SlideShare une entreprise Scribd logo

2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf

Les muqueuses buccales sont originales par deux caractères : - L’humidification permanente par la salive ; - Le turn over très rapide des cellules épithéliales (25 jours au lieu de 50 à 75 jours pour l’épiderme).

1  sur  9
Télécharger pour lire hors ligne
1
Physiologie des muqueuses
buccales
Dr Wafa Nasri-GAHA
AHU en Parodontologie
Faculté de Médecine Dentaire de Monastir
3ème année Médecine Dentaire
Année Universitaire 2020/2021
2
Contents
1. Introduction..................................................................................................................................... 3
2. Physiologie des muqueuses bordantes........................................................................................... 3
2.1. L’épithélium............................................................................................................................. 3
2.2. Le tissu conjonctif.................................................................................................................... 4
3. Physiologie des muqueuses masticatoires...................................................................................... 4
3.1. L’épithélium gingival................................................................................................................ 4
3.1.1. L’épithélium buccal............................................................................................................... 4
3.1.2. L’épithélium sulculaire .................................................................................................... 5
3.1.3. L’épithélium de jonction.................................................................................................. 5
3.2. Le tissu conjonctif gingival :..................................................................................................... 6
3.2.1. La matrice extracellulaire .................................................................................................... 6
3.2.2. Les cellules du tissu conjonctif ........................................................................................ 6
3.2.3. Les fibres du tissu conjonctif ........................................................................................... 7
3.3. L’espace biologique................................................................................................................. 8
4. Physiologie des muqueuses spécialisées......................................................................................... 8
4.1. Les papilles filiformes.............................................................................................................. 8
4.2. Les papilles fongiformes.......................................................................................................... 9
4.3. Les papilles caliciformes, ou circumvallées............................................................................. 9
4.4. Les papilles foliées................................................................................................................... 9
3ème
année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021
3
1. Introduction
Les muqueuses buccales sont originales par deux caractères :
- L’humidification permanente par la salive ;
- Le turn over très rapide des cellules épithéliales (25 jours au lieu de 50 à
75 jours pour l’épiderme).
Elles sont constituées d’un épithélium malpighien reposant sur un chorion
conjonctif. Cette structure histologique est sujette à d’importantes variations
morphologiques et topographiques liées à des fonctions différentes. Ainsi, On
reconnaît 3 types de muqueuses buccales:
 Type 1 : La muqueuse bordante: faces internes des joues, des lèvres, le
palais mou, le plancher buccal, fond du vestibule, les muqueuses
alvéolaires, les faces ventrale et latérales de la langue.
 Type 2 : La muqueuse masticatoire: la gencive et la fibromuqueuse
palatine.
 Type 3 : La muqueuse spécialisée: tapissant la face dorsale de la langue.
Ont pour rôle:
- d’assurer la protection des tissus musculaire et osseux sous-jacents;
- de jouer un rôle dans la transmission de sensation: chaud ou froid,
sécheresse ou humidité, texture des aliments ou d’objets et goût…
2. Physiologie des muqueuses bordantes
La plus étendue ;
Ce sont des muqueuses flexibles, élastiques reposant sur des muscles;
Se laisse distendre (riche en fibres élastiques).
2.1. L’épithélium
Epithélium non kératinisé, dépourvu de couche granuleuse ;
Le glycogène est abondant dans toutes les couches cellulaires ;
La quantité de collagène au niveau d’un épithélium est inversement
proportionnelle au degré de kératinisation => Epithélium non kératinisé = riche
en collagène avec une activité de collagénase.
• Les mélanocytes: cellules spécialisées, pigmentaires, élaboration de la
mélanine;
3ème
année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021
4
• Les cellules de Merkel : jouent un rôle dans la transmission de l’influx
nerveux;
