vivant  qu’est  l’âme  entre  dans  l’embryon   [...],  le  for0fie  et  se  répand  en  toutes  ses  par0es,   comme  un  ver  qui  0sse  sa  soie  :  il  s’y  installe  et  s’y   enferme  comme  dans  une  maison.  [...]  Il  emplit  de   son  souffle  tout  cet  assemblage,  de  même  qu’une   maison  tout  en0ère  est  illuminée  par  le  feu  qu’on  y   fait  [...]  ;  l’âme  garde  la  chair,  grâce  au  flux  du  sang,   dans  une  humidité  permanente,  de  même  que  les   aliments,  grâce  au  feu,  cuisent  dans  la  marmite  ;  elle   for0fie  les  os  et  les  fixe  dans  les  chairs,  de  façon  que   ces  chairs  ne  s’effondrent  pas  :  tout  comme  un   homme  bâ0t  sa  maison  avec  du  bois  pour  qu’elle  ne   soit  pas  détruite  ».   Hildegarde  de  Bingen,  Les  causes  et  les  remèdes,   trad.  P.  Monat,  Paris,  Millon,  1997,  p.  81-­‐82.  
  • 14. La  représenta0on  ternaire     (contre  les  dualismes  manichéens)   •  «  Esprit,  âme,  corps  »,  I  Thes  5,  23.  Supériorité  de   l’esprit  sur  l’âme:  «  C'est  pourquoi  il  est  écrit:  Le   premier  homme,  Adam,  devint  une  âme  vivante.  Le   dernier  Adam  est  devenu  un  esprit  vivifiant.  »,  1  Cor,   15,  45.   •  Trilogie  reprise  par  Augus0n  d’Hippone  (354-­‐430),  mais   encore  au  XIIe  siècle  par  Hugues  de  Saint-­‐Victor.     –  L’âme  (anima,  ψυχή=  Nephesh, ַ‫ׁש‬ֶ‫פ‬ֶּ‫נ‬)  «  anime  »  le  corps   des  animaux  et  des  hommes.   –  L’esprit  (spiritus,  πνεῦμα),  appar0ent  à  l’homme  seul  qui   peut  s’élever  par  lui  à  Dieu:  «  l’homme  spirituel  est  plus   haut  que  l’homme  psychique  »  (I  Cor  15,  40-­‐50).     –  Le  corps  
  • 15. Anima0on  et  hylémoprhisme:     deux  coprincipes   «  Certains  ont  lu  dans  ce  texte  (Gn  2,  7)  que  le  corps  de  l’homme   avait  été  formé  d’abord,  et  qu’ensuite,  à  ce  corps  déjà  formé,  Dieu   avait  infusé  une  âme.  Mais  c’eût  été  contraire  à  la  perfec0on  de  la   créa0on  ini0ale  des  choses,  si  Dieu  avait  fait  soit  le  corps  sans  l’âme,   soit  l’âme  sans  le  corps,  puisque  l’un  et  l’autre  sont  une  par0e  de  la   nature  humaine.  Et  cela  est  encore  plus  inexact  pour  le  corps,  qui   dépend  de  l’âme,  que  pour  l’âme  elle-­‐même.  Aussi,  pour  exclure   cede  interpréta0on,  certains  ont-­‐ils  soutenu  que  lorsque  le  texte   dit  :  “Dieu  modela  l’homme”,  il  faut  entendre  la  produc0on  du  corps   et  de  l’âme  tout  ensemble  [...].  Ainsi  donc,  par  “haleine  de  vie”  il   faut  entendre  l’âme  ;  et  les  paroles  ;  “il  insuffla  sur  sa  face  une   haleine  de  vie”  sont  comme  une  explica0on  de  ce  qui  précède,  car   l’âme  est  la  forme  du  corps  »,     Thomas  d’Aquin,  Somme  théologique,  I,  91,  4.  
