ÉCOLE DE JOURNALISME ET DE COMMUNICATION DE MARSEILLE    Comment maîtriser son e-réputation ?             Petit guide à de...
Comment maîtriser son e-réputation ?                    Petit guide à destination des particuliers en recherches d’emplois...
Avant de commencer votre lecture, nous tenons à vous préciser que ce guide ne vous apprendra pas àcréer un « buzz » autour...
Bien que l’exigence des employeurs dépend du ou des postes qu’ils proposent et de leur secteurd’activités, tous vont porte...
b. Des informations, mais pas seulement celles que l’on publieAttention, on se souci des informations que l’on publie soi-...
III.    Découvrir mon image numériqueDécouvrir son image numérique est en fait assez simple. Beaucoup d’outils ont été cré...
IV.     Maîtriser mon e-réputationPuisque vous avez découvert votre e-réputation, il est temps maintenant de la modifier a...
-   Si vous avez des amis qui ont créé un compte sur Yatedo, ils ont, sans le savoir, autorisé cette    entreprise à accéd...
d. Différencier les données personnelles des données professionnellesPour éviter de trop en dire sur la toile, il est préf...
concernant sur le web. Et, pour vous faciliter la tâche, les réseaux sociaux, les sites collaboratifs et les    moteurs de...
Comment maîtriser son e reputation
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Comment maîtriser son e reputation

1 370 vues

Publié le

Ce petit guide vous apportera des solutions pour contrôler votre image virtuelle et connaître vos droits en temps qu’usager d’internet

Publié dans : Technologie
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 370
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
22
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Comment maîtriser son e reputation

  1. 1. ÉCOLE DE JOURNALISME ET DE COMMUNICATION DE MARSEILLE Comment maîtriser son e-réputation ? Petit guide à destination des particuliers en recherches d’emplois Léa Sapolin, Pémon Kouadio, Guillaume Gouin, Nicolas Buonocore 02/11/2012– Ce petit guide vous apportera des solutions pour contrôler votre image virtuelle et connaître vos droits en temps qu’usager d’internet 0
  2. 2. Comment maîtriser son e-réputation ? Petit guide à destination des particuliers en recherches d’emploisSommaire : I. Pourquoi dois-je surveiller mon image numérique ? .................................................................. 3 II. De quelles informations dois-je me préoccuper ? ...................................................................... 3 a. Ce qui est susceptible d’intéresser mon employeur ............................................................... 3 b. Des informations, mais pas seulement celles que l’on publie ................................................ 5 III. Découvrir mon image numérique ............................................................................................... 6 IV. Maîtriser mon e-réputation........................................................................................................ 7 a. Supprimer les données divulguées.......................................................................................... 7 b. Gérer la confidentialité de ses données .................................................................................. 7 c. Négocier la suppression des données confiées et fortuites ................................................... 8 d. Différencier les données personnelles des données professionnelles ................................... 9 V. En cas de problème, quels sont mes droits. ................................................................................ 9 VI. Continuer de me préoccuper de mon e-réputation .................................................................. 10 2
