AIX-MARSEILLE UNIVERSITE
FACULTE DE DROIT ET DE SCIENCE POLITIQUE
CENTRE D’ETUDES ET DE RECHERCHES INTERNATIONALES
ET COMM...
2
3
L’Université Aix-Marseille n’entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions
émises dans les thèses ; ces o...
4
Remerciements
Je remercie avant tout Yann Kerbrat pour avoir accepté de diriger cette thèse et m’avoir
guidée de manière...
5
A l’heure actuelle, le nombre d’enfants ayant subi des violations de leurs droits se
compte par milliers, tandis que la ...
6
7
Ce travail est dédié à mon mari,
avec qui je partage la même passion,
ainsi qu’à nos enfants.
Vous m’avez apporté le plu...
8
Sommaire
Introduction
Partie I. L’enfant et l’introduction de l’action contentieuse internationale
Titre 1. Dualité des ...
9
Abréviations
En français
AFDI : Annuaire français de droit international
AGNU : Assemblée générale des Nations Unies
CAD...
10
CPJI : Cour permanente de Justice internationale
CSNU : Conseil de Sécurité des Nations Unies
D. : Dalloz Sirey
DEI : D...
11
En anglais et en espagnol
AIRE : Advice on Individual Rights in Europe
AJIL : American Journal of International Law
CEJ...
12
Introduction
"L'humanité doit donner à l'enfant ce qu'elle a de meilleur",
Déclaration de Genève, 1924.
Au début de l’a...
13
« Les efforts internationaux visant à promouvoir les droits de l’enfant ont
considérablement transformé son statut, le ...
14
peut participer de manière effective et devenir un véritable acteur du procès. La recherche
d’un équilibre entre protec...
15
1. Contexte de l’étude : L’écart entre la réalité et les engagements pris en matière de
droits de l’enfant
La Conventio...
16
agenda dès la fin des années 9012. Les droits de l’enfant ont reçu une attention particulière
suite à l’adoption de deu...
17
Il convient également de souligner le rôle des milliers d’organisations non
gouvernementales qui travaillent dans le do...
18
Ses contours sont d’autant plus flous que les auteurs sont multiples. Elles sont souvent
des proches. En ce qui concern...
19
juridiques et politiques et le sort subi par de nombreux enfants en Europe n’est un secret
pour une personne »30.
Cette...
20
ainsi pu affirmer que : « manifestement […] l’enfant est encore considéré comme un objet, un
enjeu entre l’Etat et la f...
21
la vision protectionniste qui a prévalu tout au long du vingtième siècle. Elle lui reconnaît en
effet une certaine auto...
22
son père47. Le Code civil napoléonien a été influencé par cette approche, mais le droit s’est
peu à peu assoupli. L’app...
23
La reconnaissance de l’enfant comme sujet de droit reste subordonnée à la manière dont
les droits de l’enfant sont appr...
24
considéré comme un moteur garantissant l’accomplissement des droits fondamentaux52. Les
droits de l’enfant sont général...
25
en place des voies de recours directes pour les victimes. En ayant la possibilité de saisir ces
instances, les enfants ...
26
Les mécanismes créés en matière de droit international des droits de l’homme avaient
avant tout un pouvoir de recommand...
27
européen des droits sociaux, qui a développé une jurisprudence particulièrement intéressante
en matière de droits de l’...
28
soumis à une censure excessive. En outre, elle considéra que l’article 2 du Protocole n° 1 avait
été violé dans la mesu...
29
En revanche, un intérêt particulier a été accordé à la pratique devant les juridictions
pénales internationales. Bien q...
30
Il faut tout d’abord constater que les seuils juridiques peuvent considérablement varier
d’un pays à l’autre. Ainsi, le...
31
l’art. 38 de la CDE et son Protocole additionnel portant sur l'implication d'enfants dans les
conflits armés qui a été ...
32
4. Problématique
Au cours des vingt-cinq dernières années, l’approche émancipatrice, selon laquelle
l’enfant n’est plus...
33
Ces deux questions ont été formulées par le Comité des droits de l’enfant dans son
Observation générale de 2003. Tout e...
34
questions continuent d’être au centre des débats sur la justice pour les enfants. L’accès à la
justice et l’adaptation ...
35
Cette Convention a été considérée comme un aboutissement et un point de départ :
l’aboutissement de toute une évolution...
36
soit représenté par ses parents ou un tiers agissant dans son intérêt. Ainsi, quels sont ces
différents acteurs et dans...
37
impliquant des victimes et témoins d’actes criminels, ainsi que les Lignes directrices du
Conseil de l’Europe sur une j...
38
Bien que plusieurs standards puissent être identifiés dans ces différents instruments, il
faut noter certaines lacunes....
39
mécanismes juridictionnels et quasi-juridictionnels internationaux, généralement limités par
des considérations d’ordre...
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
THESE Laurene Graziani
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

THESE Laurene Graziani

156 vues

Publié le

  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

THESE Laurene Graziani

  1. 1. AIX-MARSEILLE UNIVERSITE FACULTE DE DROIT ET DE SCIENCE POLITIQUE CENTRE D’ETUDES ET DE RECHERCHES INTERNATIONALES ET COMMUNAUTAIRES (CERIC) UMR 7318 DICE L’ENFANT ET LES PROCEDURES CONTENTIEUSES INTERNATIONALES THESE POUR LE DOCTORAT EN DROIT PUBLIC par LAURENE GRAZIANI JURY Karl Hanson, Professeur à l’Université de Genève, Co-directeur de thèse Yann Kerbrat, Professeur à l’Ecole de droit de la Sorbonne (Université Paris 1), Directeur de thèse Anne Millet-Devalle, Maître de conférences à l’Université de Nice-Sophia Antipolis, rapporteure Mona Paré, Professeur à l’Université d’Ottawa, rapporteure Hélène Tigroudja, Professeur à l’Université Aix-Marseille Date de soutenance : le 2 juin 2015
  2. 2. 2
  3. 3. 3 L’Université Aix-Marseille n’entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans les thèses ; ces opinions devront être considérées comme propres à leurs auteurs.
  4. 4. 4 Remerciements Je remercie avant tout Yann Kerbrat pour avoir accepté de diriger cette thèse et m’avoir guidée de manière constante et attentive tout au long de ces années. Ce sujet m’était particulièrement cher, et c’est seulement grâce à son soutien et sa confiance que j’ai pu concrétiser un projet de longue date. Je tiens ensuite à remercier l’ensemble de l’équipe du CERIC pour leur aide et leurs conseils. Mes remerciements les plus chaleureux vont, outre mon directeur de thèse, aux responsables du centre, Rostane Medhi et Sandrine Maljean- Dubois, pour m’avoir donné la possibilité d’obtenir une bourse tout en étant accueillie dans un excellent contexte. Je tiens à exprimer ma profonde reconnaissance à Karl Hanson pour avoir accepté de codiriger cette thèse. En suivant le Master of Advanced Studies in Children’s Rights (en 2009- 2010) dont il est responsable, j’ai pu approfondir cette matière particulièrement complexe à travers une approche interdisciplinaire. La qualité de l’enseignement, complétée par des discussions avec des professionnels travaillant dans différents contextes, a considérablement enrichi mes recherches doctorales. Les défis n’auraient cependant pu être relevés sans avoir été aussi bien épaulée. Mes sincères remerciements vont ensuite à Benoit Van Keirsbilck qui m’a fait partager son expérience de terrain. Du suivi de l’adoption des lignes directrices sur une justice adaptée aux enfants et du 3e Protocole à la Convention des droits de l’enfant, aux journées de débat organisées par le Conseil des droits de l’homme, c’était une grande joie de pouvoir évoluer aux côtés d’une personne consacrant autant d’efforts pour cette cause. Au cours de ces dernières années, j’ai eu la chance de croiser des personnes admirables qui m’ont encouragée à poursuivre ce travail. Profondément touchée par l’enthousiasme et la gentillesse de Françoise Tulkens et Jean Zermatten, je tiens également à remercier Julien Attuyl, Antonio Cançado Trindade, Nigel Cantwell, Paolo David, Bernard De Vos, Isabelle Desmoulins, Jaap Doek, Maud Dominicy, Maria Feria Tinta, Ludovic Hennebel, Philip Jaffé, Luis Jimena Quesada, Ursula Kilkelly, Daniel Leader, Ton Liefaard, Amanda Lloyd, Maria Santos Pais, Julia Sloth Nielsen, Margaret Tuite, Ankie Vandekerckhove, Wouter Vandenhole, Rosa Maria Ortiz, Sylvia Steiner, Renate Winter et tant d’autres avec qui j’ai eu le plaisir de m’entretenir.
  5. 5. 5 A l’heure actuelle, le nombre d’enfants ayant subi des violations de leurs droits se compte par milliers, tandis que la justice est souvent illusoire. Bien que le droit reste encore loin de leur réalité, une pensée spéciale va aux enfants rencontrés tout au long de mon parcours. Des Comores, au Mexique, en passant par la Moldavie, les Philippines, l’Indonésie et le Rwanda, j’ai travaillé aux côtés d’enfants vivant dans des conditions particulièrement précaires. Continuant de sourire face à l’adversité, ils m’ont non seulement aidé à percevoir l’importance de la participation de l’enfant, mais aussi donné le courage nécessaire pour surmonter les moments difficiles et rester optimiste. Enfin, un grand merci à l’ensemble des personnes qui m’ont aidé à améliorer ce travail, ainsi qu’à ma famille et mes amis qui ont toujours été là.
  6. 6. 6
  7. 7. 7 Ce travail est dédié à mon mari, avec qui je partage la même passion, ainsi qu’à nos enfants. Vous m’avez apporté le plus grand bonheur au monde.
