Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Réseau lora

9 305 vues

Publié le

Réseau LoRa Hajer Tounsi Ecole Supérieure des Communications de Tunis (SUP’COM)

Publié dans : Technologie

Réseau lora

  1. 1. Réseau LoRa Hajer Tounsi Ecole Supérieure des Communications de Tunis (SUP’COM) H. Tounsi, SUP’COM 1
  2. 2. Plan • Introduction • Réseau LPWAN • Technologies LPWAN • LoRaWAN – LoRaMAC – La couche physique H. Tounsi, SUP’COM 2
  3. 3. Introduction • IoT: Un énorme nombre de dispositifs et des objets • Equipements limités en capacité mémoire, en puissance de calcul et en énergie • Deux grands types de réseaux de communication radio peuvent être utilisés pour la communication avec ces équipements: – Les réseaux à courte portée: quelques centimètres à quelques centaines de mètres maximum : Bluetooth, RFID, NFC, ZigBee, WiFi, etc. – Les réseaux à grande portée: quelques centaines de mètres à plusieurs dizaines de kilomètres: réseaux cellulaires traditionnels (GSM, GPRS, LTE, etc.) H. Tounsi, SUP’COM 3
  4. 4. Réseaux LPWAN • Les technologies Zigbee, Wifi, etc. sont limitées en termes de portée, de capacité, de durée de vie de la batterie et du coût. • La solution des réseaux cellulaires traditionnels apparait être surdimensionnée à de nombreux égards : coût, infrastructure, puissance requise, débit. • Une réponse adaptée à ces équipements limités en capacité mémoire, en puissance de calcul et en énergie : les LPWAN (Low Power Wide Area Networks). H. Tounsi, SUP’COM 4
  5. 5. Réseaux LPWAN  Ce sont des réseaux sans fils basse consommation, bas débit et longue portée, optimisés pour les équipements ayant besoin d’une autonomie de plusieurs années Les LPWAN utilisent les bandes de fréquences à usage libre sans licence (ISM)  L’utilisation des bandes ISM implique le partage des ressources avec les concurrents et avec les autres technologies (Wifi, Zigbee, Bluetooth, RFID, etc.)  Ces bandes de fréquences sont régulées par des autorités organisatrices et il est tenu de respecter des règles d’utilisation. H. Tounsi, SUP’COM 5
  6. 6. Technologies LPWAN • SigFox: fournit une connectivité bas débit à travers son propre réseau cellulaire basé sur la technologie radio Ultra Narrow Band (UNB). • La technologie utilise la bande ISM 868 MHz pour l’Europe/ ETSI et 902 MHz pour les USA/ FCC. • Une portée entre 30 et 50 Km dans les zones rurales et entre 3 et 10 km dans les zones urbaines • Plus de 7 millions d’objets l’utilisent en fin 2015 (d’après un interview avec le PDG de SigFox) • Sigfox offre un débit de 100 bits par seconde • Un capteur muni d’un module SigFox peut envoyer jusqu’à 140 messages par jour de 12 octets (charge utile) chacun (adapté aux informations de monitoring) H. Tounsi, SUP’COM 6
  7. 7. SigFox • Le réseau couvre une grande partie du territoire français et plusieurs pays européens (Espagne, Pays-bas, Royaume-Uni, Portugal,etc.), • Quelques Services: – contrôler des panneaux publicitaires, – gérer le système de ventilation et de chauffage des immeubles professionnels ou privés, – gérer des alarmes d’une maison (détecteur d’incendie, détecteur de fuite de gaz, alarme de sécurité…), – mieux prévoir les dangers qui menacent la nature (flux d’eau, climat, tremblement de terre, etc.). H. Tounsi, SUP’COM 7
  8. 8. Technologies LPWAN • LoRaWAN: Long Range Radio Wide Area Network • Utilise la technologie radio LoRa basée sur une technique d’étalement de spectre pour la transmission des signaux radio • Technologie Open Source, soutenue par un consortium d’industriels: IBM, Cisco, Bouygues Télécom, Orange, etc. • Inclut d’autres fonctionnalités telle que la sécurité, le cryptage E2E, débit adaptatif, etc. • Adopte une topologie en étoile étendue dans laquelle les passerelles (concentrateurs) relaient les messages entre les nœuds extrémités (end devices) et un serveur de réseau central. H. Tounsi, SUP’COM 8
  9. 9. LoRaWAN • Les passerelles sont connectées au serveur réseau en utilisant une connexion IP • Les nœuds extrémités utilisent le protocole LoRa pour communiquer en un seul saut avec une ou plusieurs passerelles. • La communication entre les end devices et les passerelles est propagée sur des canaux différents et avec des débits variables • Le choix du débit est un compromis entre la portée et la durée du message envoyé. H. Tounsi, SUP’COM 9
  10. 10. • LoRaWan revendique un débit adaptatif compris entre 0,3 et 50 kbits par seconde et une communication bidirectionnelle moins limitée que son concurrent direct SigFox. • Les nœuds extrémités peuvent envoyer sur n’importe quel canal libre à n’importe quel moment avec le débit disponible du moment où ces règles sont respectées: – le end device change de canal de façon pseudo-aléatoire à chaque transmission – Le nœud doit respecter le temps de transmission maximal relative à la sous bande et aux régulations locales (duty cycle de 1% dans la bande ISM 868MHz) • Le réseau peut demander le nœud extrémité d’adapter son débit afin d’optimiser la consommation d’énergie H. Tounsi, SUP’COM 10 LoRaWAN
