SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  11
Télécharger pour lire hors ligne
BAC GÉNÉRAL 2022
Épreuve de la spécialité HGGSP
Jeudi 12 mai
Sujet de dissertation 1
Les espaces maritimes, objets de rivalités et de coopérations.
Introduction
• Présentation générale du sujet et enjeux :
Les espaces maritimes jouent un rôle décisif à toutes les échelles et dans tous les domaines
(économique, militaire, environnemental…). À cetitre, ils sont en proie àl’appétit des différents
acteurs (États, FTN…). S’ils sont au cœur des rivalités, ils sont aussi sujets à des coopérations.
• Contexte :
Il est possible de prendre pour approche chronologique le XXe
et le XXIe
siècle. Spatialement,
c’est l’échelle mondiale qu’il faut interroger tout en sachant, dans le développement, illustrer
l’argumentation par des exemples locaux et régionaux.
• Définitions :
Les espaces maritimes sont constitués par les mers et océans. Ils représentent 71 % de la
surface du globe pour un volume de 13 332 milliards de km3
.
• Problématique : En quoi les multiples enjeux relatifs aux espaces maritimes sont à la fois
sources de rivalités et de coopérations ?
I – Les espaces maritimes au cœur des enjeux du monde contemporain
1) Mers et océans : les enjeux économiques
• Les espaces maritimes constituent une réserve verticale de ressources naturelles que les
hommes exploitent, formant l’économie bleue : ressources halieutiques, nodules
polymétalliques, hydrocarbures….
• Les espaces maritimes constituent horizontalement un espace au cœur de la mondialisation :
en surface, pour les routes de la mondialisation et dans les fonds océaniques, pour les câbles
sous-marins.
2) Mers et océans : les enjeux scientifiques
• Les espaces maritimes constituent une « nouvelle frontière » de découvertes (cartographie,
océanographie, biodiversité à découvrir…).
• Les espaces maritimes constituent à la fois un espoir et une crainte dans le cadre du
changement climatique (rôle des courants marins, rôle de régulateur thermique…).
3) Mers et océans : les enjeux politiques
• Les espaces maritimes constituent un espace de manifestation de la puissance pour les États :
force de projection, démonstration de force, dissimulation de la puissance nucléaire via les
sous-marins…)
• Les espaces maritimes constituent, pour les États, des facteurs de puissance : superficie de la
ZEE, potentiel de ressources à exploiter, contrôle des routes, sécurisation des
approvisionnements…
II – Les espaces maritimes au centre de rivalités
1) Mers et océans au cœur de la puissance
• Concept de sea power/thalassocratie : puissance par la domination maritime.
• La puissance maritime se mesure par des critères quantitatifs (et qualitatifs) : nombres de
porte-avions, nombre de sous-marins, superficie de la ZEE, nombres de bases à l’étranger…
• Exemples : puissance navale des États-Unis (1ère
force navale avec environ 1 000 navires
militaires dont une dizaine de porte-avions), puissance navale de la France (1 porte-avion, des
sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, une base à Djibouti…) …
2) Une tension croissante au cœur des mers et océans génératrice de rivalités
• Montée des tensions entre pays : l’affirmation d’un pays sur un espace maritime
(revendication, prise de possession…) entraîne des rivalités.
• Exemples : affirmation de la puissance chinoise en mer de Chine méridionale (stratégie en
neuf traits, conflits pour les archipels…), poids de la piraterie dans certaines zones (détroit de
Malacca, détroit de Bab-el Mandeb…), stratégie du « pivot vers l’Asie » consistant pour les
États-Unis en un redéploiement des forces militaires vers le Pacifique pour faire face à la
Chine, incidents entre gardes côtes japonais et chinois…
3) Une militarisation croissante des espaces maritimes
• Face aux nombreux enjeux et aux rivalités, les États se dotent de moyens militaires (navires,
constructions de bases…).
• Exemples : premier SNLE indien en 2009, la stratégie du collier de perles chinois avec la
construction de bases navales sur des petits îlots, inauguration d’un 2e
porte avion chinois en
2019, vente de sous-marins par la France (contrat récupéré par les États-Unis) à l’Australie…
III – Les espaces maritimes au centre de coopérations
1) Coopérer pour exploiter et réguler
• La coopération vise à s’entendre sur l’exploitation et le partage des ressources issues des
espaces maritimes. La coopération vise à réguler les activités des espaces maritimes
(sécuriser les routes maritimes…).
• Exemples : Création de l’Autorité internationale des fonds marins (AIFM) qui est un organisme
dépendant de l’ONU en charge de distribuer les permis d’exploitation des fonds marins), rôle
du Tribunal international de droit de la mer (TIDM) en tant que juridiction internationale
dépendante de l’ONU pour régler les litiges nés du découpage des espaces maritimes.
2) Coopérer pour éviter les conflits
• La coopération vise à éviter qu’un litige né des espaces maritimes ne conduise à un conflit
entre pays ou elle vise à régler des situations problématiques (piraterie...). L’existence de
règles communes entre pays ou à l’échelle internationale a pour objectif de pacifier les
tensions entre acteurs. C’est la question centrale du droit de la mer.
• Exemples : La Convention de Montego Bay de 1982 découpant les espaces maritimes fixe les
droits des États propriétaires de ZEE en fonction de la distance du littoral, la mission EU-
Navfor Atalante de l’UE pour la lutte contre la piraterie au large de la Somalie, le protocole
ReCAAP entre pays de l’ASEAN pour lutter contre la piraterie en Asie…
3) Coopérer pour préserver
• La coopération vise à préserver les ressources des espaces maritimes face aux
problématiques de surpêche, de dégradation des mers, de l’urgence climatique, de protection
de la biodiversité… Il existe des solutions mises en place à différentes échelles : quotas de
pêche, contrôle des navires, zonage de parcs marins, organisation de conférence…
• Exemples : Objectifs du développement durable numéro 14 surla conservation et l’exploitation
durable des océans, Convention internationale contre la surpêche en 1995, création des parcs
naturels marins (PNM) en France à partir de 2006, Conférence intergouvernementale sur la
biodiversité marine (BBNJ), quotas de pêche fixés par l’Union-Européenne…
Conclusion
• Réponse à la problématique : Il y a de multiples enjeux relatifs aux espaces maritimes
(économique, scientifique, de puissance…). Ces enjeux engendrent des tensions sources de
rivalités (affirmation des États, volonté de territorialisation et de maitrises des mers et
océans…). Ils engendrent aussi des coopérations aboutissant à une forme de gouvernance des
