Tennis_Mag #102 FEVRIER num

294 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
294
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Tennis_Mag #102 FEVRIER num

  1. 1. No102-FÉVRIER2016 PAR TENNIS QUÉBEC U N E A N N É E 2 0 1 5 I N S P I R A N T E ! P L A C E À 2 0 1 6 ! Charlotte Robillard-Millette etFélixAuger-Aliassime Le tennis dans la peau www.TENNIS.qc.ca La balle officielle de Tennis Québec POSTEPUBLICATIONN°DECONVENTION40634067 NO 102–FÉVRIER2016–3,95 $
  2. 2. PUBLICITÉ PUBLICITÉ pour les jeunes Vasek Pospisil Champion du double de Wimbledon 2014 et ambassadeur du Défi sans bruit Françoise Abanda Joueuse de tennis professionnelle et ambassadrice du Défi sans bruit Tous unis pour la concentration en classe. Prêt à relever le défi avec nous? Venez déposer vos balles de tennis usagées dans les clubs et lors des tournois. Apposées sous les chaises, elles réduisent le bruit en classe et permettent aux enfants de mieux se concentrer. Pour en savoir plus, rendez-vous à bnc.ca/defisansbruit Avec le DÉFI SANS BRUIT Banque Nationale s’engage auprès des jeunes.
  3. 3. TENNIS-MAG chroniques 07 LE MOT DU PRÉSIDENT À quoi s’attendre pour 2016? 11 LA CHRONIQUE DE JAMES HYNDMAN Lutter vaillamment 26 LIGNES DE FOND Nouvelle confiance, nouveaux sommets 28 MIEUX-ÊTRE Les filles, prenez votre place! 32 JEU, MANCHE ET MATCH… DE LA VIE Jean Dussault, le champion méconnu plan de match 09 UN MILOS RAONIC RENOUVELÉ? Début d’année faste pour le Canadien 18 TENNIS QUÉBEC PRÉSENTE LA TOURNÉE DE TENNIS SCOLAIRE, EN PARTENARIAT AVEC LES PRODUCTEURS LAITIERS DU CANADA De nouveaux porte-paroles! 20 LOUIS CAYER Le plus Anglais des Québécois 23 ÉQUIPES DE TENNIS QUÉBEC Découvrez les athlètes de la cuvée 2015-2016 30 JOURNALISTE EN HERBE Les conseils d’une ex-joueuse 36 PORTRAIT D’ENTRAÎNEUR Sébastien Prieur – Plus qu’un simple coach de tennis contenu 12Le comédien James Hyndman ©TennisQuébec/JamesHajjar 12 L’ENTRAÎNEMENT 14 L’ENTREVUE « J’ai joué toute ma vie; le tennis, c’était une religion dans ma famille.» courts des stars JAMES HYNDMAN TRAVAILLE SON JEU POSTEPUBLICATIONNo.deconvention40634067–VeuillezretournertoutecorrespondancenepouvantêtrelivréeauCanadaà:Tennis-mag,285,rueGary-Carter,Montréal,QCH2R2W1–Tél.:514270-6060–Télec.:514270-2700–tmag@tennis.qc.ca
  4. 4. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 06 No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec 07No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec 17Charlotte Robillard-Millette et Félix Auger-Aliassime ©TennisQuébec/BernardBrault QUE NOUS RÉSERVERA 2016? VOILÀ TOUTE UNE COLLE. APRÈS AVOIR ÉTÉ TÉMOIN D’UNE ANNÉE PLUS QUE FASTE POUR LES CANADIENS SUR LE CIRCUIT PROFESSIONNEL EN 2014, L’ANNÉE 2015 A DAVANTAGE LAISSÉ RAYONNER QUELQUES-UNS DES PLUS BEAUX ESPOIRS QUÉBÉCOIS SUR LE CIRCUIT JUNIOR INTERNATIONAL. Félix Auger-Aliassime, entre autres, a fait couler beaucoup d’encre. Alors qu’encore hier, on le reconnaissait comme ce petit garçon très volubile, incroyablement allumé et plus que prometteur, le voici désormais à jouer dans la cour des grands avec sa place dans le Top 800 mondial. Je ne crois pas exagérer en affirmant qu’il fait partie des prétendants à la liste des plus grands joueurs de demain. Et que dire de Charlotte Robillard-Millette? Si Félix est apparu comme la révélation de 2015, Charlotte, pour sa part, est dans la mire de plusieurs grands observateurs tennistiques depuis quelques années déjà. Elle figure d’ailleurs, elle aussi, dans la liste des meilleures joueuses du monde. À tout juste 17 ans, elle occupe le 623e rang mondial. Les verra-t-on battre de nouveaux records en 2016? Je le souhaite. Gardons-nous cependant de ne pas les inonder d’attentes irréalistes. À respectivement 15 et 17 ans, Félix et Charlotte sont, d’abord et avant tout, des adolescents. Certes, des adolescents dont le parcours n’est pas ordinaire et dont le talent est indubitable, mais, tout de même, des adolescents. Ils ont encore quelques années devant eux avant de développer leur plein potentiel et espérer pouvoir rivaliser contre les Novak Djokovic et Maria Sharapova. Tenons-nous-le pour dit. D’ailleurs, malgré des performances quelque peu décevantes en 2015, nous aurons encore tout le loisir de voir évoluer nos joueurs plus expérimentés sur les circuits professionnels cette année. Tandis que Milos Raonic avait, en 2014, atteint la finale du Masters 1000 de Paris Bercy, des maux de dos l’auront empêché de participer à l’édition 2015 de la compétition, l’évinçant par le fait même du Top 10 mondial. Après sa performance de début d’année en Australie, nous pouvons présumer que cette disette forcée lui aura permis de revenir en force en 2016. L’amélioration de son jeu ne l’avait-il pas amené, contre toute attente, à rivaliser avec la trempe des plus forts en 2014? Et notre fameuse Eugenie Bouchard, elle? Disons simplement qu’après les rebondissements des deux dernières années, il est difficile de s’avancer sur ce que 2016 lui réservera. LE MOT DU PRÉSIDENT LES VERRA-T-ON BATTRE DE NOUVEAUX RECORDS EN 2016? JE LE SOUHAITE. GARDONS-NOUS CEPENDANT DE NE PAS LES INONDER D’ATTENTES IRRÉALISTES. À RESPECTIVEMENT 15 ET 17 ANS, FÉLIX ET CHARLOTTE SONT, D’ABORD ET AVANT TOUT, DES ADOLESCENTS. CRÉDITS TENNIS-MAG EST PRODUIT ET RÉALISÉ PAR TENNIS QUÉBEC Éditeur : Jean-François Manibal Directeur : Réjean Levesque Rédactrice en chef : Éliane Cantin Rédaction : Éliane Cantin, Marie-Christine Chartier, Réjean Genois, James Hyndman, Réjean Levesque, Andréanne Martin, Valérie Tétreault, Guillaume Théroux Révision : Éliane Cantin, Réjean Levesque, Alain Morency, Julie Robert Photo page couverture : Tennis Québec/Bernard Brault Infographie/mise en page : Gallagher Communication Tirage : 12 000 copies Impression et distribution par la poste, 3e classe : Publications 9417 Distribution en kiosque : LS distribution North America SARAH-JEANNE LABROSSE, FÉLIX AUGER-ALIASSIME, CHARLOTTE ROBILLARD-MILLETTE ET ALEXANDRE BARRETTE : LES NOUVEAUX AMBASSADEURS DE LA TOURNÉE DE TENNIS SCOLAIRE! Enroute POUR 2016!PAR RÉJEAN GENOIS 26Charlotte Robillard-Millette et son entraîneur, Ralph Platz ©StéphanieMyles À lire aussi 38 ENTREFILETS 46 TABLEAU D’HONNEUR 48 LU, VU ET ENTENDU 52 QUOI DE NEUF? 56 TENNIS QUÉBEC VOUS INFORME 60 CLASSEMENTS 66 RÉSULTATS DES TOURNOIS 68 CLUBS DE TENNIS INTÉRIEUR 70 SUITE DES ARTICLES >> (La suite en page 70)
  5. 5. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 08 No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec 09No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec ©ALawnTennisAssociation Le 29 novembre 2015, les Britanniques remportaient la Coupe Davis pour une première fois depuis 1936. Milos Raonis saluant la foule après sa défaite contre Andy Murray en demi-finale des Internationaux d’Australie. NOSCOORDONNÉES: 285,rueGary-Carter,MontréalQC H2R2W1 Tél.:514270-6060 Télécopieur:514270-2700 courrier@tennis.qc.ca ÉQUIPE DE TENNIS QUÉBEC EMPLOYÉS PERMANENTS Directeur général Jean-FrançoisManibal•Poste606•dg1@tennis.qc.ca Adjointe administrative JeslinePatrick•Poste600•courrier@tennis.qc.ca Agent de développement JérômeOuellet•Poste602•dev@tennis.qc.ca Conseillère aux communications ÉlianeCantin•Poste604•contenu-rp@tennis.qc.ca Coordonnatrice aux communications JulieRobert•Poste613•cocom@tennis.qc.ca Directeur, développement corporatif et communications RéjeanLevesque•Poste607•mkg@tennis.qc.ca Directrice, développement régional et technique AndréanneMartin•Poste609•regtech@tennis.qc.ca Directeur technique DavidMarandon•Poste608•tech@tennis.qc.ca Entraîneure/directrice du développement des athlètes SylvieGiroux•Poste610•excel@tennis.qc.ca Secrétaire SumayyaJaffer•Poste601•fqt@tennis.qc.ca EMPLOYÉS CONTRACTUELS Animateur en chef des tournées FrancisCharest•Poste600•activites@tennis.qc.ca Conceptrice et coordonnatrice du Système de gestion des individus (SGI) SuzanneTremblay•Poste603•quebectennis@tennis.qc.ca Stagiaire – recherche et logistique MartijnKentie•Poste605•stagiaire@tennis.qc.ca AVISSURLAPROTECTIONDESRENSEIGNEMENTSPERSONNELS TennisQuébecassurelaconfidentialitéetuneprotectiontotaledesrenseignementspersonnelsdesesmembres.Ceux-cinesontutilisésqu’auxfinsauxquellesilsontétérecueillisetnesontenaucuncaspartagésavecd’autresorganismes ouentreprisesn’étantpasliésdirectementauprogrammeouàl’activitéàlaquellelemembreparticipe. ASSOCIATIONS RÉGIONALES DE TENNIS ABITIBI-TÉMISCAMINGUE Jean-GuyCossette•Tél.:819-856-1548•K_sept@icloud.com CAPITALE-NATIONALE VincentCliche•Tél.:418-839-7276 CÔTE-NORD RobertBoudreau•Tél.:418-589-5584 ESTRIE M.FrançoisVilleneuve•Tél.:819-564-1927/819-446-1800•info@tennissherbrooke.ca LAC ST-LOUIS LawrenceFitzsimmons•Tél.:514-634-3471,poste325•centredetennislachine@gmail.com LAURENTIDES YvesDériger•Tél.:450-434-9426•yvesderiger@videotron.ca•www.tennislaurentides.org LAVAL ClaudeFermer•claude.farmer@c3sc.com•www.tennislaval.com MAURICIE DenisLeclerc•Tél.:819-533-4037•denis.leclerc@videotron.ca MONTRÉAL BernardDuchesneau•Tél.:514-270-2724•www.tennismontreal.qc.ca OUTAOUAIS SergeRichard•Tél.:819-328-5055•cdesjardins55@hotmail.com•www.artotennis.ca RIVE-SUD RichardBonin•Tél.:450-449-8100,poste8912•Richard.bonin@boucherville.ca PourtousrenseignementsconcernantlesactivitésetlestournoisayantlieusurlaRive-Sud, veuillezjoindreM.DenisCrottyauSaniSportBoucherville(450-655-9150). SAGUENAY-LAC-ST-JEAN JérômeGagnon•Tél.:418-548-7655•1-866-303-3160•Jeromegagnon15@gmail.com COMITÉ EXÉCUTIF Président RéjeanGenois Vice-président et représentant des régions AlainMorency Secrétaire-trésorier Jean-GuyFugère Représentant de l’Association des clubs de tennis intérieur du Québec (ACTIQ) PaulPatenaude(Tennis13) Directeur général Jean-FrançoisManibal(TennisQuébec) ADMINISTRATEURS ChristineBeaulieu MariusBrisson JimLahey un Milos Raonic renouvelé? PAR ÉLIANE CANTIN Il ne sera pas parvenu à atteindre la finale d’un Grand Chelem pour la première fois. Il n’aura pas non plus réalisé l’exploit de devenir le premier Canadien à atteindre la finale masculine d’un tournoi du Grand Chelem. Mais les récentes performances de Milos Raonic ont certainement de quoi faire parler. Incommodé par une blessure à la jambe droite, le Canadien s’est avoué vaincu en demi-finale des Internationaux d’Australie devant un Andy Murray, fidèle à lui-même, teigneux. Après avoir mené deux manches à une, celui qui espérait « changer l’histoire », s’est effondré en fin de match, laissant filer le convoité billet pour la finale en des marques de 4-6, 7-5, 6-7 (4), 6-4 et 6-2. « C’est malheureux. C’est probablement la fois où j’ai eu le cœur le plus brisé sur le court, mais c’est comme ça, » a-t-il avoué. Le cœur brisé, on le comprend. Car, si l’Ontarien en était à sa deuxième présence en demi-finale d’untournoiduGrandChelem,jamaisnel’avions- nous vu aussi solide sur un terrain de tennis. Un jeu de jambes amélioré, des avancées gagnantes au filet, une condition physique retravaillée, un jeu de fond de terrain perfectionné : tout le monde s’est entendu pour dire que 2016 a vu naître un nouveau Milos Raonic. De quoi faire espérer ce qui, il y a quelques années, semblait tout à fait invraisemblable : la présence d’un Canadien lors d’une finale de Grand Chelem. Et pourquoi pas une victoire! L’exploit ne sera pas pour tout de suite. Mais le reste de la saison est de bon augure. Le mois de janvier n’était pas terminé que le Monténégrin d’origine comptait des victoires sur Federer, Wawrinka et Monfils. Avant sa défaite contre Murray, Raonic montrait une fiche de neuf victoires, zéro défaite. Avec dans ses rangs un nouvel entraîneur, l’ancien joueur espagnol Carlos Moya, qui se joint à Ricardo Piatti, Raonic a un plan bien précis : « Il y a six événements marquants cette année sur lesquels je veux me concentrer : les quatre Grands Chelems, les Jeux olympiques, et le tournoi de Toronto. » Non seulement semblons-nous avoir devant nous un joueur de tennis physiquement amélioré, mais ce dernier, avec ses projets ambitieux, semble également être en grande forme mentale. Il y a fort à parier qu’il n’a pas fini de nous étonner. UN JEU DE JAMBES AMÉLIORÉ, DES AVANCÉES GAGNANTES AU FILET, UNE CONDITION PHYSIQUE RETRAVAILLÉE, UN JEU DE FOND DE TERRAIN PERFECTIONNÉ : TOUT LE MONDE S’EST ENTENDU POUR DIRE QUE 2016 A VU NAÎTRE UN NOUVEAU MILOS RAONIC. ©EPA/LaPresseCanadienne/TraceyNearmy DERNIÈRE HEURE
