Comité d’acteurs en santé de la
Haute-Saintonge
Le 18 septembre 2014
Enquête exploratoire réalisée
par l’IREPS Poitou-Char...
Objectif :
« Mener une enquête exploratoire sur l’accès aux soins des
enfants ayant des difficultés d’apprentissage issus ...
La méthodologie
1. Vision générale du territoire à partir de données
démographiques en Haute-Saintonge (âge, emploi,
reven...
1. Quelques éléments
démographiques sur le territoire :
La Haute-Saintonge
t 2006
La Haute-Saintonge : CDC de Pons + CDC
Jonzac (+ grande CDC de France)
133 communes : 10 pour la CDC de Pons &
123 ...
La Haute-Saintonge
• Taux de natalité et de fécondité (2011) : 5 pour 1000 femmes âgées de 15 à
49 ans (5 en Poitou-Charen...
La Haute-Saintonge
• Un déficit de « jeunes » : On constate une structure de population particulière
sur ce territoire. En...
La Haute-Saintonge
• Taux d’emplois : 62,9% versus 61,3% en Charente-Maritime & 63,6% en Poitou-
Charentes
• Une populatio...
La Haute-Saintonge
• Des jeunes de plus en plus actifs :
Il convient de relever le fort taux d'activités des jeunes (15-24...
La Haute-Saintonge
• Déplacement logement/travail :
Une mobilité pendulaire importante. Environ 2/3 des actifs occupés ne ...
Quelques données sur la « précarité » (reste une
notion subjective et relative) :
La précarité est l'absence d'une ou plus...
La Haute-Saintonge
Part de la population couverte
par le RSA en 2011 : 24%
versus 21,7% en Charente-
Maritime et 21,1% en ...
La Haute-Saintonge
Selon une étude de l’Agence
Régionale d’Evaluation
Environnement et Climat, 25% des
logements du Poitou...
La Haute-Saintonge
Selon le Baromètre Santé Poitou-
Charentes, près de 9% des 15-85
ans ont déclaré qu’ils avaient
renoncé...
La Haute-Saintonge
En 2007, l’ORS Poitou-
Charentes a mené une étude
visant à identifier des
territoires présentant un
pro...
La Haute-Saintonge
Source : Atlas académique des risques sociaux d’échec scolaire : l’exemple du décrochage, CEREQ
La Haute-Saintonge
Source : Atlas académique des risques sociaux d’échec scolaire : l’exemple du décrochage, CEREQ
Part de...
La méthodologie
3. Données sur l’accessibilité de l’offre de soins
La démographie médicale
Les patients du Sud de la
Charente-Maritime vont
au CHR de Talence.
Globalement, trajet de 39
minu...
La démographie médicale
Globalement, trajet de 15 minutes
pour consulter un généraliste mais
peu de médecins de moins de 4...
La Haute-Saintonge
Les équipes mobiles de
psychiatrie précarité mènent des
actions spécifiques en dehors de
leurs structur...
La Haute-Saintonge
La santé scolaire :
1. « Dans le sud, des enseignants très jeunes avec une ou deux classes,
non formés ...
La Haute-Saintonge
• Des structures adaptées pour l’intégration en milieu scolaire d’enfants en
difficultés ou en situatio...
La méthodologie
4. Les entretiens qualitatifs auprès des
professionnels de santé locaux
Les entretiens qualitatifs
Les entretiens qualitatifs :
• 16 professionnels ont été interviewés : 7 professionnels de sant...
Les entretiens qualitatifs
Les perceptions des professionnels :
1- Perception du territoire :
« Il y a Jonzac et le sud » ...
Les entretiens qualitatifs
Les perceptions des professionnels :
5 - Isolement des familles :
« Elles ont peu de sollicitat...
Les entretiens qualitatifs
Les perceptions des professionnels :
9-Isolement des professionnels :
« Certaines décisions peu...