  • 16. Créa:onisme   Les  parents,  la  Trinité   et  l’infusion  de  l’âme   lors  de  la  concep0on   de  l’enfant  (Paris,   Bibliothèque  de   l’Arsenal,  ms.  5206,  fol.   174,  vers  1490).   Triomphe  sur  la   préexistence  de  l’âme   (dans  le  plérôme)  ou   sur  le  traducianisme   (âme  dans  la  semence   des  parents).  Augus0n   admet  les  trois  thèses.  
  • 17. La  mort   L’âme  sort  du  corps   (Leyde,  Bibliothèque   Universitaire,  BPL  74,   fol.  92,  Pèlerinage  de   l’âme,  c.  1400-­‐1410).   —  La  mort,  le  diable  et   l’ange  autour  d’elle.  
  • 18. Âme  au  paradis   L’âme  sainte  de  Thomas   d’Aquin    élevée  jusqu’au   ciel  par  saint  Pierre  et   saint  Paul  (fresques  de   l’église  Santa  Maria  in   Piano  à  Loreto  Apru0no,   Abruzzes,  vers  1420).   Images  extraites  de  J.   Baschet,  «  Âme  et  corps   dans  l’Occident   médiéval  :  une  dualité   dynamique,  entre   pluralité  et  dualisme  »,   Archives  de  sciences   sociales  des  religions,   2000.  
  • 19. «  Entrelacer  corps  et  âme  »  J.  Baschet   La  résurrec0on  de  la  chair  au   jugement  final  (Bourges)  
  • 20. Conclusions   •  Une  philosophie  élaborée  autour  de  la  dualité  et   de  la  complémentarité  âme  et  corps.  L’âme   supérieure  apporte  la  vie:  créée,  semi-­‐éternelle.   •  La  mort  comme  sépara0on;  le  jugement   par0culier  (de  l’âme)  et  le  jugement  final  (du   corps  et  de  l’âme).   •  Enfer,  purgatoire  (de  plus  en  plus  mis  en  avant  et   «  spacialisé  »,  J.  Le  Goff),  ciel.   •  Pas  de  place  au  monde  pour  l’âme  en  peine  ou   pour  le  mort-­‐vivant?  C’est  aussi  complexe  et   débadu  que  la  survie  d’Arthur  à  Avalon.  
  • 21. Mythe   Le  mort  en  double  du  vivant  et   cohabitant  avec  lui  
  • 22. Savoir  «  archétypal  »,  une  religion   naturelle,  première   •  Un  récit  offert  en  sacrifice  aux  dieux  pour  leur   rappeler  leurs  exploits  et  obtenir  leurs  faveurs:     –  la  survie  d’Arth  («  ours  »),  gwr  («  homme  »)  et  les  cultes   d’ursidés,  liés  à  la  fin  de  l’hiberna0on  et  au  retour  du   printemps.   •  Registre  non  pas  tant  de  l’argumenta0on  ou  de  la   logique,  mais  de  la  narra0on,  des  «  histoires  »  sur  les   vivants  et  les  morts.   •  Un  système  cohérent  de  croyances  qui  se  perpétue   au  Moyen  Âge  depuis  l’An0quité:  dans  les  marges  du   chris0anisme  de  plus  en  plus  diffusé.  
  • 23. Le  paganisme  romain   •  Proximité  des  défunts   – Lares:  divinités  domes0ques  d’origine  étrusque:   ancêtres  déifiés  protégeant  le  foyer.   – Lémures:  âmes  damnées  ayant  connu  une  fin   tragique;  elles  hantent  les  vivants.   •  L’Au-­‐delà  des  morts   – Les  Enfers  avec  leurs  champs  Elysées   «  mollement  »  paradisiaques;  la  catabase  très   interpolée  de  l’Odyssée,  et  celle  de  l’Énéide.  
  • 24. Les  plaques  peintes  de  Cerveteri   (Louvre).  Génie  ailée  et  âme?  