  8. 8. 8 Sommaire Introduction Partie I. L’enfant et l’introduction de l’action contentieuse internationale Titre 1. Dualité des formes de participation de l’enfant au déclenchement de l’action Chapitre 1. L’action introduite par l’enfant lui-même (l’action directe) Chapitre 2. L’action introduite par un intermédiaire agissant dans l’intérêt de l’enfant (l’action indirecte) Titre 2. L’encadrement de la participation de l’enfant au déclenchement de l’action Chapitre 1. Des conditions d’accès généralement inadaptées Chapitre 2. Les pré-requis nécessaires à l’action contentieuse internationale Partie II. L’enfant et le traitement de l’action contentieuse internationale Titre 1. La définition d’un cadre procédural adapté à l’enfant Chapitre 1. La protection comme exigence de la participation de l’enfant Chapitre 2. Les aménagements procéduraux nécessaires à la protection de l’enfant Titre 2. La définition d’un cadre institutionnel et décisionnel adapté à l’enfant Chapitre 1. L’aménagement du cadre institutionnel Chapitre 2. La prise en considération de la situation de l’enfant dans la solution du contentieux Conclusion Bibliographie Traités internationaux et autres instruments juridiques Jurisprudence internationale en matière de droits de l’enfant Annexes Table des matières
  9. 9. 9 Abréviations En français AFDI : Annuaire français de droit international AGNU : Assemblée générale des Nations Unies CADH : Convention américaine des droits de l’homme CAEDBE : Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant CAT : Comité contre la torture CCBE : Conseil des Barreaux européens CDCJ : Comité européen de coopération juridique CDE: Convention relative aux droits de l’enfant CEDAW: Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes CDCJ : Comité européen de coopération juridique CEDEAO : Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest CEDH : Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales CEDS: Comité européen des droits sociaux CEI : Communauté des Etats indépendants CEPEJ : Commission européenne pour l’efficacité de la justice CERD: Comité pour l’élimination de la discrimination raciale CICR : Comité international de la Croix-Rouge CIDE : Centre interdisciplinaire des droits de l'enfant CIJ : Cour internationale de Justice CJCE : Cour de justice des Communautés européennes CJUE : Cour de Justice de l’Union européenne Com. eur. D.H.: Commission européenne des droits de l’homme Com. D.H.: Comité des droits de l’homme Comm. IADH : Commission interaméricaine des droits de l’homme Cour EDH : Cour européenne des droits de l’homme Cour IADH: Cour interaméricaine des droits de l’homme CPI : Cour pénale internationale
  10. 10. 10 CPJI : Cour permanente de Justice internationale CSNU : Conseil de Sécurité des Nations Unies D. : Dalloz Sirey DEI : Défense des enfants International DUDH : Déclaration universelle des droits de l’homme FIDH : Fédération internationale des droits de l’homme IDE : Institut international des droits de l’enfant IUKB : Institut universitaire Kurt Bösch NU : Nations Unies OIT : Organisation internationale du travail ONED : Observatoire national de l’enfance en danger ONG : Organisation non gouvernementale ONU : Organisation des Nations Unies PIDCP : Pacte international relatif aux droits civils et politiques PIDESC : Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels PNUD : Programme des Nations Unies pour le développement RCADI : Recours des cours de l’Académie de droit international de la Haye RDC : République démocratique du Congo Rec. : Recueil RHEI : Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière » RICR : Revue internationale de la Croix-Rouge RTDH : Revue trimestrielle des droits de l’homme RUDH : Revue universelle des droits de l’homme SDJ : Services droit des jeunes SDN : Société des Nations SGNU : Secrétaire général des Nations Unies TPIY : Tribunal pénal international pour l’Ex-Yougoslavie TPIR : Tribunal pénal international pour le Rwanda TSSL : Tribunal spécial pour la Sierra Leone UE : Union européenne UNHCR : Agence des Nations Unies pour les réfugiés UNICEF : Fonds des Nations Unies d’aide à l’enfance (auparavant Fonds international de secours à l’enfance)
  11. 11. 11 En anglais et en espagnol AIRE : Advice on Individual Rights in Europe AJIL : American Journal of International Law CEJIL : Center for Justice and International Law CELS : Centro de Estudios Legales y Sociales CORREPI : Coordinadora contra la Represión Policial e Institucional CRIN : Child Rights Information Network CTFMR : Country Task Force on Monitoring and Reporting EJIL : European Journal of International Law ENOC : European network of Ombudpersons for children ERRC : European Roma Rights Center ICLQ : International & Comparative Law Quarterly IRRC : International Review of the Red Cross IHRDA : Institute for Human Rights and Development in Africa MRM : Monitoring and Reporting Mechanism MUDHA : Movimiento de Mujeres Dominico-Haitiana OPIC: Optional Protocol to the Convention on the rights of the Child on a communications procedure PICUM : Platform for International Cooperation on Undocumented Migrants SRSG CAAC : Special Representative to the Secretary General on Children and Armed Conflict UNDP : United Nations Development Programme UNHCR : United Nations High Commissioner for Refugees
  12. 12. 12 Introduction "L'humanité doit donner à l'enfant ce qu'elle a de meilleur", Déclaration de Genève, 1924. Au début de l’année 2014, deux fillettes de quatre ans furent gravement blessées lors d’une attaque perpétrée par des rebelles Maï-Maï dans le Nord Kivu, en République Démocratique du Congo. L’une perdit un bras tandis que l’autre était touchée à l’abdomen. Sauvées par un chirurgien de la Croix-Rouge, elles garderont cependant des séquelles toute leur vie et ce crime sera certainement impuni1. Ce cas est typique de la complexité du contexte dans lequel s’insère cette étude. Malgré l’adoption de la Convention des droits de l’enfant et la multiplication des instruments juridiques2 qui visent, depuis, à renforcer la protection des enfants, l’impunité qui entoure généralement les violations est la preuve de la faiblesse de ces droits3. Si les droits de l’enfant sont encore en phase de construction4, cette thèse tend à démontrer que le renforcement des droits de l’enfant passe avant tout par une consolidation de son statut. Les instances contentieuses internationales offrent un cadre unique pour illustrer la manière dont le statut de l’enfant a évolué au cours des vingt-cinq dernières années. L’approche émancipatrice a eu un impact considérable dans ce domaine, l’enfant s’est non seulement vu reconnaître une certaine capacité processuelle en ayant la possibilité d’introduire des requêtes mais il a aussi été amené à participer directement. Isabelle Berro- Lefèvre affirmait ainsi : 1 Entretien informel avec ce chirurgien au cours de l’hiver 2014. 2 En 1998, Géraldine Van Bueren en comptait déjà quatre-vingt. Van Bueren (G.), International Documents on Children, Dordrecht, Martinus Nijhoff, 2e éd., 1998, 532 p. 3 On parle de milliers et même de millions d’enfants victimes (v. par ex. Chagnollaud (D.), Drago (G.) (dir.), Dictionnaire des droits fondamentaux, Paris, Dalloz-Sirey, 2006, p. 401 ou Santos Pais (M.), « The challenges of the implementation of the CRC », in Institut international des droits de l’enfant, Haut-Commissariat aux droits de l’homme, 18 candles. The Convention on the rights of the child reaches majority, Sion, Institut international des droits de l’enfant, 2007, p. 102. 4 Gutmann (D.), « Enfant », in D. Alland, S. Rials (dir.), Dictionnaire de la culture juridique, Paris, PUF, 2003, p. 613-617.
  13. 13. 13 « Les efforts internationaux visant à promouvoir les droits de l’enfant ont considérablement transformé son statut, le faisant passer de sujet relativement effacé, à détenteur de droits à part entière : l’enfant n’est plus sujet, il est désormais acteur »5. Tout en tenant compte des principaux concepts qui alimentent les droits de l’enfant, et plus particulièrement du concept d’enfant acteur, on constatera que l’évolution du statut de l’enfant s’est fait en trois étapes : d’objet de protection, il est devenu un sujet de droit, puis de sujet avant tout passif, il devient progressivement un sujet actif. Les différentes instances contentieuses internationales ont cherché à appliquer les principes relatifs à la justice pour les enfants mais la pratique laisse entrevoir certaines problématiques liées à la participation des enfants. Si le système de protection mis en place est parfois lacunaire, la participation de l’enfant peut encore être limitée, voire contestée. Le nouveau mécanisme de plainte devant le Comité des droits de l’enfant constituait une opportunité unique pour développer un modèle exemplaire, mais le 3e Protocole à la Convention internationale des droits de l’enfant complété par un Règlement intérieur restent incomplets. Il sera intéressant, dans cette étude, de faire une comparaison entre les principales procédures contentieuses internationales à travers lesquelles l’enfant est impliqué afin de mettre en lumière les bonnes pratiques mais aussi d’élaborer des propositions pratiques permettant de guider les praticiens du droit et autres professionnels dans le processus d’adaptation de ces procédures. Ainsi, en quoi la pratique devant les instances contentieuses internationales permet-elle d’apporter un éclairage supplémentaire sur la participation de l’enfant à la justice tout en contribuant au renforcement de son statut juridique ? Cette problématique générale se compose de deux questions plus précises à travers lesquelles il est possible d’analyser le rôle joué par l’enfant et la manière dont sa participation doit être encadrée : dans quelle mesure l’enfant peut-il accéder aux procédures contentieuses internationales ? Comment ses droits sont-ils pris en considération dans le cadre du traitement des affaires ? La reconnaissance de l’enfant en tant que sujet de droit ne doit cependant pas entraîner une diminution de ses droits. En raison de sa condition particulière, l’enfant ne pourrait accéder à la justice sans recevoir une protection spéciale. L’encadrement de la participation de l’enfant tend même à renforcer son statut puisque, en étant traité d’une manière appropriée tout au long de la procédure, il 5 Berro-Lefèvre, I., « L’accès des enfants à la Cour européenne des droits de l’Homme », op. cit., p. 11.
  14. 14. 14 peut participer de manière effective et devenir un véritable acteur du procès. La recherche d’un équilibre entre protection et participation constitue donc le fil directeur de la thèse. L’analyse se limite à la pratique devant les instances contentieuses internationales ayant traité la majorité des affaires relatives aux droits de l’enfant, c’est-à-dire les cours européenne et interaméricaine des droits de l’homme, certains Comités onusiens et le Comité européen des droits sociaux, mais aussi aux deux instances spécialisées en droits de l’enfant (Comité des droits de l’enfant et Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant). Tout en s’appuyant sur les standards les plus élevés contenus dans divers instruments juridiques relatifs à la justice pour les enfants, on s’intéressera également à la pratique devant la Cour pénale internationale et à la Commission Vérité et Réconciliation de Sierra Leone dont certains aspects sont particulièrement intéressants. En outre, la pratique dans les ordres juridiques internes permet d’illustrer quelques problématiques, comme la portée du droit à être entendu notamment. Cette thèse est construite autour des différents aspects du droit au procès équitable pris en son sens large : le droit à un recours effectif, le droit à un procès équitable, c’est-à-dire les garanties judiciaires et le droit à un jugement exécutoire. Ce cadre logique forme en effet la garantie d’une justice effective tout en permettant d’analyser les aménagements nécessaires permettant de tenir compte de la condition particulière de l’enfant. Trois questions principales seront ainsi abordées, soit l’interpénétration entre les normes et les différents mécanismes contentieux, le débat sur la capacité de l’enfant et le dilemme de différence. Tout en renforçant le cadre théorique existant, cette thèse contribue au renforcement de la culture des droits de l’enfant. Elle s’accompagne d’un tableau récapitulatif de la jurisprudence internationale ainsi que d’une liste des droits procéduraux de l’enfant. Si elle offre une nouvelle perspective sur le statut procédural de l’enfant, sa principale utilité est d’ordre pratique. Elle tend à démontrer l’intérêt d’une approche émancipatrice pour renforcer le statut juridique de l’enfant à une étape cruciale dans le développment des droits de l’enfant. Suite à la création d’un nouveau mécanisme de plaintes devant le Comité des droits de l’enfant, l’enfant a en effet acquis une nouvelle position sur la scène juridique mais celle-ci reste fragile et dépend en grande partie de l’attitude des adultes et des professionnels qui l’entourent.
  15. 15. 15 1. Contexte de l’étude : L’écart entre la réalité et les engagements pris en matière de droits de l’enfant La Convention des droits de l’enfant a engendré une dynamique exceptionnelle en faveur de l’enfance. Adoptée par l’Assemblée générale des Nations Unies le 20 novembre 1989, elle est le premier texte international en matière de droits de l’enfant ayant valeur contraignante6. Les Etats parties se voient ainsi imposer un certain nombre de responsabilités envers les mineurs, et doivent notamment prendre des mesures effectives pour assurer leur protection, leur santé ainsi que leur éducation7. L’article 4 de la Convention établit plus précisément qu’ils : « s'engagent à prendre toutes les mesures législatives, administratives et autres qui sont nécessaires pour mettre en œuvre les droits reconnus dans la présente Convention ». Un comité spécifique au sein du système onusien, le Comité des droits de l’enfant, a été créé pour surveiller le respect de leurs engagements et examiner les progrès réalisés par le biais d’une procédure d’examen des rapports périodiques8. Les pouvoirs du Comité ont été renforcés en 2014 grâce à la mise en place d’un mécanisme de plaintes individuelles permettant à des enfants victimes et à leurs représentants de dénoncer des violations de leurs droits9. La ratification quasi-universelle de la Convention des droits de l’enfant lui procure une forte valeur symbolique et souligne l’engagement de la communauté internationale pour renforcer la protection des enfants10. L’Assemblée générale des Nations Unies s’est ensuite engagée à améliorer l’accès des enfants aux services de base, et leur a accordé une place importante dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement11. Le Conseil de Sécurité des Nations Unies a quant à lui inscrit la question des enfants et des conflits armés sur son 6 La Déclaration sur les droits des enfants adoptée en 26 septembre 1924, ainsi que la Déclaration des droits de l’enfant de 1959 n’ont en effet qu’une valeur déclaratoire. 7 Art. 24, 28 et 29 de la CDE. 8 Art. 43 et 44 de la CDE. 9 Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l’enfant établissant une procédure de présentation de communications, New York, 19 décembre 2011. L’acronyme anglais OPIC est généralement utilisé en langue française pour désigner ce Protocole. 10 Seuls deux Etats – les Etats-Unis et le Soudan du Sud ne l’ont pas encore ratifié ; la Somalie l’ayant finalement ratifié en janvier 2015. 11 Plusieurs objectifs concernent spécifiquement les enfants comme celui visant à réduire la mortalité infantile ou assurer l’éducation primaire pour tous. Voir le site des Objectifs du Millénaire pour le développement, disponible sur : http://www.un.org/fr/millenniumgoals/ (consulté le 18 août 2014).
