SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  12
Télécharger pour lire hors ligne
Où va l’industrie
américaine ?
Les Synthèses de La Fabrique
Numéro 11 - Janvier 2017
Donald Trump face à ses promesses
L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis a surpris la plupart
des observateurs. Ce résultat s’explique par une conjonction de facteurs,
parmi lesquels on retrouve la question du déclin industriel et ses effets sur
l’économie et la société américaines. Le vote des Swing States frappés par
la désindustrialisation tels que le Michigan, la Pennsylvanie ou l’Ohio a été
déterminant et Donald Trump n’a pas ménagé ses efforts pour séduire un
électorat sensible à sa rhétorique protectionniste, promettant le retour de
millions d’emplois industriels détruits. Sa prise de fonction le 20 janvier
2017 marque le point de départ d’un chantier colossal, d’autant que le rebond
industriel montre depuis plusieurs mois des signes d’essoufflement.
Thibaut Bidet-Mayer et Philippe Frocrain
Sommaire
3
6
8
Le déclin industriel des
Swing States au cœur de la
campagne
Où en est-on de la
renaissance annoncée du
manufacturing américain ?
Dans le détail : la situation
commerciale avec le Mexique
et la Chine
11
Vers une nouvelle
géographie industrielle
américaine
- 2 -
Les États-Unis connaissent depuis plusieurs décennies un recul du
secteur industriel au sein de leur économie, similaire à celui observé dans
de nombreux pays développés. L’industrie manufacturière ne représentait
plus que 12,2 % du PIB en 2015 et 8 millions d’emplois industriels
ont été détruits depuis la fin des années 1970. La sortie de crise
dynamique avait laissé espérer à certains une véritable « renaissance » du
manufacturing américain en 2010-2012, mais l’évolution récente vient
confirmer notre interprétation d’un rebond essentiellement conjoncturel.
Après avoir dépassé son niveau d’avant-crise fin 2014, la production
industrielle a en effet montré des signes de faiblesse en 2016 et près de
80 000 emplois manufacturiers ont été détruits en un an.
Les effets économiques et sociaux de la désindustrialisation sont,
depuis plusieurs années, au cœur des débats outre-Atlantique.
Le candidat républicain Donald Trump a su conquérir les États
anciennement industrialisés de la région des Grands Lacs lors de la
campagne présidentielle de 2016. Fortement dépendants de l’industrie
lourde et de l’industrie automobile, ces derniers subissent depuis trois
décennies les effets d’une compétition internationale féroce exercée
par les pays à bas coûts. L’entrée en vigueur en 1994 de l’accord de
libre-échange nord-américain (Alena) a conduit à un déplacement
d’une partie de l’industrie américaine au Mexique. Ensuite, la montée
en puissance de la Chine à partir des années 1990 s’est traduite par un
creusement du déficit commercial américain.
Les difficultés économiques de ces régions sont aussi le résultat d’une
modification de la géographie industrielle américaine, au profit des États
du Sud du pays affichant une législation du travail plus souple ainsi que
des niveaux de rémunération plus faibles. Ces derniers sont aussi les
destinations privilégiées des relocalisations.
Résumé
Les effets
économiques
et sociaux de la
désindustrialisation
sont, depuis
plusieurs années,
au cœur des débats
outre-Atlantique.
- 3 -
As Ohio goes, so goes the nation. La célèbre maxime selon laquelle
le candidat remportant cet État du Nord des États-Unis est assuré de
gagner l’élection s’est une nouvelle fois vérifiée en 2016. Le candidat
républicain – et désormais président – Donald Trump n’a pas ménagé
ses efforts pour conquérir ce Swing State1
si symbolique. À ses côtés,
la quasi-totalité des États composant la Rust Belt sont également passés
dans le camp républicain. C’est notamment le cas du Michigan et de
la Pennsylvanie, qui avaient pourtant systématiquement soutenu le
candidat démocrate depuis 1992 et la première élection de Bill Clinton.
Le déclin industriel des Swing States au cœur de la campagne
1 - Le terme de « Swing State » désigne les États où aucun des deux partis – démocrate et républicain – ne domine historiquement le vote
populaire. Pouvant basculer dans un camp ou dans l’autre suivant les élections, ils jouent donc un rôle important dans la désignation du
vainqueur. Les États traditionnellement les plus indécis sont la Floride, l’Iowa et l’Ohio.
- 4 -
Les résultats d’une élection dépendent bien évidemment de nombreux
facteurs, mais il est clair que le discours anti-mondialisation et pro-
Made in USA de M. Trump a trouvé un écho singulier dans ces
territoires frappés par la désindustrialisation. À son apogée dans
le milieu du XXe
siècle, la Manufacturing Belt a en effet subi de
plein fouet le recul de l’industrie américaine, les pertes d’emplois
et les fermetures d’usines, notamment du fait de la concurrence des
puissances industrielles étrangères, au point d’être rebaptisée la
« ceinture de la rouille » à partir des années 1980. Plus récemment, le
marasme des constructeurs automobiles, suite à la crise financière de
2008, a précipité ce mouvement.
Le retrait de l’industrie a particulièrement affecté les centres urbains
de la région. Certains ont su résister et se transformer, à l’image de
Pittsburgh2
, haut lieu de la sidérurgie reconverti dans les industries
médicales et technologiques et aujourd’hui l’une des villes les plus
agréables à vivre du pays selon divers classements3
. D’autres doivent
au contraire affronter un exode massif, un chômage et une pauvreté
extrêmes ainsi que des difficultés financières conduisant plusieurs
municipalités au bord de la faillite. C’est notamment le cas des villes
dont le destin est depuis plus d’un siècle lié à celui de l’industrie
automobile. Detroit en est l’exemple le plus flagrant : surnommée
« Motown »4
et longtemps considérée comme la capitale mondiale de
l’automobile, elle accuse aujourd’hui une dette de près de 20 milliards
de dollars qui l’a contrainte à être mise sous tutelle de l’État fédéral à
partir de 2013.
2 - La Pennsylvanie a perdu 400 000 emplois industriels – soit 40 % – entre 1990 et 2016.
3 - Voir par exemple : « America’s Most Livable Cities » (Forbes).
4 - Contraction de motor et town, et qui peut donc se traduire par « la ville du moteur ».
Le retrait de
l’industrie a
particulièrement
affecté les centres
urbains de la région.
- 5 -
5 - Le groupe General Motors (GM) y a été fondé en 1908 avant de s’installer à Detroit à partir de 1923.
6 - Le Monde, 2016, « Empêtré dans le scandale de l’eau empoisonnée, le gouverneur du Michigan tente de sauver la face », disponible sur :
www.lemonde.fr/planete/article/2016/01/22/empetre-dans-le-scandale-sanitaire-de-flint-le-gouverneur-du-michigan-tente-de-sauver-la-
face_4852124_3244.html [consulté le 04/12/2017]
Les petites villes ne sont pas épargnées, à l’image de Flint
(100 000 habitants) qui fut tour à tour le symbole de l’émergence5
et
de la grandeur de l’automobile américaine, des luttes sociales ayant
