Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.

Il n'y a pas de pause à espérer avec le coronavirus

15 vues

Publié le

L’épidémie flambe partout dans le monde. A l’échelle mondiale, le nombre de cas – et de victimes – du Covid-19 continue de croître. Et si la tendance globale est à un assouplissement des mesures prises contre la pandémie et à une sortie d’un confinement, certaines zones suivent le mouvement inverse. La Chine a été la première à le faire, en reconfinant une partie de Pékin, dès le 16 juin. Depuis, d’autres régions ou villes ont fait de même, et 9 millions de personnes, au moins, sont désormais reconfinées au 8 juillet.
.En fait, Il n'y a pas d'armistice à attendre avec la covid-19 : on a juste remporté la première bataille, la plus importante certes, mais pas la guerre. Et c'est en restant vigilant partout qu'on la gagnera

Publié dans : Santé & Médecine
  • Soyez le premier à commenter

Il n'y a pas de pause à espérer avec le coronavirus

  1. 1. Il n’y a pas de pause à espérer avec le coronavirus ! Les nouvelles au mois de juillet ne sont pas très bonnes que ce soit dans le monde ou au Maroc, notamment avec l’annonce d’un important foyer de contaminations, détecté début juillet, dans une usine de la ville de Safi, qui a été placée en quarantaine deux jours après sa découverte. Cette mesure aussi rapide et 'brutale", traduit bien l’inquiétude des autorités sanitaires. Avec raison ! Une partie de la population croît que l'épidémie est vaincue et vit dans l'illusion presque « lyrique » de la victoire annoncée avec le déconfinement ! Et pourtant l’épidémie flambe partout dans le monde. A l’échelle mondiale, le nombre de cas – et de victimes – du Covid-19 continue de croître. Et si la tendance globale est à un assouplissement des mesures prises contre la pandémie et à une sortie d’un confinement, certaines zones suivent le mouvement inverse. La Chine a été la première à le faire, en reconfinant une partie de Pékin, dès le 16 juin. Depuis, d’autres régions ou villes ont fait de même, et plus de 10 millions de personnes, au moins, sont désormais reconfinées à la mi-juillet . En fait, Il n'y a pas d'armistice à attendre avec la covid-19 : on a juste remporté la première bataille, la plus importante certes, mais pas la guerre. Et c'est en restant vigilant partout qu'on la gagnera 1/ Un relâchement de la vigilance au Maroc Alors que le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, et les autorités sanitaires, notamment le directeur de l'épidémiologie et de la lutte contre les maladies au
  2. 2. 2 Associationmarocainedesmaladiesauto-immunesetsystémiques‫واﻟﺠﮫﺎزﻳﺔ‬‫اﻟﺬاﺗﯿﺔ‬‫اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ‬‫ﻷﻣﺮاض‬‫اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ‬‫اﻟﺠﻤﻌﯿﺔ‬ ministère de la Santé, Mohamed El Youbi, s'évertuent à mettre en garde la population contre tout relâchement dans le respect des mesures de protection contre la diffusion du virus (port du masque, distanciation, hygiène...), on oublie toute prudence dans l’espace public. On constate même que les fonctionnaires ne portent même pas, ou très peu, le masque dans certains services locaux alors qu’ils sont pourtant censés donner l'exemple à la population ! On peut comprendre cet envie de reprendre le cours normal de la vie, d’aller à la plage, de se prélasser à la terrasse d’un café… mais pas jusqu’à perdre tous les réflexes durement acquis avec le confinement ! Même s’il est vrai qu’avec les fortes chaleurs de l’été le port du masque peut s’apparenter à une torture difficile à endurer … mais qu’au moins on garde la distanciation à chaque instant ! 