Le marché de concurrence pure et parfaite
Le libéralisme <ul><li>Les fondateurs : l’école classique  </li></ul>Depuis les années 70 on parle de  nouveaux classiques...
Définition   <ul><li>Libéralisme: doctrine politique qui s'est développée en Angleterre et en  France  aux XVIIe et XVIIIe...
Fiche 1- La conception libérale de la société
A -Une analyse individualiste de la société
1. L’individualisme méthodologique Mais l'homme a presque continuellement besoin du secours de ses semblables, et c'est en...
2 – Le postulat de l’homo oeconomicus
L’hypothèse fondamentale :  la rationalité économique Recherche de l’optimum = Maximisation sous contrainte <ul><li>Fixer ...
B – La main invisible
B - La main invisible En préférant le succès de l'industrie nationale à celui de l'industrie étrangère, (l’individu) ne pe...
La main invisible de la concurrence « Qu’un individu se laisse emporter par son appétit de profit et il verra surgir  des ...
Fiche 2  –  Les 5 conditions de la concurrence pure et parfaite Source des diapos 13 et 14 : Christian Feytout
Les cinq conditions de la concurrence pure et parfaite <ul><li>atomicité de l’offre et de la demande  : aucun offreur et a...
Conditions Définition Illustration Raison d’être Atomicité de l’offre / de la demande Il faut un nombre suffisamment impor...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le Marché De Cpp

5 180 vues

Publié le

1 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 180
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
116
Actions
Partages
0
Téléchargements
69
Commentaires
1
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le Marché De Cpp

