Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Btp cfa vienne mars 2019

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 74 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à Btp cfa vienne mars 2019 (20)

Publicité

Plus récents (20)

Publicité

Btp cfa vienne mars 2019

  1. 1. Intégrer le numérique en formation et faire évoluer ses pratiques pédagogiques Frédéric Haeuw
  2. 2. Déroulé de la journée 1ère partie : Evolution de la société et enjeux liés à l’introduction du numérique 2ème partie : Quelles pistes d’action pour repenser la formation avec le numérique ? 3ème partie : Qu’est ce que cela change pour le formateur ?
  3. 3. 1ère partie : Evolution de la société et enjeux liés à l’introduction du numérique
  4. 4. Un petit détour pour identifier ce que l’on entend par « société numérique »
  5. 5. Usage d’Internet en France en 2018  Un accès démocratisé : 88% des Français ont accès à Internet (57,29 millions de personnes, +0,9% entre janvier 2017 et janvier 2018).  Un accès permanent : 74% y accèdent tous les jours, et 95% des 18-24 ans 58% des Français sont des utilisateurs actifs de réseaux sociaux (38 millions de personnes, +6% entre janvier 2017 et janvier 2018).  Un accès mobile et multi-équipement : 93% des Français ont un mobile, 71% un smartphone, 81% un ordinateur, 41% une tablette. Étude CREDOC 2018 http://www.blogdumoderateur.com/chiffres-internet/
  6. 6. La vidéo devient le support le plus utilisé En 2018, le 1er Youtuber français (Squeeezie) comptait 10.765.940 abonnés et 5.004.014.446 de vues sur l’année « chaque jour, les utilisateurs de You Tube totalisent 46.000 années passées à regarder des vidéos »
  7. 7. http://www.alexitauzin.com Les réseaux sociaux s‘inscrivent durablement dans le paysage Chiffres 2018
  8. 8. Du côté des jeux vidéos 53% de français (entre 10 et 65 ans) jouent régulièrement et 74% de français occasionnellement, que ce soit pour une partie de cinq minutes sur son mobile dans les transports en commun qu’une session de quatre heures sur consoles ou PC. La France est un pays de gamers !
  9. 9. Du web 1.0 au web 4.0 1990-2000 2000-2012 2012 Web traditionnel Distribution d’informations Web social Partage, échange de contenus, communauté Web sémantique Personnalisation des informations en fonction du contexte et des besoins de chaque internaute Web 4.0 Web intelligent, Immersion de l’internaute dans un environnement (web) de plus en plus prégnant. 2018
  10. 10. Ne nous voilons pas la face Chaque pratique contient la force et son côté obscur …
  11. 11. Du côté de la Force Accès à des sources d’information disponibles en permanence et en tout lieu Démocratisation de l’accès et de la production du savoir Multiplication des moyens de se former tout au long de la vie Solidarité, expression politique, être acteur social, rompre l’isolement … Nouveaux outils de « production de soi »
  12. 12. Du côté obscur… 5 % des jeunes de 17 ans joueraient entre cinq et dix heures par jour. Sur l’échantillon de 1 693 joueurs hebdomadaires (qui jouent au moins une fois par semaine), 14 % répondent à au moins quatre critères d’addiction aux jeux vidéo (modification de l’humeur, symptômes de manque, conflit, négliger d’autres activités pour jouer…) Le ministère estime à 383.830 le nombre de victimes de harcèlement sévère du CE2 au lycée, et à 700.000 si l'on inclut les victimes de harcèlement modéré, tandis que 4,5% des collégiens subissent du cyber-harcèlement.
