LICENCE 3 HIRISS • SEMESTRE 6 • 2013/2014
JEAN-FRANÇOIS MURACCIOLE • HISTOIRE CONTEMPORAINE
EISENHOWER	

Portrait par Norm...
EISENHOWER
Introduction	

Dans   une   Amérique   encore   plongée   dans   le   marasme   coréen   et  
saisie  d’hystéri...
EISENHOWER
son   programme   qu’il   définit   comme   un   «   conservatisme   dynamique   ».   Peu  
autoritaire  et  moi...
EISENHOWER
NEW LOOK ET THÉORIE DES DOMINOS	

L’endiguement  est  la  pierre  angulaire  sur  laquelle  toute  la  politiqu...
EISENHOWER
C’est  en  décembre  1953  que  le  président  de  l’état  major  des  trois  armes  (Joint  
Chiefs  of  Staff)...
EISENHOWER
compétition   mondiale   ne   modifia   pas   la   stratégie   politique   car   tous   les  
problèmes,  en  Eu...
EISENHOWER
RENFORCEMENT DES ALLIANCES	

L’émergence   d’une   «   troisième   force   »,   formée   par   les   pays  
déc...
EISENHOWER
créa  un  mécontentement  sérieux  aux  États-­‐‑Unis  et  chez  les  autres  puissances  
signataires.  Ce_e  ...
EISENHOWER
la   doctrine   Eisenhower   et   engage   le   pays   dans   un   programme   spatial   très  
ambitieux.  
Le...
EISENHOWER
La doctrine Eisenhower	

À   son   retour   au   State   Department   après   avoir   été   malade   quelques  ...
EISENHOWER
problèmes   essentiels   :   sécurité   d’Israël,   canal   de   Suez,   passage   des   navires  
israéliens  ...
EISENHOWER
troupes   du   Liban   et   purent   constater   dans   les   années   suivantes   que  
l’influence  communiste...
EISENHOWER
LA SITUATION INTÉRIEURE	

Les   succès   américains   à   l’extérieur   tendent   à   faire   oublier   la  
pe...
EISENHOWER
JOSSELIN COLLETTASUR14 19
L’ICONOGRAPHIE AUTOUR D’EISENHOWER
EISENHOWER
La  volonté  du  président  est  de  suivre  la  ligne  d’un  «  conservatisme  
progressiste  ou  dynamique  »...
EISENHOWER
Dans   le   domaine   financier,   le   discours   sur   la   rigueur   est   de   mise.  
L’intervention  gouve...
EISENHOWER
semble  aussi  qu’il  ait  eu  une  sorte  d’accord  tacite  entre  les  deux  hommes  pour  
tolérer  les  agi...
EISENHOWER
Conclusion	

Eisenhower,  général  vénéré,  acteur  majeur  de  la  Guerre  froide  mais  
président   parfois ...
EISENHOWER
BIBLIOGRAPHIE	

!
ALINER M., PORTIS L., La politique étrangère des États-Unis
depuis 1945, Paris, Ellipses, 200...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La politique extérieure d'Eisenhower

220 vues

Publié le

Élu en 1952, le Président Eisenhower jouit d’une grande popularité justifiée par sa carrière militaire pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa présidence reste marquée par de multiples crises sur la scène internationale : entre 1953 et 1961, la politique étrangère des États-­Unis reste presque intégralement tournée vers une véritable lutte pour l’hégémonie.

Dossier réalisé dans le cadre de la L3 Histoire et Relations Internationales de l'Université de Montpellier (Paul Valéry) en 2014, par Josselin Colletta.

17 pages
Cours — Histoire contemporaine
Note obtenue — 15/20

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
220
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La politique extérieure d'Eisenhower