conduit à imposer la représentation des salariés au sein des entreprises
du secteur… et plus récemment des dégâts de la désindustrialisation.
Depuis de nombreuses années en effet, elle doit faire face à des
fermetures d’usines en série : GM Flint North Components en 2010,
GM Grand Blanc et Delphi (sous-traitant détenu par GM) en 2013
pour ne citer que les plus récentes. Devenue tristement célèbre pour
son niveau de pauvreté et son taux de criminalité parmi les plus élevés
du pays, la ville se vide progressivement de ses habitants et s’enfonce
dans une crise dont le dernier épisode est un scandale sanitaire
résultant de la politique d’économies du gouverneur du Michigan en
charge de sa gestion6
.
Donald Trump a axé une grande partie de son discours autour de la
question industrielle, érigeant ces régions sinistrées en emblèmes
d’une industrie américaine à la peine pour trouver sa place dans
la compétition mondiale. Le candidat républicain y a multiplié les
déplacements à la fin de sa campagne, promettant de ramener les
emplois industriels dans ces régions. La veille de son élection, il
tenait d’ailleurs son dernier meeting dans la ville de Grand Rapids
(Michigan), elle aussi confrontée à de récentes fermetures d’usines.
Donald Trump a
axé une grande
partie de son
discours autour de la
question industrielle,
érigeant ces
régions sinistrées
en emblèmes d’une
industrie américaine
à la peine pour
trouver sa place
dans la compétition
mondiale.
- 6 -
L’industrie américaine a connu une reprise vigoureuse après la crise de
2008-2009, faisant espérer à de nombreux observateurs une véritable
« renaissance » du manufacturing américain. La production industrielle
a en effet rebondi de manière spectaculaire, effaçant les effets de la
crise dès 2014. Près de 900 000 emplois ont par ailleurs été créés entre
2010 et 2015.
Pour certains observateurs, la compétitivité-coût des industriels
américains a été soutenue par l’exploitation des sources d’énergies
non conventionnelles (gaz et pétroles de schiste). Comme nous
l’avons montré en 2015, c’est vrai pour un nombre restreint de
secteurs intensifs en énergie, utilisant notamment le gaz comme
matière première, mais cela ne saurait expliquer le rebond industriel
dans son ensemble : 92 % des emplois manufacturiers sont en effet
concentrés dans des secteurs où les dépenses d’énergie représentent
moins de 1 % des coûts de production. D’autres experts invoquent la
politique de modération salariale poursuivie depuis plus de quinze
ans, qui aurait permis de rendre le territoire américain à nouveau
attractif pour les activités manufacturières. Toutefois, les effets d’une
telle politique restent difficiles à percevoir, même si les salaires ont
effectivement été contenus de manière plus drastique encore qu’en
Allemagne. En particulier, la vague de relocalisations annoncée reste
pour l’instant imperceptible, au-delà des quelques exemples de grands
groupes largement relayés par la presse7
.
Où en est-on de la renaissance annoncée du manufacturing
américain ?
7 - Pour une analyse plus détaillée de la dynamique industrielle aux États-Unis, voir : Bidet-Mayer, Frocrain (2015).
Figure 2.
Emploi industriel
(millions de personnes)
Source : Bureau of Labor Statistics
Figure 1.
Indice de la production industrielle
(base 100 en janvier 2008)
Source : Federal Reserve Bank of Saint Louis
La vague de
relocalisations
annoncée reste
pour l’instant
imperceptible, au-
delà des quelques
exemples de grands
groupes largement
relayés par la
presse.
- 7 -
Quoi qu’il en soit, cette dynamique montre aujourd’hui des signes
d’essoufflement. La production industrielle est en recul depuis 2015
et les États-Unis ont perdu 80 000 emplois industriels depuis le début
de l’année, ce qui confirme notre interprétation d’un rebond avant
tout conjoncturel. Ce phénomène de rattrapage, alimenté par une
politique économique accommodante, n’a que peu à voir avec une
amélioration de la compétitivité, comme le confirment d’ailleurs les
chiffres du commerce international. En dépit de la faiblesse du dollar
jusqu’en 2014, la balance commerciale de l’industrie manufacturière
américaine n’a cessé de se dégrader, atteignant même un déficit record
de 673,6 milliards de dollars en 2015.
- 8 -
La Chine constitue
de loin la plus
importante source
de déficit pour le
commerce américain
(334 milliards de
dollars en 2015).
Cette contre-performance est évidemment préoccupante et
l’administration Obama a bien tenté de réagir dès 2010 en lançant
notamment la National Export Initiative. Ce programme public
de soutien aux entreprises visait à faire doubler les exportations
américaines en l’espace de cinq ans, mais il s’est soldé par un échec.
Donald Trump a basé une partie de sa campagne sur les dégâts –
réels ou supposés – de la concurrence internationale sur le secteur
manufacturier, en insistant plus particulièrement sur deux aspects :
les effets de la création de la zone de libre-échange nord-américaine
(Alena) et la montée en puissance de la Chine depuis son accession à
l’Organisation mondiale du commerce en 2001.
La Chine constitue de loin la plus importante source de déficit pour
le commerce américain (334 milliards de dollars en 2015), devant
l’Allemagne (77) et le Mexique (58). Une analyse plus fine montre
que les produits informatiques et électroniques, assemblés par une
main d’œuvre à bas salaires en Chine, pèsent très lourdement sur
le solde des échanges8
. Concernant le Mexique, ce sont le secteur
des produits électroniques et l’automobile qui expliquent en grande
partie le déficit. Ce pays est progressivement passé du statut
d’hinterland pour les constructeurs américains à celui de nouvelle
place forte de l’automobile mondiale. Environ 3,5 millions de
véhicules y sont produits chaque année et les investissements des
grands constructeurs et équipementiers s’y multiplient, attirés par
une main d’œuvre qualifiée et bon marché, ainsi que par l’accès au
marché nord-américain garanti par les accords de libre-échange.
Rien qu’au deuxième semestre 2016, trois nouvelles usines y ont
ouvert leurs portes (Audi, Brembo et Kia) et deux autres groupes
(Toyota et Michelin) ont annoncé des investissements pour un total
de 600 millions d’euros9
. Se hissant à la place de 7e
constructeur
mondial, le Mexique a vu sa part dans la production automobile nord-
américaine doubler entre 2000 et 2015, grignotant petit à petit celle
des États-Unis et dépassant largement celle du Canada (cf. tableau 1).
Dans le détail : la situation commerciale avec le Mexique
et la Chine
8 - Les activités implantées en Chine étant majoritairement de l’assemblage de composants fabriqués dans d’autres pays, une comptabilité
basée sur la valeur ajoutée plutôt que sur la production brute tend toutefois à relativiser le poids de la Chine dans le déficit commercial
américain.
9 - Source : Comité des constructeurs français d’automobiles.
Tableau 1.
