b u l l e t i n

d ’ i n f o r m a t i o n

v o l u m e 2 2 , No 0 1
printemps 2013

Internationale
NADAIR

L’entreprise q...
Bulletin d’information internationale

– 02 –

printemps 2013

DESJARDINS

Prévisions économiques
pour l’année 2013

Conjo...
Bulletin d’information internationale

printemps 2013

– 03 –

MERCADEX

Reprise économique
aux États-Unis

Renouveau pour...
Bulletin d’information internationale

printemps 2013

– 04 –

le coin du blogueur

Quels marchés choisir
en 2013 ?
Repris...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Bulletin d'information internationale - Printemps 2013

232 vues

Publié le

Notre bulletin d'information internationale - Édition Printemps 2013

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
232
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Bulletin d'information internationale - Printemps 2013

  1. 1. b u l l e t i n d ’ i n f o r m a t i o n v o l u m e 2 2 , No 0 1 printemps 2013 Internationale NADAIR L’entreprise qui aspire à servir le monde Forte de 35 ans d’expérience en produits électriques, Nadair vient de lancer sa propre ligne d’aspiration centralisée lors de la convention VDTA de Las Vegas. L’entreprise, dont le bureau chef est à Laval, est renommée pour la qualité et l’innovation de ses produits. Don Planche et Jacques Cloutier, respectivement président et directeur des ventes à l’international, mènent Nadair vers une nouvelle ère. Une solide réputation Spécialisée dans les luminaires, qu’ils soient encastrés ou sous cabinets, Nadair a également longtemps conçu et fabriqué pour ses clients des aspirateurs centraux. C’est une entreprise intégrée verticalement : elle contrôle toutes les étapes depuis la conception jusqu’à la distribution de ses produits. Tout est fabriqué par l’entreprise ! Cela lui permet d’offrir des produits sur mesure, qui correspondent parfaitement aux besoins de ses clients. Le siège social de Nadair est établi à Laval, lieu stratégique pour le transport aérien et terrestre, tandis que ses usines sont implantées en Chine. Nadair investit 25 % de son chiffre d’affaires en recherche et développement pour s’adapter à l’évolution constante de l’industrie. L’entreprise lance d’ailleurs souvent de nouvelles tendances en matière de design. En Amérique du Nord, Nadair jouit d’une réputation d’excellence, notamment grâce à ses produits d’éclairage encastrés. Un succès attendu Nadair vient de lancer sa propre marque de systèmes d’aspiration centralisée sur le marché nord-américain. L’entreprise a fait face à certains défis avant de pouvoir présenter sa nouvelle gamme de produits lors de la convention annuelle VDTA à Las Vegas en février dernier. Développer une nouvelle identité d’entreprise, améliorer le produit existant et obtenir les certifications nécessaires ont été autant d’obstacles que Nadair a su surmonter. La société est parvenue à diversifier son offre grâce à l’excellence de son savoir-faire et à sa grande expérience dans la fabrication d’aspirateurs centraux. Très attendue sur le marché, la marque maison de Nadair a tout pour connaître un grand succès. Lancée dans un contexte de reprise économique, elle offre à Nadair de belles perspectives d’affaires sur le marché nordaméricain. L’entreprise dispose déjà d’un réseau de distribution bien établi aux États-Unis, assurant une bonne visibilité à sa nouvelle gamme d’aspirateurs centraux. Celle-ci va d’ailleurs permettre à Nadair de pénétrer de nouveaux marchés en Europe et en Amérique du Sud. Le Centre des affaires internationales de LAVAL TECHNOPOLE a appuyé Nadair dans ses démarches d’exportation grâce au soutien permanent d’un conseiller travaillant au sein de l’entreprise et au programme d’optimisation de la chaîne de valeur mondiale ; « un accompagnement plus que bénéfique » comme le souligne Jacques Cloutier. Nadair, qui est en constante croissance, souhaite tout de même rester dans sa limite de production pour mieux satisfaire sa clientèle. Qualité, innovation et prix avantageux font de Nadair un chef de file de l’industrie des produits électriques en Amérique du Nord. La marque d’aspirateurs centraux Nadair est une force qui propulse l’entreprise lavalloise dans une nouvelle ère de succès international. Pour en savoir davantage Veuillez communiquer avec M. Cloutier, directeur des ventes à l’international, au 450 686-0770 ou par courriel à Jacques.Cloutier@Nadair.com. www.nadairvac.com