  1. 1. LICENCE 3 HIRISS • SEMESTRE 6 • 2013/2014 JEAN-FRANÇOIS MURACCIOLE • HISTOIRE CONTEMPORAINE EISENHOWER Portrait par Norman Rockwell
 JOSSELIN COLLETTA • AVRIL 2014 Trente-­‐‑quatrième  Président  des  États-­‐‑Unis  (1953-­‐‑1961)
  2. 2. EISENHOWER Introduction Dans   une   Amérique   encore   plongée   dans   le   marasme   coréen   et   saisie  d’hystérie  anticommuniste,  ce  sont  les  questions  de  politique  étrangère   et   de   sécurité   intérieure   qui   jouèrent   un   rôle   primordial   dans   la   campagne   présidentielle  de  1952.  Le  général-­‐‑héros  Dwight  Eisenhower  -­‐‑  auquel  les  deux   grands  partis  avaient  proposé  d’être  leur  candidat  et  qui  choisit  le  Grand  Old   Party  -­‐‑  se  présenta  comme  au-­‐‑dessus  de  la  politique  des  partis.  Sa  formule  de   campagne,  K1C2  identifiait  parfaitement  les  préoccupations  et  les  priorités  des   Américains.   Après   sa   victoire   sur   le   démocrate   Stevenson,   il   entre   en  1 fonction   le   20   janvier   1953.   Le   pays   semble   alors   être   à   l’apogée   de   sa   prospérité   :   les   États-­‐‑Unis   sont   le   plus   gros   producteur   mondial,   et   leurs   grandes  firmes  s’organisent  sur  le  plan  international.   Le   nouveau   Président   Eisenhower   jouit   d’une   grande   popularité   justifiée  par  sa  carrière  militaire  pendant  la  Seconde  Guerre  mondiale.  Texan,   né  en  1890  dans  une  famille  texane  modeste,  il  est  entré  à  West  Point,  l’école   militaire  américaine,  en  1911.  Après  avoir  occupé  divers  postes  d’état-­‐‑major,   il   est   nommé   par   Roosevelt   en   1942   à   la   tête   du   théâtre   d’opérations   européen.   C’est   lui   qui   prépare   et   exécute   les   plans   de   débarquement   de   novembre  1942  en  Afrique  du  Nord  et  ceux  de  l’opération  Overlord  de  juin   1944  sur  les  côtes  normandes.  Il  dirige  ensuite  l’assaut  contre  l’Allemagne  et   obtient  sa  capitulation  en  mai  1945.  Il  est  ensuite  président  de  l’université  de   Columbia,  qu’il  qui_e  après  avoir  été  nommé  commandant  en  chef  des  forces   de  l’OTAN  en  1950,  mais  outre  ce  glorieux  passé,  ce  républicain  rassure  par   JOSSELIN COLLETTASUR2 19  Korea  d’abord,  puis  le  Communisme  et  la  Corruption.1 LES ÉLECTIONS DE 1952
  3. 3. EISENHOWER son   programme   qu’il   définit   comme   un   «   conservatisme   dynamique   ».   Peu   autoritaire  et  moins  soucieux  de  défendre  les  prérogatives  présidentielles  que   son   prédécesseur,   il   se   considère   comme   un   arbitre   entre   les   différentes   tendances   et   adopte   la   politique   de   la   «   voie   moyenne   ».   En   effet,   devant   l'ʹexpansion   soviétique   en   Europe   de   l'ʹEst,   Truman   et   ses   conseillers   en   politique  étrangère  adoptèrent  une  ligne  dure  contre  l’URSS  :  Truman  suivait   l'ʹopinion   publique   américaine   qui   s'ʹinquiétait   d'ʹune   potentielle   domination   mondiale   des   Soviétiques.   Ainsi,   dès   son   arrivée,   Eisenhower   décide,   avec   son   secrétaire   d’État   John   Foster   Dulles,   de   tenter   une   normalisation   des   rapports   avec   l’Union   soviétique   tout   en   restant   vigilant   à   son   égard,   et   surtout   il   va   me_re   fin   aux   excès   du   maccarthysme.   Aussi,   1953   marque   le   commencement   d’une   nouvelle   période   dans   la   guerre   froide,   celle   d’une   «  stabilisation  »  causée  par  le  développement  rapide  des  techniques  militaires   et   la   constitution   de   stocks   de   bombes   à   hydrogène   d’un   côté   comme   de   l’autre.  La  présidence  d’Eisenhower  reste  marquée  par  de  multiples  crises  sur   la  scène  internationale  :  entre  1953  à  1961,  la  politique  étrangère  des  États-­‐‑ Unis   reste   presque   intégralement   tournée   vers   une   véritable   lu_e   pour   l’hégémonie,   malgré   ces   efforts   et   des   l’existence   de   conflits   internationaux   qui  échappent  à  la  guerre  froide.   ! Comment   expliquer   la   politique   menée   par   D.   Eisenhower,   qui   semble  être  marquée  par  un  apparent  désir  d’entente  avec  l’URSS,  alors  que   la  Guerre  froide  était  à  son  comble  et  que  la  position  des  États-­‐‑Unis  était  bien   plus  dure  sous  H.  Truman  ?  Si  la  ligne  générale  de  sa  Foreign  Policy  semble   annoncer  une  nouvelle  approche,  elle  perpétue  la  formation  d’alliances  tout   en  créant  de  nouveaux  éléments  de  doctrine.  À  l’intérieur,  il  sera  l’homme  du   juste  milieu  et  de  la  mise  au  ban  de  McCarthy.
 JOSSELIN COLLETTASUR3 19
