BalaDômes présente avance automatique
Réflexions crépusculaires
e soleil est las, las de briller, las de réchauffer, las de se montrer; il a usé ses forces tout au long de cette journée ...
 
 
 
e soleil n’a plus qu’une idée: aller se coucher, disparaître d’un monde où on ne reconnaît pas ses bienfaits.  Un monde qu...
 
 
 
insi que le soleil, je suis las de vivre, las de travailler, las de me montrer, j’ai usé mes forces tout au long de la vie...
 
 
 
e n’ai plus qu’une envie: dormir pour oublier, disparaître d’un monde où je ne manquerais pas, un monde qui ne s’apercevra...
 
 
 
emain, ragaillardi, le soleil se lèvera et insoucieux du monde, il luira. Des lueurs roses de l’aurore aux reflets cuivrés...
 
 
 
uel tollé général s’il lui prenait la fantaisie de disparaître pour de bon ! Comme s’il allait de soi que l’astre bienveil...
 
 
 
emain, peu gaillard, je me lèverai et je ferai semblant d’être heureux.  Du matin au soir, je m’agiterai,  histoire de me ...
 
 
 
our après jour, bien forcé, je vivrai comme un mannequin aux rouages un peu rouillés mais bien huilés.  Si, par hasard, je...
 
 
 
’ évidence, c’est que nous sommes des milliards d’êtres humains, qui ne servent pas à grand-chose,  sinon à détruire leur ...
 
 
 
A réalité, c’est que notre seule utilité  est de transmettre la vie, une vie qui se poursuivrait très bien sans nous  mais...
 
 
 
Texte: Nicole Voilhes Photos: Jean Pierre Voilhes soirs d’automne dans la Chaîne des Puys voir d’autres diaporamas dans ww...
 
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Les derniers feux, réflexions crépusculaires

6 521 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 521
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 813
Actions
Partages
0
Téléchargements
3
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Les derniers feux, réflexions crépusculaires

  1. 1. BalaDômes présente avance automatique
  2. 2. Réflexions crépusculaires
  3. 3. e soleil est las, las de briller, las de réchauffer, las de se montrer; il a usé ses forces tout au long de cette journée d’automne, il est fatigué de rougir des pentes qui ne voient même pas la robe écarlate qu’il leur a tissée.
  4. 7. e soleil n’a plus qu’une idée: aller se coucher, disparaître d’un monde où on ne reconnaît pas ses bienfaits. Un monde qui serait bien étonné s’il ne revenait pas le lendemain.
  5. 11. insi que le soleil, je suis las de vivre, las de travailler, las de me montrer, j’ai usé mes forces tout au long de la vie et je suis fatigué des tracas rencontrés sur ma route, des petits bonheurs qui n’en font pas un grand.
  6. 15. e n’ai plus qu’une envie: dormir pour oublier, disparaître d’un monde où je ne manquerais pas, un monde qui ne s’apercevrait pas de mon départ.
  7. 19. emain, ragaillardi, le soleil se lèvera et insoucieux du monde, il luira. Des lueurs roses de l’aurore aux reflets cuivrés du crépuscule, il déversera ses bienfaits sur des monts qui les trouveront très naturels.
  8. 23. uel tollé général s’il lui prenait la fantaisie de disparaître pour de bon ! Comme s’il allait de soi que l’astre bienveillant revienne ponctuellement, jour après jour, nous permettre de vivre.
  9. 27. emain, peu gaillard, je me lèverai et je ferai semblant d’être heureux. Du matin au soir, je m’agiterai, histoire de me prouver mon inutilité. Je ferai comme si de rien n’était, machinalement, comme un automate.
  10. 31. our après jour, bien forcé, je vivrai comme un mannequin aux rouages un peu rouillés mais bien huilés. Si, par hasard, je demeurais couché, quelle importance ?
  11. 35. ’ évidence, c’est que nous sommes des milliards d’êtres humains, qui ne servent pas à grand-chose, sinon à détruire leur monde et eux-mêmes pour parachever leur œuvre.
  12. 39. A réalité, c’est que notre seule utilité est de transmettre la vie, une vie qui se poursuivrait très bien sans nous mais pas sans le soleil. Il l’ignore, moi, je le sais, c’est ma seule dérisoire supériorité.
  13. 43. Texte: Nicole Voilhes Photos: Jean Pierre Voilhes soirs d’automne dans la Chaîne des Puys voir d’autres diaporamas dans www.baladomes.com

×