PLAN INTERNATIONAL
EN AFRIQUE DE L’OUEST ET DU CENTRE
ANALYSE COMPARATIVE DES MÉCANISMES
COMMUNAUTAIRES DE PROTECTION DE L’ENFANT
ET MODÈLE DE BONNES PRATIQUES
POUR
PLAN INTERN...
Index P. 4
Acronymes P. 5
Avant-propos P. 6
Introduction à l’étude P. 7
MCPEs au Bénin P. 8
Participation P. 9
Réseaux P. ...
MCPES AU BENIN 5
APE/AME Associations de Parents/Mères des Elèves
CCED/CVED Conseil Villageois des Enfants pour le Dévelop...
La Protection contre la violence est le
droit de chaque enfant.
C'est pourquoi, a déclaré le professeur
Paulo Sergio Pinhe...
MCPES AU BENIN 7
L’analyse concerne les MCPEs appuyés
par Plan International dans 12 Pays:
Sénégal, Mali, Burkina Faso, Ni...
Le cadre législatif de la protection de
l’enfance au Bénin ne permet pas une
approche unifiée et cohérente. Le Code
de l’E...
MCPES AU BÉNIN 9
Le CLTE est présidé par le Chef du
Village, et comprend une représentante
des femmes, deux enfants du CVE...
Réseaux informels
Réseaux formels
Les CLTEs sont bien liés au système
formel de protection de l’enfant, à
travers le chef ...
MCPES AU BÉNIN 11
Une cartographie du système national
de protection de l’enfant au Benin a été
réalisée en 2011.
Les prin...
Bien que les Comités soient établis sans
étude de base pour connaitre les points
de vue des communautés sur les
mécanismes...
MCPES AU BÉNIN 13
Le gouvernement se concentre sur des
services d'interventions et de réponse,
et la société civile sur la...
Au Bénin, on rapporte des pressions
exercées sur les représentants élus qui
font qu'il est très difficile pour les
membres...
MCPES AU BÉNIN 15
Le travail de Plan International Benin sur
MCPEs a été réalisé principalement à
travers les projets PROT...
Compréhension
de la situation
nationale et
locale de
protection de
l’enfant
 CSP basé sur une analyse de
situation
 Plan...
MCPES AU BÉNIN 17
Participation
significative
des enfants et
des jeunes
 Les enfants des CVED sont
très actifs
 Les enfa...
Établissement des MCPEs
Participation
Gestion de la connaissance
Renforcement des capacités du staff
de Plan International...
MCPES AU BÉNIN 19
CBCPM is a Child
Protection strategy
Plan international in West and Central Africa
Immeuble Seydi Djamil, Av. Cheikh Anta Diop x
Rue Leo FrobeniusFann Résidenc...
WARO-CBCPM-Fr-Bénin draft
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

WARO-CBCPM-Fr-Bénin draft

30 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
30
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

WARO-CBCPM-Fr-Bénin draft

  1. 1. PLAN INTERNATIONAL EN AFRIQUE DE L’OUEST ET DU CENTRE
  2. 2. ANALYSE COMPARATIVE DES MÉCANISMES COMMUNAUTAIRES DE PROTECTION DE L’ENFANT ET MODÈLE DE BONNES PRATIQUES POUR PLAN INTERNATIONAL EN AFRIQUE DE L’OUEST ET DU CENTRE ETUDE DU BÉNIN VERSION RÉSUMÉE Crédits: Supervision et coordination: Fagnon Paul, Spécialiste régional de la programmation de la protection de l’Enfant Nathalia Ngende, Spécialiste régionale VAC/CBCPM Consultants principaux: Mary Robinson, Corinne Davey et Patricia Ray de Global Child Protection Services Version résumée, traduction et mise en page: Jean-Louis Lambeau Plan International en Afrique de l’Ouest et du Centre Première publication en Septembre 2015
  3. 3. Index P. 4 Acronymes P. 5 Avant-propos P. 6 Introduction à l’étude P. 7 MCPEs au Bénin P. 8 Participation P. 9 Réseaux P. 10 MCPE en action P. 11 Prévention P. 12 Gestion des cas P. 13 Sécurité et soutien P. 15 Appui technique et durabilité P. 14 Modèle des « Bonnes pratiques » P. 16 Recommandations P. 18