  3. 3. Avant de commencer votre lecture, nous tenons à vous préciser que ce guide ne vous apprendra pas àcréer un « buzz » autour de votre identité numérique. Notre but est avant tout de vous sensibiliser àl’impact que pourrait avoir une mauvaise e-réputation sur un employeur potentiel, ainsi que de vous initierà la maîtrise et à la surveillance de votre image virtuelle. I. Pourquoi dois-je surveiller mon image numérique ?Aujourd’hui, grâce au web 2.0, n’importe quelles informations peuvent être diffusées par n’importe quien temps réels et dans le monde entier. Ainsi, même un citoyen lambda peut être concerné par ladiffusion d’informations dérangeantes, fausses, personnelles ou même privées, à son sujet. Sans compterqu’une information, qui peut paraître anodine pour certains, sera pour d’autres, interprétéedifféremment et pourra alors avoir des conséquences défavorables à son image.Selon une étude réalisée par InSitesConsulting, en 2012, environ 7 personnes sur 10 dans le mondeutilisent les réseaux sociaux. Cela démontre bien que nous communiquons tous sur internet et, bienentendu, que nous nous créons une image virtuelle, autrement dit, une e-réputation.Nous savons également (grâce à Regionjob.com) qu’en 2010, 36% des recruteurs français affirmaient fairedes recherches internet sur les candidats potentiels et que 5% disaient avoir écarté une candidature aprèsavoir trouvé des traces négatives au sujet des postulants. Ces chiffres sont sans doute plus élevésaujourd’hui, puisque l’usage d’internet est de plus en plus ancré dans les habitudes de chacun.Une étude faite par Le Tigre.net (le cas de Marc. L) a permis de révéler que quiconque voulait connaitre lavie d’une personne quelconque était désormais en mesure de le faire. En effet, Le tigre dresse “le portraitGoogle” d’un Homme choisi au hasard. Grâce à des outils comme Facebook ou Flickr, des réponses à desoffres d’emploi sur internet, YouTube ou encore des articles de presse, on arrive à savoir tout de la vieprivée d’une personne, en allant dans les moindres détails.C’est pourquoi, à l’heure actuelle, il est important de veiller à avoir une image virtuelle positive oudiscrète, mais qui, en aucun cas, ne pourrait nuire à votre avenir professionnel. II. De quelles informations dois-je me préoccuper ? a. Ce qui est susceptible d’intéresser mon employeurAvant même de s’informer sur ce que la toile dit de vous, il est important de savoir comment lesinformations que l’on diffuse peuvent être interprété, cest-à-dire, savoir ce que l’employeur estsusceptible de déduire de mon statut Facebook, d’une photo diffusée ou encore de mes relations, et cequ’il va chercher à savoir.
  4. 4. Bien que l’exigence des employeurs dépend du ou des postes qu’ils proposent et de leur secteurd’activités, tous vont porter leur attention sur différents points, mais avec une attention différente. Ilsvont donc chercher à connaître et évaluer plusieurs aspects de vous-même, en voici certains :- Votre personnalité : en effet, chaque statut publié, image diffusée, commentaire écrit, peut amener quelqu’un à faire des conclusions relatives à votre caractère : respectueux, râleur, engagé, arnaqueur… Par exemple, si vous mettez en ligne des photos de soirées avec vos amis, on pourra facilement conclure que vous êtes sociable, mais que vous aurez peut-être des difficultés à vous réveiller le matin, et à arriver à l’heure au travail. En revanche, dans le cas contraire, on peut être amené à penser que vous êtes réservé, timide, voire même introverti.- Votre santé : on n’y pense pas forcément, mais pour tout employeur, il est préférable d’avoir des salariés en pleine santé. En effet, si on s’aperçoit que vous laissez souvent des commentaires sur des forums de santé, c’est peut-être que vous êtes souvent malade. À l’inverse, n’hésitez pas à montrer que vous êtes sportif et dynamique.- Votre statut : marié, célibataire ou parent, n’oubliez pas que face à l’embauche, on n’est pas forcément tous égaux. Un parent prendra plus de congés et sera moins présent sur son lieu de travail.- Vos centres d’intérêt : J’aime une activité ou un sport en particulier, mon employeur potentiel aussi, peut-être que cela sera favorable à ma candidature. Mais surtout, montrer que vous êtes dynamique, sportif, intéressé, curieux et ouvert. Une pratique sportive peut en dire beaucoup : il fait du rugby, il a donc un esprit de groupe et saura surement travailler en équipe ; il aime la photographie, il a donc une certaine notion de l’esthétique, sait poser son regard sur le monde et sait prendre du recul pour voir et analyser une situation…- Ils peuvent aussi juger votre « encrage » et votre adaptation au numérique. Actuellement toutes les entreprises se créent aussi une e-réputation et ont besoin de plus en plus de personnel capable d’utiliser les Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Ils vont aussi chercher à savoir si vous êtes très présent sur le web, si vos activités et publications sont régulières ou non, si vous avez un blog, un CV en ligne... Ils chercheront aussi à savoir quel usage vous faites de ces nouveaux outils : utilisation professionnelle, personnel, ludique…Mais bien sûr, ce ne sont pas les seuls paramètres que l’on cherchera à connaître de vous, chaquepersonne portera son intérêt sur des informations différentes, ce pour quoi il est important de filtrerTOUTE INFORMATION avant qu’il y ait publication sur le web. 4