Part de la production nord-améri-
caine de véhicules motorisés.
Source : Organisation internationale des
constructeurs d’automobiles
2000 2015 Variation
Etats-Unis 72,3% 67,4% -4,9
Mexique 10,9% 19,9% 8,9
Canada 16,7% 12,7% -4,0
Total véhicules produits 17 697 020 17 949 038 -
- 9 -
FIGURE 3.
Solde commercial de l’industrie
manufacturière (milliards de
dollars et part dans le PIB).
Source : OCDE (STAN)
FIGURE 5.
Commerce avec la Chine (soldes
commerciaux par secteur, en
milliards de dollars).
Source : OCDE (STAN)
FIGURE 4.
Commerce avec le Mexique
(soldes commerciaux par secteur,
en milliards de dollars).
Source : OCDE (STAN)
- 10 -
Un rapport remis en 2011 au Président Obama s’inquiétait déjà de
la perte de terrain de l’industrie américaine, non seulement sur les
productions de basse technologie mais également sur les activités à
haute valeur ajoutée10
. L’intensification des échanges avec la Chine et
le Mexique a permis à ces deux pays de monter en gamme, d’élever
le contenu technologique de leurs exportations et de concurrencer de
façon croissante les produits américains.
C’est dans ce contexte que Donald Trump a affiché sa volonté de
renégocier les termes de l’Alena, afin qu’il soit plus favorable aux
États-Unis, et de protéger le secteur manufacturier11
. Les représentants
de l’industrie automobile mexicaine n’ont pas tardé à manifester
leur inquiétude, en rappelant les bénéfices économiques de ces
accords entrés en vigueur en 1994. Par ailleurs, le futur président a
affiché une position agressive vis-à-vis de la politique commerciale
de la Chine. Ses premières intentions seront difficilement tenables
car, comme l’explique Sébastien Jean, directeur du Centre d’études
prospectives et d’informations internationales (Cepii), « s’il appliquait
son programme consistant à “déchirer” les accords existants, imposer
des droits de douane punitifs de 45 % aux produits chinois et se retirer
de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les conséquences
seraient presque apocalyptiques. »12
Ce qui est certain, c’est que Donald Trump devra rapidement clarifier
ses intentions afin de dissiper les incertitudes qui pèsent non seulement
sur l’économie américaine mais aussi sur ses partenaires historiques.
10 - President’s Council of Advisors on Science and Technology, 2011, « Report to the President on Ensuring American Leadership in
Advanced Manufacturing », Executive Office of the President, juin.
11 - La menace d’une taxation des produits manufacturés en provenance du Mexique ainsi que la politique « pro-business » promise
par Donald Trump ont par exemple motivé la décision de Ford de réorienter son projet de construction d’usine au Mexique au profit
d’investissements dans le Michigan.
12 - La Croix, 2016, « Les États-Unis et l’Europe face à la montagne chinoise », disponible sur : www.la-croix.com/Economie/Economie-
et-entreprises/Les-Etats-Unis-lEurope-face-montagne-chinoise-2016-11-28-1200806349 [consulté le 14/12/2016].
L’intensification
des échanges
avec la Chine et le
Mexique a permis
à ces deux pays de
monter en gamme,
d’élever le contenu
technologique de
leurs exportations et
de concurrencer de
façon croissante les
produits américains.
- 11 -
Certains États américains comme le Michigan, l’Ohio ou la
Pennsylvanie ont largement été pénalisés par le détournement
des échanges au profit de la Chine et du Mexique. Toutefois, leur
désindustrialisation s’explique également par d’autres facteurs.
On constate en effet une concurrence accrue entre les États fédérés,
qui redessine la géographie industrielle américaine. Le poids de
la région des Grands Lacs (Michigan, Wisconsin, Ohio…) dans
l’industrie américaine s’est ainsi progressivement réduit au profit des
États du Sud, qui ont vu leur part progresser de manière significative
au cours des quinze dernières années (voir carte). Ces derniers
bénéficient en effet d’une législation du travail plus souple et de
salaires plus faibles que ceux du Nord, par ailleurs caractérisés par des
taux de syndicalisation élevés.
Vers une nouvelle géographie industrielle américaine
FIGURE 6.
Évolution de la répartition
de l’activité industrielle aux
États-Unis (2000-2014).
Note de lecture : la contribution du Michigan
à l’activité industrielle américaine a baissé
de 5,5 points entre 2000 et 2014.
Source : Bureau of Economic Analysis
Traitement : La Fabrique de l’industrie,
réalisée avec Philcarto.
En savoir plus
·· Berger S., 2015, « Making in America: From Innovation to Market », 2e
edition, MIT Press, août.
·· Bidet-Mayer T., Frocrain P., 2015, « L’industrie américaine : simple rebond ou renaissance ? », La Fabrique de l’industrie,
Presses des Mines, mai.
Pour réagir à cette note, vous pouvez contacter Thibaut Bibet-Mayer : thibaut.bidet@la-fabrique.fr
LaFabriqueDeLIndustrie
@LFI_LaFabrique
La Fabrique de l’industrie
81 boulevard Saint-Michel – 75005 Paris
www.la-fabrique.fr
L’affaiblissement des
bastions industriels
historiques est
annonciateur d’une
remise en cause
d’un certain nombre
d’acquis sociaux
défendus par les
syndicats ouvriers.
La concurrence entre ces États se joue également pour attirer les
investissements, qu’il s’agisse d’investissements directs étrangers, de
déplacements à l’intérieur des USA ou de projets de relocalisations.
Ces dernières sont très peu nombreuses et représentent un volume
d’affaires inférieur à celui des délocalisations mais le suivi de leurs
destinations est révélateur. Les subventions publiques sont le critère
le plus souvent avancé par les entreprises pour expliquer leur choix de
relocalisation et la Caroline du Sud, le Tennessee ou encore la Géorgie
sont les destinations privilégiées des entreprises. Au total, les États
du Sud concentrent les deux tiers des emplois relocalisés depuis 2010
selon la Reshoring Initiative.
Le phénomène s’observe particulièrement pour l’industrie automobile.
Aujourd’hui, tous types de déplacements confondus, les États du
Sud attirent de nombreux investissements de la part de grands
constructeurs et équipementiers étrangers. La part de l’Alabama,
du Tennessee mais aussi du Texas dans l’industrie automobile
américaine – en termes de valeur ajoutée – a plus que doublé depuis
2000 pour s’établir respectivement à 4,0 %, 6,6 % et 7,8 %. De leur
côté, les États du Nord restent très dépendant des fameux Big Three
(General Motors, Ford et Chrysler) qui ont connu une phase de
restructurations assez brutale suite à la crise de 2009. Depuis le début
des années 2000, les effectifs y ont été réduits de près de moitié selon
les chiffres du BEA.
Ce remodelage géographique de l’industrie américaine n’est pas
alarmant en soi car il permet de réduire les disparités régionales et
d’industrialiser des régions moins développées. Il peut néanmoins
être source de tensions car l’affaiblissement des bastions industriels
historiques est annonciateur d’une remise en cause d’un certain
nombre d’acquis sociaux défendus par les syndicats ouvriers.