  4. 4. MCPES AU BENIN 5 APE/AME Associations de Parents/Mères des Elèves CCED/CVED Conseil Villageois des Enfants pour le Développement CLPE Comités Locaux de Protection des Enfants CLTE Comités de Lutte contre la Traite de l’Enfant CCED conseils consultatifs d’enfants CNDE Commission Nationale des Droits de l'Enfant CNSCPE Cellule Nationale de Suivi pour la Coordination et la Protection de l’Enfant CP Child Protection CVED Conseil Villageois des Enfants pour le Développement DEA Direction de l’Enfance et de l’Adolescence MCPE Mécanismes Communautaires de Protection de l’Enfant MGF Mutilation génitale féminine MFASSNHPTA Ministère de la Famille, des Affaires Sociales, de la Solidarité Nationale, des Handicapés et des Personnes de Troisième Age ONG Organisation non gouvernementale OCPM Office Central pour la Protection des Mineurs PROTECT Projet « Combattre la traite, l’exploitation et les abus contre les enfants à travers la promotion de l’éducation et le renforcement des capacités » VAC Violence Against Children
  5. 5. La Protection contre la violence est le droit de chaque enfant. C'est pourquoi, a déclaré le professeur Paulo Sergio Pinheiro (Expert indépendant, rapport UNVAC 2006), « aucune violence contre les enfants n'est justifiable, et toute violence faite aux enfants est évitable ». Ce principe est profondément valorisé par Plan International, et la Protection de l’Enfant est une des ses priorités globales. Plan International en Afrique occidentale et centrale a identifié la violence contre les enfants comme une préoccupation majeure dans l'ensemble de ses 13 pays d'intervention, et a mis en place une stratégie thématique applicable tant en situation de développement que d’urgence. Compte tenu de la vulnérabilité croissante de cette partie de l'Afrique aux effets combinés du changement climatique, de l'instabilité politique et de risques épidémiologiques, Plan International en Afrique occidentale et centrale a mis un accent particulier sur la Protection de l'Enfant en situation d’urgence (CPiE). Le secteur de la Protection de l'Enfant en Afrique centrale et occidentale est confronté à un certain nombre de défis, y compris les réalités de la vie locale, les faiblesses des organismes d'État, un manque de compétences techniques et des ressources insuffisantes. Les gouvernements de la région font face à des situations complexes et consacrent de très faibles proportions de leur budget à la protection de l'enfance, ce qui affaiblit la couverture et la qualité des services disponibles. Dans ce contexte, les Mécanismes Communautaires de Protection de l’Enfant (MCPEs) peuvent être considérés comme la première ligne de défense des enfants vulnérables. Plan International en Afrique occidentale et centrale a donc placé les MCPEs en tête de ses priorités stratégiques dans son cadre thématique de Protection de l’Enfant pour 2012-2015. C’est dans ce cadre que s’est réalisée cette étude de mapping, partie intégrante du projet global «Protection pour tous les enfants : renforcement des mécanismes communautaires et des systèmes de protection de l'enfance". L'intention de ce projet est d'améliorer l'efficacité du soutien de Plan International aux MCPEs et de contribuer à une meilleure compréhension des bonnes pratiques pour l’ensemble du secteur de la Protection. Cette étude de mapping, réalisée par Global Child Protection Services, ouvre une nouvelle perspective sur les MCPEs et sur la façon de les systématiser, tout en s’appuyant sur le travail de longue haleine de Plan International avec les enfants et les communautés. Saisissons cette chance, dans l’intérêt supérieur des enfants que nous sommes engagés à protéger. Damien Queally Directeur régional adjoint – Programmes Plan International en Afrique occidentale et centrale
