Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

theorie de la firme.PPT

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
Chapitre 2.ppt
Chapitre 2.ppt
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 39 Publicité

Plus De Contenu Connexe

Plus récents (20)

Publicité

theorie de la firme.PPT

  1. 1. Présentation: Professeur K. TAHARI La Théorie de la Firme
  2. 2. Interrogation ?  Sur l’existence de la firme ?  Son mode d’organisation ou sa configuration organisationnel?  Sa gouvernance ?
  3. 3. Définitions:  L’entreprise est l’organisation de production de biens et services marchands Entreprise organisation particulière régie par des relations hiérarchiques et fonctionnelles en interne (marché interne). Et d’échange sur le marché externe.
  4. 4. •Entreprise: terme économique général qui désigne l’ensemble des organisations produisant des biens et services marchands. •Firme: terme anglo-saxon désignant l’entreprise et utilisé dans la littérature économique relative à l’étude des comportements des entreprises dans les différents marchés.( boite noire). •Société (corporate en anglais) : terme juridique qui désigne l’organisation économique(entreprise) à travers sa forme juridique ( société de personnes et société de capitaux).
  5. 5.  L’entreprise est d’abord une organisation qui produit des biens et services.  Pour ce faire, elle transforme un ensemble d’entrants (Inputs), dans un processus de production, en sortants (Output).  Production = f (K,L, &)  Elle crée de la valeur ajoutée, participe au PIB.  Explication du PIB et VA  NB : toutes les organisations ne sont pas des entreprises ( classements par agents de la CN)
  6. 6. Types d’entreprises effectif (unité) % du PIB C.A (chiffre d’affaires) Etat du tissus d’entreprises en France Micro- entreprises< 10 salariés 2,7 millions 19% < 2 millions d’euros PME < 250 salariés 164 000 25% < 50 millions d’Euros Entreprises de taille intermédiaire (ETI) CA<1.5 milliards euros 4600 22% <1,5 milliards d’euros grandes entreprises CA< 1.5 milliards euros 242 34% > 1,5 milliards d’euros
  7. 7. Situation en Algérie CNRC Recensement ONS Différence Personnes morales 163 307 90 554 72 753 Personnes physiques 1 413 382 869 164 544 218 Total 1 576 689 959 718 616 971 Sources : A Bouyacoub in revue repères du 1er décembre 2013 Industrie & BTPH 253 761 105948 147 813 Commerces 722 155 528 328 193 827 Services 600 773 325 442 275 331 Total 1 576 689 959 718 616 971
  8. 8.  Entreprise = résultat de l’acte entrepreneurial - Prise de risque ( incertitude liée à la réalisation de la marchandise) - Innovation ( Schumpeter= processus de destruction créatrice) = transgression des formes anciennes d’organisation et de gestion dominantes ( 4 types process, produit, inputs et organisationnelles) Incrémentales et de ruptures - Organisateur de la production Tous ces éléments sont des justifications du profit
  9. 9. SP ROBBINS, Théorie des organisations, Prentice Hall, 1987.  Organisation ( selon S.P. ROBBINS) 1. « Une organisation est un ensemble de moyens structurés constituant une unité de coordination ayant des frontières identifiables, fonctionnant en continue en vue d’atteindre un ensemble d’objectifs ».
  10. 10. Deuxième définition ( ARROW, les limites de l’organisation, PUF 1976). 2. « Les organisations sont un moyen de tirer parti de l’action collective lorsque le système de prix ( le marché de nous) est en défaut ».
  11. 11. Selon Douglass NORTH in (Transaction Costs, Institutions, and Economic Performance) Institutions consist of formal rules, informal constraints (norms of behavior, conventions, and self-imposed codes of conduct), and the enforcement characteristics of both. INSTITUTION: désigne à la fois les règles formelles, les organismes officiels qui définissent et garantissent les modalités d’allocation des ressources et de leur utilisation mais aussi les règles informelles ( contraintes)
  12. 12. 1ère question : l’existence de la firme ?  1. On parle de firme et non de l’entreprise?  Question qui découle de son absence dans la théorie néoclassique (modèle standard Walras-Pareto et A. Smith )  La firme se confond avec l’individu producteur  l’Entreprise est fonction de production à optimiser (sur le plan technique et du coût)
  13. 13. Le modèle standard?  Illustré par la théorie du producteur en micro- économie fondée sur une axiomatique simple ( hypothèse forte invérifiables) qui postule sur:  1. une régulation par les prix donc le marché  2. atomicité  3. un individu autonome et rationnel en parfaite information( symétrie)  4. absence de barrières ( à l’entrée et sortie)
