Réserve naturelle Moëze-Oléron - Action anguille

125 vues

Publié le

L’homme aménage les fleuves, les rivières, draine les marais, utilise la ressource en eau. L’Anguille alors confrontée à de grands obstacles, disparaît de nos cours d’eau ; l’animal est en danger critique d’extinction. La réserve naturelle nationale de Moëze-Oléron, par sa
situation géographique, peut participer à l’effort collectif pour le sauvetage de l’anguille.

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
125
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
57
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Réserve naturelle Moëze-Oléron - Action anguille

  1. 1. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! Un animal migrateur se trouve obligé d’effectuer des déplacements saisonniers pour assurer sa survie (accès aux ressources alimentaires hors et pendant la reproduction). Le Centre-OuestAtlantique, à la faveur d’un climat tempéré, est le passage privilégié de nombreuses espèces migratrices, du Nord au Sud et d’Est en Ouest. La mer des Pertuis, les marais littoraux, croisement des eaux douces des fleuves Charente, Seudre et des eaux salées Atlantique sont d’une richesse biologique très importante, à l’égal des forêts tropicales en termes de biomasse*. La vie y foisonne, l’expression la plus visible étant la présence de dizaines de milliers d’oiseauxd’eauqu’ilssoientpélagiques*(Fou de Bassan, Macareux moine...) ou côtiers (goélands, limicoles* et anatidés). Pour préserver cette grande biodiversité et maintenir des conditions de vie favorable aux animaux et aux plantes, des espaces naturels sont préservés, véritables observatoires de la biodiversité, de la recherche scientifique, de la gestion des milieux naturels et de sensibilisation à la nature. *Biomasse : masse des êtres vivants. *Limicoles : petits échassiers qui fréquentent les zones humides, y compris le bord de mer. *Pélagique : qui vit en pleine mer. The Pertuis sea, bathed by the freshwater rivers Charente and Seudre and the salt water of the ocean has a very important biological richness, the equal of tropical forests. Life abounds in the coastal freshwater and salt marshes. The presence of tens of thousands of wintering waterbirds is the most visible expression of this life. The European eel ( Anguilla Anguilla ) needs to live at sea and in rivers. This is a very large migratory (6.000 km one way). Traquet motteux Oenanthe oenanthe Bernache cravant Branta bernicla Anguille d’Europe Anguilla anguilla Torthue luth Dermochelys coriacea Vulcain Vanessa atalanta Barge rousse Limosa lapponica Océan Atlantique Néarctique Paléarctique Pipistrelle de Nathusius Pipistrellus nathusi du lieu de naissance vers Vendée Luçon La Rochelleîle de Ré île d’Oléron Rochefort Royan Charente-Maritime Gironde Lilleau des Niges Casse de la Belle Henriette Baie de l’Aiguillon LaVacherie Marais d’Yves Moëze-Oléron La Massonne Réserves naturelles Parc naturel Marin Pertuis d’Antioche Pertuis de Maumusson Embouchure de la Gironde Golfe de Gascogne Pertuis Breton Marais de Brouage Marais de Rochefort Marais Poitevin Marais de la Seudre La Seudre N S E O LaC harente Station de lagunage Station de lagunage, unique en Europe Pertuis et marais littoraux Charentais, un comptoir pour les grands migrateurs La migration de l’anguille au stade larvaire est un trajet aller de près 6 000 kilomètres entre la mer des Sargasses et les estuaires charentais, la distance retour généralement supérieure est menée à l’âge adulte, une dizaine d’années plus tard. 1 Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet
