SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  31
Télécharger pour lire hors ligne
ISBN 92-64-29839-8
77 2002 06 2 P
Logistique des transports
DÉFIS ET SOLUTIONS
Logistique
des transports
DÉFIS ET SOLUTIONS
La mondialisation et les progrès des technologies de l’information et des communications ont
refaçonné les caractéristiques du commerce mondial. Aujourd’hui, les entreprises compétitives au
niveau international gèrent leurs activités par le biais de réseaux globaux intégrés conçus pour
répondre avec efficacité et sérieux aux demandes du marché d’où qu’elles viennent. Cette tendance a
donné le jour aux termes « logistique globale » ou « gestion de la chaîne d’approvisionnement ».
En outre, les préoccupations environnementales croissantes exigent une logistique qui soit non
seulement efficace mais également favorable au développement durable.
Comment les gouvernements perçoivent-ils l’état actuel des systèmes logistiques ? Existe-t-il une
vision partagée des réseaux logistiques mondiaux à développer sur laquelle les gouvernements
pourraient fonder leurs réflexions ? Quelles sont les contraintes pour parvenir à des réseaux
logistiques efficaces et respectueux de l’environnement ?
Le projet TRILOG de l’OCDE vise à fournir une perspective sur ces questions clés grâce à l’échange
d’approches et d’expériences relatives à la logistique du transport de marchandises en Asie-Pacifique,
en Europe et en Amérique du Nord. Ce rapport cherche à identifier les contraintes et à analyser les
problèmes communs aux trois régions. Il propose des solutions et des approches susceptibles de
faciliter le développement de politiques visant à promouvoir une logistique efficace et durable au
niveau international.
-:HSTCQE=W^]X^W:
www.oecd.org
«
Les livres, périodiques et données statistiques de l'OCDE sont maintenant disponibles sur www.SourceOECD.org,
notre bibliothèque en ligne (en anglais seulement).
La version anglaise de cet ouvrage est disponible sur SourceOECD dans le cadre de l'abonnement aux thèmes suivants :
Emerging Economies
Industry, Services and Trade
Transport
Demandez à votre bibliothécaire des détails concernant l'accès aux publications en ligne ou contactez-nous à
SourceOECD@oecd.org
ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES
Logistique des transports
DÉFIS ET SOLUTIONS
ORGANISATION DE COOPÉRATION
ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES
En vertu de l’article 1er de la Convention signée le 14 décembre 1960, à Paris, et entrée en vigueur
le 30 septembre 1961, l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a pour
objectif de promouvoir des politiques visant :
– à réaliser la plus forte expansion de l’économie et de l’emploi et une progression du niveau de
vie dans les pays Membres, tout en maintenant la stabilité financière, et à contribuer ainsi au
développement de l’économie mondiale ;
– à contribuer à une saine expansion économique dans les pays Membres, ainsi que les pays non
membres, en voie de développement économique ;
– à contribuer à l’expansion du commerce mondial sur une base multilatérale et non discriminatoire
conformément aux obligations internationales.
Les pays Membres originaires de l’OCDE sont : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le
Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, la
Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et la Turquie. Les pays suivants
sont ultérieurement devenus Membres par adhésion aux dates indiquées ci-après : le Japon
(28 avril 1964), la Finlande (28 janvier 1969), l’Australie (7 juin 1971), la Nouvelle-Zélande (29 mai 1973),
le Mexique (18 mai 1994), la République tchèque (21 décembre 1995), la Hongrie (7 mai 1996), la Pologne
(22 novembre 1996), la Corée (12 décembre 1996) et la République slovaque (14 décembre 2000).
La Commission des Communautés européennes participe aux travaux de l’OCDE (article 13 de la
Convention de l’OCDE).
Also available in English under the title:
Transport Logistics
SHARED SOLUTIONS TO COMMON CHALLENGES
© OCDE 2002
Les permissions de reproduction partielle à usage non commercial ou destinée à une formation doivent être
adressées au Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris,
France, tél. (33-1) 44 07 47 70, fax (33-1) 46 34 67 19, pour tous les pays à l’exception des États-Unis. Aux États-Unis,
l’autorisation doit être obtenue du Copyright Clearance Center, Service Client, (508)750-8400, 222 Rosewood Drive,
Danvers, MA 01923 USA, ou CCC Online : www.copyright.com. Toute autre demande d’autorisation de reproduction ou de
traduction totale ou partielle de cette publication doit être adressée aux Éditions de l’OCDE, 2, rue André-Pascal,
75775 Paris Cedex 16, France.
3
AVANT PROPOS
La mission du Programme de recherche en matière de transports routiers et liaisons intermodales
(RTR) est de promouvoir le développement économique dans les pays de l’OCDE en améliorant la
sécurité, l’efficacité et la durabilité du transport grâce à un programme de recherche en coopération sur les
transports routiers et intermodaux. Pour parvenir à cet objectif, le Programme recommande des options
pour l’élaboration et la mise en œuvre de politiques efficaces de transport dans les pays Membres de
l’OCDE et favorise les activités d’ouverture pour les pays non-membres. L'ensemble des 30 pays Membres
participe au Programme.
Le Projet sur la logistique trilatérale (TRILOG) a été initié en 1996 dans le cadre du Programme
RTR afin de stimuler un échange d’approches et d’expériences relatives à la gestion multimodale, à la
logistique du transport de marchandises et aux défis stratégiques associés rencontrés aux niveaux
multirégional et international. Le projet a été conduit par trois groupes de travail représentant l’Asie-
Pacifique, l’Europe et l’Amérique du Nord et qui ont produit trois rapports régionaux. Le Japon, la
Direction Générale VII de la Commission Européenne (maintenant DG TREN) et les États-Unis ont
présidé les trois groupes de travail respectifs.
Ce rapport vise à identifier les problèmes communs aux trois régions et à proposer des solutions,
et ainsi à développer des options politiques en vue d’une action en coopération pour faciliter
l’accomplissement de réseaux logistiques efficaces au niveau international.
4
RÉSUMÉ ANALYTIQUE
Avec la globalisation croissante de l’activité économique et le développement rapide des
technologies de l’information et des communications, les entreprises cherchent à développer et à organiser
des réseaux mondiaux stratégiques et efficaces. Ces réseaux, que l’on appelle souvent logistique globale,
visent à intégrer les sources d’approvisionnement, la production et la distribution des produits.
Afin de promouvoir de tels réseaux globaux de logistique, qui soient également compatibles avec
les objectifs de développement durable, les gouvernements doivent développer et mettre en œuvre des
politiques de transport cohésives à la fois au niveau individuel et collectif. Par conséquent, des études en
collaboration sont nécessaires pour échanger les approches et expériences des différentes régions. Trois
groupes de travail, représentant l’Asie-Pacifique, l’Europe et l’Amérique du Nord, et ayant chacun produit
un rapport régional, ont cherché à identifier les problèmes et à proposer des solutions pour leur propre
région.
Ce rapport vise à identifier et incorporer les questions communes aux trois régions et à
développer des options stratégiques afin de faciliter le développement en coopération de systèmes globaux
de logistique.
Domaines Aspects économiques et administration, planification de la circulation et des
transports.
N° domaines 10, 72.
Mots-clés Demande (économique), économie, éducation, efficacité, financement,
gouvernement (national), harmonisation, intégration (transport), international,
logistique, opérateur de transport, politique, système de transport intelligent,
transport de marchandises, transport intermodal (marchandises), viabilité.
5
TABLE DES MATIÈRES
AVANT PROPOS .......................................................................................................................................... 3
RÉSUMÉ ANALYTIQUE............................................................................................................................. 4
NOTE DE SYNTHÈSE.................................................................................................................................. 7
CHAPITRE I : Logistique de transport à l'échelle mondiale ........................................................................ 13
1.1. Développement des réseaux commerciaux ........................................................................................ 13
1.2. Tendance de la logistique................................................................................................................... 13
1.3. Recommandations politiques ............................................................................................................. 19
CHAPITRE II : Developpements des Technologies de l'Information et des Communications (TIC) comme
support de la logistique................................................................................................................................. 23
2.1. Avancée de la logistique dans la société de l’information................................................................. 23
2.2. Effets des technologies avancées de l’information et de l’innovation technologique sur la
logistique.................................................................................................................................................. 24
2.3. Recommandations politiques ............................................................................................................. 26
CHAPITRE III : Intermodalité et logistique ................................................................................................. 29
3.1. Le besoin de transport durable ........................................................................................................... 29
3.2. Caractéristiques du transport intermodal............................................................................................ 29
3.3. Logistique et transport intermodal ..................................................................................................... 30
3.4. Obstacles au transport intermodal...................................................................................................... 30
3.5. Recommandations politiques ............................................................................................................. 32
CHAPITRE IV : Fourniture d’infrastructures logistiques............................................................................. 37
4.1. Nécessité de développer les infrastructures logistiques ..................................................................... 37
4.2. Nécessité de nouveaux mécanismes de financement et d’exploitation.............................................. 37
4.3. Partenariat entre les secteurs public et privé...................................................................................... 38
4.4. Minimiser les coûts des projets d’infrastructure ................................................................................ 39
4.5. Répartition des coûts.......................................................................................................................... 40
4.6. Questions régionales .......................................................................................................................... 41
4.7. Recommandations politiques ............................................................................................................. 41
CHAPITRE V : Besoins de compétences et de formation ............................................................................ 45
5.1. Les caractéristiques du marché du travail dans l’industrie de la logistique ....................................... 45
5.2. Mutation de l’industrie de la logistique ............................................................................................. 45
5.3. Effets de la mutation de l’industrie de la logistique sur les ressources humaines.............................. 46
5.4. Recommandations politiques ............................................................................................................. 47
CHAPITRE VI : Évaluation des systemes de logistique — Indicateurs ....................................................... 49
6.1. Pourquoi élaborer des indicateurs de performance de logistique ?.................................................... 49
6.2. Le besoin de nouveaux indicateurs .................................................................................................... 49
6
6.3. Recommandations pour élaborer de nouveaux indicateurs................................................................ 50
RÉFÉRENCES ............................................................................................................................................. 53
ANNEXE...................................................................................................................................................... 54
7
NOTE DE SYNTHÈSE
Le monde international des affaires vit une période de mutation rapide. Les tendances à la
mondialisation, à la logistique intégrée et au développement des technologies de l’information et des
communications (TIC) sont en train de remodeler les schémas du commerce mondial et par voie de
conséquence, les flux commerciaux matériels. Cette restructuration contribue à la croissance économique,
à une meilleure affectation des ressources, à une plus grande liberté de choix du consommateur en même
temps qu’elle accroît la concurrence.
Pour être compétitives dans le monde, les entreprises organisent des réseaux stratégiques à
l’échelle internationale qui sont capables de répondre avec efficacité et qualité à la demande de n’importe
quel segment du marché mondial. L’organisation efficace et intégrée de ces activités fait souvent référence
à la logistique mondiale ou à la gestion d’une chaîne d’approvisionnement (GCA) et elle est devenue le
nerf de la force de compétition à l’échelle mondiale.
Le réseau logistique mondial sert de système circulatoire à sa correspondance : la chaîne de
valeurs ajoutées à l’échelle mondiale dont les composantes variées du réseau logistique remplissent
différentes fonctions de manière organisationellement unifiée. C’est pourquoi, pour faire d’une région un
élément clé du réseau logistique mondial, il est nécessaire de forger une vision sur la façon de positionner
la région stratégiquement dans le contexte de l’ensemble du réseau mondial de logistique. Pour atteindre
cet objectif, les États, à fois individuellement et collectivement, devront élaborer et mettre en œuvre des
politiques systématiques visant à réaliser cette vision. L’essence de cette compétence logistique mondiale
s’applique également au secteur privé.
En même temps, parmi les préoccupations environnementales croissantes, une logistique
matérielle efficace n’est plus déliée des objectifs de développement durable. Désormais, la compétence
logistique mondiale nécessite des considérations multiples dans une perspective bien plus large englobant
le besoin d’une logistique respectueuse de l’environnement.
Pour créer au XXIe
siècle un réseau logistique efficace et qui ne porte pas atteinte à
l’environnement, des études menées en commun sont nécessaires pour comprendre l’état actuel des
systèmes logistiques à l’intérieur des différentes régions et entre elles et pour définir les problèmes
spécifiques à chaque région. Dans ces études, l’avancement de la logistique doit être évalué non seulement
du point de vue de la compétitivité industrielle ou nationale mais également du point de vue de
l’optimisation sociale globale en tenant compte des consommateurs, des chargeurs, des fournisseurs de
services logistiques et des perspectives gouvernementales. C’est un appel à une vision de réseaux
logistiques mondiaux fondés sur des intérêts mondiaux et un cadre commun entre les régions. Il faudra
présenter des politiques et des directives concrètes aux gouvernements et aux entreprises privées qui leur
permettront de définir les voies du développement pour réaliser cette vision.
Le but du projet TRILOG de l’OCDE est de stimuler l’échange d’approches et d’expériences de
la gestion multimodale, de la logistique du transport de marchandises et des enjeux politiques connexes
rencontrés à l’échelle multi-régionale et internationale. Le projet a été lancé en 1996 dans le cadre du
Programme de l’OCDE de coopération dans le domaine de la recherche en matière de transports routiers et
de liaisons intermodales (Programme RTR).
8
Un thème central consiste à déterminer les questions cruciales aux niveaux régional et mondial,
puis à comparer ou à suggérer des solutions et des méthodes susceptibles de faciliter l’élaboration de
politiques adaptées en vue de promouvoir une logistique efficace des transports. Les solutions ou
suggestions doivent conduire à des politiques plus favorables au développement du secteur privé, à
l’harmonisation des réglementations, à la normalisation et au recours à des technologies et des pratiques
qui améliorent le niveau général de l’efficacité des transports intégrés.
Le projet TRILOG a été entrepris par trois groupes de travail représentant les régions d’Asie-
Pacifique, d’Europe et d’Amérique du Nord. Le Japon, la Direction générale VII des transports de la
Commission européenne (maintenant appelée DG TREN) et les États-Unis ont présidé respectivement les
trois groupes de travail. Dans le rapport, les termes de « logistique (avancée) » et « gestion de la chaîne
d’approvisionnement » sont indifféremment utilisés. Logistique (avancée) fait référence au concept « …de
synchronisation des activités des nombreuses organisations impliquées dans la chaîne logistique et
l'échange en temps réel des informations nécessaires aux organisations présentes dans les secteurs de la
production et/ou de la distribution physique, grâce à l'utilisation maximale des réseaux télématiques et
numériques » (OCDE 1992, 1996). Cette définition étend le concept original de gestion logistique vu
comme un processus itératif qui cherche à optimiser le flux des matières et des approvisionnements en
partant de l’organisation pour aller jusqu’au client (Christopher, 1999). L’Europe utilise le terme de
« gestion de la chaîne d’approvisionnement » tandis que l’Amérique du Nord et l’Asie-Pacifique utilisent
généralement le terme de « logistique » (avancée). Ainsi, la logistique et la gestion de la chaîne
d’approvisionnements sont considérées étendre les concepts de logistique aux consommateurs et aux
fournisseurs, quelles que soient les frontières géographiques et organisationnelles.
Le présent rapport plénier TRILOG vise à déterminer les questions communes aux trois régions,
à les rassembler et, sur cette base, à élaborer des options de politique en vue d’une action de coopération
qui facilite la réalisation de systèmes de transport internationaux harmonieux. Les modes de travail sont en
mutation (par exemple, par le commerce électronique) sans qu’on en connaisse clairement l’évolution, ni la
direction qui sera prise, ni les causes exactes de cette évolution et la façon de la contrer ou de la
promouvoir. Le rapport porte sur les résultats communs aux trois régions et sur les recommandations qu’ils
ont suscitées. Il doit donc être considéré comme une vue d’ensemble plutôt qu’une suite de conclusions
définitives.
Résultats communs et recommandations
− La tendance à la mondialisation et à la logistique est en voie de remodeler les activités de
transport. De nouvelles utilisations stratégiques de la logistique vont continuellement changer
la nature et la culture des modes de fonctionnement des entreprises ; les gouvernements
devront se mesurer à ces changements. L’avantage stratégique de la logistique sera
vraisemblablement plus prononcé en termes d’améliorations de la coordination et de la
planification, ce qui engendrera des gains d’efficacité de transport. Il est cependant important
pour les gouvernements de comprendre pleinement les concepts de logistique et de stimuler
la compétitivité économique pour arriver à un développement économique positif. Dans le
même temps, les gouvernements doivent réduire tout impact négatif de façon à arriver à une
approche plus équilibrée de la croissance économique, notamment du développement
durable.
− Actuellement, la capacité des gouvernements à promouvoir des systèmes logistiques globaux
est limitée par les contraintes organisationnelles et institutionnelles internes ainsi que par un
manque de connaissance de l’évolution de la logistique et des effets de leurs actions
politiques. Souvent, la politique de transport du fret est la traduction d’une réflexion modale
9
qui ne tient pas compte comme il se doit du besoin de gestion intégrée du fret requise par les
opérateurs de transport.
− Pour accroître la compétitivité en favorisant les opportunités offertes par la logistique et
également en assurant le développement durable, les gouvernements doivent élaborer un
cadre de politiques intégrées pour atteindre des objectifs socio-économiques plus larges.
L’éventail des questions de politique qui affectent l’efficience et la viabilité des systèmes
logistiques globaux est vaste et va au-delà de la compétence des organes gouvernementaux
dont le rayon d’action est étroit et dont le rôle est limité à l’amélioration des performances du
secteur des transports. Egalement, en raison de l’interrelation des transports et de la logistique
avec le commerce international, la finance internationale, le développement économique
durable, le changement climatique mondial et les préoccupations régionales et locales, le
cadre des politiques doit être considéré dans un contexte beaucoup plus large et
éventuellement faire l’objet d’une coordination internationale.
− Dans ce cadre général, un éventail d’incitatifs et de contraintes doit être envisagé étant donné
les variétés régionales des conditions « locales ». La logistique est utilisée différemment
selon les pays dans la mesure où ils ne connaissent pas le même stade de développement et
évoluent dans des contextes culturels diversifiés. De nombreux gouvernements, dont ceux
d’Asie, ont encore une compréhension très limitée de la logistique. Plusieurs pays souffrent
d’une connaissance insuffisante des logistiques spécialisées ainsi que d’une absence de prise
de conscience plus générale de l’importance de la logistique et sont, par conséquent,
incapables de formuler des politiques cohésives pour gérer les logistiques. Par ailleurs, les
concepts modernes de logistique comme le transport intermodal n’ont pas encore pénétré ces
pays. Néanmoins, toutes les régions doivent répondre aux développements actuels des
logistiques et au besoin de solutions de transport efficaces et respectueuses de
l’environnement.
− L’efficacité et l’efficience des actions politiques pourraient être analysées par des études
comparatives. Une difficulté majeure rencontrée dans la présente étude a été constituée par le
manque d’informations disponibles pour comparer et opposer les différentes régions. Bien
que l’évaluation des performances des systèmes logistiques et de l’efficacité des politiques
pourrait être possible par le recours à des indicateurs de performance appropriés, on ne
dispose pas actuellement d’indicateurs ni de données pour suivre l’évolution de la logistique.
C’est pourquoi, il est nécessaire de mener en coopération une recherche pour élaborer ces
indicateurs et définir des spécifications de données pertinentes pour les politiques. Il est
également nécessaire d’établir la comparabilité des collectes de données par une base de
données statistiques coordonnée afin de mettre en partage des données entre tous les
participants.
− Le recours stratégique aux technologies de l’information et des communications (TIC) est
déterminant pour réaliser des systèmes de logistique avancés. En revanche, le rythme rapide
de l’évolution de ces technologies pose un défi. Son application accrue à la logistique qui
conduit à un développement souple et rapide des transports à l’échelle mondiale peut causer
une menace à la viabilité, sauf définition rigoureuse des exigences politiques. De nombreux
gouvernements tardent à élaborer un cadre politique capable de promouvoir l’usage efficace
de ces technologies au profit de l’efficacité et de la viabilité des transports.
− Bien que la scène internationale ait peu le sentiment d’urgence en matière de mobilité
durable, il est essentiel de formuler les instruments politiques qui rendent compatibles le
développement de la logistique et la durabilité. C’est pourquoi, les gouvernements doivent
10
renforcer la capacité de la logistique avancée des transports à contribuer au développement
durable des transports dans le contexte de la mondialisation croissante de l’activité
économique.
− La logistique crée des possibilités d’extension du transport intermodal de marchandises en
augmentant le volume et la longueur des flux et en tirant avantage des meilleures possibilités
de planification et de coordination offertes par les TIC. En cela, la logistique pourrait
concourir aux objectifs de durabilité en améliorant le niveau de service offert par le transport
intermodal pour le rendre plus attractif aux chargeurs. Toutefois, cet objectif exigera des
interventions coordonnées des gouvernements, notamment une harmonisation des
réglementations et la normalisation des cadres d’utilisation des technologies et des
infrastructures. Il est nécessaire d’entreprendre des recherches sur les mécanismes comme les
« normes fondées sur les performances » pour faciliter l’innovation et l’adoption de nouvelles
technologies d’infrastructures et d’exploitation par une réforme des réglementations.
− Les réseaux intégrés d’infrastructure des transports sont les préalables aux systèmes
logistiques mondiaux. Dans de nombreux pays d’Asie, le développement des infrastructures
de fret est une question déterminante. Le développement de la logistique en Asie n’a pas suivi
le rythme rapide de la croissance et est très en retard par rapport à l’Europe et l’Amérique du
Nord. Il y a un déséquilibre entre la quantité d’infrastructures de transport et les mesures
institutionnelles entre les différents pays d’Asie qui conduit à des manques et des
inefficacités dans le système logistique.
− Dans les pays développés et dans les pays en développement, les instruments financiers à la
disposition des gouvernements pour développer les infrastructures ne sont pas encore
suffisamment souples, répandus, ou transparents pour couvrir et servir les besoins actuels. Le
potentiel pour trouver des dispositifs de financement innovateurs comme des partenariats
entre secteurs public et privé doit être exploré.
− La logistique et les développements des TIC modifient la demande de compétences. Des
systèmes de qualification et de formation améliorés sont nécessaires pour répondre à cette
évolution. Le développement des ressources humaines nécessaires à l’industrie du fret doit
être considéré comme étant du ressort du secteur privé et du secteur public. Comme le niveau
de compétences diffère selon les pays, les pays en développement peuvent avoir besoin
d’assistance pour établir des cours de formation dans leurs pays.
− Pour établir des systèmes logistiques mondiaux efficaces, il est essentiel de mener une
coopération et une collaboration étendues entre les entreprises privées, les gouvernements
et les organisations internationales. Les gouvernements doivent préparer un cadre de
développement des systèmes logistiques mondiaux avancés qui prévoie une solution aux
questions importantes de frontières comme les procédures de dédouanement, la
déréglementation, le développement et la maintenance des systèmes intermodaux. C’est
pourquoi, il est conseillé aux gouvernements de coopérer et d’intégrer leurs politiques au
niveau mondial, par exemple en harmonisant leur législation, en rationalisant les opérations
qui utilisent la TIC dans les systèmes de dédouanement, en normalisant les nouvelles
technologies pour favoriser les opérations transparentes, les systèmes de formation et de
qualification compatibles, et d’étendre l’échange d’informations entre tous les intervenants
concernés.
− Comme de nombreuses technologies, particulièrement celles qui sont englobées dans les
systèmes de transport intelligents (STI), en sont encore à la phase de recherche, les efforts de
11
recherche et développement sont déterminants pour le développement des systèmes de
logistique avancée. Toutefois, en raison de l’incertitude de sa rentabilité à court terme, la
recherche et développement du secteur privé doit être soutenue. C’est pourquoi, les
gouvernements doivent non seulement favoriser les efforts de recherche et développement du
secteur privé, mais, pour optimiser les possibilités de progrès technologique, ils doivent
également faciliter la mise en démonstration des solutions technologiques et rechercher des
gains de productivité par la diffusion de l’information.
13
CHAPITRE I : LOGISTIQUE DE TRANSPORT A L’ECHELLE MONDIALE
1.1. Développement des réseaux commerciaux
Une des manifestations les plus évidentes des activités logistiques est la croissance du transport
de marchandises en raison de l’expansion du commerce mondial. La mondialisation de l’industrie,
