SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  92
Impact du PET/CT dans la prise en
charge et le suivi du cancer
ovarien
Dr Ioana Andreea Stoian
Médecine Nucléaire
Cliniques Universitaires St Luc
Bruxelles
Signes et symptômes liés à la
présence d’une masse ovarienne
Peu fréquents, aspécifiques avec début tardif, insidieux.
Douleurs pelviennes basses.
Irrégularités du cycle menstruel.
Saignements.
Rôle de l’imagerie dans la prise en charge d’une
lésion suspecte ovarienne
caractérisation de la lésion: bénigne vs néoplasique
resecabilité
identification candidats chirurgie cytoreductrice
chimio postop si debulking sousoptimal
Prise en charge en imagerie
Staging PET/CT
Métastases ganglions de morphologie normale
Exclure atteinte métastatique à distance
Staging par imagerie
CT:
imagerie de 1er choix
IRM:
en particulier évaluation pelvis
1er choix si (rares) patients adolescents
FOV:
bases pulmonaires – région inguinale
région sous phrénique
épanchements pleuraux?
Histologie
A. Groupe néoplasies épithéliales: 75-80% histologies
B. Groupe néoplasies non-épitheliales:
point départ cellules germinatives
« teratomes »
matures
matures avec transformation maligne
immatures
Gilks CB et al. Mod Pathol 2009; 22:215A
Gilks CB et al. Mod Pathol 2009; 22:215A
KRAS: recrute et active facteurs de croissance vasculaire.
B-Raf:
transduction du signal de croissance cellulaire
division/différentiation/sécretion cellulaire
erB-2: BRCA
PIK3CA: angiogenèse et migration cellulaire
PTEN: normalement inhibiteur des gênes.
La question des tératomes
Malin vs bénin….
Place du PET/CT ??
Traitement diffèrent par rapport aux néoplasies épithéliales
Baseline IRM: composante tissu adipeux
Absence de tissu adipeux
± composante solide: Lésion maligne?
Question: PET/CT pour différentiation lésion maligne vs bénigne?
Teratomes matures:
SUVmax 1.1 (1.0 – 15.5)
Teratomes matures avec transformation maligne:
SUVmax 18.3 (5.3 – 23.2)
Teratomes imatures:
SUVmax 6 (3.6 – 22.6)
The usefulness of 18F-FDG-PET/CT in discriminating benign from malignant ovarian teratomas.
Takanori Yokoyama et al. Int J Clin Oncol 2015
Cutoff SUVmax bénin-malin: 3.6
Sensibilité: 100%
Spécificité: 81%
PPV: 80%
NPV: 100%
SUVmax 15.5 tératome mature: 1pt.
Histologie +++ tissue cérébral.
Masse ovarienne épithéliale
Borderline vs néoplasie stade I
Place du PET/CT
13 pts avec lésions borderline et de malignité stade I
Tumeurs borderline:
15-20% tumeurs ovariennes
Histologie:
proliferation cellulaire
≠ invasion stromale
femmes jeunes
pronostique supérieur
traitement: chirurgie
+++ résistance chimio
Differential diagnosis of borderline ovarian tumors from stage I malignant ovarian tumors using FDG PET/CT.
Chulhan Kim et al. Nucl Med Mol Imaging 2013 (47): 81-88
Lésion maligne stade I
Potentiellement métastatique ovaire controlatéral
Chirurgie + chimio préop
Métastatique au niveau péritonéal + gg retro
péritonéaux
Paramètres:
CA125
Long axe
SUVmax
SUVmax lésions borderline: 2.9±1.5
SUVmax lésions malignes stade I: 6.6±2.9
Cutoff SUVmax 3.7: sensibilité 83.3% et spécificité 85.7%
1pt histologie mucineuse SUVmax 2.0
PET/CT pour staging initial masse
suspecte ovarienne
1. Sensibilité et spécificité pour dg lésion néoplasique
ovarienne en comparaison avec US et CT.
2. Sensibilité et spécificité pour staging initial en
comparaison avec CT et US.
3. Détection maladie locorégionale et à distance:
gg locorégionaux
implants mésentériques
infiltration hépatique
PET/CT in staging of patients with a pelvic mass suspicious for ovarian cancer.
H Dauwen et al. Gynecol Oncol 2013 (131): 694-700
4. Maladie extra abdominale
plèvre
- implants pleuraux
- épanchements pleuraux
parenchyme pulmonaire
os
Spécificité supérieure au CT en particulier pour atteinte gg
retro péritonéale.
4.3% détection néoplasie synchrone.
Atteinte ganglionnaire extra abdominale > fréquente que
précédemment rapportée.
Post debulking: foyers thoraciques FDG+ démontrent
chirurgie sousoptimale.
SUVmax:
Tumeur borderline: SUVmax 3.6 (0.9 – 8)
Tumeur maligne: SUVmax 15.7 (0.6 – 32.4)
Tumeur bénigne: SUVmax 2.3 (1-25.3)
Ganglions supradiaphragmatiques:
Cardiophreniques
Mammaires internes
Médiastin postérieur et moyen
Sousclaviculaires
Axilliares
Localisations plus fréquentes:
1. Mammaire interne
2. Cardiophrenique
A prospective comparaison of integrated FDG PET/ceCT and ceCT for pretreatment imaging of advanced epithelial ovarian cancer.
Johanna Hynninen et al. Gynecologic Oncology 2013 (131): 389-394
Patientes + gg supradiaphragmatiques vs
– supradiaphragmatiques
++ CA125
++ ascite et carcinomatose péritonéale
67% atteinte gg supradiaphragmatique (>>
rapporté au CT)
cause upstage patients en stade III - IV
Pourquoi la migration stade III-IV?
163 patientes
PET/CT préop
87% FIGO III et 13% FIGO IV
Chirurgie ± 15 jours après PET/CT
Histo: 63% sereux; 37% peu diff
Groupe A: stade III FIGO + PET/CT stade III
Groupe B: stade FIGO III + PET/CT stade IV
Groupe C: FIGO IV + PET/CT stade IV
Preoperative 18F-FDG PET/CT in the management of advanced epithelial ovarian cancer.
Robert Fruscio et al. Gynecol Oncol 2013 (131): 689-693
Upstage
atteinte gg supradiaphragmatique FDG+
atteinte capsule hépatique + parenchyme
hépatique
atteinte pleurale PET+
gg axillaires CT - (5-10mm) mais FDG +
atteinte splénique ceCT+ mais FDG –
FDG PET/CT in staging of advanced epithelial ovarian cancer: frequency of supradiaphragmatic lymph nodes metastasis challenges
the traditional pattern of disease spread. Johanna Hynnien et al. Gynecol Oncol 2012 (126): 64-68
Pattern distribution atteinte ganglionnaire
supradiaphragmatique
6/30pts avec ganglions axillaires FDG +!
atteinte axillaire considérée rare
histologie +
drainage via ??
Staging primitif , loco-régional et à distance
WB-IRM/DWI vs PET/CT vs CT
1. WB-IRM détermine opérabilité du primitif/staging
peritoneal.
2. WB-IRM supérieur pour atteinte péritonéale.
surface péritonéale vessie
cul de sac Douglas
infiltration séreuse non nodulaire
en particulier si PET/low dose CT vs PET/ceCT
Whole-body MRI with diffusion-weighted sequence for staging of patients with suspected ovarian cancer:a clinical feasibility study in
Comparison to CT and FDG-PET/CT. Katrijn Michielsen et al. Eur Radiol 2014 (24): 889-901
3. PET/CT supérieur pour atteinte ganglionnaire.
Hile hépatique
Retro péritoneal
Détermine upstage
4. PET/CT supérieur pour atteinte gg et extragg
supra diaphragmatique.
Détermine upstage.
Au delà des chiffres… quel est l’impact clinique?
FIGO correctement évalué par PET/CT et IRM
mais pas par CT seul.
Métastases à distance correctement identifiées par
PET/CT, WB-IRM et en moindre mesure par CT.
Adénopathies médiastinales + CT correctement
negativés par PET/CT et IRM – stade III opérable.
Ganglions CT - correctement positivés par
PET/CT – upstage - inopérable vs chimio
néoadjuvante.
Valeur des SUVmax en corrélation
avec l’histologie.
Valeur pronostique de survie?
Valeurs SUVmax en relation avec l’histologie
Maximum Standardized Uptake Value of Fluorodeoxyglucose Positron Emission Tomography/Computed Tomography is a Prognostic Factor
in Ovarian Clear Cell Adenocarcinoma.
Haruhisa Konishi et al. Intern Jour of Gynecol Cancer 2014 (24): 1190-1194
Valeurs SUVmax en relation avec l’étendue
de la maladie
Survie globale nettement supérieure pour les néoplasies
ovariennes à cellules claires avec SUVmax baseline < 4.9
Staging carcinomatose
péritonéale par PET/CT
Pattern de la circulation normale du
liquide péritonéal
Mesocolon transverse:
1: espace supramesocolique
2: espace inframesocolique
Inframesocolique:
