Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×

S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
La revue de Presse KYLIA
1
LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE
Du 5 au 11 octobre 2020
LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTI...
La revue de Presse KYLIA
2
logements et de leur aménagement intérieur montre notamment que les plus jeunes sont les
premiè...
La revue de Presse KYLIA
3
La procédure d’expulsion d’un locataire.
Le 06/10/2020
Dès l’apparition des premières difficult...
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
Guide du logement étudiant
Guide du logement étudiant
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 34 Publicité

Plus De Contenu Connexe

Similaire à S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020 (20)

Plus par KYLIA France (20)

Publicité

Plus récents (20)

S41 revue de presse kylia - semaine du 5 au 11 octobre 2020

  1. 1. La revue de Presse KYLIA 1 LA REVUE DE PRESSE DE LA SEMAINE Du 5 au 11 octobre 2020 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - RESIDENTIEL Les Français manquent d’air dans leur logement Le 06/10/2020 Plafonds trop bas, pièces trop étroites et tout simplement manque d’espace, quelques mois après le confinement les Français réclame plus d’air chez eux. C’est sans doute une conséquence directe des semaines entières passées largement entre ses quatre murs, mais les Français expriment clairement leur besoin d’avoir plus d’air à la maison, à en croire le dernier baromètre de l’association Qualitel. Ce sondage annuel autour de la qualité des
  2. 2. La revue de Presse KYLIA 2 logements et de leur aménagement intérieur montre notamment que les plus jeunes sont les premières victimes du manque d’espace. Ainsi, les 25-34 ans vivent en moyenne dans 91 m² alors qu’ils aspirent à 111 m², soit un écart considérable de 20 m², quand les 60 ans et plus vivent dans 111 m² et aspirent à 112 m². Les 34-44 ans semblent mieux pourvus puisqu’ils occupent 99 m² (et rêvent de 113 m²) mais en fait, ce sont eux qui ont le moins d’espace par personne. Vu la taille de la taille de la famille, ils se content de 37 m² par membre du foyer contre 64 m² chez les plus de 60 ans. Ce constat sur le manque d’espace rappelle à quel point le télétravail et la quête d’une pièce supplémentaire restent un combat délicat à mener pour bien des Français. Si le manque de mètre carré au sol n’est pas une si grande surprise que cela, l’étude révèle de manière plus étonnante que nous avons également des plafonds de plus en plus bas. Nous aurions perdu 34 centimètres d’espace vital en 60 ans du fait de deux tendances bien différentes: d’un côté les Français ont poussé de 7 cm en moyenne depuis cette époque tandis que la hauteur sous plafond perdait 27 cm. Pas étonnant que les Français estiment manquer d’air. D’ailleurs à raison de 91 m² de surface moyenne d’un logement en France (source Insee), nous avons tous perdu en moyenne près de 31 m3 au-dessus de nos têtes. Pièces ouvertes Pour regagner de l’espace, ou du moins en avoir l’impression, les sondés privilégie l’idée d’ouvrir la pièce à vivre. Une très large majorité d’entre eux préférerait diminuer la taille d’une chambre (76%) ou de la salle de bains (67%) au profit du séjour. De son côté, la cuisine ouverte garde la cote auprès des familles et des jeunes (72% des moins de 35 ans la préfèrent à une cuisine fermée) alors qu’elle est minoritaire mais pas franchement dédaignée chez les seniors (47% des plus de 60 ans). À en croire Qualitel, ces cuisines ouvertes et semi-ouvertes devraient continuer à s’imposer comme un incontournable. Source : www.lefigaro.fr
  3. 3. La revue de Presse KYLIA 3 La procédure d’expulsion d’un locataire. Le 06/10/2020 Dès l’apparition des premières difficultés financières du locataire, il apparaît essentiel que les parties se rapprochent et tentent de trouver une issue amiable afin d’éviter une solution irrémédiablement compromise. A défaut de solution amiable, lorsqu’un bailleur souhaite expulser un locataire titulaire d’un bail d’habitation conforme à la loi du 6 juillet 1989, il doit respecter différentes étapes avant d’arriver à l’expulsion en elle-même. Celles-ci sont soumises à un formalisme strict mais également à des délais impératifs. Vous trouverez ci-après un aperçu des principales caractéristiques des actes jalonnant la procédure d’expulsion. I. L’acte préalable à l’action judiciaire. Le commandement de payer. L’hypothèse la plus fréquente pour laquelle un bailleur souhaite que le locataire libère les lieux loués est celle de l’impayé locatif. Dans ce cas, le bailleur doit impérativement faire délivrer un commandement de payer à son locataire, plus tôt est délivré cet acte, mieux c’est. En effet, les procédures judiciaires sont longues et le commandement ne constitue que la première étape. Si le bailleur tarde trop à faire délivrer l’acte, la dette risque de s’accroître et rendre le recouvrement impossible. Le contenu du commandement de payer. Le commandement de payer est un acte signifié par un huissier de justice qui retrace la dette du locataire. Cet acte doit répondre à un formalisme précis tant sur le détail de la dette (séparation du loyer en principal et des charges) que sur l’information donnée au locataire sur ses droits. Si le bail contient une clause résolutoire, le commandement de payer doit la viser expressément. L’utilité du commandement de payer.
  4. 4. La revue de Presse KYLIA 4 Le commandement de payer est une injonction faite au locataire de régler sa dette locative. Il dispose d’un délai de deux mois pour la régler. Passé ce délai, le bailleur pourra agir soit en constatation d’acquisition de la clause résolutoire soit en résiliation judiciaire du bail, les deux procédures concluant à la demande d’expulsion du locataire. Le commandement est donc l’acte fondateur de la procédure d’expulsion pour impayés. La notification du commandement de payer à la CCAPEX. La Commission départementale de coordination des actions de prévention des expulsions locatives (CCAPEX) doit être informée de tout commandement visant à obtenir la résiliation du bail et l’expulsion du locataire. Le défaut de notification à la CCAPEX est un motif de nullité entachant la procédure que le juge peut relever d’office. Le commandement d’avoir à produire l’attestation d’assurance. L’obligation de souscrire une assurance est une des obligations principales du locataire. Le non-respect de cette obligation est sanctionné strictement. Ainsi, si le locataire n’a pas produit son attestation d’assurance, le bailleur, par l’intermédiaire d’un huissier de justice, doit lui délivrer un commandement d’avoir à produire l’attestation d’assurance. Le locataire dispose là encore d’un délai de deux mois pour produire l’attestation d’assurance sollicitée. Passé ce délai, le bailleur pourra agir en résiliation du bail pour solliciter l’expulsion du locataire. En pratique, un seul acte peut réunir les deux commandements. Comme indiqué précédemment pour le commandement de payer, le commandement d’avoir à produire l’attestation d’assurance doit être signifié à la CCAPEX, sous peine de nullité de la procédure. Le congé pour vente, reprise ou motif légitime. La loi du 6 juillet 1989 prévoit la possibilité ouverte au bailleur de donner congé à son locataire en fin de bail afin de reprendre le bien pour y vivre personnellement ou ses ascendants et descendants ou pour le vendre ou pour un motif légitime tel que la rénovation complète d’un immeuble. Le congé est très encadré par les dispositions de la loi de 1989, les motifs sont limités, le contenu doit être précisé dans l’acte et, bien que la signification par huissier de justice ne soit plus obligatoire, elle est fortement recommandée.