  2. 2. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! De la mer à la terre, Tel un fil d’Ariane, les fleuves sont des connexions naturelles entre les terres et l’océan. Véritables voies de communication, lieu de résidence ou de halte ils offrent des conditions nécessaires à la croissance de nombreux animaux. Alimentés par leurs affluents, les rivières, les ruisseaux,lesmarais...ilsformentunensemble géographique de l’amont vers l’aval nommé le bassin versant. Soumise à la gravité, chaque goutte d’eau s’écoule alors vers une même grande direction pour atteindre un but commun  : une mer ou un océan ! Un parcours pour grand sportif ! L’homme aménage les fleuves, les rivières, draine les marais, utilise la ressource en eau. L’Anguille alors confrontée à de grands obstacles, disparaît de nos cours d’eau ; l’animal est en danger critique d’extinction. La réserve naturelle nationale de Moëze-Oléron, par sa situation géographique, peut participer à l’effort collectif pour le sauvetage de l’anguille (plan Européen d’actions coordonné en France par l’ONEMA* et localement par des comités de gestion des poissons migrateurs*). *poldérisation (salicole, agricole et conchylicole) : conquête de terre sur la mer ou les zones humides par endiguement, assèchement et remblaiement. *ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques) : établissement public national, assure la connaissance et la surveillance de l’état des eaux et sur le fonctionnement écologique des milieux aquatiques. *Comité de gestion, la « Cellule migrateurs Charente Seudre » : créée en 2007, regroupement d’acteurs (État, associations d’usagers et de protection de l’environnement, pêcheurs professionnels) pour une action collective en faveur des poissons migrateurs sur l’entité hydrographique Charente et Seudre. On the River Charente, eel population has declined by 30  % between 1993 and 2007. The species is endangered. Can we reverse this trend? Les fleuves Charente (360 km de linéaire   - 10  000  km2 de bassin versant) et Seudre (64 km de linéaire - 750 km2 de bassin versant) sont artificiellement reliés par le canal Charente-Seudre. La fonction de ce dernier est d’alimenter en eau douce le « Marais de Brouage », ancien golfe de Saintonge ayant connu un envasement naturel (sédimentation et apport d’alluvions) et une succession de poldérisation* depuis le Moyen Âge. Ale, anguille vivant dans un puits depuis 1859 en Suède serait morte à l’âge de 155 ans ! 2 Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet Charente et Seudre, deux fleuves au service de l’Anguille 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0 Années Abondancesrelativesd’anguilles Évolution des abondances relatives d’anguilles (toutes tailles confondues) de 1993 à 2007 sur le bassin de la Charente (source Cellule Migrateurs Charente-Seudre) « Sur le Fleuve Charente, la population d’anguille a diminué de 30 % entre 1993 et 2007. Peut-on inverser cette tendance ? » La réserve (ici à marée basse) est un passage obligé entre terre et mer. Le fossé, une connexion indispensable.
  3. 3. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! L’anguille fascine ! Elle naît dans l’eau salée, grandit jusqu’à "l’adolescence" en eau douce à saumâtre, et adulte repart en mer s’y reproduire et mourir. La mer des Sargasses a une position centrale et permet à l’anguille de coloniser le continent américain (Anguilla rostrata) et européen (Anguilla anguilla) à partir d’un même foyer de population. Des chercheurs ont prouvé qu’il n’y avait aucune différence génétique entre les leptocéphales (larves) capturés en mer des Sargasses et les anguilles de tout stade (civelle, jaune, argentée)prélevéesenEuropeetAfriqueduNord.Cependant l’analyse des otolithes* révèle des signatures chimiques (qui attestent des lieux parcourus) différentes entre les leptocéphales et les civelles capturés en Europe. Cela laisse supposer qu’un autre lieu de ponte existe, et possiblement proche du courant marin des Açores. 3 Il y a anguille sous roche, n'est-ce pas ? Schéma de croissance et migration des anguilles : l’anguille change de nom à chaque grande étape de sa vie, leptocéphale(larve),puiscivelle(oupibale),puisanguillejaune,puisanguilleargentée(maturitéultime,âgedelareproduction). Mer des Sargasses 2. larve 3. civelle transparente 5. anguille jaune 6. anguille argentée 7. reproduction des adultes 4. civelle 1. œufs Montaison (ou avalaison) : migration de la mer au fleuve. Dévalaison : migration du fleuve vers la mer. Embonpoint : phase de croissance et d’engraissement. 