via mésentère grêle
2: inframesocolique Dr
limite cécum-iléon terminal
3: inframesocolique gauche
communique avec le pelvis
4: Espace paracolique droit
limite à gauche: lig falciforme
5. Espace paracolique gauche
limite via lig phrenicocoloque
Imaging of peritoneal carcinomatosis with FDG PET/CT: diagnostic patterns,case exemples and pitfalls.
DeGaetano AM et al. Abdom.Imaging 2009 (34): 391-402
1. Flux continu
2. Force de gravitation: flux ↓
3. Pression - espaces sus diaphragmatiques: flux ↑
4. Descendent:
pelvis
espace iléocæcal
espace mesosigmoïde
5. Ascendant:
espaces paracoliques
espace sous hépatique
espace sous phrenique
Imaging of peritoneal carcinomatosis with FDG PET/CT: diagnostic patterns,case exemples and pitfalls.
DeGaetano AM et al. Abdom.Imaging 2009 (34): 391-402
1. Cul de sac Douglas:
- le plus inférieur
- ≥ 50% pts liquide dans le Douglas
2. Mésentère grêle:
- 40% infiltré
3. Mesocolon sigmoïde: 20% pts infiltré
4. Ligament falciforme:
site d’infiltration
empêcher infiltration espace sous phrénique
gauche
communication avec cavité pleurale droite
5. Nodules ombilicaux
Staging carcinomatose
péritonéale par PET/CT
Pattern PET/CT d’infiltration
péritoneale
A. Pattern nodulaire: Uptake focal dans l’espace paracolique gauche.
B. Pattern diffus: Épaississement diffus et uptake intense au niveau de la
capsule hépatique.
Imaging of peritoneal carcinomatosis with FDG PET/CT: diagnostic patterns,case exemples and pitfalls.
DeGaetano AM et al. Abdom.Imaging 2009 (34): 391-402
Infiltration néoplasique du péritoine pelvien.
IRM: Séquence T2: épaississement péritonéal et ascite dans le Douglas.
PET/CT: hypermétabolisme intense du Douglas.
Nodule charnu grêle nettement hypermétabolique.
Nodules charnus hypermétaboliques
du sigmoïde.
Nodules charnus hypermétaboliques du
cécum
et du colon ascendant.
Infiltration péritonéale
Carcinomatose péritonéale avec infiltration de la capsule péri hépatique
et du ligament falciforme.
Nodules au niveau ombilical.
Nodule de carcinomatose au niveau de la capsule péri hépatique,
non détecté au CT.
A: Reconstruction MIP: multiples zones hypermétaboliques de l’hémithorax
droit, abdomen et pelvis.
B: Infiltration massive de la cavité pleurale droite. Adénopathies
hypermétaboliques axillaires droites. Nodules de la paroi thoracique droite.
Attention aux faux négatifs PET/CT:
infiltration milliaire diffuse
nodules mucineux
nodules kystiques
volume réduit
Nodule kystique de carcinomatose péritonéale, FDG négatif.
Par contre….
Nodules de carcinomatose partiellement calcifiés…
Prévalence des nodules calcifiés: 8-15.7%
Limites de l’imagerie conventionnelle:
calcifications anciennes granulomateuses?
calcifications en relation avec le traitement?
évaluation de la réponse au traitement difficile…
Evaluation métabolique des implants
péritonéaux calcifiés.
Baseline PET/CT iPET après deux cures chimio
Foyers calcifiés FDG+ mésentériques et dans le
Douglas (SUVmax 9).
↑ métabolique du nodule dans le Douglas
(SUVmax 11.7 vs 9).
Apparition d’un nodule de la paroi thoracique Dr.
Suspicion récidive
néo ovarien. CT
équivoque.
Patiente 79 ans.
Traitée déjà depuis 8 ans pour
néoplasie ovarienne papillaire
stade I.
Augmentation du CA125.
CT démontrant 3 nodules calcifiés:
Maladie viable? Lésions calcifiés
sequellaires?
PET/CT: 3 nodules calcifiés
nettement hypermétaboliques
démontrant une
récidive néoplasique.
Calcified metastases from ovarian carcinoma highlighted by F-18 FDG PET/CT: report of two cases.
Si-Long Hu et al. Abdom Imaging (2012) 37:675–679
Donc….
30% carcinomes ovariens papillaires associent des
lésions calcifiés.
« Psammomes »
Mécanisme de calcification ???
Calcifications dystrophiques en relation avec la
chimiothérapie et la radiothérapie? Nécrose?
Rarement, lésions nodulaires calcifiés
pleuropéricardiques ou pulmonaires.
Evaluation de la réponse au traitement difficile par
imagerie conventionnelle.
FDG PET/IRM avec DWI vs FDG PET/CT pour détection
de la carcinomatose péritonéale au baseline
Principe DWI: étude de la mobilité des H+ dans l’eau.
Différence du signal → détermine le contraste des
images.
Valeurs abaissées DWI:
mobilité restrictionée
lésion suspecte
Valeurs augmentées DWI:
mobilité ++
lésion peu suspecte.
Measurement of apparent diffusion coefficient with simultaneous MR/Positron Emission Tomography in patients with peritoneal carcinomatosis:
Comparison with 18F-FDG PET/CT. Nina F Schwenzer et al. Jour Magn Reson Imaging 2014 (40): 1121-1128
41 pts avec néoplasies + carcinomatose péritonéale
20 néoplasies ovariennes
1 néoplasie cervicale
11 néoplasies colorectales
Imagerie:
1. PET/CT
2. PET/IRM
pas de réinjection FDG
délai injection – acquisition
PET/IRM: 123±8minutes
Mesures ADC, SUVmax.
Correlation of SUV and ADC as observed in the analysis of 52 PC lesions of
various tumor types.
Moderate, but significant reverse correlation was observed between SUVmean
and ADCmean (left) and between SUVmax and ADCmin (right).
Measurement of apparent diffusion coefficient with simultaneous MR/Positron Emission Tomography in patients with peritoneal carcinomatosis:
Comparison with 18F-FDG PET/CT. Nina F Schwenzer et al. Jour Magn Reson Imaging 2014 (40): 1121-1128
Significantly higher ADC and lower SUV were observed in PC lesions of
colorectal cancer as compared to ovarian cancer.
Valeurs réduites SUVmax et hautes des ADC dans
contexte de carcinome colorectal mucineux.
≠ histologie favorable!!
Connu comme peu sensible à la chimiothérapie!
Donc…. Précaution: Corréler à l’histologie!
Rappel:
Pattern extension néoplasie ovarienne:
Adénopathies locorégionales
25% stade I
50% stade II
74% stade III-IV
Implants mésentériques et péritonéaux
30% pts associent atteinte viscérale.
Histologies associant une atteinte péritonéale:
sereux papillaire et peu différencié
pelvis
hémi diaphragme droit
capsule hépatique
espaces para coliques
transdiaphragmatique - plèvre
Dissémination hématogène rare (2-3%)
Epanchement pleural
Parenchyme hépatique
Cérébrale (rare!)
Épaississement nodulaire péritonéal + uptake focal FDG =
carcinomatose
Vérifier CT pour exclure
nodules kystiques de carcinomatose FDG –
nodules ≤ 5mm CT+ mais FDG –
Confronter avec protocole opératoire pour foyers
équivoques FDG +
6 mois postop!!
origine infectieuse?
inflammatoire post-op?
vraie récidive?
Evaluation de la réponse
métabolique en cours de
traitement
Un grand vide à remplir…..
Temsirolimus and pegylated liposomal doxorubicin (PLD)
combination therapy in breast, endometrial and ovarian
cancer: phase Ib results and prediction of clinical outcome
with FDG-PET/CT.
20pts
Age 21 – 70
Ovaires: 11 pts
Endomètre: 5 pts
Seins: 4 pts
Evaluation de la réponse au traitement: critères RECIST.
Mais….
Temsirolimus et agents similaires n ’induisent pas ↓ morphologique
+ bénéfices évaluation précoce réponse au traitement.
Marye J Boers-Sonderen et al. Targ Oncol 2014 (9): 339-347
PET/CT
baseline
après 2 semaines Temsirolimus seul
à 6 semaines (avant 2éme cycle)
∆ SUVmax baseline – 2 semaines: - 20.8%
∆ SUVmax baseline – 6 semaines: - 38.2%
∆ SUVmax 2 semaines – 6 semaines: - 44 – 45.9%
Impact sur la survie sans progression: ∆ SUVmax 2 semaines – 6 semaines.
Aucun autre paramètre PET ne corrèle avec la survie.
Le seul facteur pronostique très puissant corrélant avec la
survie: le score ECOG….
Donc….simplement demander à la patiente comment elle
va…
Cutoff 20% pour considérer réponse métabolique.
Survie globale:
38.3 mois pour répondeurs vs
23.1 mois pour non répondeurs
Indépendante de
Histologie
Valeurs CA125
