Enquête sur la structure
des exploitations agricoles en 2013
Les salariés contribuent à un tiers du volume
de travail agri...
Entre 2010 et 2013, la part des
exploitations de forme sociétaire s’est
renforcée, passant de 30 à 34 %,
sous l’effet de l...
exploitations individuelles sont de peti-
tes exploitations, parfois détenues par
des pluriactifs ou des retraités qui ne
...
en lien avec les besoins spécifiques
de chaque production.
Ainsi, le nombre moyen d’ETP par
exploitation atteint un maximu...
féminisation reste donc stable parmi
les actifs dirigeants alors qu’elle avait
fortement progressé entre 1988 et
2010 (+12...
6 Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015
2013 2010
Volume ETP ETP Volume ETP ETP
Actifs Actifs
de Travail par actif par de...
7Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015
Les concepts de main-d’œuvre et de travail agricole
L’enquête sur la structure des...
Agreste : la statistique agricoleAgreste : la statistique agricole
Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Enquête sur la structure des exploitations agricoles en 2013

286 vues

Publié le

En 2013, en France métropolitaine, le volume de travail apporté par l’ensemble des actifs
agricoles s’élève à 723000 équivalents temps plein, assuré à 84 % par 854000 actifs
permanents. Parmi eux, le nombre de salariés permanents et leur charge de travail
s’accroissent légèrement entre 2010 et 2013; avec le développement des formes
sociétaires, leur part dans le volume de travail agricole atteint 18 %. Le recours à la maind’œuvre
occasionnelle ou employée par des tiers se renforce également ; elle fournit
désormais 16 % du travail agricole. Enfin, les exploitants agricoles et la main-d’œuvre
familiale des exploitations individuelles assurent encore les deux tiers du volume de travail.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
286
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
28
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Enquête sur la structure des exploitations agricoles en 2013

  1. 1. Enquête sur la structure des exploitations agricoles en 2013 Les salariés contribuent à un tiers du volume de travail agricole En 2013, en France métropolitaine, le volume de travail apporté par l’ensemble des actifs agricoles s’élève à 723000 équivalents temps plein, assuré à 84 % par 854000 actifs permanents. Parmi eux, le nombre de salariés permanents et leur charge de travail s’accroissent légèrement entre 2010 et 2013; avec le développement des formes sociétaires, leur part dans le volume de travail agricole atteint 18 %. Le recours à la main- d’œuvre occasionnelle ou employée par des tiers se renforce également; elle fournit désormais 16 % du travail agricole. Enfin, les exploitants agricoles et la main-d’œuvre familiale des exploitations individuelles assurent encore les deux tiers du volume de travail. Environ 854000 actifs perma- nents dans les exploitations agricoles En 2013, 854100 actifs travaillent de manière régulière dans les 451 600 exploitations agricoles de France métropolitaine. Deux tiers de ces exploitations (295900) sont des exploitations indi- viduelles dans lesquelles les chefs représentent environ deux tiers des actifs permanents. Ces chefs d’exploi- tation peuvent être régulièrement aidés par des actifs familiaux ou par d’autres actifs directement salariés1. E n 2013, les exploitations agrico- les de France métropolitaine reposent essentiellement sur le travail d’actifs permanents mais éga- lement sur celui d’une main-d’œu- vre plus occasionnelle ou employée par des tiers, prestataires de travaux ou groupements d’employeurs. Agreste : la statistique agricoleAgreste : la statistique agricole 1 Numéro 327 - novembre 2015 3 actifs permanents sur 10 sont salariés dans les exploitations de forme sociétaire Répartition de la main-d’œuvre permanente selon le type d'actifs en 2013 Source: SSP - Agreste – Enquête sur la structure des exploitations agricoles 2013 Salariés permanents Chefs d’exploitation, coexploitants et associés Salariés permanentsAutres membres de la famille des chefs d'exploitation individuelle Conjoints des chefs d'exploitation individuelle Chefs d’exploitation Salariés permanents Membres de la famille des chefs d'exploitation individuelle Chefs d’exploitation, coexploitants