1
Etude paysagère et environnementale
de
la boucle de Verneuil
Dans le cadre de la définition
d’un Périmètre Régional d’In...
2
Introduction
L’étude a pour but de construire un argumentaire paysagé, environnemental, agricole
et urbain pour la défin...
3
SOMMAIRE
1ère
Partie : Le contexte 4
I L’Agence des Espaces Verts 4
1.1 Le périmètre régional d’intervention foncière : ...
4
1ère
partie : Le Contexte
I L’Agence des Espaces Verts (AEV)
L’Agence des Espaces Verts de l’Ile-de-France a été créée l...
5
1.1. Le périmètre régional d’intervention foncière : un outil de protection
La loi du 6 mai 1976 confie à l’AEV (établis...
6
1.2 Les interventions foncières dans le cadre des PRIF
Différentes « vocations » des PRIF peuvent se dégager (plusieurs ...
7
III. La méthode
 Les principes fondamentaux
Le travail est basé sur l’analyse de chacun des éléments qui se présentent ...
8
2ième
Partie : Diagnostic et enjeux du territoire
I. Caractéristiques physiques de la zone d’étude
La Boucle de Verneuil...
9
1.1 Le Paysage
Dans cette approche, le paysage est saisi comme un outil de lecture et de
compréhension du territoire. Il...
10
1.1.2 Les entités paysagères
Cette approche doit nous permettre de définir des ensembles de référence qui
facilitent la...
11
Les bords de Seine
Ils se présentent comme une chaîne continue d’espaces ouverts directement liés à
l’eau.
Les paysages...
12
a. La plaine agricole de la Haie
Les limites de cet espace agricole sont la Seine au Nord, la ligne ferroviaire « Le
Ha...
13
b. L’aérodrome
Ce vaste espace ouvert en herbe met en relation directe les bois de Verneuil avec
les étangs de la base ...
14
c. La base de loisirs Val de Seine
Anciennes gravières, les étangs de la base de loisir se succèdent au long de la
Sein...
15
d. La forêt régionale de Verneuil
Ce bois se présente comme le cœur de naturel de la boucle de Verneuil. C’est aussi
un...
16
e. La plaine agricole de Chapet
Cette plaine agricole occupe une légère dépression, drainée de plusieurs ruisseaux,
qui...
17
f. La Plaine de Bouafle
Entre le bois de Saint-Vincent, la zone d’activité des Mureaux et le bois des Remises,
La plain...
18
g. Les buttes de Marsinval
Toile de fond des paysages de la boucle de Verneuil, les buttes de Marsinval offrent
un reli...
19
h. Les coteaux des Alluets
La forêt des Alluets forme une lisière quasi continue qui souligne le haut de ce
coteau sud ...
20
i. le val d’Orgeval
Le ru d’Orgeval prend ses sources du plateau et ouvre un large val « suspendu » sur
les terrasses s...
21
Le val d’Orgeval compte 7 vallons :
a. Les Fonds d’Abbecourt
Les parcelles agricoles sont convoitées. Les hameaux s’éte...
22
1.1.3 La dynamique du paysage : une continuité fragile
La continuité agricole, forestière et naturelle du méandre de Ve...
23
Population totale dans la Boucle de Verneuil
0
20000
40000
60000
80000
100000
1968 1975 1982 1990 1999
Population total...
24
1.2.3 Analyse des documents d’urbanisme
a Les documents d’urbanisme : PLU / POS
Méthodologie
L’analyse de zonage des do...
25
Afin de faciliter l’analyse et d’obtenir une vision globale du territoire de la boucle de
Verneuil, nous proposons une ...
26
L’urbanisation et l’industrialisation actuelles sont liées au développement des
infrastructures routières et ferroviair...
27
1.2.4 Le Schéma Directeur de la Région d’Ile-de-France (SDRIF)
Le SDRIF est un document d’aménagement du territoire et ...
28
Bouafle
Entre les communes de Bouafle et Ecquevilly, il est à noter que les zones pyjamas
rapprochent leurs fronts urba...
29
1.2.5 L’opération d’intérêt national (OIN) sur les territoires de Seine Aval et
les zones à enjeux
L’opération d’urbani...
30
Synthèse des projets territoriaux : ZAD de l’OIN et projets routiers
1.3 Les espaces naturels, la flore et la faune
La ...
31
1.3.1 Les Périmètres Régionaux d’Intervention Foncière de la Boucle de
Verneuil
a Le massif forestier régional de Verne...
32
La surface totale du périmètre ,de 122 ha, est composée de deux entités différentes :
 La plaine alluviale qui représe...
33
Afin de compléter les ZNIEFF existantes, une étude réalisée en septembre 2004 par
le bureau d’étude SEGEGUE a mis en év...
34
1.3.3 La faune et la flore
La présence de nombreux espaces boisées, de friches et la présence du ru
d’Orgeval et de son...
35
Les espèces les plus remarquables sont présentes dans les étangs de la Base de
Loisirs de Val de Seine: le Gaillardon e...
36
Ainsi, la terrasse agricole du Rouloir (Bouafle-Equevilly), la plaine agricole de Chapet
assurent la continuité entre l...
37
1.4 L’agriculture
1.4.1 L’activité agricole
Le territoire agricole du département des Yvelines compte 1271 exploitation...
38
Répartition des exploitations par système de production
Grande culture : 43%
Surface : 1380 Ha
UTH : 9,2
UTH pour 100 H...
39
1.4.3 La dynamique agricole
Dans les années cinquante, la boucle de Verneuil présente un caractère naturel et
rural (ma...
40
Les principaux territoires agricoles (Bouafle, Equevilly, Morainviliers, Vernouillet) sont
les plus touchés par cette d...
41
II. Secteurs à enjeux
2.1 Description des enjeux par zone
Proposition de sept zones à enjeux :
2.1.1 La plaine agricole...
42
2.1.3 La plaine agricole de Vernouillet
Eléments insignes du territoire :
- élément majeur de continuité écologique
ent...
43
2.1.6 La base de loisirs
Eléments insignes du territoire :
- Espaces d’équilibre naturel fondamental du
Val de Seine en...
44
Conclusion : Projet de PRIF, un réseau structurant
Les propositions de périmètres ont pour objectif de maintenir les co...
45
Ces propositions de périmètres confortent les continuités entre les PRIF existants et
les grands évènements naturels du...
46
ANNEXES
47
Annexe 1 : Le ru d’Orgeval
Le ru d’Orgeval, affluent de rive gauche de la Seine se présente comme partie
fondamental de...
48
f. Le ru de Chapet (1 km)
Le ru draine les sources émergents du coteau de Chapet, on est alimenté par deux
rus parallèl...
49
0
10000
20000
30000
40000
Verneuil Vernouillet Les Mureaux
Communes avec plus de 5000 habitantes (1999)
1968 1975 1982 ...
50
Annexe 3 : Le SDRIF arrêté en 2007
 Extrait boucle de Verneuil

51
 Schéma régional des espaces ouverts
52
 Pressions sur les espaces de la ceinture verte
53
Annexe 4 : Illustrations de quelques espèces animales et végétales
rencontrés en Boucle de Verneuil
 Les insectes :
De...
54
 Les oiseaux :
- Les migrateurs
Canard Chipeau (Anas strepera) Sarcelle d’été (Anas querquedula)
Sterne pierregarin (S...
55
 Les végétaux :
 
Orchis négligé (Dactylorhiza praetermissa) Osmonde royale, ou Fougère royale
(Osmunda regalis)
Bruyè...
56
Annexe 5 : les types d’agricultures en Île-de-France
57
Annexe 6 : Eventail des paysages de la boucle de Verneuil
Bouafle, vue depuis la lisière de la forêt des Alluets sur l’...
58
Ecquevilly, le coteau du ru d’Orgeval
Ecquevilly, vue d’ensemble de la zone d’activités, horizon de la forêt des Alluet...
59
Chapet, route de Verneuil, « les Douves », vue sur la forêt de Verneuil et les horizons de l’Hautil
Chapet, vue sur la ...
60
Les Mureaux, le moto-cross du Bois Saint-Vincent et l’horizon des coteaux de Mezy
Mézy, la vallée de la Seine vue depui...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

2007-butte-de-marsinval-etude-paysagere-et-environnementale (1)

130 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
130
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

2007-butte-de-marsinval-etude-paysagere-et-environnementale (1)

  1. 1. 1 Etude paysagère et environnementale de la boucle de Verneuil Dans le cadre de la définition d’un Périmètre Régional d’Intervention Foncière (PRIF)
  2. 2. 2 Introduction L’étude a pour but de construire un argumentaire paysagé, environnemental, agricole et urbain pour la définition d’un ensemble cohérent de Périmètres Régionaux d’Intervention Foncière (PRIF) dans la boucle de Verneuil située en Seine aval. A partir d’un travail de terrain et de rencontre des différents acteurs concernés (associatifs, administratifs, élus, techniciens), l’étude apporte une connaissance croisée du territoire en partage de projets. Ce travail a pour but d’initier un dialogue entre les différents intervenants de ce territoire concerné et d’élargir son devenir à celui de la Seine Aval. Cette étude a été réalisée avec le concours de Joceline Canio-Diaz, étudiante (master II, promotion 2007) à l’université de Paris I Panthéon-Sorbonne et s’inscrit dans le cadre d’un partenariat du Conseil d’Architecture, d’Urbanisme, et de l’Environnement des Yvelines (CAUE 78) et de l’Agence des Espaces Verts de la Région Ile-de-France.