  4. 4. EISENHOWER NEW LOOK ET THÉORIE DES DOMINOS L’endiguement  est  la  pierre  angulaire  sur  laquelle  toute  la  politique   étrangère   américaine   est   fondée   après   la   Deuxième   Guerre   mondiale.   La   doctrine  Truman,  le  plan  Marshall,  l’OTAN,  le  document  NSC  68  qui  définit   la   politique   américaine   des   années   1960   et   1970,   en   découlent.   NSC   68   présente  le  conflit  avec  l’Union  soviétique  comme  inévitable  car  ses  objectifs   amoraux   sont   irréconciliables   avec   ceux   des   Américains.   Les   négociations,   prétend-­‐‑on,  sont  inutiles  car  on  ne  peut  se  fier  aux  Soviétiques.  Pour  faire  face   efficacement   à   la   menace,   il   faut   accroître   la   part   du   budget   de   défense   sensiblement.   On   pense   que   la   survie   des   États-­‐‑Unis   et   du   monde   libre   en   dépend.   Dans  le  rapport  à  l’ennemi  soviétique,  il  semble  que,  malgré  le  fait   que   les   années   1953   -­‐‑   1956   constituent   un   relatif   dégel,   il   n’y   ait   pas   eu   de   véritable  rupture  avec  la  période  précédente.  La  perte  du  monopole  nucléaire   et  l’expérimentation  de  nouvelles  armes  par  les  Russes  ont  plutôt  pour  effet   dans   un   premier   temps   de   radicaliser   la   politique   de   la   Maison   Blanche.   Toutefois  le  président  Eisenhower,  qui  avait  fortement  critiqué  la  politique  de   simple   «   endiguement   »   de   son   prédécesseur   lors   de   la   campagne   présidentielle  de  1952,  n’ira  pas  jusqu’à  appliquer  les  idées  de  certains  de  ses   collaborateurs,   favorables   au   refoulement   (roll-­‐‑back)   des   Russes   sur   leurs   positions  de  départ.     De  fait,  après  la  guerre  de  Corée  à  laquelle  Eisenhower  met  fin  en   quelques  mois,  la  politique  étrangère  américaine  devint  plus  agressive  et  le   Département  d’État  commença  à  définir  le  monde  en  termes  essentiellement   stratégiques  et  militaires.  L’aide  militaire  américaine  se  substitua  alors  à  l’aide   économique,   la   stratégie   reposant   sur   la   théorie   du   fil   de   détente‑   selon  2 laquelle  toute  a_aque  soviétique  contre  un  pays  de  l’OTAN  comprenant  des   troupes   américaines   déclencherait   automatiquement   une   riposte   nucléaire.   JOSSELIN COLLETTASUR4 19  ALINER  M.,  PORTIS  L.,  La  politique  étrangère  des  États-­‐‑Unis  depuis  2 1945,  Paris,  Ellipses,  2000
  5. 5. EISENHOWER C’est  en  décembre  1953  que  le  président  de  l’état  major  des  trois  armes  (Joint   Chiefs  of  Staff)  Radford  parla  d’une  nouvelle  orientation  (a  New  Look)  donnée  à   la   stratégie   américaine.   Il   annonça   une   réduction   substantielle   du   budget   militaire,   une   diminution   des   armées   conventionnelles,   mais   une   intensification  de  la  fabrication  des  armes  «  scientifiques  ».  Et  désormais,  on   affirmait   qu’en   cas   d’a_aque   communiste   contre   un   pays   quelconque,   les   représailles  ne  seraient  plus  cantonnées  dans  ce  seul  pays.  Elles  pourraient   avoir  lieu  n’importe  où,  seraient  immédiates  et  massives  -­‐‑  ce  qui  impliquait  la   menace  des  armes  nucléaires  (massive  retaliation).  En  mars  1954,  le  secrétaire   d’Etat  Dulles  lui-­‐‑même  parle  d’un  New  look  diplomatique.  A  vrai  dire,  on  ne   voit   pas   très   clairement   en   quoi   la   nouvelle   politique   se   différenciait   de   l’ancienne.   Alors   candidat   républicain   aux   élections   présidentielles   de   novembre   1952,   Eisenhower   avait   critiqué   dans   sa   campagne   électorale   la   politique   de   containment   du   président   Truman   et   du   secrétaire   d’Etat   Acheson.  Élu  avec  Richard  Nixon  comme  vice-­‐‑président,  Eisenhower  choisit   comme  secrétaire  d’Etat  l’avocat  John  Foster  Dulles .  La  nouvelle  équipe  se  3 rend  vite  compte  que  la  libération  des  peuples  soumis  à  la  tutelle  soviétique   était  impossible  sans  courir  le  risque  d’une  guerre  générale  dont  personne  ne   voulait.  Les  républicains  au  pouvoir  se  bornèrent  donc  à  suivre  pratiquement   la  même  voie  que  les  démocrates.  Le  «  New  look  diplomatique  »  adopté  par   la  nouvelle  équipe  consistera  seulement  en  un  containment  renforcé,  appliqué   notamment  au  Proche-­‐‑Orient  («  doctrine  Eisenhower  »,  que  nous  aborderons   ensuite)  et  complété  par  l’adoption  d’une  nouvelle  doctrine  stratégique,  dite   des  «  représailles  massives  ».  Désormais,  une  a_aque  communiste  contre  un   pays  quelconque  entraînerait  une  riposte  nucléaire  immédiate  des  États-­‐‑Unis   pouvant  intervenir  en  n’importe  quel  point  du  camp  socialiste.   Eisenhower   considérait   le   prodigieux   développement   de   la   société   de   consommation   américaine   comme   un   atout   essentiel   pour   lu_er   contre   l’idéologie  communiste.  Cependant,  ce_e  perspective  plus  économique  d’une   JOSSELIN COLLETTASUR5 19 Principal négociateur américain pour le traité de paix avec le Japon.3
  6. 6. EISENHOWER compétition   mondiale   ne   modifia   pas   la   stratégie   politique   car   tous   les   problèmes,  en  Europe  comme  en  Asie,  semblaient  liés.  Ce_e  vision  toujours   monolithique   du   communisme   international   se   vérifia   dans   la   fameuse   «   théorie   des   dominos   »   exposée   par   le   président   dans   une   conférence   de   presse   en   avril   1954.   Prenant   comme   exemple   le   Sud-­‐‑Est   asiatique,   Eisenhower  souligna  le  risque  que  la  chute  d’un  seul  domino,  en  l’occurrence   l’Indochine,   n’entraîne   une   réaction   en   chaîne,   une   «   désintégration   »   aux   conséquences  «  incalculables  pour  le  monde  libre  ».  Au  final,  même  s’il  lance   le   8   décembre   1953   le   programme   Atoms   for   Peace   visant   à   développer,   nationalement   et   internationalement,   les   usages   pacifiques   de   l'ʹénergie   atomique,  Eisenhower  ne  fit  guère  avancer  les  négociations  sur  le  contrôle  des   armes   nucléaires ,   le   gouvernement   américain,   comme   les   Soviétiques  4 d’ailleurs,  cherchant  surtout  à  marquer  des  points  de  propagande  auprès  de   l’opinion  publique  mondiale.   Au  contraire,  la  politique  d’Eisenhower  est  bien  moins  tournée  vers   la  coexistence  pacifique  qu’il  n’y  paraît.  En  effet,  en  bonne  application  du  vieil   adage  Civis  pacem  para  bellum,  Eisenhower  s’efforce  de  nouer  des  alliances.