  5. 5. La revue de Presse KYLIA 5 Si à l’issue du congé, le locataire se maintient dans les lieux, alors le bailleur pourra agir en validation de congé et en expulsion de son locataire. La signification du congé est donc le préalable à la procédure judiciaire. La mise en demeure et la tentative préalable de résolution amiable du litige. Par application du droit civil commun, un bailleur peut solliciter la résiliation judiciaire du bail pour des manquements graves et répétés. Si ces manquements ne concernent pas des impayés alors la signification d’un commandement n’est pas obligatoire. Le bailleur devra démontrer les manquements, les courriers adressés pour les faire cesser, une mise en demeure envoyée au locataire avec accusé de réception et enfin la tentative de résolution amiable du litige par la saisine d’un conciliateur par exemple. II. La procédure judiciaire. Certains baux mentionnent une clause aux termes de laquelle le bail serait résilié de plein droit après un commandement de payer resté infructueux deux mois après sa signification sans qu’il soit besoin d’obtenir un jugement. Ces clauses bien que très répandues sont écartées par la jurisprudence, elles ne produisent en réalité aucun effet. Le bailleur devra en tout état de cause faire délivrer une assignation en référé ou au fond au locataire afin qu’une procédure judiciaire soit engagée. Il est à noter qu’un délai de deux mois minimum doit s’écouler entre la signification de l’assignation et le jour de l’audience. L’assignation doit être signifiée à la CCAPEX. En pratique, les délais pour obtenir une date d’audience sont parfois longs et varient d’un tribunal à un autre. En outre, les parties pourront solliciter un ou plusieurs renvois afin d’avoir le temps de consulter un avocat et de préparer une défense ou de répondre ultérieurement à la défense présentée par le locataire. La procédure peut donc s’étaler sur de nombreux mois. L’ordonnance est rendue par le juge des référés alors que le jugement est une décision rendue dans le cadre d’une procédure au fond, s’opposant à la procédure de référé dite procédure d’urgence. Les différentes procédures ouvertes au bailleur :
  6. 6. La revue de Presse KYLIA 6 III. Le commandement de quitter les lieux. La décision judiciaire doit être signifiée au locataire, cette signification a pour but de lui donner officiellement connaissance du contenu de la décision et faire courir le délai d’appel. C’est un préalable obligatoire pour que l’huissier de justice puisse ensuite signifier un commandement de quitter les lieux. Si la décision judiciaire n’octroie pas de délai particulier au locataire pour quitter le bien, alors le commandement de quitter les lieux lui laissera un délai de deux mois pour restituer la jouissance du bien au bailleur. Ce commandement de quitter les lieux, comme le commandement de payer précédant la procédure judiciaire, doit être signifié à la Préfecture. Les significations à la CCAPEX siégeant à la préfecture ont pour but l’information des services d’assistance sociale par exemple pour permettre au locataire de trouver un logement adapté à sa situation. Si le commandement de quitter les lieux n’est pas suivi d’effet, alors l’huissier de justice pourra présenter une demande à la préfecture afin que des agents des forces de l’ordre l’accompagnent pour l’expulsion physique du locataire, devenu occupant sans droit ni titre, resté dans les lieux. IV. Les recours du locataire. A tous les stades de la procédure d’expulsion, le locataire peut faire valoir ses droits et présenter des demandes de suspension de la clause résolutoire ou de délai par exemple pour obtenir plus de temps pour trouver un logement. Les demandes peuvent être présentées lors de la procédure judiciaire qu’elle soit en référé ou au fond ou dans le cadre d’un appel formé contre la décision ou encore en saisissant le juge de l’exécution. Cette dernière saisine peut intervenir même au stade du commandement de quitter les lieux. La procédure d’expulsion sera alors suspendue dans l’attente de la décision du juge de l’exécution. Récapitulatif des délais applicables à la procédure d’expulsion. Les délais retracés dans la frise ci-dessous représentent une optimisation théorique des actes. En pratique, il est nécessaire de prévoir un délai entre chaque étape afin d’éviter qu’un imprévu vienne rendre l’ensemble de la procédure caduque.
  7. 7. La revue de Presse KYLIA 7 Je ne saurai que trop vous conseiller de vous faire accompagner par un avocat pour l’ensemble de la procédure judiciaire et même dès les premières difficultés avec un locataire. Un avocat pourra ainsi vous aider à mettre en œuvre des mesures amiables permettant la résolution du différend. Source: www.village-justice.com
  8. 8. La revue de Presse KYLIA 8 Logement: les Français plébiscitent l’étalement urbain Le 07/10/2020 Les Français sont favorables aux bâtiments bas quitte à favoriser l’étalement urbain que le gouvernement cherche à limiter. C’est un des grands débats liés à l’habitat de demain: faut-il construire des immeubles hauts ou bas? Dit autrement, faut-il favoriser ou pas l’étalement des villes? Sur cette question, le gouvernement et les Français sont opposés. L’exécutif soutient la densification des villes pour contrer le grignotage des terres agricoles et la détérioration de la biodiversité. Dans le cadre du plan de relance, une aide à la densification, de 350 millions d’euros au total, sera d’ailleurs mise en place à partir du 1er janvier 2021 pour les maires qui lanceront des projets limitant l’étalement urbain. A contrario, les Français, dans leur grande majorité, sont, eux, favorables à la construction de bâtiments bas (moins de six étages) ou de maisons individuelles quitte à ce que les villes s’étalent. Ce sont les seniors (plus de 60 ans) qui partagent le plus cet avis (80% d’entre eux), selon un sondage réalisé par Ipsos pour la Fédération des ascenseurs. Du côté des jeunes, s’ils sont certes plus favorables que leurs aînés à la construction de bâtiments hauts (41% contre 20%), ils approuvent majoritairement l’étalement des villes (59%).
