23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle?
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­v...
23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle?
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­v...
23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle?
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­v...
23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle?
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­v...
23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle?
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­v...
23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle?
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­v...
23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle?
http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­v...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La croissance verte existe t-elle ?

1 101 vues

Publié le

« La recherche de la croissance l’a toujours emporté sur le souci de l’environnement, dénonce l’ingénieur Jean-Marc Jancovici dans son livre Dormez tranquille jusqu’en 2100 (Odile Jacob, 2015, 210 pages, 19,90 euros). Non seulement la croissance actuelle n’est pas plus verte que celle qui a précédé, mais, par certains aspects, elle l’est encore moins, notamment sur la consommation d’énergie. »
Le Monde Économie du 23 Novembre 2015 ( version abonnés) http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-croissance-verte-existe-t-elle_4815734_3234.html#HDmWSdwCfVsD0Bz7.99

Publié dans : Environnement
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

La croissance verte existe t-elle ?

  1. 1. 23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle? http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­verte-­existe-­t-­elle_4815734_3234.html 1/7 La  croissance  verte  existe-­t-­elle? LE  MONDE  ECONOMIE  |  23.11.2015  à  14h03  •  Mis  à  jour  le  23.11.2015  à  14h21  |  Par  Valérie  Segond Croissance  ou  fraîcheur,  faudra-­t-­il  choisir  ?  Autrement  dit,  est-­il  possible  de  conjuguer  croissance économique  et  réduction  des  émissions  de  gaz  à  effet  de  serre  comme  le  promet  la  21e conférence  des  Nations  unies  sur  le  climat  (http://www.cop21.gouv.fr/)  ,  qui  doit  se  dérouler  du 30  novembre  au  11  décembre  à  Paris  ? «  Croissance  verte  ».  L’expression,  née  en  2005  à  la  conférence  de  Séoul,  n’a  pour  l’heure  pas trouvé  de  contenu  convaincant  :  «  La  recherche  de  la  croissance  l’a  toujours  emporté  sur  le  souci de  l’environnement,  dénonce  l’ingénieur  Jean-­Marc  Jancovici  dans  son  livre  Dormez  tranquille jusqu’en  2100  (Odile  Jacob,  2015,  210  pages,  19,90  euros).  Non  seulement  la  croissance  actuelle n’est  pas  plus  verte  que  celle  qui  a  précédé,  mais,  par  certains  aspects,  elle  l’est  encore  moins, notamment  sur  la  consommation  d’énergie.  » Pour  lui,  il  ne  saurait  en  être  autrement.  Car,  depuis  1800,  il  existe  un  lien  direct  et  consubstantiel entre  consommation  d’énergie  et  croissance  :  la  transformation  des  combustibles  est  cette  potion magique  qui  a  décuplé  l’efficacité  du  travail  de  l’homme. Et  l’économie  mondiale  est  toujours  dépendante  du  pétrole.  «  L’évolution  du  PIB  suit  celle  de  la production  de  pétrole,  écrit  Jean-­Marc  Jancovici.  C’est  bien  parce  qu’il  y  a  plus  d’énergie disponible  que  le  PIB  augmente,  et  non  parce  que  le  PIB  augmente  que  l’énergie  consommée augmente.  » Faire  croître  le  PIB,  c’est  polluer «  Une  augmentation  de  10  %  de  la  consommation  d’énergie  par  habitant  a  induit  en  moyenne  une hausse  d’environ  6  %  du  PIB  »,  ont  conclu  les  économistes  Gaël  Giraud  et  Zeynep  Kahraman  en analysant  les  données  de  plus  de  quarante  pays  depuis  1970.  Même  le  secteur  des  services,  cette apparente  dématérialisation  de  la  production,  est  fortement  consommateur  d’énergie  :  «  Les  flux physiques  n’ont  jamais  été  aussi  élevés  qu’aujourd’hui,  y  compris  par  personne  »,  assure  encore Jean-­Marc  Jancovici. Des  panneaux  photovoltaïques  sur  le  toit  d'un  immeuble  du  quartier  des  Batignolles,  à  Paris.  Bruno  Levesque  /  IP3 PRESS/MAXPPP