  2. 2. Bulletin d’information internationale – 02 – printemps 2013 DESJARDINS Prévisions économiques pour l’année 2013 Conjoncture économique mondiale MOT DE LA DIRECTRICE Belles perspectives aux États-Unis L’année 2013 s’annonce prometteuse pour nos exportateurs lavallois : l’éventuelle reprise de l’économie aux États-Unis laisse présager de belles occasions d’affaires. Dans ce bulletin, vous trouverez les réflexions de nos chroniqueurs et de notre blogueur sur ce contexte économique plus que favorable. Nadair, exportateur lavallois, se prépare à la reprise économique avec le lancement de sa nouvelle gamme de produits. Nous savons que la grande majorité des entreprises lavalloises exportent déjà vers les États-Unis. Pour les inciter à diversifier leurs exportations dans plusieurs États, nous organisons l’activité « Faire affaire aux quatre coins des États-Unis » le 30 avril prochain. Cela permettra aux représentants de la Floride, de l’Arizona, de la Pennsylvanie et de la Californie de présenter les divers avantages d’exporter dans leur région. Et DANS le reste du monde Pour vous aider à développer vos marchés, le Centre des affaires internationales de LAVAL TECHNOPOLE a mis en place des programmes de formation et d’accompagnement : « VIP Commerce International », « Optimisation de la chaîne de valeur mondiale », « Internationalisez votre PME » et « Exporter en Colombie ». Près de quatre ans après la récession, l’économie mondiale piétine toujours. Les différentes études sur les prévisions économiques de l’année 2013, publiées par des experts en la matière, témoignent d’un optimisme teinté d’une certaine réserve quant à l’éventuelle reprise. Quels sont les pays les plus enclins à se sortir de la crise ? En Chine, l’économie devrait croître et entraîner dans son sillage les autres pays asiatiques. Ce nouveau souffle devrait remonter le moral des agents économiques mondiaux et favoriser ainsi l’amorce du prochain cycle de croissance économique mondiale. Au Japon, l’activité économique devrait inverser sa tendance et progresser à nouveau faiblement en 2013. La croissance du Royaume-Uni devrait, elle, rester faible. Cela est attribuable au fait que la demande intérieure serait freinée par l’effort permanent de consolidation budgétaire et que les exportations subiraient la faiblesse de l’activité dans le reste de l’Europe. Être prêt pour la reprise économique En Allemagne, la consommation et l’investissement devraient être plus forts et l’économie devrait rebondir à partir du début de l’année. Les experts prédisent une progression, fragile, de l’économie pour 2013. Les occasions d’affaires sont toujours présentes et à la portée de nos entreprises lavalloises en ce début de reprise économique, même dans des pays où la croissance est faible ou inexistante. Cependant, la prudence et une préparation accrue restent de mise pour développer de nouveaux marchés. Quant à l’activité économique en Italie, elle devrait se replier encore, mais se stabiliser en cours d’année. La contraction de l’activité économique en Espagne devrait, elle, se poursuivre. Aux États-Unis, les premiers signes d’une reprise de l’économie commencent à se faire sentir. Ce nouveau souffle devrait remonter le moral des agents économiques mondiaux et favoriser ainsi l’amorce du prochain cycle de croissance économique mondiale. D’une manière générale, les grandes puissances économiques semblent se relever doucement de la crise, mais le chemin à parcourir reste long avant que l’économie mondiale ne soit complètement redressée. Claude Couture Directeur, Développement Services internationaux Enfin, je vous invite à venir assister à la conférence « Parlons exportations » d’EDC qui se tiendra à Laval le 11 mai prochain pour faire le point sur l’économie mondiale et ses répercussions sur votre entreprise. Bonne lecture, vÉronique proulx EMBA Pour en savoir davantage Claude Couture Directeur, Développement Services internationaux Services aux entreprises T : 1 866 885-2346, option 3 C : 514 292-3496 F : 450 672-3448 claude.couture@ccd.desjardins.com www.desjardins.com/ccd
  3. 3. Bulletin d’information internationale printemps 2013 – 03 – MERCADEX Reprise économique aux États-Unis Renouveau pour les exportateurs lavallois 60 000 1… c’est le nombre de mises en chantier qui a échappé, en moyenne, aux spécialistes du marché immobilier américain au cours du mois de décembre 2012. Cette croissance du marché de la construction, bien que le niveau d’activité ne soit pas encore égal à celui d’avant-crise, est l’un des signes avant-coureurs d’une reprise plus forte des affaires aux États-Unis. Dans cette conjoncture économique, vous pourriez être très rapidement sollicités par de nouvelles offres provenant des États-Unis. D’ailleurs, des manufacturiers de la région lavalloise, dans des domaines aussi divers que ceux de la machinerie et des équipements de transport, s’apprêtent depuis quelque temps déjà à remplir leurs carnets de commandes. La nécessité de se préparer et de se diversifier Les entreprises québécoises et canadiennes s’interrogent sur la stratégie à adopter par rapport au marché américain. Rappelons que, pendant la récession économique, la plupart d’entre elles avaient L’ÉQUIPE DES CHRONIQUEURS : recentré leurs efforts de développement sur leur marché local ou encore à l’international vers des destinations connaissant une croissance plus soutenue, notamment en Amérique du Sud ou en Asie. vous pourriez être très rapidement sollicités par de nouvelles offres provenant des États-Unis. Même si la reprise de l’économie américaine semble s’amorcer, elle reste encore trop incertaine pour y développer ses affaires sans être bien préparé. Pour cela, il est nécessaire de vérifier la solidité des réseaux de distribution, les