notamment des activités de planification, d’approvisionnement, de fabrication et de commercialisation a
abouti à une plus grande complexité du commerce et à un développement amplifié des réseaux de
transport.
Le développement des réseaux commerciaux a également été facilité par d’importantes tendances
réglementaires et techniques. La libéralisation du commerce, particulièrement entre les blocs commerciaux
comme la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), l’Union européenne (UE) et l’Accord de libre
échange de l’Amérique du Nord (ALENA), a supprimé les contraintes frontalières et a réduit les « coûts
tarifaires » qui les accompagnent. Les avancées de la technologie de l’information et des
télécommunications ont donné aux entreprises les moyens d’améliorer l’efficacité de leurs activités
géographiquement très dispersées.
1.2. Tendance de la logistique
Le développement des réseaux commerciaux crée différents besoins de gestion de logistique à
valeur ajoutée et donne lieu à un grand nombre de tendances individuelles de la logistique et des chaînes
d’approvisionnement.
1.2.1. Restructuration des systèmes logistiques
Les industriels sont en train de restructurer leurs systèmes logistiques en concentrant leur
production et leur capacité de stockage dans un nombre réduit de lieux géographiques. En concentrant leur
capacité de production, les entreprises optimisent les économies d’échelle en matière de production
moyennant un système logistique plus demandeur de transport et l’allongement des délais de livraison aux
clients.
La centralisation des stocks, qui a été une tendance de long terme, est maintenant une réalité sur
une plus grande échelle géographique. Les entreprises ont été sensibles aux économies de stocks tout en
minimisant les coûts de transport supplémentaires en dissociant géographiquement la tenue des stocks
toujours plus centralisée et le dégroupage qui reste décentralisé.
Les systèmes postaux de courrier et de colis ont également recours à la centralisation en
configurant leurs systèmes logistiques en système de « satellite d’échange » par lequel tout le trafic, sauf le
trafic local, passe par un système de tri centralisé.
14
1.2.2. Réalignement des chaînes d’approvisionnement
Les entreprises sont en train de réaligner leurs chaînes d’approvisionnement. Dans de nombreux
secteurs, les entreprises se sont recentrées sur leurs métiers essentiels et ont sous-traité leurs activités
connexes et ancillaires. La désintégration verticale de la production ajoute des liens supplémentaires à la
chaîne des approvisionnements et augmente l’intensité des transports dans le processus de production.
Dans le même temps, les entreprises ont régulièrement étendu l’échelle géographique de leurs
approvisionnements et des opérations de distribution. Il faut ajouter que pour surmonter la tension créée
entre une production centralisée et la personnalisation des produits, les entreprises centralisent la
production de produits standard, souvent dans des pays à main-d’œuvre bon marché et retardent la
personnalisation jusqu’à ce que les produits atteignent leurs marchés régionaux. Le nombre d’unités
chargées de la tenue des stocks est minimisé jusqu’à l’endroit où le produit est personnalisé, minimisant
ainsi le risque et les coûts des stocks et réduisant les délais de livraison.
Un exemple de cette évolution est donné par l’industrie de production des ordinateurs personnels
qui a refondu ses activités pour tirer partie de la mondialisation des réseaux de production afin de réduire
ses coûts. Pour pouvoir répondre avec flexibilité aux changements de la demande tout en évitant
d’augmenter les stocks de produits finis, cette industrie a créé un réseau mondial de produits où
l’assemblage est placé le plus près possible des marchés finals.
En ce qui concerne la livraison, la livraison directe semble prendre de l’importance pour les
produits qui présentent un ratio élevé de valeur par rapport au poids. Cette situation reflète la croissance de
la commercialisation directe, particulièrement par les media électroniques. En revanche, dans plusieurs
pays d’Europe, certains grands distributeurs prennent la responsabilité de la chaîne d’approvisionnement
depuis leurs fournisseurs jusqu’aux acheteurs finals.
En réalignant les chaînes d’approvisionnement, le transport international renforce sa
concentration sur un plus petit nombre de ports et aéroports de transit afin de profiter des économies
d’échelle.
1.2.3. Replanification du flux de produits
Le flux de produits de la chaîne des approvisionnements subit de plus en plus la contrainte du
temps. Les longues chaînes d’approvisionnement sont maintenant pressées de comprimer leurs délais de
livraison (le temps écoulé entre l’émission d’une commande et la livraison des marchandises) pour être
compétitives sur un marché étranger. Les délais de livraison peuvent varier en raison de différences de
pratiques commerciales, du degré de concentration de la distribution, du niveau du support des TIC et de la
taille du pays.
Le raccourcissement temporel du flux de produits peut faire économiser des coûts de stocks,
permettre aux entreprises de répondre plus rapidement à des cycles de vie des produits plus courts ainsi
qu’aux variations de la demande et d’augmenter la fiabilité de la livraison. Une seule façon de replanifier
les mouvements du fret est de pratiquer une livraison client au jour dit et en adoptant la livraison planifiée
dans les usines.
1.2.4. Gestion affinée des transports et de l’entreposage
La gestion des transports et de l’entreposage est affinée par l’utilisation optimale des différents
modes de transport et par le recours accru aux technologies de l’information et des communications (TIC).
15
Par exemple, l’usage sélectif des modes de transport internationaux est maintenant répandu dans l’industrie
manufacturière des ordinateurs personnels dont les pièces sont transportées par air ou par mer en fonction
de leur niveau de valeur ajoutée. Les éléments à faible valeur ajoutée sont normalement transportés par
voie maritime afin de réduire les frais de transport tandis que les pièces essentielles à forte valeur ajoutée
sont sélectionnées en fonction de la fluctuation de la demande et transportées par voie aérienne juste avant
leur assemblage. Ce procédé permet aux constructeurs de maintenir la qualité des pièces utilisées dans les
produits finis, assure la satisfaction des consommateurs et, dans le même temps, élimine le risque de
dévalorisation des stocks de produits.
Le coût réel des mouvements internationaux du fret a diminué. Le fret aérien, auparavant
considéré trop cher et trop complexe, s’est révélé une option plus viable en raison de la baisse des coûts
unitaires, des excès de capacité sur certaines lignes, de la simplification de la bureaucratie commerciale
internationale et de la croissance d’intégrateurs offrant des services complets porte à porte.
Les développements de la technologie de manutention et des véhicules offrent également la
possibilité de modifier les coûts d’exploitation des différents modes de transport du fret et conduisent à
modifier le schéma des flux du trafic.
Les TIC influenceront largement la gestion des transports et de l’entreposage, la communication
électronique tout au long de la chaîne d’approvisionnement étant configurée pour une croissance massive.
Les systèmes de positionnement et de navigation automatiques ainsi que le traitement des commandes en
temps réel, les systèmes de routage et de planification devraient se répandre. Plusieurs entreprises de
transport ont lourdement investi dans des systèmes de « traçage » pour localiser à tout moment leur envoi,
en améliorant la visibilité de la chaîne mondiale des approvisionnements pour les chargeurs et leurs clients.
Ceci est devenu un aspect clé de la gestion des inventaires.
1.2.5. Modification de la conception des produits
Une plus grande complexité et sophistication des produits conduiront à augmenter la valeur
ajoutée par unité de poids, particulièrement avec les produits finals. L’augmentation des ventes par Internet
est en train de convertir la livraison directe de CD, bandes, vidéos et logiciels en distribution électronique.
Il est également possible d’envisager d’intégrer les contingences du transport et de la logistique à un stade
précoce de la conception du produit : conception intégrée du produit avec, par exemple, la participation de
l’industrie de l’emballage et des autres acteurs de la chaîne des approvisionnements. La normalisation et
les implications de la logistique (de retour) (stockage, manutention, transport, etc.) peuvent être pris en
compte. Cela pourrait par exemple, entraîner la collecte de déchets propres (c’est-à-dire les emballages) à
partir des points de vente par les mêmes véhicules que ceux utilisés pour la distribution des produits.
1.2.6. Intégration de la logistique
Comme les activités industrielles se développent mondialement, la logistique impliquera plus de
flux matériels et d’information dans la chaîne d’approvisionnement du point source jusqu’aux clients, ce
qui va au-delà des frontières nationales. En restructurant les chaînes d’approvisionnement, la logistique
doit être gérée comme un processus intégré qui cherche à optimiser ces flux. Si toutes les entreprises
impliquées dans une chaîne d’approvisionnement particulière optimisent leur système logistique
indépendamment des autres entreprises de cette chaîne, la gestion des flux de toute la chaîne est
vraisemblablement sous-optimale. La logistique intégrée tente de surmonter ce problème.
Ce concept de logistique intégrée étend la gestion fonctionnelle aux clients, fournisseurs et
fabricants. Les entreprises ne peuvent plus se permettre de faire porter leurs efforts sur l’efficacité côté
16
offre seulement. Elles doivent utiliser leur stratégie commerciale pour qu’elle les tire vers l’intégration
côtés offre et demande de façon à construire une plate-forme qui leur permette d’obtenir un avantage
compétitif. Ceci implique l’ensemble complet des activités et des entreprises concernées par la production
et la distribution ainsi que leurs liens à l’offre. Ce concept suggère une structure sous-jacente d’activités
qui agissent au sein d’un processus de flux de matériaux et de produits. Les décisions prises dans chaque
domaine influent sur les autres de façon à ne former qu’un seul système interdépendant.
Différents niveaux d’intégration
L’intégration de la logistique industrielle couvre un spectre large. Dans une chaîne
d’approvisionnement fragmentée à plusieurs intervenants, l’intégration de la logistique industrielle peut
être lancée sous forme d’intégration fonctionnelle comme l’intégration des différentes divisions au sein de
la même entreprise responsable des activités de vente et de distribution. Les entreprises à ce niveau de
l’intégration logistique tentent d’atteindre l’excellence fonctionnelle et de gagner des avantages de coûts
dans leurs opérations de chaîne d’approvisionnement mondial appliquée aux ressources, à la conversion,
distribution et service après-vente. Les entreprises éliminent les barrières internes au lieu de les renforcer et
centrent leur attention sur les solutions tactiques (par exemple, la rationalisation des activités dépourvues
de valeur ajoutée, du capital roulant, des stocks, du service client, etc.). Ce processus peut évoluer en
intégration interne où différentes sociétés œuvrant sous la même structure d’entreprise combinent
installations, équipement, systèmes et personnels en modes flexibles de déploiement.
L’intégration la plus extensive passe par la voie commerciale ou l’intégration externe. Ce niveau
exige des entreprises qu’elles étendent leur processus de chaîne d’approvisionnement interne à la fois en
amont avec les fournisseurs de matières premières et en aval avec les consommateurs finals. De cette
façon, toutes les entreprises de la chaîne d’approvisionnement intègrent leurs activités avec celles d’autres
entreprises pour réaliser des économies d’exploitation en commun. La voie du marché devient maintenant
une entreprise virtuelle dotée de buts, systèmes, organisations, installations et gestion partagée. Les
sociétés à ce niveau travaillent à l’organisation de projets avec les fournisseurs et les clients et les
investissements sont faits en commun. Les entreprises qui atteignent ce niveau d’intégration ont le
potentiel pour atteindre les niveaux supérieurs de performance.
Si des groupes relativement petits de sociétés innovatrices ont adopté les techniques de
logistique, les outils et la technologie avancée et intégrée de l’information et des communications, la
plupart d’entre elles mettent l’accent sur l’optimisation des flux entre deux sociétés consécutives dans une
chaîne. De nombreuses entreprises sont encore aux prises avec les problèmes d’intégration interne en ce
qui concerne à la fois les activités matérielles et les systèmes d’information.
Par rapport à l’Amérique du Nord, la logistique est sous-développée en Europe et en Asie. Dans
la pratique, le développement de la logistique est en partie la conséquence de la concentration du pouvoir
(par les acquisitions et fusions) et l’exercice du pouvoir accru qui en résulte sur les autres membres de la
chaîne d’approvisionnement. On peut aussi considérer que c’est la possibilité pour les petites entreprises de
collaborer afin de réaliser des économies d’échelle dans la chaîne d’approvisionnement qu’elles n’auraient
pu réaliser individuellement.
Effet de la logistique intégrée dans la pratique des affaires à l’échelle mondiale
L’intégration progressive de la logistique dans les chaînes d’approvisionnement a eu des effets
profonds sur la pratique des affaires et notamment les tendances suivantes observées par Scary (1999) :
17
− Une forte interdépendance des entreprises ayant des liens entre elles dans le réseau des
affaires qui est devenue la nouvelle réalité de l’industrie. Les résultats d’une entreprise
individuelle affectent ceux de toutes les entreprises et déterminent les résultats finals du
réseau entier.
− Une économie plus globalisée qui lie l’approvisionnement des matériaux et des composants
de produits à la production et aux marchés par-delà les frontières nationales, invoquant les
problèmes de temps, distance, cultures et différentes préférences de marché. Elle intensifie la
concurrence et rend l’offre plus complexe en multipliant la diversité des produits, en
cherchant une plus grande efficacité tout en répondant à la diversité des marchés et à leur
évolution rapide.
− Le changement de concept de l’entreprise. Les organisations se sont séparées de leurs
activités périphériques pour se concentrer sur leurs métiers de base qui offrent une promesse
de valeur unique. C’est pourquoi, une plus grade dépendance externe force l’attention sur les
relations entre organisations pour coordonner les activités et les processus. Dans certains cas,
le basculement vers les métiers de base a conduit à la création d’organisations « virtuelles »
où la majorité des opérations ont été sous-traitées à des parties externes, y compris la
logistique à un troisième et quatrième niveaux.
− Transformation de la structure organisationnelle de l’entreprise qui passe d’une hiérarchie où
le directeur dispense la connaissance et où les travailleurs produisent, à une diffusion large de
la connaissance dans toute l’entreprise et des travailleurs qui gèrent leurs propres activités.
Cette situation rapproche les décisions prises en commun du point d’action. Dans un cadre
logistique, les relations inter-organisationnelles prennent de l’importance par contact informel
et formel tout comme les données et les systèmes d’information par-delà des frontières
organisationnelles.
− Changement de l’environnement gouvernemental générateur à la fois de problèmes et
d’opportunités. Une grande partie de la réglementation économique des transports et des
télécommunications a été libérée et a conduit à de nouvelles combinaisons de fournisseurs de
services orientés sur le marché qui offrent le transport combiné à l’entreposage, les
télécommunications, l’assemblage des produits et les services connexes. D’autres formes de
réglementations qui couvrent la protection du consommateur, l’environnement et la sécurité
remplacent les anciennes contraintes économiques.
1.2.7. Externalisation des activités logistiques
Le besoin d’externalisation
Des activités de logistique efficaces sont indispensables au bon fonctionnement des entreprises.
C’est pourquoi, les sociétés qui remplissent ces fonctions de façon remarquable ajoutent, à de multiples
égards, une véritable valeur ajoutée à l’exploitation de l’entreprise.
La mondialisation rend plus complexe le réseau de l’offre logistique en mettant en valeur le rôle
important de la distribution et des transports pour renforcer la valeur marchande des produits.
L’importance de la distribution et des transports dans le maintien de l’avantage compétitif durable d’une
entreprise rend plus sophistiquées les opérations de distribution et de transport.
18
Comme les entreprises cherchent à se recentrer sur leurs métiers de base, les activités de
logistique sont maintenant de plus en plus confiées à des fournisseurs de service extérieurs.
Logistique externalisée
Les activités de logistique sont souvent confiées par les industriels à des opérateurs tiers. Ceux-ci
sont dotés d’une plus grande expertise qui permet une meilleure flexibilité des opérations de logistique
capables de couvrir des zones géographiques plus vastes, à des coûts de fonctionnement moins élevés et
avec une meilleure qualité de service.
L’externalisation des services logistiques a été un processus à deux dimensions, les entreprises
augmentant à la fois la gamme de services qu’elles se procurent à l’extérieur et le volume de trafic confié à
un tiers. Les entreprises ont de plus en plus exigé un service de logistique intégrée adapté à leurs
exigences. Les meilleures sociétés sous-traitantes comprennent l’importance stratégique de la gestion de la
logistique et se positionnent de façon à offrir plus de services de meilleure qualité aptes à faire surmonter
les réticences de leurs clients à abandonner le contrôle de leur compétence clé. Il faut donc souligner
l’importance de la capacité du sous-traitant à coordonner et à adapter ses services.
Les clients se montrent satisfaits de leur expérience de sous-traitance à un tiers. L’externalisation
des activités logistiques devrait se développer et cette tendance a encouragé plusieurs sociétés de logistique
à l’échelle mondiale à étendre la gamme et la couverture géographique de leurs activités aux régions en
voie de développement en offrant des services plus personnalisés.
Logistique confiée à un intégrateur de services
Aujourd’hui, la plupart des fournisseurs offrent une gamme de services qui viennent compléter
les besoins et capacités spécifiques de leurs clients. La tendance générale, toutefois, veut que les tiers
soient des prestataires de services complets faisant en sorte que tous les services désirés par les clients
puissent être fournis de façon complète et économique en se fournissant aussi bien à l’extérieur de
l’entreprise qu’à l’intérieur. La logistique confiée à une quatrième partie, nouveau concept
d’externalisation de la logistique, apparaît comme la voie qui permet de faire mieux que de réduire les
coûts et le transfert d’actifs en une seule fois comme le fait un accord de sous-traitance traditionnel.
Un intégrateur de chaîne d’approvisionnement assemble et gère les ressources, capacités et
technologies de sa propre organisation avec celles de fournisseurs complémentaires pour offrir une chaîne
d’approvisionnement complète. Le succès de cette logistique repose sur l’approche du « mieux possible »
qui consiste à intégrer les activités de la chaîne d’approvisionnement et les technologies de support du
client en passant des alliances avec les meilleurs fournisseurs de services, de technologie et consultants.
Les solutions logistiques créées de cette façon sont uniques et complètes, irréalisables par un seul
fournisseur. Le développement de solutions de quatrième niveau démultiplie les capacités des opérateurs
de transport, des fournisseurs de technologie et des gestionnaires de processus pour offrir une solution de
chaîne d’approvisionnement complète par l’intermédiaire d’un point de contact centralisé.
19
1.3. Recommandations politiques
i) Nécessité d’élaborer des politiques pour stimuler la tendance à la mondialisation et la logistique
Les tendances à la mondialisation, à la logistique et au développement des technologies de
l’information et des communications, notamment du commerce électronique, combinées ensemble, vont
imposer une refonte des schémas commerciaux mondiaux et donc, des flux commerciaux matériels. Cette
restructuration conduit à la croissance économique, à une meilleure affectation des ressources, et surtout à
une plus grande liberté de choix du consommateur. Il est évident que les mesures politiques qui visent à
neutraliser la dynamique de la logistique et de la mondialisation ne sont pas envisageables. En revanche, en
fournissant le cadre sous-jacent au soutien de ces développements, les gouvernements peuvent parvenir à
une montée agrégée du bien-être social ainsi qu’à sa répartition plus équitable.
C’est pourquoi, il faut élaborer et mettre en œuvre des politiques qui font de chaque région un
composant essentiel des réseaux logistiques mondiaux. Les questions essentielles dont elles doivent tenir
compte sont les préoccupations d’ordre environnemental, l’utilisation stratégique des technologies de
l’information comme l’élaboration de cadres qui assurent cohérence et interopérabilité dans l’application
des TIC, la réglementation et déréglementation, le dédouanement, la tarification d’une logistique efficace,
la promotion des transports intermodaux et le développement des ressources humaines.
ii) Nécessité de reconnaître les effets négatifs de la mondialisation et de la logistique
L’évolution vers la mondialisation et la logistique sera dynamique et pourra nécessiter des
changements structurels produisant des effets négatifs sur certains secteurs et régions. Les entreprises qui
opèrent à l’échelle mondiale n’adhéreront pas nécessairement aux règles établies par les autorités
régionales, même au niveau de l’UE. Les processus de production sont devenus libres de toute attache.
Comme les activités de production, combinées aux choix de certains marchés, sont très importantes dans la
construction des chaînes d’approvisionnement, ces choix déterminent l’itinéraire géographique du flux
physique des marchandises et peuvent conduire à des déséquilibres régionaux.
Dans l’industrie et le commerce, les approvisionnements représentent 50 à 60 % du chiffre
d’affaires total. En utilisant les technologies de l’information, les entreprises peuvent planifier leurs
activités de production pour mieux satisfaire les commandes des utilisateurs finals et par là, synchroniser
les achats. A cet égard, le Business-to-Business (B2B) et le Business-to-Consumer (B2C) sont imbriqués.
La coordination entre le B2B et le B2C est un facteur déterminant dans la gestion des flux.
Toutefois, la croissance de la demande de transport qui accompagne ce développement peut ne
pas toujours mener à un résultat efficace en faisant pression de façon non uniforme sur les infrastructures et
l’environnement. Le nombre de véhicules de fret dans les réseaux urbains n’a cessé de croître.
Actuellement, le trafic de fret représente 15 à 20 % de l’ensemble du trafic de véhicules dans les zones
urbaines. Le commerce électronique, dans sa forme actuelle, s’appuie sur la livraison à domicile, ce qui
peut conduire à des livraisons moins groupées et donc à une augmentation du trafic de fret. Cela aura des
effets sur l’environnement et la société et pourrait engendrer des coûts importants en cas de chute brutale
de l’efficacité des livraisons qui augmenterait les coûts opérationnels de façon importante. Les implications
du commerce électronique à ce niveau dépendront de la capacité des entreprises à grouper leurs envois de
façon à améliorer les facteurs de charge des véhicules et à réduire le nombre de voyages.
Le problème posé par le groupage des services de transport, spécialement par les grandes
entreprises de transport comme les transporteurs internationaux, exige un contrôle attentif des
gouvernements et, éventuellement, qu’ils parrainent la création de groupes de travail impliquant tous les
20
acteurs du secteur pour veiller à ce que l’utilisation des TIC ne favorise pas le développement de pratiques
anti-concurrentielles. De la même façon, si la politique de la concurrence doit être une sauvegarde contre
ces développements, elle ne doit pas poser de contrainte à l’émergence de dispositions de coopération entre
concurrents dans le secteur des transports.
iii) Nécessité d’élaborer des politiques fondées sur la pleine compréhension de la logistique
Il est important pour les décideurs politiques de comprendre les concepts de la logistique et les
pratiques courantes. Savoir reconnaître les réflexions sur la logistique avancée est important pour
déterminer les meilleures pratiques. Alors seulement, l’effet macroéconomique de la gestion de la
logistique peut être complètement évalué. Toutefois, les décideurs devraient être conscients du danger
d’extrapoler les meilleures pratiques d’une entreprise individuelle, appliquées au niveau microéconomique,
en décisions politiques au niveau macroéconomique.
Avec la restructuration des chaînes d’approvisionnement, la densité de la valeur des produits
évolue avec l’espace couvert par la logistique. Dans le même temps, la densité matérielle bascule au profit
de la densité de l’information. Les systèmes d’information et de communication qui tracent les
mouvements de fret, l’informatique appliquée aux formalités de douane et les systèmes de gestion qui
déterminent les stocks dans les entrepôts et espaces de stockage sont nécessaires pour mener à bien des
opérations de logistique mondiale. Cette mutation a conduit et continuera de conduire à des changements
majeurs des schémas de distribution : le nombre d’expéditions augmentera tandis que leur taille diminuera,
ce qui, à son tour, peut avoir des conséquences importantes sur l’évolution des infrastructures dédiées.
Avec des informations précises sur le déploiement de la logistique, il devient possible de
déterminer les éléments sensibles à une réforme politique et d’élaborer des politiques qui assurent
l’efficacité et la fiabilité du transport de fret associé à la production et à la logistique globalisées.
iv) Nécessité d’élaborer des politiques de transport dans un contexte plus large
Comme les chaînes d’approvisionnement sont souvent insensibles aux coûts de transport et étant
donné l’avantage apporté en matière de tenue des stocks, de coûts de production/main-d’œuvre et d’achat,
les coûts totaux de transport doivent être analysés dans le contexte de la logistique.
Comme les entreprises cherchent à rationaliser leur production, à élargir leur espace
d’approvisionnement et à desservir un marché plus vaste, elles ont besoin de déplacer leurs marchandises
sur des distances plus grandes, ce qui augmente la demande de transport de fret et crée des problèmes de
transport et d’environnement. Toutefois, les nécessités de planning, les régimes fiscaux, l’offre de main-
d’œuvre et les économies d’échelle sont à l’origine des décisions des entreprises, et la politique de
transport des marchandises peut ne pas les influencer. C’est pourquoi, les décisions qui affectent le plus la
demande de transport de marchandises sont souvent prises sans tenir compte de la politique de transport de
fret. Pour réduire effectivement l’intensité de transport d’une économie, les gouvernements devraient
traiter la demande de transport comme faisant partie intégrante d’un cadre politique plus vaste qui pourrait
inclure, entre autres, la planification budgétaire, la politique du travail, la politique de l’environnement et la
planification régionale.
v) Nécessité de coopérer et de collaborer pour développer des réseaux logistiques efficaces et mondiaux
Comme les réseaux logistiques se développent à l’échelle mondiale, le développement intégré du
matériel de transport, les infrastructures et systèmes d’information et les systèmes pour les réseaux
21
mondiaux de logistique avancée exigent une considération attentive des facteurs sociaux. La gamme des
questions de politique publique qui affecte les réseaux logistiques mondiaux est large et dépasse les
compétences étroites des organes gouvernementaux, uniquement chargés d’améliorer les performances de
leur propre secteur des transports. A travers les pays et les régions, la diversité des acteurs impliqués dans
la logistique est placée au défi de savoir comment traiter les différentes réglementations, les demandes
d’information, les intérêts économiques, les conditions de marché et les cultures. Le degré d’implication de
chaque gouvernement dans le développement des réseaux logistiques diffère également selon les pays.
Les Pays-Bas offrent un exemple de la (future) intégration de la logistique et des flux de trafic de
fret possibles à partir de parcs industriels dans le processus de planification spatiale de ces parcs qui passe
du niveau national au niveau régional. Jusqu’à présent, il existait aux Pays-Bas de grandes différences dans