Contenu connexe

Tendances

De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?
De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?
De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?La Fabrique de l'industrie
 
Politique industrielle en réponse à la crise : le retour de l’État pilote
Politique industrielle en réponse à la crise : le retour de l’État pilotePolitique industrielle en réponse à la crise : le retour de l’État pilote
Politique industrielle en réponse à la crise : le retour de l’État piloteLa Fabrique de l'industrie
 
L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-all...
L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-all...L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-all...
L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-all...La Fabrique de l'industrie
 
La lettre trimestrielle de La Fabrique - Automne 2016
La lettre trimestrielle de La Fabrique - Automne 2016La lettre trimestrielle de La Fabrique - Automne 2016
La lettre trimestrielle de La Fabrique - Automne 2016La Fabrique de l'industrie
 
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?La Fabrique de l'industrie
 
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...La Fabrique de l'industrie
 
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaises
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaisesFabrication additive. Mobiliser les forces françaises
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaisesLa Fabrique de l'industrie
 
Les entretiens de la Fabrique : Les nouveaux modèles industriels
Les entretiens de la Fabrique : Les nouveaux modèles industrielsLes entretiens de la Fabrique : Les nouveaux modèles industriels
Les entretiens de la Fabrique : Les nouveaux modèles industrielsLa Fabrique de l'industrie
 
Les entretiens de la Fabrique : Les entreprises de taille intermédiaire, acte...
Les entretiens de la Fabrique : Les entreprises de taille intermédiaire, acte...Les entretiens de la Fabrique : Les entreprises de taille intermédiaire, acte...
Les entretiens de la Fabrique : Les entreprises de taille intermédiaire, acte...La Fabrique de l'industrie
 
Les entretiens de la Fabrique : Quel chemin pour une réindustrialisation de l...
Les entretiens de la Fabrique : Quel chemin pour une réindustrialisation de l...Les entretiens de la Fabrique : Quel chemin pour une réindustrialisation de l...
Les entretiens de la Fabrique : Quel chemin pour une réindustrialisation de l...La Fabrique de l'industrie
 
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...La Fabrique de l'industrie
 

Tendances (20)

Où est créée la valeur en France ?
Où est créée la valeur en France ?Où est créée la valeur en France ?
Où est créée la valeur en France ?
 
De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?
De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?
De la souveraineté industrielle aux relocalisations : de quoi parle-t-on ?
 
Politique industrielle en réponse à la crise : le retour de l’État pilote
Politique industrielle en réponse à la crise : le retour de l’État pilotePolitique industrielle en réponse à la crise : le retour de l’État pilote
Politique industrielle en réponse à la crise : le retour de l’État pilote
 
L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-all...
L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-all...L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-all...
L’industrie du futur : progrès technique, progrès social ? Regards franco-all...
 
La lettre trimestrielle de La Fabrique - Automne 2016
La lettre trimestrielle de La Fabrique - Automne 2016La lettre trimestrielle de La Fabrique - Automne 2016
La lettre trimestrielle de La Fabrique - Automne 2016
 
L'industrie du futur à travers le monde
L'industrie du futur à travers le mondeL'industrie du futur à travers le monde
L'industrie du futur à travers le monde
 
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
Les start-up françaises aident-elles notre industrie à se renouveler ?
 
S13 L'énigme de l'investissement
S13 L'énigme de l'investissementS13 L'énigme de l'investissement
S13 L'énigme de l'investissement
 
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
À la recherche de la résilience industrielle - Les pouvoirs publics face à la...
 
L’Allemagne : un modèle, mais pour qui ?
L’Allemagne : un modèle, mais pour qui ?L’Allemagne : un modèle, mais pour qui ?
L’Allemagne : un modèle, mais pour qui ?
 
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaises
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaisesFabrication additive. Mobiliser les forces françaises
Fabrication additive. Mobiliser les forces françaises
 
Les entretiens de la Fabrique : Les nouveaux modèles industriels
Les entretiens de la Fabrique : Les nouveaux modèles industrielsLes entretiens de la Fabrique : Les nouveaux modèles industriels
Les entretiens de la Fabrique : Les nouveaux modèles industriels
 
Réindustrialiser plutôt que relocaliser
Réindustrialiser plutôt que relocaliserRéindustrialiser plutôt que relocaliser
Réindustrialiser plutôt que relocaliser
 
Les entretiens de la Fabrique : Les entreprises de taille intermédiaire, acte...
Les entretiens de la Fabrique : Les entreprises de taille intermédiaire, acte...Les entretiens de la Fabrique : Les entreprises de taille intermédiaire, acte...
Les entretiens de la Fabrique : Les entreprises de taille intermédiaire, acte...
 
Start-up nation : la France passe un cap !
Start-up nation : la France passe un cap !Start-up nation : la France passe un cap !
Start-up nation : la France passe un cap !
 
Les entretiens de la Fabrique : Quel chemin pour une réindustrialisation de l...
Les entretiens de la Fabrique : Quel chemin pour une réindustrialisation de l...Les entretiens de la Fabrique : Quel chemin pour une réindustrialisation de l...
Les entretiens de la Fabrique : Quel chemin pour une réindustrialisation de l...
 
Industrie et start-up : des destins liés ?
Industrie et start-up : des destins liés ?Industrie et start-up : des destins liés ?
Industrie et start-up : des destins liés ?
 
Demain, la Chine ouverte ?
Demain, la Chine ouverte ?Demain, la Chine ouverte ?
Demain, la Chine ouverte ?
 
Voyage dans l'industrie du futur italienne
Voyage dans l'industrie du futur italienneVoyage dans l'industrie du futur italienne
Voyage dans l'industrie du futur italienne
 
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...
À la recherche de l’immatériel : comprendre l’investissement de l’industrie f...
 

Similaire à Où va l'industrie américaine ?

Les entretiens de la Fabrique : Gaz de schiste, coût du travail, innovation
Les entretiens de la Fabrique : Gaz de schiste, coût du travail, innovationLes entretiens de la Fabrique : Gaz de schiste, coût du travail, innovation
Les entretiens de la Fabrique : Gaz de schiste, coût du travail, innovationLa Fabrique de l'industrie
 
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEUSA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEAlexandra Romano
 
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEUSA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEAlexandra Romano
 
La mondialisation - les Etats-Unis dans la mondialisation
La mondialisation - les Etats-Unis dans la mondialisationLa mondialisation - les Etats-Unis dans la mondialisation
La mondialisation - les Etats-Unis dans la mondialisationXavier Monty
 
TTIP / TAFTA / Traité transatlantique
TTIP / TAFTA / Traité transatlantiqueTTIP / TAFTA / Traité transatlantique
TTIP / TAFTA / Traité transatlantiqueZahira Benabdallah
 
Robert Reich : un réformateur social
Robert Reich : un réformateur socialRobert Reich : un réformateur social
Robert Reich : un réformateur socialEric LEGER
 
Mémoire AU Camille Gellin
Mémoire AU Camille GellinMémoire AU Camille Gellin
Mémoire AU Camille GellinCamille Gellin
 
White Paper : activité M&A, où en est-on dans le cycle ?
White Paper : activité M&A, où en est-on dans le cycle ?White Paper : activité M&A, où en est-on dans le cycle ?
White Paper : activité M&A, où en est-on dans le cycle ?OFI Asset Management
 
Géopolitique & entreprises n°5
Géopolitique & entreprises n°5Géopolitique & entreprises n°5
Géopolitique & entreprises n°5Revue Conflits
 
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...France Stratégie
 
Le nouveau protectionnisme américain et ses conséquences pour l'économie belge
Le nouveau protectionnisme américain et ses conséquences pour l'économie belgeLe nouveau protectionnisme américain et ses conséquences pour l'économie belge
Le nouveau protectionnisme américain et ses conséquences pour l'économie belgeForums financiers de Wallonie
 