espaces maritimes plus ou moins affirmée. Rivalités et coopérations témoignent ainsi des
enjeux des espaces maritimes.
• Ouverture facultative : sur l’espace extra-atmosphérique qui oscille, lui-aussi, entre
coopérations et rivalités.
Sujet de dissertation 2
Les nouvelles formes et logiques de la guerre au XXIe
siècle
Introduction
• Présentation générale du sujet et enjeux :
L’histoire montre qu’il y a une évolution des formes et logiques des guerres. Les guerres
évoluent avec le contexte technique, politique, idéologique, économique… Plusieurs
générations de guerre sont observables entre la période des guerres napoléoniennes aux
batailles rangées et la période actuelle où l’on parle de guerre hybride. Les logiques et formes
des guerres au XXIe
siècle, en rupture avec les formes passées, sont au cœur du sujet car elles
se renouvellent. Il s’agit de les décrire, de les expliquer, d’en montrer les enjeux. La
conceptualisation de la guerre par Clausewitz au XIXe
siècle a évolué ; il s’agit aussi d’interroger
cette conception avec la réalité du XXIe
siècle entre ruptures et permanences. Jusqu’à la
moitié du XXe
siècle, la guerre est surtout subordonnée au politique (l’État) alors que de nos
jours la guerre transcende les États.
• Contexte :
Le sujet s’ancre dans la période contemporaine que l’on peut ici faire débuter en 2001, plus
précisément du 11 Septembre 2001 (attentats aux États-Unis).
• Définition :
La guerre est un conflit armé opposant au moins deux groupes humains. Le conflit est inscrit
dans une temporalité et un espace donné. Il engendre des dégâts (humains, matériels…).
• Problématique :
Dans quelle mesure les formes et logiques des guerres s’imposant au XXIe
siècle remettent-
elles en cause le modèle de Clausewitz ?
I – Le renouvellement des formes et logiques des guerres
1) Avant 2001 : le triomphe des guerres interétatiques et régulières
• Rappel bref du modèle de Clausewitz : L’existence de guerres interétatiques avec des armées
régulières encadrées par les États et soumises à la politique. Une guerre est souvent dictée en
fonction des enjeux pour l’État (gain de territoire, pertes…). La guerre est vue comme une
simple continuation de la politique par d’autres moyens.
• Rappel bref du basculement à la fin des années 1990 (fin de la Guerre froide) : Il y a un recul
des guerres interétatiques (modèle de Clausewitz fragilisé) avec l’émergence de formes
irrégulières de la guerre.
2) Depuis 2001 : la multiplication des guerres intraétatiques et irrégulières
• Constat : Existence de guerres irrégulières, de guerres civiles, de guérilla… Cette forme est une
remise en question de l’État. C’est une nouvelle forme de conflictualité se caractérisant par
une guerre sans frontières et sans respect du « droit de guerre » (exécutions sommaires, non-
respect du droit des prisonniers, attaques de civils…).
• Exemples possibles : La guerre en Syrie à partir de 2011, la guerre au Congo-Brazzaville, la
guerre civile au Darfour en 2003…
3) Une forme particulière de guerre irrégulière : le terrorisme
• Constat : Existence d’un terrorisme mis en œuvre par des organisations non conventionnelles
comme Al-Qaida, l’État islamique, les Talibans, Boko Haram… Le terrorisme peut se définir
comme un acte dont les motivations sont de nature criminelle et se manifestent de manière
violente en ciblant de façon indéterminée afin de créerun sentiment de peurchez les sociétés
visées. L’enjeu est souvent transnational (une cause idéologique, inexistence de front…).
L’idéologie supplante le politique.
• Exemples : Attentats du 11 septembre 2001 avec l’invasion de l’Afghanistan, Attentat de Madrid
en 2004, Attentats de Paris en 2015, Attentat de Londres en 2017…
II – La mutation des acteurs des guerres
1) Le passage d’acteurs conventionnels à des acteurs non conventionnels
• Avant : Un modèle de guerre avec des acteurs conventionnels (États ou coalition d’États).
• Maintenant : Un maintien du modèle de guerre avec des acteurs conventionnels (États ou
coalition d’États) mais avec l’arrivée d’acteurs non conventionnels (bande criminelle,
rebelles…). Il y a une complexification des guerres avec ce mélange hybride de différents
acteurs intervenant dans les guerres.
• Exemples : la guerre en Syrie avec l’existence d’une guerre civile mêlée à des interventions de
pays étrangers et de groupe terroriste.
2) Une multiplication des acteurs
• Les acteurs sont très nombreux : les organisations internationales et intergouvernementales
(ONU, OTAN…), les organisations non gouvernementales (Croix-Rouge…), les groupes
terroristes, les organisations paramilitaires (mercenaires…), les FTN de l’armement…
• Exemples : l’alliance de l’Otan, Al-Qaïda avec ses branches d’AQMI ou d’AQPA, le groupe
mercenaire Wagner au Mali remplaçant les militaires français, la Société Militaire Privée (SMP)
BlackWater aux États-Unis…
3) Les civils au cœur des guerres contemporaines
• Les civils sont de plus en plus impliqués dans les guerres contemporaines, en tant que
combattants, que victimes ou spectateurs des guerres (rôle des médias et réseaux sociaux).
• Exemples : la guerre en Ukraine (victimes des frappes, enrôlement en milice, aide aux
militaires, déplacés, réfugiés, images circulantes sur internet…).
III – L’émergence de nouvelles formes et logiques des guerres
1) Des guerres d’un type nouveau
• Les guerres contre le terrorisme : la montée du terrorisme international engendre des
guerres dites « contre le terrorisme ». Exemple de l’invasion de l’Afghanistan en 2001 ou de
l’opération française Barkhane au Sahel lancée en 2014.
• Les guerres 2.0 ou « cyberguerres » : Les nouvelles technologies sont mises au service des
armées. On constate le déploiement de drones ou la formation de militaires dédiés aux
cyberguerres. Le vocabulaire est parlant avec une montée dans les médias de l’usage de
« cyberterrorisme », de « cyberattaque », de « cyberdéfense ».
• Exemple : Création en 2008 d’un centre de cyberdéfense de l’Otan à Tallinn en Estonie en
réaction à des cyberattaques russes, cyberattaques russes en Ukraine en 2021-2022…
2) Malgré des mutations récentes, le maintien de permanence ?
• Un rôle très présent des États et alliances.
• Un maintient du poids du conventionnel : l’importance des armées, les budgets de la Défense
nationale…
• Le retour d’une « Guerre froide » : actualité du conflit Russie-Ukraine
Conclusion
• Réponse à la problématique : Les guerres qui s’imposent depuis les années 2000 remettent
en question les modèles des théoriciens de la guerre. La guerre évolue et, avec elle, ses
acteurs, ses formes, ses logiques, ses espaces, ses motivations… S’il y a de nombreuses
mutations, il demeure cependant des permanences.
