TRUSTING-09-JanJune-2016

334 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
334
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
35
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

TRUSTING-09-JanJune-2016

  1. 1. __________________________________________ TRUSTING N°9 ­– January/June 2016 39 Opinion / UP IN THE NEWS Si chacun peut ressentir et appréhender la crise actuelle à sa manière et selon ses critères propres, l’approche visant à concevoir la crise comme une dy- namique au travers de laquelle les ef- fets négatifs apparaissent à un rythme supérieur aux remèdes, ou solutions préconisées, retient tout particulière- ment notre attention. Ceci du fait que cette approche apporte intrinsèque- ment une clé de compréhension tout à fait pertinente au phénomène de spirale destructrice. De quelle spirale parlons-nous? De celle où s’entremêle crise financière et économique, crise sociale, crise de la dette, crise sécuritaire et enfin crise poli- tique. Où bien est-ce l’inverse? La crise politique assimilée, à tort, à la montée du front National est-elle la cause, ou la conséquence, des autres crises sur- venues ces dernières années? Pour répondre à cette interrogation, quelques prérequis semblent néces- saires, notamment en termes de défini- tion des différentes crises mentionnées: I. De quelles crises parlons nous? Le terme de crise financière fait tout de suite écho à l’effet domino initié par la chute de Lehman Brothers en 2008, entrainant l’ensemble des établisse- ments bancaires dans la tourmente jusqu’au sauvetage plus ou moins bien venu par les Etats. La vision, que nous aimerions proposer, privilégie l’aspect économique: elle consiste à considérer la crise susmentionnée comme étant la partie visible d’un iceberg plus opaque, et donc plus difficile à appréhender. Celui d’une financiarisation de l’écon- omie débutée dans les années 70, en- trainant l’asphyxie de l’économie réelle, celle des artisans, agriculteurs et entre- preneurs par la faveur accordée par les banques à la spéculation, au détriment du financement de l’économie réelle par l’octroi de crédits d’investissement. Ainsi, tandis que l’Etat devrait, selon les principes régaliens, frapper monnaie et financer, par le crédit, l’innovation, la recherche et la création d’entreprise, cette fonction (la création monétaire) a été transférée aux banques naturellement plus préoccupées par les profits à court terme, associés à la spéculation, que par la croissance économique et l’emploi. La chute de Lehman Brothers aurait pu, selon la vision libérale, mettre un coup d’arrêt à ce cycle infernal de destruction de richesse, en punissant les banques par l’acte même de leur péché: la spécu- lation irraisonnée, mais elles se virent au contraire réconfortées par l’autorité pourtant responsable de toute forme de régulation: l’Etat keynésien. La situation actuelle est ainsi tellement ubuesque qu’elle en devient surréaliste: l’Etat court après une croissance qu’il a lui même condamné en transférant la respons- abilité du financement de l’économie à des établissements privés focalisés sur la rentabilité court-termiste. Samuel Beck- ett n’aurait pu imaginer pareil scenario... La crise sociale est celle d’une société ba- fouée dans ses principes républicains par un accroissement continu des inégalités. Les travaux de Piketty, Saez ou encore Landais en témoignent: aujourd’hui, le revenu des 10% de la population les plus riches est en moyenne 9,5 fois plus élevé que celui des 10% les plus pauvres. Un seul principe face aux crises: leretourdupolitiqueàsesfondamentaux! Dr. Julien Benomar CEO du cabinet de conseil Thésée Consulting Directeur de la Fondation Persée à Luxembourg