  9. 9. La revue de Presse KYLIA 9 Pourquoi cette prise de position à contre-courant de l’air du temps? Pour Henry Buzy-Cazaux, président de l’Institut de management pour les services immobiliers, «les Français sont schizophrènes. Ils veulent des maisons individuelles et en même temps plus d’espaces. Nous devons leur expliquer pourquoi l’étalement n’est pas une solution au contraire de la surélévation et de la densité». Le président de la Fédération des ascenseurs a également sa petite idée sur la question. «Ce plébiscite de l’étalement s’explique, à mon sens, par une méfiance envers la ville actuellement conçue, affirme Guillaume Fournier Favre. Il faut réconcilier les Français avec la ville en leur proposant des services mixtes, plus adaptés aux enjeux de demain et proches de leur logement. Aujourd’hui, les Français veulent tout très vite et très simplement». «Pour pouvoir jouir de la ville, encore faut-il pouvoir avoir envie d’y circuler! L’habitat doit être pensé dans une logique de services mais aussi de confort et de désir, conclut Serge Guérin, sociologue et cofondateur des États généraux de la séniorisation de la société. La ville doit être un lieu de vie». Source: www.lefigaro.fr
  10. 10. La revue de Presse KYLIA 10 HÉRITER DE PARTS SOCIALES D’UNE SCI : PAS DE DROIT AUX DIVIDENDES FAUTE DE QUALITÉ D’ASSOCIÉ ET D’EN ÊTRE LÉGATAIRE. Le 07/10/2020 La société civile n’est pas dissoute par le décès d’un associé. Elle continue donc de fonctionner avec les autres associés et les héritiers ou légataires du défunt. Cependant, les statuts d’une société civile peuvent prévoir des restrictions à l’entrée de nouveaux associés, même lorsqu’ils sont les héritiers d’un associé décédé. L’héritier doit alors recueillir l’agrément des associés restants afin de pouvoir devenir lui-même associé. La Cour de Cassation a dû statuer sur le droit aux dividendes d’un héritier de parts sociales d’une SCI auquel un refus d’agrément avait été opposé. Elle précise aussi son droit à agir en réduction des libéralités. Dans l’arrêt de la première chambre civile de la Cour de Cassation du 2 septembre 2020, une société civile immobilière avait été constituée par deux époux, n’ayant pas eu d’enfant, et deux autres associés, frères du mari. L’époux décède et laisse un testament olographe désignant ses deux frères comme légataires particuliers des parts sociales propres et communes qu’il possède dans la SCI. Son épouse est réservataire d’un quart de sa succession faute d’enfant commun. L’épouse décède à son tour en laissant un testament désignant également les deux frères comme légataires de ses parts sociales. Elle a aussi comme héritier son neveu, celui-ci venant à sa succession par représentation de sa mère prédécédée. Or, la SCI a procédé à une première cession d’actifs après le décès de l’époux, mais avant le décès de l’épouse, ainsi qu’elle a voté une répartition du produit de la vente de l’immeuble entre les associés restant dans la société. Une seconde cession d’actifs de la SCI a été faite après le décès de l’épouse avec un vote de la répartition du produit de la vente de l’immeuble entre associés restant dans la SCI. Le neveu héritier, auquel un refus d’agrément avait été opposé par les associés restant dans la SCI, a assigné ces derniers et la société afin de percevoir sa quote-part de dividendes résultant des deux cessions d’actifs.
  11. 11. La revue de Presse KYLIA 11 Il a demandé également que soit fixé l’indemnité de réduction due au titre des legs particuliers consentis par l’époux car ceux-ci empièteraient sur la réserve de l’épouse. Sa demande de percevoir les dividendes correspondant aux parts sociales héritées est rejetée par la Cour d’Appel et la Cour de Cassation. En effet, le neveu-héritier n’a pas la qualité d’associé faute d’avoir obtenu un agrément des associés restant dans la SCI. Les héritiers ou légataires qui ne deviennent pas associés n’ont droit qu’à la valeur des parts sociales de leur auteur conformément à l’article 1870-1 du Code Civil. La valeur de ces droits sociaux est déterminée au jour du décès et selon les dispositions statutaires éventuellement existantes. Il n’y a pas davantage d’appropriation illicite des biens successoraux ou/et de résistance abusive des associés restant dans la SCI. Par contre, le neveu était en droit d’agir en fixation d’une indemnité de réduction à l’encontre des légataires particuliers étant un ayant-droit de l’épouse qui est réservataire dans la succession de son mari. En effet, l’article 924 du Code Civil dispose : « Lorsque la libéralité excède la quotité disponible, le gratifié, successible ou non successible, doit indemniser les héritiers réservataires à concurrence de la portion excessive de la libéralité, quel que soit cet excédent. » Cet article, applicable depuis la réforme du 23 juin 2006, consacre désormais le principe de réduction en valeur des libéralités excessives. L’héritier réservataire, ou son ayant-droit, aura seulement un droit de créance contre le bénéficiaire de la libéralité excessive. Il n’a plus de droit de propriété sur les biens légués qui dépasserait sa réserve, ni droit aux fruits (les dividendes en l’espèce). Enfin, l’action en indemnité de réduction n’est possible que dans un délai de 5 ans à compter de l’ouverture de la succession, ou à 2 ans à compter du jour où les héritiers ont eu connaissance de l’atteinte portée à leur réserve, sans jamais pouvoir excéder dix ans à compter du décès. Source: www.village-justice.com
  12. 12. La revue de Presse KYLIA 12 Copropriété : six armes pour reprendre le pouvoir face au syndic Les relations entre les syndics et les copropriétés sont parfois difficiles. Mais de nouveaux outils sont à la disposition des copropriétaires pour faire prévaloir leur point de vue. Le 09/10/2020 Ces derniers mois, le droit de la copropriété a connu des évolutions réglementaires très importantes avec l’ordonnance du 30 octobre 2019 et son décret d’application n° 2020-834 du 2 juillet 2020. Ces textes vont tous dans le même sens : un rééquilibrage du pouvoir entre le syndic et les copropriétaires. « L’évolution est favorable aux copropriétaires qui peuvent intervenir plus facilement. Il faut s’en saisir », confirme Emile Hagège, directeur général de l’Association des responsables de copropriété (ARC). Mandaté lors de l’assemblée générale des copropriétaires pour gérer l’immeuble, le syndic dispose de pouvoirs importants pour engager des dépenses au nom de l’immeuble, appeler les fonds et il peut, parfois, prendre des décisions sans consulter les copropriétaires. Dans certains cas, il ne fait pas son travail, laisse les copropriétés à l’abandon et ces dernières voient leurs problèmes s’aggraver. Voici six armes permettant d’agir en cas de difficulté.  Engager une action contre un syndic qui ne fait rien En cas d’inaction du syndic en place ou éventuellement de faute grave, le président du conseil syndical peut engager une action judiciaire à son encontre pour demander réparation du préjudice, selon les nouveaux alinéas de l’article 15 de la loi du 10 juillet 1965 qui régit les copropriétés. Auparavant, il fallait d’abord voter le changement de syndic et demander à son remplaçant d’attaquer son confrère, ce qui était rarement entrepris. Pour que le président du conseil syndical puisse agir, l’assemblée générale doit d’abord lui donner un mandat, et les frais de procédure sont à la charge de l’immeuble. La résolution votée en assemblée pourra également prévoir un délai permettant de régler le litige à l’amiable avant d’engager une procédure judiciaire.