L’amélioration de l’accès aux soins pour les enfants en difficulté nécessitent des
synergies entre les familles, les profe...
La Haute-Saintonge
Leviers cités par les professionnels :
• Favoriser le « Allers vers »
• Renforcer les aptitudes des fam...
La Haute-Saintonge
Leviers cités par les professionnels :
• Renforcer les partenariats et les
collaborations
• Former des ...
La Haute-Saintonge
Leviers cités par les professionnels :
• Développer la compétence Santé/Sociale
pour les communes
• Mob...
La Haute-Saintonge
Analyses de l’IREPS :
 L’IREPS a relevé des contradictions entre les perceptions des
professionnels de...
Le soin et la santé en
Haute-Saintonge
1 Maison pluridisciplinaire
de santé à Chevanceau :
ouverture novembre 2014
PMI
1 m...
Entretien avec une orthophoniste
• « 3 orthophonistes à Montguyon avec une orientation sur
prescription médicale »
• « Dél...
La Haute-Saintonge
« Les populations vulnérables sont
assignées à de minuscules territoires de
l’ordre du quartier ou du v...
Entretien avec les « TaxiMouettes »
• « Société Keolis missionnée par le Conseil Général avec 7
taxis collectifs pour la H...
La Haute-Saintonge
Analyses de l’IREPS :
 La réalité du constat concernant l’accès aux soins pour les enfants ayant
des r...
La Haute-Saintonge
Analyses de l’IREPS :
 Les pratiques professionnelles une fois l’enfant en difficulté repéré
• Des pro...
La Haute-Saintonge
Analyses de l’IREPS :
 Les suggestions pour améliorer la situation
• L’insuffisance quantitative de l’...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Diaporama enquête ireps haute saintonge v f

541 vues

Publié le

L'IREPS a mené en 2015 /2016, une étude sur l'’accès aux soins des enfants ayant des difficultés d’apprentissage issus de familles en situation de précarité sur le territoire de Haute-Saintonge.

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
541
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
95
Actions
Partages
0
Téléchargements
4
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Diaporama enquête ireps haute saintonge v f

  1. 1. Comité d’acteurs en santé de la Haute-Saintonge Le 18 septembre 2014 Enquête exploratoire réalisée par l’IREPS Poitou-Charentes Catherine Flora – Chargée de projets IREPS 17 Sébastien LODEIRO – Directeur adjoint IREPS Poitou-Charentes
  2. 2. Objectif : « Mener une enquête exploratoire sur l’accès aux soins des enfants ayant des difficultés d’apprentissage issus de familles en situation de précarité sur le territoire de Haute-Saintonge » La Haute-Saintonge
  3. 3. La méthodologie 1. Vision générale du territoire à partir de données démographiques en Haute-Saintonge (âge, emploi, revenu, mobilité) 2. Quelques indicateurs de précarité 3. Données sur l’accessibilité de l’offre de soins 4. Entretiens qualitatifs avec des professionnels de santé
  4. 4. 1. Quelques éléments démographiques sur le territoire : La Haute-Saintonge
  5. 5. t 2006 La Haute-Saintonge : CDC de Pons + CDC Jonzac (+ grande CDC de France) 133 communes : 10 pour la CDC de Pons & 123 pour la CDC de Jonzac 3 villes de + de 2000 habitants : Jonzac, Pons & Montendre Densité très faible de population : 38 hab/km2 versus 90 hab/km2 en Charente-Maritime et 68 hab/km2 en Poitou-Charentes Source : tableau de bord santé-social des Pays et CDA de la région Poitou-Charentes, IAAT Poitou-Charentes; 2009 La Haute-Saintonge Données générales
