Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
NOUVEAUX SERVICES
'utilisation du mot robot, qui
vient de la racine slave dé-
signant travail, date de r9zo.
Pendant plusi...
-l.;*',l"€
l;:. ,'
t
,'t"a-r. -,-r-ffi ,,",or-u.,
gagner en effcacité.
LE DRONE, COMMUNICATION,
OU REALITE ECONOMIOUE ?
De...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Article revue TEC avril 2017 - dernier km nouveau terrain de jeu des robots

857 vues

Publié le

Dernier Kilomètre : nouveau terrain de jeu des robots. Article de Jérôme Libeskind, expert en logistique urbaine et e-commerce

Publié dans : Industrie automobile
  • Soyez le premier à commenter

Article revue TEC avril 2017 - dernier km nouveau terrain de jeu des robots

  1. 1. NOUVEAUX SERVICES 'utilisation du mot robot, qui vient de la racine slave dé- signant travail, date de r9zo. Pendant plusieurs décennies, l'usage de ce mot s'est limi- té aux ouvrages et films de science-fiction mettant en scène des ma- chines, de forme humanoide, remplaçant les gestes et intelligence de llhomme. C'est dans les années 196o que ies premiers robots apparaissent dans findustrie automo- bile américaine. Le robot a progressivement trouvé des ap- plicaüons dans de nombreux univers indus- triels, médical, militaire ou scientiflque. Les applications dans Ia logistique sont plus récentes. Elles sont motivées par une volonté dâméliorer Ia productiüté et les coûts, mais aussi de réduire la pénibilité du travail. Nous retrouvons des applications récentes dans la préparation de commandes. Amazon a acqüs en 2012 Ia société Kiva, productrice de robots de préparation de commandes déve- loppant la technologie « goods to man )). Le meuble de préparation se déplace vers le pré- parateur plutôt que linverse. En fln zorÇ 45 ooo robots éqüpaient les entrepôts Amazon. Lè-commerce n'est pas le seul secteur de Ia logistique concerné. La grande distribution fait le choix d'investir massivement dans des entrepôts robotisés de préparation de com- mandes au colis. Ces enûepôts, comme celui de 1a Scapest (E.Leclerc) à Châlons-en-Cham- pagne, préflgurent ce que sera Ia logistique dans ies prochaines décennies. L intralogistique trouve d'autres applications comme celle de Ia robotisation des inven- taires (robots roulants ou drones d'inven- taires) ou 1es robots de surveillance. LES ROBOTS PRÉPARENT LA TOURNÉE L'enjeu de la livraison du dernier kilomètre est devenu primordial. Comme pour liindus- trie ou la logistique, Ia nécessité de recherche de solutions permettant de réduire le coût de la liwaison apparaît comme Ie premier fac- teur de mise en æuwe de solutions roboti- sées. Le développement et la banalisation de l'e-commerce, les habitudes ancrées dans la consommation telle la livraison « gratuite » ou (< offerle » ont pour effet une augmenta- tion, partout dans le monde, du nombre de colis expédiés. Les territoires livrés, souvent urbains, sont soumis à des contraintes de plus en plus marquées afln de réduire llimpact environ- nemental de ces liwaisons. En effet, Ie nombre de colis livrés connait annuellement un taux de croissance de lbrdre de r57o, chiffre accentué par des effets collatéraux comme léchec à Ia présentation (destinataire absent) ou les taux de retours, habituels dans des secteurs comme llhabil- lement ou la chaussure. La recherche de solutions passe par Ia mas- sif,cation des flux, les livraisons « hors do- micile », laissant ainsi le consommateur ef- fectuer lui-même la collecte du colis. Mais les solutions robotisées de liwaison consti- tuent à ce jour un terrain de recherches et d'expérimentations qui nous permettent de préflgurer ce que sera Ia livraison urbaine dans les décennies qui viennent. Sans pou- voir être assimilé à des robots, Ie dévelop- pement des consignes de retrait de colis montre les perspectives de solutions auto- matisées facilitant la collecte. En amont de ia liwaison, la préparation des tournées constitue le premier enjeu de la robotisation. Nous voyons ainsi apparaître des solutions comme celles de Solystic, qui complète les traditionnelles chaînes de tri de coiis par des robots de préparation de la tournée. Nous trouvons dans la solution Solystic les mêmes arguments que ceux de DERNIER KM : NOUVEAU TERRAIN DE JEU DES ROBOTS ? Comme dans d'autres secteurs de la logistique, la robotisation ouvre des perspectives dans la livraison du dernier kilomètre. Robot de préparation des tournées, drone, robot livreur véhicule autonome, autant de solutions qui permettront de rendre rapides, propres et efficaces les livraisons urbaines. Fondateur de Logicités Expert en logist que urbaine et e-commerce www.logicites.fr 38 fFC - n"233 - Avt 2017