  • 25. La  survie  corporelle  du  guerrier  germanique  ou   de  son  double  quasi-­‐physique  (draugar  )     ≠  dualité  âme-­‐corps  chré:enne   •  Asmund  se  fait  descendre  dans  la  tombe  de   son  ami  Aswid,  qui  revient  toutes  les  nuits  à  la   vie.  Il  a  dévoré  son  cheval  et  son  chien  et  il   adaque  Asmund,  mangeant  son  oreille.   Asmund  se  résout  à  lui  trancher  la  tête  et  à  lui   planter  un  pieu  dans  le  corps  pour   l’immobiliser.   – Saxo  Gramma0cus  (1149-­‐1216),  Geste  des  Danois,   éd.  Holder,  p.  162.  
  • 26. Le  tombeau  de  Childéric  Ier  (457-­‐481)   à  Tournai,  découvert  en  1653   Les  300  abeilles  ou  cigales  du  manteau:   métamorphose  et  immortalité  
  • 27. Une  trentaine  de  chevaux  dans  les   fosses  autour  
  • 28. La  traversée  de  la  mer  ou  de  l’Au-­‐delà   Bateau-­‐tombe  anglo-­‐ saxon  de  Sudon  Hoo   (Suffolk):  chêne,  30   m.,  début  VIIe  s.,  mis   à  jour  en  1939.          
  • 29. Bouclier  et  heaume  de  Sudon  Hoo  
  • 31. Retour  à  Avalon:  Immrama,  «  naviga0on  »   •  L’Autre  Monde  cel0que,  pays  de  cocagne  situé   au-­‐delà  des  mers,  qu’habitent  des  fées  aux   pouvoirs  étendus  et  des  âmes  à  l’éternelle   jeunesse,  suscep0bles  de  revenir  parmi  les   mortels,  avec  lesquels  ils  n’ont  jamais  cessé  de   communiquer.  On  y  trouve:   –  Le  pommier  (aval,  apple)  nourrit  à  jamais  et  de  donner   même  l’immortalité   –  Le  forgeron,  fabriquant  les  armes  des  dieux     –  Le  chaudron  d’immoralité   –  Des  prisonniers  (âmes  à  libérer;  à  faire  revenir  au   monde  des  vivants;  la  mauvaise  fée  qui  les  re0ent)  
  • 32. Bu'n  de  l’Autre   Monde:     Preideu  Annwfyn   Arthur  navigue  sur  Prydwenn   pour  prendre  le  chaudron   d’abondance,  dans  une   forteresse,  carrée  et  en   verre,  où  Gwair  est   emprisonné.  Enigme  par  le   por0er  et  lude  avec  6000   guerriers.  Refrain:  «  Ils   par0rent  sur  trois  bateaux,   mais  seulement  sept   survivants  revinrent.  »   60  vers,  moyen  gallois,  Livre  de   Taliesin  (Aberystwyth,  NLW,   Peniarth  MS  2,  1300-­‐1350)  
  • 33. Le  registre  de  l’inquisiteur  Jacques   Fournier  à  Montaillou  (1294-­‐1324)  
  • 34. Persistance  des  croyances  païennes     – Les  armiers:  Arnaud  Gélis,  domes0que  d’un   chanoine,  qui  rencontre  les  défunts  qui  lui   demandent  des  messes;  une  défunte  le  charge  de   réconcilier  sa  fille  et  son  gendre…  Chris0anisa0on.   – Omniprésence  des  morts  qu’on  heurte  si  on  étend   trop  brusquement  les  jambes  ou  les  pieds  en   marchant.   – Errance  des  revenants  proches  des  vivants,  propre   au  «  folklore  horizontal  »  selon  Emmanuel  Le  Roy   Ladurie,  par  opposi0on  à  la  «  ver0calité  »  de  la   théologie.  
  • 35. Survie  du  chamanisme?   •  Une  cousine  d’Arnaud   Gélis  part  régulièrement   trois  ou  quatre  jours  chez   les  morts  et  en  revient   adristée     •  Modèle  chamanique  du   voyage  astral  de  Carlo   Ginzburg  et  BenandanP   du  Frioul  au  XVIe  siècle,   qui  ludent  contre  les   sorciers  dans  leur   sommeil  =  sabbat  des   sorcières.  Grande  chasse   de  l’époque  moderne.  