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010Renaud Favier
 
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009Renaud Favier
 
L'IMPÉRATIF DE LA FIN DU COMPLEXE MILITAIRE-INDUSTRIEL ET DE L'ÉCONOMIE DE GU...
L'IMPÉRATIF DE LA FIN DU COMPLEXE MILITAIRE-INDUSTRIEL ET DE L'ÉCONOMIE DE GU...L'IMPÉRATIF DE LA FIN DU COMPLEXE MILITAIRE-INDUSTRIEL ET DE L'ÉCONOMIE DE GU...
L'IMPÉRATIF DE LA FIN DU COMPLEXE MILITAIRE-INDUSTRIEL ET DE L'ÉCONOMIE DE GU...Faga1939
 

Similaire à Où va l'industrie américaine ? (20)

Les entretiens de la Fabrique : Gaz de schiste, coût du travail, innovation
Les entretiens de la Fabrique : Gaz de schiste, coût du travail, innovationLes entretiens de la Fabrique : Gaz de schiste, coût du travail, innovation
Les entretiens de la Fabrique : Gaz de schiste, coût du travail, innovation
 
Les États-Unis
Les États-UnisLes États-Unis
Les États-Unis
 
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEUSA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
 
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGEUSA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
USA ET ECONOMIE MONDIALE : DECRYPTAGE
 
La mondialisation - les Etats-Unis dans la mondialisation
La mondialisation - les Etats-Unis dans la mondialisationLa mondialisation - les Etats-Unis dans la mondialisation
La mondialisation - les Etats-Unis dans la mondialisation
 
TTIP / TAFTA / Traité transatlantique
TTIP / TAFTA / Traité transatlantiqueTTIP / TAFTA / Traité transatlantique
TTIP / TAFTA / Traité transatlantique
 
Robert Reich : un réformateur social
Robert Reich : un réformateur socialRobert Reich : un réformateur social
Robert Reich : un réformateur social
 
Mémoire AU Camille Gellin
Mémoire AU Camille GellinMémoire AU Camille Gellin
Mémoire AU Camille Gellin
 
La crise financière de 2008, l'impact sur les pays africains.
La crise financière de 2008, l'impact sur les pays africains.La crise financière de 2008, l'impact sur les pays africains.
La crise financière de 2008, l'impact sur les pays africains.
 
White Paper : activité M&A, où en est-on dans le cycle ?
White Paper : activité M&A, où en est-on dans le cycle ?White Paper : activité M&A, où en est-on dans le cycle ?
White Paper : activité M&A, où en est-on dans le cycle ?
 
Géopolitique & entreprises n°5
Géopolitique & entreprises n°5Géopolitique & entreprises n°5
Géopolitique & entreprises n°5
 
Donald trump
Donald trumpDonald trump
Donald trump
 
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...
Note de synthèse - Les politiques industrielles en France - Évolutions et com...
 
Le nouveau protectionnisme américain et ses conséquences pour l'économie belge
Le nouveau protectionnisme américain et ses conséquences pour l'économie belgeLe nouveau protectionnisme américain et ses conséquences pour l'économie belge
Le nouveau protectionnisme américain et ses conséquences pour l'économie belge
 
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
Economie Reelle & Crise Extraits 22 06 Raoul Chabot 2010
 
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
Moteurs de La Croissance Fief Paris 2009
 
Chapitre 4 l_histoire_des_faits_ecoomiques
Chapitre 4 l_histoire_des_faits_ecoomiquesChapitre 4 l_histoire_des_faits_ecoomiques
Chapitre 4 l_histoire_des_faits_ecoomiques
 
Aceum
AceumAceum
Aceum
 
L'IMPÉRATIF DE LA FIN DU COMPLEXE MILITAIRE-INDUSTRIEL ET DE L'ÉCONOMIE DE GU...
L'IMPÉRATIF DE LA FIN DU COMPLEXE MILITAIRE-INDUSTRIEL ET DE L'ÉCONOMIE DE GU...L'IMPÉRATIF DE LA FIN DU COMPLEXE MILITAIRE-INDUSTRIEL ET DE L'ÉCONOMIE DE GU...
L'IMPÉRATIF DE LA FIN DU COMPLEXE MILITAIRE-INDUSTRIEL ET DE L'ÉCONOMIE DE GU...
 
ICDNantes2016 fiche pays etats unis
ICDNantes2016 fiche pays etats unisICDNantes2016 fiche pays etats unis
ICDNantes2016 fiche pays etats unis
 

Plus de La Fabrique de l'industrie

Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...La Fabrique de l'industrie
 
ETI et talents : les clés pour que ça matche
ETI et talents : les clés pour que ça matcheETI et talents : les clés pour que ça matche
ETI et talents : les clés pour que ça matcheLa Fabrique de l'industrie
 
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.La Fabrique de l'industrie
 
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...La Fabrique de l'industrie
 
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...La Fabrique de l'industrie
 
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétiqueLes grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétiqueLa Fabrique de l'industrie
 
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétiqueLes grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétiqueLa Fabrique de l'industrie
 
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...La Fabrique de l'industrie
 
La transition écologique des territoires industriels
La transition écologique des territoires industrielsLa transition écologique des territoires industriels
La transition écologique des territoires industrielsLa Fabrique de l'industrie
 
Refaire de l’industrie un projet de territoire
Refaire de l’industrie un projet de territoireRefaire de l’industrie un projet de territoire
Refaire de l’industrie un projet de territoireLa Fabrique de l'industrie
 
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...La Fabrique de l'industrie
 
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoires
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoiresRéindustrialisation : le potentiel caché de nos territoires
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoiresLa Fabrique de l'industrie
 
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportable
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportableLe nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportable
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportableLa Fabrique de l'industrie
 
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’huiCouvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’huiLa Fabrique de l'industrie
 
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...La Fabrique de l'industrie
 
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...La Fabrique de l'industrie
 
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomie
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomieFacture énergétique : un coûteux manque d’autonomie
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomieLa Fabrique de l'industrie
 
L’industrie face aux prix de l’énergie - Les marchés européens sont-ils en dé...
L’industrie face aux prix de l’énergie - Les marchés européens sont-ils en dé...L’industrie face aux prix de l’énergie - Les marchés européens sont-ils en dé...
L’industrie face aux prix de l’énergie - Les marchés européens sont-ils en dé...La Fabrique de l'industrie
 

Plus de La Fabrique de l'industrie (20)

Aménager la ville productive. LFI et PUCA
Aménager la ville productive. LFI et PUCAAménager la ville productive. LFI et PUCA
Aménager la ville productive. LFI et PUCA
 
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
Is disruptive innovation only for start-ups? French Industry in the Face of K...
 
ETI et talents : les clés pour que ça matche
ETI et talents : les clés pour que ça matcheETI et talents : les clés pour que ça matche
ETI et talents : les clés pour que ça matche
 
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
Foncier industriel et strategies publiques locales une articulation imparfaite.
 
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
L’innovation de rupture, terrain de jeu exclusif des start-up ? L’industrie f...
 
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
Répondre aux défis sociétaux : le retour en grâce des politiques « orientées ...
 
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétiqueLes grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
 
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétiqueLes grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
Les grandes entreprises sur la voie de la sobriété énergétique
 
Faiseurs, Faiseuses
Faiseurs, FaiseusesFaiseurs, Faiseuses
Faiseurs, Faiseuses
 
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
Emplois industriels menacés par la crise énergétique, le MACF et l’IRA : une ...
 