• Ouverture facultative : Les moyens de faire la paix (rôle de l’ONU…).
Étude critique de documents
Usages et représentations de l’environnement.
En analysant les documents, en les confrontant et en vous appuyant sur vos connaissances, montrez
que la protection de l’environnement par la puissance publique est en relation avec les
représentations que les sociétés se font de la « nature ».
Introduction
• Présentation générale des documents :
Il y a deux documents qui incitent à entrevoir la représentation que les sociétés se font de la
nature et le rôle des autorités publiques quant à la gestion de celle-ci. Il s’agit de montrer les
liens entre ces deux volets. Le corpus documentaire invite à enrichir sa copie d’exemples pris
sur l’ensemble des continents.
- Document 1 : Textes d’une institution gouvernementale française (ministère de
l’Agriculture) reflétant le rôle de la puissance publique en matière environnementale (ici
s’agissant de la protection des espaces forestiers).
- Document 2 : Capture d’écran de la page d’accueil du site internet de la National Park
Foundation aux Etats-Unis. Il va s’agir de l’utiliser tant pour son image (une photographie
témoignant d’une représentation d’une nature sauvage préservée) que pour le
vocabulaire employé illustrant la représentation d’une nature mythifiée (« appel des
merveilles », « une terre de géant » …).
• Présentation générale du sujet :
L’environnement est une notion complexe désignant l’ensemble des relations entre les
sociétés et les milieux tant dans le temps que dans l’espace. Il s’agit d’une construction à la
fois historique, sociale et politique. Si jusque dans les années 1970 sa conception repose
principalement sur un rapport de domination des sociétés sur un milieu naturel, on considère
de nos jours l’environnement comme un concept davantage complexe : il est envisagé
comme un système d’interaction entre l’homme et les composantes naturelles.
• Problématique : Comment a évolué la prise de conscience politique et sociale de cette notion
de protection de l’environnement ?
I – Préserver pour mieux exploiter
1) L’environnement, une ressource à exploiter économiquement
• L’environnement est une richesse potentielle pour toutes sociétés. Le document 1 témoigne
de cette nature à ponctionner et prélever avec « poursuite de coupe de bois », de
« défrichement ». Le document évoque aussi que cette nature est source de richesses, de
revenus avec la mention d’indemnisation des propriétaires qui perdraient les revenus de la
forêt suite à son classement. L’usage de la forêt est ici vu dans une optique économique et de
prédation des ressources. Le document 2 peut se rattacher implicitement à la nature sauvage,
la « Wilderness » vue comme une terre d’abondance et de richesse à l’époque de la conquête
du territoire étasunien.
2) L’environnement, un espace à préserver
• L’environnement doit être préserver face aux différents risques (risque : danger potentiel
pouvant affecter une société). Le document 1 évoque notamment que préserver devient un
enjeu social. Cependant cet enjeu social doit être vue au travers d’un prisme
anthropocentrique : l’homme commence à préserver l’espace naturel dans le but de se
protéger lui. Le document 1 explique que le statut forestier permet de lutter contre les
« risques naturels » tels que les « avalanches », les « glissements de terrain »,
« l’envahissement des eaux et des sables en zone côtières ». Le document rajoute la question
de l’érosion des sols. Il ne s’agit pas ainsi de préserver la nature pour elle-même mais bien de
la préserver en fonction des vulnérabilités sociétales.
3) L’environnement, un espace à sacraliser
• Le document 2 témoigne de cette volonté de préservation afin de sanctuariser une
« Wilderness » étasunienne. C’est dans cette optique que le parc national de Yosemite a été
créé en 1890. Les Étatsuniens dominent la nature vue, par défaut, comme sauvage.
Paradoxalement de nos jours cette préservation entraîne une augmentation de la fréquence
des zones et aires protégées posant la question de leur durabilité face à la massification de
tourisme. Le document 2 est explicitement tourné vers ce but récréatif avec l’expression
« visiter le parc ». Le site internet invite à découvrir pour donner envie de s’y déplacer.
II – Protéger durablement
1) Les objectifs
• À partir des années 1970, les sociétés ont une approche par impacts, c’est-à-dire que l’on
commence à comprendre que les milieux sont modifiés par l’activité humaine. Cela se
retrouve dans le document 1 avec la référence à la loi de 1976 portant sur « la protection de la
nature […] pour des raisons écologiques ». Il s’agit d’une véritable prise de conscience
écologique manifestant bien le rapport entre représentation et puissance publique : l’État
légifère suite à une prise de conscience environnementale.
• La protection durable se poursuit avec l’interaction de plus en plus prégnanteentre les milieux
et les sociétés en insistant sur cet aspect de durabilité. Le document 1 mentionne celle-ci avec
« gestion durable de la forêt », de prise en compte « des enjeux à protéger ».
• L’idée est de protéger l’équilibre naturel global et non plus seulement un milieu naturel fragile.
Les sociétés civiles sont de plus en plus sensibles à ces questions environnementales. Le
document 2 illustre cette dimension sensible via la photographie.
2) Les outils
• La législation : l’environnement se voit protéger par les sociétés via la puissance publique
adoptant une législation se densifiant au cours du temps. Le document 1 provient du ministère
de l’Agriculture en évoquant « un statut », des « procédures », le « code forestier », un «
classement », un « outil juridique »…
• Les fonds : l’environnement se voit protéger par les sociétés par le biais d’un financement
varié selon les pays. Le document 2 présente la question du financement public (parcs
nationaux) mais aussi la question d’un financement privé (mécénat, « faire un don »…).
Conclusion
• Réponse à la problématique : La construction de la notion de l’environnement est lente et
complexe. Les usages de la nature sont nombreux : exploitation, préservation, protection. Les
puissances publiques ont des objectifs reflétant les représentations sociétales de
l’environnement. Elles ont des moyens et outils pour parvenir à ces objectifs même s’il existe
encore de nombreuses limites.
• Ouverture facultative : Depuis les années 2000, la coévolution entre sociétés et milieux
naturels se développe de plus en plus aboutissant à cette notion de développement durable
où l’homme cohabite avec la « nature » (tourisme vert, écotourisme…). La durabilité devient
elle-même questionnée.