  16. 16. 16 agenda dès la fin des années 9012. Les droits de l’enfant ont reçu une attention particulière suite à l’adoption de deux Protocoles additionnels en l’an 2000, l’un portant sur l'implication d'enfants dans les conflits armés, l’autre sur la vente d’enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants13 ainsi que la nomination de deux nouveaux Représentants spéciaux pour les enfants et les conflits armés et la violence à l’encontre des enfants14. Les différents Comités onusiens se sont également intéressés à cette question, tandis que le Conseil des droits de l’homme a organisé plusieurs journées de débat sur les droits de l’enfant, comme celles portant sur l’administration de la justice pour mineurs en 2012 ou sur l’accès à la justice pour les enfants en 201415. De même, les activités menées par les organisations régionales en matière de droits de l’enfant n’ont cessé de se développer depuis 1989. Le Conseil de l’Europe a par exemple créé plusieurs programmes d’action pour renforcer la promotion de leurs droits ainsi que leur protection contre la violence, tels que le programme « Construire une Europe pour et avec les enfants »16. De nombreux instruments ont aussi été adoptés par les différentes organisations régionales. Si la Charte africaine sur les droits et le bien être de l’enfant est l’unique Convention portant spécifiquement sur les droits de l’enfant à avoir été adoptée dans un cadre régional, le Conseil de l’Europe et l’Organisation des Etats américains ont abordé des sujets plus spécifiques comme la protection de l’enfant contre l’exploitation et les abus sexuels ou la traite des mineurs17. 12 Il a adopté une série de résolutions à ce sujet au cours des quinze dernières années : Résolution 1261, S/Res/1261 (1999), 25 août 1999 ; Résolution 1314, S/Res/1314 (2000), 11 août 2000 ; Résolution 1379, S/Res/1379 (2001), 20 novembre 2001 ; Résolution 1460, S/Res/1460 (2003), 30 janvier 2003 ; Résolution 1539, S/Res/1539 (2004), 22 avril 2004 ; Résolution 1612, S/Res/1612 (2005), 26 juillet 2005 ; Résolution 1882, S/Res/1882(2009), 4 août 2009 ; Résolution 1998, S/Res/1998(2011), 12 juillet 2011. 13 Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés, New York, 25 mai 2000 et Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant la vente d'enfants, la prostitution des enfants et la pornographie mettant en scène des enfants, New York, 25 mai 2000. 14 Voir le site de la Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants : http://srsg.violenceagainstchildren.org et de la Représentant spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés : http://childrenandarmedconflict.un.org (consultés le 18 août 2014). 15 Ces journées de débat ont eu lieu lors de la 19e session et de la 25e session. Voir la page spéciale du Conseil des droits de l’homme disponible sur le site du Haut-Commissariat aux droits de l’homme : http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/Pages/HRCIndex.aspx (consulté le 18 août 2014). 16 En ce qui concerne plus spécifiquement les activités du Conseil de l’Europe dans ce domaine, v. http://www.coe.int/t/transversalprojects/children/Default_fr.asp. Pour le système interaméricain, v. le site de l’Institut interaméricain de l’enfant http://www.iin.oea.org/ et le système africain, v. le site de l’African Child Policy Forum http://www.africanchildforum.org/site/ (sites consultés le 19 septembre 2011). 17 Convention du Conseil de l’Europe sur la protection des enfants contre l’exploitation et les abus sexuels, Lanzarote, 25 octobre 2007 et Convention interaméricaine sur le trafic international de mineurs, Mexico, 1994. Une liste des principaux traités et documents d’organisations internationales et régionales portant sur les droits de l’enfant figure en p. 344 et s.
  17. 17. 17 Il convient également de souligner le rôle des milliers d’organisations non gouvernementales qui travaillent dans le domaine de la défense des droits de l’enfant à l’échelle internationale, régionale et nationale. L’émergence de ces acteurs sur la scène juridique internationale est relativement récente. Si leurs capacités techniques et humaines varient considérablement, elles sont désormais considérées comme l’un des moteurs de la protection des droits de l’homme. Tout en collaborant avec les instances internationales, elles encouragent le développement des normes juridiques. De plus, elles participent à la fonction juridictionnelle et prennent une part active dans les procédures judiciaires en tant que tiers intervenants, représentants des victimes ou requérants18. Au cours des dernières années, elles sont aussi devenues des acteurs clés pour les droits de l’enfant, aussi bien à travers leurs activités de plaidoyer19 qu’en agissant en faveur des victimes20. Ces progrès doivent néanmoins être mitigés. Lors de son discours d’investiture en mai 2011, le Président du Comité des droits de l’enfant, Jean Zermatten, tout en notant une certaine régression, se questionnait quant à la possible fin d’un « âge d’or » des droits de l’enfant21. Force est de constater l’ampleur de la violence à l’encontre des enfants qui ne connait aucune frontière territoriale ni sociale. Elle est présente dans les foyers, les écoles, les institutions spécialisées, les clubs de sport, les postes de police et même dans la rue22. Paulo Sérgio Pinheiro rappelait dans l’introduction de son rapport que : « dans toutes les régions, contrairement aux obligations qui découlent des droits de l’homme et aux besoins de développement des enfants, la violence à leur encontre est socialement approuvée et souvent légale et autorisée par l’Etat »23. 18 Voir Delmas-Marty (M.), La refondation des pouvoirs, Paris, Seuil, 2007, p. 163 et s. et Flauss (J.-F.), « Les organisations non gouvernementales devant les juridictions internationales compétentes dans le domaine de la protection des droits de l’homme », in Les organisations non gouvernementales et les droits de l’homme, Bruxelles, Bruylant, 2005, p. 71-101. 19 Comme par exemple l’Action pour mettre fin à l’utilisation d’enfants soldats dans le monde (auparavant la Coalition pour mettre fin à l’utilisation des enfants soldats), http://www.child-soldiers.org/fr/accueil (consulté le 19 septembre 2014). 20 Comme l’association DEI-Belgique par exemple qui a introduit une action devant le Comité européen des droits sociaux (C.E.D.S., Défense des enfants International (DEI) c. Belgique (décision sur le bien-fondé), 23 octobre 2012, n° 69/2011). 21 Zermatten (J.), « Discours d’investiture du nouveau Président du Comité des droits de l’enfant », Genève, 2011, [en ligne], http://www.childsrights.org/html/site_en/index.php?subaction=showfull&id=1306857064 (consulté le 2 juin 2011). 22 Pinheiro (P. S.), « World Report on Violence against Children », New York, United Nations, 2006, 364 p. Voir également le suivi du rapport effectué cinq ans plus tard, disponible sur http://www.crin.org/docs/Five_Years_On.pdf (consulté le 10 décembre 2012). 23 Ibid., p. 5.
  18. 18. 18 Ses contours sont d’autant plus flous que les auteurs sont multiples. Elles sont souvent des proches. En ce qui concerne la violence sexuelle par exemple, des recherches menées dans plusieurs pays européens ont démontré que l’auteur est souvent une personne proche en qui les victimes ont confiance24. Dans le cadre du tourisme sexuel impliquant des enfants, en revanche, les auteurs n’ont pas de profils déterminés. Ce sont aussi bien des pères de famille, des chefs d’entreprise ou de simples voyageurs, de sexe masculin ou féminin25. La violence entre pairs qui prend forme à travers le harcèlement scolaire, les viols ou le cyber-bullying doit également être mentionnée26. Au-delà des particuliers, la responsabilité de certaines multinationales27 et même des organisations internationales a pu être mise en cause. Ainsi, suite à l’embargo imposé par les Nations Unies en Irak, des milliers de personnes ont péri en raison du manque de vivres suite à la mise en œuvre du programme « pétrole contre nourriture »28. Un tour d’horizon de ces différents acteurs doit également inclure les Etats puisque, malgré leur obligation de respecter, protéger et mettre en œuvre les droits de l’enfant, ils sont généralement mis en cause. L’effectivité de la mise en œuvre des droits de l’enfant et des mécanismes de protection reste vivement contestée. L’une des principales critiques formulées porte sur leur faiblesse juridique sachant que ces droits sont avant tout appréhendés comme des obligations morales et non juridiques29. La juge Isabelle Berro-Lefèvre affirmait : « Il est important que les droits des personnes vulnérables, comme les mineurs, ne soient pas qu’une pure fiction. Le fait d’avoir des droits sur le papier ne veut pas dire grand-chose, si l’on ne fait pas des droits de l’enfant une réalité. Et la réalité montre souvent à quel point l’édifice normatif est fragile ; l’écart entre les engagements 24 A ce sujet, v. le site de la campagne du Conseil de l’Europe contre la violence à l’égard des enfants : http://www.coe.int/t/dg3/children/1in5/default_fr.asp (consulté le 10 juillet 2013). 25 Tel que souligné par le Directeur de l’UNODC lors de la Conférence sur le tourisme et l’exploitation sexuelle des enfants qui s’est tenue à Madrid en mars 2007. 26 A propos des violences sexuelles, v. Jaffé (P.), Zermatten (J.) (dir.), Les jeunes auteurs d’actes d’ordre sexuel, Sion, IUKB, IDE, 2010, 208 p ; ainsi que Jaffé (P.), « La prévention par les médias », Université d’été, Les droits de l’enfant et les médias, Université catholique de Louvain, Louvain La Neuve, juillet 2011. 27 Institut international des droits de l’enfant, Droits de l’enfant et secteur privé: amener les Etats et les entreprises à remplir leur obligations, 2013, Sion, IUKB, IDE, 2013, 206 p. Voir également l’Observation générale n° 16 du Comité des droits de l’enfant sur les obligations des Etats par rapport à l’impact du secteur des affaires sur les droits de l’enfant, 17 avril 2013. 28 Ezzarqui (L.), Résolution 986 : « Pétrole contre nourriture », Paris, Montchrestien, 1998, 286 p. Sur une critique de l’action des organisations dans le cadre des missions humanitaires, v. Burman (E.), « Innocents abroad: western fantasies of childhood and the iconography of emergencies », Disasters, 1994, n° 18(3), p. 238- 253 ou Pupavac (V.), « Misanthropy without borders. The international children’s rights regime », Disasters, 2001, n° 25(2), p. 95-112. 29 Voir par exemple Hammarberg (T.), « The rights of the child, much more than charity », in Institut international des droits de l’enfant, Haut-Commissariat aux droits de l’homme, 18 candles. The Convention on the rights of the child reaches majority, Sion, Institut international des droits de l’enfant, 2007, p. 113-119.