  6. 6. MCPES AU BENIN 7 L’analyse concerne les MCPEs appuyés par Plan International dans 12 Pays: Sénégal, Mali, Burkina Faso, Niger, Guinée Bissau, Guinée, Sierra Leone, Liberia, Ghana, Bénin, Togo, et Cameroun. La visite au Benin a eu lieu du 17 au 21 février 2014 avec environ 25 réunions et entretiens avec environ 200 personnes: • Réunions de staff aux PUs de Couffo et Bohicon • Discussions de groupes • Entretiens et activités participatives dans les communautés de Fongbadja et Houngbamey – avec les comités de protection, leaders, groupes de femmes, enfants • Réunions à l’école de Djakotomey avec deux groupes d’enfants • Rencontres avec les agences de l’Etat : Centres de Promotion Sociale, brigades, police, Cellule Communale de Suivi et de Coordination pour la Protection de l’Enfant (CCSCPE) • Réunions avec autres ONGs : Terre des Hommes, ESAM, Intervida, Right to Play Définition du MCPE Le but de cette étude comparative est d’apprendre comment les MCPEs s’organisent et travaillent dans la Région sous l’angle d’un modèle de bonnes pratiques, et de poser les bases opérationnelles pour la mise en œuvre du Cadre Thématique 2012-2015 pour la Protection de l’Enfant. Limitations de l’étude Les contraintes de temps et l’accès limité à des données quantitatives ne permettent pas de dresser plus qu’une photographie instantanée des MCPEs appuyés par Plan International dans la Région. La notion de MCPE a été de façon générale interprétée trop largement, et l’étude décrit donc plutôt des mécanismes liés à la protection, que des MCPEs à proprement parler Un mécanisme communautaire de protection de l’Enfant (MCPE) est défini comme « un réseau ou un groupe de personnes au niveau communautaire qui travaille de façon coordonnée dans le but de protéger les enfants contre toutes les formes de violence, en toute situation. Ce mécanisme peut être autochtone ou pris en charge de l’extérieur. Ce mécanisme peut être plus ou moins formel dans sa structure et son fonctionnement. Les MCPEs sont liés et contribuent aux systèmes de protection de l’Enfant."
  7. 7. Le cadre législatif de la protection de l’enfance au Bénin ne permet pas une approche unifiée et cohérente. Le Code de l’Enfant (2008) n’est pas encore ratifié, et les mandats de la Cellule Nationale de Suivi pour la Coordination et la Protection de l’Enfant (CNSCPE), et de la Commission Nationale des Droits de l'Enfant (CNDE) ne sont pas harmonisés, créant de nombreuses duplications sur le terrain. A la fin de 2012 le nombre de ces comités s’élevait à 1,529, répartis dans 33 communes situées dans 9 départements. Il existe aussi des Cellules Communales de Suivi et de Coordination de la Protection de l'Enfant dans toutes les communes. C’est ainsi que 97 Comités de Lutte contre la Traite des Enfants (CLTE), ainsi que de conseils consultatifs d’enfants (CCED) au niveau des villages ont été créés et formés par les ONGs locales ESAM et ARED, à travers le projet PROTECT qui vient de finir. Plan International travaille aussi avec des comités étatiques de coordination de la protection de l’enfant: a Bohicon avec 9 Cellules Communales et 1 Cellule Départementale ; à Couffo avec 6 cellules communales et une départementale ; en Atacora avec 9 cellules communales et 1 une départementale. MCPEs soutenus par Plan International Bénin PUAtacora PUBohicon PUCouffo Comités de Lutte contre la Traite (CLTE) 47 50 Conseils consultatifs des enfants 337 101 367 Clubs d’enfants 20 Clubs Media 19 2 Comité de Protection en urgence 1 Total 384 121 420 Les comités initiés par Plan n’ont pas tous des termes de référence, mais les membres prennent des rôles spécifiques tels que président et secrétaire. Certains ont un code de conduite et un plan d’action. Les CLTEs rencontrés faisaient la planification mais n’avaient pas de code de conduite. Les CLTEs prennent des décisions de manière collective . Depuis 2009, le gouvernement du Benin met en place de Comités Locaux de Protection des Enfants (CLPE), souvent nommés Comités de Lutte contre la Traite de l’Enfant (CLTE), avec le soutien de l’UNICEF et d’ONGs dont Plan International. La protection de l’enfant n’est pas un axe prioritaire de la planification stratégique 2011-2015 de Plan International Benin, et est abordée de façon transversale. Dans la pratique tout se fait " à l’oral" et il existe peu de documentation.