  3. 3. 3 SOMMAIRE 1ère Partie : Le contexte 4 I L’Agence des Espaces Verts 4 1.1 Le périmètre régional d’intervention foncière : un outil de protection 5 1.2 Les interventions foncières dans le cadre des PRIF 6 II La mission : les objectifs et les attentes 6 III La méthode 7 2ième Partie : Diagnostic et enjeux du territoire 8 I. Caractéristiques physiques de la zone d’étude 8 1.1 Le Paysage 9 1.1.1 Le contexte dans le cadre de la Seine 10 1.1.2 Les entités paysagères 11 1.1.3 La dynamique du paysage 22 1.2 La dynamique urbaine et son influence sur le territoire 22 1.2.1 Situation du territoire 22 1.2.2 Une dynamique urbaine 23 1.2.3 Analyse des documents d’urbanisme 24 1.2.4 Le schéma directeur de la région d’Ile-de-France 27 1.2.5 L’OIN Seine Aval 29 1.2.6 Le projet de route RD 154 29 1.3 Les espaces naturels, la flore et la faune 30 1.3.1 Les Périmètres Régional d’Intervention foncière dans la Boucle 31 1.3.2 Les ZNIEFF 32 1.3.3 La flore et la faune 34 1.3.4 Les dynamiques écologiques 35 1.4 L’agriculture 37 1.4.1 L’activité agricole 37 1.4.2 Le type d’agriculture 38 1.4.3 Les dynamiques agricoles 39 II. Secteur à enjeux 41 2.1 Description des enjeux par zone 41 2.1.1 La plaine agricole de Chapet 41 2.1.2 La plaine agricole et les coteaux de Bouafle 41 2.1.3 La plaine agricole de Vernouillet 42 2.1.4 La terrasse du Rouloir 42 2.1.5 L’aérodrome 42 2.1.6 La base de loisirs 43 2.1.7 Le ru d’Orgeval 43 2.2 Synthèse 43 Conclusion : Projet de PRIF, un réseau structurant 44 ANNEXES 46
  4. 4. 4 1ère partie : Le Contexte I L’Agence des Espaces Verts (AEV) L’Agence des Espaces Verts de l’Ile-de-France a été créée le 2 d’octobre 1976 sous la forme d’un établissement public régional à caractère administratif par l’article 5 de la loi du 6 mai 19761 . Sa mission est d’étudier, proposer et mettre en œuvre la politique de la région d’Ile- de-France en matière de protection, de mise en valeur et de restauration des espaces verts, milieux naturels, forêts, promenades et espaces agricoles périurbains. Elle consiste plus précisément à :  Protéger et acquérir les grands espaces naturels que la région veut préserver de l’urbanisation. L’agence agit comme le conservatoire régional des espaces naturels d’intérêt régional.  Aménager et gérer des forêts et autres milieux naturels pour les ouvrir au public, en harmonie avec la Charte régionale de la Biodiversité et des milieux naturels.  Contribuer à la réhabilitation de parcs et sites historiques ouverts au public  Préserver et mettre en valeur les milieux naturels  Veiller au maintien d’une agriculture périurbaine viable et fonctionnelle  Aménager des coulées vertes et des promenades de piétonnes, cavalières ou cyclistes reliant les grands espaces naturels entre eux ou zones urbanisées  Promouvoir des études d’aménagement et de valorisation des milieux naturels : études diagnostiques, paysagères, écologiques, suivis floristiques et faunistiques, inventaires géologiques et archéologiques, etc.  Participer à l’éducation environnement et à l’éco citoyenneté  Aider, par des subventions, les collectivités territoriales à mener localement une politique d’acquisition et d’aménagement d’espaces ouverts : parcs périurbains, bois, terres agricoles, espaces verts de proximité, jardins familiaux, sentiers de randonnées, parmi d’autres. Dans ce cadre l’AEV a réalisé de nombreuses contributions dans le département des Yvelines et plus spécifiquement dans la zone nommée « Boucle de Verneuil ». Parmi ces actions on peut mentionner la forêt régionale de Verneuil et ses aménagements, la création des jardins familiaux de Verneuil et le PRIF de Vernouillet. 1 Article L.4413-2 du Code Général des Collectivités Territoriales.
  5. 5. 5 1.1. Le périmètre régional d’intervention foncière : un outil de protection La loi du 6 mai 1976 confie à l’AEV (établissement public régional à caractère administratif) une mission générale de préservation et de mise en valeur des espaces verts d’Ile-de-France, élargie au fil des ans à l’ensemble des espaces ouverts. A cet effet elle dispose, entre autres, de la capacité d’acquérir des terrains au nom et pour le compte de la Région Ile de France (instituée par la même loi, et à l’époque également établissement public régional à caractère administratif). La loi ne donne aucun moyen juridique spécifique à l’AEV (notamment pas de droit de préemption qui lui soit propre). Elle, est seulement désignée pour mettre en œuvre la politique définie par la Région. Formellement, c’est donc le Conseil Régional qui prend la décision d’acquérir, et la propriété revient au domaine (privé) de la Région. A l’origine, et dans la continuité de la politique menée par le précédent District de la Région Parisienne, les acquisitions foncières de l’AEV portaient essentiellement sur des massifs forestiers que leurs propriétaires souhaitaient vendre. Au début des années 1980, les champs d’action de l’AEV se sont diversifiés, et l’AEV souhaitait dépasser le cadre des simples opportunités d’acquisition. Mais l’outil juridique le mieux adapté à cette mission est le droit de préemption, dont l’AEV ne dispose pas. L’AEV a d’abord cherché à intervenir via la procédure des ZAD (Zone d’Aménagement Différé) qui permettaient d’instaurer un droit de préemption. L’AFTRP (Agence Foncière et technique de la Région Parisienne) en était le bénéficiaire et agissait pour le compte et au profit de l’AEV. Puisqu’il ne s’agissait plus d’acquérir, en une seule fois, un ensemble foncier important, mais de prévoir l’acquisition de nombreuses parcelles et de négocier avec un ou des partenaires, la définition préalable d’un « périmètre d’acquisition » s’est imposée. En outre, la recherche de l’adhésion des communes concernées (voir infra) et d’autres partenaires (notamment les départements qui, à partir de 1985, disposent d’un droit de préemption sur les ENS2 ), a conduit l’AEV à formaliser ces notions de « périmètre » et de « motifs » d’acquisition. Enfin, les interventions de l’AEV se sont étendues à la protection des terres agricoles, avec la notion de « veille foncière », initiée en 1990 avec le District du Plateau de Saclay et la SAFER Ile-de-France (qui dispose d’un droit de préemption spécifique sur les terres agricoles). C’est donc progressivement et avec pragmatisme, au fur et à mesure du développement de ses interventions, que l’AEV a mis en place l’actuel dispositif « Périmètre Régional d’Intervention Foncière », dénommé ainsi depuis 2001. 2 ENS : Espaces Naturels Sensibles. Loi du 18 juillet 1985. Art L 142-1 et suivants du Code l’Urbanisme Le département est compétent pour élaborer et mettre en œuvre une politique de protection, de gestion et d’ouverture au public des ENS, boisés ou non. Il dispose, à cette fin, d’un droit de préemption qu’il peut déléguer notamment à l’AEV.Pour la mise en œuvre de cette politique, le Département peut instituer une taxe sur la construction.
  6. 6. 6 1.2 Les interventions foncières dans le cadre des PRIF Différentes « vocations » des PRIF peuvent se dégager (plusieurs de ces vocations pouvant coexister au sein du même PRIF):  Protéger et étendre le domaine forestier ;  Aménager de nouveaux parcs et liaisons vertes ;  Maintenir l’agriculture périurbaine ;  Protéger le patrimoine naturel et le paysage,  Préserver les ressources naturelles Le PRIF fournit un cadre spécifique et non limité dans le temps, clairement défini sur le plan spatial et dans des objectifs bien établis, avec l’accord des collectivités territoriales concernées, qui permet la mise en œuvre coordonnée d’actions foncières. II. La mission : les objectifs et les attentes  L’objectif : définir un ensemble cohérent de PRIF à l’échelle du territoire La nécessité de mettre en place un projet intercommunal cohérent qui prendra en compte tous les enjeux locaux (paysage, environnement, agriculture, milieux naturels, forestiers) conduit à la réalisation d’une étude dont finalité est la proposition d’un ensemble de PRIF dans la boucle de Verneuil. La définition de cet ensemble de périmètres doit prendre en compte autant que possible tous les paramètres territoriaux : paysages, continuités naturelles, entités agricoles et les dynamiques d’évolution urbaine du territoire.  Les attentes : constituer une armature durable Cet ensemble de PRIF constituera une armature durable d’espaces naturels et agricoles autour desquels le développement urbain devra s’appuyer. En ce sens il devra faire partie intégrante du projet de l’OIN Seine Aval. L’étude d’un PRIF a pour objectif de montrer aux élus la richesse paysagère, environnementale, et toutes les spécificités de leur territoire, afin d’ouvrir un débat autour de la préservation d’espaces naturels et agricoles. L’objectif est de faire réfléchir l’ensemble des communes et des partenaires, et d’identifier leurs préoccupations pour aboutir à une urbanisation maîtrisée en corrélation avec la création de nouveaux PRIF.
  7. 7. 7 III. La méthode  Les principes fondamentaux Le travail est basé sur l’analyse de chacun des éléments qui se présentent sur la zone d’étude. Dans ce cadre les éléments sont:  La géographie : le relief, le réseau hydrographie, la pédologie et la géologie,  L’environnement : la flore et faune (biodiversité),  Le paysage : historique, éléments structurants du paysage, entités paysagères,  Activités économiques : agriculture,  Urbanisme : documents d’urbanisme national, régional, départemental, intercommunal et communal. Une base de données sera ainsi créée, et permettra de déterminer les enjeux existants sur le territoire.  Les documents consultés Différents types de documents ont été étudiés : Documents réglementaires en vigueurs et en projet sur le territoire (SDRIF 94 et SDRIF arrêté 07, schémas locaux, PLU, POS, etc.). Etudes et travaux existants à l’AEV, au CAUE 78, au Conseil Général des Yvelines, à l’IAURIF, à la DIREN, à l’Agence de l’EAU, etc.  Les personnes contactées Dans le cadre de cette étude ont été contactés : Les élus de chacune des communes de la Boucle de Verneuil ; Les techniciens territoriaux ; Les agriculteurs ; Les associations environnementales ; Les experts sur différents sujets (agriculture, biodiversité, paysage, urbanisme, etc.).