Prediction of response to neoadjuvant chemotherapy by sequential 18F-FDG PET/CT in patients with advanced stage
ovarian cancer. J Clin Oncol 2005 (30): 7445-7453
Rôle du PET/CT dans la prise en
charge de récidive du cancer ovarien
Indications fréquentes du PET/CT dans un contexte
de suspicion de récidive
néoplasie ovarienne
1. Signes radiologiques de récidive
confirmation
exclure lésions à distance
2. Imagerie conventionnelle équivoque.
3. Pas de signe clinique ou radiologique de récidive
mais ↑ CA125.
Evolution clinique des patientes avec néoplasie ovarienne
Bonne réponse initiale au traitement.
50-75% des patientes développent une récidive.
Récidive durant les 2 ans post traitement.
Moment de la récidive très variable:
précoce post traitement (semaines)
tardif >> 1 an post traitement.
Facteurs déterminant le risque de récidive:
obtention R0 postchirurgie
niveaux baseline réduits CA125
absence ascite en baseline….
Question: valeur prédictive du PET au moment de récidive?
A propos du CA125
mucine 16
famille des glycoproteines mucines
haute valeur prédictive positive: 90-95%
↓ valeur prédictive négative: CA125 normal n’exclut pas récidive.
Normalisation CA125 après traitement initial et suivi démontrant au
moins deux mesures consécutives CA125 augmenté
Récidive même si absence de signe Rx/clinique.
20% des primitifs ovariens associent des valeurs normales du CA125.
48 pts
En RC après 1ere ligne traitement
8 pts avec signes radiologiques récidive
40 pts augmentation CA125 sans signe radiologique récidive
Récidive :
sensible au Platine (récidive > 6 mois post traitement)
résistante au Platine ( récidive < 6 mois post traitement)
Quantitative metabolic parameters measured on 18F-FDG PET/CT predict survival after relapse in patients with
relapsed epithelial ovarian cancer.
Choon-Young Kim et al. Gynecol Oncol 2015: 1-7
Quantitative metabolic parameters measured on 18F-FDG PET/CT predict survival after relapse in patients with
relapsed epithelial ovarian cancer.
Choon-Young Kim et al. Gynecol Oncol 2015: 1-7
De même….
1. patientes traitées par chirurgie obtiennent une longue survie.
2. 60% des patients avec charge tumorale basse par PET on reçu
chimio vs chirurgie seule (??)
3. pts avec charge tumorale basse au PET et Platine résistante
longue survie après traitement par chirurgie seule.
4. PET/CT + CA125 = sensibilité 94-98% détection récidive
++ si contexte d’imagerie équivoque
Secondary cytoreductive surgery in patients with isolated platinum-resistant recurrent ovarian cancer: a retrospective
analysis. Gynecol Oncol 2014 (134): 257-261
44 pts
89 PET/CT bilan récidive.
présence uptake FDG
pattern uptake: unifocal vs multifocal?
extension de la maladie PET+
58% pts changement de la prise en charge en fonction du PET/CT
Pattern unifocal uptake FDG → chirurgie uniquement
Pattern plurifocal sus et sous diaphragmatique:
chimiothérapie 1ere intention
Uptake focal FDG = candidats pour chirurgie uinquement
Corrélation entre CA125 et PET/CT
Niveaux réduits CA125 → maladie limité au PET
Indication PET/CT si CA125 > 20U/mL
Charge tumorale basse par PET/CT
> 6 mois réponse après traitement par Platine
valeurs basses CA125
Impact of FDG PET in optimizing patient selectin for cytoreductive surgery in recurrent ovarian cancer.
Yasuhiko Ebina et al. Eur J Nucl Med Mol Imaging 2014 (41): 446-451
Evaluation de la réponse métabolique au traitement
Apres 1 cycle
Apres 3 cycles
Fin traitement
PET/CT évalue correctement la réponse au traitement
Indépendant des valeurs CA125
Indépendant de la clinique
Cutoff SUVmax 20% entre baseline – 1 cycle.
Survie globale
38.3 mois répondeurs
23.1 mois non répondeurs.
Role of FDG PET/CT in staging of recurrent ovarian cancer.
Hongju Son et al. RadioGraphics RSNA 2011.
PET/CT négatif et augmentation du CA125
Suivi à court terme
Refaire PET/CT
Survie ↑pts avec PET/CT négatif pour récidive
52 pts. Suspicion récidive
PETCT
Vrai positif:
confirmation histologique
US anormal
augmentation CA125
Faux positif:
Histologie négative
Regression spontané de la lésion
Faux négatif: Histologie +
Résultats:
97% vrai positif
90% vrai négatif
87% patients avec PETCT+ → changement du traitement
Intéressant:
Survie déterminée par l’existence ou non de récidive.
Pas de corrélation entre SUVmax et survie.
Negative 18F-FDG PET/CT predicts good cancer specific survival in patients with a suspicion of recurrent
ovarian cancer. Carolin B Hebel et al. Eur J Radiol 2014 (83): 463-467
Survie en relation avec l’extension de la maladie?
Péritonéale vs extra péritonéale?
Non…..
La classique question…
PET/low dose CT vs PET/ceCT ?
Problèmes du contexte de récidive…
Pas de guidelines d’imagerie
Laquelle utiliser? Quand?
Toujours les 2 extrêmes:
low dose CT pour correction atténuation
full dose ceCT diagnostique
Par exemple….
Lésions hépatiques:
sensibilité ceCT: 87.5%
sensibilité low dose CT: 76%
Low dose non enhanced CT versus full dose enhanced CT in integrated PET/CT scans for diagnosing ovarian cancer recurrence.
Kitajima K et al. Eur J Radiol 2012 (81): 3557-3562
Lésions osseuses:
sensibilité ceCT: 100%
sensibilité low dose CT: 0% !
( Pourquoi contraste?)
Région retro vésicale:
sensibilité ceCT: 79%
sensibilité low dose CT: 64%
(A) Low-dose non-enhanced CT shows no abnormal findings.
(B) PET/ldCT shows abnormal FDG uptake corresponding to peritoneal masses (arrows), suggestive of peritoneal
dissemination. (C) Full-dose contrast-enhanced CT shows three enhanced soft-tissue masses in the peritoneum (arrows).
(D) PET/ceCT shows abnormal FDG uptake corresponding to an enhanced peritoneal mass (arrows) and therefore
peritoneal dissemination was interpreted (positive).
(A) Low-dose non-enhanced CT shows no abnormal findings. (B) PET/ldCT shows abnormal FDG uptake corresponding
to a tiny nodule near the inner iliac vessel, suggestive of internal LN metastasis (arrow)..
(C) Full-dose contrast-enhanced CT shows a tiny inner iliac LN with mild enhancement (arrow).
(D) PET/ceCT shows abnormal FDG uptake corresponding to a tiny inner iliac LN (arrow) and pelvic LN metastasis
was interpreted (positive).
Le cas de l’hypermétabolisme physiologique
ovarien et utérin chez les volontaires
saines
1. Hypermétabolisme focal net ovarien unilatéral très frequent mi-cycle
voire 7 jours avant cycle menstruel. SUVmax entre 2.6-5.2.
2. Uptake ovarien très net pendant les 3 premières jours du cycle
(SUVmax 3.6-6.1).
3. Uptake endométrial associé, d’aspect focal (SUVmax 2.8-4.0).
4. Aucun uptake physiologique chez femmes ménopausées.
5. Uptake focal endométrial chez femmes ménopausées: IUD (1 cas) et
myome utérin (2 cas).
Physiological 18F-FDG uptake in the ovaries and uterus of healthy female volunteers.
Sadahiko N et al. Eur J Nucl Med Mol Imaging 2005: 549-556
Le cas de l’hypermétabolisme focal ovarien et utérin
chez les patientes atteinte d’une néoplasie
gynécologique.
Impact du traitement sur l’aspect PET.
Femmes < 35 ans avant traitement: uptake focal ovarien my-cycle.
Femmes < 35 ans après traitement: uptake ovarien physiologique
avant cycle
mi cycle
autres peaks d’uptake durant les phases du cycle
Uptake ovarien bilatéral très fréquent.
Femmes > 35 ans, pas de différence d’uptake avant et après traitement.
Délai court (6 mois) fin traitement et PET/CT → haute probabilité d’uptake
intense, focal et bilatéral ovarien. A 10.4 mois, l’uptake devient unilatéral.
Physiological 18F-FDG uptake patterns in female reproductive organs before and after chemotherapy treatments: assessment by PET/CT.
Daniella Navve et al. Med Oncol 2013 (20): 1-6
Merci!