  • 36. Conclusions   •  Sur  le  plan  théorique,  incompa0bilité  avec  la   théologie  chré0enne  (dualité  du  mort-­‐vivant  et     •  Pourtant,  no0on  de  «  Mythème  »  du   structuralisme:  des  éléments  per0nents  d’un   système  cohérent,  signifiant,  qui  perdent  sens   séparés  de  celui-­‐ci.   •  Des  «  mythèmes  »,  séparés,  ayant  perdu  leur   sens,  du  moins  par0ellement,  mais  qui  survivent.  
  • 38. A  la  confluence  de  la  théologie  la0ne   et  du  mythe  oral,  païen   •  Différence  :  «  Les  païens  prient  les  morts;  les   chré0ens  prient  pour  les  morts  »,  Salomon   Reinach.   •  Le  savoir  de  la  légende:  un  amalgame.   – Oralité  et  récit  en  vernaculaire   – Ecriture  en  la0n  pour  être  lu:  le  gérondif  legenda     •  Aussi  bien  «  merveille  »  (mirabilia  et  défi   naturel  de  l’ordre  du  monde)  que  «  miracle  »,   voulu  par  Dieu.  
  • 39. La  «  normalisa0on  »  ou  le  rejet  des   morts  sauf  martyrs  et  saints   •  As-­‐tu  mangé  des  idolothytes  [viandes  offertes  aux  idoles],   c’est-­‐à-­‐dire  les  offrandes  qui  sont  faites  en  certains  lieux  près   des  sépultures  des  morts,  ou  près  des  sources,  des  arbres,  des   pierres  ou  aux  croisées  des  chemins;  as-­‐tu  amoncelé  des   pierres,  ou  placé  des  rubans  de  coiffure  auprès  des  croix   érigées  à  la  croisée  des  chemins?  «  As-­‐tu  fait  ou  as-­‐tu   consen0  à  ces  vanités  que  des  femmes  stupides  ont   l’habitude  de  faire:  pendant  que  le  cadavre  d’un  homme  mort   se  trouve  encore  à  la  maison,  elles  courent  chercher  de  l’eau;   elles  apportent  en  silence  un  récipient  d’eau  et  au  moment   où  l’on  soulève  le  cadavre,  elles  répandent  l’eau  sous  le   brancard;  et  pendant  que  l’on  porte  le  défunt  hors  de  la   maison,  elles  observent  à  ce  qu’on  ne  le  soulève  pas  plus  haut   que  la  hauteur  des  genoux;  et  elles  font  ceci  pour  une   guérison?  »,  Burchard  de  Worms,  PénitenPel,  c.  1000  
  • 40. Le  retour  d’un  damné  vénéré  par  erreur,     d’après  Sulpice  Sévère  (c.  397)   «  L’évêque  Mar0n  de  Tours  s’y  rendit,  et,  se  tenant  sur  le   sépulcre.  Il  pria  le  Seigneur  de  lui  faire  connaître  quel   homme  avait  été  enterré  dans  ce  lieu,  et  quels  pouvaient   être  ses  mérites.  Alors  il  voit  se  dresser  à  sa  gauche  un   spectre  affreux  et  terrible.  Mar0n  lui  ordonne  de  déclarer   qui  il  est  et  quels  sont  ses  mérites  devant  le  Seigneur  :  le   spectre  se  nomme,  avoue  ses  crimes,  dit  qu’il  est  un  voleur,   mis  à  mort  pour  ses  forfaits  et  honoré  par  une  erreur   populaire  ;  qu’il  n’a  rien  de  commun  avec  les  martyrs,  qui   sont  dans  la  gloire,  tandis  qu’il  est  dans  les  tourments.  Ceux   qui  étaient  présents  entendirent  cede  voix  étrange  sans   voir  personne.  »  On  détruit  son  autel.    —  «  Image  du  corps  »  selon  Augus0n  d’Hippone,   «  ombre  »  ou  «  spectre  »  selon  Sulpice.  Pas  l’âme  à   proprement  parler,  mais  son  reflet  voulu  par  Dieu.  