  6. 6. TENNIS-MAG 11No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec Les dieux du stade : l’expression vieille comme le monde nous vient aisément à l’esprit lorsqu’il s’agit des joueurs et joueuses d’exception, et pour cause. Vivre l’entrée en scène d’un Federer et d’un Djokovic l’après-midi d’une finale; être témoin, naguère, d’une Chris Evert prenant place aux côtés d’une Martina avant qu’elles ne s’élancent sur le court; suivre l’échauffement d’un Sampras et d’un Agassi à l’heure d’un énième affrontement : instants de grâce et d’émerveillement où chacun retrouve la part belle de l’enfance qu’il a su préserver. Papillons, plaisir anticipé, pressentiment d’un matchmémorable:lesgrandesrivalitésnous donnent l’occasion de visiter les sommets et de tutoyer l’éternité. Luttes épiques, chocs de titans, efforts surhumains, coups sublimes : le sport à son plus haut niveau touche au sacré. Les Grecs ne s’y sont pas trompés, qui faisaient se côtoyer les dieux et les hommes dans l’arène. Temps suspendu, temps aboli : on en perd le fil, pour notre plus grand bonheur. De tous, McEnroe est celui qui m’a le plus enthousiasmé. Soufflé par ses éclairs de génie, électrisé par ses coups de gueule, je me serais senti bien seul sans lui, avec mon adolescence mal embouchée et mes raquettes garrochées à toute volée. Mac et sa Dunlop Maxply… J’ai perdu la mienne, de même que la Donnay – la raquette de Bjorg – avec laquelle je me suis longtemps escrimé. Des grands champions, j’aime les failles et les faiblesses peut- être encore davantage que les faits d’armes. Nadal qui trébuche et se dépêtre tant bien que mal avec des problèmes de confiance jusqu’alors inconnus : voilà qui me le rend plus sympathique encore. Serena qui s’effondre à l’aube d’une victoire historique à portée de main, cela serre le cœur bien sûr, mais dans un monde où les impératifs de perfection et de performance triomphent, voilà qui nous rappelle que la victoire échappe même aux plus grands, que la taille des enjeux les tétanise et APRÈS AVOIR SIGNÉ SA PREMIÈRE CHRONIQUE DANS LE TENNIS-MAG EN NOVEMBRE DERNIER, LE COMÉDIEN JAMES HYNDMAN REVIENT À LA CHARGE, CETTE FOIS-CI AVEC UN HOMMAGE À LA RÉSILIENCE. LE CRÉDIT REVIENT À L’HOMME QUI EST RÉELLEMENT DANS L’ARÈNE, DONT LE VISAGE EST SOUILLÉ PAR LA POUSSIÈRE, LA SUEUR ET LE SANG; QUI LUTTE VAILLAMMENT; QUI FAIT ET REFAIT DES ERREURS ET DES FAUTES; PARCE QU’IL N’EXISTE PAS D’EFFORT SANS ERREUR NI FAUTE; MAIS QUI SE BAT RÉELLEMENT POUR ACCOMPLIR LES ACTES. >> (La suite en page 70) LA CHRONIQUE DE JAMES HYNDMAN ©Tennis Québec/James Hajjar Lutter vaillammentVivez le moment Un million de moments. Un sport. #Vivezlemoment @tenniscanada.com/fr
  7. 7. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 12 13No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de perdre desmatchscontredesjoueursquifrappent moinsbienquevous,desjoueursaustyle peu orthodoxe? Fort probablement que oui et cela peut devenir très frustrant lorsque ça arrive souvent. Le tennis est un sport où il ne suffit pas d’avoir une bonne technique. La tactique est un incontournable. On dit même que la technique doit être au service de la tactique. Peu importe votre niveau et votre style de jeu, il y a une tactique qui s’applique à tous les joueurs, jeunes et moins jeunes, initiés ou avancés: le tennis de pourcentage. Je vous présente donc les rudiments du tennis de pourcentage, du tennis où vous prendrez des risques, mais des risques calculés. 1re RÈGLE : VISEZ EN HAUTEUR AU-DESSUS DU FILET (PHOTO 1) Lorsque vous êtes derrière la ligne de fond, vous pouvez vous permettre d’envoyer la balle à au moins un mètre au-dessus du filet. Non seulement votre balle sera en jeu, mais elle sera probablement frappée à une bonne profondeur de terrain, ce qui limitera votre adversaire dans ses attaques. Autre élément à prendre en considération : il vous demandera moinsd’effortdefrapperlaballeprofondément si vous vous permettez de frapper la balle à une bonne hauteur au-dessus du filet. Si vous êtes dans un long match, l’économie d’énergie que vous aurez en banque de cette façon vous aidera à terminer la rencontre avec force. 2e RÈGLE : DONNEZ-VOUS UNE MARGE D’ERREUR (PHOTO 2) Il n’est pas nécessaire de viser les lignes pour prendre le contrôle du point et gagner les échanges. Le fait de tenter de jouer à l’intérieur des limites du terrain doit être appris tout au début de l’apprentissage et maintenu tout au long de votre carrière tennistique. Même les joueurs de haut niveau ne visent pas les lignes. Il est possible de faire déplacer l’ad- versaire sans nécessairement utiliser tout le terrain. André Agassi, maître dans l’art de faire déplacer l’adversaire, tout en étant extrême- ment constant, pratiquait des heures sur un terrain réduit. 3e RÈGLE : JOUEZ DIFFÉREMMENT D’UNE ZONE À L’AUTRE Jouer du tennis de pourcentage ne signifie pas de simplement remettre la balle en jeu, sans prendre de risques. Lorsque c’est le bon moment, il ne faut pas hésiter à « faire mal » à l’adversaire. J’aime l’idée de séparer le terrain en trois parties. Partierouge(photo3,enfonddeterrain) : c’est probablement la zone dans laquelle vous vous retrouverez le plus souvent. Il est donc bien important d’en comprendre les enjeux. Pour les joueurs de niveau débutant à intermédiaire, l’objectif principal est de remettre la balle en jeu, si possible avec une bonne profondeur de terrain. Ce n’est pas une zone où vous prendrez des risques. Par contre, si vous êtes un joueur avancé, vous aborderez cette zone de façon différente (voir la partie : Note pour joueurs avancés). Partie jaune (photo 4, à mi-terrain) : lorsque vous recevez une balle courte, c’est le temps de passer à l’attaque. Vous déciderez d’attaquer en puissance, ou en précision en fonction de votre style de jeu et de la balle reçue. L’important est de ne pas hésiter et de poursuivre à vous avancer vers le filet à la suite de votre coup. ENTRAÎNEMENT ENTRAÎNEMENT Le tennis de POURCENTAGE 101 Partie verte (photo 5, au filet) : c’est dans cette zone que vous terminerez les points avec une volée gagnante ou un smash. Les joueurs avec moins d’expérience peuvent être nerveux lorsque vient le temps de conclure le point au filet. En effet, on remarque que ce qui peut être une volée de simple formalité pour un joueur expérimenté ne l’est pas nécessairement pour tous. N’hésitez donc pas à vous entraîner au filet, car il est très frustrant de construire son point et de le terminer avec une volée ou un smash manqué. NOTE POUR JOUEURS AVANCÉS Les joueurs d’expérience n’aborderont paslapartierougeduterraindelamême façon qu’un joueur qui n’y recherche que la constance. La partie rouge du terrain peut également être séparée en trois zones que nous appellerons Attaque, Neutre et Défensive. A (fond de terrain) = On prend le contrôle du point et on met l’adversaire dans une position difficile. N (derrière la ligne de fond) = On bâtit le point sans prendre trop de risques. D(loin derrière la ligne de fond) = On reste dans le point. L’objectif est ici de se sortir d’une situation difficile afin de reprendre l’avantage du point si l’occasion se présente. CONCLUSION Nous avons vu dans cet article trois règles du tennis de pourcentage. Certes, il existe d’autres variables à prendre en considération lorsque vient le temps de décider comment vous aborderez la prochaine balle. Il se peut que vous optiez pour un choix différent selon la hauteur de la balle reçue, par exemple. La position de votre adversaire peut également influencer vos choix de jeu. Votre position latérale (être à l’intérieur des limites du terrain ou bien à l’extérieur sur les côtés) influera également vos choix. Néanmoins, ces règles de base sont un départ pour tout joueur qui vise à limiter son nombre de fautes et ainsi remporter plus de matchs. POUR VOIR LA LEÇON EN VIDÉO Andréanne Martin Directrice, développement régional et technique, Tennis Québec Dans un prochain article, nous pousserons plus loin ce qu’est de jouer du tennis de pourcentage. La direction de vos coups, votre replacement ainsi que jouer selon le pointage feront partie des sujets traités. D’ici là, bon tennis! ENTRAÎNEMENT JOUER DU TENNIS DE POURCENTAGE NE SIGNIFIE PAS DE SIMPLEMENT REMETTRE LA BALLE EN JEU, SANS PRENDRE DE RISQUES. PAR ANDRÉANNE MARTIN 1 2 3 4 5 En fond de terrain À mi-terrain Au filet
  8. 8. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 14 15No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec TU ES DÉFINITIVEMENT UN JOUEUR DE TENNIS EXPÉRIMENTÉ. ÇA FAIT LONGTEMPS QUE TU JOUES AU TENNIS? J’ai joué toute ma vie; le tennis, c’était une religion dans ma famille. Mon père et mon oncle étaient cham- pions en double dans le club où ils jouaient; leur sœur était une fanatique finie et son fils est devenu un très bon joueur en France. J’ai baigné dans cette culture-là. Un de mes frères et moi avons joué beaucoup à l’adolescence, mais je ne m’y suis jamais consacré entièrement; je touchais à tout, mais je n’excellais dans rien. C’est plutôt vers l’âge de 30 ans que j’ai décidé de m’y mettre sérieusement, au Club de tennis Île- des-Sœurs. Je me suis entraîné beaucoup avec Conrad Pineau et après quelques années, j’ai commencé à jouer dans la ligue des « Top gun ». Il y avait de très bons joueurs qui étaient classés au niveau provincial et même au niveau national, comme Michel Dagenais, Allard Côté, Stéphane Jodoin… J’ai joué pendant deux ans dans cette ligue et, à ce moment-là, j’avais atteint quand même un bon niveau. Je jouais trois à quatre fois par semaine pendant quelques années, mais à un moment donné j’ai arrêté complètement et je me suis mis au vélo. J’ai finalement repris le tennis il y a deux ans, et puis c’est reparti! D’HABITUDE, QUAND TU GARDES LA FORME, LE TENNIS REVIENT ASSEZ RAPIDEMENT, NON? Oui, il faut la forme pour jouer, mais il y a quand même des automatismes qu’il faut retrouver. À l’époque, je jouais beaucoup de matchs dans différentes ligues et cette expérience-là, ça paye beaucoup parce que tu apprends à devenir calme sur le terrain… En ce moment, je ne joue pas de matchs, donc je me prépare tranquillement… EST-CE QUE TU AURAS ENVIE DE PARTICIPER À DES TOURNOIS VÉTÉRANS? J’aimerais ça. C’est comme un objectif secret; ce n’est plus secret maintenant qu’on fait cette entrevue, mais c’est vrai que je m’entraîne assez sérieusement avec Jean-François Mathieu (NDLR : anciennement l’un des meilleurs joueurs au pays), au Club de tennis Île-des-Sœurs. Si je peux retrouver la régularité, le temps de bien m’entraîner, de recommencer à jouer des matchs, j’aimerais ça voir ce que je peux faire en situation de tournois provinciaux ou nationaux, dans peut-être deux ans ou quelque chose comme ça. Mais je verrai. Si mon jeu m’y amène, il m’y amènera, s’il m’amène dans une zone plus récréative, c’est parfait aussi. TU T’IMPLIQUES DANS LE TENNIS; TU AS DÉJÀ ÉTÉ PORTE-PAROLE DE LA COUPE ROGERS, TU ES MAINTENANT COLLABORATEUR AU TENNIS-MAG, C’EST IMPORTANT POUR TOI DE T’IMPLIQUER COMME ÇA? C’est mon coming-out, ça! Mon coming-out d’auteur parce que j’écris beaucoup. Il y a des choses sur lesquelles je travaille qui vont peut-être aboutir un jour, mais le Tennis-mag, c’était une occasion de m’y mettre plus officiellement et que ce soit public. J’aime écrire, j’aime le tennis et c’était une occasion en or à ne pas manquer. Longue vie au Tennis-mag! J’AIME ÉCRIRE, J’AIME LE TENNIS ET C’ÉTAIT UNE OCCASION EN OR À NE PAS MANQUER. LONGUE VIE AU TENNIS-MAG!COURTS DES STARS AVEC JAMES HYNDMAN Pour visionner l’entrevue intégrale : rendez-vous au www.tennis.qc.ca ou scannez le code suivant : JAMES HYNDMAN EST DÉFINITIVEMENT UN TOUCHE-À-TOUT. EN PLUS D’ÊTRE COMÉDIEN, L’HOMME MANIE ÉGALEMENT AUSSI BIEN LA PLUME QUE LA RAQUETTE. DÉSORMAIS COLLABORATEUR AU TENNIS-MAG, IL NOUS RACONTE D’OÙ VIENT SA PASSION POUR LE SPORT ET NOUS CONFIE SES AMBITIONS TENNISTIQUES POUR LES PROCHAINES ANNÉES. ENTREVUE RÉALISÉE PAR ANDRÉANNE MARTIN Présenté par : ©TennisQuébec/JamesHajjar
  9. 9. TENNIS-MAG 17No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec Visitezlesitewww.vdistributionsport.ca pourconnaîtreledétaillantBabolatleplusprèsdechezvous.