 JOSSELIN COLLETTASUR6 19  Malgré  ses  efforts  affichés  devant  l’ONU  :  «  Against  the  dark  background  of  the  4 atomic  bomb,  the  United  States  does  not  wish  merely  to  present  strength,  but  also  the  desire  and   hope  for  peace.  »
  7. 7. EISENHOWER RENFORCEMENT DES ALLIANCES L’émergence   d’une   «   troisième   force   »,   formée   par   les   pays   décolonisés  d’Afrique,  du  Moyen-­‐‑Orient,  d’Asie  et  même  d’Amérique  latine,   a   focalisé   la   confrontation   entre   les   a   États-­‐‑Unis   et   l’Union   soviétique.   Les   différents   gouvernements   américains   réagirent   à   ce_e   nouvelle   donne   en   créant   donc   des   systèmes   d’alliances   militaires   qui   avaient   une   double   fonction   :   d’abord   encercler   l’Union   soviétique   de   bases   militaires,   ensuite   englober  des  Etats  dans  un  système  de  dépendance  économique  et  financière   de  manière  influencer  leur  politique  intérieure.  La  création  de  l’Otan  en  1949   en  fut  le  modèle.   Tout   comme   les   démocrates,   Eisenhower   et   Dulles   essayèrent   de   renforcer  les  alliances  des  États-­‐‑Unis.  L’une  des  solutions  envisagées  depuis   1950   était   de   réarmer   l’Allemagne   occidentale.   Elu   en   novembre   1952,   la   réalisation  de  la  CED  était  un  point  essentiel  de  son  programme  et  même  une   sorte   d’obsession.   La   conférence   de   presse   de   Dulles   en   décembre   1953   le   montre   bien   :   il   y   déclare   qu’au   fond   le   vrai   but   américain   n’était   pas   de   réarmer  l’Allemagne  mais  de  «  créer  une  situation  qui  perme_e  aux  nations   occidentales  de  cesser  ce_e  lu_e  de  suicide  où  elles  se  sont  engagées  au  cours   de  ces  derniers  siècles,  créer  une  situation  qui  rende  impossible  le  suicide  de   la   France   et   de   l’Allemagne   par   une   guerre   entre   les   deux   nations   ».   La   Communauté  européenne  de  défense  (CED)  était  un  projet  de  création  d'ʹune   armée   européenne,   avec   des   institutions   supranationales,   placées   sous   la   supervision  du  commandant  en  chef  de  l'ʹOTAN,  qui  était  lui-­‐‑même  nommé   par  le  président  des  États-­‐‑Unis.  Dans  le  contexte  de  la  Guerre  froide,  le  projet,   qui  est  esquissé  en  septembre-­‐‑octobre  1950,  ne  devient  un  traité,  signé  par  6   États,  que  le  27  mai  1952.  Ratifié  par  la  République  fédérale  d'ʹAllemagne,  la   Belgique,  le  Luxembourg  et  les  Pays-­‐‑Bas,  le  traité  instituant  la  CED  sera  rejeté   par  l'ʹAssemblée  nationale  française  le  30  août  1954  par  319  voix  contre  264.  À   l'ʹorigine,  ce  projet  de  CED  fut  le  résultat  d'ʹune  exigence  américaine  largement   appuyée   par   l’administration   Eisenhower.   Le   rejet   de   la   CED   par   la   France   JOSSELIN COLLETTASUR7 19
  8. 8. EISENHOWER créa  un  mécontentement  sérieux  aux  États-­‐‑Unis  et  chez  les  autres  puissances   signataires.  Ce_e  même  année  1954,  les  États-­‐‑Unis  renforcèrent  et  étendirent   encore   leur   réseau   d’alliances   anticommunistes   en   élaborant   des   projets   de   défense   régionale   au   Moyen-­‐‑Orient   (CENTO)   et   dans   le   Sud-­‐‑Est   asiatique   (OTASE).   Ainsi,   Eisenhower   était   bien   dans   la   lignée   républicaine   en   politique  étrangère  :  démontrer  la  volonté  des  États-­‐‑Unis  d’être  partout,  de   contrer   le   communisme   perçu   comme   seule   véritable   menace   à   l’ordre   international.   Les  États-­‐‑Unis,  déjà  alliés  dans  le  Pacifique  avec  les  Philippines,  le   Japon  et  la  nouvelle  Zélande  depuis  1951,  s’efforcèrent,  sous  l’administration   Eisenhower,   d’étendre   ce   système   à   l’Asie   continentale.   Cela   était   lié   à   la   nécessité   de   conclure   des   armistices   en   Corée   et   en   Indochine,   de   même   qu’aux   prédilections   asiatiques   de   Dulles.   Le   1er   octobre   1953,   traité   de   défense  mutuelle  entre  les  États-­‐‑Unis  et  la  Corée  du  Sud  ;  19  mai  1954,  traité   d’assistance  et  de  défense  mutuelle  États-­‐‑Unis-­‐‑Pakistan  ;  le  2  décembre  1954,   pacte  de  défense  mutuelle  États-­‐‑Unis-­‐‑Chine  nationaliste,  notamment  pour  la   défense  de  Formose.  Plus  important,  par  son  caractère  collectif,  est  le  traité  de   Manille  du  8  septembre  1954.  Ce  «  traité  de  défense  collective  pour  l’Asie  du   Sud-­‐‑Est  »  était  en  quelque  sorte  la  réaction  américaine,  face  aux  concessions   faites  à  la  conférence  de  Genève  à  propos  de  l’Indochine.  Il  groupait  les  États-­‐‑ Unis,   la   France,   le   Royaume-­‐‑Uni,   l’Australie,   la   Nouvelle-­‐‑Zélande,   les   Philippines,  le  Pakistan  et  la  Thaïlande.  Ce  pacte,  imité  du  Pacte  atlantique,   était  essentiellement  une  alliance.  En  effet  il  prévoyait  qu’en  cas  d’agression   armée  contre  l’un  des  signataires,  les  puissances  feraient  face  commune  et  se   consulteraient   en   cas   de   menace.   Mais   les   États-­‐‑Unis,   dans   une   déclaration   spéciale,  ne  s’engagent  à  intervenir  qu’en  cas  d’agression  communiste.   En  1957,  le  lancement  par  l’URSS  du  satellite  Spoutnik  surprend  le   monde   occidental.   La   surprise   est   d’autant   plus   grande   que   les   Américains   avaient   sous-­‐‑estimé   leurs   rivaux   dans   la   course   à   l’armement   et   dans   la   conquête  de  l’espace  et  qu’ils  considéraient  volontiers  les  Soviétiques  comme   des   paysans   un   peu   a_ardés.   Eisenhower   renforce   alors   la   politique   de   défense  et  accélère  le  développement  des  missiles  intercontinentaux,  définit   JOSSELIN COLLETTASUR8 19