  13. 13. Du côté obscur… L’infobésité (ou surcharge informationnelle) désigne l'excès d'informations reçues par une personne Elle peut avoir des effets néfastes physiques, émotionnelles (stress, anxiété informationnelle) et intellectuelles (syndrome de débordement cognitif et d’épuisement professionnel, cyberdépendance, désengagement, déficit d'attention et de créativité, perte de mémoire, altération du jugement, indécision) « la zone d’ombre de l’ère digitale, si féconde par ailleurs en opportunités, est qu’elle sollicite notre attention à un niveau sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Sous l’effet de cette hyper-sollicitation, elle tend à se dégrader, ce qui pénalise notre productivité et notre bien-être » (Neurolearning 2017)
  14. 14. X Y et Z sont dans le même bateau… La génération X regroupe les personnes qui sont nées entre 1960 et 1980. Ces membres n’étaient pas ou peu connectés et restaient relativement stables sur le marché de l’emploi… jusqu’à ce que la crise les rattrape. La génération Y regroupe les personnes nées entre 1980 et 1995. C’est la génération des « digital natives » qui ont grandi au même rythme que le réseau internet et l’accès aux ordinateurs. Cette génération remet en cause les modèles de management, la vie politique, la manière de consommer et elle privilégie l’entreprenariat au salariat. La génération Z regroupe les personnes nées après 1995. Elle est aussi appelée génération C (Communication, Collaboration et Création). Ces membres ont grandi avec la technologie, mais surtout avec le Web Social. C’est une génération connectée en permanence, qui ne comprend pas la « communication verticale » qui existe au sein de l’entreprise.
  15. 15. Dans l’entreprise, les jeunes de la génération Z • Sont hyper-connectés, mais les interactions médiatisées sont plus aisées que les interactions en direct • Partagent naturellement l’information et veulent produire ensemble • Sont lucides, bien informés, mais parfois cyniques • Croient en la valeur travail plus qu’à la réussite professionnelle : travailler par passion, pour s’épanouir personnellement • Recherchent un équilibre entre vie privée et vie professionnelle • Seront mobiles (38% d’entre eux en France se voient bien changer 5 fois de poste durant leur carrière) et polyvalents (multi-activités) • Ne croient plus aux diplômes et souhaitent court-circuiter l’école • Privilégient le statut d’indépendant sur le salariat, mais peuvent être fidèles à une entreprise dans laquelle ils ont confiance et où s’instaure un rapport « donnant- donnant » • Attendent de leurs supérieurs un accompagnement et un sens, et non plus d’avoir affaire à des donneurs d'ordres En résumé, l’entreprise de demain sera « flexible, hyper-connectée, horizontale, fun et porteur de sens »
  16. 16. Les sept paradoxes de l’éducation des générations Y et Z
  17. 17. Les sept paradoxes de la formation des jeunes de la génération Z 1. Préparer des jeunes à des organisations du travail qui n’existent pas encore partout et dont on ne connait pas encore les lignes puisque ce sont ces mêmes jeunes qui vont les inventer demain 2. Préparer des jeunes à une gestion souple des lieux et des temps sociaux (formation, travail, vie privée…) dans une organisation par nature contrainte et rigide 3. Fixer et faire respecter des règles et des règlements tout en développant l’autonomie et l’esprit d’autoentreprise auxquelles sont condamné les nouvelles générations pour survivre dans le monde du travail 4. Accompagner les jeunes des générations Y et Z à se projeter dans un métier alors qu’ils en changeront un grand nombre de fois au cours de leurs vies et que l’entreprise ne les fait plus rêver 5. Donner du sens à l’apprentissage et à l’effort pour apprendre dans un monde où tout le savoir est à portée de main et semble accessible d’un seul clic 6. Inciter les jeunes à apprendre sur des temps longs, dans une société numérique où priment les temps courts (zapping) 7. Et enfin confier à des formateurs de la génération X le soin de former des jeunes de la génération Y et Z, sans travailler à une reconnaissance des codes sociaux des uns et des autres
  18. 18. Les enjeux majeurs du numérique pour les CFA • Zapping vs multitâches ? • Manque de concentration vs gestion de la complexité ? • Défaut de mémorisation vs organisation de l’info ? • Individualisme vs réseau d’apprentissage et social ? • Futilité vs identité multiple ? 1. Revisiter la pédagogie pour les générations Z 2. Rendre la formation plus attractive pour lutter contre la concurrence 3. Lutter contre les inégalités en terme de littératie numérique 4. Prendre en compte l’hétérogénéité croissante des apprentis 5. Prendre en compte l’évolution des référentiels de formation et de certification 6. Anticiper l’évolution des secteurs professionnels 7. Préparer les publics aux nouveaux modes de recrutement
  19. 19. Un enjeu majeur : accompagner l’usage des technologies en développant la « littératie numérique » Aptitude à comprendre et à utiliser le numérique dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses compétences et capacités (OCDE, 2000) Article de la fondation Travail Université (FTU) de juin 2014 • les compétences instrumentales de base nécessaires pour manipuler de manière fonctionnelle les équipements et les interfaces numériques. • les compétences numériques avancées nécessaires pour utiliser les TIC de manière active dans les domaines liés à l’éducation et à la formation – y compris dans ses contextes informels – la vie professionnelle, la communication, la participation à la société, les loisirs et les réseaux sociaux ; • les attitudes personnelles nécessaires pour développer une utilisation à la fois critique, responsable, créative et productive de ces technologies numériques.