• Les cellules de Langerhans: sont impliquées dans la réponse immunitaire;
• Les corps d’Odland: contiennent des phospholipides et des phosphatases
acides, constituant ainsi une barrière protectrice au passage d’eau dans
les couches profondes de l’épithélium;
2.2. Le tissu conjonctif
Tissu conjonctif abondamment vascularisé ;
Contient :
- des fibres de collagène (en nombre réduit) ;
- des fibres élastiques (en grand nombre);
- ces glandes salivaires muqueuses et séreuses;
- du tissu adipeux
 Fonctions:
- Fonction d’échange ;
- Fonction immunitaire: cellules de défense (spécifique et non spécifique) ;
- Fonction de réparation : fibroblastes + vaisseaux.
3. Physiologie des muqueuses masticatoires
Elles sont rigides, attachées à l’os sous-jacent et aux dents;
Sensible au toucher, à la température et à la perception de la douleur.
3.1. L’épithélium gingival
L’épithélium qui recouvre la gencive peut être différencié en trois types :
- l’épithélium buccal ;
- l’épithélium sulculaire ;
- l’épithélium de jonction ;
3.1.1. L’épithélium buccal
Il s’agit d’un épithélium pavimenteux, stratifié, kératinisé qui présente des
digitations épithéliales dans le chorion gingival.
3ème
année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021
5
Il comprend quatre couches. On distingue de la lame basale vers l’extérieur :
 Les cellules de la couche basale (stratum germinatum) sont soit
cylindriques, soit cuboïdes et sont en contact avec la membrane basale ;
 La couche épineuse (stratum spinosum) de l’épithélium est constituée de
10 à 20couches de cellules relativement larges, polyédriques, munies de
prolongements cytoplasmiques courts. Les cellules sont attachées entre
elles par de nombreux hémidesmosomes ;
 La couche granuleuse (stratum granulosum) ;
 Les cellules de la couche cornée (stratum corneum), cytoplasme rempli
de kératine.
3.1.2. L’épithélium sulculaire
Il fait face à la dent. Il s’agit d’un épithélium pavimenteux stratifié non
kératinisé.
3.1.3. L’épithélium de jonction
Comporte une couche basale et plusieurs couches supra-basales.
Entoure le collet de la dent comme un anneau.
Au moment de l’éruption dentaire, l’épithélium de jonction se forme à partir de
la fusion entre l’épithélium adamantin réduit et la couche basale de
l’épithélium buccal qui recouvre la crête.
Après éruption, l’épithélium de jonction est continuellement renouvelé par
division cellulaire des cellules de la couche basale de l’épithélium buccal.
L’épithélium de jonction est très large dans sa partie coronaire, environ 15 à 20
couches cellulaires, mais devient plus étroit vers la jonction amélo-cémentaire.
Les cellules sont aplaties avec leurs grands axes parallèles à la surface de la
dent. Leur taille est très importante par rapport au volume tissulaire total. La
largeur des espaces intercellulaires est plus importante que celle des espaces
intercellulaires de l’épithélium buccal.
Le nombre de desmosomes est plus faible dans l’épithélium de jonction que
dans l’épithélium buccal.
3ème
année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021
6
En microscopie électronique, on peut voir que les cellules basales de
l’épithélium de jonction ne sont pas au contact direct de la dent. Le contact se
fait par l’intermédiaire d’une membrane basale et des hémidesmosomes.
La membrane basale est composée de deux zones : une zone électron-dense
(lamina densa) une zone électron-claire (lamina lucida).
3.2. Le tissu conjonctif gingival :
C’est le tissu prédominant de la gencive, hautement organisé.
Son architecture est à l’origine de la tonicité et la force de résistance
caractéristiques de ces muqueuses ;
Il est composé de fibres de collagène (60%du volume tissulaire), de fibroblastes
(5%), de vaisseaux et de nerfs enchâssés dans une matrice extracellulaire
(35%)).
3.2.1. La matrice extracellulaire
La matrice extracellulaire est essentiellement produite par les fibroblastes bien
que certains constituants le soient par les mastocytes et d’autres composants
dérivés du sang. Elle est le milieu dans lequel les cellules du tissu sont incluses
et elle est essentielle au maintien des fonctions normales du tissu.
Elle est le siège de transport d’eau, d’électrolytes, des nutriments, des
métabolites vers et à partir des cellules du tissu conjonctif.
Les principaux constituants sont : glycoprotéines, protéoglycanes.
3.2.2. Les cellules du tissu conjonctif
Les cellules du tissu conjonctif sont:
- les fibroblastes: ce sont les cellules principales du tissu conjonctif (65%
de la population cellulaire totale). Ils sont situés entre des fibres de
collagène, leur orientation spatiale étant conditionnée par l’organisation
des faisceaux fibrillaires. Le fibroblaste est impliqué dans la production
de divers types de fibres retrouvées dans le tissu conjonctif et dans la
synthèse de la matrice extracellulaire du tissu conjonctif.
Le fibroblaste est une cellule fusiforme ou étoilée.
- Les cellules de défense: myéloïdes (monocytes, macrophages,
leucocytes), lymphoïdes (lymphocytes T et B, plasmocytes), mastocytes
(ils sont responsables de la production de certains composants de la