  9. 9. EISENHOWER la   doctrine   Eisenhower   et   engage   le   pays   dans   un   programme   spatial   très   ambitieux.   Les   États-­‐‑Unis   étaient   constamment   préoccupés   par   les   risques   de   révolution  communiste  dans  les  pays  sous-­‐‑développés  de  l’Amérique  latine.   De  nombreux  éléments  rendaient  instables  une  zone  où  les  États-­‐‑Unis  étaient   en   général   considérés   avec   suspicion.   On   accusait   les   riches   yankees   d’exploiter  à  leur  profit  l’Amérique  latine.  L’exemple  le  plus  remarquable  de   l’anticommunisme  des  États-­‐‑Unis  nous  est  fourni  par  l’affaire  du  Guatemala.   Le  communisme  y  fit  son  apparition  dans  les  années  1940.  C’est  en  1954  que   Castillo   Armas   opère   son   coup   d’état,   très   largement   poussé   par   les   États-­‐‑ Unis .  De  plus,  les  États-­‐‑Unis  agirent  pour  rendre  inefficace  l’appel  au  Conseil  5 de  sécurité  et  Dulles  se  réjouit  publiquement  de  la  défaite  du  colonel  Arbenz.   La  dixième  conférence  interaméricaine  est  réunie  à  Caracas  en  mars   1954.Seul  le  Costa  Rica  en  était  absent.  Au  début  de  la  session,  Dulles  proposa   de   voter   une   résolution   anti-­‐‑communiste   plus   ne_e   que   celle   qui   avait   été   adoptée   à   Bogota.   Il   obtint   gain   de   cause   par   17   voix   contre   1   (celle   du   Guatemala,   le   ministre   des   Affaires   étrangères   guatémaltèque   voyait   dans   ce_e  résolution  l’internationalisation  du  maccarthysme),  mais  dans  bien  des  cas   le   vote   des   Latinos-­‐‑Américains,   inquiets   de   donner   un   prétexte   à   une   intervention  des  États-­‐‑Unis,  fut  plus  résigné  qu’enthousiaste.   ! JOSSELIN COLLETTASUR9 19  Au  début  des  années  1990,  les  chefs  de  la  CIA  ont  officiellement  reconnu  5 l’existence  de  onze  opérations  secrètes  de  ce  genre  pendant  la  Guerre  froide,  y  compris  au   Guatemala.
  10. 10. EISENHOWER La doctrine Eisenhower À   son   retour   au   State   Department   après   avoir   été   malade   quelques   temps,   Dulles   élabora   avec   le   président   une   tactique   nouvelle   :   le   5   janvier   1957,  le  Président  proposa  au  Congrès  le  vote  d’une  résolution  conjointe  sur   le   Moyen-­‐‑Orient,   connue   sous   le   nom   de   «   doctrine   Eisenhower   ».   Ce_e   résolution   donnait   au   président   le   pouvoir   d’intervenir   en   cas   d’a_aque   communiste  «  directe  »  sur  un  pays  du  Moyen-­‐‑Orient,  ainsi  que  le  droit  de   distribuer  aux  pays  arabes  qui  accepteraient  la  doctrine  Eisenhower,  une  aide   économique  de  200  millions  de  dollars.   Ainsi,   c’est   avec   Eisenhower   que   l’Iran   est   devenu   un   allié   majeur   des   États-­‐‑Unis,   en   recevant   d'ʹénormes   aides   économiques   et   militaires.   Eisenhower  fut  un  des  premiers  présidents  à  traiter  avec  le  Shah  en  tant  que   client   important   du   complexe   militaro-­‐‑industriel   américain.   Cependant,   Eisenhower   ne   cédait   pas   à   toutes   les   demandes   du   Shah   en   matière   d’équipement   militaire,   exhibant   un   réel   scepticisme   à   l’égard   des   menaces   soviétiques   rapportées   par   le   Shah   et   sur   lesquelles   les   requêtes   iraniennes   étaient  basées.  Dans  bien  des  cas,  Eisenhower  rejeta  les  demandes  du  Shah  en   équipement,   dans   d’autres   il   le   fournit   pour   moins   que   ce   qui   avait   été   demandé.   En   réalité   Eisenhower   voyait   le   Shah   comme   un   rouage   majeur   dans  sa  politique  de  containment  en  Asie  du  Sud-­‐‑Ouest  :  ce  dernier  affirme   publiquement  être  favorable  au  coup  d’état  anglo-­‐‑américain  effectué  contre  le   premier   ministre   Iranien   Mohammad   Mossadeq   en   1953.   Sous   l’administration  Eisenhower,  l’Iran  rejoint  le  pacte  de  Bagdad,  un  accord  de   sécurité  collective  conçu  encore  une  fois  par  John  Foster  Dulles  comme  une   méthode   d’endiguement   du   bloc   communiste.   Ainsi,   l’Iran   et   autres   états   amis   du   Moyen   Orient   se   voyaient   assurés   d’une   aide   militaire   américaine   dans  le  cas  d’une  a_aque  soviétique,  voire  même  de  toute  forme  d’ingérence   communiste.     Les  démocrates  reprochèrent  à  ce_e  doctrine  son  insuffisance,  et  le   fait   qu’elle   se   bornait   à   la   défense   anticommuniste,   ne   réglant   en   rien   les   JOSSELIN COLLETTASUR10 19