  8. 8. 8 2ième Partie : Diagnostic et enjeux du territoire I. Caractéristiques physiques de la zone d’étude La Boucle de Verneuil s’organise en trois grands secteurs :  Le ru d’Orgeval  La butte du Tremblay (appelé aussi les buttes de Marsinval)  La plaine alluviale Le ru d’Orgeval se présente à ciel ouvert, excepté dans les traversés d’Orgeval (zone urbaine), d’Ecquevilly (zone d’activités) et aux Mureaux (zone urbaine). Il est alimenté par plusieurs affluents prenant naissances aux creux du plateau des Alluets. Il draine l’ensemble des coteaux. La butte de Tremblay ou (buttes de Marsinval) est un élément résiduel des grands plateaux du bassin parisien, érodés par la Seine et affluents. Au sud de ce territoire, apparaissent les reliefs du plateau des Alluets et au nord la butte de l’Hautil, évènement marquant des coteaux du Vexin. La plaine alluviale s’étend sur la rive gauche et borde les coteaux des Alluets. Cette vaste étendue plane représente environ la moitié de la surface de la boucle de Verneuil. Les altitudes s’échelonnent entre 170 mètres (butte de Tremblay) et 20 mètres en bord de Seine. Plaine alluviale Buttes de Marsinval Val d’Orgeval
  9. 9. 9 1.1 Le Paysage Dans cette approche, le paysage est saisi comme un outil de lecture et de compréhension du territoire. Il permet de découvrir et de cerner les divers enjeux, les liaisons et les continuités qui composent le territoire. La vallée de la Seine : Le paysage de la Boucle de Verneuil n’est pas fermé sur lui-même. Il se situe dans une continuité des paysages séquanais remarquables. Ces paysages remarquables sont tenus dans une vallée de largeur homogène aux coteaux boisés et aux falaises calcaires. Il n’y a pas de rupture dans cette succession de boucles, depuis le bassin de Paris jusqu'à l’estuaire de la Seine, cependant elles présentent une grande richesse de paysages en se différenciant par différents modes d’occupation du sol : marais Vernier, les coteaux de la Roche Guyon, le site industriel de Porcheville, la boucle agricole de Verneuil, la boucle forestière de St Germain-en-Laye. La vallée de la Seine présente une grande variété de points de vue, avec une large palette de paysages naturels ou ruraux qui contrastent avec de larges vues urbaines et industrielles. Le territoire de « Seine Aval » présente cette même mosaïque de paysages dont la boucle de Verneuil fait partie intégrante. Entre les coteaux de la forêt des Alluets et de la forêt domaniale d’Hautil, elle s’ouvre au territoire à travers des espaces agricoles et forestiers, en créant son propre paysage. Vallée de la Seine
  10. 10. 10 1.1.2 Les entités paysagères Cette approche doit nous permettre de définir des ensembles de référence qui facilitent la compréhension du territoire par ses acteurs (riverains, élus, responsables d’aménagement au niveau local, départemental, national, etc.). Elles permettront l’émergence de propositions et la prise de décision quant à la définition des orientations de gestion des espaces. Description et analyse des entités : La perception du territoire permet de définir l’identité paysagère de la boucle de Verneuil à travers 8 entités paysagères principales et trois sous-entités : 1. Les bords de Seine : - L’aérodrome - La plaine agricole de la haie - La base de Loisirs de Val de Seine 2. La Forêt de Verneuil 3. La plaine agricole de Chapet 4. La forêt de Saint Vincent 5. La plaine de Bouafle 6. Les buttes de Marsinval. 7. Les coteaux des Alluets - La terrasse du Rouloir 8. Le val d’Orgeval 1 2 6 3 5 7 8 4
  11. 11. 11 Les bords de Seine Ils se présentent comme une chaîne continue d’espaces ouverts directement liés à l’eau. Les paysages portent l’empreinte naturelle du fleuve proche, la ripisylve, ce qui suggère aussi la sensation de sauvage en certains lieux. Les bords de Seine sont à l’origine des paysages remarquables et pittoresques. Bords de Seine dans la commune des Mureaux Par des occupations des sols différents, se distinguent trois sous-entités : a. La plaine agricole de la Haie b. L’aérodrome c. La base de loisirs de Val de Seine a b c
  12. 12. 12 a. La plaine agricole de la Haie Les limites de cet espace agricole sont la Seine au Nord, la ligne ferroviaire « Le Havre – Paris » au sud, l’usine Renault à l’ouest, et la ville des Mureaux à l’est. Ces espaces cultivés, situés en bord de fleuve n’ont pas de vue directe sur la Seine, mais celle-ci reste toujours très perceptible grâce à sa ripisylve. Au Sud, le bois de Saint Vincent et une friche boisée atténuent l’impact de la voie ferrée. Les grandes cultures participent à l’impression d’ouverture de cet espace. Le parcellaire souligné par de longues haies s’étire de façon longitudinale et parallèle au fleuve suivant parfaitement l’étagement alluvionnaire. L’extension de la ville et de la zone d’activités accentuent la séparation entre l’espace agricole et la forêt de Verneuil et fragilisent cet espace. Vue de la plaine depuis les coteaux de Mézy-sur-Seine
  13. 13. 13 b. L’aérodrome Ce vaste espace ouvert en herbe met en relation directe les bois de Verneuil avec les étangs de la base de loisirs de Val de Seine, et donc avec la Seine et les coteaux du Vexin. L’aérodrome assure la continuité d’espaces naturels et constitue une composante majeure du paysage. Dans la continuité des bois de Verneuil, l’aérodrome représente aussi un espace de respiration pour la ville des Mureaux et l’agglomération de Verneuil-Vernouillet. Le caractère remarquable s’impose en considérant de plus que cet aérodrome est le plus grand aérodrome « en herbe » de France. Vue depuis l’aérodrome sur les coteaux des Vaux-sur-Seine et du Vexin
  14. 14. 14 c. La base de loisirs Val de Seine Anciennes gravières, les étangs de la base de loisir se succèdent au long de la Seine, et forment une continuité d’espaces ouverts majeurs : vastes étendues d’eau aux rives largement colonisées de saules blancs, faune et flore s’assemblent dans un des écosystèmes les plus riches de la boucle. Le potentiel touristique de la base de loisirs s’appuie sur la qualité de ses paysages de lacs, de rivages, de bords de Seine et d’horizons boisés (coteaux de l’Hautil, forêt de Verneuil) qui révèlent la richesse de ces espaces naturels, parfois presque « sauvages » à deux pas de Paris. Seule ombre au tableau, la petite zone d’activité de Verneuil tend à former une enclave dans cette continuité. Les paysages naturels de la Base de loisirs du Val de Seine
  15. 15. 15 d. La forêt régionale de Verneuil Ce bois se présente comme le cœur de naturel de la boucle de Verneuil. C’est aussi un maillon essentiel dans l’enchaînement des grands espaces naturels et agricoles du secteur (Depuis les coteaux des Alluets, la Plaine agricole de Chapet, la forêt de Verneuil, l’aérodrome, jusqu’à la Seine et les coteaux du Vexin). La forêt est un point de repère omniprésent des paysages alentours : en milieu urbain, depuis les Mureaux ou depuis Verneuil, la perception des lisières fonde l’identité de nombreux quartiers de ville ; depuis la plaine agricole de Chapet, et les coteaux des Alluets, la forêt constitue un horizon entier qui se double de celui de la forêt de l’Hautil, pour se perdre dans un infini forestier. Depuis les coteaux de Vaux sur Seine, ces mêmes enchaînements d’horizon forestiers constituent un paysage naturel de très grande ampleur. La route des rois qui traverse la forêt crée un lien historique avec la ville. Depuis le coteau de Vaux, vue sur l’aérodrome, les bois de Verneuils et l’horizon boisé des Alluets
  16. 16. 16 e. La plaine agricole de Chapet Cette plaine agricole occupe une légère dépression, drainée de plusieurs ruisseaux, qui longent plusieurs chemins ruraux. Le cours d’eau le plus important, le ru d’Orgeval, bien que discret, constitue une limite franche sur le bord ouest de la plaine, derrière laquelle quelques équipements et surtout le parc de Sautour forment une transition avant les façades des grands ensembles des Mureaux. En face, le coteau de Chapet limite la plaine au sud, et oppose une empreinte fortement rurale : le village ancien, perché sur la pente, est ourlé de jardins et de jeunes boisements qui s’étendent sur d’anciens vergers. Sur les limites est et nord de la plaine, les lisières de la forêt de Verneuil forment un grand arc forestier très présent, surmonté de l’horizon forestier de l’Hautil, qui donnent une empreinte particulièrement « naturelle » à cette plaine. Ses contours ainsi très nettement définis, les cultures céréalières qui ouvrent l’espace central de la plaine, donnent à cette dernière une ampleur qui contribue à faire de cette entité, une entité « naturelle » remarquable : c’est aussi un espace de respiration essentiel, entre la ville des Mureaux, la forêt, et le coteau des villages (Chapet, Bouafle…) dont les échelles urbaines sont totalement différentes. Vue de la plaine agricole depuis les coteaux de la ville de Chapet