  6. 6. La Haute-Saintonge • Taux de natalité et de fécondité (2011) : 5 pour 1000 femmes âgées de 15 à 49 ans (5 en Poitou-Charentes, 4,9 Charente-Maritime) • L'augmentation de la population entre 1999 et 2010 (+8.5%) est essentiellement due à un solde migratoire positif (+6483) contre un solde naturel négatif (-1800). Ce solde migratoire vient compenser un solde naturel négatif sur la période. • Mouvement de population majoritairement intra-régionaux (12,2% des nouveaux arrivants /hors région en 2008) • En 2008 on constate que 20.5% des nouveaux arrivants (personne n’habitant pas dans la même commune 5 ans auparavant) ont 55 ans et plus (chiffre comparable à celui du département, et 4 points supérieurs au chiffre régional). Source : Tableau de bord santé social des Pays et CDA de la région Poitou-Charentes, nov 2013 / Diagnostic socio-économique de la CDC de Haute Saintonge (2013 Maison de l’emploi) Données générales
  7. 7. La Haute-Saintonge • Un déficit de « jeunes » : On constate une structure de population particulière sur ce territoire. En effet, bien que proche des données départementales, les 60 ans et plus sont sur représentés sur ce territoire au détriment des jeunes et des jeunes actifs.  En Haute-Saintonge, les 65 ans et plus représentent 25.1% de la population totale contre 24.8% au niveau départemental et 19.3% en France.(2010)  Part des moins de 20 ans (2009) : 21,5% versus 21,7% en Charente-Maritime et 22,5 en Poitou-Charentes • Population vieillissante : Cela se traduit par une proportion de retraités bien plus élevée que celle de la moyenne nationale (+10 points). Source : Tableau de bord santé social des Pays et CDA de la région Poitou-Charentes, nov 2013 / Diagnostic socio-économique 2013 de la CDC de Haute Saintonge (Maison de l’emploi) Données générales
  8. 8. La Haute-Saintonge • Taux d’emplois : 62,9% versus 61,3% en Charente-Maritime & 63,6% en Poitou- Charentes • Une population « normalement » active : Avec plus de 25 500 actifs, la population de Haute Saintonge affiche le même taux d'activités que le taux départemental. En légère hausse par rapport à 1999 (+ 1 point), on compte ainsi 70,8% d'actifs sur le territoire parmi la population de 15 à 64 ans. • Taux de chômage 2013 : CDCHS 11,1% (CM: 11,9 % / PC : 10,4%) • Catégories socio-professionnelles :  Nombre d’exploitants agricoles très important: 7,3% versus 3,2% en Charente-Maritime & 3,3% en Poitou-Charentes  Nombre d’ouvriers significativement supérieur : 31,6% versus 24,70% en Charente- Maritime & 26,80% en Poitou-Charentes  A contrario, on note un déficit important en termes de professions « qualifiées ». Les catégories 'cadres et professions intellectuelles supérieures' et 'professions intermédiaires' sont moins représentées sur le territoire. Source : Tableau de bord santé social des Pays et CDA de la région Poitou-Charentes, nov 2013 / Diagnostic socio-économique de la CDC de Haute Saintonge (2013 Maison de l’emploi) / Sources : Insee, RP2009 et RP1999 exploitations principales. Données emploi
  9. 9. La Haute-Saintonge • Des jeunes de plus en plus actifs : Il convient de relever le fort taux d'activités des jeunes (15-24 ans) sur le territoire: 51,9%. Ce taux est près de cinq points supérieurs à celui enregistré en Charente- Maritime. Cet écart traduit une insertion plus importante des jeunes sur le marché du travail notamment en raison d'un arrêt des études plus précoce • Accompagnement des jeunes : La Mission Locale intervient spécifiquement auprès des jeunes pour faire face aux difficultés qu’ils rencontrent (insertion professionnelle, formation, logement, mobilité, santé…). Avec 7 antennes réparties sur le territoire de Haute-Saintonge, la ML a reçu en 2013 (chiffres arrêtés au 31/10/2013) 1251 jeunes dont 470 nouveaux (1391 en 2012). Source : Diagnostic socio-économique de la CDC de Haute Saintonge (2013 Maison de l’emploi) Zoom emploi et jeunes