  19. 19. 19 juridiques et politiques et le sort subi par de nombreux enfants en Europe n’est un secret pour une personne »30. Cette remarque est susceptible de s’appliquer à l’échelle universelle. Comme on pourra le voir, le principal problème se situe bien plus par rapport à la pratique, que par rapport aux textes sachant que de nombreux instruments existent et que les lacunes peuvent être comblées par l’adoption d’un nouveau texte ou par un procédé interprétatif. Le principal enjeu à l’heure actuelle est celui de la reconnaissance de l’enfant en tant que sujet de droit à part entière31. La protection de l’individu est en effet étroitement liée à son statut. Si l’évolution du statut des individus en droit international reflète une amélioration sensible de leur protection à l'échelle universelle32 , certaines catégories de personnes sont encore en marge de ce système de protection. Les recherches menées par les féministes ont notamment démontré que le droit international était construit autour d’une figure patriarcale, ne donnant pas la possibilité à certaines personnes, comme les femmes, d’être impliquées dans l’élaboration, l’interprétation ainsi qu’à la mise en œuvre du droit international. Tout en remettant en question l’adaptation et l’effectivité d’un droit qui ne représenterait que les intérêts des personnes au pouvoir, les féministes considèrent que les femmes peuvent renforcer leur position en participant au processus décisionnel et normatif33. Ces recherches tendent donc à démontrer que le statut d’une catégorie de personnes peut évoluer selon la place qui leur est accordée dans ce système. Le mouvement en faveur de l’émancipation des femmes a d’ailleurs permis de consolider leur position dans la société. Le renforcement de la protection juridique de l’enfant passe donc par une consolidation de son statut. La Convention des droits de l’enfant a permis d’enclencher une certaine évolution, mais l’approche protectionnelle, adultocentriste, tend à affaiblir le statut des enfants, aussi bien d’un point de vue socio-économique, que politique et juridique. Emmanuel Decaux a 30 Berro-Lefèvre (I.), « L’accès des enfants à la Cour européenne des droits de l’Homme », Journal du Droit des Jeunes Belgique, 2008, n° 272, p. 14. Sur le fossé entre les engagements étatiques et la réalité dans laquelle vivent des milliers d’enfants, v. Parmentier (S.), « The significance of mechanisms to monitor human rights at the international level », in E. Verhellen, Understanding Children’s Rights, Ghent, Ghent University, 2004, p. 341-374. 31 Zermatten (J.), « Discours d’investiture du nouveau Président du Comité des droits de l’enfant », op. cit. 32 Kerbrat (Y.), « Organisation des Nations Unies. Comité des droits de l’homme et autres comités mis en place par les conventions de protection des droits de l’homme des Nations Unies », JurisClasseur Droit international, Fasc. 121-40, 2013, 42 p. 33 Sur l’approche féministe du droit international, v. notamment Charlesworth (H.), Chinkin (C.), Wright (S.), « Feminist approaches to International Law », AJIL, 1991, vol. 85, p. 613-645.
  20. 20. 20 ainsi pu affirmer que : « manifestement […] l’enfant est encore considéré comme un objet, un enjeu entre l’Etat et la famille, non comme un sujet de droit »34. L’objectif de cette thèse sera donc de s’intéresser au renforcement du statut juridique de l’enfant, tout en soutenant que le fait de donner à l’enfant la possibilité de participer tend à renforcer sa protection. 2. Intérêt du sujet : Le renforcement du statut juridique de l’enfant Tout en posant les bases du droit international relatif à l’enfance, la Convention des droits de l’enfant énumère l’ensemble des droits dont il bénéficie. Outre les droits fondamentaux dont il jouit comme tout autre être humain35, il existe des droits qui lui sont propres tels que le droit au repos, au jeu et aux loisirs, le droit à la participation et à l’éducation, auxquels il faut ajouter l’interdiction de la peine de mort36. L’ensemble de ces droits doit être lu à la lumière de quatre principes fondamentaux : la non-discrimination, le droit à la vie et au développement, l’intérêt supérieur de l’enfant et le respect de ses opinions37. La Convention accorde une place particulière à la famille qui est considérée comme l’unité fondamentale de la société et le milieu naturel pour la croissance et le bien-être des enfants. Elle reconnaît ainsi l’importance du cadre familial en soulignant les responsabilités spécifiques des parents à l’égard de leurs enfants38. Si le manque de maturité physique et intellectuelle du mineur nécessite que des soins spéciaux ainsi qu’une protection juridique lui soient accordés39, la Convention tend à dépasser 34 Decaux (E.), « Universalité des droits de l’homme et pluralité interprétative : l’exemple des droits de l’enfant », in A. Berthoz, C. Ossola, B. Stock (dir.), La pluralité interprétative : fondements historiques et cognitifs de la notion de point de vue, Paris, Collège de France, 2010, [en ligne], http://books.openedition.org/cdf/1497 (consulté le 15 août 2014). Sur la faiblesse du statut de l’enfant, v. Freeman (M.), The moral status of children. Essays on the Rights of the Child, The Hague, Martinus Nijhoff, 1997, 404 p. 35 Tel que formulés dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, Paris, 10 décembre 1948, ainsi que le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels, New York, 16 décembre 1966 et le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, New York, 16 décembre 1966. 36 Art. 31, 12, 28 et 29, 3 et 37 de la CDE. 37 Art. 2, 3, 6 et 12 de la CDE. Voir à ce sujet Verhellen (E.), Convention on the rights of the child. Background, motivation, strategies, main themes, Leuven, Garant, 3e éd., 2000, 193 p. 38 Art. 9 à 11 et art. 18 de la CDE. 39 Préambule de la CDE.
  21. 21. 21 la vision protectionniste qui a prévalu tout au long du vingtième siècle. Elle lui reconnaît en effet une certaine autonomie, appréciable en fonction du développement de ses capacités40. Elle introduit également la notion de droit à la participation, qui englobe le droit d’être entendu, le droit à la liberté d’expression, de pensée et de religion, le droit au respect de la vie privée ou encore le droit d’être informé41. Cette réalité de l’enfant n’est pas ignorée du droit, mais elle reste assez nouvelle42. En revanche, elle a pris une autre dimension dans le champ des sciences sociales : le développement du concept d’enfant « acteur »43 a en effet permis de reconnaître que l’enfant n’est pas seulement un être vulnérable. Développé à partir du concept plus large d’agency, qui correspond à la capacité des individus d’agir de manière autonome44, les enfants n’ont plus été appréhendés comme des victimes passives. Malgré leur fragilité, de nombreux auteurs ont démontré qu’ils étaient capables de prendre une part active dans sa propre vie. Ainsi, Alcinda Honwana a apporté un nouvel éclairage sur la réalité des enfants dans les conflits armés. Dépassant une approche dichotomique qui a pour effet d’enfermer les enfants soldats dans des catégories fixes, comme « innocents » ou « coupables », « victimes » ou « bourreaux »45, elle explique qu’ils forment un « tout », vulnérables et puissants à la fois46. Le fait de les appréhender comme des victimes passives reviendraient donc à sous-estimer le rôle majeur qu’ils peuvent jouer dans ce contexte. En revanche, ils ne pourraient être appréhendés comme de simples criminels de guerre sachant qu’ils bénéficient d’un traitement spécial en raison de leur condition de mineur. Le droit a été marqué par l’approche paternaliste qui est particulièrement présente dans le droit romain. L’enfant n’existe pas en tant que sujet de droit mais comme la propriété de 40 Art. 5 de la CDE. 41 Art. 12 à 17 de la CDE. On retient généralement que la Convention est divisée en trois catégories : les « 3 P » qui correspondant aux droits relatifs à la protection, aux prestations et à la participation. Sur cette division, v. Verhellen (E.), Convention on the rights of the child. Background, motivation, strategies, main themes, op. cit. ainsi que Quennerstedt (A.), « Children, but not really humans? Critical reflections on the hampering effect of the “3 p’s” », International Journal of Children’s Rights, 2010, n°18, p. 619–635. 42 Voir Gutmann (D.), « Enfant », op. cit. 43 Ce concept est développé principalement dans le champ des sciences sociales. Voir notamment Meyer-Bisch (P.) (dir.), L’enfant témoin et sujet. Les droits culturels de l’enfant, Genève, Schuthess, 2012, 334 p. 44 James (A.), James (A.), Key concepts in childhood studies, London, Sage, 2012, 160 p. 45 Voir par exemple Arzoumanian (N.), Pizzutelli (F.), « Victimes et bourreaux : questions de responsabilité liées à la problématique des enfants-soldats en Afrique », RICR, 2003, vol. 85, n° 852, p. 827-856, Maystre (M.), Les enfants soldats en droit international. Problématiques contemporaines au regard du droit international humanitaire et du droit international pénal, Paris, Pedone, 2010, 202 p. ou Chapleau (P.), Enfants-Soldats. Victimes ou Criminels de Guerre?, Monaco, Editions du Rocher, 2007, 306 p. 46 Honwana (A.), « Innocents et coupables. Les enfants-soldats comme acteurs tactiques », Politique africaine, 2000, n° 80, p. 58-78.
  22. 22. 22 son père47. Le Code civil napoléonien a été influencé par cette approche, mais le droit s’est peu à peu assoupli. L’approche protectionnelle qui s’est principalement développée à la fin du XIXe siècle a ensuite marqué les instruments en matière de droits de l’enfant qui ont été adoptés tout au long du XXe siècle. Face à la nécessité de reconnaître sa condition particulière, une série de règles juridiques a été développée dans le cadre pénal et éducatif. C’est ainsi que les déclarations sur les droits de l’enfant de 1924 et de 1959 mettent en avant la nécessité de lui apporter une protection spéciale. Cette approche reste dominante à l’heure actuelle, mais elle a peu à peu laissé place à l’approche émancipatrice. Suite à l’adoption de la Convention de 1989, il a en effet été soutenu que l’enfant n’était pas un simple objet de protection mais un sujet de droits à part entière48. Il faut constater que l’on se trouve dans un entre-deux. Entre approche protectionnelle et émancipatrice, la reconnaissance de l’enfant comme sujet de droit à part entière n’est pas totalement acquise. Progressivement reconnu comme un sujet de droits à part entière, l’enfant n’est pas pour autant libéré du principe d’incapacité qui tend à affaiblir son statut juridique. Les recherches menées par Karl Hanson ont permis de mieux appréhender cette question. Il est intéressant de reprendre la distinction établie par cet auteur pour saisir les enjeux relatifs au débat sur la capacité de l’enfant. Quatre écoles de pensée ont été identifiées en fonction du degré de reconnaissance de la capacité : les approches paternaliste, protectionnelle, émancipatrice et libérale. Selon l’approche libérale, l’enfant est l’égal de l’adulte, tandis que les artisans de l’approche paternaliste le considèrent comme un être dépourvu de capacité. Ces deux positions sont extrêmes en comparaison avec les approches protectionnelle et émancipatrice qui admettent un certain degré de capacité. La première envisage l’enfant comme un incapable, à moins que le contraire ne soit prouvé. En revanche, la présomption de capacité est inversée avec l’approche émancipatrice. Confortée par une conception plus moderne de l’enfance, les enfants sont considérés comme des sujets capables devant bénéficier d’une protection spéciale49. 47 Youf (D.), « Seuils juridiques d’âge : du droit romain aux droits de l’enfant », Sociétés et jeunesses en difficultés, 2011, n° 11, [en ligne], http://sejed.revues.org/index7231.html (consulté le 15 août 2014). 48 Verhellen (E.), Convention on the rights of the child. Background, motivation, strategies, main themes, op.cit. Voir également Youf (D.), Penser les droits de l’enfant, Paris, PUF, 2002, 184 p. ou Dekeuwer-Defossez (F.), Les droits de l’enfant, Paris, PUF, Collection Que sais-je ?, n° 852, 7e éd., 2006, 127 p. 49 Hanson (K.), « Schools of thought in children’s rights », in M. Liebel et al. (dir.), Children’s Rights from Below: Cross-Cultural Perspectives, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012, p. 63-79.