2/ Un bilan mondial qui s’aggrave Selon un bilan exhaustif établi par l’Agence France Presse (AFP), début juillet, la pandémie a fait au moins 530.865 morts dans le monde pour plus de 11 millions de cas d'infection diagnostiqués dans 196 pays et territoires. Toujours selon ce bilan, Les Etats-Unis sont le pays le plus touché (129.676 décès annoncés). Suivent, par ordre, le Brésil (64.265), le Royaume-Uni (44.198), l'Italie (34.854), le Mexique (30.366), la France (29.893). Avec plus de 11 400 décès annoncés officiellement, l'Iran est par ailleurs le pays le plus durement touché par la pandémie au Proche et au Moyen-Orient. Début juillet, le responsable des urgences sanitaires à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Michael Ryan, a d’ailleurs appelé les pays touchés à "se réveiller" face à la menace en indiquant : "Il est vraiment temps que les pays regardent les chiffres. S'il vous plaît, n'ignorez pas ce que vous disent les chiffres, a-t-il dit. Les gens doivent se réveiller. Les chiffres ne mentent pas et la situation sur le terrain ne ment pas" 3/ Des situations explosives partout à travers le monde ! Petit tour d’horizon des endroits qui vivent des moments difficiles en juillet Allemagne Le ministre-président de Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Armin Laschet (démocratie- chrétienne, CDU), a dû se résoudre à reconfiner deux cantons (Kreise) comptant environ 645 000 habitants , fin juin, à la suite de la découverte d’un important foyer de contamination dans un abattoir ( à Rheda-Wiedenbrück), le plus grand d’Europe, dont un peu plus de 1 500 des 7 000 employés ont été testés positifs. Des seize présidents de région d’Allemagne, il a été pourtant le premier à réclamer la levée des mesures de restrictions en Allemagne ! Espagne En Espagne, on assiste à des reconfinements locaux.70 000 habitants d'une région côtière du nord-ouest de l'Espagne y sont à nouveau soumis à partir depuis le 5 juillet. Ils ne peuvent ni entrer ni sortir de la zone, ni se réunir à plus de 10 personnes. Barcelone a subi plus tard le même sort.
  3. 3. 3 Associationmarocainedesmaladiesauto-immunesetsystémiques‫واﻟﺠﮫﺎزﻳﺔ‬‫اﻟﺬاﺗﯿﺔ‬‫اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ‬‫ﻷﻣﺮاض‬‫اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ‬‫اﻟﺠﻤﻌﯿﺔ‬ Etats Unis L’Etat de Floride a annoncé, début juillet, un record de cas de Covid-19 avec 11 458 cas en 24 heures Un couvre-feu a même été décrété, à partir de 22 heures et jusqu’à 6 heures le matin, dans la région la plus peuplée de l’état autour de Miami. Sur la carte du Covid-19 aux États-Unis, la Floride est désormais en noir ! C’est pourtant dans cet État, à Jacksonville, au nord de Miami, que Donald Trump prévoit d’organiser fin août la convention républicaine et son investiture pour la présidentielle de novembre ! Inde Le ministère de la Santé a rapporté en juillet un peu moins de 25 000 nouveaux cas en 24 heures, soit la plus forte hausse depuis le début de la pandémie dans ce pays. La propagation du virus est particulièrement forte dans les grandes « mégalopoles » de Bombay et Delhi. Pour faire face à l’afflux de malades asymptomatiques ou aux symptômes légers, la capitale indienne a transformé un centre consacrée aux rassemblements religieux en un gigantesque centre d’isolement d’une capacité de 10 000 lits, pour certains en carton. Afrique du Sud Ce pays a enregistré un nombre impressionnant de 10 853 nouveaux cas dès les premiers jours de juillet et les autorités sanitaires s'attendent même à un pic de contaminations à venir courant juillet ou Août à cause justement d’un relâchement des comportements après le confinement. Au total, depuis le mois de mars, le nombre de cas s’élève à près de 190 000. Pour aider le personnel médical à faire face à cette flambée, des médecins militaires ont été déployés. Cette recrudescence des cas de