Contenu connexe

Tendances

Cancer du col
Cancer du colCancer du col
Cancer du colesf3
 
Diagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatiqueDiagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatiqueFatimazohra Elamrani
 
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'endomètreCancer de l'endomètre
Cancer de l'endomètreesf3
 
Cancers thyroïde cours IFSI 3ieme année
Cancers thyroïde cours IFSI 3ieme annéeCancers thyroïde cours IFSI 3ieme année
Cancers thyroïde cours IFSI 3ieme année83SCOTCH
 
Cancer de l'endometre
Cancer de l'endometreCancer de l'endometre
Cancer de l'endometreMede Space
 
Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2samir attar
 
Cas cliniques tumeurs du rein
Cas cliniques   tumeurs du reinCas cliniques   tumeurs du rein
Cas cliniques tumeurs du reinimma-dr
 
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-facialeGanglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale83SCOTCH
 
Pathologie BéNigne Du Sein
Pathologie BéNigne Du SeinPathologie BéNigne Du Sein
Pathologie BéNigne Du SeinPOPOV007
 
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfant
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfantTumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfant
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfantimma-dr
 
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennesTumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennesimma-dr
 
Surdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du SeinSurdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du SeinDES Daughter
 
Tumeur bénigne du sein
Tumeur bénigne du seinTumeur bénigne du sein
Tumeur bénigne du seinesf3
 
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 casPénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 casiosrjce
 

Tendances (19)

Cancer du col
Cancer du colCancer du col
Cancer du col
 
Cancer du rein
Cancer du reinCancer du rein
Cancer du rein
 
Diagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatiqueDiagnostic d'une masse pancréatique
Diagnostic d'une masse pancréatique
 
Cancer de l'endomètre
Cancer de l'endomètreCancer de l'endomètre
Cancer de l'endomètre
 
Cancers thyroïde cours IFSI 3ieme année
Cancers thyroïde cours IFSI 3ieme annéeCancers thyroïde cours IFSI 3ieme année
Cancers thyroïde cours IFSI 3ieme année
 
Cancer de l'endometre
Cancer de l'endometreCancer de l'endometre
Cancer de l'endometre
 
Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2Cas clinique astro cervix 2
Cas clinique astro cervix 2
 
Cas cliniques tumeurs du rein
Cas cliniques   tumeurs du reinCas cliniques   tumeurs du rein
Cas cliniques tumeurs du rein
 
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-facialeGanglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
Ganglion sentinelle en cancérologie cervico-faciale
 
Pathologie BéNigne Du Sein
Pathologie BéNigne Du SeinPathologie BéNigne Du Sein
Pathologie BéNigne Du Sein
 
P10
P10P10
P10
 
Oral cancer du sein
Oral cancer du seinOral cancer du sein
Oral cancer du sein
 
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfant
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfantTumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfant
Tumeurs du rein et des voies excrétrices chez l’enfant
 
Tumeurs abd enfant
Tumeurs abd enfantTumeurs abd enfant
Tumeurs abd enfant
 
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennesTumeurs hémisphériques intracrâniennes
Tumeurs hémisphériques intracrâniennes
 
Surdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du SeinSurdiagnostic des Cancers du Sein
Surdiagnostic des Cancers du Sein
 
Tumeur bénigne du sein
Tumeur bénigne du seinTumeur bénigne du sein
Tumeur bénigne du sein
 
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 casPénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
Pénectomie partielle pour un carcinome de la verge: A propos de 24 cas
 
Imagerie gynécologique
Imagerie gynécologiqueImagerie gynécologique
Imagerie gynécologique
 

Similaire à Impact du PET/CT dans la prise en charge et le suivi du cancer ovarien

document 2 cours nephro Phnom Penh.ppt
document 2 cours  nephro Phnom Penh.pptdocument 2 cours  nephro Phnom Penh.ppt
document 2 cours nephro Phnom Penh.pptHanKethyaneth
 
cancer de l_oesophage 2.pptx cours a minima
cancer  de l_oesophage 2.pptx cours a minimacancer  de l_oesophage 2.pptx cours a minima
cancer de l_oesophage 2.pptx cours a minimamadiassakonate1
 
Principes chirurgie du cancer colorectal
Principes chirurgie du cancer colorectalPrincipes chirurgie du cancer colorectal
Principes chirurgie du cancer colorectalAntoine Thicoïpé
 
Registre sfa cancer et thrombose
Registre sfa cancer et thromboseRegistre sfa cancer et thrombose
Registre sfa cancer et thrombosesfa_angeiologie
 
TNCD: Cancer du pancréas
TNCD: Cancer du pancréasTNCD: Cancer du pancréas
TNCD: Cancer du pancréasbouchaala-walid
 
semiologie cancer colon.ppt
semiologie cancer colon.pptsemiologie cancer colon.ppt
semiologie cancer colon.pptmadiassakonate1
 