  8. 8. MCPES AU BÉNIN 9 Le CLTE est présidé par le Chef du Village, et comprend une représentante des femmes, deux enfants du CVED (un garçon et une fille) n’est pas formellement membre mais aide le comité dans ses activités et participe aux réunions. Un groupe plus élargi est impliqué, y compris le directeur de l’école, des anciens du village, des leaders religieux (dont les églises pentecôte, apostolique et céleste), des guérisseurs traditionnels, des dignitaires du Voodoo, les présidents des écoles des enseignants et un infirmier (relais santé). Appropriation et inclusivité L'absorption du système traditionnel dans les autorités formelles, sous la forme d'un Chef de quartier ou village, qui devient normalement le président du comité de protection favorise une bonne intégration entre systèmes formels et informels ainsi qu’une bonne appropriation locale. Comment les enfants sont-ils impliqués? Les enfants sont membres des comités de protection (CLTE); En même temps ils disposent de leur propre « club d’enfants » pour faire la promotion et la défense des droits de l’enfant, y compris la protection. Depuis 2 ans, à travers le projet VAC, Plan International soutient des conseils consultatifs des enfants au niveau communal et départemental – des CCED ou CVED (Conseil Villageois des Enfants pour le Développement). Les membres des CLTEs sont des bénévoles, élus par la communauté et ont de 6 à 15 membres en moyenne. Les comités sont à prépondérance masculine et les femmes sont le plus souvent impliquées à travers leurs propres associations (AVEC, AME). Les consultations communautaires pour cette étude ont montré un soutien bénévole impressionnant à travers l'approche communautaire de Plan International. Quelques comités ont des représentants des groupes marginalisés, mais pas tous Le CCED de Fongbadja est très actif et tient des réunions chaque semaine. Ils organisent des séances de sensibilisation le weekend deux fois par mois, pour donner de l’information sur la protection de l’enfant à leurs parents et aux autres membres de la communauté. Ils font des photocopies des articles sur la protection et les affichent dans le village.
  9. 9. Réseaux informels Réseaux formels Les CLTEs sont bien liés au système formel de protection de l’enfant, à travers le chef du village (normalement le président du comité). La politique de décentralisation rapproche les systèmes formels et informels : les élus locaux jouent le rôle qui incombait autrefois aux leaders traditionnels, reliant ainsi les mécanismes communautaires à la fourniture de services par le gouvernement. Les CCED et CVED ont de bons liens avec les chefs du village et de l’arrondissement, y compris avec les forces de sécurité. Les agents des forces de sécurité et le personnel des Centres de Promotion Sociale (total 187 personnes) des 15 communes impliquées ont été formés sur la protection de l’enfant. Ces formations ont permis de consolider les liens acteurs communautaires et services publics. Une rencontre avec la Cellule de Bohicon a révélé un bon réseau entre les cellules communales de suivi et de coordination de la protection installées par le gouvernement (y compris le CPS, la police, les gendarmes, les services de santé, les ONG locales) malgré un manque généralisé de ressources. Réseaux de pratiques Des partages d’expériences entre institutions travaillant sur les MCPEs (ESAM, UNICEF, TdH...) seraient utiles. Réseaux intersectoriels Des partenariats avec des acteurs de l’éducation, de la communauté et de la protection de l’enfant sont développés au sein du projet « Combattre la traite, l’exploitation et les abus contre les enfants à travers la promotion de l’éducation et le renforcement des capacités » (PROTECT 3) dans les Unités