la façon dont les conseils municipaux donnent des titres de propriété aux acheteurs potentiels. Par exemple,
certains conseils refusent d’en accorder à des sociétés de services de logistique sous le simple prétexte
qu’elles ne créent pas suffisamment d’emplois par mètre carré. D’autres conseils peuvent donner la
préférence à ces sociétés en considérant qu’elles se développent elles-mêmes en un nœud logistique. Cette
situation a souvent conduit à une sous-optimisation des chaînes d’approvisionnement et à une accessibilité
inadaptée de l’industrie et du commerce aux principales infrastructures. C’est pourquoi, la mise en œuvre
de politiques gouvernementales intégrées relatives à des chaînes d’approvisionnement efficaces, non
seulement transfrontalières mais encore entre les différents niveaux de décisions politiques à l’intérieur des
frontières (national, provincial et municipal) a pu conduire à des réseaux de distribution de fret plus
efficaces.
Une coopération et une collaboration constructives entre les entreprises privées, les
gouvernements et les organisations internationales sont nécessaires au développement de réseaux
logistiques mondiaux efficaces.
vi) Nécessité d’une approche rapide et souple dans l’élaboration des politiques
Il y a inadéquation entre l’élaboration des politiques et les organisations chargées de faciliter les
activités de la chaîne logistique. Comme la logistique fait tomber les barrières fonctionnelles au sein des
entreprises, les gouvernements doivent également s’efforcer de reventiler les responsabilités fonctionnelles
des ministères traditionnels et de se montrer souples dans l’élaboration de leurs politiques.
Il est également évident que les TIC joueront un rôle essentiel dans la transformation de la
logistique et la planification de la chaîne d’approvisionnement, ce qui sous-entend que le cadre politique
sous-jacent mis au point par les gouvernements doit être souple et répondre aux besoins de l’industrie et de
la société.
vii) Nécessité d’améliorer les statistiques
Pour avoir une meilleure compréhension de la logistique, il est essentiel d’améliorer les
statistiques des flux de marchandises. Dans de nombreux pays d’Europe, par exemple, il est pratiquement
impossible de collecter les données concernant les marchandises (par mode, transport national ou
international), l’opération commerciale et la production. En reconsidérant les différents systèmes de
classification de ces données dans une perspective de logistique (fondée sur la valeur), on éclairerait les
décideurs politiques et permettrait une élaboration des politiques à partir d’informations plus fiables.
22
viii) Nécessité de reconnaître la diversité entre les pays
Les pays ont des caractéristiques géographiques et sociales différentes et des niveaux de
développement économique différents avec des systèmes de transport et des structures de fonctionnement
largement divergents. Ce point doit être reconnu dans l’élaboration des politiques de logistique.
En Europe, les modes différents d’utilisation de la logistique par les entreprises dans chacun des
pays ne doivent pas être négligés dans l’élaboration de la politique de transport de l’UE. Ces différences
constituent des menaces pour les pays qui n’appartiennent pas au noyau européen (régions périphériques et
Europe orientale).
Le volume d’échanges en Asie a beaucoup augmenté en raison de politiques favorisant les
exportations. La région a connu une accélération de la mondialisation des économies nationales, reflétant
le développement des activités des entreprises multi-nationales dans la région et au-delà. L’amélioration
des transports nationaux dans les pays d’Asie est également une question importante pour assurer la
fiabilité du transport de marchandises associé à une production et une logistique mondialisées.
Toutefois, les lois et réglementations qui régissent la logistique sont très différents selon les pays
d’Asie (OCDE, 2000). Le niveau de développement économique, la structure industrielle, le niveau de
développement des infrastructures, notamment de transport et de télécommunications sont également très
différents. Dans certains pays d’Asie, des exploitations obsolètes et des organisations inefficaces risquent
de limiter leur capacité à mener des opérations de logistique efficaces et de gêner le développement futur
d’une logistique sophistiquée. Dans la plupart des pays en développement, il n’y a pas de politique de
logistique ni de chercheurs dans ce domaine.
C’est pourquoi, pour développer un réseau logistique mondial efficace, il faut reconnaître ces
diversités. Il est essentiel toutefois que les politiques tendent à minimiser les sources d’inefficacité
attribuables à ces différences et à normaliser des caractéristiques de fonctionnement des systèmes
logistiques afin de rendre le transport transparent autant que possible. Sinon, l’industrie risque de
contourner les environnements commerciaux trop complexes ou coûteux, au détriment du pays concerné.
23
CHAPITRE II : DEVELOPPEMENTS DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DES
COMMUNICATIONS (TIC) COMME SUPPORT DE LA LOGISTIQUE
2.1. Avancée de la logistique dans la société de l’information
Dans les années 1970 et 1980, les technologies de l’information, avec notamment les réseaux
locaux et les réseaux à grande distance, ont été introduites pour gérer les liens et les nœuds de façon isolée.
La gestion à flux tendus qui prévaut dans l’industrie manufacturière a amené la gestion de la qualité totale
(Total Quality Management, TQM) qui a intégré la logistique dans les autres fonctions de l’entreprise.
C’est pourquoi, la gestion des nœuds et des liens est devenue partie intégrante de l’approche de gestion
d’ensemble en utilisant les technologies innovatrices des réseaux d’information. Toutefois, jusqu’à ce
stade, une seule entreprise contrôlait à grande échelle les réseaux d’information.
Dans les années 1990, la TQM a évolué pour devenir logistique en même temps que la révolution
Internet se réalisait. La nécessité de gérer efficacement les livraisons de porte à porte à l’échelle mondiale a
contribué à l’expansion des réseaux d’information dans les entreprises pour y inclure fournisseurs,
négociants, partenaires, filiales et alliances de façon intégrée. L’intégration nécessaire des opérations de
logistique dans la chaîne d’approvisionnement a été rendue possible par l’avancée de la technologie de
l’information.
Internet est rapidement devenu un instrument commercial puissant en raison de ses services
commerciaux en ligne et de ses possibilités de commerce électronique. Le réseau est près de devenir un
médium par lequel les entreprises font du commerce, passent des contrats, échangent des données et des
informations, discutent des conceptions et situent les composants.
L’application des TIC aux transports a également conduit à l’émergence des systèmes de
transport intelligents (STI). Les STI relient chaque élément de transport pour les combiner en un seul
système par l’usage des technologies avancées de l’information. Les STI intègrent différentes technologies
et des fonctions institutionnelles pour réaliser des systèmes de transport efficaces, sûrs et respectueux de
l’environnement. Ils offrent la possibilité d’améliorer l’usage efficace des systèmes de transport en libérant
plus de capacité à partir des infrastructures physiques existantes.
Avec la méthode de conception traditionnelle des infrastructures de transport, il est
intrinsèquement difficile de prendre en compte les changements dynamiques associés à la logistique. Pour
surmonter cette lacune, le contrôle dynamique des opérations de logistique est nécessaire. Les applications
stratégiques de l’information innovatrice comme le système de positionnement global (Global Positioning
System, GPS), les STI, l’échange de données informatisé (EDI) et le commerce électronique intégrés par
Internet, deviendront inévitables. L’existence d’infrastructures d’information à haute performance dictera
les compétences logistiques d’un pays ou d’une région. Ces infrastructures d’information complexes et
sophistiquées induiront des processus interactifs dans les activités logistiques.
24
2.2. Effets des technologies avancées de l’information et de l’innovation technologique sur la
logistique
2.2.1. Amélioration des performances de la logistique
L’utilisation des TIC a amélioré l’échange d’informations le long de la chaîne
d’approvisionnement, ce qui a conduit au développement de la production intégrée et aux systèmes de
gestion de la logistique et a ainsi amélioré de différentes façons les performances de la chaîne
d’approvisionnements.
Le flux des transactions commerciales et la distribution physique sont séparés. L’échange de
données informatisé a fondamentalement changé les modes de gestion des transactions commerciales. Ces
systèmes utilisent des liens informatiques au lieu du papier qui allongeait le temps de transfert et contenait
souvent des erreurs. Les TIC ont comme avantage une plus grande rapidité, une plus grande fiabilité et
capacité de stockage, une plus grande transparence, une réduction des coûts de transaction et une meilleure
couverture mondiale.
Le traçage des marchandises et des véhicules ainsi que les systèmes d’acheminement des
véhicules en temps réel et les systèmes de planning ont transformé la gestion de la logistique. Il est
maintenant possible d’identifier, de tracer et de planifier les cargaisons presque partout dans le monde.
La mécanisation et l’automatisation au sein des installations de logistique, le contrôle qualité et
les technologies de gestion des entrepôts se sont aussi améliorés.
Les délais de livraison ont été réduits avec l’introduction de l’EDI, la mécanisation,
l’automatisation, et les systèmes d’optimisation de l’acheminement des véhicules, ce qui conduit
potentiellement à abaisser les niveaux d’excédent de stock.
Le développement de l’Internet est un moyen pratique de collecter, organiser et diffuser les
informations sur les produits, les services et les réglementations commerciales à l’échelle mondiale. Le
commerce de marchandises inter-entreprises sur Internet continuera à croître et développera la
mondialisation du commerce en augmentant les distances moyennes de transport. Plusieurs entreprises
utilisent l’Internet comme moyen d’échange pour planifier la chaîne d’approvisionnement avec leurs
partenaires. Les principaux transporteurs de marchandises ont recours à leurs pages Web sur Internet pour
donner des informations sur leurs services, leur planning et tarif. Ces informations sont facilement
accessibles à tout moment par le marché mondial. Les transporteurs les plus avancés offrent déjà la
possibilité de réponses interactives aux questions sur le traçage des cargaisons posées par les chargeurs et
les transitaires.
Cette évolution a accru la concurrence entre les fournisseurs de logistique. Les exigences des
chargeurs en matière de transport ont changé pour des raisons de concurrence qui s’est traduite par des
services rapides, fréquents et fiables, une fabrication, entreposage et distribution à flux tendus, des services
intermodaux porte à porte, des services de traçage des cargaisons et d’autres services liés aux systèmes
d’information avancés. La réponse des industriels du transport aux exigences des chargeurs a amené des
services à valeur ajoutée de haute qualité qui ont abouti aux tendances actuelles d’intégration de la chaîne
des approvisionnements, de partenariats et d’alliances stratégiques, de logistique externalisée, de partage
des équipements et d’échange d’informations sans papier. La concurrence accrue entre les différentes
entreprises à l’échelle mondiale augmentera le rythme de l’innovation et poussera les prix à la baisse, deux
facteurs qui sont potentiellement bénéfiques à la création de bien-être.
25
2.2.2. Permettre de nouvelles structures de chaîne d’approvisionnement
Le développement rapide des TIC a joué non seulement sur les performances des chaînes
d’approvisionnement, mais a également changé les structures industrielles et produit de nouveaux services.
Le fait que les fournisseurs et les utilisateurs finals aient un accès plus facile aux informations a
renforcé le commerce direct. La facilité d’accès aux informations par tous les partenaires de la chaîne
d’approvisionnement devient une menace pour les parties de la chaîne (comme les agents) qui gagnent
traditionnellement leur vie grâce à leur accès privilégié à des informations rares. Certains rôles
intermédiaires dans la chaîne d’approvisionnement peuvent devenir redondants. Les transitaires, les
grossistes et les détaillants doivent faire face à la concurrence accrue des canaux de vente sur Internet
puisqu’une grande part de leurs activités consistait à mettre en adéquation l’offre et la demande.
Cependant, l’Internet a créé un nouveau type d’activité, non fondé sur des actifs. Un service
particulier a vu le jour : « la chaîne logistique virtuelle ». Il s’agit d’un système de communication à partir
d’Internet doté d’une base de données centralisée qui intègre tous les aspects des opérations logistiques et à
laquelle les parties intéressées peuvent avoir accès pour vérifier les informations de logistique et
communiquer en temps réel. Un domaine d’amélioration possible des chaînes d’approvisionnement et des
opportunités du transport intermodal est la séparation de la partie marketing de la chaîne matérielle des
approvisionnements. Par exemple, des enchères virtuelles, organisées sur Internet et qui n’exigent pas la
présence physique de produits, permettent d’échanger directement les produits du vendeur à l’acheteur
sans les détours et le transport superflus. Les entreprises de réseau à valeur ajoutée qui transmettent les
informations entre les clients et les transporteurs servent d’intégrateurs en fonctionnant comme des bases
de données pour contrôler la localisation des cargaisons, les bons de commandes et autres formes
d’information.
Un exemple en Europe en est donné par PARIS (Planning And Routing Intermodal System –
système intermodal de planification et d’acheminement) qui planifie simultanément le transport de
conteneurs entre l’arrière-pays et les ports pour plusieurs chargeurs et sociétés de transport et améliore
ainsi l’efficacité des transports.
Aux États-Unis, un nouveau type de fournisseur de logistique externalisée, appelé Information
Clearing House (chambre de compensation des informations) est apparu. Ces sociétés de services créent
des sites Web qui indiquent les capacités disponibles des transporteurs routiers membres du site et
permettent de passer un contrat de transport entre les transporteurs routiers et les expéditeurs abonnés. Ce
procédé améliore l’efficience de la charge des camions et contribue à un transport respectueux de
l’environnement en diminuant les camions qui ne circulent pas à pleine charge. Dans un futur proche, ces
services pourront être étendus de façon à obtenir des dispositions optimales de transport en utilisant et/ou
combinant différents modes par voie d’enchères.
2.2.3. Contribuer au basculement de mode et au transport intermodal
Les développements de la logistique et de la technologie des transports ont le potentiel
d’augmenter la compétitivité du transport intermodal.
Les nouveaux développements de la technologie de la manutention et des véhicules peuvent
réduire les coûts de fonctionnement des différents modes de transport de fret et modifier le schéma des flux
de trafic. Par exemple, l’introduction de ferries rapides sur des itinéraires maritimes courts en Europe ouvre
la concurrence aux services de transports routiers qui traditionnellement desservent ces itinéraires. De la
même façon, le rail donne aux chargeurs l’occasion d’exploiter un stock roulant sur des corridors
principaux en utilisant des points de distribution pour rediriger les produits selon la demande.
26
L’application des TIC aux chaînes d’approvisionnement permet de mettre à disposition, à un
stade précoce, les informations sur les ordres de transport et les expéditions, ce qui se traduit par une
meilleure gestion des temps de transit des opérations de transport, créant ainsi de nouvelles possibilités de
transport, notamment le transport intermodal qui n’était pas faisable auparavant.
La technologie efficace de l’information a réduit le temps et le coût de traitement et a créé des
liens sans rupture, ce qui a facilité le transport intermodal. Les sociétés tiers ont mis au point des services
qui relient les différents systèmes modaux. L’utilisation des TIC pour identifier et tracer les cargaisons a
été largement appliquée aux opérations intermodales. L’amélioration de ces types de transport par
l’application des TIC et des STI (systèmes de transport intelligents) a favorisé le concept de gestion des
stocks et de livraison à flux tendus. Toutes ces améliorations augmentent l’efficacité du transport
intermodal.
2.2.4. Effets sur la demande de transport de marchandises
La technologie ne réduira pas le besoin de transporter les marchandises. Leur dématérialisation et
leur distribution par Internet sont en train de transformer la livraison directe des produits comme les
logiciels et les produits vidéo. Toutefois, la réduction nette du volume de fret à déplacer dû à la
dématérialisation et à la distribution des « produits de l’information » est probablement très faible et
surcompensée par le trafic de fret supplémentaire engendré par des sources d’approvisionnement plus
éloignées, tendance qui sera renforcée par les échanges Internet.
2.3. Recommandations politiques
L’utilisation des TIC tout au long de la chaîne d’approvisionnement est appelée à croître
massivement. Ces technologies ont joué et continueront à jouer un rôle clé dans la transformation de la
logistique et de la planification de la chaîne d’approvisionnement. C’est pourquoi les TIC seront un
domaine important pour l’élaboration des politiques favorisant les performances des réseaux logistiques
mondiaux.
i) Nécessité de promouvoir l’utilisation stratégique des TIC
Il y a de nombreuses entreprises qui soit n’utilisent pas pleinement les possibilités des TIC, soit
ne sont pas bien positionnées pour récolter les bénéfices de leurs investissements en technologie de
l’information. Les dirigeants manquent souvent d’un cadre pour décider des meilleures technologies
adaptées à la situation particulière de leur entreprise ou n’ont pas la compréhension nécessaire pour savoir
comment gérer la nouvelle technologie ni comment l’adapter à leurs procédures de travail. Bien qu’il
apparaisse clairement que le partage d’informations est profitable à la chaîne d’approvisionnement dans
son ensemble, de nombreuses entreprises commencent par optimiser leurs procédures internes avant de se
pencher sur leurs relations avec l’extérieur.
Il doit être compris que les systèmes de logistique avancée, englobant les transports intermodaux,
peuvent être réalisés par l’utilisation stratégique des TIC. Une restructuration ou une nouvelle culture
d’entreprise ainsi que de nouvelles infrastructures d’information peuvent être nécessaires pour tirer les
bénéfices potentiels de ces technologies.
27
ii) Nécessité de tenir compte du développement rapide des TIC dans la future planification de la
logistique
Les TIC sont caractérisées par un rythme rapide d’évolution technologique, les systèmes conçus
ou implémentés étant de plus en plus configurés en un réseau unique, mais suffisamment souple pour être
appliqué plus facilement dans différents contextes. Ce rythme rapide d’évolution pose un défi aux
décideurs politiques et aux utilisateurs de ces technologies.
Le commerce électronique se développe rapidement. Il est nécessaire pour que ce développement
se poursuive que les expéditions soient livrées à l’échelle mondiale dans des délais très courts et à faible
coût. C’est pourquoi, les schémas de distribution vont probablement changer aussi bien localement qu’à
l’échelle mondiale.
Ces nouvelles caractéristiques du transport de marchandises dues à l’introduction des TIC
avancées ou innovatrices appliquées à la logistique auront d’importantes implications pour la planification.
Habituellement, les technologies innovatrices de l’information sont introduites pour faire progresser les
réseaux de logistique seulement une fois que les infrastructures matérielles de transport et les installations
qui leur sont associées sont bien développées. Toutefois les TIC innovatrices sont si sophistiquées qu’elles
peuvent être utilisées comme des outils puissants pour rediriger stratégiquement le schéma des opérations
logistiques. C’est pourquoi, la mise en place des futures infrastructures matérielles ne peut être
indépendante de l’architecture de l’information et des caractéristiques des systèmes d’information conçus
et développés pour faire avancer les réseaux logistiques stratégiques.
Un des principaux obstacles auquel se heurtent les entreprises pour adopter les TIC avancées est
le risque d’investissement croissant. D’une part, ces risques résultent des lourds investissements requis par
les TIC et d’autre part, de la longue période de temps requise pour implémenter le logiciel et les systèmes
par rapport à la rapidité d’évolution qui caractérise ces technologies. C’est une évolution importante qui
rend très incertain l’empressement du secteur privé à investir dans les TIC, notamment si la politique de
communication des gouvernements et l’affectation du spectre des fréquences sont entourées d’incertitudes.
C’est pourquoi, les décideurs politiques doivent se tenir à jour de l’évolution rapide des TIC et
mettre au point un cadre stable de communication qui incite le secteur privé à la planification logistique.
iii) Nécessité de prévenir les effets négatifs des TIC
Bien que les TIC offrent des opportunités de réaliser des systèmes logistiques avancés, des
changements rapides de configuration des chaînes d’approvisionnement peuvent également survenir sans
que les conséquences négatives possibles qu’elles entraînent soient prises en compte. C’est là que
l’intervention politique peut être nécessaire. Par exemple, le commerce électronique et l’application de la
logistique directe au consommateur peuvent réduire la taille des envois et augmenter le nombre de
livraisons. Tant que les produits achetés électroniquement sont petits et à deux dimensions (pour pouvoir
entrer dans une boîte à lettres), les systèmes de distribution resteront en gros les mêmes, mais ils devront
changer pour les colis plus grands ou à trois dimensions.
Cette situation peut avoir des effets négatifs sur l’efficacité et la viabilité des transports,
particulièrement dans les zones urbaines. Pour prévenir ces effets, il faut prévoir des politiques capables de
promouvoir l’émergence de nouveaux systèmes logistiques dotés d’une meilleure capacité de groupage et
d’une distribution efficace de sorte qu’une augmentation de la demande de transport ne conduise pas
nécessairement à une augmentation de trafic. C’est pourquoi, il peut être nécessaire de réformer des
réglementations dans d’autres secteurs de l’économie afin d’éviter une augmentation inattendue de la
demande de transport.
28
iv) Nécessité d’harmonisation et de coopération
Comme les développements des TIC et du commerce électronique sont de nature mondiale,
l’ouverture et l’interopérabilité des systèmes d’information sont vitaux pour la pénétration des services et
systèmes. Les organisations internationales (comme l’UE, l’OCDE, l’OMC, l’ISO et la CNUCED) ont un
rôle essentiel à jouer pour offrir aux gouvernements un cadre de coopération qui leur permette de réaliser
l’intégration et l’harmonisation des actions politiques pour mettre en place les technologies qui dépendent
des infrastructures. De cette façon, ces organisations peuvent éviter la création d’obstacles techniques au
commerce et à la logistique efficace.
Toutefois, le vaste menu des applications possibles dans ce domaine technologique est si
imprévisible qu’il ne peut pas être totalement prédéterminé. Ainsi, la tendance à la normalisation favorisera
les normes larges et fonctionnelles, plus facilement applicables dans différents contextes plutôt que des
normes rigides, dépourvues de souplesse.
En promouvant la normalisation, les pays avancés devraient apporter un soutien technique aux
pays qui en sont encore à moderniser leurs systèmes d’information et à mettre au point la logistique confiée
à un tiers et les systèmes de chaînes logistiques virtuelles.
v) Besoin de recherche et développement
Les innovations dans le domaine des TIC sont progressives. Certaines technologies en sont
encore à la phase de recherche. Dans la promotion de la recherche et développement, il faut garder à
l’esprit que les innovations ont été provoquées par des processus interactifs entre les activités économiques
du côté du marché et les activités de recherche et développement du côté de la technologie. C’est pourquoi,
afin de développer des réseaux logistiques basés sur les TIC qui soient des systèmes circulatoires efficaces
pour la logistique, il est nécessaire d’assurer les interactions et le retour d’informations nécessaires des
deux côtés par des structures et mécanismes organisationnels au sein des entreprises tout comme entre les
différentes institutions, nations et régions.
Pour optimiser les opportunités de progrès technologique, les gouvernements doivent non
seulement soutenir les efforts de recherche et développement dans le secteur privé, mais également faciliter
la mise en démonstration de solutions technologiques et rechercher les gains de productivité par la
diffusion de l’information.
29
CHAPITRE III : INTERMODALITE ET LOGISTIQUE
3.1. Le besoin de transport durable
Parmi les préoccupations croissantes de durabilité, les systèmes de transport posent tout un
éventail de problèmes environnementaux. C’est particulièrement le cas du transport routier qui a pris plus
d’importance par rapport aux autres modes de transport. Le bruit et la pollution de l’air causés par la
congestion du trafic et l’augmentation de CO2 et d’autres émissions des véhicules font partie de ces
problèmes. En particulier, les poids lourds utilisés pour le transport de fret sont considérés comme en étant
la source principale. Les préoccupations d’environnement et de sécurité sont les principaux mobiles qui
inspirent les réglementations et législations relatives au transport de marchandises.
Ces inquiétudes ont pesé pour que le fret soit retiré de la route. En répondant à cette nécessité, la
plupart des pays de l’OCDE sont mis au défi d’élaborer des réformes socio-économiques qui parviennent à
un équilibre entre les exigences de l’écologie et les conditions qui concourent à la croissance économique
compatible avec les objectifs de durabilité.
La tendance au développement durable aura un effet considérable sur la conception et le
fonctionnement des systèmes de logistique. Pour arriver à un équilibre entre la mondialisation des activités
économiques et le développement de réseaux logistiques mondiaux respectueux de l’environnement,
différentes approches sont discutées et examinées qui vont de la construction de meilleures installations
matérielles au développement d’infrastructures de l’information pour réorganiser les opérations de
logistique de façon à les rendre plus viables. L’introduction de nouveaux concepts et technologies dans les
opérations de logistique peut également contribuer à la durabilité. Des exemples types sont donnés par
l’adoption de systèmes d’expédition sophistiqués et de livraisons groupées afin de réduire les volumes du
trafic et les coûts (y compris les externalités) et le développement de systèmes de transport aptes à recycler
les produits à jeter.
3.2. Caractéristiques du transport intermodal
Les gouvernements se sont efforcés de stimuler les transports intermodaux afin de promouvoir le
développement durable bien que la demande de ce type de transport n’ait que modestement augmenté en
raison des nombreux obstacles existants. Les caractéristiques du transport intermodal sont différentes selon
les régions. Le système intermodal asiatique se caractérise par une combinaison de concepts modernes et
traditionnels d’intermodalité. Comme en Asie les pays sont constitués d’îles et/ou d’archipels, les longues
distances entre les pays au sein de la région plaident en faveur du développement des transports aérien,
maritime et intermodal. En particulier, le rôle des nœuds et des liens est vital pour les systèmes logistiques
et de transport. Toute amélioration apportée à ces systèmes se traduira par une amélioration importante des
services, réduira les temps de transport, et finalement les coûts. Comme l’Asie est maintenant devenue le
centre d’exportation des biens industriels, le besoin de transport des cargaisons en conteneurs a augmenté
et on assiste au développement d’infrastructures de logistique dans certains pays.
Pour être effectif, le transport intermodal demandera un ensemble complet de mesures pour
augmenter de façon marquée dans l’Union européenne la productivité du transport de fret par le rail et pour
faire respecter des règlements efficaces de travail, de maintenance, de chargement et de sécurité pour le
transport routier (CEMT, 2001). La région de l’ALENA, centrée sur les États-Unis et le Canada, se
caractérise par une demande étendue de transport terrestre avec des systèmes routiers et ferroviaires
efficaces et un besoin relativement limité de documents transfrontaliers.
POUR CONTUNIER LA LECTURE VOUS POUVEZ TELECHARGER LE LIVRE
CLIQUEZ ICI