Tumeurs de la vessie et ves (2)
Tumeurs de la vessie et ves (2)Tumeurs de la vessie et ves (2)
Tumeurs de la vessie et ves (2)killua zoldyck
 
Cas cliniques imagerie par résonance magnétique génito-uri
Cas cliniques   imagerie par résonance magnétique génito-uriCas cliniques   imagerie par résonance magnétique génito-uri
Cas cliniques imagerie par résonance magnétique génito-uriimma-dr
 
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...Francelymphomeespoir
 
Cancer Prostatique Chirurgie Aa
Cancer Prostatique Chirurgie AaCancer Prostatique Chirurgie Aa
Cancer Prostatique Chirurgie Aaraymondteyrouz
 

Similaire à Impact du PET/CT dans la prise en charge et le suivi du cancer ovarien (20)

document 2 cours nephro Phnom Penh.ppt
document 2 cours  nephro Phnom Penh.pptdocument 2 cours  nephro Phnom Penh.ppt
document 2 cours nephro Phnom Penh.ppt
 
cancer de l_oesophage 2.pptx cours a minima
cancer  de l_oesophage 2.pptx cours a minimacancer  de l_oesophage 2.pptx cours a minima
cancer de l_oesophage 2.pptx cours a minima
 
Principes chirurgie du cancer colorectal
Principes chirurgie du cancer colorectalPrincipes chirurgie du cancer colorectal
Principes chirurgie du cancer colorectal
 
P113
P113P113
P113
 
Registre sfa cancer et thrombose
Registre sfa cancer et thromboseRegistre sfa cancer et thrombose
Registre sfa cancer et thrombose
 
TNCD: Cancer du pancréas
TNCD: Cancer du pancréasTNCD: Cancer du pancréas
TNCD: Cancer du pancréas
 
Métastases Hépatique : Chirurgie ou chimiothérapie première? Résection en 1 o...
Métastases Hépatique : Chirurgie ou chimiothérapie première? Résection en 1 o...Métastases Hépatique : Chirurgie ou chimiothérapie première? Résection en 1 o...
Métastases Hépatique : Chirurgie ou chimiothérapie première? Résection en 1 o...
 
Tumeurs kystiques du pancréas : Comment orienter le dignostic en imagerie?
Tumeurs kystiques du pancréas : Comment orienter le dignostic en imagerie?Tumeurs kystiques du pancréas : Comment orienter le dignostic en imagerie?
Tumeurs kystiques du pancréas : Comment orienter le dignostic en imagerie?
 
semiologie cancer colon.ppt
semiologie cancer colon.pptsemiologie cancer colon.ppt
semiologie cancer colon.ppt
 
Les tumeurs malignes du rein
Les tumeurs malignes du reinLes tumeurs malignes du rein
Les tumeurs malignes du rein
 
Quoi de neuf dans les metastases ? - Dr Marc-Anoine Allard
Quoi de neuf dans les metastases ? - Dr Marc-Anoine AllardQuoi de neuf dans les metastases ? - Dr Marc-Anoine Allard
Quoi de neuf dans les metastases ? - Dr Marc-Anoine Allard
 
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. BenoistPoint de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
Point de vue du chirurgien colorectal - S. Benoist
 
P6
P6P6
P6
 
P110
P110P110
P110
 
Tumeurs de la vessie et ves (2)
Tumeurs de la vessie et ves (2)Tumeurs de la vessie et ves (2)
Tumeurs de la vessie et ves (2)
 
Cas cliniques imagerie par résonance magnétique génito-uri
Cas cliniques   imagerie par résonance magnétique génito-uriCas cliniques   imagerie par résonance magnétique génito-uri
Cas cliniques imagerie par résonance magnétique génito-uri
 
Radiofréquence combinée à la résection - Dr Gabriella pittau - Pr Antoni...
Radiofréquence combinée à la résection -  Dr Gabriella pittau - Pr Antoni...Radiofréquence combinée à la résection -  Dr Gabriella pittau - Pr Antoni...
Radiofréquence combinée à la résection - Dr Gabriella pittau - Pr Antoni...
 
Cours IFSI.2023 VN.pptx
Cours IFSI.2023 VN.pptxCours IFSI.2023 VN.pptx
Cours IFSI.2023 VN.pptx
 
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
Eric Frampas : Le radiologue face aux lymphomes: Simple spectateur ou véritab...
 
Cancer Prostatique Chirurgie Aa
Cancer Prostatique Chirurgie AaCancer Prostatique Chirurgie Aa
Cancer Prostatique Chirurgie Aa
 