attentes des clients et il faut également identifier les éventuels nouveaux rivaux. Allez-vous faire face à des concurrents qui ont changé les règles du jeu en leur faveur ? Allez-vous devoir changer de canaux pour vendre sur le marché américain ? Est-ce que la rapidité de livraison est encore plus importante pour vos acheteurs finaux ? Comme tout bon investisseur, le défi pour les dirigeants de PME d’ici n’est pas de concentrer à nouveau tous leurs efforts de commercialisation sur les États-Unis, mais de maintenir une diversification de leur « portefeuille commercial » à l’international tout en se préparant progressivement à refaire des affaires au sud de la frontière canadienne. Guillaume Cariou Directeur, Études et stratégies internationales Tél. : 514 489-9068, poste 22 gcariou@mercadex.ca 1 http://www.businessweek.com/news/2013-01-17/housingstarts-in-u-dot-s-dot-jump-more-than-forecast-to-four-yearhigh#p1
  4. 4. Bulletin d’information internationale printemps 2013 – 04 – le coin du blogueur Quels marchés choisir en 2013 ? Reprise économique inégale aux États-Unis Depuis 2008, les experts tentent d’évaluer si la reprise de l’économie mondiale et des exportations canadiennes aura finalement lieu. Ce qu’il est important de remarquer, c’est que la reprise de l’économie et des exportations ne semble pas se faire au même rythme dans toutes les industries, dans tous les pays et même dans toutes les régions d’un même pays. Dans un tel contexte, il revient aux exportateurs de bien analyser les marchés visés, de choisir les bons segments et la meilleure stratégie, avant de se lancer dans un projet d’expansion internationale. Les États-Unis devraient offrir de belles occasions d’affaires aux entreprises canadiennes et québécoises en 2013. La croissance de la consommation américaine a été vigoureuse en 2012, à l’exemple des biens durables. Les investissements résidentiels ont été solides et il semblerait que les entreprises américaines aient commencé à réinvestir leurs importantes liquidités. Cependant, comme nous le disions, la croissance ne se fait pas au même rythme dans toutes les régions et dans tous les secteurs d’activité. Par exemple, le nombre de permis de construction résidentielle émis a augmenté de 31 % aux États-Unis entre 2011 et 2012, mais pas de la même manière dans chaque État. En effet, selon les données de novembre 2012 provenant du Census Bureau des États - Unis, 54 % de la construction résidentielle s’est fait dans seulement 10 États, dont 16 % au Texas. De plus, même si l’économie est en croissance, les dépenses gouvernementales devraient demeurer modestes en 2013, limitant les occasions d’affaires pour une entreprise vendant directement ou indirectement au secteur public. Élaborer sa propre stratégie d’exportation À l’inverse, on entend partout que l’Europe est en crise. Les exportations de marchandises du Québec vers la France ont d’ailleurs chuté d’environ 9 % entre 2011 et 2012. Pourtant, plusieurs entreprises de Laval ont décroché des contrats très intéressants en France ou avaient des projets sur ce marché vers la fin de l’année 2012. Notre mission de novembre dernier en Allemagne devrait également générer des retombées intéressantes, malgré un marché encore difficile. 2 - En tant qu’exportateur, il faut aujourd’hui se méfier des tendances macroéconomiques et des marchés à la mode, bien analyser les marchés et bâtir sa stratégie en fonction de sa propre situation, des occasions favorables, de ses produits, de ses capacités, de son réseau, etc. Pour certaines entreprises, la reprise américaine peut représenter une ressource, pour d’autres, c’est en Europe que se trouvent les plus belles possibilités, sans oublier également les marchés émergents de la Colombie et du Pérou. 3 - Les entreprises qui offrent des produits de niche répondant à des besoins très précis vont souvent réussir à tirer leur épingle du jeu, autant sur le marché local qu’international. 4 - Les organismes de promotion des exportations et les consultants privés en commerce international doivent offrir des activités et des services toujours plus personnalisés pour s’adapter aux besoins de chaque entreprise. Ce qui m’amène aux réflexions suivantes : En fin de compte, la question n’est pas tant de savoir où les autres pensent qu’il faut aller en 2013, mais plutôt où vous voulez et où vous devez aller. 1 - Il n’existe plus de marché « facile » ou « évident ». Les bonnes occasions d’affaires sont toujours là, mais il faut s’assurer de les repérer et de les saisir. Les entreprises doivent investir davantage dans la préparation et la planification de leur stratégie de développement de nouveaux marchés. Bruno Séguin Veuillez visiter notre blogue : www.lavaltechnopole.org/cailt PRINTEMPS 2013 BULLETIN D’INFORMATION INTERNATIONALE PUBLIÉ PAR : LAVAL TECHNOPOLE 1555, boul. Chomedey, bureau 100, Laval (Québec) H7V 3Z1 Téléphone : 450 978-5959 I Télécopieur : 450 978-5970 info@lavaltechnopole.com I www.lavaltechnopole.com/cailt Le Centre des affaires internationales de Laval Technopole reçoit l’appui financier de :

×