Contenu connexe

Similaire à Logistique transport : defis et solutions

Assises nationales de la mobilité en Bretagne
Assises nationales de la mobilité en BretagneAssises nationales de la mobilité en Bretagne
Assises nationales de la mobilité en BretagneTHE INSPERIENCE.CO
 
Les neuf engagements et 27 propositions du Grenelle des mobilités
Les neuf engagements et 27 propositions du Grenelle des mobilitésLes neuf engagements et 27 propositions du Grenelle des mobilités
Les neuf engagements et 27 propositions du Grenelle des mobilitésPaperjam_redaction
 
Rapport de veille final groupe3 (26 01-14h37)
Rapport de veille final groupe3 (26 01-14h37)Rapport de veille final groupe3 (26 01-14h37)
Rapport de veille final groupe3 (26 01-14h37)MRamo2s
 
Rapport - La politique européenne des transports
Rapport - La politique européenne des transportsRapport - La politique européenne des transports
Rapport - La politique européenne des transportsFrance Stratégie
 
Cr nyc un sd_gs_aln2
Cr nyc un sd_gs_aln2Cr nyc un sd_gs_aln2
Cr nyc un sd_gs_aln2An Marliere
 
Developper la marche en ville : pourquoi et comment ? CERTU
Developper la marche en ville : pourquoi et comment ? CERTUDevelopper la marche en ville : pourquoi et comment ? CERTU
Developper la marche en ville : pourquoi et comment ? CERTUGhislain Delabie
 
version finale du pfe _ la logistique au maroc (1).docx
version finale du pfe  _ la logistique au maroc (1).docxversion finale du pfe  _ la logistique au maroc (1).docx
version finale du pfe _ la logistique au maroc (1).docxIlhamNajib3
 
Keoscopie
KeoscopieKeoscopie
KeoscopieKeolis
 
Bilan de la Composante Réseautage du PASRI
Bilan de la Composante Réseautage du PASRIBilan de la Composante Réseautage du PASRI
Bilan de la Composante Réseautage du PASRIMohamed Larbi BEN YOUNES
 
RSE et objectifs de développement durable : avis de la Plateforme RSE
RSE et objectifs de développement durable : avis de la Plateforme RSERSE et objectifs de développement durable : avis de la Plateforme RSE
RSE et objectifs de développement durable : avis de la Plateforme RSEFrance Stratégie
 
Responsabilite du transporteur multimoda
Responsabilite du transporteur multimodaResponsabilite du transporteur multimoda
Responsabilite du transporteur multimodaRabah HELAL
 
Responsabilite du transporteur transport multimodal
  Responsabilite du transporteur transport multimodal  Responsabilite du transporteur transport multimodal
Responsabilite du transporteur transport multimodalRabah HELAL
 
Document de travail - Les politiques de mobilité dans les Hauts-de-France. De...
Document de travail - Les politiques de mobilité dans les Hauts-de-France. De...Document de travail - Les politiques de mobilité dans les Hauts-de-France. De...
Document de travail - Les politiques de mobilité dans les Hauts-de-France. De...France Stratégie
 