  20. 20. La pensée critique La créativité La collaboration La résolution de problèmes https://margaridaromero.wordpress.com/2016/03/28/5c21-5-competences-cles-pour-le-21e-siecle/ Usage du numérique pour apprendre
  21. 21. La réforme de l’apprentissage … Afin de lutter contre les ruptures de contrat en cours de route, les apprentis pourront continuer leur formation pendant six mois afin de ne « pas perdre une année ». Les entrées pourront également se faire tout au long de l'année.
  22. 22. https://create.kahoot.it/#quiz/e0c26763-278f-41d7-aa36-932b405f1be7 Un petit test avec Kahoot
  23. 23. 2ème partie : Quelles pistes d’action pour repenser la formation avec le numérique ?
  24. 24. Cinq entrées possibles pour intégrer le numérique dans un CFA Interactivité Activités Production Gestion des actions UNITE DE LIEUX DE TEMPS ET D’ACTION Revisiter l’organisation « traditionnelle » de la formation Gestion des temps Gestion des espaces
  25. 25. 1ère entrée - Repenser l’organisation des lieux de la formation Vers les « learning labs » espace modulaire, salle de cours 3.0
  26. 26. La salle de classe du XXIème siècle ? Bien qu’un TBI ait été installé, cet outil se contente de remplacer le tableau traditionnel vers lequel a toujours convergé l’attention. De plus, cette technologie – tout comme le tableau – ne suscite qu’une participation périphérique et perpétue le modèle classique de l’environnement pédagogique centré sur le professeur
  27. 27. La salle de classe du XXIème siècle ? Exemple d'espace pédagogique conçu comme un environnement propice à l'apprentissage. Son aménagement reflète une approche intégrée, dans laquelle les élèves peuvent soit s'entraider, soit se concentrer sur leur propre apprentissage, et où le professeur joue un rôle de facilitateur en guidant les élèves, mais aussi en définissant les orientations du processus d'apprentissage et des matières étudiées OCDE 2010, L’environnement physique peut-il avoir un impact sur l’environnement pédagogique ? CELE Échanges 2010/13 ISSN 2072-7933
  28. 28. Le " Future Classroom Lab "au lycée innovant international de Poitiers
  29. 29. La place des équipements personnels BYOD (Bring Your Own Device, ou « Apportez votre appareil personnel ») incarne la tendance selon laquelle les frontières entre sphère privée et sphère professionnelle sont de plus en plus floues : l’explosion des appareils mobiles, ainsi que l’émergence de la génération Y (18-30 ans) très à l’aise avec les outils mobiles, le web 2.0 et la connectivité permanente, font qu’inéluctablement les appareils informatiques personnels pénètrent dans l’entreprise (smartphones, tablettes, netbooks, etc.). Selon Serge Tisseron « les enfants seront toujours en avance sur l'institution dans ce domaine. Ils auront toujours des machines plus performantes et mieux maîtrisées que celles achetées deux ou trois ans plus tôt par l'école. C'est pour cela qu'il ne faut surtout pas que les institutions scolaires achètent ces équipements http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pag es/2012/06/15062012Article6347534358372068 82.aspx
  30. 30. 2ème entrée - Repenser l’interactivité dans la classe
  31. 31. • Kahoot, dispositif en ligne qui permet aux apprenants de répondre instantanément avec leur téléphone portable à un QCM • Plickers pour créer des votes avec des QR codes papier • … Utiliser des outils d’interactivité pour « varier le rythme »
  32. 32. • C’est avant tout un tableau - Sur lequel on peut écrire, surligner, annoter des pages déjà créées en amont ou que je crée en direct … - Sur lequel on peut afficher des images, des dessins, des photos, des vidéos, des textes … et les annoter devant la classe - Sur lequel ce que j’écris en manuscrit peut se transformer en texte Mais surtout qui garde des traces, même si j’efface ! • C’est aussi un outil interactif En fonction des activités que j’ai produit, les élèves sont invités à manipuler des objets, à discuter en petits groupes, à formuler des hypothèses … Utiliser un tableau blanc interactif