La transition écologique des territoires industriels
La transition écologique des territoires industrielsLa transition écologique des territoires industriels
La transition écologique des territoires industriels
 
Refaire de l’industrie un projet de territoire
Refaire de l’industrie un projet de territoireRefaire de l’industrie un projet de territoire
Refaire de l’industrie un projet de territoire
 
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
Les jeunes élites face au travail - Regards croisés entre Polytechnique et Ha...
 
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoires
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoiresRéindustrialisation : le potentiel caché de nos territoires
Réindustrialisation : le potentiel caché de nos territoires
 
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportable
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportableLe nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportable
Le nucléaire, clé d’un mix électrique économiquement supportable
 
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’huiCouvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
Couvrir nos besoins énergétiques : 2050 se prépare aujourd’hui
 
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
Les nouveaux modes de management et d’organisation - Innovation ou effet de m...
 
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
Nouveaux modes de management et d’organisation : six pratiques récurrentes et...
 
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomie
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomieFacture énergétique : un coûteux manque d’autonomie
Facture énergétique : un coûteux manque d’autonomie
 
L’industrie face aux prix de l’énergie - Les marchés européens sont-ils en dé...
L’industrie face aux prix de l’énergie - Les marchés européens sont-ils en dé...L’industrie face aux prix de l’énergie - Les marchés européens sont-ils en dé...
L’industrie face aux prix de l’énergie - Les marchés européens sont-ils en dé...
 

Où va l'industrie américaine ?