et associés Exploitations de formes sociétaires : 396 100 actifs permanents Exploitations individuelles : 447 100 actifs permanents Toutes exploitations * : 854 100 actifs permanents 30 % 20 % 8 % 5 % 17 % 15 % 70 %67 % 68 % Champ : France métropolitaine * Exploitations individuelles, formes sociétaires et autres personnes morales. La simplification du questionnement sur les actifs permanents conduit à une rupture de série sur les actifs per- manents non dirigeants et non salariés des sociétés, entre le Recensement agricole 2010 et l’enquête Structures 2013 (voir encadré « Les concepts de main-d'œuvre et de travail agricole »). Pour l’analyse de l’évolution des caractéristiques de la main-d’œuvre agricole entre 2010 et 2013, ce type d’actifs a été exclu de l’étude. Télécharger les données au format tableur
  2. 2. Entre 2010 et 2013, la part des exploitations de forme sociétaire s’est renforcée, passant de 30 à 34 %, sous l’effet de la baisse du nombre des exploitations individuelles (- 13 %) et de la hausse des socié- tés (+ 5 %). Par conséquence, le nombre total de chefs d’exploitations, coexploitants et associés a diminué moins rapidement que celui des exploitations (- 5 % contre - 8 %), et le nombre d’actifs salariés qui ne sont ni dirigeants, ni membres de la famille des chefs d’exploitations indi- viduelles1 augmente même légère- ment (+ 1,4 %). Une charge de travail plus élevée dans les exploitations de forme sociétaire Les actifs permanents ne travail- lent pas toujours à plein-temps dans les exploitations. Cependant, près de sept actifs permanents sur dix travaillent au moins à mi-temps et plus d’un sur deux à temps complet. En 2013, le volume total de travail assuré par l’ensemble des actifs per- manents représente 606 800 équi- valents temps plein (ETP), soit une baisse de 5 % par rapport à 2010. La charge moyenne de travail se ren- force légèrement et s’établit à 0,71 ETP par actif permanent en 2013. Celle des actifs dirigeants (chefs d’ex- ploitation, coexploitants et associés), globalement stable, est légèrement plus élevée: 0,74 ETP par actif. Elle est très supérieure dans les exploitations de forme sociétaire: 0,84 ETP par actif contre 0,64 dans les exploitations indi- viduelles. De fait, les exploitations sociétaires sont essentiellement de grande taille alors que la moitié des Les actifs familiaux restent largement les plus nombreux (85 % des « aidants », soit 28 % du total de la main-d’œuvre permanente). La plu- part d’entre eux sont des conjoints d’exploitants (70 %) et certains, encore peu nombreux, sont salariés (5,9 % en 2013 contre 3,6 % en 2010). Dans ces exploitations, la répartition entre ces trois types d’ac- tifs n’a pas évolué entre 2010 et 2013. Dans les exploitations de forme sociétaire (153800), les chefs d’ex- ploitations, coexploitants et associés représentent 70 % des actifs. La part des actifs dirigeants ayant un statut de salarié augmente mais reste néan- moins très minoritaire (6 %). Ces diri- geants sont assistés par des salariés (118200), dont certains peuvent être membres de la famille des actifs diri- geants. Dans ces exploitations, la répar- tition entre ces deux types d’actifs n’a pas non plus évolué en trois ans. 2 Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015 L’activité à temps complet plus répandue dans les exploitations sociétaires Actifs permanents selon le temps de travail et le statut juridique de l'exploitation en 2013 Source: SSP - Agreste – Enquête sur la structure des exploitations agricoles 2013 0 20 40 60 80 100 Ensemble des actifs permanents Salariés permanents Membres de la famille chef d'exploitation individuelle Chefs d’exploitation Exploitations individuelles : 447 100 actifs permanents 0 20 40 60 80 100 Temps complet3/4 à temps complet1/2 à 3/4 temps1/4 à 1/2 tempsMoins 1/4 temps Ensemble des actifs permanents Salariés permanents Chefs d’exploitation, coexploitants et associés Exploitations en forme sociétaire : 396 100 actifs permanents % % Activité Champ : France métropolitaine 1. Dans les tableaux et la suite du texte, ces salariés sont désignés sous le vocable « salariés permanents ». Ils représentent 84 % de l’ensemble des actifs salariés (ie. y compris les exploitants salariés et actifs familiaux salariés des exploitations individuelles).