  10. 10. TENNIS-MAG 19No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec ©TennisQuébec/BernardBrault SARAH-JEANNE LABROSSE, FÉLIX AUGER-ALIASSIME, ALEXANDRE BARRETTE ET CHARLOTTE ROBILLARD-MILLETTE, PORTE-PAROLES DE LA TOURNÉE DE TENNIS SCOLAIRE, PRÉSENTÉE PAR TENNIS QUÉBEC, EN PARTENARIAT AVEC LES PRODUCTEURS LAITIERS DU CANADA! TENNISQUÉBECESTFIÈRED’ANNON- CER L’IMPLICATION DES JOUEURS DETENNISFÉLIXAUGER-ALIASSIME ET CHARLOTTE ROBILLARD- MILLETTE, DE L’HUMORISTE ET ANIMATEURALEXANDREBARRETTE ET DE LA COMÉDIENNE SARAH- JEANNE LABROSSE À TITRE DE PORTE-PAROLESDELATOURNÉEDE TENNIS SCOLAIRE. CES DERNIERS PRENDRONT PART À CERTAINS ARRÊTS DE LA TOURNÉE AFIN, NOTAMMENT, DE RENCONTRER ET D’ÉCHANGER DES BALLES AVEC LES ENFANTS. Félix Auger-Aliassime, 15 ans, a terminé l’année 2015 au 742e rang chez les pros alors que,quelquesmoisauparavant,àseulement 14 ans, il devenait le plus jeune joueur de l’histoire à intégrer le Top 800 de l’ATP. Celui qui a grandi à L’Ancienne-Lorrette a également fait bonne figure chez les juniors, remportant les Internationaux des États-Unis en double ainsi que deux titres en simple dans des tournois ITF de catégorie 1. Ces victoires lui auront permis de commencer l’année au 8e échelon mondial chez les moins de 18 ans. CharlotteRobillard-Millette, âgée de 17 ans, est la 9e meilleure joueuse de tennis du monde chez les moins de 18 ans. En 2015, la Blainvilloise a notamment remporté un tournoi ITF de catégorie 1, à Beaulieu-sur- Mer, en France. Elle a également atteint deux quarts de finale lors de tournois professionnels de type challenger, à Granby et Saguenay, terminant ainsi l’année au 623e échelon mondial. Sarah-Jeanne Labrosse est notamment connue pour incarner respectivement les rôles de Laurence, Marie-Ève et Donalda dans les séries Unité 9, Yamaska et Les Pays d’en haut. Elle est également bien connue du public jeunesse, tenant respectivement les rôles de Vicky et de Sarah dans les séries L’appart du 5e et Le Chalet diffusées à Vrak. tv. Or, la jeune adulte est également une excellente joueuse de tennis. Non seule- ment a-t-elle étudié dans un programme sport-études tennis au secondaire, mais elle était également la 3e meilleure raquette du Québec chez les moins de 14 ans, en 2005. Elle affirme d’ailleurs que le tennis « a forgé [sa] personnalité », ajoutant qu’y jouer lui a permis de développer nombre d’aptitudes, dont le professionnalisme et la ponctualité, en plus d’améliorer sa force mentale. Alexandre Barrette, en plus d’être ani- mateur télé et humoriste, est un maniaque de tennis. Comme plusieurs, il a appris à jouer en frappant des balles sur le mur d’une école près de chez lui. Tournée scolaire2016 © Courtoisie PLUS DE 80 000 ENFANTS DE 6 À 12 ANS ONT ÉTÉ SENSIBILISÉS À L’ADOPTION D’UN MODE DE VIE SAIN ET ACTIF. >> (La suite en page 70) DEPUIS SA CRÉATION EN MARS 2010, CE SONT QUELQUE 450 ÉCOLES PRIMAIRES DE TOUTES LES RÉGIONS DU QUÉBEC ET MAJORI- TAIREMENT ISSUES DE MILIEUX DÉFAVORISÉS QUI ONT ÉTÉ VISITÉES. 4NOUVEAUX porte-paroles ©Tennis Québec/Bernard Brault Félix Auger-Aliassime, Charlotte Robillard-Millette, Sarah-Jeanne Labrosse et Alexandre Barrette Félix Auger-Aliassime, Charlotte Robillard-Millette
  11. 11. 21No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec TENNIS-MAG 20 No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec Louis Cayer, lors d’une séance d’entraînement avec les deux frères Murray, Jamie et Andy. ©LawnTennisAssociation ©Courtoisie Louis Cayer, l’homme de la situation Plusieurs éléments étaient en place pour voir la Grande-Bretagne s’offrir sa toute première Coupe Davis en 79 ans, le 29 novembre der- nier. Il y avait Andy Murray qui, en plus d’être deuxième meilleure raquette du monde, est détenteur de deux titres du Grand Chelem en simple (l’un à Wimbledon, l’autre aux Internationaux des États-Unis). Par ailleurs, il a à son actif une médaille d’or aux Jeux olympiques de Londres. Il y avait également Jamie Murray, le frère aîné d’Andy qui, bien qu’il n’ait jamais connu de succès en simple, occupe désormais le 7e rang mondial en double. Il y avait aussi Leon Smith, capitaine de l’équipe britannique, lequel, depuis son arrivée en poste en 2010, a permis à la Grande-Bretagne de passer du groupe II de la zone Europe/Afrique à grande vainqueure de la Coupe Davis. Et, il y avait Louis Cayer. Avant même la consécration du pays lors de cette prestigieuse compétition internationale, le quotidien écossais Heraldscotland titrait  : Meet Louis Cayer : the quiet Canadian coach whohasbecomethebedrockofBritain’sDavis Cupefforts(traduction libre : Rencontrez Louis Cayer : le discret Canadien devenu la pierre angulaire des efforts de la Grande-Bretagne en Coupe Davis). En abrégé, l’article décrit le natif de Verdun comme le grand responsable des succès des îles britanniques en double. En 2006, moment de l’embauche de Louis Cayer au sein de la Lawn Tennis Association (LTA), aucun Britannique ne figurait dans le Top 100 en double. Ils sont désormais huit à en faire partie. Depuis 2010, les Britanniques ont remporté 9 des 11 matchs de double disputés en Coupe Davis alors que, dans 75 % des cas, une victoire lors du match de double signifie également la victoire de l’équipe à la fin du week-end. Quelques jours plus tard, c’était au tour du prestigieux New York Times de lancer des fleurs au Québécois. Alors que l’article titré PAR ÉLIANE CANTIN Canadian Coach Gives Boost to Britain’s Davis Cup Chances (traduction libre : Un entraîneur canadien donne un nouvel élan aux chances de la Grande-Bretagne en Coupe Davis) s’affai- rait, en partie, à mettre en lumière le parcours du sexagénaire, l’auteur n’a pas pour autant lésiné sur les louanges. On y lit que « Cayer a révolutionné le double en Grande-Bretagne » et on y reprend les propos dithyrambiques de Jamie Murray au sujet de son entraîneur : « J’ai rencontré beaucoup d’entraîneurs dans ma carrière, mais il est, sans conteste, le plus dévoué et le plus attentif aux détails […] Il est tellement impliqué avec les joueurs, pas seulement les joueurs en tant qu’athlètes, mais aussi en tant qu’êtres humains. Il se préoccupe de tout ce qui se passe autour du joueur et c’est très, très rare de trouver ça. Il est précieux et apprécié ». C’était à la veille de la grande finale de la Coupe Davis qui opposerait la Grande-Bretagne à la Belgique. Si certains analystes donnaient déjà la victoire aux troupes de Leon Smith, le travail restait encore à faire et certains obstacles – dont une défaite lors de l’épreuve de double – pou- vaient certainement faire renverser la vapeur. Ainsi, après une défaite du Britannique Kyle Edmund aux dépens du Belge David Goffin et une victoire d’Andy Murray sur le Belge Ruben Bemelmans, un gain lors de l’épreuve du double était crucial, tant pour la Belgique que pour la Grande-Bretagne. Une victoire des Belges leur permettrait de bénéficier d’une avance de 2-1 : si, vraisemblablement, Andy Murray remportait le match de simple suivant, la grande victoire serait décidée lors du match de simple opposant Kyle Edmund, 102e raquette mondiale, à Ruben Bemelmans, classé 109e au monde. Impossible, dans ces circonstances, de prédire le résultat. Or, on oubliait, dans ce cas de figure, la pré- sence d’un certain Louis Cayer, considéré par plusieurs comme le meilleur entraîneur de double de la planète. Les frères Murray, sous sa gouverne, auront fait honneur à sa réputation en remportant le double 6-4, 4-6, 6-3, 6-2 et en positionnant, par le fait même, la Grande-Bretagne dans une situation plus que favorable pour remporter les grands honneurs du tournoi. De fait, le lendemain, Andy Murray prenait la mesure de David Goffin 6-3, 7-5 et 6-3 et offrait à son pays sa première victoire en Coupe Davis depuis 1936. Pas surprenante, donc, la pluie d’éloges qui continue de s’abattre sur Louis Cayer. Non seulement peut-on assumer que son travail au sein de la LTA a permis l’émergence de redoutables joueurs de double, mais on peut également présumer que son travail auprès des frères Murray a permis de faire tourner le vent en faveur de la Grande-Bretagne lors de la grande finale de la Coupe Davis. Nous avons de quoi être fiers de notre Québécois. APRÈS UNE DÉFAITE DU BRITANNIQUE KYLE EDMUND AUX DÉPENS DE DAVID GOFFIN ET UNE VICTOIRE D’ANDY MURRAY SUR LE BELGE RUBEN BEMELMAN, UN GAIN LORS DE L’ÉPREUVE DU DOUBLE ÉTAIT CRUCIAL, TANT POUR LA BELGIQUE QUE POUR LA GRANDE-BRETAGNE.portraitde LOUIS CAYER EN 2006, MOMENT DE L’EMBAUCHE DE LOUIS CAYER AU SEIN DE LA LAWN TENNIS ASSOCIATION (LTA), AUCUN BRITANNIQUE NE FIGURAIT DANS LE TOP 100 EN DOUBLE. ILS SONT DÉSORMAIS HUIT À EN FAIRE PARTIE. DEPUIS 2010, LES BRITANNIQUES ONT REMPORTÉ 9 DES 11 MATCHS DE DOUBLE DISPUTÉS EN COUPE DAVIS ALORS QUE, DANS 75 % DES CAS, UNE VICTOIRE LORS DU MATCH DE DOUBLE SIGNIFIE ÉGALEMENT LA VICTOIRE DE L’ÉQUIPE À LA FIN DU WEEK-END.