Contenu connexe

Tendances

Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Nouhoum L Traore
 
Guide cgem accord libre échange ale maroc usa
Guide cgem  accord libre échange ale maroc usaGuide cgem  accord libre échange ale maroc usa
Guide cgem accord libre échange ale maroc usaabjadi72
 
Dodi_Mbuta La revue systématique de la littérature du management stratégique,...
Dodi_Mbuta La revue systématique de la littérature du management stratégique,...Dodi_Mbuta La revue systématique de la littérature du management stratégique,...
Dodi_Mbuta La revue systématique de la littérature du management stratégique,...Daniella Mbuta
 
Introduction a l'actuariat : assurance vie
Introduction a l'actuariat : assurance vieIntroduction a l'actuariat : assurance vie
Introduction a l'actuariat : assurance vieIbtissam medarhri
 
Exposé stratégie des entreprises
Exposé stratégie des entreprisesExposé stratégie des entreprises
Exposé stratégie des entreprisesFakhr-Eddine Gabsi
 
De la courbature à la rhabdomyolyse en passant par le DOMS
De la courbature à la rhabdomyolyse en passant par le DOMSDe la courbature à la rhabdomyolyse en passant par le DOMS
De la courbature à la rhabdomyolyse en passant par le DOMSRegenlab
 
Crise financiere mondiale 01
Crise financiere mondiale 01Crise financiere mondiale 01
Crise financiere mondiale 01Sami Sahli
 
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étudeMéthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étudeConnaissance Créative
 
Démarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifiqueDémarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifiqueMATENE ELHACENE
 
Le risque de change
Le risque de changeLe risque de change
Le risque de changeand-one
 
Focalisation slideshare
Focalisation slideshareFocalisation slideshare
Focalisation slidesharecawslide
 

Tendances (20)

8 poutres
8 poutres8 poutres
8 poutres
 
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
Prise en charge de la drepanocytose chez l'enfant 2016
 
Guide cgem accord libre échange ale maroc usa
Guide cgem  accord libre échange ale maroc usaGuide cgem  accord libre échange ale maroc usa
Guide cgem accord libre échange ale maroc usa
 
Dodi_Mbuta La revue systématique de la littérature du management stratégique,...
Dodi_Mbuta La revue systématique de la littérature du management stratégique,...Dodi_Mbuta La revue systématique de la littérature du management stratégique,...
Dodi_Mbuta La revue systématique de la littérature du management stratégique,...
 
Introduction a l'actuariat : assurance vie
Introduction a l'actuariat : assurance vieIntroduction a l'actuariat : assurance vie
Introduction a l'actuariat : assurance vie
 
Cours 4 - Pathologie vasculaire
Cours 4 - Pathologie vasculaireCours 4 - Pathologie vasculaire
Cours 4 - Pathologie vasculaire
 
Exposé stratégie des entreprises
Exposé stratégie des entreprisesExposé stratégie des entreprises
Exposé stratégie des entreprises
 
De la courbature à la rhabdomyolyse en passant par le DOMS
De la courbature à la rhabdomyolyse en passant par le DOMSDe la courbature à la rhabdomyolyse en passant par le DOMS
De la courbature à la rhabdomyolyse en passant par le DOMS
 
L'investissement socialement responsable
L'investissement socialement responsableL'investissement socialement responsable
L'investissement socialement responsable
 
Affacturage
AffacturageAffacturage
Affacturage
 
Crise financiere mondiale 01
Crise financiere mondiale 01Crise financiere mondiale 01
Crise financiere mondiale 01
 
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étudeMéthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
Méthodologie de recherche : Comment entamer son mémoire de fin d'étude
 
Démarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifiqueDémarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifique
 
Le risque de change
Le risque de changeLe risque de change
Le risque de change
 
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
Cours 5 - Inflammation (Partie 1)
 
theories des jeux.pptx
theories des jeux.pptxtheories des jeux.pptx
theories des jeux.pptx
 
Focalisation slideshare
Focalisation slideshareFocalisation slideshare
Focalisation slideshare
 
Guide de l'acheteur international
Guide de l'acheteur internationalGuide de l'acheteur international
Guide de l'acheteur international
 
Etancheite
EtancheiteEtancheite
Etancheite
 
La goute 2
La goute 2La goute 2
La goute 2
 

Similaire à bac 2022 correction HGGSP Jour 2

Mondialisation et territoires quelle approche (Laurent CARROUE)
Mondialisation et territoires  quelle approche (Laurent CARROUE)Mondialisation et territoires  quelle approche (Laurent CARROUE)
Mondialisation et territoires quelle approche (Laurent CARROUE)Parti Djibouti
 
terminale maritimisation.pdf
terminale maritimisation.pdfterminale maritimisation.pdf
terminale maritimisation.pdfNadineHG
 
Les opérations de lutte anti piraterie au large de la corne de l'afrique - le...
Les opérations de lutte anti piraterie au large de la corne de l'afrique - le...Les opérations de lutte anti piraterie au large de la corne de l'afrique - le...
Les opérations de lutte anti piraterie au large de la corne de l'afrique - le...Parti Djibouti
 
Corrige all bac-pro-2015
Corrige all bac-pro-2015Corrige all bac-pro-2015
Corrige all bac-pro-2015Yann LM
 
Devoirs de vacances terminale l es
Devoirs de vacances terminale l esDevoirs de vacances terminale l es
Devoirs de vacances terminale l esLycée Condorcet
 
Prefet maritime-marine marchande
    Prefet maritime-marine marchande    Prefet maritime-marine marchande
Prefet maritime-marine marchandeRabah HELAL
 
Conteneurs tombes a_la_mer_
Conteneurs tombes a_la_mer_Conteneurs tombes a_la_mer_
Conteneurs tombes a_la_mer_Rabah HELAL
 
Conteneurs tombes a_la_mer_
Conteneurs tombes a_la_mer_Conteneurs tombes a_la_mer_
Conteneurs tombes a_la_mer_Rabah HELAL
 

Similaire à bac 2022 correction HGGSP Jour 2 (11)

Géographie 4
Géographie 4Géographie 4
Géographie 4
 
Mondialisation et territoires quelle approche (Laurent CARROUE)
Mondialisation et territoires  quelle approche (Laurent CARROUE)Mondialisation et territoires  quelle approche (Laurent CARROUE)
Mondialisation et territoires quelle approche (Laurent CARROUE)
 
terminale maritimisation.pdf
terminale maritimisation.pdfterminale maritimisation.pdf
terminale maritimisation.pdf
 
2. cours gmo
2. cours gmo2. cours gmo
2. cours gmo
 
Les opérations de lutte anti piraterie au large de la corne de l'afrique - le...
Les opérations de lutte anti piraterie au large de la corne de l'afrique - le...Les opérations de lutte anti piraterie au large de la corne de l'afrique - le...
Les opérations de lutte anti piraterie au large de la corne de l'afrique - le...
 
Doc opex
Doc opexDoc opex
Doc opex
 
Corrige all bac-pro-2015
Corrige all bac-pro-2015Corrige all bac-pro-2015
Corrige all bac-pro-2015
 
Devoirs de vacances terminale l es
Devoirs de vacances terminale l esDevoirs de vacances terminale l es
Devoirs de vacances terminale l es
 
Prefet maritime-marine marchande
    Prefet maritime-marine marchande    Prefet maritime-marine marchande
Prefet maritime-marine marchande
 
Conteneurs tombes a_la_mer_
Conteneurs tombes a_la_mer_Conteneurs tombes a_la_mer_
Conteneurs tombes a_la_mer_
 
Conteneurs tombes a_la_mer_
Conteneurs tombes a_la_mer_Conteneurs tombes a_la_mer_
Conteneurs tombes a_la_mer_
 

Plus de LETUDIANT1

bac 2022 correction sujet 2 OK
bac 2022 correction sujet 2 OKbac 2022 correction sujet 2 OK
bac 2022 correction sujet 2 OKLETUDIANT1
 