  17. 17. 17 f. La Plaine de Bouafle Entre le bois de Saint-Vincent, la zone d’activité des Mureaux et le bois des Remises, La plaine agricole de Bouafle se situe à l’étage bas de la plaine alluviale de la Seine et s’appuie sur le « petit coteau de Bouafle » qui la sépare du niveau supérieur des coteaux des Alluets. L’autoroute A13 traverse cette plaine et donne à voir pleinement ce secteur : d’un côté, le petit coteau offre des pentes cultivées, ourlé en partie haute de quelques vergers reliques et de boisements. Il est tendu entre les deux villages « perchés » de Bouafle et de Flins, caractéristiques de l’implantation des villages de ces coteaux de Seine, et dont l’habitat groupé présente malgré quelques ajouts une silhouette encore pittoresque ; le village a longtemps été présenté depuis l’autoroute comme un des « villages remarquables d’Ile-de-France ». De l’autre côté, au nord, la plaine s’étend jusqu’au bois de Saint-Vincent, dont l’horizon forestier se double de celui des coteaux boisés et partiellement habités du Vexin. Au nord-est, la zone d’activité des Mureaux et les quartiers pavillonnaires forment un horizon moins stable sans articulation avec l’espace agricole, dont l’empreinte parcellaire très particulière sur ce secteur, liée à l’existence d’un léger relief et à des pratiques agricoles anciennes (vigne, vergers) ne semble pas guider l’organisation des dernières extensions. Malgré des limites avec la ville à redéfinir, cette entité apparaît porter encore une forte valeur paysagère liée à l’histoire rurale de ses villages. Cette entité traduit aussi l’existence d’une continuité naturelle entre les coteaux et les bords de la Seine. Vue depuis le cimentière de Bouafle
  18. 18. 18 g. Les buttes de Marsinval Toile de fond des paysages de la boucle de Verneuil, les buttes de Marsinval offrent un relief inattendu au sein même de la vallée de la Seine : couronnées de boisements, ces buttes sont d’autant plus visibles au milieu des espaces ouverts et cultivés qui les ceinturent et dans lesquels elles constituent un point de repère majeur. Les Buttes de Marsinval sont formées de deux sommets différents, séparés par un talweg où s’est logée une opération de lotissement, il y a une vingtaine d’années. Sur le pourtour l’éventail des paysages agricoles est plus varié : A l’ouest, les pentes s’ouvrent largement sur de vastes cultures céréalières ; Au nord, les pentes cultivées sont parsemées de quelques parcelles boisées, ou enfrichées, avec quelques phénomènes de mitage ou d’habitat spontané ; Au nord et à l’est, les cultures alternent avec des vergers ; Au sud, le vaste hameau de Bures est niché sous les collines boisées. Vue des buttes boisées de Marsinval depuis la terrasse agricole du Rouloir
  19. 19. 19 h. Les coteaux des Alluets La forêt des Alluets forme une lisière quasi continue qui souligne le haut de ce coteau sud de la Seine sur toute sa longueur et forme l’horizon boisé de cette entité. Les pentes douces permettent le maintien d’une activité agricole céréalière de grandes cultures, principalement. Dans le secteur nord de Bouafle-Equevilly, les pentes s’adoucissent véritablement pour former un vaste replat, qui domine les autres entités de la vallée de la Seine : il s’agit de la terrasse du Rouloir dont l’intérêt paysager est très fort. Au sud, les pentes plus marquées du petit coteau de Bouafle et de Flins limitent l’entité paysagère. Cependant la dynamique urbaine est forte, les limites urbaines des villes de Flins- sur-Seine et de Bouafle commencent à se rapprocher. Vue sur la forêt des Alluets
  20. 20. 20 i. le val d’Orgeval Le ru d’Orgeval prend ses sources du plateau et ouvre un large val « suspendu » sur les terrasses supérieures de la vallée de la Seine. Tout d’abord tenu entre les coteaux des Alluets et les pentes des buttes de Marsinval, ce val s’ouvre ensuite doucement sur la plaine des Mureaux où le ru se jette dans le fleuve. Le ru d’Orgeval est le fil conducteur des paysages de la boucle de Verneuil. Toutes les entités qui la composent s’organisent de part et d’autre de ce ruisseau. L’espace agricole garde la place principale dans cette entité, paysage ouvert aux horizons boisés des coteaux des Alluets et des buttes de Marsinval. Les grandes cultures céréalières ont largement remplacé les anciens vergers, mais quelques exploitations fruitières subsistent dans certains secteurs, traçant sur les pentes des lignes de pommiers et de poiriers. Quelques bandes boisées esseulées indiquent un enfrichement déjà ancien de certaines parcelles de verger, et quelques rares haies vives témoignent d’un maillage ancestral. Reliés par la route du coteau, D69 et D113, hameaux et village se succèdent à mi- pente le long d’une ligne de source. Profitant d’une situation intermédiaire entre le versant supérieur raide et boisé, et le versant inférieur doux et cultivé. Dans les fonds de val, la ripisylve plus ou moins abondante signale le passage du cours d’eau et constitue souvent un milieu faune-flore riche. Il est à noter cependant que la zone d’activités d’Ecquevilly, installée pour partie en zone inondable a fait disparaître un linéaire important du ru d’Orgeval. Une des principales caractéristiques du paysage du val d’Orgeval est celle d’être rythmée d’une succession de vallons secondaires, drainés par autant de petits rus permanents ou intermittents. Les mêmes composantes agricoles, forestières et naturelles se rassemblent alors dans des ambiances plus intimes, parfois confidentielles et isolées. Vue sur le ru des fonds de Romainvilliers
  21. 21. 21 Le val d’Orgeval compte 7 vallons : a. Les Fonds d’Abbecourt Les parcelles agricoles sont convoitées. Les hameaux s’étendent sur les espaces agricoles sans le souci d’économiser leurs espaces libres. Ce développement cloisonne de plus en plus les espaces ouverts. b. Les Fonds de Romainville Leur particularité se trouve dans la présence du Château. Situé sur les hauteurs du vallon, il se détache du bois pour regarder le vaste vallonnement agricole. Le ru qui traverse le champ agricole céréalier est accompagné d’une végétation abondante et révélatrice. c. La Vallée du Roncey Elle s’organise autour du ru en succession de parcelles perpendiculaires à celui-ci. De minces vergers en friche forment des haies qui soulignent cette organisation. Plus bas, les parcelles s’agrandissent faisant place à la grande culture. d. Les fonds de Cayenne La forêt des Alluets forme une limite boisée dense qui fait ressortir ce vallon ouvert dans une perception de relief ondulée. e. Le ru de Russe Les grandes cultures se concentrent autour de ru de Russe. Son cours d’eau est peu perceptible mais il est suggéré par quelques prairies, par les jardins familiaux et la ripisylve qui le longe. Cependant il est un peu accessible. Le fond du vallon, avec la RD 113 et l’autoroute de Normandie, ferment la continuité du domaine agricole. f Le ru de la Vallée Maria Les grandes cultures agricoles occupent majoritairement ce relief aux pentes douces. Quelques vergers sont encore en activité (pomme, poire), cependant beaucoup sont en friche. (Annexe 1 : le ru d’Orgeval)
  22. 22. 22 1.1.3 La dynamique du paysage : une continuité fragile La continuité agricole, forestière et naturelle du méandre de Verneuil, existe dans la lecture de ses paysages, mais elle reste fragile : les infrastructures lourdes de l’A13 et de la RN13, un golf dont la structure et le traitement végétal n’ont rien à voir avec le site, et des zones d’activités ou commerciales disparates affaiblissent considérablement cette continuité, créent des coupures. La pression urbaine est également très perceptible et tend à contrarier également cette continuité : la consommation massive de l’espace agricole se fait sentir autant sur le pourtour des villes et des bourgs (les Mureaux, Aubergenville, Verneuil…), que sur les villages de moindre importance (Orgeval et Morainvilliers…) qui tendent à rapprocher leurs fronts urbains et à s’étirer le long des voies, par des opérations de lotissement pavillonnaires. Les espaces agricoles évoluent, et les dernières décennies ont vu l’abandon de nombreux vergers, sans toutefois ici remettre en cause ce principe de continuité. La question essentielle, en matière d’évolution des paysages, reste bien celle du maintien ou de la consommation de terres agricoles par une urbanisation peu dense, donc gourmande, et irréversible. 1.2 La dynamique et son influence du territoire 1.2.1 Situation du territoire Situé à moins de 40 km à l’ouest de Paris, entre la forêt des Alluets et la Seine, la boucle de Verneuil est un territoire composé de 11 communes3 qui occupent une position stratégique dans le département des Yvelines. Ce secteur de la Seine Aval qui supporte des grands pôles de croissance urbaine se présente comme une zone de transition entre le l’agglomération centrale et la couronne rurale. L’Autoroute de Normandie (A13) constitue un axe routier majeur important pour le développement des communes. Vue sur Les Mureaux depuis l’autoroute A13 3 Orgeval, Medan, Vernouillet, Verneuil-sur-Seine, Les Mureaux, Flins-sur-Seine, Bouafle, Chapet, Ecquevilly, Morainvilliers, et Villennes-sur-Seine.
