SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  13
Télécharger pour lire hors ligne
Sommaire
3
8
12
10
14
16
20
Bienvenue dans « Make IT work »
Make IT manageable
Make IT stronger
Make IT connected
Make IT reliable
Make IT secure
Make IT work
Toshiba | Make IT work 1
Nous vivons une époque où l’innovation technologique atteint
des niveaux sans précédent, tant dans la sphère grand public que
professionnelle. Qui aurait pu imaginer avoir une montre connectée
au poignet moins de 10 ans après l’arrivée des premiers smartphones ?
De ces nouveaux appareils à l’avènement des objets connectés
(Internet des objets), ces innovations offrent aux entreprises de toutes
tailles des opportunités inédites pour renforcer leur activité et stimuler
leur croissance. Les DSI voient, à raison, les technologies comme un
catalyseur d’efficacité et de productivité. Mais leur mise en œuvre pose
des défis – surtout pour les moyennes et grandes entreprises – pour
qu’elles restent faciles à administrer à grande échelle tout en garantissant
une expérience connectée fiable et sûre à leurs collaborateurs.
Comme si cela ne suffisait pas, les DSI doivent répondre aux exigences
du conseil d’administration et des salariés qui peinent à suivre le rythme
effréné de la révolution digitale actuelle. Sachant que les nouvelles
technologies offrent davantage de fonctionnalités et de nouvelles
possibilités, les salariés demandent plus de souplesse dans le choix des
appareils qu’ils souhaitent utiliser et la façon de les utiliser. Ces souhaits
accélèrent l’arrivée de la génération Z dans le monde du travail. Le
public d’utilisateur s’attend à ce que l’infrastructure informatique soit
entièrement connectée de sorte à permettre à tous les points de contact
technologiques d’interagir dans l’ensemble des services et des sites de
l’entreprise, ce qui n’est pas une tâche facile. De son côté, la direction
attend de voir une corrélation directe entre la hausse des dépenses
informatiques et les résultats commerciaux, faisant ainsi du retour
sur investissement une obligation, en plus de la productivité et de la
sécurité.
Toshiba | Make IT work 3
Bienvenue dans
« Make IT work »
Face à une telle pression venant de tous les côtés en entreprise,
notre Guide « Make IT work » entend mettre en exergue les défis
rencontrés par les DSI aujourd’hui, et leur apporter un appui
d’expert pour les surmonter, forts de notre grande expérience
du marché du PC. Que ce soit pour gérer une flotte d’appareils
en plein essor ou les volumes de données colossaux générés, ce
guide aborde les problématiques et donne une marche à suivre
assortie de préconisations de technologies à adopter.
Le guide se décompose en cinq parties, qui constituent selon
nous les piliers d’une infrastructure informatique sécurisée et
efficace : fiabilité, puissance, sécurité, connectivité et facilité
de gestion. Des PC portables aux services du cloud, les DSI
doivent systématiquement réfléchir aux bénéfices que des
investissements sont susceptibles d’offrir dans chacun de
ces domaines critiques. La sécurité des données (54%) et les
solutions basées sur un cloud (52%) sont les deux grandes
priorités des investissements en France, au Royaume-Uni et en
Allemagne selon notre récente enquête réalisée (en partenariat
avec le cabinet d’études indépendant ICM) auprès de 400
décideurs senior en matière d’achats informatiques.1
Des achats
judicieux seront l’assurance de choix technologiques qui offrent
la meilleure solution possible et seront synonymes de valeur
et de sécurité pour les salariés en leur permettant de mieux
travailler.
Il sera important, au sein d’une organisation de taille moyenne,
de fournir les différentes solutions adaptées à chaque fonction
en veillant à ce que toutes offrent les fonctionnalités et la
sécurité nécessaires aujourd’hui.
La gamme de solutions de Toshiba pour les entreprises,
toutes conçues pour aider les salariés, est la plus étendue
à ce jour. Chacune de leurs fonctionnalités intègre des
composants répandus qui assurent une intégration fluide
et aisée, avec notamment une autonomie de batterie
remarquable, Windows 10 Pro et les nouveaux processeurs
Intel® Core™ de 6e génération qui garantissent des
performances optimales. Les appareils sont équipés du BIOS
de Toshiba qui dispose d’une double couche de sécurité et
de chiffrement, ainsi que du module TPM (Trusted Platform
Module) optionnel.
Toshiba propose aussi des solutions logicielles et de cloud
dédiées aux entreprises, qui facilitent la gestion de flottes
d’appareils à l’aide d’outils conçus pour assurer l’efficacité et
la conformité de ces derniers avec les réglementations en
vigueur.
Nous sommes fiers de vous présenter notre Guide « Make IT
work » à l’heure où l’informatique offre tant d’opportunités
exceptionnelles aux entreprises. Nous espérons que les
conseils et l’expertise que nous partageons dans ces pages
aideront votre entreprise à appréhender cette époque
d’avancées technologiques sans précédent, avec l’assurance
que vous pourrez déployer nos nouvelles solutions dans
votre infrastructure informatique sans peine et avec un grand
sentiment de sécurité, le tout avec des résultats optimaux!
William Biotteau
Directeur de la Business Unit PC B2B, Toshiba France
1
Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM
En haut à droite : Portégé Z30-C, en bas à droite : Tecra Z40-C
Dans un tel climat
de pression venant
de tous les côtés en
entreprise, notre Guide
« Make IT work » entend
mettre en exergue les
défis rencontrés par
les DSI aujourd’hui,
et leur apporter un
appui d’expert pour les
surmonter, forts de notre
grande expérience du
marché du PC.
En haut à gauche : Portégé Z20t-C, en bas à gauche : Tecra A40-C
Toshiba | Make IT work 54
Nous vivons une époque où l’innovation
technologique atteint des niveaux sans
précédent, tant dans la sphère grand public que
professionnelle. Qui aurait pu imaginer avoir une
montre connectée au poignet moins de 10 ans
après l’arrivée des premiers smartphones ?
“
„
Les DSI sont amenés à gérer un nombre croissant d’appareils
et de systèmes d’exploitation. Dans l’enquête que nous venons
de réaliser, les décideurs informatiques senior ont indiqué qu’ils
s’attendaient à voir les tablettes s’imposer comme les appareils les
plus utilisés à l’avenir à des fins professionnelles.1
66% du panel
français estime qu’elles seront l’outil le plus largement répandu
dans les 5 années à venir, devant les appareils hybrides/amovibles
(47%).1
Des chiffres guère surprenants étant donné que dans
ce monde connecté, les salariés souhaitent pouvoir travailler à
distance, ce qui les pousse à adopter les nouveaux services et
produits qui le leur permettent.
L’étude révèle aussi qu’un décideur sur trois en Europe pointe
la gestion des mises à jour logicielles comme le principal défi
induit par la prolifération de ces appareils.1
C’est le cas pour 23%
des décideurs français, et respectivement 39% et 36% de leurs
homologues allemands et britanniques. Un défi doublé de celui
d’offrir un accès aisé et fluide à ces appareils, quand et là où les
salariés le souhaitent quel que soit le modèle utilisé.
Les attentes des salariés ouvrent également la voie aux problèmes
de sécurité : s’ils ne peuvent pas utiliser les appareils, les solutions
et les documents dont ils ont besoin pour leur travail, certains
outrepassent les règles. 84% des responsables d’entreprises
interrogés dans le cadre de l’enquête ont confirmé qu’il était
courant de voir des collaborateurs utiliser des systèmes et des
solutions informatiques sans avoir eu l’autorisation préalable du
service informatique.1
Cette pratique semble bien plus courante
en France (52%) qu’en Allemagne (40%) et au Royaume-Uni (37%).
Ce constat alarmant doit inciter à investir dans des outils ad hoc de
gestion des appareils et des logiciels.1
Le tout en gardant à l’esprit
que les acteurs qui ne se convertissent pas au digital risquent
fort de nuire à la productivité de leur entreprise et à sa capacité
d’attirer les meilleurs candidats qui auront, eux, de réelles attentes
pointues côté technologies.
Forrester prévoit que les dépenses informatiques atteindront
dans le monde 2,9 milliards de milliards de dollars en 2016,
grâce à des investissements dans les nouvelles technologies
afin de contrôler des appareils toujours plus nombreux à faciliter
le travail nomade.2
Mettre à disposition des logiciels répandus
sur chaque appareil d’une flotte facilitera aussi l’installation
des mises à jour ultérieures. Les DSI peuvent aussi investir
dans des services de cloud professionnels afin de garder une
longueur d’avance sur leurs concurrents puisqu’ils facilitent la
gestion des données, des documents et des applications que
les salariés utilisent sur leurs appareils. En passant au cloud
computing, les entreprises pourront utiliser des ressources
informatiques à la demande en fonction de l’évolution de leur
activité. Avec une telle souplesse, elles n’auront plus à gérer
leurs infrastructures par le biais d’un datacenter. Cela permet
également à l’entreprise d’envisager le stockage et la gestion
de ses données à part, mais sous son contrôle afin d’empêcher
les collaborateurs de se servir d’outils grand public basés sur
Les technologies de cloud ont un autre atout : elles peuvent
s’adapter aux besoins de l’entreprise, ce qui est parfait lorsqu’elle
hésite entre externaliser ses services ou se doter de serveurs en
interne capables d’accompagner l’augmentation des besoins.
Les entreprises commencent déjà à investir dans des solutions
de cloud de façon morcelée, mais nous conseillons aux DSI
d’augmenter le plus vite possible ces investissements afin de
préparer leurs salariés pour l’avenir.
2
Forrester,“The Global Tech Market Outlook For 2016 To 2017”, jan. 2016
Pour améliorer le flux de production des salariés utilisant différents appareils, les DSI doivent
déployer des solutions communes dans l’ensemble de la flotte qui faciliteront sa gestion. Une
image logicielle commune, comme celle présente dans les nouveaux appareils Toshiba pour
professionnels, permet aux services informatiques de simplifier les opérations de mises à jour
sur une flotte d’appareils composée de modèles hétéroclites en s’assurant de leur sécurité et
d’un niveau de productivité maximal du côté des salariés. La cohésion est un critère tout aussi
important du côté du matériel : ces appareils disposent tous d’accessoires communs, d’une
station d’accueil, de ports et de batteries qui permettent aux utilisateurs de les charger et de
les brancher facilement où qu’ils se trouvent dans les locaux de leur employeur. Ces atouts
favorisent la flexibilité et le travail collaboratif.
Les acteurs qui ne se
convertissent pas au digital
risquent fort de nuire à la
productivité de leur entreprise
et à sa capacité d’attirer les
meilleurs candidats qui auront
de réelles attentes pointues
côté technologie.
Un décideur informatique sur trois
estime que l’installation de mises à jour logicielles sur un grand
nombre d’appareils constitue son principal défi.
1
Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM
Make IT manageable
des clouds bien souvent moins sécurisés. Ces derniers sont
parfois utilisés par les salariés pour finaliser un travail sur leur
appareil personnel. De nombreux témoignages font état de
collaborateurs qui téléchargent des fichiers confidentiels de
leur entreprise sur leur compte de cloud public afin de travailler
dessus chez eux. Or ce type de compte, protégé par un simple
mot de passe, expose les données sensibles de l’entreprise à
l’exploitation malveillante de vulnérabilités. Pour justifier cette
dépense auprès de leur direction, les DSI pourront expliquer
qu’elle leur permettra d’améliorer le travail en condition de
mobilité et de le rendre plus efficace, en donnant aux salariés
un accès aisé aux documents de l’entreprise depuis différents
appareils et lieux.
Toshiba | Make IT work 98
Les entreprises ont toutes besoin de fonctionner en continu pour
rester compétitives. Or face aux attentes d’une clientèle toujours
plus exigeante, à l’assouplissement de la législation concernant
les conditions de travail et à la globalisation, les salariés doivent
pouvoir compter sur des appareils capables de fonctionner 24h/24
et 7j/7.
Une récente étude réalisée parTyntec montre que de nombreux
salariés travaillent plus de 10 heures chaque semaine en dehors
des locaux de leur entreprise, pour finaliser certaines tâches
professionnelles à distance.3
Afin de répondre à cette demande
en constante hausse portant sur des appareils mobiles, les DSI
doivent s’assurer que les salariés auront accès à des solutions
fiables, capables de résister à une intense sollicitation. Notre étude
montre que l’autonomie limitée de la batterie figure parmi les
principales doléances des décideurs informatiques confrontés
aux choix d’appareils à conseiller,1
ce qui doit les pousser à
investir dans des appareils conçus pour durer. En France, les trois
principales critiques concernant les PC portables portent sur
l’autonomie décevante de la batterie (47%), le poids excessif (27%)
et la faible connectivité (27%).1
Au-delà de la problématique du matériel, nos partenaires
confirment que le cloud tient enfin toutes ses promesses : les
solutions hébergées gagnent du terrain et sont privilégiées pour
le stockage des données, surtout sur le marché des entreprises de
taille moyenne. Cela rend la robustesse et la durabilité du matériel
d’autant plus importantes, puisqu’il commence à faire office de
passerelle mobile permettant d’accéder aux données critiques de
l’entreprise.
Nous comprenons bien que les DSI se doivent d’offrir une
tranquillité d’esprit totale aux salariés, tout en ayant l’assurance
que les appareils qu’ils leurs fournissent répondent à leurs
besoins et ne tomberont pas en panne – même si par
inadvertance l’un deux fait tomber le sien par terre en courant
pour arriver à l’heure à une réunion. Reste que la difficulté de
donner accès aux fichiers et connexions en continu ne repose
pas uniquement sur l’achat de produits plus robustes. Notre
récente enquête révèle par ailleurs que 62% des salariés du
Royaume-Uni, de France et d’Allemagne utilisent leurs appareils
personnels pour travailler à distance.1
Et certains seront amenés
à s’en servir pour finaliser un travail lors de leurs déplacements,
tout simplement parce qu’ils ne s’en séparent jamais. Chez
Toshiba, nous estimons que le fait de jongler entre un appareil
personnel et un autre appareil professionnel, qui est devenu
une habitude, ne sera bientôt plus un problème surtout à
l’heure où les entreprises migrent de plus en plus vers des
solutions hébergées dans un cloud. Nous pensons que cela
va également entraîner l’adoption de modèles d’applications
orientées serveurs qui fonctionnent sans client lourd dédié sur
les postes de travail, à l’instar des solutions Zero Client. Cela
permettra aux interfaces et aux liens unissant les applications de
gagner en flexibilité, et de transformer le matériel uniquement
en une coque sécurisée fonctionnelle permettant d’accéder aux
informations qui ne sont pas hébergées en local sur l’appareil.
Bientôt, les fournisseurs se focaliseront sur les différences
présentes au niveau du matériel, et non sur les capacités
logicielles et de stockage.
Bientôt aussi, nous verrons arriver des appareils qui contiennent
simplement une partition dédiée à l’accès exclusif aux données
professionnelles et personnelles. D’ici là, les DSI doivent se
focaliser sur le rôle pivot que jouent les appareils professionnels,
en veillant à choisir ceux conçus pour résister à un usage 24h/24
et 7j/7.
3
Tyntec,“BYOD User Survey”, juillet 2015
LesDSIdoivent
s’assurerqueles
salariésaurontaccès
àdessolutions
fiables,capablesde
résisteràuneintense
sollicitation.
62%
des salariés du Royaume-Uni,
de France et d’Allemagne utilisent
toujours leurs appareils personnels
grand public pour travailler à
distance.
des décideurs informatiques européens, la faible autonomie de
batterie des appareils constitue la principale doléance de leurs salariés.
Pour
31% 1
Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM
1
Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM
Il est difficile, pour les DSI, de s’assurer que les salariés utilisent toujours des appareils dédiés aux
entreprises pour leur travail. Mais en mettant à leur disposition des appareils très robustes et
fiables, les intéressés verront sans doute les avantages d’outils dédiés à leurs besoins. La nouvelle
gamme de PC portables de Toshiba, qui inclut notamment le Tecra A40, a passé avec succès les
tests de résistance de l’organisme de certification allemand TÜV Rheinland (cycle de vie accéléré)
qui font subir à chaque appareil l’équivalent de trois années d’utilisation. Les tests mesurent le
degré de résistance à des chutes, à des températures élevées ou basses, aux vibrations et aux
chocs pour garantir la fiabilité pour un usage professionnel. Toshiba a également mis en place
le programme Fiabilité garantie, qui prévoit la prise en charge gratuite des réparations, dans
l’éventualité peu probable d’une panne, et le remboursement intégral de l’achat.*
*Voir les modalités d’application
Make IT stronger
Toshiba | Make IT work 1110