  23. 23. 23 La reconnaissance de l’enfant comme sujet de droit reste subordonnée à la manière dont les droits de l’enfant sont appréhendés dans un système donné. Le mouvement en faveur de l’émancipation de l’enfant, porté aussi bien par la théorie que la pratique, a engendré une nouvelle dynamique. Jean-Pierre Rosenczveig, ancien Président du Tribunal pour enfants de Bobigny, soulignait ainsi : « Par delà des mesures d’application juridique, s’esquisse l’idée que nous nous faisons de l’enfant : période de préparation du futur adulte (parent, travailleur et citoyen) ou période spécifique de la vie de l’individu qui doit être prise en compte pour elle-même et pas seulement finalisée. Cette réflexion est engagée […] L’enjeu est bien aujourd’hui plus que jamais de passer de l’idée de protection de l’enfance à l’idée que l’enfant est une personne. Ce qui signifie que, comme tel, il doit certes être protégé car il est plus qu’un objet de protection : un acteur potentiel de sa propre vie […] Développer ses propres capacités, notamment ses compétences à opposer un sens critique à ses agresseurs, est bien la première ligne de protection de l’enfant. Dans notre société, et donc dans notre droit, l’enfant est de plus en plus analysé comme une personne réelle ou même potentielle »50 . Il faut néanmoins noter certaines réticences. Face au nouveau rôle qui a été accordé à l’enfant, pour beaucoup, il reste en effet l’infans, celui qui ne parle pas51. Ainsi, le principe d’incapacité juridique continue de dominer les ordres juridiques internes, tandis que ces réticences ont fortement limité la portée des instruments juridiques relatifs aux droits de l’enfant adaptés dernièrement. Cette étude tend pourtant à démontrer l’intérêt de l’approche émancipatrice pour renforcer le statut juridique de l’enfant. La pratique devant les instances contentieuses internationales est, de ce point de vue, particulièrement intéressante puisque les mineurs sont appréhendés comme de véritables sujets de droit. 3. Délimitation du champ de l’étude La nécessité de renforcer le statut juridique de l’enfant se situant au cœur de cette étude, il est intéressant d’analyser ce sujet sous l’angle du droit procédural. Si les droits substantiels et procéduraux sont complémentaires, la richesse du droit procédural doit être soulignée puisqu’il anime les droits substantiels qui, à défaut, restent suspendus. Il peut dès lors être 50 Rosenczveig (J.-P.), Le dispositif français de protection de l’enfance, Paris, Jeunesse et droit, 3e éd., 2005, p. 119 et s. 51 Sur une critique de cette approche, v. Purdy (L.), In their best interest ? The case against equal rights for children, Cornell, Cornell University Press, 1992, 272 p.
  24. 24. 24 considéré comme un moteur garantissant l’accomplissement des droits fondamentaux52. Les droits de l’enfant sont généralement analysés du point de vue des droits substantiels53. L’étude de ces droits sous l’angle de la procédure s’avère particulièrement intéressante, d’autant plus que le droit procédural permet d’offrir un nouvel éclairage sur la participation des enfants à la justice. Il permet notamment d’apprécier le rôle joué par l’enfant tout en mettant en lumière les limites existantes : l’enfant, généralement confronté à une série d’obstacles, peut-il véritablement exercer ses droits et participer à la justice agir ? Les règles procédurales mises en place le protègent-elles efficacement ? Le droit procédural constitue aussi un outil pour renforcer le statut juridique de l’enfant. A travers sa mise en œuvre, les différents acteurs impliqués dans ce processus ont en effet la possibilité de faire évoluer la place de l’enfant, tout en consolidant l’ensemble des règles relatives à sa protection et sa participation. Cette étude se concentre principalement sur la pratique devant les instances contentieuses internationales qui forme un champ d’étude particulièrement intéressant puisque, en donnant aux enfants la possibilité de participer, ces instances participent activement au renforcement de leur statut juridique. La jurisprudence internationale en droits de l’enfant s’est développée de manière empirique depuis l’adoption de la Convention des droits de l’enfant principalement et la pratique devant les instances contentieuses internationales reflète les évolutions qui ont eu lieu dans ce domaine, tout en s’inscrivant dans une approche émancipatrice à travers laquelle les enfants peuvent non seulement agir en justice mais être aussi amenés à participer en témoignant par exemple. a) Les procédures contentieuses internationales Si les enfants sont généralement frappés par le principe d’incapacité juridique en droit interne, certaines instances contentieuses internationales ont donné à des victimes, encore mineures, la possibilité d’exercer leurs droits de manière autonome. Le nombre d’enfants ayant introduit des requêtes devant la Cour européenne des droits de l’homme n’a d’ailleurs cessé d’augmenter depuis le début des années 90, tandis que l’adoption d’un nouveau mécanisme spécifique devant le Comité des droits de l’enfant démontre la nécessité de mettre 52 Sudre (F.), Droit européen et international des droits de l’homme, Paris, PUF, 11e éd., 2012, p. 733-734. On peut également retenir la définition suivante : « le droit matériel ne peut se concrétiser sans le support du droit procédural qui, tout en ne se confondant pas avec lui, est l’instrument de la réalisation des droits substantiels », De Leval (G.), Eléments de procédure civile, Bruxelles, Larcier, 2003, p. 9. 53 Voir par exemple Kilkelly (U.), The child and the European Convention on Human Rights, Aldershot, Ashgate, 1999, 353 p.
  25. 25. 25 en place des voies de recours directes pour les victimes. En ayant la possibilité de saisir ces instances, les enfants se sont ainsi vu reconnaître une certaine capacité processuelle. S’ils sont traités comme de véritables sujets de droit, ils n’en sont pas moins considérés comme des acteurs ordinaires. Plusieurs instances contentieuses internationales considèrent en effet que les enfants, en raison de leur condition spécifique, doivent se voir attribuer une protection particulière. Ainsi, qu’ils apparaissent directement ou indirectement, il est généralement admis qu’ils doivent bénéficier de mesures de protection supplémentaires. Face à l’éventail de procédures contentieuses internationales existantes, il était nécessaire de limiter l’étude à quelques unes d’entre elles. La raisonnement suivi par François Voeffray a été particulièrement utile pour opérer ces choix : « La diversité des procédures internationales existant en matière de règlement des différends et leur caractère souvent hybride pose aussi la question de la délimitation du champ d’investigation. Ne poser aucune limite conduirait à embrasser un large spectre de mécanismes, dont certains n’ont aucun des traits fondamentaux d’une procédure judiciaire. A l’inverse, limiter trop strictement et artificiellement le champ d’investigation aux procédures débouchant sur une décision obligatoire pour les parties au litige aboutirait à écarter certains des mécanismes les plus intéressants pour notre étude »54. La solution retenue a été de s’intéresser à l’ensemble des juridictions et organes quasi- juridictionnels qui participent activement au développement du contentieux international en matière de droits de l’enfant. L’étude s’est donc principalement limitée à la pratique devant les instances européennes, interaméricaines et onusiennes. Le nombre de cas intéressant les enfants traités par les cours européenne et interaméricaine des droits de l’homme n’a cessé d’augmenter depuis les années, tandis que des organes quasi-juridictionnels comme le Comité européen des droits sociaux et certains comités onusiens de protection des droits de l’homme ont de plus en plus été amenés à se pencher sur ce type d’affaires55. Ainsi, la pratique devant le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, le Comité des travailleurs migrants, le Comité des droits des personnes handicapées et le Comité des disparitions forcées n’a pas été prise en considération malgré un certain potentiel. Il en est de même de la procédure devant la Commission ainsi que la Cour africaine des droits de l’homme. 54 Voeffray (F.), L’actio popularis ou la défense de l’intérêt collectif devant les juridictions internationales, Paris, PUF, 2004, p. 39 55 Voir la liste de jurisprudence.
  26. 26. 26 Les mécanismes créés en matière de droit international des droits de l’homme avaient avant tout un pouvoir de recommandation lorsqu’ils ont été mis en place mais ils se sont peu à peu juridictionnalisés et disposent désormais d’un véritable pouvoir de décision. Le contrôle contentieux qu’ils exercent s’est amplement développé dans ce domaine depuis une trentaine d’années tandis que les organes internationaux qui se voient confier des pouvoirs contentieux en vue d’examiner des plaintes individuelles se sont multipliés au cours des dernières années 56 . Toutefois, leur nature ainsi que la portée de leurs décisions varient considérablement. Il faut également parler de juridictions restreintes puisque les systèmes de contrôle européen, interaméricain ou africain sont cantonnés à l’échelle régionale, tandis que la compétence des comités onusiens est limitée à un contrôle des traités adoptés dans un domaine particulier (comme la torture) ou dans le but de protéger une catégorie spécifique de personnes (telles que les femmes ou les enfants)57. Ces organes ont le pouvoir de statuer sur des affaires concernant des violations des droits de l’homme, dont les Etats sont les principaux responsables. Il faut rappeler qu’une victime ne peut se tourner vers une instance internationale qu’après avoir utilisé les voies de recours disponibles dans l’ordre juridique interne et seulement si l’Etat ayant manqué à ses obligations internationales a reconnu leur compétence58. Malgré le caractère subsidiaire de ces mécanismes, ils s’avèrent indispensables lorsque l’individu lésé est désarmé, face au manque de volonté de l’Etat notamment pour le protéger efficacement. Les victimes étant généralement confrontées à un certain nombre d’obstacles, l’action indirecte leur permet d’être soutenues par des tiers agissant en leur nom. Certaines instances internationales permettent ainsi à des ONG de déposer directement des requêtes ; elles-ci sont particulièrement actives dans le système interaméricain où elles introduisent la majorité des requêtes à ce sujet. Les mécanismes collectifs leur offrent également la possibilité d’agir au nom d’un groupe de victimes. Encore peu développés, seule la pratique devant le Comité 56 Voir Combacau (J.), Sur (S.), Droit international public, Paris, Montchrestien, 10e éd., 2012, p. 324-327, ainsi que Dupuy (P.-M.), Kerbrat (Y.), Droit international public, op. cit., p. 578-579. 57 Daillier (P.), Pellet (A.), Forteau (M.), Droit international public, Paris, LGDJ, 8e éd., 2009, 1709 p. Sur les comités onusiens, v. plus particulièrement Kerbrat (Y.), « Organisation des Nations Unies. Comité des droits de l’homme et autres comités mis en place par les conventions de protection des droits de l’homme des Nations Unies », op. cit. 58 Yann Kerbrat et Pierre-Marie Dupuy distinguent deux types de contrôle international : le contrôle contentieux et le contrôle non-contentieux. Le contrôle non-contentieux englobe toutes les procédures assurant le respect des obligations conventionnelles mais celui-ci, à la différence du contrôle contentieux se situe généralement en amont, c’est-à-dire avant la naissance d’un différend. Il existe néanmoins des liens étroits entre ces deux types de contrôle (Dupuy (P.-M.), Kerbrat (Y.), Droit international public, Paris, Dalloz, 12e éd., p. 575 et s.).
  27. 27. 27 européen des droits sociaux, qui a développé une jurisprudence particulièrement intéressante en matière de droits de l’enfant, a été prise en compte dans le cadre de cette étude. Il faut aussi tenir compte des mécanismes spécifiques. Le Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant a été créé suite à l’adoption de la Charte africaine sur les droits et le bien-être de l’enfant en 1990. Sa compétence est donc limitée au continent africain, mis il reste le premier et l’unique organe spécialisé en matière de droits de l’enfant ayant exercé un contrôle contentieux. Le Comité des droits de l’enfant, dont le champ d’action est plus large, est quant à lui habilité à examiner des plaintes depuis l’entrée en vigueur du 3e Protocole à la Convention des droits de l’enfant en avril 2014. Seuls quelques Etats ont pour l’instant ratifié le Protocole59 et le Comité n’a pas encore eu l’opportunité d’examiner de plaintes. Toutefois, l’introduction de ce nouveau mécanisme démontre la volonté de la communauté internationale de mettre en place une procédure spécifique à l’échelle internationale et de reconnaître la capacité processuelle de l’enfant. Il aurait également été intéressant de s’intéresser aux requêtes interétatiques qui constituent un moyen d’action efficace. En tant que principaux sujets de droit international, les Etats disposent logiquement de plusieurs voies de recours. Suite au conflit survenu dans le Caucase en 2008, le gouvernement géorgien a par exemple saisi la Cour internationale de Justice et la Cour européenne des droits de l’homme pour dénoncer les pratiques discriminatoires des autorités russes à l’encontre de la population. En même temps, le greffe de la Cour européenne recevait plus de trois mille requêtes introduites par des particuliers pour les mêmes motifs que le gouvernement. Comme a pu le souligner Yann Kerbrat : « les mêmes faits sont allégués par des personnes différentes à l’appui de demandes substantiellement analogues mais dans des procédures conduites parallèlement »60. Cet exemple démontre que l’Etat est susceptible de prendre le relai lorsque les violations touchent un nombre important de personnes. Françoise Tulkens a d’ailleurs soutenu le développement de ce type d’actions, tout en s’appuyant sur l’affaire Chypre c. Turquie. En l’espèce, la Cour constata une violation de l’article 10 de la CEDH du fait que les manuels destinés aux écoles primaires des Chypriotes grecs, vivant dans le nord du pays, aient été 59 A la fin de l’été 2014, on en comptait quatorze. Voir infra, p. 89. 60 Kerbrat (Y.) (dir.), Forum shopping et concurrence des procédures contentieuses internationales, Bruxelles, Bruylant, 2011, p. 11. Le gouvernement géorgien dénonçait une violation de la Convention de 1965 sur l’élimination des discriminations raciales devant la CIJ.