  23. 23. 23 Population totale dans la Boucle de Verneuil 0 20000 40000 60000 80000 100000 1968 1975 1982 1990 1999 Population totale 1.2.2 Une urbanisation croissante Les communes de la boucle de Verneuil forment un ensemble d’environ 78.000 habitants (données du recensement de 1999), dont plus de 75% dans les communes de Verneuil, Vernouillet et Les Mureaux (cette dernière commune représentant 44% de la population totale du secteur). Depuis la fin les années 1960, la population a doublé, passant de 40 000 habitants à près de 80 000 habitants aujourd’hui (100% d’augmentation en 30 ans, 3,3% d’augmentation par an). Le développement des villes s’est fait sur un mode d’étalement urbain. Les perspectives actuelles tendent à poursuivre cette évolution à la hausse sans assurance de changement réel de modèle de développement urbain, pouvant présager d’une consommation forte d’espace dans un délai très court, et obérant des surfaces environnementales nécessaires à long terme (agriculture, espace récréatif, espaces naturel, protection de la ressource en eau…). (Annexe 2 : évolution de la population urbaine dans la boucle de Verneuil)
  24. 24. 24 1.2.3 Analyse des documents d’urbanisme a Les documents d’urbanisme : PLU / POS Méthodologie L’analyse de zonage des documents d’urbanisme des onze communes de l’étude, dont les POS ou PLU, nous éclaire sur les dynamiques de la croissance urbaine sur le territoire. Carte des limites communales de la boucle de Verneuil Documents étudiés : Commune Documents étudiés Bouafle PLU, approuvée le 24/04/2004 Chapet POS, approuvée le 26/06/00 Ecquevilly POS, approuvée le 15/12/2005 Flins sur Seine PLU, approuvée le 14/10/2006 Les Mureaux PLU, approuvée le 18/06/2006 Médan POS, approuvée le 02/07/04 Morainvilliers POS, approuvée le 21/05/01 Orgeval POS, approuvée le 19/10/00, mise à jour 10/09/01 Villennes-sur-Seine POS, approuvée 29/12/03 Verneuil PLU, approuvée le 03/10/2006 Vernouillet POS, approuvée le 06/02/2001
  25. 25. 25 Afin de faciliter l’analyse et d’obtenir une vision globale du territoire de la boucle de Verneuil, nous proposons une typologie d’occupation du sol, actuelles et futures, répartie en 6 groupes :  Zone urbaine : ce zonage comprend tous les espaces urbanisés, centres anciens, zones d’agglomération dense, zones d’urbanisation diffuse..., dites zone UA, UB, et UC dans les PLU, dites zone UA, UH, UG dans le POS.  Zone d’activité économique : zone d’implantation des différentes activités économiques (zone industrielle, zone artisanale, zones destinées aux implantations des nouvelles zones commerciales), dénommée zone UE dans les PLU, et UI, UJ, UL dans les POS.  Zone d’urbanisation future : zone d’extension de l’urbanisation : zones AU dans les PLU, zones Na dans les POS.  Zone agricole : espaces agricoles, zone A dans les PLU, et zones dites NC, NCa dans les POS.  Zone naturelle : elle est constituée par les espaces forestiers, par les bois classés à conserver ou à créer. Regroupe les zones N dans le PLU, et les zones nommées ND dans les POS. Zone Urbaine Zone d’urbanisation future Zone d’activité économique Zone Naturelle Zone Agricole Projets communaux : Synthèses de documents d’urbanisme dans la Boucle de Verneuil
  26. 26. 26 L’urbanisation et l’industrialisation actuelles sont liées au développement des infrastructures routières et ferroviaires, et fluviales, consommant fortement les espaces agricoles et naturels de la boucle.  Les secteurs futurs d’urbanisation confirment les perspectives de consommation des territoires naturels et agricoles suivants : - La majeure partie de la plaine de Bouafle (terres agricoles) - Extension du pourtour est et nord de Bouafle (terres agricoles essentiellement) - Extension à l’est de Chapet - L’extension sur les coteaux de Médan  Des secteurs voués à l’activité économiques posent également question en remettant en cause dans une perspective plus ou moins lointaine des continuités naturelles à forte valeur paysagère : - Aérodrome des Mureaux - Extension de la ZI de Ecquevilly sur le ru d’Orgeval Ruisseaux d’Orgeval dans la zone d’activités de la commune d’Ecquevilly
  27. 27. 27 1.2.4 Le Schéma Directeur de la Région d’Ile-de-France (SDRIF) Le SDRIF est un document d’aménagement du territoire et d’urbanisme qui définit une vision globale de la Région l’Île-de-France et de ses territoires. Il affiche des ambitions et des objectifs à prendre en compte au niveau local. Afin de faire face aux évolutions de la société, ce document prospectif est actuellement en révision. - Le SDRIF 1994 Le SDRIF 1994 envisage pour la boucle de Verneuil :  la conservation ponctuelle des zones agricoles, naturelles et des paysages,  le maintien des liaisons vertes entre les villes situées sur les coteaux (terrains agricoles et espaces boisés),  une extension urbaine (dites zones pyjamas4 ) des petites villes au détriment d’espaces agricoles, importants tant du point de vue paysager qu’environnemental. Chapet comprend deux zones de développement :  le secteur nord de la plaine agricole de Chapet, accolé à la commune des Mureaux.  Le secteur est de la commune, dans la continuité du bâti actuel La perspective de développement urbain dans la plaine de Chapet, sans aucun lien avec l’actuel village, tend à cerner la forêt par l’urbanisation, à la convertir peu à peu en parc, et à réduire un espace écologique majeur. Elle met en péril l’activité agricole sur la plaine. Morainvilliers Dans le secteur de Bures, l’extension urbaine prévue revient pratiquement à doubler la taille du village au détriment des terrains agricoles, et contribue à l’enclavement du bois de Marsinval. Ecquevilly L’urbanisation proposée pour la commune d’Ecquevilly suit principalement le linéaire routier et concerne la zone d’activité le long de la RD 43. L’extension urbaine de la ZA d’Ecquevilly s’est faite au détriment du ru d’Orgeval. A ce jour le ru d’Orgeval a été considéré comme une contrainte (busé sur une grande partie de son cours) et non comme une aménité environnementale. 4 Zone partiellement urbanisable : 60% d’urbanisation, 40% espaces verts. SDRIF 1994
  28. 28. 28 Bouafle Entre les communes de Bouafle et Ecquevilly, il est à noter que les zones pyjamas rapprochent leurs fronts urbains au détriment d’une zone agricole importante. Les Mureaux Dans ce secteur est prévu le développement urbain sur la plaine maraîchère de Bouafle, pour le renforcement de la zone industrielle de la commune des Mureaux. - Le projet de SDRIF 2008 (approuvé le 25 septembre 2008, CR n°82-08) Le développement urbain des années 1980 et 1990 a beaucoup utilisé comme ressource foncière le territoire agricole et naturel. Les propositions du SDRIF 2008 proposent une nouvelle forme d’urbanisation afin de lutter contre l’étalement urbain. Il initie notamment le système régional des espaces ouverts (SREO) par la préservation d’une grande partie des espaces agricoles et naturels en inscrivant entre autre le concept des continuités écologiques et des fronts urbains. Pour la boucle de Verneuil, il signale deux continuités écologiques à conserver :  la forêt de l’Hautil, l’aérodrome, la forêt de Verneuil et la plaine agricole de Chapet.  Les coteaux de Mézy-sur-Seine, la plaine agricole de la nouvelle France, les coteaux de Flins- Bouafle et la forêt des Alluets. La densification du tissu urbain notamment aux Mureaux, à Verneuil et à Vernouillet est indiquée. Les principales zones d’extension urbaine sont essentiellement localisées au sud des Mureaux (zone industrielle sur la plaine au nord de la commune de Bouafle), et à l’est de la commune de Chapet. Le SDRIF 2008 vise le maintien des espaces ouverts de la zone des Buttes de Marsinval et de la plaine de Chapet, et la préservation du paysage agricole des coteaux agricoles de Bouafle. (Annexe 3 : extrait du SDRIF 07, le schéma régional des espaces ouverts) SDRIF 2008
  29. 29. 29 1.2.5 L’opération d’intérêt national (OIN) sur les territoires de Seine Aval et les zones à enjeux L’opération d’urbanisme d’intérêt national, OIN Seine Aval, doit opérer sur 51 communes dans le département des Yvelines, 5 intercommunalités, ce qui représente un total de 40.000 ha, pour 370.000 habitants. L’OIN s’étend de Conflans-Sainte-Honorine à l’est, à Blaru à l’Ouest. L’objectif est d’augmenter le taux d’emploi de 20% et de construire 2.500 logements par an jusqu’en 2010. Un des objectifs de l’OIN est la recherche d’un développement équilibré du territoire, notamment par le maintien de la qualité environnementale et paysagère de ce territoire Yvelinois. Ces ambitions d’aménagement du territoire se traduisent par des ZAD (zone d’aménagement différé), outil foncier permettant la mise en place de zones de préemption foncière. Dans la zone d’étude de la boucle de Verneuil, plusieurs ZAD importantes sont à considérer :  Plaine de Bouafle : extension de la zone d’activités industrielles ?  Base de loisirs : extension de l’habitat dans la zone U de la base de loisir ?  Aérodrome des Mureaux : renforcement de la zone d’activité des Mureaux ?  Plaine agricole de Chapet : extension de l’habitat ?  ZA d’Ecquevilly : densification et extension de la zone d’activités sur le lit du ru d’Orgeval ? 1.2.6. Route Départementale RD 154 Le département des Yvelines prévoit un projet de déviation des centres urbains de Verneuil-sur-Seine et de Vernouillet. Ce projet, traverse la zone agricole de Vernouillet en bordure d’urbanisation puis le bois de Verneuil. Une continuité est planifiée vers la commune des Mureaux, coupant la plaine de Chapet en son milieu. Ce projet est antagoniste avec le SDRIF 2007. En outre, il provoquerait une césure grave des continuités écologiques (Bois de Verneuil-Buttes de Marsinval et Bois de Verneuil-plaine de Chapet) et détruirait une activité agricole viable. L’impact sur les paysages en serait d’autant plus désastreux. Le projet est un consommateur de terrains agricoles et forestiers, il nécessite d’une emprise foncière de 33 ha dont 13 ha dans le bois de Verneuil.
  30. 30. 30 Synthèse des projets territoriaux : ZAD de l’OIN et projets routiers 1.3 Les espaces naturels, la flore et la faune La boucle de Verneuil possède de nombreux espaces naturels et accueille une richesse faunistique et floristique conséquente. Plusieurs espaces sont déjà gérés à travers les PRIF par l’Agence des Espaces Verts de la Région Ile-de-France. Les PRIF existants reconnaissent ce patrimoine naturel, le préservent et le mettent en valeur. En dehors de ces périmètres protégés, d’autres espaces ont été inventoriés pour leurs richesses faunistiques et floristiques : 3 zones naturelles d’intérêts floristiques et faunistiques (ZNIEFF) de type 1 sont répertoriées ; lande à callune au lieu dit les clairières dans la forêt de Verneuil, le bois Saint Vincent, les étangs et les ripisylves de la base régional de loisirs du Val de Seine. Ces espaces naturels ne sont pas enclavés et communiquent entre eux par des continuités écologiques, dans un jeu de relation entre les grands équilibres naturels et urbains.
  31. 31. 31 1.3.1 Les Périmètres Régionaux d’Intervention Foncière de la Boucle de Verneuil a Le massif forestier régional de Verneuil Situé sur les territoires de Chapet, Les Mureaux, Verneuil-sur-Seine, il est constitué essentiellement d’espaces boisés, et de landes. Le peuplement forestier se présente sous forme de futaie hétérogène de chêne, charme, érable, châtaigner, avec une lande boisée à callune à l’ouest du territoire. Il constitue une composante écologique et paysagère importante de la ceinture verte. Ce bois était voué à une urbanisation massive (lotissement dont certains ont été réalisés). En Juin 1989, sur proposition de son Agence des Espaces Verts, la Région d’Ile de France a créé un périmètre régional d’intervention foncière de 360 ha. Ce dernier a été étendu en septembre 2003 d’une superficie de 40 ha en vue de l’acquisition des parcelles boisées de l’Hôpital de Meulan-les Mureaux. A ce jour 241 ha sont propriétés de la région et relèvent du régime forestier. b Plaine de Vernouillet Dans les années 1992 et 1993 le Département des Yvelines a décidé de classer en Espaces Naturels Sensibles5 290 hectares, dont 210 ha des terres agricoles ou en friche et 80 ha en bois. Ces espaces naturels étant particulièrement menacés par le mitage, l’Agence des Espaces Verts a décidé de créer un PRIF le 16 novembre 2000 sur ces territoires permettant de protéger à la fois les espaces boisés et les espaces agricoles. A ce jour, l’AEV gère une superficie de 334 ha dont 244 ha d’espaces agricoles et 90 ha des espaces boisées. c La nouvelle France Le périmètre de la Nouvelle France est situé sur la commune des Mureaux. Cette espace ouvert longitudinal à la Seine constitue un corridor biologique entre les deux coteaux de la Seine. Il présente un enjeu hydraulique très important en permettant l’échange entre la Seine et la nappe phréatique. 5 La politique en faveur des Espaces Naturels Sensibles (ENS) des départements a été définie par la loi du 18 juillet 1985 révisée par la loi du 2 février 1995. Ces lois permettent aux Conseils Généraux qui le souhaitent de menée une politique décentralisé en faveur des sites, des paysages et des milieux naturels qui leur semblent importants.