Impact du PET/CT dans la prise en charge et le suivi du cancer ovarien

  • 1. Impact du PET/CT dans la prise en charge et le suivi du cancer ovarien Dr Ioana Andreea Stoian Médecine Nucléaire Cliniques Universitaires St Luc Bruxelles
  • 2. Signes et symptômes liés à la présence d’une masse ovarienne Peu fréquents, aspécifiques avec début tardif, insidieux. Douleurs pelviennes basses. Irrégularités du cycle menstruel. Saignements.
  • 3. Rôle de l’imagerie dans la prise en charge d’une lésion suspecte ovarienne caractérisation de la lésion: bénigne vs néoplasique resecabilité identification candidats chirurgie cytoreductrice chimio postop si debulking sousoptimal
  • 4. Prise en charge en imagerie Staging PET/CT Métastases ganglions de morphologie normale Exclure atteinte métastatique à distance
  • 5. Staging par imagerie CT: imagerie de 1er choix IRM: en particulier évaluation pelvis 1er choix si (rares) patients adolescents FOV: bases pulmonaires – région inguinale région sous phrénique épanchements pleuraux?
  • 6. Histologie A. Groupe néoplasies épithéliales: 75-80% histologies B. Groupe néoplasies non-épitheliales: point départ cellules germinatives « teratomes » matures matures avec transformation maligne immatures
  • 7. Gilks CB et al. Mod Pathol 2009; 22:215A
  • 8. Gilks CB et al. Mod Pathol 2009; 22:215A
  • 9.
  • 10.
  • 11. KRAS: recrute et active facteurs de croissance vasculaire. B-Raf: transduction du signal de croissance cellulaire division/différentiation/sécretion cellulaire erB-2: BRCA PIK3CA: angiogenèse et migration cellulaire PTEN: normalement inhibiteur des gênes.
  • 12. La question des tératomes Malin vs bénin…. Place du PET/CT ??
  • 13. Traitement diffèrent par rapport aux néoplasies épithéliales Baseline IRM: composante tissu adipeux Absence de tissu adipeux ± composante solide: Lésion maligne? Question: PET/CT pour différentiation lésion maligne vs bénigne? Teratomes matures: SUVmax 1.1 (1.0 – 15.5) Teratomes matures avec transformation maligne: SUVmax 18.3 (5.3 – 23.2) Teratomes imatures: SUVmax 6 (3.6 – 22.6) The usefulness of 18F-FDG-PET/CT in discriminating benign from malignant ovarian teratomas. Takanori Yokoyama et al. Int J Clin Oncol 2015
  • 14. Cutoff SUVmax bénin-malin: 3.6 Sensibilité: 100% Spécificité: 81% PPV: 80% NPV: 100% SUVmax 15.5 tératome mature: 1pt. Histologie +++ tissue cérébral.
  • 15. Masse ovarienne épithéliale Borderline vs néoplasie stade I Place du PET/CT
  • 16. 13 pts avec lésions borderline et de malignité stade I Tumeurs borderline: 15-20% tumeurs ovariennes Histologie: proliferation cellulaire ≠ invasion stromale femmes jeunes pronostique supérieur traitement: chirurgie +++ résistance chimio Differential diagnosis of borderline ovarian tumors from stage I malignant ovarian tumors using FDG PET/CT. Chulhan Kim et al. Nucl Med Mol Imaging 2013 (47): 81-88
  • 17. Lésion maligne stade I Potentiellement métastatique ovaire controlatéral Chirurgie + chimio préop Métastatique au niveau péritonéal + gg retro péritonéaux Paramètres: CA125 Long axe SUVmax
  • 18. SUVmax lésions borderline: 2.9±1.5 SUVmax lésions malignes stade I: 6.6±2.9 Cutoff SUVmax 3.7: sensibilité 83.3% et spécificité 85.7% 1pt histologie mucineuse SUVmax 2.0
  • 19. PET/CT pour staging initial masse suspecte ovarienne 1. Sensibilité et spécificité pour dg lésion néoplasique ovarienne en comparaison avec US et CT. 2. Sensibilité et spécificité pour staging initial en comparaison avec CT et US. 3. Détection maladie locorégionale et à distance: gg locorégionaux implants mésentériques infiltration hépatique PET/CT in staging of patients with a pelvic mass suspicious for ovarian cancer. H Dauwen et al. Gynecol Oncol 2013 (131): 694-700
  • 20. 4. Maladie extra abdominale plèvre - implants pleuraux - épanchements pleuraux parenchyme pulmonaire os
  • 21. Spécificité supérieure au CT en particulier pour atteinte gg retro péritonéale. 4.3% détection néoplasie synchrone. Atteinte ganglionnaire extra abdominale > fréquente que précédemment rapportée. Post debulking: foyers thoraciques FDG+ démontrent chirurgie sousoptimale.
  • 22. SUVmax: Tumeur borderline: SUVmax 3.6 (0.9 – 8) Tumeur maligne: SUVmax 15.7 (0.6 – 32.4) Tumeur bénigne: SUVmax 2.3 (1-25.3)
  • 23. Ganglions supradiaphragmatiques: Cardiophreniques Mammaires internes Médiastin postérieur et moyen Sousclaviculaires Axilliares Localisations plus fréquentes: 1. Mammaire interne 2. Cardiophrenique A prospective comparaison of integrated FDG PET/ceCT and ceCT for pretreatment imaging of advanced epithelial ovarian cancer. Johanna Hynninen et al. Gynecologic Oncology 2013 (131): 389-394
  • 24. Patientes + gg supradiaphragmatiques vs – supradiaphragmatiques ++ CA125 ++ ascite et carcinomatose péritonéale 67% atteinte gg supradiaphragmatique (>> rapporté au CT) cause upstage patients en stade III - IV
  • 25. Pourquoi la migration stade III-IV? 163 patientes PET/CT préop 87% FIGO III et 13% FIGO IV Chirurgie ± 15 jours après PET/CT Histo: 63% sereux; 37% peu diff Groupe A: stade III FIGO + PET/CT stade III Groupe B: stade FIGO III + PET/CT stade IV Groupe C: FIGO IV + PET/CT stade IV Preoperative 18F-FDG PET/CT in the management of advanced epithelial ovarian cancer. Robert Fruscio et al. Gynecol Oncol 2013 (131): 689-693
  • 26. Upstage atteinte gg supradiaphragmatique FDG+ atteinte capsule hépatique + parenchyme hépatique atteinte pleurale PET+ gg axillaires CT - (5-10mm) mais FDG + atteinte splénique ceCT+ mais FDG –
  • 27. FDG PET/CT in staging of advanced epithelial ovarian cancer: frequency of supradiaphragmatic lymph nodes metastasis challenges the traditional pattern of disease spread. Johanna Hynnien et al. Gynecol Oncol 2012 (126): 64-68 Pattern distribution atteinte ganglionnaire supradiaphragmatique 6/30pts avec ganglions axillaires FDG +! atteinte axillaire considérée rare histologie + drainage via ??
  • 28. Staging primitif , loco-régional et à distance WB-IRM/DWI vs PET/CT vs CT 1. WB-IRM détermine opérabilité du primitif/staging peritoneal. 2. WB-IRM supérieur pour atteinte péritonéale. surface péritonéale vessie cul de sac Douglas infiltration séreuse non nodulaire en particulier si PET/low dose CT vs PET/ceCT Whole-body MRI with diffusion-weighted sequence for staging of patients with suspected ovarian cancer:a clinical feasibility study in Comparison to CT and FDG-PET/CT. Katrijn Michielsen et al. Eur Radiol 2014 (24): 889-901
  • 29. 3. PET/CT supérieur pour atteinte ganglionnaire. Hile hépatique Retro péritoneal Détermine upstage 4. PET/CT supérieur pour atteinte gg et extragg supra diaphragmatique. Détermine upstage.
  • 30. Au delà des chiffres… quel est l’impact clinique? FIGO correctement évalué par PET/CT et IRM mais pas par CT seul. Métastases à distance correctement identifiées par PET/CT, WB-IRM et en moindre mesure par CT. Adénopathies médiastinales + CT correctement negativés par PET/CT et IRM – stade III opérable. Ganglions CT - correctement positivés par PET/CT – upstage - inopérable vs chimio néoadjuvante.
  • 31. Valeur des SUVmax en corrélation avec l’histologie. Valeur pronostique de survie?
  • 32. Valeurs SUVmax en relation avec l’histologie Maximum Standardized Uptake Value of Fluorodeoxyglucose Positron Emission Tomography/Computed Tomography is a Prognostic Factor in Ovarian Clear Cell Adenocarcinoma. Haruhisa Konishi et al. Intern Jour of Gynecol Cancer 2014 (24): 1190-1194
  • 33. Valeurs SUVmax en relation avec l’étendue de la maladie
  • 34. Survie globale nettement supérieure pour les néoplasies ovariennes à cellules claires avec SUVmax baseline < 4.9
  • 35. Staging carcinomatose péritonéale par PET/CT Pattern de la circulation normale du liquide péritonéal