  2. 2. -l.;*',l"€ l;:. ,' t ,'t"a-r. -,-r-ffi ,,",or-u., gagner en effcacité. LE DRONE, COMMUNICATION, OU REALITE ECONOMIOUE ? De nombreux effets d'annonce ont fait état de tests de livraison en drones. Les avan- tages du drone sont peut-êûe économiques, mais sont surtout de pouvoir livrer très vite, sur des distances assez réduites et avec des limites de poids. Si Ia technologie est maintenant bien dé- veloppée, les applications restent à trouver. Elles sont pourtant multiples et concernent des segments spéciflques de Ia liwaison du dernier kiiomètre, dont il ne faut pas ignorer Iimportance. Le drone de liwaison trouvera son application sur des livraisons de colis en terrain com- plexe ou accidenté. Cêst le cas des zones de montagnes, des îles ou autres secteurs isolés. DHL a lancé un programme d'expérimenta- tions de livraison en drones vers une île de la mer du nord ainsi que vers une station de Ç..;.': montagne des Alpes. Ce demier exemple, dé- nommé Parcelcopter, allie un drone de liwai- son et une consigne de retrait. Ces expérimentations pourraient répondre à de réels besoins en Afrique. Ainsi, un projet de droneport, porté par lârchitecte Foster & Partners et UPS, dewait voir prochainement Ie jour afln de permettre la distribution de mé- dicaments, vaccins ou alimentation. En milieu urbain, du fait des contraintes de sécurité, les applications des drones sont li- mitées à des cas spéciflques, par exemple des flux entre hôpitaux à Bordeaux. LE ROBOT LIVREUR CONSTITUERA LâPPLICATION URBAINE DU DRONE L'enjeu de la livraison en ville implique de trouver des solutions plus automatisées. Un des axes de soluüons, objet dêxpérimen- tations à travers le monde, est le robot liweur. Doté de multiples capteurs, Ie robot peut se déplacer seul, éüter les obstacles et eflectuer la liwaison à un destinataire disposant des moyens d'informations lui permettant la co1- iecte du colis. Une dizaine de projets existent à travers le monde. Ainsi, Domino'sPizza a mis en place un service de livraison en robot en Nou- velle Zélande. En IsraëI, le robot de liwaison Transwheel delivery drone a été imaginé avec un mécanisme proche de celui de Segway. Le robot Starship, développé par les fonda- teurs de S§pe, fait déjà lbbjet d'expérimen- tations aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne, en Allemagne et en Suisse. En France, 1a start-up Twinswheei développe un robot droide de livraison dont les argu- ments sont la vitesse, mais aussi la capacité de chargement. Il a récemment été présenté au CES de Las Vegas et fera lbbjet d'expéri- mentations dès cette année. Au-delà de lâspect communication, Ie robot de liwaison répond à de nombretrx objectifs : économiques, mais aussi environnementaux afin de réduire le nombre de camions dans une agglomération. Ilurbanisme des villes devra progressivement sâdapter à ces évo- lutions. LE VÉHICULE AUTONOME DE LIVRAISON, RÊVE OU RÉALITÉ ? Les tests de véhicules autonomes de trans- port de personnes laissent penser que cette technologie pourrait être adaptée aux li- vraisons. Plusieurs modèles semblent au- jourd hui exister. Le premier modèle est ia liwaison autonome Iongue distance. C'est celui qui a récemment été testé per Otto, filiale d'Uber, aux Etats- Unis. II sâgit d'un véhicule poids-lourds au- tonome sur un parcours autoroutier. Au Japon, Yamato a annoncé lêssai d'un vé- hicule autonome de livraison basé sur un ensemble de consignes de retrait intégrées dans un véhicule. Le destinataire est informé de lhrrivée du véhicule et dispose d'un code dbuverhrre de la consigne. Google a déposé un brevet d'un modèle très proche. Un des modèles les pius intéressents est ce- 1ui développé par Starship et Mercedes qui consiste à disposer d'un << camion gigogne » de liwaison intégrant les colis et différents ro- bots qui permettront dèffectuer les livraisons. Ce demier exemple montue que les drones ou robots liweurs ne seront peut-être pas tou- jours complètement autonomes mais dépen- dront dune chaîne logistique plus 1arge. Ama- zon, qui garde toujours une longueur dâvance dans la prospective, a récemment déposé un brevet dèntrepôt dans un dirigeable, qui ser- ürait de base de distribution en drones. Il y a r3o ans, Jules Veme et ses machines vo- lantes inventées par Robur-le-conquérant, ne sétait donc pas trompé. * rc TEC - n"233 - A'tr 2017 39 *§gl-* { ffiffiq%***...**-.ï-Æ..,jj:i:;ti{r -l.rr:r:;.rr:.. !çi:.:..::

×