  11. 11. EISENHOWER problèmes   essentiels   :   sécurité   d’Israël,   canal   de   Suez,   passage   des   navires   israéliens  dans  le  golfe  d’Akaba.  Néanmoins,  les  États-­‐‑Unis  remportèrent  des   succès   diplomatiques   en   écartant   de   Nasser   l’Arabie   Saoudite,   puis   la   Jordanie  où  le  roi  Hussein  opéra  son  coup  d’État  avec  leur  appui  déclaré.  La   VIe   flo_e   américaine,   pour   protéger   Hussein,   fit   une   démonstration   spectaculaire  en  Méditerranée  orientale,  et  l’URSS  ne  réagit  pas.  Les  relations   internationales  se  trouvent  alors  dans  une  situation  complexe.  Les  États-­‐‑Unis   s’appuyaient  sur  le  pacte  de  Bagdad,  la  Jordanie  et  l’Arabie  Saoudite  ;  l’URSS   sur   l’Egypte   et   la   Syrie   qu’elle   fournissait   en   armes.   Les   troupes   syriennes   avaient  dû,  en  mai  1957,  évacuer  le  nord  de  la  Jordanie.  Le  résultat  capital  de   l’affaire   de   Suez   fut   l’élimination   quasi   totale   des   influences   française   et   britannique   de   ce_e   région   clé.   Les   deux   grandes   puissances   étaient   désormais  face  à  face.   Ce_e   doctrine   Eisenhower   avait   largement   échoué.   L’opinion   publique   arabe,   généralement   favorable   à   Nasser,   avait   poussé   les   gouvernements   à   refuser   l’aide   américaine.   L’Irak,   le   Liban,   la   Jordanie   étaient   les   seuls   Etats   arabes   du   Moyen-­‐‑Orient   à   pratiquer   une   politique   favorable  aux  États-­‐‑Unis.  Dulles  essaya  de  constituer  un  groupe  comprenant   la  Turquie  (membre  de  l’OTAN),  la  Jordanie  et  l’Irak.  La  Syrie  semblait  donc   encerclée  par  un  groupe  d’états  sous  influence  américaine.  Mais  en  1958,  des   révoltes  perturbent  ce_e  donne  géopolitique.  Le  roi  d’Irak  et  sa  famille  sont   tués   le   14   juillet   1958   et   un   nouveau   gouvernement   est   constitué   sous   les   ordres  du  général  Qassim.  Les  communistes  sont  libérés  de  prison,  et  l’Irak   proclama   sa   neutralité   dans   la   guerre   froide.   C’était   un   véritable   coup   dur   porté  à  la  politique  d’Eisenhower  et  de  Dulles.   En   fait,   la   crise   fut   de   courte   durée.   Les   Anglo-­‐‑Saxons   voulaient   qu’elle  soit  réglée  par  le  Conseil  de  sécurité  des  Nations  Unies.  Khrouchtchev   suggérait  une  réunion  de  tous  les  Etats  arabes  intéressés.  Le  conflit  fut  résolu   lorsque,   le   21   août,   aux   Nations   Unies,   tous   les   pays   de   la   Ligue   arabe   proposèrent  une  résolution  suivant  laquelle  le  Moyen-­‐‑Orient  devait  être  tenu   à   l’écart   des   querelles   entre   les   grands.   Ce_e   résolution   fut   acceptée   à   l’unanimité   y   compris   la   voix   d’Israël.   Les   États-­‐‑Unis   évacuèrent   leurs   JOSSELIN COLLETTASUR11 19
  12. 12. EISENHOWER troupes   du   Liban   et   purent   constater   dans   les   années   suivantes   que   l’influence  communiste  en  Irak  était  beaucoup  moins  forte  qu’ils  ne  l’avaient   redouté.   Au   total,   on   peut   dire   que   ce_e   crise   avait   démontré   la   volonté   américaine   de   ne   voir   aucun   pays   arabe   passer   sous   influence   communiste   directe,   mais   en   même   temps,   la   volonté   des   Arabes   de   détendre,   le   cas   échéant,  leurs  liens  avec  l’Occident.   En  fin  de  compte,  la  politique  étrangère  d’Ike  ne  diffère  de  celle  de   Truman   que   par   sa   rhétorique.   On   peut   dire   que   sa   chance   fut   d'ʹavoir   maintenu  son  pays  à  l’abri  de  la  guerre  pendant  huit  ans.  C’est  ce  souvenir   que  l’histoire  veut  retenir  des  deux  mandants  d’Eisenhower.
 JOSSELIN COLLETTASUR12 19
  13. 13. EISENHOWER LA SITUATION INTÉRIEURE Les   succès   américains   à   l’extérieur   tendent   à   faire   oublier   la   performance   d’Eisenhower   sur   le   plan   intérieur,   où   il   faut   organiser   la   reconversion   de   l’économie   américaine   après   la   guerre   et   assurer   des   conditions  favorables  à  la  paix  sociale.     Lorsque   les   républicains   reviennent   au   pouvoir,   vingt   ans   après   Hoover,   le   pays   est   en   pleine   croissance   industrielle   et   offre   une   image   de   prospérité  et  de  stabilité  que  viennent  confirmer  la  fin  de  la  guerre  de  Corée   et  la  disparition  du  maccarthysme.  En  écho  aux  années  1920,  les  années  1950   vont  prendre  valeur  de  symbole  et  signifier  une  sorte  d’âge  d’or,  un  Eden  qui   renforce  l’a_ractivité  mythique  des  États-­‐‑Unis.  En  réalité,  entre  1953  et  1960,   les  Américains  vivent  une  parenthèse  heureuse,  enfin  libérés  de  leurs  anxiétés   et   pas   encore   assaillis   par   les   doutes,   la   contestation.   Généralement,   les   électeurs   ont   confiance   dans   leur   partis   politiques   et   restent   fiers   d’une   démocratie   qui   fonctionne   bien.   C’est   dans   ce   contexte   de   sérénité   qu’Eisenhower   est   porté   à   la   présidence.   Son   charisme   est   celui   d’un   Roosevelt  voire  d’un  Reagan,  et  sa  cote  de  popularité  reste  aussi  haute  à  la  fin   de  ses  deux  mandats  que  lorsqu’il  les  débute.     Comme  l’indique  le  slogan  publicitaire  I  like  Ike,  Eisenhower  incarne   une   politique   nouvelle   et   le   nouveau   président   forme   un   gouvernement   modéré,   conservateur   et   prudent   composé   d’industriels,   de   financiers   et   d’hommes   d’affaires.   Choisi   par   Wall   Street,   il   est   soutenu   par   les   milieux   d’affaires  et  la  grande  finance  de  New  York.   Alors   qu’il   dispose   de   Foster   Dulles   pour   sa   politique   étrangère   jusqu’en  1959,  il  compte  sur  son  grand  conseiller  Sherman  Adams  pour  les   affaires  courantes.  Il  s’appuie  largement  sur  le  secteur  privé,  et  notamment   Charles  Wilson  l’ancien  président  de  General  Motors  devenu  secrétaire  à  la   Défense,  et  qui  acquit  une  certaine  notoriété  en  déclarant  «  Ce  qui  est  bon  pour   les  États-­‐‑Unis,  est  bon  pour  General  Motors  et  vice  versa  ».     JOSSELIN COLLETTASUR13 19
