Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

Formation cariforef nantes sept 16

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 75 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à Formation cariforef nantes sept 16 (20)

Publicité

Plus récents (20)

Publicité

Formation cariforef nantes sept 16

  1. 1. Les pratiques des conseillers face au numérique Nantes, les 29 et 30 septembre 2016 Frédéric HAEUW
  2. 2. Objectifs de la formation • Analyser les impacts du numérique sur les publics, les nouvelles modalités de développement de compétences, l’ingénierie des dispositifs d’accompagnement, les nouvelles compétences des professionnels de l’orientation • Développer ses compétences de médiateur de l’information numérique • Concevoir une intervention d’accompagnement
  3. 3. L’impact du numérique et du web 2.0 sur les évolutions des modes de socialisation, de production de soi, d’apprentissage, de travail, de consommation, de relations aux administrations, de recrutement...
  4. 4. La société numérique en question … Une société du zapping, qui rend addictif à la connexion permanente, aux communications et aux échanges sommaires, aux contenus peu fiables, un univers dangereux, fragilisant les libertés individuelles et la vie privée. Une société fondée sur le lien, l’ouverture, la liberté, l’accessibilité à l’information et au savoir pour tous, la solidarité, l’expression politique … VERSUS…
  5. 5. La société numérique
  6. 6. Web 1.0 Web 2.0 Web 3.01990-2000 2000-2012 2012- xxx Web traditionnel Distribution d’informations Web social Partage, échange de contenus, communauté Web sémantique Personnalisation des informations en fonction du contexte et des besoins de chaque internaute Web 4.0 Web intelligent, Immersion de l’internaute dans un environnement (web) de plus en plus prégnant. 2020- xxx Pour mémoire …
  7. 7. Les sites Internet deviennent des applications en ligne qui savent analyser automatiquement les contenus écrits et picturaux, qui savent les interpréter, les comprendre, les classer et les rediffuser vers un nouveau public internaute. Exemple : vous pointez l'objectif de votre téléphone portable sur le visage de quelqu'un dans la rue, et vous avez accès à son actualité, son profil Facebook..
  8. 8. Web 4.0 - le web intelligent, celui des objets connectés Un exemple : WatcHelp application médicale destinée à favoriser l'autonomie des personnes atteintes de troubles cognitifs (malade d'Alzheimer, Parkinson, trouble du spectre autistique, trisomie 21, maladie d'Huntington, AVC, traumatisés crâniens etc...) et à soulager le quotidien des aidants familiaux. Cette application a la particularité de fonctionner avec une montre connectée sur laquelle l'aidé recevra des alertes et des rappels concernant les différentes tâches qu'il doit effectuer ou l'informant de ses prochains rendez-vous. Une fonctionnalité permet aux aidants de vérifier à distance que tout se déroule comme prévu, en posant des questions auxquelles l’aidé doit répondre par « oui » ou par "non".
  9. 9. En une décennie, le web a radicalement changé : • Nos habitudes de consommations (achats en ligne, prise en compte de l’avis des autres consommateurs …) • Nos relations aux savoirs (accessibilité des sources de savoirs) • Nos modes de communication (multicanalité, instantanéité) • Nos modes de travail (plus grande autonomie des collaborateurs, organisation du travail, management, gestion des compétences individuelles et collectives) • Nos modes de recrutement (importance de la e-reputation…) • Nos relations avec les administrations publiques (e-administration) et les institutions scolaires • Nos rapports au temps et à l’espace (ubiquité) • Nos relations aux autres (notion d’amis) et à soi même (avatar, extimité) « De consommateur à coproducteur »
  10. 10. Quelques chiffres ETUDE DE L’INRIA http://www.inriality.fr/barometre2014/infographie/
  11. 11. Quelques chiffres • Utilisateurs actifs dans le monde (2015) Facebook 1,350 milliard Twitter 284 millions Instagram 90 millions • 83 % des 66 millions de français sont internautes • 82 % des internautes inscrits sur au moins un réseau social (97 % des 15-25 ans) • 30 millions des français sont inscrits sur Facebook • 72 millions de téléphones sont activés • Les Français passent en moyenne 4h07 devant leur ordinateur sur Internet chaque jour et les mobinautes y passent 58 minutes • 68% de la population est inscrite sur les réseaux sociaux. 1h29 sont consacrés chaque jour à la consultation des réseaux sociaux • la vidéo représente 60% du trafic web et une vidéo sur 6 est visionnée sur un équipement mobile. Sur un mois, on estime que 85% des internautes français ont visionné une vidéo sur Internet, soit 66% de la population http://www.blogdumoderateur.com/