  28. 28. 28 soumis à une censure excessive. En outre, elle considéra que l’article 2 du Protocole n° 1 avait été violé dans la mesure où ces enfants ne pouvaient pas bénéficier d’un enseignement secondaire approprié61. Ce type d’action a finalement été écartée car les Etats n’agissent que très rarement en faveur des particuliers. Il est aussi possible d’envisager une saisine du juge national à travers le renvoi préjudiciel devant la Cour de justice de l’Union européenne62 ainsi qu’une auto-saisine du juge international. La Commission interaméricaine a par exemple la possibilité d’initier l’instruction d’une affaire sur la base d’informations obtenues sans qu’il y ait à proprement parler de requérant63. On pourrait envisager une telle possibilité devant le Comité des droits de l’enfant ou le Comité d’experts africains sur les droits et le bien-être de l’enfant qui, après avoir mené une enquête, auraient les éléments nécessaires pour examiner de possibles violations des droits de l’enfant64. Dans l’affaire Tyrer c. Royaume-Uni, la Commission européenne a par exemple décidé de poursuive la procédure malgré la décision du requérant de retirer sa requête. L’Attorney-General de l’île de Man avait demandé à ce que l’affaire soit radiée du rôle, mais la Commission renvoya l’affaire devant la Cour suite à la décision du requérant de cesser de participer à la procédure considérant que « l’affaire soulevait des questions de caractère général touchant au respect de la Convention et appelait un examen plus approfondi des points en litige »65. Toutefois, ce type de recours n’a pas fait l’objet d’un examen plus approfondi sachant que son impact sur le développement de la jurisprudence internationale en matière de droits de l’enfant est encore limité. 61 Cour EDH, 10 mai 2001, Chypre c. Turquie, n° 25781/94, § 254 et § 280. En vertu de l’art. 33 de la CEDH, un Etat peut saisir la Cour en cas d’un manquement aux dispositions de la Convention par un autre Etat. 62 Dutheil de la Rochère (J.), « Droit au juge, accès à la justice européenne », Pouvoirs, 2001, n° 96, p. 123-141. Pour quelques exemples, v. le tableau récapitulatif de jurisprudence en annexe. 63 Cette pratique est cependant peu développée. Santoscoy (B.), « La protection des droits de l’Homme dans le continent américain : référence spéciale au cas d’Haïti et Cuba », Revue québécoise du droit international, 2000, n° 13.2, p. 19. Il est intéressant de remarquer que la Convention européenne sur l’exercice des droits de l’enfant de 1996 prévoit une possibilité d’auto-saisine dans le cas où son bien-être est sérieusement menacé (art. 8). 64 En vertu de l’art. 45 de la Charte, le Comité africain d’experts sur les droits et le bien-être de l’enfant a la possibilité de mener des enquêtes. Toutefois, il n’est pas expressément prévu que le Comité puisse s’auto-saisir. On remarque néanmoins que dans l’affaire Comité afr., IHRDA et Open Society Justice Initiative (OSJI) (au nom des enfants d’ascendance nubienne au Kenya) c. Kenya, communication n° 002/09, 22 mars 2011, le Comité, tout en tenant compte du principe de l’intérêt supérieur des enfants, a décidé d’examiner la communication malgré le refus des autorités kenyanes de collaborer et de présenter son argumentation écrite sur le fond de la communication (tel que prévu dans les Directives pour l’examen des communications prévues à l’art. 44 de la Charte africaine des droits et du bien-être de l’enfant, Chapitre 2, art. 2). 65 Affaire Tyrer c. Royaume-Uni, op. cit., § 21. Il arrive en effet que le requérant se désiste (en cas de décès au cours de la procédure par exemple). La Cour peut alors s’autoriser à poursuivre l’examen de la violation alléguée dans l’intérêt de la protection des droits de l’homme. Benoit Rohmer (F.), « La requête individuelle devant la Cour européenne des droits de l’Homme », op. cit., p. 18.
  29. 29. 29 En revanche, un intérêt particulier a été accordé à la pratique devant les juridictions pénales internationales. Bien que ces organes ne reconnaissent aux victimes ainsi qu’à leurs représentants aucun droit de saisine66, une analyse des règlements de procédure et de la jurisprudence de ces juridictions est particulièrement utile sachant que des règles spécifiques ont été développées pour encadrer la participation des enfants. L’étude se limite principalement à la pratique devant la Cour pénale internationale et plus particulièrement à l’affaire Lubanga67 qui a amené plusieurs anciens enfants-soldats à prendre une part active au procès. Cette affaire a démontré la nécessité de faire participer des mineurs. Ils n’étaient pas seulement des victimes, mais aussi des témoins clés dans le procès. Cette affaire permet également de mettre en lumière le rôle des différents professionnels entourant l’enfant. Si le Statut de Rome prévoit un certain nombre de mesures en vue de protéger ce public particulier, les juges ont notamment été confrontés à un certain nombre de difficultés lors de l’audition des témoins mineurs. Ils ont alors eu l’occasion d’affiner les règles en la matière. b) L’enfant victime La définition de l’enfant retenue dans cette étude est celle donnée par l’article 1er de la Convention des droits de l’enfant, que l’on retrouve dans la majorité des instruments relatifs aux droits de l’enfant, soit toute personne âgée de moins de dix-huit ans68. Il est utile de souligner qu’aucune distinction n’a été établie au sein du groupe « enfant » afin de ne pas limiter les possibilités d’accéder à la justice. Les droits de l’enfant se modifient au cours de la croissance de l’enfant pour être mieux adaptés en fonction des besoins propres du nouveau-né ou d’un adolescent approchant la majorité 69. S’il faut parler de droits évolutifs, le droit de recours des victimes mineures ne pourrait quant à lui être limité en fonction de l’âge. Bien qu’une approche inclusive soit retenue dans cette étude, il faut tenir compte d’un certain nombre de débats. Il faut en effet noter « l’extrême hétérogénéité »70 qui englobe l’enfance, du nouveau-né, et même du fœtus, à l’adolescent proche de la majorité. 66 A ce sujet v. l’intervention de Yann Kerbrat, in Ruiz Fabri (H.) et Sorel (J.-M.) (dir.), La saisine des juridictions internationales, Paris, Pedone, 2005, p. 265 et s. 67 CPI, Le Procureur c. Thomas Lubanga Dyilo, décision relative à la peine, 10 juillet 2012, ICC-01/04-01/06- 2901. 68 En vertu de l’article 1er de la Convention des droits de l’enfant : « un enfant s’entend de tout être humain âgé de moins de dix-huit ans, sauf si la majorité est atteinte plus tôt en vertu de la législation qui lui est applicable ». Selon les Lignes directrices du Conseil de l’Europe : « par enfant, il faut entendre toute personne de moins de dix-huit ans ». 69 Dekeuwer-Defossez (F.), Les droits de l’enfant, op. cit. 70 Gutmann (D.), « Enfant », op. cit., p. 614.
  30. 30. 30 Il faut tout d’abord constater que les seuils juridiques peuvent considérablement varier d’un pays à l’autre. Ainsi, le droit de vote est fixé à seize ans au Brésil, dix-huit ans en France ou vingt-un ans en Belgique71. En outre, la jurisprudence internationale en matière de droits de l’enfant montre que le juge se laisse lui-même une certaine marge d’appréciation pour fixer la fin de l’enfance tout en acceptant que l’âge du requérant soit pris en considération même s’il est déjà majeur d’un point de vue légal72. L’âge du début de l’enfance est lui aussi largement discuté. Si le préambule de la Convention des droits de l’enfant reprend l’approche adoptée dans la Déclaration de 1959 selon laquelle l’enfant doit être protégé avant comme après sa naissance, la principale question qui continue de se poser est celle de la reconnaissance de la personnalité juridique du foertus. De nombreux pays catholiques et musulmans ont notamment soutenu le droit à la vie du fœtus et l’interdiction de l’avortement73. De même, l’âge de la majorité pénale reste controversé. Cette question s’est posée dans le cadre de la justice pénale internationale. L'art. 7 du Statut du Tribunal Spécial pour la Sierra Leone prévoit que les individus peuvent être poursuivis à partir de l'âge de quinze ans, sachant que l’art. 1§1 du Statut établit que le Tribunal est « chargé de poursuivre les personnes qui portent la responsabilité la plus lourde des violations graves du droit international humanitaire ». Les rédacteurs avait suivi l’approche retenue dans le Protocole II à la Convention de Genève de 1949, en vertu duquel les mineurs âgés de quinze à dix-huit ans sont susceptibles d’être poursuivis pour avoir commis des violations graves du droit international humanitaire. L’art. 4§3 c) et d) prévoit plus particulièrement que : « les enfants de moins de quinze ans ne devront pas être recrutés dans les forces ou groupes armés, ni autorisés à prendre part aux hostilités »; « la protection spéciale prévue par le présent article pour les enfants de moins de quinze ans leur restera applicable s'ils prennent directement part aux hostilités en dépit des dispositions de l'alinéa c et sont capturés ». En vertu de l’art. 26 du Statut de Rome, la CPI n'est pas compétente à l'égard d'une personne âgée de moins de dix- huit ans au moment de la commission prétendue d'un crime. De ce fait, la poursuite pénale des mineurs est automatiquement exclue. Cette évolution est également visible si l’on compare 71 Zani (M.), La Convention internationale des droits de l’enfant : portée et limites, Paris, Publisud, 1996, 223 p. 72 Cour EDH, 7 juillet 1989, Soering c. Royaume-Uni, n° 14038/88, Série A, n° 161 et Cour IADH, arrêt du 19 novembre 1999, Villagran Morales et al. (« Enfants des rues ») c. Guatemala, Série C, n° 63. 73 Bennouna (M.), « La Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant », AFDI, 1989, vol. 35, p. 433-445.