  12. 12. TENNIS-MAG 23No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec Étienne Bergeron Centre Multisports (CMCJ) Xavier Mignault Club de tennis de l’Île des Sœurs Mathieu Sarrazin Académie (360) inc. Hugues St-Pierre Tennis Montréal Sylvie Giroux Entraîneure, directrice du développement des athlètes à Tennis Québec Laura Mirabella Teodorescu Tennis Montréal + Un entraîneur invité ©TennisQuébec/AgustinGuerra Après avoir été sélectionnée, en septembre dernier, pour intégrer l’une ou l’autre des Équipes de Tennis Québec, la relève tennis- tique a véritablement amorcé le travail en octobre, alors qu’avaient lieu ses premiers camps d’entraînement, au Stade Uniprix à Montréal. Les camps d’entraînement permettent aux meilleurs joueurs de différentes catégories d’âge de s’entraîner ensemble; les niveaux de jeu et d’intensité s’en voient par le fait même augmentés tandis que l’éthique de travail et la rigueur sont exigées. Les joueurs, en plus de s’entraîner entre eux, prennent part à des programmes de pré- paration physique et mentale et assistent à des ateliers de nutrition. Ex-joueurs professionnels, joueurs profes- sionnels et joueurs vraisemblablement en voie de devenir professionnels sont passés par les camps d’entraînement des Équipes de Tennis Québec. Parmi ceux-ci, Eugenie Bouchard, Stéphanie Dubois, Valérie Tétreault, Françoise Abanda, Charlotte Robillard-Millette et Félix Auger-Aliassime, pour ne nommer que ces derniers. ENTRAÎNEURS ÉQUIPE DU QUÉBEC U10 ENTRAÎNEURS ÉQUIPE DU QUÉBEC U12 PRÉPARATEUR PHYSIQUE EOUIPE DU ÀL’ENTRAÎNEMENT! LEPOUVOIR DECHANGER LEMONDE UNMÉNAGEÀLAFOIS •SÉCURITAIREPOURLASANTÉDEVOTREFAMILLE•AUCUNESUBSTANCETOXIQUE•AUCUNINGRÉDIENTCANCÉRIGÈNE•SANSCOV•HYPOALLERGIQUE•NEPROVOQUEPASDECRISED’ASTHME• NousavonsfondéNuBioKidsMC pourque notre petite Lilou ainsi que vos enfants et les enfants de leurs enfants puissent continuer à réaliser leurs rêves sur une planète propre et durable. Michael et Isabelle Co-fondateurs www.nubiokids.com LE POUVOIR DE CHANGER LE MONDE NUBIOKIDS.COM HAUTEMENT CONCENTRÉ • RÉDUCTION DU TRANSPORT ET DES CONTENANTS À RECYCLER • FAIT PLUS DE 10 BOUTEILLES VAPO • MOINS DE 2$ LE VAPO •FORMULATIONSPERFORMANTESETSÉCURITAIRESPOURL’ENVIRONNEMENT•DIGÈRELESGRASPARHYDROLYSE•ÉLIMINELESODEURS•BIODÉGRADABLEENMOINSDE14JOURS•PHNEUTRE• GAMME DE NETTOYANTS BIOTECHNOLOGIQUES DÉVELOPPÉ ET MANUFACTURÉ AU QUÉBEC • DISPONIBLE SUR INTERNET SEULEMENT • 15% DE RABAIS. CODE: TM152016
  13. 13. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 24 25No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec ÉquipeduQuébecU10 Ella Nantel Loïc Petrecca Tiarah Weekes Naomi Xu ÉquipeduQuébecU12 Justine Tremblay Josie Usereau Jaden Weekes Annabelle Xu EOUIPE DU LESMEILLEURSJOUEURSU10ETU12RÉUNIS PREMIERS CAMPS D’ENTRAÎNEMENT DES ÉQUIPES DU QUÉBEC DE TENNIS QUÉBEC : Thomas Boccardi Rosalie Carrier-Dulac Christophe Clément Janic Durocher Mickael Germain Ange-Kevin Koua Sarah L’Allier Lucca Lafrance Antoine Leblanc Xavier Mareschal-Hay Loic Rompré Clara SobiusMarie-Lee Grégoire Pierre-Jo Kamendjé Jonathan Lau Félix Mareschal-Hay Alex Di Fruscia Dani Farran Catherine Gagnon Tristan Germain Angel Bean Béatrice Boisvert Kylian Coiteux Joliane Côté ©TennisQuébec/AgustinGuerra
  14. 14. TENNIS-MAG 27No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec TENNIS-MAG LIGNES DE FOND LIGNES DE FOND LE PLUS BEAU CADEAU QUE L’ON SE SOIT FAIT AU COURS DES DERNIÈRES ANNÉES, C’EST DE DONNER LE DROIT À NOTRE RELÈVE DE RÊVER DES PLUS HAUTS SOMMETS ET QU’ELLE NE SOIT PAS GÊNÉE DE LE DIRE TOUT HAUT. Comme c’est le cas à chaque fin de saison, l’heure est aux bilans et aux évaluations. Pour le tennis canadien, l’année 2015 n’a pas été aussi fructueuse chez les professionnels que 2014, mais elle nous aura permis de découvrir une relève florissante qui fait déjà tourner bien des têtes un peu partout sur la planète. Nous n’avons peut-être pas encore de titre du Grand Chelem en simple, nous n’avons peut-être pas encore notre nom gravé sur le saladier d’argent de la Coupe Davis ou encore sur le trophée de la Fed Cup, mais avouez que le Canada en a fait du chemin au cours des dernières années! Il n’y a pas si longtemps, John McEnroe, d’un ton moqueur, disait que les seules chances de voir un Canadien être couronné dans un tournoi majeur était que le tennis soit joué sur glace. C’était bien avant les Milos Raonic, Vasek Pospisil, Eugenie Bouchard et toute la belle relève qui pousse derrière. Plus personne ne rit du Canada maintenant, bien au contraire... Pour gagner le respect des autres, il a d’abord fallu nous respecter nous-mêmes et nous débar- rasser de notre complexe d’infériorité. Il fallait cesser de tenir pour acquis qu’ailleurs, ils avaient un meilleur système, de meilleures conditions, de meilleurs entraîneurs, et donc, forcément de meilleurs joueurs. Comment voulez-vous performer à l’international si vous partez déjà battu parce qu’il y a « USA » ou « FRA » inscrit à côté du nom de votre adversaire. C’est sans parler de nos rêves qui étaient souvent trop modestes. On rêvait de faire partie du Top 100, ou au mieux, du Top 50 pendant que les autres rêvaient d’être numéro un. À mon avis, le plus beau cadeau que l’on se soit fait au cours des dernières années, c’est de donner le droit à notre relève de rêver des plus hauts sommets et qu’elle ne soit pas gênée de le dire tout haut. Cette nouvelle confiance, nous l’avons bâtie brique par brique, mais à une vitesse surprenante. Nous avons érigé une fondation solide avec la mise sur pied du Centre national de tennis (CNT) en 2007. Une décision qui ne faisait pas l’unanimité si l’on se reporte à ses débuts, mais qui aura su convaincre à peu près tout le monde depuis. Avant, chacun s’entraînait de son côté et Dieu sait que le Canada est grand. Le CNT a permis de rassembler les meilleurs espoirs en un seul endroit. L’AMÉRICAIN HENRI FORD DISAIT : « SE RÉUNIR EST UN DÉBUT; RESTER ENSEMBLE EST UN PROGRÈS; TRAVAILLER ENSEMBLE EST UNE RÉUSSITE. » IL AVAIT BIEN RAISON.Je regarde les jeunes qui s’entraînent présentement au Centre et ils me semblent être plus unis que jamais. Tous les jours, ils se poussent à devenir de meilleurs joueurs. Ils sont encadrés par des entraîneurs de renom, autant POUR GAGNER LE RESPECT DES AUTRES, IL A D’ABORD FALLU NOUS RESPECTER NOUS-MÊMES ET NOUS DÉBARRASSER DE NOTRE COMPLEXE D’INFÉRIORITÉ. On en a fait DU CHEMIN! Félix Auger-Aliassime et Charlotte Robillard-Millette sur le plan tennistique que sur le plan physique. Ils ont un professeur attentionné qui les guide et les aide à concilier sport et études.Ilsontdesexpertsàleurdisposition, que ce soit des physiothérapeutes, des médecins, des nutritionnistes ou encore des psychologues. Bref, ils n’ont qu’à se concentrer sur une chose : jouer au tennis. Les Québécois Charlotte Robillard-Millette et Félix Auger-Aliassime, par leurs récents succès, tant sur le plan tennistique que scolaire, en sont les premiers exemples concrets. Plusieurs autres programmes viennent épauler la relève que ce soit pour la détection de talent ou encore pour le développement des juniors. Peu à peu, on réussit à enlever la pression sur les épaules des parents, car jouer du tennis de compétition, ça coûte cher – comme tous les autres sports de haut niveau! Et si c’est le cas pour un enfant, alors imaginez-vous pour une famille qui compte deux ou trois mini Milos Raonic. PLUS NOUS SERONS EN MESURE D’OFFRIR DES RESSOURCES AUX PARENTS, MOINS NOUS PASSE- RONS À CÔTÉ DE PETITS GÉNIES DE LA BALLE RONDE QUI N’ONT TOUT SIMPLEMENT JAMAIS EU LA CHANCE D’EXPRIMER LEUR TALENT. Il n’y a pas si longtemps, si vous ne veniez pas d’une famille plutôt aisée, vos chances de réussite étaient faibles. On a encore du chemin à faire, >> (La suite en page 71) ©Tennis Québec/Bernard Brault PAR VALÉRIE TÉTREAULT Ancienne joueuse professionnelle, classée 112e à laWTA en 2010 Enlever la pression sur les épaules des parents AVANT, CHACUN S’ENTRAÎNAIT DE SON CÔTÉ ET DIEU SAIT QUE LE CANADA EST GRAND. LE CNT A PERMIS DE RASSEMBLER LES MEILLEURS ESPOIRS EN UN SEUL ENDROIT.
  15. 15. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 28 29No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec MIEUX-ÊTRE PAR GUILLAUME THÉROUX Bougeonsensemble, LES FILLES! LESADOLESCENTESDE15À19ANSSONTCELLESQUI PASSENTLEPLUSDETEMPS«DEVANTÉCRAN»,SOIT PARLERAUTÉLÉPHONE,REGARDERLATÉLÉVISIONOU UTILISERUNORDINATEUR. ©Tennis Québec/Agustin Guerra André Parent, préparateur physique àTennis Canada, félicitant AleksandraWozniack lors d’un entraînement en marge de l’édition 2014 de la Coupe Rogers. adolescentes par près de 20 %. Mais ce n’est pas tellement là que le bât blesse tant que la tendance plus marquée des jeunes filles à abandonner l’activité sportive au profit de loisirs sédentaires, en comparaison avec les garçons. Kino-Québec, programme de promotion d’un mode de vie sain et actif géré sous la supervision du Ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, note que les adolescentes de 15 à 19 ans sont celles qui passent le plus de temps « devant écran », soit parler au téléphone, regarder la télévision ou utiliser un ordinateur. On parle d’une moyenne quotidienne de 9,7 heures. Chez les adolescents de tous âges, le nombre de filles dites sédentaires, donc qui font du sport moins d’une fois par semaine, appro- cherait le double du nombre de garçons. LA NOTION DE GROUPE Psychologiquement, comment cette diver- gence se traduit-elle? « Pour la majorité des garçons, le sport est un outil qui leur permet d’atteindre un statut social. Ils veulent atteindre le haut de la pyramide », explique Mme Lauzon. Chez les filles,lorsdupassageduprimaireausecondaire, toute la question de l’apparence corporelle et de l’image prend une importance beaucoup plus grande. C’est à ce moment particulier qu’elles ont tendance à décrocher. « Toute la notion d’amitié prend plus de place chez les filles, elles vont avoir tendance à participer davantage avec des amies. Elles privilégient les groupes comparativement aux garçons, qui s’inscrivent plutôt de façon individuelle. » En 2005, le tennis arrivait au 14e rang des sports les plus pratiqués par les filles québécoises sur une base trimestrielle. La statistique commence à dater et, à l’époque, Eugenie Bouchard n’était encore qu’une enfant elle-même. Qu’importe, Mme Lauzon prévient qu’il ne faut pas confondre la notion de groupe avec EugenieBouchard,MariaSharapova,SerenaWilliams… Il n’y a aucun doute, les filles ont tout ce qu’il faut pour devenir de grandes athlètes établies, voire des vedettes dans un monde où l’écart entre sportifs masculins et féminins se resserre lentement. Comme le rêve du sport professionnel n’est pas accessible à tous, il y a plus important encore. Le sport à l’adolescence permet de s’assurer que fille devienne femme épanouie. Néanmoins, l’image que projettent les « Genie » et « Sugarpova » de ce monde ne montre pas nécessairement l’exemple aux adolescentes à la recherche de modèles. Peut-on établir une corrélation entre le manque d’intérêt des jeunes Québécoises envers l’activité physique et le manque d’exemples adéquats dans le sport professionnel? Il y a un pas avant d’en arriver là, mais on ne peut exclure le lien de la discussion, croit Élaine Lauzon, directrice générale d’Égale Action, organisme de promotion de la participation équitable des filles et des femmes en sport et en activité physique. Il est ardu pour les femmes d’obtenir crédibilité et attention dans le monde du sport; « éduquer » les vedettes féminines à afficher une image positive d’athlète accomplie contribuerait à encourager les jeunes filles à pratiquer le sport pour les bonnes raisons. « Pour l’aspect médiatique, les filles, c’est 3 % de la couverture. Les femmes n’ont vraiment pas la cote », a commenté Mme Lauzon en entrevue avec Tennis Québec. Donc, elles n’entendent pas beaucoup parler de modèles de succès positifs. « Oui, nous avons Eugenie Bouchard, mais dans le cas de cette joueuse, le plus souvent, on s’attarde à son habillement au lieu de ses performances athlétiques. Il est difficile de la blâmer : elle a probablement reçu un minimum de préparation sur la façon d’agir avec les médias. Nous aurions intérêt à bien préparer les athlètes pour qu’elles puissent montrer l’exemple et devenir des modèles inspirants. » La promotion de l’apparence, voilà qui peut effec- tivement nuire à instiller la notion d’importance de l’activité physique chez les jeunes filles, quand on sait que celles-ci vivent le sport très, très différem- ment des garçons. MOINS ACTIVES, LES FILLES Les bienfaits de l’activité physique – vous les connais- sez : joie de vivre, santé et estime de soi, chaînons fondamentaux de la plénitude, particulièrement à l’âge de la transition de l’adolescence à la maturité – sont les mêmes chez les garçons et chez les filles. Les différences entre les genres résident ailleurs. Des progrès sont encore à faire au Québec à ce stade et les chiffres le montrent. Certes, le niveau d’activité physique des jeunes Québécoises de 12 à 17 ans a augmenté depuis l’époque précédant le tournant du siècle. En date de 2010, l’Institut national de santé publique du Québec calculait que la proportion de filles pratiquant au moins sept heures d’activité physique par semaine a progressé d’environ 21 à 34 % depuis 1994. Durant la même période, les mêmes statistiques ont sommairement stagné chez les garçons. La proportion d’adolescents s’adonnant au sport sur une base régulière continue de dépasser celle des « ÉDUQUER » LES VEDETTES FÉMININES À AFFICHER UNE IMAGE POSITIVE D’ATHLÈTE ACCOMPLIE CONTRIBUERAIT À ENCOURAGER LES JEUNES FILLES À PRATIQUER LE SPORT POUR LES BONNES RAISONS. TOUTE LA NOTION D’AMITIÉ PREND PLUS DE PLACE CHEZ LES FILLES, ELLES VONT AVOIR TENDANCE À PARTICIPER DAVANTAGE AVEC DES AMIES. ELLES PRIVILÉGIENT LES GROUPES COMPARATIVEMENT AUX GARÇONS, QUI S’INSCRIVENT PLUTÔT DE FAÇON INDIVIDUELLE. >> (La suite en page 71)