  14. 14. EISENHOWER JOSSELIN COLLETTASUR14 19 L’ICONOGRAPHIE AUTOUR D’EISENHOWER
  15. 15. EISENHOWER La  volonté  du  président  est  de  suivre  la  ligne  d’un  «  conservatisme   progressiste  ou  dynamique  »  ou  bien  encore  d’un  «  progressisme  modéré  ».  6 C’est  sur  ce  programme  qu’il  assure  sa  réélection  de  1956,  malgré  sa  première   crise   cardiaque   de   septembre   1955.   Là   encore,   la   forte   personnalité   du   président  lui  permet  d’obtenir  une  victoire  écrasante  sur  le  même  adversaire   démocrate   qu’en   1952,   ce_e   fois   avec   35   millions   de   voix   soit   57%   des   suffrages.     Le   second   mandat   d’Eisenhower   débute   le   20   janvier   1957   et   confirme   les   décisions   prises   pendant   le   premier   mandat.   Eisenhower   suit   une  ligne  centriste  qui  fait  de  lui  le  champion  de  la  modération  et  du  juste   milieu.   «   Il   lui   est   plus   aisé   de   collaborer   avec   les   démocrates   qu’avec   certains   républicains  ultra-­‐‑conservateurs  »  écrit  l’historien  Albert  Desbiens.  Le  président   fait  tout  pour  rapprocher  les  deux  partis  afin  de  constituer  un  gouvernement   au  centre.  C’est  bien  ce  côté  non  partisan  qui  frappe  chez  Eisenhower  :  il  est  le   premier  président  depuis  John  Quincy  Adams  à  se  situer  ainsi  au-­‐‑dessus  de   la  mêlée.  En  apparence,  ses  détracteurs  le  disent  hésitant  ou  timoré,  mais  c’est   plutôt   la   prudence   qui   dicte   sa   conduite   lucide.   Eisenhower   a   le   souci   de   prendre  un  profil  bas  en  me_ant  en  avant  ses  collaborateurs  qui  lui  servent   d’écran   protecteur,   mais   c’est   bien   lui   qui   est   à   l’origine   de   la   plupart   des   décisions.   Ses   deux   mandats   sont   donc   marqués   par   le   vote   de   mesures   qui   prolongent  celles  adoptées  pendant  le  New  Deal  ou  le  Fair  Deal  (Truman)  :  en   1954,   la   sécurité   sociale   est   à   nouveau   étendue   à   10   millions   d’Américains;   une  loi  de  1955  prévoit  de  nouvelles  constructions  sociales.  Le  gouvernement   républicain   s’a_aque   d’autre   part   au   problème   agricole,   momentanément   résolu  pendant  la  guerre  et  qui  resurgit  rapidement  :  la  production  dépasse   largement  les  besoins  ;  le  revenu  agricole  ne  cesse  de  se  détériorer.  Une  loi  de   1954   prévoit   le   soutien   des   prix,   l’ajustement   de   l’offre   à   la   demande   et   surtout  une  vigoureuse  politique  d’expansion  des  exportations  agricoles.   JOSSELIN COLLETTASUR15 19 ROBERT F., L’histoire américaine à travers les présidents américains et leurs discours d’investiture (1789 -6 2001), Paris, Ellipses, 2001
  16. 16. EISENHOWER Dans   le   domaine   financier,   le   discours   sur   la   rigueur   est   de   mise.   L’intervention  gouvernementale  a  pour  objectif  essentiel  de  créer  la  stabilité   économique   dont   les   hommes   d’affaires   seront   les   premiers   à   profiter.   Les   Américains  ne  peuvent  pas  espérer  une  réduction  des  impôts  ou  du  budget   car  le  président  souhaite  s’a_aquer  plutôt  à  réduire  la  de_e  et  il  ne  manque   pas  de  rappeler  qu’il  faut  se  préparer  à  faire  des  sacrifices  et  à  traverser  des   moments  difficiles.   ! Le   climat   international   déstabilise   les   Américains   :   en   1949,   les   Soviétiques   percent   le   secret   atomique,   la   Chine   tombe   aux   mains   des   communistes,   la   guerre   de   Corée   éclate   l’année   suivante.   Les   affaires   de   trahisons  éclatent  :  les  Rosenberg,  l’affaire  Hiss,  le  cas  Oppenheimer.  En  1949,   le  secrétaire  à  la  Justice  déclare  qu’il  y  a  des  communistes  partout,  dans  les   usines,  les  bureaux,  les  boucheries,  au  coin  des  rues  et  que  chacun  représente   une   menace   mortelle   pour   la   société   américaine.   Sous   l’égide   du   sénateur   républicain  Joseph  R.  McCarthy,  les  États-­‐‑Unis  vont  connaître  une  obsession   anticommuniste,  amenant  à  une  chasse  à  la  sorcière  parfois  appelée  Red  Scare.   En  1950,  il  prononce  un  discours  où  il  prétend  détenir  une  liste  de  205  noms   de  communistes  travaillant  au  département  d’État.  Diverses  commissions  du   Congrès  tiennent  des  dizaines  d’enquêtes  sur  la  subversion  communiste.  Le   Communism   Control   Act   (1954)   frappe   le   Parti   communiste   d’un   système   d’obligations   discriminatoires   et   lui   interdit   pratiquement   toute   activité.   Pourtant,   les   excès   mêmes   du   maccarthysme   finissent   par   déconsidérer   le   mouvement  :  le  2  décembre  1954,  McCarthy  est  publiquement  blâmé  par  ses   pairs  au  Sénat.   On  a  souvent  reproché  à  Eisenhower  son  indulgence  coupable  voire   sa  mollesse  à  l’égard  de  McCarthy.  Il  n’a  rient  fait  en  tout  cas  pour  le  réduire   au  silence.  Plusieurs  raisons  semblent  avoir  motivé  sa  conduite.  Il  y  a  déjà  le   fait  qu’il  ne  voulait  pas  accroître  la  publicité  faite  autour  de  cet  homme  dont   la  crédibilité  était  renforcée  par  les  médias.  Aussi,  certains  historiens  pensent   que   dans   le   fond,   le   président   partageait   les   mêmes   convictions   sur   la   nécessité  de  lu_er  contre  le  péril  communiste  même  à  l’intérieur  du  pays.  Il   JOSSELIN COLLETTASUR16 19