  5. 5. b. Des informations, mais pas seulement celles que l’on publieAttention, on se souci des informations que l’on publie soi-même sur son compte personnel, mais onpense rarement à la possibilité d’être jugé en fonction de ses amis, de son appartenance à unecommunauté ou à une association, aux commentaires laissés sur les forums, aux annonces que l’on amises sur LeBonCoin ou sur EBay, aux simples « j’aime » cliqué sur un site à première vue anodin…Bruce Schneier, spécialiste de la sécurité, a établi une taxonomie des données sociales, celle-ci peuts’avérer pratique afin d’écarter tout risque d’oubli d’informations nocives à son e-réputation. Ainsi ensurveillant chaque « type de données » (relative à notre image personnelle bien sûr) une à une, on auravérifié intégralement ce qui est dit à notre sujet sur la toile.Voici cette taxonomie (reprise telle quelle sur le site www.internetactu.net, article : « taxonomie desdonnées sociales ») :- Des “données de services” : ce sont les données que vous confiez à un site social afin de l’utiliser. Ces données peuvent inclure votre nom légal, votre âge voir le numéro de votre carte de crédit.- Les “données divulguées”, c’est-à-dire celles que l’utilisateur publie sur ses pages : billets de blogs, photographies, messages, commentaires.- Les “données confiées”, c’est-à-dire celles que l’utilisateur publie sur les pages des autres. Ce sont les mêmes types de données que les données divulguées, à la différence qu’une fois qu’elles sont postées, quelqu’un d’autre en a le contrôle.- Les “données fortuites” sont celles que d’autres personnes publient à votre propos.- Les “données comportementales” sont celles que le site recueille sur vous en surveillant ce que vous faites et avec qui vous le faites. Il peut s’agir de jeux auxquels vous jouez, des sujets sur lesquels vous écrivez, des articles auxquels vous accédez (et qui permettent de prévoir votre appartenance politique par exemple).- Les “données dérivées” sont des données concernant l’utilisateur issu de toutes les autres données. Par exemple, si 80 % de vos amis s’auto-identifient comme gays, vous êtes susceptibles d’être gay à votre tour.
  6. 6. III. Découvrir mon image numériqueDécouvrir son image numérique est en fait assez simple. Beaucoup d’outils ont été créés afin de nousfaciliter la tâche, et le nombre de ces outils ne cesse d’augmenter. En voici une petite liste (nonexhaustive, mais suffisante) :- Google, évidemment. Celui-ci permet de faire une recherche “prénom nom”. L’utilisation des guillemets vous permettra d’éviter le bruit. Vous pouvez également choisir le pays et/ou la langue concernés dans les paramètres avancés). N’hésitez pas à varier les recherches en sélectionnant le type de documents voulu (images, actus, ...). Les résultats sont parfois étonnants, il ne faut pas s’étonner de retrouver son numéro de téléphone dans Google image (donc en format JPEG), si vous avez posté une annonce sur leBonCoin. Mais Google n’est pas le seul, faite vos recherches aussi sur les autres moteurs de recherches tels que Bing, Yahoo, Exalead… Ceux-ci auront peut-être référencé des informations différentes.- Webmii (http://www.webmii.com) est un moteur de recherche parfaitement adapté à l’évaluation de son e-réputation. Il propose trois champs de recherche : nom, prénom et pays. Celui-ci vous donnera un score (correspondant à votre présence sur le web) et vous organisera les résultats en différentes parties : photos, blogs et profils.- 123 people est un moteur de recherche similaire. Lui aussi spécialisé dans la recherche de données concernant une personne en particulier. Mais ne vous limitez pas à la seule utilisation de ces moteurs spécialisés, rien ne vous donnera autant de renseignements qu’une recherche faite sur un moteur ordinaire en variant les informations recherchées.