  16. 16. TENNIS-MAG 30 No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec JOURNALISTE EN HERBE © Courtoisie Marie-Christine Chartier, lorsqu’elle jouait avec les Cyclones, l’équipe de l’Iowa State University, où elle a étudié. 5choses que j’aurais aiméque l’on me disequand je jouais au tennis UN COUP DROIT, ÇA NE SE PERD PAS! Le fameux mythe du coup perdu. Je suis convaincue qu’éparpillés un peu partout au Québec, dans les vestiaires de l’Ile-des-Sœurs et derrière les toiles à Repentigny, se trouvent tous les coups droits, revers et lancers de balle perdus par la jeunesse québécoise. Combien de fois ai-je entendu en entraînement et dans les tournois : « Non, mais sérieux, j’ai perdu mon revers! » Combien de fois ai-je moi-même perdu mon coup droit? J’aurais aimé, à l’époque, que quelqu’un prenne le temps de s’asseoir avec moi pour discuter du ridicule de la chose, car c’est bel et bien ça : du ridicule. En tant que joueurs, nous passons plusieurs heures par jour, bien ancrés dans une diagonale, à effectuer le même mouvement en continu. Il faut se rendre à l’évidence : ça ne se perd pas comme ça. Personne se réveille le matin, se lève de son lit, regarde aux alentours et se dit : « Bien voyons, j’ai perdu ma façon de marcher ». Le coup droit, c’est pareil. C’est une habileté motrice, pas des clés ou un portefeuille. Dans ces moments, il ne m’était pas rare de paniquer, par peur de ne pas être à la hauteur pour mon prochain tournoi. J’aurais aimé que mon entraîneur prenne le temps de m’expli- quer que la « perte » de mon coup droit était probablement le résultat d’une anxiété plus profonde. Dans un monde qui va toujours un peu plus vite, ces manifestations ridicules de peur, pourtant fondées, sont parfois des cris de détresse qu’il faut s’efforcer d’entendre… PAR MARIE-CHRISTINE CHARTIER TON ENTRAÎNEUR N’EST PAS TON ENNEMI Je sais que ça a l’air évident, dit de cette façon, et pourtant… Alors qu’on assiste à la glorification du sport, parce que les athlètes de haut niveau sont parfois perçus comme des demi-dieux et que leurs besoins passent avant tout, on en vient parfois à oublier une chose : l’entraîneur est un être humain comme vous et moi. J’ai été la première à l’oublier. Quelque chose ne fonctionne pas? Facile, on change de coach. Parfois, il est vrai que la relation entraîneur-athlète n’est pas propice au développement, mais en certaines occasions, soyons honnête, c’est simplement plus facile de changer d’entraîneur que de vraiment s’arrêter et de penser à la racine du problème. Dans un univers très compétitif, on en vient à exiger des entraîneurs dont le don de soi est quasi inimaginable et on les remplace dès qu’ils ne sont pas capables de combler nos demandes. Parfois, ça ne fonctionne vraiment pas, mais il faut aussi admettre que prendre le blâme ou la responsabilité d’une situation demande beaucoup plus de maturité et d’objectivité que nous en sommes souvent capables en contexte de compétition. La réalité : personne n’aime se faire blâmer et critiquer, mais parfois, il faudrait s’arrêter un instant et se demander : « est-ce vraiment mon entraîneur le problème, ou est-ce moi? » LE TENNIS EST UN SPORT INDIVIDUEL, MAIS PAS NÉCESSAIREMENT SOLITAIRE Étant enfant unique et ayant pratiqué un sport individuel, j’ai dû attendre jusqu’à mon entrée à l’université américaine pour réaliser que l’expérience tennistique n’avait pas à être vécue de façon soli- taire. Nous avons énormément à apprendre des autres athlètes, mais également des entraîneurs et des parents. Lorsque l’on pratique un sport individuel de haut niveau, où il faut commencer à performer jeune, les choses peuvent devenir sérieuses très rapidement. Il y a une possibilité de grandir collectivement dans ce magnifique sport en apprenant des autres et de soi-même. C’est dommage d’attendre jusqu’à 18 ans pour se rendre compte que la personne de l’autre côté du filet est une adversaire, pas une ennemie. Nous apprenons dans la victoire comme dans la défaite, mais cela ne veut pas pour autant dire que les apprentissages doivent se faire en solo. Nous ne restons pas athlètes de haut niveau toute notre vie, mais nous serons toujours des êtres humains. S’enrichir de la présence des autres nous sert comme athlète, mais également lorsque nous arrêtons la pratique sportive de haut niveau. LES BONS CALLS FONT LES BONS AMIS Quel joueur de tennis n’a jamais entendu ces phrases : « Je me suis fait voler le match! », «Je ne veux pas jouer contre elle, c’est une tricheuse!»? Mettons la situation en perspective. Dans un match de tennis, disons qu’on joue environ 5 ou 6 points par partie et environ 5 ou 6 échanges par point. Dans un match qui finit 6-3, 6-3, environ 450 balles sont jouées. Sur celles-ci, 3 ou 4 causeront peut-être de la bisbille. C’est approximati- vement 0,1 % des balles. En résumé, 99,9 % des balles sont appelées correctement. Dans un sport arbitré souvent par les athlètes eux- mêmes, je crois que l’on peut prendre le temps de se complimenter sur la culture morale de notre sport. Et se dire aussi que, parfois, les J’AI DÛ ATTENDRE JUSQU’À MON ENTRÉE À L’UNIVERSITÉ AMÉRICAINE POUR RÉALISER QUE L’EXPÉRIENCE TENNISTIQUE N’AVAIT PAS À ÊTRE VÉCUE DE FAÇON SOLITAIRE. >> (La suite en page 72) ANCIENNE JOUEUSE DE TENNIS AYANT NOTAMMENT ÉVOLUÉ DANS LA NCAA, MARIE-CHRISTINE CHARTIER EST DÉSORMAIS ÉTUDIANTE À LA MAÎTRISE EN PSYCHOPÉDAGOGIE. ELLE S’INTÉRESSE, ENTRE AUTRES CHOSES, À LA PSYCHOLOGIE DU SPORT ET AU DÉVELOPPEMENT POSITIF DU JEUNE DANS UN CONTEXTE SPORTIF. Ennovembredernier,TennisQuébeclançaitleconcours«Journalisteenherbe»afindepublierletexted’unapprentirédacteurdansla102e éditionduTennis-mag. Après avoir reçu plusieurs textes de qualité, l’équipe de rédaction s’est finalement arrêtée sur le texte de Marie-Christine Chartier pour son originalité.
  17. 17. TENNIS-MAG 33No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec CARRIÈRECOURTE,MAISREMARQUABLE Né à Rivière-du-Loup en 1933, Jean Dussault déménage à Montréal après le décès de sa mère dans un malheureux accident de voiture dans laquelle il prenait place avec son frère aîné Marc et son père. « Tante Berthe a alors pris soin de moi jusqu’à ce que je me marie. C’est elle qui m’a permis de jouer au tennis, se remémore-t-il. René Boucher, entraîneur des clubs Concordia et CPR AAA de Rosemont, m’a pris sous son aile et m’a aidé à faire de la compétition sur les scènes provinciale et nationale. » D’abord chasseur de balles dans les rencontres delaLigueMaisonneuvequimetenvedetteses cousins, il joint les rangs du Club St-Ambroise au tournant de l’adolescence. Rapidement, il s’impose. De 4e joueur de l’équipe en simple et 3e en double, Dussault mettra seulement deux ans pour devenir le numéro un de la formation en simple. Les succès ne lui montent pas à la tête. Au contraire. L’humilité sera et demeurera sa marque de commerce. « Je dois avouer que deux victoires m’ont rendu un peu mal à l’aise. La première contre mon cousin Jean-Paul (Labrecque), alors numéro un du club, et la deuxième contre le meilleur joueur du Club St-Denis, Georges Dionne. Deux personnes qui, lorsque j’étais très jeune, m’ont soutenu pour participer à différentes compétitions. » Et les titres s’enchaînent. Il sera sacré cham- pion québécois des moins de 15 ans. Ensuite, champion des moins de 18 ans. Il remportera les championnats juniors canadiens en double à deux reprises. Puis, il ajoutera le titre de champion intermédiaire du Québec à sa reluisante fiche, une victoire que le défunt quotidien Montréal-Matin4 commentera ainsi : « Jean Dussault a affiché une tenue remar- quable cette semaine alors qu’il a remporté le championnat intermédiaire provincial en battant J.-G. Bourgeois dans la finale, par 6-0, 6-2, 6-2. Le jeune Dussault a perdu seulement un set durant le tournoi qui a réuni environ 200 joueurs. » Jean Dussault aura flirté avec les meilleurs. Non seulement a-t-il été partenaire d’entraînement des membres des équipes canadienne et mexi- caine de la Coupe Davis, mais il a également échangé avec l’un des plus grands joueurs de tennis de l’histoire, l’Australien Rod Laver, qui se préparait pour une rencontre de Coupe Davis disputée au Club Mont-Royal. Mais sa carrière tennistique aura été de courte durée, beaucoup trop courte diront plusieurs qui le voyaient logiquement comme un futur membre de l’équipe canadienne de la Coupe Davis. Issu d’une famille modeste, le talent à lui seul n’a pu aider Dussault à poursuivre son ascension. POUR LA MAJORITÉ DES AMATEURS DE TENNIS, LE NOM JEAN DUSSAULT N’ÉVOQUE AUCUN SOUVENIR. MAIS PARLEZ-EN ENTRE AUTRES À FRANÇOIS GODBOUT1 OU À ROLLAND GODIN2, DEUX ANCIENS ATHLÈTES QUI ONT MARQUÉ L’HISTOIRE DU TENNIS QUÉBÉCOIS ET CANADIEN AU TOURNANT DES ANNÉES 50 ET 60, ET VOUS ENTENDREZ ALORS UNE PLUIE D’ÉLOGES AU SUJET DE L’ANCIEN TENNISMAN DUSSAULT. Rencontré chez lui à St-Sauveur, l’octogénaire ne se déplace assurément plus avec autant de rapidité qu’il le faisait sur les courts, hypothéqué par d’importantes douleurs chroniques au dos. Malgré ses malaises physiques, Monsieur Dussault possède toujours ce regard vif que je reconnais depuis notre première rencontre, il y a déjà une trentaine d’années3. Il a encore la même vivacité d’esprit, la même passion et cette manière unique de s’exprimer avec distinction. Marié depuis 60 ans, sa conjointe Fernande est à ses côtés lors de notre rencontre et apporte, au passage, certaines précisions au récit. Je connaissais l’homme de sport, mais pas le champion de tennis! UN SPORT DE « TAPETTES » Jean Dussault a grandi à une époque où, dira-t-il, « on te traitait de “tapette” dans la cour d’école quand on apprenait que tu jouais au tennis. » N’empêche. À l’âge de 17 ans, il a été nommé meilleur joueur junior canadien, et ce, même s’il n’a remporté aucun titre national en simple. Étrange? C’est que dans ces années, les Nationaux juniors, présentés au Club Rideau à Ottawa, admettaient les joueurs étrangers. En 1950, une victoire en finale contre un Américain l’aurait consacré sans ombrage. Mais le dénouement du match ne fut pas en sa faveur. JEU, MANCHE ET MATCH…DE LA VIE! JeanDussault Letalentn’apassuffi. PAR RÉJEAN LEVESQUE JEAN DUSSAULT AURA FLIRTÉ AVEC LES MEILLEURS. NON SEULEMENT A-T-IL ÉTÉ PARTENAIRE D’ENTRAINEMENT DES MEMBRES DES ÉQUIPES CANADIENNE ET MEXICAINE DE LA COUPE DAVIS, MAIS IL A ÉGALEMENT ÉCHANGÉ AVEC L’UN DES PLUS GRANDS JOUEURS DE TENNIS DE L’HISTOIRE, L’AUSTRALIEN ROD LAVER, QUI SE PRÉPARAIT POUR UNE RENCONTRE DE COUPE DAVIS DISPUTÉE AU CLUB MONT-ROYAL. EN FAIT, LA PLUS GRANDE DÉCEPTION DANS MA VIE EST DE NE PAS AVOIR PU POURSUIVRE MA CARRIÈRE EN TENNIS. J’AURAIS TELLEMENT AIMÉ DEVENIR MEMBRE DE L’ÉQUIPE CANADIENNE DE LA COUPE DAVIS. REPRÉSENTER LE CANADA AURAIT ÉTÉ UNE GRANDE FIERTÉ POUR MOI. Jean Dussault et son frère aîné Marc ISSU D’UNE FAMILLE MODESTE, LE TALENT À LUI SEUL N’A PU AIDER DUSSAULT À POURSUIVRE SON ASCENSION.