  31. 31. 31 l’art. 38 de la CDE et son Protocole additionnel portant sur l'implication d'enfants dans les conflits armés qui a été adopté par la suite. En ce qui concerne plus particulièrement la notion de victime, l’approche retenue est également large puisqu’elle englobe aussi bien les victimes directes, potentielles ou indirectes. Cette approche est particulièrement présente dans le système européen des droits de l’homme. L’article 34 de la CEDH vise en effet les victimes directement affectée par la mesure incriminée mais aussi toute victime à qui cette violation serait susceptible de causer un préjudice ou qui aurait un intérêt personnel valable à obtenir qu’il y soit mis fin. Ainsi, un proche d’une victime décédée peut introduire une requête soulevant des griefs liés à son décès ou à sa disparition. La notion de victime n’implique pas l’existence d’un préjudice, un acte ayant des effets juridiques temporaires pouvant suffire, tel est le cas d’un individu qui tomberait sous le coup d’un arrêté d’expulsion74. Il est nécessaire de souligner que l’ensemble des affaires familiales n’a pas été prise en compte dans le cadre de cette étude. La jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme est particulièrement développée à ce sujet. Si les parents apparaissent généralement comme les principaux requérants dans ces affaires, il semble important d’établir une distinction entre les affaires relatives aux droits de la famille, aux droits des parents et aux droits des enfants. Il existe certes des liens étroits entre ces trois catégories, mais l’attention a été portée sur celles concernant directement les enfants. En revanche, d’autres affaires plus générales, ayant néanmoins un lien direct avec la protection des droits de l’enfant, ont été prises en compte dans le cadre de cette analyse. On s’est par exemple intéressé à deux affaires à travers la Cour européenne a souligné l’importance du respect de la vie privée des mineurs alors que les sociétés de presse ayant diffusé l’identité de l’enfant alléguaient une violation de l’article 10 de la CEDH75 . Il en est de même des affaires qui apportaient un éclairage supplémentaire sur la participation des enfants témoins ou sur les mesures de réparation76. 74 Cour européenne des droits de l’homme, « Guide pratique sur la recevabilité », Strasbourg, 2014, p. 14 et s. 75 Cour EDH, 19 juin 2012, Krone Verlag GMBH c. Autriche, n° 27306/07 et Cour EDH, 19 juin 2012, Kurier Zeitungsverlag und Druckerei GMBH c. Autriche (n° 2), n° 1593/06. 76 Voir par exemple Com. D.H., décision John Campbell c. Jamaïque, 24 mars 1993, communication n° 307/1988, CCPR/C/47/D/307/1988 ou Cour IADH, arrêt du 30 août 2010, Fernández Ortega et al. c. Mexique, Série C, n° 215.
  32. 32. 32 4. Problématique Au cours des vingt-cinq dernières années, l’approche émancipatrice, selon laquelle l’enfant n’est plus un simple objet de protection, prend de plus en plus de place sur la scène juridique. Le droit semble néanmoins divisé. Il semblerait, plus précisément, que l’on se trouve dans un entre-deux, entre protection et émancipation. Cette question est généralement abordée à travers une confrontation entre l’article 3 et l’article 12 de la Convention des droits de l’enfant77. Une autre lecture de la Convention incite pourtant à appréhender l’enfant comme un « tout », à la fois capable et vulnérable. Il n’est donc pas dénué de toute capacité, mais, au contraire, un sujet de droit à part entière qui, en raison de sa condition particulière, doit pouvoir bénéficier d’une protection particulière. Si la participation de l’enfant est limitée et, parfois même, contestée dans les ordres juridiques internes, une vision plus moderne de l’enfance a été retenue dans le cadre des procédures contentieuses internationales. Ainsi, en quoi la pratique devant les instances contentieuses internationales permet-elle d’apporter un éclairage supplémentaire sur la participation de l’enfant à la justice tout en contribuant au renforcement de son statut juridique ? Cette problématique générale se compose de deux questions plus précises à travers lesquelles il est possible d’analyser le rôle joué par l’enfant et la manière dont sa participation doit être encadrée : dans quelle mesure l’enfant peut-il accéder aux procédures contentieuses internationales ? Comment ses droits sont-ils pris en considération dans le cadre du traitement des affaires ? L’accès aux procédures contentieuses internationales a permis de reconnaître à l’enfant une certaine capacité processuelle dont il est généralement privé en droit interne. Il est ainsi devenu un sujet de droit à part entière capable d’exercer ses droits de manière autonome. Il ne pourrait cependant accéder à la justice sans recevoir une protection spéciale. Ce statut particulier ne doit pas pour autant entraîner une diminution de ses droits. Au contraire, il est soutenu que l’encadrement de la participation de l’enfant tend à renforcer son statut. En étant traité d’une manière appropriée tout au long de la procédure, il peut en effet participer de manière effective et devenir un véritable acteur du procès. 77 Voir Archard (D.), Children: rights and childhood, Abingdon, Routledge, 2e éd., 2004, 207 p. et Verhellen (E.), Convention on the rights of the child. Background, motivation, strategies, main themes, op. cit.
  33. 33. 33 Ces deux questions ont été formulées par le Comité des droits de l’enfant dans son Observation générale de 2003. Tout en mettant en avant l’importance que les mineurs et leurs représentants puissent accéder à la justice, il rappelait que l’ensemble de ces droits – civils, politiques, sociaux, économiques et culturels – doit être reconnu comme justiciables. Il constatait cependant que les enfants sont généralement confrontés à toute une série d’obstacles et affirmait que « le statut spécial des enfants et leur dépendance font qu’ils ont beaucoup de mal à se prévaloir des recours disponibles en cas de violation de leurs droits »78. A cette occasion, il posait également les bases d’une justice adaptée aux enfants en expliquant que les procédures dans lesquelles des mineurs étaient impliqués devaient tenir compte des droits spécifiques des enfants et être adaptés à leurs besoins. Il soulignait alors qu’ils doivent pouvoir bénéficier de tout un ensemble de règles pour être dûment protégés : « Il convient […] de veiller à ce que les enfants obtiennent des informations et des conseils adaptés à leur situation, à ce que leur cause soit défendue ou à ce qu’ils soient aidés à la défendre eux-mêmes et à ce qu’ils aient accès à des mécanismes indépendants d’examen de plaintes et aux tribunaux en bénéficiant de toute l’assistance dont ils ont besoin, notamment sur le plan juridique. Lorsqu’il est établi que ces droits ont été violés une réparation appropriée doit être assurée, notamment sous forme d’indemnisation, et si nécessaire des mesures doivent être prises pour faciliter la réadaptation physique et psychologique de la victime et sa réinsertion, comme l’exige l’article 39 »79. Dans son Observation générale n° 9 sur les droits des enfants handicapés, le Comité continuait d’encourager l’adoption de mécanismes de plaintes accessibles et adaptées aux enfants. Il remarquait que ces enfants, d’une vulnérabilité particulière, sont fréquemment exposés à différentes formes de violence, psychologique, physique ou sexuelle. Selon lui, l’absence de ce type de mécanismes tend non seulement à renforcer l’impunité mais aussi à systématiser les mauvais traitements80. Comme a pu le remarquer Peter Newell dans son argumentaire en faveur de la mise en place d’un mécanisme de plaintes devant le Comité des droits de l’enfant en 200981, ces 78 Observation générale n° 5 sur les mesures d’application générales de la Convention des droits de l’enfant, 27 novembre 2003, § 24. 79 Observation générale n° 5 sur les mesures d’application générales de la Convention des droits de l’enfant, § 24. 80 Observation générale n° 9 sur les droits des enfants handicapés, 27 février 2007, § 42-43. 81 Newell (P.), « Submission to Open-ended Working Group of the possibility of elaborating an Option protocol to provide a communications procedure for the Convention on the rights of the child », 2009, UN doc. A/HRC/WG.7/1/CRP.2.
  34. 34. 34 questions continuent d’être au centre des débats sur la justice pour les enfants. L’accès à la justice et l’adaptation des procédures constituent donc les deux axes principaux autour desquels la thèse a été construite. a) Dans quelle mesure l’enfant peut-il accéder aux procédures contentieuses internationales ? Le droit au recours, qui peut être considéré comme la meilleure garantie du respect des droits par les Etats 82 , a été reconnu comme un droit fondamental dès la Déclaration Universelle des droits de l’homme en 1948. Il est en effet indispensable que les victimes aient la possibilité d’accéder à un juge chargé de garantir les droits qui lui sont reconnus. La locution latine ubi ius ubi remedium, selon laquelle le droit s’accompagne d’un recours, rappelle que tout individu, dès lors qu’il se voit reconnaître des droits, doit pouvoir les exercer en justice. L’enfant, qui bénéficie de la protection générale des droits de l’homme, devrait en principe pouvoir accéder à la justice au même titre que l’adulte. Selon la note conceptuelle présentée par le Secrétaire générale des Nations unies sur l’approche commune aux entités onusiennes sur la justice pour les enfants, l’accès à la justice est défini comme : « La capacité d’obtenir une réparation juste et opportune des violations des droits tels que les exposent les normes et dispositions internationales (dont la [Convention des droits de l’enfant]) […] Un accès correct à la justice requiert une habilitation juridique de tous les enfants : tous devraient pouvoir revendiquer leurs droits, par le biais de services juridiques et autres comme l’éducation aux droits de l’enfant ou des conseils et un soutien d’adultes familiers avec le sujet »83. Pourtant, l’enfant est généralement confronté à un certain nombre d’obstacles qui l’empêchent d’exercer son droit de recours, la faiblesse de son statut juridique constituant un obstacle majeur. S’il est titulaire de droits, sa capacité à les exercer fait encore défaut. On s’aperçoit d’ailleurs que, contrairement aux autres instruments relatifs aux droits de l’homme, la Convention des droits de l’enfant ne mentionne pas le droit au recours de manière explicite84. 82 Kerbrat (Y.), « Organisation des Nations Unies. Comité des droits de l’homme et autres comités mis en place par les conventions de protection des droits de l’homme des Nations Unies », op. cit. 83 Secrétaire général des Nations Unies, « Approche de la justice pour les enfants commune aux entités du système des Nations unies », note conceptuelle, mars 2008, [en ligne], http://www.unrol.org/files/ApprocheJusticeEnfants_Final.doc (consulté le 10 octobre 2008), p. 4. 84 De Boe (C.), « La place de l’enfant dans le procès civil », Journal des tribunaux, 2009, n° 6360, p. 485-498.
  35. 35. 35 Cette Convention a été considérée comme un aboutissement et un point de départ : l’aboutissement de toute une évolution quant à la place de l’enfant dans la société et le point de départ d’une nouvelle conception. Il n’est plus le mineur défini par son incapacité mais un sujet de droits à part entière85. Au cours des dernières années, l’enfant s’est progressivement vu reconnaître une plus grande capacité d’action en ayant la possibilité d’exercer son droit d’être entendu par exemple. Toutefois, son accès à la justice reste relativement limité. En comparant le développement du droit international des droits de l'homme avec celui des droits de l’enfant, Géraldine Van Bueren démontrait déjà en 1998 que l’enfant, à la différence de l’adulte, ne peut pas jouir de certains droits, comme le droit de vote par exemple. Selon elle, ce développement peut être divisé en trois phases consécutives : 1) la reconnaissance par la communauté internationale de la protection juridique des êtres humains, 2) l'attribution de droits et 3) la capacité de les exercer. Si le système de protection des droits de l'enfant a évolué depuis l’adoption de la Convention en 1989, elle remarquait que celui-ci est toujours en phase de développement86. Aujourd’hui, l'attribution de droits ainsi que la capacité de les exercer restent limités, tandis que ces questions sont soumises à de nombreux débats. Les discussions qui se sont tenues lors de l’adoption du 3e Protocole à la Convention des droits de l’enfant ont notamment démontré que la possibilité pour des enfants d’accéder directement à la justice est encore contestée87. Plusieurs instances contentieuses internationales ont quant à elles reconnu une certaine capacité processuelle aux mineurs. Ces derniers ont ainsi pu agir directement, de manière autonome. Cette constatation renforce l’intérêt d’une étude sur la participation des enfants à travers les procédures contentieuses internationales sachant que la capacité processuelle de l’enfant a principalement été reconnue dans ce contexte. L’objectif premier de la thèse est donc d’analyser la manière dont les enfants peuvent accéder aux procédures contentieuses internationales. Devant quelles instances peuvent-ils exercer leur droit de recours ? Quels sont les développements pouvant être envisagés, ainsi que les limites ? En raison de sa condition particulière, l’enfant doit aussi bénéficier du soutien des adultes. Il est d’ailleurs fréquent qu’il 85 Sur cette évolution, v. Zani (M.), La Convention internationale des droits de l’enfant : portée et limites, op. cit. ou Raymond (G.), Droit de l’enfance et de l’adolescence, Paris, LexisNexis, 5e éd., 2006, 452 p. 86 Van Bueren (G.), The International Law on the rights of the child, The Hague, Kluwer Law International, 1998, p. 1. Voir également Santos Pais (M.), « International law and children’s rights: a critical review and a wish list », in Council of Europe, International Justice for Children, Strasbourg, Council of Europe Publishing, 2008, p. 64. 87 De Beco (G.), « The optional Protocol to the Convention on the rights of the child on a communications procedure: good news? », Human Rights Law Review, 2013, n° 13(2), p. 367-387.