de Programme de Couffo et de l’Atacora pour réduire la vulnérabilité des enfants face aux abus. Réseaux media Par ailleurs, la radio et le cinéma (vidéobus) sont des vecteurs de sensibilisation de la communauté utilisés par des initiatives spécifiques liées à la maltraitance des enfants et la traite des enfants. Le travail des 97 CLTEs a été appuyé par la mobilisation d’autres groupes communautaires soutenus par Plan International, dont les Associations de Parents/Mères des Elèves (APE/AME), des clubs d’enfants, les associations des artisans et des conducteurs des Zémidjans. Les clubs medias d'enfants animent des émissions radios pour faire connaitre leurs droits et pour sensibiliser sur les mécanismes de dénonciation anonyme des cas de violence (notamment les lignes téléphoniques confidentielles « USHAHIDI » financés par le projet VAC)
  10. 10. MCPES AU BÉNIN 11 Une cartographie du système national de protection de l’enfant au Benin a été réalisée en 2011. Les principaux sujets de préoccupation soulignés dans cette étude sont • la traite des enfants, • le travail et l'exploitation des enfants, • les travailleurs domestiques (« vidomegons »), • la violence physique, • le mariage forcé et précoce, • la MGF (mutilation génitale féminine), les sévices sexuels, • les talibés, • les enfants vivant et travaillant dans la rue et • les enfants accusés de sorcellerie. Types de violence sur lesquels les MCPEs travaillent PUAtacora PUBohicon PUCouffo Violence verbale ? Négligence Châtiment corporel Autres violences domestiques Mariage forcé Travail Abus sexuels Traite des enfants Forces armées Mutilations génitales Mendicité forcée Tous les MCPEs Certains Aucun Ces changements sont dus surtout à la compréhension de la population à travers la sensibilisation et le système anonyme de dénonciation des cas d'abus sur enfant appelé « USHAIHIDI». Protection en situation d’urgence Plan international Bénin a eu un rôle limité dans certaines crises, telles que les inondations en 2010, 2011 et 2012 et un incendie en 2012. Les services délivrés en situation d’urgence sont surtout liés à l’éducation et la santé, et, en matière de protection, au soutien psycho-social des enfants affectés. L’Unité de programme de Couffo soutien un comité de protection de l’enfant a Aloya dont le rôle est de sensibiliser et de donner des conseils pratiques aux populations sinistrées en matière de protection des enfants. Les CVEDs rapportent plusieurs changements dans leur village, y compris la croissance de la scolarisation, la diminution du mariage précoce et l’abandon du châtiment corporel à l’école. Au Bénin les CLTE ciblent avant tout les enfants victimes de la traite (projet PROTECT).
  11. 11. Bien que les Comités soient établis sans étude de base pour connaitre les points de vue des communautés sur les mécanismes traditionnels liés à la protection de l’enfant, les approches participatives permettent de mieux cerner les questions, comme l’illustre le mapping communautaire par les enfants du CVED de Houngbamey : Espaces sécurisés • Ecoles – EPP, CEG • Hunger Project & Epicentre • Centres de Santé • Centre de Loisir (EPP) Espaces dangereux • Le marché : violence sexuelle, prostitution, travail forcé • Kissamey Centre - maltraitance des enfants • Certaines communautés (eg Elahoue): négligence des parents Espaces de vulnérabilité • La rue - Les enfants qui ne vont pas à l’école • Le mariage forcé • Nigeria - envoi des enfants pour le travail • les maisons et les écoles - châtiment corporel Les CLTEs mènent des programmes de sensibilisation et de suivi, et mobilisent d’autres groupes communautaires, dont les APE, AME, des clubs d’enfants, les associations des artisans et des conducteurs des Zémidjans. Les comités