  18. 18. TENNIS-MAG 34 No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec JEU, MANCHE ET MATCH DE LA VIE RENÉ BOUCHER, ENTRAÎNEUR DES CLUBS CONCORDIA ET CPR AAA DE ROSEMONT, M’A PRIS SOUS SON AILE ET M’A AIDÉ À FAIRE DE LA COMPÉTITION SUR LES SCÈNES PROVINCIALE ET NATIONALE. À l’époque, les meilleurs athlètes du pays ne pouvaient compter sur le soutien financier de la fédération nationale. Ils devaient s’appuyer sur leurs propres ressources. C’est en vain que Dussault aura tenté de financer sa carrière en conciliant travail et passion. Alors qu’il commençait un nouvel emploi, le président de la Fédération québé- coise de tennis, Arthur Porter (NDLR : à ne pas confondre avec l’ancien président du CHUM), avaitinsistéauprèsdeDussaultpourappelerson employeur afin qu’il lui permette de terminer plus tôt pour disputer son match initial à La Coupe Montréal. Dussault refusa, considérant qu’une telle demande était déraisonnable à son premier jour au boulot. Les organisateurs ne firent preuve d’aucune clémence et l’horaire de la rencontre demeura le même. À la fin de son quart de travail, Dussault se précipita vers le Club de tennis Mont-Royal. Arrivé peu de temps après l’heure officielle de début de rencontre, Porter lui signifia qu’il avait perdu par défaut. Reconnu alors comme l’un des meilleurs joueurs de tennis québécois, Dussault était fortement apprécié des journalistes et faisait donc régulièrement la manchette des médias montréalais du temps. Informé de cette défaite par défaut, le journaliste sportif Jacques Beauchamp⁵ fustigea l’organisation dans un texte publié le lendemain dans le Montréal- Matin. Malgré l’important appui médiatique, cet événement, allié à un manque d’argent, sonna le glas sur la carrière de Jean Dussault qui accrocha définitivement sa raquette alors qu’il entamait à peine la vingtaine. « Mon père était des plus déçus. Mais il lui était impossible de pouvoir m’aider financièrement. Ça été la fin d’un rêve pour moi et, malgré cette mauvaise aventure, mon implication dans le tennis a été une très belle expérience pour moi », avoue avec nostalgie l’homme maintenant âgé de 82 ans. DE GRANDES VICTOIRES En peu de temps, Jean Dussault aura laissé sa marque. Jumelé au légendaire Henri Rochon⁶, il a notamment signé une impressionnante victoire contre la paire de double de l’équipe canadienne de Coupe Davis, Brendan Macken et Dan McNeil. Dussault a également disputé, au Club Radisson de Trois-Rivières, un match de démonstration contre son bouillant partenaire Rochon, et ce, devant le premier ministre Maurice Duplessis⁷. « Mais le match dont je suis le plus fier est celui que j’ai disputé à Lorne Maine8 au Club intérieur de Châteauguay. Il était de trois ans mon ainé. Après avoir remporté contre toute attente la première manche, j’ai perdu les deux sets suivants. » DU COURT À LA PATINOIRE À la suite de son retrait de la compétition, Jean Dussault aura tourné le dos au tennis pendant six ou sept ans. Il ne pouvait toutefois pas bouder pour toujours le sport qui avait marqué sa jeunesse. Par contre, c’est davantage comme spectateur qu’il a renoué avec le sport. Aujourd’hui encore, ses observations sur le tennis international sont justes et bien étayées. Jean Dussault aurait aimé que sa fille unique Nicole démontre les aptitudes minimales lors- qu’elle a suivi des cours de tennis afin qu’elle suive ses traces sur les courts. Toutefois, c’est sur la glace qu’elle possédait les plus grandes habiletés athlétiques. Non seulement elle aura fait sa marque en patinage artistique, d’abord comme athlète et par la suite en tant qu’entraîneure, mais son sport aura également propulsé son père dans une carrière jusqu’alors insoupçonnée… AU PANTHÉON DES SPORTS En 1966, Jean Dussault a été l’un des membres fondateurs du club de patinage artistique Les lames d’argent de Laval. En 1968, le club intègrera la section québécoise de l’Association canadienne de patinage artistique. >> (La suite en page 72) 1 François Godbout - Membre de l’équipe canadienne de Coupe Davis, membre des panthéons du tennis québécois (bâtisseur et athlète) et canadien (bâtisseur) et ancien président de Tennis Québec et de Tennis Canada 2 Rolland Godin - Membre du Panthéon du tennis québécois (joueur) 3 Réjean Levesque - Adjoint de Jean Dussault à SportsQuébec de 1988 à 1990. 4 Montréal-Matin - Quotidien montréalais fondé en 1930. Dernière édition publiée en 1978. 5 Jacques Beauchamp - Journaliste sportif émérite. Débute sa carrière à 16 ans au Montréal-Matin, et ce, pendant 25 ans avant de joindre le Journal de Montréal jusqu’à son décès en 1988 (61 ans). L’Hommage Jacques-Beauchamp est décerné chaque année au Gala SportsQuébec afin de souligner une performance ou une contribution exceptionnelle dans le monde du sport. 6 Henri Rochon - Membre de l’équipe canadienne de Coupe Davis et membre des panthéons du tennis québécois et canadien (athlète) 7 Maurice Duplessis – Premier ministre du Québec de 1936 à 1939 et de 1944 à 1959. 8 Lorne Maine - Membre de l’équipe canadienne de Coupe Davis et membre du Panthéon du tennis canadien (athlète)
  19. 19. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 36 37No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec Un entraîneur de développement qui mise davan- tage sur le développement de valeurs humaines que sur la performance, vous dites? Vous avez bien lu.SébastienPrieur,coordonnateurduprogramme Excellence à Tennis Montréal, ne développe pas seulement des athlètes. Il développe aussi, et surtout, des êtres humains. Il faut le faire, quand même. Dire tout haut que, toi mon garçon, tu ne deviendras pas Roger Federer, n’en déplaise à ton père. Que toi, jeune fille, ton rêve il est beau, très beau même. Qu’on va continuer à travailler fort pour qu’il se réalise. Mais que les chances qu’il se concrétise sont plutôt faibles. Et que, dans l’attente d’un miracle, on peut s’attarder, aussi, à autre chose qu’un bon coup droit ou un service à tout casser. Peut-être que, par la bande, tu pourrais devenir plus débrouillarde. Peut-être que tu pourrais apprendre la patience, la coopération, l’écoute. Peut-être qu’on pourrait penser à autre chose qu’à ta performance du week-end prochain au tournoi U12 de Mont-Tremblant. Peut-être qu’on pourrait penser à ce que le tennis va t’apporter à long terme. Peut-être que, dans 20 ans, tu n’auras jamais percé le Top 30 québécois, mais que tu auras encore du plaisir sur un terrain de tennis. Qui sait, peut-être l’enseigneras-tu. Peut-être que, dans 20 ans, ta camarade du programme sport-études deviendra la marraine de tes enfants. Peut-être. Ces conseils, Sébastien les donne tous les jours. Il n’est pas allé les pêcher dans le livre d’untel sur la philosophie du tennis, pas plus qu’au moment où il a acquis sa cer- tification d’entraîneur niveau 3 de Tennis Canada. Cette façon de concevoir l’entraînement de haut niveau lui est PAR ÉLIANE CANTIN MOI, MA PRIORITÉ, CE N’EST PAS D’AMENER UN JOUEUR À PERCER LE TOP 10 MONDIAL, MAIS DE DÉVELOPPER UN JEUNE ADULTE QUI VA ÊTRE ÉPANOUI, QUI VA SE SENTIR BIEN, QUI VA ÊTRE EN SANTÉ ET QUI VA PROFITER DU TENNIS POUR DÉVELOPPER DES HABILETÉS QUI VONT LUI ÊTRE UTILES TOUTE SA VIE. PORTRAIT D’ENTRAINEUR Développer l’humain avant l’athlète venue au fil des années, à travers un parcours en dents de scie qui l’aura ultimement amené à avoir plus de plaisir sur un terrain de tennis aujourd’hui qu’il n’en avait jamais eu auparavant. C’est à 8 ans que Sébastien découvre le tennis, par l’entremise de son père qui joue alors à la Récréathèque de Laval. Peu de temps après, il s’inscrit à son premier cours et fait la connaissance de son entraîneur, Nicole Nobert, aujourd’hui directrice générale de Tennis Montréal. Sans le savoir, il fera ses premiers balbu- tiements tennistiques devant celle qui deviendra, plusieurs années plus tard, sa patronne. À l’approche de son secondaire 2, Sébastien est admis dans le programme Sport-études de l’école secondaire De Mortagne, à Boucherville. L’établissement étant à plusieurs kilomètres de la maison familiale, l’adolescent s’installe dans un petit appartement situé dans la maison du conseiller en orientation de l’école. À 13 ans seulement, pour pouvoir jouer au tennis, Sébastien vit seul : « Ça n’a pas été facile. Je m’ennuyais beaucoup et je faisais tout par moi-même. Mais en même temps, ça m’a apporté beaucoup de valeurs. J’avais déjà perdu ma mère à 9 ans et, à 13 ans, je vivais seul. Je n’ai pas eu le choix de me débrouiller. » Sébastien tient bon, par amour pour le tennis. L’adolescent, livré à lui-même, n’a d’autres choix que de créer des liens avec d’autres élèves du programme. En secondaire 4, il part finalement s’installer dans la maison familiale de l’un de ces derniers. Cet ami, Jean- François Tremblay, deviendra l’un de ses amis les plus proches et le parrain de ses enfants. Ses études secondaires terminées, le jeune adulte refuse une bourse pour aller jouer au tennis dans une université américaine : « Je ne parlais pas beaucoup >> (La suite en page 73) SÉBASTIEN PRIEUR LE TENNIS LUI A APPRIS LA RÉSILIENCE, L’HUMILITÉ, LA DÉBROUILLARDISE ET LE COURAGE. ENTRAÎNEUR : SÉBASTIEN PRIEUR CLUB : TENNIS MONTRÉAL CERTIFICATION : ENTRAÎNEUR NIVEAU 3 ©Tennis Québec
  20. 20. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 38 39No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec La Québécoise Eugenie Bouchard a atteint la finale du tournoi de Hobart, le 15 janvier dernier, s’adjugeant pour la première fois depuis 16 mois une place dans une finale d’un tournoi du circuit de la WTA. Le titre a néanmoins échappé à la Montréalaise, cette dernière s’inclinant, 6-1 6-2, devant la Française et 33e raquette mondiale, Alizé Cornet. Pour se qualifier pour la rencontre ultime de l’épreuve, Bouchard avait notamment pris la mesure de Camila Giorgi et de Dominika Cibulková, respectivement 36e et 38e raquette mondiale. Ces victoires, en plus de celles enregistrées au tournoi de Shenzhen la semaine précédente, lui auront fait gagner 12 rangs au classement mondial, passant du 49e au 37e rang. Sa défaite au deuxième tour des Internationaux d’Australie l’aura cependant fait rechuter au classement. L’Ontarien Milos Raonic a commencé l’année du bon pied en prenant la mesure de Roger Federer, 6-4 6-4, en finale du tournoi de Brisbane, en Australie, le 10 janvier dernier. Le Canadien a ainsi pris sa revanche sur le Suisse, lequel l’avait battu en finale du même tournoi en 2015. Il s’agissait, pour Raonic, d’un huitième titre en carrière et d’une deuxième victoire en onze rencontres sur l’actuel numéro 3 mondial. Il devient ainsi le seul joueur né dans les années 1990 à triompher par deux fois de Roger Federer. Rappelons que des douleurs chroniques au dos avait forcé le Canadien à rater les trois dernières semaines de la saison en 2015, l’amenant à terminer l’année au 14e échelon mondial. © Courtoisie Dan Martin est monté sur la première marche du podium lors du tournoi ITF de caté- gorie 5, le Goombay Splash Bowl tenu, du 23 au 28 novembre dernier, aux Bahamas. Le Lavallois, en équipe avec le Mexicain Juan Ignacio Batalla Diez, s’est offert le titre en double après une victoire de 6-2, 6-4 aux dépens du Brésilien Armando Lobo Coliccio Ferreira et du Mexicain Jorge Ortegon. Par ailleurs, l’adolescent de 16 ans a impressionné en simple alors qu’il atteignait la finale de la compétition, s’inclinant devant l’Américain Ryan Goetz en deux manches de 6-4 et 6-3. Il avait précédemment pris la mesure de son coéquipier de double en trois manches de 6-4, 4-6 et 6-4. Il s’agit de la meilleure performance de Martin en simple dans un tournoi ITF. Classé 371e au monde chez les juniors, Dan Martin s’entraîne au club Tennis 13 à Laval. En novembre dernier, Félix Auger-Aliassime est devenu le premier Canadien et le plus jeune joueur de l’histoire à s’em- parer du titre en simple du tournoi de catégorie 1 Eddie Herr International Tennis Championship chez les moins de 18 ans. En finale, l’adolescent a pris la mesure de l’Australien Alex De Minaur, 4e raquette mondiale, après avoir sauvé deux balles de championnat. La rencontre s’est finalement terminée au compte de 6-3 6-7(6) 7-6(3). Plus tôt en 2015, le jeune Québécois a également fait sensation en devenant le plus jeune joueur à intégrer le Top 800 chez les professionnels. Ses succès sur le circuit ATP n’auront néanmoins pas entravé ses performances sur le circuit junior en 2015. Après une première victoire lors d’un tournoi de catégorie 1 à College Park, en août dernier, le natif de Québec s’est ensuite illustré aux Internationaux des États-Unis, en remportant les honneurs de l’épreuve de double du volet junior de la compétition en compagnie de l’Ontarien Denis Shapovalov. Quelques semaines plus tard, il contribuait à la toute première victoire du Canada en Coupe Davis junior. Les performances d’Auger-Aliassime lui auront permis de commencer l’année au 8e échelon mondial chez les juniors et à faire parler de lui aux quatre coins de la planète. Six champions de collectivités du pays ont eu l’opportunité, du 5 au 8 novembre dernier, de prendre part à un atelier de la United State Tennis Association (USTA) à San Diego, en Californie. Ces derniers ont été sélectionnés pour représenter le Canada après avoir chacun reçu un prix d’excellence pour leur dévouement au sein de leur communauté lors de l’atelier national Récré-tennis à Toronto. Deux Québécois étaient du voyage : France Lafleur, de St-Léonard-de-Portneuf, et Yvon Gosselin, du Club de Tennis de Rivière-du-Loup. Notons également la présence de Jimmy Lavoie, du Club de tennis de Casselman qui, depuis l’année dernière, fait partie du programme Récré-tennis québécois. Rappelons que ce sont plus de 50 collectivités québécoises qui se sont impliquées dans ce programme depuis ses débuts. Les champions de collectivités de ces villes, régions et quar- tiers ont fait un travail colossal pour promouvoir le tennis et développer des partenariats avec les décideurs de leur milieu. Faisait partie du voyage, Jimmy Lavoie, de Casselman (au centre). Sa collectivité a été nommée Collectivité conviviale de l’année au Québec en 2014/2015. Sur la photo, il est accompagné de François Giguère et Jérôme Ouellet deTennis Québec. ©Tennis Québec ©Tennis Canada Félix remportant les honneurs lors du tournoi Eddie Herr, contre Alex De Minaur. © imgacademy DAN MARTIN, CHAMPION EN DOUBLE DU GOOMBAY SPLASH BOWL! MILOS RAONIC COMMENCE L’ANNÉE DU BON PIED! UNE DÉLÉGATION CANADIENNE AU CONGRÈS DE LA UNITED STATE TENNIS ASSOCIATION (USTA) FÉLIX AUGER-ALIASSIME TERMINE L’ANNÉE EN FORCE! © Christopher Levy UNE FINALE POUR EUGENIE BOUCHARD À HOBART ENTRE FILETS