- Yatedo est un moteur de recherche, lui aussi, mais avec celui-ci, il faut se montrer d’autant plus méfiant. Ce n’est pas parce que cet outil affirme qu’il peut vous permettre de gérer votre e- réputation, qu’il faut le croire. Celui-ci est capable de créer des liens entre vos différents comptes et se permet même de vous créer un profil et de stocker vos données sans votre accord. C’est sûrement en effectuant vos recherches sur cet outil que vous trouverez le plus d’informations vous concernant.- Kurrently.com vous sera utile pour connaître aussi bien les données divulguées, que les données confiées ou fortuites présentes sur les réseaux sociaux. Car, en effet, ce moteur de recherche n’analyse que les réseaux sociaux Twitter, Facebook et Google + et vous informe de tout ce qui a été dit sur vous.Une fois, ces différents outils utilisés, vous aurez dressé une liste de vos informations personnellesdisponibles sur internet. En outre, vous pouvez être amené à constater que des informationsapparaissent, mais que celles-ci ne vous concernent pas. En effet, en cas d’homonymie, différents profilsse mélangent. Nous ne sommes pas tous « égaux » face à l’e-réputation. 6
  7. 7. IV. Maîtriser mon e-réputationPuisque vous avez découvert votre e-réputation, il est temps maintenant de la modifier afin que celle-cisoit conforme et, propice au recrutement. Les différentes étapes à suivre sont les suivantes : a. Supprimer les données divulguéesLa première étape consiste à supprimer les informations pouvant être néfastes à votre image.Commençons déjà par supprimer celle que l’on « possède », donc les données divulguées. Ceci est trèssimple, ce sont vos données, vous n’avez qu’à vous connecter sur votre profil (Facebook ou autre) et àsupprimer la photographie ou le statut qui vous ne satisfait plus. Vous avez retrouvé un ancien blog créélors de votre adolescence ? Ce Skyblog (ou autre type de blog) reflète un profil qui n’est plus le vôtre ?Retrouvez vos codes de connexion et supprimez-le. Si vous avez peur de regretter cette suppression, oude perdre les photos qui y étaient, ne vous inquiétez pas, aujourd’hui un service de téléchargement desdonnées est souvent proposé. En effet, Facebook par exemple, propose de télécharger tout le contenu devotre profil en un seul clic. b. Gérer la confidentialité de ses donnéesVotre compte, c’est niet, vous ne le supprimerez pas. Pas de problème, c’est comme pour les donnezcomportementales et dérivées. Vérifier si ses amis peuvent être « bien vus » des employeurs n’est passimple et on n’a pas forcément envie de renier un de ses meilleurs copains juste parce qu’il fait « tache »sur son profil numérique. Ce n’est pas grave, il suffit de gérer ses paramètres de confidentialité. Accéder àces paramètres relève souvent du parcours du combattant. Les créateurs des réseaux sociaux n’ont pasintérêt à ce que vous les modifiiez, c’est pourquoi leur accès est souvent dissimulé. Mais cherchez bien,cela en vaut la peine. Vérifier que seuls vos amis peuvent accéder à vos données et voir vos publications.Méfiez-vous des applications connectées qui modifient automatiquement ces paramètres et de lagéolocalisation qui en dit plus que ce que vous ne le penser. Et à chaque nouvelle mise à jour du réseausociale, vérifiez-les aussi. Facebook, par exemple, change automatiquement vos paramètres deconfidentialité à chaque fois qu’il modifie son interface. Le meilleur moyen de savoir si vous avez bientout configuré c’est de faire le test. Demandez à une de vos connaissances, supprimée de vos « amis »pour l’occasion, à quoi elle a accès.Attention, n’oubliez pas que :- À partir du moment où vous envoyez ou répondez à un message privé Facebook, la personne qui a reçu le message est automatiquement autorisée à accéder à votre profil : donc, ne pas répondre à n’importe qui. Faites preuve de méfiance.- Toujours sur Facebook, si vous appartenez à un groupe, même s’il paraît « anodin », n’oubliez pas que son ou ses administrateurs peuvent voir l’intégralité de votre profil.- Vérifier les anciennes publications (réponse à des offres de jobs, vente en ligne...) où l’on peut obtenir des infos perso “oubliées”.