  36. 36. 36 soit représenté par ses parents ou un tiers agissant dans son intérêt. Ainsi, quels sont ces différents acteurs et dans quel contexte ont-ils agi ? Quelles sont les difficultés que la représentation peut-elle néanmoins occasionner ? Une fois que l’enfant a accédé aux instances contentieuses internationales, il faut également veiller à ce que ses droits soient pris en considération lors du traitement de l’affaire. L’enfant ne pourrait en effet être considéré comme un adulte. L’enjeu consiste plus précisément à s’assurer que les procédures contentieuses internationales soient adaptées afin que l’enfant puisse participer tout en étant dûment protégé. b) Comment les droits de l’enfant sont-ils pris en considération dans le cadre du traitement des affaires ? Si l’accès à la justice pour les enfants fait encore défaut dans de nombreux ordres juridiques internes, la question de l’adaptation des procédures judiciaires est connue de longue date puisqu’elle s’est posée dans le cadre de la justice juvénile dès le début du XXe siècle. La justice juvénile s’est construite autour de la nécessité d’adapter la procédure en fonction de l’âge et des capacités de l’enfant. Ainsi, les enfants en conflit avec la loi doivent être traités avec humanité, mais aussi une sensibilité particulière. Ils ne pourraient être considérés comme des adultes. De nombreux standards ont ainsi été développés dans ce domaine, comme l’interdiction de la peine de mort, la limitation des peines d’emprisonnement ou encore la spécialisation du système de justice pour mineurs. La notion d’une justice « centrée sur l’enfant » (child-centred en anglais) est ensuite apparue afin de souligner que l’enfant est un sujet de droits, bénéficiant d’une protection spécifique et que toutes les décisions le concernant doivent être guidées par le principe de l’intérêt supérieur88. La nécessité d’adapter les procédures judiciaires à l’enfant a alors été soulignée lors de l’adoption des lignes directrices de l’ECOSOC, qui portent sur les affaires 88 La justice juvénile concerne les enfants confrontés au système judiciaire en raison des actes délictueux ou criminels qu’ils auraient pu commettre. L’adoption des Règles de Beijing (Ensemble de règles minima des Nations Unies concernant l'administration de la justice pour mineurs, New York, 29 novembre 1985) a été suivie par les Principes directeurs des Nations Unies pour la prévention de la délinquance juvénile, « Principes directeurs de Riyad », New York, 14 décembre 1990 ainsi que les Règles des Nations Unies pour la protection des mineurs privés de liberté, « Règles de la Havane », New York, 14 décembre 1990. Voir également les articles 37 et 40 de la CDE. Le Comité des droits de l’enfant s’est intéressé à cette question lors d’une journée de discussion générale en 1995, puis dans son Observation générale n° 10 sur les droits de l’enfant dans le domaine de la justice pour mineurs en 2007.
  37. 37. 37 impliquant des victimes et témoins d’actes criminels, ainsi que les Lignes directrices du Conseil de l’Europe sur une justice adaptée aux enfants89. Ces textes, marqués par une approche fondée sur les droits de l’enfant, ont pris en compte l’évolution de son statut. Une plus grande place a ainsi été accordée à la parole de l’enfant, tel que le préconise l’article 12 de la Convention des droits de l’enfant. Par ailleurs, ils veillent à ce que les droits de l’enfant soient respectés tout au long de la procédure. La notion de justice « adaptée aux enfants » (child-friendly justice en anglais) s’est développée dans ce contexte, tout en laissant entrevoir une certaine évolution en faveur de la justice « pour » les enfants qui, plutôt que de se concentrer sur un domaine en particulier, cherche à mettre en place un régime plus protecteur pour tous les enfants90. Ainsi, les Lignes directrices du Conseil de l’Europe englobent l’ensemble des enfants, c’est-à-dire de toute personne âgée de moins de dix-huit ans, qui entrent en contact avec la justice ne faisant aucune distinction quant au statut de l’enfant ou à la nature du procès. Ces Lignes directrices se démarquent des autres instruments en la matière. Il existait en effet jusque-là une division entre la « justice des mineurs » qui concerne les enfants en conflit avec la loi, avec les Règles de Beijing notamment, et les « enfants victimes et témoins » avec les Lignes directrices de l’ECOSOC. Elles reconnaissent que les enfants victimes, témoins ou en conflit avec la loi doivent bénéficier d’une protection spécifique et affirment à cet égard que : « Par “justice adaptée aux enfants” il faut entendre des systèmes judiciaires garantissant le respect et la mise en œuvre effective de tous les droits de l’enfant au niveau le plus élevé possible, compte tenu des principes énoncés ci-après [c’est-à-dire participation, intérêt supérieur de l’enfant, dignité, protection contre la discrimination, primauté du droit] et en prenant dûment en considération le niveau de maturité et de compréhension de l’enfant et les circonstances de l’espèce. Il s’agit, en particulier, d’une justice accessible, convenant à l’âge de l’enfant, rapide, diligente, adaptée aux enfants et aux droits de l’enfant, et axée sur ceux-ci, et respectueuse des droits de l’enfant, notamment du droit à des garanties procédurales, du droit à participer à la procédure et de la comprendre, du droit au respect de la vie privée et familiale, ainsi que du droit à l’intégrité et à la dignité »91. 89 Lignes directrices en matière de justice dans les affaires impliquant des victimes et témoins d’actes criminels, Résolution ECOSOC 2005/20, adoptée le 22 juillet 2005 et Lignes directrices sur une justice adaptée aux enfants, adoptées par le Conseil des Ministres du Conseil de l’Europe, Strasbourg, 17 novembre 2010. 90 Comme le soulignait Anne Grandjean dans son intervention lors de la Journée de débat organisée sur les droits de l’enfant par le Conseil des droits de l’homme en 2012. 91 Lignes directrices sur une justice adaptée aux enfants, Partie II c).
  38. 38. 38 Bien que plusieurs standards puissent être identifiés dans ces différents instruments, il faut noter certaines lacunes. Même les Lignes directrices du Conseil de l’Europe, qui sont les plus détaillées et développées du fait de leur caractère holistique, restent incomplètes puisqu’elles ne reconnaissent pas le droit de recours de manière explicite. Les rédacteurs ont voulu adopter une conception moderne des droits de l’enfant mais ont été confrontés à des réticences de la part de certains Etats qui défendaient fermement le principe d’incapacité juridique92. Le 3e Protocole facultatif à la Convention des droits de l’enfant qui aurait pu constituer le modèle le plus développé en la matière, est lui aussi incomplet. Plusieurs questions relatives à l’accès à la justice pour les enfants et leur droit de s’exprimer faisant encore débat, un certain flou persiste sur la participation de l’enfant à la justice. La notion de participation telle qu’envisagée dans la Convention des droits de l’enfant n’est pas satisfaisante puisqu’elle est plus large. L’article 12 se concentre sur le droit de s’exprimer, sans pourtant mentionner l’âge et sans définir le poids qui doit être accordé à la parole de l’enfant. La participation de l’enfant comprend le droit d’agir, le droit de participer à la procédure civile ou pénale, sans aucune limite d’âge et d’une manière adaptée à ses besoins et ses capacités processuelles ainsi que le droit d’être consulté. Elle englobe les différents processus, formels et informels permettant de recueillir la parole de l’enfant – audition, interrogatoire, témoignage. L’enfant devrait avoir la possibilité de choisir la méthode qu’il préfère pour faire entendre sa voix. Il est essentiel que l’intérêt supérieur de l’enfant soit pris en considération. Ainsi, selon les circonstances, l’enfant ne devrait pas être impliqué. De même, il devrait avec le droit de s’exprimer sans influence de la part de ses parents ou d’autres personnes. Il est important de noter que la participation varie considérablement selon la perception des adultes et la conception des droits de l’enfant défendue93. La pratique a permis de renforcer ces règles. Celles-ci sont généralement contenues dans des instruments permettant de faciliter l’interprétation des normes existantes mais qui n’ont pas une valeur contraignante. Malgré des dysfonctionnements importants au sein des 92 Vandekerckhove (A.), « Premiers pas vers une justice adaptée aux enfants », Journal du Droit des Jeunes Belgique, 2011, n° 301, p. 15-20. Si les rédacteurs ont veillé à ce qu’elles s’appliquent à tous les mineurs susceptibles de rentrer en contact avec la justice et à l’ensemble des procédures dans lesquelles ils peuvent être impliqués (situations de délinquance, divorce, demande d’asile, abus et maltraitance, etc), elles prennent en compte l’ensemble de la procédure, ne s’intéressant pas qu’au procès en soi, mais aussi à l’avant et l’après. 93 Sur la notion de participation, voir Observation générale n° 12 sur le droit de l’enfant d’être entendu, 20 juillet 2009 ainsi que Paré (M.), « L’accès à la justice des enfants et leur droit de participation devant les tribunaux: quelques réflexions », Revue générale de droit, vol. 44, n° 1, 2014, p. 81-124.
  39. 39. 39 mécanismes juridictionnels et quasi-juridictionnels internationaux, généralement limités par des considérations d’ordre politique94, les instances contentieuses internationales jouent un rôle considérable. Il convient de constater les efforts pour renforcer la culture des droits de l’enfant et harmoniser les pratiques. On note des influences mutuelles, les juges n’hésitant plus à se référer à la jurisprudence développée par leurs confrères ainsi qu’aux travaux du Comité des droits de l’enfant. Les instances contentieuses internationales ont tenu compte des évolutions qui ont eu lieu dans le domaine des droits de l’enfant et de la participation des enfants à la justice. A travers leur jurisprudence, elles ont ainsi mis en avant l’importance de certains principes, comme la célérité, qu’elles devraient elles-mêmes respecter. Alors que les enfants sont de plus en plus amenés à participer, elles ont cherché à s’adapter à ce public particulier. Des mesures spécifiques de protection ont ainsi été adoptées dans les statuts et les règles de procédures. Même lorsqu’ils n’apparaissent pas physiquement, ce qui est majoritairement le cas, il est nécessaire d’agir avec une diligence particulière en veillant, par exemple, à examiner les requêtes le plus rapidement possible. Ces règles existant principalement à travers la pratique, les juges ont aussi cherché à les modeler pour en assurer l’adaptation. Suite à l’audition des premiers enfants témoins dans le cadre du procès Lubanga, les juges de la Cour pénale internationale ont notamment développé les mesures régissant la participation des enfants95. Pourtant, la protection offerte aux enfants dans ces procédures varie, il arrive même qu’elle soit insuffisante. Face à ce patchwork, il s’agissait d’analyser la manière dont les procédures contentieuses internationales doivent être adaptées. En l’absence d’un texte contenant l’ensemble des règles procédurales relatives à l’enfant, l’objectif était de définir les standards les plus élevés et d’identifier les meilleures pratiques en s’appuyant sur les différents instruments relatifs à la justice pour les enfants ainsi que la jurisprudence. Des références à la pratique dans les ordres juridiques internes étaient également nécessaires afin de mieux appréhender certaines problématiques, comme l’étendu du doit à être entendu par exemple. En répondant à une série de questions, on a pu déterminer l’ensemble des droits procéduraux de l’enfant et la manière dont les procédures devaient être adaptées. Ainsi, quels sont les droits fondamentaux et les droits spécifiques dont l’enfant doit pouvoir bénéficier ? 94 Cohen-Jonathan (G.), Flauss (J.F), Droit international, droits de l’homme et juridictions internationales, Bruxelles, Bruylant, 2004, p. 11-13. 95 Il faut souligner que la deuxième partie de la thèse reprend plusieurs affaires citées dans la première partie tout en les abordant sous un angle différent.

×