 

nourrit la popularité des objets connectés, déteint sur « la
stratégie commerciale, la gestion des risques et différents
domaines techniques tels que l’architecture et la conception
des réseaux. » Dès lors, poser des fondations dans l’ensemble
des services de l’entreprise grâce au très haut débit et à des
objets connectés fiables 24h/24 et 7j/7 n’est plus un luxe. Cela
devient une nécessité pour les entreprises qui souhaitent
avoir une longueur d’avance afin d’être préparées pour la
prochaine mutation au sein du monde professionnel.
Nous pensons que cette prochaine phase verra les entreprises
très étroitement liées avec les objets connectés, qui n’auront
jamais été aussi nombreux à se connecter à leurs données.
Pour éviter les problèmes de sécurité pesant sur les données,
nous avons développé une solution Zero Client qui offre une
connexion sécurisée au réseau de l’entreprise sans stockage
sur l’appareil. Ainsi, lorsque l’appareil est éteint, aucune
donnée n’y subsiste. Cela permet aussi de centraliser le
contrôle des droits d’accès afin d’éviter utilisation indue des
données, qui ne sont plus stockées sur un appareil spécifique.
Le Portégé Z30 de Toshiba répond à ces attentes, fort d’une autonomie de batterie de 16
heures et de processeurs Intel® Core™ de 6e génération qui permettent aux salariés de travailler
pendant près de 2 jours d’affilée. Il est équipé de l’antenne Wi-Fi, judicieusement intégrée près
de l’écran pour garantir un signal fort, contrairement à d’autres appareils où elle est cachée
derrière d’autres composants. Cela permet aux utilisateurs de se connecter à l’une des deux
bandes de fréquence – le PC portable peut suivre l’intensité du signal reçu et choisir la meilleure
automatiquement. Il est également équipé d’un récepteur Bluetooth™ pour se connecter en
plus du Wi-Fi, de sorte à rester connecté en permanence de n’importe quel endroit.
Dans la plupart des industries, les DSI ont eu pour principal
objectif de veiller à ce que leur entreprise ait une réelle
mainmise sur la palette toujours plus large d’appareils, de
systèmes d’exploitation, de plates-formes et de réseaux
utilisés par les salariés pour accéder à ses données. Alors qu’ils
y parviennent tout juste, un nouvel obstacle se présente déjà
à l’horizon.
Les objets portables (« les wearables ») commencent à faire
parler d’eux en entreprise lors des réunions, ce qui laisse
penser que ces appareils connectés vont s’y faire une place
à terme. S’ils ne sont pas en soi problématiques, le défi se
situe au niveau de ce qu’ils représentent pour l’entreprise : un
éventail de produits et de solutions sur lesquels les salariés
s’appuient au quotidien et qui doivent pouvoir communiquer
entre eux et être gérés sans peine. L’un des principaux défis
pour les DSI sera d’interconnecter ces différentes nouvelles
technologies et de leur accorder un accès simple et sécurisé
au réseau, de n’importe quel endroit, en gardant à l’esprit les
risques induits pour l’entreprise.
Mais avant que les DSI puissent travailler sur ces questions,
encore faut-il qu’ils aient investi dans les meilleures
infrastructures réseau possibles. La plupart, sinon toutes
les entreprises, disposent déjà d’un réseau très haut débit,
essentiel pour la suite. Il en va de même pour la sauvegarde.
Ainsi, afin de permettre aux salariés d’accéder aux données
de l’entreprise et de communiquer entre eux lors de
déplacements, des produits avec la 3G ou la 4G intégrée
seront essentiels. Ils s’avéreront très précieux en cas de panne
à l’heure où les solutions d’hébergement sur un cloud se
voient confier les flux de production quotidiens, mais aussi du
point de vue de la sécurité puisque ce type d’accès est plus
sûr que les bornes Wi-Fi.
Selon une étude de la Cloud Security Alliance,4
cette
technologie commence enfin à inspirer confiance. 64,9%
des responsables informatiques estiment ainsi que le cloud
est aujourd’hui aussi voire plus sûr que les logiciels installés
en local. IDC prévoit par ailleurs que la moitié au moins
des dépenses informatiques seront basées sur un cloud
à l’horizon 2018.5
Mais en dépit de ce virage net dans les
intentions d’investissement dans des services connectés
de type cloud, les entreprises européennes de moyenne
ou grande taille sont toujours à la traîne par rapport aux
entreprises américaines pour l’adoption de technologies
conçues pour rendre les données accessibles à plusieurs
appareils.
Une situation relativement incompréhensible étant
donné que l’Europe est largement en avance en termes
d’infrastructures. Nous pensons que les grands groupes du
Vieux-continent sont pénalisés par les technologies plus
classiques et les systèmes vieillissants dont ils disposent,
que les entreprises américaines ne gèrent pas à la même
échelle. Cela entrave leur agilité à l’heure où ils cherchent
à mettre en œuvre les fonctionnalités et les services dont
ils ont besoin, sans pouvoir basculer vers les réseaux et
l’infrastructure ad hoc.
Gartner explique le fossé qui sépare les capacités
disponibles du taux d’adoption par le « très large impact »
auquel les entreprises vont devoir faire face.6
En effet, cette
palette d’appareils et de données en pleine expansion qui
4
Cloud Security Alliance,“The Cloud Balancing Act for IT: Between Promise and Peril”, jan. 2015
5
IDC,“IDC FutureScape: Worldwide Cloud 2016 Predictions”, nov. 2015
6
Gartner,“Top 10 IoT Technologies for 2017 and 2018”, février 2016
Les entreprises européennes de
moyenne ou grande taille sont
toujours à la traîne par rapport
aux entreprises américaines
pour l’adoption de technologies
conçues pour rendre les données
accessibles à plusieurs appareils.
Pour IDC, à l’horizon
plus de la moitié des dépenses
informatiques porteront sur des
solutions de cloud.
2018
5
IDC,“FutureScape: Worldwide Cloud 2016 Predictions”, nov. 2015
Make IT connected
Toshiba | Make IT work 1312
Design Premium
et résistant
Applications
intégrées
Ecran HD Connexion
stable
Système de sécurité
biométrique intégré
Processeur
puissant
Nouveaux
accessoires
Meilleure
autonomie
Dans un contexte d’incertitude économique, les budgets ont
continué de fondre au sein de nombreuses industries, contraignant
les dirigeants d’entreprise à justifier chaque euro dépensé. Les
investissements ont fait l’objet d’une étude approfondie dans tous
les services, notamment informatiques.Tandis que les appareils
mobiles puissants conquièrent l’entreprise, ils provoquent un débat
sur les technologies considérées comme un luxe et celles vues
comme une nécessité.
Les appareils mobiles fiables demeurent un must pour toute
entreprise. Les salariés qui se déplacent souvent s’appuient sur ces
outils, qui doivent être très performants, pour accéder aisément aux
fichiers de l’entreprise. Mais les technologies sous-jacentes requises
pour cela, notamment un processeur puissant et une grande
autonomie de batterie, occasionnent un dilemme pour les DSI qui
doivent justifier les investissements nécessaires tout en s’efforçant
de réduire les frais.
Pour un DSI, le principe du leasing peut être une solution
puisqu’il permet de se doter d’appareils fiables et d’investir
dans des nouvelles technologies, qui sinon nécessiteraient
des investissements très conséquents. Notre récente enquête
montre que le remplacement de PC portables est principalement
motivé par le besoin des entreprises de rester au goût du jour
technologiquement parlant.1
C’est vrai notamment en France où
55% du remplacement de ce parc est impulsé par une technologie
dépassée.1
Des informations de nos partenaires montrent qu’il est
important d‘investir dans le dernier cri technologique afin de rester
compétitif et de répondre aux attentes des salariés qui ont besoin
d’utiliser ce type de produits dernier cri.
Les DSI continueront d’investir dans de nouveaux matériels et
logiciels, mais ils seront de plus en plus amenés à réfléchir à
l’approche du leasing, à ses avantages et ses inconvénients pour
voir là elle aura une réelle valeur ajoutée afin de trouver le juste
équilibre. Les contrats de leasing ont déjà trouvé leur place dans
près de 25% des entreprises que nous avons sollicitées en France.1
De nombreux acteurs continueront avec le modèle du
« paiement pour le produit utilisé », mais est-il le plus avantageux
financièrement parlant pour tous les types de technologies ? Cette
question mérite d’être étudiée soigneusement, sachant qu’investir
progressivement dans un système capable d’évoluer peut s’avérer
bien souvent un choix plus viable financièrement que l’achat en
bloc de nouvelles technologies informatiques.
Cela ne signifie pas pour autant que les DSI doivent renoncer
totalement au modèle du leasing. Ils peuvent faire confiance à
la nature évolutive de l’informatique en conservant d’un côté
des technologies traditionnelles, et en adoptant de l’autre le
leasing pour des projets plus récents. Cette stratégie de gestion
informatique bimodale a déjà été adoptée par 45% des DSI, selon
une étude de Gartner,7
et la tendance n’est pas prête de s’inverser.
En effet, les DSI ont besoin d’investir ponctuellement dans des
technologies de pointe plébiscitées, afin d’attirer une nouvelle
génération de candidats comme le soulignent nos partenaires.
Nous pensons que des investissements dans des appareils mobiles
sont justifiés puisqu’ils permettent d’offrir aux salariés le degré
de fiabilité dont ils ont besoin pour travailler à tout moment, et
dureront plus longtemps que leurs équivalents grand public. Ces
investissements ont donc un sens car ils apportent de la valeur.
7
Gartner,“The Digital Humanist Manifesto”, nov. 2014
Hallo
Il est important
d‘investir dans le dernier
cri technologique afin de
rester compétitif et de
répondre aux attentes
des salariés qui ont
besoin d’utiliser ce type
de produits dernier cri.
des responsables informatiques nous ont dit que les
salariés sollicitent davantage le remplacement des
smartphones et des tablettes que des PC portables
et des appareils hybrides, car ils s’y connaissent plus
dans les premiers en tant que consommateurs.
34%
Notre étude a révélé que la casse
matérielle ainsi que le besoin
d’avoir les dernières avancées
technologiques sont les raisons
principales du renouvellement
des PC portables par les
entreprises en Europe.
1
Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM
1
Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM
La productivité est une priorité pour tout DSI, étant donné qu’un investissement dans des
appareils fiables permettra aux salariés de bénéficier des outils les plus efficaces où qu’ils les
utilisent. Le Tecra Z40-C de Toshiba fait gagner sur tous les tableaux grâce à son processeur