Recommandé

Poly histologie-et-embryologie-medicales
Poly histologie-et-embryologie-medicalesPoly histologie-et-embryologie-medicales
Poly histologie-et-embryologie-medicalesElsa von Licy
 
Cours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentaireCours développement de l'organe dentaire
Cours développement de l'organe dentairessuser402aa2
 
1. Généralités sur le parodonte et la parodontologie.pdf
1. Généralités sur le parodonte et la parodontologie.pdf1. Généralités sur le parodonte et la parodontologie.pdf
1. Généralités sur le parodonte et la parodontologie.pdfHamedBelhaj
 
1. Généralités sur le parodonte et la parodontologie.pdf
1. Généralités sur le parodonte et la parodontologie.pdf1. Généralités sur le parodonte et la parodontologie.pdf
1. Généralités sur le parodonte et la parodontologie.pdfHamedBelhaj
 

Contenu connexe

Similaire à 2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf

4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF 4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF ssuser402aa2
 
Amélogénèse dr haddadi
Amélogénèse  dr haddadiAmélogénèse  dr haddadi
Amélogénèse dr haddadiZakaria Haroun
 
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdfLivre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdfabdelkrim khedim
 
travail pratique d'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi- UNIKOLTissu c...
travail pratique d'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi- UNIKOLTissu c...travail pratique d'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi- UNIKOLTissu c...
travail pratique d'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi- UNIKOLTissu c...university of kolwezi, group, searchers
 
5. formation de la jonction gingivo dentaire
5. formation de la jonction  gingivo dentaire 5. formation de la jonction  gingivo dentaire
5. formation de la jonction gingivo dentaire ssuser402aa2
 
1 colloque embryologie de la dent.dr haroun
1 colloque embryologie de la dent.dr  haroun1 colloque embryologie de la dent.dr  haroun
1 colloque embryologie de la dent.dr harounZakaria Haroun
 
Scientific Dossier Mustela : New Discoveries on infant skin from the first da...
Scientific Dossier Mustela : New Discoveries on infant skin from the first da...Scientific Dossier Mustela : New Discoveries on infant skin from the first da...
Scientific Dossier Mustela : New Discoveries on infant skin from the first da...MustelaMedical
 
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalLe traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalOral Surgeon
 
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaireInnervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaireZakaria Haroun
 
05 tissu osseux
05   tissu osseux05   tissu osseux
05 tissu osseuxsovonglang
 
L’appareil manducateur anatomie
L’appareil manducateur anatomieL’appareil manducateur anatomie
L’appareil manducateur anatomieAbdeldjalil Gadra
 
Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2Zakaria Haroun
 
Physiologie et physiopathologie de l'épuration du mucus des
Physiologie et physiopathologie de l'épuration du mucus des Physiologie et physiopathologie de l'épuration du mucus des
Physiologie et physiopathologie de l'épuration du mucus des medecindumaroc
 

Similaire à 2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf (20)

4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF 4. phenomenes de croissance COURS ODF
4. phenomenes de croissance COURS ODF
 