  10. 10. La Haute-Saintonge • Déplacement logement/travail : Une mobilité pendulaire importante. Environ 2/3 des actifs occupés ne travaillent pas dans leur commune de résidence mais 55% des résidents occupent un poste au sein du territoire. Il s'agit du taux le plus élevé des territoires des Maisons de l’Emploi de Poitou-Charentes. • 90 % des ménages possède au moins une voiture. Source : Diagnostic socio-économique de la CDC de Haute Saintonge (2013 Maison de l’emploi) Données mobilité
  11. 11. Quelques données sur la « précarité » (reste une notion subjective et relative) : La précarité est l'absence d'une ou plusieurs des sécurités permettant aux personnes et aux familles d'assumer leurs responsabilités élémentaires et de jouir de leurs droits fondamentaux. La Haute-Saintonge
  12. 12. La Haute-Saintonge Part de la population couverte par le RSA en 2011 : 24% versus 21,7% en Charente- Maritime et 21,1% en Poitou- Charentes1,1% en Poitou-Charentes
  13. 13. La Haute-Saintonge Selon une étude de l’Agence Régionale d’Evaluation Environnement et Climat, 25% des logements du Poitou-Charentes sont exposés à la précarité énergétique. Ce taux est nettement supérieur à la moyenne nationale estimée à 13%
  14. 14. La Haute-Saintonge Selon le Baromètre Santé Poitou- Charentes, près de 9% des 15-85 ans ont déclaré qu’ils avaient renoncé à des soins au cours des 12 derniers mois
  15. 15. La Haute-Saintonge En 2007, l’ORS Poitou- Charentes a mené une étude visant à identifier des territoires présentant un profil sanitaire et social prioritaire (1 à 7)
  16. 16. La Haute-Saintonge Source : Atlas académique des risques sociaux d’échec scolaire : l’exemple du décrochage, CEREQ
  17. 17. La Haute-Saintonge Source : Atlas académique des risques sociaux d’échec scolaire : l’exemple du décrochage, CEREQ Part des non diplômés supérieure à la moyenne nationale (27%) Jonzac & Montlieu-la-Garde : 36% Montguyon : 34% Montendre : 32%
  18. 18. La méthodologie 3. Données sur l’accessibilité de l’offre de soins
  19. 19. La démographie médicale Les patients du Sud de la Charente-Maritime vont au CHR de Talence. Globalement, trajet de 39 minutes pour consulter un spécialiste.
  20. 20. La démographie médicale Globalement, trajet de 15 minutes pour consulter un généraliste mais peu de médecins de moins de 40 ans
  21. 21. La Haute-Saintonge Les équipes mobiles de psychiatrie précarité mènent des actions spécifiques en dehors de leurs structures en direction du public et des acteurs de 1ère ligne
  22. 22. La Haute-Saintonge La santé scolaire : 1. « Dans le sud, des enseignants très jeunes avec une ou deux classes, non formés pour faire face aux difficultés qu’ils rencontrent » 2. 1 médecin scolaire (0,5 ETP) mais 2 postes à pourvoir 3. 3 psychologues scolaires mais 4 postes à pourvoir 4. 6/7 maitres E pour les difficultés d’apprentissage et 2 maîtres G pour les troubles du comportements (« les enfants qui ne comprennent pas pourquoi ils sont à l’école ») 5. 7 infirmières scolaires 6. Assistantes sociales
  23. 23. La Haute-Saintonge • Des structures adaptées pour l’intégration en milieu scolaire d’enfants en difficultés ou en situation d’handicap : - Comme sur l’ensemble du département, plusieurs types d’établissements proposent une scolarité adaptée afin d’intégrer au mieux des enfants en situation difficile et/ou d’handicap (handicap mental léger, handicaps sensoriels et moteurs) au sein de l’école. - On compte ainsi sur le territoire 6 Classes d’Intégration Scolaire (St Genis, Jonzac, Pons, Montendre et Montguyon) ; 3 Unité Localisée pour l’Inclusion Scolaire (collèges de Montendre, Pons et Jonzac) ; 2 Unités Localisées pour l’Inclusion Scolaire Professionnelle (lycée Pons et Jonzac), 2 Section d’Enseignement Général et Professionnel Adapté (collège de Pons et Montendre) ainsi que 2 classes médicalisées associées aux services de soin (école maternelle et élémentaire de Jonzac). Source : Diagnostic socio-économique de la CDC de Haute Saintonge (2013 Maison de l’emploi) Données santé scolaire