10 jours 200 jours 40 à 110 jours (métamorphose) Civelle (de 6 mois) qui arrive sur le continent Anguille à 1 an Anguille à 2 ans 60 à 70 mm 90 à 180 mm 120 à 300 mm Le lieu de ponte supposé est la mer des Sargasses, mer à trois spécificités  : ●présencedetrèsgrandsfonds(enmoyenne-4 000m,fossesmarinesà-7 000 m), ● un magnétisme très fort, l’océan y est calme (Triangle des Bermudes), ● à la jonction de différents courants marins dont le Gulf Stream qui longe la côte Atlantique du sud vers le nord. TheSargassoSeahasacentrallocationintheAtlanticoceanandallowsthespecies,fromthissinglespawning site, to colonize NorthAmerica (Anguilla rostrata) and Europe (Anguilla anguilla). Mer des Sargasses Océan Pacifique Océan Pacifique Océan Atlantique Océan Indien Gulf stream Dérive Nord-Atlantique Courants chauds Courants froids Courant des Açores Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet * Au-delà de 2 ans, seule l’analyse des otolithes permet de déterminer l’âge, car ces os de l’oreille interne ont une croissance continue. Une anguille qui mesure 50 cm peut avoir entre 4 et 35 ans !
  4. 4. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! Anguille d’Europe, Anguilla anguilla ● Poisson amphihalin, donc qui vit en mer et dans les eaux continentales. ● Plutôt solitaire, carnivore et charognard. ●Coloniselebassinversantenfonctiondelaqualitédel’habitat. ● Ne supporte pas la présence de ses congénères en grand nombre, et donc pour « fuir » cette concentration de population se dirige vers l’amont des cours d’eau jusqu’à des altitudes maximales de 1 000 m. ● Sa capacité de reproduction est liée à la taille des individus : les anguilles mâles doivent atteindre la taille minimale de 30 cm (à l’âge moyen de 6 ans), les femelles 45 cm (à l’âge moyen de 9 ans). The eel migration strategy is based on different characteristics: ● the fish colonize the watershed depending on habitat quality and population density: if the number of individuals increases, competition for food is increasing and then the individuals size decreases ● reproductive capacity is related to the size of individuals: male eels must meet the minimum size of 30 cm (with the average age of 6 years), 45 cm for females (average age of 9 years). 4 L’anguille, un élément de la biodiversité À FLEUR DE PEAU • Sa peau est enduite de mucus, ce qui lui permet de glisser sur le sol, hors de l’eau comme un serpent même sur des dizaines de mètres ! • Sa peau capte l’oxygène de l’air et lui permet de respirer à l’air libre. • Ses écailles sont petites et très incrustées. L’ŒIL • Son iris est très développé et donc très sensible à la lumière. • Le jour : l’anguille se déplace en profondeur ou se cache dans les berges. • La nuit : l’anguille se rapproche de la surface. L’ODORAT • L’anguille est très sensible aux odeurs ; la qualité olfactive d’un fleuve fait sa colonisation ! 2 GRANDES MÉTAMORPHOSES ANATOMIE DE L’ANGUILLE • du leptocéphale à la civelle. • de l’anguille jaune à l’anguille argentée. au cours d’une vie, 8 ans en moyenne À FLEUR DE PEAU • Sa peau est enduite de mucus, ce qui lui permet de glisser sur le sol, hors de l’eau comme un serpent même sur des dizaines de mètres ! • Sa peau capte l’oxygène de l’air et lui permet de respirer à l’air libre. • Ses écailles sont petites et très incrustées. L’ŒIL • Son iris est très développé et donc très sensible à la lumière. • Le jour : l’anguille se déplace en profondeur ou se cache dans les berges. • La nuit : l’anguille se rapproche de la surface. L’ODORAT • L’anguille est très sensible aux odeurs ; la qualité olfactive d’un fleuve fait sa colonisation ! 2 GRANDES MÉTAMORPHOSES ANATOMIE DE L’ANGUILLE • du leptocéphale à la civelle. • de l’anguille jaune à l’anguille argentée. au cours d’une vie, 8 ans en moyenne L’anguille est une espèce dont on sait avec certitude qu’elle peuplait le Liban et le sud de la France voici 100 millions d’années ! L’Homme / Human Loutre d’Europe / European Otter Cigogne blanche / White stork Spatule blanche / Eurasian Spoonbill Épinoche à trois épines / Stickleback Plantes aquatiques / Aquatic plants Anguille d’Europe / Eel Reste d’animaux et de plantes / Carcass and dead plants Bactéries, champigons / Bacteria, mushrooms Plancton / Plankton Sarcelle d’hiver / Common teal Invertébrés aquatiques / Aquatics invertebrates Poisson herbivore / Herbivorous fish Poisson carnivore / Omnivorous fish Crevette / Shrimp 1 1 2 2 3 3 4 4 5 5 6 6 7 7 8 8 9 9 10 10 11 11 12 12 13 13 14 14 15 15 Est mangé par / Eaten by Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet Les relations alimentaires dans un marais du Centre-Ouest Atlantique
