Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
ENTREPRISES4
- L A G A Z E T T E D U M I D I -
DU 29 FÉVRIER AU 6 MARS 2016 - N° 8510www.forumeco.com
«
I
nteropSys offre ...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La Gazette du midi

155 vues

Publié le

InteropSys simplifie les processus !

Publié dans : Actualités & Politique
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

La Gazette du midi

  1. 1. ENTREPRISES4 - L A G A Z E T T E D U M I D I - DU 29 FÉVRIER AU 6 MARS 2016 - N° 8510www.forumeco.com « I nteropSys offre une solution en ligne de gestion de proces- sus,expliqueAurélien Codet de Boisse, cofondateur de la start-up avec Nicolas Boissel-Dallier, deux ingénieurs docteurs de l’école des Mines d’Albi. Cela veut dire que l’on modélise, onconfigureetonsuitlespro- cessus de l’entreprise ». Le jeune dirigeant le reconnaît lui-même:cen’estpasévident de synthétiser en quelques mots l’activité d’InteropSys. L’entreprise,hébergéedepuis sa création en 2013 au sein d’une des pépinières de Tou- louseMétropoleàColomiers, s’est pourtant donnée pour objectifdesimplifierlaviedes entreprises en les accompa- gnant dans l’optimisation de leurs processus internes. « Qu’il s’agisse des RH, des achats, de l’administratif, du commercial, de la qualité… Notre solution peut en effet s’appliquer à de très nom- breuses problématiques », ajoute Aurélien Codet de Boisse. IteropSuite, sa solution de Business Process Manage- ment (BPM) que la start-up a développé, a déjà séduit de grandes entreprises comme Airbus et Thales autour de problématiquesliéesàlaqua- lité, ou encore ERDF dans la rationalisationdesesproces- sus relatifs, par exemple, au branchement de nouveaux clients.Desétablissementset collectivitéspublics,àl’image de Pôle emploi pour ses pro- cessusd’achatsetdeToulouse Métropolepourlagestiondes marchéspublics,ontaussiuti- lisé IteropSuite. Pourautant,lasolutionn’in- téresse pas que les grands comptes : plusieurs PME commel’imprimerieLahour- nère près de Toulouse ou le Luxembourgeois SYan ont déjà fait appel à la start-up columérine pour modéliser ou automatiser leurs proces- sus, soit une vingtaine de clients au total. UNESOLUTIONAUTONOME Après audit, InteropSys est capable de mettre en place la solutionauseindel’entreprise en moins de cinq jours et assurelaformationdespilotes de processus. Une démarche quipermetauxchefsd’entre- prise de gagner « du temps et de la sérénité », assure Auré- lien Codet de Boisse. Son objectif à terme est d’« offrir une solution simple, auto- nomedonttoutepersonnequi a une problématique Iso puisse se saisir pour formali- ser ses processus. » UNELEVÉEDEFONDSD’1M€ Issue de l’incubateur de l’école des Mines d’Albi avec laquelleellemènetoujoursun programmederechercheANR autour des processus de ges- tion de crise, InteropSys a remportéplusieursconcours. À son tableau de chasse figu- rent notamment le concours régional Cré’Acc en 2013 ou, plus récemment, le second prix du concours ERDF tech- nicien 3.0 Midi-Pyrénées décerné en 2015. La jeune pousse, qui emploie dix per- sonnes aujourd’hui, a égale- ment été lauréate de la Sélec- tionMidinvestenfind’année dernière.Àcetitre,elleabéné- ficiéd’uncoachingpersonna- lisé pour son projet de levée de fonds. InteropSys veut en effet mettreuncoupd’accélérateur et se développer très rapide- ment à l’échelle internatio- nale, notamment sur le mar- ché de la certification Iso. « Nous voulons être présents surtoutelaFranceàl’horizon dedeuxansetenEuroped’ici cinq ans. » La levée de fonds del’ordrede500K€à1M€est en bonne voie selon le diri- geant qui a participé à une journée de financement dédiéeauxentreprisesnumé- riques organisée par le clus- terDigitalPlacedontInterop- Sysestmembre.«Nousavons quelques belles touches, assure-t-il, car nous sommes sur un marché très porteur ». EnEurope,500000entreprises sontcertifiéesquivoienttous les trois ans leur certification remise en cause. « L’idée est de leur éviter de reprendre tout à zéro régulièrement. » La levée de fonds devrait permettre à la start-up de « faire la même chose mais deux fois plus vite ». « Nous avonsprincipalementbesoin de ressources marketing et commerciales à la fois pour démarcherlesclientsetamé- liorernotrevisibilitésurinter- net. L’ambition est de deve- nir le Leroy Merlin de l’Iso: que les gens soient capables de mettre en place une démarche Iso en quelques clics»,prévientAurélienCodet deBoisse.Pourmeneràbien ses projets, InteropSys pro- jettedanslesprochainsmois le recrutement de cinq à dix personnes. Agnès Bergon Services. La start-up columérine, Sélection Midinvest 2015, s’intéresse au marché de la certification Iso et veut lever des fonds. InteropSyssimplifielesprocessus DR Aurélien Codet de Boisse et Nicolas Boissel-Dallier, cofondateurs d’InteropSys. E nlançantsondéparte- ment Sogame axé sur le vidéoludique, l’agence de commu- nication Sodenada conforte sa stratégie de diffé- renciation.Crééeen2013,elle se revendique en effet « dis- ruptive », dans son organisa- tion – pas de hiérarchie verti- cale mais une participation collective – comme dans son offre. L’agence s’articule aujourd’hui autour