  12. 12. Les internautes français sont multi-écrans et très très sociaux, selon Médiamétrie • Le smartphone est plébiscité par les jeunes générations. 96,4 % des 15-24 ans et 96,9 % des 25-34 ans en possèdent un. La part tombe à 86,2 % pour les 35- 49 ans et chute à 63,1 % pour les 50-64 ans. Côté tablette, les plus équipés sont les 35-49 ans (56,8 %) et les 25-34 ans (53,9%). Toutes générations confondues, le mobile est plus utilisé au jour le jour. • 50,7 % des Français se connectent chaque jour via leur mobile à Internet, 46,9 % grâce à leur ordinateur et seulement 18,4 % avec une tablette. En décembre 2015, 56 % des connexions à Internet se faisaient soit par le smartphone, soit par tablettes. En décembre 2013, la proportion des connexions n’était que de 21 %. • 47 % du temps passé sur Internet depuis un ordinateur a servi à consulter des médias en ligne, 31 % des services et 22 % aux outils de communications (mail, messagerie instantanée…). http://www.usine-digitale.fr/article/les-internautes-francais-sont-multi-ecrans-et-tres-tres-sociaux-selon-mediametrie.N381668
  13. 13. Attention aux différences sociales … Une étude de TNS Média Intelligence (2011) révèle la coexistence de cinq groupes de jeunes de 11-15 ans : les «débutants » (12 %), les « gamers » (16 %), les « bavards » (21 %), les « no life » (22 %) et les « ado techno sapiens » (29 %), i.e. ceux qui peuvent être considérés comme des experts dans différentes tâches liées à Internet et aux TIC en général. Autrement dit, le niveau scolaire, le milieu social, les groupes d’appartenance … peuvent créer de grandes disparités chez les jeunes d’une même « génération »
  14. 14. Quelques idées fausses sur les réseaux sociaux … Que vous inspire cette photo ?
  15. 15. Générations Selfie
  16. 16. Quelques idées fausses sur les réseaux sociaux … • c’est un phénomène de mode • ils conduisent à l’isolement et à la désocialisation • Facebook est un réseau qui ne sert qu’à la vie privée, il faut mieux choisir des réseaux professionnels • les réseaux sociaux ne doivent pas être utilisés en salle de cours • ce sont des espaces insécurisés et peu crédibles © Chappatte - www.globecartoon.com/dessin – dessin publié avec l'autorisation de l'auteur.
  17. 17. Les comportements des jeunes face aux RSN Un exemple significatif : les jeunes suivis par la Mission locale de Reims 88 % des jeunes utilisent les réseaux sociaux et peuvent en citer au moins 5 différents 95% des jeunes utilisant un ou plusieurs réseaux sociaux sont inscrits sur Facebook 25% des jeunes ont déjà transmis ou reçu une offre d’emploi via un réseau social.  Le niveau scolaire n’aurait pas d’incidence sur l’utilisation ou non de réseaux sociaux ainsi que sur le nombre de réseaux sociaux utilisés. TYPE DE PARTAGE :  Photos, vidéos… 84%  Humeur, événements de la journée 47%  Demandes ou propositions de services 20%  Bons plans 17%  Offres emploi/formation 15% Etude réalisée en juillet 2014 sur 300 jeunes inscrits
  18. 18. Les comportements des jeunes face aux RSN « It’s complicated » étude américaine de Danah Boyd (2014) sur l’usage des RSN par les jeunes américains - Les copains d’abord « la plupart des jeunes n’aiment pas parler à des inconnus » - La vie privée n’a pas disparue :  Ils souhaitent garder le contrôle et apprennent à paramétrer leurs profils  Ils apprécient peu que les adultes arrivent sur leur terrain  L’engouement pour Snapchat est le signe d’une maturité sur le risques liés à la pérennité des images diffusées sur le web - Les « like » leur font du bien ; reconnaissance, sentiment d’exister, le nombre de followers est un signe distinctif - Les « selfies » sont une manière de s’approprier un moment présent, un lieu, un contexte …
  19. 19. Et si l’inintérêt avait aussi un intérêt ? La plupart des échanges sur Facebook n’ont souvent aucun intérêt intellectuel apparent. Mais une part de la fonction phatique du langage est prise en charge par nos ordinateurs … parler pour ne rien dire, ou de sujets sans intérêt, voire simplement « pour rire » sont des formes essentielles des échanges sociaux (Yann Leroux, psychologue)