  3. 3. exploitations individuelles sont de peti- tes exploitations, parfois détenues par des pluriactifs ou des retraités qui ne consacrent qu’un temps de travail limité à l’activité agricole. La quantité de travail agricole moyenne apportée par chacun des membres de la famille des chefs d’exploitations individuelles est à l’in- verse beaucoup plus faible: 0,4 ETP par actif, en 2013 comme en 2010. Un actif familial sur deux consacre moins d’un quart de temps de travail sur l’exploitation, ce travail étant sou- vent complémentaire d’une autre activité. Enfin, 74 % des salariés perma- nents travaillent à temps plein dans les exploitations sociétaires et 54 % dans les exploitations individuelles. La charge moyenne de travail des salariés permanents est donc plus lourde dans les exploitations de forme sociétaire que dans les exploi- tations individuelles : 0,88 ETP par actif contre 0,77. Avec l’augmentation de la part des formes sociétaires, la charge moyenne de travail de ces salariés augmente donc très légère- ment : 0,87 ETP par actif en 2013 contre 0,85 en 2010. Le nombre moyen d’ETP par exploi- tation, quel que soit le type d’actifs permanents, reste assez stable dans les exploitations individuelles et dans celles de type sociétaire, mais avec l’augmentation de la part de ces der- nières, il évolue légèrement toutes exploitations confondues. Ainsi, le tra- vail des exploitants, coexploitants et associés augmente de 0,91 à 0,94 ETP par exploitation, tandis que celui de la main-d’œuvre familiale des exploitations individuelles se réduit de 0,13 à 0,11. Le travail des sala- riés permanents s’accroît plus forte- ment, de 0,26 à 0,29. Au total, le nombre moyen d’ETP permanent par exploitation s’établit en moyenne à 1,34 contre 1,29 en 2010. Le personnel occasionnel ou externe aux exploitations assure 16 % du travail agricole En dehors du travail des actifs per- manents, les exploitations mobilisent également de la main-d’œuvre occa- sionnelle ou employée par des tiers, prestataires de travaux ou groupe- ments d’employeurs. En 2013, cette main-d’œuvre représente 116 100 ETP ou 16 % de l’ensemble du tra- vail agricole des exploitations (722900 ETP). Le reste du volume global de travail est assuré par les exploitants et les actifs familiaux dans les exploitations individuelles (66 %) et par les salariés permanents (18 %). La main-d’œuvre occasionnelle ou externe est très majoritairement constituée de travailleurs saisonniers ou occasionnels employés en renfort, soit durant une période déterminée, soit pour des travaux ponctuels (cueil- lette ou vendanges par exemple). Trois exploitations sur dix y ont fait appel en 2013. Dans ces exploita- tions, l’apport de ces saisonniers est significatif : 0,62 ETP, soit 24 % de leur volume de travail. Au total, les saisonniers et occasionnels contri- buent pour 11 % au volume global de travail agricole. À cela s’ajoute le travail apporté par les entreprises de travaux agricoles (ETA) et les coopératives d’utilisation du matériel agricole (Cuma), qui dis- posent de matériels et de compéten- ces indispensables pour la réalisation de certains travaux agricoles: près de deux exploitations sur trois y font appel en 2013 contre une sur deux en 2010. Un millier d’exploitations mobilisent plus des trois quarts de leur main-d’œuvre totale via ces pres- tations extérieures. Ces exploitations fortement mobilisatrices de ce type de main-d’œuvre externe sont de grandes exploitations en grandes cul- tures ou viticoles. En moyenne cependant, le volume global de travail 3Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015 En 2013, deux tiers du travail agricole assuré par les actifs dirigeants ou la famille des exploitants individuels Répartition du volume de travail agricole en 2010 et 2013 Sources: SSP - Agreste – Enquête sur la structure des exploitations agricoles 2013 et Recensement agricole 2010 Cuma – ETA – Autre prestataire Personnel d’un groupement d’employeurs Main-d'œuvre occasionnelle Salariés permanents Membres de la famille des chefs d'exploitation individuelle Exploitants, coexploitants et associés Cuma – ETA – Autre prestataire Main-d'œuvre occasionnelle ou d'un groupement d'employeurs Salariés permanents Membres de la famille des chefs d'exploitation individuelle Exploitants, coexploitants et associés En 2010 : 741 300 équivalents temps plein (ETP) En 2013 : 722 900 équivalents temps plein (ETP) 18 % 12 % 7 % 2 % 2 % 2 % 12 % 17 % 9 % 59 % 60 % Champ : France métropolitaine