  32. 32. 32 La surface totale du périmètre ,de 122 ha, est composée de deux entités différentes :  La plaine alluviale qui représente environ 93 ha et qui est occupé pour grandes cultures ponctuées pour des stations de pompage. Il existe une exploitation agricole qui est situé au milieu.  Le bois de Saint Vincent qui représente environ 29 ha qui est composée essentiellement d’une chênaie de même nature que la forêt régional de Verneuil. 1.3.2 Les ZNIEFF de type1 L’inventaire ZNIEFF de type 1 (Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique, Faunistique et Floristique) à été crée dans les années 1982 avec l’objectif d’identifier et de décrire des secteurs présentant un patrimoine faunistique et floristique reconnu. Ces ZNIEFF sont des indicateurs faunistiques et floristiques permettant de caractériser des territoires sur leurs valeurs écologiques, indispensables pour la préservation de ces milieux naturels. Quatre sites ZNIEFF de type 1 sont inventoriés dans la zone d’étude: a Plans d’eaux de Verneuil Les Mureaux (ZNIEFF 2213014 type 1) Elle est située sur la base de loisirs de Val de Seine, où la principale activité est le loisir nautique. Elle a une superficie de 279 ha. Les vastes plans d’eau sont un refuge pour l’avifaune migratrice. b Lande du Bois de Verneuil (ZNIEFF 2213015 type 1) Située au nord du massif forestier de la forêt régional de Verneuil. D’une superficie de 8 ha, elles abritent une lande à callune. c Bois St Vincent (Flins) (ZNIEFF 2213017 type 1) D’une superficie de 164 ha, elle se trouve dans les communes de Flins-sur-Seine et des Mureaux. Son intérêt est principalement floristique et écologique. ZNIEFF de Type 1 Boucle de Verneuil
  33. 33. 33 Afin de compléter les ZNIEFF existantes, une étude réalisée en septembre 2004 par le bureau d’étude SEGEGUE a mis en évidence des secteurs d’intérêt écologique notable: Le ru de Russe en amont d’Orgeval : Il présente différents milieux abritant des espèces déterminantes ZNIEFF au lieu dit : « Les Fonds Saint Gilles », en zone de pacage, deux espèces patrimoniales d’orthoptères protégées sont présentes : - Le grillon d’Italie (Oecanthus pellucens), espèce commune, protégée en Ile- de-France ; - Le criquet marginé (Chorthippus albomarginatus), espèce menacée, déterminante pour la création d’une ZNIEFF en Ile-de-France (habitat des prairies relativement humide). Aux lieux dits « le gros Chêne » et « le Moulin d’Orgeval », les battements de la nappe phréatique favorisent l’installation d’une végétation spécifique des zones humides: des aulnaies, des aulnaies-frênaies, des saulaies marécageuses oligotrophes et acidiclines. Ces deux derniers milieux présentent un grand intérêt avec le développement de l’osmonde royale (Osmuda regalis), protégée au niveau régional et déterminante ZNIEFF. Les milieux plus ouverts de ce secteur présentent aussi un intérêt fort avec l’orchis négligé (Dactylorhiza praetermissa), espèce assez rare en Ile-de-France et déterminante ZNIEFF. Egalement, dans les milieux boisées-humide, à noter une population importante de salamandre tachetée, espèce protégée, et la présence de mammifères assez rares comme le blaireau, l’hermine, le putois, lesquels signalent un réel fonctionnement écologique et une richesse faunistique importante. La zone de confluence entre le ru d’Orgeval et le ru des Fonds de Romainville Ce secteur est situé dans un contexte de plaines agricoles. A noter la présence deux espèces d’insectes protégées et déterminantes pour la création d’une ZNIEFF : - la decticelle carroyée (Platycleis tessellata), - le criquet marginé (Chorthippus albomarginatus), La zone boisée à l’est du Ru Notre Dame des Neiges Dans cette zone, le ru s’écoule dans la plaine agricole de Chapet en créant des zones humides où la végétation aquatique est très présente. Le long de ce ru, la ripisylve se résume à quelques arbustes (cornouiller sanguin en particulier, sureau noir et rosiers). A noter la présence de la decticelle bariolée (Metrioptera (Roeseliana) roeselii), espèce des hautes herbes devenue vulnérable en Ile-de-France et déterminante pour la création d’une ZNIEFF.
  34. 34. 34 1.3.3 La faune et la flore La présence de nombreux espaces boisées, de friches et la présence du ru d’Orgeval et de son système hydrologique abritent de nombreuses espèces animales et végétales sur le territoire. Le Conservatoire Botanique National du Bassin Parisien (CBNBP) a observé sur les 11 communes, 700 espèces dont 16 espèces avec le statut de protection. a La Faune Une population de chevreuils, de sangliers et de petits mammifères (rongeurs et carnivores) est présente sur ce territoire. Malgré le fractionnement de l’espace par l’urbanisation et les routes, trois passages d’animaux sont répertoriés : - entre le bois de Verneuil et les buttes de Marsinval ; - entre les buttes de Marsinval et la forêt des Alluets ; - entre les bois de Verneuil et la forêt des Alluets. La boucle de Verneuil, de par la richesse de ses milieux (humides, boisés, landes sèches), abritent une riche biodiversité au niveau de l’entomofaune et de la batracofaune. Parmi les espèces les plus importantes :  le grillon d’Italie (Oecanthus pellucens), espèce commune, protégée en Ile-de- France  le criquet marginé (Chorthippus albomarginatus) espèce menacée  la grenouille agile (Rana dalmatina), espèce protégée à l’échelle européenne (Annexe 4 de la directive Habitats)  le triton crété (Triturus cristatus), espèce protégée à l’échelle européenne (annexe 2 de la directive habitat)  la decticelle carroyée (Platycleis tessellata), espèce protégée  la decticelle bariolée (Metrioptera (Roeseliana) roeselii), espèce vulnérable en Ile- de-France. La forêt régionale de Verneuil regroupe quant à elle de nombreuses espèces oiseaux protégés dont le faucon crécerelle (Falco tinnunculus), le pic Vert (Picus viridis), le pic noir (Dryocopus martius), le rouge-queue à front blanc (Phoenicurus phoenicurus). Ces espèces sont en déclin sur le territoire français, protégées par la convention de Berne (annexe 2). Le pic noir est par ailleurs protégé par la directive « oiseaux » (annexe 1). L’avifaune est également fortement présente : - La présence des oiseaux migrateurs empruntant le couloir de la Seine ; - Passage d’oiseaux entre les grands massifs forestiers (Alluet, Hautil, Verneuil), les grands étangs et les relais divers constitués par les bosquets, les haies, et surtout par la présence d’un réseau hydrographique conséquent.
  35. 35. 35 Les espèces les plus remarquables sont présentes dans les étangs de la Base de Loisirs de Val de Seine: le Gaillardon et le Rouillard. Ces deux étangs sont des lieux de passages de sternes et de guifettes en migration pré et post-nuptial et d’hivernage régulier des canards chipeaux, siffleurs et des sarcelles d’hiver ainsi que du héron cendré. La Bécassine des marais en période de chasse trouve refuge dans ces pièces d’eau. b la Flore De nombreuses espèces rares caractérisent ce lieu et contribuent à en faire une région à forte biodiversité, la mosaïque des milieux (sec, humide, marais, bois etc.) contribuent à en faire une région à forte biodiversité. (Annexe 4 : illustration des espèces animales et végétales rencontrées en Boucle de Verneuil). 1.3.4 Dynamiques écologiques La boucle de Verneuil présente de nombreux sites à forte valeur écologique parmi lesquels la Seine et le réseau hydrologique du ru d’Orgeval tiennent une place essentielle. L’analyse et la corrélation de chacune des données permettent de réaliser une synthèse cartographique montrant les liens écologiques existants entre des pôles écologiques connus (forêts, ZNIEFF, ripisylves…). Elle met en évidence le rôle de la boucle de Verneuil dans l’existence de continuités écologiques transversales de la vallée de la Seine, de coteaux à coteaux. Cette boucle est un maillon majeur de jonction écologique entre les coteaux de l’Hautil et les coteaux des Alluets, et par extension, entre le Vexin Français au nord, et le plateau des Alluets, puis la plaine de Versailles au sud. Dans cette continuité, l’espace agricole joue un rôle déterminant : il constitue un milieu de jonction entre des milieux riches écologiquement (bords de cours d’eau, milieux humides, haies, lisières, boisements et forêts). L’espace agricole doit être inclus au système des continuités écologiques définies en tant que concept de continuité naturelle, forestière, et agricole.