  2. 2. Dans les années 1980, ce ratio était de 7. Cette inégalité de revenu pourrait être bénéfique selon le principe méritocra- tique, si elle incitait la jeunesse à s’investir pour, in fine, et en échange de leur travail et prise de risque, les récompenser par la constitution d’un capital tellement confortable qu’il serait susceptible d’inciter d’autres à créer et à s’engager dans l’en- treprenariat. Cependant, dans le contexte de crise perpétuelle évoquée précédemment, cette inégalité prend une tournure bien moins alléchante, en se matérialisant par une inégalité devant l’éducation, la santé, la sécurité et le logement. Doit- on à ce titre rappeler que 6.000 Sans Domicile Fixe (SDF) sont morts en France entre Janvier 2008 et décembre 2010 (Source Bulletin épidémiologique hebdomadaire - BEH - de l’Institut de veille sanitaire - InVS) dans l’indifférence totale de nos politiques ayant progressive- ment transféré “le social” aux ONG et autres initiatives popu- laires comme les resto du cœur et autres... Encore un transfert par le politique d’une de ses prérogatives régaliennes... La crise de la dette est, elle, bien connue. Elle découle de l’incapacité des nos gouvernants à proposer un budget en équilibre depuis 1975! Ce recours irresponsable à un finance- ment différé, associé au transfert de création monétaire aux banques évoqué précédemment, a conduit à la perte de no- tre indépendance financière et à l’accumulation d’une dette estimée globalement à plus de 2.000 milliards d’euro, soit plus de 33.000 euro par habitant, dont une part importante découle du paiement de taux d’intérêt… Enfin, la crise sécuritaire s’incarne par un double phénomène: (i) celui d’une situation où les agressions, verbales et phy- siques, sont devenues le lot quotidien de nos compatriotes. Une étude récente, conduite par le Haut Conseil à l’Egalité entre les femmes et les hommes (HCEfh), en avril 2015, par ex- emple, a rendu explicite le fait que 100% des femmes prenant les transports en commun à Paris ont été agressées au moins une fois! Puis, faut-il le rappeler, plus récemment (ii) la prise de conscience que les mesures prises pour préserver notre sécurité, sur le sol français, d’attaques extérieures présentaient des failles pouvant conduire à la réalisation d’attentats coordonnés et meurtriers. II. Et la crise politique dans tout cela? La crise politique incarnée par l’impuis- sance supposée des politiques devant le chômage, l’insécurité, les inégalités et autres travers de la société contem- poraine mentionnés plus haut, doit-elle __________________________________________ TRUSTING N°9 ­– January/June 201640 UP IN THE NEWS / Opinion
  3. 3. __________________________________________ TRUSTING N°9 ­– January/June 2016 41 Opinion / UP IN THE NEWS se concevoir comme une cause ou une conséquence des différentes dy- namiques de crises évoquées? Notre position à ce sujet est claire: la sortie progressive et continue de l’Etat, depuis le début des années 70, de ses fonctions régaliennes, suivant différents processus de transfert concourants, in- justifiés et injustifiables, a plongé notre pays, autrefois fer de lance de la civili- sation occidentale, dans la situation abracadabrantesque dans laquelle il se trouve aujourd’hui, et nous avec lui. Les fonctions régaliennes évoquées, que nous aimerions renommer en “devoirs régaliens”, sont les suivantes: — Sécurité extérieure, à savoir diplo- matie et défense du territoire; — Sécurité intérieure et maintien de l’ordre public; — Définition du droit et justice; — Souveraineté économique et fi- nancière, dont l’émission de la mon- naie et la collecte de l’impôt. Le respect de ces devoirs par l’Etat, qui devrait (et aurait dû) constituer le critère essentiel du vote populaire, devrait fo- caliser l’action publique sur ces quatre thèmes essentiels (et ainsi réduire les dépenses?) pour une meilleure efficacité et répar- tition des rôles et responsabilités entre les différents acteurs économiques et sociaux. La philosophie sous-jacente qui s’impose est claire: faire peu mais le faire bien. Le parcours