Evaluation FabMob Synthese
Evaluation FabMob SyntheseEvaluation FabMob Synthese
Evaluation FabMob SyntheseFabMob
 
Promouvoir l'investissement dans la chaine logistique en tunisie. rôle des po...
Promouvoir l'investissement dans la chaine logistique en tunisie. rôle des po...Promouvoir l'investissement dans la chaine logistique en tunisie. rôle des po...
Promouvoir l'investissement dans la chaine logistique en tunisie. rôle des po...Mondher Khanfir
 
Compte rendu shs
Compte rendu shsCompte rendu shs
Compte rendu shsFabMob
 
RTS26_102_07-Livres.pdf
RTS26_102_07-Livres.pdfRTS26_102_07-Livres.pdf
RTS26_102_07-Livres.pdfAsserrar
 

Similaire à Logistique transport : defis et solutions (20)

Assises nationales de la mobilité en Bretagne
Assises nationales de la mobilité en BretagneAssises nationales de la mobilité en Bretagne
Assises nationales de la mobilité en Bretagne
 
Les neuf engagements et 27 propositions du Grenelle des mobilités
Les neuf engagements et 27 propositions du Grenelle des mobilitésLes neuf engagements et 27 propositions du Grenelle des mobilités
Les neuf engagements et 27 propositions du Grenelle des mobilités
 
Rapport de veille final groupe3 (26 01-14h37)
Rapport de veille final groupe3 (26 01-14h37)Rapport de veille final groupe3 (26 01-14h37)
Rapport de veille final groupe3 (26 01-14h37)
 
Rapport - La politique européenne des transports
Rapport - La politique européenne des transportsRapport - La politique européenne des transports
Rapport - La politique européenne des transports
 
Rapport politique europeenne des transport
Rapport politique europeenne des transportRapport politique europeenne des transport
Rapport politique europeenne des transport
 
Cr nyc un sd_gs_aln2
Cr nyc un sd_gs_aln2Cr nyc un sd_gs_aln2
Cr nyc un sd_gs_aln2
 
Developper la marche en ville : pourquoi et comment ? CERTU
Developper la marche en ville : pourquoi et comment ? CERTUDevelopper la marche en ville : pourquoi et comment ? CERTU
Developper la marche en ville : pourquoi et comment ? CERTU
 
version finale du pfe _ la logistique au maroc (1).docx
version finale du pfe  _ la logistique au maroc (1).docxversion finale du pfe  _ la logistique au maroc (1).docx
version finale du pfe _ la logistique au maroc (1).docx
 
Keoscopie
KeoscopieKeoscopie
Keoscopie
 
Bilan de la Composante Réseautage du PASRI
Bilan de la Composante Réseautage du PASRIBilan de la Composante Réseautage du PASRI
Bilan de la Composante Réseautage du PASRI
 
Guide descente busv2
Guide   descente busv2Guide   descente busv2
Guide descente busv2
 
Le Cycle De Doha Accord De Partenariat Acp Omc
Le Cycle De Doha   Accord De Partenariat Acp OmcLe Cycle De Doha   Accord De Partenariat Acp Omc
Le Cycle De Doha Accord De Partenariat Acp Omc
 
RSE et objectifs de développement durable : avis de la Plateforme RSE
RSE et objectifs de développement durable : avis de la Plateforme RSERSE et objectifs de développement durable : avis de la Plateforme RSE
RSE et objectifs de développement durable : avis de la Plateforme RSE
 
Responsabilite du transporteur multimoda
Responsabilite du transporteur multimodaResponsabilite du transporteur multimoda
Responsabilite du transporteur multimoda
 
Responsabilite du transporteur transport multimodal
  Responsabilite du transporteur transport multimodal  Responsabilite du transporteur transport multimodal
Responsabilite du transporteur transport multimodal
 
Document de travail - Les politiques de mobilité dans les Hauts-de-France. De...
Document de travail - Les politiques de mobilité dans les Hauts-de-France. De...Document de travail - Les politiques de mobilité dans les Hauts-de-France. De...
Document de travail - Les politiques de mobilité dans les Hauts-de-France. De...
 
Evaluation FabMob Synthese
Evaluation FabMob SyntheseEvaluation FabMob Synthese
Evaluation FabMob Synthese
 
Promouvoir l'investissement dans la chaine logistique en tunisie. rôle des po...
Promouvoir l'investissement dans la chaine logistique en tunisie. rôle des po...Promouvoir l'investissement dans la chaine logistique en tunisie. rôle des po...
Promouvoir l'investissement dans la chaine logistique en tunisie. rôle des po...
 
Compte rendu shs
Compte rendu shsCompte rendu shs
Compte rendu shs
 
RTS26_102_07-Livres.pdf
RTS26_102_07-Livres.pdfRTS26_102_07-Livres.pdf
RTS26_102_07-Livres.pdf
 