Intel® Core™ de 6e génération, sa grande autonomie de batterie et sa robustesse. Tous ses
composants haut de gamme sont fabriqués dans les usines Toshiba. Les appareils Toshiba sont
conçus pour durer, se targuent de taux de panne parmi les plus faibles du marché et affichent
une durée de vie supérieure à celle de leurs concurrents, ce qui est gage d’un fonctionnement
sans interruption pour les salariés. Le Tecra Z40-C a subi les tests de cycle de vie accéléré
du TÜV Rheinland, qui garantissent sa résistance à toute épreuve pour une utilisation lors
de déplacements. La Garantie fiabilité de Toshiba offre une grande tranquillité d’esprit aux
entreprises, puisqu’en cas de problème, l’appareil sera réparé gratuitement, et assorti d’un
remboursement gratuit.*
* Voir les modalités d’application
Make IT reliable
Toshiba | Make IT work 1514
en France, tandis que le Royaume-Uni et l’Allemagne sont
obsédés par les cyberattaques venant de l’extérieur.1 Cette
situation incite les entreprises à réévaluer plus souvent leurs
politiques de protection : 62% des organisations françaises
passent en revue leur stratégie de sécurité au moins une fois
par an, un chiffre en phase avec ceux du Royaume-Uni et de
l’Allemagne (respectivement 69% et 63%).1
La surface d’attaque est en constante augmentation à la faveur
de l’essor des appareils et des volumes de données que ces
derniers transmettent et reçoivent. Or chaque point de contact
Les utilisateurs des appareils endossent la responsabilité de la sécurité du réseau de leur
entreprise, si bien que les DSI doivent veiller à ce que leur flotte soit dotée d’une première
ligne de défense forte pour se protéger en cas de perte ou de vol de données.
Le Portégé Z20t-C est à la fois PC portable et tablette, et est équipé du BIOS de Toshiba,
ce qui facilite sa gestion du point de vue de la sécurité. Fruit de la R&D de Toshiba, il
offre une sécurité supérieure en limitant les risques de piratage : son encodage est
adapté à l’appareil sur lequel il s’exécute, ce qui permet de repérer immédiatement tout
comportement inhabituel. Avec son module optionnel TPM (Trusted Platform Module),
l’appareil est identifié et authentifié tout en empêchant les autres appareils d’accéder aux
données. Enfin, les fonctionnalités de connexion sécurisée ajoutent une couche de sécurité
supplémentaire.
La solution Zero Client de Toshiba est également au rendez-vous pour offrir des capacités
supérieures de stockage sécurisé et de gestion des données. Configurée en fonction des
besoins spécifiques de chaque entreprise, elle permet aux équipes informatiques de
contrôler l’octroi des permissions d’accès, d’empêcher les utilisations abusives et de stocker
l’ensemble des données dans un point central, et non sur un appareil spécifique.
Les failles de sécurité sont décelées à une fréquence alarmante
pour les entreprises, qui peinent à s’adapter pour gérer
des infrastructures informatiques de plus en plus vastes et
complexes. Sans parler des attaques sophistiquées lancées par
des pirates. Nous nous sommes habitués à voir des entreprises,
pourtant réputées, être victimes de cyberattaques pour
lesquelles les pirates ont tiré parti des habitudes d’utilisation
des salariés – bien à l’insu de ces derniers – qui téléchargent
des fichiers sensibles sur des appareils non protégés. Et plus
l’entreprise est grande plus l’impact est dramatique, tant du
point de vue financier que de celui de la notoriété, avec parfois
la perte de clients.
Les salariés sont l’un des maillons de la sécurité. Ils furent le
maillon faible par le passé, et le risque se voit accru aujourd’hui
avec l’arrivée des nouveaux appareils, des objets portables
aux tablettes, qui permettent de travailler confortablement de
n’importe quel endroit en utilisant des réseaux potentiellement
vulnérables et des appareils grand public, tout autant exposés
aux risques. L’utilisation sans autorisation de systèmes et de
solutions informatiques est monnaie courante, puisque plus
de 4 entreprises sur 5 (84%) ont déjà constaté l’existence de
ce phénomène avec une d’ampleur plus ou moins grande,
tandis que 43% le qualifient de problème répandu.1 Si on
ajoute à l’équation l’usage de mots de passe faciles à deviner
– par exemple une date de naissance – et l’arrivée de pirates
toujours plus rusés, l’éducation des salariés devient une priorité
absolue pour les DSI et est essentielle pour assurer la viabilité
de la stratégie de sécurité adoptée. Nos partenaires nous
indiquent toutefois qu’il suffit d’un problème de sécurité majeur
pour pousser un DSI à investir dans des systèmes de défense
qui assureront une protection efficace à l’avenir contre des
événements similaires. Il est regrettable que des mesures de
sécurité soient adoptées bien trop souvent une fois le mal fait.
Par nature, les mots de passe sont des proies de choix pour
des pirates, mais ils devraient heureusement devenir obsolètes
dans un avenir proche, puisque les technologies biométriques
font leur chemin en entreprise. L’identification des empreintes
digitales est désormais intégrée aux appareils qu’elle protège
efficacement, et se verra par la suite complétée par les
technologies de reconnaissance de l’iris et d‘identification
vocale qui évoluent et gagnent du terrain. La fonctionnalité
Windows Hello est un bon indicateur puisqu’il s’agit d’un
processus d’authentification très personnalisé et donc plus
sécurisé, basé sur la reconnaissance faciale.
Les technologies biométriques et les autres solutions de
protection conçues pour protéger les entreprises ont porté
les dépenses informatiques à un tout autre niveau, à l’heure
où l’accent est davantage mis sur la sécurité face aux menaces
grandissantes. Selon une récente étude de Forrester,8
la plus
grande partie des budgets consacrés à la sécurité en 2015 a
porté sur la protection des réseaux. Les sommes allouées à
cette question devraient encore augmenter dans les années qui
viennent.
Les DSI sont contraints de réagir face aux évolutions
technologiques induites par le nombre d’appareils et de plates-
formes utilisés, ainsi qu’aux changements de comportements
notables qui en découlent. Ils luttent sur plusieurs fronts à la fois
pour mettre en place des mesures de sécurité efficaces pour
l’ensemble du réseau : ils sont confrontés à un public de salariés
désireux de travailler sans entraves pour accéder aux données
de l’entreprise depuis chez eux, ainsi qu’aux attentes des
générations de millenials et Z peu préoccupées par le respect
de la vie privée. Les virus sont la principale source d’inquiétude
8
Forrester,“Understand The State Of Network Security: 2015 To 2016”, dec. 2015
Les salariés sont l’un des maillons
de la sécurité. Ils furent le maillon
faible par le passé, et le risque se voit
accru aujourd’hui avec l’arrivée de
nouveaux appareils.
62%
des organisations françaises passent en
revue leur stratégie de sécurité au moins
une fois par an, un chiffre en phase avec
ceux du Royaume-Uni et de l’Allemagne
(respectivement 69% et 63%)
1
Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM
doit être passé au crible pour s’assurer qu’il est conforme à la
stratégie de sécurité mise en place par le DSI.
Les DSI doivent veiller à la sécurité des données de leur
entreprise, tout en étant attentifs aux atouts qu’offrent les
nouvelles technologies, sans lesquelles la productivité risque
de baisser et la croissance marquer un arrêt. Ils sont donc
confrontés au défi de trouver le juste équilibre entre un réseau
et des appareils sous contrôle, et des utilisateurs productifs où
qu’ils se trouvent. Ils doivent réussir sur ces deux fronts.
Make IT secure
Toshiba | Make IT work 1716
La surface d’attaque est en constante
augmentation à la faveur de l’essor des
appareils et des volumes de données que ces
derniers transmettent et reçoivent. Or chaque
point de contact doit être passé au crible
pour s’assurer qu’il est conforme à la stratégie
de sécurité mise en place par le DSI.
“
„
Pour en savoir plus ou
pour approfondir l’un des
points évoqués dans ce
guide, merci de contacter:
toshiba.fr
linkedin.com
Il est évident que la mission des DSI n’a jamais été aussi ardue.
Pourtant, il apparaît aussi clairement que le nombre de points
de contact technologiques à gérer sera nettement supérieur
dans un futur proche. Nous préconisons donc aux DSI de s’y
préparer dès aujourd’hui, à la lumière des conseils fournis dans
chacune des rubriques de ce guide « Make IT work ». Ils doivent
être armés pour l’environnement de travail de demain, en ayant
la capacité d‘offrir aux salariés une expérience sécurisée, fiable,
connectée et facile à gérer, dont ils bénéficieront eux aussi.
Les professionnels de l’informatique en ont déjà fait leurs
priorités, ce qui est très positif. Notre étude montre par exemple
que les domaines prioritaires en termes d’investissements
sont la sécurité des données, le cloud et l’amélioration de
la productivité de l’entreprise.1
Les DSI sont également déjà
nombreux à passer au crible périodiquement leur stratégie de
sécurité, dans la mesure où les cyberattaques constituent à
leurs yeux la principale menace pour l’entreprise.1
L’importance
accordée à chacune de ces problématiques se reflète dans ce
Guide, ce qui montre que l’objectif des DSI est de mettre en
œuvre les mesures et les solutions ad hoc gages de pérennité et
de flux de production renforcés dans l’ensemble de l’entreprise.
Le tout avec un retour sur investissement (ROI) très satisfaisant.
Sur une note moins positive, nous avons également souligné
les difficultés rencontrées par de nombreuses entreprises et qui
sont susceptibles de les pénaliser en les empêchant d’amorcer
leur transformation technologique. En cause, par exemple, la
prédominance des appareils personnels, que près des deux
tiers des salariés utilisent dès qu’ils ont besoin de travailler à
distance.1
Nous espérons que ce guide « Make IT work » a permis de
braquer les projecteurs sur les principaux défis à relever et
aidé les DSI à repérer les failles éventuelles au sein de leur
infrastructure informatique afin de les corriger. Ils ont toutes
Make IT work
les cartes en main pour permettre à leur entreprise et à ses
salariés de profiter des opportunités offertes par les innovations
technologiques.
Toshiba jouit d’une grande expérience sur le marché des
produits informatiques dédiés aux entreprises. Nous espérons
vous avoir clairement exposé les défis technologiques actuels
et restons à votre disposition pour vous accompagner au sein
d’un paysage en mutation et vous aider à prendre des décisions
pertinentes.
William Biotteau
Directeur de la Business Unit PC B2B, Toshiba Europe
Toshiba | Make IT work 2120
Toshiba make it_work_guide_fr

