Successfully reported this slideshow.
1LE LUXE AU CŒUR DE TOUS LES PARADOXES ?Préface Isabelle BUTINpour Sup de Luxe - 2012Le début du XXIème siècle, et particu...
2Le paradoxe d’un luxe en croissance même en période de criseL’industrie du luxe se maintient très bien malgré les diverse...
3Le paradoxe d’un luxe qui a su trouver sa place entre traditions et nouvelles technologiesLe luxe est et représente avant...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Luxe et Paradoxes Isabelle Butin pour Sup de Luxe

1 812 vues

Publié le

Le luxe semble traverser les années avec une présence et un attrait grandissant, comme si rien ne pouvait l’atteindre. L’industrie du luxe se maintient très bien malgré les diverses crises sans précédent.

Publié dans : Business
  • Soyez le premier à commenter

Luxe et Paradoxes Isabelle Butin pour Sup de Luxe

  1. 1. 1LE LUXE AU CŒUR DE TOUS LES PARADOXES ?Préface Isabelle BUTINpour Sup de Luxe - 2012Le début du XXIème siècle, et particulièrement des premières années de la seconde décennie, resterontmarquées par de grands bouleversements, politiques et économiques. Tout évolue très rapidement,bouleverse les repères établis et ancrés.Au milieu de tout cela, le luxe semble traverser les années avec une présence et un attraitgrandissant, comme si rien ne pouvait l’atteindre.En 2011, l’Europe constituait le premier marché mondial de vente des produits de luxe (37 %) suivie parles Etats-Unis (30 %) et talonnés eux-mêmes par les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine).Début 2012, c’est en France que le luxe vient au secours des entreprises qui ferment dans le secteur de lacorsetterie en crise, en reprenant leurs salariés.Il est me semble-t-il au cœur de tous les paradoxes, et c’est en cela qu’il puise sa force.
  2. 2. 2Le paradoxe d’un luxe en croissance même en période de criseL’industrie du luxe se maintient très bien malgré les diverses crises sans précédent.Le développement des BRIC et de l’Asie y contribuent fortement. La principale explication étant quel’émergence économique et financière génère dans ces pays, un boom de nouveaux riches.Ainsi, la Chine du luxe a pesé 13 milliards d’euros en 2011, avec une croissance qui atteint les 35 %. Laclasse moyenne chinoise est en croissance de 12% par an et près de 145 millions de chinois ont desrevenus supérieurs à 10 000 $. La Chine est une réelle opportunité pour les marques de luxe, dans unpays où la population a une grande méfiance envers la qualité des produits par crainte des contrefaçons.C’est entre autre pour cette raison qu’ils sont de gros clients des duty free car ils ont la certitude que cesont les marques originales.La Chine suit l’évolution de croissance du Japon et sera dans le futur suivie par l’Inde. Les marques deluxe ont encore de belles perspectives devant elles car le luxe suit l’aisance économique.Le paradoxe d’un luxe, symbole d’élite et de cherté qui tend aujourd’hui vers unedémocratisation.« Jadis alimenté par la consommation ordinaire de gens exceptionnels, le luxe se nourritaujourdhui de la consommation exceptionnelle de gens ordinaires »Les Grandes Maisons demeurent des maîtres en la matière pour créer des produits exceptionnels àtravers le prestige, le savoir-faire et l’expertise artistique unique.Mais elles « surfent » également sur l’élargissement de la clientèle. Ouvrir le luxe au plus grand nombreet rendre « l’inaccessible accessible », telle est la stratégie de certaines marques.En effet, en achetant un produit de luxe, le consommateur saccapare une part de rêve. Les marquesont compris qu’elles devaient faire rejaillir le prestige du haut de gamme sur des produits plusaccessibles. Ainsi le plus grand nombre pourra se parfumer avec le dernier parfum de Christian Dior,posséder une paire de lunettes Gucci, mettre ses clefs dans un porte-clefs au monogramme Louis Vuittonou porter les dernières ballerines Chanel.De même qu’ils y a plusieurs catégories d’acheteurs, allant des « ultra riches », aux riches, il y adésormais également plusieurs offres, du « grand luxe » au « luxe abordable ».Ce « luxe abordable » que l’on retrouve a travers des produits d’entrée de gamme, se retrouve égalementà travers les ventes privées auxquelles de nombreuses marques ont succombées. Cela permet de touteévidence de pouvoir écouler les anciens stocks et faire rentrer du cash. Ventes privées dans leurs locaux,offrant ainsi des instants de rêve à ces clients, mais également ventes privées sur internet : les achats deproduits de luxe sur internet sont réalisés pour 70% sur des sites de ventes privées.Parallèlement à ce luxe devenu accessible à un plus grand nombre, les Maisons de luxe rendentégalement accessible une partie de leur histoire, de leur savoir faire à des clients passionnées.Ainsi LVMH a ouvert ses portes au grand public pour faire découvrir ses plus beaux sites, jusque làmaintenus secrets, à travers des Journées Particulières. Il a présenté ses différents métiers et savoir-faireartisanaux à travers 25 de ses plus prestigieuses Maisons : haute couture, vins et spiritueux, hautejoaillerie, ou encore maroquinerie. Le public est directement en contact avec les artisans, ouvriers etartistes des Maisons, permettant le partage d’une expérience unique.Dans un autre registre et de manière plus pérenne, Van Cleef & Arpels a ouvert en février 2012 une écolede joaillerie afin de « lever le voile sur le monde secret de la joaillerie ». Ouverte au public, c’est lapremière école de joaillerie liée à une Maison.
  3. 3. 3Le paradoxe d’un luxe qui a su trouver sa place entre traditions et nouvelles technologiesLe luxe est et représente avant tout la tradition, l’excellence.Mais face à l’évolution des clients, plus volatiles, mieux renseignés et pressés, le luxe a été contraint des’adapter aux nouvelles technologies. Les acheteurs des produits de luxe on-line représentent près de15% des internautes.Mais les marques de luxe sont allées bien au-delà : elles se sont appropriées ces technologies qui sontpleinement rentrées dans l’univers autrefois caché et feutré de ces Maisons.Ainsi, Chanel et Dior ont des applications iPhone (défilés et clips promotionnels), Hermès va déployerdans les semaines à venir des iPad dans ses boutiques.L’ultime paradoxe du luxe dans les années à venir ne serait-il pas d’être victime de sa croissance ?D’où la nécessité de toujours devoir se remettre en cause … en trouvant les artisans des métiers d’artset en réussissant à travers une logistique et supply chain devenue une fonction stratégique afind’alimenter la demande dans les magasins partout à travers le monde."Vouloir, cest susciter les paradoxes !". Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe

×