  4. 4. en lien avec les besoins spécifiques de chaque production. Ainsi, le nombre moyen d’ETP par exploitation atteint un maximum de 4 pour les exploitations spécialisées en horticulture-maraîchage. Dans ces exploitations, les salariés permanents et les saisonniers réalisent respecti- vement 40 % et 21 % du volume du travail, les prestataires externes ou groupements d’employeurs 9 %, soit au total 90 %. Pour les exploitations viticoles et fruitières, ce volume de travail moyen par exploitation est moitié moins important, mais il reste plus élevé que pour la moyenne des exploita- tions agricoles (2 ETP environ contre 1,6). Le travail salarié ou externalisé y reste largement majoritaire (61 % et 56 % respectivement). Avec 39 % de la charge de travail, la contribution des travailleurs saisonniers est parti- culièrement importante dans les exploitations fruitières. Pour ce qui concerne les exploita- tions spécialisées en production lai- tière ou en élevages de granivores (porcins, volailles), le volume de tra- vail est également plus élevé qu’en moyenne (environ 2 ETP), mais la part de la main-d’œuvre occasion- nelle ou externe y est plus faible qu’en moyenne (moins de 0,2 ETP). Dans les élevages laitiers, où la part de GAEC est plus importante que dans les autres types d’orientation (10 % contre 8 % pour l’ensemble des exploitations), le surcroît de travail est exclusivement assuré par des exploitants ou coexploitants plus nombreux (1,5 ETP par exploitation contre 0,9 en moyenne). Dans les élevages de granivores (porcins, volailles), où la part des formes socié- taires est également plus élevée (54 % contre 34 % pour l’ensemble des exploitations), il est partagé entre les exploitants ou associés (1,2 ETP par exploitation) et les salariés per- manents (0,56 ETP par exploitation contre 0,3 en moyenne). Les autres exploitations mobilisent un volume de travail égal ou inférieur à celui de la moyenne des exploita- tions, avec une part de travail des exploitants et de la main-d’œuvre familiale plus importante. Dans les élevages de bovins viande ou dans les élevages mixtes, plus souvent de petites tailles, cette part atteint les 90 %. La répartition par sexe et âge des exploitants a peu évolué entre 2010 et 2013 En 2013, comme en 2010, 27 % des chefs d’exploitation, coexploitants et associés sont des femmes. La apporté par ces prestataires reste très faible : 0,06 ETP par exploitation concernée, soit 2,3 % du volume de travail de l’ensemble des exploita- tions. Enfin, le recours à du personnel dépendant d’un groupement d’em- ployeurs est beaucoup moins fré- quent (5 % des exploitations) mais représente tout de même 2,3 % de l’ensemble du travail agricole des exploitations métropolitaines. Il consti- tue en effet un apport de travail signi- ficatif pour les exploitations concer- nées (0,67 ETP, soit 24 % de leur volume de travail). Au total, en 2013, le volume de tra- vail occasionnel ou externe aux exploitations représente 116100 ETP. C’est 10 % de plus qu’en 2010. Sur la période, ce type de travail est passé de 0,22 ETP par exploitation à 0,26. Avec le travail des actifs permanents, le volume total de travail par exploi- tation s’est donc accru, passant de 1,51 à 1,60 ETP entre 2010 et 2013. Une structure de main-d’œuvre spécifique à chaque type de spécialisation Le volume et la structure de la main-d’œuvre agricole varient sensi- blement selon l’orientation technico- économique de l’exploitation (Otex), 4 Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015 Horticulteurs et maraîchers mobilisent en moyenne 4 ETP par exploitation Source: SSP - Agreste – Enquête sur la structure des exploitations agricoles 2013 0,0 0,5 1,0 1,5 2,0 2,5 3,0 3,5 4,0 4,5 Main-d'œuvre externe à l'exploitation Saisonnier Salarié permanent Membre de la famille chef d'exploitation individuelle Chefs d’exploitation, coexploitants, associés Toutes exploitations Ovins, caprins, autres herbivores Grandes cultures Bovins viande Bovins mixte Polyculture, polyélevage Bovins lait Porcins, volailles ViticultureFruits, autres cultures permanentes Horticulture, maraîchage ETP par exploitation ETP par exploitation en 2013 Champ : France métropolitaine