Contenu connexe

Tendances

Stratégie Bring You Own Device (BYOD) et nouvelles directions de solutions
Stratégie Bring You Own Device (BYOD) et nouvelles directions de solutionsStratégie Bring You Own Device (BYOD) et nouvelles directions de solutions
Stratégie Bring You Own Device (BYOD) et nouvelles directions de solutionsMicrosoft Ideas
 
Le BYOD comment y aller de manière pragmatique
Le BYOD comment y aller de manière pragmatiqueLe BYOD comment y aller de manière pragmatique
Le BYOD comment y aller de manière pragmatiqueMicrosoft Décideurs IT
 
Dossier de presse : Visiativ Software, éditeur de plateformes collaboratives ...
Dossier de presse : Visiativ Software, éditeur de plateformes collaboratives ...Dossier de presse : Visiativ Software, éditeur de plateformes collaboratives ...
Dossier de presse : Visiativ Software, éditeur de plateformes collaboratives ...Visiativ
 
Ey étude (Big) data - Où en sont les entreprises françaises ?
Ey étude (Big) data - Où en sont les entreprises françaises ?Ey étude (Big) data - Où en sont les entreprises françaises ?
Ey étude (Big) data - Où en sont les entreprises françaises ?polenumerique33
 
BYOD: peut-on laisser la sphère privée s'inviter en entreprise?
BYOD: peut-on laisser la sphère privée s'inviter en entreprise?BYOD: peut-on laisser la sphère privée s'inviter en entreprise?
BYOD: peut-on laisser la sphère privée s'inviter en entreprise?Wavestone
 
Les évolutions du poste de travail - Séminaire du 10 Février
Les évolutions du poste de travail - Séminaire du 10 FévrierLes évolutions du poste de travail - Séminaire du 10 Février
Les évolutions du poste de travail - Séminaire du 10 FévrierVOIRIN Consultants
 
Fujitsu IT Future : Les défis des DSI
Fujitsu IT Future : Les défis des DSI Fujitsu IT Future : Les défis des DSI
Fujitsu IT Future : Les défis des DSI Fujitsu France
 
les tendances du marché de la collaboration #CollabUEE
les tendances du marché de la collaboration #CollabUEEles tendances du marché de la collaboration #CollabUEE
les tendances du marché de la collaboration #CollabUEEOrange Business Services
 
Cloud Continuum Europe – Slide-Share | Accenture
Cloud Continuum Europe – Slide-Share | AccentureCloud Continuum Europe – Slide-Share | Accenture
Cloud Continuum Europe – Slide-Share | Accentureaccenture
 
Stratégie numérique de l'entrepreneur v1.0
Stratégie numérique de l'entrepreneur   v1.0Stratégie numérique de l'entrepreneur   v1.0
Stratégie numérique de l'entrepreneur v1.0NUM'X
 
BYOD & Cloud : Les nouveaux paradigmes de l'informatique ?
BYOD & Cloud : Les nouveaux paradigmes de l'informatique ?BYOD & Cloud : Les nouveaux paradigmes de l'informatique ?
BYOD & Cloud : Les nouveaux paradigmes de l'informatique ?Johan Moreau
 
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...Frédéric GASNIER
 
Journée collective lundi 2 déc
Journée collective lundi 2 décJournée collective lundi 2 déc
Journée collective lundi 2 décMatthias Fille
 
Accélérez la création de services numériques grâce au Cloud
Accélérez la création de services numériques grâce au CloudAccélérez la création de services numériques grâce au Cloud
Accélérez la création de services numériques grâce au CloudFabrice Croiseaux
 
Le Pensum du DSI
Le Pensum du DSILe Pensum du DSI
Le Pensum du DSICOMPETENSIS
 
Stratégie numérique de l'entrepreneur v1.1
Stratégie numérique de l'entrepreneur   v1.1Stratégie numérique de l'entrepreneur   v1.1
Stratégie numérique de l'entrepreneur v1.1NUM'X
 
Presentation fr
Presentation frPresentation fr
Presentation frSteeveGpe
 

Tendances (20)

Pulse Mag juin 2013
Pulse Mag juin 2013Pulse Mag juin 2013
Pulse Mag juin 2013
 
Stratégie Bring You Own Device (BYOD) et nouvelles directions de solutions
Stratégie Bring You Own Device (BYOD) et nouvelles directions de solutionsStratégie Bring You Own Device (BYOD) et nouvelles directions de solutions
Stratégie Bring You Own Device (BYOD) et nouvelles directions de solutions
 
Le BYOD comment y aller de manière pragmatique
Le BYOD comment y aller de manière pragmatiqueLe BYOD comment y aller de manière pragmatique
Le BYOD comment y aller de manière pragmatique
 
Dossier de presse : Visiativ Software, éditeur de plateformes collaboratives ...
Dossier de presse : Visiativ Software, éditeur de plateformes collaboratives ...Dossier de presse : Visiativ Software, éditeur de plateformes collaboratives ...
Dossier de presse : Visiativ Software, éditeur de plateformes collaboratives ...
 
Qui peut utiliser VKS?
Qui peut utiliser VKS?Qui peut utiliser VKS?
Qui peut utiliser VKS?
 
Ey étude (Big) data - Où en sont les entreprises françaises ?
Ey étude (Big) data - Où en sont les entreprises françaises ?Ey étude (Big) data - Où en sont les entreprises françaises ?
Ey étude (Big) data - Où en sont les entreprises françaises ?
 
G9synthese1998
G9synthese1998G9synthese1998
G9synthese1998
 
BYOD: peut-on laisser la sphère privée s'inviter en entreprise?
BYOD: peut-on laisser la sphère privée s'inviter en entreprise?BYOD: peut-on laisser la sphère privée s'inviter en entreprise?
BYOD: peut-on laisser la sphère privée s'inviter en entreprise?
 
Les évolutions du poste de travail - Séminaire du 10 Février
Les évolutions du poste de travail - Séminaire du 10 FévrierLes évolutions du poste de travail - Séminaire du 10 Février
Les évolutions du poste de travail - Séminaire du 10 Février
 
Fujitsu IT Future : Les défis des DSI
Fujitsu IT Future : Les défis des DSI Fujitsu IT Future : Les défis des DSI
Fujitsu IT Future : Les défis des DSI
 
les tendances du marché de la collaboration #CollabUEE
les tendances du marché de la collaboration #CollabUEEles tendances du marché de la collaboration #CollabUEE
les tendances du marché de la collaboration #CollabUEE
 
Cloud Continuum Europe – Slide-Share | Accenture
Cloud Continuum Europe – Slide-Share | AccentureCloud Continuum Europe – Slide-Share | Accenture
Cloud Continuum Europe – Slide-Share | Accenture
 
Stratégie numérique de l'entrepreneur v1.0
Stratégie numérique de l'entrepreneur   v1.0Stratégie numérique de l'entrepreneur   v1.0
Stratégie numérique de l'entrepreneur v1.0
 
BYOD & Cloud : Les nouveaux paradigmes de l'informatique ?
BYOD & Cloud : Les nouveaux paradigmes de l'informatique ?BYOD & Cloud : Les nouveaux paradigmes de l'informatique ?
BYOD & Cloud : Les nouveaux paradigmes de l'informatique ?
 
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
L'incompétence digitale, perte de productivité pour les salariés et coûts cac...
 
Journée collective lundi 2 déc
Journée collective lundi 2 décJournée collective lundi 2 déc
Journée collective lundi 2 déc
 
Accélérez la création de services numériques grâce au Cloud
Accélérez la création de services numériques grâce au CloudAccélérez la création de services numériques grâce au Cloud
Accélérez la création de services numériques grâce au Cloud
 
Le Pensum du DSI
Le Pensum du DSILe Pensum du DSI
Le Pensum du DSI
 
Stratégie numérique de l'entrepreneur v1.1
Stratégie numérique de l'entrepreneur   v1.1Stratégie numérique de l'entrepreneur   v1.1
Stratégie numérique de l'entrepreneur v1.1
 
Presentation fr
Presentation frPresentation fr
Presentation fr
 

En vedette

En vedette (18)

3.4 juego de roles
3.4 juego de roles3.4 juego de roles
3.4 juego de roles
 
Examen Naranjo B
Examen Naranjo BExamen Naranjo B
Examen Naranjo B
 
Schnell Idea newer brochure
Schnell Idea newer brochureSchnell Idea newer brochure
Schnell Idea newer brochure
 
Laminas sistemas operativos2
Laminas sistemas operativos2Laminas sistemas operativos2
Laminas sistemas operativos2
 
Meta 2.1 valenzuela
Meta 2.1 valenzuelaMeta 2.1 valenzuela
Meta 2.1 valenzuela
 
An easy way to quit smoking
An easy way to quit smokingAn easy way to quit smoking
An easy way to quit smoking
 
2016 Resume Linkedin
2016 Resume Linkedin2016 Resume Linkedin
2016 Resume Linkedin
 
Who should lead christian professionals feb 2016 3
Who should lead christian professionals feb 2016 3Who should lead christian professionals feb 2016 3
Who should lead christian professionals feb 2016 3
 
Secuencia narrativa de imagenes 2-Trianas
Secuencia narrativa de imagenes 2-TrianasSecuencia narrativa de imagenes 2-Trianas
Secuencia narrativa de imagenes 2-Trianas
 
Placas Atronic
Placas AtronicPlacas Atronic
Placas Atronic
 
Carlitos y el secreto de la semilla
Carlitos y el secreto de la semillaCarlitos y el secreto de la semilla
Carlitos y el secreto de la semilla
 
India League of America - Cultural Events
India League of America - Cultural EventsIndia League of America - Cultural Events
India League of America - Cultural Events
 
Debt Management Strategies presentation
Debt Management Strategies presentationDebt Management Strategies presentation
Debt Management Strategies presentation
 
Model osi
Model osiModel osi
Model osi
 
Pablo garcía velasco práctica 1
Pablo garcía velasco práctica 1Pablo garcía velasco práctica 1
Pablo garcía velasco práctica 1
 
Regression_Class_Project_-_MTCARS
Regression_Class_Project_-_MTCARSRegression_Class_Project_-_MTCARS
Regression_Class_Project_-_MTCARS
 