  5. 5. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! 5 Jadis commune, elle pourrait disparaître La différenciation sexuelle de l’anguille est liée aux caractéristiques environnementales et à la densité de population. Donc la structure du bassin versant (aménagé ou pas), la qualité des eaux (ressources alimentaires, biodiversité, zéro toxines) peut influer sur le potentiel reproducteur par un déséquilibre du sexe- ratio (% de mâles et de femelles dans une même population). En milieu contraignant (pollution, habitat dégradé...), la production de petites anguilles sera plus importante, la migration vers la mer plus précoce, ce qui favorise les anguilles mâles pour la reproduction, donc moins d’œufsproduits(carmoinsdefemellesreproductrices). Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet Les anguilles subissent de multiples pressions, en voici des exemples : Disparition des zones humides, 67 % ont disparu depuis le début du XXe siècle et pollutions. La surpêche et le braconnage des civelles. Parasitisme par un ver nématode Au cours du XXe siècle, 25 000 barrages ont été créés dans le monde, et sur les fleuves Charente et Seudre, plus de 1 500 ouvrages. Desnuagesnoirs dans les eaux de l’anguille L’état de la population d’anguille, poisson performant parcourant 6 000 km en mer, peut être impacté par le changement climatique global   ; une modification du tracé des courants océaniques (Gulf Stream) et l’évolution des pressions atmosphériquesnesontpasà exclure.Danscecontexte,une surmortalité de leptocéphale est probable. The eel population can be impacted by the climate change throughthechangesintheocean current routes (Gulf stream) and the atmosphere pressures deriving from those changes. In this context, a leptocephali (larval eels) excess mortality is expected. 1 % de survie 10 à 50 % de survie 80 à 90 % de survie 20 à 50 % de survie Anguillettes de 1 an Anguilles de 2 ans Anguilles + de 2 ans Anguilles + de 2 ans ENVIRONNEMENT FAVORABLE ENVIRONNEMENT NON FAVORABLE Civelles de 6 mois (arrivée sur le continent) Antérieurement au statut de « caviar des mers  », les pibales, jusque dans les années 1970, étaient plutôt un « plat de pauvre », même les animaux de basse- cour en mangeaient ! La survie de l'anguille en fonction de son environnement SURPÊCHE PERTE D'HABITAT PARASITE BARRAGE ©EricBUARD–CREAA/CelluleMigrateurs ©EricBUARD–CREAA/CelluleMigrateurs
  6. 6. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! 6 Au chevet de l’anguille, la recherche Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet L’expérience de la réserve naturelle nationale de Moëze-Oléron sur les populations de poissons Au cœur des 320 hectares de marais poldérisés, connectés à l’espace marin et au marais de Brouage, la réserve constitue un lieu privilégié d’étude de l’anguille. Les espèces de poissons capturées et relâchées sont identifiées, mesurées, pesées. Entre 2005 et 2013, le peuplement piscicole a subi de profondes modifications. Outre le nombre de captures qui subit une forte diminution(-61%avecunesurmortalitéliéeàlasubmersionmarine dite Xynthia de 2010), le fait le plus notable est que seuls des anguilles de grandes tailles sont capturées, ce qui laisse supposer que le recrutement (entrée de juvéniles sur le site) fait défaut. Dans le même temps, les secteurs en déficit d’Anguille (-40% en septans)permettentunaccroissementdelapopulationd’Epinoche à 3 épines (proie). Between 2005 and 2013, the fish populations of the reserve have been through profound changes. The number of fish catching has been dramatically decreasing (-61%, with an excess mortality due to Xynthia flooding in 2010). The most