  • 41. •  Nécromancie  =>   Nigromancie.  Saül,   Samuel  et  sorcière   d’Endor  (I  Rois  28)  :   diabolisa0on.     ü  Bible  historiale  de   Guyart  des  Moulins,   Morgan  Library,  ms   394,  f.  82v  (1400-­‐1425)  
  • 42. Mais  souplesse:  pas   toujours  de   «  diabolisa0on  »  :   Samuel  en  spectre  ou   «  fantôme  »:  le  drap   blanc  (suaire)  qui   deviendra   transparence   spectrale  jusqu’aux   représenta0ons   contemporaines.   Kayserchronik,   1375-­‐1380,  Morgan   Library  
  • 43. La  Mesnie  Hellequin  (Heer,  «  armée  »,  Thing,   «  assemblée  »)  selon  Orderic  Vital  (1075-­‐1142)   •  Vision  de  Walchelin,  prêtre  de  Bonneval,  la  nuit   du  1er  janvier  1091  [sols0ce,  crépuscule,  mais   état  de  veille  du  passeur  ou  médiateur].   •  L’armée  d’âmes  damnées,  marchant  selon  le   schéma  des  trois  ordres  (péchés  professionnels,   sermones  ad  status).     •  Impossibilité  de  descendre  de  cheval,  dont  les   selles  sont  atrocement  brûlantes  et  d’autres   tourments.  [Cheval  et  cauchemar].   •  Demandes  de  suffrages.  
  • 44. La  condamna0on  du  tournoi  par   l’exemplum   «  Cede  même  année  1223,  un  prêtre  d’Hesbaye,  qui  voyageait  la  nuit   d’un  village  à  un  autre,  a  vu,  au  crépuscule,  dans  un  champ  près  du   château  du  comte  de  Looz,  un  immense  tournoi  de  morts  qui   appelaient  fortement  :  «  Sire  Gau0er  de  Milene,  Sire  Gau0er  de   Milene  !  »  Ce  Gau0er,  renommé  en  chevalerie,  venait  à  peine  de   mourir.  Le  prêtre  ayant  compris  que  ces  morts  avaient  par0cipé  aux   foires  détestables  de  chevaliers,  il  se  protégea  en  traçant  un  cercle   autour  de  lui.  La  vision  cessait,  puis  revenait,  et  il  fit  de  même,   souffrant  jusqu’à  l’aube.  Ces  deux  visions  m’ont  été  racontés  par   Wigier,  moine  de  Villiers.  »  Césaire  de  Heisterbach  (1180-­‐1240),   Dialogue  autour  des  miracles,    XII,  17.   –  Nundinæ  execrabiles,  repris  de  la  condamna0on  du  concile  de   Clermont  de  1130  selon  le  Digeste  de  Gra0en.   –  La  vision  précédente  parle  d’un  tournoi  de  démons  au  lieu  où  un  autre   chevalier  a  été  tué.   –  Le  cercle  iden0que  dans  le  procès  de  Gilles  de  Rais  (1440).  
  • 45. Le  tournoi  du  Perlesvaus  (l.  5071-­‐5088),   roman  arthurien  «  chré0en  »   Des  âmes  en  peine  de  ceux  qui  ont  été  tués  au   combat  sans  avoir  pu  se  repen0r.  Elles  prennent   l’apparence  de  guerriers  noirs  qui  se  badent   entre  eux  avec  leurs  glaives  en  flammes.  Elles  se   trouvent  aux  alentours  de  l’Aître  Périlleux  où,  en   raison  de  sa  bénédic0on  par  saint  André,  elles   ne  pourront  jamais  pénétrer  afin  de  s’y  reposer.   La  mort  violente  leur  a  ainsi  fermé  les  portes  du   paradis.    