  21. 21. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 40 41No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec La première édition du Défi Avantage Pour Tennis|Affaires, au profit du Club de tennis de l’Université Laval et du programme tennis-études de l’Académie de tennis Hérisset Bordeleau, a eu lieu, au Club Avantage Multi-Sports, le 20 novembre dernier. Une centaine de personnes – incluant partenaires d’affaires, étudiants-athlètes de l’équipe universitaire de tennis et entraî- neurs de l’académie – ont pris part à cette activité présentée par l’équipe Marc Bonenfant Royal-Lepage. L’événement qui avait pour thématique le travail d’équipe et alliait tennis et conférence en compagnie de Mélanie Marois, ex-joueuse de tennis sur le circuit de la WTA, a permis d’amasser 21 650 $. À noter que la formation masculine du Club de tennis de l’Uni- versité Laval a été couronnée championne canadienne en 2015. L’ÉQUIPE DE TENNIS DU CÉGEP LÉVIS-LAUZON REMPORTE LE CHAMPIONNAT COLLÉGIAL QUÉBÉCOIS DE TENNIS! L’édition 2016 du Challenger Banque Nationale de Gatineau sera marquée par la tenue d’épreuves féminines et masculines. L’événement, qui n’avait jusqu’alors présenté qu’un tournoi féminin, présentera pour la première fois un volet masculin doté d’une bourse de 75 000 $. La bourse de la compétition féminine demeurera la même, soit 25 000 $. Le tournoi offrira donc une bourse totale de 100 000 $. « L’ajout d’une épreuve masculine permettra aux amateurs de la région de voir à l’œuvre les vedettes montantes des circuits féminin et masculin » mentionnait Richard Quirion, directeur du tournoi, lors d’une conférence de presse tenue à la Sporthèque de Hull, en décembre dernier. « Mais, ce qui est d’autant plus important, c’est que nous offrons maintenant la chance à nos joueurs canadiens d’engranger davantage de points pour continuer de gravir les échelons des classements mondiaux. De plus, avec la présentation du Challenger de Granby et de celui de Gatineau l’un après l’autre, il sera encore plus intéressant pour les athlètes de faire un arrêt au Québec pour disputer ces deux tournois. » a-t-il renchéri. Le Challenger Banque Nationale de Gatineau sera disputé du 6 au 14 août 2016. Rappelons que la ville de Gatineau accueille également un tournoi de catégorie Futures, disputé au mois de février de chaque année. Ce tournoi bénéficiera, lui aussi, d’une majoration de sa bourse totale, cette dernière bondissant de 15 000 $ à 25 000 $. Notons enfin que les Championnats canadiens Rogers exté- rieurs chez les moins de 16 ans seront également disputés en sol gatinois, du 21 au 26 août 2016. Les joueurs de tennis de l’équipe des Faucons du Cégep Lévis- Lauzon sont repartis, le 29 novembre dernier, avec les honneurs du Championnat collégial québécois de tennis. Les Faucons ont remporté quatre des sept matchs de la ronde finale, rafflant par le fait même la victoire au compte de 4-3 aux dépens de l’équipe du Cégep de Granby. La ligue collégiale québécoise de tennis donne l’opportu- nité aux joueurs de tennis ayant notamment évolué dans un programme sport-études au secondaire, de continuer la compétition lors de leurs études collégiales avant d’intégrer le circuit universitaire. Six équipes ont fait compétition en 2015, au sein de la ligue collégiale : le Collège Jean-de-Brébeuf (Montréal), les Voltigeurs du Cégep de Drummondville, les Gladiateurs du Cégep Gérald-Godin (Montréal), le Cégep de Granby, les Faucons du Cégep de Lévis-Lauzon et le Collège Marianapolis (Westmount). Les cinq équipes ayant fait compétition dans la ligue québé- coise de tennis universitaire en 2015 auront une étape de plus à franchir, cette année, pour se qualifier pour les Championnats universitaires canadiens de tennis. Les équipes des Universités McGill, Concordia, Laval, Sherbrooke et de Montréal devront désormais se mesurer à L’École de technologie supérieure (ÉTS), dont l’équipe de tennis a officiellement été formée en septembre dernier. Deux équipes québécoises pourront se qualifier pour les Championnats universitaires canadiens de tennis cette année alors que l’épreuve prendra place en parallèle de la Coupe Rogers, présentée par Banque Nationale, à Montréal. Du 22 au 31 juillet 2016, les joueurs des équipes qualifiées pour les championnats canadiens partageront donc les courts du Stade Uniprix avec les meilleures joueuses de la planète. L’équipe 2015-2016 de l’ÉTS © Courtoisie L’équipe des Faucons, vainqueure 2015 ©Tennis Québec LE CHALLENGER BANQUE NATIONALE DE GATINEAU DEVIENT MIXTE! Degaucheàdroite :Laura-PhilipFillion,membredel’équipedetennisduCTUL,PierreLanglois, ClaudiaLemelinetSylvieThériault,équipeMarcBonenfant,MélanieMarois,MarcBonenfant, présidentd’honneur,etJacquesHérisset,del’AcadémiedetennisHérissetBordeleau. © Courtoisie UN ÉVÉNEMENT BÉNÉFICE AU PROFIT DU CLUB DE TENNIS DE L’UNIVERSITÉ LAVAL ET DU PROGRAMME TENNIS-ÉTUDES DE L’ACADÉMIE DE TENNIS HÉRISSET BORDELEAU! L’ÉCOLE DE TECHNOLOGIE SUPÉRIEURE INTÈGRE LA LIGUE QUÉBÉCOISE DE TENNIS UNIVERSITAIRE! ENTRE FILETS© Jean-Michel Mattesco Françoise Abanda
  22. 22. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 42 43No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec Près de trente champions de collectivité Récré-tennis québé- cois se sont réunis, les 21 et 22 novembre dernier, au Stade Uniprix, pour assister à l’édition 2015 de la Conférence nationale Récré-tennis, présentée par l’Association des professionnels du tennis (APT). La tenue de plusieurs ateliers et conférences a permis aux différents champions de collectivité Récré-tennis d’obtenir des outils supplémentaires pour promouvoir le tennis dans leur région respective. Les participants ont pu, entre autres, assister à des conférences sur l’établissement de partenariats, le développement des infrastructures, l’organisation de ligues, l’animation en milieu scolaire et l’utilisation des réseaux sociaux. Rappelons que les champions de collectivité de ces villes, régions et quartiers, par le biais du programme Récré-tennis de Tennis Québec, font un travail colossal pour promouvoir le tennis et développer des partenariats avec les décideurs de leur milieu. Cette approche est fondée sur la conviction que le tennis peut jouer un rôle dans le développement de la collectivité et que, si les décideurs sont convaincus que le tennis contribue au bien-être de la collectivité, ils lui appor- teront un soutien durable. C’est avec grande tristesse que la communauté tennistique cana- dienne a appris le décès de l’Ontarien Gus Morhart, en décembre dernier. Gus était connu de plusieurs acteurs de la communauté, en raison notamment de son implication de plus de 25 ans au sein de l’Association de tennis ontarienne (OTA). Nombreux sont les joueurs à avoir été témoins de son énorme dévouement et de sa générosité sans bornes. Martin Laurendeau, capitaine de l’équipe canadienne de Coupe Davis, a tenu à lui rendre hommage. « C’est avec le plus profond des chagrins que j’ai appris la triste nouvelle du décès de Gus Morhart, survenu en décembre dernier. Gus n’aurait pas pu être plus pur et bon. Il incarnait les vertus auxquelles tout être humain aspire dans la vie. Il représentait l’humilité et la générosité et ne demandait jamais rien en retour de sa bonté. Pour lui, donner était aussi naturel que respirer. Sa passion pour le tennis ainsi que son dévouement, que ce soit pour le perfectionnement des joueurs, des équipes, des associations ou des fédérations étaient légendaires. Non seu- lement a-t-il soutenu l’équipe de Coupe Davis physiquement, mais il la supportait également profondément dans son cœur. Sa dévotion pour aider l’équipe, de quelque façon que ce soit, afin qu’elle augmente ses chances de performer était sa fierté et son bonheur. Il était un vrai joueur d’équipe. L’équipe d’abord, lui ensuite. Toujours. Son temps passé avec nous après tant d’années, après tant de liens créés, toujours en étant aussi discret, travaillant humblement dans l’arrière-scène, était ce qui le nourrissait et l’animait. Il était un élément central de notre équipe. Il faisait partie de la famille. Juste pour cette fois, aujourd’hui, peut-être peut-il enfin être honoré, au moins dans nos pensées et prières, en pensant à tout ce qu’il était et à tout ce qu’il a fait pour nous. Que Dieu le bénisse. Il nous manquera. » Philippe Gubenco et Laura Mira Teodorescu seront les entraî- neurs de la délégation québécoise de tennis aux Jeux d’été du Canada lors de la prochaine édition qui aura lieu du 27 juillet au 13 août 2017. Avant d’être entraîneure niveau 3, Laura Mira Teodorescu était joueuse professionnelle de tennis en Roumanie. Elle a notamment représenté son pays lors de deux éditions de la Coupe Fed et a fait partie des 700 meilleures joueuses en double de la planète. Maintenant bien installée à Montréal, elle entraîne, entre autres, les joueurs de tennis faisant partie du programme Sport-études de Tennis Montréal. Philippe Gubenco a à son actif sept championnats canadiens et un 44e rang mondial chez les 18 ans et moins. Junior, il a également enregistré des victoires contre certains grands joueurs, parmi lesquels Andy Roddick. Désormais entraîneur niveau 3, il est notamment responsable du programme Sport- études au Carrefour Multisports de Laval et accompagne, à temps partiel, certaines joueuses évoluant sur le circuit WTA. La délégation qui représentera le Québec à l’édition 2017 des Jeux d’été du Canada sera formée de quatre garçons et de quatre filles, dont au moins quatre devront être âgés de 16 ans ou moins en date du 1er janvier 2017. La sélection finale des joueurs aura lieu au printemps 2017. Quelque onze jeunes âgés de 12 à 14 ans se sont envolés pour la Floride, le 6 décembre dernier, pour prendre part à un ou des tournois ainsi qu’à des sessions d’entraînement. Ceux-ci ont été sélectionnés, soit en fonction de leur classement, soit à la suite de leur performance lors d’un tournoi de sélection tenu en octobre dernier. Les joueurs étaient accompagnés des entraîneurs Sylvie Giroux, Laura Mira Teodorescu, Philippe Gubenco et Pierre-Luc Tessier. Ainsi, Berk Tunali, Maxime St-Hilaire, Alex Lépine, Juliette Bégin, Bianca Fernandez, Catherine-Isabelle Denys.-Slowek, Nicolas Ocana-Lavoie, Philippe Leblanc, Rémus Hebhamg-Balan, Emma Gabrielle Gorman et Laura Vasilescu ont pu fouler les courts de différents sites floridiens, dont ceux de Tropical Park, Maxwell Park, Salvador Park et Key Biscayne! Quelques participants présents lors de la Conférence nationale Récré-tennis. ©Tennis Québec PHILIP GUBENCO ET LAURA MIRA TEODORESCU : ENTRAÎNEURS DE LA DÉLÉGATION QUÉBÉCOISE DE TENNIS AUX JEUX D’ÉTÉ DU CANADA DE 2017 ©Courtoisie Sylvie Giroux entourée de Juliette Bégin et de Nicolas Ocana-Lavoie, tous deux vainqueurs du tournoi de Casely, en Floride. TOURNÉE QUÉBÉCOISE EN FLORIDE (DÉCEMBRE 2015) L’ÉDITION 2015 DE LA CONFÉRENCE NATIONALE RÉCRÉ-TENNIS : UNE RÉUSSITE! © Courtoisie DÉCÈS DE GUS MORHART, FIGURE IMPORTANTE DU TENNIS AU CANADA ENTRE FILETS
  23. 23. TENNIS-MAG 44 No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec LES PARTENAIRES MAJEURS DE TENNIS QUÉBEC ONT LE TENNIS À COEUR ET SOUHAITENT, COMME NOUS, TRANSMETTRE CETTE PASSION AUX GÉNÉRATIONS À VENIR. Merci aux partenaires de tennisQuébec Vêtement officiel Fournisseur officiel Communication sans fil Commanditaire en titre Tournée Sports Experts Fournisseur officiel Raquettes et filets Partenaire majeur Tournée scolaire Fournisseur Véhicule officiel Balle officielle Présentateur Tournée Sports Experts Commanditaire en titre Rendez-vous Miele www.so-stab.com 1 2 3 ACHETEZ VOTRE FICHE DE TENSIONS PERSONNALISÉES IMPRIMEZ VOTRE FICHE DE TENSIONS PERSONNALISÉES FAITES CORDER VOTRE RAQUETTE PAR VOTRE CORDEUR HABITUEL 3ÉTAPES FACILES à l’IMPACT torque, choc & vibration à l’IMPACT stabilité de raquette RECORDAGE CONVENTIONNEL RECORDAGE SOSTAB® Conçu pour les gens les plus exigeants. Voici la toute première cuisinière Miele. Combinant un design européen audacieux et les toutes nouvelles innovations technologiques en matière de préparation des aliments, la cuisinière de fabrication allemande Miele est le tout premier appareil du genre offert sur le marché canadien. Enfin, une cuisinière qui s‘intégrera parfaitement au design des cuisines modernes et qui saura satisfaire les goûts des gens les plus exigeants. miele.ca.