  • 36. Mesocolon transverse: 1: espace supramesocolique 2: espace inframesocolique Inframesocolique: via mésentère grêle 2: inframesocolique Dr limite cécum-iléon terminal 3: inframesocolique gauche communique avec le pelvis 4: Espace paracolique droit limite à gauche: lig falciforme 5. Espace paracolique gauche limite via lig phrenicocoloque Imaging of peritoneal carcinomatosis with FDG PET/CT: diagnostic patterns,case exemples and pitfalls. DeGaetano AM et al. Abdom.Imaging 2009 (34): 391-402
  • 37. 1. Flux continu 2. Force de gravitation: flux ↓ 3. Pression - espaces sus diaphragmatiques: flux ↑ 4. Descendent: pelvis espace iléocæcal espace mesosigmoïde 5. Ascendant: espaces paracoliques espace sous hépatique espace sous phrenique Imaging of peritoneal carcinomatosis with FDG PET/CT: diagnostic patterns,case exemples and pitfalls. DeGaetano AM et al. Abdom.Imaging 2009 (34): 391-402
  • 38. 1. Cul de sac Douglas: - le plus inférieur - ≥ 50% pts liquide dans le Douglas 2. Mésentère grêle: - 40% infiltré 3. Mesocolon sigmoïde: 20% pts infiltré 4. Ligament falciforme: site d’infiltration empêcher infiltration espace sous phrénique gauche communication avec cavité pleurale droite 5. Nodules ombilicaux
  • 39. Staging carcinomatose péritonéale par PET/CT Pattern PET/CT d’infiltration péritoneale
  • 40. A. Pattern nodulaire: Uptake focal dans l’espace paracolique gauche. B. Pattern diffus: Épaississement diffus et uptake intense au niveau de la capsule hépatique. Imaging of peritoneal carcinomatosis with FDG PET/CT: diagnostic patterns,case exemples and pitfalls. DeGaetano AM et al. Abdom.Imaging 2009 (34): 391-402
  • 41. Infiltration néoplasique du péritoine pelvien. IRM: Séquence T2: épaississement péritonéal et ascite dans le Douglas. PET/CT: hypermétabolisme intense du Douglas.
  • 42. Nodule charnu grêle nettement hypermétabolique.
  • 43. Nodules charnus hypermétaboliques du sigmoïde. Nodules charnus hypermétaboliques du cécum et du colon ascendant.
  • 44. Infiltration péritonéale Carcinomatose péritonéale avec infiltration de la capsule péri hépatique et du ligament falciforme.
  • 45. Nodules au niveau ombilical.
  • 46. Nodule de carcinomatose au niveau de la capsule péri hépatique, non détecté au CT.
  • 47. A: Reconstruction MIP: multiples zones hypermétaboliques de l’hémithorax droit, abdomen et pelvis. B: Infiltration massive de la cavité pleurale droite. Adénopathies hypermétaboliques axillaires droites. Nodules de la paroi thoracique droite.
  • 48. Attention aux faux négatifs PET/CT: infiltration milliaire diffuse nodules mucineux nodules kystiques volume réduit Nodule kystique de carcinomatose péritonéale, FDG négatif.
  • 49. Par contre…. Nodules de carcinomatose partiellement calcifiés… Prévalence des nodules calcifiés: 8-15.7% Limites de l’imagerie conventionnelle: calcifications anciennes granulomateuses? calcifications en relation avec le traitement? évaluation de la réponse au traitement difficile…
  • 50. Evaluation métabolique des implants péritonéaux calcifiés. Baseline PET/CT iPET après deux cures chimio Foyers calcifiés FDG+ mésentériques et dans le Douglas (SUVmax 9). ↑ métabolique du nodule dans le Douglas (SUVmax 11.7 vs 9). Apparition d’un nodule de la paroi thoracique Dr.
  • 51. Suspicion récidive néo ovarien. CT équivoque. Patiente 79 ans. Traitée déjà depuis 8 ans pour néoplasie ovarienne papillaire stade I. Augmentation du CA125. CT démontrant 3 nodules calcifiés: Maladie viable? Lésions calcifiés sequellaires? PET/CT: 3 nodules calcifiés nettement hypermétaboliques démontrant une récidive néoplasique. Calcified metastases from ovarian carcinoma highlighted by F-18 FDG PET/CT: report of two cases. Si-Long Hu et al. Abdom Imaging (2012) 37:675–679
  • 52. Donc…. 30% carcinomes ovariens papillaires associent des lésions calcifiés. « Psammomes » Mécanisme de calcification ??? Calcifications dystrophiques en relation avec la chimiothérapie et la radiothérapie? Nécrose? Rarement, lésions nodulaires calcifiés pleuropéricardiques ou pulmonaires. Evaluation de la réponse au traitement difficile par imagerie conventionnelle.
  • 53. FDG PET/IRM avec DWI vs FDG PET/CT pour détection de la carcinomatose péritonéale au baseline Principe DWI: étude de la mobilité des H+ dans l’eau. Différence du signal → détermine le contraste des images. Valeurs abaissées DWI: mobilité restrictionée lésion suspecte Valeurs augmentées DWI: mobilité ++ lésion peu suspecte. Measurement of apparent diffusion coefficient with simultaneous MR/Positron Emission Tomography in patients with peritoneal carcinomatosis: Comparison with 18F-FDG PET/CT. Nina F Schwenzer et al. Jour Magn Reson Imaging 2014 (40): 1121-1128
  • 54. 41 pts avec néoplasies + carcinomatose péritonéale 20 néoplasies ovariennes 1 néoplasie cervicale 11 néoplasies colorectales Imagerie: 1. PET/CT 2. PET/IRM pas de réinjection FDG délai injection – acquisition PET/IRM: 123±8minutes Mesures ADC, SUVmax.
  • 55. Correlation of SUV and ADC as observed in the analysis of 52 PC lesions of various tumor types. Moderate, but significant reverse correlation was observed between SUVmean and ADCmean (left) and between SUVmax and ADCmin (right). Measurement of apparent diffusion coefficient with simultaneous MR/Positron Emission Tomography in patients with peritoneal carcinomatosis: Comparison with 18F-FDG PET/CT. Nina F Schwenzer et al. Jour Magn Reson Imaging 2014 (40): 1121-1128
  • 56. Significantly higher ADC and lower SUV were observed in PC lesions of colorectal cancer as compared to ovarian cancer.
  • 57. Valeurs réduites SUVmax et hautes des ADC dans contexte de carcinome colorectal mucineux. ≠ histologie favorable!! Connu comme peu sensible à la chimiothérapie! Donc…. Précaution: Corréler à l’histologie!
  • 58. Rappel: Pattern extension néoplasie ovarienne: Adénopathies locorégionales 25% stade I 50% stade II 74% stade III-IV Implants mésentériques et péritonéaux 30% pts associent atteinte viscérale. Histologies associant une atteinte péritonéale: sereux papillaire et peu différencié pelvis hémi diaphragme droit capsule hépatique espaces para coliques transdiaphragmatique - plèvre
  • 59. Dissémination hématogène rare (2-3%) Epanchement pleural Parenchyme hépatique Cérébrale (rare!)
  • 60. Épaississement nodulaire péritonéal + uptake focal FDG = carcinomatose Vérifier CT pour exclure nodules kystiques de carcinomatose FDG – nodules ≤ 5mm CT+ mais FDG – Confronter avec protocole opératoire pour foyers équivoques FDG + 6 mois postop!! origine infectieuse? inflammatoire post-op? vraie récidive?
  • 61. Evaluation de la réponse métabolique en cours de traitement Un grand vide à remplir…..
  • 62. Temsirolimus and pegylated liposomal doxorubicin (PLD) combination therapy in breast, endometrial and ovarian cancer: phase Ib results and prediction of clinical outcome with FDG-PET/CT. 20pts Age 21 – 70 Ovaires: 11 pts Endomètre: 5 pts Seins: 4 pts Evaluation de la réponse au traitement: critères RECIST. Mais…. Temsirolimus et agents similaires n ’induisent pas ↓ morphologique + bénéfices évaluation précoce réponse au traitement. Marye J Boers-Sonderen et al. Targ Oncol 2014 (9): 339-347
  • 63. PET/CT baseline après 2 semaines Temsirolimus seul à 6 semaines (avant 2éme cycle)
  • 64. ∆ SUVmax baseline – 2 semaines: - 20.8% ∆ SUVmax baseline – 6 semaines: - 38.2% ∆ SUVmax 2 semaines – 6 semaines: - 44 – 45.9% Impact sur la survie sans progression: ∆ SUVmax 2 semaines – 6 semaines.
  • 65. Aucun autre paramètre PET ne corrèle avec la survie. Le seul facteur pronostique très puissant corrélant avec la survie: le score ECOG…. Donc….simplement demander à la patiente comment elle va…