  20. 20. Le besoin d’extimité • «intimité et extimité, nous dit Serge Tisseron, sont inséparables d’un troisième terme, l’estime de soi. Celle-ci a d’abord besoin d’un espace d’intimité pour se construire. Mais l’intimité de chacun lui devient vite ennuyeuse s’il ne peut la partager avec personne. La construction de l’estime de soi passe donc ensuite par la mise en jeu du désir d’extimité. Désir d’intimité et désir d’extimité sont la systole et la diastole de la construction de l’estime de soi et de l’identité». Voir la vidéo de Serge Tisseron : https://youtu.be/gkmtHFf-T0U Voir aussi l’article « archéologie du web » http://www.madmoizelle.com/skyblog-anatomie- 223586
  21. 21. X Y et Z sont dans le même bateau… La génération X regroupe les personnes qui sont nées entre 1960 et 1980. Ces membres n’étaient pas ou peu connectés et restaient relativement stables sur le marché de l’emploi… jusqu’à ce que la crise les rattrape. La génération Y regroupe les personnes nées entre 1980 et 1995. C’est la génération des « digital natives » qui ont grandi au même rythme que le réseau internet et l’accès aux ordinateurs. Cette génération remet en cause les modèles de management, la vie politique, la manière de consommer et elle privilégie l’entreprenariat au salariat. La génération Z regroupent les personnes nées après 1995. Elle est aussi appelée génération C (Communication, Collaboration et Création). Ces membres ont grandi avec la technologie, mais surtout avec le Web Social. C’est une génération connectée en permanence, qui ne comprend pas la « communication verticale » qui existe au sein de l’entreprise.
  22. 22. Les jeunes de la génération Z : • Sont hyper-connectés, mais les interactions médiatisées sont plus aisées que les interactions en direct • Partagent naturellement l’information et veulent produire ensemble • Sont lucides, bien informés, mais parfois cyniques • Croient en la valeur travail plus qu’à la réussite professionnelle : travailler par passion, pour s’épanouir personnellement • Recherchent un équilibre entre vie privée et vie professionnelle • Seront mobiles (38% d’entre eux en France se voient bien changer 5 fois de poste durant leur carrière) et polyvalents (multi-activités) • Ne croient plus aux diplômes et souhaitent court-circuiter l’école • Privilégient le statut d’indépendant sur le salariat, mais peuvent être fidèles à une entreprise dans laquelle ils ont confiance et où s’instaure un rapport « donnant- donnant » • Attendent de leurs supérieurs un accompagnement et un sens, et non plus d’avoir affaire à des donneurs d'ordres En résumé, l’entreprise de demain sera « flexible, hyper-connectée, horizontale, fun et porteur de sens »
  23. 23. Les générations Y Z et l’apprentissage Zapping vs multitâches ? Manque de concentration vs gestion de la complexité ? Défaut de mémorisation vs organisation de l’info ? Individualisme vs réseau d’apprentissage et social ? Futilité vs identité multiple ? …
  24. 24. Médias et/ou réseaux sociaux ? Médias sociaux : sites permettant de publier du contenu (articles, brèves, photographies, vidéos, fichiers PDF), de donner son opinion ou de dialoguer avec d’autres utilisateurs, de contribuer à des projets participatifs, ou encore d’agréger une information pour la restituer ensuite. Réseaux sociaux : site dont la vocation première est la mise en relation des utilisateurs entre eux. Fonctionnalités caractéristiques des réseaux sociaux : Un espace de présentation, un outil de recherche pour identifier des membres partageant des zones d’interaction, des solutions pour échanger et partager avec la communauté, des outils collaboratifs Deux grandes tendances : • Les réseaux sociaux de contact, qui misent sur la constitution de cercles de connaissances (exemple : Facebook) • Les réseaux sociaux de contenu, qui favorisent la publication d’un contenu original, destiné à être partagé avec la communauté (exemple : Twitter) http://blog.kinoa.com/2013/08/05/reseaux-sociaux-et-medias-sociaux-quelle-difference/
  25. 25. http://www.fredcavazza.net/2015/05/29/panorama-des-medias-sociaux-2015 publication discussionréseautage partage