  14. 14. Taux de profit ?  Comportement rationnel du producteur consiste à maximiser son profit en réduisant ses coûts et maximisant ses recettes.  Π = R (P,Q) – C (Q)  Le profit maximum lorsque la der π = 0 En d’autres termes le profit marginal = 0
  15. 15. Comment se fait la concurrence sur le marché?  Concurrence des producteurs autour d’un même produits  Concurrence des capitaux : mobilité interbranches et émergence du taux de profit moyen qui rémunère les capitaux.  Réalité barrières et disparité des taux de profit,
  16. 16. Niveau et disparité des taux de profit par secteur d’activité en DZ Secteurs d’activités 2001 2016 . Agriculture 6,19 7,28 Eaux, Energie 0,38 0,40 Hydrocarbures 7,00 2,62 ISMME - 0,22 -0,05 Matériaux de Construction 0,30 0,79 BTPH 0,84 1,30 Chimie et plastique 0,28 0,87 I.A.A 2,08 3,01 Textile et confection 1,25 1,25
  17. 17. Les enseignements de la théorie standard: 1. L’entreprise se confond avec le producteur qui cherche à optimiser son revenu différentiel, 2. L’entreprise n’existe pas comme organisation structurée mais comme boite noire dénuée de contenu, 3. C’est le rapport au marché à travers les transactions qui est au cœur de la théorie de la firme dans le modèle walrasien.
  18. 18. La firme est une boite noire dénuée de contenu organisationnel?  Assimilée à l’individu propriétaire, entrepreneur ?  Confusion de la propriété et de la gestion  Correspond à la réalité d’avant l’apparition des grandes entreprises à capital socialisé posant la question de sa gouvernance?
  19. 19. Un oubli fondamental:  L’entreprise renvoie à: 1. Une division du travail et des modalités de coordination des activités et tâches qui en découlent. 2. Une formalisation des règles et des procédures de fonctionnement 3. Une hiérarchie et un contrôle 4. Une continuité et une stabilité relative
  20. 20. Dans sa dimension économique et sociale l’entreprise comporte 4 dimensions analytiques:  Elle est un lieu de production  Un lieu de distribution de revenus  Un lieu de relations sociales  Un lieu de décision et d’information K.TAHARI
  21. 21. L’entreprise est orientée dans le sens  Une finalité économique qui correspond à l’orientation à long terme accéder à un revenu différentiel qui rémunère les propriétaires  Un objectif: il est opérationnel ( augmenter sa part de marché, son chiffre d’affaire)
  22. 22.  En tant que système, l’entreprise se présente comme « un ensemble de parties coordonnées en vue d’accomplir un ensemble de buts » (Churchman)  Elle comprend: 1. Un système technologique 2. Un système de pilotage 3. Un système d’information
  23. 23.  Trois types d’organes: 1. Les organes opérationnels:activités courantes de l’organisation 2. Les organes fonctionnels: soutien aux opérationnels 3. Les organes d’État-major : élaborent et prennent les décisions stratégiques
  24. 24.  Trois types de liaisons: Type de liaison Nature de la liaison Communications Hiérarchique Autorité sur l’activité qui dépend de la place dans la hiérarchie -Ordres -Directives -- Comptes-rendus Fonctionnelle Autorité qui tient à la compétence dans un domaine de compétence -Instructions -Règlements -Procédures Conseil(État- major) Assistance de spécialistes. -Rapports -Recommandations -Conseils -Synthèses -Etudes
  25. 25. 1. La Théorie Économique de l’Organisation  Adam Smith à travers son fameux exemple de l’usine d’épingle considéré comme le précurseur de la théorie économique des organisations.  S’intéresse en particulier à la division du travail, soutient qu’elle étend le domaine de la rationalité individuelle puisqu’elle augmente la productivité individuelle du travail.
  26. 26. Toutefois, on considère en général que l’économie des organisations se constitue avec  le travail de R COASE (1937), « The nature of the firm »  Celui de O.E.Williamson sur les coûts de transaction (1985), « The economic Institutions of Capitalism » New York: Free Press  Celui de H Simon & J March ( théorie behavioriste et de la rationalité limité)  La Théorie de l’agence et des contrats ( Jensen et Meckling) 1976.
  27. 27. A cette construction participent également les économistes du travail.  Particulièrement les tenants de la théorie de la segmentation du marché du travail.  Pour P E DOERINGER & M PIORE(1971) ,Internal Labor Markets and Manpower Analysis, Heath Lexington Books, l’organisation justifie son existence en tant que marché interne « unité administrative à l’intérieur de laquelle la rémunération et l’affectation du travail sont déterminées par un ensemble de règles et de procédures administratives ».