  13. 13. La revue de Presse KYLIA 13  Utiliser l’Extranet pour récupérer les documents importants Fini les multiples coups de fil pour récupérer le règlement de copropriété, les procès-verbaux des assemblées générales, les contrats de l’immeuble ou les diagnostics techniques des parties communes. Depuis juillet 2020, à la suite d’un décret du 29 mai 2019, le syndic doit mettre en ligne, sur un site appelé Extranet, une série de documents obligatoires pour que les copropriétaires puissent les consulter facilement. Les relevés de banque ou la liste des copropriétaires sont, quant à eux, consultables seulement par le conseil syndical, c’est-à-dire les copropriétaires élus par l’assemblée générale de copropriété pour les représenter. Enfin, chaque copropriétaire dispose d’un espace sécurisé qui permet de vérifier les avis d’appel de fonds qui lui ont été envoyés ces trois dernières années.  Appliquer la pénalité en cas de retard dans le transfert des documents Si le syndic n’a pas mis les documents obligatoires sur l’Extranet ou que ces derniers ne font pas partie des éléments consultables mais que le conseil syndical en a besoin dans sa mission d’assistance et de contrôle au syndic, il peut appliquer une pénalité de 15 euros par jour de retard. Cette somme vient en déduction des honoraires versés au syndic pour sa gestion. Le conseil syndical peut, en effet, demander à prendre connaissance de tout document, correspondance ou registre se rapportant à l’administration de la copropriété. Le syndic dispose d’un mois pour transmettre les pièces selon le décret n° 2019-503 du 23 mai 2019. Au-delà de ce délai, le conseil syndical peut déduire les 15 euros par jour des honoraires de gestion courante. Attention de vérifier dans les comptes que cette mesure a bien été prise en compte.  Faire convoquer une assemblée générale en cas de besoin Lorsqu’un copropriétaire réalise des travaux qui modifient l’aspect extérieur de l’immeuble ou qui nécessitent de supprimer un mur porteur, il doit obtenir au préalable l’accord de l’assemblée générale des copropriétaires. Reste que celle-ci a lieu une fois par an et il peut être important d’en convoquer une plus rapidement. Jusqu’à présent, seul le président du conseil syndical ou un copropriétaire qui réussissait à rassembler 25 % des voix de l’immeuble pouvait demander une convocation. Désormais, un nouvel article 17-1 AA de la loi du 10 juillet 1965 indique que tout copropriétaire peut convoquer une AG.
  14. 14. La revue de Presse KYLIA 14 Mais il doit le faire à ses frais, car une assemblée générale extraordinaire est payante contrairement à l’assemblée générale annuelle. A la rémunération du syndic, il faut également ajouter le coût d’envoi de la convocation. Afin de limiter les coûts, il est possible que plusieurs copropriétaires se regroupent s’ils ont besoin d’une assemblée. Le syndic informe le copropriétaire des frais liés à l’assemblée et il convoque l’assemblée générale dans les quarante-cinq jours qui suivent le paiement de ces frais. Cette mesure comporte cependant des limites : l’assemblée générale ne peut concerner que les droits et obligations du ou des copropriétaires concernés. Le copropriétaire doit demander une assemblée générale par lettre recommandée avec accusé de réception au syndic et indiquer les points mis à l’ordre du jour.  Voter en assemblée coûte que coûte même par correspondance S’exprimer en assemblée sur les résolutions présentées que ce soit pour des travaux, pour un changement de syndic ou toute autre décision est important. Si on ne peut pas se déplacer, il est désormais possible de voter par correspondance. Un arrêté paru le 2 juillet 2020 fixe le formulaire nécessaire pour le vote. Pour chaque résolution, il faut cocher au choix la colonne « pour », « contre » ou « abstention ». Le formulaire doit être réceptionné par courrier au moins trois jours avant la réunion et il peut aussi être transmis par courriel. Dans ce cas, il est considéré comme réceptionné à la date d’envoi. Certes, il ne sera pas possible de participer au débat qui apporte souvent des informations précieuses sur l’immeuble et cela ne remplacera donc pas la présence physique mais cela permet de donner son avis. « Il est également possible de participer à l’assemblée générale à distance par visioconférence, par audioconférence ou par tout autre moyen de communication électronique et, même si nous devons poursuivre la digitalisation du secteur, les syndics ont fait beaucoup de progrès pour tenir des assemblées générales à distance », estime Danielle Dubrac, présidente de l’Union des syndicats de l’immobilier (UNIS).  Faire appliquer le plafond de l’état daté Lorsqu’un propriétaire vend son appartement, il doit fournir au notaire un récapitulatif de l’ensemble des charges liées au lot de copropriété. Cet état daté détaille les charges dues par le vendeur au syndic, celles à la charge de l’acquéreur et les avances déjà versées. Ce document est fourni par le syndic, qui le facture au propriétaire vendeur.