Amélogénèse dr haddadi
Amélogénèse  dr haddadiAmélogénèse  dr haddadi
Amélogénèse dr haddadi
 
Groupe 5 tp histo
Groupe 5 tp histoGroupe 5 tp histo
Groupe 5 tp histo
 
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdfLivre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
Livre parodontologie-li onblanc lionblanc.pdf
 
Les membranes
Les membranesLes membranes
Les membranes
 
5 histopathologie
5 histopathologie5 histopathologie
5 histopathologie
 
7tissuosseux
7tissuosseux7tissuosseux
7tissuosseux
 
travail pratique d'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi- UNIKOLTissu c...
travail pratique d'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi- UNIKOLTissu c...travail pratique d'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi- UNIKOLTissu c...
travail pratique d'histologie G2-Bio-Med Université de Kolwezi- UNIKOLTissu c...
 
5. formation de la jonction gingivo dentaire
5. formation de la jonction  gingivo dentaire 5. formation de la jonction  gingivo dentaire
5. formation de la jonction gingivo dentaire
 
Anatomie de cornee
Anatomie de corneeAnatomie de cornee
Anatomie de cornee
 
1 colloque embryologie de la dent.dr haroun
1 colloque embryologie de la dent.dr  haroun1 colloque embryologie de la dent.dr  haroun
1 colloque embryologie de la dent.dr haroun
 
Scientific Dossier Mustela : New Discoveries on infant skin from the first da...
Scientific Dossier Mustela : New Discoveries on infant skin from the first da...Scientific Dossier Mustela : New Discoveries on infant skin from the first da...
Scientific Dossier Mustela : New Discoveries on infant skin from the first da...
 
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et finalLe traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
Le traitement des dents permanentes immatures apexogénèse et final
 
6tissucartilagineux
6tissucartilagineux6tissucartilagineux
6tissucartilagineux
 
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaireInnervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
Innervation et-vascularisation-de-lorgane-dentaire
 
05 tissu osseux
05   tissu osseux05   tissu osseux
05 tissu osseux
 
L’appareil manducateur anatomie
L’appareil manducateur anatomieL’appareil manducateur anatomie
L’appareil manducateur anatomie
 
Le milieu buccal
Le milieu buccalLe milieu buccal
Le milieu buccal
 
Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2Embryologie de-l organe-dentaire2
Embryologie de-l organe-dentaire2
 
Physiologie et physiopathologie de l'épuration du mucus des
Physiologie et physiopathologie de l'épuration du mucus des Physiologie et physiopathologie de l'épuration du mucus des
Physiologie et physiopathologie de l'épuration du mucus des
 

Plus de HamedBelhaj

3. Le milieu buccal- La salive.pdf
3. Le milieu buccal- La salive.pdf3. Le milieu buccal- La salive.pdf
3. Le milieu buccal- La salive.pdfHamedBelhaj
 
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdfHamedBelhaj
 
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdfHamedBelhaj
 
6. L_adhérence bactérienne.pdf
6. L_adhérence bactérienne.pdf6. L_adhérence bactérienne.pdf
6. L_adhérence bactérienne.pdfHamedBelhaj
 
7. Le tartre.pdf
7. Le tartre.pdf7. Le tartre.pdf
7. Le tartre.pdfHamedBelhaj
 
5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdfHamedBelhaj
 
6. L_adhérence bactérienne.pdf
6. L_adhérence bactérienne.pdf6. L_adhérence bactérienne.pdf
6. L_adhérence bactérienne.pdfHamedBelhaj
 
3. Le milieu buccal- La salive.pdf
3. Le milieu buccal- La salive.pdf3. Le milieu buccal- La salive.pdf
3. Le milieu buccal- La salive.pdfHamedBelhaj
 
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdfHamedBelhaj
 
5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdfHamedBelhaj
 
7. Le tartre.pdf
7. Le tartre.pdf7. Le tartre.pdf
7. Le tartre.pdfHamedBelhaj
 
l'articulation temporo-mandibulaire
l'articulation temporo-mandibulairel'articulation temporo-mandibulaire
l'articulation temporo-mandibulaireHamedBelhaj
 