Solucion guia ejecucion evaluacion
Solucion guia ejecucion evaluacionSolucion guia ejecucion evaluacion
Solucion guia ejecucion evaluacion
 
Gunar Professional profile
Gunar Professional profileGunar Professional profile
Gunar Professional profile
 

Similaire à Toshiba make it_work_guide_fr

Ebook inflexsys optiques_fluidifierexperienceclient
Ebook inflexsys optiques_fluidifierexperienceclientEbook inflexsys optiques_fluidifierexperienceclient
Ebook inflexsys optiques_fluidifierexperienceclientCatherine Marquèze
 
Fujitsu IT Future 2013 : introduction par Herve Garnousset Directeur France
Fujitsu IT Future 2013 : introduction par Herve Garnousset Directeur FranceFujitsu IT Future 2013 : introduction par Herve Garnousset Directeur France
Fujitsu IT Future 2013 : introduction par Herve Garnousset Directeur FranceFujitsu France
 
PME-TPE COMMENT RÉUSSIR LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE VOTRE ENTREPRISE
PME-TPE COMMENT RÉUSSIR LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE VOTRE ENTREPRISEPME-TPE COMMENT RÉUSSIR LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE VOTRE ENTREPRISE
PME-TPE COMMENT RÉUSSIR LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE VOTRE ENTREPRISENRC
 
Td 7 etude de texte ( nouveaux si)
Td  7 etude de texte ( nouveaux si)Td  7 etude de texte ( nouveaux si)
Td 7 etude de texte ( nouveaux si)Fethi Ferhane
 
National Instruments - NI Trend Watch 2015
National Instruments - NI Trend Watch 2015National Instruments - NI Trend Watch 2015
National Instruments - NI Trend Watch 2015polenumerique33
 
PME-TPE réussissez votre transformation digitale
PME-TPE réussissez votre transformation digitalePME-TPE réussissez votre transformation digitale
PME-TPE réussissez votre transformation digitaleABC Systemes
 
Travaillez plus efficacement avec Microsoft Office 365
Travaillez plus efficacement avec Microsoft Office 365Travaillez plus efficacement avec Microsoft Office 365
Travaillez plus efficacement avec Microsoft Office 365ABC Systemes
 
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshareJean-Marc Touzard
 
Claranet End User Computing : gestion des environnements de travail de nouvel...
Claranet End User Computing : gestion des environnements de travail de nouvel...Claranet End User Computing : gestion des environnements de travail de nouvel...
Claranet End User Computing : gestion des environnements de travail de nouvel...Claranet
 
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - TotalOCTO Technology
 
Competitic Smartphone tablette ordinateur les nvx outils au service de votre ...
Competitic Smartphone tablette ordinateur les nvx outils au service de votre ...Competitic Smartphone tablette ordinateur les nvx outils au service de votre ...
Competitic Smartphone tablette ordinateur les nvx outils au service de votre ...COMPETITIC
 
Opération migration : Six leçons tirées de la migration de plus de 20 000 boî...
Opération migration : Six leçons tirées de la migration de plus de 20 000 boî...Opération migration : Six leçons tirées de la migration de plus de 20 000 boî...
Opération migration : Six leçons tirées de la migration de plus de 20 000 boî...Softchoice Corporation
 
Le MES - clé de voûte de nos entreprises industrielles
Le MES - clé de voûte de nos entreprises industriellesLe MES - clé de voûte de nos entreprises industrielles
Le MES - clé de voûte de nos entreprises industriellesAntoine HIEZELY
 
DSI et ERP SAGE ERP X3 1000 100 Cloud
DSI et ERP SAGE ERP X3 1000 100 CloudDSI et ERP SAGE ERP X3 1000 100 Cloud
DSI et ERP SAGE ERP X3 1000 100 CloudPROJECT SI
 
#PortraitDeCDO - François-Régis Martin - BNP Paribas Leasing Solutions
#PortraitDeCDO - François-Régis Martin - BNP Paribas Leasing Solutions#PortraitDeCDO - François-Régis Martin - BNP Paribas Leasing Solutions
#PortraitDeCDO - François-Régis Martin - BNP Paribas Leasing SolutionsOCTO Technology
 
Virtualisation? Convergence? Cloud? Soyons pragmatique
Virtualisation? Convergence? Cloud? Soyons pragmatique Virtualisation? Convergence? Cloud? Soyons pragmatique
Virtualisation? Convergence? Cloud? Soyons pragmatique Microsoft Ideas
 
LE CLOUD ET SAGE AVEC PROJECT SI
LE CLOUD ET SAGE AVEC PROJECT SILE CLOUD ET SAGE AVEC PROJECT SI
LE CLOUD ET SAGE AVEC PROJECT SIPROJECT SI
 
Déjeuner-débat EIM360 | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
Déjeuner-débat EIM360 | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...Déjeuner-débat EIM360 | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
Déjeuner-débat EIM360 | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...Sollan France
 
Présentation en ligne | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
Présentation en ligne | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...Présentation en ligne | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
Présentation en ligne | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...Sollan France
 

Similaire à Toshiba make it_work_guide_fr (20)

Le BYOD dans l'entreprise
Le BYOD dans l'entrepriseLe BYOD dans l'entreprise
Le BYOD dans l'entreprise
 
Ebook inflexsys optiques_fluidifierexperienceclient
Ebook inflexsys optiques_fluidifierexperienceclientEbook inflexsys optiques_fluidifierexperienceclient
Ebook inflexsys optiques_fluidifierexperienceclient
 
Fujitsu IT Future 2013 : introduction par Herve Garnousset Directeur France
Fujitsu IT Future 2013 : introduction par Herve Garnousset Directeur FranceFujitsu IT Future 2013 : introduction par Herve Garnousset Directeur France
Fujitsu IT Future 2013 : introduction par Herve Garnousset Directeur France
 
PME-TPE COMMENT RÉUSSIR LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE VOTRE ENTREPRISE
PME-TPE COMMENT RÉUSSIR LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE VOTRE ENTREPRISEPME-TPE COMMENT RÉUSSIR LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE VOTRE ENTREPRISE
PME-TPE COMMENT RÉUSSIR LA TRANSFORMATION NUMERIQUE DE VOTRE ENTREPRISE
 
Td 7 etude de texte ( nouveaux si)
Td  7 etude de texte ( nouveaux si)Td  7 etude de texte ( nouveaux si)
Td 7 etude de texte ( nouveaux si)
 
National Instruments - NI Trend Watch 2015
National Instruments - NI Trend Watch 2015National Instruments - NI Trend Watch 2015
National Instruments - NI Trend Watch 2015
 
PME-TPE réussissez votre transformation digitale
PME-TPE réussissez votre transformation digitalePME-TPE réussissez votre transformation digitale
PME-TPE réussissez votre transformation digitale
 
Travaillez plus efficacement avec Microsoft Office 365
Travaillez plus efficacement avec Microsoft Office 365Travaillez plus efficacement avec Microsoft Office 365
Travaillez plus efficacement avec Microsoft Office 365
 
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
2014 04-17-camoai-nord-it-days-6-technologies-clé sshare
 
Claranet End User Computing : gestion des environnements de travail de nouvel...
Claranet End User Computing : gestion des environnements de travail de nouvel...Claranet End User Computing : gestion des environnements de travail de nouvel...
Claranet End User Computing : gestion des environnements de travail de nouvel...
 
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
#PortraitDeCDO - Juliette De Maupeou - Total
 
Competitic Smartphone tablette ordinateur les nvx outils au service de votre ...
Competitic Smartphone tablette ordinateur les nvx outils au service de votre ...Competitic Smartphone tablette ordinateur les nvx outils au service de votre ...
Competitic Smartphone tablette ordinateur les nvx outils au service de votre ...
 
Opération migration : Six leçons tirées de la migration de plus de 20 000 boî...
Opération migration : Six leçons tirées de la migration de plus de 20 000 boî...Opération migration : Six leçons tirées de la migration de plus de 20 000 boî...
Opération migration : Six leçons tirées de la migration de plus de 20 000 boî...
 
Le MES - clé de voûte de nos entreprises industrielles
Le MES - clé de voûte de nos entreprises industriellesLe MES - clé de voûte de nos entreprises industrielles
Le MES - clé de voûte de nos entreprises industrielles
 
DSI et ERP SAGE ERP X3 1000 100 Cloud
DSI et ERP SAGE ERP X3 1000 100 CloudDSI et ERP SAGE ERP X3 1000 100 Cloud
DSI et ERP SAGE ERP X3 1000 100 Cloud
 
#PortraitDeCDO - François-Régis Martin - BNP Paribas Leasing Solutions
#PortraitDeCDO - François-Régis Martin - BNP Paribas Leasing Solutions#PortraitDeCDO - François-Régis Martin - BNP Paribas Leasing Solutions
#PortraitDeCDO - François-Régis Martin - BNP Paribas Leasing Solutions
 
Virtualisation? Convergence? Cloud? Soyons pragmatique
Virtualisation? Convergence? Cloud? Soyons pragmatique Virtualisation? Convergence? Cloud? Soyons pragmatique
Virtualisation? Convergence? Cloud? Soyons pragmatique
 
LE CLOUD ET SAGE AVEC PROJECT SI
LE CLOUD ET SAGE AVEC PROJECT SILE CLOUD ET SAGE AVEC PROJECT SI
LE CLOUD ET SAGE AVEC PROJECT SI
 
Déjeuner-débat EIM360 | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
Déjeuner-débat EIM360 | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...Déjeuner-débat EIM360 | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
Déjeuner-débat EIM360 | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
 
Présentation en ligne | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
Présentation en ligne | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...Présentation en ligne | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
Présentation en ligne | Casser les silos pour améliorer l’efficacité métiers ...
 

Dernier

GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - MontréalGUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - MontréalNicolas Georgeault
 
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IAMilo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IAUGAIA
 
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...Faga1939
 
La Grosse Conf 2024 - Philippe Prados - Atelier - RAG : au-delà de la démonst...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Prados - Atelier - RAG : au-delà de la démonst...La Grosse Conf 2024 - Philippe Prados - Atelier - RAG : au-delà de la démonst...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Prados - Atelier - RAG : au-delà de la démonst...OCTO Technology
 
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfEtude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfsnapierala
 
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloudLe Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloudOCTO Technology
 
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imaginationIntelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imaginationTony Aubé
 
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...OCTO Technology
 

Dernier (8)

GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - MontréalGUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
GUM365 - Rencontre mensuelle Avril 2024 - Montréal
 
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IAMilo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
Milo-AI Milo AI Congress est conçu pour transformer votre compréhension de l'IA
 
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
LA SUPERINTELLIGENCE ARTIFICIELLE, SES BÉNÉFICES ET NUIRES ET QUE FAIRE POUR ...
 
La Grosse Conf 2024 - Philippe Prados - Atelier - RAG : au-delà de la démonst...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Prados - Atelier - RAG : au-delà de la démonst...La Grosse Conf 2024 - Philippe Prados - Atelier - RAG : au-delà de la démonst...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Prados - Atelier - RAG : au-delà de la démonst...
 
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdfEtude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
Etude_Bpifrance_-_Les_Greentech_francaises_-_3eme_edition_annuelle_2024.pdf
 
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloudLe Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
Le Comptoir OCTO - MLOps : Les patterns MLOps dans le cloud
 
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imaginationIntelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
Intelligence Artificielle: Vers l'ère de l'imagination
 
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
La Grosse Conf 2024 - Philippe Stepniewski -Atelier - Live coding d'une base ...
 