contamination intervient alors qu’un déconfinement progressif a débuté en juin. Madagascar Deux mois après son déconfinement, Antananarivo, la capitale de Madagascar (1,6 million d’habitants), a été de nouveau placée en confinement le 6 juillet en raison d’un regain de propagation du coronavirus, tout juste huit semaines après un déconfinement débuté le 11 mai. Australie La situation se complique : face à une nouvelle poussée de cas, les autorités ont décidé que Melbourne, la seconde ville du pays, devait entamer un nouveau confinement, pour une période d'au moins six semaines. Au total, plus de cinq millions de personnes (soit un cinquième de la population du pays !) ont reçu ce nouvel ordre de confinement directement du Premier ministre de l'État de Victoria, Daniel Andrews, et qui est entré en vigueur le 8 juillet. IV/ Une seconde vague bientôt : comment l’éviter ? Pour le professeur Éric Caumes, chef du service des maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris, l’épidémie pourrait repartir bien avant l’automne en France. “Je crains une seconde vague dès cet été”, a-t-il confié dans
  4. 4. 4 Associationmarocainedesmaladiesauto-immunesetsystémiques‫واﻟﺠﮫﺎزﻳﺔ‬‫اﻟﺬاﺗﯿﺔ‬‫اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ‬‫ﻷﻣﺮاض‬‫اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ‬‫اﻟﺠﻤﻌﯿﺔ‬ une interview, le lundi 6 juillet. Il a d’ailleurs indiqué que son unité Covid à la Pitié- Salpêtrière était pleine. L'épidémiologiste français, Antoine Flahault, estime quant à lui que "la question ne devrait pas être de savoir s'il y aura ou non une deuxième vague." La "bonne attitude", selon lui, "serait de faire comme si elle allait arriver et de s'y préparer au mieux, en faisant tout pour retarder le plus possible l'hypothèse d'un nouveau confinement." *** Il faut continuer la lutte avec détermination et discipline au Maroc! Les marocains ont dans l’ensemble fait preuve de beaucoup de discipline et d’abnégation lors du confinement, permettant ainsi le contrôle de l’épidémie. Il ne s’agit pas maintenant de faiblir afin ne pas se retrouver à devoir faire face à une seconde « grosse » vague épidémique : restons tous vigilants dans la rue, les commerces, les lieux de travail ou de loisirs…! C’est un combat de longue haleine et il n’y aura pas de trêve. On aura de toute façon à affronter ce risque de retour de la pandémie ; le tout, c'est de savoir si elle se réduira à des « vaguelettes » ou à une forte vague, si on continue à être trop « décontractée ». Il faut malheureusement aussi s’attendre à ce que ce coronavirus devienne saisonnier avec des épidémies répétitives au cours des prochaines années. Avec l’espoir que cette maladie devienne plus bénigne ! En attendant nous n’avons ni vaccin ni molécule miracle ! Continuons de nous protégeons nous pour épargner les plus faibles face à ce fléau ! Casablanca, le 18 juillet 2020 Dr MOUSSAYER KHADIJA ‫ﻣﻮﺳﯿﺎر‬ ‫ﺧﺪﯾﺠﺔ‬ ‫اﻟﺪﻛﺘﻮرة‬ ‫أﻣﺮاض‬ ‫و‬ ‫اﻟﺒﺎطﻨﻲ‬ ‫اﻟﻄﺐ‬ ‫ﻓﻲ‬ ‫اﺧﺘﺼﺎﺻﯿﺔ‬‫اﻟﺸﯿﺨﻮﺧﺔ‬ Spécialiste en médecine interne et en Gériatrie Présidente de l’Alliance des Maladies Rares au Maroc ‫اﻟﻤﻐﺮب‬ ‫اﻟﻨﺎدرة‬ ‫اﻷﻣﺮاض‬ ‫اﺋﺘﻼف‬ ‫رﺋﯿﺴﺔ‬ Présidente de l’association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) ‫اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ‬ ‫اﻟﺠﻤﻌﯿﺔ‬ ‫رﺋﯿﺴﺔ‬ ‫واﻟﺠﮭﺎزﯾﺔ‬ ‫و‬ ‫اﻟﺬاﺗﯿﺔ‬ ‫اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ‬ ‫ﻷﻣﺮاض‬ Vice-président du Groupe de l’Auto-Immunité Marocain (GEAIM) Conseillère à la rédaction et membre du comité scientifique du Journal de Biologie Médicale (JBM) Membre du comité scientifique de la Revue de Médecine Générale et de Famille (RMGF) dr Moussayer Khadija Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques ‫اﻟﺠﻤﻌﯿﺔ‬‫اﻟﻤﻐﺮﺑﯿﺔ‬‫ﻷﻣﺮاض‬‫اﻟﻤﻨﺎﻋﺔ‬‫اﻟﺬاﺗﯿﺔ‬‫واﻟﺠﮭﺎزﯾﺔ‬

×