  26. 26. Typologie des médias sociaux Les médias sociaux de masse, grand public, pour se faire des amis et partager des informations. Facebook, Twitter, Google+ et les messageries mobiles (WhatApps, Messegers, Hangouts …) Les médias sociaux professionnels, pour se retrouver dans des communautés de pratiques : Viadéo, Linkedln, certains à thème : Aptilink Les sites de bookmarking et du curation, pour organiser des marques pages, partager des liens et les commenter : Delicious, Diigo, Pearltrees, Scoop-it… Les sites de partages de contenus, pour publier des contenus spécialisés : Photos (Flickr, Pinterest, Vidéo (Youtube, Dailymotion), Powerpoint (Slideshare), documents (Dropbox), mur (tmblr), Photos éphémères (Snapchat), Blog (overblog, Skyblog …), Periscope (retransmission de vidéos en direct) Les sites de jeux en ligne, pour se divertir mais aussi exister dans une autre vie : world of warcraft, sims , my farm
  27. 27. Les tendances actuelles en matière de e-recrutement VOIR : Etude de Région Job.com sur l’emploi et les réseaux sociaux
  28. 28. Amusons nous un peu … «ce que l’on dit de moi … » sur webmii
  29. 29. Une première vidéo sur le recrutement 2.0
  30. 30. Témoignage d’employeur
  31. 31. La googlisation des candidats, un phénomène majeur tout secteur confondu… La googlisation des candidats, pratique consistant à faire des recherches en ligne lors d’un processus de recrutement, est toujours d’actualité. 48% des recruteurs déclarent se renseigner de cette manière. Les résultats peuvent avoir des conséquences importantes. 35% avouent ainsi avoir déjà écarté un candidat suite aux résultats trouvés 31% ont au contraire recruté un candidat car les informations récoltées étaient positives « les rendez-vous IRL (in real life) deviennent de plus en plus des rendez- vous de validation d’un avis forgé au préalable, plutôt que de découverte. La googlisation est une redoutable antichambre dont on ne sort pas indemne » http://www.marketing-professionnel.fr/
  32. 32. Principaux motifs d’attitude favorables des recruteurs suite aux informations trouvées sur les réseaux sociaux : • impressions positives sur la personnalité des candidats • profils qui confirment les compétences • profils montrant la créativité du candidat • profils montrant l’habileté à communiquer • richesse des informations d’un profil • commentaires positifs venant de tierces personnes • distinctions reçues par les candidats Principaux motifs d’attitude défavorables des recruteurs suite aux informations trouvées sur les réseaux sociaux : • photos “inappropriées” • commentaires “inappropriés” • commentaires négatifs sur l’ancien employeur • carences dans l’expression • propos discriminatoires • mensonges sur les qualifications réelles Source : http://comerecommended.com Quel est le poids des traces numériques pour les recruteurs ?
  33. 33. Etude de Région Job.com sur l’emploi et les réseaux sociaux Pour aller plus loin, l’étude de Région-Job sur l’emploi et les réseaux sociaux 2.0
  34. 34. En résumé : ce qui peut augmenter les chances d’un candidat … • Disposer de ressources variées pour présenter ses compétences : profil Viadeo ou Linkedin, CV vidéo, Blog … • Être présent et actif sur les réseaux • Mettre en valeur son profil • Faire de la veille dédiée • Utiliser des sites dédiés utilisant la richesse graphique du web • Utiliser le mobile et le tactile : les apps (sites carrière, de job boards, de réseaux sociaux, d’offres) 100 % smartphones, avec géolocalisation des offres et possibilité de candidater directement depuis un mobile. • Proposer des entretiens virtuels (de type skype) En savoir plus sur http://business.lesechos.fr/directions-ressources-humaines/ressources- humaines/recrutement/0203608888986-le-recrutement-numerique-ou-en-sommes-nous- 101447.php?IQOgbpec3k2HPGIk.99 Bref développer sa e-réputation et son Personal branding !
  35. 35. E-réputation L'e-réputation est la réputation, l’opinion commune (informations, avis, échanges, commentaires, rumeurs…) sur le Web d'une entité (marque, personne, morale (entreprise) ou physique (particulier), réelle (représentée par un nom ou un pseudonyme) ou imaginaire). Elle correspond à l’identité de cette marque ou de cette personne associée à la perception que les internautes s'en font» wikipédia
  36. 36. Le marketing personnel essaie de répondre à la question de la légitimité professionnelle en faisant en sorte que les traces numériques multiples que génère volontairement une personne (via les réseaux sociaux, notamment) donnent une impression d'ensemble cohérente, aux côtés de traces que cette personne ne maîtrise pas car générées par d'autres sources qu'elle-même (articles de journaux, blogs d'autres personnes, discussions, etc.). Le personal branding ou « marque personnelle » repose sur l'idée d'appliquer à une personne les techniques de communication utilisées pour les marques Personal Branding, quésaco ?