Logistique transport : defis et solutions

  • 1. ISBN 92-64-29839-8 77 2002 06 2 P Logistique des transports DÉFIS ET SOLUTIONS Logistique des transports DÉFIS ET SOLUTIONS La mondialisation et les progrès des technologies de l’information et des communications ont refaçonné les caractéristiques du commerce mondial. Aujourd’hui, les entreprises compétitives au niveau international gèrent leurs activités par le biais de réseaux globaux intégrés conçus pour répondre avec efficacité et sérieux aux demandes du marché d’où qu’elles viennent. Cette tendance a donné le jour aux termes « logistique globale » ou « gestion de la chaîne d’approvisionnement ». En outre, les préoccupations environnementales croissantes exigent une logistique qui soit non seulement efficace mais également favorable au développement durable. Comment les gouvernements perçoivent-ils l’état actuel des systèmes logistiques ? Existe-t-il une vision partagée des réseaux logistiques mondiaux à développer sur laquelle les gouvernements pourraient fonder leurs réflexions ? Quelles sont les contraintes pour parvenir à des réseaux logistiques efficaces et respectueux de l’environnement ? Le projet TRILOG de l’OCDE vise à fournir une perspective sur ces questions clés grâce à l’échange d’approches et d’expériences relatives à la logistique du transport de marchandises en Asie-Pacifique, en Europe et en Amérique du Nord. Ce rapport cherche à identifier les contraintes et à analyser les problèmes communs aux trois régions. Il propose des solutions et des approches susceptibles de faciliter le développement de politiques visant à promouvoir une logistique efficace et durable au niveau international. -:HSTCQE=W^]X^W: www.oecd.org « Les livres, périodiques et données statistiques de l'OCDE sont maintenant disponibles sur www.SourceOECD.org, notre bibliothèque en ligne (en anglais seulement). La version anglaise de cet ouvrage est disponible sur SourceOECD dans le cadre de l'abonnement aux thèmes suivants : Emerging Economies Industry, Services and Trade Transport Demandez à votre bibliothécaire des détails concernant l'accès aux publications en ligne ou contactez-nous à SourceOECD@oecd.org
  • 2. ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES Logistique des transports DÉFIS ET SOLUTIONS
  • 3. ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES En vertu de l’article 1er de la Convention signée le 14 décembre 1960, à Paris, et entrée en vigueur le 30 septembre 1961, l’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) a pour objectif de promouvoir des politiques visant : – à réaliser la plus forte expansion de l’économie et de l’emploi et une progression du niveau de vie dans les pays Membres, tout en maintenant la stabilité financière, et à contribuer ainsi au développement de l’économie mondiale ; – à contribuer à une saine expansion économique dans les pays Membres, ainsi que les pays non membres, en voie de développement économique ; – à contribuer à l’expansion du commerce mondial sur une base multilatérale et non discriminatoire conformément aux obligations internationales. Les pays Membres originaires de l’OCDE sont : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, les États-Unis, la France, la Grèce, l’Irlande, l’Islande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, le Portugal, le Royaume-Uni, la Suède, la Suisse et la Turquie. Les pays suivants sont ultérieurement devenus Membres par adhésion aux dates indiquées ci-après : le Japon (28 avril 1964), la Finlande (28 janvier 1969), l’Australie (7 juin 1971), la Nouvelle-Zélande (29 mai 1973), le Mexique (18 mai 1994), la République tchèque (21 décembre 1995), la Hongrie (7 mai 1996), la Pologne (22 novembre 1996), la Corée (12 décembre 1996) et la République slovaque (14 décembre 2000). La Commission des Communautés européennes participe aux travaux de l’OCDE (article 13 de la Convention de l’OCDE). Also available in English under the title: Transport Logistics SHARED SOLUTIONS TO COMMON CHALLENGES © OCDE 2002 Les permissions de reproduction partielle à usage non commercial ou destinée à une formation doivent être adressées au Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC), 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris, France, tél. (33-1) 44 07 47 70, fax (33-1) 46 34 67 19, pour tous les pays à l’exception des États-Unis. Aux États-Unis, l’autorisation doit être obtenue du Copyright Clearance Center, Service Client, (508)750-8400, 222 Rosewood Drive, Danvers, MA 01923 USA, ou CCC Online : www.copyright.com. Toute autre demande d’autorisation de reproduction ou de traduction totale ou partielle de cette publication doit être adressée aux Éditions de l’OCDE, 2, rue André-Pascal, 75775 Paris Cedex 16, France.
  • 4. 3 AVANT PROPOS La mission du Programme de recherche en matière de transports routiers et liaisons intermodales (RTR) est de promouvoir le développement économique dans les pays de l’OCDE en améliorant la sécurité, l’efficacité et la durabilité du transport grâce à un programme de recherche en coopération sur les transports routiers et intermodaux. Pour parvenir à cet objectif, le Programme recommande des options pour l’élaboration et la mise en œuvre de politiques efficaces de transport dans les pays Membres de l’OCDE et favorise les activités d’ouverture pour les pays non-membres. L'ensemble des 30 pays Membres participe au Programme. Le Projet sur la logistique trilatérale (TRILOG) a été initié en 1996 dans le cadre du Programme RTR afin de stimuler un échange d’approches et d’expériences relatives à la gestion multimodale, à la logistique du transport de marchandises et aux défis stratégiques associés rencontrés aux niveaux multirégional et international. Le projet a été conduit par trois groupes de travail représentant l’Asie- Pacifique, l’Europe et l’Amérique du Nord et qui ont produit trois rapports régionaux. Le Japon, la Direction Générale VII de la Commission Européenne (maintenant DG TREN) et les États-Unis ont présidé les trois groupes de travail respectifs. Ce rapport vise à identifier les problèmes communs aux trois régions et à proposer des solutions, et ainsi à développer des options politiques en vue d’une action en coopération pour faciliter l’accomplissement de réseaux logistiques efficaces au niveau international.
  • 5. 4 RÉSUMÉ ANALYTIQUE Avec la globalisation croissante de l’activité économique et le développement rapide des technologies de l’information et des communications, les entreprises cherchent à développer et à organiser des réseaux mondiaux stratégiques et efficaces. Ces réseaux, que l’on appelle souvent logistique globale, visent à intégrer les sources d’approvisionnement, la production et la distribution des produits. Afin de promouvoir de tels réseaux globaux de logistique, qui soient également compatibles avec les objectifs de développement durable, les gouvernements doivent développer et mettre en œuvre des politiques de transport cohésives à la fois au niveau individuel et collectif. Par conséquent, des études en collaboration sont nécessaires pour échanger les approches et expériences des différentes régions. Trois groupes de travail, représentant l’Asie-Pacifique, l’Europe et l’Amérique du Nord, et ayant chacun produit un rapport régional, ont cherché à identifier les problèmes et à proposer des solutions pour leur propre région. Ce rapport vise à identifier et incorporer les questions communes aux trois régions et à développer des options stratégiques afin de faciliter le développement en coopération de systèmes globaux de logistique. Domaines Aspects économiques et administration, planification de la circulation et des transports. N° domaines 10, 72. Mots-clés Demande (économique), économie, éducation, efficacité, financement, gouvernement (national), harmonisation, intégration (transport), international, logistique, opérateur de transport, politique, système de transport intelligent, transport de marchandises, transport intermodal (marchandises), viabilité.
  • 6. 5 TABLE DES MATIÈRES AVANT PROPOS .......................................................................................................................................... 3 RÉSUMÉ ANALYTIQUE............................................................................................................................. 4 NOTE DE SYNTHÈSE.................................................................................................................................. 7 CHAPITRE I : Logistique de transport à l'échelle mondiale ........................................................................ 13 1.1. Développement des réseaux commerciaux ........................................................................................ 13 1.2. Tendance de la logistique................................................................................................................... 13 1.3. Recommandations politiques ............................................................................................................. 19 CHAPITRE II : Developpements des Technologies de l'Information et des Communications (TIC) comme support de la logistique................................................................................................................................. 23 2.1. Avancée de la logistique dans la société de l’information................................................................. 23 2.2. Effets des technologies avancées de l’information et de l’innovation technologique sur la logistique.................................................................................................................................................. 24 2.3. Recommandations politiques ............................................................................................................. 26 CHAPITRE III : Intermodalité et logistique ................................................................................................. 29 3.1. Le besoin de transport durable ........................................................................................................... 29 3.2. Caractéristiques du transport intermodal............................................................................................ 29 3.3. Logistique et transport intermodal ..................................................................................................... 30 3.4. Obstacles au transport intermodal...................................................................................................... 30 3.5. Recommandations politiques ............................................................................................................. 32 CHAPITRE IV : Fourniture d’infrastructures logistiques............................................................................. 37 4.1. Nécessité de développer les infrastructures logistiques ..................................................................... 37 4.2. Nécessité de nouveaux mécanismes de financement et d’exploitation.............................................. 37 4.3. Partenariat entre les secteurs public et privé...................................................................................... 38 4.4. Minimiser les coûts des projets d’infrastructure ................................................................................ 39 4.5. Répartition des coûts.......................................................................................................................... 40 4.6. Questions régionales .......................................................................................................................... 41 4.7. Recommandations politiques ............................................................................................................. 41 CHAPITRE V : Besoins de compétences et de formation ............................................................................ 45 5.1. Les caractéristiques du marché du travail dans l’industrie de la logistique ....................................... 45 5.2. Mutation de l’industrie de la logistique ............................................................................................. 45 5.3. Effets de la mutation de l’industrie de la logistique sur les ressources humaines.............................. 46 5.4. Recommandations politiques ............................................................................................................. 47 CHAPITRE VI : Évaluation des systemes de logistique — Indicateurs ....................................................... 49 6.1. Pourquoi élaborer des indicateurs de performance de logistique ?.................................................... 49 6.2. Le besoin de nouveaux indicateurs .................................................................................................... 49
  • 7. 6 6.3. Recommandations pour élaborer de nouveaux indicateurs................................................................ 50 RÉFÉRENCES ............................................................................................................................................. 53 ANNEXE...................................................................................................................................................... 54
  • 8. 7 NOTE DE SYNTHÈSE Le monde international des affaires vit une période de mutation rapide. Les tendances à la mondialisation, à la logistique intégrée et au développement des technologies de l’information et des communications (TIC) sont en train de remodeler les schémas du commerce mondial et par voie de conséquence, les flux commerciaux matériels. Cette restructuration contribue à la croissance économique, à une meilleure affectation des ressources, à une plus grande liberté de choix du consommateur en même temps qu’elle accroît la concurrence. Pour être compétitives dans le monde, les entreprises organisent des réseaux stratégiques à l’échelle internationale qui sont capables de répondre avec efficacité et qualité à la demande de n’importe quel segment du marché mondial. L’organisation efficace et intégrée de ces activités fait souvent référence à la logistique mondiale ou à la gestion d’une chaîne d’approvisionnement (GCA) et elle est devenue le nerf de la force de compétition à l’échelle mondiale. Le réseau logistique mondial sert de système circulatoire à sa correspondance : la chaîne de valeurs ajoutées à l’échelle mondiale dont les composantes variées du réseau logistique remplissent différentes fonctions de manière organisationellement unifiée. C’est pourquoi, pour faire d’une région un élément clé du réseau logistique mondial, il est nécessaire de forger une vision sur la façon de positionner la région stratégiquement dans le contexte de l’ensemble du réseau mondial de logistique. Pour atteindre cet objectif, les États, à fois individuellement et collectivement, devront élaborer et mettre en œuvre des politiques systématiques visant à réaliser cette vision. L’essence de cette compétence logistique mondiale s’applique également au secteur privé. En même temps, parmi les préoccupations environnementales croissantes, une logistique matérielle efficace n’est plus déliée des objectifs de développement durable. Désormais, la compétence logistique mondiale nécessite des considérations multiples dans une perspective bien plus large englobant le besoin d’une logistique respectueuse de l’environnement. Pour créer au XXIe siècle un réseau logistique efficace et qui ne porte pas atteinte à l’environnement, des études menées en commun sont nécessaires pour comprendre l’état actuel des systèmes logistiques à l’intérieur des différentes régions et entre elles et pour définir les problèmes spécifiques à chaque région. Dans ces études, l’avancement de la logistique doit être évalué non seulement du point de vue de la compétitivité industrielle ou nationale mais également du point de vue de l’optimisation sociale globale en tenant compte des consommateurs, des chargeurs, des fournisseurs de services logistiques et des perspectives gouvernementales. C’est un appel à une vision de réseaux logistiques mondiaux fondés sur des intérêts mondiaux et un cadre commun entre les régions. Il faudra présenter des politiques et des directives concrètes aux gouvernements et aux entreprises privées qui leur permettront de définir les voies du développement pour réaliser cette vision. Le but du projet TRILOG de l’OCDE est de stimuler l’échange d’approches et d’expériences de la gestion multimodale, de la logistique du transport de marchandises et des enjeux politiques connexes rencontrés à l’échelle multi-régionale et internationale. Le projet a été lancé en 1996 dans le cadre du Programme de l’OCDE de coopération dans le domaine de la recherche en matière de transports routiers et de liaisons intermodales (Programme RTR).
  • 9. 8 Un thème central consiste à déterminer les questions cruciales aux niveaux régional et mondial, puis à comparer ou à suggérer des solutions et des méthodes susceptibles de faciliter l’élaboration de politiques adaptées en vue de promouvoir une logistique efficace des transports. Les solutions ou suggestions doivent conduire à des politiques plus favorables au développement du secteur privé, à l’harmonisation des réglementations, à la normalisation et au recours à des technologies et des pratiques qui améliorent le niveau général de l’efficacité des transports intégrés. Le projet TRILOG a été entrepris par trois groupes de travail représentant les régions d’Asie- Pacifique, d’Europe et d’Amérique du Nord. Le Japon, la Direction générale VII des transports de la Commission européenne (maintenant appelée DG TREN) et les États-Unis ont présidé respectivement les trois groupes de travail. Dans le rapport, les termes de « logistique (avancée) » et « gestion de la chaîne d’approvisionnement » sont indifféremment utilisés. Logistique (avancée) fait référence au concept « …de synchronisation des activités des nombreuses organisations impliquées dans la chaîne logistique et l'échange en temps réel des informations nécessaires aux organisations présentes dans les secteurs de la production et/ou de la distribution physique, grâce à l'utilisation maximale des réseaux télématiques et numériques » (OCDE 1992, 1996). Cette définition étend le concept original de gestion logistique vu comme un processus itératif qui cherche à optimiser le flux des matières et des approvisionnements en partant de l’organisation pour aller jusqu’au client (Christopher, 1999). L’Europe utilise le terme de « gestion de la chaîne d’approvisionnement » tandis que l’Amérique du Nord et l’Asie-Pacifique utilisent généralement le terme de « logistique » (avancée). Ainsi, la logistique et la gestion de la chaîne d’approvisionnements sont considérées étendre les concepts de logistique aux consommateurs et aux fournisseurs, quelles que soient les frontières géographiques et organisationnelles. Le présent rapport plénier TRILOG vise à déterminer les questions communes aux trois régions, à les rassembler et, sur cette base, à élaborer des options de politique en vue d’une action de coopération qui facilite la réalisation de systèmes de transport internationaux harmonieux. Les modes de travail sont en mutation (par exemple, par le commerce électronique) sans qu’on en connaisse clairement l’évolution, ni la direction qui sera prise, ni les causes exactes de cette évolution et la façon de la contrer ou de la promouvoir. Le rapport porte sur les résultats communs aux trois régions et sur les recommandations qu’ils ont suscitées. Il doit donc être considéré comme une vue d’ensemble plutôt qu’une suite de conclusions définitives. Résultats communs et recommandations − La tendance à la mondialisation et à la logistique est en voie de remodeler les activités de transport. De nouvelles utilisations stratégiques de la logistique vont continuellement changer la nature et la culture des modes de fonctionnement des entreprises ; les gouvernements devront se mesurer à ces changements. L’avantage stratégique de la logistique sera vraisemblablement plus prononcé en termes d’améliorations de la coordination et de la planification, ce qui engendrera des gains d’efficacité de transport. Il est cependant important pour les gouvernements de comprendre pleinement les concepts de logistique et de stimuler la compétitivité économique pour arriver à un développement économique positif. Dans le même temps, les gouvernements doivent réduire tout impact négatif de façon à arriver à une approche plus équilibrée de la croissance économique, notamment du développement durable. − Actuellement, la capacité des gouvernements à promouvoir des systèmes logistiques globaux est limitée par les contraintes organisationnelles et institutionnelles internes ainsi que par un manque de connaissance de l’évolution de la logistique et des effets de leurs actions politiques. Souvent, la politique de transport du fret est la traduction d’une réflexion modale
  • 10. 9 qui ne tient pas compte comme il se doit du besoin de gestion intégrée du fret requise par les opérateurs de transport. − Pour accroître la compétitivité en favorisant les opportunités offertes par la logistique et également en assurant le développement durable, les gouvernements doivent élaborer un cadre de politiques intégrées pour atteindre des objectifs socio-économiques plus larges. L’éventail des questions de politique qui affectent l’efficience et la viabilité des systèmes logistiques globaux est vaste et va au-delà de la compétence des organes gouvernementaux dont le rayon d’action est étroit et dont le rôle est limité à l’amélioration des performances du secteur des transports. Egalement, en raison de l’interrelation des transports et de la logistique avec le commerce international, la finance internationale, le développement économique durable, le changement climatique mondial et les préoccupations régionales et locales, le cadre des politiques doit être considéré dans un contexte beaucoup plus large et éventuellement faire l’objet d’une coordination internationale. − Dans ce cadre général, un éventail d’incitatifs et de contraintes doit être envisagé étant donné les variétés régionales des conditions « locales ». La logistique est utilisée différemment selon les pays dans la mesure où ils ne connaissent pas le même stade de développement et évoluent dans des contextes culturels diversifiés. De nombreux gouvernements, dont ceux d’Asie, ont encore une compréhension très limitée de la logistique. Plusieurs pays souffrent d’une connaissance insuffisante des logistiques spécialisées ainsi que d’une absence de prise de conscience plus générale de l’importance de la logistique et sont, par conséquent, incapables de formuler des politiques cohésives pour gérer les logistiques. Par ailleurs, les concepts modernes de logistique comme le transport intermodal n’ont pas encore pénétré ces pays. Néanmoins, toutes les régions doivent répondre aux développements actuels des logistiques et au besoin de solutions de transport efficaces et respectueuses de l’environnement. − L’efficacité et l’efficience des actions politiques pourraient être analysées par des études comparatives. Une difficulté majeure rencontrée dans la présente étude a été constituée par le manque d’informations disponibles pour comparer et opposer les différentes régions. Bien que l’évaluation des performances des systèmes logistiques et de l’efficacité des politiques pourrait être possible par le recours à des indicateurs de performance appropriés, on ne dispose pas actuellement d’indicateurs ni de données pour suivre l’évolution de la logistique. C’est pourquoi, il est nécessaire de mener en coopération une recherche pour élaborer ces indicateurs et définir des spécifications de données pertinentes pour les politiques. Il est également nécessaire d’établir la comparabilité des collectes de données par une base de données statistiques coordonnée afin de mettre en partage des données entre tous les participants. − Le recours stratégique aux technologies de l’information et des communications (TIC) est déterminant pour réaliser des systèmes de logistique avancés. En revanche, le rythme rapide de l’évolution de ces technologies pose un défi. Son application accrue à la logistique qui conduit à un développement souple et rapide des transports à l’échelle mondiale peut causer une menace à la viabilité, sauf définition rigoureuse des exigences politiques. De nombreux gouvernements tardent à élaborer un cadre politique capable de promouvoir l’usage efficace de ces technologies au profit de l’efficacité et de la viabilité des transports. − Bien que la scène internationale ait peu le sentiment d’urgence en matière de mobilité durable, il est essentiel de formuler les instruments politiques qui rendent compatibles le développement de la logistique et la durabilité. C’est pourquoi, les gouvernements doivent
  • 11. 10 renforcer la capacité de la logistique avancée des transports à contribuer au développement durable des transports dans le contexte de la mondialisation croissante de l’activité économique. − La logistique crée des possibilités d’extension du transport intermodal de marchandises en augmentant le volume et la longueur des flux et en tirant avantage des meilleures possibilités de planification et de coordination offertes par les TIC. En cela, la logistique pourrait concourir aux objectifs de durabilité en améliorant le niveau de service offert par le transport intermodal pour le rendre plus attractif aux chargeurs. Toutefois, cet objectif exigera des interventions coordonnées des gouvernements, notamment une harmonisation des réglementations et la normalisation des cadres d’utilisation des technologies et des infrastructures. Il est nécessaire d’entreprendre des recherches sur les mécanismes comme les « normes fondées sur les performances » pour faciliter l’innovation et l’adoption de nouvelles technologies d’infrastructures et d’exploitation par une réforme des réglementations. − Les réseaux intégrés d’infrastructure des transports sont les préalables aux systèmes logistiques mondiaux. Dans de nombreux pays d’Asie, le développement des infrastructures de fret est une question déterminante. Le développement de la logistique en Asie n’a pas suivi le rythme rapide de la croissance et est très en retard par rapport à l’Europe et l’Amérique du Nord. Il y a un déséquilibre entre la quantité d’infrastructures de transport et les mesures institutionnelles entre les différents pays d’Asie qui conduit à des manques et des inefficacités dans le système logistique. − Dans les pays développés et dans les pays en développement, les instruments financiers à la disposition des gouvernements pour développer les infrastructures ne sont pas encore suffisamment souples, répandus, ou transparents pour couvrir et servir les besoins actuels. Le potentiel pour trouver des dispositifs de financement innovateurs comme des partenariats entre secteurs public et privé doit être exploré. − La logistique et les développements des TIC modifient la demande de compétences. Des systèmes de qualification et de formation améliorés sont nécessaires pour répondre à cette évolution. Le développement des ressources humaines nécessaires à l’industrie du fret doit être considéré comme étant du ressort du secteur privé et du secteur public. Comme le niveau de compétences diffère selon les pays, les pays en développement peuvent avoir besoin d’assistance pour établir des cours de formation dans leurs pays. − Pour établir des systèmes logistiques mondiaux efficaces, il est essentiel de mener une coopération et une collaboration étendues entre les entreprises privées, les gouvernements et les organisations internationales. Les gouvernements doivent préparer un cadre de développement des systèmes logistiques mondiaux avancés qui prévoie une solution aux questions importantes de frontières comme les procédures de dédouanement, la déréglementation, le développement et la maintenance des systèmes intermodaux. C’est pourquoi, il est conseillé aux gouvernements de coopérer et d’intégrer leurs politiques au niveau mondial, par exemple en harmonisant leur législation, en rationalisant les opérations qui utilisent la TIC dans les systèmes de dédouanement, en normalisant les nouvelles technologies pour favoriser les opérations transparentes, les systèmes de formation et de qualification compatibles, et d’étendre l’échange d’informations entre tous les intervenants concernés. − Comme de nombreuses technologies, particulièrement celles qui sont englobées dans les systèmes de transport intelligents (STI), en sont encore à la phase de recherche, les efforts de
  • 12. 11 recherche et développement sont déterminants pour le développement des systèmes de logistique avancée. Toutefois, en raison de l’incertitude de sa rentabilité à court terme, la recherche et développement du secteur privé doit être soutenue. C’est pourquoi, les gouvernements doivent non seulement favoriser les efforts de recherche et développement du secteur privé, mais, pour optimiser les possibilités de progrès technologique, ils doivent également faciliter la mise en démonstration des solutions technologiques et rechercher des gains de productivité par la diffusion de l’information.
  • 13.