rencontrés pendant la visite ont réfléchi sur leur rôle en faisant des mappings ou représentations de leur activité et de son impact. Le « Timeline » du Comité de Protection de Houngbamey met bien en évidence le lien entre les activités de sensibilisation, la prévention et la diminution de certaines formes d’abus. 2011 Election du Comité pat la Communauté Accroissement des dénonciations d’abus et de violence Formation du Comté par ESAM Planification La sensibilisation commence • groupements de femmes dans les hameaux • APE • Chefs religieux • Enseignants Suivi continu des espaces d’études tous les mercredis et samedis matin 2012 Sensibilisation des élèves à l’école sur les châtiments corporels et l’éducation Diminution du mariage forcé Diminution du déplacement des enfants vers le Nigeria Diminution du châtiment corporel Amélioration des études - Nombre de filles dépasse le nombre de garçons à l’école Dénonciation – déplacement d’une fille vers Cote Projection de film sur les travaux forcés des enfants déplacés Suivi continu de la sensibilisation 2013 Déplacement des mineurs vers le Nigeria (chargement de 2 bus) ; auteurs pas poursuivi a la justice à la fin Diminution des dénonciations (problèmes cachés) Projection de film – vidéobus Le travail de consultation participative développé avec les enfants des CVEDs permet d’appréhender une partie de ce qui se passe vraiment dans les communautés. 2870 membres des APE et des Comités de Développement de l’Ecole ont été sensibilisés sur la lutte contre le trafic des enfants, les violences dans les écoles et les lieux d’apprentissage et le rôle des adultes dans la protection des enfants.
  12. 12. MCPES AU BÉNIN 13 Le gouvernement se concentre sur des services d'interventions et de réponse, et la société civile sur la prévention. Gestion informelle Méthode « à l’amiable » En premier recours Les problèmes sont souvent résolus « à l’amiable », ce qui consiste à réunir les parties afin de discuter et de convenir d'une sanction ou d'un paiement que l'auteur du délit devra verser. Méthode « traditionnelle » Au cas où le problème n’est pas résolu, la prochaine étape sera de faire appel aux leaders, assemblées et méthodes traditionnelles. Gestion formelle Si l'affaire est plus complexe ou jugée plus grave, on fait appel au Chef du Quartier ou du Village, ou aux autres élus. Le système traditionnel du Chef de Quartier/ Village est maintenant absorbé par le système public officiel au Bénin, car ces chefs sont souvent des élus, et assurent donc la jonction entre les sphères formelle et informelle. Le système USHAHIDI a permis une augmentation importante de la dénonciation des cas d’abus. Malheureusement USHAHIDI n’est pas connu partout. La dynamique participative centrée sur l’enfant, et la sensibilisation communautaire à la protection de l’enfant sont des facteurs stratégiques qui permettent un meilleur accès aux services de protection. Mais référer des cas aux autorités officielles ne mène pas toujours à l'action, car les facteurs culturels et le manque de moyens du service public favorisent encore la résolution des problèmes au sein de la communauté. Les méthodes informelles, souvent utilisées pour résoudre des problèmes tels que l'adultère, le viol et l'exploitation des enfants, conduisent à des règlements souvent faits au détriment des droits de l’enfant victime. Les services sociaux (CPS) d’Aphlahoue répondent à environ 50% des cas avec succès. Quand ils notent un problème, les membres du CCED de Houngbamey le signalent au chef du village et aux autorités par SMS. Si les services de l'État sont en place, ils ont des moyens très limités, et les questions passent donc souvent par des règlements «à l'amiable», peu favorables aux enfants/victimes.