  37. 37. Une marque personnelle doit être : • Authentique • Claire • Constante • Cohérente • Rayonnante • Différente • Connectée • Engagée • Actualisée Le souci premier est celui de la congruence Challenge : faire coïncider ma marque personnelle (ce que je dis de moi, avec ma e-réputation (ce que les autres disent de moi) . L'idée est de rendre cohérent la présentation, le parcours professionnel, les expertises...avec les traces numériques qu'on trouve sur moi en tapant son nom dans un moteur de recherche : sites, articles, profils dans les réseaux sociaux, notes de blogs, commentaires, etc. Le quiz du Personal Branding : où en êtes-vous sur votre marque personnelle ?
  38. 38. A lire et commenter, le point de vue de Jacques Froissant (Dirigeant-fondateur du cabinet de recrutement 2.0 Altaïde) sur le Personal Branding. Deux points de vue de recruteurs Quelques citations : « Si vous faites une pub sans savoir à qui vous vous adressez et quel message que vous voulez faire passer, vous faites quelque chose qui n’a pas d’impact. » « ça ne sert à rien d’aller se multiplier, il vaut mieux se concentrer sur deux-trois outils et bien le faire, plutôt que d’essayer d’être présent partout » « Quand on maîtrise bien son marketing personnel, c’est très souvent une occasion d’être rapidement connu dans une communauté d’intérêt. Les réseaux pro (LinkedIn et Viadeo) sont une base indispensable. Un outil comme DoYouBuzz peut être intéressant surtout quand on a un nom à homonyme. Après, ce peut être un blog ou un compte Twitter, ce sont les principaux outils. Ils peuvent se décliner sur pleins d’autres endroits : Facebook, sous format vidéo, etc. »
  39. 39. A lire et commenter, le point de vue de Jean-Christophe Anna, Conseil et Formation en Recrutement innovant, Link Humans, sur le Personal Branding. Deux points de vue de recruteurs Quelques citations : « Le marketing personnel consiste, après avoir fait l’audit de ses présences numériques, à construire son identité numérique, c’est à dire l’identité professionnelle sous laquelle on souhaite apparaître, l’image que l’on souhaite véhiculer sur le Web» « Le marketing personnel, c’est donc également un état d’esprit. Il faut être prêt à se mettre un peu partout sur la toile, à se dévoiler un peu en se racontant professionnellement» « ce qui est intéressant c’est qu’aujourd’hui le candidat peut se renseigner lui aussi sur le recruteur. Le recruteur et le candidat sont donc à égalité en terme d’exposition » « Ce qui est important quand on se lance, c’est réfléchir à sa ligne éditoriale, à son positionnement, à quels mots-clés on souhaite être retrouvé pour que les intitulés utilisés soient les plus pertinents »
  40. 40. La boite à outil numérique idéale pour développer son Personal Branding Un outil de publication (blog) Un(des) réseaux Un outil de partage Un CV en ligne Un outil de veille Facebook, Twitter, LinkedIn … Pearltrees, Scoop-it … Doyoubuzz… Slidshare, Pinterest … Cerise sur le gâteau CV VIDEO F. Haeuw
  41. 41. Les CV vidéos … Un premier exemple : le CV de Lucie Le Squeren-Caulfield « Pour certains recruteurs : le CV vidéo est un réel atout pour communiquer de façon innovante. Pour d’autres, se pose la question du temps accordé au CV, qui est trop important par rapport à un CV classique, ainsi qu’un problème lié au visionnage » http://www.jobteaser.com/fr/conseils/38-cv-video- avantages-et-inconvenients Voir l’expérience de FACE A L’EMPLOI de la Fondation Agir Contre l’Exclusion (FACE) http://www.facealemploi.tv/cv- video/
  42. 42. Les CV vidéos … Exercice pratique : visionner les trois CV vidéos et formuler 10 conseils pratiques
  43. 43. Un nouvel outil intégrateur … Wataycan