Corrigé NSI- J2
Corrigé NSI- J2Corrigé NSI- J2
Corrigé NSI- J2LETUDIANT1
 
Correction bac STSS 2022
Correction bac STSS 2022Correction bac STSS 2022
Correction bac STSS 2022LETUDIANT1
 
Correction HLP
Correction HLPCorrection HLP
Correction HLPLETUDIANT1
 
Bac 2022 Correction SVT Jour 2
Bac 2022 Correction SVT Jour 2Bac 2022 Correction SVT Jour 2
Bac 2022 Correction SVT Jour 2LETUDIANT1
 
Correction bac LLCER anglais
Correction bac LLCER anglaisCorrection bac LLCER anglais
Correction bac LLCER anglaisLETUDIANT1
 
Correction bac LLCER anglais
Correction bac LLCER anglaisCorrection bac LLCER anglais
Correction bac LLCER anglaisLETUDIANT1
 
Correction-bac-physique-chimie-12.05.pdf
Correction-bac-physique-chimie-12.05.pdfCorrection-bac-physique-chimie-12.05.pdf
Correction-bac-physique-chimie-12.05.pdfLETUDIANT1
 
BAC 2022 - NSI - Jour 2
BAC 2022 - NSI - Jour 2BAC 2022 - NSI - Jour 2
BAC 2022 - NSI - Jour 2LETUDIANT1
 
Bac 2022 - Physique Chimie Sujet jour 2
Bac 2022 - Physique Chimie Sujet jour 2Bac 2022 - Physique Chimie Sujet jour 2
Bac 2022 - Physique Chimie Sujet jour 2LETUDIANT1
 
BAC 2022 - SVT
BAC 2022 - SVTBAC 2022 - SVT
BAC 2022 - SVTLETUDIANT1
 
22-LLCERALME1.pdf
22-LLCERALME1.pdf22-LLCERALME1.pdf
22-LLCERALME1.pdfLETUDIANT1
 
BAC 2022 STMG éco droit Sujet 2
BAC 2022 STMG éco droit Sujet 2BAC 2022 STMG éco droit Sujet 2
BAC 2022 STMG éco droit Sujet 2LETUDIANT1
 
22-LLCERPort.pdf
22-LLCERPort.pdf22-LLCERPort.pdf
22-LLCERPort.pdfLETUDIANT1
 
22-LLCERITME1.pdf
22-LLCERITME1.pdf22-LLCERITME1.pdf
22-LLCERITME1.pdfLETUDIANT1
 
22-LLCERESPA.pdf
22-LLCERESPA.pdf22-LLCERESPA.pdf
22-LLCERESPA.pdfLETUDIANT1
 
BAC 2022 - Ingénierie, innovation et développement durable
BAC 2022 - Ingénierie, innovation et développement durable BAC 2022 - Ingénierie, innovation et développement durable
BAC 2022 - Ingénierie, innovation et développement durable LETUDIANT1
 
bac 2022 HLP Sujet jour 2
bac 2022 HLP Sujet jour 2bac 2022 HLP Sujet jour 2
bac 2022 HLP Sujet jour 2LETUDIANT1
 
22-LLCERANGLAIS.pdf
22-LLCERANGLAIS.pdf22-LLCERANGLAIS.pdf
22-LLCERANGLAIS.pdfLETUDIANT1
 
BAC 2022 - SES - Jour 2
BAC 2022 - SES - Jour 2BAC 2022 - SES - Jour 2
BAC 2022 - SES - Jour 2LETUDIANT1
 

Plus de LETUDIANT1 (20)

bac 2022 correction sujet 2 OK
bac 2022 correction sujet 2 OKbac 2022 correction sujet 2 OK
bac 2022 correction sujet 2 OK
 
Corrigé NSI- J2
Corrigé NSI- J2Corrigé NSI- J2
Corrigé NSI- J2
 
Correction bac STSS 2022
Correction bac STSS 2022Correction bac STSS 2022
Correction bac STSS 2022
 
Correction HLP
Correction HLPCorrection HLP
Correction HLP
 
Bac 2022 Correction SVT Jour 2
Bac 2022 Correction SVT Jour 2Bac 2022 Correction SVT Jour 2
Bac 2022 Correction SVT Jour 2
 
Correction bac LLCER anglais
Correction bac LLCER anglaisCorrection bac LLCER anglais
Correction bac LLCER anglais
 
Correction bac LLCER anglais
Correction bac LLCER anglaisCorrection bac LLCER anglais
Correction bac LLCER anglais
 
Correction-bac-physique-chimie-12.05.pdf
Correction-bac-physique-chimie-12.05.pdfCorrection-bac-physique-chimie-12.05.pdf
Correction-bac-physique-chimie-12.05.pdf
 
BAC 2022 - NSI - Jour 2
BAC 2022 - NSI - Jour 2BAC 2022 - NSI - Jour 2
BAC 2022 - NSI - Jour 2
 
Bac 2022 - Physique Chimie Sujet jour 2
Bac 2022 - Physique Chimie Sujet jour 2Bac 2022 - Physique Chimie Sujet jour 2
Bac 2022 - Physique Chimie Sujet jour 2
 
BAC 2022 - SVT
BAC 2022 - SVTBAC 2022 - SVT
BAC 2022 - SVT
 
22-LLCERALME1.pdf
22-LLCERALME1.pdf22-LLCERALME1.pdf
22-LLCERALME1.pdf
 
BAC 2022 STMG éco droit Sujet 2
BAC 2022 STMG éco droit Sujet 2BAC 2022 STMG éco droit Sujet 2
BAC 2022 STMG éco droit Sujet 2
 
22-LLCERPort.pdf
22-LLCERPort.pdf22-LLCERPort.pdf
22-LLCERPort.pdf
 
22-LLCERITME1.pdf
22-LLCERITME1.pdf22-LLCERITME1.pdf
22-LLCERITME1.pdf
 
22-LLCERESPA.pdf
22-LLCERESPA.pdf22-LLCERESPA.pdf
22-LLCERESPA.pdf
 
BAC 2022 - Ingénierie, innovation et développement durable
BAC 2022 - Ingénierie, innovation et développement durable BAC 2022 - Ingénierie, innovation et développement durable
BAC 2022 - Ingénierie, innovation et développement durable
 
bac 2022 HLP Sujet jour 2
bac 2022 HLP Sujet jour 2bac 2022 HLP Sujet jour 2
bac 2022 HLP Sujet jour 2
 
22-LLCERANGLAIS.pdf
22-LLCERANGLAIS.pdf22-LLCERANGLAIS.pdf
22-LLCERANGLAIS.pdf
 
BAC 2022 - SES - Jour 2
BAC 2022 - SES - Jour 2BAC 2022 - SES - Jour 2
BAC 2022 - SES - Jour 2
 

Dernier

Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24BenotGeorges3
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneTxaruka
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfbdp12
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAmar LAKEL, PhD
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Atelier Canopé 37 - Tours
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilfrizzole
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfAtelier Canopé 37 - Tours
 
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...Unidad de Espiritualidad Eudista
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film françaisTxaruka
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxJCAC
 
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Majida Antonios, M.Ed.
 