notable fact is the size of the individuals. Only adult-sized fish were captured in 2013 while in 2005, within species size variations were observed, which might suggest a lack of recruitment (new fish arriving in the reserve). Anguille européenne Gobie tacheté Carpe commune Carassin argenté Épinoche à trois épines Part de poissons capturés pour 5 espèces 2005 Anguille européenne Gobie tacheté Carassin argenté Épinoche à trois épines Carpe commune Part de poissons capturés pour 5 espèces 2013 Anguille européenne Gobie tacheté Carpe commune Carassin argenté Épinoche à trois épines Part de poissons capturés pour 5 espèces 2005 Anguille européenne Gobie tacheté Carassin argenté Épinoche à trois épines Carpe commune Part de poissons capturés pour 5 espèces 2013 Anguille européenne Gobie tacheté Carpe commune Carassin argenté Épinoche à trois épines Part de poissons capturés pour 5 espèces 2005 Anguille européenne Gobie tacheté Carassin argenté Épinoche à trois épines Carpe commune Part de poissons capturés pour 5 espèces 2013 Un des objectifs du plan national de gestion de l’anguille, coordonné par l’ONEMA (Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques), est de limiter les obstacles à la migration des poissons. Anguille Dorade royale Épinoche à 3 points Anguille ↓ 61 %
  7. 7. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! 7 De l’eau pour les oiseaux... puis pour l’anguille Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet Inthe1990s,thereservemanagement was focused on shrimp production to favor the Eurasian spoonbill. In 2006 design and installation of hydraulic workto"openskies"forthepassageof aquatic species across a broad front, limiting predation on the downstream. 1,40 m, c’est la taille de la plus grande anguille d’Europe connue A la création de la réserve, en 1985, la gestion hydraulique était surtout ciblée sur les populations d’oiseaux. Depuis, l’ensemble des espèces est étudié, notamment celles des milieux aquatiques doux à salés. FosséPlan d’eau Niveau d’eau < Passage de l’eau souterrain Bilan : transits limités des invertébrés, alevins et poissons. Ancien ouvrage : PVC 300 mm avec coude + réhausse modulable de contrôle des hauteurs d’eau Ancien ouvrage Niveau d’eau > FosséPlan d’eau Passage de l’eau à ciel ouvert Double clanches Bouchon d’argile Bilan : transits facilités des invertébrés, alevins et poissons. Nouvel ouvrage : batardeau béton à double clanches modulables pour le contrôle des hauteurs d’eau et la gestion des entrées / sorties Nouvel ouvrage Marais géré Principe de « passe à poissons » Ouvrage PVC avec surverse et clapet entrant Entrée d’eau Niveau d’eau Talus Marais géré Ouvrage PVC avec surverse inclinée équipée d’une échelle de reptation et clapet entrant Montée des alevins L’Anguille d’Europe, un indicateur des flux halieutiques. 0 100 200 300 400 500 600 700 800 30 25 20 15 10 5 0 Classes de tailles (mm) 2005 n= 219 ind. 2012 n= 138 ind. 2013 n= 78 ind. 2005 n= 252 ind. 2012 n= 122 ind. 2013 n= 148 ind. Pourcentaged’individus Réseau doux 35 30 25 20 15 10 5 0 0 100 200 300 400 500 600 700 800 Réseau salé L’analyse de la population d’Anguille d’Europe sur la réserve montre : ● un peuplement d’anguille qui tend vers des critères de taille supérieure à 35 cm (seuilàpartirduquell’anguille se sexualise), peu de jeunes anguilles ● la quantité d’anguilles en milieu salé est plus importantequ’enmilieudoux 1985 : ouvrage hydraulique permettant le passage d’invertébrés, restant peu passant 2006 : ouvrage hydraulique permettant le passage des crevettes et des anguilles par la pose d’échelle de reptation, mais en faible quantité 2006 Ouvrage hydraulique à « ciel ouvert » permettant le passage des espèces aquatiques sur un front large, limitant la prédation en aval de l’ouvrage, mais pas à l’épreuve des ragondins ! 1992 : ouvrage hydraulique permettant le passage des crevettes mais pas des anguilles 0 20 40 60 80 100 120 140 160 180 2005 2012 2013 Biomasse d'Anguille d'Europe Masse (Kg) capturée et relâchée