  11. 11. • Lora utilise les bandes de fréquences ISM (868 MHz et 433 MHz pour l’Europe et 915 MHz aux USA) avec une portée comprise entre 15 et 20 km dans les zones rurales et entre 3 et 8 km dans les zones urbaines. • L’utilisation des codes d’étalement orthogonal permet à plusieurs signaux d’occuper le même canal (les communications sur un même canal avec des débits différents n’interfèrent pas entre elles ) • L’utilisation de ces bandes limite la puissance de transmission des nœuds à 14dBm ou 25 mW et un cycle de transmission de 1% H. Tounsi, SUP’COM 11 LoRaWAN
  12. 12. LoRaWAN architecture LoRa WAN offre trois classes de services  Class A: offre une communication bidirectionnelle dans laquelle une transmission montante (uplink) est suivie par deux courtes fenêtres de réception (downlink) définies aléatoirement (ALOHA).  Class B: en plus des fenêtres de réception de classe A, d’autres fenêtres sont définies. Le nœud extrémité reçoit de la passerelle des beacons de synchronisation pour ouvrir ses fenêtres de réception Classe C: : les nœuds ont en continue des fenêtres de réception ouvertes qui ne sont fermées qu’à la transmission H. Tounsi, SUP’COM 12
  13. 13. La couche physique • En Europe, la bande de fréquence ISM est définie par l’ETSI • Les canaux peuvent être librement fournis par l’opérateur réseau • Les équipements EU868Mhz doivent être capables d’opérer dans les bandes de fréquences de 863 à 870 MHz • Ils doivent figurer une structure de données capable de stocker une information (fréquence, débits) sur 16 canaux minimum • Chaque équipement LoRa doit supporter par défaut les 3 canaux (868.10 Mhz, 868.30 Mhz, 868.50 Mhz) pour la transmission H. Tounsi, SUP’COM 13
  14. 14. La couche physique • Les messages Join Request utilisés pour l’association entre un end device et le serveur réseau sont diffusés sur les fréquences suivantes: • Différents types de modulation sont utilisés pour des débits différents et des puissances d’émission différentes H. Tounsi, SUP’COM 14
  15. 15. • Le serveur réseau peut annoncer d’autres canaux dans le message d’association Join Accept: une liste optionnelle de fréquences de canaux peut être envoyée dans le message. Cette liste correspond à 5 canaux de ch4 à ch8 • Exemple de carte de fréquences: La couche physique H. Tounsi, SUP’COM 15
  16. 16. • La taille des données M envoyées (charge utile) est définie en octets dans le tableau suivant . Elle dépend des limites de la modulation utilisée H. Tounsi, SUP’COM 16 La couche physique
  17. 17. LoRa MAC • Afin de participer dans un réseau LoRaWAN, chaque end device doit être activé – Over the air activation: avant tout échange avec le serveur réseau, le end device doit suivre une procédure d’association (join request, join accept) – Activation by personalization: lier directement le end device à un réseau en évitant les messages (join request, join accept) • Une fois activé, le end device stocke l’information suivante (adresse de l’équipement, identifiant d’application, une clé de session réseau, une clé de session application) • L’adresse de l’équipement est codée sur 32 bits: – les 7 bits de poids fort correspondent à l’identifiant réseauNwkID (permet de distinguer les réseaux voisins ou chevauchés de différents opérateurs) – les 25 bits de poids faible correspondent à l’adresse réseau de l’équipement peut être attribuée arbitrairement par l’administrateur • L’identifiant de l’application est une adresse EUI-64 identifiant d’une manière unique le fournisseur de l’application du end device (stocké dans le end device) H. Tounsi, SUP’COM 17
  18. 18. LoRa MAC • Après chaque transmission le end device ouvre deux fenêtres de réception – La première après un temps (receive-delay1) de la fin de la transmission montante. Cette fenêtre utilise le même canal que la transmission montante – La deuxième fenêtre utilise une fréquence et un débit fixes configurés, et commence après un temps (receive-delay2) • La durée de fenêtre de réception doit correspondre au moins au temps nécessaire à l’interface radio du nœud extrémité pour détecter le préambule • Une fois le préambule détecté, le nœud récepteur reste actif jusqu’à la démodulation de la trame envoyée en downlink • un nœud émetteur ne peut commencer une nouvelle transmission que si il reçoit un message en downlink dans la première ou deuxième fenêtre ou la deuxième fenêtre expire H. Tounsi, SUP’COM 18
  19. 19. Références • N. Sornin (Semtech), M. Luis (Semtech), T. Eirich (IBM), T. Kramp (IBM), O.Hersent (Actility), LoRaWan specification, LoRa alliance, Janvier 2015 • http://lorawan.blogspot.com/2015/11/cours-1-architecture-du-reseau- lora.html • Nicolas DUCROT, Dominique RAY, Ahmed SAADANI, LoRa Device Developer Guide, Orange, Avril 2016. • http://www.objetconnecte.com/tout-savoir-sur-sigfox/ • http://www.objetconnecte.com/interview-avec-ludovic-le-moan-ceo-de- sigfox/) H. Tounsi, SUP’COM 19

×