Toshiba make it_work_guide_fr

  • 1.
  • 2. Sommaire 3 8 12 10 14 16 20 Bienvenue dans « Make IT work » Make IT manageable Make IT stronger Make IT connected Make IT reliable Make IT secure Make IT work Toshiba | Make IT work 1
  • 3. Nous vivons une époque où l’innovation technologique atteint des niveaux sans précédent, tant dans la sphère grand public que professionnelle. Qui aurait pu imaginer avoir une montre connectée au poignet moins de 10 ans après l’arrivée des premiers smartphones ? De ces nouveaux appareils à l’avènement des objets connectés (Internet des objets), ces innovations offrent aux entreprises de toutes tailles des opportunités inédites pour renforcer leur activité et stimuler leur croissance. Les DSI voient, à raison, les technologies comme un catalyseur d’efficacité et de productivité. Mais leur mise en œuvre pose des défis – surtout pour les moyennes et grandes entreprises – pour qu’elles restent faciles à administrer à grande échelle tout en garantissant une expérience connectée fiable et sûre à leurs collaborateurs. Comme si cela ne suffisait pas, les DSI doivent répondre aux exigences du conseil d’administration et des salariés qui peinent à suivre le rythme effréné de la révolution digitale actuelle. Sachant que les nouvelles technologies offrent davantage de fonctionnalités et de nouvelles possibilités, les salariés demandent plus de souplesse dans le choix des appareils qu’ils souhaitent utiliser et la façon de les utiliser. Ces souhaits accélèrent l’arrivée de la génération Z dans le monde du travail. Le public d’utilisateur s’attend à ce que l’infrastructure informatique soit entièrement connectée de sorte à permettre à tous les points de contact technologiques d’interagir dans l’ensemble des services et des sites de l’entreprise, ce qui n’est pas une tâche facile. De son côté, la direction attend de voir une corrélation directe entre la hausse des dépenses informatiques et les résultats commerciaux, faisant ainsi du retour sur investissement une obligation, en plus de la productivité et de la sécurité. Toshiba | Make IT work 3 Bienvenue dans « Make IT work »
  • 4. Face à une telle pression venant de tous les côtés en entreprise, notre Guide « Make IT work » entend mettre en exergue les défis rencontrés par les DSI aujourd’hui, et leur apporter un appui d’expert pour les surmonter, forts de notre grande expérience du marché du PC. Que ce soit pour gérer une flotte d’appareils en plein essor ou les volumes de données colossaux générés, ce guide aborde les problématiques et donne une marche à suivre assortie de préconisations de technologies à adopter. Le guide se décompose en cinq parties, qui constituent selon nous les piliers d’une infrastructure informatique sécurisée et efficace : fiabilité, puissance, sécurité, connectivité et facilité de gestion. Des PC portables aux services du cloud, les DSI doivent systématiquement réfléchir aux bénéfices que des investissements sont susceptibles d’offrir dans chacun de ces domaines critiques. La sécurité des données (54%) et les solutions basées sur un cloud (52%) sont les deux grandes priorités des investissements en France, au Royaume-Uni et en Allemagne selon notre récente enquête réalisée (en partenariat avec le cabinet d’études indépendant ICM) auprès de 400 décideurs senior en matière d’achats informatiques.1 Des achats judicieux seront l’assurance de choix technologiques qui offrent la meilleure solution possible et seront synonymes de valeur et de sécurité pour les salariés en leur permettant de mieux travailler. Il sera important, au sein d’une organisation de taille moyenne, de fournir les différentes solutions adaptées à chaque fonction en veillant à ce que toutes offrent les fonctionnalités et la sécurité nécessaires aujourd’hui. La gamme de solutions de Toshiba pour les entreprises, toutes conçues pour aider les salariés, est la plus étendue à ce jour. Chacune de leurs fonctionnalités intègre des composants répandus qui assurent une intégration fluide et aisée, avec notamment une autonomie de batterie remarquable, Windows 10 Pro et les nouveaux processeurs Intel® Core™ de 6e génération qui garantissent des performances optimales. Les appareils sont équipés du BIOS de Toshiba qui dispose d’une double couche de sécurité et de chiffrement, ainsi que du module TPM (Trusted Platform Module) optionnel. Toshiba propose aussi des solutions logicielles et de cloud dédiées aux entreprises, qui facilitent la gestion de flottes d’appareils à l’aide d’outils conçus pour assurer l’efficacité et la conformité de ces derniers avec les réglementations en vigueur. Nous sommes fiers de vous présenter notre Guide « Make IT work » à l’heure où l’informatique offre tant d’opportunités exceptionnelles aux entreprises. Nous espérons que les conseils et l’expertise que nous partageons dans ces pages aideront votre entreprise à appréhender cette époque d’avancées technologiques sans précédent, avec l’assurance que vous pourrez déployer nos nouvelles solutions dans votre infrastructure informatique sans peine et avec un grand sentiment de sécurité, le tout avec des résultats optimaux! William Biotteau Directeur de la Business Unit PC B2B, Toshiba France 1 Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM En haut à droite : Portégé Z30-C, en bas à droite : Tecra Z40-C Dans un tel climat de pression venant de tous les côtés en entreprise, notre Guide « Make IT work » entend mettre en exergue les défis rencontrés par les DSI aujourd’hui, et leur apporter un appui d’expert pour les surmonter, forts de notre grande expérience du marché du PC. En haut à gauche : Portégé Z20t-C, en bas à gauche : Tecra A40-C Toshiba | Make IT work 54
  • 5. Nous vivons une époque où l’innovation technologique atteint des niveaux sans précédent, tant dans la sphère grand public que professionnelle. Qui aurait pu imaginer avoir une montre connectée au poignet moins de 10 ans après l’arrivée des premiers smartphones ? “ „
  • 6. Les DSI sont amenés à gérer un nombre croissant d’appareils et de systèmes d’exploitation. Dans l’enquête que nous venons de réaliser, les décideurs informatiques senior ont indiqué qu’ils s’attendaient à voir les tablettes s’imposer comme les appareils les plus utilisés à l’avenir à des fins professionnelles.1 66% du panel français estime qu’elles seront l’outil le plus largement répandu dans les 5 années à venir, devant les appareils hybrides/amovibles (47%).1 Des chiffres guère surprenants étant donné que dans ce monde connecté, les salariés souhaitent pouvoir travailler à distance, ce qui les pousse à adopter les nouveaux services et produits qui le leur permettent. L’étude révèle aussi qu’un décideur sur trois en Europe pointe la gestion des mises à jour logicielles comme le principal défi induit par la prolifération de ces appareils.1 C’est le cas pour 23% des décideurs français, et respectivement 39% et 36% de leurs homologues allemands et britanniques. Un défi doublé de celui d’offrir un accès aisé et fluide à ces appareils, quand et là où les salariés le souhaitent quel que soit le modèle utilisé. Les attentes des salariés ouvrent également la voie aux problèmes de sécurité : s’ils ne peuvent pas utiliser les appareils, les solutions et les documents dont ils ont besoin pour leur travail, certains outrepassent les règles. 84% des responsables d’entreprises interrogés dans le cadre de l’enquête ont confirmé qu’il était courant de voir des collaborateurs utiliser des systèmes et des solutions informatiques sans avoir eu l’autorisation préalable du service informatique.1 Cette pratique semble bien plus courante en France (52%) qu’en Allemagne (40%) et au Royaume-Uni (37%). Ce constat alarmant doit inciter à investir dans des outils ad hoc de gestion des appareils et des logiciels.1 Le tout en gardant à l’esprit que les acteurs qui ne se convertissent pas au digital risquent fort de nuire à la productivité de leur entreprise et à sa capacité d’attirer les meilleurs candidats qui auront, eux, de réelles attentes pointues côté technologies. Forrester prévoit que les dépenses informatiques atteindront dans le monde 2,9 milliards de milliards de dollars en 2016, grâce à des investissements dans les nouvelles technologies afin de contrôler des appareils toujours plus nombreux à faciliter le travail nomade.2 Mettre à disposition des logiciels répandus sur chaque appareil d’une flotte facilitera aussi l’installation des mises à jour ultérieures. Les DSI peuvent aussi investir dans des services de cloud professionnels afin de garder une longueur d’avance sur leurs concurrents puisqu’ils facilitent la gestion des données, des documents et des applications que les salariés utilisent sur leurs appareils. En passant au cloud computing, les entreprises pourront utiliser des ressources informatiques à la demande en fonction de l’évolution de leur activité. Avec une telle souplesse, elles n’auront plus à gérer leurs infrastructures par le biais d’un datacenter. Cela permet également à l’entreprise d’envisager le stockage et la gestion de ses données à part, mais sous son contrôle afin d’empêcher les collaborateurs de se servir d’outils grand public basés sur Les technologies de cloud ont un autre atout : elles peuvent s’adapter aux besoins de l’entreprise, ce qui est parfait lorsqu’elle hésite entre externaliser ses services ou se doter de serveurs en interne capables d’accompagner l’augmentation des besoins. Les entreprises commencent déjà à investir dans des solutions de cloud de façon morcelée, mais nous conseillons aux DSI d’augmenter le plus vite possible ces investissements afin de préparer leurs salariés pour l’avenir. 2 Forrester,“The Global Tech Market Outlook For 2016 To 2017”, jan. 2016 Pour améliorer le flux de production des salariés utilisant différents appareils, les DSI doivent déployer des solutions communes dans l’ensemble de la flotte qui faciliteront sa gestion. Une image logicielle commune, comme celle présente dans les nouveaux appareils Toshiba pour professionnels, permet aux services informatiques de simplifier les opérations de mises à jour sur une flotte d’appareils composée de modèles hétéroclites en s’assurant de leur sécurité et d’un niveau de productivité maximal du côté des salariés. La cohésion est un critère tout aussi important du côté du matériel : ces appareils disposent tous d’accessoires communs, d’une station d’accueil, de ports et de batteries qui permettent aux utilisateurs de les charger et de les brancher facilement où qu’ils se trouvent dans les locaux de leur employeur. Ces atouts favorisent la flexibilité et le travail collaboratif. Les acteurs qui ne se convertissent pas au digital risquent fort de nuire à la productivité de leur entreprise et à sa capacité d’attirer les meilleurs candidats qui auront de réelles attentes pointues côté technologie. Un décideur informatique sur trois estime que l’installation de mises à jour logicielles sur un grand nombre d’appareils constitue son principal défi. 1 Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM Make IT manageable des clouds bien souvent moins sécurisés. Ces derniers sont parfois utilisés par les salariés pour finaliser un travail sur leur appareil personnel. De nombreux témoignages font état de collaborateurs qui téléchargent des fichiers confidentiels de leur entreprise sur leur compte de cloud public afin de travailler dessus chez eux. Or ce type de compte, protégé par un simple mot de passe, expose les données sensibles de l’entreprise à l’exploitation malveillante de vulnérabilités. Pour justifier cette dépense auprès de leur direction, les DSI pourront expliquer qu’elle leur permettra d’améliorer le travail en condition de mobilité et de le rendre plus efficace, en donnant aux salariés un accès aisé aux documents de l’entreprise depuis différents appareils et lieux. Toshiba | Make IT work 98