Dernier (13)

Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdfBibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
Bibdoc 2024 - Sobriete numerique en bibliotheque et centre de documentation.pdf
 
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
Newsletter SPW Agriculture en province du Luxembourg du 10-04-24
 
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
Bulletin des bibliotheques Burkina Faso mars 2024
 
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienneChana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
Chana Orloff.pptx Sculptrice franco-ukranienne
 
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdfLa Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
La Base unique départementale - Quel bilan, au bout de 5 ans .pdf
 
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècleAux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
Aux origines de la sociologie : du XIXème au début XX ème siècle
 
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
Bibdoc 2024 - L’Éducation aux Médias et à l’Information face à l’intelligence...
 
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avrilCalendrier de la semaine du 8 au 12 avril
Calendrier de la semaine du 8 au 12 avril
 
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdfBibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
Bibdoc 2024 - Les intelligences artificielles en bibliotheque.pdf
 
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
L'Unité de Spiritualité Eudiste se joint à toute l'Église Universelle et en p...
 
Pas de vagues. pptx Film français
Pas de vagues.  pptx   Film     françaisPas de vagues.  pptx   Film     français
Pas de vagues. pptx Film français
 
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptxPrésentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
Présentation - Initiatives - CECOSDA - OIF - Fact Checking.pptx
 
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
Copilot your everyday AI companion- OFFICE 365-
 