  44. 44. Le P.B. s’adresse-t-il seulement aux cadres et aux professionnels de la communication ? A voir : Le site de lorfolio Vidéo de présentation de lorfolio « j’ai la fibre » Exercice : choisir 3 porfolios accessibles sur lorfolio et répondre aux questions suivantes : - Quels sont les éléments favorables, positifs pour ce candidat? - Quels sont les + de sa présentation ? - Quels sont les éléments qui pourraient jouer en défaveur de ce candidat ? - Quels conseils pourrait-on lui donner pour améliorer son porfolio ? - Quels conseils pourrait-on lui donner pour améliorer sa e-réputation d’une manière générale ? L’exemple de Manon https://instagram.com/manon_cherche_ un_job/
  45. 45. Au revoir Pole-emploi, vive les Job boards ??? Un job board est un site internet de recrutement présentant une liste d'offres d'emploi mise à jour en temps quasi-réel, le mot job board pourrait se traduire littéralement par "panneau d'emploi" ce qui représente bien l'activité en elle-même. Les principaux leaders : Monster, Apec et RegionsJob, meteoJob Services offerts : • push-mail (inscription à des alertes qui envoient des mails à l'utilisateur lorsqu'un job est posté) • dépôt de CV avec CVthèque facturée • accès à la Cvthèque pour les recruteurs • fiches métiers et conseils RH pour les candidats • présence sur les réseaux sociaux • indexation des offres sur les moteurs de recherche (Google) et les meta-moteurs (Option Carrière, JobiJoba...) http://job-board.thejober.com/Job-Board.php
  46. 46. Site Secteur Effectif France Nb visites/mois Nb visiteurs uniques/mois Nb d'offres Nombre de CV Apec Cadres 900 2,4 millions 1 million 41 000 422 000 Cadremploi Cadres 200 3,8 millions 1,6 million 12 000 2,2 millions Regionsjob Généraliste 120 4,8 millions 1,5 million 27 000 1,8 million Monster Généraliste 200 2,8 millions 1 million 12 000 251 000 Meteojob Généraliste 50 3 millions 1,3 million9 50 000 1,4 million Quelques chiffres en novembre 2014… Et ne pas oublier : le bon coin ! Voir également la vidéo de méteojob
  47. 47. Au-delà des jobboards, les sites de sourcing Sourcing (ou identification en français) : processus qui a pour objectif d'identifier des candidats correspondant aux profils recherchés par le client. L'identification est à la fois un processus interne (recherches multi-critères au sein du vivier de candidats, bases de données internes, annuaires des Écoles...) et externe : phoning par les chargés de recherche, recherche sur le web, accès à des candidathèques et à des CVThèques... Par exemple le site http://www.opensourcing.fr/ C’est un peu l’équivalent de Kayak pour les hôtels
  48. 48. Selon le classement NetObserver de janvier 2015, Pôle emploi reste le site préféré des Français pour chercher un emploi,. Le site de l'organisme public est désigné comme tel par 25% des sondés tandis que Leboncoin.fr n'a la préférence que de 4% d'entre eux et n'arrive ainsi qu'en cinquième position derrière Indeed.fr, Apec.fr et Linkedin.com. Pôle emploi : 135.000 recherches d'offres par heure Le site institutionnel arrive également en tête des sites d'emploi les plus consultés avec 6 millions de visiteurs uniques par mois, toutes rubriques confondues, selon Mediamétrie en juin 2015. Les offres d'emploi du Bon Coin attirent pour leur part quatre fois moins d'internautes (1,6 millions) et sont de toute façon moins consultées que celles d'Indeed (1,9 millions). Quand au nombre total de visites, Pôle emploi en comptabilisait tout de même 48 millions en septembre dernier. Et l'organisme public comptabilise "135.000 recherches d'offres d'emploi par heure sur son site", assure à metronews un porte parole de Pôle emploi. http://www.metronews.fr/conso/offre-d-emploi-les-chomeurs-consultent-plus-pole-emploi-fr-que-leboncoin-fr-n- en-deplaise-a-xavier-bertrand/mojz!8FQCoMkWFccBI/ Selon NetObsever, Pôle-emploi reste leader !…
  49. 49. Du côté des réseaux sociaux professionnels… Voir l’étude du site opensourcing : http://www.opensourcing.fr/blogs/4/pask7v-infographie-:-%C3%A9tude- internet-et-recrutement-2014
  50. 50. Emploi-store, le Pôle-emploi nouveau est arrivé ?