  13. 13. Au Bénin, on rapporte des pressions exercées sur les représentants élus qui font qu'il est très difficile pour les membres de la communauté et la police de prendre des mesures. Quelquefois même le chef de village ou les chefs religieux se montrent réticentes à signaler les cas aux autorités formelles par peur de représailles. On note également l’ingérence de certains élus locaux qui mettaient de la pression sur les services de protection ou de répression dans certains cas. Même quand un cas a été signalé à la police, et que des mesures sont prises (par exemple arrestation), les familles peuvent retirer la plainte ou les témoins peuvent refuser de témoigner, l’auteur restant impuni. Le système « USHAHIDI » est un système d’alerte anonyme qui permet à la population d’informer au même moment, par un simple SMS, tous les acteurs agissant dans le domaine de protection de l’enfant. En effet le procureur, les gendarmes et les policiers doivent intervenir immédiatement, de peur d’être taxés de négligence. Cependant, le système USHAHIDI n’assure la confidentialité qu’au moment de la déclaration initiale et pas le risque de vengeance ou de pressions liés aux enquêtes de suivi. Soutien aux victimes Un problème récurrent est la question de la prise en charge des enfants sans parents ou qui ne peuvent pas rester chez eux. Le seul recours est souvent l’orphelinat qui n'a généralement pas les moyens pour subvenir aux besoins les plus élémentaires (alimentaires, sanitaires, vestimentaires). Un aspect important du signalement des cas est le risque important de représailles par l'auteur ou de la famille de l'auteur. L'enfant victime se retrouve souvent au terme du règlement à la merci de son/sa persécuteur, dans un état de vulnérabilité accrue. Le système « USHAHIDI » financé par le projet VAC, apporte des garanties en matière de traitement des cas d’abus, mais également en matière de sécurité des acteurs et des victimes. Plan International Bénin délivre en situation d’urgence des services d’appui psycho-social aux enfants affectés.
  14. 14. MCPES AU BÉNIN 15 Le travail de Plan International Benin sur MCPEs a été réalisé principalement à travers les projets PROTECT 3 et VAC et ne fait pas encore partie d’un travail communautaire pérenne. Cependant, vu son ancrage dans la communauté, et l’expérience acquise, Plan International est très bien placé pour appuyer à long terme les MCPEs, étant donnée notamment la politique nationale qui promeut leur développement. Les groupes rencontrés ont dit qu'ils continueront quand le projet s'arrêtera - mais à un niveau d'activité plus faible Plan International a de très bonnes relations avec les chefs coutumiers, religieux et autres leaders communautaires ; leur implication dans la mise en œuvre des MCPEs est un atout déterminant dans l’adhésion et la mobilisation communautaire. Plan International apporte d’une façon générale au niveau communautaire un appui technique très diversifié, depuis la mobilisation, la formation et l’implémentation. Par ailleurs, dans de nombreux cas les MCPEs ont été établis sans dialogue en profondeur avec la communauté pour comprendre les valeurs, les perceptions et les méthodes traditionnelles de protection des enfants. . L'approche communautaire de Plan international Bénin a construit une base de un soutien bénévole impressionnant et les communautés semblent heureuses d'avoir un groupe de projet supplémentaire avec un focus sur la protection. Les mécanismes communautaires de protection de l’enfant (CLTE, AME, APE, Clubs d’Enfants) disposent des capacités nécessaires pour planifier des actions et de maintenir la veille sur les questions de protection de l'enfant, en s’inscrivant notamment dans les systèmes existants. Par contre, la dépendance des MCPEs vis-à-vis de Plan international en termes d’appui technique et financier est importante