de huit associés, tous complémen- taires dans leurs expertises (graphiste,chefdeproduction, consultant, ingénieur déve- loppeur…). « Nous ne répon- donspasobligatoirementaux demandes de nos clients tel qu’ils s’y attendent, explique Sébastien Olive, cofondateur del’agence.Nousrequalifions si nécessaire le besoin avant de faire nos propositions. Pas questiondeselancerdansune campagnedevisibilitésurles réseauxsociauxs’ilfautavant tout redéfinir l’identité visuelle. C’est une vision en rupture totale avec le fonc- tionnementtraditionneld’une agence ». Sodenada, s’est, dans cette même logique disruptive, emparée d’un créneau por- teur, celui de l’innovation. «Nousvoulonslamettreàdis- position du plus grand nombre », confirme Domi- nique Amaro, autre cofonda- teur.Hébergéeauseindel’IoT Valley à Labège, l’agence est au cœur de l’émergence de nouveaux outils, d’usages innovants et pioche à l’envie dans ce creuset. ADVERGAME,3DTEMPS RÉEL... En parallèle des offres tra- ditionnelles de communica- tion (packaging, communi- cationinterne,édition…),de création (recherche de nom, identitévisuelle…),deconseil (gestiondeprojets,études…) ouliéesaudigital(sitewebet mobile,e-commerce,référen- cement…),l’agencepropose ainsi de s’appuyer sur des outils tels que la 3D, la 3D tempsréel,laréalitéaugmen- tée et désormais sur l’adver- game(jeuxvidéoquimettent en avant une marque) pour établirsespréconisations.«Il est totalement impossible d’évoluer aujourd’hui dans notresecteurenfaisantl’im- passe sur le digital et l’inno- vation.Lacréationd’unnou- veau modèle d’agence s’imposesionveutsedémar- quer et se développer », constateSébastienOlive.Les advergame mais également lesobjetsconnectésdevraient ainsi être le fer de lance de l’agencedanslesmoisàvenir. « Nous avons d’autres inno- vations en cours de dévelop- pementquidevraientarriver en 2016 », ajoute Dominique Amaroquiévoquelapossibi- lité de « faire revivre le print viadespontsavecledigital», sansvouloirendévoilerplus. Sodenadatravailleactuelle- ment sur des projets inno- vants mais encore confiden- tiels,faisantappelnotamment aufilmd’animation,«presque duslowmotion,en3Dtemps réel»,préciseSébastienOlive. L’agencevisetoutautantles TPE/PME que les grands groupes.Ellecompteainsien portefeuille la PME Ubleam pour laquelle elle a reposi- tionné la marque et fait évo- luerl’identitévisuelle.Untea- sing sous forme de film doit d’ailleursprochainementsor- tir,enamontdulancementdu nouveau site internet. Autre marquecliente:Philadelphia, pourlaquelleSodenadaaréa- lisé quatre vidéos B to B pour des salons. Avec son positionnement original, l’agence a réussi à générer en 2014 147 K€ de CA etflirteavecles200K€en2015. La croissance pour 2016 devraitêtreaurendez-vousau regard du carnet de com- mandes,l’équipetablesur250 à 270 K€ de CA. M. G. Communication. L’agence de communication basée à Labège se veut disruptive tant sur son organisation que sur son offre. L’innovationenferdelance del’offredeSodenada SODENADA Actualités L’A380 a atteint son point d’équilibre en 2015 Airbus Group a annoncé lors de sa conférence de presse annuelle qui s’est déroulée le 24 février que son programme A380 avait atteint son point d’équilibre l’an dernier. Parmi les autres faits notables de 2015: la livraison de 14 A350 au cours de cette première année de production, et l’obtention de la double certification de l’A320neo. Les prises de commandes du groupe en 2015 se sont élevées à 159 Mds€(2014: 166 Mds€), et le carnet de commandes représentait un niveau record de 1006 Mds€au 31 décembre 2015 (fin 2014: 858 Mds€). Le chiffre d’affaires du groupe a augmenté de 6 % pour atteindre 64,5 Mds€(2014: 60,7 Mds€), essentiellement grâce à la progression de 8 % du chiffre d’affaires de la division Commercial Aircraft, avec des livraisons en hausse à 635 appareils (2014: 629 unités), dont 14 A350 XWB, et un renforcement du dollar US. Coup d’accélérateur sur l’indirect pour Eurécia L’éditeur de logiciel Eurécia, spécialiste de la gestion des processus RH, annonce une forte croissance de son réseau de partenaires revendeurs et intégrateurs (désormais au nombre de 30) et un nouveau contrat d’affiliation. En 2015, le volume d’activité généré par la vente indirecte a dépassé les 20 % du chiffre d’affaires réalisé. Agenda DigitalPlace organise le 8 mars à Paris sa 2e Journée du financement dédiée aux entreprises du numérique Pour cette 2e Journée de financement, DigitalPlace le cluster du numérique en Midi-Pyrénées, s’allie à KPMG, leader de l’audit et du conseil, et réunira le 8 mars à Paris, 13 pépites du numérique en recherche de fonds. Plusieurs secteurs seront représentés dont la e-santé, l’internet des objets (IoT), les éditeurs de logiciel métiers, le Big Data et le développement durable. Les participants sont: Acceptable Avenirs, Netwave, Adveez, Start Track, CityMeo, Groupe Synox, Exem, Techform, Efficiencia, Ubleam, InteropSys, Val, Software et Matys. L’édition de 2014 avait permis à sept entreprises numériques toulousaines de lever près de 10 M€. Plus d’informations sur www.digitalplace.fr 510GMIDI_004 interopsys (AB)_ENTREPRISE 26/02/2016 14:48 Page1

×