  15. 15. La revue de Presse KYLIA 15 Les associations de défense des consommateurs avaient dénoncé des montants de facturation très élevés, parfois de 600 euros pour un travail d’une demi-heure, pour un syndic. Désormais, depuis le 1 er juin 2020, à la suite du décret du 23 février 2020, le montant de l’état daté peut être au maximum de 380 euros TTC. Vérifiez bien que ce tarif vous est appliqué même si votre contrat de syndic donne un autre chiffre. Attention de ne pas payer de pré-état daté parfois facturé par les syndics alors que ce dernier n’a pas d’existence légale.  Imposer des travaux d’accessibilité Si vous avez besoin d’une rampe à l’entrée de l’immeuble pour un fauteuil roulant ou de tout autre équipement lié au handicap dans les parties communes, il sera plus facile d’obtenir gain de cause à partir du 31 décembre 2020. Le copropriétaire devra envoyer en recommandé au syndic une demande d’inscription de la résolution à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale avec un descriptif détaillé des travaux envisagés. Et l’accord de l’assemblée sera considéré comme acquis automatiquement sauf si elle s’oppose catégoriquement aux travaux. Sans opposition, le copropriétaire attendra les deux mois liés à l’expiration du délai de contestation de l’AG et pourra démarrer les travaux. Ces derniers seront aux frais du copropriétaire concerné, même si rien n’empêche une copropriété de les prendre en charge si elle le souhaite. Source: www.lemonde.fr
  16. 16. La revue de Presse KYLIA 16 LES ARTICLES DE LA SEMAINE - COMMERCE Faut-il vendre les titres ou le fonds de commerce ? Le 05/10/2020 Vendre son affaire peut se faire sous deux formes juridiques distinctes : céder le fonds de commerce ou vendre les parts sociales. Quelles sont les différences ? Qu'impliquent ces deux types de cessions ? Comparaison. © GettyImages Pour le vendeur, le choix de la forme juridique de la transmission dépend la fois du cadre juridique d'exploitation du fonds, mais aussi de ce que le vendeur envisage de faire avec le produit de la vente. ► Cession du fonds de commerce Céder le fonds seul consiste à vendre les éléments d’actifs essentiels du fonds, c’est-à-dire l’ensemble des éléments qui permettent d’exercer l’activité :
  17. 17. La revue de Presse KYLIA 17  le matériel composé des éléments mobiliers nécessaires à l’exploitation : matériel d’exploitation, agencements, mobilier, outillage. L’ensemble des biens est repris en l’état, inventorié, valorisé et joint à l’acte de vente ;  marchandises et stock. Ces éléments sont également inventoriés ;  la clientèle ;  l’enseigne ;  le nom commercial ;  le droit au bail ;  les contrats de travail par application de l’article L1224-1 du code du travail. À noter que seuls les contrats de travail, d’assurance et d’édition sont automatiquement transférés. Les autres contrats (fournisseurs, clients, crédit-bail, location de machines, etc.) doivent être négociés avec le vendeur et les cocontractants. La liste de contrats cédés est annexée à l’acte de vente du fonds de commerce. Le vendeur ne dispose pas immédiatement du prix de la vente. Celui-ci est d'abord placé entre les mains d'un séquestre, pendant une durée comprise entre 3 mois et demi et 5 mois et demi. ► Cession de titres Céder les titres de sa société signifie vendre le patrimoine global détenu par la personne morale que constitue la société : les éléments d’actifs de la société - dont le fonds de commerce fait partie - mais également le passif de l’entreprise, autrement dit, ses dettes. La société rachetée poursuit son activité sans interruption et tous les contrats en cours conclus pour l’exploitation de l’activité sont transférés (sauf ceux qui contiennent une clause intuitu personae). En cas de cession de titres, la clause de garantie d’actif et de passif est essentielle. Cette clause vise à protéger l’acquéreur contre des baisses d’actifs et des hausses de passif qui auraient une origine antérieure à la cession, et met à la charge du vendeur ce qui viendrait diminuer la valeur de l’établissement (redressement fiscal portant sur une période antérieure à la date d’acquisition, condamnation de l’employeur suite à un licenciement effectué avant l’acquisition, créances impayées). Le contenu de cette clause se négocie et doit être aménagé au cas par cas avec l’aide d’un spécialiste de la transaction (avocat ou intermédiaire en transaction de fonds de commerce).  Pour le vendeur, le choix de la forme juridique de la transmission (vente du fonds ou cession de titres) dépend la fois du cadre juridique d’exploitation du fonds (par une personne physique
  18. 18. La revue de Presse KYLIA 18 imposée à l’impôt sur le revenu ou par une société imposée à l’impôt sur les sociétés), mais aussi de ce que le vendeur envisage de faire avec le produit de la vente (utiliser le prix de cession pour poursuivre une autre activité professionnelle ou cesser définitivement son activité). En effet, les conséquences fiscales sont différentes selon les cas. À cet égard, l’expertise d’un fiscaliste est un préalable.  Pour l’acheteur, le choix de la forme juridique d’acquisition dépend de son profil : a-t-il déjà ou non l’expérience de l’exploitation d’un établissement en tant que chef d’entreprise ? Si reprendre les titres présente l’avantage de reprendre une société déjà constituée, l’étendue du passif n’est pas toujours évidente à cerner et constitue un risque indéniable, même en cas de clause de garantie d’actif et de passif. De plus, pour des raisons fiscales, la cession de titres implique un montage juridique et financier plus complexe, souvent boudé par les banquiers lorsqu’il s’agit d’une première acquisition financée par emprunt bancaire. Source: www.lhôtellerie-restauration.fr
  19. 19. La revue de Presse KYLIA 19 LES PRINCIPALES ÉTAPES DE LA CESSION/ACQUISITION DE TITRES D’UNE SOCIÉTÉ (ACTIONS OU PARTS SOCIALES). La cession de titres, si elle peut être simplifiée à l’extrême ou complexe, selon la cible, fait naître nombre de litiges qui pourraient être évités ou du moins, bien mieux maîtrisés, avec l’intervention d’un ou plusieurs avocats. Le 06/10/2020 A minima, le potentiel acquéreur ou cédant doit se renseigner sur les étapes de l’acquisition/cession pour sécuriser au mieux l’opération, à savoir : La lettre d’intention ou letter of intent (LOI) ; L’audit/due diligence via une data room ; La promesse de cession ; Le contrat de cession ; Les actes sociaux ou corporate post acquisition. I) La lettre d’intention ou letter of intent (LOI). En général, la première étape de l’acquisition/cession des titres d’une société réside dans la signature d’une letter of intent (LOI, ou lettre d’intention). Cette lettre peut contenir diverses obligations et prévoir, par exemple, une négociation confidentielle et exclusive pendant une durée définie. Elle pourra être rédigée avec ou sans avocat mais il conviendra d’être vigilant sur certains points puisqu’il ne s’agit pas d’un acte anodin. Cette lettre pourra par exemple contenir de réelles obligations contraignantes (la responsabilité contractuelle pourra être engagée) ou non (la responsabilité délictuelle pourra être invoquée). A la suite de la signature de la lettre d’intention, il peut être opportun de faire intervenir un cabinet d’avocats afin de mener un audit (ou due diligence) qui peut être complet (sur la
  20. 20. La revue de Presse KYLIA 20 plupart des matières juridiques, sur la comptabilité, etc.) ou ne se focaliser que sur certains domaines. II) L’audit/due diligence via une data room. Cet audit permettra de valoriser au mieux les titres et de faire un état de l’actif et du passif, ce qui aura un intérêt pour la signature de la garantie d’actif et de passif (GAP). Par exemple, l’audit aura pour objet vérifier/révéler : le respect des dispositions légales et réglementaires par la société ; les procédures (collectives notamment), actions, réclamations, enquêtes, injonctions, condamnations, etc. visant la société ; la situation locative de la société (clauses du bail commercial) ; les sûretés (sur le fonds, sur les titres, sur les biens, etc.) ; la protection de la marque, du brevet, du nom de domaine, etc. ; les décisions et actes sociaux adoptés sur les trois derniers exercices ; l’étude des trois derniers exercices au niveau comptable. Une fois l’audit mené et dans le cas où l’intéressé souhaite formaliser le contrat, l’étape suivante dépend du cas d’espèce : soit il s’agira d’un précontrat (cession sous conditions suspensives) soit il s’agira du contrat définitif (contrat de cession). III) La promesse de cession. Préalablement à la signature du contrat de cession définitif, il pourra être opportun de conclure une promesse de cession dans certains cas tels que, par exemple : pour purger d’offre de reprise (loi Hamon), dans certains cas, de la part des salariés de la société ; en cas d’incertitude sur le bail commercial ; si la cession est soumise au contrôle de l’Autorité de la concurrence. Cette promesse contiendra donc des conditions suspensives dont il conviendra de constater la levée pour que l’acte soit définitif (par acte réitératif).