  • 14. 13 CHAPITRE I : LOGISTIQUE DE TRANSPORT A L’ECHELLE MONDIALE 1.1. Développement des réseaux commerciaux Une des manifestations les plus évidentes des activités logistiques est la croissance du transport de marchandises en raison de l’expansion du commerce mondial. La mondialisation de l’industrie, notamment des activités de planification, d’approvisionnement, de fabrication et de commercialisation a abouti à une plus grande complexité du commerce et à un développement amplifié des réseaux de transport. Le développement des réseaux commerciaux a également été facilité par d’importantes tendances réglementaires et techniques. La libéralisation du commerce, particulièrement entre les blocs commerciaux comme la Coopération économique Asie-Pacifique (APEC), l’Union européenne (UE) et l’Accord de libre échange de l’Amérique du Nord (ALENA), a supprimé les contraintes frontalières et a réduit les « coûts tarifaires » qui les accompagnent. Les avancées de la technologie de l’information et des télécommunications ont donné aux entreprises les moyens d’améliorer l’efficacité de leurs activités géographiquement très dispersées. 1.2. Tendance de la logistique Le développement des réseaux commerciaux crée différents besoins de gestion de logistique à valeur ajoutée et donne lieu à un grand nombre de tendances individuelles de la logistique et des chaînes d’approvisionnement. 1.2.1. Restructuration des systèmes logistiques Les industriels sont en train de restructurer leurs systèmes logistiques en concentrant leur production et leur capacité de stockage dans un nombre réduit de lieux géographiques. En concentrant leur capacité de production, les entreprises optimisent les économies d’échelle en matière de production moyennant un système logistique plus demandeur de transport et l’allongement des délais de livraison aux clients. La centralisation des stocks, qui a été une tendance de long terme, est maintenant une réalité sur une plus grande échelle géographique. Les entreprises ont été sensibles aux économies de stocks tout en minimisant les coûts de transport supplémentaires en dissociant géographiquement la tenue des stocks toujours plus centralisée et le dégroupage qui reste décentralisé. Les systèmes postaux de courrier et de colis ont également recours à la centralisation en configurant leurs systèmes logistiques en système de « satellite d’échange » par lequel tout le trafic, sauf le trafic local, passe par un système de tri centralisé.
  • 15. 14 1.2.2. Réalignement des chaînes d’approvisionnement Les entreprises sont en train de réaligner leurs chaînes d’approvisionnement. Dans de nombreux secteurs, les entreprises se sont recentrées sur leurs métiers essentiels et ont sous-traité leurs activités connexes et ancillaires. La désintégration verticale de la production ajoute des liens supplémentaires à la chaîne des approvisionnements et augmente l’intensité des transports dans le processus de production. Dans le même temps, les entreprises ont régulièrement étendu l’échelle géographique de leurs approvisionnements et des opérations de distribution. Il faut ajouter que pour surmonter la tension créée entre une production centralisée et la personnalisation des produits, les entreprises centralisent la production de produits standard, souvent dans des pays à main-d’œuvre bon marché et retardent la personnalisation jusqu’à ce que les produits atteignent leurs marchés régionaux. Le nombre d’unités chargées de la tenue des stocks est minimisé jusqu’à l’endroit où le produit est personnalisé, minimisant ainsi le risque et les coûts des stocks et réduisant les délais de livraison. Un exemple de cette évolution est donné par l’industrie de production des ordinateurs personnels qui a refondu ses activités pour tirer partie de la mondialisation des réseaux de production afin de réduire ses coûts. Pour pouvoir répondre avec flexibilité aux changements de la demande tout en évitant d’augmenter les stocks de produits finis, cette industrie a créé un réseau mondial de produits où l’assemblage est placé le plus près possible des marchés finals. En ce qui concerne la livraison, la livraison directe semble prendre de l’importance pour les produits qui présentent un ratio élevé de valeur par rapport au poids. Cette situation reflète la croissance de la commercialisation directe, particulièrement par les media électroniques. En revanche, dans plusieurs pays d’Europe, certains grands distributeurs prennent la responsabilité de la chaîne d’approvisionnement depuis leurs fournisseurs jusqu’aux acheteurs finals. En réalignant les chaînes d’approvisionnement, le transport international renforce sa concentration sur un plus petit nombre de ports et aéroports de transit afin de profiter des économies d’échelle. 1.2.3. Replanification du flux de produits Le flux de produits de la chaîne des approvisionnements subit de plus en plus la contrainte du temps. Les longues chaînes d’approvisionnement sont maintenant pressées de comprimer leurs délais de livraison (le temps écoulé entre l’émission d’une commande et la livraison des marchandises) pour être compétitives sur un marché étranger. Les délais de livraison peuvent varier en raison de différences de pratiques commerciales, du degré de concentration de la distribution, du niveau du support des TIC et de la taille du pays. Le raccourcissement temporel du flux de produits peut faire économiser des coûts de stocks, permettre aux entreprises de répondre plus rapidement à des cycles de vie des produits plus courts ainsi qu’aux variations de la demande et d’augmenter la fiabilité de la livraison. Une seule façon de replanifier les mouvements du fret est de pratiquer une livraison client au jour dit et en adoptant la livraison planifiée dans les usines. 1.2.4. Gestion affinée des transports et de l’entreposage La gestion des transports et de l’entreposage est affinée par l’utilisation optimale des différents modes de transport et par le recours accru aux technologies de l’information et des communications (TIC).
  • 16. 15 Par exemple, l’usage sélectif des modes de transport internationaux est maintenant répandu dans l’industrie manufacturière des ordinateurs personnels dont les pièces sont transportées par air ou par mer en fonction de leur niveau de valeur ajoutée. Les éléments à faible valeur ajoutée sont normalement transportés par voie maritime afin de réduire les frais de transport tandis que les pièces essentielles à forte valeur ajoutée sont sélectionnées en fonction de la fluctuation de la demande et transportées par voie aérienne juste avant leur assemblage. Ce procédé permet aux constructeurs de maintenir la qualité des pièces utilisées dans les produits finis, assure la satisfaction des consommateurs et, dans le même temps, élimine le risque de dévalorisation des stocks de produits. Le coût réel des mouvements internationaux du fret a diminué. Le fret aérien, auparavant considéré trop cher et trop complexe, s’est révélé une option plus viable en raison de la baisse des coûts unitaires, des excès de capacité sur certaines lignes, de la simplification de la bureaucratie commerciale internationale et de la croissance d’intégrateurs offrant des services complets porte à porte. Les développements de la technologie de manutention et des véhicules offrent également la possibilité de modifier les coûts d’exploitation des différents modes de transport du fret et conduisent à modifier le schéma des flux du trafic. Les TIC influenceront largement la gestion des transports et de l’entreposage, la communication électronique tout au long de la chaîne d’approvisionnement étant configurée pour une croissance massive. Les systèmes de positionnement et de navigation automatiques ainsi que le traitement des commandes en temps réel, les systèmes de routage et de planification devraient se répandre. Plusieurs entreprises de transport ont lourdement investi dans des systèmes de « traçage » pour localiser à tout moment leur envoi, en améliorant la visibilité de la chaîne mondiale des approvisionnements pour les chargeurs et leurs clients. Ceci est devenu un aspect clé de la gestion des inventaires. 1.2.5. Modification de la conception des produits Une plus grande complexité et sophistication des produits conduiront à augmenter la valeur ajoutée par unité de poids, particulièrement avec les produits finals. L’augmentation des ventes par Internet est en train de convertir la livraison directe de CD, bandes, vidéos et logiciels en distribution électronique. Il est également possible d’envisager d’intégrer les contingences du transport et de la logistique à un stade précoce de la conception du produit : conception intégrée du produit avec, par exemple, la participation de l’industrie de l’emballage et des autres acteurs de la chaîne des approvisionnements. La normalisation et les implications de la logistique (de retour) (stockage, manutention, transport, etc.) peuvent être pris en compte. Cela pourrait par exemple, entraîner la collecte de déchets propres (c’est-à-dire les emballages) à partir des points de vente par les mêmes véhicules que ceux utilisés pour la distribution des produits. 1.2.6. Intégration de la logistique Comme les activités industrielles se développent mondialement, la logistique impliquera plus de flux matériels et d’information dans la chaîne d’approvisionnement du point source jusqu’aux clients, ce qui va au-delà des frontières nationales. En restructurant les chaînes d’approvisionnement, la logistique doit être gérée comme un processus intégré qui cherche à optimiser ces flux. Si toutes les entreprises impliquées dans une chaîne d’approvisionnement particulière optimisent leur système logistique indépendamment des autres entreprises de cette chaîne, la gestion des flux de toute la chaîne est vraisemblablement sous-optimale. La logistique intégrée tente de surmonter ce problème. Ce concept de logistique intégrée étend la gestion fonctionnelle aux clients, fournisseurs et fabricants. Les entreprises ne peuvent plus se permettre de faire porter leurs efforts sur l’efficacité côté
  • 17. 16 offre seulement. Elles doivent utiliser leur stratégie commerciale pour qu’elle les tire vers l’intégration côtés offre et demande de façon à construire une plate-forme qui leur permette d’obtenir un avantage compétitif. Ceci implique l’ensemble complet des activités et des entreprises concernées par la production et la distribution ainsi que leurs liens à l’offre. Ce concept suggère une structure sous-jacente d’activités qui agissent au sein d’un processus de flux de matériaux et de produits. Les décisions prises dans chaque domaine influent sur les autres de façon à ne former qu’un seul système interdépendant. Différents niveaux d’intégration L’intégration de la logistique industrielle couvre un spectre large. Dans une chaîne d’approvisionnement fragmentée à plusieurs intervenants, l’intégration de la logistique industrielle peut être lancée sous forme d’intégration fonctionnelle comme l’intégration des différentes divisions au sein de la même entreprise responsable des activités de vente et de distribution. Les entreprises à ce niveau de l’intégration logistique tentent d’atteindre l’excellence fonctionnelle et de gagner des avantages de coûts dans leurs opérations de chaîne d’approvisionnement mondial appliquée aux ressources, à la conversion, distribution et service après-vente. Les entreprises éliminent les barrières internes au lieu de les renforcer et centrent leur attention sur les solutions tactiques (par exemple, la rationalisation des activités dépourvues de valeur ajoutée, du capital roulant, des stocks, du service client, etc.). Ce processus peut évoluer en intégration interne où différentes sociétés œuvrant sous la même structure d’entreprise combinent installations, équipement, systèmes et personnels en modes flexibles de déploiement. L’intégration la plus extensive passe par la voie commerciale ou l’intégration externe. Ce niveau exige des entreprises qu’elles étendent leur processus de chaîne d’approvisionnement interne à la fois en amont avec les fournisseurs de matières premières et en aval avec les consommateurs finals. De cette façon, toutes les entreprises de la chaîne d’approvisionnement intègrent leurs activités avec celles d’autres entreprises pour réaliser des économies d’exploitation en commun. La voie du marché devient maintenant une entreprise virtuelle dotée de buts, systèmes, organisations, installations et gestion partagée. Les sociétés à ce niveau travaillent à l’organisation de projets avec les fournisseurs et les clients et les investissements sont faits en commun. Les entreprises qui atteignent ce niveau d’intégration ont le potentiel pour atteindre les niveaux supérieurs de performance. Si des groupes relativement petits de sociétés innovatrices ont adopté les techniques de logistique, les outils et la technologie avancée et intégrée de l’information et des communications, la plupart d’entre elles mettent l’accent sur l’optimisation des flux entre deux sociétés consécutives dans une chaîne. De nombreuses entreprises sont encore aux prises avec les problèmes d’intégration interne en ce qui concerne à la fois les activités matérielles et les systèmes d’information. Par rapport à l’Amérique du Nord, la logistique est sous-développée en Europe et en Asie. Dans la pratique, le développement de la logistique est en partie la conséquence de la concentration du pouvoir (par les acquisitions et fusions) et l’exercice du pouvoir accru qui en résulte sur les autres membres de la chaîne d’approvisionnement. On peut aussi considérer que c’est la possibilité pour les petites entreprises de collaborer afin de réaliser des économies d’échelle dans la chaîne d’approvisionnement qu’elles n’auraient pu réaliser individuellement. Effet de la logistique intégrée dans la pratique des affaires à l’échelle mondiale L’intégration progressive de la logistique dans les chaînes d’approvisionnement a eu des effets profonds sur la pratique des affaires et notamment les tendances suivantes observées par Scary (1999) :
  • 18. 17 − Une forte interdépendance des entreprises ayant des liens entre elles dans le réseau des affaires qui est devenue la nouvelle réalité de l’industrie. Les résultats d’une entreprise individuelle affectent ceux de toutes les entreprises et déterminent les résultats finals du réseau entier. − Une économie plus globalisée qui lie l’approvisionnement des matériaux et des composants de produits à la production et aux marchés par-delà les frontières nationales, invoquant les problèmes de temps, distance, cultures et différentes préférences de marché. Elle intensifie la concurrence et rend l’offre plus complexe en multipliant la diversité des produits, en cherchant une plus grande efficacité tout en répondant à la diversité des marchés et à leur évolution rapide. − Le changement de concept de l’entreprise. Les organisations se sont séparées de leurs activités périphériques pour se concentrer sur leurs métiers de base qui offrent une promesse de valeur unique. C’est pourquoi, une plus grade dépendance externe force l’attention sur les relations entre organisations pour coordonner les activités et les processus. Dans certains cas, le basculement vers les métiers de base a conduit à la création d’organisations « virtuelles » où la majorité des opérations ont été sous-traitées à des parties externes, y compris la logistique à un troisième et quatrième niveaux. − Transformation de la structure organisationnelle de l’entreprise qui passe d’une hiérarchie où le directeur dispense la connaissance et où les travailleurs produisent, à une diffusion large de la connaissance dans toute l’entreprise et des travailleurs qui gèrent leurs propres activités. Cette situation rapproche les décisions prises en commun du point d’action. Dans un cadre logistique, les relations inter-organisationnelles prennent de l’importance par contact informel et formel tout comme les données et les systèmes d’information par-delà des frontières organisationnelles. − Changement de l’environnement gouvernemental générateur à la fois de problèmes et d’opportunités. Une grande partie de la réglementation économique des transports et des télécommunications a été libérée et a conduit à de nouvelles combinaisons de fournisseurs de services orientés sur le marché qui offrent le transport combiné à l’entreposage, les télécommunications, l’assemblage des produits et les services connexes. D’autres formes de réglementations qui couvrent la protection du consommateur, l’environnement et la sécurité remplacent les anciennes contraintes économiques. 1.2.7. Externalisation des activités logistiques Le besoin d’externalisation Des activités de logistique efficaces sont indispensables au bon fonctionnement des entreprises. C’est pourquoi, les sociétés qui remplissent ces fonctions de façon remarquable ajoutent, à de multiples égards, une véritable valeur ajoutée à l’exploitation de l’entreprise. La mondialisation rend plus complexe le réseau de l’offre logistique en mettant en valeur le rôle important de la distribution et des transports pour renforcer la valeur marchande des produits. L’importance de la distribution et des transports dans le maintien de l’avantage compétitif durable d’une entreprise rend plus sophistiquées les opérations de distribution et de transport.
  • 19. 18 Comme les entreprises cherchent à se recentrer sur leurs métiers de base, les activités de logistique sont maintenant de plus en plus confiées à des fournisseurs de service extérieurs. Logistique externalisée Les activités de logistique sont souvent confiées par les industriels à des opérateurs tiers. Ceux-ci sont dotés d’une plus grande expertise qui permet une meilleure flexibilité des opérations de logistique capables de couvrir des zones géographiques plus vastes, à des coûts de fonctionnement moins élevés et avec une meilleure qualité de service. L’externalisation des services logistiques a été un processus à deux dimensions, les entreprises augmentant à la fois la gamme de services qu’elles se procurent à l’extérieur et le volume de trafic confié à un tiers. Les entreprises ont de plus en plus exigé un service de logistique intégrée adapté à leurs exigences. Les meilleures sociétés sous-traitantes comprennent l’importance stratégique de la gestion de la logistique et se positionnent de façon à offrir plus de services de meilleure qualité aptes à faire surmonter les réticences de leurs clients à abandonner le contrôle de leur compétence clé. Il faut donc souligner l’importance de la capacité du sous-traitant à coordonner et à adapter ses services. Les clients se montrent satisfaits de leur expérience de sous-traitance à un tiers. L’externalisation des activités logistiques devrait se développer et cette tendance a encouragé plusieurs sociétés de logistique à l’échelle mondiale à étendre la gamme et la couverture géographique de leurs activités aux régions en voie de développement en offrant des services plus personnalisés. Logistique confiée à un intégrateur de services Aujourd’hui, la plupart des fournisseurs offrent une gamme de services qui viennent compléter les besoins et capacités spécifiques de leurs clients. La tendance générale, toutefois, veut que les tiers soient des prestataires de services complets faisant en sorte que tous les services désirés par les clients puissent être fournis de façon complète et économique en se fournissant aussi bien à l’extérieur de l’entreprise qu’à l’intérieur. La logistique confiée à une quatrième partie, nouveau concept d’externalisation de la logistique, apparaît comme la voie qui permet de faire mieux que de réduire les coûts et le transfert d’actifs en une seule fois comme le fait un accord de sous-traitance traditionnel. Un intégrateur de chaîne d’approvisionnement assemble et gère les ressources, capacités et technologies de sa propre organisation avec celles de fournisseurs complémentaires pour offrir une chaîne d’approvisionnement complète. Le succès de cette logistique repose sur l’approche du « mieux possible » qui consiste à intégrer les activités de la chaîne d’approvisionnement et les technologies de support du client en passant des alliances avec les meilleurs fournisseurs de services, de technologie et consultants. Les solutions logistiques créées de cette façon sont uniques et complètes, irréalisables par un seul fournisseur. Le développement de solutions de quatrième niveau démultiplie les capacités des opérateurs de transport, des fournisseurs de technologie et des gestionnaires de processus pour offrir une solution de chaîne d’approvisionnement complète par l’intermédiaire d’un point de contact centralisé.
  • 20. 19 1.3. Recommandations politiques i) Nécessité d’élaborer des politiques pour stimuler la tendance à la mondialisation et la logistique Les tendances à la mondialisation, à la logistique et au développement des technologies de l’information et des communications, notamment du commerce électronique, combinées ensemble, vont imposer une refonte des schémas commerciaux mondiaux et donc, des flux commerciaux matériels. Cette restructuration conduit à la croissance économique, à une meilleure affectation des ressources, et surtout à une plus grande liberté de choix du consommateur. Il est évident que les mesures politiques qui visent à neutraliser la dynamique de la logistique et de la mondialisation ne sont pas envisageables. En revanche, en fournissant le cadre sous-jacent au soutien de ces développements, les gouvernements peuvent parvenir à une montée agrégée du bien-être social ainsi qu’à sa répartition plus équitable. C’est pourquoi, il faut élaborer et mettre en œuvre des politiques qui font de chaque région un composant essentiel des réseaux logistiques mondiaux. Les questions essentielles dont elles doivent tenir compte sont les préoccupations d’ordre environnemental, l’utilisation stratégique des technologies de l’information comme l’élaboration de cadres qui assurent cohérence et interopérabilité dans l’application des TIC, la réglementation et déréglementation, le dédouanement, la tarification d’une logistique efficace, la promotion des transports intermodaux et le développement des ressources humaines. ii) Nécessité de reconnaître les effets négatifs de la mondialisation et de la logistique L’évolution vers la mondialisation et la logistique sera dynamique et pourra nécessiter des changements structurels produisant des effets négatifs sur certains secteurs et régions. Les entreprises qui opèrent à l’échelle mondiale n’adhéreront pas nécessairement aux règles établies par les autorités régionales, même au niveau de l’UE. Les processus de production sont devenus libres de toute attache. Comme les activités de production, combinées aux choix de certains marchés, sont très importantes dans la construction des chaînes d’approvisionnement, ces choix déterminent l’itinéraire géographique du flux physique des marchandises et peuvent conduire à des déséquilibres régionaux. Dans l’industrie et le commerce, les approvisionnements représentent 50 à 60 % du chiffre d’affaires total. En utilisant les technologies de l’information, les entreprises peuvent planifier leurs activités de production pour mieux satisfaire les commandes des utilisateurs finals et par là, synchroniser les achats. A cet égard, le Business-to-Business (B2B) et le Business-to-Consumer (B2C) sont imbriqués. La coordination entre le B2B et le B2C est un facteur déterminant dans la gestion des flux. Toutefois, la croissance de la demande de transport qui accompagne ce développement peut ne pas toujours mener à un résultat efficace en faisant pression de façon non uniforme sur les infrastructures et l’environnement. Le nombre de véhicules de fret dans les réseaux urbains n’a cessé de croître. Actuellement, le trafic de fret représente 15 à 20 % de l’ensemble du trafic de véhicules dans les zones urbaines. Le commerce électronique, dans sa forme actuelle, s’appuie sur la livraison à domicile, ce qui peut conduire à des livraisons moins groupées et donc à une augmentation du trafic de fret. Cela aura des effets sur l’environnement et la société et pourrait engendrer des coûts importants en cas de chute brutale de l’efficacité des livraisons qui augmenterait les coûts opérationnels de façon importante. Les implications du commerce électronique à ce niveau dépendront de la capacité des entreprises à grouper leurs envois de façon à améliorer les facteurs de charge des véhicules et à réduire le nombre de voyages. Le problème posé par le groupage des services de transport, spécialement par les grandes entreprises de transport comme les transporteurs internationaux, exige un contrôle attentif des gouvernements et, éventuellement, qu’ils parrainent la création de groupes de travail impliquant tous les
  • 21. 20 acteurs du secteur pour veiller à ce que l’utilisation des TIC ne favorise pas le développement de pratiques anti-concurrentielles. De la même façon, si la politique de la concurrence doit être une sauvegarde contre ces développements, elle ne doit pas poser de contrainte à l’émergence de dispositions de coopération entre concurrents dans le secteur des transports. iii) Nécessité d’élaborer des politiques fondées sur la pleine compréhension de la logistique Il est important pour les décideurs politiques de comprendre les concepts de la logistique et les pratiques courantes. Savoir reconnaître les réflexions sur la logistique avancée est important pour déterminer les meilleures pratiques. Alors seulement, l’effet macroéconomique de la gestion de la logistique peut être complètement évalué. Toutefois, les décideurs devraient être conscients du danger d’extrapoler les meilleures pratiques d’une entreprise individuelle, appliquées au niveau microéconomique, en décisions politiques au niveau macroéconomique. Avec la restructuration des chaînes d’approvisionnement, la densité de la valeur des produits évolue avec l’espace couvert par la logistique. Dans le même temps, la densité matérielle bascule au profit de la densité de l’information. Les systèmes d’information et de communication qui tracent les mouvements de fret, l’informatique appliquée aux formalités de douane et les systèmes de gestion qui déterminent les stocks dans les entrepôts et espaces de stockage sont nécessaires pour mener à bien des opérations de logistique mondiale. Cette mutation a conduit et continuera de conduire à des changements majeurs des schémas de distribution : le nombre d’expéditions augmentera tandis que leur taille diminuera, ce qui, à son tour, peut avoir des conséquences importantes sur l’évolution des infrastructures dédiées. Avec des informations précises sur le déploiement de la logistique, il devient possible de déterminer les éléments sensibles à une réforme politique et d’élaborer des politiques qui assurent l’efficacité et la fiabilité du transport de fret associé à la production et à la logistique globalisées. iv) Nécessité d’élaborer des politiques de transport dans un contexte plus large Comme les chaînes d’approvisionnement sont souvent insensibles aux coûts de transport et étant donné l’avantage apporté en matière de tenue des stocks, de coûts de production/main-d’œuvre et d’achat, les coûts totaux de transport doivent être analysés dans le contexte de la logistique. Comme les entreprises cherchent à rationaliser leur production, à élargir leur espace d’approvisionnement et à desservir un marché plus vaste, elles ont besoin de déplacer leurs marchandises sur des distances plus grandes, ce qui augmente la demande de transport de fret et crée des problèmes de transport et d’environnement. Toutefois, les nécessités de planning, les régimes fiscaux, l’offre de main- d’œuvre et les économies d’échelle sont à l’origine des décisions des entreprises, et la politique de transport des marchandises peut ne pas les influencer. C’est pourquoi, les décisions qui affectent le plus la demande de transport de marchandises sont souvent prises sans tenir compte de la politique de transport de fret. Pour réduire effectivement l’intensité de transport d’une économie, les gouvernements devraient traiter la demande de transport comme faisant partie intégrante d’un cadre politique plus vaste qui pourrait inclure, entre autres, la planification budgétaire, la politique du travail, la politique de l’environnement et la planification régionale. v) Nécessité de coopérer et de collaborer pour développer des réseaux logistiques efficaces et mondiaux Comme les réseaux logistiques se développent à l’échelle mondiale, le développement intégré du matériel de transport, les infrastructures et systèmes d’information et les systèmes pour les réseaux