  • 7. Les entreprises ont toutes besoin de fonctionner en continu pour rester compétitives. Or face aux attentes d’une clientèle toujours plus exigeante, à l’assouplissement de la législation concernant les conditions de travail et à la globalisation, les salariés doivent pouvoir compter sur des appareils capables de fonctionner 24h/24 et 7j/7. Une récente étude réalisée parTyntec montre que de nombreux salariés travaillent plus de 10 heures chaque semaine en dehors des locaux de leur entreprise, pour finaliser certaines tâches professionnelles à distance.3 Afin de répondre à cette demande en constante hausse portant sur des appareils mobiles, les DSI doivent s’assurer que les salariés auront accès à des solutions fiables, capables de résister à une intense sollicitation. Notre étude montre que l’autonomie limitée de la batterie figure parmi les principales doléances des décideurs informatiques confrontés aux choix d’appareils à conseiller,1 ce qui doit les pousser à investir dans des appareils conçus pour durer. En France, les trois principales critiques concernant les PC portables portent sur l’autonomie décevante de la batterie (47%), le poids excessif (27%) et la faible connectivité (27%).1 Au-delà de la problématique du matériel, nos partenaires confirment que le cloud tient enfin toutes ses promesses : les solutions hébergées gagnent du terrain et sont privilégiées pour le stockage des données, surtout sur le marché des entreprises de taille moyenne. Cela rend la robustesse et la durabilité du matériel d’autant plus importantes, puisqu’il commence à faire office de passerelle mobile permettant d’accéder aux données critiques de l’entreprise. Nous comprenons bien que les DSI se doivent d’offrir une tranquillité d’esprit totale aux salariés, tout en ayant l’assurance que les appareils qu’ils leurs fournissent répondent à leurs besoins et ne tomberont pas en panne – même si par inadvertance l’un deux fait tomber le sien par terre en courant pour arriver à l’heure à une réunion. Reste que la difficulté de donner accès aux fichiers et connexions en continu ne repose pas uniquement sur l’achat de produits plus robustes. Notre récente enquête révèle par ailleurs que 62% des salariés du Royaume-Uni, de France et d’Allemagne utilisent leurs appareils personnels pour travailler à distance.1 Et certains seront amenés à s’en servir pour finaliser un travail lors de leurs déplacements, tout simplement parce qu’ils ne s’en séparent jamais. Chez Toshiba, nous estimons que le fait de jongler entre un appareil personnel et un autre appareil professionnel, qui est devenu une habitude, ne sera bientôt plus un problème surtout à l’heure où les entreprises migrent de plus en plus vers des solutions hébergées dans un cloud. Nous pensons que cela va également entraîner l’adoption de modèles d’applications orientées serveurs qui fonctionnent sans client lourd dédié sur les postes de travail, à l’instar des solutions Zero Client. Cela permettra aux interfaces et aux liens unissant les applications de gagner en flexibilité, et de transformer le matériel uniquement en une coque sécurisée fonctionnelle permettant d’accéder aux informations qui ne sont pas hébergées en local sur l’appareil. Bientôt, les fournisseurs se focaliseront sur les différences présentes au niveau du matériel, et non sur les capacités logicielles et de stockage. Bientôt aussi, nous verrons arriver des appareils qui contiennent simplement une partition dédiée à l’accès exclusif aux données professionnelles et personnelles. D’ici là, les DSI doivent se focaliser sur le rôle pivot que jouent les appareils professionnels, en veillant à choisir ceux conçus pour résister à un usage 24h/24 et 7j/7. 3 Tyntec,“BYOD User Survey”, juillet 2015 LesDSIdoivent s’assurerqueles salariésaurontaccès àdessolutions fiables,capablesde résisteràuneintense sollicitation. 62% des salariés du Royaume-Uni, de France et d’Allemagne utilisent toujours leurs appareils personnels grand public pour travailler à distance. des décideurs informatiques européens, la faible autonomie de batterie des appareils constitue la principale doléance de leurs salariés. Pour 31% 1 Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM 1 Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM Il est difficile, pour les DSI, de s’assurer que les salariés utilisent toujours des appareils dédiés aux entreprises pour leur travail. Mais en mettant à leur disposition des appareils très robustes et fiables, les intéressés verront sans doute les avantages d’outils dédiés à leurs besoins. La nouvelle gamme de PC portables de Toshiba, qui inclut notamment le Tecra A40, a passé avec succès les tests de résistance de l’organisme de certification allemand TÜV Rheinland (cycle de vie accéléré) qui font subir à chaque appareil l’équivalent de trois années d’utilisation. Les tests mesurent le degré de résistance à des chutes, à des températures élevées ou basses, aux vibrations et aux chocs pour garantir la fiabilité pour un usage professionnel. Toshiba a également mis en place le programme Fiabilité garantie, qui prévoit la prise en charge gratuite des réparations, dans l’éventualité peu probable d’une panne, et le remboursement intégral de l’achat.* *Voir les modalités d’application Make IT stronger Toshiba | Make IT work 1110
  • 8.     nourrit la popularité des objets connectés, déteint sur « la stratégie commerciale, la gestion des risques et différents domaines techniques tels que l’architecture et la conception des réseaux. » Dès lors, poser des fondations dans l’ensemble des services de l’entreprise grâce au très haut débit et à des objets connectés fiables 24h/24 et 7j/7 n’est plus un luxe. Cela devient une nécessité pour les entreprises qui souhaitent avoir une longueur d’avance afin d’être préparées pour la prochaine mutation au sein du monde professionnel. Nous pensons que cette prochaine phase verra les entreprises très étroitement liées avec les objets connectés, qui n’auront jamais été aussi nombreux à se connecter à leurs données. Pour éviter les problèmes de sécurité pesant sur les données, nous avons développé une solution Zero Client qui offre une connexion sécurisée au réseau de l’entreprise sans stockage sur l’appareil. Ainsi, lorsque l’appareil est éteint, aucune donnée n’y subsiste. Cela permet aussi de centraliser le contrôle des droits d’accès afin d’éviter utilisation indue des données, qui ne sont plus stockées sur un appareil spécifique. Le Portégé Z30 de Toshiba répond à ces attentes, fort d’une autonomie de batterie de 16 heures et de processeurs Intel® Core™ de 6e génération qui permettent aux salariés de travailler pendant près de 2 jours d’affilée. Il est équipé de l’antenne Wi-Fi, judicieusement intégrée près de l’écran pour garantir un signal fort, contrairement à d’autres appareils où elle est cachée derrière d’autres composants. Cela permet aux utilisateurs de se connecter à l’une des deux bandes de fréquence – le PC portable peut suivre l’intensité du signal reçu et choisir la meilleure automatiquement. Il est également équipé d’un récepteur Bluetooth™ pour se connecter en plus du Wi-Fi, de sorte à rester connecté en permanence de n’importe quel endroit. Dans la plupart des industries, les DSI ont eu pour principal objectif de veiller à ce que leur entreprise ait une réelle mainmise sur la palette toujours plus large d’appareils, de systèmes d’exploitation, de plates-formes et de réseaux utilisés par les salariés pour accéder à ses données. Alors qu’ils y parviennent tout juste, un nouvel obstacle se présente déjà à l’horizon. Les objets portables (« les wearables ») commencent à faire parler d’eux en entreprise lors des réunions, ce qui laisse penser que ces appareils connectés vont s’y faire une place à terme. S’ils ne sont pas en soi problématiques, le défi se situe au niveau de ce qu’ils représentent pour l’entreprise : un éventail de produits et de solutions sur lesquels les salariés s’appuient au quotidien et qui doivent pouvoir communiquer entre eux et être gérés sans peine. L’un des principaux défis pour les DSI sera d’interconnecter ces différentes nouvelles technologies et de leur accorder un accès simple et sécurisé au réseau, de n’importe quel endroit, en gardant à l’esprit les risques induits pour l’entreprise. Mais avant que les DSI puissent travailler sur ces questions, encore faut-il qu’ils aient investi dans les meilleures infrastructures réseau possibles. La plupart, sinon toutes les entreprises, disposent déjà d’un réseau très haut débit, essentiel pour la suite. Il en va de même pour la sauvegarde. Ainsi, afin de permettre aux salariés d’accéder aux données de l’entreprise et de communiquer entre eux lors de déplacements, des produits avec la 3G ou la 4G intégrée seront essentiels. Ils s’avéreront très précieux en cas de panne à l’heure où les solutions d’hébergement sur un cloud se voient confier les flux de production quotidiens, mais aussi du point de vue de la sécurité puisque ce type d’accès est plus sûr que les bornes Wi-Fi. Selon une étude de la Cloud Security Alliance,4 cette technologie commence enfin à inspirer confiance. 64,9% des responsables informatiques estiment ainsi que le cloud est aujourd’hui aussi voire plus sûr que les logiciels installés en local. IDC prévoit par ailleurs que la moitié au moins des dépenses informatiques seront basées sur un cloud à l’horizon 2018.5 Mais en dépit de ce virage net dans les intentions d’investissement dans des services connectés de type cloud, les entreprises européennes de moyenne ou grande taille sont toujours à la traîne par rapport aux entreprises américaines pour l’adoption de technologies conçues pour rendre les données accessibles à plusieurs appareils. Une situation relativement incompréhensible étant donné que l’Europe est largement en avance en termes d’infrastructures. Nous pensons que les grands groupes du Vieux-continent sont pénalisés par les technologies plus classiques et les systèmes vieillissants dont ils disposent, que les entreprises américaines ne gèrent pas à la même échelle. Cela entrave leur agilité à l’heure où ils cherchent à mettre en œuvre les fonctionnalités et les services dont ils ont besoin, sans pouvoir basculer vers les réseaux et l’infrastructure ad hoc. Gartner explique le fossé qui sépare les capacités disponibles du taux d’adoption par le « très large impact » auquel les entreprises vont devoir faire face.6 En effet, cette palette d’appareils et de données en pleine expansion qui 4 Cloud Security Alliance,“The Cloud Balancing Act for IT: Between Promise and Peril”, jan. 2015 5 IDC,“IDC FutureScape: Worldwide Cloud 2016 Predictions”, nov. 2015 6 Gartner,“Top 10 IoT Technologies for 2017 and 2018”, février 2016 Les entreprises européennes de moyenne ou grande taille sont toujours à la traîne par rapport aux entreprises américaines pour l’adoption de technologies conçues pour rendre les données accessibles à plusieurs appareils. Pour IDC, à l’horizon plus de la moitié des dépenses informatiques porteront sur des solutions de cloud. 2018 5 IDC,“FutureScape: Worldwide Cloud 2016 Predictions”, nov. 2015 Make IT connected Toshiba | Make IT work 1312
  • 9. Design Premium et résistant Applications intégrées Ecran HD Connexion stable Système de sécurité biométrique intégré Processeur puissant Nouveaux accessoires Meilleure autonomie Dans un contexte d’incertitude économique, les budgets ont continué de fondre au sein de nombreuses industries, contraignant les dirigeants d’entreprise à justifier chaque euro dépensé. Les investissements ont fait l’objet d’une étude approfondie dans tous les services, notamment informatiques.Tandis que les appareils mobiles puissants conquièrent l’entreprise, ils provoquent un débat sur les technologies considérées comme un luxe et celles vues comme une nécessité. Les appareils mobiles fiables demeurent un must pour toute entreprise. Les salariés qui se déplacent souvent s’appuient sur ces outils, qui doivent être très performants, pour accéder aisément aux fichiers de l’entreprise. Mais les technologies sous-jacentes requises pour cela, notamment un processeur puissant et une grande autonomie de batterie, occasionnent un dilemme pour les DSI qui doivent justifier les investissements nécessaires tout en s’efforçant de réduire les frais. Pour un DSI, le principe du leasing peut être une solution puisqu’il permet de se doter d’appareils fiables et d’investir dans des nouvelles technologies, qui sinon nécessiteraient des investissements très conséquents. Notre récente enquête montre que le remplacement de PC portables est principalement motivé par le besoin des entreprises de rester au goût du jour technologiquement parlant.1 C’est vrai notamment en France où 55% du remplacement de ce parc est impulsé par une technologie dépassée.1 Des informations de nos partenaires montrent qu’il est important d‘investir dans le dernier cri technologique afin de rester compétitif et de répondre aux attentes des salariés qui ont besoin d’utiliser ce type de produits dernier cri. Les DSI continueront d’investir dans de nouveaux matériels et logiciels, mais ils seront de plus en plus amenés à réfléchir à l’approche du leasing, à ses avantages et ses inconvénients pour voir là elle aura une réelle valeur ajoutée afin de trouver le juste équilibre. Les contrats de leasing ont déjà trouvé leur place dans près de 25% des entreprises que nous avons sollicitées en France.1 De nombreux acteurs continueront avec le modèle du « paiement pour le produit utilisé », mais est-il le plus avantageux financièrement parlant pour tous les types de technologies ? Cette question mérite d’être étudiée soigneusement, sachant qu’investir progressivement dans un système capable d’évoluer peut s’avérer bien souvent un choix plus viable financièrement que l’achat en bloc de nouvelles technologies informatiques. Cela ne signifie pas pour autant que les DSI doivent renoncer totalement au modèle du leasing. Ils peuvent faire confiance à la nature évolutive de l’informatique en conservant d’un côté des technologies traditionnelles, et en adoptant de l’autre le leasing pour des projets plus récents. Cette stratégie de gestion informatique bimodale a déjà été adoptée par 45% des DSI, selon une étude de Gartner,7 et la tendance n’est pas prête de s’inverser. En effet, les DSI ont besoin d’investir ponctuellement dans des technologies de pointe plébiscitées, afin d’attirer une nouvelle génération de candidats comme le soulignent nos partenaires. Nous pensons que des investissements dans des appareils mobiles sont justifiés puisqu’ils permettent d’offrir aux salariés le degré de fiabilité dont ils ont besoin pour travailler à tout moment, et dureront plus longtemps que leurs équivalents grand public. Ces investissements ont donc un sens car ils apportent de la valeur. 