  21. 21. La revue de Presse KYLIA 21 IV) Le contrat de cession. Pour la conclusion du contrat de cession, donc de l’acte définitif, il conviendra d’être vigilant notamment sur : la purge de la clause d’agrément/préemption, le respect de la loi Hamon (information des salariés sur la cession) ; approbation des comptes/finalisation des plaquettes comptables, information des cocontractants si nécessaire et des autorités (si l’activité est réglementée par exemple) ; sur le retrait d’un extrait kbis, d’un état d’endettement, d’un certificat de procédures collectives, d’un état des inscriptions d’une marque (auprès de l’INPI). Il sera généralement nécessaire de conclure, concomitamment à la signature du contrat de cession, une garantie d’actif et de passif dite « GAP », celle-ci pouvant prendre la forme d’une clause ou d’un acte séparé. Cette GAP permettra à l’acquéreur, en quelque sorte, de se prémunir d’une mauvaise valorisation des titres (risque que le passif augmente) et comprend des clauses telles que : des déclarations des garants (également cédants) et documents annexés sur le passif et l’actif ; l’indemnisation du bénéficiaire de la GAP dans le cas où les déclarations ou documents contiendraient une inexactitude/fausse déclaration/passif non déclaré (dans ce cas, la GAP contient une méthode de calcul de l’indemnité en question) ; la durée de l’indemnisation ; une garantie de la garantie : par exemple, une sûreté (nantissement d’un compte de titres financiers) ou une garantie bancaire à première demande (GAPD). Parfois, selon la complexité de la cession, des contrats particuliers seront conclus en sus des actes mentionnés plus haut (crédit senior, dette mezzanine, contrat de nantissement, protocole d’investissement, pacte d’associés/actionnaires, etc.). Parallèlement à la cession des titres, des formalités devront être effectuées notamment auprès : du greffe du tribunal de commerce ; du service des impôts compétent en vue de l’enregistrement de la cession ; de certaines instances pour les activités réglementées.
  22. 22. La revue de Presse KYLIA 22 V) Les actes sociaux ou corporate post acquisition. Une fois la signature effectuée, selon les accords conclus avec le(s) cédant(s), il conviendra de rédiger les actes sociaux de prise en compte de la cession (corporate post acquisition, qui peut être signé le jour même) tels que : la modification des statuts (dans le cas d’une SARL par exemple, les statuts doivent être modifiés à la suite de la cession) voire même une refonte globale ; la nomination d’un nouveau dirigeant. Source: www.village-justice.com
  23. 23. La revue de Presse KYLIA 23 COTISATIONS SOCIALES DU GÉRANT MAJORITAIRE D’UNE SARL ET PROCÉDURE COLLECTIVE. Si la société peut prendre en charge les cotisations du gérant majoritaire d’une SARL, cela ne signifie pas pour autant qu’elle en est redevable. En effet, en cas de procédure collective, le gérant majoritaire sera personnellement responsable de leur paiement. Le 07/10/2020 En principe, le gérant majoritaire d’une SARL (ci-après le « Gérant ») n’engage pas ses derniers personnels lors d’une procédure collective sauf à ce qu’il soit condamné lors d’une action en responsabilité pour insuffisance d’actif en cas de faute de gestion. Cependant, puisque le Gérant est le redevable de cotisations obligatoires (ex RSI - URSSAF, CIPAV, etc.), l’organisme collectant les cotisations peut (i) poursuivre celui-ci à titre personnel et (ii) n’aura pas à déclarer sa créance à la procédure collective. C’est ce qu’a pu décider, pour l’ex RSI (URSSAF désormais), la Cour d’appel de Paris par arrêt du 29 Juin 2017 (n° RG 15/12350). Et l’avis de la Cour de cassation, qui a qualifié ces dettes (RSI) de professionnelles =, n’a pas amélioré la situation du Gérant, bien au contraire. En effet, cet avis n°16007 a été invoqué par un Gérant pour soutenir que « les cotisations sociales qui lui sont réclamées constituent des dettes professionnelles dont le recouvrement ne peut être poursuivi à l’encontre du gérant majoritaire d’une SARL en liquidation judiciaire et qui devaient être déclarées par la caisse RSI au passif de la liquidation judiciaire de la société ». Mais la Cour d’appel de Riom, par arrêt du 2 Juillet 2019 (RG 17/02809), lui a répondu que « cet avis ne vise nullement l’hypothèse de la liquidation judiciaire d’une société et la prise en compte ou non au passif de cette société en liquidation, des cotisations sociales de son gérant ».