  51. 51. L’initiative d’Emmaus Connect et le site clicnjob
  52. 52. Exercice : par binôme • Choisir et « expertiser » deux ou trois applications sur emploi store ou Clicnjob • Objectifs, avantages, plus value, point faible, point d’achoppement éventuel … • Identifier les modalités d’accompagnement en présence ou à distance sur ces applications ?
  53. 53. L’ingénierie des dispositifs d’accompagnement du développement des compétences et la fonction de médiation numérique
  54. 54. Un petit test
  55. 55. Tous des petites poucettes ? La révolution numérique en cours aura des effets au moins aussi considérables qu’en leur temps l’invention de l’écriture puis celle de l’imprimerie. Les notions de temps et d’espace en sont totalement transformées. Les façons d’accéder à la connaissance profondément modifiées. A cet égard, chaque grande rupture dans l’histoire de l’humanité conduit à priver l’homme de facultés ("l’homme perd") mais chaque révolution lui en apporte de nouvelles ("l’homme gagne"). A la part de mémoire et de capacité mentale de traitement de l’information qu’il perd avec la diffusion généralisée des technologies numériques, l’homme gagne une possibilité nouvelle de mise en relation (d’individus, de groupes et de réseaux, de savoirs) mais aussi une faculté décuplée d’invention et de création. http://www.francetv.fr/culturebox/michel-serres-et-la-generation-petite-poucette-91905
  56. 56. Un citation en débat … « Si elle a consulté au préalable un bon site sur la toile, petite poucette, nom de code pour l’étudiante, le patient, l’employée, l’administrée, le voyageur, l’électrice, le senior ou l’ado, que dis-je, l’enfant, le consommateur, bref l’anonyme de la place publique, celui que l‘on nommait citoyen ou citoyenne, peut en savoir autant ou plus, sur le sujet traité, la décision à prendre, l’information annoncée, le soin de soi … qu’un maitre, un directeur, un journaliste, un grand patron, un élu, un président même […] il y a présomption de compétences »
  57. 57. Question : en quoi le numérique impacte votre métier ?
  58. 58. La fonction de médiation numérique « La médiation numérique consiste à accompagner des publics variés vers l'autonomie, dans les usages quotidiens des technologies, services et médias numériques ». Les médiateurs peuvent être : • des professionnels spécialement affectés à cette mission : animateurs-trices multimédia dans des lieux d'accès publics à internet ou Espaces publics numériques, intervenants vacataires d'ateliers d'initiation, formateurs-trices intervenants auprès de publics en insertion sociale ou professionnelle, … • des personnes exerçant occasionnellement ce rôle dans le cadre de leurs fonctions professionnelles ou bénévoles : bibliothécaires, médiateurs-trices culturels, conseillers d'insertion, assistant-e de vie auprès de personnes âgées, éducateurs-trices auprès de personnes handicapées, … http://assmednum.corse.fr/Vers-une-definition-de-la-mediation-numerique_a43.htmlPhilippe Cazeneuve Voir le site officiel de la médiation numérique
  59. 59. Accompagner en ligne : Les points positifs (1) • L’apport et le partage d’informations et de témoignages sur des formations, des métiers par les publics eux-mêmes • La possibilité d’un questionnement et d’un dialogue dans des contextes autres que le traditionnel rendez-vous en face à face (désinhibition des individus) • Une réponse à la culture de l’immédiat et de l’actualisation en temps réel • Le renforcement de l’estime de soi et du pouvoir d’agir des usagers • Facilités d’accès (en cas de déplacement, hors des horaires de bureau…) • Possibilité d’une relation asynchrone (forums, échanges par mail…) Le Web 2.0 et les pratiques en orientation, PRAO 2015 en orientation
  60. 60. Accompagner en ligne : les points positifs (2) • Confidentialité (évite de devoir se rendre dans un lieu de conseil physique • Possibilité pour l’usager de conserver l’anonymat et pour le professionnel de rester centré sur le discours de l’usager • Aspect désinhibiteur d’Internet • Possibilité d’offrir des informations complémentaires au conseil en face-à- face • Permet de mixer des modalités de conseil : une communication directe propice à créer de l’empathie et une communication écrite en différée propice à un temps de maturation et de formalisation de la pensée • Possibilité de conserver une trace de son cheminement, de son développement personnel (par exemple, e-portfolio) Le Web 2.0 et les pratiques en orientation, PRAO 2015 en orientation