  15. 15. Compréhension de la situation nationale et locale de protection de l’enfant  CSP basé sur une analyse de situation  Plan travaille avec l’Etat au niveau national et régional  Plan a soutenu la cartographie nationale et participe à l'élaboration des politiques nationales concernant les enfants  Comités établis sans une enquête de base dans chaque communauté pour connaitre à profondeur les points de vue des communautés sur la protection de l’enfant et les mécanismes traditionnels liés à la protection de l’enfant Appropriation inclusive par la communauté et soutien des leaders  Le chef du village et les leaders traditionnels sont impliqués dans toutes les décisions en ce qui concerne les MCPEs et sont membres des comités  Les femmes sont impliquées dans la plupart des MCPEs  Les enfants sont représentés  Certains MCPEs sont autogérés et prennent leur propre initiative  Comites créés par Plan  Les comités n’ont pas souvent des représentants de groupes marginalises  Les comites n’ont souvent pas de termes de référence  Les CLTEs sont dominés par les hommes et l’implication des femmes est variable L’intérêt supérieur de l’enfant est garanti par les fonctions du MCPE  Succès des MCPEs dans la diminution du mariage précoce à travers la sensibilisation et la médiation  Les comités font la planification  Les MCPEs reçoivent des formations sur les droits de l’enfant, la politique de protection de l’enfant et des thèmes de protection de l’enfant  Les enfants sont membres des MCPEs  La résolution des problèmes à travers la médiation peut être meilleure pour les parents que pour les enfants  Code de Conduite n’existe pas pour tous les MCPEs et la confidentialité n’est pas toujours respectée  Limitations dans le système de prise en charge 2 .0 3 .0 1 .0
  16. 16. MCPES AU BÉNIN 17 Participation significative des enfants et des jeunes  Les enfants des CVED sont très actifs  Les enfants organisent des sensibilisations sur la protection  Les enfants sont membres des CLTEs  Les CLTEs ne donnent pas toujours des rôles importants aux enfants Réseau actif avec les structures locales  Les CLTEs sont liés au système formel à travers le chef de village/quartier  Bons liens avec les structures traditionnelles du village à travers les membres qui sont les leaders traditionnels  Les liens ne marchent pas toujours – manque de moyens, manque de coordination  Mobilité du personnel de l’état Ressoures et durabilité  Encadrement et soutien par Plan à travers une ONG locale  Bonne implication et soutien des leaders traditionnels  Les membres sont des bénévoles  Certains MCPEs sont autogérés et prennent leur propre initiative  Dépendance sur Plan pour toute question de soutien et de suivi  Manque de ressources pour le déplacement et pour le suivi de problèmes  Manque de budget pour des activités de protection dans le plan des communes Promotion de l’apprentissage et des bonnes pratiques  Plan est impliqué dans les initiatives au niveau national et participent aux échanges avec les autres acteurs clés tels que UNICEF; ainsi qu’avec les agences de l’Etat au niveau régional/communal ; Plan est leader de la coalition EPU (Examen Périodique Universel)  Evaluation du projet PROTECT  Formation du staff basée principalement sur la politique de protection de l’enfant : besoin de formation sur l’aspect programmatique  Les principaux documents de Plan sur la protection de l’enfant sont en anglais  Partenariat avec TDH n’a pas encore mené à la collaboration 4 .0 5 .0 6 .0 7 .0
  17. 17. Établissement des MCPEs Participation Gestion de la connaissance Renforcement des capacités du staff de Plan International  Créer des structures intégrées pour éviter les duplications  Baser les MCPEs sur des structures existantes intégrant des mécanismes traditionnels et lle mandat formel de l’Etat. Revoir le budget des PUs dans ce sens.  Consolider les liens des MCPEs avec les structures et les services de l’Etat  Promouvoir pour chaque MCPE la rédaction de termes de référence, codes de conduite et cahier de charges  Assurer l’inclusion des groupes marginalisés dans les MCPEs  Renforcer la participation des enfants dans leur propre et protection l’implication des CCED dans les MCPEs  Systématiser les études participatives pour bien intégrer les perceptions et des pratiques villageoises/locales aux MCPEs. Envisager un projet pilote dans ce sens.  Partager l’expérience d’autres agences qui travaillent avec les mécanismes communautaires et traditionnels  Organiser des formations pour le staff sur les aspects programmatiques et non seulement la politique de protection de l’enfant  Recruter un staff spécialiste qui travaille seulement sur le développement et suivi de ce programme.
  18. 18. MCPES AU BÉNIN 19 CBCPM is a Child Protection strategy
  19. 19. Plan international in West and Central Africa Immeuble Seydi Djamil, Av. Cheikh Anta Diop x Rue Leo FrobeniusFann Résidence | Dakar, Senegal PO Box: 21121 | Tel.: +221 33 869 74 30 | Fax: +221 33 825 84 67 www.plan-international.org

×