  24. 24. La revue de Presse KYLIA 24 Cet avis a également été évoqué dans plusieurs arrêts avec un résultat identique, à savoir le refus d’intégrer ces cotisations dans le passif d’une société en liquidation. Pire, non seulement l’avis n°16007 ne permet pas au Gérant d’échapper aux poursuites en cas de procédure collective mais il implique que « la dette de cotisations et contributions destinées à assurer la couverture personnelle sociale d’un gérant majoritaire de SARL et dont le recouvrement est poursuivi par l’URSSAF est de nature professionnelle, de sorte qu’elle échappe en tant que telle à l’effacement consécutif à la procédure de rétablissement personnel dans le cadre du dispositif de traitement du surendettement des particuliers ». Par conséquent, le Gérant n’est ni protégé dans le cadre de la procédure collective de la société, ni en cas de rétablissement personnel. Il est évident que le contexte actuel appelle une réforme pour faire entrer ces cotisations sociales dans le passif de la société en procédure collective. Pour l’instant, l’on relève une proposition de loi enregistrée à la Présidence de l’Assemblée nationale le 10 avril 2019 (renvoyée à la commission des affaires économiques, à défaut de constitution d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement) en vue de modifier l’article L622-17 du Code de commerce et d’y ajouter le texte suivant : « V. - Les créances résultant des cotisations dont le gérant de l’entreprise est redevable sont des dettes professionnelles et doivent être portées à la connaissance de l’administrateur et, à défaut, du mandataire judiciaire ou, lorsque ces organes ont cessé leurs fonctions, du commissaire à l’exécution du plan ou du liquidateur, dans le délai d’un an à compter de la fin de la période d’observation ». Mais cette proposition est à retravailler puisque : sont seulement visées les créances (donc cotisations en ce qui nous concerne) nées régulièrement après le jugement d’ouverture - quid des dettes de cotisations antérieures au jugement ? ; il semblerait que l’hypothèse de l’ouverture d’une procédure de liquidation judiciaire sans passage par une sauvegarde ou un redressement (procédure convertie en une autre) n’ait pas été envisagée (compte tenu de ce que seul l’article L622-17 du Code de commerce est cité, étant précisé que cet article s’applique également à la procédure de redressement par renvoi).
  25. 25. La revue de Presse KYLIA 25 Par ailleurs, l’attention du Gérant est attirée sur la nécessité de prendre attache (rapidement) avec lesdits organismes pour, notamment, obtenir un échelonnement de la dette et une radiation en cas de liquidation (pour ne pas payer de cotisations supplémentaires). Source: www.village-justice.com
  26. 26. La revue de Presse KYLIA 26 Peut-on négocier une baisse de loyer ? Le 07/10/2020 Je suis propriétaire d'un fonds de commerce et j'envisage de demander une baisse de loyer au propriétaire bailleur. L'achat a été finalisé devant notaire en octobre 2019 et j'ai ouvert en juin 2020. Aujourd'hui, mes résultats sont insuffisants et très éloignés des prévisionnels. J'ai évoqué cette demande par e-mail au propriétaire et il semble ouvert à la discussion. Que dois- je lui demander ?" © Thinkstock Il existe effectivement plusieurs possibilités pour un locataire d'obtenir une révision de loyer à la baisse par la négociation ou la procédure. Il est évident qu'en cette période perturbée, les propriétaires bailleurs ou les juges seront plus enclins à octroyer des révisions à la baisse du loyer, car ils préféreront que ces propriétaires soient payés, même avec un loyer moindre, plutôt que de subir des dépôts de bilans ou assigner leur locataire en liquidation judiciaire. Parfois aussi, des échelonnements dans le paiement des loyers seront accordés.
  27. 27. La revue de Presse KYLIA 27 Mais tout dépend des clauses de votre bail et des circonstances du dossier. Un avocat spécialiste des CHR vous aidera dans cette demande. Source: www.lhôtellerie-restauration.fr
  28. 28. La revue de Presse KYLIA 28 Fonds de commerce : le séquestre du prix de vente Le 08/10/2020Le séquestre sert à protéger l'acquéreur et les créanciers du cédant. Le prix de la vente du fonds est immobilisé pendant toute la durée du délai de solidarité fiscale, comprise entre 3 mois et demi et 5 mois et demi. © GettyImages Le plus souvent, le prix de vente est distribué déduction faite des sommes à l'administration (impôts sur les bénéfices résiduels) et à l'Urssaf. Lors de la cession de son fonds de commerce, le vendeur ne dispose pas immédiatement du prix de la vente. Celui-ci est d'abord placé entre les mains d'un séquestre, pour une durée comprise entre 3 mois et demi et 5 mois et demi.
  29. 29. La revue de Presse KYLIA 29 ► Durée du séquestre Cela dépend de la date à laquelle expire le délai de solidarité fiscale. Ce délai est soit de 30 jours si plusieurs conditions sont réunies, soit de 90 jours. Le point de départ de ce délai est le jour du dépôt de la déclaration de résultat de l’exercice de cession, étant précisé que cette déclaration faite par le comptable du vendeur doit intervenir dans les 60 jours de la publication de la vente dans un journal d’annonces légales (JAL). Le délai de séquestre va donc varier en fonction de la diligence du rédacteur d’acte et du comptable à effectuer les différentes démarches de publicité. Au plus court, le délai de séquestre est de 3 mois et demi. Dans sa version longue, il est de 5 mois et demi. ► À quoi sert-il ? Le séquestre sert à protéger l’acquéreur et les créanciers du cédant. Le prix de la vente du fonds est immobilisé pendant toute la durée du délai de solidarité fiscale. À l’issue de ce délai, il est soit distribué en totalité au cédant, soit distribué déduction faite des sommes dues aux créanciers. Le plus souvent, il est distribué déduction faite des sommes à l’administration (impôts sur les bénéfices résiduels) et à l’Urssaf. ► Qui joue le rôle de séquestre ? En général, c’est le rédacteur de l’acte définitif de vente qui joue le rôle de séquestre : avocat, notaire ou cabinet spécialisé en transaction. ► Les créanciers du cédant Il peut s’agir de créanciers publics (administration fiscale, Urssaf) ou privés, privilégiés et/ou chirographaires avec ou sans inscription de privilèges tels que le nantissement - souvent la banque, lorsque l’acquisition avait été faite par un prêt, ou encore un brasseur en cas de crédit-brasseur. Si ces créances ne sont pas réglées au moment de la vente, le prix placé sous séquestre peut servir en tout ou en partie à les régler, de sorte que le vendeur percevra la somme correspondant au prix de la vente déduction faite de ses dettes. C’est le séquestre qui est en charge de la distribution du prix, sur justification et avec l’accord du vendeur, aux différents créanciers.