  33. 33. • Socrative … • La Quiziniere • experquiz Utiliser des outils d’interactivité pour évaluer : avant, pendant ou après la séance
  34. 34. Un exemple de test avec La Quiziniere
  35. 35. Produire des diaporamas plus dynamiques… Avec Powerpoint, mais aussi avec d’autres outils, tel que Prezi ou Genial.ly
  36. 36. Gérer sa classe comme un jeu vidéo
  37. 37. 3ème entrée : Proposer des activités différentes
  38. 38. En proposant des activités ludiques produites avec des outils simples, tels que Learning apps ou Quizlet ou plus complexe, tel que OPALE
  39. 39. Un exemple avec Learning apps : « une histoire de timbre » https://learningapps.org/watch?v=ppvx2pdq218
  40. 40. Les fiches à réviser de Quizlet
  41. 41. En « jouant » avec les serious game, plus ou moins élaborés Lien vers les sites de serious game « développement durable » • Serious game (en français Jeu Sérieux) « outil utilisant les nouvelles technologies dans l’intention spécifique de faire passer un message de manière attractive. Ce message peut être de d’ordre pédagogique, informatif, publicitaire, communicatif ou d’entraînement, tout en ayant l’aspect ludique tiré du jeu vidéo classique ou utilisant la simulation » Liste des jeux sérieux gratuits (site de Thot)
  42. 42. • En s’immergeant dans des environnements numériques complexes • En créant escape games pédagogiques • En utilisant des MOOC voir par exemple les MOOC Bâtiment durable
  43. 43. 4ème entrée- Faire produire les apprenants Avec des réseaux sociaux …exemple : comprendre la guerre 14-18 avec Twitter Avec des tableaux comme padlet … Avec des outils de production de textes, comme par exemple l’écriture d’un ouvrage suite à une sortie Voire, comme l’exemple de WIKI TP faire produire des ressources pédagogiques Avec des cartes mentales Avec les RSN : Utilisation de Pinterest en formation
  44. 44. En produisant des « tutos » avec et pour les apprentis La chaine Youtube du BTP CFA Métropole lilloise
  45. 45. 5ème entrée - Repenser l’organisation des temps de la formation
  46. 46. « afin d’optimiser le temps de classe en centrant l’accompagnement sur les besoins de chacun et l’individualisation, les cours sont enregistrés, déposés sur une plate-forme de type Youtube et les élèves les visionnent avant le cours » Les classes inversées
  47. 47. • Formation ouverte et à distance : • actions de formation qui s’appuient, pour tout ou partie, sur des apprentissages non présentiel, en autoformation ou avec tutorat, à domicile, dans l’entreprise ou en centre de formation » DFP, 1992 • Dispositif organisé, finalisé, reconnu comme tels par les acteurs, qui prend en compte la singularité des personnes dans leurs dimensions individuelle et collective et qui repose sur des situations d’apprentissage complémentaire et plurielles en terme de temps, de lieux, de médiations pédagogiques humaines et technologiques, et de ressources (Collectif de Chasseneuil, 2000) • Reconnaissance officielle de la FOAD en juillet 2014 • Décret du 8 novembre 2017 sur l’apprentissage La Formation ouverte et à distance Voir le document de Fromont Briens
  48. 48. • La formation multimodale « permet de prendre des chemins différenciés pour arriver d’un point A à un point B, et ces chemins sont une combinaison :  de moments passés en centre de formation  de cours disponibles en ligne, à partir de n'importe quel lieu  d’apprentissages s’appuyant sur des ressources numériques ou papier  d’apprentissages s’appuyant sur une équipe pédagogique et des échanges entre participants » La formation multimodale
  49. 49. La formation multimodale
  50. 50. La combinaison présentiel/distance avec l'utilisation du numérique démultiplie les occasions pour se former. Ainsi, les apprentissages pourront se dérouler au centre de formation ou à l'extérieur : • de façon synchrone : sur le modèle du face à face pédagogique traditionnel où l'apprenant se forme en présence du formateur • de façon asynchrone : où l'apprenant est en autoformation, avec des interactions et un accompagnement du formateur qui ont lieu en "différé".
  51. 51. 3ème partie : Qu’est ce que cela change pour le formateur ?