  5. 5. féminisation reste donc stable parmi les actifs dirigeants alors qu’elle avait fortement progressé entre 1988 et 2010 (+12 points), en lien avec l’ac- cès des conjointes de chefs d’exploi- tation au statut de coexploitantes. Les femmes sont également moins représentées parmi les membres de la famille des exploitants individuels (47 % contre 50 % en 2010), les conjointes ayant désormais plus sou- vent une autre activité profession- nelle. Enfin, elles sont également moins représentées parmi les sala- riés permanents (28 % contre 30 % en 2010). Au final, la féminisation des actifs permanents est en léger recul: seuls 30 % des personnes tra- vaillant de manière permanente sur les exploitations de France métropo- litaine sont des femmes en 2013, contre 31 % en 2010. Les femmes, en qualité d'exploitantes, coexploitantes ou associées, sont parti- culièrement présentes en viticulture (31 %), dans les élevages de petits herbivores (32 %), de porcs ou de volailles (28 %). L’âge moyen des chefs d’exploita- tion, coexploitants et associés, en 2013, est de 50 ans pour les hom- mes et de 53 ans pour les femmes, des âges très proches de ceux obser- vées en 2010. Un actif dirigeant sur cinq a moins de 40 ans, une propor- tion identique à celle des agriculteurs de 60 ans et plus. Un tiers des diri- geants ont entre 50 et 59 ans. Les actifs dirigeants sont un peu plus jeunes dans les moyennes et grandes exploitations (48 ans pour les hommes et 51 ans pour les fem- mes) et dans les exploitations de forme sociétaire (respectivement 47 et 50 ans, contre 52 et 56 ans pour les exploitations individuelles). Les plus jeunes (moins de 40 ans) sont relativement plus nombreux dans les élevages de bovins et le maraîchage que dans les autres types d'exploitations (21 % contre 19 %). José Masero SSP - Bureau des statistiques structurelles, environnementales et forestières 5Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015 Davantage d'exploitantes dans l'élevage d’ovins, de caprins et en viticulture Sources: SSP - Agreste – Enquête sur la structure des exploitations agricoles 2013 et Recensement agricole 2010 20 25 30 35 2010 2013 Toutes exploitations Polyculture, polyélevage Bovins viande Fruits, autres cultures permanentes Bovins lait Grandes cultures Bovins mixte Horticulture, maraîchage Porcins, volailles Viticulture Ovins, caprins, autres herbivores % Part des femmes parmi les chefs d'exploitation, coexploitants et associés selon l'Otex Champ : France métropolitaine
  6. 6. 6 Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015 2013 2010 Volume ETP ETP Volume ETP ETP Actifs Actifs de Travail par actif par de Travail par actif par permanents permanents Annuel permanent exploitation Annuel permanent exploitation (nombre (nombre (nombre (nombre de personnes) d’ETP) de personnes) d’ETP) Actifs agricoles et volume de travail annuel selon la nature des actifs Ensemble des exploitations 1 dont exploitations individuelles Nombre d’exploitations 451600 491400 Exploitants, coexploitants et associés 577400 426400 0,74 0,94 605400 446200 0,74 0,91 Membres de la famille des chefs d’exploitation individuelle 126400 50100 0,40 0,11 152300 62800 0,41 0,13 Salariés permanents 150300 130300 0,87 0,29 148200 126500 0,85 0,26 Ensemble de la main-d’œuvre permanente 854100 606800 0,71 1,34 905800 635500 0,70 1,29 Main-d’œuvre saisonnière ou occasionnelle /// 82500 /// 0,18 /// 90200 /// 0,18 Personnel d’un groupement d’employeurs /// 16700 /// 0,04 /// /// Cuma – ETA – autre prestataire /// 16900 /// 0,04 /// 15700 /// 0,03 Ensemble de la main-d’œuvre occasionnelle ou externe /// 116100 /// 0,26 /// 105800 /// 0,22 Ensemble des actifs agricoles /// 722900 /// 1,60 /// 741300 /// 1,51 1. Ensemble des exploitations