  • 66. Cutoff 20% pour considérer réponse métabolique. Survie globale: 38.3 mois pour répondeurs vs 23.1 mois pour non répondeurs Indépendante de Histologie Valeurs CA125 Prediction of response to neoadjuvant chemotherapy by sequential 18F-FDG PET/CT in patients with advanced stage ovarian cancer. J Clin Oncol 2005 (30): 7445-7453
  • 67. Rôle du PET/CT dans la prise en charge de récidive du cancer ovarien
  • 68. Indications fréquentes du PET/CT dans un contexte de suspicion de récidive néoplasie ovarienne 1. Signes radiologiques de récidive confirmation exclure lésions à distance 2. Imagerie conventionnelle équivoque. 3. Pas de signe clinique ou radiologique de récidive mais ↑ CA125.
  • 69. Evolution clinique des patientes avec néoplasie ovarienne Bonne réponse initiale au traitement. 50-75% des patientes développent une récidive. Récidive durant les 2 ans post traitement. Moment de la récidive très variable: précoce post traitement (semaines) tardif >> 1 an post traitement.
  • 70. Facteurs déterminant le risque de récidive: obtention R0 postchirurgie niveaux baseline réduits CA125 absence ascite en baseline…. Question: valeur prédictive du PET au moment de récidive?
  • 71. A propos du CA125 mucine 16 famille des glycoproteines mucines haute valeur prédictive positive: 90-95% ↓ valeur prédictive négative: CA125 normal n’exclut pas récidive. Normalisation CA125 après traitement initial et suivi démontrant au moins deux mesures consécutives CA125 augmenté Récidive même si absence de signe Rx/clinique. 20% des primitifs ovariens associent des valeurs normales du CA125.
  • 72. 48 pts En RC après 1ere ligne traitement 8 pts avec signes radiologiques récidive 40 pts augmentation CA125 sans signe radiologique récidive Récidive : sensible au Platine (récidive > 6 mois post traitement) résistante au Platine ( récidive < 6 mois post traitement) Quantitative metabolic parameters measured on 18F-FDG PET/CT predict survival after relapse in patients with relapsed epithelial ovarian cancer. Choon-Young Kim et al. Gynecol Oncol 2015: 1-7
  • 73. Quantitative metabolic parameters measured on 18F-FDG PET/CT predict survival after relapse in patients with relapsed epithelial ovarian cancer. Choon-Young Kim et al. Gynecol Oncol 2015: 1-7
  • 74.
  • 75. De même…. 1. patientes traitées par chirurgie obtiennent une longue survie. 2. 60% des patients avec charge tumorale basse par PET on reçu chimio vs chirurgie seule (??) 3. pts avec charge tumorale basse au PET et Platine résistante longue survie après traitement par chirurgie seule. 4. PET/CT + CA125 = sensibilité 94-98% détection récidive ++ si contexte d’imagerie équivoque Secondary cytoreductive surgery in patients with isolated platinum-resistant recurrent ovarian cancer: a retrospective analysis. Gynecol Oncol 2014 (134): 257-261
  • 76. 44 pts 89 PET/CT bilan récidive. présence uptake FDG pattern uptake: unifocal vs multifocal? extension de la maladie PET+ 58% pts changement de la prise en charge en fonction du PET/CT Pattern unifocal uptake FDG → chirurgie uniquement Pattern plurifocal sus et sous diaphragmatique: chimiothérapie 1ere intention Uptake focal FDG = candidats pour chirurgie uinquement
  • 77. Corrélation entre CA125 et PET/CT Niveaux réduits CA125 → maladie limité au PET Indication PET/CT si CA125 > 20U/mL Charge tumorale basse par PET/CT > 6 mois réponse après traitement par Platine valeurs basses CA125 Impact of FDG PET in optimizing patient selectin for cytoreductive surgery in recurrent ovarian cancer. Yasuhiko Ebina et al. Eur J Nucl Med Mol Imaging 2014 (41): 446-451
  • 78. Evaluation de la réponse métabolique au traitement Apres 1 cycle Apres 3 cycles Fin traitement PET/CT évalue correctement la réponse au traitement Indépendant des valeurs CA125 Indépendant de la clinique Cutoff SUVmax 20% entre baseline – 1 cycle. Survie globale 38.3 mois répondeurs 23.1 mois non répondeurs. Role of FDG PET/CT in staging of recurrent ovarian cancer. Hongju Son et al. RadioGraphics RSNA 2011.
  • 79. PET/CT négatif et augmentation du CA125 Suivi à court terme Refaire PET/CT Survie ↑pts avec PET/CT négatif pour récidive 52 pts. Suspicion récidive PETCT Vrai positif: confirmation histologique US anormal augmentation CA125 Faux positif: Histologie négative Regression spontané de la lésion Faux négatif: Histologie +
  • 80.
  • 81. Résultats: 97% vrai positif 90% vrai négatif 87% patients avec PETCT+ → changement du traitement Intéressant: Survie déterminée par l’existence ou non de récidive. Pas de corrélation entre SUVmax et survie. Negative 18F-FDG PET/CT predicts good cancer specific survival in patients with a suspicion of recurrent ovarian cancer. Carolin B Hebel et al. Eur J Radiol 2014 (83): 463-467
  • 82. Survie en relation avec l’extension de la maladie? Péritonéale vs extra péritonéale?
  • 84. La classique question… PET/low dose CT vs PET/ceCT ?
  • 85. Problèmes du contexte de récidive… Pas de guidelines d’imagerie Laquelle utiliser? Quand? Toujours les 2 extrêmes: low dose CT pour correction atténuation full dose ceCT diagnostique Par exemple…. Lésions hépatiques: sensibilité ceCT: 87.5% sensibilité low dose CT: 76% Low dose non enhanced CT versus full dose enhanced CT in integrated PET/CT scans for diagnosing ovarian cancer recurrence. Kitajima K et al. Eur J Radiol 2012 (81): 3557-3562
  • 86. Lésions osseuses: sensibilité ceCT: 100% sensibilité low dose CT: 0% ! ( Pourquoi contraste?) Région retro vésicale: sensibilité ceCT: 79% sensibilité low dose CT: 64%
  • 87. (A) Low-dose non-enhanced CT shows no abnormal findings. (B) PET/ldCT shows abnormal FDG uptake corresponding to peritoneal masses (arrows), suggestive of peritoneal dissemination. (C) Full-dose contrast-enhanced CT shows three enhanced soft-tissue masses in the peritoneum (arrows). (D) PET/ceCT shows abnormal FDG uptake corresponding to an enhanced peritoneal mass (arrows) and therefore peritoneal dissemination was interpreted (positive).
  • 88. (A) Low-dose non-enhanced CT shows no abnormal findings. (B) PET/ldCT shows abnormal FDG uptake corresponding to a tiny nodule near the inner iliac vessel, suggestive of internal LN metastasis (arrow).. (C) Full-dose contrast-enhanced CT shows a tiny inner iliac LN with mild enhancement (arrow). (D) PET/ceCT shows abnormal FDG uptake corresponding to a tiny inner iliac LN (arrow) and pelvic LN metastasis was interpreted (positive).
  • 89. Le cas de l’hypermétabolisme physiologique ovarien et utérin chez les volontaires saines 1. Hypermétabolisme focal net ovarien unilatéral très frequent mi-cycle voire 7 jours avant cycle menstruel. SUVmax entre 2.6-5.2. 2. Uptake ovarien très net pendant les 3 premières jours du cycle (SUVmax 3.6-6.1). 3. Uptake endométrial associé, d’aspect focal (SUVmax 2.8-4.0). 4. Aucun uptake physiologique chez femmes ménopausées. 5. Uptake focal endométrial chez femmes ménopausées: IUD (1 cas) et myome utérin (2 cas). Physiological 18F-FDG uptake in the ovaries and uterus of healthy female volunteers. Sadahiko N et al. Eur J Nucl Med Mol Imaging 2005: 549-556
  • 90.
  • 91. Le cas de l’hypermétabolisme focal ovarien et utérin chez les patientes atteinte d’une néoplasie gynécologique. Impact du traitement sur l’aspect PET. Femmes < 35 ans avant traitement: uptake focal ovarien my-cycle. Femmes < 35 ans après traitement: uptake ovarien physiologique avant cycle mi cycle autres peaks d’uptake durant les phases du cycle Uptake ovarien bilatéral très fréquent. Femmes > 35 ans, pas de différence d’uptake avant et après traitement. Délai court (6 mois) fin traitement et PET/CT → haute probabilité d’uptake intense, focal et bilatéral ovarien. A 10.4 mois, l’uptake devient unilatéral. Physiological 18F-FDG uptake patterns in female reproductive organs before and after chemotherapy treatments: assessment by PET/CT. Daniella Navve et al. Med Oncol 2013 (20): 1-6