7 Gartner,“The Digital Humanist Manifesto”, nov. 2014 Hallo Il est important d‘investir dans le dernier cri technologique afin de rester compétitif et de répondre aux attentes des salariés qui ont besoin d’utiliser ce type de produits dernier cri. des responsables informatiques nous ont dit que les salariés sollicitent davantage le remplacement des smartphones et des tablettes que des PC portables et des appareils hybrides, car ils s’y connaissent plus dans les premiers en tant que consommateurs. 34% Notre étude a révélé que la casse matérielle ainsi que le besoin d’avoir les dernières avancées technologiques sont les raisons principales du renouvellement des PC portables par les entreprises en Europe. 1 Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM 1 Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM La productivité est une priorité pour tout DSI, étant donné qu’un investissement dans des appareils fiables permettra aux salariés de bénéficier des outils les plus efficaces où qu’ils les utilisent. Le Tecra Z40-C de Toshiba fait gagner sur tous les tableaux grâce à son processeur Intel® Core™ de 6e génération, sa grande autonomie de batterie et sa robustesse. Tous ses composants haut de gamme sont fabriqués dans les usines Toshiba. Les appareils Toshiba sont conçus pour durer, se targuent de taux de panne parmi les plus faibles du marché et affichent une durée de vie supérieure à celle de leurs concurrents, ce qui est gage d’un fonctionnement sans interruption pour les salariés. Le Tecra Z40-C a subi les tests de cycle de vie accéléré du TÜV Rheinland, qui garantissent sa résistance à toute épreuve pour une utilisation lors de déplacements. La Garantie fiabilité de Toshiba offre une grande tranquillité d’esprit aux entreprises, puisqu’en cas de problème, l’appareil sera réparé gratuitement, et assorti d’un remboursement gratuit.* * Voir les modalités d’application Make IT reliable Toshiba | Make IT work 1514
  • 10. en France, tandis que le Royaume-Uni et l’Allemagne sont obsédés par les cyberattaques venant de l’extérieur.1 Cette situation incite les entreprises à réévaluer plus souvent leurs politiques de protection : 62% des organisations françaises passent en revue leur stratégie de sécurité au moins une fois par an, un chiffre en phase avec ceux du Royaume-Uni et de l’Allemagne (respectivement 69% et 63%).1 La surface d’attaque est en constante augmentation à la faveur de l’essor des appareils et des volumes de données que ces derniers transmettent et reçoivent. Or chaque point de contact Les utilisateurs des appareils endossent la responsabilité de la sécurité du réseau de leur entreprise, si bien que les DSI doivent veiller à ce que leur flotte soit dotée d’une première ligne de défense forte pour se protéger en cas de perte ou de vol de données. Le Portégé Z20t-C est à la fois PC portable et tablette, et est équipé du BIOS de Toshiba, ce qui facilite sa gestion du point de vue de la sécurité. Fruit de la R&D de Toshiba, il offre une sécurité supérieure en limitant les risques de piratage : son encodage est adapté à l’appareil sur lequel il s’exécute, ce qui permet de repérer immédiatement tout comportement inhabituel. Avec son module optionnel TPM (Trusted Platform Module), l’appareil est identifié et authentifié tout en empêchant les autres appareils d’accéder aux données. Enfin, les fonctionnalités de connexion sécurisée ajoutent une couche de sécurité supplémentaire. La solution Zero Client de Toshiba est également au rendez-vous pour offrir des capacités supérieures de stockage sécurisé et de gestion des données. Configurée en fonction des besoins spécifiques de chaque entreprise, elle permet aux équipes informatiques de contrôler l’octroi des permissions d’accès, d’empêcher les utilisations abusives et de stocker l’ensemble des données dans un point central, et non sur un appareil spécifique. Les failles de sécurité sont décelées à une fréquence alarmante pour les entreprises, qui peinent à s’adapter pour gérer des infrastructures informatiques de plus en plus vastes et complexes. Sans parler des attaques sophistiquées lancées par des pirates. Nous nous sommes habitués à voir des entreprises, pourtant réputées, être victimes de cyberattaques pour lesquelles les pirates ont tiré parti des habitudes d’utilisation des salariés – bien à l’insu de ces derniers – qui téléchargent des fichiers sensibles sur des appareils non protégés. Et plus l’entreprise est grande plus l’impact est dramatique, tant du point de vue financier que de celui de la notoriété, avec parfois la perte de clients. Les salariés sont l’un des maillons de la sécurité. Ils furent le maillon faible par le passé, et le risque se voit accru aujourd’hui avec l’arrivée des nouveaux appareils, des objets portables aux tablettes, qui permettent de travailler confortablement de n’importe quel endroit en utilisant des réseaux potentiellement vulnérables et des appareils grand public, tout autant exposés aux risques. L’utilisation sans autorisation de systèmes et de solutions informatiques est monnaie courante, puisque plus de 4 entreprises sur 5 (84%) ont déjà constaté l’existence de ce phénomène avec une d’ampleur plus ou moins grande, tandis que 43% le qualifient de problème répandu.1 Si on ajoute à l’équation l’usage de mots de passe faciles à deviner – par exemple une date de naissance – et l’arrivée de pirates toujours plus rusés, l’éducation des salariés devient une priorité absolue pour les DSI et est essentielle pour assurer la viabilité de la stratégie de sécurité adoptée. Nos partenaires nous indiquent toutefois qu’il suffit d’un problème de sécurité majeur pour pousser un DSI à investir dans des systèmes de défense qui assureront une protection efficace à l’avenir contre des événements similaires. Il est regrettable que des mesures de sécurité soient adoptées bien trop souvent une fois le mal fait. Par nature, les mots de passe sont des proies de choix pour des pirates, mais ils devraient heureusement devenir obsolètes dans un avenir proche, puisque les technologies biométriques font leur chemin en entreprise. L’identification des empreintes digitales est désormais intégrée aux appareils qu’elle protège efficacement, et se verra par la suite complétée par les technologies de reconnaissance de l’iris et d‘identification vocale qui évoluent et gagnent du terrain. La fonctionnalité Windows Hello est un bon indicateur puisqu’il s’agit d’un processus d’authentification très personnalisé et donc plus sécurisé, basé sur la reconnaissance faciale. Les technologies biométriques et les autres solutions de protection conçues pour protéger les entreprises ont porté les dépenses informatiques à un tout autre niveau, à l’heure où l’accent est davantage mis sur la sécurité face aux menaces grandissantes. Selon une récente étude de Forrester,8 la plus grande partie des budgets consacrés à la sécurité en 2015 a porté sur la protection des réseaux. Les sommes allouées à cette question devraient encore augmenter dans les années qui viennent. Les DSI sont contraints de réagir face aux évolutions technologiques induites par le nombre d’appareils et de plates- formes utilisés, ainsi qu’aux changements de comportements notables qui en découlent. Ils luttent sur plusieurs fronts à la fois pour mettre en place des mesures de sécurité efficaces pour l’ensemble du réseau : ils sont confrontés à un public de salariés désireux de travailler sans entraves pour accéder aux données de l’entreprise depuis chez eux, ainsi qu’aux attentes des générations de millenials et Z peu préoccupées par le respect de la vie privée. Les virus sont la principale source d’inquiétude 8 Forrester,“Understand The State Of Network Security: 2015 To 2016”, dec. 2015 Les salariés sont l’un des maillons de la sécurité. Ils furent le maillon faible par le passé, et le risque se voit accru aujourd’hui avec l’arrivée de nouveaux appareils. 62% des organisations françaises passent en revue leur stratégie de sécurité au moins une fois par an, un chiffre en phase avec ceux du Royaume-Uni et de l’Allemagne (respectivement 69% et 63%) 1 Enquête « Make IT work » de Toshiba, réalisée en partenariat avec ICM doit être passé au crible pour s’assurer qu’il est conforme à la stratégie de sécurité mise en place par le DSI. Les DSI doivent veiller à la sécurité des données de leur entreprise, tout en étant attentifs aux atouts qu’offrent les nouvelles technologies, sans lesquelles la productivité risque de baisser et la croissance marquer un arrêt. Ils sont donc confrontés au défi de trouver le juste équilibre entre un réseau et des appareils sous contrôle, et des utilisateurs productifs où qu’ils se trouvent. Ils doivent réussir sur ces deux fronts. Make IT secure Toshiba | Make IT work 1716
  • 11. La surface d’attaque est en constante augmentation à la faveur de l’essor des appareils et des volumes de données que ces derniers transmettent et reçoivent. Or chaque point de contact doit être passé au crible pour s’assurer qu’il est conforme à la stratégie de sécurité mise en place par le DSI. “ „
  • 12. Pour en savoir plus ou pour approfondir l’un des points évoqués dans ce guide, merci de contacter: toshiba.fr linkedin.com Il est évident que la mission des DSI n’a jamais été aussi ardue. Pourtant, il apparaît aussi clairement que le nombre de points de contact technologiques à gérer sera nettement supérieur dans un futur proche. Nous préconisons donc aux DSI de s’y préparer dès aujourd’hui, à la lumière des conseils fournis dans chacune des rubriques de ce guide « Make IT work ». Ils doivent être armés pour l’environnement de travail de demain, en ayant la capacité d‘offrir aux salariés une expérience sécurisée, fiable, connectée et facile à gérer, dont ils bénéficieront eux aussi. Les professionnels de l’informatique en ont déjà fait leurs priorités, ce qui est très positif. Notre étude montre par exemple que les domaines prioritaires en termes d’investissements sont la sécurité des données, le cloud et l’amélioration de la productivité de l’entreprise.1 Les DSI sont également déjà nombreux à passer au crible périodiquement leur stratégie de sécurité, dans la mesure où les cyberattaques constituent à leurs yeux la principale menace pour l’entreprise.1 L’importance accordée à chacune de ces problématiques se reflète dans ce Guide, ce qui montre que l’objectif des DSI est de mettre en œuvre les mesures et les solutions ad hoc gages de pérennité et de flux de production renforcés dans l’ensemble de l’entreprise. Le tout avec un retour sur investissement (ROI) très satisfaisant. Sur une note moins positive, nous avons également souligné les difficultés rencontrées par de nombreuses entreprises et qui sont susceptibles de les pénaliser en les empêchant d’amorcer leur transformation technologique. En cause, par exemple, la prédominance des appareils personnels, que près des deux tiers des salariés utilisent dès qu’ils ont besoin de travailler à distance.1 Nous espérons que ce guide « Make IT work » a permis de braquer les projecteurs sur les principaux défis à relever et aidé les DSI à repérer les failles éventuelles au sein de leur infrastructure informatique afin de les corriger. Ils ont toutes Make IT work les cartes en main pour permettre à leur entreprise et à ses salariés de profiter des opportunités offertes par les innovations technologiques. Toshiba jouit d’une grande expérience sur le marché des produits informatiques dédiés aux entreprises. Nous espérons vous avoir clairement exposé les défis technologiques actuels et restons à votre disposition pour vous accompagner au sein d’un paysage en mutation et vous aider à prendre des décisions pertinentes. William Biotteau Directeur de la Business Unit PC B2B, Toshiba Europe Toshiba | Make IT work 2120