  52. 52. La technologie ne modifie pas nécessairement la pratique D’après Marcel lebrun (http://lebrunremy.be/WordPress/)
  53. 53. Tous des petites poucettes ? La révolution numérique en cours aura des effets au moins aussi considérables qu’en leur temps l’invention de l’écriture puis celle de l’imprimerie. Les notions de temps et d’espace en sont totalement transformées. Les façons d’accéder à la connaissance profondément modifiées. A cet égard, chaque grande rupture dans l’histoire de l’humanité conduit à priver l’homme de facultés ("l’homme perd") mais chaque révolution lui en apporte de nouvelles ("l’homme gagne"). A la part de mémoire et de capacité mentale de traitement de l’information qu’il perd avec la diffusion généralisée des technologies numériques, l’homme gagne une possibilité nouvelle de mise en relation (d’individus, de groupes et de réseaux, de savoirs) mais aussi une faculté décuplée d’invention et de création. http://www.francetv.fr/culturebox/michel-serres-et-la-generation-petite-poucette-91905
  54. 54. Une citation en débat … « Si elle a consulté au préalable un bon site sur la toile, petite poucette, nom de code pour l’étudiante, le patient, l’employée, l’administrée, le voyageur, l’électrice, le senior ou l’ado, que dis-je, l’enfant, le consommateur, bref l’anonyme de la place publique, celui que l‘on nommait citoyen ou citoyenne, peut en savoir autant ou plus, sur le sujet traité, la décision à prendre, l’information annoncée, le soin de soi … qu’un maitre, un directeur, un journaliste, un grand patron, un élu, un président même […] il y a présomption de compétences »
  55. 55. pour peu qu’on y réfléchisse … Qu’est ce que change l’introduction du numérique ? Le triangle pédagogique s’enrichit ! Faire ensemble, proposer des solutions, expérimenter, se tromper, construire, fabriquer, recommencer
  56. 56. ENSEIGNANT APPRENANT SAVOIR Processus « enseigner » Processus « apprendre » Processus « former» D’après Jean Houssaye, 1996 Un détour du côté du triangle pédagogique
  57. 57. Enseigner Axe privilégié : enseignant-savoir Postulat épistémologique : la réalité existe indépendamment des observateurs (positivisme) Postulat pédagogique: la connaissance se transmet Modèle pédagogique dominant : empreinte Modalités pédagogique : instruction, exposé Posture de l’enseignant : « au dessus » Activités de l’apprenant : décoder, mémoriser, imiter
  58. 58. Apprendre Axe privilégié : apprenant-savoir Postulat épistémologique : la réalité existe indépendamment des observateurs (positivisme) Postulat pédagogique : la connaissance s’acquiert progressivement (empirisme) Modèle pédagogique dominant : conditionnement Modalités pédagogiques : pédagogie par objectif, enseignement programmé, béhaviorisme. Posture de l’enseignant : « derrière» Activités de l’apprenant : exécuter, répéter
  59. 59. Former Axe privilégié : apprenant-enseignant Postulat épistémologique : la connaissance d’un objet est inséparable de l’observateur (phénoménologie) Postulat pédagogique : la connaissance se construit Modèle pédagogique dominant : construction Modalités pédagogiques : situations-problèmes, études de cas, formation par projets Posture de l’enseignant : « à côté » Activités de l’apprenant : rechercher, confronter, résoudre
  60. 60. Avec le numérique, le triangle prend du volume… Les ressources Les autres La technologie Le formateur L’apprenant Le savoir
  61. 61. L’approche « constructiviste » devient incontournable 66 Informations Savoir Dessin inspiré de Henri Boudreault Ph.D
  62. 62. Le formateur « architecte pédagogique » Le formateur contribue à l’agencement des espaces de formation (au sein du CFA) et maitrise l’agencement de son propre espace de formation (salle de classe, atelier …) • Les locaux sont le reflet de la pédagogie (cf. Montessori) • La flexibilité du mobilier est indispensable pour permettre au formateur de proposer des modalités différentiées et aux apprenants de s’approprier les lieux • Les locaux intègrent des ressources variées (notamment numériques), des équipements adaptés (TBI) et des accès à Internet via les équipements mobiles des apprenants (Wifi) À terme : agencement des supports dématérialisés (LMS …)
  63. 63. Le formateur « ingénieur de formation » Le formateur contribue à la production de dispositifs de formation : • modulables (capable de s’adapter aux fluctuations de l’activité) • modularisés (ensemble cohérent de modules autour d’un objectif de formation) • multimodaux (différentes modalités pour l’atteinte d’un objectif de formation) • individualisables (proposition de parcours adapté aux besoins et aux conditions de chaque apprenant) • Augmentation des temps d’ingénierie en amont des formations • Notion de « sur mesure » et d’offres de service • Analyse de besoins (entreprises)