  17. 17. EISENHOWER semble  aussi  qu’il  ait  eu  une  sorte  d’accord  tacite  entre  les  deux  hommes  pour   tolérer  les  agissements  de  McCarthy  à  condition  que  le  Parti  républicain  soit   épargné.   ! Le  dernier  volet  intéressant  et  novateur  de  la  politique  d’Eisenhower   fut  d’avoir  engagé  une  série  de  grands  travaux  sur  crédits  républicains  qui   ont   eu   pour   effet   de   créer   des   emplois   et   de   moderniser   le   système   de   transport   du   pays.   En   mai   1954,   la   décision   est   prise   de   réaliser   avec   le   Canada   la   construction   de   la   voie   navigable   reliant   le   Saint   Laurent   aux   Grands   Lacs,   appelée   the   St   Lawrence   Seaway.   La   mise   en   valeur   du   Saint-­‐‑ Laurent  permet  aux  gros  navires  d’avoir  accès  aux  Grands  Lacs  et  le  grand   canal   et   ouvert   à   la   navigation   en   avril   1959.   Un   grand   programme   de   construction  permet  enfin  la  mise  en  chantier  de  65  000  km  d’autoroutes,  un   des   plus   grands   jamais   entrepris,   et   qui   aura   pour   effet   un   essor   nouveau   donné  à  l’industrie  automobile.   Sous   sa   Présidence,   l’Alaska   entra   dans   l’Union   le   3   juillet   1959   comme  49e  État,  et  le  21  août  1959,  Hawaï  fit  de  même,  devenant  ainsi  le  50e   État   de   l’Union.   Sa   présidence   marque   un   relatif   effacement   du   Congrès,   contrait  de  laisser  les  coudées  franches  à  un  président  puissant  et  garant  du   bien  être  des  Américains.  Républicain  modéré  et  pragmatique,  il  aura  mené   sur  le  plan  intérieur  une  politique  du  juste  milieu.   ! JOSSELIN COLLETTASUR17 19
  18. 18. EISENHOWER Conclusion Eisenhower,  général  vénéré,  acteur  majeur  de  la  Guerre  froide  mais   président   parfois   sous-­‐‑estimé   par   l’histoire   américaine,   qui_e   la   Maison   Blanche  en  janvier  1961.  Il  meurt  le  28  mars  1969  sans  avoir  la  satisfaction  de   voir  la  prouesse  que  réalise  la  NASA,  organisme  qu’il  a  contribué  à  créer,  en   envoyant  quelques  mois  plus  tard  le  premier  homme  sur  la  Lune.   La  conjoncture  oblige  à  faire  de  la  politique  étrangère  une  priorité   de   l’exécutif   et,   épaulé   par   son   chef   de   la   diplomatie,   John   Foster   Dulles,   Eisenhower  parvient  à  préserver  les  États-­‐‑Unis  d’une  nouvelle  guerre  tout  en   s’impliquant   non   ouvertement   là   où   les   intérêts   américains   sont   menacés.   Sous   son   apparence   d’homme   tranquille,   Eisenhower   a   su   pratiquer   une   politique  ferme  et  efficace,  que  certains  décrivent  par  l’expression  de  hidden-­‐‑ hand   presidency.   En   fin   de   compte,   la   politique   étrangère   qu'ʹaura   mené   Dwight  David  Eisenhower  est  une  politique  de  fermeté  afin  de  faire  reculer  la   zone   d’influence   soviétique.   Ces   années   passées   à   la   Maison   Blanche   ont   montré  Eisenhower  dans  sa  qualité  d’homme  pragmatique  qui,  contrairement   l’apparent  désir  d’entente  avec  l’URSS  que  nous  évoquions  au  début  de  notre   réflexion,  va  tout  faire  pour  gagner  le  conflit  avec  le  camp  communiste.     L'ʹAmérique   vient   de   vivre   avec   Eisenhower   huit   années   d'ʹadministration   républicaines   considérées   comme   décevantes   par   l'ʹopinion   aussi  bien  sur  le  plan  économique  (faible  croissance,  chômage,  inflation,  crise   du  dollar)  que  sur  le  plan  extérieur  où  une  baisse  du  prestige  des  États-­‐‑Unis   est  ressentie  principalement  en  raison  du  lancement  du  Spoutnik  soviétique.   Avec   le   jeune   et   dynamique   président   démocrate   John   Fi•gerald   Kennedy,   l'ʹAmérique   «   change   de   génération   »   et   se   lance   à   la   conquête   de   ce   qu'ʹil   appelle   la   «   nouvelle   frontière   »,   c'ʹest-­‐‑à-­‐‑dire   de   tous   les   obstacles   qui   empêchent  les  États-­‐‑Unis  d'ʹaffirmer  leur  supériorité  économique  et  technique   et  d'ʹêtre  reconnus  comme  leader  du  monde  occidental.
 JOSSELIN COLLETTASUR18 19
  19. 19. EISENHOWER BIBLIOGRAPHIE ! ALINER M., PORTIS L., La politique étrangère des États-Unis depuis 1945, Paris, Ellipses, 2000 DESBIENS A., Histoire des États-Unis des origines à nos jours, Paris, Nouveau Monde, 2012 DUROSELLE J.-B., KASPI A., Histoire des relations internationales (tome 2, de 1945 à nos jours), Paris, Armand Colin, 2009 (réed.) HUNT M., Ideology and US Foreign Policy, New Haven, Yale UP, 1987 KASPI A., ARTAUD D., Histoire des États-Unis, Paris, Armand Colin, 1991 MELANDRI P. La politique étrangère des États-Unis de 1945 à nos jours, Paris, PUF, 1982 MILZA P., BERSTEIN S., Histoire du XXe siècle (tome 2, 1945 ‐ 1973, le Monde entre guerre et paix), Paris, Hatier, coll. Initial,, 1994 NOUAILHAT, Y.-A., Les États-Unis et le monde au XXe siècle, Paris, Colin, 1997 ROBERT F., L’histoire américaine à travers les présidents américains et leurs discours d’investiture (1789 - 2001), Paris, Ellipses, 2001 ZINN H. A People’s History of the United States, New York, Harper & Row, 1980 JOSSELIN COLLETTASUR19 19

×