  36. 36. 36 Ainsi, la terrasse agricole du Rouloir (Bouafle-Equevilly), la plaine agricole de Chapet assurent la continuité entre la forêt de Verneuil, le ru d’Orgeval, et la forêt des Alluets. De même, la plaine céréalière de la Nouvelle France, la plaine maraîchère de Bouafle-Flins, et les coteaux agricoles des Alluets, constituent une continuité entre la Seine et la forêt des Alluets. Ces espaces représentent des continuités forestières, naturelles et agricoles majeures de la Seine Aval et de la Région Ile-de-France. Forêt ZNIEFF Présence d’oiseaux Continuités écologiques Passage d'animaux Espèces protégées Passage d’oiseaux Dynamiques écologiques
  37. 37. 37 1.4 L’agriculture 1.4.1 L’activité agricole Le territoire agricole du département des Yvelines compte 1271 exploitations pour une surface cultivée de 91.045 ha. La vallée de la Seine compte 181 exploitations agricoles, soit 10.274 ha de surface cultivée, représentant plus de 10% de la surface agricole des Yvelines. Dans ce contexte général le territoire de la boucle de Verneuil comptait 62 exploitations agricoles pour une surface d’un peu plus de 2.500 hectares environ en l’an 2000. Les terres agricoles se situent essentiellement sur les communes de Bouafle, Flins- sur-Seine, d’Ecquevilly, et de Vernouillet Répartition des exploitations et superficie agricole par commune Source : Recensement Agricole 2000 (Annexe 5 : les types d’agriculture en Ile de France) Communes Nombre d'exploitations Superficie agricole utilisée des exploitations (ha) Terres labourables (ha) Nombre d'exploitations en 1988 Bouafle 9 546 541 34 Chapet 4 172 172 5 Ecquevilly 9 610 546 15 Flins-sur- Seine 3 189 188 5 Médan 4 Les Mureaux 4 4 Morainvilliers 9 467 444 21 Orgeval 11 505 465 36 Verneuil-sur- Seine 0 0 0 0 Vernouillet 6 100 80 16 Villennes-sur- Seine 3 38 10 TOTAL 62 2627 2436 146
  38. 38. 38 Répartition des exploitations par système de production Grande culture : 43% Surface : 1380 Ha UTH : 9,2 UTH pour 100 Ha : 0,7 Maraîchage : 14% Surface : 97 Ha UTH : 4,8 UTH pour 100 Ha : 4,9 Arboriculture 5% Surface : 50 Ha UTH : 4 UTH pour 100 Ha :8 Polyculture : 38% Surface : 618 Ha UTH : 13,7 UTH pour 100 Ha : 2,2 1.4.2 Le type d’agriculture En Seine Aval, le maraîchage et l’arboriculture sont fortement représentés. 4 systèmes de production majoritaires se répartissent de la façon suivante : - Grandes cultures : 43% - Polyculture : 38% (la polyculture peut comprendre également du maraîchage) - Maraîchage : 14% - Arboriculture : 5% Globalement, ce sont des exploitations de taille moyenne (50 ha) Deux types d’exploitations sont à distinguer : Les exploitations céréalières traditionnelles, cultivant sur des grandes parcelles, et d’autre part, sur des parcelles plus petites, les exploitations ayant gardé des orientations maraichères (avec un complément céréalier) ainsi que d’anciennes exploitations maraichères s’étant reconverties (totalement ou partiellement) en grande culture.
  39. 39. 39 1.4.3 La dynamique agricole Dans les années cinquante, la boucle de Verneuil présente un caractère naturel et rural (maraîchage, vergers, grandes cultures). Les agglomérations les plus importantes sont les Mureaux et Verneuil-Vernouillet. Les autres communes sont encore des villages, de faible étendue. Depuis les années soixante, l’extension urbaine a été très importante, au détriment de vastes espaces agricoles, dans la périphérie des grandes agglomérations et autour des villages. Elle a contribué fortement à la fragmentation des espaces. Entre les années quatre-vingt et deux mille, l’extension urbaine continue à s’étendre modérément sur les territoires agricoles et les espaces naturels. Perte des espaces naturels et agricoles depuis les années 1950 Espaces agricoles et naturels années 1950 Espaces agricoles et naturels années 1980 Espaces agricoles et naturels aujourd’hui Espaces agricoles et naturels demain Légende : les continuités naturelles, forestières, et agricoles, sont représentées en noir, et le territoire urbain en blanc. Sur la boucle de Verneuil, le nombre d’exploitations agricoles a diminué dans les dix dernières années, passant d’un total de 146 exploitations en 1988, à 62 en 2000. Cependant dans la même période les surfaces agricoles se sont maintenues (excepté les coteaux de Vernouillet au nord-est : Villennes-sur-Seine, Médan, Vernouillet, Verneuil-sur-Seine). Cette zone a subi une reconversion des cultures spécialisées en grande culture : un grand nombre de surfaces en maraîchage ont disparu (excepté sur la plaine de Bouafle et la plaine de Vernouillet) alors que les vergers se sont maintenus. (annexe 6 les données de « les zones agricoles de la ceinture verte de Paris » document DRAF Ile- de-France, données 2007)
  40. 40. 40 Les principaux territoires agricoles (Bouafle, Equevilly, Morainviliers, Vernouillet) sont les plus touchés par cette diminution, mais ils rassemblent encore aujourd’hui le plus grand nombre d’exploitations. Evolution de nombreu d'exploitations agricoles entre 1988 et 2000 0 5 10 15 20 25 30 35 40 Bouafle C hapet EcquevillyFlins-sur-Seine LesM ureaux M orainvilliers O rgeval V ernouillet V illennes-sur-Seine Communes Numero Nombre d'explotations 2000 Nombre d'exploitations en 1988 L’agriculture présente quelques facteurs de fragilisation : - des exploitations de faible superficie agricole (SAU réduite), des parcelles de petite taille ne permettant pas malgré la reconversion totale ou partielle en céréaliculture de dégager des revenus suffisants à long terme. - le morcellement des espaces agricoles autour des villes et des bourgs et du fait de certaines infrastructures routières (A 13). - le risque de consommation du foncier à vocation agricole lié à l’OIN. Pourtant, le maintien relatif des surfaces agricoles durant la dernière décennie montre une résilience certaine, qui profite du dynamisme de certaines exploitations, des « jeunes » exploitants, du développement de techniques de vente directe, des réseaux des AMAP, et qui s’appuie sur des volontés de soutien de l’activité agricole : inscription de la zone en espace paysager au SDRIF de 94 et en espace agricole au SDRIF 2008, création de PRIF (PRIF de Vernouillet, PRIF de la Nouvelle France, et d’autres PRIF en cours de négociation), programme LEADER porté par les acteurs régionaux, départementaux et locaux. A l’avenir, la planification territoriale concertée s’impose, pour éviter l’accentuation du morcellement et la consommation de foncier, notamment dans les secteurs de Bouafle, Chapet, Ecquevilly, et Flins-sur-Seine. Evolution du nombre d’exploitations entre 1988 et 2000
  41. 41. 41 II. Secteurs à enjeux 2.1 Description des enjeux par zone Proposition de sept zones à enjeux : 2.1.1 La plaine agricole de Chapet Eléments insignes du territoire : - élément majeur de continuité entre la forêt de Verneuil, le ru d’Orgeval et les coteaux des Alluets - espace écologique et géologique majeur (zones humides, noues, affleurements fossiles) - bonne stabilité de l’espace agricole - paysage ouvert remarquable (coteau villageois de Chapet, et succession d’horizons forestiers, infini et « sauvage ») - espace de recul et de respiration urbaine entre la ville des Mureaux et le village de Chapet Facteurs de perturbation : - périmètre en ZAD sur les deux tiers de la plaine - projet de déviation (RD154) 2.1.2 La plaine agricole et les coteaux de Bouafle Eléments insignes du territoire : - élément majeur de continuité entre le Vexin Français et la Plaine de Versailles, par le coteau des Alluets et les bords de Seine - espace de recul et de respiration urbaine entre la ville des Mureaux et le village de Bouafle - paysage des coteaux de Bouafle-Flins remarquable: il participe au rythme séquencé des villages du coteau des Alluets, élément essentiel du grand paysage de la Seine Aval - PRIF récent de « la Nouvelle France » Facteur de perturbation : - Périmètre presque entièrement en ZAD ZAD ZNIEFF Présence d’oiseaux Continuités écologiques Passage d'animaux Passage d’oiseaux
  42. 42. 42 2.1.3 La plaine agricole de Vernouillet Eléments insignes du territoire : - élément majeur de continuité écologique entre la forêt de Verneuil et les buttes boisées de Marsinval - Zone agricole fortement maraîchère avec dynamique de reconquête des délaissés - PRIF de Vernouillet et ZAP Facteurs de perturbation : - Périmètre d’extension urbaine important à l’est de Chapet - Mitage important de la plaine agricole - Projet de déviation (RD154) 2.1.4 La terrasse du Rouloir Eléments insignes du territoire - paysage de terrasse agricole remarquable - présence du vallon de Roncey à forte valeur écologique - coupure d’urbanisation importante conservant le caractère rural de Bouafle et d’Equevilly - participe au rythme séquencé des villages du coteau des Alluets, élément essentiel du grand paysage de la Seine Aval Facteurs de perturbation - périmètres de ZAD sur les deux communes risquant d’enclaver cet espace 2.1.5 L’aérodrome Eléments insignes du territoire - élément majeur de continuité écologique et d’espace entre les coteaux de l’Hautil, la Seine et les étangs de la base de loisir, et la forêt de Verneuil - Paysage d’espace ouvert remarquable liés aux paysages des bords de Seine Facteurs de perturbation - Projets d’extensions urbaines risquant l’enclavement de l’espace - Classement de cet aérodrome dans les documents d’urbanisme (Les Mureaux et Verneuil en zone U) ne présageant pas de sa pérennité en espace ouvert Légende : ZAD ZNIEFF Présence d’oiseaux Continuités écologiques Passage d'animaux Passage d’oiseaux