  64. 64. Le formateur « ingénieur pédagogique » Le formateur contribue à la production d’une base de ressources pédagogiques numériques mutualisées • Il prend en compte l’existant avant de produire • Il sait intégrer des ressources numériques existantes dans sa progression, même s’il ne les a pas produit lui-même • Il prend en compte la plus-value du numérique sur les processus d’apprentissage et conçoit les ressources adéquates • Il produit des ressources numériques avec des outils simples, organisées autour d’un objectif pédagogique, proposant des activités formatives diversifiées et interactives • Le cas échéant, il sait rédiger un story board et travailler avec un producteur de contenu • Il connait la notion de granularisation et comprend l’organisation globale du dispositif et sait intégrer ses ressources dans un parcours (LMS, Scorm…) • Il connait et accepte les conditions de sessions de droits d’auteur
  65. 65. Le formateur « accompagnateur et guide pédagogique » Le formateur est garant de la progression de chaque apprenant • Il évalue les besoins, les pré acquis et les modalités d’apprentissage privilégiées par l’apprenant avec des outils de positionnement numériques adaptés • Il propose et contractualise un parcours individualisé en agençant les modalités et les activités (y compris les activités réalisées dans l’entreprise) adaptées à chaque apprenant et visible à distance par le maitre d’apprentissage • Il propose des « situations problèmes mobilisatrices » au bon moment, afin d’aider l’apprenant à sortir de sa zone de confort ou de certitude • Il suit les progressions (y compris les activités qui sont faites en asynchrone, au CRAF, à domicile, en entreprise ou dans les tiers lieux) • Il évalue les résultats et valide le travail tout au long du parcours • il apporte un soutien organisationnel et motivationnel, en alternant le tutorat réactif et proactif, afin de rendre l’apprenant plus autonome dans le repérage des stratégies les plus efficaces pour lui, dans son accès aux sources de savoirs, dans l’organisation de sa base de données personnelle (ENT), dans la capitalisation et la mise en valeur de ces acquis (eporfolio, eréputation …)
  66. 66. Connaitre la ZPD pour proposer des « défis réalistes » La zone proximale de développement se situe entre la zone d’autonomie et la zone de rupture. La ZPD se définit comme la zone où l’élève, à l’aide de ressources, est capable d’exécuter une tâche. Une tâche qui s’inscrit dans la ZPD permet à l’apprenant de se mobiliser, car il sent le défi réaliste. Selon Lev Vigotsky
  67. 67. Le formateur « animateur » Le formateur anime des activités collectives (synchrone et asynchrone) • Il conçoit des séquences de travail en privilégiant l’interaction et la production • Il choisit et/ou produit les supports pédagogiques les mieux adaptés à son objectif • Il anime la séquence selon le plan établi, tout en s’adaptant afin de prendre en compte les aléas et la dynamique du groupe • Il utilise à bon escient les outils d’interactivité pour rendre la séquence dynamique • Il intègre l’utilisation des équipements personnels dans les animations proposées pour favoriser les recherches personnelles • Il gère la dynamique de groupe, l’alternance entre individuel et collectif, le recours aux pairs, le travail collaboratif
  68. 68. Nuage de mots… un dernier exercice pour la route … Lister trois mots que vous inspire cette journée de sensibilisation à l’usage du numérique en formation https://www.nuagesdemots.fr/
  69. 69. Merci de votre attention Frédéric Haeuw consulting@haeuw.com Blog : www.haeuw.com Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Notes de l'éditeur

  • La génération y est parfois surnommée Génération Peter Pan, qui, en l’absence de rites de passage à l’âge adulte, ne construit pas d’identité ou de culture d’adulte spécifique.
  • Littératie numérique : Aptitude à comprendre et à utiliser le numérique dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses compétences et capacités (OCDE, 2000)
  • Tables et chaises à roulette, tableau bans numériques, espace de coproduction, murs effaçables …

    Retour des pédagogies actives (Montessori, Freinet…)

    Posture du formateur : architecte pédagogique, créer des occasions d’apprendre, accompagner l’autonomie

×