Plus de HamedBelhaj (12)

3. Le milieu buccal- La salive.pdf
3. Le milieu buccal- La salive.pdf3. Le milieu buccal- La salive.pdf
3. Le milieu buccal- La salive.pdf
 
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
 
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf
 
6. L_adhérence bactérienne.pdf
6. L_adhérence bactérienne.pdf6. L_adhérence bactérienne.pdf
6. L_adhérence bactérienne.pdf
 
7. Le tartre.pdf
7. Le tartre.pdf7. Le tartre.pdf
7. Le tartre.pdf
 
5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf
 
6. L_adhérence bactérienne.pdf
6. L_adhérence bactérienne.pdf6. L_adhérence bactérienne.pdf
6. L_adhérence bactérienne.pdf
 
3. Le milieu buccal- La salive.pdf
3. Le milieu buccal- La salive.pdf3. Le milieu buccal- La salive.pdf
3. Le milieu buccal- La salive.pdf
 
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
4. Le milieu buccal- Le fluide gingival.pdf
 
5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf5. Les plaques bactériennes.pdf
5. Les plaques bactériennes.pdf
 
7. Le tartre.pdf
7. Le tartre.pdf7. Le tartre.pdf
7. Le tartre.pdf
 
l'articulation temporo-mandibulaire
l'articulation temporo-mandibulairel'articulation temporo-mandibulaire
l'articulation temporo-mandibulaire
 

Dernier

2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptxSidoShinn
 
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREL’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREsoshepatites
 
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptxLa coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptxS/Abdessemed
 
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfLes atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfStellaDiMare3
 
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptxSidoShinn
 
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptxSidoShinn
 

Dernier (6)

2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
2- Troubles de la conduction et du rythmes TOUBIB World.pptx
 
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIREL’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
L’HÉPATITE B, M’AIDER À LA COMPRENDRE, SAVOIR CE QU’IL FAUT FAIRE
 
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptxLa coloration au bleu de prusse  (coloration de perls).pptx
La coloration au bleu de prusse (coloration de perls).pptx
 
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdfLes atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
Les atteintes musculo-squelettiques dans l’hémophilie JFR 2023.pdf
 
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
1- Formation ECG TOUBIB World- ECG normal.pptx
 
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
3- Formation ECG Coronaropathie et ECG.pptx
 