bac 2022 correction HGGSP Jour 2

  • 1. BAC GÉNÉRAL 2022 Épreuve de la spécialité HGGSP Jeudi 12 mai Sujet de dissertation 1 Les espaces maritimes, objets de rivalités et de coopérations. Introduction • Présentation générale du sujet et enjeux : Les espaces maritimes jouent un rôle décisif à toutes les échelles et dans tous les domaines (économique, militaire, environnemental…). À cetitre, ils sont en proie àl’appétit des différents acteurs (États, FTN…). S’ils sont au cœur des rivalités, ils sont aussi sujets à des coopérations. • Contexte : Il est possible de prendre pour approche chronologique le XXe et le XXIe siècle. Spatialement, c’est l’échelle mondiale qu’il faut interroger tout en sachant, dans le développement, illustrer l’argumentation par des exemples locaux et régionaux. • Définitions : Les espaces maritimes sont constitués par les mers et océans. Ils représentent 71 % de la surface du globe pour un volume de 13 332 milliards de km3 . • Problématique : En quoi les multiples enjeux relatifs aux espaces maritimes sont à la fois sources de rivalités et de coopérations ? I – Les espaces maritimes au cœur des enjeux du monde contemporain 1) Mers et océans : les enjeux économiques • Les espaces maritimes constituent une réserve verticale de ressources naturelles que les hommes exploitent, formant l’économie bleue : ressources halieutiques, nodules polymétalliques, hydrocarbures…. • Les espaces maritimes constituent horizontalement un espace au cœur de la mondialisation : en surface, pour les routes de la mondialisation et dans les fonds océaniques, pour les câbles sous-marins. 2) Mers et océans : les enjeux scientifiques
  • 2. • Les espaces maritimes constituent une « nouvelle frontière » de découvertes (cartographie, océanographie, biodiversité à découvrir…). • Les espaces maritimes constituent à la fois un espoir et une crainte dans le cadre du changement climatique (rôle des courants marins, rôle de régulateur thermique…). 3) Mers et océans : les enjeux politiques • Les espaces maritimes constituent un espace de manifestation de la puissance pour les États : force de projection, démonstration de force, dissimulation de la puissance nucléaire via les sous-marins…) • Les espaces maritimes constituent, pour les États, des facteurs de puissance : superficie de la ZEE, potentiel de ressources à exploiter, contrôle des routes, sécurisation des approvisionnements… II – Les espaces maritimes au centre de rivalités 1) Mers et océans au cœur de la puissance • Concept de sea power/thalassocratie : puissance par la domination maritime. • La puissance maritime se mesure par des critères quantitatifs (et qualitatifs) : nombres de porte-avions, nombre de sous-marins, superficie de la ZEE, nombres de bases à l’étranger… • Exemples : puissance navale des États-Unis (1ère force navale avec environ 1 000 navires militaires dont une dizaine de porte-avions), puissance navale de la France (1 porte-avion, des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins, une base à Djibouti…) … 2) Une tension croissante au cœur des mers et océans génératrice de rivalités • Montée des tensions entre pays : l’affirmation d’un pays sur un espace maritime (revendication, prise de possession…) entraîne des rivalités. • Exemples : affirmation de la puissance chinoise en mer de Chine méridionale (stratégie en neuf traits, conflits pour les archipels…), poids de la piraterie dans certaines zones (détroit de Malacca, détroit de Bab-el Mandeb…), stratégie du « pivot vers l’Asie » consistant pour les États-Unis en un redéploiement des forces militaires vers le Pacifique pour faire face à la Chine, incidents entre gardes côtes japonais et chinois… 3) Une militarisation croissante des espaces maritimes • Face aux nombreux enjeux et aux rivalités, les États se dotent de moyens militaires (navires, constructions de bases…).
  • 3. • Exemples : premier SNLE indien en 2009, la stratégie du collier de perles chinois avec la construction de bases navales sur des petits îlots, inauguration d’un 2e porte avion chinois en 2019, vente de sous-marins par la France (contrat récupéré par les États-Unis) à l’Australie… III – Les espaces maritimes au centre de coopérations 1) Coopérer pour exploiter et réguler • La coopération vise à s’entendre sur l’exploitation et le partage des ressources issues des espaces maritimes. La coopération vise à réguler les activités des espaces maritimes (sécuriser les routes maritimes…). • Exemples : Création de l’Autorité internationale des fonds marins (AIFM) qui est un organisme dépendant de l’ONU en charge de distribuer les permis d’exploitation des fonds marins), rôle du Tribunal international de droit de la mer (TIDM) en tant que juridiction internationale dépendante de l’ONU pour régler les litiges nés du découpage des espaces maritimes. 2) Coopérer pour éviter les conflits • La coopération vise à éviter qu’un litige né des espaces maritimes ne conduise à un conflit entre pays ou elle vise à régler des situations problématiques (piraterie...). L’existence de règles communes entre pays ou à l’échelle internationale a pour objectif de pacifier les tensions entre acteurs. C’est la question centrale du droit de la mer. • Exemples : La Convention de Montego Bay de 1982 découpant les espaces maritimes fixe les droits des États propriétaires de ZEE en fonction de la distance du littoral, la mission EU- Navfor Atalante de l’UE pour la lutte contre la piraterie au large de la Somalie, le protocole ReCAAP entre pays de l’ASEAN pour lutter contre la piraterie en Asie… 3) Coopérer pour préserver • La coopération vise à préserver les ressources des espaces maritimes face aux problématiques de surpêche, de dégradation des mers, de l’urgence climatique, de protection de la biodiversité… Il existe des solutions mises en place à différentes échelles : quotas de pêche, contrôle des navires, zonage de parcs marins, organisation de conférence… • Exemples : Objectifs du développement durable numéro 14 surla conservation et l’exploitation durable des océans, Convention internationale contre la surpêche en 1995, création des parcs naturels marins (PNM) en France à partir de 2006, Conférence intergouvernementale sur la biodiversité marine (BBNJ), quotas de pêche fixés par l’Union-Européenne…
  • 4. Conclusion • Réponse à la problématique : Il y a de multiples enjeux relatifs aux espaces maritimes (économique, scientifique, de puissance…). Ces enjeux engendrent des tensions sources de rivalités (affirmation des États, volonté de territorialisation et de maitrises des mers et océans…). Ils engendrent aussi des coopérations aboutissant à une forme de gouvernance des espaces maritimes plus ou moins affirmée. Rivalités et coopérations témoignent ainsi des enjeux des espaces maritimes. • Ouverture facultative : sur l’espace extra-atmosphérique qui oscille, lui-aussi, entre coopérations et rivalités.
  • 5. Sujet de dissertation 2 Les nouvelles formes et logiques de la guerre au XXIe siècle Introduction • Présentation générale du sujet et enjeux : L’histoire montre qu’il y a une évolution des formes et logiques des guerres. Les guerres évoluent avec le contexte technique, politique, idéologique, économique… Plusieurs générations de guerre sont observables entre la période des guerres napoléoniennes aux batailles rangées et la période actuelle où l’on parle de guerre hybride. Les logiques et formes des guerres au XXIe siècle, en rupture avec les formes passées, sont au cœur du sujet car elles se renouvellent. Il s’agit de les décrire, de les expliquer, d’en montrer les enjeux. La conceptualisation de la guerre par Clausewitz au XIXe siècle a évolué ; il s’agit aussi d’interroger cette conception avec la réalité du XXIe siècle entre ruptures et permanences. Jusqu’à la moitié du XXe siècle, la guerre est surtout subordonnée au politique (l’État) alors que de nos jours la guerre transcende les États. • Contexte : Le sujet s’ancre dans la période contemporaine que l’on peut ici faire débuter en 2001, plus précisément du 11 Septembre 2001 (attentats aux États-Unis). • Définition : La guerre est un conflit armé opposant au moins deux groupes humains. Le conflit est inscrit dans une temporalité et un espace donné. Il engendre des dégâts (humains, matériels…). • Problématique : Dans quelle mesure les formes et logiques des guerres s’imposant au XXIe siècle remettent- elles en cause le modèle de Clausewitz ? I – Le renouvellement des formes et logiques des guerres 1) Avant 2001 : le triomphe des guerres interétatiques et régulières • Rappel bref du modèle de Clausewitz : L’existence de guerres interétatiques avec des armées régulières encadrées par les États et soumises à la politique. Une guerre est souvent dictée en fonction des enjeux pour l’État (gain de territoire, pertes…). La guerre est vue comme une simple continuation de la politique par d’autres moyens.
  • 6. • Rappel bref du basculement à la fin des années 1990 (fin de la Guerre froide) : Il y a un recul des guerres interétatiques (modèle de Clausewitz fragilisé) avec l’émergence de formes irrégulières de la guerre. 2) Depuis 2001 : la multiplication des guerres intraétatiques et irrégulières • Constat : Existence de guerres irrégulières, de guerres civiles, de guérilla… Cette forme est une remise en question de l’État. C’est une nouvelle forme de conflictualité se caractérisant par une guerre sans frontières et sans respect du « droit de guerre » (exécutions sommaires, non- respect du droit des prisonniers, attaques de civils…). • Exemples possibles : La guerre en Syrie à partir de 2011, la guerre au Congo-Brazzaville, la guerre civile au Darfour en 2003… 3) Une forme particulière de guerre irrégulière : le terrorisme • Constat : Existence d’un terrorisme mis en œuvre par des organisations non conventionnelles comme Al-Qaida, l’État islamique, les Talibans, Boko Haram… Le terrorisme peut se définir comme un acte dont les motivations sont de nature criminelle et se manifestent de manière violente en ciblant de façon indéterminée afin de créerun sentiment de peurchez les sociétés visées. L’enjeu est souvent transnational (une cause idéologique, inexistence de front…). L’idéologie supplante le politique. • Exemples : Attentats du 11 septembre 2001 avec l’invasion de l’Afghanistan, Attentat de Madrid en 2004, Attentats de Paris en 2015, Attentat de Londres en 2017… II – La mutation des acteurs des guerres 1) Le passage d’acteurs conventionnels à des acteurs non conventionnels • Avant : Un modèle de guerre avec des acteurs conventionnels (États ou coalition d’États). • Maintenant : Un maintien du modèle de guerre avec des acteurs conventionnels (États ou coalition d’États) mais avec l’arrivée d’acteurs non conventionnels (bande criminelle, rebelles…). Il y a une complexification des guerres avec ce mélange hybride de différents acteurs intervenant dans les guerres. • Exemples : la guerre en Syrie avec l’existence d’une guerre civile mêlée à des interventions de pays étrangers et de groupe terroriste. 2) Une multiplication des acteurs