  8. 8. - Si vous avez des amis qui ont créé un compte sur Yatedo, ils ont, sans le savoir, autorisé cette entreprise à accéder à une partie de vos données, stockées sur votre propre compte. Et, même si vous avez emprunté un pseudonyme, ce moteur intelligent est capable de retrouver votre nom et votre prénom. Ainsi, votre anonymat s’efface et c’est toute votre vie qui se retrouve relatée.- Votre compte est peut-être bien géré, mais vérifiez ceux de vos amis proches. En juillet 2009, le patron des espions britanniques, John Sawers, a vu sa vie s’afficher dans la presse people londonienne. Des photos de lui en maillots de bain et bien d’autres informations dérangeantes se sont retrouvées entre les mains des média seulement parce que sa femme avait publié ces éléments et mal configuré son compte Facebook. c. Négocier la suppression des données confiées et fortuitesEn ce qui concerne les données confiées et fortuites, la procédure est un peu plus longue. Il faut d’abordpouvoir identifier les personnes responsables des publications. Dans certain cas ce sera facile (amis,famille, conjoint…), d’en d’autre il faudra bien chercher. Mais, la loi oblige la diffusion des coordonnées del’hébergeur, du créateur ainsi que du propriétaire du site. De plus, selon la loi pour la confiance dansl’économie numérique (LCEN), l’hébergeur a l’obligation de conserver les données permettantl’identification de quiconque ayant contribué à la création d’un contenu mis en ligne. Et ce, pendant unedurée d’un an (art. 3 du décret n°2011-219 du 25 février 2011). Ainsi, sur chaque site web (si la loi a étérespectée) il existe un onglet fréquemment appelé « Mentions légales » qui énumère l’identité et lescoordonnées des personnes ayant contribué au site. Cet onglet est souvent situé en bas de page et en trèspetit. Si vous ne trouvez toujours pas, vous pouvez avoir recours à la base de données Whois. Celle-ci vouspermettra de retrouver ces mêmes informations grâce au nom de domaine du site voulu.Une fois, l’auteur identifié, essayer de négocier la suppression ou la modification des informations àl’amiable. Si vous n’y parvenez pas, reportez-vous à la rubrique « Quels sont mes droits ».Pour les informations détenues par Yatedo, la procédure à suivre n’est pas réellement connue. Yatedovous autorise à supprimer les informations qu’il a glanées à votre sujet, mais à condition de s’inscrire. Et,ironie du sort, pour pouvoir vous inscrire et supprimer des données que normalement seul vous-mêmepouvez « posséder », vous devez l’autoriser à accéder à un de vos comptes sur un réseau social (LinkIn,Facebook ou Google +). Cela signifie donner un passe-droit sur nos données personnelles à cet «inconnu » en échange de la non-publication des informations qu’il détient. Et s’il a reconnu votrepseudonyme et l’a assimilé à votre prénom et votre nom, vous devez bien sûr confirmer l’exactitude decette assimilation. Pour simplifier, vous êtes piégé. L’inscription à ce site est donc à bannir. La seulesolution qu’il reste est l’envoi d’un courrier à la CNIL (cf. IV) ou la demande de suppression de compte àfaire sur la page Facebook de Yatedo.La prise en compte de la suppression des données peut être longue, notamment par les moteurs derecherche. Il faudra pour cela attendre que leurs robots d’indexation retournent sur le ou les site(s)concerné(s) afin d’actualiser leurs liens et ainsi, de les « déréférencer ». Soyez patient. 8
  9. 9. d. Différencier les données personnelles des données professionnellesPour éviter de trop en dire sur la toile, il est préférable de bien différencier sa « vie professionnelle » de sa« vie privée ». La vie privée devant être discrète ou même invisible sur le net. Pour cela, soyez très vigilantavec les paramètres de confidentialité des outils du web 2.0. Sur des réseaux professionnels tels queViadeo ou LinkIn contentez-vous de ne parler que de votre secteur d’activité et de vos compétences. Il estaussi conseillé de se créer un pseudonyme et de falsifier son identité. Comme le disait Nathalie Kosciusko-Morizet, la secrétaire dÉtat à lÉconomie numérique, « Pour se protéger sur le web, mieux vaut prêcherle faux». V. En cas de problème, quels sont mes droits.Si vous êtes sujet à certaines publications vous déplaisant et que vous n’avez pas réussi à régler lasituation à l’amiable, la seule solution restante est de s’en remettre à la loi. Voici tous les droits et les loissusceptibles de vous aider :- Le droit de réponse en ligne affirme que « Toute personne nommée ou désignée dans un service de communication au public en ligne dispose d’un droit de réponse, sans préjudice des demandes de correction ou de suppression du message qu’elle peut adresser au service » (article 6-IV LCEN). Vous pouvez demander l’exercice de ce droit de réponse au directeur de la publication, ou à l’hébergeur, si l’éditeur non professionnel a conservé l’anonymat. Cette demande doit être présentée, au plus tard, dans un délai de trois mois à compter de la mise à disposition du public du message justifiant la demande. Cette réponse est gratuite et prendra la forme d’un écrit limité à la longueur du message qui l’a provoquée. En revanche, elle ne peut être supérieure à 200 lignes (décret n°2007-1527 du 24 octobre 2007).