  • 22. 21 mondiaux de logistique avancée exigent une considération attentive des facteurs sociaux. La gamme des questions de politique publique qui affecte les réseaux logistiques mondiaux est large et dépasse les compétences étroites des organes gouvernementaux, uniquement chargés d’améliorer les performances de leur propre secteur des transports. A travers les pays et les régions, la diversité des acteurs impliqués dans la logistique est placée au défi de savoir comment traiter les différentes réglementations, les demandes d’information, les intérêts économiques, les conditions de marché et les cultures. Le degré d’implication de chaque gouvernement dans le développement des réseaux logistiques diffère également selon les pays. Les Pays-Bas offrent un exemple de la (future) intégration de la logistique et des flux de trafic de fret possibles à partir de parcs industriels dans le processus de planification spatiale de ces parcs qui passe du niveau national au niveau régional. Jusqu’à présent, il existait aux Pays-Bas de grandes différences dans la façon dont les conseils municipaux donnent des titres de propriété aux acheteurs potentiels. Par exemple, certains conseils refusent d’en accorder à des sociétés de services de logistique sous le simple prétexte qu’elles ne créent pas suffisamment d’emplois par mètre carré. D’autres conseils peuvent donner la préférence à ces sociétés en considérant qu’elles se développent elles-mêmes en un nœud logistique. Cette situation a souvent conduit à une sous-optimisation des chaînes d’approvisionnement et à une accessibilité inadaptée de l’industrie et du commerce aux principales infrastructures. C’est pourquoi, la mise en œuvre de politiques gouvernementales intégrées relatives à des chaînes d’approvisionnement efficaces, non seulement transfrontalières mais encore entre les différents niveaux de décisions politiques à l’intérieur des frontières (national, provincial et municipal) a pu conduire à des réseaux de distribution de fret plus efficaces. Une coopération et une collaboration constructives entre les entreprises privées, les gouvernements et les organisations internationales sont nécessaires au développement de réseaux logistiques mondiaux efficaces. vi) Nécessité d’une approche rapide et souple dans l’élaboration des politiques Il y a inadéquation entre l’élaboration des politiques et les organisations chargées de faciliter les activités de la chaîne logistique. Comme la logistique fait tomber les barrières fonctionnelles au sein des entreprises, les gouvernements doivent également s’efforcer de reventiler les responsabilités fonctionnelles des ministères traditionnels et de se montrer souples dans l’élaboration de leurs politiques. Il est également évident que les TIC joueront un rôle essentiel dans la transformation de la logistique et la planification de la chaîne d’approvisionnement, ce qui sous-entend que le cadre politique sous-jacent mis au point par les gouvernements doit être souple et répondre aux besoins de l’industrie et de la société. vii) Nécessité d’améliorer les statistiques Pour avoir une meilleure compréhension de la logistique, il est essentiel d’améliorer les statistiques des flux de marchandises. Dans de nombreux pays d’Europe, par exemple, il est pratiquement impossible de collecter les données concernant les marchandises (par mode, transport national ou international), l’opération commerciale et la production. En reconsidérant les différents systèmes de classification de ces données dans une perspective de logistique (fondée sur la valeur), on éclairerait les décideurs politiques et permettrait une élaboration des politiques à partir d’informations plus fiables.
  • 23. 22 viii) Nécessité de reconnaître la diversité entre les pays Les pays ont des caractéristiques géographiques et sociales différentes et des niveaux de développement économique différents avec des systèmes de transport et des structures de fonctionnement largement divergents. Ce point doit être reconnu dans l’élaboration des politiques de logistique. En Europe, les modes différents d’utilisation de la logistique par les entreprises dans chacun des pays ne doivent pas être négligés dans l’élaboration de la politique de transport de l’UE. Ces différences constituent des menaces pour les pays qui n’appartiennent pas au noyau européen (régions périphériques et Europe orientale). Le volume d’échanges en Asie a beaucoup augmenté en raison de politiques favorisant les exportations. La région a connu une accélération de la mondialisation des économies nationales, reflétant le développement des activités des entreprises multi-nationales dans la région et au-delà. L’amélioration des transports nationaux dans les pays d’Asie est également une question importante pour assurer la fiabilité du transport de marchandises associé à une production et une logistique mondialisées. Toutefois, les lois et réglementations qui régissent la logistique sont très différents selon les pays d’Asie (OCDE, 2000). Le niveau de développement économique, la structure industrielle, le niveau de développement des infrastructures, notamment de transport et de télécommunications sont également très différents. Dans certains pays d’Asie, des exploitations obsolètes et des organisations inefficaces risquent de limiter leur capacité à mener des opérations de logistique efficaces et de gêner le développement futur d’une logistique sophistiquée. Dans la plupart des pays en développement, il n’y a pas de politique de logistique ni de chercheurs dans ce domaine. C’est pourquoi, pour développer un réseau logistique mondial efficace, il faut reconnaître ces diversités. Il est essentiel toutefois que les politiques tendent à minimiser les sources d’inefficacité attribuables à ces différences et à normaliser des caractéristiques de fonctionnement des systèmes logistiques afin de rendre le transport transparent autant que possible. Sinon, l’industrie risque de contourner les environnements commerciaux trop complexes ou coûteux, au détriment du pays concerné.
  • 24. 23 CHAPITRE II : DEVELOPPEMENTS DES TECHNOLOGIES DE L’INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS (TIC) COMME SUPPORT DE LA LOGISTIQUE 2.1. Avancée de la logistique dans la société de l’information Dans les années 1970 et 1980, les technologies de l’information, avec notamment les réseaux locaux et les réseaux à grande distance, ont été introduites pour gérer les liens et les nœuds de façon isolée. La gestion à flux tendus qui prévaut dans l’industrie manufacturière a amené la gestion de la qualité totale (Total Quality Management, TQM) qui a intégré la logistique dans les autres fonctions de l’entreprise. C’est pourquoi, la gestion des nœuds et des liens est devenue partie intégrante de l’approche de gestion d’ensemble en utilisant les technologies innovatrices des réseaux d’information. Toutefois, jusqu’à ce stade, une seule entreprise contrôlait à grande échelle les réseaux d’information. Dans les années 1990, la TQM a évolué pour devenir logistique en même temps que la révolution Internet se réalisait. La nécessité de gérer efficacement les livraisons de porte à porte à l’échelle mondiale a contribué à l’expansion des réseaux d’information dans les entreprises pour y inclure fournisseurs, négociants, partenaires, filiales et alliances de façon intégrée. L’intégration nécessaire des opérations de logistique dans la chaîne d’approvisionnement a été rendue possible par l’avancée de la technologie de l’information. Internet est rapidement devenu un instrument commercial puissant en raison de ses services commerciaux en ligne et de ses possibilités de commerce électronique. Le réseau est près de devenir un médium par lequel les entreprises font du commerce, passent des contrats, échangent des données et des informations, discutent des conceptions et situent les composants. L’application des TIC aux transports a également conduit à l’émergence des systèmes de transport intelligents (STI). Les STI relient chaque élément de transport pour les combiner en un seul système par l’usage des technologies avancées de l’information. Les STI intègrent différentes technologies et des fonctions institutionnelles pour réaliser des systèmes de transport efficaces, sûrs et respectueux de l’environnement. Ils offrent la possibilité d’améliorer l’usage efficace des systèmes de transport en libérant plus de capacité à partir des infrastructures physiques existantes. Avec la méthode de conception traditionnelle des infrastructures de transport, il est intrinsèquement difficile de prendre en compte les changements dynamiques associés à la logistique. Pour surmonter cette lacune, le contrôle dynamique des opérations de logistique est nécessaire. Les applications stratégiques de l’information innovatrice comme le système de positionnement global (Global Positioning System, GPS), les STI, l’échange de données informatisé (EDI) et le commerce électronique intégrés par Internet, deviendront inévitables. L’existence d’infrastructures d’information à haute performance dictera les compétences logistiques d’un pays ou d’une région. Ces infrastructures d’information complexes et sophistiquées induiront des processus interactifs dans les activités logistiques.
  • 25. 24 2.2. Effets des technologies avancées de l’information et de l’innovation technologique sur la logistique 2.2.1. Amélioration des performances de la logistique L’utilisation des TIC a amélioré l’échange d’informations le long de la chaîne d’approvisionnement, ce qui a conduit au développement de la production intégrée et aux systèmes de gestion de la logistique et a ainsi amélioré de différentes façons les performances de la chaîne d’approvisionnements. Le flux des transactions commerciales et la distribution physique sont séparés. L’échange de données informatisé a fondamentalement changé les modes de gestion des transactions commerciales. Ces systèmes utilisent des liens informatiques au lieu du papier qui allongeait le temps de transfert et contenait souvent des erreurs. Les TIC ont comme avantage une plus grande rapidité, une plus grande fiabilité et capacité de stockage, une plus grande transparence, une réduction des coûts de transaction et une meilleure couverture mondiale. Le traçage des marchandises et des véhicules ainsi que les systèmes d’acheminement des véhicules en temps réel et les systèmes de planning ont transformé la gestion de la logistique. Il est maintenant possible d’identifier, de tracer et de planifier les cargaisons presque partout dans le monde. La mécanisation et l’automatisation au sein des installations de logistique, le contrôle qualité et les technologies de gestion des entrepôts se sont aussi améliorés. Les délais de livraison ont été réduits avec l’introduction de l’EDI, la mécanisation, l’automatisation, et les systèmes d’optimisation de l’acheminement des véhicules, ce qui conduit potentiellement à abaisser les niveaux d’excédent de stock. Le développement de l’Internet est un moyen pratique de collecter, organiser et diffuser les informations sur les produits, les services et les réglementations commerciales à l’échelle mondiale. Le commerce de marchandises inter-entreprises sur Internet continuera à croître et développera la mondialisation du commerce en augmentant les distances moyennes de transport. Plusieurs entreprises utilisent l’Internet comme moyen d’échange pour planifier la chaîne d’approvisionnement avec leurs partenaires. Les principaux transporteurs de marchandises ont recours à leurs pages Web sur Internet pour donner des informations sur leurs services, leur planning et tarif. Ces informations sont facilement accessibles à tout moment par le marché mondial. Les transporteurs les plus avancés offrent déjà la possibilité de réponses interactives aux questions sur le traçage des cargaisons posées par les chargeurs et les transitaires. Cette évolution a accru la concurrence entre les fournisseurs de logistique. Les exigences des chargeurs en matière de transport ont changé pour des raisons de concurrence qui s’est traduite par des services rapides, fréquents et fiables, une fabrication, entreposage et distribution à flux tendus, des services intermodaux porte à porte, des services de traçage des cargaisons et d’autres services liés aux systèmes d’information avancés. La réponse des industriels du transport aux exigences des chargeurs a amené des services à valeur ajoutée de haute qualité qui ont abouti aux tendances actuelles d’intégration de la chaîne des approvisionnements, de partenariats et d’alliances stratégiques, de logistique externalisée, de partage des équipements et d’échange d’informations sans papier. La concurrence accrue entre les différentes entreprises à l’échelle mondiale augmentera le rythme de l’innovation et poussera les prix à la baisse, deux facteurs qui sont potentiellement bénéfiques à la création de bien-être.
  • 26. 25 2.2.2. Permettre de nouvelles structures de chaîne d’approvisionnement Le développement rapide des TIC a joué non seulement sur les performances des chaînes d’approvisionnement, mais a également changé les structures industrielles et produit de nouveaux services. Le fait que les fournisseurs et les utilisateurs finals aient un accès plus facile aux informations a renforcé le commerce direct. La facilité d’accès aux informations par tous les partenaires de la chaîne d’approvisionnement devient une menace pour les parties de la chaîne (comme les agents) qui gagnent traditionnellement leur vie grâce à leur accès privilégié à des informations rares. Certains rôles intermédiaires dans la chaîne d’approvisionnement peuvent devenir redondants. Les transitaires, les grossistes et les détaillants doivent faire face à la concurrence accrue des canaux de vente sur Internet puisqu’une grande part de leurs activités consistait à mettre en adéquation l’offre et la demande. Cependant, l’Internet a créé un nouveau type d’activité, non fondé sur des actifs. Un service particulier a vu le jour : « la chaîne logistique virtuelle ». Il s’agit d’un système de communication à partir d’Internet doté d’une base de données centralisée qui intègre tous les aspects des opérations logistiques et à laquelle les parties intéressées peuvent avoir accès pour vérifier les informations de logistique et communiquer en temps réel. Un domaine d’amélioration possible des chaînes d’approvisionnement et des opportunités du transport intermodal est la séparation de la partie marketing de la chaîne matérielle des approvisionnements. Par exemple, des enchères virtuelles, organisées sur Internet et qui n’exigent pas la présence physique de produits, permettent d’échanger directement les produits du vendeur à l’acheteur sans les détours et le transport superflus. Les entreprises de réseau à valeur ajoutée qui transmettent les informations entre les clients et les transporteurs servent d’intégrateurs en fonctionnant comme des bases de données pour contrôler la localisation des cargaisons, les bons de commandes et autres formes d’information. Un exemple en Europe en est donné par PARIS (Planning And Routing Intermodal System – système intermodal de planification et d’acheminement) qui planifie simultanément le transport de conteneurs entre l’arrière-pays et les ports pour plusieurs chargeurs et sociétés de transport et améliore ainsi l’efficacité des transports. Aux États-Unis, un nouveau type de fournisseur de logistique externalisée, appelé Information Clearing House (chambre de compensation des informations) est apparu. Ces sociétés de services créent des sites Web qui indiquent les capacités disponibles des transporteurs routiers membres du site et permettent de passer un contrat de transport entre les transporteurs routiers et les expéditeurs abonnés. Ce procédé améliore l’efficience de la charge des camions et contribue à un transport respectueux de l’environnement en diminuant les camions qui ne circulent pas à pleine charge. Dans un futur proche, ces services pourront être étendus de façon à obtenir des dispositions optimales de transport en utilisant et/ou combinant différents modes par voie d’enchères. 2.2.3. Contribuer au basculement de mode et au transport intermodal Les développements de la logistique et de la technologie des transports ont le potentiel d’augmenter la compétitivité du transport intermodal. Les nouveaux développements de la technologie de la manutention et des véhicules peuvent réduire les coûts de fonctionnement des différents modes de transport de fret et modifier le schéma des flux de trafic. Par exemple, l’introduction de ferries rapides sur des itinéraires maritimes courts en Europe ouvre la concurrence aux services de transports routiers qui traditionnellement desservent ces itinéraires. De la même façon, le rail donne aux chargeurs l’occasion d’exploiter un stock roulant sur des corridors principaux en utilisant des points de distribution pour rediriger les produits selon la demande.
  • 27. 26 L’application des TIC aux chaînes d’approvisionnement permet de mettre à disposition, à un stade précoce, les informations sur les ordres de transport et les expéditions, ce qui se traduit par une meilleure gestion des temps de transit des opérations de transport, créant ainsi de nouvelles possibilités de transport, notamment le transport intermodal qui n’était pas faisable auparavant. La technologie efficace de l’information a réduit le temps et le coût de traitement et a créé des liens sans rupture, ce qui a facilité le transport intermodal. Les sociétés tiers ont mis au point des services qui relient les différents systèmes modaux. L’utilisation des TIC pour identifier et tracer les cargaisons a été largement appliquée aux opérations intermodales. L’amélioration de ces types de transport par l’application des TIC et des STI (systèmes de transport intelligents) a favorisé le concept de gestion des stocks et de livraison à flux tendus. Toutes ces améliorations augmentent l’efficacité du transport intermodal. 2.2.4. Effets sur la demande de transport de marchandises La technologie ne réduira pas le besoin de transporter les marchandises. Leur dématérialisation et leur distribution par Internet sont en train de transformer la livraison directe des produits comme les logiciels et les produits vidéo. Toutefois, la réduction nette du volume de fret à déplacer dû à la dématérialisation et à la distribution des « produits de l’information » est probablement très faible et surcompensée par le trafic de fret supplémentaire engendré par des sources d’approvisionnement plus éloignées, tendance qui sera renforcée par les échanges Internet. 2.3. Recommandations politiques L’utilisation des TIC tout au long de la chaîne d’approvisionnement est appelée à croître massivement. Ces technologies ont joué et continueront à jouer un rôle clé dans la transformation de la logistique et de la planification de la chaîne d’approvisionnement. C’est pourquoi les TIC seront un domaine important pour l’élaboration des politiques favorisant les performances des réseaux logistiques mondiaux. i) Nécessité de promouvoir l’utilisation stratégique des TIC Il y a de nombreuses entreprises qui soit n’utilisent pas pleinement les possibilités des TIC, soit ne sont pas bien positionnées pour récolter les bénéfices de leurs investissements en technologie de l’information. Les dirigeants manquent souvent d’un cadre pour décider des meilleures technologies adaptées à la situation particulière de leur entreprise ou n’ont pas la compréhension nécessaire pour savoir comment gérer la nouvelle technologie ni comment l’adapter à leurs procédures de travail. Bien qu’il apparaisse clairement que le partage d’informations est profitable à la chaîne d’approvisionnement dans son ensemble, de nombreuses entreprises commencent par optimiser leurs procédures internes avant de se pencher sur leurs relations avec l’extérieur. Il doit être compris que les systèmes de logistique avancée, englobant les transports intermodaux, peuvent être réalisés par l’utilisation stratégique des TIC. Une restructuration ou une nouvelle culture d’entreprise ainsi que de nouvelles infrastructures d’information peuvent être nécessaires pour tirer les bénéfices potentiels de ces technologies.
  • 28. 27 ii) Nécessité de tenir compte du développement rapide des TIC dans la future planification de la logistique Les TIC sont caractérisées par un rythme rapide d’évolution technologique, les systèmes conçus ou implémentés étant de plus en plus configurés en un réseau unique, mais suffisamment souple pour être appliqué plus facilement dans différents contextes. Ce rythme rapide d’évolution pose un défi aux décideurs politiques et aux utilisateurs de ces technologies. Le commerce électronique se développe rapidement. Il est nécessaire pour que ce développement se poursuive que les expéditions soient livrées à l’échelle mondiale dans des délais très courts et à faible coût. C’est pourquoi, les schémas de distribution vont probablement changer aussi bien localement qu’à l’échelle mondiale. Ces nouvelles caractéristiques du transport de marchandises dues à l’introduction des TIC avancées ou innovatrices appliquées à la logistique auront d’importantes implications pour la planification. Habituellement, les technologies innovatrices de l’information sont introduites pour faire progresser les réseaux de logistique seulement une fois que les infrastructures matérielles de transport et les installations qui leur sont associées sont bien développées. Toutefois les TIC innovatrices sont si sophistiquées qu’elles peuvent être utilisées comme des outils puissants pour rediriger stratégiquement le schéma des opérations logistiques. C’est pourquoi, la mise en place des futures infrastructures matérielles ne peut être indépendante de l’architecture de l’information et des caractéristiques des systèmes d’information conçus et développés pour faire avancer les réseaux logistiques stratégiques. Un des principaux obstacles auquel se heurtent les entreprises pour adopter les TIC avancées est le risque d’investissement croissant. D’une part, ces risques résultent des lourds investissements requis par les TIC et d’autre part, de la longue période de temps requise pour implémenter le logiciel et les systèmes par rapport à la rapidité d’évolution qui caractérise ces technologies. C’est une évolution importante qui rend très incertain l’empressement du secteur privé à investir dans les TIC, notamment si la politique de communication des gouvernements et l’affectation du spectre des fréquences sont entourées d’incertitudes. C’est pourquoi, les décideurs politiques doivent se tenir à jour de l’évolution rapide des TIC et mettre au point un cadre stable de communication qui incite le secteur privé à la planification logistique. iii) Nécessité de prévenir les effets négatifs des TIC Bien que les TIC offrent des opportunités de réaliser des systèmes logistiques avancés, des changements rapides de configuration des chaînes d’approvisionnement peuvent également survenir sans que les conséquences négatives possibles qu’elles entraînent soient prises en compte. C’est là que l’intervention politique peut être nécessaire. Par exemple, le commerce électronique et l’application de la logistique directe au consommateur peuvent réduire la taille des envois et augmenter le nombre de livraisons. Tant que les produits achetés électroniquement sont petits et à deux dimensions (pour pouvoir entrer dans une boîte à lettres), les systèmes de distribution resteront en gros les mêmes, mais ils devront changer pour les colis plus grands ou à trois dimensions. Cette situation peut avoir des effets négatifs sur l’efficacité et la viabilité des transports, particulièrement dans les zones urbaines. Pour prévenir ces effets, il faut prévoir des politiques capables de promouvoir l’émergence de nouveaux systèmes logistiques dotés d’une meilleure capacité de groupage et d’une distribution efficace de sorte qu’une augmentation de la demande de transport ne conduise pas nécessairement à une augmentation de trafic. C’est pourquoi, il peut être nécessaire de réformer des réglementations dans d’autres secteurs de l’économie afin d’éviter une augmentation inattendue de la demande de transport.
  • 29. 28 iv) Nécessité d’harmonisation et de coopération Comme les développements des TIC et du commerce électronique sont de nature mondiale, l’ouverture et l’interopérabilité des systèmes d’information sont vitaux pour la pénétration des services et systèmes. Les organisations internationales (comme l’UE, l’OCDE, l’OMC, l’ISO et la CNUCED) ont un rôle essentiel à jouer pour offrir aux gouvernements un cadre de coopération qui leur permette de réaliser l’intégration et l’harmonisation des actions politiques pour mettre en place les technologies qui dépendent des infrastructures. De cette façon, ces organisations peuvent éviter la création d’obstacles techniques au commerce et à la logistique efficace. Toutefois, le vaste menu des applications possibles dans ce domaine technologique est si imprévisible qu’il ne peut pas être totalement prédéterminé. Ainsi, la tendance à la normalisation favorisera les normes larges et fonctionnelles, plus facilement applicables dans différents contextes plutôt que des normes rigides, dépourvues de souplesse. En promouvant la normalisation, les pays avancés devraient apporter un soutien technique aux pays qui en sont encore à moderniser leurs systèmes d’information et à mettre au point la logistique confiée à un tiers et les systèmes de chaînes logistiques virtuelles. v) Besoin de recherche et développement Les innovations dans le domaine des TIC sont progressives. Certaines technologies en sont encore à la phase de recherche. Dans la promotion de la recherche et développement, il faut garder à l’esprit que les innovations ont été provoquées par des processus interactifs entre les activités économiques du côté du marché et les activités de recherche et développement du côté de la technologie. C’est pourquoi, afin de développer des réseaux logistiques basés sur les TIC qui soient des systèmes circulatoires efficaces pour la logistique, il est nécessaire d’assurer les interactions et le retour d’informations nécessaires des deux côtés par des structures et mécanismes organisationnels au sein des entreprises tout comme entre les différentes institutions, nations et régions. Pour optimiser les opportunités de progrès technologique, les gouvernements doivent non seulement soutenir les efforts de recherche et développement dans le secteur privé, mais également faciliter la mise en démonstration de solutions technologiques et rechercher les gains de productivité par la diffusion de l’information.
  • 30. 29 CHAPITRE III : INTERMODALITE ET LOGISTIQUE 3.1. Le besoin de transport durable Parmi les préoccupations croissantes de durabilité, les systèmes de transport posent tout un éventail de problèmes environnementaux. C’est particulièrement le cas du transport routier qui a pris plus d’importance par rapport aux autres modes de transport. Le bruit et la pollution de l’air causés par la congestion du trafic et l’augmentation de CO2 et d’autres émissions des véhicules font partie de ces problèmes. En particulier, les poids lourds utilisés pour le transport de fret sont considérés comme en étant la source principale. Les préoccupations d’environnement et de sécurité sont les principaux mobiles qui inspirent les réglementations et législations relatives au transport de marchandises. Ces inquiétudes ont pesé pour que le fret soit retiré de la route. En répondant à cette nécessité, la plupart des pays de l’OCDE sont mis au défi d’élaborer des réformes socio-économiques qui parviennent à un équilibre entre les exigences de l’écologie et les conditions qui concourent à la croissance économique compatible avec les objectifs de durabilité. La tendance au développement durable aura un effet considérable sur la conception et le fonctionnement des systèmes de logistique. Pour arriver à un équilibre entre la mondialisation des activités économiques et le développement de réseaux logistiques mondiaux respectueux de l’environnement, différentes approches sont discutées et examinées qui vont de la construction de meilleures installations matérielles au développement d’infrastructures de l’information pour réorganiser les opérations de logistique de façon à les rendre plus viables. L’introduction de nouveaux concepts et technologies dans les opérations de logistique peut également contribuer à la durabilité. Des exemples types sont donnés par l’adoption de systèmes d’expédition sophistiqués et de livraisons groupées afin de réduire les volumes du trafic et les coûts (y compris les externalités) et le développement de systèmes de transport aptes à recycler les produits à jeter. 3.2. Caractéristiques du transport intermodal Les gouvernements se sont efforcés de stimuler les transports intermodaux afin de promouvoir le développement durable bien que la demande de ce type de transport n’ait que modestement augmenté en raison des nombreux obstacles existants. Les caractéristiques du transport intermodal sont différentes selon les régions. Le système intermodal asiatique se caractérise par une combinaison de concepts modernes et traditionnels d’intermodalité. Comme en Asie les pays sont constitués d’îles et/ou d’archipels, les longues distances entre les pays au sein de la région plaident en faveur du développement des transports aérien, maritime et intermodal. En particulier, le rôle des nœuds et des liens est vital pour les systèmes logistiques et de transport. Toute amélioration apportée à ces systèmes se traduira par une amélioration importante des services, réduira les temps de transport, et finalement les coûts. Comme l’Asie est maintenant devenue le centre d’exportation des biens industriels, le besoin de transport des cargaisons en conteneurs a augmenté et on assiste au développement d’infrastructures de logistique dans certains pays.
  • 31. Pour être effectif, le transport intermodal demandera un ensemble complet de mesures pour augmenter de façon marquée dans l’Union européenne la productivité du transport de fret par le rail et pour faire respecter des règlements efficaces de travail, de maintenance, de chargement et de sécurité pour le transport routier (CEMT, 2001). La région de l’ALENA, centrée sur les États-Unis et le Canada, se caractérise par une demande étendue de transport terrestre avec des systèmes routiers et ferroviaires efficaces et un besoin relativement limité de documents transfrontaliers. POUR CONTUNIER LA LECTURE VOUS POUVEZ TELECHARGER LE LIVRE CLIQUEZ ICI