  24. 24. TENNIS-MAG TENNIS-MAG 46 47No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec La Fondation de l’athlète d’excellence a fêté son 30e anniversaire lors d’un gala tenu, le 25 novembre dernier, à l’Hôtel Sheraton Laval. Des bourses totalisant 253 000 $ ont été remises pour l’occasion et le plan straté- gique 2015-2020 – dont le thème est « Unis pour la réussite » – a été dévoilé. Boursiers, anciens boursiers, commanditaires, donateurs, partenaires de la Fondation et membres de la communauté sportive québécoise étaient tous de l’événement. La Fondation de l’athlète d’excellence du Québec est un organisme qui regroupe des intervenants de divers milieux, notamment du milieu des affaires, de l’éducation et du sport. L’organisation a pour mission de soutenir financièrement et d’appuyer les étudiants-athlètes dans leur poursuite de l’excellence académique et sportive et de contribuer à la promotion de modèles dans la société québécoise. En 2015, l’organisation a octroyé tout près de 1,2 million de dollars en bourses à plus de 425 étudiants-athlètes de partout au Québec. Les joueurs de tennis Alexis Galarneau, Simon Sauvé, Razvan Baiant, Tiffany Lagarde, Nicaise Muamba, Marie-Alexandre Leduc et Élisabeth Desmarais ainsi que le joueur de tennis en fauteuil roulant, Philippe Bédard, sont au nombre des récipiendaires. Les joueurs de tennis Milos Raonic et Eugenie Bouchard ont été sacrés Joueurs de l’année Birks 2015 par Tennis Canada. Il s’agit d’une cinquième consécration consécutive pour l’Ontarien alors que la Québécoise reçoit le prix pour une troisième année d’affilée. Le Britanno-colombien Vasek Pospisil s’est quant à lui vu décerner les titres de Joueur de double de l’année ainsi que celui du Joueur le plus amélioré. Chez les femmes, c’est l’Ontarienne Gabriela Dabrowski qui a été nommée Joueuse de double de l’année alors que Carol Zhao remportait le titre de la Joueuse la plus améliorée. Rappelons que Milos Raonic a, en 2015, connu de notables performances, notamment au tournoi de Saint-Pétersbourg où il a remporté les grands honneurs. Il s’est par ailleurs hissé jusqu’au 4e rang mondial en simple, une première pour un Canadien. Eugenie Bouchard, pour sa part, a atteint les quarts de finale du premier Grand Chelem de la saison, les Internationaux d’Australie. La Québécoise a également accédé au quatrième tour à Indian Wells et aux huitièmes de finale des Internationaux des États-Unis. Après une victoire à l’International Apia de Sydney le 11 janvier dernier, Daniel Nestor est devenu le premier joueur de l’histoire à franchir le cap des 1 000 victoires en double sur le circuit ATP World Tour et le quatrième joueur, toutes catégories confondues, à atteindre ce plateau. Le Canadien rejoint ainsi Jimmy Connors, Ivan Lendl et Roger Federer au rang des joueurs ayant signé 1 000 victoires ou plus en carrière. Ayant pris la mesure de Jérémy Chardy et de Leander Paes, 6-4, 6-4, c’est en compagnie de Marcelo Melo que le quadragénaire a signé sa 1 000e victoire. C’est en janvier 1993, aux côtés de son compatriote Sébastien Lareau, que Nestor avait enregistré sa première victoire, à Auckland, en Nouvelle-Zélande. Vingt-trois ans plus tard, Nestor est encore bien présent sur le circuit. « Remporter un 1 000e match est vraiment spécial, principalement devant ma famille », commentait Nestor. « Ils ont tous fait le long voyage en Australie pour cette raison. C’est agréable de pouvoir célébrer avec les gens qui m’ont soutenu durant toutes ces années et qui ont assisté à la plupart de mes victoires. » Cinq champions de collectivité Récré-tennis ont reçu, de la part de Tennis Québec, une distinction lors de la dernière Conférence nationale Récré-tennis tenue, les 21 et 22 novembre 2015, au Stade Uniprix. Norman Rothsching de Granby, Jimmy Lavoie de Casselman, Michel D’Aoust de Laval, Junior Audate Dupuis de Parc Extension et Yvon Gosselin de Rivière-du-Loup ont chacun reçu un prix pour le travail colossal qu’ils ont accompli pour promouvoir le tennis dans leur communauté respective. NESTOR FRACASSE LE RECORD DES 1000 VICTOIRES EN CARRIÈRE CINQ CHAMPIONS DE COLLECTIVITÉ RÉCRÉ-TENNIS RÉCOMPENSÉS ©Tennis Canada La Fondation Nordiques a procédé, l’au- tomne dernier, à la remise de 130 bourses, parmi lesquelles 123 étaient destinées aux athlètes-étudiants. Les joueurs de tennis Élisabeth Desmarais, 14 ans, et Brannagh Pattison-Blouin, 16 ans, sont au nombre des récipiendaires. Les deux athlètes, natifs de la Capitale-Nationale, ont reçu une bourse de 1 500 $ chacun. Élisabeth Desmarais a accompli des prouesses lors des Championnats canadiens Rogers chez les moins de 14 ans en 2014 alors qu’elle s’est adjugé la médaille d’or en double. Quelques mois plus tard, en 2015, elle décrochait une autre médaille d’or en double, cette fois lors des Championnats québécois chez les moins de 16 ans. Loin d’elle l’idée de se satisfaire de ces performances, elle a maintenu une moyenne de 86 % à l’École Antoine-de- St-Exupéry l’année dernière. Elle occupe présentement le 6e rang québécois chez les moins de 16 ans. Brannagh Pattison-Blouin, quant à lui, occupe présentement le 18e rang chez les Québécois de moins de 18 ans. À l’hiver 2015, l’athlète qui s’entraîne au Club de tennis Île-des- Sœurs a raflé une seconde place en double lors des Championnats québécois de tennis intérieur chez les 16 ans et moins en plus de récolter une quatrième place en simple. En juillet dernier, il s’est une fois de plus offert une place sur le podium alors qu’il devenait finaliste des Championnats québécois de tennis extérieur en double. LA FONDATION DE L’ATHLÈTE D’EXCELLENCE SOUFFLE 30 BOUGIES MILOS RAONIC ET EUGENIE BOUCHARD NOMMÉS JOUEURS DE L’ANNÉE BIRKS 2015 PAR TENNIS CANADA ÉLISABETH DESMARAIS ET BRANNAGH PATTISON-BLOUIN, BOURSIERS DE LA FONDATION NORDIQUES 2014-2015 Norman Rothsching (à droite), champion de la Collectivité nommée recrue de l’année au Québec en 2014-2015, félicité par Jérôme Ouellet, agent de développement àTennis Québec. ©Tennis Québec ©Tennis Canada Tableau D’HONNEUR
  25. 25. 48 49No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec LU,VUETENTENDUPARÉLIANECANTIN Quand l’entraîneur de Serena Williams, le Français Patrick Mouratoglou a besoin d’une petite pause, il refile le travail à sa fille Juliette! Milos Raonic, 1,96 m, semble perdre quelques centimètres quand il est en compagnie de sa copine! Onpourraitdifficilementdemanderphotoplusmignonne,non? Les frères Murray se sont mis sur leur 31 pour célébrer Noël! Comment pourrait-on ne pas tomber sous le charme? La Coupe Hopman, tenue à Perth en Australie, donne souvent lieu à de cocasses situations, les résultats des participants n’étant pas comptabilisés dans les classements ATP et WTA. Dans son match contre Lleyton Hewitt, Jack Sock a carrément conseillé à son adversaire de contester une balle de service qui avait été appelée à l’extérieur par l’arbitre. « Conteste-la », lui a-t-il crié de l’autre bout du terrain. Et la balle était effectivement… à l’intérieur! Pour visionner la vidéo : Les joueurs qui seraient tentés de monter au filet contre Roger Federer devraient y penser à deux fois avant de passer à l’action. Robin Haase, lui, l’a appris à ses dépens! Après avoir fréquenté quelque temps le joueur de tennis Radek Stepanek, Petra Kvitova a annoncé ses fiançailles avec le joueur de hockey tchèque, Radek Meidl. Dans tous les cas, la Tchèque n’aura pas à redouter de se tromper de prénom en appelant son amoureux! Y aurait-il un futur grand musicien dans la famille Djokovic? Dans tous les cas, à voir la réaction du fils de Novak devant un concert de violon, on peut certainement présumer qu’il y a, du moins, intérêt! Pour visionner la vidéo :
  26. 26. TENNIS-MAG 51No 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec50 No 102 - Février 2016 - Par Tennis QuébecNo 102 - Février 2016 - Par Tennis Québec Ana Ivanovic est Serbe, mais avouez qu’elle ferait une belle Indienne! De passage à Delhi, la 16e joueuse mondiale a probablement fondu dans le décor en enfilant ce sari! Et bien, et bien! Comme ça, Gaël Monfils et Caroline Wozniacki vont au cinéma ensemble? Si Nick Kyrgios avait comme résolution d’adopter une meilleure attitude en 2016, elle lui sera sortie de la tête assez rapidement. Opposé à Andy Murray lors de la Coupe Hopman tenue du 3 au 9 janvier dernier, l’Australien a semblé agacé par la foule, laquelle semblait avoir un petit penchant pour l’Écossais. « Es-tu en train de jouer? » a-t-il crié à un spectateur qui donnait son opinion à voix haute. « Veux-tu descendre sur le terrain et jouer? Tu n’as qu’à t’asseoir sur ton confortable siège. Tu n’as qu’à t’asseoir sur ton confortable siège et regarder [le match] » a-t-il renchéri. Novak Djkovic l’imitateur est de retour! Sa dernière victime? Rien de moins que John McEnroe! Le numéro 1 mondial s’est prêté au jeu dans le cadre d’une publicité de la banque australienne ANZ. Cette dernière a remis 2 dollars austra- liens à World Vision pour chaque « selfie » accompagné du hashtag #HeadbandforGood publié sur les réseaux sociaux. ON VOUS ATTEND! .COM 1-855-711-ALBI☎

×