  1. 1. Le marché de concurrence pure et parfaite
  2. 2. Le libéralisme <ul><li>Les fondateurs : l’école classique </li></ul>Depuis les années 70 on parle de nouveaux classiques Smith, Malthus, Ricardo, Hayek, Friedman, Lucas, Laffer, L’école néoclassique au 19 ème siècle Walras, Pareto et Marshall
  3. 3. Définition <ul><li>Libéralisme: doctrine politique qui s'est développée en Angleterre et en France aux XVIIe et XVIIIe siècles dans le cadre général de la philosophie des Lumières: Locke, Montesquieu, Adam Smith. On distingue le libéralisme économique et le libéralisme politique. </li></ul>Le libéralisme économique ( capitalisme ) considère que la recherche du profit et de l'intérêt personnel constitue le moteur du progrès. Il doit s'accompagner de libertés fondamentales: liberté de vendre et d'acheter des biens, liberté d'entreprendre et liberté de propriété. Le libéralisme politique désigne une forme de régime politique fondé sur la pluralité des partis politiques, sur la liberté des citoyens de choisir leurs dirigeants et sur la conception d'un État capable d'arbitrer les conflits et de dégager des consensus. L'intérêt général s'exprime essentiellement par le vote dans le cadre d'élections libres. Selon cette conception, le rôle de l'État doit être limité. Le libéralisme économique et le libéralisme politique sont étroitement liés parce que tous deux s'appuient sur le même principe: les individus sont capables de faire des choix (ils ont les lumières ) et la compétition entre eux (en fonction de leurs intérêts) constitue le meilleur moteur du développement d'une société. Les élections et les parlement s permettent la compétition politique; le marché, quant à lui, constitue le lieu de la compétition économique. Le plus souvent libéralisme économique et libéralisme politique sont étroitement associés. La négation de l'un a souvent conditionné la négation de l'autre. Ainsi en a-t-il été en URSS et dans la plupart des pays d'Europe de l'Est de 1945 à 1990. Il existe cependant plusieurs exceptions à cette règle de concordance des deux types de libéralisme : les dictature s d'Amérique latine pendant les années 1970 et 1980 niaient le libéralisme politique sans pour autant rejeter le capitalisme ou le libéralisme économique. Inversement, dans certains pays scandinaves, l'intervention de l'État a été très forte sans que les libertés politiques ne soient remises en question. Source : http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMDictionnaire?iddictionnaire=1507
  4. 4. Fiche 1- La conception libérale de la société
  5. 5. A -Une analyse individualiste de la société
  6. 6. 1. L’individualisme méthodologique Mais l'homme a presque continuellement besoin du secours de ses semblables, et c'est en vain qu'il l'attendrait de leur seule bienveillance. Il sera bien plus sûr de réussir, s'il s'adresse à leur intérêt personnel et s'il leur persuade que leur propre avantage leur commande de faire ce qu'il souhaite d'eux. C'est ce que fait celui qui propose à un autre un marché quelconque; le sens de sa proposition est ceci : Donnez-moi ce dont j'ai besoin, et vous aurez de moi ce dont vous avez besoin vous-mêmes; et la plus grande partie de ces bons offices qui nous sont nécessaires s'obtiennent de cette façon. Ce n'est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu'ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité, mais à leur égoïsme Source : Adam SMITH (1776) « Recherches sur la nature et les causes de la richesse des Nations » Livre I Quelle conception est développée dans la phrase soulignée ?
  7. 7. 2 – Le postulat de l’homo oeconomicus
  8. 8. L’hypothèse fondamentale : la rationalité économique Recherche de l’optimum = Maximisation sous contrainte <ul><li>Fixer l’objectif et évaluer le bien être procuré par sa réalisation </li></ul><ul><li>Repérer et évaluer les ressources dont on dispose </li></ul><ul><li>Chercher à atteindre l’objectif le plus élevé pour des ressources données ou </li></ul><ul><li>Chercher à atteindre un objectif donné avec le minimum de ressources. </li></ul>Principe d’économicité Source : JP Simmonet Nature humaine Contrainte de rareté individualisme Matérialisme Ressources rares Hiérarchie et choix recherche du bien-être (satisfaction, utilité) le plus grand possible le bien être dépend de la consommation choisir c’est exclure quand tout n’est pas possible, la production a un coût et le travail est pénible (désutilité)
  9. 9. B – La main invisible
  10. 10. B - La main invisible En préférant le succès de l'industrie nationale à celui de l'industrie étrangère, (l’individu) ne pense qu'à se donner personnellement une plus grande sûreté; et en dirigeant cette industrie de manière à ce que son produit ait le plus de valeur possible, il ne pense qu'à son propre gain; en cela, comme dans beaucoup d'autres cas, il est conduit par une main invisible à remplir une fin qui n'entre nullement dans ses intentions; et ce n'est pas toujours ce qu'il y a de plus mal pour la société, que cette fin n'entre pour rien dans ses intentions. Tout en ne cherchant que son intérêt personnel, il travaille souvent d'une manière bien plus efficace pour l'intérêt de la société, que s'il avait réellement pour but d'y travailler. je n'ai jamais vu que ceux qui aspiraient, dans leurs entreprises de commerce, à travailler pour le bien général, aient fait beaucoup de bonnes choses. Adam SMITH (1776) « Recherches sur la nature et les causes de la richesse des Nations » Livre IV Expliquez le paradoxe mis en évidence par le texte . Rattachez-le à la notion d’effet d’agrégation individuelle
  11. 11. La main invisible de la concurrence « Qu’un individu se laisse emporter par son appétit de profit et il verra surgir des concurrents pour lui prendre son métier ; qu’un homme fasse payer ses marchandises trop cher ou qu’il refuse de payer ses ouvriers aussi bien que les autres, il se retrouvera sans clients, et sans salariés… les motifs égoïstes de l’homme mènent le jeu de leur interaction au plus inattendu des résultats : l’harmonie sociale ». « Supposons que les consommateurs demandent davantage de gants qu’il n’en est produit et moins de chaussures. Le public se précipitera sur les stocks de gants alors que dans les chaussures les affaires marcheront mal ; le prix des gants aura donc tendance à augmenter…(celui) des chaussures tend à baisser. Comme le prix des gants augmente, le profit dans la ganterie augmente aussi ; comme le prix des chaussures chute, les profits s’effondrent dans ce secteur. L’intérêt personnel vient à nouveau rétablir l’équilibre. Des travailleurs seront licenciés dans le secteur des chaussures …ils iront embaucher dans la ganterie… Le résultat est évident : la production des gants augmentera et celle des chaussures baissera. C’est exactement le résultat voulu par la société». Source : Adam SMITH (1776) « Recherches sur la nature et les causes de la richesse des Nations »
  12. 12. Fiche 2 – Les 5 conditions de la concurrence pure et parfaite Source des diapos 13 et 14 : Christian Feytout
  13. 13. Les cinq conditions de la concurrence pure et parfaite <ul><li>atomicité de l’offre et de la demande : aucun offreur et aucun demandeur n’a une taille suffisante pour modifier le prix en faisant varier son offre ou sa demande (c’est le cas lorsque le nombre des offreurs et des demandeurs est très grand) </li></ul><ul><li>homogénéité du produit : les caractéristiques des différentes unités du produit offert et demandé sont identiques, les échanges portent sur “ un” produit, il n’y a pas de différenciation (présentation, marque, notoriété, qualité…) </li></ul><ul><li>liberté d’entrée et de sortie du marché : il n’y a pas de coût associé à l’entrée ou à la sortie du marché (pas de barrières techniques - brevet - institutionnelles - réglementation du statut des offreurs ou demandeurs - commerciales - marketing …) </li></ul><ul><li>transparence du marché : les offreurs et les demandeurs sont parfaitement informés, ils disposent tous de la même qualité d’information </li></ul><ul><li>mobilité parfaite des facteurs de production : le travail et le capital se déplacent librement et immédiatement vers les activités les plus rémunératrices - la mobilité professionnelle est parfaite - le producteur peut modifier immédiatement son activité . </li></ul>
  14. 14. Conditions Définition Illustration Raison d’être Atomicité de l’offre / de la demande Il faut un nombre suffisamment important d’acheteurs et de vendeurs pour éviter que du côté de l’offre et de la demande un ou plusieurs entreprises et / ou consommateurs dominent et influencent le marché les marins pêcheurs dans un port de pêche le marché de la truffe ou du porc généralement sur ces marchés, les prix se fixent selon le mécanisme des enchères. Condition d’existence de la concurrence entre les vendeurs, entre les acheteurs. Homogénéité du produit Il n’y pas de différenciation du produit (par la marque ou la publicité par exemple) Marché des fruits et légumes Eviter que la concurrence porte sur autre chose que le prix Fluidité du marché Il n’y a pas d’obstacle à l’entrée d’un concurrent sur le marché. Une galerie marchande. Un magasin peut toujours s’installer. En rapport avec les coûts fixes La pression concurrentielle demeure même si l’atomicité s’effrite. Théorie des marchés contestables. Transparence du marché Libre circulation de l’information sur le marché que seul le prix est censé véhiculé. L’information des agents est totale. Un prix élevé souligne normalement un produit de qualité ou un produit rare. A contrario il n’y pas transparence lorsque l’information dont dispose le vendeur n’est pas celle à la disposition de l’acheteur (ex de la voiture d’occasion) Le prix joue un rôle essentiel dans l’ajustement de l’offre et de la demande Mobilité des facteurs Un producteur sur le marché peut accéder sans coût supplémentaire aux différents facteurs de production Avec l’UEM, mobilité du capital et de la main d’œuvre. Il existe dans la réalité des obstacles : langue, situation familiale. Dans certaines régions, pénurie de Mo qualifiée … Les coûts de production sont comparables, La libre entrée est possible.

×