  2. 2. 23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle? http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­verte-­existe-­t-­elle_4815734_3234.html 2/7 «  A  ce  jour,  le  découplage  entre  croissance  et  énergie  s’est  révélé  impossible  »,  confirme  Philippe Infographie  Le  Monde
  3. 3. 23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle? http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­verte-­existe-­t-­elle_4815734_3234.html 3/7 POUR  FINANCER LA TRANSFORMATION RADICALE  DE NOTRE  MODE  DE VIE,  IL  FAUDRAIT CRÉER  DE  LA RICHESSE Frémeaux,  président  de  l’Institut  Veblen,  qui  réunit  économistes  et  sociologues  de  la décroissance.  Même  lorsque  l’on  a  amélioré  l’intensité  énergétique  de  nos  économies,  dit-­il,  la consommation  s’est  portée  de  plus  en  plus  sur  des  produits  importés,  lesquels  contiennent  une énergie  consommée  qui  n’est  pas  comptabilisée  dans  l’intensité  énergétique  nationale.  »  Ainsi, cette  dernière  ne  reflète-­t-­elle  que  partiellement  le  caractère  énergivore  de  nos  modes  de  vie  et  de production. Economiste  en  chef  de  l’Agence  française  de  développement,  Gaël Giraud  suggère  qu’«  une  large  partie  des  progrès  réalisés  par  les  pays riches  provient  simplement  du  transfert  de  leurs  usines  vers  le  Sud  », expliquant  ainsi  «  l’absence  de  progrès  significatifs  à  l’échelle  mondiale  ». Consommer  et  produire,  en  un  mot  faire  croître  le  PIB,  signifierait  donc automatiquement  polluer.  Aussi  lutter  contre  le  réchauffement  climatique en  réduisant  la  consommation  d’énergie  fossile  est-­il  naturellement assimilé  à  une  contraction  de  l’activité.  C’est  précisément  la  peur  de  cette équivalence  qui  a  conduit  nombre  de  pays  à  tergiverser  devant  la  lutte contre  le  réchauffement  de  la  planète. Condition  sine  qua  non  de  la  mobilisation Au  moment  où  plane  la  menace  d’une  grande  stagnation  économique,  tout  le  monde  redoute  que la  politique  climatique  ne  réduise  le  PIB  par  tête,  creuse  les  inégalités  et  attise  les  extrémismes.  Dit autrement,  la  décroissance  fait  peur…  tant  que  l’on  n’a  pas  changé  radicalement  notre  manière  de vivre,  de  produire  et  de  comptabiliser  la  richesse. Et  pourtant,  pour  financer  cette  transformation  radicale,  il  faudrait  justement  créer  de  la  richesse. Sans  croissance,  on  voit  mal  le  système  financier  se  mobiliser  sur  le  sujet.  C’est  pour  éviter  le risque  de  l’inaction,  dont  le  coût  pourrait  être  prohibitif,  que  le  thème  de  la  «  croissance  verte  » s’est  imposé  comme  un  prérequis  de  tout  discours  sur  le  sujet. «  La  stimulation  de  la  croissance  et  la  lutte  contre  le  risque  climatique  ne  sont  pas  simplement  des objectifs  compatibles  :  elles  peuvent  être  conçues  pour  se  renforcer  mutuellement  »,  peut-­on  lire dans  le  dernier  rapport  de  la  Commission  sur  l’économie  et  le  climat,  présidée  par  l’ancien président  mexicain  Felipe  Calderon  et  l’économiste  britannique  Nicholas  Stern,  intitulé  La Nouvelle  Economie  climatique  (éd.  Les  Petits  Matins,  224  p.,  17  €). Infographie  Le  Monde
  4. 4. 23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle? http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­verte-­existe-­t-­elle_4815734_3234.html 4/7 La  possibilité  de  la  croissance  est  même  devenue  la  condition  sine  qua  non  de  la  mobilisation mondiale.  «  Il  faut  mener  une  politique  climatique  qui  accompagne  et  permette  la  croissance, même  si  celle-­ci  pourra  être  différente  dans  sa  composition  »,  a  souligné  le  commissaire  européen aux  affaires  économiques,  Pierre  Moscovici,  lors  d’une  conférence  organisée  par  l’association française  The  Shift  Project  en  octobre. Objectifs  ambitieux Le  renversement  est  tel  que  la  politique  climatique  est  subrepticement  devenue,  selon  une expression  que  l’on  retrouve  désormais  dans  la  bouche  de  tous  les  patrons,  «  une  formidable opportunité  pour  relancer  l’économie  mondiale  ».  «  Un  monde  décarboné  et  en  croissance,  c’est possible  »,  proclame  Pierre-­André  de  Chalendar,  PDG  de  Saint-­Gobain,  dans  un  livre  qu’il  vient de  publier  (Notre  combat  pour  le  climat,  Le  Passeur  Editeur,  160  p.,  16  €). Alors,  qui  croire  ?  Quel  sera  l’impact  de  la  transition  énergétique  sur  la  croissance  ?  Annonce-­t-­ elle  une  contraction  de  l’activité  ou  fait-­elle  figure  de  plan  Marshall  vert  susceptible  de  relancer l’économie  mondiale  ?  L’analyse  de  la  politique  de  transition  de  la  France  et  de  ses  effets attendus  apporte  quelques  éléments  de  réponse.
