Management interculturel

654 vues

Publié le

Lors de sa publication, un livre voit bien souvent certains de ses passages être coupés, quelques uns de ses chapitres retirés, le plus souvent en raison de contraintes éditoriales, comme un nombre de pages à respecter. Ces coupes ne signifient pas que les pages écartées soient de moindre intérêt ou mauvaises.
L’ouvrage Le Journal de BJ au bureau, publié en 2003 aux éditions Maxima, 320 pages, traduit en chinois et en coréen, n’a pas échappé à cette règle.
Ce document est l’un de ces passages.
Pour acheter Le Journal de BJ au bureau, cliquez ici.

Publié dans : Formation
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
654
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Management interculturel

  1. 1. Entreprise Savoir-faire Savoir-être Bonus Extra bonus Management inter-culturel www.lejournaldebjaubureau.com
  2. 2. Management inter-culturelIndiens, Arabes, Asiatiques, Britaniques… nese comportent pas de la même manièrelorsqu’ils font des affaires.Les différences portent sur les codesvestimentaires, la ponctualité, lesremerciements non verbaux, la façon desadresser aux autres, les remerciementsverbaux, léchange des cartes de visites, ledon et la réception de cadeaux daffaires, leprotocole des rendez-vous, la façon de boireet manger lorsquon traite une affaire. Onpeut classer les hommes par rapport à lafaçon dont ils se comportent dans lebusiness en huit cultures.Ces groupes peuvent être distingués les unsdes autres seloin quatre oppositions :Les cultures deal-focus contre les culturesrelationship focus. Les premières cherchent àfaire des affaires tout de suite sansdévelopper de relations personnellespréalablement. Le business est la priorité.Typiquement : les Américains. Les secondesont besoin de développer dabord desrelations personnelles, même si cela prenddu temps, avant de commencer à parlerdaffaires. Les Espagnoles en font partie.www.lejournaldebjaubureau.com
  3. 3. Les cultures formelles qui diffèrent descultures informelles. Les premières aimentmettre en forme, écrire, structurer, formaliser,détailler, tels les Suisses ou les Japonais.Les deuxièmes préfèrent loral et ne rien figeren écrivant. Comme les Français ou lesCoréens.Les cultures time-rigid qui séloignent descultures time-fluid. Les premières sont trèsattachées au respect du temps. Les réunionsdoivent commencer à lheure, durer le tempsprévu, se terminer à lheure initialementannoncée. Les planning doivent êtrerespectés. Ce sont typiquement lesAllemands. Les secondes nont que faire dutemps et sadaptent aux circonstances augrand désespoir des premiers. Combien defois des Italiens en retard ont agacé desAllemands à lheure !Les cultures expressives contre les culturesréservées. Les premières privilégient uneexpression soutenue, riche et accompagnéde gestes. Ce sont les Italiens par exemple.Les secondes favorisent une expressionretenue et discrète comme les Anglais.www.lejournaldebjaubureau.com

×