  • 1. Où va l’industrie américaine ? Les Synthèses de La Fabrique Numéro 11 - Janvier 2017 Donald Trump face à ses promesses L’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis a surpris la plupart des observateurs. Ce résultat s’explique par une conjonction de facteurs, parmi lesquels on retrouve la question du déclin industriel et ses effets sur l’économie et la société américaines. Le vote des Swing States frappés par la désindustrialisation tels que le Michigan, la Pennsylvanie ou l’Ohio a été déterminant et Donald Trump n’a pas ménagé ses efforts pour séduire un électorat sensible à sa rhétorique protectionniste, promettant le retour de millions d’emplois industriels détruits. Sa prise de fonction le 20 janvier 2017 marque le point de départ d’un chantier colossal, d’autant que le rebond industriel montre depuis plusieurs mois des signes d’essoufflement. Thibaut Bidet-Mayer et Philippe Frocrain Sommaire 3 6 8 Le déclin industriel des Swing States au cœur de la campagne Où en est-on de la renaissance annoncée du manufacturing américain ? Dans le détail : la situation commerciale avec le Mexique et la Chine 11 Vers une nouvelle géographie industrielle américaine
  • 2. - 2 - Les États-Unis connaissent depuis plusieurs décennies un recul du secteur industriel au sein de leur économie, similaire à celui observé dans de nombreux pays développés. L’industrie manufacturière ne représentait plus que 12,2 % du PIB en 2015 et 8 millions d’emplois industriels ont été détruits depuis la fin des années 1970. La sortie de crise dynamique avait laissé espérer à certains une véritable « renaissance » du manufacturing américain en 2010-2012, mais l’évolution récente vient confirmer notre interprétation d’un rebond essentiellement conjoncturel. Après avoir dépassé son niveau d’avant-crise fin 2014, la production industrielle a en effet montré des signes de faiblesse en 2016 et près de 80 000 emplois manufacturiers ont été détruits en un an. Les effets économiques et sociaux de la désindustrialisation sont, depuis plusieurs années, au cœur des débats outre-Atlantique. Le candidat républicain Donald Trump a su conquérir les États anciennement industrialisés de la région des Grands Lacs lors de la campagne présidentielle de 2016. Fortement dépendants de l’industrie lourde et de l’industrie automobile, ces derniers subissent depuis trois décennies les effets d’une compétition internationale féroce exercée par les pays à bas coûts. L’entrée en vigueur en 1994 de l’accord de libre-échange nord-américain (Alena) a conduit à un déplacement d’une partie de l’industrie américaine au Mexique. Ensuite, la montée en puissance de la Chine à partir des années 1990 s’est traduite par un creusement du déficit commercial américain. Les difficultés économiques de ces régions sont aussi le résultat d’une modification de la géographie industrielle américaine, au profit des États du Sud du pays affichant une législation du travail plus souple ainsi que des niveaux de rémunération plus faibles. Ces derniers sont aussi les destinations privilégiées des relocalisations. Résumé Les effets économiques et sociaux de la désindustrialisation sont, depuis plusieurs années, au cœur des débats outre-Atlantique.
  • 3. - 3 - As Ohio goes, so goes the nation. La célèbre maxime selon laquelle le candidat remportant cet État du Nord des États-Unis est assuré de gagner l’élection s’est une nouvelle fois vérifiée en 2016. Le candidat républicain – et désormais président – Donald Trump n’a pas ménagé ses efforts pour conquérir ce Swing State1 si symbolique. À ses côtés, la quasi-totalité des États composant la Rust Belt sont également passés dans le camp républicain. C’est notamment le cas du Michigan et de la Pennsylvanie, qui avaient pourtant systématiquement soutenu le candidat démocrate depuis 1992 et la première élection de Bill Clinton. Le déclin industriel des Swing States au cœur de la campagne 1 - Le terme de « Swing State » désigne les États où aucun des deux partis – démocrate et républicain – ne domine historiquement le vote populaire. Pouvant basculer dans un camp ou dans l’autre suivant les élections, ils jouent donc un rôle important dans la désignation du vainqueur. Les États traditionnellement les plus indécis sont la Floride, l’Iowa et l’Ohio.
  • 4. - 4 - Les résultats d’une élection dépendent bien évidemment de nombreux facteurs, mais il est clair que le discours anti-mondialisation et pro- Made in USA de M. Trump a trouvé un écho singulier dans ces territoires frappés par la désindustrialisation. À son apogée dans le milieu du XXe siècle, la Manufacturing Belt a en effet subi de plein fouet le recul de l’industrie américaine, les pertes d’emplois et les fermetures d’usines, notamment du fait de la concurrence des puissances industrielles étrangères, au point d’être rebaptisée la « ceinture de la rouille » à partir des années 1980. Plus récemment, le marasme des constructeurs automobiles, suite à la crise financière de 2008, a précipité ce mouvement. Le retrait de l’industrie a particulièrement affecté les centres urbains de la région. Certains ont su résister et se transformer, à l’image de Pittsburgh2 , haut lieu de la sidérurgie reconverti dans les industries médicales et technologiques et aujourd’hui l’une des villes les plus agréables à vivre du pays selon divers classements3 . D’autres doivent au contraire affronter un exode massif, un chômage et une pauvreté extrêmes ainsi que des difficultés financières conduisant plusieurs municipalités au bord de la faillite. C’est notamment le cas des villes dont le destin est depuis plus d’un siècle lié à celui de l’industrie automobile. Detroit en est l’exemple le plus flagrant : surnommée « Motown »4 et longtemps considérée comme la capitale mondiale de l’automobile, elle accuse aujourd’hui une dette de près de 20 milliards de dollars qui l’a contrainte à être mise sous tutelle de l’État fédéral à partir de 2013. 2 - La Pennsylvanie a perdu 400 000 emplois industriels – soit 40 % – entre 1990 et 2016. 3 - Voir par exemple : « America’s Most Livable Cities » (Forbes). 4 - Contraction de motor et town, et qui peut donc se traduire par « la ville du moteur ». Le retrait de l’industrie a particulièrement affecté les centres urbains de la région.
  • 5. - 5 - 5 - Le groupe General Motors (GM) y a été fondé en 1908 avant de s’installer à Detroit à partir de 1923. 6 - Le Monde, 2016, « Empêtré dans le scandale de l’eau empoisonnée, le gouverneur du Michigan tente de sauver la face », disponible sur : www.lemonde.fr/planete/article/2016/01/22/empetre-dans-le-scandale-sanitaire-de-flint-le-gouverneur-du-michigan-tente-de-sauver-la- face_4852124_3244.html [consulté le 04/12/2017] Les petites villes ne sont pas épargnées, à l’image de Flint (100 000 habitants) qui fut tour à tour le symbole de l’émergence5 et de la grandeur de l’automobile américaine, des luttes sociales ayant conduit à imposer la représentation des salariés au sein des entreprises du secteur… et plus récemment des dégâts de la désindustrialisation. Depuis de nombreuses années en effet, elle doit faire face à des fermetures d’usines en série : GM Flint North Components en 2010, GM Grand Blanc et Delphi (sous-traitant détenu par GM) en 2013 pour ne citer que les plus récentes. Devenue tristement célèbre pour son niveau de pauvreté et son taux de criminalité parmi les plus élevés du pays, la ville se vide progressivement de ses habitants et s’enfonce dans une crise dont le dernier épisode est un scandale sanitaire résultant de la politique d’économies du gouverneur du Michigan en charge de sa gestion6 . Donald Trump a axé une grande partie de son discours autour de la question industrielle, érigeant ces régions sinistrées en emblèmes d’une industrie américaine à la peine pour trouver sa place dans la compétition mondiale. Le candidat républicain y a multiplié les déplacements à la fin de sa campagne, promettant de ramener les emplois industriels dans ces régions. La veille de son élection, il tenait d’ailleurs son dernier meeting dans la ville de Grand Rapids (Michigan), elle aussi confrontée à de récentes fermetures d’usines. Donald Trump a axé une grande partie de son discours autour de la question industrielle, érigeant ces régions sinistrées en emblèmes d’une industrie américaine à la peine pour trouver sa place dans la compétition mondiale.
  • 6. - 6 - L’industrie américaine a connu une reprise vigoureuse après la crise de 2008-2009, faisant espérer à de nombreux observateurs une véritable « renaissance » du manufacturing américain. La production industrielle a en effet rebondi de manière spectaculaire, effaçant les effets de la crise dès 2014. Près de 900 000 emplois ont par ailleurs été créés entre 2010 et 2015. Pour certains observateurs, la compétitivité-coût des industriels américains a été soutenue par l’exploitation des sources d’énergies non conventionnelles (gaz et pétroles de schiste). Comme nous l’avons montré en 2015, c’est vrai pour un nombre restreint de secteurs intensifs en énergie, utilisant notamment le gaz comme matière première, mais cela ne saurait expliquer le rebond industriel dans son ensemble : 92 % des emplois manufacturiers sont en effet concentrés dans des secteurs où les dépenses d’énergie représentent moins de 1 % des coûts de production. D’autres experts invoquent la politique de modération salariale poursuivie depuis plus de quinze ans, qui aurait permis de rendre le territoire américain à nouveau attractif pour les activités manufacturières. Toutefois, les effets d’une telle politique restent difficiles à percevoir, même si les salaires ont effectivement été contenus de manière plus drastique encore qu’en Allemagne. En particulier, la vague de relocalisations annoncée reste pour l’instant imperceptible, au-delà des quelques exemples de grands groupes largement relayés par la presse7 . Où en est-on de la renaissance annoncée du manufacturing américain ? 7 - Pour une analyse plus détaillée de la dynamique industrielle aux États-Unis, voir : Bidet-Mayer, Frocrain (2015). Figure 2. Emploi industriel (millions de personnes) Source : Bureau of Labor Statistics Figure 1. Indice de la production industrielle (base 100 en janvier 2008) Source : Federal Reserve Bank of Saint Louis La vague de relocalisations annoncée reste pour l’instant imperceptible, au- delà des quelques exemples de grands groupes largement relayés par la presse.