agricoles de France métropolitaine, tous statuts juridiques confondus: exploitation individuelle, formes sociétaires et autres personnes morales. Nombre d’exploitations 295900 341700 Chefs d’exploitation et autre exploitant 297500 190800 0,64 0,64 341700 218400 0,64 0,64 Conjoints des chefs d’exploitation 88900 37600 0,42 0,08 107200 46500 0,43 0,09 Autres membres de la famille des chefs d’exploitation 37500 12500 0,33 0,03 45100 16300 0,36 0,03 Salariés permanents 23100 17700 0,77 0,06 26500 20900 0,79 0,06 Ensemble de la main-d’œuvre permanente 447100 258600 0,58 0,87 520500 302100 0,58 0,88 Main-d’œuvre saisonnière ou occasionnelle /// 20500 /// 0,07 /// 26000 /// 0,08 Personnel d’un groupement d’employeurs /// 3400 /// 0,01 /// /// Cuma – ETA – autre prestataire /// 5400 /// 0,02 /// 5400 /// 0,02 Ensemble de la main-d’œuvre occasionnelle ou externe /// 29300 /// 0,10 /// 31400 /// 0,09 Ensemble des actifs agricoles /// 287900 /// 0,97 /// 333500 /// 0,98 Nombre d’exploitations 153800 147100 Exploitants, coexploitants et associés 277900 234500 0,84 1,52 261000 226400 0,87 1,54 Salariés permanents 118200 104500 0,88 0,68 114000 99000 0,87 0,67 Ensemble de la main-d’œuvre permanente 396100 339100 0,86 2,20 375000 325400 0,87 2,21 Main-d’œuvre saisonnière ou occasionnelle /// 60000 /// 0,39 /// 61800 /// 0,42 Personnel d’un groupement d’employeurs /// 13100 /// 0,09 /// /// Cuma – ETA – autre prestataire /// 11400 /// 0,07 /// 9800 /// 0,07 Ensemble de la main-d’œuvre occasionnelle ou externe /// 84500 /// 0,55 /// 71700 /// 0,49 Ensemble des actifs agricoles /// 423600 /// 2,75 /// 397100 /// 2,70 Champ : France métropolitaine Sources: SSP - Agreste – Enquête sur la structure des exploitations agricoles 2013 et Recensement agricole 2010 dont exploitations de forme sociétaire
  7. 7. 7Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015 Les concepts de main-d’œuvre et de travail agricole L’enquête sur la structure des exploitations agricoles de 2013 distingue deux types de main-d’œuvre: La main-d’œuvre permanente est constituée des actifs qui travaillent de manière régulière sur l’exploitation, à temps plein ou partiel. Elle est composée: • des chefs d’exploitation, des coexploitants et des associés des socié- tés travaillant sur l'exploitation pour lesquels l’enquête fournit le nombre de personnes, leur temps de travail et des caractéristiques d’âge, de genre et de formation. Ces actifs dirigeants peuvent être salariés. • des membres de la famille des chefs d’exploitation individuelle (conjoints et autres membres de la famille), qui interviennent réguliè- rement sur l’exploitation. Ils peuvent également être salariés. • des autres actifs permanents, salariés agricoles et membres de la famille des actifs dirigeants des exploitations de forme sociétaire. Le mode de questionnement sur les actifs permanents a été simplifié entre le Recensement 2010 et l’enquête Structures 2013. En 2013, les membres de la famille des exploitants, coexploitants et associés des sociétés ne sont plus listés dans le questionnaire, leur participation étant déclarée de façon globale en main-d’œuvre permanente sala- riée ou non salariée. Cette déclaration globalisée a pu induire une moindre déclaration des membres de la famille non salariés qui ont une activité marginale sur l’exploitation. Ces actifs, qui représentaient 2 % du volume de travail total en 2010, n’en représentent plus que 0,8 % en 2013. Pour l’analyse de l’évolution des caractéristiques de la main-d’œuvre agricole entre 2010 et 2013, ces actifs non salariés, qui ne sont ni dirigeants, ni membres de la famille d’un chef d’exploita- tion individuelle, ont été exclus de l’étude. Le temps de travail sur l’exploitation des actifs permanents est recueilli par tranches de quarts de temps, avec pour minimum moins d’1/4 de temps et pour maximum un temps complet par actif. La quo- tité de temps affectée à chaque actif permanent est prise en compte pour le calcul des équivalents temps plein (ETP) ou unités de travail agricole (UTA) selon la correspondance suivante: • le temps partiel correspondant à moins d’1/4 de temps est équivalent 