  • 7. • Les acteurs sont très nombreux : les organisations internationales et intergouvernementales (ONU, OTAN…), les organisations non gouvernementales (Croix-Rouge…), les groupes terroristes, les organisations paramilitaires (mercenaires…), les FTN de l’armement… • Exemples : l’alliance de l’Otan, Al-Qaïda avec ses branches d’AQMI ou d’AQPA, le groupe mercenaire Wagner au Mali remplaçant les militaires français, la Société Militaire Privée (SMP) BlackWater aux États-Unis… 3) Les civils au cœur des guerres contemporaines • Les civils sont de plus en plus impliqués dans les guerres contemporaines, en tant que combattants, que victimes ou spectateurs des guerres (rôle des médias et réseaux sociaux). • Exemples : la guerre en Ukraine (victimes des frappes, enrôlement en milice, aide aux militaires, déplacés, réfugiés, images circulantes sur internet…). III – L’émergence de nouvelles formes et logiques des guerres 1) Des guerres d’un type nouveau • Les guerres contre le terrorisme : la montée du terrorisme international engendre des guerres dites « contre le terrorisme ». Exemple de l’invasion de l’Afghanistan en 2001 ou de l’opération française Barkhane au Sahel lancée en 2014. • Les guerres 2.0 ou « cyberguerres » : Les nouvelles technologies sont mises au service des armées. On constate le déploiement de drones ou la formation de militaires dédiés aux cyberguerres. Le vocabulaire est parlant avec une montée dans les médias de l’usage de « cyberterrorisme », de « cyberattaque », de « cyberdéfense ». • Exemple : Création en 2008 d’un centre de cyberdéfense de l’Otan à Tallinn en Estonie en réaction à des cyberattaques russes, cyberattaques russes en Ukraine en 2021-2022… 2) Malgré des mutations récentes, le maintien de permanence ? • Un rôle très présent des États et alliances. • Un maintient du poids du conventionnel : l’importance des armées, les budgets de la Défense nationale… • Le retour d’une « Guerre froide » : actualité du conflit Russie-Ukraine Conclusion
  • 8. • Réponse à la problématique : Les guerres qui s’imposent depuis les années 2000 remettent en question les modèles des théoriciens de la guerre. La guerre évolue et, avec elle, ses acteurs, ses formes, ses logiques, ses espaces, ses motivations… S’il y a de nombreuses mutations, il demeure cependant des permanences. • Ouverture facultative : Les moyens de faire la paix (rôle de l’ONU…).
  • 9. Étude critique de documents Usages et représentations de l’environnement. En analysant les documents, en les confrontant et en vous appuyant sur vos connaissances, montrez que la protection de l’environnement par la puissance publique est en relation avec les représentations que les sociétés se font de la « nature ». Introduction • Présentation générale des documents : Il y a deux documents qui incitent à entrevoir la représentation que les sociétés se font de la nature et le rôle des autorités publiques quant à la gestion de celle-ci. Il s’agit de montrer les liens entre ces deux volets. Le corpus documentaire invite à enrichir sa copie d’exemples pris sur l’ensemble des continents. - Document 1 : Textes d’une institution gouvernementale française (ministère de l’Agriculture) reflétant le rôle de la puissance publique en matière environnementale (ici s’agissant de la protection des espaces forestiers). - Document 2 : Capture d’écran de la page d’accueil du site internet de la National Park Foundation aux Etats-Unis. Il va s’agir de l’utiliser tant pour son image (une photographie témoignant d’une représentation d’une nature sauvage préservée) que pour le vocabulaire employé illustrant la représentation d’une nature mythifiée (« appel des merveilles », « une terre de géant » …). • Présentation générale du sujet : L’environnement est une notion complexe désignant l’ensemble des relations entre les sociétés et les milieux tant dans le temps que dans l’espace. Il s’agit d’une construction à la fois historique, sociale et politique. Si jusque dans les années 1970 sa conception repose principalement sur un rapport de domination des sociétés sur un milieu naturel, on considère de nos jours l’environnement comme un concept davantage complexe : il est envisagé comme un système d’interaction entre l’homme et les composantes naturelles. • Problématique : Comment a évolué la prise de conscience politique et sociale de cette notion de protection de l’environnement ? I – Préserver pour mieux exploiter 1) L’environnement, une ressource à exploiter économiquement • L’environnement est une richesse potentielle pour toutes sociétés. Le document 1 témoigne de cette nature à ponctionner et prélever avec « poursuite de coupe de bois », de « défrichement ». Le document évoque aussi que cette nature est source de richesses, de revenus avec la mention d’indemnisation des propriétaires qui perdraient les revenus de la forêt suite à son classement. L’usage de la forêt est ici vu dans une optique économique et de prédation des ressources. Le document 2 peut se rattacher implicitement à la nature sauvage,
  • 10. la « Wilderness » vue comme une terre d’abondance et de richesse à l’époque de la conquête du territoire étasunien. 2) L’environnement, un espace à préserver • L’environnement doit être préserver face aux différents risques (risque : danger potentiel pouvant affecter une société). Le document 1 évoque notamment que préserver devient un enjeu social. Cependant cet enjeu social doit être vue au travers d’un prisme anthropocentrique : l’homme commence à préserver l’espace naturel dans le but de se protéger lui. Le document 1 explique que le statut forestier permet de lutter contre les « risques naturels » tels que les « avalanches », les « glissements de terrain », « l’envahissement des eaux et des sables en zone côtières ». Le document rajoute la question de l’érosion des sols. Il ne s’agit pas ainsi de préserver la nature pour elle-même mais bien de la préserver en fonction des vulnérabilités sociétales. 3) L’environnement, un espace à sacraliser • Le document 2 témoigne de cette volonté de préservation afin de sanctuariser une « Wilderness » étasunienne. C’est dans cette optique que le parc national de Yosemite a été créé en 1890. Les Étatsuniens dominent la nature vue, par défaut, comme sauvage. Paradoxalement de nos jours cette préservation entraîne une augmentation de la fréquence des zones et aires protégées posant la question de leur durabilité face à la massification de tourisme. Le document 2 est explicitement tourné vers ce but récréatif avec l’expression « visiter le parc ». Le site internet invite à découvrir pour donner envie de s’y déplacer. II – Protéger durablement 1) Les objectifs • À partir des années 1970, les sociétés ont une approche par impacts, c’est-à-dire que l’on commence à comprendre que les milieux sont modifiés par l’activité humaine. Cela se retrouve dans le document 1 avec la référence à la loi de 1976 portant sur « la protection de la nature […] pour des raisons écologiques ». Il s’agit d’une véritable prise de conscience écologique manifestant bien le rapport entre représentation et puissance publique : l’État légifère suite à une prise de conscience environnementale. • La protection durable se poursuit avec l’interaction de plus en plus prégnanteentre les milieux et les sociétés en insistant sur cet aspect de durabilité. Le document 1 mentionne celle-ci avec « gestion durable de la forêt », de prise en compte « des enjeux à protéger ». • L’idée est de protéger l’équilibre naturel global et non plus seulement un milieu naturel fragile. Les sociétés civiles sont de plus en plus sensibles à ces questions environnementales. Le document 2 illustre cette dimension sensible via la photographie. 2) Les outils
  • 11. • La législation : l’environnement se voit protéger par les sociétés via la puissance publique adoptant une législation se densifiant au cours du temps. Le document 1 provient du ministère de l’Agriculture en évoquant « un statut », des « procédures », le « code forestier », un « classement », un « outil juridique »… • Les fonds : l’environnement se voit protéger par les sociétés par le biais d’un financement varié selon les pays. Le document 2 présente la question du financement public (parcs nationaux) mais aussi la question d’un financement privé (mécénat, « faire un don »…). Conclusion • Réponse à la problématique : La construction de la notion de l’environnement est lente et complexe. Les usages de la nature sont nombreux : exploitation, préservation, protection. Les puissances publiques ont des objectifs reflétant les représentations sociétales de l’environnement. Elles ont des moyens et outils pour parvenir à ces objectifs même s’il existe encore de nombreuses limites. • Ouverture facultative : Depuis les années 2000, la coévolution entre sociétés et milieux naturels se développe de plus en plus aboutissant à cette notion de développement durable où l’homme cohabite avec la « nature » (tourisme vert, écotourisme…). La durabilité devient elle-même questionnée.