  • 7. - 7 - Quoi qu’il en soit, cette dynamique montre aujourd’hui des signes d’essoufflement. La production industrielle est en recul depuis 2015 et les États-Unis ont perdu 80 000 emplois industriels depuis le début de l’année, ce qui confirme notre interprétation d’un rebond avant tout conjoncturel. Ce phénomène de rattrapage, alimenté par une politique économique accommodante, n’a que peu à voir avec une amélioration de la compétitivité, comme le confirment d’ailleurs les chiffres du commerce international. En dépit de la faiblesse du dollar jusqu’en 2014, la balance commerciale de l’industrie manufacturière américaine n’a cessé de se dégrader, atteignant même un déficit record de 673,6 milliards de dollars en 2015.
  • 8. - 8 - La Chine constitue de loin la plus importante source de déficit pour le commerce américain (334 milliards de dollars en 2015). Cette contre-performance est évidemment préoccupante et l’administration Obama a bien tenté de réagir dès 2010 en lançant notamment la National Export Initiative. Ce programme public de soutien aux entreprises visait à faire doubler les exportations américaines en l’espace de cinq ans, mais il s’est soldé par un échec. Donald Trump a basé une partie de sa campagne sur les dégâts – réels ou supposés – de la concurrence internationale sur le secteur manufacturier, en insistant plus particulièrement sur deux aspects : les effets de la création de la zone de libre-échange nord-américaine (Alena) et la montée en puissance de la Chine depuis son accession à l’Organisation mondiale du commerce en 2001. La Chine constitue de loin la plus importante source de déficit pour le commerce américain (334 milliards de dollars en 2015), devant l’Allemagne (77) et le Mexique (58). Une analyse plus fine montre que les produits informatiques et électroniques, assemblés par une main d’œuvre à bas salaires en Chine, pèsent très lourdement sur le solde des échanges8 . Concernant le Mexique, ce sont le secteur des produits électroniques et l’automobile qui expliquent en grande partie le déficit. Ce pays est progressivement passé du statut d’hinterland pour les constructeurs américains à celui de nouvelle place forte de l’automobile mondiale. Environ 3,5 millions de véhicules y sont produits chaque année et les investissements des grands constructeurs et équipementiers s’y multiplient, attirés par une main d’œuvre qualifiée et bon marché, ainsi que par l’accès au marché nord-américain garanti par les accords de libre-échange. Rien qu’au deuxième semestre 2016, trois nouvelles usines y ont ouvert leurs portes (Audi, Brembo et Kia) et deux autres groupes (Toyota et Michelin) ont annoncé des investissements pour un total de 600 millions d’euros9 . Se hissant à la place de 7e constructeur mondial, le Mexique a vu sa part dans la production automobile nord- américaine doubler entre 2000 et 2015, grignotant petit à petit celle des États-Unis et dépassant largement celle du Canada (cf. tableau 1). Dans le détail : la situation commerciale avec le Mexique et la Chine 8 - Les activités implantées en Chine étant majoritairement de l’assemblage de composants fabriqués dans d’autres pays, une comptabilité basée sur la valeur ajoutée plutôt que sur la production brute tend toutefois à relativiser le poids de la Chine dans le déficit commercial américain. 9 - Source : Comité des constructeurs français d’automobiles. Tableau 1. Part de la production nord-améri- caine de véhicules motorisés. Source : Organisation internationale des constructeurs d’automobiles 2000 2015 Variation Etats-Unis 72,3% 67,4% -4,9 Mexique 10,9% 19,9% 8,9 Canada 16,7% 12,7% -4,0 Total véhicules produits 17 697 020 17 949 038 -
  • 9. - 9 - FIGURE 3. Solde commercial de l’industrie manufacturière (milliards de dollars et part dans le PIB). Source : OCDE (STAN) FIGURE 5. Commerce avec la Chine (soldes commerciaux par secteur, en milliards de dollars). Source : OCDE (STAN) FIGURE 4. Commerce avec le Mexique (soldes commerciaux par secteur, en milliards de dollars). Source : OCDE (STAN)
  • 10. - 10 - Un rapport remis en 2011 au Président Obama s’inquiétait déjà de la perte de terrain de l’industrie américaine, non seulement sur les productions de basse technologie mais également sur les activités à haute valeur ajoutée10 . L’intensification des échanges avec la Chine et le Mexique a permis à ces deux pays de monter en gamme, d’élever le contenu technologique de leurs exportations et de concurrencer de façon croissante les produits américains. C’est dans ce contexte que Donald Trump a affiché sa volonté de renégocier les termes de l’Alena, afin qu’il soit plus favorable aux États-Unis, et de protéger le secteur manufacturier11 . Les représentants de l’industrie automobile mexicaine n’ont pas tardé à manifester leur inquiétude, en rappelant les bénéfices économiques de ces accords entrés en vigueur en 1994. Par ailleurs, le futur président a affiché une position agressive vis-à-vis de la politique commerciale de la Chine. Ses premières intentions seront difficilement tenables car, comme l’explique Sébastien Jean, directeur du Centre d’études prospectives et d’informations internationales (Cepii), « s’il appliquait son programme consistant à “déchirer” les accords existants, imposer des droits de douane punitifs de 45 % aux produits chinois et se retirer de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), les conséquences seraient presque apocalyptiques. »12 Ce qui est certain, c’est que Donald Trump devra rapidement clarifier ses intentions afin de dissiper les incertitudes qui pèsent non seulement sur l’économie américaine mais aussi sur ses partenaires historiques. 10 - President’s Council of Advisors on Science and Technology, 2011, « Report to the President on Ensuring American Leadership in Advanced Manufacturing », Executive Office of the President, juin. 11 - La menace d’une taxation des produits manufacturés en provenance du Mexique ainsi que la politique « pro-business » promise par Donald Trump ont par exemple motivé la décision de Ford de réorienter son projet de construction d’usine au Mexique au profit d’investissements dans le Michigan. 12 - La Croix, 2016, « Les États-Unis et l’Europe face à la montagne chinoise », disponible sur : www.la-croix.com/Economie/Economie- et-entreprises/Les-Etats-Unis-lEurope-face-montagne-chinoise-2016-11-28-1200806349 [consulté le 14/12/2016]. L’intensification des échanges avec la Chine et le Mexique a permis à ces deux pays de monter en gamme, d’élever le contenu technologique de leurs exportations et de concurrencer de façon croissante les produits américains.
  • 11. - 11 - Certains États américains comme le Michigan, l’Ohio ou la Pennsylvanie ont largement été pénalisés par le détournement des échanges au profit de la Chine et du Mexique. Toutefois, leur désindustrialisation s’explique également par d’autres facteurs. On constate en effet une concurrence accrue entre les États fédérés, qui redessine la géographie industrielle américaine. Le poids de la région des Grands Lacs (Michigan, Wisconsin, Ohio…) dans l’industrie américaine s’est ainsi progressivement réduit au profit des États du Sud, qui ont vu leur part progresser de manière significative au cours des quinze dernières années (voir carte). Ces derniers bénéficient en effet d’une législation du travail plus souple et de salaires plus faibles que ceux du Nord, par ailleurs caractérisés par des taux de syndicalisation élevés. Vers une nouvelle géographie industrielle américaine FIGURE 6. Évolution de la répartition de l’activité industrielle aux États-Unis (2000-2014). Note de lecture : la contribution du Michigan à l’activité industrielle américaine a baissé de 5,5 points entre 2000 et 2014. Source : Bureau of Economic Analysis Traitement : La Fabrique de l’industrie, réalisée avec Philcarto.
  • 12. En savoir plus ·· Berger S., 2015, « Making in America: From Innovation to Market », 2e edition, MIT Press, août. ·· Bidet-Mayer T., Frocrain P., 2015, « L’industrie américaine : simple rebond ou renaissance ? », La Fabrique de l’industrie, Presses des Mines, mai. Pour réagir à cette note, vous pouvez contacter Thibaut Bibet-Mayer : thibaut.bidet@la-fabrique.fr LaFabriqueDeLIndustrie @LFI_LaFabrique La Fabrique de l’industrie 81 boulevard Saint-Michel – 75005 Paris www.la-fabrique.fr L’affaiblissement des bastions industriels historiques est annonciateur d’une remise en cause d’un certain nombre d’acquis sociaux défendus par les syndicats ouvriers. La concurrence entre ces États se joue également pour attirer les investissements, qu’il s’agisse d’investissements directs étrangers, de déplacements à l’intérieur des USA ou de projets de relocalisations. Ces dernières sont très peu nombreuses et représentent un volume d’affaires inférieur à celui des délocalisations mais le suivi de leurs destinations est révélateur. Les subventions publiques sont le critère le plus souvent avancé par les entreprises pour expliquer leur choix de relocalisation et la Caroline du Sud, le Tennessee ou encore la Géorgie sont les destinations privilégiées des entreprises. Au total, les États du Sud concentrent les deux tiers des emplois relocalisés depuis 2010 selon la Reshoring Initiative. Le phénomène s’observe particulièrement pour l’industrie automobile. Aujourd’hui, tous types de déplacements confondus, les États du Sud attirent de nombreux investissements de la part de grands constructeurs et équipementiers étrangers. La part de l’Alabama, du Tennessee mais aussi du Texas dans l’industrie automobile américaine – en termes de valeur ajoutée – a plus que doublé depuis 2000 pour s’établir respectivement à 4,0 %, 6,6 % et 7,8 %. De leur côté, les États du Nord restent très dépendant des fameux Big Three (General Motors, Ford et Chrysler) qui ont connu une phase de restructurations assez brutale suite à la crise de 2009. Depuis le début des années 2000, les effectifs y ont été réduits de près de moitié selon les chiffres du BEA. Ce remodelage géographique de l’industrie américaine n’est pas alarmant en soi car il permet de réduire les disparités régionales et d’industrialiser des régions moins développées. Il peut néanmoins être source de tensions car l’affaiblissement des bastions industriels historiques est annonciateur d’une remise en cause d’un certain nombre d’acquis sociaux défendus par les syndicats ouvriers.