  8. 8. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! 8 Des travaux au fil de l’eau Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet « Fosses à poissons » fonds de lagune Certains bassins à caractère lagunaire connaissent une homogénéisation de leur profil de fonds (absence de « bas fonds » s’asséchant plus tard ou pas en fin d’été). La platitude de ces fonds de bassins induit une forte mortalité des anguilles en été, soit par asphyxie ou par prédation. L’objectif de cette opération est de reprofiler 5 hectares d’anciennes fosses. Theprojectistorestoretheeelfavorablenaturalhabitatin the European Central-West Atlantic coastal marshes by the repair of "passages" culverts and the ditch cleaning. Curage de fossés dit « vieux-fonds / vieux-bords » : profiler les berges sur deux niveaux pour favoriser la croissance d’une flore rivulaire (roselière, jonchaie, scirpaie). Regroupement d’unités hydrauliques pour limiter les ouvrages, et développement d’alternance de haut-fonds/ bas-fonds pour assurer les besoins vitaux des espèces aquatiques en période d’étiage. Écrêtage de 50 mètres linéaires d’une digue de casier (lagune pluviale sud) pour permettre la reptation de l’anguille entre le fossé salé de ceinture du casier et le casier lui-même et favoriser ainsi la dévalaison (vers la mer) et l’avalaison (vers la terre). N S E O 500 m ouvrage à supprimer pas non busé (indispensable au passage du bétail) passe à poissons pas busé en réfection écluse à crémaillère à remplacer connexion mer/terre Fossé dans son état ancien Fossé dans son état actuel Fossé aprés curage N S E O 500 m dérase en pente douce (50 mètres linéaires) sens de transit des anguilles fossés ou chenal maritime Curagedefossésetmaintiend'unecirculation de l’eau en limitant l’accumulation des vases, et l’assec estival majeur, assurer une continuité hydraulique. Changement des busages au profit de diamètres supérieurs sur les pas d’accès du bétail impossibles à supprimer, car indispensables aux entrées et sorties des pâtures. Suppressiond’ouvrages hydrauliques et réduction du nombre de casiers (mais pas de la surface en eau) pour faciliter la circulation de l’eau. La réserve, partie continentale, 220 hectares de marais poldérisés
  9. 9. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! 9 Passera ? Ne passera pas ? Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet De la science à la technique, réalisation d’ouvrages hydrauliques de nouvelles générations. Une réalisation originale pour permettre un flux maîtrisé et saisonnier (avalaison-dévalaison) entre eaux douces, saumâtres et salées. Aprés Peut mieux faire Des efforts sont à poursuivre notamment sur une connexion terre/mer au sud de la réserve. L’écluse syndicale, porte entre la mer et le marais, est tributaire de l’activité agricole et n’a pas d’équipements spécifiques pour les poissons migrateurs (échelle). La montée des eaux accélérée par le changement climatique du début du XXIe siècle érode les digues ; c’est alors que des passages naturels entre les maraislittorauxetlamersecréent. Si la dynamique naturelle peut s’exprimer, l’anguille ne pourra qu’en profiter ! Occasional catches have shown that eels go right through these works, elver, yellow and silver eel. The fish monitoring will confirm the efficiency of these water facilities. À l'avenir, mesurer les impacts des travaux Des captures tests ont permis de montrer que les anguilles passent bien par ces ouvrages, civelles, anguillette (<12cm) et anguille jaune. Le protocole de suivi de poissons, prévu dans le plan de gestion 2017/2026, permettra de mesurer l’efficacité de ces aménagements hydrauliques. Avant Passage à ciel-ouvert, favorable au passage des poissons migrateurs Prolongement des ailes de l’ouvrage par des pieux et pose d’un géotextile pour lutter contre les galeries de ragondin Système de batardeau, clenches en résine superposables pour gérer les flux et niveaux d’eau Ouvrage en résine, de bonne résistance Ces ouvrages sont recyclables, ils pourront être déplacés sur des marais du Conservatoire du littoral situés en amont si les polders actuels étaient repris par la mer (changement climatique et montée des niveaux d’eau des océans).