  61. 61. Accompagner en ligne : Les points de difficulté • Inégalités d’accès • Existence de problèmes techniques • Problème de la vitesse des échanges et d’une culture de l’immédiateté • Difficulté de certaines personnes à l’écrit (ceci concerne certaines modalités de conseil en ligne) • Coût des services • Manque des signaux verbaux et non verbaux • Possibilité pour le consultant de masquer son identité • Question d’expertise, de propriété intellectuelle, pour les producteurs de contenu • Problèmes éthiques, juridiques, de confidentialité, de sécurité, de respect de la vie privée • Questions relatives aux données archivées, à la dissémination des données sans consentement, aux détournements du flux d’informations par un tiers • Encouragement par Internet de comportements dysfonctionnels : Internet peut maintenir un état de sous développement des compétences sociales de l’utilisateur. Le Web 2.0 et les pratiques en orientation, PRAO 2015 en orientation
  62. 62. Un petit test • Dave le mentalist • La vidéo interactive de la CNIL • Alice et Timmy Trois petites vidéos de sensibilisation Un autre qui lui ressemble 1- Identification collective des risques liés aux NTIC (Production d’une mindmap) 2- identifier quelques outils de prévention Aider à identifier les risques
  63. 63. Des outils pour créer, pour ou avec un groupe … Un autre avec les « tableaux de liège » Exemple de production avec l’outil Padlet Un exemple de production collective avec Pinterest https://fr.pinterest.com/gadoriole/ Utiliser Facebook pour animer un groupe https://www.facebook.com/profile.php?id=100010644366367&fref=ts écriture d’un ouvrage suite à une sortie ou avec Didapage
  64. 64. Aide à trouver et évaluer une source • Par binôme : Trouver l’information pertinente pour traiter le sujet, Échanger sur les résultats et la pratique de recherche • Visionner les vidéos « formuler une requête » et « déchiffrer une adresse web » sur le lien http://www.faireunerecherche.fse.ulaval.ca/ressources/capsules/ http://www.faireunerec herche.fse.ulaval.ca/
  65. 65. Qualifier un site d’informations • Par binôme choisir un thème lié à l’orientation (sur un métier par exemple…) et sélectionner trois sites • Remplir la grille 3 QPOC « pour évaluer un site internet » sur les trois sites sélectionnés • Échanger sur les résultats http://www.faireunerecherche.fse.ulaval.ca/
  66. 66. • Par binôme, à partir de trois sites fréquemment utilisés par les publics dans le milieu de l’orientation, repérer les invariants (en terme de navigation et d’interactivité, par exemple : créer son identifiant …) et les composantes de la compétence numérique nécessaire pour être autonome dans la recherche • Mise en commun : production d’une cartographie Identifier les composantes de la compétence numérique
  67. 67. La littératie numérique Aptitude à comprendre et à utiliser le numérique dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses compétences et capacités (OCDE, 2000) Article de la fondation Travail Université (FTU) de juin 2014 • les compétences instrumentales de base nécessaires pour manipuler de manière fonctionnelle les équipements et les interfaces numériques. • les compétences numériques avancées nécessaires pour utiliser les TIC de manière active dans les domaines liés à l’éducation et à la formation – y compris dans ses contextes informels – la vie professionnelle, la communication, la participation à la société, les loisirs et les réseaux sociaux ; • les attitudes personnelles nécessaires pour développer une utilisation à la fois critique, responsable, créative et productive de ces technologies numériques.
  68. 68. Les populations cibles … Article de la fondation Travail Université (FTU) de juin 2014
  69. 69. Arsenic : une autre grille de la compétence numérique http://www.netpublic.fr/2012/09/competences- numeriques/ Le dossier en téléchargement
  70. 70. Compétences compréhensives • la lecture visuelle, • la reproduction numérique, • la lecture numérique, • la lecture critique • la dimension socio-affective de l’échange. Compétences numériques de base • l’hypertexte • la virtualisation des données • virtualisation des échanges d’informations. • l’interactivité Compétences manipulatoires • la création • la communication • la recherche d’information • l’environnement numérique C a d r e c i t o y e n www.arsenicpaca.fr Nétiquette
  71. 71. Produire une intervention d’accompagnement Public visé, contexte, objectifs, moyens, organisations, déroulement, indicateurs de résultats … Et maintenant, action !
  72. 72. Merci de votre participation Frédéric Haeuw consulting@haeuw.com Blog : www.haeuw.com Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

×