2. Physiologie des muqueuses buccales.pdf

  • 1. 1 Physiologie des muqueuses buccales Dr Wafa Nasri-GAHA AHU en Parodontologie Faculté de Médecine Dentaire de Monastir 3ème année Médecine Dentaire Année Universitaire 2020/2021
  • 2. 2 Contents 1. Introduction..................................................................................................................................... 3 2. Physiologie des muqueuses bordantes........................................................................................... 3 2.1. L’épithélium............................................................................................................................. 3 2.2. Le tissu conjonctif.................................................................................................................... 4 3. Physiologie des muqueuses masticatoires...................................................................................... 4 3.1. L’épithélium gingival................................................................................................................ 4 3.1.1. L’épithélium buccal............................................................................................................... 4 3.1.2. L’épithélium sulculaire .................................................................................................... 5 3.1.3. L’épithélium de jonction.................................................................................................. 5 3.2. Le tissu conjonctif gingival :..................................................................................................... 6 3.2.1. La matrice extracellulaire .................................................................................................... 6 3.2.2. Les cellules du tissu conjonctif ........................................................................................ 6 3.2.3. Les fibres du tissu conjonctif ........................................................................................... 7 3.3. L’espace biologique................................................................................................................. 8 4. Physiologie des muqueuses spécialisées......................................................................................... 8 4.1. Les papilles filiformes.............................................................................................................. 8 4.2. Les papilles fongiformes.......................................................................................................... 9 4.3. Les papilles caliciformes, ou circumvallées............................................................................. 9 4.4. Les papilles foliées................................................................................................................... 9
  • 3. 3ème année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021 3 1. Introduction Les muqueuses buccales sont originales par deux caractères : - L’humidification permanente par la salive ; - Le turn over très rapide des cellules épithéliales (25 jours au lieu de 50 à 75 jours pour l’épiderme). Elles sont constituées d’un épithélium malpighien reposant sur un chorion conjonctif. Cette structure histologique est sujette à d’importantes variations morphologiques et topographiques liées à des fonctions différentes. Ainsi, On reconnaît 3 types de muqueuses buccales:  Type 1 : La muqueuse bordante: faces internes des joues, des lèvres, le palais mou, le plancher buccal, fond du vestibule, les muqueuses alvéolaires, les faces ventrale et latérales de la langue.  Type 2 : La muqueuse masticatoire: la gencive et la fibromuqueuse palatine.  Type 3 : La muqueuse spécialisée: tapissant la face dorsale de la langue. Ont pour rôle: - d’assurer la protection des tissus musculaire et osseux sous-jacents; - de jouer un rôle dans la transmission de sensation: chaud ou froid, sécheresse ou humidité, texture des aliments ou d’objets et goût… 2. Physiologie des muqueuses bordantes La plus étendue ; Ce sont des muqueuses flexibles, élastiques reposant sur des muscles; Se laisse distendre (riche en fibres élastiques). 2.1. L’épithélium Epithélium non kératinisé, dépourvu de couche granuleuse ; Le glycogène est abondant dans toutes les couches cellulaires ; La quantité de collagène au niveau d’un épithélium est inversement proportionnelle au degré de kératinisation => Epithélium non kératinisé = riche en collagène avec une activité de collagénase. • Les mélanocytes: cellules spécialisées, pigmentaires, élaboration de la mélanine;