  5. 5. 23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle? http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­verte-­existe-­t-­elle_4815734_3234.html 5/7 La  loi  sur  la  transition  énergétique  pour  la  croissance  verte  (LTECV),  promulguée  en  août,  a retenu  des  objectifs  extrêmement  ambitieux  :  une  réduction  des  émissions  de  carbone  de  40  % en  2030,  puis  de  75  %  en  2050,  soit  une  division  par  quatre  par  rapport  à  leur  niveau  de  1990. Une  division  par  deux  de  la  consommation  d’énergie  en  2050  par  rapport  à  2012,  après  un passage  par  –  20  %  en  2030.  Sur  la  même  période,  une  réduction  de  30  %  de  la  consommation d’énergie  fossile,  pétrole,  gaz  et  charbon.  Une  montée  des  énergies  renouvelables  à  23  %  de  la consommation  finale  en  2020,  puis  à  32  %  en  2030.  Et  la  réduction  de  l’énergie  nucléaire  à  50  % de  la  production  électrique  en  2025. La  France  se  condamne-­t-­elle  ainsi  à  une  contraction  de  son  activité  ?  Car  comment  imaginer qu’une  division  par  deux  de  la  consommation  d’énergie  soit  sans  effet  sur  l’activité  économique  ? Pour  atteindre  ces  objectifs,  la  politique  de  transition  emprunte  à  deux  trajectoires  de Infographie  Le  Monde
  6. 6. 23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle? http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­verte-­existe-­t-­elle_4815734_3234.html 6/7 «  décarbonisation  »  de  l’économie  française. Consommation  d’énergie  divisée  par  deux La  première,  la  plus  ambitieuse,  dite  de  l’«  efficacité  »,  vise  une  division  par  deux  de  la consommation  d’énergie  entre  2010  et  2050,  qui,  selon  la  stratégie  nationale  bas  carbone, instaurée  par  la  LTECV,  viendrait  à  60  %  des  gains  d’efficacité  dans  l’habitat  et  le  bâtiment,  à  26  % dans  les  transports  et  à  10  %  seulement  dans  le  système  productif.  Soit  une  réduction  de  la consommation  par  tête  de  2  %  l’an  d’ici  à  2050,  dont  plus  de  la  moitié  de  l’effort  serait  sans  effet récessif  sur  l’activité.  C’est  la  voie  privilégiée. La  seconde,  dite  de  la  «  diversification  »  du  mix  énergétique,  table  surtout  sur  une  réduction  du nucléaire  à  50  %  de  la  production  d’électricité  en  2025,  avec  une  montée  des  énergies renouvelables  à  40  %  en  2050,  la  baisse  de  la  consommation  d’énergie  étant  alors  limitée  à  20  % d’ici  à  2050.  C’est  la  voie  de  secours. Lire  aussi  :  Les  pays  nordiques  ont  vingt-­cinq  ans  d’avance  (/economie/article/2015/11/23/les-­pays-­ nordiques-­ont-­vingt-­cinq-­ans-­d-­avance_4815740_3234.html) Efficacité  énergétique  d’un  côté,  diversification  des  énergies  «  décarbonées  »  de  l’autre.  «  Mais  il est  probable  que  l’on  devra  combiner  les  deux  stratégies,  en  particulier  s’il  s’avérait  sur  le parcours  que  tous  les  objectifs  d’efficacité  énergétique  n’étaient  pas  atteints  –  sachant  qu’il  sera difficile  de  diviser  par  deux  la  consommation  d’énergie  d’ici  à  2050  dans  un  pays  où  elle  est  déjà relativement  basse  »,  assure  Patrick  Criqui,  directeur  du  laboratoire  Edden  à  Grenoble,  qui  a analysé,  avec  Sandrine  Mathy,  les  deux  trajectoires  dans  un  rapport  pour  le  Deep Decarbonization  Pathways  Project. Les  deux  trajectoires  reposent  sur  des  investissements  très  importants,  d’environ  20  milliards d’euros  par  an  d’ici  à  2030,  selon  Patrick  Criqui.  