  24. 24. La méthodologie 4. Les entretiens qualitatifs auprès des professionnels de santé locaux
  25. 25. Les entretiens qualitatifs Les entretiens qualitatifs : • 16 professionnels ont été interviewés : 7 professionnels de santé (médecins, psychologues, orthophonistes…), 4 travailleurs sociaux & 5 institutionnels • Le questionnaire rappelait le contexte dans lequel était réalisée l’enquête et comportait 5 questions ouvertes concernant les perceptions des professionnels sur :  La réalité du constat concernant l’accès aux soins pour les enfants ayant des retards dans leurs apprentissages scolaires  L’urgence de la problématique  Les pratiques professionnelles une fois l’enfant en difficulté repéré  La connaissance des ressources sur le territoire  Les suggestions pour améliorer la situation • L’entretien durait en moyenne ¾ d’heure • L’analyse des réponses a permis de déterminer des thèmes récurrents qui ont fait l’objet d’une priorisation
  26. 26. Les entretiens qualitatifs Les perceptions des professionnels : 1- Perception du territoire : « Il y a Jonzac et le sud » ; « Pas de problème à Jonzac mais les 3 Monts… » ; « Il n’y a rien au Sud » 2- Absence de professionnels de santé : « Il n’y a que 2 orthophonistes à Jonzac et une autre à Montguyon » ; « Pareil pour les psychomotriciens : on en manque » ; « Il n’y a pas de professionnels pour éduquer à la santé » ; « Des enfants en difficulté d’apprentissage ne sont pas évalués faute de professionnels de proximité » ; « On ne peut pas répondre aux besoins de la population alors qu’on est service public » 3- Problème de mobilité : « Les familles n’ont pas de permis ou pas de voiture » ; « Il faudrait faciliter leur mobilité » ; « Il faut remettre en place des transports adaptés type Itinéraires 17 dont les salariés étaient des travailleurs sociaux : l’écoute et l’accompagnement se faisaient pendant le temps de transport ; la voiture était un espace clos sans face à face, sans que l’on se sente jugé ce qui favorisait la parole » 4- Professionnels mal perçus par certaines familles : « Elles ne veulent pas que les professionnels viennent chez elles » ; « Elles ont peur d’être jugées « ; « Elles ont peur qu’on leur retire leurs enfants » ; « Certains médecins ne veulent pas de « ces » familles : elles sont mal accueillies »
  27. 27. Les entretiens qualitatifs Les perceptions des professionnels : 5 - Isolement des familles : « Elles ont peu de sollicitations » ; « Peu mobiles dans leur esprit avec des difficultés d’élaboration» ; « Peu d’ouverture sur le monde parce qu’elles se sentent protégées dans leur milieu par rapport à l’urbain» ; « Les enfants manquent d’ambitions scolaires » ; « Elles ont très peu de demandes et très peu de besoins » 6- Temps de déplacement trop longs : « Les temps de déplacement sont longs et ne permettent pas la prise en charge d’enfants : par exemple, à La Rochelle, il y a plus d’enfants pris en charge car il n’y a pas de déplacements » ; « Il faut plus de professionnels de santé et pas simplement des permanences délocalisées. Si on déplace les professionnels de Jonzac, ils auront moins de temps pour les enfants » 7- Délais pour les prises en charge : « Certains dispositifs de santé sont bien repérés ; l’UPIJ de Jonzac, les CMP et CMPP de Barbezieux et Saint Genis de Saintonge mais les délais sont trop longs » ; « Pour les dyspraxies, il n’y a qu’un ergothérapeute à Saintes et un à Bordeaux » ; « Pour l’UPIJ, il faut 3 RDV avant le bilan et la prise en charge par la Sécu » ; « Le 1er RV à l’UPIJ est pris dans les 2 mois mais il s’écoule entre 9 et 12 mois pour la prise en charge » ; 8- Prises en charge financière insuffisantes : « La prise en charge financière est aussi problématique » ; « Les familles bénéficient de la CMUC mais il faut quand même faire l’avance pour certains professionnels de santé » ; « il n’y a pas de remboursements pour des psychologues par exemple » ; « Pour les dyspraxie, il faut avancer 200 € avant la prise en charge par la Sécu »