  10. 10. TERRE ET MER DE MIGRATEURS Action Anguille ! 10 Ce qui est bon pour l’anguille l’est aussi pour... Service Éditions LPO © 2016 - n°ED1607004FR - Conception : RNN de Moëze-Oléron, Illustrations : Cécile Rousse, Emilie Bergue, Célia Viaud, Delphine Roquet, Thomas Hérault - Maquette : Fabien Ratelet What is good for eel is also for the living beings network, all interdependent within food chains. La Loutre d’Europe, Lutra lutra Mammifère d’eau douce, vit dans les marais et les cours d’eau.Piscivoreavéré,elleadopteuneactiviténocturne. L’anguille, quand elle abondait, était son mets principal. Le fleuve Charente représente pour cette espèce la connexion entre les populations de la façade Atlantique (Bretagne à Gironde) et celles du massif Central. Son espérance de vie en milieu naturel est de 3 à 5 ans. Espèce protégée. Le Héron pourpré, Ardea purpurea Grandéchassier,assezdiscret,vitdansleszoneshumides, aimeêtrecamouflédanslavégétation.Senourritd’insectes, de poissons, amphibiens, reptiles. Les roselières, prairies, scirpaies lui sont profitables pour la pêche. En Charente- Maritime la population nicheuse (en roselière ou dans les arbres) est très importante importante (15 % de l’effectif national de couples nicheurs) au regard des colonies françaises (25 départements). Passe l’hiver en Afrique Sahélienne. Espèce protégée. Une flore rivulaire et amphibie diversifiée En améliorant la circulation de l’eau, les échanges en oxygène entre l’air et l’eau augmentent  ; les cortèges floristiques, des rives aux fonds des fossés, passant par les végétaux flottants vont se développer et limiter la turbidité des eaux. L’ensemble des êtres vivants, interdépendants au sein des chaînes alimentaires en bénéficiera. Le Campagnol amphibie, Arvicola sapidus Mammifère, vit dans les milieux aquatiques continentaux et saumâtres. Sa population est en déclin en France, alors qu’elle représente 40 % de la population mondiale. Pratique l’apnée, et la nage de surface. Actif de jour comme de nuit, apprécie la végétation pour s’y dissimuler, son espérance de vie est de 2 à 4 ans. Le maintien des fossés végétalisés lui est favorable, ainsi que la fonction corridor du fossé. Espèce protégée. La Couleuvre vipérine, Natrix maura Reptile, vit principalement dans les cours d’eau. Animal à sang froid, la couleuvre recherche la chaleur pour monter la température de son corps et lui permettre de se mouvoir (chasse, reproduction). Sa pupille est ronde, ce qui la différencie de la vipère qui a la pupille verticale. Se nourrit principalement de poissons et d’amphibiens. Très sensible à la pollution et à la qualité des habitats des zones humides. Espèce protégée. L’anguille est une espèce parapluie, c’est-à-dire que la protection de celle-ci participe à la préservation de nombreuses autres espèces

×