  30. 30. La revue de Presse KYLIA 30 ► Des créanciers se manifestent-ils souvent ? Oui, dans presque toutes les cessions, l’administration fiscale et l’Urssaf se manifestent très fréquemment si ce n’est systématiquement. ► Le séquestre concerne-t-il les cessions de titres ? Le séquestre peut concerner une cession titres, mais ce n’est pas systématique et, quand c’est le cas, ce n’est pas dans les mêmes termes et conditions car la cession de titres n’est pas soumise aux mêmes formalités de publicité et de solidarité fiscale. En effet, en cas de cession de titres, il y a garantie de passif et d’actifs (GAP) négociée entre acquéreur et vendeur. C’est pour garantir celle-ci qu’acquéreur et vendeur peuvent décider de placer sous séquestre, pour une durée limitée, une partie du prix de cession. Mais cette garantie de la GAP peut aussi prendre la forme d’une caution bancaire du vendeur - et le banquier du vendeur bloquera une partie du prix de cession qu’il vient de percevoir. Source: www.lhôtellerie-restauration.fr
  31. 31. La revue de Presse KYLIA 31 Zones d'alerte maximale : brasseries et restaurants peuvent-ils vendre de l'alcool en dehors des repas ? Le 09/10/2020 Les nouvelles mesures sanitaires imposent la fermeture des bars dans les zones d'alerte maximale. Les brasseries et restaurants peuvent rester ouverts, mais ont-ils le droit de vendre de l'alcool en dehors des repas ? La réponse n'est pas claire. © GettyImages En cas d'activité mixte de restauration et de bar - à l'instar des brasseries - il n'est pas facile de s'y retrouver. L’arrêté préfectoral de Paris, tout comme ceux des trois départements limitrophes qui reprennent les mêmes dispositions, prévoit que ne sont pas autorisés à recevoir du public : “les ERP de type N, mais uniquement les débits de boissons ayant pour activité principale la vente de boissons alcoolisées. Ne sont pas concernés par cette interdiction : les restaurants sous réserve d’un respect strict du protocole sanitaire renforcé”.
  32. 32. La revue de Presse KYLIA 32 Dans une foire aux questions (FAQ), mise à jour le 6 octobre sur son site internet, la préfecture de police de Paris précise certains points relevés dans les questions fréquemment adressés à ses services. Toutefois, ces explications peuvent aussi donner lieu à interprétation. Quelles sont les règles applicables dans les bars et restaurants ? “À compter du mardi 6 octobre, les bars (établissements qui pratiquent la vente de boissons alcoolisées à titre principal) doivent fermer. Ils ne peuvent exercer, s’ils le souhaitent, qu’une activité de livraison ou de vente à emporter. Les restaurants (établissements qui pratiquent la vente de repas à titre principal) peuvent rester ouverts pendant les horaires habituels dans le strict respect de règles sanitaires prévues par un arrêté préfectoral : affichage de la jauge maximale à l’entrée de l’établissement, 1 m minimum entre les chaises de tables différentes, cahier de rappel à l’entrée, 6 personnes maximum par table. Ces restaurants peuvent servir des boissons en dehors des repas. Tout établissement qui ne vend pas d’alcool peut également rester ouvert pendant ses horaires habituels.” Les établissements qui vendent uniquement de l’alcool doivent donc fermer du 6 au 19 octobre inclus. En revanche, en cas d’activité mixte de restauration et de bar - à l’instar des brasseries - il n’est pas facile de s’y retrouver. Un restaurant est un établissement qui pratique la vente de repas à titre principal, l’alcool ne pouvant être servi qu’en accompagnement d’un repas. Fort de ce principe, des brasseries se sont fait contrôler pour avoir servi seulement un café à des clients. Ce qui est parfaitement autorisé dans la mesure où il est précisé dans la FAQ : “Un restaurant peut servir des boissons en dehors de repas.” En revanche, celle-ci ne précise pas la nature de ces boissons, à savoir si elles sont alcoolisées ou non. Certains considèrent que les brasseries peuvent vendre des boissons alcoolisées en dehors du repas, à condition bien sûr de détenir une licence IV ou une licence III de débits de boissons. Selon le GNI, la préfecture de Police leur aurait indiqué que “dans les restaurants, l’arrêté ne prévoit pas de restrictions particulières à l’activité habituelle des établissements, qui peuvent donc continuer à servir des boissons, cafés, croissants... cela concerne essentiellement les cafés/bistrots/brasseries.” Cette réponse de la préfecture permettrait de servir de l’alcool sans repas.
  33. 33. La revue de Presse KYLIA 33 Une position différente lors de la fermeture des bars à 22 heures Pourtant, la préfecture de police de Paris avait pris une position différente lors de sa FAQ du 27 septembre, lors de la fermeture des bars à 22 heures. Celle-ci précisait alors que “les établissements qui exercent à la fois une activité de bar et de restaurant peuvent exercer l’activité de restauration uniquement après 22 heures, c’est-à-dire qu’ils ne pourront plus servir de l’alcool après 22 heures, sauf accompagné d’un repas”. La préfecture interdisait donc toute activité de débit de boissons quand ces derniers subissaient une fermeture partielle à partir de 22 heures, mais elle la permettrait aujourd’hui, en cas de fermeture totale des débits de boissons, pour les restaurants autorisés à ouvrir. Les services de contrôle sont aussi dans l’incertitude et leur position n’est pas la même selon les arrondissements de Paris. Certains refusent tout service d’alcool en dehors des repas quand d’autres n’y voient pas d’interdiction. Une réponse claire et précise sur la possibilité de vendre des boissons alcoolisées en dehors des repas est nécessaire pour permettre aux professionnels de pouvoir travailler en toute tranquillité. Source: www.lhôtellerie-restauration.fr
  34. 34. La revue de Presse KYLIA 34 A propos de KYLIA Commerce Le département Commerce et Entreprise du groupe KYLIA, nouvel acteur de l'immobilier en France, est un réseau de cabinets d'affaires spécialistes de la vente de Commerces et de l'immobilier commercial. En construisant la carrière de nos agents, ces derniers construiront en retour une entreprise comme jamais nous ne l’aurions imaginé ! Méritocratie, Partage et Excellence Plus d’information sur le site Internet : http://www.kylia-immo.com Contact Presse : KYLIA France Marie LAURENT / rp@kylia-immo.com / 01 47 70 24 18

×