  43. 43. 43 2.1.6 La base de loisirs Eléments insignes du territoire : - Espaces d’équilibre naturel fondamental du Val de Seine en milieu de proximité urbaine - Enchaînements d’espaces ouverts alluviaux fondant un cortège de paysages « naturels » remarquables Facteurs de perturbation : - Projets de ZAD remettant en cause la continuité écologique et d’espace entre les étangs 2.1.7 Le ru d’Orgeval Eléments insignes du territoire - Continuité écologique majeure des milieux humides du ru - Maillon de continuité paysagère et écologique entre les versants agricoles Facteurs de perturbation - Périmètre de ZAD étendu sur le lit alluvial Légende : 2.2 Synthèse : Ces secteurs à enjeux font apparaître la fragilité des continuités écologiques, paysagères et agricoles face à une forte pression urbaine. Les grands espaces à urbaniser, potentiellement ou partiellement (périmètres des ZAD de l’ION Seine Aval), et les principales infrastructures prévues sont en effet pour la plus part situés sur le territoire agricole. ZAD ZNIEFF Présence d’oiseaux Continuités écologiques Passage d'animaux Passage d’oiseaux
  44. 44. 44 Conclusion : Projet de PRIF, un réseau structurant Les propositions de périmètres ont pour objectif de maintenir les continuités écologiques, paysagères, et de conserver des zones agricoles économiques viables. Ils permettent de lier les PRIF existants entre eux en créant un maillage structurant pour le territoire. Ces propositions répondent, en terme d’équilibre, au développement urbain des dernières décennies, et pour les années à venir, dans la vallée de la Seine, plus précisément dans la boucle de Verneuil. PRIF existants : - Forêt de Verneuil - Plaine de Vernouillet - Nouvelle France - Les PRIF proposés s’articulent en plusieurs entités formant une continuité : - Aérodrome des Mureaux - Coteaux et plaine de Bouafle - Plaine de Chapet - Terrasse du Rouloir - Plaine de Vernouillet (prolongement du prif existant) - Val d’Orgeval Continuités écologiques, paysagère et agricoles dans la boucle de Verneuil PRIF Proposition des PRIF Continuités PRIF Proposition de PRIF Continuité écologique
  45. 45. 45 Ces propositions de périmètres confortent les continuités entre les PRIF existants et les grands évènements naturels du territoire, la Seine et le massif forestier des Alluets. A terme, la réflexion sera à poursuivre sur les secteurs des coteaux et du plateau des Alluets, et des coteaux forestiers de l’Hautil, secteurs où la pression urbaine est moins sensible actuellement. Ce projet positionne la boucle de Verneuil, dans sa globalité, comme un maillon essentiel de continuité, à l’échelle de la vallée de la Seine, entre ses coteaux et ses territoires voisins (Vexin français, Plaine de Versailles) ; son importance est à l’égal des autres maillons « naturels » de la vallée de la Seine : la boucle de Saint- Germain, la confluence de la vallée de la Mauldre, l’ensemble des boucles de Moissons de Guernes et de Bennecourt. Ensemble, ces continuités naturelles du grand territoire constituent une armature, facteur d’équilibre dans un contexte urbain fort, et facteur puissant d’organisation des espaces et des fonctions dans la perspective actuelle de redéploiement urbain. En perspective Ce projet de périmètres s’inscrit pleinement dans le questionnement de l’évolution « durable » de la Région Ile-de-France. Il tend à conforter les continuités naturelles, forestières, et agricoles de ce territoire urbain; il défend des valeurs d’espace de respiration et de récréations nécessaires à la ville, il promeut une agriculture de proximité, gage de lien social et de stratégie alimentaire dans le cadre des circuits courts. Par la protection des espaces ouverts non bâtis, ces périmètres participent pleinement à la protection de la ressource en eau dans le bassin versant Seine- Mauldre. Il s’engage sur le long terme.
  46. 46. 46 ANNEXES
  47. 47. 47 Annexe 1 : Le ru d’Orgeval Le ru d’Orgeval, affluent de rive gauche de la Seine se présente comme partie fondamental de notre étude. Leur bassin versant s’étend sur 55 km2 , sur 6 communes6 des 11 communes étudiées. Il prend sa source à la limite de la commune d’Orgeval et des Alluets et se jette aux Mureaux. Il s’appelle ru de Russe en amont, puis ru de Bouillons pour finalement conserver le nom d’Orgeval. Son bassin versant est d’environ 5.500 hectares. Il reçoit 7 affluents d’amont vers l’aval : a. Le ru de Saint Marc (Alluets, Orgeval : 0,4 km) Constitué pour deux petits ruisseaux (ru de Bouillons et ru de Russe) le ru de Saint Marc prendre sa source aux Fonceaux à Orgeval. Les différentes sources sont captées pour un système de plans d’eau destinés aux usages d’accueil de la faune et la pêche. b. Le Ru de Bréval (Orgeval, Morainvilliers : 2 km) Le ru de Bréval prendre sa source dans le bois de Rougemont à l’ancienne fontaine du Lansquenet. Il rejoindre le ru de Russe en aval du basin Pépinière. Il a un débit permanent. c. Le ru de la Vallée Maria (Morainvilliers : 1,8 km) Il trouve sa source au nord de la forêt départementale des Grands-Bois à proximité de l’ancien abreuvoir. Il rejoindre le ru d’Orgeval dans le croissement de la RD 113 et l’ancienne RD 69. d. Le ru de Fonds de Romainville (2 km) Sa source trouve dans la forêt d’Alluets, proche du bois de Romainvilliers. Il irrigue toute la plaine agricole de grands cultures jusqu’au rejoindre le ru d’Orgeval dans la commune d’Ecquevilly. e. Le ru de Bouafle (2,2 km) Représente le somment des trois rus amont (ru de la Vallée de Roncey, ru des Grandes Fontaines et ru de Fons du Cayenne) qui confluent au sud de la commune de Bouafle. 6 Orgeval, Morainvilliers, Bouafle, Ecquevilly, Chapet et Les Mureaux.
  48. 48. 48 f. Le ru de Chapet (1 km) Le ru draine les sources émergents du coteau de Chapet, on est alimenté par deux rus parallèles : le ru de Trois Poiriers et le ru de Notre Dame des Neiges. Il rejoindre le plan d’eau du parc de Sautour. g. Le ru d’Orgeval aux Mureaux Le ru d’Orgeval dans sa traversée dans la commune des Mureaux se trouve complètement canalisé. La majeure partie de leur tracée passe sous la RD 43. Le ru d’Orgeval se présente comme un ruisseau, à ciel ouvert, excepté dans les traversés d’Orgeval (zone urbaine), d’Ecquevilly (zone d’activités) et aux Mureaux (zone urbaine). Leur bassin versant est principalement de dominance agricole, avec des espaces boisées. Il comporte quelques villes où se trouvent des espaces imperméabilisées : ZI d’Ecquevilly, el l’autoroute A13 (voiries et aire des services de Morainvilliers).
  49. 49. 49 0 10000 20000 30000 40000 Verneuil Vernouillet Les Mureaux Communes avec plus de 5000 habitantes (1999) 1968 1975 1982 1990 1999 Annexe 5 : Evolution de la population dans la Boucle de Verneuil Ces graphiques nous montrent l’augmentation de la population dans les 30 dernières années selon le recensement de population de 1999. La croissance démographique dans la boucle de Verneuil, se fait dans les communes de moins de 10000 habitantes7 selon les derniers recensements réalisés. Graphique 1 Morainvilliers Villennes-sur- Seine Médan Orgeval Flins-sur-Seine Ecquevilly Chapet Bouafle 0 1000 2000 3000 4000 5000 Communes avec moins de 5000 habitantes (1999) 1968 1975 1982 1990 1999 Source : INSEE, 1999. Graphique 2 7 Ils n’existent pas de donnés de années 2000 pour les communes de plus de 10000 habitantes dans notre zone d’étude. Page Internet : www.insee.fr
  50. 50. 50 Annexe 3 : Le SDRIF arrêté en 2007  Extrait boucle de Verneuil 
  51. 51. 51  Schéma régional des espaces ouverts
  52. 52. 52  Pressions sur les espaces de la ceinture verte
  53. 53. 53 Annexe 4 : Illustrations de quelques espèces animales et végétales rencontrés en Boucle de Verneuil  Les insectes : Decticelle carroyée (Platycléis tessellata) Decticelle bariolée (Metrioptera roeslii) Le Grillon d’Italie (Oecanthus pellucens) Criquet marginé (Chorthippus albomarginatus) Les batraciens: Grenouille agile (Rana dalmatina) Triton crêté (Triturus cristatus)
  54. 54. 54  Les oiseaux : - Les migrateurs Canard Chipeau (Anas strepera) Sarcelle d’été (Anas querquedula) Sterne pierregarin (Sterna hirundo) Guifette moustac (Chlidonias hybrida) - Les locaux Pic noir (Dryocopus martius) Bécassine des marais (Gallinago gallinago)
  55. 55. 55  Les végétaux :   Orchis négligé (Dactylorhiza praetermissa) Osmonde royale, ou Fougère royale (Osmunda regalis) Bruyère (Calluna Vulgaris) Châtaigner centenaire (Castanea sativa)
  56. 56. 56 Annexe 5 : les types d’agricultures en Île-de-France
  57. 57. 57 Annexe 6 : Eventail des paysages de la boucle de Verneuil Bouafle, vue depuis la lisière de la forêt des Alluets sur l’ensemble de la vallée agricole de la Seine, les buttes de Marsinval et les horizons de l’Hautil Ecquevilly, les Fonds de Romainville, vue vers les buttes de Marsinval Ecquevilly, les Fonds de Romainville, vue sur les coteaux des Alluets
  58. 58. 58 Ecquevilly, le coteau du ru d’Orgeval Ecquevilly, vue d’ensemble de la zone d’activités, horizon de la forêt des Alluets A13, vue sur la terrasse du Rouloir A13, vue sur les Mureaux
  59. 59. 59 Chapet, route de Verneuil, « les Douves », vue sur la forêt de Verneuil et les horizons de l’Hautil Chapet, vue sur la plaine de Chapet et les Mureaux Coteau de Bouafle, vue sur la plaine de Bouafle, le bois Saint-Vincent, les usines Flins et les coteaux de Mezy-Jusiers Coteau de Bouafle, vue sur la plaine de Bouafle, la ZA des Garennes aux Mureaux et les coteaux de Seine
  60. 60. 60 Les Mureaux, le moto-cross du Bois Saint-Vincent et l’horizon des coteaux de Mezy Mézy, la vallée de la Seine vue depuis les coteaux de Mézy : la plaine de la Haye, le bois Saint-Vincent, les coteaux des Alluets Les usines Renault de Flins et les coteaux d’Aubergenville vus depuis le coteau de Mézy L’aérodrome des Mureaux et les coteaux forestiers de l’Hautil

×