  28. 28. Toutes ces approches remettent en cause le modèle standard à travers ses hypothèses.  1. Atomicité des producteurs ou multiplicité des offreurs ( absence de monopoles)  2. Situation se symétrie des acteurs donc disponibilité et surtout accessibilité à l’information qui est gratuite( le marché ne coûte pas)  3.Liberté de mouvement aux facteurs de production ( absence de barrières à l’entrée et à la sortie)  4.L’entreprise est preneuse de prix(price taker) donc la régulation relève de « la main invisible ».
  29. 29. En réalité, dans cette approche l’organisation =boite noire dénuée de contenu  1. L’organisation se confond avec le producteur qui assure à la fois la combinaison technique mais aussi économique des facteurs de production.  Le module fonctionne sur l’hypothèse de l’existence d’une combinaison optimale (one best way), l’équilibre est obtenu lorsque les productivités marginales des facteurs(K,L) égalisent les revenus marginaux de ces facteurs.  2. L’organisation n’est plus dénuée de contenu; elle devient un lieu et des modalités d’allocation de ressources autres que le marché.
  30. 30. Les économistes du travail donnent également un contenu à l’organisation.  Elle devient marché interne où les ressources humaines obéissent à des règles administratives, des procédures, des habitudes règles totalement différentes du système de prix.  L’organisation est segmentée en deux pôles essentiels: un marché primaire ( bon salaires et main-d’œuvre qualifiée) et un marché secondaire ( travail précaire, bas salaires).
  31. 31.  Le marché interne réintroduit l’organisation dans GRH par le biais de mécanismes d’adaptation de ces ressources particulièrement par la formation, la promotion et l’ancienneté ainsi que les négociations avec le partenaire social.  L’organisation supplée le marché lorsque le système de prix ne permet pas une allocation optimale des ressources
  32. 32. L’Économie des organisations rejette l’idée  De la rationalité totale; elle reprend l’hypothèse de la rationalité limitée ( Approche behavioriste)  Elle constate que la situation dominante est celle de l’asymétrie des acteurs.  L’usage du marché a un coût ( recherche du partenaire, négociation, conclusion et sécurisation de la transaction).
  33. 33. WILLIAMSON qui continue le travail de COASE constate que l’organisation se substitue au marché lorsque:  Du fait de la présence de spécificité des actifs  De la fréquence de la transaction  Cet auteur s’intéresse également au développement de la structure verticale de l’organisation, de son coût, lorsqu’elle est préférée au marché.
  34. 34. Les organisations sont perçues également sous l’angle de leur gouvernance à travers les relations d’agence qui y existent.  Relation entre un mandant ou (principal) et mandataire.  Elle peut aussi bien porter sur la relation entre les actionnaires et les managers  Que les salariés et l’organisation.
  35. 35. D’OÙ 2 branches dans le théorie de l’agence:  Une branche dite positive et qui correspond à la théorie financière de l’Entreprise ( relation entre l’actionnaire et le manager  Une branche dite normative qui étudie les formes de coopération dans les différentes structures organisationnelles.
  36. 36. Il ne s’agit en aucun cas d’opposer marché et organisation.  Il y a lieu de comprendre les modalités de leur rencontre.  Toute organisation est confrontée à son environnement dont les marchés constituent l’environnement économique.
  37. 37.  La confrontation se fait par les achats, le recours au marché du travail, le marché financier, le marché de la technologie, la vente, l’action des concurrents etc.  Par ailleurs, le marché n’existe que parce que existent des organisations qui mettent à sa disposition des flux de biens et services et qui sont objet d’échanges.
  38. 38.  A l’intérieur de l’organisation, les ressources sont allouées par décision du management qui assure la coordination des activités par des relations d’ordre et de hiérarchie qui régissent le fonctionnement de l’organisation.  A l’extérieur de l’organisation( relation avec l’environnement) l’allocation des ressources obéit aux mécanismes du marché donc au système des prix.
  39. 39. Se Pose nécessairement la question du choix entre internalisation et externalisation.  L’internalisation augmente la dimension de l’organisation, l’externalisation la diminue.  Se pose la question de la taille de la firme et de l’organisation optimale et des modalités de coordinations.  Pour Williamson celle-ci est obtenue lorsque les coûts de transaction égalisent le prix du marché.

×