  • 4. 3ème année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021 4 • Les cellules de Merkel : jouent un rôle dans la transmission de l’influx nerveux; • Les cellules de Langerhans: sont impliquées dans la réponse immunitaire; • Les corps d’Odland: contiennent des phospholipides et des phosphatases acides, constituant ainsi une barrière protectrice au passage d’eau dans les couches profondes de l’épithélium; 2.2. Le tissu conjonctif Tissu conjonctif abondamment vascularisé ; Contient : - des fibres de collagène (en nombre réduit) ; - des fibres élastiques (en grand nombre); - ces glandes salivaires muqueuses et séreuses; - du tissu adipeux  Fonctions: - Fonction d’échange ; - Fonction immunitaire: cellules de défense (spécifique et non spécifique) ; - Fonction de réparation : fibroblastes + vaisseaux. 3. Physiologie des muqueuses masticatoires Elles sont rigides, attachées à l’os sous-jacent et aux dents; Sensible au toucher, à la température et à la perception de la douleur. 3.1. L’épithélium gingival L’épithélium qui recouvre la gencive peut être différencié en trois types : - l’épithélium buccal ; - l’épithélium sulculaire ; - l’épithélium de jonction ; 3.1.1. L’épithélium buccal Il s’agit d’un épithélium pavimenteux, stratifié, kératinisé qui présente des digitations épithéliales dans le chorion gingival.
  • 5. 3ème année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021 5 Il comprend quatre couches. On distingue de la lame basale vers l’extérieur :  Les cellules de la couche basale (stratum germinatum) sont soit cylindriques, soit cuboïdes et sont en contact avec la membrane basale ;  La couche épineuse (stratum spinosum) de l’épithélium est constituée de 10 à 20couches de cellules relativement larges, polyédriques, munies de prolongements cytoplasmiques courts. Les cellules sont attachées entre elles par de nombreux hémidesmosomes ;  La couche granuleuse (stratum granulosum) ;  Les cellules de la couche cornée (stratum corneum), cytoplasme rempli de kératine. 3.1.2. L’épithélium sulculaire Il fait face à la dent. Il s’agit d’un épithélium pavimenteux stratifié non kératinisé. 3.1.3. L’épithélium de jonction Comporte une couche basale et plusieurs couches supra-basales. Entoure le collet de la dent comme un anneau. Au moment de l’éruption dentaire, l’épithélium de jonction se forme à partir de la fusion entre l’épithélium adamantin réduit et la couche basale de l’épithélium buccal qui recouvre la crête. Après éruption, l’épithélium de jonction est continuellement renouvelé par division cellulaire des cellules de la couche basale de l’épithélium buccal. L’épithélium de jonction est très large dans sa partie coronaire, environ 15 à 20 couches cellulaires, mais devient plus étroit vers la jonction amélo-cémentaire. Les cellules sont aplaties avec leurs grands axes parallèles à la surface de la dent. Leur taille est très importante par rapport au volume tissulaire total. La largeur des espaces intercellulaires est plus importante que celle des espaces intercellulaires de l’épithélium buccal. Le nombre de desmosomes est plus faible dans l’épithélium de jonction que dans l’épithélium buccal.
  • 6. 3ème année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021 6 En microscopie électronique, on peut voir que les cellules basales de l’épithélium de jonction ne sont pas au contact direct de la dent. Le contact se fait par l’intermédiaire d’une membrane basale et des hémidesmosomes. La membrane basale est composée de deux zones : une zone électron-dense (lamina densa) une zone électron-claire (lamina lucida). 3.2. Le tissu conjonctif gingival : C’est le tissu prédominant de la gencive, hautement organisé. Son architecture est à l’origine de la tonicité et la force de résistance caractéristiques de ces muqueuses ; Il est composé de fibres de collagène (60%du volume tissulaire), de fibroblastes (5%), de vaisseaux et de nerfs enchâssés dans une matrice extracellulaire (35%)). 3.2.1. La matrice extracellulaire La matrice extracellulaire est essentiellement produite par les fibroblastes bien que certains constituants le soient par les mastocytes et d’autres composants dérivés du sang. Elle est le milieu dans lequel les cellules du tissu sont incluses et elle est essentielle au maintien des fonctions normales du tissu. Elle est le siège de transport d’eau, d’électrolytes, des nutriments, des métabolites vers et à partir des cellules du tissu conjonctif. Les principaux constituants sont : glycoprotéines, protéoglycanes. 3.2.2. Les cellules du tissu conjonctif Les cellules du tissu conjonctif sont: - les fibroblastes: ce sont les cellules principales du tissu conjonctif (65% de la population cellulaire totale). Ils sont situés entre des fibres de collagène, leur orientation spatiale étant conditionnée par l’organisation des faisceaux fibrillaires. Le fibroblaste est impliqué dans la production de divers types de fibres retrouvées dans le tissu conjonctif et dans la synthèse de la matrice extracellulaire du tissu conjonctif. Le fibroblaste est une cellule fusiforme ou étoilée. - Les cellules de défense: myéloïdes (monocytes, macrophages, leucocytes), lymphoïdes (lymphocytes T et B, plasmocytes), mastocytes (ils sont responsables de la production de certains composants de la