  • 46. Arthur  chevauchant  un  bouc,   cathédrale  d’Otrante,  Pouilles,  1165  
  • 47. Dessin  avant  la  restaura0on     (absence  de  couronne)  
  • 48. Arthur  à  Otrante:     diabolique  ou  chris0que?   •  Nain  venu  des   profondeurs  de  la   terre?   •  Âme  damnée  de  la   chevauchée   fantas0que,  de  la   Mesnie  Hellequin?   •  Christ  ludant  contre  le   diable,  le  Chapalu?  
  • 49. Même  ambiguïté  à  la  cathédrale  de  Modène   (Emilie):  archivolte  du  portail  de  la  Pescheria   (1100-­‐1150)  
  • 50. L’adaque  de  la  forteresse  
  • 52. Artus  de  Bretania  à  sa  rescousse  
  • 53. Vie  de  saint  Gildas  (ca.  1130)  par   Caradog,  moine  gallois  de  Llancarfan   Il  la  rédige  au   service  du   monastère  anglais   de  Glastonbury   (Somerset,  sud-­‐ ouest  de   l’Angleterre),  qui   veut  a“rer  des   pèlerins.  
  • 54. Gildas  de  Rhuys  en  pacificateur   •  Caradog  raconte  l’histoire  du  rapt  de   Gwenhwyfar  par  Melwas,  roi  du  Somerset,  qui   l’amène  à  Glastonbury  (dont  il  dit   l’étymologie:  «  Ville  de  verre  »).  Glastonbury   protégé  par  les  rivières  et  les  marécages.   •  Arthur  l’assiège  et  Gildas  et  l’abbé   s’interposent  et  parviennent  à  imposer  un   accord  aux  belligérants  (Guenièvre  remise  à   Arthur).  
  • 55. Une  histoire  «  païenne  »   •  Gwenhwyfar  («  Blanche  fée  »)  séquestrée  par   Melwas  en  vers  cymriques  (tradi0on  orale?)   •  Significa0on  proche  de  l’Immrama  (eau,   verre).   –   Une  catabase?  Le  mari  qui  récupère  sa  femme   des  profondeurs  de  la  terre  (Orphée  et  Eurycide).     – Un  mythe  des  origines  sur  les  saisons,  le  retour  de   la  reverdie  après  que  la  végéta0on  a  été  anéan0e   par  une  divinité  maléfique,  hivernale,  de  l’Autre-­‐ Monde  
  • 56. La  tombe  d’Arthur  à  Glastonbury   •  Elle  est  «  inventé  »,   au  sens  médiéval   du  terme,  en  1191   (un  monastère   coutumier  du  fait:   même  reliques  de   Patrick)   –  Fin  de  l’«  espoir   breton  »,  gênant   théologiquement   pour  le  clergé.  
  • 57. L’intérêt  poli0que  des  rois  angevins   d’Angleterre   •  «  Les  Gallois  se  sont  bien  vengés.  Ils  ont   massacré  beaucoup  de  nos  Français.  Ils  ont   pris  quelques-­‐uns  de  nos  châteaux.  C’est  avec   fierté  qu’ils  nous  ont  menacés.  Ils  disent   partout  ouvertement  qu’à  la  fin  ils   posséderont  tout.  C’est  grâce  à  Arthur  qu’ils   reprendront  tout  le  territoire  et  qu’ils   l’appelleront  Bretagne  à  nouveau.  »       – DescripPon  d’Angleterre  (vers  1140)  
  • 58. Avatars  courtoises  de  l’histoire:     les  amours  consen0es  de     Guenièvre  pour  Lancelot   Le  premier  baiser   (Lancelot  du  Lac,  Ms   Fr  118),  1400-­‐1415  
  • 59. Le  Pont  de  l’épée   Lancelot  le  traverse   pour  libérer   Guenièvre  et  les   autres  cap0fs  de   Maleageant   (Melwas).   BNF,  fr  115,  f.  367v   Ses  plaies  aux  mains   et  aux  pieds  et  aux   genoux  sont   pansées  par   l’onguent  des  trois   Maries,  Chré0en   de  Troyes,  Les   Chevalier  de  la   charree,  v.  3112.  