rapide de ces de- voirs régaliens peut être le suivant: — Le devoir de sécurité extérieure devrait permettre d’éviter la situ- ation dans laquelle, selon le Juge Trévidic, ancien responsable du pôle judiciaire antiterroriste: «Les moyens dont disposent les juges en charge de l’anti-terrorisme sont aujourd’hui in- suffisants. On pourrait presque dire indigents. Le nombre d’enquêteurs notamment est tout à fait insuffisant pour faire face aux menaces. Les experts judiciaires de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure sont débordés. Nous n’avons pas les moyens humains pour recueillir des preuves, neutraliser des terroristes» (interviewdu14Novembre2015). — Le devoir régalien de sécurité in- térieure et de maintien de l’ordre public devrait éviter la propagation de zones de non-droit et la peur au ventre imposée à chacun lors de ses déplacements en transports publics ou à pied dans certaines villes (22 cas d’homicide présentant les caractéristiques d’un règlement de compte ont été recensés à Marseille entrele01janvier2014etle25avril2015 -Source: EcoledejournalistedeSciencesPo,juin2015). — Le devoir de justice et de définition du droit est l’apanage de l’Etat de droit et devrait garantir pour chaque citoyen le plein exercice de ses libertés fon- damentales, dont le droit à la vie, à la dignité, à l’éducation, à la santé et à la sécurité. — Enfin, le devoir de souveraineté économique et financière aurait évité, suite à la privatisation de la dette par la loi 73-7 du 3 janvier 1973 de cumuler 1.408 milliards d’euro de dette par le paiement des seuls intérêts (Source: travaux d’Holbecq conduits sur la période de 1979 à 2010 et évaluant le paiement des intérêts, en moyenne, à 45,5 milliards d’euro par an). Le financement de la dette par le recours à la Banque de France au- rait ainsi réduit notre dette de près de 1.400 milliards pour la fixer aujourd’hui à 600 milliards, évitant ainsi les me- sures d’austérité à répétition et la ré- duction qualitative et quantitative de notre service public. Le chiffre de 600 milliards n’est pas anodin puisqu’un article d’alternative économique d’avril 2012 évalue le coût de l’éva- sion fiscale à…600 milliards d’euro. Ainsi, et alors que chacun se creuse la tête pour dénicher les quelques milliards qui permettront à la France de montrer “pattes blanches” aux commissaires européens, désormais censeurs de la bonne gestion des fi- nances publiques, le simple respect des devoirs régaliens aurait tout sim- plement évité le recours à la dette et ainsi son existence. En conclusion, et à l’heure où les propo- sitions concrètes et innovantes font dé- faut aux programmes mis en avant par l’essentiel de nos dirigeants politiques, ce retour aux fondamentaux de la poli- tique semble s’imposer comme la seule alternative crédible à un déclin apparais- sant désormais comme inéluctable. Dr. Julien Benomar ____________ Julienestdiplômédel’Institutd’EtudesPolitiques d’Aix-en-Provence,desArts&MétiersàParisetdocteur enSciencesdeGestiondel’UniversitéParis1Panthéon Sorbonne. Sontravailacadémiqueapermisd’expliciterlesfreins culturelsàlaconduiteduchangementauseindu secteurpublicenanalysantlescausesdusuccèsrelatif desdifférentestentativesdemodernisationtentées successivementauseindespaysdel’OCDE,dontla France,depuis1973. Auseinducabinetdeconseiletd’évaluation“Thésée Consulting”,Julienaccompagnesesclients(ONGet organisationspubliques)danslaconduiteeffectivede leursprojetsdetransformationenfavorisantlaprise encomptedesdeuxaspectscomplémentairesd’un changementdurable:levolettechnique(nouveaux outils,formations,changementsorganisationnels)mais aussiculturel(évolutiondespratiques,desvaleurset desprocessusdevalorisationnonformalisés). Ilestl’auteurdel’ouvrage“Cultured’entrepriseet gestiondesrisques:favoriserlaperformancedesorgan- isationspubliquesparl’influencedesvaleursopérantes” publiéen2015auxéditionsPersée.

×