- La loi « informatique et libertés » (loi n°78-17 du 6 janvier 1978) vous protège de l’utilisation abusive de vos données. Ainsi, si vos noms et emails se retrouvent dans des listings de pétitions en ligne ou si vos informations privées confidentielles sont publiées, vous pouvez demander la rectification ou la suppression de ces données (article 40 de la loi). Il y a une seule exception : lorsque le site Internet relève de l’activité journalistique à proprement parler, c’est à dire disposant d’un numéro de commission paritaire, vous n’en avez pas le droit. Vous pouvez aussi faire référence à l’article 9 du Code civil, ainsi qu’aux articles du Code pénal (articles 226-1 à 226-32) pour vous défendre s’il y a atteinte au respect de votre vie privée.- Si vous êtes victime de diffamation ou d’injure, sachez que ce sont des infractions sanctionnées pénalement et civilement en droit français (article 29 de la loi du 29/07/1981 sur la liberté de la presse). Ainsi, vous pouvez faire supprimer un message diffamatoire et, évidemment, faire condamner son auteur.- Normalement, il vous est aujourd’hui possible de bénéficier du droit à l’oubli numérique. Ce nouveau principe tente d’être considéré depuis la création de la charte de Nathalie Kosciusko- Morizet, secrétaire d’État. Vous êtes censé pouvoir supprimer ou modifier toutes informations vous
  10. 10. concernant sur le web. Et, pour vous faciliter la tâche, les réseaux sociaux, les sites collaboratifs et les moteurs de recherche sont censés créer un "bureau des réclamations » virtuel. Le problème est que cette charte a été signée par une douzaine de partenaires, tels que Microsoft France et Skyblog, mais que Google, Facebook ou encore Yahoo, se sont bien gardé de la signer. Ainsi, ce « droit » existe, bien qu’il n’ait aucune valeur pénale, et qu’il est inexistant chez les plus « grands ».La réparation de ces préjudices n’est pas systématique. Le juge prendra en compte différents éléments :- le préjudice moral subi par les internautes- la nature de la publication- sa durée- sa réitération- si les faits sont anodins ou déjà connus du public- la discrétion de la victime témoignant de la volonté de protéger son intimité- sa tolérance à l’égard des propos diffusésLa réparation peut aller de l’Euro symbolique à 15 000 euros de dommages et intérêts (dans le cas d’uneatteinte aux droits de la personnalité par exemple). Il peut aussi y avoir condamnation.Si ces différentes lois et chartes ne vous ont pas aidées, vous pouvez porter plainte auprès de la CNIL quisera alors chargée de contacter la personne concernée afin de voir le propos retiré. Cette commissionpropose également, sur son site internet, des lettres types à envoyer aux responsables de sites ou deforums afin de faire supprimer les contenus litigieux.Il existe aussi, pour diminuer les dégâts pouvant être causés par une mauvaise réputation numérique, uneassurance pour la protéger, La Protection Familiale Intégrale dAxa. En effet, depuis janvier 2012,l’assureur AXA a créé un contrat permettant la protection de l’e-réputation des citoyens. Ce contrat peutêtre souscrit avec une offre globale concernant les accidents de la vie courante. C’est également un bonremède contre l’usurpation d’identité, les usages frauduleux des moyens de paiement et les e-litiges. VI. Continuer de me préoccuper de mon e-réputationUne fois votre e-réputation maîtrisée, restez sur vos gardes : surveillez-la et modérez-vous. Pour lasurveiller, optez pour les Google Alertes, elles vous informeront de tout ce qui sera référencé sous votrenom sur Google. N’hésitez pas non plus à refaire une fois par mois les étapes du grand III.Et afin de ne pas vous nuire, et de ne pas « gâcher » tout le travail effectué, modérez vos propos. Ne vousfaites pas avoir par le piège de l’instantanéité des réseaux sociaux.Maintenant, il est temps de penser à vous créer une véritable identité numérique, attractive et réellementprésente sur le web. Cette seconde étape sera d’autant plus facile puisque vous savez dorénavantmaîtriser votre image. 10

×