  28. 28. Les entretiens qualitatifs Les perceptions des professionnels : 9-Isolement des professionnels : « Certaines décisions peuvent être prises trop rapidement : les professionnels peuvent paniquer car ils sont seuls » ; « Il faut répondre à l’urgence et y répondre rapidement » ; « Les situations sont traitées individuellement » ; « On s ’ouvre, des partenariats existent mais cela coûte aux structures » 10- Manque d’attractivité du territoire : « On n’arrive pas à pourvoir certains postes » ; « Personne ne veut être nommé au sud du territoire : les jeunes veulent rester à La Rochelle » ; « la jeunesse des collègues est un souci parce que la formation ne les prépare pas à faire face aux difficultés qu’ils vont rencontrer et parce que les écoles sont isolées » ; « C’est le bout du monde » 11 - Absence de mobilisation des élus : « « Les réponses sont localisées par commune ou par canton. Il y a peu de réflexion d’ensemble » ; « Il faut développer les coopérations intercommunales ou les renforcer » ; « Les élus ne sont sensibilisés : ils s’occupent de l’aspect touristique de la région mais pas des pauvres »
  29. 29. L’amélioration de l’accès aux soins pour les enfants en difficulté nécessitent des synergies entre les familles, les professionnels et les élus
  30. 30. La Haute-Saintonge Leviers cités par les professionnels : • Favoriser le « Allers vers » • Renforcer les aptitudes des familles à faire face aux situations difficiles via des groupes de paroles • Mettre en place des transports adaptés • Avoir des professionnels de proximité • Créer ou réactualiser des plaquettes sur les ressources du territoire • Raccourcir les délais des prises en charges pour les enfants en difficulté
  31. 31. La Haute-Saintonge Leviers cités par les professionnels : • Renforcer les partenariats et les collaborations • Former des acteurs de 1ère ligne • Développer les évaluations concertées • Augmenter le nombre de professionnels de santé (notamment les orthophonistes et les ergothérapeutes) • Mettre en place des temps d’échanges de pratiques entre professionnels pluridisciplinaires
  32. 32. La Haute-Saintonge Leviers cités par les professionnels : • Développer la compétence Santé/Sociale pour les communes • Mobiliser les élus • Renforcer les coopérations au niveau des communes ou des cantons • Solliciter des locaux au sein des mairies
  33. 33. La Haute-Saintonge Analyses de l’IREPS :  L’IREPS a relevé des contradictions entre les perceptions des professionnels de santé et l’offre de santé repérée dans l’enquête :  Les nombre de professionnels de santé présents sur le territoire (surtout orthophoniste, médecins généralistes…) ou le fonctionnement de l’UPIJ  Des perceptions professionnelles sur l’offre de mobilité en décalage avec les données obtenues (Taximouettes)
  34. 34. Le soin et la santé en Haute-Saintonge 1 Maison pluridisciplinaire de santé à Chevanceau : ouverture novembre 2014 PMI 1 médecin vacataire & 4 puéricultrices Source : tableau de bord santé-social des Pays et CDA de la région Poitou-Charentes, IAAT Poitou-Charentes; 2009