Dans  la  première,  celle  de  l’«  efficacité  »,  les investissements  devront  être  réalisés  en  majorité  par  les  utilisateurs  finaux,  notamment  pour  isoler leur  logement  et  dans  une  moindre  mesure  pour  circuler  en  véhicule  électrique. «  Diversifier  le  mix  » Dans  la  seconde,  celle  de  la  «  diversification  »  du  mix  énergétique,  les  investissements  seraient plutôt  réalisés  par  les  énergéticiens,  dans  le  nucléaire  de  troisième  génération,  à  savoir  les coûteux  EPR,  la  biomasse  et  les  réseaux  de  chaleur  urbain.  «  Quel  que  soit  le  système  choisi,  la France  devra  réinvestir  dans  son  parc  électrique  car  le  parc  nucléaire  actuel  doit  être  soit  rénové soit  remplacé  »,  dit  Patrick  Criqui.  Ainsi,  «  diversifier  le  mix  »  relèverait  en  partie  d’un  transfert d’investissements  des  énergies  fossiles  vers  l’efficacité  et  les  énergies  «  décarbonées  ». Mais,  dans  tous  les  cas  de  figure,  les  investissements  à  venir  devraient  tôt  ou  tard  entraîner  une hausse  des  coûts  de  production  de  l’électricité,  de  60  %  à  70  %  en  2050  par  rapport  à  2010,  selon les  estimations  de  Patrick  Criqui.  «  En  cela,  la  France,  qui  bénéficie  depuis  vingt-­cinq  ans  d’une électricité  nucléaire  peu  chère,  va  voir  sa  situation  se  normaliser  par  rapport  à  celle  des  autres pays  développés  »,  assure-­t-­il. Lire  aussi  :  Trois  leviers  pour  financer  la  grande  transition  (/economie/article/2015/11/23/trois-­leviers-­ pour-­financer-­la-­grande-­transition_4815737_3234.html) Il  est  vrai  que  si  tout  se  passe  comme  prévu,  cette  hausse  du  coût  du  kilowattheure  devrait  être amortie  par  la  baisse,  de  moitié  à  un  quart,  des  dépenses  énergétiques  des  ménages.  Selon l’Agence  de  l’environnement  et  de  la  maîtrise  de  l’énergie,  l’Ademe,  les  modèles  économiques  qui intègrent  le  secteur  énergétique  concluent  que  la  transition  énergétique  aura  in  fine  un  impact faible  sur  la  croissance,  et  plutôt  un  impact  positif. En  tout  cas,  ils  ne  voient  pas  l’activité  se  contracter.  Même  s’il  faut  reconnaître  que  ces  modèles reposent  sur  des  hypothèses  de  changements  de  mode  de  vie  et  de  production  radicaux,  qui répondent  certes  aux  aspirations  de  la  société,  mais  que  l’Ademe  voit  se  développer  à  grande échelle,  tels  que  la  réduction  des  gaspillages,  une  consommation  durable  portant  sur  des  produits de  qualité  dotés  d’une  plus  longue  durée  de  vie,  une  large  extension  de  l’économie  circulaire,  etc. L’Ademe  reprend  ainsi  dans  ses  hypothèses  les  préconisations  des  «  décroissants  »  pour  une  vie plus  sobre. Encore  loin  du  plan  Marshall
  7. 7. 23/11/2015 La  croissance  verte  existe-­t-­elle? http://abonnes.lemonde.fr/economie/article/2015/11/23/la-­croissance-­verte-­existe-­t-­elle_4815734_3234.html 7/7 Encore  loin  du  plan  Marshall Au  total,  sur  les  vingt-­deux  années  de  la  projection,  de  2014  à  2035,  horizon  retenu  ici,  il  apparaît que  la  LTECV  apporterait  un  supplément  de  PIB  d’environ  25  à  35  milliards  d’euros  par  an  à  la France.  Une  à  deux  années  de  croissance  en  2035,  soit  1  à  1,5  point  de  PIB  au  bout  de  vingt  ans. On  n’est  pas  dans  la  décroissance,  mais  on  est  encore  loin  du  plan  Marshall.  Une  évaluation  que valident  les  travaux  de  Patrick  Criqui. En  revanche,  bonne  nouvelle,  la  transition  énergétique  pourrait  bien  réduire  notre  déficit commercial  en  réduisant  les  importations  d’énergie,  et  surtout  enrichir  le  contenu  en  emplois  de  la croissance.  Selon  la  stratégie  nationale  bas  carbone,  elle  devrait  permettre  de  créer,  selon  les scénarios  retenus,  de  108  000  à  350  000  emplois  supplémentaires  par  rapport  à  la  tendance  d’ici à  2035,  en  particulier  dans  l’isolation  des  bâtiments  et  dans  les  énergies  nouvelles.  «  Les énergies  renouvelables  sont  moins  productives  que  les  énergies  fossiles,  souligne  l’économiste Gaël  Giraud,  mais  elles  créent  beaucoup  plus  d’emplois.  La  croissance  verte  sera  une  croissance plus  faible,  mais  plus  riche  en  emplois.  Sans  doute  est-­ce  l’occasion  de  changer  les  objectifs  de nos  politiques  économiques.  »

×