  • 7. 3ème année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021 7 matrice extracellulaire) et cellules accessoires (cellules présentant l’antigène, plaquettes, cellules endothéliales, cellules dendritiques). Localisées autour de l’épithélium de jonction. Protection contre les agressions d’origine bactérienne. 3.2.3. Les fibres du tissu conjonctif  Les fibres de collagènes constituent la composante essentielle du parodonte. Ces fibres confèrent à la gencive une forme stable et une résistance aux tractions et aux forces mécaniques. Selon leur insertion et leur trajet à travers les tissus, les faisceaux orientés dans la gencive peuvent être divisés en plusieurs groupes (fig.) - les fibres dento-gingivales sont incluses dans le cément de la partie supra-alvéolaire de la racine et se projettent, à partir du cément, en éventail vers les surfaces tissulaires gingivales libres vestibulaire, linguale et inter proximale. On distingue les fibres coronaires, horizontales et apicales. - Les fibres circulaires sont des faisceaux de fibres qui suivent un trajet dans la gencive libre et encerclent la dent de la manière d’une bague. - Les fibres dento-périostées sont incluses dans la même portion de cément que les fibres dento-gingivales mais elles suivent un trajet en direction apicale par rapport aux crêtes osseuses alvéolaires vestibulaire et linguale et se terminent dans le tissu conjonctif de la gencive adhérente. - Les fibres alvéolo-gingivales: S’insèrent au niveau de la crête alvéolaire et se termine au niveau de la gencive libre - Les fibres transeptales s’étendent entre le cément supra-alvéolaire de deux dents adjacentes. Elles présentent un trajet droit à travers le septum interdentaire conjonctif et sont incluses à chaque extrémité dans le cément de chaque dent adjacente. Elles sont responsables de la consistance ferme de la gencive marginale.  Les fibres élastiques : présentent dans le tissu conjonctif mais uniquement en association avec les vaisseaux sanguins.
  • 8. 3ème année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021 8  Les fibres réticulées : sont présentes aux interfaces entre épithélium et tissu conjonctif.  Les fibres oxytalanes : de longues fibrilles minces, rares au niveau du conjonctif gingival. 3.2.4. Fonctions Le tissu conjonctif possède 3 fonctions : - Fonction d’échange - Fonction de défense - Fonction de réparation 3.3. L’espace biologique L’espace biologique a été décrit pour la 1ère fois en 1961 (Garguilo et al.), comme la zone de jonction gingivo-dentaire, regroupant l’épithélium de jonction ainsi que l’attache conjonctive sous-jacente. Il est aujourd’hui admis que pour conserver la meilleure santé parodontale possible, il ne faut pas agresser cet espace biologique. 4. Physiologie des muqueuses spécialisées Localisée au niveau dos de la langue. Partiellement flexibles mais possèdent un attachement collagénique et une grande résistance mécanique. Elle s’individualise par la présence de nombreuses papilles sensibles aux goûts. Il existe 4 groupes distincts de papilles linguales. Chaque groupe présente ses propres caractéristiques structurales et une distribution particulière : 4.1. Les papilles filiformes Sont des élevures coniques (≈2 mm), avec un axe conjonctif mince, revêtu d'un épithélium très kératinisé. Elles sont dispersées sur toute la surface du dos de la langue. Le tissu conjonctif est relativement fibreux et pourvu d’une riche vascularisation. L’épithélium ne contient pas de bourgeon de gustatif. Il est kératinisé (les extrémités des papilles présentent un degré de kératinisation plus accentué qu’à leur base).
  • 9. 3ème année Médecine Dentaire Dr Wafa NASRI Année Universitaire 2020/2021 9 Leur structure particulière et leur grand nombre, conduisent à la formation d’une surface dure et abrasive, impliquée dans la compression des aliments contre le palais dur. 4.2. Les papilles fongiformes Beaucoup moins nombreuses que les précédentes, en forme de champignon (2 mm de hauteur) sont plus larges à leur extrémité supérieure qu'à leur base. Elles sont intriquées aux papilles filiformes et prédominent sur les bords de la langue. Le tissu conjonctif qui leur sert d’armature est très vascularisé. Kératinisé sur le sommet, non kératinisé sur les côtés. Les crêtes basales épithéliales sont très marquées. Contiennent des bourgeons gustatifs, localisés au niveau de la surface papillaire supérieure. 4.3. Les papilles caliciformes, ou circumvallées 7 à 14 papilles. Volumineuses 3 mm de diamètre et 1 mm de hauteur, en forme de champignon. Disposées en « V », à l’extrémité postérieure du corps de la langue. Entourées à la base par un sillon profond au fond duquel s'abouchent les glandes salivaires accessoires séreuses. Elles contiennent des bourgeons gustatifs aux nombre de plusieurs centaines par papilles. 4.4. Les papilles foliées Plutôt que des vraies papilles, il s’agit de 3 à 10 replis, parallèles entre eux, situés sur les bords latéraux postérieurs du corps de la langue Chez l’homme adulte, elles sont soit absentes soit rudimentaires. L’épithélium de recouvrement n’est pas kératinisé. Elles contiennent des glandes salivaires séreuses et des bourgeons de goût.