  35. 35. Entretien avec une orthophoniste • « 3 orthophonistes à Montguyon avec une orientation sur prescription médicale » • « Délai d’attente de 2 mois en moyenne » • « Pratique du tiers payant en Haute-Saintonge ce qui ne se fait pas en Gironde » • « Pas de dépassement d’honoraires » • « Transport en ambulance pour les enfants » • « Adaptation du nombre de séances en fonction de la mobilité de la famille » • « Pas d’autre orthophoniste dans un rayon de 30 kms » • « Mise en place d’un SESSAD (Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile) peut être une solution »
  36. 36. La Haute-Saintonge « Les populations vulnérables sont assignées à de minuscules territoires de l’ordre du quartier ou du village au sein d’une société dispersée. Elles organisent et réorganisent leur vie quotidienne en fonction des ressources possibles sur ces territoires enclavés. Du coup, elles vivent la réduction du champ de leurs possibles dans tous les domaines. » « La liberté de mobilité est étroitement liée à l’appartenance à une catégorie socioprofessionnelle. »
  37. 37. Entretien avec les « TaxiMouettes » • « Société Keolis missionnée par le Conseil Général avec 7 taxis collectifs pour la Haute-Saintonge » • « Trajets déterminés, calendriers et horaires fixés (attentes possibles) » • « RV la veille avant 16 heures » • « Prise du client à domicile » • « Lieux de dépose (8 lieux de dépose à Jonzac) » • « Carte de Solidarité transport en fonction des ressources (1,5 € le trajet A/R) » • « Nouveaux lieux de dépose sur demande auprès du Conseil Général »
  38. 38. La Haute-Saintonge Analyses de l’IREPS :  La réalité du constat concernant l’accès aux soins pour les enfants ayant des retards dans leurs apprentissages scolaires • Les professionnels repèrent majoritairement cette problématique comme prioritaire sur le territoire. Ils évoquent des manques de professionnels qui ne sont pas en cohérence avec les données récupérées sur l’offre de soins. • Une perception des familles sans ressource et ayant « renoncé »  L’urgence de la problématique • Si les professionnels reconnaissent l’importance de cette problématique sur le territoire (difficile pour eux de quantifier, s’agit plus d’un ressenti) ils pensent majoritairement que les retards dans l’apprentissage scolaire ne sont pas liés à la précarité mais la précarité les aggrave. • Au-delà de l’accès aux soins, les professionnels insistent sur la nécessité de travailler sur les facteurs socio-économiques, culturels, éducatifs qui engendrent des difficultés dans les apprentissages scolaires.
  39. 39. La Haute-Saintonge Analyses de l’IREPS :  Les pratiques professionnelles une fois l’enfant en difficulté repéré • Des professionnels qui sollicitent le plus souvent leur réseau de connaissance mais évoquent un manque de coordination locale autour d’un projet commun. • Le parcours de soins reste difficile à mettre en place et l’offre se révèle en décalage avec les contraintes des familles (horaires, RDV, déplacements, démarches administratives...)
  40. 40. La Haute-Saintonge Analyses de l’IREPS :  Les suggestions pour améliorer la situation • L’insuffisance quantitative de l’offre n’est pas avérée après enquête. • Améliorer l’information sur l’offre locale auprès des professionnels et des familles • Une confiance entre les familles « précaires », les professionnels, les institutions qui reste à renforcer. • Créer de nouvelles modalités de travail collective et collaboratives avec d’autres acteurs que ceux de la santé • Agir sur la dimension sociale de la santé (les conditions et les styles de vie) • Développer une approche plus globale des problématiques. Ex : Favoriser la coopération entre éducation nationale, professionnels de santé, travailleurs sociaux , associations, famille.

×