0,125 ETP • le temps partiel compris entre 1/4 et moins d’1/2 temps est équivalent à 0,375 ETP • le temps partiel compris entre 1/2 et moins de 3/4 temps est équiva- lent à 0,625 ETP • le temps partiel compris entre 3/4 et moins d’un temps plein est équi- valent à 0,875 ETP • le temps complet est équivalent à 1 ETP Un équivalent temps complet correspond à 225 jours de travail dans l’année. La main-d’œuvre occasionnelle ou externe est constituée de la force de travail des actifs qui interviennent de manière irrégulière dans les exploitations ou qui n’est pas directement employée par l’exploita- tion. Elle comprend: • la main-d’œuvre saisonnière ou occasionnelle. • la main-d’œuvre employée par un tiers, c’est-à-dire par un groupe- ment d’employeurs, ou une entreprise de travaux agricoles, une Cuma ou un autre prestataire. Pour chaque actif non permanent ayant travaillé sur l’exploitation durant la campagne 2012-2013, le travail est comptabilisé en nombre d’heures, de jours, ou de mois de travail. La quantité de travail est ensuite recalculée en nombre d’équivalents temps plein (ETP). Champ : France métropolitaine Une double mesure de l'activité agricole en 2013 Population active agricole permanente : 854 100 personnes Volume de travail : 722 900 ETP Chefs d'exploitation, coexploitants et associés : 577 400 Chefs d'exploitation, coexploitants et associés : 426 400 Travailleurs saisonniers ou occasionnels : 82 500 Salariés permanents : 150 300 Salariés permanents : 130 300 Actifs non permanents Population active agricole permanente Group. employeurs ETA, Cuma, autres prestataires 16 700 16 900Population active permanente : 854 100 (606 800 ETP) dont actifs permanents salariés : 179 000 (150 800 ETP) Les surfaces sont proportionnelles aux effectifs (nombre de personnes ou nombre d'ETP). Membres famille de l'exploitant individuel : 50 100Membres famille de l'exploitant individuel : 126 400 Source: SSP - Agreste – Enquête sur la structure des exploitations agricoles 2013
  8. 8. Agreste : la statistique agricoleAgreste : la statistique agricole Ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt - SERVICE DE LA STATISTIQUE ET DE LA PROSPECTIVE 3, rue Barbet de Jouy 75349 Paris 07 SP www.agreste.agriculture.gouv.fr Directrice de la publication: Béatrice Sédillot Composition: Brigitte Poullette Impression: AIN - ministère de l’Agriculture Dépôt légal: à parution ISSN: 1760-7132 Prix: 2,50 € © Agreste 2015 8 Agreste Primeur n° 327 - novembre 2015 • thématiques : entrée par grands thèmes de l’agriculture • conjoncture : données conjoncturelles • Prospective veille : analyses sur des sujets publics complexes, d’envergure souvent internationale • enquêtes : entrée par enquête ou source • publications : accès aux publications consultables en ligne • en région : accès aux pages régionales • chiffres clés : données de cadrage selon le choix géographique • définitions : glossaire des définitions et nomenclatures • la statistique agricole : organigramme, mission, secret statistique • données en ligne : séries statistiques des enquêtes et de la conjoncture agricole. À la lettre: agreste-info@agriculture.gouv.fr Pour être informé régulièrement des nouveautés Agreste Aux avis de parution des publications « Agreste conjoncture » Pour suivre la mise en ligne des publications conjoncturelles. Afin de faciliter votre recherche, le site est organisé en différentes rubriques: Retrouvez la statistique agricole sur Internet: www.agreste.agriculture.gouv.fr Abonnez-vous gratuitement sur le site (rubrique abonnement). Pour en savoir plus… Consultez le site Internet du SSP: www.agreste.agriculture.gouv.fr Onglet « Enquêtes » Structure des exploitations – recensements Publications: « Enquête sur la structure des exploitations agricoles en 2013 : 450 000 exploitations agricoles en France métropolitaine » Agreste Primeur n° 325 – juin 2015 « Main-d’œuvre et travail agricoles - Recensement agricole 2010 Un million d’actifs permanents » Agreste Primeur n° 276 – janvier 2012 Bilan annuel de l’emploi agricole Agreste Chiffres et données à paraître fin 2015 série Agriculture n° 225 - novembre 2014

×