Grimper en moulinette

1 038 vues

Publié le

sécurité escalade

Publié dans : Sports
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 038
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
147
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Grimper en moulinette

  1. 1. Grimper en moulinette Approfondissement escalade 2e année. UFRSTAPS LYON
  2. 2. Grimper en Moulinette. Florent COIFFET •- La moulinette c'est grimper une voie avec une corde placée au préalable sur celle-ci, lorsque l'on grimpe en moulinette, on est assuré par le haut. •-La corde est placée dans un relais (un anneau ou maillon) cela découpe la corde en deux brins : celui du grimpeur et celui de l'assureur. •-En site artificiel, les cordes sont déjà placées pour pouvoir grimper en moulinette. •-En site naturel, il est nécessaire qu'un ouvreur, ouvre la voie pour que les autres grimpeurs puissent l'escalader. •-L'assurage ce fait au sol, avec un système d'assurage et une technique d'assurage en 4-5 temps (cf autres diapos).
  3. 3. Nœud en 8 Double Nœud permettant au grimpeur de se lier à la corde et de créer un lien avec le baudrier et les deux boucles d’encordements. Suite au nœud de 8 simple, on suit la corde en créant la forme de 8 pour faire ressortir le nœud de 8 double. Exécution d’un nœud de 8 double avec baudrier Ce nœud de 8 double est prolongé d’un nœud d’arrêt et ceci signifie le début de la montée en accord avec son assureur. M. Dubuis
  4. 4. 1) Mettre correctement les équipements nécessaires (baudrier, chausson…) 2) Décider qui est grimpeur, qui est assureur sur la corde qui est déjà installée. 3) L’assureur se munit du frein et le grimpeur effectue sont nœud en 8 double. 4) Ils effectuent une co-vérification de leur système de sécurité (baudrier, passage nœud d’encordement…). 5) L’assureur autorise le grimpeur à démarrer sa montée. 6) Ils peuvent effectuer un « test avant-départ » ( à 1 mètre du sol le grimpeur annonce sec, une fois pris sec, il se lâche…cela permet de vérifier que tout le matériel du grimpeur et de l’assureur a bien été installé). 7) Pendant l’ascension du grimpeur, l’assureur assure en 5 temps afin de pouvoir régler la tension de la corde et surtout, pour ne jamais lâcher le brin sous le frein. 8) Le grimpeur peut annoncer « sec » ou « mou » à son assureur: sec pour tendre la corde et mou pour laisser de la liberté de mouvement au grimpeur. 9) Une fois en haut, le grimpeur annonce « arrivé » pour que l’assureur se prépare à faire descendre le grimpeur. 10) L’assureur le prend sec (les 2 mains sous le frein) et fait contrepoids puis annonce quand il est prêt afin que le grimpeur puisse s’assoir dans le baudrier, pieds écartés et à plat, buste parallèle à la paroi. 11) L’assureur garde ses 2 mains sous le frein et le descend lentement, en contrôlant la vitesse. 12) Une fois arrivé en bas le grimpeur puis l’assureur peuvent se déséquiper. Chronologie à respecter pour une montée en moulinette Nous voyons ci-dessous, le grimpeur équipé ainsi que son assureur pendant une montée où l’assureur effectue la montée en moulinette en 5 temps… puis s’effectuera tout ce qui vient d’être évoqué dans la définition. Cette chronologie sert de repère, de mode d’emploi à suivre pour que la montée du grimpeur se passe bien. NORMAND Thomas
  5. 5. « SEC » Le mot « sec » est cité par le grimpeur pour demander à son assureur de tendre la corde quand celle-ci n’est pas assez tendu lors de son ascension ou lorsqu’il veut se stabiliser pour analyser la voie ou bien entreprendre sa descente. « sec » Référence texte: wikipédia.org Référence image: - Bealplanet.com - Leyeti.net
  6. 6. C’EST UN TERME PROPRE À L’ESCALADE QUI EST UTILISÉ PAR LE GRIMPEUR LORSQU’IL SOUHAITE QUE L’ASSUREUR DÉTENDE LA CORDE. LORS D’UNE MONTÉE EN MOULINETTE, LE GRIMPEUR PEUT DIRE « MOU » SI LA CORDE EST TROP TIRÉ ET L’EMPÊCHE DONC DE MONTÉE AVEC PLUS D’AISANCE. LORS D’UNE MONTÉE EN TÊTE, LE GRIMPEUR PEUT UTILISER CE TERME S’IL N’ARRIVE PAS À ACCÉDER À LA DÉGAINE SUIVANTE. « Mou » : point de vue du grimpeur.« Mou » : point du vue de l’assureur, il relâche la corde Aurélie VIGNON
  7. 7. « Arrivé ! » • Définition: Terme qu’utilise le grimpeur lorsqu’il arrive au sommet de la voie (relais) à destination de l’assureur.  Lors d’une montée en moulinette: le grimpeur après avoir annoncé « Arrivé! », annonce « sec! » à l’assureur. L’assureur doit donc tendre au maximum la corde du grimpeur et lui annoncer qu’il peut entamer la descente en toute sécurité.  Lors d’une montée en tête: le grimpeur annonce « Arrivé! » soit au relais intermédiaire (découpe les voies en plusieurs longueurs) ou soit au relais sommitale (dernier relais d'une voie) . A ce dernier, le grimpeur annonce aussi « vaché/vissé », l’assureur sait donc que le grimpeur est sécurisé et qu’il devra bientôt le faire descendre quand il aura enlevé sa queue de vache. L’Homme en haut à gauche (grimpeur) doit dire « Arrivée ! » à l’assureur Le grimpeur doit annoncer « sec! » à l’assureur. L’assureur tend donc la corde et lui dis qu’il peut descendre FRANCOIS Alexis Relais intermédiaire, le grimpeur dit « Arrivé! », la parois sera donc monté en plusieurs étapes Relais sommital, le grimpeur annonce « Arrivée! » puis « vaché/vissé », il reste des étapes avant de descendre en sécurité
  8. 8. ASSURER A LA DESCENTE EN MOULINETTE Lorsque le grimpeur arrive au sommet de la voie, il le communique à son assureur par les termes « Arrivé » puis «sec». Le grimpeur attend le signal de l’assureur « ok » pour descendre. Pour faire descendre son grimpeur, l’assureur doit : • Avaler la corde en s’approchant du mur. • Bloquer la corde du bas en ramenant la main aval sous le système d’assurage. • Il doit avoir les deux mains sur le brin inférieur. • Il s’écarte du mur en étant stable sur ses appuis (faire contrepoids) • Communiquer avec le terme « OK » pour que le grimpeur amorce sa descente • Commencer à faire coulisser petit à petit la corde dans ses mains ou en alternant main basse, main haute. Il faut contrôler la vitesse du grimpeur lors de sa descente pour que celle-ci soit homogène (sans lui faire prendre de la vitesse). Cette manipulation permet de garantir l’intégrité physique du grimpeur ANDREUX Matthieu

×