  • 60. Le  Pont  de  l’épée  et  la  prédica0on:     la  mort  de  la  martyre   •  Sermon  du  XIIIe   siècle  sur  le   martyre  de   sainte  Agnès:   «  Ce  fut  Agnès   qui  traversa  le   Pont  de  l’Epée   avec  Lancelot  du   Lac  »,  cité  par   Zink,  La   PrédicaPon…,  p.   378.   Sculpture  de  l’église  Saint-­‐Pierre  de  Caen,   XIIIe  s.  
  • 61. Conclusions   •  Les  mul0ples  u0lisa0ons  d’une  histoire  entre  le   paganisme,  la  courtoisie  et  le  chris0anisme   –  Le  rapt  de  la  fée  blanche  libérée  par  la  catabase  de   l’homme  ours:  un  mythe  de  l’éternel  retour  de  la   végéta0on  au  printemps.   –  L’histoire  est  associée  aux  guerres  pour  les  femmes,   détentrices  de  la  souveraineté,  et  à  leur  rapt  chez  les   celtes  à  tendance  matrilinéaire.   –  L’histoire  «  courtoise  »,  autour  de  la  fin’amour  de   Lancelot  et  Guenièvre   –  L’exemplum  chré0en  de  la  martyre  Agnès  mourant   pour  sa  foi  et  pour  le  salut  des  âmes.  
  • 62. Conclusion  générale   •  Je  n’oserais  pas  m’aventurer  dans  l’analyse   sociologique  du  succès  des  morts  vivants  dans  la   fic0on  actuelle.   •  Les  avatars  de  la  Mesnie  Hellequin  =>  Armée  des   morts  de  Tolkien  
  • 63. Le  Hollandais  volant  de  Wagner  aux  Pirates  des   Caraïbes,  en  passant  par  Pandora  
  • 64. Ra0onalité  contemporaine?   •  Un  polard   récent  où   l’assassin  profite   de  la  crédulité   générale  de  son   village  en  la   Mesnie   Hellequin  pour   sévir.  
  • 65. Plaidoyer  pro  domo  au  terme  d’un  parcours   broyant  les  fron:ères  entre  le  vivant  et  le  mort   •  Quand  ils  écoutent  une  histoire,  la  plupart  des   médiévaux  savent  parfaitement  faire  la   différence  entre   – Le  contrat  référen0el  de  l’historien  au  sens   posi0viste  du  terme   – Le  contrat  fic0onnel  du  conteur  ou  romancier  
  • 66. Ne  tut  mençunge,  ne  tut  veir,     Tut  folie  ne  tut  saveir   •  «  Je  vous  parle  d’une  longue  période  de  paix  :  je   ne  sais  pas  si  vous  en  avez  entendu  parler.  C’est   là  que  furent  prouvées  les  merveilles  et  trouvées   les  aventures,  si  souvent  racontées  d’Arthur,   qu’elles  ont  été  tournées  en  fables  :  tout  n’est  ni   mensonge,  ni  vérité,  ni  folie,  ni  savoir.  Les   narrateurs  les  ont  tellement  racontées  et  les   conteurs  en  ont  fait  tant  des  fables  pour  embellir   les  contes,  que  tout  semble  désormais  de  la   fable.  »   –  Wace,  Roman  de  Brut.  
  • 67. •  Les  médiévaux  savent  faire  la  différence  entre   le  vivant  et  le  mort,  entre  l’Histoire  (history)  et   les  histoires  (histories).   •  Veulent-­‐ils  l’accepter?  Ils  considèrent   assurément  qu’une  ra0onalité  excessive   appauvrit  la  percep0on  du  réel,  qui  con0ent   toujours  une  part  insaisissable  de  mystère.